Version classiqueVersion mobile

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Quatrième partie. Reconnaître : soigner et juger

L’injonction de soins : un parcours de reconnaissance de la victime pour l’auteur de violence sexuelle

Christophe Chevalier

Texte intégral

1Dans le cadre d’une recherche portant sur le dispositif d’injonction de soin nous avons rencontré des auteurs de violence sexuelle qui avaient commis soit des crimes pédophiles soit des viols soit des incestes. Notre objectif était d’apprécier comment ces sujets se saisissaient ou non de l’injonction qui leur était faite pour accéder à la responsabilité qui leur incombait dans l’acte commis. Au-delà de leurs difficultés psychiques patentes, le dispositif de soin, par la fonction de tiers que nous lui supposions, leur permettait-il d’avoir un autre regard sur leur victime, d’en reconnaître la douleur et le traumatisme, de la faire exister autrement qu’au moment de leur acte ? Nous proposons de présenter les soubassements de notre hypothèse de recherche : ce dispositif de soins pénalement ordonnés représenterait pour les auteurs de violence sexuelle une figure de l’altérité. En tant que telle, l’injonction aurait une efficacité symbolique qui favoriserait la reconnaissance, par l’auteur de violence sexuelle, d’une position de victime du sujet agressé car elle donnerait au sujet la possibilité d’une parole différente, d’une parole qu’il puisse se mettre à entendre. Un cas développé soulignera comment la victime d’abus sexuel au sein de la famille – ici l’enfant de sa compagne – se transforme peu à peu en un autre pensable et donc figurable grâce au travail de liaison suscité par le cadre thérapeutique et les fonctions qu’il remplit. Nous avons retenu ce cas pour sa richesse transférentielle, même si la victime est de sexe masculin, car il nous semble témoigner tant de la problématique perverse et de son rapport d’emprise à l’objet, quel que soit son sexe, que du possible éveil à la reconnaissance de l’acte dans ce type de fonctionnement psychique.

L’injonction de soins

  • 1 G. Dubret, « Loi du 17 juin 1998 et dangerosités », dans C. de Beaurepaire, M. Bénézech et C. Kott (...)
  • 2 Code pénal, Dalloz, 2008.
  • 3 Loi du 9 mars 2004, loi du 12 décembre 2005, loi du 5 mars 2007, loi du 10 août 2007, loi du 25 fé (...)

2Pour trouver les origines du dispositif d’injonction de soins il faut remonter à la période de 1993-1996. En effet, pendant ces trois années C. Balier va diriger une recherche sur le fonctionnement psychique de détenus incarcérés pour violence sexuelle, pour la Direction Générale de la Santé. Si cette recherche n’a pas été réalisée dans l’optique de la loi du 17 juin 1998, les remarques et préconisations qu’élaborera C. Balier serviront à sa rédaction. Le premier projet de loi apparaît dans la période 1996-1997 et déjà « la dangerosité, en tout cas la dangerosité supposée, [est] constamment présente dans l’esprit du législateur1 ». Il est vrai que chaque nouvelle affaire de violences ou d’agressions sexuelles met en émoi la population et entraîne une stigmatisation du délinquant sexuel. Il est alors demandé au législateur plus de sécurité. C’est dans un contexte de peur qu’est mise en place la loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs. Afin d’être précis, cette loi comporte ce qui est appelé le suivi socio-judiciaire qui consiste « pour le condamné, l’obligation de se soumettre, sous le contrôle du juge de l’application des peines et pendant une durée déterminée […] à des mesures de surveillances et d’assistances destinées à prévenir la récidive2 ». C’est dans ce cadre que s’est créée l’injonction de soins en tant que mesure de surveillance. Une fois l’injonction de soins prononcée, le condamné est sommé de rencontrer un psychiatre ou un psychologue afin de travailler sur sa problématique. Le but de ce travail est une réintégration de l’auteur de violence sexuelle notamment dans la norme sociétale. Ce dispositif peut être aujourd’hui une peine complémentaire à une peine d’enfermement ou être une peine principale3.

L’injonction de soins et la reconnaissance de la victime

  • 4 J. Mc Dougall, « Essai sur la perversion », dans Les perversions, les chemins de traverse, Paris, (...)
  • 5 J. Chazaud, Les perversions sexuelles. Introduction à leur approche psychanalytique, Toulouse, Pri (...)
  • 6 M.-J. Grihom, De la subjectivation des liens aux solutions subjectives. Subjectivation, lien et ac (...)
  • 7 S. G. Lofts et P. W. Rosemann, « Penser l’Autre : psychanalyse lacanienne et philosophie », Revue (...)
  • 8 P. Aulagnier, La violence de l’interprétation, Paris, PUF, 1991 (1975).
  • 9 Ibid.

3Comment l’injonction de soins peut-elle favoriser ce travail de reconnaissance de la victime ? Précisons tout d’abord les troubles de la subjectivation présents dans cette population. À l’aide des auteurs4 qui travaillent sur la psychopathologie du « champ pervers5 » nous pouvons résumer ainsi les aspects les plus marquants de leur fonctionnement psychique : la non reconnaissance d’un tiers ou autre symbolique (Autre), séparateur et structurant ; un rapport à l’autre basé sur l’emprise ; une construction du moi où règne le déni de la double différence des sexes et des générations et le clivage. Or, la construction du psychisme individuel est fonction de la place que va pouvoir prendre d’une part l’Autre comme tiers symbolique et d’autre part l’autre comme image identificatoire. Les auteurs de violence sexuelle nous montrent ce que peut représenter un accès au tiers qui ne se fait pas : une perte des repères symboliques structurant le fonctionnement psychique. Le rôle et la fonction du tiers dans le développement psychique sont couramment admis en psychologie clinique, aussi nous avons cherché à penser les rapports entre cette figure médiatrice et le processus de subjectivation. Pour la psychanalyse, le sujet est fondamentalement divisé, il est « à la fois l’un et l’autre6 ». Penser le sujet suppose de le penser comme « l’enchevêtrement nécessaire du Moi et de l’Autre7 ». La subjectivation est précisément le processus qui va donner accès au sujet. Elle est le savoir du Je sur le Je8. Plus simplement, le sujet subjective dès lors qu’il « établit un écart entre les plans représentatifs. La subjectivation est [alors] l’appréciation de cet écart en termes de reconnaissance9 ». Il fait alors référence à son altérité-intime ou à une altérité extérieure, par conséquent il reconnaît la place du tiers.

4Reste alors à préciser en quoi l’injonction de soins peut relancer le processus de subjectivation et favoriser la reconnaissance de la victime. Ce dispositif est en premier lieu une construction judiciaire et en tant qu’élément de la loi il cherche à réintégrer le sujet dans la société. L’injonction de soins est une peine que seul le législateur peut prononcer. En ce cas, elle possède une dimension symbolique puisqu’elle émane d’une institution reconnue socialement : la justice. La prise en charge psychologique bénéficie également d’une portée symbolique forte : on va voir le psychologue lorsque l’on pense ne plus « faire partie » de la norme. Le psychologue, le psychiatre sont pourvus d’une « capacité » à réintégrer « l’a-normal » dans la société. Nous pouvons donc constater que le dispositif d’injonction de soins est édifié autour de figures du tiers. En ce sens ne peut-elle pas représenter en tant que telle une figure du tiers ?

L’injonction de soins : un dispositif qui fait tiers

5Afin de comprendre en quoi l’injonction de soins peut faire tiers et par conséquent enclencher un processus de subjectivation nous devons comprendre les caractéristiques du tiers dans la théorie psychanalytique et ce qui serait subjectivant chez lui.

  • 10 R. Kaës, Le groupe et le sujet du groupe : éléments pour une théorie psychanalytique du groupe, Pa (...)
  • 11 P. Aulagnier, op. cit.
  • 12 P. De Neuter, « Les fonctions paternelles aujourd’hui », Cliniques méditerranéennes, 83, 2011, p.  (...)
  • 13 W. Bion, Aux sources de l’expérience, Paris, PUF, 1996 (1967).
  • 14 R. Roussillon, Agonie, clivage et symbolisation, Paris, PUF, 1999.

6Le tiers est avant toute chose porteur de symbolique. Le tiers en ce sens est celui qui parle et offre un espace parlant au sujet, « un habitat conforme à ses exigences10 ». Il renvoie au porte-parole11 selon P. Aulagnier ou au tiers symboligène décrit par P. De Neuter12 et il possède une fonction de nomination. Le tiers favorise également la création de symbolique. Dans le dispositif d’injonction, il est ainsi un autre qui cadre et contient le sujet en devenir. Le tiers sert alors d’« appareil à penser les pensées13 ». Il favorise l’élaboration symbolique par sa fonction pare-excitante et par sa capacité à être un organisateur œdipien14.

Le tiers porteur de symbolique

7Le tiers porteur de symbolique c’est le tiers dans sa fonction de parole. C’est un autre qui parle le sujet. Cet abord nous permet de montrer que le langage est primordial dans la construction du sujet. Le langage : nous y sommes dedans pleinement. L’importance du langage a été portée à son paroxysme avec Lacan lorsqu’il propose que l’inconscient est structuré comme un langage. Sans développer sa théorie nous retiendrons que pour lui, le sujet est aliéné à la chaîne des signifiants. Il propose l’analogie suivante : les mécanismes du rêve que sont le déplacement et la condensation correspondent à la métaphore et à la métonymie dans le discours. Cette analogie lui permet d’asseoir la logique du signifiant pour comprendre les phénomènes névrotiques et psychotiques. Ainsi, il justifie d’une part, l’inconscient structuré comme un langage, d’autre part, l’autonomie du signifiant par rapport au signifié.

  • 15 Kaës, op. cit., p. 303.
  • 16 Ibid., p. 303.

8Piéra Aulagnier, pour sa part, a proposé, dans ses travaux sur les conditions intersubjectives de la subjectivation, les notions de porte-parole et d’anticipation. Le porte-parole est une fonction qui produit « l’espace où le Je peut advenir, c’est-à-dire dans un espace parlant qui offre au sujet un “habitat” conforme à ses exigences15 ». Selon P. Aulagnier, la mère est porte-parole au sens où : son discours porte l’infans et lui ouvre l’accès à la parole ; elle représente la parole d’un autre ou de plus-d’un-autre, elle énonce des interdits, des représentations qui ne sont pas les siennes à l’origine16, dans une forme de délégation de l’ordre culturel.

  • 17 P. Aulagnier, op. cit., p. 135.
  • 18 S. de Mijolla-Mellor, Penser la psychose, Paris, Dunod, 1998.

9Quant à l’anticipation, elle est un des concepts les plus originaux de P. Aulagnier. Il renvoie à la « violence » (à entendre comme décalage entre les discours) qu’exerce le discours de la mère sur le Je de l’infans. « Précédant de loin la naissance du sujet, lui préexiste un discours le concernant : sorte d’ombre parlée, et supposée par la mère parlante, dès que l’infans est là, elle va se projeter sur son corps et prendre la place de celui auquel s’adresse le discours du porte-parole17. » L’anticipation maternelle est fondamentale car elle opère une traduction entre l’infans et le discours de l’ensemble du monde adulte18.

  • 19 E. Porge, Les noms du père chez Jacques Lacan, Toulouse, Érès, 2013.
  • 20 J. Dor, Structure et perversion, Paris, Denoël, 1987.

10Après ce détour sur l’importance du langage, porté par un autre, dans la construction du psychisme, abordons la notion de la nomination développée par J. Lacan. Celle-ci apparaît lorsque Lacan développe les diverses instances du père et les fonctions qu’il leur attribue. Nommer c’est d’abord donner un nom : le père donne un nom à son enfant. Au-delà nommer c’est nouer, faire nœud de structure chez le sujet. Pour Lacan le père n’est pas à entendre comme une réalité physique mais « comme un terme référentiel19 ». Il n’est alors pas « nécessaire qu’il y ait un homme pour qu’il y ait un père20 ».

11Selon nous, Lacan lui-même a ouvert la voie à ce que P. De Neuter appellera « tiers subjectivant, symboligène et structurant ». L’auteur fait cette proposition pour remplacer les termes de Père symbolique ou Nom-du-Père. Remplacer la « forme » mais certainement pas le « fond ». L’idée est de se séparer des traditions d’une société basée sur le patriarcat et que la psychanalyse, notamment lacanienne, a porté aux nues. Sur ces bases, il n’est plus question d’être physiquement un homme pour devenir un père, un tiers (cf. les recherches sur les nouvelles familles, les nouvelles parentalités). En tant que figure du tiers, l’injonction de soins possède une portée symbolique et une fonction de nomination. Elle nomme quoi ? Que l’auteur de violence sexuelle a un symptôme.

Le tiers créateur de symbolique

  • 21 A. Green, « Le narcissisme primaire : structure ou état », Narcissisme de vie, narcissisme de mort(...)
  • 22 A. Green, op. cit.
  • 23 D. W. Winnicott, Jeu et réalité, Paris, Gallimard, 1975.

12Ici nous ferons référence au cadre et à la contenance. Nous supposons l’existence de deux sortes de cadre : l’un silencieux au service de la projection de la vie psychique future, l’autre actif, porteur d’un discours à transférer. Le cadre « silencieux » renvoie pour nous au concept « d’hallucination négative de la mère21 », tel que décrit par A. Green et repris par C. Balier dans ses travaux sur les auteurs de violence sexuelle. Il sert « d’écran blanc22 » surtout pour la projection de la vie psychique future. Le « cadre actif » quant à lui, renvoie dans sa conception à la matrice de la relation telle que la relation contenant-contenu de Bion le suppose notamment. Nous faisons également référence à l’aire intermédiaire développée par D. Winnicott23 : espace qui se situe entre réalité extérieure et réalité interne. Nous pouvons dire, que dans le silence le jeu de la présence-absence est primordial pour constituer les bases du sujet futur, quand dans le cadre actif, la présence relationnelle doit primer.

Fonctions et rôle de l’injonction de soins

  • 24 J. McDougall, Théâtre du Je, Paris, Gallimard, 1982.

13Selon nous, l’injonction de soins peut être perçue comme une figure du tiers car elle possède deux fonctions centrales. Une fonction de nomination. Elle nomme l’existence du symptôme à l’auteur de violence sexuelle et en cela elle va concourir à la subjectivation et à la réduction de l’angoisse. Une fonction de cadre et de contenance. De par sa capacité à représenter la loi, l’interdit, l’A/autre, elle suppose l’existence d’un cadre. Elle favorise la transformation des éléments impensables (élément bêta) en éléments pensables (alpha). Elle se fait écran blanc sur lequel pourra se jouer le conflit psychique. Enfin, son rôle est de se faire : troisième scène psychique24. L’injonction de soins aurait ainsi un rôle d’espace symboligène dans lequel se trouve le désir-non-désir d’un ou plus-d’un-autre comme l’évoque R. Kaës, différenciant et reconnaissant par le discours nommant et la punition, l’existence du sujet, de son désir et sa division subjective. Cet espace permettrait à l’auteur de violence sexuelle de penser, de se penser par le biais de l’A/autre (symbolique et imaginaire) réceptacle de ses angoisses donc de subjectiver.

Le cas d’Alain

La méthodologie de la recherche

  • 25 Le temps de latence pour le retest était entre 6 moins et 1 an. La variation étant en lien avec le (...)

14Afin d’apprécier l’efficacité de l’injonction de soins nous avons élaboré une méthodologie clinique sur un modèle évaluatif. En effet, chaque épreuve utilisée (Rorschach, dessin, génogramme) faisait l’objet d’une passation sur le mode du test-retest25. Cette méthode nous a permis de révéler les capacités subjectives des sujets rencontrés par l’étude des différences, des modifications des réponses ou productions graphiques et langagières. Nous proposerons, dans cette communication, un résumé de ce que nous avons pu comprendre de la problématique d’Alain, déniant ses actes, autour de deux points principaux : son regard sur son père ; son regard sur la fonction de père et sur son beau-fils. En effet, nous avons fait le choix de ces deux points car sa capacité à essayer d’élaborer son vécu en tant que fils va favoriser une élaboration de son vécu comme père et permettre de faire le parallèle entre son vécu : être écrasé par son père et ce qu’il a pu faire vivre à son beau-fils.

Les raisons de la condamnation

15Alain a 50 ans lorsque nous le rencontrons. Cela fait déjà huit mois qu’il a débuté l’injonction de soins. Il nous évoque sa condamnation de manière assez confuse. Il dit avoir « été condamné en 2002 pour attouchements sexuels, viol sur mineur etc. etc. etc. J’ai fait 10 ans de prison » sur les 13 années que la condamnation prévoyait. À cela s’est ajouté un suivi socio-judiciaire comportant une injonction de soins de 8 ans « qui n’a jamais été claire dans ma tête d’ailleurs parce que j’ai jamais compris si ça devait se faire à l’intérieur, à l’extérieur ». Il nous faudra attendre quelques minutes d’entretien pour qu’il explique qu’il a été accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec son beau-fils. Son hésitation, son incompréhension du fonctionnement de l’injonction sont selon nous, en lien avec le déni qu’il pose sur son acte. En effet, il met immédiatement en avant qu’il a contesté sa condamnation pendant 1 an et demi, qu’il considère comme une vengeance de son ex-femme et de son beau-fils. En effet, le beau-fils aurait surpris une de ses conversations dans laquelle il évoquait une future séparation d’avec sa femme (mère du beau-fils). Alain ne peut pas développer de réflexion autour des faits et d’une problématique pédophilique car ça n’a jamais eu lieu selon lui. Pour chaque point nous avons mis les deux phases en parallèle.

Son regard sur son père

16Phase 1 : Il est intéressant de constater qu’Alain semble avoir pris un certain recul sur son vécu infantile (peut-être en lien avec les années de thérapies en prison). En effet, il analyse sa relation avec son père dans le registre d’une triangulation œdipienne que nous pourrions qualifier d’« inversée ». L’explication d’Alain, laisse entendre une inversion des places. Son père est le fils qui souhaite tuer Alain en tant que mari de la femme-mère :

« Quand le premier gamin est arrivé [à savoir lui] la mère a envoyé toute son affection sur l’enfant comme ça arrive malheureusement. Et elle était un peu plus critique, plus distante avec lui [son père]. Et lui comme c’est un frustre, un… Ben ! Il en a voulu à l’enfant. Il m’a tout de suite détesté et très rapidement il a essayé de me tuer. »

17Nous comprenons qu’ici c’est l’histoire du père qu’il faudrait interroger. Il y a donc une haine et au-delà un désir de mort du fils chez le père qui serait en lien avec la relation fusionnelle entre Alain et sa mère. Il nous raconte plusieurs moments où son père a tenté de le tuer alors qu’il n’a que 4 ans : « j’étais dans l’eau, je savais pas nager, il a jeté le chien sur moi » ou encore « je demande à sortir du fossé, c’est le chien qui me sort du fossé ». Pour autant, il n’a jamais réussi à le tuer et s’est alors attaqué à ce qui faisait d’Alain un homme en essayant de le castrer :

« En plein milieu de la nuit, je dormais dans un lit, des lits anciens avec des barreaux en fer. Et il n’a pas allumé la lumière, il est rentré, il a attrapé mes jambes par-dessous et bam ! Sur le barreau quoi. À trois reprises. J’ai pleuré. Je suis tombé dans les pommes. Il s’est barré. »

18À nouveau son analyse est pertinente : « Il a pas pu tuer physiquement donc il a voulu tuer sûrement le rival en tuant le sexe. » Le père apparaît comme un « père de la horde » qui cherche à éliminer les rivaux potentiels à savoir, Alain et son frère. En effet, « avec les filles c’était un peu différent. Mon père était moins, était pas agressant envers les filles […] on peut pas dire qu’il était agressant ».

19Phase 2 : Lors de la phase deux, neuf mois plus tard, nous remarquons l’émergence du conflit et de la présence d’un autre en lui-même. En effet, dans la première phase, Alain analysait déjà ce qu’il appelait le « modèle inverse » c’est-à-dire être un père à l’inverse du sien. Lors de la deuxième phase, il l’aborde à nouveau et évoque un sentiment de dépersonnalisation, un autre qui aurait pris sa place dans l’éducation de son beau-fils : « c’était pas moi qui était là. Moi j’étais où dans cette histoire-là ». En reproduisant à l’inverse le modèle paternel, il est comme étranger à lui-même et prend la personnalité de son père pour éduquer son beau-fils : « C’était le modèle inverse du père, c’était comme si c’était mon père qui avait élevé Éric. » « C’est pas bon ça […] c’est comme si t’as pas de personnalité dans ce cas-là. » Cette phase nous montre l’impossibilité pour Alain d’une identification structurante à son père. Si son père n’a pas réussi à le tuer physiquement, il semble l’avoir fait psychiquement en prenant place à l’intérieur de lui-même. Le travail thérapeutique effectué, semble lui avoir permis de se décoller d’une image paternelle mortifiante et de réinstaurer une distance subjective lui permettant de se penser subjectivement en tant que père, ce que nous allons développer dans le second point.

Son regard sur la fonction de père et sur son beau-fils

20Phase 1 : Selon nous, il a construit une famille en miroir de sa propre famille à savoir un même inversé. Il nous explique que sa défense c’est de suivre le modèle inverse : « Mon père détestait tout ce qui était intellectuel, intelligent, amusant, joli etc. Donc moi ça m’intéressait forcément. » Son père n’était pas un bon père alors lui le sera : « Chez moi on voyait personne quand j’étais gamin. Là, c’est évidemment le fonctionnement inverse. » Cependant, il se rend compte que faire l’inverse « ça revient au même au final ».

21En ce qui concerne son beau-fils, Éric apparaît comme un double d’Alain. Il est avec son beau-fils comme il aurait aimé que son père soit avec lui. Ils sont « super complices très vite ». Alain remplit « le rôle qu’Éric attendait de son père. […] J’étais le père, enfin réel, dans le concret ». Il voue une fascination, une admiration pour ce garçon qu’il voit tout fragile au milieu de toutes ces femmes : « Il a une aisance très brillante et moi je suis toujours en admiration quand je le regarde vivre. » Il arrive donc en tant qu’homme qui donne la vie symboliquement, qui le remplit de nourriture physique et psychique à l’inverse de son père qui cherchait à la lui prendre : « et dès que j’arrive chez lui, il se met à manger, il mange, il commence à rigoler, à faire le con, à devenir vivant ». Au fur et à mesure, Alain crée un cocon autour d’Éric dans lequel il le fige par son idéalisation tout d’abord : « Éric qui doit être un enfant idéal, parfait. » Il va le mettre sur « un piédestal, là-haut ». Ainsi que par une attitude qui anticipe constamment l’enfant et favorise une relation d’emprise : « Il a pas le temps d’avoir envie d’un truc, il l’a déjà. Je suis au courant de tout ce qui peut intéresser les gamins à cette époque, qu’il ait bien tout comme il faut. » Cependant, Éric grandit et ne correspond plus à la projection d’Alain : « Un jour [Éric et ses amis] ont détruit, je sais plus, 10, 12, 15 voitures. […] Je lui pose la question […] il a une réponse très cynique […]. Il me dit : “de toute façon c’est des voitures de pauvres”. La baffe, elle est partie parce que c’est comme s’il m’avait insulté. […] On est devenu ennemis. » À partir de là, la relation est rompue et laisse place au conflit « il y a une espèce de froid qui s’est mis rapidement ». Par ailleurs, le génogramme vient confirmer les ruptures relationnelles avec sa femme, avec son beau-fils par la figuration de barres coupant les liens. Le discours associé est encore plus agressif à propos d’Éric : « C’est comme un père qui a tout projeté et qui a réussi en échange que ce soit une merde en face. » Le miroir est brisé, il ne peut plus se reconnaître dans Éric qui devient un mauvais objet.

Phase 2 : neuf mois plus tard

22Lors de cette phase nous pouvons voir l’influence du nouveau regard qu’il porte sur la place qu’a pu prendre son père dans sa propre construction. La présence de l’enclenchement d’un processus de subjectivation autour de la question du père, comme nous avons pu le voir, lui a permis de remettre au travail sa place de père et accéder à une re-connaissance de son beau-fils à entendre aussi bien dans le sens de la « reconnaissance » identitaire mais également de la « connaissance à nouveau » d’Éric. Il est important de noter que cette reconflictualisation est apparue grâce au suivi avec les thérapeutes. Alain perçoit donc différemment la relation à son beau-fils. Son discours semble apaisé. Il considère toujours que sa condamnation est une vengeance de la part du beau-fils. Pourtant, il ne lui en veut pas : « avec sa mère il a utilisé l’occasion, mais je peux pas lui en vouloir », « je crois qu’il me détestait quoi et je le comprends ». Une vengeance face à un père trop étouffant mais qui est peut-être un biais pour accéder à une reconnaissance des actes. En effet, la culpabilité exprimée ne renvoie pas à l’acte mais à son attitude dans sa fonction paternelle. Il se remet en cause par rapport à cette fonction. Il perçoit qu’il était étouffant pour son beau-fils par son anticipation constante : « très étouffant, un gamin qu’avait jamais le temps d’avoir besoin d’un truc… ça c’est assez lourd. Et je peux comprendre beaucoup de choses de sa part surtout au moment de l’adolescence, il ait eu le besoin de respirer ». Il exprime son propre désir de perfection à savoir : être un père parfait mais se rend compte du poids que cela représente pour l’autre : « C’est pas très humain et c’est trop lourd à vivre pour l’autre. » La perfection, l’anticipation figeaient la scène familiale et empêchaient l’existence d’un discours nommant. En effet, Alain discutait beaucoup avec son beau-fils, « des discussions et trop de discussions ». Un discours qui servait plus à le rassurer dans sa position de beau-père qu’à apporter une présence et un nom à son beau-fils : « J’étais beaucoup trop explicatif, je voulais me sécuriser. » Bien que, globalement, il reste agressif lorsqu’il parle de son beau-fils il est important de constater que la relation s’est apaisée et une forme d’empathie est apparue. Alain évoque le moment où ils sont devenus ennemis mais les insultes présentes lors de la première phase ont disparu. Un apaisement que nous remarquons dans d’autres types de relation et notamment celle avec la justice qui le renvoie régulièrement au vécu traumatique avec son père. Une justice écrasante comme l’était le père porteur de la loi symbolique.

*

23Alain laisse apparaître une reconnaissance progressive d’une place de victime pour son beau-fils même si celle-ci ne s’effectue pas sur la dimension des actes en eux-mêmes. Selon nous, le beau-fils apparaîtrait comme victime d’une vengeance d’Alain par rapport à son propre vécu avec son père. En effet, la relation qu’il entretient avec le beau-fils semble être une reprise de conduite agressive dans son lien père-fils avec la particularité que pour lui il est l’opposé de son père. Cela nous laisse supposer qu’en ce sens la non reconnaissance du beau-fils comme victime relèverait peut-être plus d’un désaveu que d’un déni, d’un rejet de la réalité de victime. Dans ce cas, la victime serait alors désavouée et non forclose car prise dans les traces du vécu d’Alain avec son père et que l’artifice qu’il met en place, à savoir être un père à l’inverse du sien, n’est qu’une tentative pour effacer son propre vécu. La relation qu’entretiendrait Alain avec son beau-fils serait comme fétichisée, une relation parfaite sans faille, sans manque dans laquelle il est le père parfait. En conséquence, dans la seconde phase nous pouvons supposer qu’apparaît une certaine levée du désaveu. La remise en tension des dimensions identificatoires : Alain et son père, Alain et son beau-fils c’est-à-dire Alain comme père et comme fils favorise un processus de subjectivation sur les représentations de sa place comme père. Nous pouvons alors constater la présence d’un écart qu’il reconnaît entre ses représentations de lui-même en tant que père à la phase un et ses nouvelles représentations à la phase deux. Selon nous, c’est grâce à ce travail autour de sa fonction paternelle que semble s’entrevoir une forme de reconnaissance d’une position de victime pour son beau-fils.

Notes

1 G. Dubret, « Loi du 17 juin 1998 et dangerosités », dans C. de Beaurepaire, M. Bénézech et C. Kottler (dir.), Les dangerosités : de la criminologie à la psychopathologie, entre justice et psychiatrie, John Libbey Eurotext, 2004.

2 Code pénal, Dalloz, 2008.

3 Loi du 9 mars 2004, loi du 12 décembre 2005, loi du 5 mars 2007, loi du 10 août 2007, loi du 25 février 2008, loi du 10 mars 2010, loi du 27 mars 2012.

4 J. Mc Dougall, « Essai sur la perversion », dans Les perversions, les chemins de traverse, Paris, Tchou, 1979 ; J. Dor, Structure et perversion, Paris, Denoël, 1987 ; J. Chasseguet-Smirgel, « Introduction à la discussion du rapport de Massimo Tomassini », Revue française de psychanalyse, 41, 1992, p. 1615-1628 ; C. Balier, Psychanalyse des comportements sexuels violents, Paris, PUF, 1996 ; C. Balier, « De la transgression au déni de l’humain », L’esprit du temps, 2, 38, 2005, p. 13-30 ; C. Balier et S. Baron-Laforet, « Traitement des pédophiles en milieu carcéral », L’Évolution psychiatrique, 63, 1-2, 1998, p. 69-81 ; A. Ciavaldini, Psychopathologie des agresseurs sexuels, Paris, Masson, 1999, et A. Ciavaldini, « La famille de l’agresseur sexuel. Conditions du suivi thérapeutique en cas d’obligation de soins », Le Divan familial, 6,2001, p. 25-34.

5 J. Chazaud, Les perversions sexuelles. Introduction à leur approche psychanalytique, Toulouse, Privat, 1973.

6 M.-J. Grihom, De la subjectivation des liens aux solutions subjectives. Subjectivation, lien et acte, HDR, université de Poitiers, 2013.

7 S. G. Lofts et P. W. Rosemann, « Penser l’Autre : psychanalyse lacanienne et philosophie », Revue philosophique de Louvain, Quatrième série, t. 92, no 1, 1994, p. 82-97.

8 P. Aulagnier, La violence de l’interprétation, Paris, PUF, 1991 (1975).

9 Ibid.

10 R. Kaës, Le groupe et le sujet du groupe : éléments pour une théorie psychanalytique du groupe, Paris, Dunod, 1993.

11 P. Aulagnier, op. cit.

12 P. De Neuter, « Les fonctions paternelles aujourd’hui », Cliniques méditerranéennes, 83, 2011, p. 125-140.

13 W. Bion, Aux sources de l’expérience, Paris, PUF, 1996 (1967).

14 R. Roussillon, Agonie, clivage et symbolisation, Paris, PUF, 1999.

15 Kaës, op. cit., p. 303.

16 Ibid., p. 303.

17 P. Aulagnier, op. cit., p. 135.

18 S. de Mijolla-Mellor, Penser la psychose, Paris, Dunod, 1998.

19 E. Porge, Les noms du père chez Jacques Lacan, Toulouse, Érès, 2013.

20 J. Dor, Structure et perversion, Paris, Denoël, 1987.

21 A. Green, « Le narcissisme primaire : structure ou état », Narcissisme de vie, narcissisme de mort, Paris, Éditions de Minuit, 2007 (1966).

22 A. Green, op. cit.

23 D. W. Winnicott, Jeu et réalité, Paris, Gallimard, 1975.

24 J. McDougall, Théâtre du Je, Paris, Gallimard, 1982.

25 Le temps de latence pour le retest était entre 6 moins et 1 an. La variation étant en lien avec les disponibilités du sujet.

Auteur

Psychologue en addictologie, docteur en psychologie de l’université de Poitiers, membre associé du laboratoire CAPS (EA 4050). Ses travaux portent sur les auteurs de violence sexuelle, les soins sous contrainte et leur impact sur les patients, sur les thérapeutes, la subjectivation ainsi que le champ de l’addictologie. Il est l’auteur de « Injonction de soins et populisme pénal. La tension entre mêmeté et altérité pour l’agresseur sexuel et sa victime », Topique, no 122 et « La subjectivation des liens familiaux dans le cadre de l’injonction de soins », Dialogue, no 211.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search