Version classiqueVersion mobile

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Quatrième partie. Reconnaître : soigner et juger

L’apport de l’anthropologie clinique dans le processus de subjectivation des auteurs de violence conjugale

Natacha Chetcuti-Osorovitz

Texte intégral

  • 1 E. Levinas, Éthique et infini, Paris, Fayard, 1982, p. 91.

« Je parle de la responsabilité comme de la structure essentielle, première, fondamentale de la subjectivité. »
Emmanuel Levinas, Éthique et infini1.

  • 2 S. Schweier, « Un exemple du traitement des violences conjugales : La Fédération Nationale Solidar (...)
  • 3 http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-vote/loi-du-4-avril-2006-renforcant-prevention (...)
  • 4 N. Séverac, « Auteurs de violence conjugale : sanction/éducation, deux points d’appui pour sortir (...)
  • 5 C. Helfter, « Quelle prise en charge pour les auteurs de violences conjugales ? D’un arsenal répre (...)

1La prise en charge sociale et juridique des hommes auteurs de violence s’est longtemps heurtée en France à des résistances, contrairement au Canada, en particulier au Québec, où il existe depuis 1982, dans le cadre de la lutte contre les violences conjugales, des centres d’accueil institutionnalisés à destination des hommes. Ce dispositif est accompagné depuis 2004 de programmes de traitement pour les hommes violents. La carence d’intervention sociale et juridique auprès des auteurs de violences conjugales dans le contexte français et le silence qui a couvert pendant longtemps l’existence des hommes violents fait apparaître en creux une relégation des femmes quant au traitement de ces violences2. Il a fallu la loi du 4 avril 2006, qui renforce la prévention des violences au sein du couple3, pour qu’apparaisse une obligation de prise en charge sociale, sanitaire ou psychologique des auteurs, en vue de prévenir la récidive4. C’est alors que l’on voit apparaître des centres de prise en charge d’auteurs de violences (FNA-CNAV) et l’émergence d’une douzaine de structures spécialisées dans l’accueil de ce public5. Des partenariats étroits avec des associations pour femmes victimes de violences et des services et associations socio-judiciaires voient également le jour par le biais des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS). Une des premières associations impliquées dans cette démarche est SOS Femmes. Les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) chargés, entre autres missions, de l’application des peines ont été également les premiers acteurs impliqués dans ces dispositifs.

2La présente contribution s’appuie sur une enquête ethnographique de deux années (2013-2015) faite d’observations, d’écoutes, d’échanges, que j’ai menées en tant qu’anthropologue sociale dans une position d’intervention sociale avec des hommes auteurs de violences conjugales.

  • 6 Fondé sur le traitement du contexte relationnel dans lequel s’inscrit la situation de violence (J. (...)

3Les groupes de paroles constitués sur le modèle restauratif6, que j’ai co-organisés avec un SPIP d’Île-de-France, ont pour but de faire réfléchir les auteurs sur le sens de la responsabilité, le rapport à l’altérité et aux normes de la masculinité. Est-ce que la masculinité implique des moments d’emportements ? Est-ce qu’être un homme, ce n’est pas être responsable ? Dans le cadre du suivi judiciaire de l’application des peines en milieu ouvert, les auteurs de violences sont mobilisés lors d’un stage obligatoire de trois jours. Je relaterai ainsi le déroulement d’une journée, afin de mettre en lumière les évolutions des représentations liées aux violences et des significations que les auteurs attribuent à leurs conduites. Cette présentation ethnographique permettra de comprendre comment se construit le rapport à la catégorisation « homme violent » pour ces hommes contraints par le traitement social et judiciaire.

4Puis, comment s’élabore progressivement un rapport à l’autre non conditionné par la violence ?

Une ethnographie de l’intervention sociale

5Trois sessions par an sont organisées pour des groupes différents. Le stage de trois journées a pour objectif de faire réfléchir les hommes condamnés pour violences conjugales sur leur passage à l’acte, d’évaluer les positionnements des intéressés au regard des délits commis en donnant une priorité au sens de la mesure judiciaire et de préparer les aménagements de peine.

6Ce programme socio-judiciaire de prévention de la récidive innove par son approche pluridisciplinaire. La première demi-journée est consacrée au rappel du cadre judiciaire par l’intervention d’un conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP) et d’un capitaine de gendarmerie. La seconde demi-journée est animée par l’association SOS Femmes et par un médecin légiste. Elle a pour but d’éclairer les participants sur le parcours des femmes victimes. La deuxième journée est entièrement consacrée à une approche socio-anthropologique, au moyen de l’analyse des situations de violence, le but étant de responsabiliser les hommes auteurs afin d’opérer un changement en faveur de nouvelles modalités relationnelles. L’accent est mis sur les représentations de genre et sur les places respectivement attribuées aux femmes et aux hommes par les hommes présents. La troisième journée est décomposée en deux demi-journées : la première s’effectue par la visite du musée de la Grande Guerre à Meaux (77) et a pour finalité d’amener les hommes présents à réfléchir à l’évolution de la place des femmes dans la société. La deuxième demi-journée est animée par un psychologue, membre d’une association de lutte contre les violences conjugales à destination des auteurs. Cette séance met l’accent sur les conséquences des situations de violence sur les enfants, et les risques associés à la violence. Chaque participant remplit une fiche d’évaluation à la fin des trois jours de stage. Cette mise en perspective par le récit leur permet de mesurer les changements à apporter dans la manière de percevoir l’autre.

7Ce dispositif de groupe de prévention de la récidive, en milieu ouvert, repose, dans un cadre post-sentenciel, sur la contrainte, soit dans le cadre de mesures alternatives aux poursuites, soit d’un contrôle judiciaire présentiel, soit d’une condamnation avec mise à l’épreuve.

  • 7 Pour sélectionner les candidats au stage et en dehors du critère primordial tenant à la nature de (...)

8Chaque groupe est constitué au maximum de dix hommes. Ils sont tous condamnés pour violences conjugales (physiques, sexuelles et psychologiques), pour la plupart récidivistes, mais laissés en milieu ouvert au moment du stage. Pour plus de la moitié d’entre eux, ils sont soumis à une obligation de soins. Repérés par un CPIP en charge du suivi individuel, c’est après une série d’entretiens que les auteurs intègrent ce programme, conçu comme une action complémentaire à celle de la justice7.

  • 8 http://www.ladominationmasculine.net/, consulté le 1er juillet 2015.

9En ce qui concerne l’organisation de la journée que j’anime, elle commence par une présentation sommaire de mon statut et de mes champs d’intervention. Je me présente donc comme anthropologue sociale, travaillant sur les questions des rapports femmes-hommes et des sexualités depuis une vingtaine d’années. Je leur propose tout d’abord de faire le récit individuel de la situation de violence qui les a conduits à la condamnation présente. Ce moment permet de décoder collectivement les différents contextes relationnels de couple et les diverses formes de violences agies et/ou subies. Par la suite, je confronte avec les participants l’analyse des différents récits en tentant d’identifier les différents comportements de violences et les liens qu’ils entretiennent avec les normes de genre. À ce stade de la réflexion, on visionne ensemble trois séquences du film La Domination masculine de Patrick Jean8 (2009). L’une d’entre elles présente des témoignages de femmes victimes, l’autre décrit le parcours d’auteurs de violences conjugales s’étant engagés librement dans des dispositifs d’aide. Enfin, une dernière séquence présente une discussion autour des normes de masculinité et des changements à envisager du point de vue des hommes. Ce visionnage permet ensuite un échange dans le groupe et d’ouvrir la discussion sur la notion de responsabilité et sur la catégorisation homme violent. Enfin, je leur propose une synthèse de la journée en reprenant les thématiques qui ont été abordées, et en insistant particulièrement sur la nécessité du dialogue dans la relation de couple.

  • 9 D. Fassin, L’Ombre du monde, Paris, Seuil, 2015, et A. Lenoire, J.-N. Retière et C. Trémeau, Ces d (...)

10Un exemple de groupe qui a eu lieu en mars 2015 est composé de neuf hommes âgés entre 25 et 50 ans. Une grande majorité d’entre eux vient de milieux sociaux modestes : travailleur du bâtiment, agent de sécurité, cariste, mécanicien, manutentionnaire, chômeur après la condamnation. Il y a une proportion significative d’hommes d’origine maghrébine ou d’ascendance africaine, et d’autres groupes nationaux, tous habitants de quartiers populaires. Si les hommes d’origine immigrée (ou non), mais vivant dans des quartiers populaires sont surreprésentés, ce n’est pas parce qu’ils commettent plus d’actes de violences conjugales, mais pour une large part au moins parce que l’ensemble de l’appareil répressif et social les désavantage9.

  • 10 Selon le Code pénal, la qualité de conjoint ou d’ex-conjoint constitue une circonstance aggravante (...)

11Les participants ont été condamnés à un suivi socio-judiciaire assorti d’une obligation de soins pour la moitié d’entre eux. Les types de violences physiques répétées envers la victime sont abondamment assortis d’insultes et de menaces10. Pour cinq des cas, ils ont donné lieu à des incapacités totales de travail (ITT) comprises entre trois et huit jours. Quatre des neuf auteurs sont toujours avec leurs compagnes, et pour certains d’entre eux, après plusieurs allers-retours de rupture et de remise en couple. Sept des participants ont entre deux et trois enfants avec la femme victime. Quatre d’entre eux se sont vus signifier un ordre d’éloignement.

Conjugalité, sexualité et structures sociales

  • 11 N. Séverac, op. cit.; Hearn J., The Violences of Men, Londres, Sage Publications, 1998.

12La séance commence par une première demande que j’adresse à l’ensemble des participants, celle de faire le récit individuel de ce qui les a conduit à la condamnation. Cette première étape de la mise en récit révèle une position commune à chacun des auteurs : le sentiment d’être victimes de la situation de la violence conjugale11. La répétition de cet énoncé se décline selon trois modalités de justification :

  1. Le sentiment d’être le bouc émissaire d’une situation familiale ;
  2. Victime d’une infidélité fictive, ou réelle, de la compagne ;
  3. Victime du traitement social et judiciaire de la violence conjugale favorable à la cause des femmes.

Le sentiment d’être le bouc émissaire d’une situation familiale

13La première explication, la plus répandue, consiste à déclarer que, victimes de leur épouse, les auteurs ont dû répondre à une situation malgré eux et devant laquelle ils se sentaient dépossédés d’eux-mêmes. Cette position de défense s’accompagne de réquisitoires contre l’entourage de la compagne, au moment des faits, lequel est perçu comme hostile. La figure qui apparaît comme la plus négative est celle de la mère de l’épouse, considérée intrusive et cause du motif du déséquilibre du couple.

14C’est ce qu’explique Fhami, 38 ans, cariste, condamné à trois mois ferme avec deux ans de sursis et un ordre d’éloignement. Il est marié au moment des faits, son ex-femme est assistante sociale. Divorcé depuis deux ans et remarié, il explique que le moment de basculement du couple a été généré par la naissance de leur premier enfant et la réprobation de la mère de sa compagne à l’égard de l’installation de leur vie familiale. Il témoigne d’une position de déni, récurrente dans le discours des auteurs, en début de séance. La tension permanente avec la belle-famille s’interprète par le sentiment d’une non-légitimité de la place de père et de conjoint qui se traduit par une menace relationnelle. La sensation a posteriori d’exclusion de la communauté familiale permet d’expliquer le passage à l’acte violent, redoublé par le sentiment de trahison. C’est un des éléments de justification de la violence masculine que vont livrer une grande partie des participants. À la trahison, s’ajoute l’impression d’une emprise de la belle-famille sur leur compagne. C’est le cas d’Abdon, travailleur du bâtiment, 40 ans, marié depuis 14 ans avec une laborantine. Il a été condamné à trois reprises pour violences physiques et menaces à l’égard de sa compagne avec, lors de sa première condamnation une interdiction de domicile conjugal. Il vit toujours avec son épouse.

  • 12 Souligné par moi.

« Ses parents à elle, c’était plus difficile que les miens. Ce qui est naturel, c’est une fille, donc on ne coupe pas le cordon ombilical comme ça. […] Je comprenais et je laissais faire certaines choses, j’étais gentil, peut-être trop gentil, trop con, mais je ne me mélangeais pas dans la relation mère/fille. Mais on sentait qu’il y avait une sorte de pression pour savoir si les choses se passaient bien entre nous. Je ne prenais pas cela comme une inquiétude. Je me disais, c’est normal, sa mère est inquiète de savoir si sa fille était entre de bonnes mains. […] Je ne voulais pas trop voir ce qui se passait, car je voulais aller de l’avant, mais le mal était à l’intérieur12. Il y a eu beaucoup de sacrifices, ce qui a pesé un peu sur le couple, je pense […]. Notre risque était attendu au tournant pour savoir si on allait y arriver, ou si on allait pas se casser le nez, ou ils cherchaient à nous faire casser le nez. Surtout la mère, elle vivait avec sa mère, dans une famille divorcée, par rapport aux violences conjugales, son père était…, enfin je ne vais pas parler de leur histoire, mais… »

15L’expression « mais le mal était à l’intérieur » illustre bien le renversement de la position de victime. Ici, la notion de responsabilité, au sens lévinassien (1982), c’est-à-dire d’être responsable y compris de la responsabilité d’autrui, est annulée par le fait d’une autorité supérieure agissante : la loi de la belle-famille.

Victimes d’une infidélité fictive ou réelle de la compagne

16L’argument de l’infidélité – réelle ou fictive – de la compagne s’intègre dans deux logiques différentes de la justification du comportement violent. La première, proche d’une version moderne du crime d’honneur, renvoie à un acte engendré par un contexte passionnel relationnel. Dans ce cas, la violence est perçue comme le produit de la dépendance des conjoints, qu’il n’est pas possible de défaire, ni pour l’un, ni pour l’autre. La deuxième approche évoque une rage violente lors de la découverte de l’infidélité féminine – réelle ou fictive. Celle-ci est pensée par les auteurs comme inexcusable et à ce titre la condamnation pour violences conjugales continue de paraître injuste aux yeux des hommes concernés. De surcroît, dans nombre de situations décrites, l’infidélité supposée n’est jamais discutée avec la compagne et s’inscrit dans un contexte conjugal d’infidélité masculine clandestine, mais légitime du point de vue de l’auteur. Légitime pour deux raisons, car relevant de l’ordre des sexes traditionnel, et non significative car de courte durée.

17Dans ce cadre argumentatif, certains hommes évoquent la consommation d’alcool comme élément d’explication de leurs comportements violents. Mais cela n’est jamais utilisé comme un argument en soi. Dans tous les récits, on observe un déficit de la parole dans le couple et une très faible empathie pour la victime.

  • 13 Y. Siblot, M. Cartier, I. Coutant et al., Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, (...)

18Enfin, à l’ensemble des motivations exposées s’ajoute parfois celle d’être victimes d’un système social plus large de la précarité de l’emploi. Au sentiment de trahison précédemment exposé s’ajoute l’idée que l’incertitude liée au contexte socio-économique contemporain vient affaiblir leur rôle d’homme pourvoyeur de ressources. Leur difficulté à assurer la discipline paternelle ou la présence en tant que conjoint du fait qu’ils exercent un emploi aux grandes amplitudes horaires et à la pénibilité typique des métiers des classes populaires contemporaines13 viendrait ébranler l’image du chef de famille présent et fondateur. S’il est nécessaire de prendre en compte, dans le travail d’écoute, les contextes sociaux, les statuts socio-économiques, la précarité de l’emploi, et l’origine migratoire, toutefois ceux-ci sont à relativiser selon les situations et les moments où sont mobilisés ces facteurs. Car, parfois, ils permettent à certains des participants de justifier leur violence, ou de se déresponsabiliser.

Un traitement social et judiciaire de la violence conjugale favorable à la cause des femmes

19Pour certains des participants, le sentiment paranoïde qui souvent les habite est renforcé par une rhétorique masculiniste dénonçant un système judiciaire jugé favorable à la cause des femmes. Aarif (25 ans, agent de sécurité) :

« J’ai le sentiment d’avoir été trahi par une justice de toute façon du côté des femmes. Ma condamnation c’est de l’injustice, c’est de la trahison. La sanction que j’ai prise, je la trouve injuste, parce que j’ai plaidé non coupable. Et aujourd’hui, je le maintiens, je suis non coupable, si ce n’est de l’avoir poussée. […] Et quand on me pose la question, si à la fin de ce stage, je pourrais changer d’optique en disant que je me considère comme coupable et ben je dis non. Non, je ne me considère pas responsable de mes actes dans le sens où, enfin oui, j’étais responsable, mais c’était pas sanctionnable à ce niveau. »

  • 14 A. Verjus, « Les coûts subjectifs et objectifs de la masculinité : le point de vue des masculinist (...)

20À cette argumentation s’ajoute parfois celle qui dénonce l’attribution de la garde des enfants aux mères. Comme si ce « privilège » – pour peu que l’on le considère comme tel – constituait également un traitement asymétrique de la justice en défaveur des pères. Cette position anti-féministe dont se réclament les mouvements masculinistes dénonce un pouvoir de la justice plus favorable aux femmes et aux mères. Les masculinistes y voient une preuve de la préférence accordée aux femmes par un système judiciaire féminisé et promaternel14.

Les récits du passage à l’acte violent

  • 15 N. Séverac, op. cit.
  • 16 Dans un peu plus de la moitié des homicides, des faits de violences antérieures sont connus des se (...)

21Comme de nombreuses études l’ont démontré, une majorité des récits des auteurs présents parlent de leur geste comme s’il leur avait échappé, comme s’il était dénué d’intentionnalité. Souvent, ils atténuent leurs gestes, et parfois ils les nient en ne les reconnaissant pas a posteriori comme les leurs15. Alors que les enquêtes révèlent que lorsqu’une femme se déplace pour porter plainte, elle est dans 85 % des cas déjà en situation de violences installées16, les hommes présentent souvent leur conduite violente comme un accident. Cette traduction des faits les amène à penser qu’ils ont commis une erreur pour laquelle ils ont « à payer ».

22Les passages à l’acte physique violents s’instaurent itérativement dans des situations d’incapacité à dialoguer dans le couple. Dans cet empêchement relationnel corrélatif à la situation d’entrave affective et/ou sexuelle, l’élément déclencheur du passage à l’acte apparaît quand l’épouse fait obstacle au départ du conjoint.

  • 17 Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2013, DAV, ministère de l’Intérie (...)

23Les récits confirment les données quantitatives qui montrent que le passage à l’acte est souvent motivé par les séparations et les disputes chez les hommes et par les disputes et les violences subies par les femmes. Pour les auteurs ayant tué leur ancienne compagne, les principaux mobiles des faits sont le refus de la séparation (40 cas, soit 35 % des cas) et les disputes (36 faits, soit 30 %)17. Si le passage à l’acte violent est fréquemment suscité par les séparations et disputes, un facteur d’aggravation des violences est suscité par la présence des enfants.

24On remarque que la souffrance de la compagne n’apparaît presque jamais dans les discours. Pour certains, à ce stade de l’exposé du récit, le risque invoqué n’est pas celui de redevenir violent avec une autre femme ou l’actuelle, mais la menace d’une autre condamnation qui les rappelle à l’ordre dans une affaire de violence conjugale qu’ils jugent privée, et parfois même justifiée.

Les processus de masculinité

  • 18 R. Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

25Cette sous-partie correspond à la deuxième étape de la journée qui invite les participants à réfléchir aux différentes normes de masculinité. En mettant en perspective les récits biographiques, il s’agit d’analyser les enjeux relatifs aux modèles de masculinité, dans un contexte de violences conjugales. Ce travail collectif et réflexif permet d’amorcer un processus de déconstruction des rôles masculins pour étudier la manière dont ils s’intègrent à l’intérieur des processus relationnels genrés. Cette approche permet de dépasser la vision comportementale et psycho-sociale des violences, pour penser la manière dont les rapports sociaux de sexe, associés aux normes de genre, ont des effets sur les pratiques sociales, la définition des attendus entre femmes et hommes et les expériences corporelles et sexuelles. Cette approche relationnelle de « l’expérience de genre » permet d’identifier les processus dans lesquels se déroulent les violences masculines. C’est à partir du concept de « masculinité hégémonique18 » que cette réflexion peut s’ouvrir sur deux axes d’analyse, l’un traitant des processus de catégorisation de la masculinité, l’autre portant sur la manière dont les auteurs se construisent comme hommes violents. Comment les injonctions de masculinité se renforcent-elles en situation de violences conjugales ? Quels liens privilégiés se forment aussi bien dans l’aigreur que dans la satisfaction (ou la jouissance) de « l’expérience de genre » ?

  • 19 S. Ayral, La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège, Paris, PUF, 2011.
  • 20 C. Helfter, op. cit.

26Dans La fabrique des garçons, Sylvie Ayral19 montre, à partir de son double regard de chercheuse et d’enseignante du secondaire, que la sanction dans sa dimension sexuée s’inscrit dans des rapports de domination et produit des inégalités et des discriminations. Ils s’expriment dès le collège sous des formes classiques de sexisme et d’homophobie, qui caractérisent les garçons comme virils et dominants, encouragés à l’indiscipline, aux attitudes de défi et aux comportements violents. Les conséquences de cette double norme vont engendrer, à l’âge adulte, une vision très stéréotypée des rapports sociaux de genre associée à une perception négative de l’homosexualité, en opposition avec les codes de la virilité. C’est pourquoi la masculinité se trouve définie en opposition à la féminité, et c’est à cette seule condition qu’elle se perpétue dans une logique structurale. On observe dans le discours des participants les mêmes représentations, sur lesquelles d’aucuns s’appuient pour arguer que les auteurs de violences s’avèrent peu perméables aux messages concernant les rapports sociaux de sexe20 et leur possible transformation. Cette résistance au changement est clairement exprimée par Manga (45 ans, mécanicien). Alors qu’il a écopé de plusieurs condamnations pour violences répétées sur sa compagne et qu’il vit toujours avec elle, je lui demande pourquoi il maintient ce lien. Cette question arrive au moment où il s’étend sur le soupçon d’infidélité de son épouse.

« Je maintiens ce lien, maintenant, pour essayer de réparer les choses, parce que quand je découvre qu’elle me trompe… Moi j’ai caché ma vie [extra-conjugale], mais moi je ne lui ai pas dit, c’est peut-être le côté égoïste de l’homme, moi j’ai été élevé dans des sociétés, ce n’est peut-être pas bien de le dire, mais l’homme peut se permettre d’avoir deux femmes. Mais par rapport à l’éducation que j’ai reçue, je n’ai pas accepté qu’elle vive une relation entretenue. »

27À l’écoute de son discours, l’ensemble des participants rit sur un ton complice. Je reviens sur son propos en lui expliquant que l’on peut supposer que, si sa femme entretient une relation avec un autre homme, c’est une manière pour elle d’engager une relation égalitaire avec lui, devant ses propres soupçons. En outre, alors qu’il n’a pas vraiment discuté avec elle de la réalité des faits, je reviens sur les contraintes de socialisation de genre qui engendrent le fait qu’il est moins légitime pour une femme de vivre des relations sexuelles non engagées, ce qui n’est pas le cas pour les hommes, ces derniers pouvant vivre des relations dissociées de l’affect et de la sexualité. Manga, rappelant qu’il n’a pas parlé à son épouse ni de ses propres aventures sexuelles, ni de ses soupçons, je lui propose une autre piste d’analyse : sa compagne sait qu’il vit des aventures extra-conjugales et c’est pour y répondre, dans le silence caractéristique du couple, qu’elle y répond en récupérant un espace pour elle. Manga revient alors sur les normes de genre relevant selon lui de « personnalités » culturelles immuables et déterminées.

« J’en suis conscient, mon idée n’est pas de pratiquer la polygamie ici. Mais, j’ai été élevé dans une société comme ça : moi je peux vivre des histoires, mais elle n’a pas droit. C’est de l’égoïsme, mais voilà… »

28Ainsi, pour une grande partie des auteurs présents, c’est le non respect des attendus de genre par leur compagne qui suscite une réaction émotionnelle qui peut devenir violence.

29D’autres participants dans une défense de leur paternité, avancent une conception des hommes comme victimes des femmes. Cette perception se décline selon l’idée suivante : manipulés par les femmes, ce sont eux qui ont subi une situation de violence conjugale. Ce discours est repris par exemple par Pierre, 50 ans, sans emploi (violences avec huit jours d’ITT, interdiction d’entrée en relation avec la victime, obligation de soin. Séparé depuis les faits, deux enfants).

« La violence, vous remarquez, on ne parle que de nous, mais ça évite de montrer l’autre du doigt : la femme. Ça évite de montrer, quand même, qu’il y a de la manipulation de leur côté. Comme quoi, elles savent bien appuyer à l’endroit où et pour faire mal. Elles savent bien vous maîtriser, vous manipuler. Et ça c’est pas une forme de violence ? Quand on parle de l’autre, c’est qu’on s’est senti manipulé, vous voyez. On est monté tellement en pression qu’on est passé à l’acte. »

  • 21 R. Connell, op. cit., p. 43.

30La virilité des hommes des classes populaires, « dont la vulnérabilité vient de cette situation particulière dans laquelle leur masculinité est définie au travers du travail21 » va parfois de pair avec un certain degré d’insensibilité ou avec un retrait quant à l’expression des émotions. Cette attitude se construit à partir d’une représentation rigide des rôles attribués aux femmes et aux hommes et de la division sexuelle du travail, c’est-à-dire dans une répartition des tâches très déterminée. À la fois moyen de survie face au régime d’exploitation de classe, c’est aussi un moyen d’affirmer leur supériorité d’hommes sur les femmes selon Connell. Cette masculinité qui semble aller de soi pour les membres de cet univers d’hommes est mise à mal quand les règles de la vie familiale et conjugale échappent pour partie à ces logiques de genre. Ainsi, Manga, 45 ans, explique qu’il a eu la sensation de perdre la face quand devant une situation professionnelle instable à Paris, il est parti monter une entreprise aux Antilles, son département de naissance. Il s’est senti désavoué par sa compagne, qui, elle, occupait un poste de cadre dans son travail.

  • 22 Souligné par moi.

« Je crois que oui [j’ai perdu la face], parce que c’est moi qui suis l’homme. Si je ne fais pas attention, la violence dans mon couple, ça peut très vite revenir. Là je commence à envisager la solution de […], partir, partir, parce que bon ce côté conflit, c’est pas, ça fait longtemps que je le vis avec elle, ça fait des années. Dès que l’on s’est connu, ça a été très difficile, mais après avec le temps, avec les enfants, ça s’est amélioré, ça s’est calmé. Mais après, elle a évolué par rapport à son travail et moi ça semblait patiner un tout petit peu, et c’est vrai que ça n’arrange pas trop les choses. Des fois, je me dis, elle veut me diriger de la même façon qu’elle dirige son équipe de travail22. C’est pas possible, ce sont deux mondes différents. Et je pense pas que ça va arranger les choses entre nous, moi ma peur c’est de replonger dans la violence.

Associée pour vous à la peur de ne pas réussir votre démarche professionnelle ?

Oui, parce qu’à chaque fois cela revient toujours. Bon, je pense que j’avais pas beaucoup de maîtrise aussi, peut-être que c’est à cause de ces trucs-là que je suis passé à la violence. Peut-être que c’est par rapport à ces luttes de pouvoir, moi je suis un homme, je me dis, c’est moi qui doit incarner peut-être la famille. En plus, ce qui a été très difficile, c’est qu’on a dû accepter la proposition de sa mère d’aller chez elle provisoirement, au lieu de louer, dépenser de l’argent pour acheter une maison. Dans ma conception d’homme, moi je m’étais dit, que ce type de situation, il ne fallait pas que ça m’arrive, mais finalement pour faciliter la situation, j’ai accepté. »

  • 23 R. Connell, op. cit.

31Ce témoignage illustre bien comment la pratique de la masculinité associée au rôle de protecteur de la famille construit l’estime de soi. Ainsi la perte d’emploi, la précarité salariale et la crainte de perte de revenus engendrent des possibilités d’accroissement des violences au sein du couple. Il existe un lien entre le sentiment d’une masculinité vulnérabilisée et la volonté de contrôle et de réaffirmation de soi. Dans cet ordre de genre défini par la subordination des femmes et la domination des hommes, les rapports de pouvoir s’inscrivent structurellement dans le couple. Un autre élément d’aggravation des violences autour des enjeux de virilité renvoie au modèle qui s’est construit en réaction aux privations de classe23. Ce modèle est très présent dans des couples avec de grands écarts d’âge en faveur des hommes, ou lorsque femmes et hommes n’occupent pas les mêmes positions sociales. On observe dans le même temps les mêmes ressorts de paternalisme du monde managérial, mais cette fois-ci jouant contre les femmes des classes populaires au sein du couple. Abdon (métier du bâtiment, 40 ans) :

« En tant qu’homme on prend les devants. On a deux ans de différence d’âge et elle avait des manques matériels, donc ça reposait sur moi. Ça m’a permis aussi de gagner ma place. J’ai fait ma place, comme on dit. »

32Thomas (32 ans, métier du bâtiment, violences sans incapacité, obligations de soins toujours en couple avec la victime, une séparation est envisagée, trois enfants : 8, 5 et 2 ans), un des participants, intervient pour confirmer le propos d’Abdon à partir de sa propre expérience.

« Oui, mais l’homme a sa place et la femme a sa place. Moi par exemple, quand je l’ai connue, elle était étudiante. Je l’ai montée au sommet, elle a eu besoin de moi pour ce soutien-là, je l’ai mise en valeur. Ses parents n’espéraient pas mieux. Donc on a contribué à ce qu’on attendait de nous en tant qu’homme, donc on assume jusqu’au bout. On est dans l’optique de faire du bien, on a accepté, on est resté. Tout à l’heure, vous posiez la question de pourquoi on était resté, mais elle aussi veut que je reste, qu’on reste. C’est difficile de se séparer des liens familiaux, mais en plus quand il y a la réussite avec, c’est-à-dire que vous avez la conviction de ne pas imposer à l’autre, mais les convictions font qu’il y a toujours quelqu’un qui veut prendre le dessus et du pouvoir et c’est là où la violence monte. »

33Fahmi (38 ans, cariste) s’immisce à son tour dans la discussion :

« Être un homme, c’est avoir une femme et une famille. Il ne faut pas rester sur un échec après un divorce, donc ça passe par refonder une autre famille pour redevenir un vrai homme. »

34À la lumière de ces extraits, on peut appréhender la manière dont la virilité et les relations entre hommes influencent les trajectoires qui les amènent à faire usage de la violence. Les dynamiques de rapports de pouvoir post-coloniaux, de classe, et de genre, la croyance religieuse contribuent à la construction des masculinités.

Comment les auteurs se construisent en tant qu’« homme violent » ?

  • 24 D. Fassin, op. cit.

35La troisième étape de la journée est consacrée à l’introduction progressive de la notion de responsabilité, en évitant de recourir au terme de la culpabilité qui cherche à établir à qui revient la faute. Ce langage de la faute introduit une dimension morale plutôt que légale24. Il permet aux auteurs de violences conjugales de recourir à un discours de l’irresponsabilité. Ils construisent ainsi une explication de leurs comportements violents en fonction d’antécédents de l’histoire conjugale, d’antécédents familiaux, ou encore d’antécédents face aux infractions. Si tous ces éléments ont assurément des incidences sur la vie conjugale et familiale et leur rapport à la violence, ils ne doivent pas pour autant « innocenter » le passage à l’acte des auteurs.

  • 25 D. Hurst, «Transcultural Masculinities: Engagement of Men in Domestic Violence Prevention-Key Issu (...)

36Dans un premier temps, les hommes refusent la catégorisation « auteur de violence ». Tout au long de la journée, j’évite d’ailleurs de l’utiliser, en faisant plutôt référence à des comportements masculins d’usage de la violence. Cette formulation permet un dialogue entre les participants et moi-même25.

37Le levier de changement de leur perception s’installe à partir d’extraits du film, La domination masculine, notamment lors de la projection des séquences de témoignages de femmes ayant subi des violences conjugales. Confrontés à ces images qui montrent des femmes sorties du cycle des violences, les participants s’écartent d’une position de violence, selon eux trop indigne, ou relevant d’une pathologie mentale.

« C’est choquant, ces violences-là, c’est choquant. Moi ce qui m’a marqué comme image, c’est la femme qui malgré ces violences cherche à protéger son mari, je sais pas pour quelles raisons et à côté le mari, il continue à menacer : “je vais aller faire du mal à ta maman”, je sais pas, ça c’est pas notre monde ! » (Thomas).

38Stéphane (34 ans, manutentionnaire, violences sans incapacité, obligation de soin – psychologique et d’addictologie – en concubinage depuis 15 ans avec la victime. Après une séparation, le couple est retourné à une vie commune. Ils ont deux enfants.) ajoute :

« Je ne sais pas, mais par rapport à ce qu’on disait ce matin : qu’il fallait parler sans produire de jugement sur nos différentes histoires ; mais là en voyant ces images, nous on est des non-violents. […] Quand je vois ces images avec le mec à la hache, voilà c’est un psychopathe. C’est quand même chaud, pour en arriver là. Il y a une étape que nous n’avons pas franchie. C’est aussi la raison pour laquelle nous sommes ici, pour pouvoir en discuter. Je ne m’identifie pas du tout : 40 ans de mariage et 20 ans de souffrance. On ne peut pas rester 20 ans, si vous avez un homme qui vous maltraite. Quand elle raconte : “je suis passée à côté avec le café et ça a déclenché sa colère”, je veux dire, ça c’est une maladie. Le mec, il est malade. Est-ce qu’elle ne part pas, par peur de l’inconnu ? Dans notre contexte, nous ça nous choque, moi ça me choque. »

39Thomas reste marqué par une séquence de film qui porte sur le témoignage d’une femme de 48 ans, et il insiste sur l’aspect générationnel du récit. Selon lui, les rôles et les statuts féminins et masculins se sont modifiés au cours des générations. Les générations 45-60 ans auraient selon lui plus de mal à sortir des rôles traditionnels.

40Progressivement, l’apport du travail de groupe et la confrontation des récits des participants à ceux des protagonistes du film La Domination masculine se reconnaissant comme auteurs, permettent de mettre au jour que le passage à l’acte violent se situe dans une histoire longue.

41Si l’empathie pour la victime reste encore faible, l’idée que la réaction de violence dépend aussi de comportements ou d’attitudes sociologiquement normés en tant qu’homme permet aux participants de prendre conscience qu’ils peuvent changer.

« Effectivement, je ne me reconnais pas dans les extrémités des actions, par contre, je dois le reconnaître, je me reconnais dans le démarrage du processus. C’est-à-dire que [il hésite], même si je pense ne pas être comme cela à la base, inconsciemment je l’ai été dans le fait de la dénigrer. Le fait de la dénigrer dans son intégrité de personne, en lui disant qu’elle était stupide et inculte, je me reconnais dans cela. J’en retire une vraie fierté, parce que je m’en suis rendu compte. L’épisode violent pour moi relève d’autre chose, relève vraiment d’une émotion instantanée, mais bien sûr, cette journée m’a amené à développer cette réflexion et à m’en rendre compte. Pour ma part, je me reconnais dans le début du processus » (Thomas).

  • 26 C. Helfter, op. cit.

42Graduellement, et selon les niveaux de résistance à l’auto-identification d’« homme violent » les participants sont conduits à penser qu’ils auraient intérêt à changer, au-delà de la peur d’une autre condamnation pénale, et qu’il est nécessaire de travailler sur leur propre violence26. Le poids du silence et du déni, comme lieu de la domination, les invite à réfléchir à des modalités de régulation de leurs frustrations.

« Avant cette journée, je ne mesurais pas la gravité du silence. Ma femme a été comme ça avant, avant que la violence se déclenche. Je cherchais à dialoguer, mais pas de réponse. Donc il y avait un refus de dialogue et c’est vrai que j’en souffrais. Et après qu’il y ait eu cette violence, c’est moi qui suis devenu silencieux, parce que j’ai peur de, peut-être qu’elle va mal parler, qu’elle va mal réagir, et puis ça va être une lutte. Maintenant, c’est moi qui suis dans le silence. Je pense que la meilleure des solutions, c’est partir » (Abdon).

43Si, pour certains des participants, leurs parcours restent entachés par l’étiquette « auteurs de violences » conjugales, par la stigmatisation et l’exclusion des groupes dominants, pour d’autres émergent des questions plus réflexives à cette dernière étape de la journée. Comment exister face à l’autre ? Comme produire une altérité dans un espace conjugal fortement déterminé par un modèle traditionnel de la différence des sexes associé à des rôles et des tâches qui lui sont encore liés ? Comment intégrer la non-violence en laissant place au dialogue ?

  • 27 M. Labarre et V. Roy, « Paternité en contexte de violence conjugale : regards rétrospectif et pros (...)

44Ce travail permet de montrer que les dispositifs ayant pour but de responsabiliser les auteurs de violences conjugales s’avèrent nécessaires pour lutter contre les violences faites aux femmes, mais aussi pour permettre aux victimes de dénoncer plus facilement ce type d’infraction. On sait, par exemple, que les hommes qui font l’objet de mesures judiciaires et qui participent à un groupe de thérapie dans les programmes québécois réduisent de 5 % leur risque de récidive, en comparaison avec ceux qui sont seulement soumis à des mesures judiciaires (telle la probation)27. C’est un travail qui demande du temps car l’attente de changement ne vient pas généralement de l’homme auteur, mais d’une décision de justice. L’apport du film de Patrick Jean est de faciliter une réappropriation de la demande d’aide et de changement par le conjoint violent. L’analyse rétrospective et réflexive de leur parcours permet à certains des participants de s’engager progressivement dans un discours dans lequel les attitudes de leur compagne ne sont plus au centre de leur justification. Ce mouvement de responsabilisation reste toutefois limité à court terme, du fait même du dispositif qui ne s’inscrit pas dans la durée. La prise de conscience des sentiments de leurs compagnes reste encore limitée. Il est possible de se demander si le discours du changement n’est pas lié à une meilleure connaissance des rôles qu’on demande de jouer aux participants dans ce type de groupe. Ce n’est que dans un travail à long terme qu’il sera possible de travailler avec eux sur l’identification et l’acceptation des sentiments de leur compagne et de leurs besoins.

  • 28 Voir http://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/equality/03themes/violence-against-women/index_fr.a (...)
  • 29 S. Schweier, op. cit.

45Il s’agira de mener des études approfondies pour mesurer l’efficacité des programmes offerts aux hommes auteurs de violences. Cela peut passer par un travail au long cours, par exemple une réunion par mois, comme c’est le cas dans d’autres programmes européens28. L’apport d’une anthropologie clinique prenant en compte les différents contextes sociaux et la mise en mots de la responsabilisation des auteurs de violences conjugales permet également de sortir d’une psychologisation centrée sur la souffrance des hommes, auteurs de violences conjugales29 et d’une pensée naturaliste des masculinités. Enfin, les programmes qui leur sont destinés ne doivent pas se désolidariser des services offerts aux femmes ou des autres organisations luttant contre la violence masculine.

Notes

1 E. Levinas, Éthique et infini, Paris, Fayard, 1982, p. 91.

2 S. Schweier, « Un exemple du traitement des violences conjugales : La Fédération Nationale Solidarité Femmes », dans N. Chetcuti et J. Maryse (dir.), Violences envers les femmes. Trois pas en avant deux pas en arrière, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 95-114, et N. Chetcuti et M.-T. Amaral, « Violences physiques, sexuelles faites aux femmes et crimes contre l’humanité », dans N. Chetcuti et M. Jaspard (dir.), Violences envers les femmes. Trois pas en avant, deux pas en arrière, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 153-169.

3 http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-vote/loi-du-4-avril-2006-renforcant-preventionrepression-violences-au-sein-du-couple-ou-commises-contre-mineurs.html, consulté le 29 juin 2015.

4 N. Séverac, « Auteurs de violence conjugale : sanction/éducation, deux points d’appui pour sortir de la violence », Empan, 73, 2009/1, p. 103-109.

5 C. Helfter, « Quelle prise en charge pour les auteurs de violences conjugales ? D’un arsenal répressif à un accompagnement dans la durée », CNAF, Informations sociales, 144, 2007/8, p. 74-83.

6 Fondé sur le traitement du contexte relationnel dans lequel s’inscrit la situation de violence (J. Faget, « Médiation et violences conjugales », Champ pénal/Penal field [En ligne], vol. I, 2004. Consulté le 5 mai 2015. URL : http://champpenal.revues.org/50).

7 Pour sélectionner les candidats au stage et en dehors du critère primordial tenant à la nature de l’infraction, les CPIP s’attachent principalement au degré d’élaboration et au stade de réflexion manifestés par les personnes suivies. Les auteurs présents semblent plus enclins que d’autres à une réflexion sur leur passage à l’acte.

8 http://www.ladominationmasculine.net/, consulté le 1er juillet 2015.

9 D. Fassin, L’Ombre du monde, Paris, Seuil, 2015, et A. Lenoire, J.-N. Retière et C. Trémeau, Ces délits, Rennes, PUR, 2013, p. 113-158.

10 Selon le Code pénal, la qualité de conjoint ou d’ex-conjoint constitue une circonstance aggravante, notamment dans les cas suivants : 1) les atteintes volontaires à la vie : meurtres, assassinat, empoisonnement ; 2) les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne : tortures, actes de barbarie, violences, menaces ; 3) les agressions sexuelles (viols).

11 N. Séverac, op. cit.; Hearn J., The Violences of Men, Londres, Sage Publications, 1998.

12 Souligné par moi.

13 Y. Siblot, M. Cartier, I. Coutant et al., Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2015.

14 A. Verjus, « Les coûts subjectifs et objectifs de la masculinité : le point de vue des masculinistes (et des féministes) », dans D. Dulong, C. Guionnet et E. Neveu (dir.), Boys don’t cry. Les coûts de la domination masculine, Rennes, PUR, coll. « Le Sens social », 2012, p. 41-57.

15 N. Séverac, op. cit.

16 Dans un peu plus de la moitié des homicides, des faits de violences antérieures sont connus des services de police (enquête CVS 2010-2013 – INSEE-ONDRP).

17 Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2013, DAV, ministère de l’Intérieur.

18 R. Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

19 S. Ayral, La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège, Paris, PUF, 2011.

20 C. Helfter, op. cit.

21 R. Connell, op. cit., p. 43.

22 Souligné par moi.

23 R. Connell, op. cit.

24 D. Fassin, op. cit.

25 D. Hurst, «Transcultural Masculinities: Engagement of Men in Domestic Violence Prevention-Key Issues», Expanding our Horizons, Conférence, University of Sydney, Australia, 2002.

26 C. Helfter, op. cit.

27 M. Labarre et V. Roy, « Paternité en contexte de violence conjugale : regards rétrospectif et prospectif », EFG, Revue Internationale, Enfances, familles, générations, 22, 2015, p. 27-50.

28 Voir http://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/equality/03themes/violence-against-women/index_fr.asp, consulté le 23 juin 2015.

29 S. Schweier, op. cit.

Auteur

Sociologue, membre du STRIGES-MSH-université libre de Bruxelles. Ses travaux portent sur le rapport entre genre et sexualité. Elle mène actuellement une recherche sur les formes de sociabilité des femmes en situation carcérale. Elle est l’auteur de Se dire lesbienne, vie de couple, sexualité, représentation de soi (Payot, 2013 [1er éd. 2010]). Elle a codirigé des ouvrages et écrit de nombreux articles dont les plus récents : avec F. Teicher, « Ordre de genre, ordre sexuel et antisémitisme. La convergence des extrêmes dans les mouvements d’opposition à la loi sur le “mariage pour tous” en France en 2014 », Estudos da Religião, 1, 2016, p. 93-109 ; en collaboration avec G. Girard, « L’appropriation d’une sexualité minorisée », revue Interrogations, 2015, http://www.revue-interrogations.org/L-appropriation-d-une-sexualite; « Féminismes contemporains et controverses du pacte laïque en France : d’un modèle d’émancipation unique à sa confrontation plurielle » dans L’homme et la Société, 198, 2015/4, p. 51-72, et « “Théories de genre” et normes sexuelles : l’écho d’une polémique en milieu scolaire », Poli, Politique de l’image, Sexe en Public, 9, 2014, p. 90-97.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search