Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Troisième partie. Mettre en scène : exposer et émouvoir

Deux femmes violées par la guerre : Cesira et Rosetta dans La Ciociara, le roman d’A. Moravia et le film de V. De Sica

Bianca Concolino Mancini Abram

Texte intégral

  • 1 Cf. L. Parisi, Uno specchio infranto. Adolescenti e abuso sessuale nell’opera di Alberto Moravia, (...)
  • 2 G. Ferroni, « Rosetta e l’impurità del sesso », Alberto Moravia e la Ciociara II. Letteratura. Sto (...)
  • 3 Cf. G. de Van, Préface à A. Moravia, La Ciociara, traduction française de C. Poncet, Paris, Flamma (...)

1Dans la production d’Alberto Moravia la violence à l’encontre des plus faibles, comme les enfants, les adolescents ou les femmes, est si souvent représentée que la critique a parfois interprété l’ensemble de l’écriture de Moravia comme une déclinaison de la thématique de l’innocence violée1. Plus particulièrement le thème du viol, avec tout ce qu’il a de traumatisant, tient une place importante dans ses romans2 : la protagoniste des Ambitions déçues, Andreina Malacrida, se fait violer au début du roman et en garde à jamais une profonde blessure ; Beatrice Cenci, dans la pièce éponyme, est traumatisée par un viol auquel elle assiste, celui d’une servante, et dont l’auteur est son propre père ; dans l’Attention, Baba, toute jeune, est conduite dans la maison de passe que tient sa mère. À chaque fois, le choc est terrible et les victimes peuvent présenter deux types de réaction : soit elles vouent au monde en général et aux hommes en particulier une haine profonde et répondent au traumatisme subi par un désir de vengeance ; soit elles nourrissent à l’égard de l’offense subie une douloureuse fascination et présentent une tendance à revivre des situations analogues, comme s’il leur était devenu impossible d’y échapper3.

2Dans La Ciociara la violence, dont sont victimes Cesira et Rosetta, la mère et la fille, dépasse le caractère individuel de leur expérience pour prendre une dimension que l’on pourrait qualifier d’universelle. Brutalement, alors que la guerre était sur le point de finir et que les choses semblaient rentrer dans l’ordre, Cesira et Rosetta sont victimes d’un viol collectif de la part de troupes de libération et ce viol, plus qu’il ne change leur vie, en arrête pour ainsi dire le cours. Ce traumatisme, dont elles ne se remettront jamais, apparaît comme la transfiguration du drame collectif qu’est la guerre avec sa démesure destructrice pour l’humanité tout entière.

  • 4 Sur l’interaction entre autobiographie et écriture dans l’œuvre de Moravia voir R. de Ceccaty, Mor (...)
  • 5 Si Moravia s’intéresse au cinéma (il tient une rubrique de critique cinématographique dans l’hebdo (...)
  • 6 Par exemple dans les recueils de nouvelles Le Paradis, Une autre vie et Boh, écrits entre 1973 et (...)

3La vie et l’œuvre d’Alberto Moravia – Alberto Pincherle de son vrai nom – seront profondément marquées par la période historique et politique, dans laquelle il vit et écrit4. Il naît à Rome en 1907, dans une famille bourgeoise d’origine juive par son père. Moravia commence à écrire en 1935 et ne tarde pas à être apprécié et par le public et par la critique. Il fonde en 1953 avec Pier Paolo Pasolini, Enzo Siciliano et Elsa Morante, son épouse, une des plus importantes revues littéraires de l’après-guerre, Nuovi Argomenti. Moravia s’intéresse à différents aspects de la vie culturelle italienne comme la littérature, la philosophie, le cinéma ou la politique5. Dans les années 1970, par des textes résolument engagés il apporte sa contribution au combat féministe6. Il meurt à Rome le 26 septembre 1990.

4Le roman La Ciociara, publié en 1957, est celui dans lequel transparaissent le plus de références autobiographiques, puisque Moravia s’inspire de l’exil qu’il a vécu avec son épouse, Elsa Morante, au cours de l’année 1943-1944, pour fuir l’occupation allemande et les lois raciales qui le menaçaient. Un bref rappel des moments les plus marquants de cette période de l’histoire italienne nous permettra de mieux comprendre et situer le récit du roman.

5En 1943 les troupes alliées, américaines et anglaises, débarquent en Sicile. Mussolini est mis en minorité lors d’une séance historique du Grand Conseil, puis arrêté. Le maréchal Badoglio est nommé chef du gouvernement par le roi et engage des pourparlers avec les Alliés. Les Allemands ripostent brutalement. Ils occupent l’Italie du Nord, libèrent Mussolini et l’aident à remettre sur pied une République Sociale. Entre-temps, les alliés sont arrivés à Reggio en Calabre et remontent vers Salerne, au sud de Naples.

6L’Italie est donc coupée en deux : au Centre et au Nord les Allemands et les milices fascistes, dont on trouve quelques exemples particulièrement répugnants dans le roman ; au Sud les Alliés avec le gouvernement « officiel » et le roi.

7Moravia, qui habitait Rome, apprend qu’il allait être arrêté en raison de ses origines juives et de son antifascisme déclaré, notamment à cause de plusieurs articles virulents écrits après la chute de Mussolini. Il décide alors de partir avec son épouse vers le sud, en direction de Naples, mais le train s’arrête à Fondi, où le couple est obligé de descendre, comme le feront les personnages de Cesira et de Rosetta dans La Ciociara. Le roman s’inscrit donc dans un moment précis de la vie de Moravia et s’inspire directement des lieux où il est passé. Moravia lui-même racontera par la suite comment sa femme et lui ont été obligés de quitter Fondi par crainte de l’arrivée des Allemands :

  • 7 E. Siciliano, Vita, parole e idee di un romanziere, Milan, Bompiani, 1982, p. 52-58, cité par G. d (...)

« Un matin j’ai chargé tout ce que nous avions sur le dos d’un âne et nous sommes partis vers un endroit que j’ai appelé Sant’Eufemia dans la Ciociara, mais qui en réalité s’appelle Sant’Agata. Nous y sommes restés depuis la fin de septembre jusqu’au mois de mai suivant, toujours en attendant les Anglais7. »

  • 8 Cette région doit son nom à la ciocia, une chaussure très ancienne qui se compose d’une semelle de (...)

8La région où Moravia vécut avec Elsa Morante et où se déroule l’histoire s’appelle Ciociaria et se situe au sud du Latium, entre Rome et Naples8. Cesira, la protagoniste, est une belle ciociara qui a épousé un boutiquier romain et s’installe avec lui à Rome, puis elle devient veuve et continue d’exploiter son commerce. Lorsque les conditions de vie à Rome deviennent trop difficiles, après le débarquement des Alliés à Salerne, elle songe à se réfugier dans son village natal en Ciociaria. Elle quitte Rome avec Rosetta, sa fille, à la fin du mois de septembre, comme Moravia, et, comme lui, elle descend à Fondi. Ce qui ne devait être qu’un court séjour va durer en fait de fin septembre à la fin du mois de juin.

  • 9 Cf. G. de Van, op. cit., p. 9-11.

9Rome est libérée le 5 juin 1944 et c’est peu après que Moravia et sa femme repartent vers la capitale. Lorsqu’il revint à Rome, Moravia écrivit quelques pages contenant le récit de ce séjour forcé dans les montagnes de la Ciociaria, mais il ne le publia que trois ans plus tard, dans la revue Les Temps modernes. Un temps de décantation avait sans doute été nécessaire pour se libérer de la dimension autobiographique et être en mesure de travailler à l’écriture d’une fiction. Le roman qui en est sorti s’appellera La Ciociara et sera publié en 19579.

  • 10 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 34.

10Cesira, la protagoniste, est la voix qui raconte l’histoire rétrospectivement et c’est donc au travers du récit de ses impressions, de ses doutes, de ses espoirs, de sa douleur, mais aussi de ses moments d’allégresse, que le lecteur suit son voyage dans la tourmente de la guerre. Au début du roman Cesira est une femme plutôt satisfaite. Son mari avait été un homme plus âgé qu’elle, à la fois rustre et violent, qui la trompait et la battait et sa mort avait été vécue par Cesira comme une délivrance. Son magasin d’alimentation lui rapportait suffisamment et le marché noir avait contribué à l’enrichir. Cesira est encore jeune, mais dans sa vie il n’y a plus de place ni pour le sexe, ni pour l ‘ amour. Toutes ses attentions sont réservées à son petit monde, restreint à son magasin, sa maison et sa fille : « J’avais mon magasin, mon appartement, j’avais ma fille qui était un ange et vraiment je ne demandais pas autre chose à la vie10. »

11Sa fille, Rosetta, est le centre du monde de Cesira, mais c’est aussi son point faible. C’est pour elle que Cesira prend la décision douloureuse de fuir Rome, les bombardements, la pénurie de vivres, mais aussi d’abandonner sa maison et son magasin et de partir dans la montagne, vers son village natal. C’est ainsi que Cesira va découvrir le vrai visage de la guerre. Jusque-là celleci n’avait été à ses yeux qu’un événement lointain, qui concernait les autres, quelque chose que l’on pouvait regarder de l’extérieur comme l’un des nombreux effets de la folie humaine. Cesira va jusqu’à reconnaître que pour elle le début de la guerre avait été un moment particulièrement heureux :

  • 11 Ibid.

« 1940, 1941, 1942, 1943, furent les années les plus heureuses de mon existence. Il est vrai que nous étions en guerre, mais moi, je ne savais rien de la guerre ; n’ayant qu’une fille, je n’avais pas à m’en préoccuper. Qu’ils se tuassent autant qu’ils voulaient avec leurs avions, leurs chars, leurs bombes, il me suffisait pour être heureuse d’avoir mon commerce et ma maison11. »

  • 12 G. de Van, op. cit., p. 14.

12Les personnages de Moravia, écrit Gilles de Van, finissent toujours par rencontrer leur destin. Pour certains c’est l’amour, pour d’autres le sexe, pour Cesira le fatum, c’est la guerre.12 La première violence exercée par la guerre sur Cesira, avant même qu’elle ne quitte Rome, c’est la « transaction » avec son voisin Giovanni, l’échange de faveurs sexuelles en contrepartie de la promesse qu’il lui fait de s’occuper de sa maison et de son magasin. La dernière, à la fin du roman, se produira lorsqu’elle fouille les poches d’un mort pour lui dérober son argent. Cesira était une femme honnête, mais la guerre l’aura conduite à se prostituer et à voler.

  • 13 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 310-311.
  • 14 Pour une analyse de ce passage du roman voir A. Gareffi, « Il sogno finale della Ciociara », Alber (...)

13C’est pour cette raison que le personnage de Rosetta est si important. Rosetta est la femme que sa mère aurait voulu être, si le destin n’en avait décidé autrement. Dans les plans que Cesira fait pour sa fille (un mari aimant, de beaux enfants, une belle maison, une vie sans soucis), c’est sa propre vie qu’elle voit en rêve, comme si en imaginant le futur de Rosetta, Cesira pouvait réécrire son passé.13 Rosetta a un fiancé qui combat dans les Balkans et Cesira, satisfaite des informations prises sur lui, est prête à s’occuper du futur des deux jeunes gens. Un des moments les plus beaux et les plus émouvants du roman, c’est lorsque les deux femmes, arrivées à Fondi après la libération, sont recueillies par les soldats anglais en attendant de rentrer à Rome. Ce traitement privilégié est dû au fait que pendant la guerre Cesira et Rosetta avaient hébergé et nourri deux soldats anglais. Cesira est convaincue que le pire est désormais passé et que bientôt elles pourront rentrer à Rome, dans leur appartement, et retrouver leur vie d’avant. Bercée par cet espoir elle s’endort et rêve d’un futur plein de bonheur, où ils sont tous réunis, elle, Rosetta, son mari et leurs enfants14. Un rêve qui jamais ne se réalisera. Ce qui semblait la fin d’un cauchemar devient le prélude au moment le plus tragique du roman.

14Dans le roman il y a un avant et un après. Avant le viol de Rosetta, Cesira est constamment en admiration devant sa fille. Elle en admire la beauté, la jeunesse, la force et aussi la supériorité intellectuelle et morale. Pour elle, qui se définit souvent comme une paysanne (una burina), Rosetta représente tout simplement la perfection :

  • 15 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 124.

« Elle était bonne, franche, sincère et désintéressée. Moi, j’ai mes sautes d’humeur, il m’arrive de me mettre en colère, de hurler, d’en venir aux coups parfois, car alors je perds la tête. Mais jamais Rosetta ne me répondit mal, jamais elle ne me garda rancœur de mes emportements, toujours elle se montra une fille parfaite. Sa perfection ne consistait pas à être sans défauts, mais à faire et à dire toujours la chose juste, la chose entre mille qu’il fallait dire et faire… Parfois j’en étais saisie d’une sorte de peur et je me disais : ma fille est une sainte15 ! »

15La guerre se charge d’anéantir cette perfection et, avec elle, les espoirs des deux femmes. Arrivées enfin au village natal de Cesira, les deux femmes se font agresser et violer par un groupe de soldats marocains, issus des troupes de libération, dans une église abandonnée. Dans l’horreur de ce qui apparaît comme une double profanation, Cesira perd connaissance au moment où Rosetta est violée devant l’autel, au pied d’un tableau de la Madone à demi décroché.

16Après le viol, Rosetta a tellement changé qu’elle en est devenue méconnaissable. La violence, dont elle a été victime, produit l’effet pervers de la pousser à réitérer à l’infini cette expérience, qui l’a détruite, et à chercher constamment la compagnie d’un homme, de n’importe quel homme. Cesira donne son interprétation du changement radical de sa fille. Elle y voit le pendant, terrible et inévitable, de la perfection qui l’avait jadis rendue si fière :

  • 16 Ibid., p. 333

« J’ai déjà dit que sa nature l’inclinait à une étrange perfection qui la portait à être à fond ce qu’elle était, totalement, sans incertitudes, ni contradictions ; ce qui m’avait fait penser que j’avais pour fille une espèce de sainte. Or, cette perfection de sainte, faite surtout – je l’ai dit aussi – d’inexpérience et d’ignorance de la vie, avait été frappée à mort par l’atroce événement de l’église : elle s’était alors brusquement changée en une perfection opposée, sans ces demi-mesures, cette modération, cette prudence qui sont propres aux personnes normales, imparfaites et adroites. Je l’avais connue jusqu’alors toute dévotion et bonté, pureté et douceur. Je devais m’attendre à la voir désormais se tourner vers l’excès contraire, avec la même absence de doute et d’hésitation, la même inexpérience et la même intégralité16. »

  • 17 « Ce serait, pour donner un exemple », dit Cesira, et c’est intéressant de souligner la métaphore (...)

17Rosetta devient alors l’exemple tragique et universel de l’innocence meurtrie par la guerre. Elle confirme une douloureuse certitude que Cesira avait déjà acquise : la guerre change à jamais les hommes et les femmes. On ne peut pas imaginer pouvoir la traverser indemne et redevenir ce qu’on était avant17.

  • 18 Le binôme de Sica-Zavattini était déjà célèbre à l’époque. On lui doit, entre autres, de nombreux (...)

18Le roman La Ciociara sera transposé au cinéma en 1960 par Vittorio De Sica sur un scénario de Cesare Zavattini18. Dans le film comme dans le roman le viol de Rosetta occupe une place déterminante et, malgré certains changements inévitables, on peut dire que Vittorio De Sica reste fidèle à l’esprit du livre et qu’il en fait ressortir le message de manière magistrale.

  • 19 Par exemple le passage de la vie en temps de paix à la vie pendant la guerre, auquel le roman cons (...)
  • 20 Cf. R. Colin, « Une mère, une fille. Cesira et Rosetta dans La Ciociara entre Moravia et De Sica » (...)

19Dans le film la fluidité de l’action est rendue par un récit au présent19. Dans le roman, Cesira, du fait de ses origines paysannes, pouvait remplir une fonction d’interprète et de trait d’union entre les cultures urbaine et paysanne, entre la modernité de la grande ville et le monde archaïque de la campagne. Dans le film cette médiation s’accomplit uniquement par l’image, sans le filtre des pensées et des impressions de Cesira20.

  • 21 Cf. B. Concolino Mancini Abram, « Rosetta, dal romanzo al film », Alberto Moravia e La Ciociara. L (...)
  • 22 Le rôle de Cesira aurait dû être joué par Anna Magnani.
  • 23 Sophia Loren décrochera pour ce rôle l’oscar de la meilleure interprétation féminine dans un film (...)

20Le changement le plus important toutefois concerne Rosetta, à commencer par son âge21. Son personnage est beaucoup plus jeune dans le film que dans le roman et cela en raison d’exigences internes à la production du film. L’actrice Sophia Loren, qui était la femme du producteur, Carlo Ponti, était âgée d’environ 25 ans au moment du tournage et avait été pressentie pour le rôle de Rosetta22. Finalement, Vittorio De Sica décidera de lui confier le rôle de Cesira23. Il s’ensuit que, pour des raisons de vraisemblance, l’âge de Rosetta doit baisser considérablement. Ainsi la jeune femme qui a 18-19 ans dans le roman devient-elle dans le film une adolescente de 12-13 ans. Cette modification, en apparence anodine, va changer profondément le rapport mère/fille dans le film. Si dans le roman Rosetta était une jeune femme qui inspirait l’amour et l’admiration, mais dont la perfection faisait presque peur, dans le film elle devient une adolescente à peine sortie de l’enfance, avec toute la vie devant elle. Le sens de la responsabilité et l’attention constante que Cesira a pour Rosetta apparaissent comme moins excessifs, plus naturels et donc plus compréhensibles. Le rajeunissement du personnage de Rosetta a aussi pour effet de rendre le viol plus horrible encore que dans le livre. Le sentiment d’impuissance de Cesira et son désespoir après le drame sont encore plus insoutenables.

  • 24 Dans le film, à différence du roman, Cesira aussi est violée dans l’église.
  • 25 Le roman, en revanche, décrit minutieusement les gestes avec lesquels Cesira porte secours à sa fi (...)

21Dans le roman, le viol de Rosetta est une tragédie annoncée, à laquelle Cesira fait souvent référence dès le début. C’est l’événement qui lui permet d’expliquer son évolution, sa prise de conscience de la réalité de la guerre, son regard différent sur elle-même et sur les autres, en un mot tout le bagage spirituel de son long voyage initiatique. Dans le film, en revanche, le viol arrive de manière soudaine, en rupture avec le climat léger, presque d’insouciance, malgré les difficultés matérielles du séjour des deux femmes. La scène est inoubliable. Le rythme de la séquence est tout d’abord rapide, presque haletant. Cesira comprend le danger et essaie de fuir, mais les soldats lui barrent la route ainsi qu’à Rosetta. Ensuite le rythme ralentit jusqu’à l’évanouissement de Cesira24. Après un effet d’ellipse obtenu par le montage, on voit dans un travelling au ralenti Cesira qui se lève péniblement et qui rejoint Rosetta, toujours étendue au sol. Après un champ contre champ entre mère et fille, la caméra s’arrête sur le visage de Rosetta, qui semble revenir de très loin. Un gros plan nous montre les détails : la blessure sur sa lèvre, comme une allusion par métonymie au sang qui coule entre les jambes de la jeune fille et que Cesira essuie avec un geste de tendresse maternelle, mais que le spectateur ne voit pas directement25. Cesira se lève, tenant le corps de sa fille dans ses bras dans une évocation évidente de la Pietà : une mère qui porte dans ses bras le corps déchiré de son enfant.

22Ensuite, les réactions de Rosetta après le viol ne sont pas traitées de la même manière dans le roman et dans le film. En raison de l’âge de Rosetta dans le film il paraît peu vraisemblable de lui faire vivre la lente descente aux enfers, qu’elle connaît dans le roman, avec des pulsions autodestructrices et une dépendance à l’égard du sexe. En revanche, De Sica a gardé le mur impénétrable que Rosetta dresse entre elle-même et sa mère, sa volonté de ne plus communiquer avec les autres autrement qu’avec son corps, son enfermement dans un monde à part. Dans le roman comme dans le film, même si elle continue à vivre, Rosetta est morte.

23Les images du film, comme le récit de Cesira dans le roman, se limitent à suggérer le drame du viol, sans le montrer directement. Dans le roman, tout comme dans le film, c’est le regard de Cesira qui guide le lecteur sur les détails terribles du corps de Rosetta, qui gît par terre comme morte. Et surtout, dans les deux cas, l’attention du lecteur/spectateur est attirée sur les yeux grands ouverts de Rosetta, une fenêtre sur le drame qu’elle vient de vivre et qui, l’espace d’un instant, laisse imaginer l’indicible.

24Pas plus dans le roman que dans le film il n’y a de complaisance, de volonté d’apitoyer le lecteur/spectateur ou de le choquer au moyen d’images crues. Tout est implicite, non dit, suggéré. Et justement pour cela, l’effet produit est beaucoup plus fort, beaucoup plus troublant. La puissance de la description repose davantage sur la suggestion que sur la représentation et c’est pour cette raison que le drame de Cesira et de Rosetta acquiert, comme on le disait en introduction, une portée qui dépasse leur expérience personnelle. La violence qu’elles ont subie représente, comme une mise en abyme suggérée, celle faite à toutes les femmes violées pendant les guerres. Ainsi le drame, que Cesira et Rosetta vivent, dans son émouvante singularité, renvoie à la tragédie collective et destructrice de la guerre, avec son cortège de morts, de ruines et de destins brisés.

25La dernière scène du film est de ce point de vue emblématique. Enfin réunies, Cesira et Rosetta pleurent dans les bras l’une de l’autre, pendant que la caméra s’éloigne en travelling arrière comme pour respecter leur douleur et leur intimité. La focalisation sur le couple mère/fille, que l’on avait dans le roman et au début du film, s’est transformée en une représentation de deux vies brisées par le destin. Les personnages de Cesira et Rosetta acquièrent ainsi une dimension épique, comme dans une tragédie grecque : leur douleur est celle de toute l’humanité et la folie, dont elles ont été victimes, celle de tous les hommes.

Notes

1 Cf. L. Parisi, Uno specchio infranto. Adolescenti e abuso sessuale nell’opera di Alberto Moravia, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2013.

2 G. Ferroni, « Rosetta e l’impurità del sesso », Alberto Moravia e la Ciociara II. Letteratura. Storia. Cinema, (Actes du colloque international de Fondi, avril 2012), Avellino, Sinestesie, mars 2014, p. 105-112.

3 Cf. G. de Van, Préface à A. Moravia, La Ciociara, traduction française de C. Poncet, Paris, Flammarion, p. 16-17.

4 Sur l’interaction entre autobiographie et écriture dans l’œuvre de Moravia voir R. de Ceccaty, Moravia, Paris, Flammarion, 2010.

5 Si Moravia s’intéresse au cinéma (il tient une rubrique de critique cinématographique dans l’hebdomadaire l’Espresso) le cinéma s’intéresse tout autant à lui, puisque plusieurs de ses romans seront transposés à l’écran : La Ciociara, (par Vittorio De Sica en 1960) ; Agostino, (par Mauro Bolognini en 1962) ; Le mépris (par Alain Godard en 1963) ; Gli Indifferenti (par Francesco Maselli en 1963) ; Il Conformista (par Bernardo Bertolucci en 1970). Sur la place déterminante de Moravia dans le panorama culturel italien de l’époque cf. Alberto Moravia e gli Amici (Actes du colloque de Sabaudia, novembre 2010), Avellino, Sinestesie, mars 2011.

6 Par exemple dans les recueils de nouvelles Le Paradis, Une autre vie et Boh, écrits entre 1973 et 1976.

7 E. Siciliano, Vita, parole e idee di un romanziere, Milan, Bompiani, 1982, p. 52-58, cité par G. de Van, op. cit., p. 9.

8 Cette région doit son nom à la ciocia, une chaussure très ancienne qui se compose d’une semelle de cuir attachée au pied par des lanières qui recouvrent le bas de la jambe.

9 Cf. G. de Van, op. cit., p. 9-11.

10 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 34.

11 Ibid.

12 G. de Van, op. cit., p. 14.

13 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 310-311.

14 Pour une analyse de ce passage du roman voir A. Gareffi, « Il sogno finale della Ciociara », Alberto Moravia. La Ciociara II, op. cit., p. 113-125.

15 A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 124.

16 Ibid., p. 333

17 « Ce serait, pour donner un exemple », dit Cesira, et c’est intéressant de souligner la métaphore qu’elle utilise, « comme une femme qui ayant perdu sa virginité, se persuade qu’elle pourra redevenir vierge par on ne sait quel miracle qui ne s’est jamais produit ». Ibid., p. 247.

18 Le binôme de Sica-Zavattini était déjà célèbre à l’époque. On lui doit, entre autres, de nombreux chefs-d’œuvre du néo-réalisme italien : Sciuscià, Les voleurs de bicyclette, Miracle à Milan, Umberto D.

19 Par exemple le passage de la vie en temps de paix à la vie pendant la guerre, auquel le roman consacre plusieurs pages, est suggéré dans le film par le biais des images qui défilent avec les textes du générique au début du film et qui montrent les lieux les plus connus de Rome, avant et après la guerre : Piazza del Popolo ; la Galleria Colonna ; Palazzo Venezia ; Trinità dei Monti ; le quartier de S. Lorenzo. Ces images rendent évidentes l’insécurité, la peur, l’angoisse, qui s’emparent progressivement de la ville et de ses habitants à mesure que les soldats envahissent les rues de la capitale.

20 Cf. R. Colin, « Une mère, une fille. Cesira et Rosetta dans La Ciociara entre Moravia et De Sica », Les langues Néo-latines, 280, 1992, p. 69.

21 Cf. B. Concolino Mancini Abram, « Rosetta, dal romanzo al film », Alberto Moravia e La Ciociara. Letteratura. Storia. Cinema. III (Actes du colloque international de Fondi, mai 2013), Avellino, Sinestesie, 2015, p. 65-74

22 Le rôle de Cesira aurait dû être joué par Anna Magnani.

23 Sophia Loren décrochera pour ce rôle l’oscar de la meilleure interprétation féminine dans un film étranger, en 1961.

24 Dans le film, à différence du roman, Cesira aussi est violée dans l’église.

25 Le roman, en revanche, décrit minutieusement les gestes avec lesquels Cesira porte secours à sa fille : « Mais il fallait songer à réparer le désordre de sa tenue et d’abord tirant mon mouchoir de ma poche, j’essuyai le sang encore frais de ses cuisses et de son ventre, je rebaissais sa jupe et tout en pleurant à torrents, je replaçai doucement dans son soutien-gorge les seins que ces barbares avaient mis à nu, puis je reboutonnai son corsage » (A. Moravia, La Ciociara, op. cit., p. 324).

Auteur

Maître de conférences en langue et culture italiennes à l’Université de Poitiers où elle dirige le département d’Études Italiennes. Elle est spécialiste en littérature italienne de la Renaissance. Dans ce domaine elle a publié des travaux sur la comédie du XVIe siècle (Machiavel, l’Arioste, Les Intronati de Sienne) et sur le rapport entre littérature et art (Michel-Ange, Benvenuto Cellini). Elle s’est aussi occupée de littérature italienne du XXe siècle (Italo Svevo, Luigi Pirandello, Alberto Moravia) et du polar italien contemporain (Andrea Camilleri). Ses derniers travaux portent sur les romans de Alberto Moravia (Le Conformiste, La Ciociara) et sur le cinéma de Pier Paolo Pasolini (Médée, Le Decameron). Actuellement, elle prépare l’édition moderne du théâtre de G. Gherardi pour les éditions Gallimard.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540