Version classiqueVersion mobile

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Troisième partie. Mettre en scène : exposer et émouvoir

La femme noire victime des violences coloniales dans l’A.O.I.

Licia Bagini

Texte intégral

1Le colonialisme italien, par rapport à celui des autres pays européens, présente des spécificités qui permettent de mieux comprendre les comportements et attitudes des Italiens vis-à-vis des femmes noires dans les colonies de la Corne d’Afrique.

  • 1 On considère que la date de l’unification de l’Italie et la création du Royaume d’Italie remontent (...)
  • 2 Soulignons qu’au XIXe et au XXe siècle les frontières des pays de la Corne d’Afrique – tout comme (...)

2L’Italie commence à s’engager dans une politique coloniale plus tard que les autres pays, parce qu’elle ne devient un État unifié qu’en 18611. La volonté de faire partie des puissances occidentales – qui possédaient déjà des colonies – pousse le nouveau Royaume d’Italie à entreprendre une politique coloniale dans les territoires qui n’avaient pas encore été occupés par les Européens. L’Italie, dans sa revendication d’obtenir, elle aussi, son posto al sole (sa place au soleil), manifeste initialement ses ambitions coloniales dans la région de la Corne d’Afrique où elle commence par acquérir des concessions et des territoires en Erythrée à partir de 1869 et en Éthiopie en 1885. Cependant, ses élans de conquête sont arrêtés à Dogali (1887) et surtout à Adua (1896), où l’armée italienne subit une grande défaite, une première pour une armée occidentale en Afrique. Les campagnes militaires reprennent quelques années plus tard et se terminent avec la colonisation de l’Érythrée et de la Somalie en 1889-18902. En 1911 l’Italie envoie son armée en Tripolitaine et en Cyrénaïque ; l’année suivante commence à s’intéresser aux îles du Dodécanèse.

  • 3 Rappelons que l’Italie, à la différence d’autres puissances européennes, perd toutes ses colonies (...)

3Sous le fascisme, nous assistons à une reprise de la politique d’expansion territoriale en Afrique, caractérisée par un colonialisme démographique qui cherchait une solution au phénomène de la forte émigration des Italiens vers les Amériques et l’Europe pour fuir la misère : en effet, depuis sa création, le Royaume d’Italie n’était pas en mesure d’offrir des conditions de vie satisfaisantes à une partie de sa population en croissance constante. Il ne faut pas oublier que l’expansion coloniale fasciste correspond également au rêve de Mussolini de bâtir un empire grâce auquel le Pays aurait retrouvé le prestige et la gloire de l’ancien empire romain. Pour ces raisons, l’Italie relance des campagnes militaires en Afrique qui vont aboutir à la création d’une colonie en Lybie (1934) et à la guerre d’Éthiopie (octobre 1935-mai 1936). Cette deuxième campagne militaire se termine par l’occupation de l’Éthiopie – l’un des rares pays à avoir gardé sa souveraineté au moment du partage du continent africain entre les puissances européennes au XIXe siècle –, membre de la Société des Nations, tout comme l’était l’Italie. En 1936 le gouvernement italien crée alors l’A.O.I. (Afrique Orientale Italienne) qui reste en place jusqu’à 1941, année où l’Italie, à la suite de ses défaites dans la campagne d’Afrique face aux Alliés, voit les Anglais et les Français occuper progressivement ses colonies3. L’A.O.I. comprenait l’Érythrée, la Somalie italienne et l’Abyssinie (Éthiopie). À l’ouest, l’A.O.I. était frontalier du Soudan anglo-égyptien et de la colonie du Kenya ; à l’est, il donnait sur la mer Rouge, le golfe d’Aden et l’océan Indien. Entre l’A.O.I. et le golfe d’Aden il y avait la Somalie française et la Somalie britannique.

4Dans le colonialisme italien, on distingue généralement deux périodes : la première avant le fascisme et la seconde au cours de la dictature mussolinienne. Le premier colonialisme, caractérisé par le fort esprit nationaliste d’un jeune pays en construction, exalte sa mission civilisatrice vers les territoires colonisés, comme l’avaient fait, bien auparavant, les autres puissances occidentales. Le second colonialisme voit s’ajouter aux spécificités du premier l’idéologie fasciste et l’introduction des lois raciales.

5Dans les colonies italiennes de la Corne d’Afrique, les peuples colonisés ont été victimes des atrocités des guerres (déportations, incendies des villages, expositions aux gaz de combats, viols, tortures…), des dispositions mises en œuvre pour la gouvernance et des comportements des colonisateurs. La femme indigène est particulièrement victime des violences infligées durant la colonisation : victime « de classe » – en tant qu’appartenant au peuple colonisé considéré comme inférieur par les colonisateurs italiens ; victime de sa race – les Italiens blancs s’estimant supérieurs aux Noirs ; victime de son sexe – en tant que femme, jugée inférieure à l’homme, surtout dans le contexte d’une occupation assurée, justement, en grande majorité par des hommes.

6Les différentes formes de violence à l’égard de la femme noire s’additionnent insidieusement dans un contexte nationaliste, raciste et machiste qui n’est pas étranger à l’influence d’images stéréotypées découlant du colonialisme des siècles passés.

La femme : métaphore du territoire à coloniser

7L’image de la colonie comme territoire exotique et érotisé qui caractérise le premier colonialisme italien ne disparaît pas chez les Italiens du deuxième colonialisme bien que les années aient passé et que la situation politique du Pays ait changé.

  • 4 Cf. A. McClintock, Imperial leather: Race, Gender and Sexuality in the Colonial Contest, New York/ (...)

8Dans le colonialisme italien tardif, la colonie renvoie encore à un imaginaire d’espace vierge à découvrir et à conquérir, à une frontière à traverser, à un nouveau monde à pénétrer. Le discours colonial italien, imprégné de ces images, a souvent recours à des expressions suggérant l’association colonie = corps de femme. L’historienne Anne McClintock4 souligne que l’idée de l’érotisation de l’espace colonial, qui s’était développée en Europe à partir de l’époque des grandes découvertes, demeure subjacente dans l’inconscient des colonisateurs jusqu’au XXe siècle. Ceci transparaissait déjà clairement dans la gravure de Théodore Galle « Amerigo Vespucci et l’Amérique » (1589) où la personnification du continent américain se manifeste par une femme nue invitant sans équivoque le colonisateur.

  • 5 Cf. S. Palma, « Fotografia di una colonia: l’Eritrea di Luigi Naretti (1885-1910) », Quaderni stor (...)
  • 6 En revanche, les rares photos où apparaissent des Italiennes, nous montrent des femmes bien « couv (...)

9Pour les Italiens, l’image de la « colonie = corps de femme » est d’autant plus forte quand la colonisation concerne les territoires africains. L’imaginaire collectif autour de l’Afrique était, en grande partie, véhiculé par les récits de voyages, les romans coloniaux, les images de presse et les films de la propagande fasciste. L’Afrique était représentée comme une terre exotique, sauvage et mystérieuse, lieu de retour à la nature, paradis des sens, berceau d’une sexualité libre et désinhibée. Le marché des photographies de genre pornographique sur les « Vénus noires » a eu un grand succès, même lorsque ces photos – souvent sous-forme de cartes postales distribuées aux soldats – ont été interdites de circulation à partir de 1937. Dans ces photos5 les femmes indigènes sont exclusivement montrées prêtes à être conquises par les hommes. Belles, au regard provocateur et au sourire allusif, dans des poses souvent lascives, elles étaient perçues comme des créatures envoûtantes et sexuellement insatiables. Complètement ou partiellement nues, elles portaient des bijoux qui devaient souligner leur coquetterie. La nudité6 traduit la modalité de penser la femme noire chez le colonisateur italien. Néanmoins, le regard triste et terrorisé des jeunes filles de certaines photos nous rappelle que, si une grande partie des femmes photographiées travaillaient dans les maisons closes et acceptaient de poser pour les photographes, d’autres jeunes femmes, arrachées à leurs familles, étaient obligées de poser pour ce genre de photos.

  • 7 Insabbiati = ensablés. Cf. F. Le Houérou, L’épopée des soldats de Mussolini en Abyssinie 1936-1938 (...)

10Toutefois, malgré son fort pouvoir de séduction, la femme noire pouvait représenter un danger pour le colon. Elle pouvait le transformer en le séduisant au point de le rendre dépendant de sa présence et de lui faire oublier sa « supériorité » de colonisateur et d’homme. Le phénomène des « insabbiati7 » – soldats ou émigrés civils italiens ayant participé à la conquête de la Lybie ou de l’A.O.I. qui s’étaient installés durablement dans les colonies en adoptant certaines façons de vivre et en fondant des familles avec des femmes indigènes – a constitué un véritable souci pour Mussolini qui introduit des mesures coercitives pour tous les rapports ou le concubinage entre Italiens et femmes indigènes.

11Ainsi, la femme noire est victime de son corps et de sa beauté, non seulement quand elle prise par la force, mais aussi quand elle parvient à vivre une relation amoureuse avec le colon, étant donné que cela est condamné moralement et, par la suite, par les lois raciales fascistes aussi.

La femme victime du machisme italien

12Les différentes formes de violence infligées aux femmes indigènes, dans les colonies de la Corne d’Afrique, relèvent en partie des comportements typiques des colonisateurs blancs mais révèlent également des spécificités italiennes.

  • 8 Cf. L. Goglia et F. Grassi, Il colonialismo italiano da Adua all’Impero, Rome/Bari, Laterza, 2008, (...)
  • 9 Cf. annexe : Faccetta Nera, paroles de R. Micheli, musique de M. Ruccione.
  • 10 En Italie, on utilisait le terme Abyssinie pour indiquer l’Éthiopie et l’Erythrée dont les limites (...)
  • 11 À ce sujet, l’écrivain Ennio Flaviano, qui participa à la guerre d’Éthiopie, écrivait dans son cah (...)

13Dès le début de la politique coloniale, l’Italie s’inspire des principes liés au rôle du pays porteur de civilisation, déjà adoptés par les autres puissances impérialistes en Afrique, en soulignant sa volonté de s’engager dans un processus de libération de l’esclavage des populations8. Cette image de l’Italien libérateur continue à être véhiculée par la propagande fasciste jusqu’à la guerre d’Éthiopie, comme cela apparaît très clairement dans la très populaire chanson Faccetta nera9. Grâce à sa mélodie facile à retenir, cette chanson, entonnée par les troupes fascistes, eut un large succès contribuant ainsi à diffuser une certaine représentation de la femme abyssine10 auprès des Italiens. Cependant, nous devons souligner les quelques ambiguïtés dans le texte de ce chant de 1935. En effet, les Chemises Noires promettent à la « petite noire, esclave parmi les esclaves » de la libérer en lui donnant une autre loi : « notre loi est l’esclavage d’amour/et notre devise est liberté et devoir ». Si, d’une part, la liberté de vivre et de penser sous la dictature fasciste – et, en particulier, pour les populations colonisées – nous laisse perplexes quant à son application, d’autre part, la définition de « loi esclavage d’amour » soulève certaines interrogations11, en sachant que, malgré l’interdiction de ce marché honteux, des jeunes filles étaient achetées par les Italiens, sans compter les nombreuses vignettes circulant dans la presse de l’époque qui représentaient les femmes indigènes comme des objets purement sexuels. La majorité des indigènes étaient vues comme des proies sexuelles ou des domestiques, dans les deux cas au service de l’homme. Et même dans le cas où une jeune domestique devenait une concubine traitée comme une pseudo-épouse, elle n’était pas considérée comme une femme italienne.

14Pour mieux saisir l’attitude des Italiens envers les femmes indigènes, il ne faut pas oublier les transformations en œuvre dans la société italienne à l’époque de son colonialisme. Entre 1870 et 1914, le nouvel État italien vit de grands changements – telles l’industrialisation, les innovations technologiques, la révolution des transports, l’urbanisation – qui bouleversent l’organisation de la société et ont des répercussions sur les rapports homme-femme. Les femmes commencent à entrer dans le monde du travail, de la culture et dans le débat politique. On craint également que la vie confortable des élites bourgeoises ne transforme l’homme italien en un homme moins « viril » – lâche, couard, trop sentimental. Les mères italiennes, très protectrices, sont souvent critiquées en tant qu’actrices d’une éducation jugée laxiste, qui ne développerait pas suffisamment la virilité des garçons.

15Durant la Première Guerre, les femmes italiennes renforcent leur rôle au sein de la société en remplaçant, dans les champs et dans les usines, les hommes partis au front. Quand les hommes rentrent de la Guerre, elles revendiquent le droit à un poste de travail, ce qui les avait rendues économiquement indépendantes.

  • 12 Cf. G. Stefani, Colonia per maschi. Italiani in Africa Orientale : una storia di genere, Vérone, O (...)
  • 13 Par ailleurs, l’image de la guerre comme moment d’affirmation de virilité avait déjà été élaborée (...)

16Ce ne sont que quelques éléments pour faire comprendre qu’un sentiment de mal-être masculin commence à se diffuser dans la société italienne des années 1920. Ce sont les années où le fascisme va imposer sa dictature et relancer la politique coloniale du pays. Nationalisme, bellicisme et virilisme constitueront les fondements essentiels de cette doctrine. Selon Giulietta Stefani, pour le Fascisme la guerre coloniale contribuerait à une régénération masculine12 : la conquête africaine devient une sorte de « thérapie masculine » ayant comme finalité l’affirmation des mâles italiens sur la femme et une soupape pour défouler leurs frustrations. D’une part, ces guerres leur offraient la possibilité de surmonter un sentiment d’infériorité par rapport à la précédente génération qui avait violemment participé à l’imposition de la dictature, d’autre part elles permettaient de prendre, inconsciemment, une revanche sur la femme blanche en voie d’émancipation, en imposant un rôle de supériorité sur la femme noire13.

  • 14 A-M. Matard-Bonucci, La conquête de l’Éthiopie et le rêve d’une sexualité sur ordonnance, http://d (...)
  • 15 Au milieu des années 1930 un jeune italien sur cinq, âgé de 20-25 ans, part à la guerre en Afrique (...)

17Les soldats qui partent en Afrique voient souvent la femme indigène comme un butin de guerre : un être auquel on ne doit rien, à « dresser » selon ses propres aspirations, un corps à utiliser à sa propre convenance14. Dans les années qui précèdent la guerre d’Éthiopie et, en particulier, auprès des Chemises Noires qui occupent les colonies15, ces sentiments s’accentuent progressivement. Ces hommes vont trouver un support idéologique dans les nouvelles lois raciales que le gouvernement fasciste va bientôt instaurer. L’Italie n’était pas la première puissance coloniale qui fondait sa domination sur une idéologie raciale, mais – à cette époque-là – elle a été l’une des rares à institutionnaliser le racisme.

La femme indigène victime de la politique raciale fasciste

18Le 9 janvier 1937, le Conseil des ministres approuve une loi qui devait garantir la défense de la race en introduisant des sanctions pénales vis-à-vis des citoyens italiens qui entretenaient des relations à caractère marital avec des femmes de l’A.O.I.

19Les théories « scientifiques » visant à démontrer la supériorité de la race blanche sont reprises pour l’élaboration du « Manifeste de la race » du mois de juillet 1938. Les lois raciales introduites en Italie le 17 novembre 1938 sont le résultat d’une série de lois déjà appliquées en Afrique et élargies, par la suite, aux juifs.

20Rappelons juste l’article 8 du Manifeste de la race qui précise :

  • 16 Cf. Il Manifesto della razza, http://www.deportati.it/archivio/manifesto_razza.html . Il est évide (...)

« Il est nécessaire de faire une distinction claire entre les Méditerranéens d’Europe (Occidentaux) d’une part et les Orientaux et les Africains de l’autre. Les théories qui soutiennent l’origine africaine de certains peuples européens et qui soutiennent que la race méditerranéenne est une seule – y compris les populations sémites et chamites (ce qui peut favoriser des relations et des sympathies idéologiques absolument inadmissibles) – doivent donc être considérées dangereuses16. »

  • 17 La difesa della razza, année 1, 1, 5 août 1938.

21À ce propos, il est intéressant de voir de quelle manière cet article est très clairement illustré dans la couverture du premier numéro de la revue La difesa della razza17 où le texte du Manifeste de la race a été publié. La photo de la couverture montre les têtes de statues de trois hommes : l’Italien – « Méditerranéen d’Europe » – évoqué par la tête du Doryphore de Polyclète en marbre blanc, le juif et le noir représentés par les têtes de statues en bronze et terre cuite, matières moins nobles que le marbre. Un glaive romain sépare la statue grecque des autres. Dans la perspective inversée de la photo, la tête du noir, au premier plan, est la plus petite dans l’ordre ascensionnel et suggère la hiérarchie des races présentées : le noir (descendant de Cham) est même inférieur au juif (descendant de Sem).

  • 18 À l’époque, on appelait madama la femme noire ayant une relation d’ordre marital avec un Italien. (...)
  • 19 Dans la Corne d’Afrique, avant la colonisation italienne, le phénomène de la prostitution était be (...)
  • 20 G. Stefani signale qu’à Addis-Abeba, en 1937, il y avait 47 prostituées italiennes contre 1 500 no (...)

22À partir de 1937, le colonisateur doit donc éviter les contacts et les rapports qui s’étaient concrétisés notamment dans la fréquentation de prostituées noires – les sciarmute – et de madame18. Pour résoudre ces problèmes, eu égard aux sciarmute19, le gouvernement lance des sortes de concours dans les meilleures maisons closes italiennes pour « recruter » des prostituées italiennes auxquelles on assure un salaire minimum et une assurance médicale. Toutefois, les prostituées italiennes n’étaient pas numériquement suffisantes pour satisfaire les Italiens des colonies20. Pour ces raisons, en A.O.I., on continue de tolérer les rapports des Italiens avec les sciarmute – ainsi que les rapports avec les domestiques noires. Ce qui comptait, surtout, c’était le fait de démontrer que ces rapports sexuels répondaient uniquement à la satisfaction de besoins physiologiques. Pour limiter les rapports avec les femmes indigènes le gouvernement s’applique aussi à recruter pour ses colonies seulement des hommes mariés (civils et officiers) en facilitant l’arrivée de leurs épouses et de leurs familles.

  • 21 Cf. G. Tommasello, L’Africa tra mito e realtà. Storia della letteratura coloniale italiana, Palerm (...)

23La propagande fasciste s’attache à faire oublier l’image des Vénus noires, captivantes et séduisantes, en véhiculant une forme de mépris pour des corps à considérer désormais comme répugnants. On stigmatise alors certaines coutumes de la femme noire comme, par exemple, son utilisation pour les cheveux du beurre rance, à l’odeur désagréable pour les Italiens, et on argue qu’elle est toujours porteuse de maladies vénériennes. La femme noire est désormais diabolisée. On interdit de chanter Faccetta Nera, la diffusion des photos de Vénus Noires et de celles qui montraient des Italiens avec des femmes indigènes. La censure intervient sur les romans qui parlaient d’aventures érotiques avec les femmes noires, filon littéraire très à la mode qui s’épuise ainsi rapidement21.

24Les nouvelles mesures appliquées par le gouvernement fasciste visent également le phénomène du madamismo, c’est-à-dire les formes de concubinage avec une femme de couleur. La situation de la madama était certainement meilleure par rapport à celle de la prostituée. Initialement embauchée pour s’occuper de la maison d’un militaire ou d’un colon, la femme finissait par s’occuper aussi du corps de son employeur. Il n’était pas rare que cela aboutisse à une relation d’ordre affectif et à une réalité de concubinage pour des Italiens qui, parfois, avaient déjà une famille en Italie. En effet, si, le plus souvent, ce phénomène du madamismo correspondait à un rapport d’exploitation du travail et du corps des femmes indigènes, il a été vécu par quelques femmes comme un moyen d’élévation sociale. Or, dans le droit coutumier de l’Abyssinie ces unions – même temporaires – avaient la valeur de véritables mariages, ce qui attribuait à la femme le statut de femme mariée au sein de sa communauté. Néanmoins, pour les Italiens, ces unions n’étaient pas reconnues comme des mariages, elles n’engageaient pas légalement l’homme envers la femme qui était fréquemment abandonnée quand le militaire rentrait dans son pays natal. La madama devient ainsi la victime d’un mensonge d’ordre juridique et sentimental. Toutefois, il y a eu également des exceptions, des insabbiati qui sont restés avec leur madama, même après la fin du fascisme.

25Ces relations, sujet de nombreux romans coloniaux, étaient tolérées avant la guerre d’Éthiopie car on estimait que la madama assurait au colon ou au militaire italien une sexualité plus stable et plus sûre qu’une sciarmuta. En revanche, à partir de 1937, elles sont passibles d’un à cinq ans de prison et du rapatriement direct du coupable en Italie. Le phénomène du madamismo n’a pas été pour autant complètement éradiqué, et le fait que l’homme fût obligé de cacher ses relations à la communauté italienne, se retournait contre la madama, dans le sens qu’elle perdait le « droit » d’être respectée et aimée. En somme, les relations sexuelles avec une femme noire étaient à la limite pardonnées à la stricte condition qu’elles soient dénuées de toute forme d’affection. Et ceci, alors que dans la société italienne, la sexualité était réprimée par une morale bourgeoise et catholique sévère qui la voulait indissociable de la famille et de la reproduction.

  • 22 Nombreux enfants métis furent abandonnés. Élevés souvent dans des orphelinats catholiques, considé (...)

26La loi no 822 de 1937 interdit aux Italiens de reconnaître les enfants eus avec une femme africaine et de subvenir à leurs besoins, alors que précédemment les métis pouvaient être reconnus par leurs pères italiens et même obtenir la nationalité italienne. La madama, une fois perdu son statut de « pseudo-épouse », lorsqu’elle est mère et abandonnée, se retrouve alors rejetée par sa communauté, restant seule et sans ressources pour élever ses enfants. À partir de ce moment-là, cette femme, stigmatisée par les deux communautés (les siens et les Italiens), paie ainsi très lourdement le fait d’avoir aimé un blanc et d’avoir généré un être considéré désormais comme dangereux, un « monstre ». La situation du métis – qui a subi des évolutions importantes depuis le premier colonialisme italien où il n’était pas conçu négativement – devient alors très difficile22 puisque cet enfant est vu seulement comme la preuve de la corruption de la pureté de la race blanche italienne.

27Malgré le grand travail de la propagande fasciste, les relations des Italiens avec les femmes noires ne cessèrent pas. Toutefois, il est évident que la politique raciale a contribué à réduire, encore plus qu’auparavant, la femme noire en objet seulement sexuel, être inférieur envers lequel il était désormais interdit par la loi d’éprouver quelque sentiment que ce soit.

*

28La femme noire de l’A.O.I. subit directement les conséquences liées à la représentation de l’Africain du XIXe et de la première moitié du XXe siècle répandue chez les Italiens : un être inférieur, peu intelligent, enfantin, primitif, plus proche de l’animal que de l’homme. De ces conceptions découle un processus de « déshumanisation » de l’Africain qui est renforcé lorsqu’il concerne la femme noire, surtout dans le contexte du colonialisme italien, caractérisé par la volonté de réaffirmation de la virilité et l’officialisation des lois raciales fascistes. Dans cette situation particulière les barrières morales se sont effritées plus facilement, en permettant des violences sur la femme noire, souvent non réprimées.

29Ces violences contre les femmes noires de l’A.O.I. ont été longtemps ignorées par la majorité des Italiens, car il y a eu une sorte de refoulement du colonialisme, identifié, de manière erronée, comme un chapitre de la période fasciste à oublier. L’idée que la colonisation italienne aurait été moins dure que les autres et l’image « italiani, brava gente » survivent encore dans une partie de l’opinion publique italienne.

  • 23 Citons, à titre d’exemple, Gabriella Ghermandi, Igiaba Scego, Ubax Cristina Ali Farah, Shirin Ramz (...)

30C’est seulement depuis une vingtaine d’années que ce sujet a commencé à être connu par un public autre que les historiens et ceci, grâce, tout particulièrement, à la production littéraire d’écrivains arrivant en Italie de ses anciennes colonies. Une grande partie de ces écrivains sont des femmes23, parfois le fruit ou les descendantes d’unions mixtes. Dans leurs romans, elles évoquent la situation de la femme noire dans l’A.O.I. en nous confrontant à des réalités méconnues, comme celles des femmes qui se sont battues contre les Italiens, en s’engageant aussi bien dans la Résistance active et militaire que dans celle « passive » de la vie quotidienne. Images de femmes combatives qui s’opposent à celles des femmes noires captivantes, disponibles, soumises, véhiculées par la littérature et la presse coloniale.

Annexes

ANNEXE. Faccetta Nera

Paroles de R. Micheli, musique de M. Ruccione (ma traduction).

I

Si depuis le haut-plateau tu regardes la mer
petite noire, esclave parmi les esclaves,
tu verras, comme dans un rêve, plein de navires
et un drapeau tricolore qui flotte au vent pour toi.

Joli petit visage noir,
belle Abyssine,
attends et espère
car l’heure est proche
où nous serons
tout près toi,
nous te donnerons
une autre Loi et un autre Roi !

II

Notre loi est l’esclavage d’amour
et notre devise « liberté et devoir… ».
Nous, Chemises Noires,
vengerons nos héros tombés pour te libérer.

Joli petit visage noir,
belle Abyssine,
attends et espère
car l’heure est proche
où nous serons
tout près toi,
nous te donnerons
une autre Loi et un autre Roi !

III

Joli petit visage noir, petite Abyssine,
nous t’emmènerons à Rome, libre.
Par notre soleil tu seras embrassée ;
toi aussi, tu porteras une chemise noire.

Joli petit visage noir,
tu seras romaine.
Ta bannière
sera le drapeau italien seul !
Nous marcherons
à tes côtés
et défilerons
devant le Duce et devant le Roi !

Notes

1 On considère que la date de l’unification de l’Italie et la création du Royaume d’Italie remontent à 1861. Toutefois, le processus d’unification territoriale n’était pas encore terminé, car Venise devient italienne en 1866, le Frioul oriental et le Trentin-Haut-Adige/Tyrol du Sud sont annexés à la fin de la Première Guerre mondiale. L’État de l’Église doit céder Rome en 1870.

2 Soulignons qu’au XIXe et au XXe siècle les frontières des pays de la Corne d’Afrique – tout comme celles de la Lybie – ne correspondaient pas à celles d’aujourd’hui. L’occupation italienne n’a jamais couvert la totalité du territoire de l’Éthiopie, de l’Erythrée et de la Somalie (en partie sous l’occupation britannique). L’armée italienne a souvent été confrontée aux mouvements de résistance locale. Cf. A. Del Boca, Gli italiani in Africa Orientale, 4 vol., Milan, Mondadori, 2001.

3 Rappelons que l’Italie, à la différence d’autres puissances européennes, perd toutes ses colonies à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La Somalie, selon la volonté de l’ONU, devient un protectorat de l’Italie de 1949 à 1960, année de son indépendance. La Somalie de 1960 résulte de la fusion des ex-colonies italiennes et britanniques, excepté la région de l’Ogaden attribuée à l’Éthiopie. Djibouti, colonie française depuis 1862, obtient son indépendance en 1977. Quant aux deux autres colonies italiennes, l’ONU a constitué une Fédération d’Éthiopie et d’Érythrée qui a duré de 1952 à 1962.

4 Cf. A. McClintock, Imperial leather: Race, Gender and Sexuality in the Colonial Contest, New York/Londres, Routledge, 1995.

5 Cf. S. Palma, « Fotografia di una colonia: l’Eritrea di Luigi Naretti (1885-1910) », Quaderni storici, 37, 2002, p. 83-147; E. Bini, Fonti fotografiche e storia delle donne: la rappresentazione delle donne nere nelle fotografie coloniali italiane, www.sissco.it/download/attivita/bini.rtf; G. Campassi et M. T. Sega, « Uomo bianco, donna nera. L’immagine della donna nella fotografia coloniale », Rivista di storia e teoria della fotografia, 4, 5, 1983, p. 54-62 ; L. Goglia, Colonialismo e fotografia. Il caso italiano (1885-1940), Messine, Sicania, 1989 ; M. Di Barbora, Donne in AOI : fotografie tra sguardo pubblico e privato, http://www.officinadellastoria.info/magazine/index.php?option=com_content&view=article&id=349:donne-in-aoi-fotografie-tra-sguardo-pubblico-e-privato&catid=68:foto.

6 En revanche, les rares photos où apparaissent des Italiennes, nous montrent des femmes bien « couvertes » : en uniforme – comme des religieuses ou des infirmières de la Croix-Rouge – ou en tenues strictes pour les épouses des colons et des officiers. Toute sexualité est gommée, en opposant l’image d’une femme dévouée, toujours au service de l’homme suivant l’éducation catholique et l’idéologie fasciste.

7 Insabbiati = ensablés. Cf. F. Le Houérou, L’épopée des soldats de Mussolini en Abyssinie 1936-1938. Les « Ensablés », Paris, L’Harmattan, 1994. Ce terme est d’abord utilisé en Cyrénaïque, à partir de l’image des rivages sablonneux ou certains colons pouvaient métaphoriquement se cacher sous le sable. Sur les montagnes d’Abyssinie, il n’y avait pas de sable, mais le terme était désormais entré dans le langage. Les insabbiati étaient souvent d’origine modeste. Ne possédant pas de biens en Italie, sans de réelles perspectives de réussite économique et sociale, ils optaient pour une nouvelle vie partagée avec des femmes indigènes. Une partie d’entre eux ne rentra jamais plus en Italie.

8 Cf. L. Goglia et F. Grassi, Il colonialismo italiano da Adua all’Impero, Rome/Bari, Laterza, 2008, p. 71 et 332. L’ordonnance du Général Badoglio, du 12 avril 1936, affirme que la vente et l’achat d’esclaves sont abolis dans les territoires du Tigré, Amhara et Goggiam.

9 Cf. annexe : Faccetta Nera, paroles de R. Micheli, musique de M. Ruccione.

10 En Italie, on utilisait le terme Abyssinie pour indiquer l’Éthiopie et l’Erythrée dont les limites territoriales ont varié selon les époques.

11 À ce sujet, l’écrivain Ennio Flaviano, qui participa à la guerre d’Éthiopie, écrivait dans son cahier de guerre (novembre 1935-avril 1936) : « Influenza delle canzonette sull’arruolamento coloniale. Alla base di ogni espansione, il desiderio sessuale » (Influence des chansonnettes sur l’enrôlement colonial. À la base de toute expansion, le désir sexuel). Cf. E. Flaviano, Aethiopia. Appunti per una canzonetta, en appendice à Tempo di uccidere, Milan, Rizzoli, 2010, p. 289.

12 Cf. G. Stefani, Colonia per maschi. Italiani in Africa Orientale : una storia di genere, Vérone, Ombre corte, 2007.

13 Par ailleurs, l’image de la guerre comme moment d’affirmation de virilité avait déjà été élaborée par Marinetti qui, au point 9 de son Manifeste du Futurisme de 1909, affirmait de manière provocatrice : « Nous voulons glorifier la guerre – seule hygiène du monde –, le militarisme, le patriotisme, le geste destructeur des anarchistes, les belles Idées qui tuent, et le mépris de la femme. »

14 A-M. Matard-Bonucci, La conquête de l’Éthiopie et le rêve d’une sexualité sur ordonnance, http://dormirajamais.org/conquete-2/ ; I. Taddia, L’Eritrea-colonia 1890-1952. Paesaggi, strutture, uomini del colonialismo, Milan, Franco Angeli, 1986 ; N. Podimani, Difendere la « razza ». Identità razziale e politiche sessuali nel progetto imperiale di Mussolini, Rome, Sensibili alle foglie, 2009.

15 Au milieu des années 1930 un jeune italien sur cinq, âgé de 20-25 ans, part à la guerre en Afrique. Il s’agissait souvent de volontaires. La milice fasciste constituait environ un tiers des 377 750 militaires envoyés en Éthiopie. Gian Luigi Gatti souligne que les tensions entre les 115 855 Chemises Noires et les militaires de l’Armée étaient fréquentes. Cf. G. L. Gatti, « Italiani in Africa Orientale. La milizia fascista in Etiopia, 1935-1936 », Storia e memoria, 1, 2007, p. 9-31.

16 Cf. Il Manifesto della razza, http://www.deportati.it/archivio/manifesto_razza.html . Il est évident que pour les Italiens, les populations noires de l’A.O.I. étaient les descendants de Cham. Dans la Genèse, Cham raconte à ses frères Sem et Japhet qu’il a trouvé leur père Noé endormi, ivre et nu. La Bible dit que Noé, après avoir appris le comportement de Cham, lance une malédiction contre Canaan (fils de Cham) : « Maudit soit Canaan ! Qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères » (Gen. 9, 25), malédiction qui aurait été utilisée aux XIXe et XXe siècles pour justifier l’infériorité de la race noire par rapport aux autres – les Européens, descendant de Japhet, et les peuples du Proche-Orient descendant de Sem.

17 La difesa della razza, année 1, 1, 5 août 1938.

18 À l’époque, on appelait madama la femme noire ayant une relation d’ordre marital avec un Italien. Remarquons que ce terme comportait une connotation sexuelle puisqu’il était également utilisé pour indiquer la propriétaire d’une maison close ou ses prostituées.

19 Dans la Corne d’Afrique, avant la colonisation italienne, le phénomène de la prostitution était beaucoup moins important et moins stigmatisé que sous la période coloniale.

20 G. Stefani signale qu’à Addis-Abeba, en 1937, il y avait 47 prostituées italiennes contre 1 500 noires (G. Stefani, Colonia per maschi. Italiani in Africa Orientale : una storia di genere, op. cit., p. 134). G. Rochat souligne également que dans l’A.O.I. les femmes italiennes n’ont jamais été très nombreuses. En Éthiopie, de 1937 à 1940, on comptait une Italienne pour 30 Italiens. En juin 1940, 81 % des Italiens étaient des hommes. Cf. G. Rochat, Le guerre italiane 1935-1943. Dall’Impero d’Etiopia alla disfatta, Turin, Einaudi, 2005.

21 Cf. G. Tommasello, L’Africa tra mito e realtà. Storia della letteratura coloniale italiana, Palerme, Sellerio Editore, 2004.

22 Nombreux enfants métis furent abandonnés. Élevés souvent dans des orphelinats catholiques, considérés comme le fruit du péché, ils étaient soumis à une dure discipline et éducation visant à leur faire oublier la culture et la langue de leur mère.

23 Citons, à titre d’exemple, Gabriella Ghermandi, Igiaba Scego, Ubax Cristina Ali Farah, Shirin Ramzanali Fazel.

Auteur

Maître de conférences en langue et civilisation italiennes et membre du laboratoire MIMMOC (EA 3812) de l’université de Poitiers dont elle a été vice-présidente en charge des relations internationales. Ses travaux portent sur les thématiques de la mémoire et des problèmes identitaires en Italie du Risorgimento à nos jours et s’appuient, tout particulièrement, sur l’analyse de documents filmiques, photographiques et d’affiches de propagande ainsi que sur l’étude de chants populaires. Elle a également travaillé sur l’histoire des minorités linguistiques en Italie. Parmi ses dernières publications : « La Shoah dans La vie est belle de Roberto Benigni et Train de vie de Radu Mihaileanu », dans Poétisation de l’histoire, Rennes, PUR, 2013, et « Bella Ciao : de chant national à chant international », dans Analele Universitati din Oradea, tome IV, 2014. Actuellement elle travaille sur l’image de la femme dans les romans du post-colonialisme italien.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search