Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Première partie. Connaître : qualifier, dénombrer

Les violences sexuées et sexuelles en tant que système

Ludovic Gaussot

Texte intégral

  • 1 P.-M. Quitard, Proverbes sur les femmes, l’amitié, l’amour et le mariage, Paris, Garnier Frères, 1 (...)

« Quand on est un homme, on se doit “de châtier (sa femme) à la manière des enfants qui n’ont pas encore l’âge de raison1”. »

1Une partie importante des recherches sur les « violences faites aux femmes » l’analyse sous l’angle de l’évolution de leur perception, définition, voire invention. Il y a un effort d’objectivation cherchant à mettre à distance, à dépassionner, voire à neutraliser le soupçon d’engagement, de militantisme ou de misérabilisme (la fameuse « victimisation »).

  • 2 D. Fougeyrollas-Schwebel, H. Hirata et D. Senotier, « La violence, les mots, le corps », Cahiers d (...)

« L’analyse de la violence est inséparable de l’étude de ses représentations, ce qui en fait d’emblée une catégorie hautement subjective. Au demeurant, elle ne s’appréhende réellement que par les réprobations sociales qu’elle suscite. Ce qui n’était pas perçu comme violence par une société à un moment de son histoire le devient à d’autres moments ou dans d’autres sociétés2. »

  • 3 E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1999.
  • 4 H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.
  • 5 Voir par exemple le texte de F. Bonnet, « Violences conjugales, genre et criminalisation : synthès (...)

2Cette approche historique et culturelle de la question, que l’on peut qualifier de relativiste, et qui pourrait s’appuyer aussi bien sur le Durkheim des Règles de la méthode sociologique3 lorsqu’il définit le crime par la réprobation sociale et la sanction, que sur l’approche interactionniste qui définit la déviance comme le résultat de l’application, par les autres, de normes et de sanction4, pose une question épistémologique de fond quant à la construction de l’objet. La déconstruction des catégories et de leurs usages sociaux et politiques contient le risque relativiste de se focaliser sur la construction de l’objet, en l’occurrence les violences contre les femmes, comme « problème social » et « problème public » constitué sinon inventé récemment, politiquement, juridiquement, administrativement. L’objet devient davantage la genèse et l’évolution de la réprobation de ces violences plutôt que celles-ci5.

  • 6 Pour une analyse intéressante mobilisant les catégories de la sociologie politique des problèmes p (...)

3Le risque est dès lors de contribuer à invisibiliser ces violences de genre : tant qu’elles n’étaient pas reconnues politiquement, elles n’existaient pas comme telles (éventuellement il existait des « femmes battues » pouvant recueillir à l’occasion une certaine forme de sollicitude), donc il n’y avait pas de raison d’en parler ; lorsqu’elles sont reconnues politiquement et juridiquement, il s’agirait alors d’étudier leur politisation, leur construction, les acteurs, les enjeux, les stratégies voire les intérêts plus ou moins cachés des protagonistes à les faire reconnaître et à agir publiquement en ce sens. Dans les deux cas, le phénomène en question est évacué au profit de son traitement social (politique, juridique, journalistique, etc.) et il devient impossible de se prononcer sur le phénomène en question, davantage prétexte pour appliquer les catégories de la sociologie politique des problèmes publics que « fait social » à étudier dans sa réalité objective6.

  • 7 A. Debauche, « Les violences sexuelles intrafamiliales : un support pour la visibilisation des vio (...)

4C’est un parti pris différent qui anime le texte présenté ici, consistant à se prononcer sur le caractère de violence en l’occurrence des violences contre les femmes, même si ces violences ont pu et peuvent en effet dans certains contextes historiques et culturels être définies différemment par les protagonistes et les bâtisseurs reconnus des problèmes publics : les faits collectivement répandus voire banals, et attestés, consistant à « battre » sa femme n’étaient-ils pas l’expression de la violence masculine contre les femmes avant même que d’être conceptualisés et combattus comme tels ? Fallait-il attendre qu’un acteur légitime nomme ces actes en tant que violence, violence de genre, pour que le sociologue ou le chercheur se sente le droit et le devoir de les traiter comme tels, quitte à utiliser les guillemets pour signifier ce faisant qu’il reprend le langage profane des acteurs (au nom de la rupture épistémologique) ? Le parti pris consistant à employer le terme de violence contre les femmes pour désigner des actes qui n’ont été qualifiés ainsi qu’au terme d’une genèse sociale, politique, juridique, est sans doute discutable (ne s’agit-il pas d’un anachronisme ?), comme tout parti pris, mais il permet du moins d’étudier les violences sexuées et sexuelles contre les femmes, par hypothèse, comme un fait empiriquement constatable y compris lorsqu’elles sont ou étaient perçues et définies autrement, et en particulier lorsqu’elles étaient tues et donc rendues invisibles7.

5Après avoir rappelé combien le mouvement, les recherches et les actions féministes sont à l’origine de ces nouvelles préoccupations et reformulations de faits qui n’en existaient pas moins, il s’agira de présenter certaines des recherches ayant contribué à analyser les violences contre les femmes en tant que système, système soutenant les rapports sociaux de genre, pour finir par mettre l’accent sur l’intérêt sociologique (et pratique) d’étudier la spécificité et la place centrale des « violences conjugales » dans ce système.

La place du mouvement et des recherches féministes

6S’il est possible d’étudier comment un « problème public » est construit politiquement comme tel, dans toute sa lumière, il est possible également, rétroactivement, de se demander comment ces mêmes faits (apparents) faisaient l’objet d’un traitement spécial afin de les laisser dans la sphère privée, invisible, obscure. Raisonner ainsi permet de poser le problème des violences sexuées et sexuelles contre les femmes en tant que violence de genre, en tant que système, conceptualisation issue du mouvement et des recherches féministes.

  • 8 A. Debauche et C. Hamel, « Violence des hommes contre les femmes : quelles avancées dans la produc (...)
  • 9 L. Gaussot, « Décrire la violence : enjeux scientifiques et enjeux politiques », dans F. Chauvaud (...)
  • 10 Y. Michaud, art. « Violence », Encyclopaedia Universalis.

7Comme le rappellent en effet par exemple Debauche et Hamel8, la dénonciation mais aussi l’analyse de ces violences, en tant que produit et outil de la domination patriarcale, ont été centrales dans l’émergence du mouvement féministe des années 1970. Étudier la manière dont sont pensées, catégorisées, dénombrées les violences sexuelles et sexuées contre les femmes, c’est commencer par constater l’importance du mouvement féministe dans l’émergence et la constitution de cet objet au sein des sciences sociales mais aussi dans sa construction comme « problème public » inscrit à l’agenda des politiques9. Les violences contre les femmes sont en effet devenues des objets bons à penser par les sciences sociales et notamment la sociologie dans le mouvement de dénonciation et de politisation, puis de criminalisation et de pénalisation de ces violences. Les « drames familiaux », « femmes battues » et « crimes passionnels » ont fait l’objet d’une requalification qui les constitue comme éléments d’un ensemble dont on peut analyser les bases voire les fonctions sociales. Les traiter en tant que violence, comme le note Yves Michaud10, c’est accomplir un acte « performatif » : « En prononçant le mot, on accomplit une action. Caractériser quelque chose comme violence, c’est commencer à agir. » Mais aussi, parler de violence contre les femmes, c’est identifier les cibles principales de ces violences. Enfin, parler des violences masculines, c’est identifier leur auteur principal.

  • 11 Voir M. Jaspard (dir), Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale, Paris, La (...)

8Depuis l’enquête ENVEFF11 conduite par des sociologues, des démographes et des psychologues, la connaissance chiffrée des violences masculines contre les femmes s’est affinée et vulgarisée. Aujourd’hui on peut citer l’enquête VIRAGE conduite par Christelle Hamel, dans la reprise et le prolongement de l’esprit de l’ENVEFF, et qui élargit le questionnement aux violences faites aux hommes, en vue de comparer systématiquement les profils des victimes mais aussi des auteurs de ces violences. Entre les deux les pouvoirs publics ont délégué des institutions à l’étude et à la répression de ces violences, appuyées sur une série d’enquêtes de victimation afin d’objectiver leur ampleur, comme Événements de vie et santé (EVS), Cadre de vie et sécurité (CVS), Contexte de la sexualité en France (CSF), etc.

  • 12 Voir P. Romito, Un silence de mortes. La violence masculine occultée, Paris, Syllepse, 2006 ; A. D (...)
  • 13 A. Debauche, art. cit.
  • 14 Par exemple le nombre annuel de plaintes pour viol est passé d’environ un millier au début des ann (...)
  • 15 Données rassemblées par l’Observatoire national des violences faites aux femmes, que l’on trouve p (...)
  • 16 G. Lessard, L. Montminy, E. Lesieux, C. Flynn, V. Roy, S. Gauthier et A. Fortin, « Les violences c (...)

9Cette connaissance essaie de tenir compte en partie des silences, des dénis, de l’occultation, de l’euphémisation12, de l’absence ou de la faiblesse des déclarations et des poursuites, etc.13. Qui elles-mêmes peuvent provenir de la dépendance et de l’emprise dans lesquelles les femmes peuvent être tenues, et de la honte voire la culpabilité qu’elles peuvent ressentir paradoxalement. Néanmoins, il semble que les déclarations et les poursuites soient en augmentation dans nos sociétés, depuis la visibilisation et la stigmatisation accrues de ces violences14. Les chiffres obtenus et publiés restent des estimations, des approximations souvent sous-estimées. On peut rappeler les plus connus et les plus officiels15. En France, chaque année, plus de 80 000 femmes âgées de 18 à 75 ans seraient victimes de viols ou de tentatives de viol, la plupart par une personne connue de la victime et pour un tiers par le conjoint ; une femme sur dix déclare avoir subi des violences conjugales ; chaque année, 200 000 femmes soit 1 % des femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part du conjoint ; une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son (ex) conjoint, etc. En 2006, l’enquête « Contexte de la sexualité en France » estime le nombre de personnes ayant subi des violences sexuelles (attouchements, tentatives de rapport forcé ou rapports forcés) au cours de leur vie. Ces violences ont concerné 20,4 % des femmes vs 6,8 % des hommes âgés de 18 à 69 ans ; et 6,8 % des femmes vs 1,6 % des hommes pour les rapports forcés. Au niveau international, l’OMS et l’ONU considèrent que les violences infligées en contexte conjugal sont les plus courantes ; une femme sur trois au niveau de la planète aurait déjà été victime de violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime16.

  • 17 C’est le sens de l’analyse de J. Hanmer, « Violence et contrôle social des femmes », Questions fém (...)

10Toutes ces données ou estimations suggèrent que ces violences ne sont pas anecdotiques, isolées, extraordinaires, spectaculaires, inexplicables ; elles suggèrent l’aspect répétitif, mécanique, voire banal de ces violences. Elles sont prévisibles, relativement stables, elles font partie du fonctionnement ordinaire de nos sociétés, même si elles font de plus en plus l’objet de réprobation morale et de sanction légale. Elles suggèrent une dimension systémique, elles font système. Elles constituent un « fait social » au sens de Durkheim17. Comme le taux de suicide ou le crime ainsi définis par l’auteur, elles représentent un fait social normal et non pathologique, un fait attaché aux conditions de fonctionnement de la société dans laquelle il s’intègre et prend place. Ce qui ne signifiait pas chez Durkheim qu’un changement était impossible, mais qu’il devait alors porter sur les conditions globales de fonctionnement de la société.

Les violences contre les femmes font système

11Les recherches féministes et sociologiques essaient de mettre en évidence que les violences contre les femmes font système : de par leur étendue (violences verbales, physiques, etc.) et leur articulation (l’idée du continuum des violences), de par l’estimation de leur fréquence et de leur permanence (elles ne sont pas nouvelles mais ne semblent pas reculer), de par leur invisibilité « historique » et les obstacles qui se dressent toujours devant leur reconnaissance, déclaration, poursuite, de par le caractère récent de la politisation, criminalisation, lutte contre ces violences, de par la modestie des résultats obtenus par cette lutte.

12Il est possible dès lors d’étudier les origines et la genèse de ce système, ses conditions de possibilité et ses modalités de fonctionnement, et enfin ses effets voire ses fonctions.

13Concernant les origines, les recherches autant sociologiques que féministes ont essayé de montrer comment les violences contre les femmes émanaient du – et soutenaient le – patriarcat ou la domination masculine, voire le système de genre, la hiérarchie entre les hommes et les femmes, le masculin et le féminin, et enfin la virilité.

  • 18 P. Mercader, A. Houel et H. Sobota, « Le crime dit “passionnel” : affaire de famille, affaire d’em (...)

14La virilité peut se définir non seulement contre le féminin, par le refus ou le rejet du féminin, mais aussi par la violence exercée contre les femmes. C’est la définition donnée par exemple par Christophe Déjours, reprise notamment par Mercader, Houel, Sobota18 : mécanisme défensif qui se mesure à l’aune de la violence qu’on est capable de commettre contre autrui, les dominés et singulièrement les femmes, au nom de l’exercice, de la démonstration ou du rétablissement de la domination. Ce qui signifie un lien intrinsèque entre virilité et violence à l’égard des femmes, surtout peut-être lorsque cette virilité se voit menacée dans sa légitimité ou lorsqu’elle devient un rempart, une protection, contre une situation (politique, culturelle, sociale, professionnelle, familiale) vécue comme fragilisante, humiliante, déclassante.

  • 19 Définie par Raewyn Connell comme la configuration des pratiques de genre visant à assurer la perpé (...)
  • 20 Voir notamment M. Jaspard et al., op. cit. ; A. Debauche et C. Hamel, art. cit.
  • 21 Voir F. Bonnet, art. cit.
  • 22 A. Hammouche (dir.), op. cit.

15Dans ces conditions, on peut comprendre que ceux qui se réfugient dans cette face virile de leur identité soient disposés à user de violences envers les femmes. Mais cette expression marginale ou marginalisée de la virilité fait oublier que c’est le masculin, la masculinité « hégémonique19 », qui se définit par rapport voire contre le féminin et la féminité, et enferme à ce titre tous les ferments de la violence d’une part, que les violences conjugales, mais non les condamnations, concernent toutes les couches de la société20 d’autre part, pas seulement celles qui sont « fragilisées » ou « défavorisées », même si elles sont davantage déclarées et enregistrées dans ces milieux21. Ainsi, ces recherches montrent qu’on ne peut réduire les violences contre les femmes à une survivance ou une résurgence d’une virilité ou masculinité en difficulté, et encore moins les réduire aux milieux populaires. C’est pourquoi, comme le recommandent en général les sociologues22, la sociologie doit éclairer les violences contre les femmes en observant les conditions sociales, sociétales, structurelles qui les rendent possible. Parmi ces conditions il y a les rapports inégalitaires, les rapports sociaux, les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, bref le système de genre.

  • 23 Voir notamment P. Mercader, A. Houel et H. Sobota, art. cit.
  • 24 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.
  • 25 Ibid.

16Les recherches psychosociologiques comme celles de Mercader, Houel et Sobota23 confirment la pertinence de cette lecture genrée des violences contre les femmes : en particulier par l’étude du « crime passionnel », les auteures font le lien entre le fonctionnement structurellement inégalitaire du rapport entre les sexes, à travers notamment l’appropriation des femmes théorisée par Colette Guillaumin24, et l’emprise intrafamiliale dans laquelle elles peuvent être tenues. Dépendance et emprise débouchant potentiellement sur la violence à l’égard de celle qui peut être tenue pour une possession. Lors d’une séparation, les hommes pouvant alors se sentir « dépossédés » (cf. notamment le texte de Myriam Soria plus haut)… En durcissant à peine le trait : « Les hommes tueraient plutôt pour “garder” les femmes, tandis que les femmes seraient souvent amenées à tuer plutôt pour se débarrasser de leur conjoint25. »

17Mais on aurait tort de réduire l’étude des violences contre les femmes aux actes, aux comportements, aux acteurs (bourreaux et victimes) de ces violences. On ne peut se contenter de chiffrer, de comptabiliser, de se focaliser sur les cas de violence directe, même s’ils sont déjà nombreux, il faut prendre en compte les effets de menace, la peur de la violence ; la menace qui plane sur les femmes, d’autant plus lorsqu’elles sont jeunes, est une dimension centrale de ces violences.

  • 26 J. Hanmer, art. cit.
  • 27 L’association entre l’alcool, et plus généralement la prise de produits psychotropes, et le viol e (...)
  • 28 J. Hanmer, art. cit.

18On peut citer ici l’étude pionnière de la sociologue britannique Jalna Hanmer26 (1977), qui propose une conceptualisation de la violence des hommes contre les femmes comme une modalité du contrôle social qu’ils exercent sur elles. Il faut en effet prendre en compte l’effet indirect de ces violences potentielles sur les comportements des femmes, tenues qu’elles sont d’anticiper cette violence, la possibilité du viol étant un « risque » qui touche toutes les femmes, surtout jeunes, tenues qu’elles sont d’éviter tous comportements pouvant de surcroît être interprété comme une « provocation ». « Vivre seule, marcher seule, faire du stop, porter des vêtements “indécents”, avoir parlé ou pris un verre27 avec le violeur sont des actes susceptibles d’avoir rendu le viol possible28. » Les violences contre les femmes ne résultent pas tant ou pas seulement d’une perte de contrôle de la part des agresseurs, mais d’une forme de contrôle social exercé sur toutes les femmes.

  • 29 Ibid.

19On aurait tort aussi de voir ces violences et cette menace comme détachées, extérieures, étrangères au fonctionnement « normal » des rapports de sexe d’une part, et même des rapports de couple et de la « relation amoureuse » d’autre part : les représentations sociales des violences comme survenant lorsque les femmes s’écartent du comportement social attendu d’elles tendent à les confiner dans l’espace privé, où elles ont le plus grand risque de connaître ces violences… « La peur envahissante de la violence et la violence elle-même ont pour effet de jeter les femmes dans les bras “secourants” de ceux-là mêmes qui les agressent […] cette peur diffuse de se faire agresser dans les lieux publics vient encore renforcer la dépendance des femmes vis-à-vis des hommes29. » Christine Delphy reprend cette analyse :

  • 30 C. Delphy (dir.), op. cit.

« Pour une femme violée, des millions d’autres comprennent la leçon. Qu’elles doivent se tenir plus tranquilles, plus discrètes, plus humbles. Qu’elles doivent solliciter, contre les hommes dont elles ne savent pas lesquels sont dangereux ni à quel moment ils le deviendront, la protection d’autres hommes30. »

  • 31 Voir notamment A. Walch, « La construction du couple depuis le XVe siècle et l’évolution des viole (...)

20Les études historiques comme celle d’Agnès Walch31 montrent bien combien la construction du couple et de l’amour, depuis le XVe siècle jusqu’au XVIIIe, comme havre de paix et de bonheur et rempart contre la violence entre les sexes, est l’un des grands mythes de l’occident. Le point d’orgue étant la conciliation de l’amour et du mariage. Parce que l’amour a envahi la relation conjugale et que l’intimité conjugale est devenue entièrement dédiée à l’affection et à la tendresse, les violences de genre au sein du couple sont cependant devenues intolérables, ce qui ne signifie pas qu’elles ont disparu ; cela permet par contre de comprendre comment les mobilisations contre ce type de violence ont pu avoir le succès qu’elles ont eu.

  • 32 E. Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002.
  • 33 Ibid., p. 63.
  • 34 Christine Delphy fait écho à cette analyse : « Certains considèrent qu’une femme qui se laisse tou (...)

21L’étude sociologique d’Erving Goffman32 montre par ailleurs comment les violences sexuelles, le harcèlement sexuel, peuvent résulter du fonctionnement institué (même s’il peut apparaître aujourd’hui très désuet) du « comportement de cour » et du « système de la galanterie » : les femmes ont cette particularité comme groupe dominé d’être tenue en haute estime par les dominants, ce qui leur vaut à la fois d’être subordonnées mais aussi vénérées et soi-disant protégées, de faire l’objet en tant que femme (ou femme-objet), surtout « jeunes et jolies », de l’attention et de la sollicitation plus ou moins permanentes des hommes. « Dans la cour, explique Goffman, l’avantage stratégique de l’homme provient de sa capacité et son droit à revenir sur son intérêt à tout moment, sauf peut-être dans les derniers ; celui de la femme provient du contrôle de l’accès à ses faveurs33. » Le désavantage massif des femmes est dans l’analyse de Goffman qu’une fois qu’elle a dit oui, ou même si elle ne dit pas clairement non (avec toute l’incertitude qui peut peser sur la question, un non « timide » ou poli pouvant être interprété comme un oui déguisé, etc.), elle ne pourrait plus reculer34. C’est pourquoi en partie elles sont exposées à être harcelées de façon chronique, voire violentées physiquement, même lorsqu’elles essaient de garder leurs distances ou de garder les hommes à distance.

  • 35 E. Goffman, op. cit., p. 113-114.

« Car ce qu’un homme peut abusivement obtenir d’elles en les attirant dans la conversation ou en prolongeant abusivement une conversation déjà entamée peut lui apporter beaucoup [et à elle aussi], à savoir une relation, et si ce n’est le cas, au moins une confirmation de son identité de genre35. »

Les « violences conjugales »

22Ce qui précède suggère qu’étudier les violences dans le couple est sociologiquement très pertinent, et ce pour plusieurs raisons.

23D’abord peut-être parce que le couple et la relation conjugale ont été constitués comme le lieu qui symbolise la rencontre amoureuse et harmonieuse entre les sexes, le lieu – le foyer – privé de l’amour, du plaisir, de l’épanouissement personnel, tel qu’il s’est édifié historiquement et renforcé après le XVIIIe siècle.

  • 36 V. Le Goaziou, Le viol, aspects sociologiques d’un crime, Paris, La Documentation française, 2011.
  • 37 L. Mucchielli, « Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences interperso (...)

24Également parce que, démentant la proposition précédente, comme on l’a rappelé, le couple est aussi celui où on (les femmes) a le plus de chances de rencontrer la violence sous toutes ses formes, un haut lieu des violences physiques et sexuelles faites aux femmes, d’autant plus lorsqu’elles croient y trouver un refuge contre le risque sexuel. L’analyse conduite par Véronique Le Goaziou sur 425 dossiers judiciaires concernant des affaires de viol confirme la très grande fréquence des liens préexistants entre la victime et l’agresseur (83 %) ; elle confirme ainsi l’importance du nombre de viols intrafamiliaux et le fait que les auteurs sont des hommes (98 %)36. Les « violences conjugales » représentent même un poids croissant dans l’ensemble des « coups et blessures volontaires » constatés par les forces de l’ordre et jugés par les tribunaux. L’Observatoire national de la délinquance, qui tente depuis 2006 d’évaluer la part des violences conjugales dans l’ensemble des atteintes aux personnes constatées par la police et la gendarmerie, estime ainsi qu’un quart des homicides et des « coups et blessures volontaires » non mortels sont des violences conjugales. La reconstitution des années antérieures indiquerait en outre selon Mucchielli37 une forte augmentation de ces violences conjugales au cours des années 2000.

  • 38 Comme celle de E. Stark, 2013, citée par G. Lessard et al., art. cit.

25Le couple est un terrain pertinent pour étudier les violences contre les femmes aussi parce que les violences conjugales sont loin de s’y limiter à la dimension physique : certaines recherches38 suggèrent que le contrôle coercitif peut comporter des agressions physiques, mais qu’il est avant tout d’ordre psychologique et comprend deux principales catégories de stratégies :

  1. La coercition : agression, intimidation, harcèlement, menaces, humiliation ;
  2. Le contrôle : isolement, privation, indifférence, exploitation, imposition de règles, utilisation des enfants.
  • 39 G. Lessard et al., art. cit.

26Ainsi, la tendance à évaluer la sévérité de la violence conjugale en la rapportant à la violence physique grave omet de considérer ou minimise la sévérité de la violence dans les cas où la victime ne présente pas de blessure apparente, mais qu’elle est soumise à un contrôle coercitif qui perdure dans le temps39. Ces stratégies de contrôle peuvent être à la fois très efficaces et difficilement détectables, d’autant plus qu’elles apparaissent « non-violentes » (lorsqu’on réduit la violence à sa forme physique pure).

  • 40 Voir A. Debauche et C. Hamel, art. cit.
  • 41 P. Delage, art. cit.
  • 42 M. Lieber et M. Roca i Escoda, art. cit.

27L’intérêt d’étudier ces formes de violence vient aussi du fait que, quoique très importantes, elles n’ont été prises en compte que récemment, les violences n’étant auparavant étudiées qu’à travers leurs manifestations dans l’espace public40. Alors que la violence conjugale est très vite entendue comme un crime aux États-Unis, elle est prise en charge par des actrices issues du travail social en France, qui peinent à la faire reconnaître comme un problème d’ordre juridique. La question juridique est jusqu’aux années 2000 relativement absente de la lutte contre la violence conjugale en France. Contrairement à la lutte contre le viol ou le harcèlement sexuel, par exemple, le problème de la violence conjugale peine à être entendu comme une catégorie juridique spécifique41. La difficile reconnaissance en particulier du viol conjugal est un exemple probant tant d’une conception de la relation conjugale définie comme un lieu d’intimité et de soumission librement consentie pour les femmes que des résistances à leur accorder des droits quand ceux-ci sont perçus comme mettant en danger un certain ordre familial42.

  • 43 V. Vanneau, art. cit.

28Les violences conjugales ont enfin ceci d’éclairant du point de vue du genre, au niveau de la perception et de la définition des violences, qu’historiquement les signifiants « femmes battues » et « hommes battus » ne sont absolument pas symétriques. Si les « femmes battues » pouvaient à l’occasion faire l’objet d’une certaine commisération, être plaintes, avant du moins que la redéfinition en termes de violence conjugale et la criminalisation les autorisent plus franchement à inverser la charge en portant plainte, à l’inverse, de l’« homme battu » « on se gausse », tellement il renverse l’ordre naturel des choses. Aujourd’hui encore selon Victoria Vanneau43, qui n’hésite pas à parler d’invariant anthropologique : la dignité de l’homme, l’honneur de leur sexe, interdit aux hommes d’être battus surtout par leur femme.

*

  • 44 Sur cette dimension centrale voir notamment la synthèse de G. Lessard et al., art. cit.

29Appréhender les violences contre les femmes en tant que système suppose et autorise un certain éclairage sociologique sur ce phénomène. C’est poser qu’on ne peut les réduire à des actes individuels, interpersonnels ; c’est proposer une analyse qui intègre non seulement les facteurs individuels et interpersonnels, mais aussi les facteurs sociaux et structurels44.

30C’est par là poser par hypothèse et interpréter ces violences non comme un échec regrettable des relations habituellement heureuses et harmonieuses entre les hommes et les femmes, un raté ou un dérapage hors de l’« île enchantée de l’amour », une défense d’une virilité à bout de souffle, mais comme l’une des expressions d’un certain rapport plus global qui surdétermine les relations quotidiennes entre les hommes et les femmes, un rapport social de dominance et de force qui est produit et reproduit, qui place l’un des termes en position supérieure et qui concourt à placer l’autre en position dominée, position dominée toujours sujette au risque de la violence. Interpréter les violences contre les femmes en termes de rapports de genre, c’est poser d’une part qu’elles font système, en rappelant notamment constamment aux femmes et aux femmes essentiellement qu’elles sont en permanence sous la menace de cette violence, et d’autre part qu’elles ne sont à leur tour que la face aujourd’hui émergée d’un système qui tend à maintenir les femmes en position dominée.

  • 45 Voir F. Bonnet, art. cit.
  • 46 A. Debauche et C. Hamel, art. cit.

31C’est aussi poser par hypothèse que si les violences contre les femmes s’enracinent dans les rapports de pouvoir inégalitaires entre hommes et femmes, il ne peut y avoir de symétrie avec les violences contre les hommes, d’ailleurs essentiellement masculines, et ne résultant ou n’appuyant pas un rapport de domination surplombant. Certains travaux notamment américains sur la symétrie de genre dans les violences familiales, et qui portent en fait davantage sur les conflits que sur les violences, oublient ce rapport inégalitaire qui peut déboucher sur du terrorisme patriarcal ou intime45. Les violences commises contre les femmes sont par ailleurs souvent le fait d’hommes connus (et souvent des proches) de ces dernières. Cette particularité constitue aujourd’hui un des éléments les plus souvent démontrés parmi ceux qui caractérisent les violences subies par les femmes. « Cela les distingue de celles subies par les hommes : lorsqu’un homme est agressé, c’est la plupart du temps par d’autres hommes qui lui sont inconnus. La distinction est d’importance car elle signifie que les femmes sont exposées de façon récurrente aux violences de leur agresseur et qu’il leur est difficile de s’y soustraire46. »

  • 47 M. Lieber et M. Roca i Escoda, art. cit.

32Le développement des recherches confirme l’intérêt de cette approche systémique des violences contre les femmes : dans cette perspective, les recherches sur les violences faites aux femmes s’intéressent à une grande variété d’actes, allant du harcèlement sexuel au travail ou dans la rue, aux « fémicides ». Elles contribuent à définir les contours de cette catégorie, en y ajoutant de nouveaux développements, comme les mariages forcés ou le viol comme arme de guerre, en incluant ou en mettant en débat l’appartenance à ladite catégorie de certaines « pratiques sexuelles », comme dans le cas de la prostitution et de la pornographie47.

  • 48 M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Paris/Mont (...)

33Enfin, appréhender les violences contre les femmes en tant que système ne revient pas à nier l’influence des autres rapports sociaux : les violences structurelles réfèrent aux processus intersectionnels par lesquels s’opèrent les discriminations et l’injustice sociale envers certains groupes sociaux (définis également et indissociablement par leur classe, leur « race », leur âge, etc.). Cependant, comme le notaient Michèle Ollivier et Manon Tremblay48, la possibilité des violences sexuelles marque le quotidien des femmes : quelles que soient leur sexualité (encore que les lesbiennes courent un plus grand risque), leurs origines, leur classe, etc., les femmes vivent avec le risque ou la menace de violences sexuelles et sexuées, et ce, strictement parce qu’elles sont des femmes – ou plutôt lorsqu’elles sont objectivées comme femmes.

Notes

1 P.-M. Quitard, Proverbes sur les femmes, l’amitié, l’amour et le mariage, Paris, Garnier Frères, 1861, p. 45, cité par V. Vanneau, « Maris battus, femmes violentes : justice et société face à l’interversion des rôles conjugaux au XIXe siècle », dans A. Hammouche (dir.), Violences conjugales. Rapports de genre, rapports de force, Rennes, PUR, 2012, p. 49-63.

2 D. Fougeyrollas-Schwebel, H. Hirata et D. Senotier, « La violence, les mots, le corps », Cahiers du Genre, 35, 2003, p. 5-20.

3 E. Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1999.

4 H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

5 Voir par exemple le texte de F. Bonnet, « Violences conjugales, genre et criminalisation : synthèse des débats américains », Revue française de sociologie, 56, 2015/2, p. 357-383.

6 Pour une analyse intéressante mobilisant les catégories de la sociologie politique des problèmes publics mais échappant au risque évoqué ici voir notamment le dossier « Violences conjugales et violences intrafamiliales » et l’introduction de M. Lieber et M. Roca i Escoda, « Violences en famille : quelles réponses institutionnelles ? », Enfances, Familles, Générations, 22, 2015, p. i-xiii. La question centrale du dossier est en effet celle-là : « Comment peut-on expliquer que des violences passées sous silence pendant extrêmement longtemps apparaissent aujourd’hui comme intolérables et inacceptables ? » Les études rassemblées portent sur la façon dont l’action publique a été constituée, que ce soit en termes de droits des femmes, de réponse pénale, ou encore de santé publique : qui sont les acteurs et les actrices qui ont porté cette question et quels ont été les revendications, les débats et les controverses ? Comment ces violences sont-elles définies aujourd’hui et quelles sont les qualités et les limites de ces définitions ? Les politiques initiées en termes de violences domestiques ou encore en termes de violences intrafamiliales sont-elles similaires à celles engagées en termes de violences conjugales, voire de violences envers les femmes ? La terminologie utilisée renvoie-t-elle à des conceptions et des définitions similaires du problème ? Quels sont les débats et les questions qui se posent aux personnes qui interviennent dans des situations d’urgence ? Quels sont les outils dont ils et elles disposent ? Et qu’en est-il des outils pour mesurer ces violences ? Autant de questions qui ont servi de fil rouge à ce numéro qui vise à explorer les formes de constitution comme problème public des violences de genre dans le cadre de la famille. P. Delage montre en particulier comment la réponse apportée par la puissance publique à la question de la violence conjugale (problème juridique aux États-Unis, problème social en France) ne dépend alors pas simplement des formes que prend l’État social et de son régime dans chaque contexte, mais plutôt du degré de légitimité du problème public ainsi que de la manière dont il est formulé et compris (P. Delage, « La violence conjugale à l’épreuve de l’État social : une comparaison franco-états-unienne », Enfances, Familles, Générations, 22, 2015, p. 68-84).

7 A. Debauche, « Les violences sexuelles intrafamiliales : un support pour la visibilisation des violences sexuelles ? », Enfances, Familles, Générations, 22, 2015, p. 136-158. La question des violences sexuelles a fait l’objet de nombreux travaux historiques. Ces travaux ont montré que les victimes de viol et plus généralement de violences sexuelles ont longtemps été « condamnées au silence » : le viol étant davantage considéré comme une atteinte aux mœurs ou à l’honneur des familles que comme un crime contre des personnes, en l’occurrence les victimes. Selon le langage qu’il adopte, de quel silence le chercheur se fait-il alors le relais ou le complice, de quelles visibilisation et prise de position participe-t-il…

8 A. Debauche et C. Hamel, « Violence des hommes contre les femmes : quelles avancées dans la production des savoirs ? », Nouvelles questions féministes, 32, 2013/1, p. 4-14.

9 L. Gaussot, « Décrire la violence : enjeux scientifiques et enjeux politiques », dans F. Chauvaud (dir.), J.-C. Bourdin, L. Gaussot et P. Keller (collab.), La dynamique de la violence. Approches pluridisciplinaires, PUR, Rennes, 2010, p. 29-36. Pour une synthèse voir notamment le dossier « Violences conjugales et violences intrafamiliales » et l’introduction de M. Lieber et M. Roca i Escoda, art. cit.

10 Y. Michaud, art. « Violence », Encyclopaedia Universalis.

11 Voir M. Jaspard (dir), Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale, Paris, La Documentation française, 2003.

12 Voir P. Romito, Un silence de mortes. La violence masculine occultée, Paris, Syllepse, 2006 ; A. Debauche et C. Hamel, art. cit.

13 A. Debauche, art. cit.

14 Par exemple le nombre annuel de plaintes pour viol est passé d’environ un millier au début des années 1980 à environ 10 000 au cours des années 2000. Sur l’analyse de cette augmentation des signalements et des plaintes voir notamment l’analyse d’A. Debauche, art. cit.

15 Données rassemblées par l’Observatoire national des violences faites aux femmes, que l’on trouve par exemple sur le site du Ministère des affaires familiales, de la santé et des droits des femmes : http://stop-violences-femmes.gouv.fr/Les-chiffres-de-reference-sur-les.html.

16 G. Lessard, L. Montminy, E. Lesieux, C. Flynn, V. Roy, S. Gauthier et A. Fortin, « Les violences conjugales, familiales et structurelles : vers une perspective intégrative des savoirs », Enfances, Familles, Générations, 22, 2015, p. 1-26.

17 C’est le sens de l’analyse de J. Hanmer, « Violence et contrôle social des femmes », Questions féministes, 1, 1977, p. 69-88. C. Delphy suggère une analyse semblable, en s’appuyant sur Hanmer, lorsqu’elle écrit : « On ne dira jamais assez que les violeurs, comme les délinquants de la route, ne sont justement pas des délinquants ; comme les maris violents, ce sont des hommes ordinaires ; les plus ordinaires des hommes. Des hommes “normaux” » (C. Delphy [dir.], Un troussage de domestique, Paris, Syllepse, 2011, p. 20).

18 P. Mercader, A. Houel et H. Sobota, « Le crime dit “passionnel” : affaire de famille, affaire d’emprise », dans A. Hammouche (dir.), Violences conjugales. Rapports de genre, rapports de force, Rennes, PUR, 2012, p. 141-154.

19 Définie par Raewyn Connell comme la configuration des pratiques de genre visant à assurer la perpétuation du patriarcat et la domination des hommes sur les femmes (R. Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014).

20 Voir notamment M. Jaspard et al., op. cit. ; A. Debauche et C. Hamel, art. cit.

21 Voir F. Bonnet, art. cit.

22 A. Hammouche (dir.), op. cit.

23 Voir notamment P. Mercader, A. Houel et H. Sobota, art. cit.

24 C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

25 Ibid.

26 J. Hanmer, art. cit.

27 L’association entre l’alcool, et plus généralement la prise de produits psychotropes, et le viol et plus largement le « risque sexuel » et les violences conjugales est aujourd’hui bien connue. Comme les enquêtes peuvent le mettre en évidence, ce risque est intégré par les filles et leurs parents dans la régulation et des sorties et des consommations des filles (voir par exemple N. Herman-Kinney et D. Kinney, « Sober as Deviant : The Stigma of Sobriety and How Some College Students “Stay Dry” on a “Wet” Campus », Journal of Contemporary Ethnography, 42, 1, 2013, p. 64-103 ; N. Palierne, L. Gaussot et L. Le Minor, « Le genre de l’ivresse. Évolution des consommations d’alcool des étudiant-e-s », Journal des anthropologues, 140-141, 2015, p. 153-172).

28 J. Hanmer, art. cit.

29 Ibid.

30 C. Delphy (dir.), op. cit.

31 Voir notamment A. Walch, « La construction du couple depuis le XVe siècle et l’évolution des violences dans les relations de genre », dans A. Hammouche (dir.), Violences conjugales. Rapports de genre, rapports de force, Rennes, PUR, 2012, p. 21-31.

32 E. Goffman, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute, 2002.

33 Ibid., p. 63.

34 Christine Delphy fait écho à cette analyse : « Certains considèrent qu’une femme qui se laisse toucher le bout du pied par un homme a en fait passé un contrat de copulation avec lui, et qu’il peut légitimement s’indigner, et même la forcer si elle “s’arrête en plein milieu” » (C. Delphy [dir.], op. cit.).

35 E. Goffman, op. cit., p. 113-114.

36 V. Le Goaziou, Le viol, aspects sociologiques d’un crime, Paris, La Documentation française, 2011.

37 L. Mucchielli, « Une société plus violente ? Une analyse socio-historique des violences interpersonnelles en France, des années 1970 à nos jours », Déviance et société, 32, 2008/2, p. 115-147.

38 Comme celle de E. Stark, 2013, citée par G. Lessard et al., art. cit.

39 G. Lessard et al., art. cit.

40 Voir A. Debauche et C. Hamel, art. cit.

41 P. Delage, art. cit.

42 M. Lieber et M. Roca i Escoda, art. cit.

43 V. Vanneau, art. cit.

44 Sur cette dimension centrale voir notamment la synthèse de G. Lessard et al., art. cit.

45 Voir F. Bonnet, art. cit.

46 A. Debauche et C. Hamel, art. cit.

47 M. Lieber et M. Roca i Escoda, art. cit.

48 M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Paris/Montréal, L’Harmattan, 2000.

Auteur

Maître de conférences HDR en sociologie à l’université de Potiers. Il est membre du Groupe de recherches sociologiques du Centre-Ouest (GRESCO). Ses recherches portent sur les rapports sociaux de sexes et le genre, au niveau empirique sur les usages sociaux des drogues et produits psychotropes, au niveau théorique sur la genèse des problématiques de sexe dans les sciences sociales. Il a rédigé ou codirigé notamment Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe, Rennes, PUR, 2014, et, avec L. Bodiou et M. Cacouault (dir.), Le genre entre transmission et transgression, Rennes, PUR, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540