Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Troisième partie. De la négociation au conflit : des espaces à partager

Durabilité des pratiques agricoles et relations sociales à retisser en périurbain : le cas du Mans

Christian Peltier et Yamna Djellouli

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans sa présentation du numéro de la revue Géocarrefour intitulé « Quel périurbain aujourd’hui ? », Brigitte Prost (2001, p. 288) déplore l’absence d’une réflexion sur l’agriculture dans les analyses sur le milieu périurbain. Les recensements agricoles de 1988 et 2000 montrent que, dans les espaces urbains ou sous influence urbaine, les espaces jadis dévolus à l’activité agricole se réduisent (Agreste Primeur, 2001 et 2002), remettant ainsi en cause la place que l’agriculture peut encore jouer dans la construction du territoire. La problématique des espaces périurbains (GREF, 2004) souligne aujourd’hui la nécessaire remise en question, dans un espace de contact et de conflit pour le foncier, de l’idée que les agriculteurs disposent d’un statut « à part » qui leur permet de justifier de leur présence et de leur action, quelles que soient la situation et la conjoncture. Dans l’espace périurbain, l’agriculture ne peut arguer de son ancienneté – c’est à-dire de sa présence antérieure à ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search