Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le corps en lambeaux

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Lydie Bodiou
, 
Myriam Soria
, 
et al.

Première partie. Connaître : qualifier, dénombrer

Introduction

Véronique Nahoum-Grappe

Texte intégral

1Le « corps en lambeaux » est une image difficile à dessiner : les « lambeaux » de ce corps mort, massacré, sont, dans l’imaginaire porté par les mots mêmes, disjoints et déchirés, ils ont perdu leur réunification posthume dans la tombe pour être jetés dans l’espace des déchets qui traînent et pourrissent. Ils ne sont plus reconnaissables, exsangues et disloqués, ils s’effacent en tant que matière solide et visible, comme de vieilles pièces de toile sales dans une fosse, de pauvres choses dégoûtantes et sans contours jadis parties d’un tout : un corps qui fut vivant, en vie, c’est-à-dire un être humain total présent sur un coin de terre : l’esthétique du lambeau signe aussi la destruction de la part non physique de l’identité de la victime. Perdus dans le vide hors champs de tout ce qui n’est pas pris en compte, le corps en lambeaux jeté dans un lieu perdu devient terreau gluant parsemé de pierre d’os, des loques de peaux déchirées, de morceaux d’organes pourrissants, abandonnés par tout « care » humain, ce geste de soin, cette main tendue venue du social, du droit, de la mémoire : l’expression « corps en lambeaux » implique, avec l’abandon de son histoire, l’absence du récit de ce qui s’est passé. Les lambeaux des corps retrouvés un jour en pleine terre deviennent la matière même de l’impunité.

2Cette violence sourde de l’image brouille sa propre visibilité, pour atteindre ce qui n’est pas dessiné, la réalité des faits, un jour une violence contre un corps qui fut une personne vivante, morale et sociale, celle qui est née et a connu une histoire de vie en cours jadis, et qui se retrouve dévastée, mise en pièces éparses hors de tout lien avec quoi que ce soit d’humain. Le corps en lambeaux désigne d’emblée la déconstruction, après celle des chairs et des organes, de celle de l’être tout entier, et l’effacement moral de l’histoire de ce qu’elle a subi et souffert, son cœur en lambeaux. Le « cœur », au sens romanesque et populaire du mot, constitue le centre de la personne en vie, et en fabrique l’unité irriguée de sang rouge entre toutes les composantes de sa présence qui respire et palpite, des ongles de pieds jusqu’aux rêves derrière les paupières : le « je ». La destruction oubliée portée par l’expression « corps en lambeaux » touche très exactement ce cœur battant de la personne toute entière, toute sa structure première, ses contours fermes et moulés, ses traits liés en dessin d’ensemble, jusqu’à ses rêves derrière les paupières… le corps humain vivant, tellement dessiné, représenté dans notre culture, et donc visible – le contraire du lambeau. Sans les voix des féminismes, sans les recherches des historiens, qui ferait l’histoire des corps en lambeaux ?

3Quelles furent les positions des acteurs sur la scène des violences oubliées qu’il faut ré-imaginer à partir de leurs traces, ces lambeaux de corps, mais difficiles à reconstruire rétrospectivement ? Quel est le sexe et quel est l’âge des figures centrales ?

4Un fait divers récent – trois lignes de l’AFP le 6 octobre 2015, lues sur internet, et ayant eu lieu à Toulouse – parle d’un homme qui a traîné et « violenté » sur un quai sa petite fille de quatre ans… la mère tentait de l’en empêcher, avec des passants, il a été arrêté, semble-t-il… Toute une situation de violence plausible est mise en forme brutalement par ces trois lignes rapides. Je ne veux pas en savoir plus : pas de film, de mise en images précisées, mais l’appel efficace d’un cadre suffisant de compréhension lié au rapport de sexe, d’âge et de force, assez inscrit dans notre imaginaire culturel pour une première « question » : si l’enfant est ainsi traitée en public, que doit-il se passer dans l’espace privé ? Elle pourrait être un petit garçon, sauvé aussi par la mère : l’homme violent ne l’est pas en tant qu’homme masculin contre les femmes de sa famille, mais en tant qu’adulte viril toujours plus fort qu’un enfant mais peut-être pas contre sa femme protégeant son enfant… Au-delà de cet exemple, pensons aux enfants (des deux sexes) maltraités, et dont l’intériorité est aussi dévastée et mise « en lambeaux », quand le violent est un parent, un proche auquel on n’a pas le choix de ne pas être attaché par un lien affectif puissant et vital, un lien que l’enfant n’a pas la liberté de choisir en amont : la violence physique d’un proche met en pièces l’être moral de la victime plus que toute autre violence – et c’est elle qui le plus souvent concerne les femmes.

5La réalité massive des violences faites aux femmes en temps de paix montre qu’elles sont le plus souvent les victimes des hommes de leurs familles : elles sont amenées à se battre et se débattre contre quelqu’un avec lequel les liens sont d’intense proximité – contrairement à ce qui se passe entre un manifestant et l’homme en uniforme qui le tabasse. Dans les cas de mères battues par un fils, cette spécificité atteint son point tragique culminant de déchirement intérieur. L’effet de « mise en lambeau » de la victime est absolu et concerne aussi tragiquement ce que l’on peut encore appeler « son cœur »… Là aussi c’est le récit qui est freiné, celui que la victime tait, non pas seulement parce qu’elle est plus faible ou qu’elle a peur, mais aussi parce qu’elle est en proie à un violent déchirement intérieur, elle est mise en lambeau intérieurement autant par la situation que par les coups… contrairement aux violences historiques entre hommes dont les haines hurlées et chantées sont souvent explicitées en théories fanatiques… L’immense réalité des violences contre les femmes au sein de l’espace privé, qui petit à petit à la fin du XXe siècle sont devenues un objet de recherches scientifiques pluridisciplinaires avec l’éclairage des données statistiques de mieux en mieux construites scientifiquement en toile de fond, serait restée non perçue à sa juste mesure dans nos sociétés contemporaines, s’il n’y avait pas eu au courant des trois derniers siècles des voix de plus en plus nombreuses et entendues pour la percevoir et la dénoncer : le rôle des différents féminismes qui ont marqué l’histoire, surtout au XXe siècle, et les travaux des sciences sociales comme la sociologie, l’histoire et l’anthropologie font petit à petit émerger le dessous de l’iceberg derrière les conflits mouvants des clichés et stéréotypes, que la thématique semble faire flamber dans tous les camps idéologiques…

6Le livre ici et cette partie tiennent leur place dans cette entreprise collective de mise en lumière des problématiques et des réalités : il s’agit de penser un thème soumis à des tensions idéologiques et des contradictions épistémologiques, avec, à chaque fois, une thématique de recherche précise et fouillée. Dans cette partie, chaque article constitue une pièce d’un puzzle dont le dessin d’ensemble apparemment difficile brille à l’horizon : entre l’antiquité grecque (Sandra Boehringer), les légendes des « princes violeurs » du XIVe siècle (Gilles Lecuppre), les obsessions des médecins positivistes du XIXe siècle français (Frédéric Chauvaud), les témoignages de victimes guatémaltèques de tortures au XXe siècle (Sébastien Jahan), les dictionnaires pénaux contemporains (Laurence Leturmy et Michel Massé), les affaires jugées en audiences correctionnelles (Myriam Soria), les enquêtes statistiques actuelles et les dernières synthèses sociologiques magistrales (Nicolas Palierne, Ludovic Gaussot), il n’y a pas de synthèse facile, mais tous ces travaux traversent et sillonnent un même champ en pente, la pente d’une formidable différenciation dans le rapport entre Hommes et Femmes au regard de la violence de sang.

7Chaque article est insulaire, mais il est frappant de constater l’extrême souci scientifique des auteurs de repenser les catégories de recherches à chaque stade de leur travail : la remise en cause des catégories est une exigence commune. Ainsi, l’expression « violence contre les femmes » et l’opposition femme victime et homme violent est non pertinente pour l’antiquité grecque (Sandra Boehringer)… La figure du « prince violeur » au XIVe siècle est une construction historique culturelle fine et sophistiquée dont les clés sont politiques et dont la réalité est tout simplement peu plausible (Gilles Lecuppre)… À chaque stade du mouvement féministe, qui renaît dans les années 1970 dans de nombreuses grandes capitales du monde, et qui travaille toute la pensée collective contemporaine, de nouvelles approches de la thématique surgissent qui reconfigurent les analyses – mais oui, la violence des femmes existe aussi ! et il y a des reines cruelles et assassins (pas de féminin correct pour ce dernier terme !), et il y a des hommes battus et doux, maternant s’ils le désirent –, la différence « homme femme » est « dénaturalisée », l’identité sexuelle est une construction sociale où les garçons sont pris eux aussi dans l’étau des injonctions (« sois un homme mon fils ! ») : la virilité est une performance spécifique à décrire, mais aussi une amputation chez eux, une aliénation… les catégories juridiques restent souvent tragiquement en deçà de la scène des faits… Chacun des auteurs connaît le souci d’un perpétuel « méta-regard » porté sur son travail en cours, au dessus de leur épaule, et qui les oblige à poser à chaque stade la question de la validité des outils et la lutte contre les stéréotypes… Il est remarquable de constater qu’en même temps, à aucun moment l’objet n’est neutralisé, déréalisé, comme dans certains débats de société où la haine du féminisme comme aussi la fièvre du militantisme parfois l’emportent sur l’objectivité : une synthèse sociologique (cf. le texte de Nicolas Palierne et celui de Ludovic Gaussot), qui me semble incontournable, dresse le paysage d’une dissymétrie de base, la grande pente de la « valence différentielle des sexes » (F. Héritier), à l’œuvre dans la spécificité même du thème et donc des faits : les femmes ne sont pas à égalité dans la production des faits de violence contre les personnes, par contre elles forment plus de la moitié des victimes, massacrées par les hommes proches d’elles… Ce n’est pas une question de morale, leur éventuelle cruauté est construite culturellement de façon différente et trouvera d’autres moyens de s’accomplir… Mais c’est un fait transculturel majeur qui pousse l’analyse sociologique vers le politique, et non vers la psychologie. La violence du stigmate culturel qui a tant pesé sur les femmes dans notre histoire n’est pas déniée : ainsi l’historien (Frédéric Chauvaud) nous restitue ici l’exemple stupéfiant et instructif de ces docteurs savants du XIXe siècle positiviste, penchés sur le corps nu de la jeune femme décédée à la suite de violences, fouillant ce corps en lambeaux à la recherche de l’hymen, cette preuve de la virginité, donc du viol, pauvre membrane en lambeaux dont ils décident dans leur obsession fanatique déguisée et « exigence scientifique » de faire la preuve définitive de leur verdict : il n’y a de viol que de vierge morte… Ce qui élimine toute possibilité d’être reconnue comme ayant été violée pour la femme adulte mariée – ne parlons même pas de celle qui a une sexualité libre… Michelet était hanté par les règles de sa jeune épouse, preuve de sa différence incompréhensible et troublante… Et les docteurs juristes savants de cette époque étaient obsédés par la question de l’hymen, donc de la défloration, lorsqu’il leur fallait se pencher sur le corps en lambeaux de la femme violée. Le culte étrange de la virginité, sa valeur religieuse même pour ces docteurs « positivistes », comme preuve de l’innocence, est tombée en désuétude dans le monde occidental du siècle suivant, mais on a oublié la production de faux-sens tragiques et criminels qu’elle a entraînés… La différence entre les sexes entraîne une spécificité dans les manières de lui faire du mal : un homme torturé peut être violé, mais il ne peut pas être mis enceint. Les hommes torturés souffrent autant que les femmes, mais pour ces dernières une dimension « sadique sexuelle » apparaît plus emphatique : comme dans ce témoignage terrible de la fille de Rigoberta Menchú (cf. le texte de Sébastien Jahan), Prix Nobel de la paix en 1992, résumé des pires souffrances que l’on puisse faire endurer à un être humain de sexe féminin. Ici intervient la problématique de la domination, du rapport de force en situation, toujours politique, quand un pouvoir dictatorial se situe du côté de celui qui est « le plus fort » sur la scène du présent, le dominant en position de virilité (même s’il s’agit d’une femme). Mais les bourreaux politiques sont en majorité des hommes au sein des formes de répressions instituées du XXe siècle, ce qui va peut-être évoluer avec la présence croissante des femmes dans les corps sécuritaires de répression. Et c’est bien cela qui traverse le champ : il se trouve que le pouvoir politique, religieux, juridique, économique, social a été historiquement plutôt monopolisé, le plus souvent, mais pas toujours, par un des deux sexes, dans le cadre de systèmes culturels qui ont non seulement enfermé la définition du féminin dans celle de la sexualité/virginité et de la fécondité (légitime/illégitime), mais qui ont en plus écrasé la différence entre les sexes sur une échelle de hiérarchie en termes de valeur : il ne s’agit pas d’un universel mais d’un mécanisme transculturel confirmé par l’anthropologie du XXe siècle – malgré la complexité des diverses sociétés décrites, le plus souvent, les femmes ne sont pratiquement jamais à égalité symétrique dans tous les domaines avec les hommes… Relisons les quatre tomes de l’Histoire des Femmes dirigés par M. Perrot et G. Duby (parus à la fin des années 1980 au Seuil) : malgré l’extrême diversité des situations historiques et culturelles, la dissymétrie, la pente de l’inégalité basique est à chaque fois sensible malgré les reines, les guerrières, et les femmes assassins… Et le rêve de Bachofen (Le droit maternel, 1861) d’un matriarcat où les rôles seraient inversés ne se rencontre pas dans les faits décrits par les anthropologues : quand la filiation est matrilinéaire, c’est que l’oncle maternel a le lien d’ascendance sur les enfants de sa sœur, et quand elle accède aux sommets d’un pouvoir, ce qui est statistiquement rare, elle adopte souvent mimétiquement les traits de la virilité performante.

8Les différents travaux présentés dans cette partie montrent que l’on peut tenir les deux bouts de la chaîne, maîtriser les outils d’analyse en évitant clichés, stéréotypes et idéologies déguisées, tout en respectant la tragédie du thème, qui oblige à penser le politique, et en deçà de lui, l’injustice basique, immense continent de la « valence différentielle des sexes » : les femmes cumulent souvent les vecteurs de vulnérabilité – dont celui du double stigmate culturel qui pose leur infériorité dans tous les domaines et qui enferme leur identité dans le champ de la sexualité, quels que soient leurs armes, leurs violences et leurs talents, leur cruauté propre. Cela fait d’elles les victimes plausibles de la violence des dominants sur leurs corps.

Auteur

Anthropologue, membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du Centre Edgar Morin (EHESS). Ses recherches portent sur l’esthétique du corps, l’anthropologie de l’alcool, l’ennui social, la différence des sexes, et les violences extrêmes en temps de guerre. Dernier ouvrage paru : Vertige de l’Ivresse, Alcool et lien social, Paris, Descartes & Cie, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540