Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie des dévotions

 | 
Albrecht Burkardt

Deuxième partie. Dévotions et commerce : conjonctures et logiques distributives

L’Almanach spirituel et le marché du livre de dévotion aux XVIIe et XVIIIe siècles

Véronique Sarrazin

Texte intégral

  • 1 Voir par ex. : Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, Paris, BNF, 1991 ; Berna (...)
  • 2 Philippe Martin, Une Religion du livre, Paris, Le Cerf, 2003.

1Le premier livre imprimé par Gutenberg fut la Bible. Les livres religieux occupent une place essentielle dans l’économie éditoriale de l’Ancien Régime : jusqu’au premier tiers du XVIIIe siècle, ils forment au moins 33 % et jusqu’à plus de 50 % des titres publiés ; si, à partir des années 1740 le nombre de titres nouveaux décline fortement, jusqu’à moins de 10 % à la veille de la Révolution, ils restent un secteur éditorial important par la fréquence des rééditions et des tirages souvent supérieurs à la moyenne. Des travaux ont été menés sur de grandes éditions, notamment bibliques, et sur les textes de polémiques théologiques qui opposent catholiques et réformés, jansénistes et jésuites1. L’ouvrage récent de Philippe Martin2 a attiré l’attention sur le livre de dévotion ordinaire, qui vise à accompagner et guider la pratique quotidienne : à partir d’un corpus d’éditions lorraines et savoyardes de 1640 à 1850, il envisage globalement cette littérature dans ses contenus, ses auteurs, ses lectures, mais aussi son économie éditoriale. C’est sur cet aspect particulier que je souhaite apporter ma contribution. Je n’envisage pas ici une étude complète du marché du livre de dévotion, mais autour d’un titre (l’Almanach spirituel... à l’usage des personnes dévotes), une réflexion sur les formes du livre de dévotion, le développement, l’évolution de ce marché et les enjeux de ce commerce.

  • 3 Les exemplaires consultés sont ceux des années : 1647 ; 1630 ; 1652 ; 1654 ; 1667 ; 1670 ; 1687 ; (...)
  • 4 Outre les lacunes ordinaires qu’affrontent tous les historiens, la documentation est ici affectée (...)

2L’Almanach spirituel est une publication annuelle de longue durée (1647-1775), qui, comme beaucoup de livrets de faible valeur marchande et d’usage quotidien – qu’il s’agisse d’almanachs ou de livrets de dévotion – a laissé peu d’exemplaires : en cumulant les différents dépôts parisiens, on retrouve environ un exemplaire par décennie et notamment la première et la dernière années de parution, ce qui permet de dégager l’évolution de la publication3. Ce corpus est complété par des documents administratifs et commerciaux, tels que les registres de permission, les inventaires après décès des éditeurs, les catalogues de vente et les annonces commerciales dans la presse, qui permettent de saisir la dimension économique et matérielle de cette publication, et son insertion dans un marché spécifique. Cette documentation est cependant incomplète4 et ne permet qu’une reconstitution partielle de la publication.

3Je présenterai d’abord quelques éléments du contexte de naissance de l’Almanach spirituel, tant en termes de pratique religieuse que d’économie éditoriale. Puis je caractériserai l’Almanach spirituel dans sa conception, comme un produit éditorial spécifique. J’envisagerai ensuite son histoire éditoriale sur le long terme et son évolution, significatives tant de l’évolution des consommations du livre dévot que des dynamiques internes du monde de l’édition.

L’édition religieuse au XVIIe siècle

4L’Almanach spirituel paraît pour la première fois en décembre 1646, pour l’année 1647. L’année précise n’a qu’une importance relative : en fait, la date du privilège royal, accordé à son auteur en octobre 1645, montre que le texte était déjà prêt depuis plus d’un an. Sa parution a sans doute été retardée par les aléas de la publication matérielle, ne serait-ce que trouver un éditeur intéressé ; mais c’est une décennie importante.

  • 5 Voir Bernard Plongeron (éd.), Histoire des diocèses de France : Paris, Paris, Beauchesne, 1987, p. (...)

5La réforme catholique s’affirme alors pleinement, dans sa double dimension de réhabilitation du clergé catholique et de renforcement de la foi des laïcs. Dans Paris5, elle se traduit concrètement par la multiplication des établissements religieux, qui quadrillent la capitale, dessinant un nouveau paysage urbain et manifestant une présence active. Elle entraîne aussi le développement des confréries, qui stimulent les pratiques de dévotion individuelles et collectives. On n’en connaît pas le nombre exact, mais chaque église en accueille souvent plusieurs et la paroisse Saint-Sulpice au temps d’Olier (1642-1652) en compte à elle seule une cinquantaine. Ce sont donc sans doute plusieurs centaines de confréries, qui réunissent des milliers, voire des dizaines de milliers de dévots.

  • 6 Sur ce contexte, voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle, Genèv (...)
  • 7 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 600-623.
  • 8 Ibid., p. 613-614.

6Cette ambiance est favorable au développement de l’édition religieuse, à la fois pour fournir aux ecclésiastiques les textes nécessaires à leur réflexion et à leur travail, mais aussi pour répondre à la demande laïque6. Le premier tiers du XVIIe siècle voit le renouvellement de l’édition théologique et liturgique dans le sillage du concile de Trente, ouvrages de grand format, en latin, distribués sur le marché international. On diffuse et on traduit aussi les œuvres des théologiens ultramontains, espagnols et italiens, à destination d’un public aisé, cultivé et très pieux, qui cherche une réflexion et un approfondissement de sa foi. Mais à partir des années 1630-1640, les militants de la réforme catholique (clercs et dévots laïques) vont impulser ou soutenir de nouvelles tendances dans l’édition religieuse. Au fur et à mesure que les nouvelles dévotions se répandent, se manifeste un besoin d’explication et d’accompagnement pour des fidèles moins lettrés. On publie donc des livres pour un plus large public, pour guider une pratique qui devient ou que l’on souhaite quotidienne. On remarque « le caractère didactique d’une nouvelle littérature placée sous le signe de la méthode7 », en petit format et en français. Ce sont, pour les ecclésiastiques, des manuels de théologie pastorale, des catéchismes, des sermonnaires etc. Pour les laïcs, on propose, outre une masse croissante d’images pieuses, des méthodes d’oraison, des exercices spirituels, ainsi que de multiples recueils de litanies, de prières ou de chants de Noël. Ces ouvrages représenteraient à eux seuls 20 % des éditions parisiennes entre 1643 et 1667. Un classique comme l’Imitation de Jésus-Christ connaît ainsi une quinzaine d’éditions de 1610 à 1645 et une cinquantaine de 1645 à 16708. Le marché du livre de dévotion courant est donc en plein essor, soutenu et encouragé dans sa production comme dans sa diffusion par les ordres de la réforme (Jésuites, Capucins, Récollets) comme par les confréries et les associations dévotes.

  • 9 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 585 : de 1630 à 1669, les différentes (...)

7Les éditeurs développent d’autant plus volontiers ce marché qu’ils connaissent alors des difficultés croissantes. La production imprimée française (autant qu’on puisse la reconstituer à partir des exemplaires conservés ou identifiés) change de tendance : après une croissance, certes parfois irrégulière, mais forte au début du XVIIe et jusqu’à un maximum atteint vers 1643, elle baisse nettement jusqu’au début des années 1660. C’est d’abord l’effet d’une saturation du marché dans certains secteurs : les établissements religieux ont fait un gros effort d’équipement de leurs bibliothèques dans le premier tiers du siècle et leurs besoins diminuent. C’est surtout le contrecoup des difficultés économiques générales liées à la guerre de Trente Ans, dans laquelle la France s’est engagée militairement depuis 1635. Ce conflit, qui touche une grande partie de l’Europe occidentale, perturbe le commerce international, interdisant notamment l’accès aux foires allemandes de Francfort et Leipzig, plaques tournantes du marché européen du livre. Les exportations s’effondrent à partir de 1640. La guerre réduit aussi le marché intérieur aux consommations essentielles, aux dépens des consommations culturelles, jugées superflues. L’édition est, de plus, handicapée à partir de 1633 par des taxes sur le papier9, qui augmentent fortement le prix des livres, puisque le papier constitue environ 50 % du coût de fabrication. Les éditeurs préfèrent donc publier des ouvrages destinés à un large public français et de petit format, car passer au format immédiatement inférieur permet de diviser au moins par deux la quantité de papier utilisée. Le marché du livre de dévotion semble donc porteur.

8La naissance de 1’Almanach spirituel se situe donc à la rencontre d’une demande en livres d’accompagnement de la dévotion individuelle et des besoins de l’édition parisienne de développer de nouveaux marchés, pour compenser la perte des marchés étrangers et la hausse des prix. Il est cependant original dans son contenu.

Un programme des dévotions

  • 10 Ibid., p. 571-572.

9L’expansion du marché du livre de dévotion dans les années 1640 s’accompagne d’un fort renouvellement, qui reflète la vitalité de la spiritualité française mais aussi la structuration particulière d’un marché très disputé. Pour être publié, un livre doit alors obtenir une permission d’une durée variable, simple autorisation de paraître ou monopole éditorial ; émanant formellement du roi, elle est attribuée par le chancelier, à cette époque Pierre Séguier, pilier du mouvement dévot. Les éditeurs les mieux protégés par le pouvoir – en général de grands libraires parisiens – accumulent les privilèges exclusifs qui progressivement capturent le marché, jusque-là assez libre, du livre de dévotion. Outre le privilège déjà ancien de la Compagnie des Usages, on peut citer pour la décennie 1640 celui de dix ans obtenu par Sébastien Huré pour les œuvres de Louis de Grenade ; celui de vingt ans obtenu par Biaise pour les Fleurs des saints de Ribadeneyra ; celui de quinze ans obtenu par Pierre Rocollet en 1641 pour le Livre d’église à l’usage de Paris ou bréviaire des laïques, jusque-là d’impression libre10. À l’échéance du privilège et si l’éditeur privilégié n’en obtient pas la prolongation, les éditeurs concurrents peuvent normalement obtenir une permission pour rééditer l’ouvrage. Les provinciaux n’attendent pas toujours jusque-là et le contrefont parfois, avec d’autant plus de succès que leurs coûts de production notamment ceux de la main-d’œuvre sont inférieurs, de même que leur prix de vente. Entre les privilèges qui cloisonnent déjà le marché et le risque d’être copié par un éditeur provincial, la marge est étroite mais l’Almanach spirituel a su l’exploiter. C’est un ouvrage d’un genre nouveau et qui, parce qu’il intéresse exclusivement le marché parisien – principal marché de librairie française – risque peu d’être contrefait.

  • 11 Voir Francesco Maiello, Histoire du calendrier : de la liturgie à l’agenda, Paris, Le Seuil, 1996.
  • 12 Voir Maxime Preaud, Les Effets du soleil : almanachs du règne de Louis XIV, Paris, Réunion des mus (...)
  • 13 Le premier achevé d’imprimer date du 3 décembre 1646. Il est sous presse lors de la visite des imp (...)

10Comme son nom l’indique, c’est un almanach, c’est-à-dire avant tout un calendrier auquel s’ajoutent des informations diverses. Le choix de cette forme n’est pas si surprenant. Les livres d’heures – les plus traditionnels des livres de dévotion – débutent par le calendrier liturgique. Le calendrier fait aussi écho à de multiples titres contemporains qui visent à encadrer, organiser et stimuler la pratique religieuse tout au long de l’année, pour faire de chaque jour un temps fort de la vie religieuse : l’Année chrétienne du père Suffren, parue en 1640-1641, est le titre emblématique de cette production et l’auteur de l’Almanach spirituel a aussi publié des Pratiques de l’année sainte. À cette époque, il n’existe encore que peu d’almanachs et ils ne sont pas encore vraiment populaires, malgré des titres comme le Grand Calendrier des bergers ou l’Almanach du bon laboureur. Leur lecture populaire et paysanne n’est guère attestée avant le début du XVIIIe siècle, au moment où se répandent aussi en masse les grands titres étrangers, comme 1’Almanach de Liège ou le Messager boiteux11. En revanche, les années 1630-1640 voient l’usage du calendrier se répandre dans les villes, avec les grands calendriers gravés, intitulés « almanachs royaux », dont les graveurs parisiens se font une spécialité12. Donner à ce livret le titre d’almanach, c’est donc inciter à l’achat par le triple motif de la dévotion, de l’utilité et des étrennes. Comme les autres calendriers, il est mis en vente vers la mi-décembre, pour un écoulement qui ne dépasse guère la mi-février13. Cependant, si l’ensemble du texte s’organise autour du calendrier, il n’en comporte pas d’usuel.

  • 14 Titre de 1647, utilisé jusqu’en 1667 au moins. Le développement est ensuite réduit aux termes de « (...)

11C’est plutôt un programme des cérémonies religieuses de la capitale. Son titre complet est Almanach spirituel « où sont marquées les Festes, Confrairies, Indulgences plénières, Prédications, Assemblées & Conférences de piété, qu’il y aura chaque jour de cette année dans les Eglises, Paroisses et Monastères de Paris14 ».

  • 15 Il mentionne par exemple les cérémonies à l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, pour la Saint-Maur.

12Il comprend essentiellement deux parties : la première, qui forme en moyenne 15 % du texte, donne la liste des célébrations récurrentes : « Il y a tous les jours... Toutes les semaines (le lundi, le mardi...)... Tous les mois (le I. Dimanche, le II. Dimanche). » Dans chaque créneau, on donne le type de célébration (office, adoration perpétuelle, catéchisme, assistance spirituelle), en précisant le lieu (à..., à...) et éventuellement l’heure. La seconde partie, soit 80 % du texte, constitue le calendrier à proprement parler, indiquant jour après jour, la fête du jour et les « solennités » particulières à tel lieu de culte, comme les sermons, processions, expositions de reliques ou du Saint-Sacrement, indulgences etc. Le reste du texte comprend les avertissements de l’auteur (sur l’utilité de son ouvrage), de l’éditeur (sur les précautions pour l’utiliser, les abréviations, les corrections attendues), ainsi qu’une brève chronologie de la création du monde au règne actuel, et le comput ecclésiastique. Malgré l’intitulé des débuts (« de la ville et faubourgs de Paris »), le texte concerne essentiellement les Parisiens. Sauf exception15, il ne mentionne que les lieux de culte de la capitale.

  • 16 Éditions de 1647 à 1654, p. 28, mais plus à partir de 1667. Des renvois aussi à sainte Godolene, l (...)

13Le texte de l’almanach est presque purement utilitaire. Il comporte très peu de discours, à part l’avertissement de l’auteur, qui incite autant à la dévotion en soi qu’à recourir à son almanach. Il ne donne pas non plus d’informations culturelles sur la signification ou l’historique des célébrations, ou sur la vie du saint du jour. Il est vrai qu’à l’origine, l’Almanach spirituel a été conçu comme le complément des Pratiques de l’année sainte du même auteur, qui sont cette fois un véritable guide de la dévotion privée, donnant pour chaque jour de l’année des éléments sur la fête du jour et des conseils pour une vie dévote. Ainsi, le 2 janvier, fête de Saint-Adélard, évêque de Corbie, le sujet de méditation du jour est : « Quittez la Cour et le grand monde si vous voulez vivre dans la piété », suivi de la vie d’Adélard, exemplaire à cet égard. Chaque année, l’avis au lecteur en tête de l’almanach incite à utiliser en parallèle ces Pratiques pour « tirer un plus grand fruit » de l’almanach lui-même et, dans ses premières éditions, son texte comporte quelques renvois aux chapitres des Pratiques : ainsi, le 5 juillet, fête du Bienheureux Pierre de Luxembourg, patron d’Avignon : « Lisez sa vie dans les Pratiques de l’année sainte16. »

  • 17 Extrait de l’« Avis [de l’auteur] au lecteur », placé en tête de chaque édition. Il a disparu en 1 (...)
  • 18 Il est l’auteur avoué mais, selon un avis paru dans l’édition de 1667, il ne peut en assurer chaqu (...)
  • 19 Almanach, spirituel, 1647, p. 5, à l’article des Litanies de la Vierge.
  • 20 BNF, Imprimés B 4615 : édition 1650, avec les cérémonies dans différents collèges ; édition 1652, (...)

14L’Almanach spirituel n’est donc pas un manuel de dévotion, ni un texte à méditer, mais un outil pratique pour faciliter l’exercice des dévotions et y inciter : « les bonnes âmes... [qui] seront bien aises de savoir en quelle Eglise elles pourront chaque jour de l’année entendre les Sermons, gagner les Indulgences, célébrer les fêtes des saints particuliers de leur dévotion...17 ». Il donne une visibilité aux nombreux établissements religieux qui se créent dans Paris, ainsi qu’aux confréries ; il témoigne de leur activité et peut aussi attirer les donateurs ou de nouveaux membres. De 1647 à 1680, l’auteur est le père Martial du Mans, du couvent des Pénitents du Tiers Ordre de Saint François18. Il ne fait pas de publicité particulière pour l’action de son ordre ou de son établissement, à quelques exceptions près : dans la première édition, il insère un événement historique à la date anniversaire du calendrier, le seul repéré dans toutes les éditions consultées. Le 6 mai 1645, au couvent des Pères Pénitents, l’évêque de Meaux a béni une image d’argent de la Vierge, lors d’une cérémonie solennelle, en présence du nonce et avec un accompagnement de la musique du roi19. Cette mention n’apparaît pas dans les éditions ultérieures. On peut remarquer aussi que, parmi la poignée de personnages mineurs dont il invite à lire la vie dans ses Pratiques, plusieurs appartiennent au Tiers Ordre de Saint François. Cela reste quand même très discret et disparaît au-delà des années 1660. L’Almanach spirituel ne favorise pas un établissement ou un ordre particulier, mais donne le panorama des cultes le plus complet possible, sans y parvenir absolument, comme le montrent les annotations dont l’ont complété certains possesseurs20.

  • 21 BNF, Imprimés B 4615 : édition 1652.
  • 22 Sur l’évolution des formats pour ce type d’ouvrage, voir Roger Laufer, « Les espaces du livre », d (...)
  • 23 Voir l’article « Livret imprimé » dans Pascal Fouché (éd.), Dictionnaire encyclopédique du livre, (...)

15Parce qu’il est un ouvrage pratique, qu’on consulte plus qu’on ne le lit et qui n’est pas destiné à être conservé dans une bibliothèque puisqu’il est renouvelé chaque année, l’Almanach spirituel peut rester matériellement modeste. C’est même une nécessité, puisque son ambition est d’inciter à un achat annuel. Des exemples de mises à jour manuscrites montrent que ce n’est pas toujours le cas21. Il cherche à toucher le public le plus large possible, alors même qu’il est, par sa nature, un ouvrage d’un genre nouveau, dont le besoin reste encore à démontrer. Il paraît donc en format in-8, format économique et format usuel des ouvrages pratiques et des brochures de circonstance22. Comptant quarante-six à quarante-huit pages dans les premières années, il est donc formé de trois feuilles d’impression. C’est une plaquette assez mince mais qui reste supérieure à la définition légale du « livret », qui compte au maximum deux feuilles d’impression et dont la vente est autorisée aux colporteurs et aux merciers23. Il est donc vendu exclusivement en librairie.

16L’effort d’économie se lit à chaque page. Le papier est de qualité médiocre : d’un blanc grisâtre ou bleuté, il est fin parfois jusqu’à la déchirure et souvent il boit l’encre. Le texte est très compact. La typographie serrée remplit la page, ne laissant que d’étroites marges et allant parfois jusqu’au bord de la feuille, qui reste alors irrégulier, car on ne peut le rogner sous peine de rogner le texte lui-même. Il n’y a pas de pages blanches, ni même d’espaces : paragraphes et parties s’enchaînent sans interruption, par de simples alinéas. On gagne encore de la place en développant un système d’abréviations et en jouant sur la taille des caractères : fréquemment, les dernières pages sont imprimées dans un caractère inférieur, pour rester dans le cadre des trois feuilles d’impression. La composition semble correcte, laissant peu de coquilles, une nécessité dans un ouvrage dont la principale qualité est l’exactitude des informations. L’impression elle-même est médiocre : l’encrage est très inégal, avec des pâtés, mais plus souvent en grisaille, par manque d’encre. On trouve des salissures et jusqu’aux empreintes digitales des pressiers. Le pliage est parfois trop précoce, effectué avant que l’encre ait complètement séché, ce qui entraîne des reports de texte sur les pages en vis-à-vis. Dense, parfois brouillé, le texte de l’Almanach spirituel se veut utilitaire et économique, sans offrir le confort de lecture et l’agrément esthétique que de nombreux lecteurs attendent à cette époque.

  • 24 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 561-63 : suite à un développement anar (...)
  • 25 Voir P. Martin, Une Religion du livre, op. cit, p. 128-138.
  • 26 Calcul effectué sur une dizaine des catalogues de libraires parisiens, de la fin du XVIIe et du dé (...)

17Ce travail à la va-vite est sans doute l’effet de la date impérative de parution (à la mi-décembre) en même temps que le reflet de la médiocrité contemporaine de la typographie parisienne24. Il dénote aussi une volonté d’économie, commune à la majorité des ouvrages de ce genre25. Si l’Almanach spirituel n’est pas la brochure la moins chère du marché, il se situe quand même dans les bas prix. La première mention de prix retrouvée date de 1687 : il coûte alors 7 sols. Si on peut trouver des brochures de la Bibliothèque Bleue pour moins de 5 sols, les ouvrages vendus à moins d’une livre tournois [LT] forment environ 5 % des titres des catalogues des libraires-éditeurs26. Ce sont notamment des livres de dévotion, comme des éditions économiques de l’Imitation de Jésus-Christ ou des Offices et petites Heures.

  • 27 Voir Bernard Dompnier, Paola Vismara (éd.), Confréries et dévotion dans la catholicité moderne, Ro (...)
  • 28 Voir Louis Chatellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 47-61.
  • 29 Voir Anne-Marie Gutton, Confréries et dévotion sous l’Ancien Régime : Lyonnais, Forez, Beaujolais,(...)

18Cette recherche d’économie vise moins à délimiter socialement la clientèle qu’à se rendre accessible à tous. Aucun document commercial ne permet d’identifier des acheteurs, et les mentions manuscrites sur les exemplaires conservés sont trop rares et imprécises pour en tirer des conclusions. L’auteur s’adresse explicitement aux « personnes dévotes ». On peut, à partir du contenu de l’almanach, préciser cette notion et esquisser trois publics potentiels. Le premier, le plus évident, est celui des nombreuses confréries, qui stimulent fortement la pratique dévote et recommandent à leurs membres le recours à un guide de vie chrétienne27. Certaines d’entre elles se dotent d’une publication, qui comporte surtout les statuts de l’association, le rappel des obligations du confrère et la liste des offices propres à la confrérie28. Mais toutes ne sont pas équipées et l’Almanach spirituel vise sans doute à combler cette lacune. Son titre d’origine annonce clairement qu’il informe spécifiquement sur les confréries et ces informations, quoique dispersées dans le corps de l’ouvrage, sont souvent mises en valeur par la typographie, en jouant sur le contraste entre caractères romains et italiques. L’almanach donne aussi aux confrères les informations qui leur permettent d’accomplir les dévotions que la confrérie leur demande, mais qui peuvent avoir lieu en dehors du cadre confraternel, comme l’assistance quotidienne à l’office ou les séances d’adoration perpétuelle. En fournissant les horaires variés des paroisses, il permet à chacun de pratiquer selon sa disponibilité et le quartier où il se trouve. Cette mise en valeur de l’activité des confréries intéresse aussi sans doute ceux qui veulent assister à leurs célébrations, sans pourtant s’engager dans l’association. L’intérêt d’un large public pour les célébrations confraternelles est attesté. Lorsque des curés réclament la création d’une confrérie dans leur paroisse, c’est souvent pour faire revenir leurs ouailles, qui désertent leur paroisse de résidence au profit de la chapelle d’une confrérie ; ce comportement est aussi dénoncé par les évêques, qui rappellent la nécessité d’assister aux offices et surtout de recevoir les sacrements dans sa paroisse de rattachement29.

  • 30 Voir Stefano Simiz, « Les confréries face à l’indulgence : tradition, quête, accueil et effets en (...)
  • 31 Voir Adolphe Cheruel (éd.), Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson, Paris, 1860-1861, I, (années 164 (...)
  • 32 Voir Bernard Dompnier (éd.), Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, (...)
  • 33 Almanach spirituel, 1687, p. 13, 9 février.

19Cette attirance a surtout deux raisons : les confréries entretiennent et ornent leur lieu de culte et leurs célébrations collectives sont plus belles, voire spectaculaires. Mais peut-être aussi, en s’approchant du foyer d’intense dévotion qu’est une chapelle confraternelle, espère-t-on en tirer un bénéfice spirituel supérieur. Le rappel annuel, par l’Almanach spirituel que les indulgences accordées lors des principales fêtes des confréries ne valent que pour les confrères, suggère qu’une partie de l’auditoire espère bien en voir rejaillir un peu30. L’Almanach spirituel facilite aussi cette dispersion, cette dévotion « à la carte ». Ainsi le conseiller au Parlement de Paris, Olivier Lefèvre d’Ormesson ne se contente pas de l’église de sa paroisse, où il fait dûment baptiser son fils. Il fréquente différents établissements, au gré de ses liens familiaux (son frère est aux Minimes, sa sœur à l’Annonciade, son oncle aux Jésuites), mais aussi en fonction de l’intérêt du prédicateur, de ceux qui fréquentent le lieu et qu’il a ainsi l’occasion d’y rencontrer en dehors du protocole, ou de la beauté de la cérémonie31. D’ailleurs, l’Almanach spirituel cherche aussi à satisfaire la curiosité de ceux qui souhaitent assister à de belles cérémonies, en cette pleine époque des pompes baroques32. Pour le Dimanche de la Quinquagésime par exemple, « toutes les Paroisses Et les Mandians vont le matin en procession à Notre-Dame, et MM. De Notre-Dame avec leurs quatre Eglises sujettes, vont dans la Court du Palais chanter une antienne à la vraie Croix qui est exposée ; et cela pour l’Indulgence du beurre et laitage pendant le Carême33 ». En signalant les particularités de différentes célébrations pour les grandes fêtes, l’Almanach spirituel permet aux amateurs de choisir la cérémonie qu’ils préfèrent, en fonction de sa pompe ou de ses participants. On peut cependant noter une lacune : le nom des prédicateurs pour le Carême, élément important de choix pour un public cultivé, n’est jamais mentionné. Peut-être sont-ils désignés trop tard pour être inscrits dans un almanach qui paraît vers la mi-décembre ?

20On ne peut guère aller au-delà du public visé par l’Almanach spirituel. Il est certain qu’avec un tel contenu et à un prix qui reste au-dessus de la capacité d’achats non essentiels de la majorité de la population, il n’intéresse qu’une clientèle assez aisée, animée d’une dévotion active... ou de bonnes résolutions. Mais dans une ville de la taille de Paris et dans le contexte de la réforme catholique, ce n’est pas négligeable. À défaut de faire la fortune de son éditeur, l’Almanach spirituel lui assure sans doute des retours réguliers pour un investissement modeste.

Une valeur marchande certaine

  • 34 Voir Véronique Sarrazin, Les Almanachs parisiens au XVIIIe siècle : production, commerce, culture.(...)

21L’Almanach spirituel est une publication d’une durée remarquable, puisqu’il paraît annuellement et sans interruption pendant près de cent trente ans, de 1647 à 1775. Il n’est égalé ou dépassé en ce genre que par les grands almanachs populaires (Almanach de Liège, Messager boiteux) et par des almanachs utilitaires comme l’Almanach royal. La grande majorité des almanachs dure moins de dix ans ou se perpétue au prix de refontes importantes34. L’Almanach spirituel en revanche semble presque immuable et la dernière édition reste proche de la première, par la forme et le contenu. Derrière cette durée et cette apparente immobilité, indices d’une consommation maintenue, des évolutions discrètes révèlent les aléas éditoriaux et commerciaux de cette publication et suggèrent ceux du marché du livre de dévotion.

  • 35 H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 566.
  • 36 Ibid., p. 712.
  • 37 Ibid., p. 704.
  • 38 Archives nationales de France [dorénavant ANF], MC, XLIII, 165, IAD du 29 mars 1678.
  • 39 ANF, MC, XLIX, 403, IAD du 8 novembre 1694.
  • 40 BNF, Imprimés, 4-Q-10 A, 189, Catalogue des livres imprimés chez Georges et Louis Josse... 1694 ; (...)
  • 41 Acte de vente mentionné dans ANF, MC, XLIX, 403, IAD du 8 novembre 1694.

22En 1647, l’Almanach spirituel paraît chez un jeune libraire-éditeur, Georges Josse, qui est en train de constituer son fonds. Pour profiter de Factualité, il n’hésite pas à publier quelques brochures dans le cadre de la querelle du jansénisme qui se développe autour de la Fréquente communion35, mais il s’attache surtout à publier et diffuser « une littérature de spiritualité courante36 », qui offre de multiples avantages. Parfaitement légale et même encouragée par le pouvoir, elle permet de constituer un fonds protégé par des privilèges ; son insertion dans le courant de la réforme catholique lui assure le soutien des ordres, la célébrité des auteurs et intéresse un public de plus en plus large. Chaque ouvrage en lui-même ne représente qu’une faible valeur matérielle, mais la masse des ventes garantie par des monopoles permet de confortables bénéfices, qui mettent Georges Josse au rang des premiers libraires parisiens dès les années 1660. Si en termes de poids financier et d’appuis politiques, il reste encore loin derrière un Mabre-Cramoisy, il appartient aux quelques 10 % d’éditeurs qui produisent 60 % des éditions parisiennes37. À sa mort en 1678, il laisse un fonds de librairie estimé à 32 000 LT38. Ses deux fils associés lui succèdent, après avoir racheté le fonds à leur mère en juillet 1678. Ils perpétuent la même orientation avec le même succès et même plus, puisqu’ils détiennent les privilèges complets ou partiels de plusieurs ouvrages commandés en masse par le pouvoir en 1685-1686, à destination des « nouveaux catholiques ». L’inventaire du fonds au décès de Georges II en novembre 1694 donne une estimation supérieure à 67 000 LT39. Le survivant, Louis Josse, est en 1697 imprimeur de l’archevêque de Paris. Le fonds est à plus de 80 % constitué d’ouvrages religieux, de format moyen ou petit, où dominent les œuvres de spiritualité et les manuels de dévotion, titres classiques comme les Vies de saints personnages et les multiples versions et traductions de l’Imitation de Jésus-Christ (de 10 sols à 1 LT 10 sols), ou titres modernes, comme les Méditations de Beuvelet, les œuvres d’Abelly, de Bouhours, de Gonnelieu ou du père Cheminais40. En 1690, ils ont ajouté à cette branche traditionnelle de leur activité, la publication des Usages du diocèse, dont le privilège a été racheté à la veuve Mabre-Cramoisy41. Si l’Almanach spirituel diffère par sa nature de ces livrets, il procède bien de la même démarche éditoriale.

23L’Almanach spirituel n’est sans doute pas l’article le plus rentable du catalogue, mais différents éléments attestent que c’est une valeur sûre. En l’absence de chiffres de tirage ou de vente, il est difficile d’évaluer précisément sa valeur marchande. On peut utiliser comme indicateur l’estimation de son privilège dans l’inventaire de novembre 1694, avec quelques précautions : peu d’autres privilèges font l’objet d’une prisée et, lorsque c’est le cas, c’est avec un lot d’exemplaires qui représentent une valeur matérielle indéniable. Estimé à 50 LT, l’almanach arrive loin derrière le Bréviaire des Ursulines, prisé à 500 LT, mais ce dernier bénéficie d’un marché captif et, vendu beaucoup plus cher, il dégage à chaque exemplaire vendu une marge conséquente. Le seul fait que l’Almanach spirituel fasse l’objet d’une estimation chiffrée, alors qu’aucun exemplaire n’est encore imprimé à cette date, est déjà significatif du bénéfice qu’on en attend.

  • 42 BNF, Manuscrits français 21946, registre des privilèges de 1673 à 1716, fol. 40.
  • 43 Voir BNF, Manuscrits français 22072 (14).

24Il a sans doute rencontré immédiatement un certain succès. Bien qu’on ne dispose d’aucun document commercial pour cette période, certains indices ne trompent pas. La première édition est parue assez discrètement, sans nom d’auteur ; son privilège est simplement et réglementairement reproduit à la fin de l’ouvrage. Dans l’édition de 1650, le nom de l’auteur apparaît sur la page de titre, qui annonce aussi « Avec privilège du Roy ». L’ouvrage affiche ainsi ses garanties intellectuelles et ses protections juridiques, à la fois gage de qualité à l’égard des clients potentiels et avertissement à l’encontre des contrefacteurs. L’auteur et l’éditeur se soucient de bien protéger la publication, en obtenant régulièrement le renouvellement du privilège qui assure leur monopole. En outre, celui-ci s’allonge et donc se renforce au fil du temps : de 5 à 6 ans jusqu’au début des années 1660, il atteint 10 ans en 1668 et 25 ans en 1676. On voit d’ailleurs que ce dernier privilège a été demandé et obtenu largement avant la date limite. L’usage ordinaire est de demander le renouvellement un an avant l’échéance, mais les éditeurs n’hésitent pas à le demander plus tôt si les circonstances sont favorables. Le privilège obtenu par Josse le 8 octobre 167642 concerne en fait toute une série de titres, notamment différentes œuvres de Beuvelet et d’Abelly très rentables et menacées par les contrefacteurs. Josse a profité de l’occasion de ce privilège exceptionnel pour y faire insérer par avance la prolongation de celui de l’Almanach spirituel, dont il voulait s’assurer durablement les bénéfices, une manœuvre assez classique des plus puissants éditeurs et dénoncée par leurs concurrents moins bien placés43.

25Un autre indice du succès de la publication est la stabilité de son contenu. La composition du texte reste la même dans l’ordre et l’équilibre des parties, même si le nombre de pages augmente inéluctablement au fil de l’accroissement des informations : de 46-48 pages dans la première décennie on passe à 80 pages à l’extrême fin du XVIIe siècle, soit 5 feuilles d’impression. On peut noter quelques aménagements typographiques, qui visent à rendre plus lisible un texte qui reste toujours compact par économie de papier. Le texte principal passe de l’italique au romain et adopte une disposition en colonnes, avec des alinéas mieux marqués. La mise en page de la deuxième partie s’aligne sur celle des calendriers contemporains : deux premières colonnes, étroites, donnent les quantièmes des mois civil et lunaire, et la troisième plus large (jusqu’aux deux tiers de la page) indique la fête religieuse et les informations complémentaires. La présentation reste très sobre et le contenu n’évolue guère qu’au fil des célébrations et de l’installation de nouvelles congrégations et confréries ; la seule vraie nouveauté est le développement à partir de la fin du XVIIe siècle de la première partie, dans laquelle on insère désormais tous les offices et plus seulement les usuelles messes et vêpres. Dernier indice, l’Almanach spirituel de Paris est imité à partir de la fin du XVIIe siècle dans des versions locales formellement très proches, au moins à Lyon et Bordeaux.

  • 44 Après l’édition de 1670 et à partir de celle de 1687 au moins.

26C’est une formule stable, parce qu’elle convient au public ; l’auteur et l’éditeur s’efforcent tous deux de la perpétuer intellectuellement et commercialement. À la fin du XVIIe siècle44, la marque éditoriale des Josse occupe un bon tiers de la page de titre, ce qui rend suffisamment compte de l’intérêt qu’ils attachent à ce livret.

Un bénéfice routinier

  • 45 Voir A. M. Gutton, Confréries et dévotion, op. cit., p. 24-26.

27L’Almanach spirituel reste aux mains de la famille Josse jusqu’au début des années 1740, de Louis à Jean-François son fils. Il paraît désormais sans auteur avoué. Depuis le décès de Martial du Mans, le travail de mise à jour est effectué par un ecclésiastique anonyme ou par l’éditeur lui-même, voire, peut-être, par le prote de l’imprimerie, comme c’est le cas pour l’Almanach royal. La permission royale est au seul nom du libraire. Celui-ci se contente de perpétuer le titre, sans innovations, ni frais, mais les mises à jour annuelles entraînent une augmentation lente et continue du nombre de pages. C’est sans doute toujours un bon article du fonds alors que les dévotions tridentines se sont généralisées et que les exigences des confréries en matière de pratique continuent à augmenter45.

  • 46 BNF, Manuscrits français 21994-22000 : registres des permissions royales. La dernière permission d (...)

28Cependant, il ne mérite plus la même attention qu’auparavant, comme le suggère le changement de statut légal : alors qu’au XVIIe siècle, l’éditeur avait recherché la protection maximale, il se contente désormais du régime ordinaire. Le privilège obtenu en 1676 courait jusqu’en 1701 et Louis Josse ne semble pas avoir tenté de le faire renouveler. En 1701, des lettres patentes réglementent précisément le régime des permissions royales, distinguant les privilèges généraux, les privilèges locaux et les permissions simples. L’Almanach spirituel passe du premier au troisième statut, paraissant désormais sous des permissions de trois ans régulièrement renouvelées46. Ce changement ne peut être que du fait de Josse. Certes, l’obtention d’un nouveau privilège aussi long aurait été à peu près impossible car la politique de la chancellerie en la matière avait changé, mais Josse était un éditeur suffisamment reconnu – il est alors, en titre, l’imprimeur de l’archevêque de Paris – pour obtenir sans difficulté un privilège général d’une durée courante de neuf ans, pour un titre désormais aussi classique que l’Almanach spirituel. C’est donc qu’il ne craint pas d’avoir des concurrents ou ne se soucie pas d’en avoir ; peut-être ne souhaite-t-il pas non plus faire les frais, élevés, d’un privilège pour un titre dont le bénéfice n’est pas énorme.

  • 47 Sur la forte expansion du marché des almanachs parisiens au XVIIIe siècle, voir V. Sarrazin, Les A (...)
  • 48 Paris, Warin, puis Thomelin, 1701-1750.
  • 49 Paris, Chardon, 1726-1741.
  • 50 ANF, MC, XXIII, 558, IAD de l’épouse de C.-J.-B. Delespine, 30 août 1748 ; XCVII, 358, IAD de Fran (...)

29Le nouveau régime légal du titre permet la naissance de rivaux plus ou moins directs. En réalité, même si légalement la permission simple ne garantit pas d’exclusivité (elle interdit l’importation de copies mais laisse la possibilité d’obtenir une autre permission équivalente), la chancellerie s’abstient d’en donner qui soient directement concurrentes. Mais il est possible de publier des ouvrages d’un contenu ou d’un usage proche, sans être accusé de contrefaçon. Alors que la production des almanachs s’accroît et se diversifie rapidement dans le sillage du succès de l’Almanach royal et du Calendrier de la cour, tous deux nés en 170047, d’autres almanachs empiètent sur le domaine jusque-là réservé de l’Almanach spirituel, tels l’Almanach de poche48 ou l’Almanach de Paris49. Ces titres contiennent le calendrier de tous les événements spectaculaires ou utiles, fêtes religieuses et civiques, foires commerciales, rentrées des Universités, vacations des tribunaux etc. Ils sont donc moins complets que l’Almanach spirituel en ce qui concerne les pratiques religieuses, mais suffisent sans doute à ceux qui ne cherchent d’informations que sur les principales célébrations. Ainsi, l’Almanach de poche mentionne les fêtes des grandes confréries et les fêtes paroissiales. Ils ne semblent cependant pas porter ombrage à l’Almanach spirituel dont la permission garde un bon niveau d’estimation jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle : elle est évaluée 300 à 400 LT selon qu’il reste ou non des exemplaires, une prisée plutôt supérieure à celle des ouvrages de dévotion courante de format in-12, comme l’Exposition de la doctrine chrétienne, Les Lettres de piété de Boileau ou Le Directeur de conscience50. La naissance des rivaux de l’Almanach spirituel et leur durée attestent plutôt de l’importance du marché pour ce type de livret dans les premières décennies du siècle ; tous deux disparaissent dans une période qui voit le fléchissement momentané du marché des almanachs et celui, plus durable, des livres religieux. L’Almanach spirituel subsiste, mais connaît lui aussi des difficultés.

Des évolutions qui ne le sauvent pas

  • 51 Voir ANF, MC, XLVII, 51, vente du 24 avril 1736 ; BNF, Manuscrits français 22072 (78) : placet pré (...)
  • 52 Bibliothèque historique de la ville de Paris [dorénavant BHVP], Manuscrit 4001.

30Les difficultés de l’Almanach spirituel sont d’abord le reflet des carrières plus houleuses de ses éditeurs. Le titre – resté pendant près d’un siècle dans le fonds de la famille Josse – passe désormais entre les mains de différents éditeurs, au fil des circonstances. En 1736, Louis Josse désireux de se retirer vend l’ensemble de son fonds à son fils, associé à Charles-Jean-Baptiste Delespine ; mais la somme (85 201 LT, essentiellement sous la forme d’une rente de 4 000 LT à la veuve) est lourde pour deux jeunes libraires, qui manquent du dynamisme et des appuis nécessaires pour faire fructifier le fonds, et notamment pour faire renouveler les nombreux privilèges qui arrivent à expiration51. Lorsqu’après son veuvage, Delespine se retire du métier à la fin de 1748, le fonds et le titre sont repris par Delaguette, qui décède en 1756. Sa veuve, en se remariant avec le libraire Le Prieur en 1759, change assez radicalement l’orientation de son commerce. Certains titres sont alors vendus, dont l’Almanach spirituel cédé à Despilly en janvier 176352, qui trois ans après le revend à Claude-Jean-Baptiste Hérissant. Ainsi, dans un premier temps, ce n’est pas l’Almanach spirituel spécifiquement, mais tout ou partie du fonds qui change de main, au fil des successions ; ensuite, la circulation s’accélère et c’est le titre lui-même qui est cédé d’un éditeur à un autre, comme un article qui n’a plus sa place dans des fonds plus diversifiés, plus équilibrés. Il ne semble pas non plus avoir encore sa place dans des fonds plus axés sur la dévotion : à la vente de 1763, ni Lottin, ni Dehansy, deux éditeurs spécialisés dans les livrets de dévotion et notamment dans les Heures, ne font d’offre pour l’Almanach spirituel. Les pratiques de dévotion et les livres qui les accompagnent ont changé.

  • 53 BNF, Imprimés B 5823, édition 1754, p. 4.

31Pourtant, depuis 1750, les éditeurs font des efforts de renouvellement. L’Almanach spirituel évolue davantage dans les 25 dernières années de sa vie que dans les 100 premières, sans toutefois que la formule en soit vraiment modifiée. L’almanach va élargir l’espace géographique qu’il couvre, pour élargir sa clientèle. Il comporte désormais une troisième partie (environ 10 % du texte), qui donne le même calendrier des célébrations que les deux premières, mais pour les églises des « environs de Paris », comme Charenton, Nanterre, Saint-Denis ou Vincennes. En 1769, il y ajoute les églises de Versailles, pour toucher la partie dévote de la Cour. Il donne plus de précisions concernant les reliques exposées dans Paris et les fêtes patronales des confréries professionnelles. Il va aussi insérer progressivement différentes informations pratiques, qui cherchent à le rendre d’un usage plus commode et donc, on l’espère, plus fréquent. Il se dote ainsi d’une table alphabétique des églises, avec leur adresse. Il insère dans son calendrier les dates de permission ou de prohibition religieuse des mariages, ainsi que celles de jeûnes. Il va reprendre dans des articles distincts des informations dispersées dans le calendrier et qui intéressent un public particulier. Il publie ainsi une liste des reliques exposées dans les grands sanctuaires et consacre aussi un article particulier aux dévotions autour de la mort. Enfin, il cesse d’être exclusivement consacré à la pratique religieuse et publie, comme de très nombreux almanachs contemporains, une liste des membres de la famille royale. L’Almanach spirituel cherche donc à élargir sa clientèle et sans doute à s’adapter à l’évolution des pratiques religieuses. Même s’il affirme encore s’adresser aux « âmes dévotes uniquement occupées à chanter les louanges du Seigneur, non seulement les Dimanches et Fêtes d’obligation, mais encore chaque jour de l’année53 », il semble viser aussi des pratiques religieuses plus ordinaires et plus répandues, autour du culte des saints et du souci de la bonne mort.

32L’Almanach spirituel connaît parallèlement une évolution formelle. La médiocrité matérielle est de moins en moins acceptable, compte tenu de l’amélioration générale de la typographie et de la moindre ferveur religieuse. Pour attirer le public, il faut désormais lui plaire et l’almanach cède enfin un peu à l’élégance typographique. Certes, il ne fait pas de dépenses excessives en matière de papier ou d’ornementation, mais quelques aménagements rendent le texte nettement plus agréable à l’œil et facilitent aussi le repérage des informations. Depuis l’origine, le texte commençait directement : « Il y a tous les jours... » Désormais, il a un titre de départ en majuscules : « Exercices de dévotion » ; il y a aussi un titre pour chaque partie, dégagé par des interlignes et précédé d’une frise typographique. Cette aération de même que les nouveaux articles entraînent une augmentation importante du nombre de pages, compensée par un changement de format : on passe à l’in-12, une réduction doublement appréciable parce qu’elle permet de redescendre de six à cinq feuilles d’impression et parce qu’elle aligne le titre sur le petit format désormais le plus usuel.

33L’éditeur maintient ainsi un prix modique, entre 12 et 15 sols en brochure. Ce n’est pas le moins cher des almanachs : on en trouve entre 6 et 8 sols, mais ce sont alors de minuscules carnets in-32. C’est en revanche un prix très avantageux pour un ouvrage de ce format. Un volume in-12 ordinaire, de 240 à 300 pages, soit dix à douze feuilles d’impression, se vend 2 LT à 2 LT 10 sols. Ainsi, avec deux fois moins de pages, l’Almanach spirituel coûte deux fois et demie moins cher, ce qui dénote un effort réel de l’éditeur, qui a réduit sa marge bénéficiaire. Cet effort est d’ailleurs accentué dans les dernières années de parution, puisque le prix qui était monté à 15 sols avec Despilly est ramené à 12 sols par Hérissant, alors même que l’ouvrage continue à croître matériellement. On cherche donc à séduire par le bon marché une clientèle qui n’est peut-être plus immédiatement convaincue par la nécessité du contenu.

  • 54 BNF, Imprimés, 4-Q-10 A (88), Catalogue des livres... chez François Delaguette [1750] ; Arsenal, 4 (...)
  • 55 Quelques mentions à partir de décembre 1748, dans les Affiches de Paris, puis dans les Affiches de (...)

34Cet effort financier s’accompagne d’une promotion du titre. Pendant un siècle, l’Almanach spirituel a laissé très peu de traces car, paraissant à date fixe et bénéficiant sans doute d’une clientèle régulière, il ne faisait pas l’objet d’annonces dans les catalogues ou dans la presse, pas plus que les almanachs les plus usuels. Depuis 1750, il est inscrit au catalogue de son éditeur et en bonne place. Le catalogue répartit thématiquement les articles du fonds (Théologie, Science et médecine, Histoire...), mais quelques titres sont placés en tête, hors de tout classement, pour attirer l’œil : de grandes éditions savantes et prestigieuses (comme les S. Ambrosii Opera en 3 volumes fol.) ou des livrets usuels, comme l’Almanach des princes et de la noblesse et l’Almanach spirituel. En 1757, on affiche à nouveau un nom d’auteur, l’abbé Jouannaux, comme une garantie de qualité54. L’ouvrage est aussi mentionné dans la presse : une simple annonce bibliographique, sans argumentaire publicitaire, ni critique de journaliste, qui implique cependant que l’éditeur a fait quelques frais, car ces annonces commerciales sont tarifées55.

  • 56 BHVP, Manuscrit 4001, vente du fonds Le Prieur, janvier 1763 : 101 LT.
  • 57 Voir V. Sarrazin, Les Almanachs parisiens, op. cit., p. 269-274.

35On observe donc depuis le milieu du XVIIIe siècle une démarche plus active des éditeurs de l’Almanach spirituel pour adapter la publication à une clientèle renouvelée et pour lui redonner une visibilité et une actualité, dans un marché du livret de dévotion en difficulté et dans un marché de l’almanach au contraire en pleine expansion. Cela ne suffit pourtant pas à relancer durablement le titre, dont la permission perd de la valeur dans les années 176056 et qui paraît pour la dernière fois pour 1775. L’interruption du titre est sans doute en partie liée à des circonstances extérieures : l’éditeur Hérissant tombe malade et décède en 1775 et sa veuve vend son fonds à la fin de l’année. Mais elle aurait pu faire paraître une nouvelle édition. De fait, un almanach qui implique peu de frais de fabrication et doit se vendre en quelques semaines, est typiquement le genre d’article qu’une veuve de libraire publie57. Si elle ne l’a pas fait, c’est que la clientèle est désormais insuffisante : l’Almanach spirituel n’est plus un ouvrage qui justifie les frais d’une édition.

  • 58 Voir Philippe Loupes, La Vie religieuse en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1993.
  • 59 Paris, Crapart, 1777.
  • 60 Selon l’annonce insérée dans le Calendrier spirituel, 1777, p. 193.

36Le déclin final de l’Almanach spirituel est parallèle à l’évolution du marché du livre de dévotion et au déclin de certains titres. Les pratiques religieuses ont évolué58. Les confréries de dévotion sont moins actives et moins peuplées. La participation aux célébrations collectives est moins valorisée. Au contraire, certains stigmatisent les dévotes qui courent les églises et les sermons, sans vraie piété du cœur. L’accent est mis sur une religion plus individualisée, plus intériorisée, sur l’assistance régulière à l’office dominical et sur la prière. L’Almanach spirituel ainsi que certains manuels de dévotion élaborés au milieu du XVIIe siècle supposent des comportements dévots désormais en recul. Un éditeur a cependant tenté de reprendre la formule, avec le Calendrier spirituel et historique à l’usage de la paroisse de Saint-Sulpice59, mais en faisant doublement évoluer l’ouvrage. D’abord, il s’adresse à une paroisse spécifique, la plus vaste paroisse parisienne et qui connaît une activité religieuse particulièrement intense dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son almanach s’inscrit dans tout un ensemble de publications à l’usage de cette paroisse, vendu chez l’éditeur et « à la porte de l’église60 ». Il modifie aussi le contenu, en consacrant une partie du texte à l’histoire de la paroisse. Malgré ces circonstances favorables et malgré une campagne active de promotion dans la presse, le titre ne connaît pas de seconde édition. Ainsi, c’est bien le produit éditorial qui ne convient plus au marché.

  • 61 Voir BNF, Manuscrits français 21995-22000, registres de permission ; Manuscrits français 22072-220 (...)

37Le temps est désormais aux livres de prière et parfois de morale, qui accompagnent une dévotion plus ordinaire, privée. Alors même que l’Almanach spirituel peine à conserver sa clientèle, les éditeurs multiplient les Heures à l’usage des laïcs, livres de prière et d’office qui paraissent notamment sous la forme d’almanachs et sous le titre d’Étrennes, décliné en Étrennes spirituelles, du chrétien, pieuses etc., chaque éditeur s’efforçant de trouver la formule éditoriale originale qui lui permettra de séduire le public et d’obtenir un privilège61.

Conclusion

  • 62 ANF, MC XXIII, 558, 30 août 1748, IAD de l’épouse de C.J.B. Delespine.

38Même si le texte de l’Almanach spirituel n’est pas à proprement parler religieux, il s’inscrit bien dans le marché du livre de dévotion par le public visé et par une économie éditoriale, basée sur la diffusion la plus large et la mieux protégée possible de petits ouvrages usuels, de facture médiocre. Il en reflète certaines caractéristiques et évolutions importantes. Il accompagne l’essor et la diversification du genre au XVIIe siècle, alors que les pratiques religieuses impulsées par la réforme catholique gagnent une large partie de la population et que, dans les classes aisées, une dévotion publique, voire ostensible est de mise. Jusque vers 1740, ce type de production reste un pilier de l’économie éditoriale alors que les confréries, notamment eucharistiques, gardent leur vitalité. Les privilèges des œuvres du Père Crasset ou du Père Cheminais restent fortement prisés62. Par la suite, la production religieuse fléchit nettement dans les registres de permissions royales. On produit donc moins de nouveaux titres. Mais la résistance de l’Almanach spirituel jusqu’au milieu des années 1770 montre que ce type d’ouvrage ne disparaît pas aussi vite qu’on l’avait supposé. L’interruption du titre est d’ailleurs aussi significative d’un recul que d’une mutation du marché du livre de dévotion. Les pratiques religieuses évoluent et par conséquent les livres qui les accompagnent. Pour une pratique régulière désormais largement répandue, mais réduite pour la majorité de la population à la fréquentation de la messe dominicale et à la communion pascale, on propose plutôt des livres de prière et d’office. On reste cependant sur le modèle du livre usuel, de format et d’aspect modestes, pour être peu coûteux et accompagner le fidèle au quotidien. On reste aussi dans la même démarche éditoriale, et les rivalités pour obtenir et conforter les privilèges de ces petits volumes restent fortes autour des Étrennes spirituelles et autres Paroissiens.

Notes

1 Voir par ex. : Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, Paris, BNF, 1991 ; Bernard Dompnier, Le Venin de l’hérésie, Le Centurion, 1985 ; Barbara de Negroni, Lectures interdites, Paris, Albin Michel, 1995.

2 Philippe Martin, Une Religion du livre, Paris, Le Cerf, 2003.

3 Les exemplaires consultés sont ceux des années : 1647 ; 1630 ; 1652 ; 1654 ; 1667 ; 1670 ; 1687 ; 1691 ; 1697 ; 1716 ; 1728 ; 1737 ; 1754 ; 1769 ; 1773 ; 1775. Le titre complet est d’abord Almanach spirituel ou sont marquées les Festes, Confrairies, Indulgences plénières, Prédications, Assemblées & Conférences de piété, qu’il y aura chaque jour de cette année dans les Eglises, Paroisses et Monastères de Paris. Pour l’évolution du titre, voir infra, note 14.

4 Outre les lacunes ordinaires qu’affrontent tous les historiens, la documentation est ici affectée par la nature de l’objet, une publication périodique vendue pendant environ trois mois par an et périmée ensuite. Elle n’apparaît donc dans les catalogues ou les inventaires que lorsque leur date coïncide précisément avec cette saison.

5 Voir Bernard Plongeron (éd.), Histoire des diocèses de France : Paris, Paris, Beauchesne, 1987, p. 228-288 ; Louis Chatellier, Le Catholicisme en France, Paris, SEDES, 1995, p. 212-230.

6 Sur ce contexte, voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1969, et Henri-Jean Martin, Roger Chartier (éd.), Histoire de l’édition française, Paris, Fayard, 1990,I, p. 472-500 et 529-62.

7 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 600-623.

8 Ibid., p. 613-614.

9 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 585 : de 1630 à 1669, les différentes qualités de papier d’imprimerie augmentent de 50 à 100 %.

10 Ibid., p. 571-572.

11 Voir Francesco Maiello, Histoire du calendrier : de la liturgie à l’agenda, Paris, Le Seuil, 1996.

12 Voir Maxime Preaud, Les Effets du soleil : almanachs du règne de Louis XIV, Paris, Réunion des musées nationaux, 1995.

13 Le premier achevé d’imprimer date du 3 décembre 1646. Il est sous presse lors de la visite des imprimeries le 5 décembre 1692 (Bibliothèque nationale de France [désormais BNF], Manuscrits français 21741, fol. 15), mais n’est pas encore imprimé dans l’inventaire de son éditeur, le 15 novembre 1694. Au XVIIIe siècle, les permissions successives, attribuées normalement après la lecture du manuscrit et avant la mise sous presse, sont toutes datées de novembre ou du début décembre. Les annonces commerciales qui se développent à partir du milieu du XVIIIe siècle, paraissent dans la presse dans la deuxième quinzaine de décembre.

14 Titre de 1647, utilisé jusqu’en 1667 au moins. Le développement est ensuite réduit aux termes de « Solennitez, Prédications, Indulgences, Expositions », avec quelques variations dans l’ordre des mots, jusqu’à la dernière édition, sauf pendant la période de 1697 à 1716, où il est réduit à « Almanach spirituel de Paris ».

15 Il mentionne par exemple les cérémonies à l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, pour la Saint-Maur.

16 Éditions de 1647 à 1654, p. 28, mais plus à partir de 1667. Des renvois aussi à sainte Godolene, le 6 juillet, p. 28 ; sainte Rose le 4 septembre, p. 34 ; saint Jean chanoine régulier, le 10 octobre, p. 37.

17 Extrait de l’« Avis [de l’auteur] au lecteur », placé en tête de chaque édition. Il a disparu en 1687, et probablement dès 1681, après la mort de Martial du Mans survenue l’année précédente.

18 Il est l’auteur avoué mais, selon un avis paru dans l’édition de 1667, il ne peut en assurer chaque année la mise à jour et « plusieurs personnes » s’en sont chargées.

19 Almanach, spirituel, 1647, p. 5, à l’article des Litanies de la Vierge.

20 BNF, Imprimés B 4615 : édition 1650, avec les cérémonies dans différents collèges ; édition 1652, avec les cérémonies aux Feuillants. Arsenal 8°-H-28209 : édition 1737, avec les fêtes de différentes confréries de métier.

21 BNF, Imprimés B 4615 : édition 1652.

22 Sur l’évolution des formats pour ce type d’ouvrage, voir Roger Laufer, « Les espaces du livre », dans H. J. Martin dir., Histoire de l’édition française, op. cit., II, p. 156-171 et P. Martin, Une Religion du livre, op. cit., p. 127-28.

23 Voir l’article « Livret imprimé » dans Pascal Fouché (éd.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Electre-Cercle de la librairie, 2005.

24 Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 561-63 : suite à un développement anarchique, les imprimeries parisiennes sont, en 1644, sous-équipées en matériel comme en personnel et leur travail est généralement médiocre.

25 Voir P. Martin, Une Religion du livre, op. cit, p. 128-138.

26 Calcul effectué sur une dizaine des catalogues de libraires parisiens, de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle.

27 Voir Bernard Dompnier, Paola Vismara (éd.), Confréries et dévotion dans la catholicité moderne, Rome, Ecole française, 2008.

28 Voir Louis Chatellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 47-61.

29 Voir Anne-Marie Gutton, Confréries et dévotion sous l’Ancien Régime : Lyonnais, Forez, Beaujolais, Lyon, 1993, p. 55 et 97.

30 Voir Stefano Simiz, « Les confréries face à l’indulgence : tradition, quête, accueil et effets en France de l’Est », dans B. Dompnier et P. Vismara (éd.), Confréries et dévotion, op. cit., p. 103-124.

31 Voir Adolphe Cheruel (éd.), Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson, Paris, 1860-1861, I, (années 1643-1647) : aux Minimes p. 24, 40, 133, 239 etc. ; à l’Annonciade p. 127, 177 etc. ; aux Jésuites p. 133, 231, 239 etc.

32 Voir Bernard Dompnier (éd.), Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Biaise Pascal, 2009.

33 Almanach spirituel, 1687, p. 13, 9 février.

34 Voir Véronique Sarrazin, Les Almanachs parisiens au XVIIIe siècle : production, commerce, culture. Thèse de l’université de Paris 1, sous la direction de D. Roche, 1997, inédite, p. 54-56.

35 H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 566.

36 Ibid., p. 712.

37 Ibid., p. 704.

38 Archives nationales de France [dorénavant ANF], MC, XLIII, 165, IAD du 29 mars 1678.

39 ANF, MC, XLIX, 403, IAD du 8 novembre 1694.

40 BNF, Imprimés, 4-Q-10 A, 189, Catalogue des livres imprimés chez Georges et Louis Josse... 1694 ; et 4-Q-10 A, 190, Catalogue des livres imprimés à Paris chez Louis Josse... 1699.

41 Acte de vente mentionné dans ANF, MC, XLIX, 403, IAD du 8 novembre 1694.

42 BNF, Manuscrits français 21946, registre des privilèges de 1673 à 1716, fol. 40.

43 Voir BNF, Manuscrits français 22072 (14).

44 Après l’édition de 1670 et à partir de celle de 1687 au moins.

45 Voir A. M. Gutton, Confréries et dévotion, op. cit., p. 24-26.

46 BNF, Manuscrits français 21994-22000 : registres des permissions royales. La dernière permission de trois ans date de septembre 1767, et c’est avec cette permission, accompagnée de l’approbation du censeur de décembre 1774 que paraît, illégalement, la dernière édition de 1775.

47 Sur la forte expansion du marché des almanachs parisiens au XVIIIe siècle, voir V. Sarrazin, Les Almanachs parisiens, op. cit., p. 44-54.

48 Paris, Warin, puis Thomelin, 1701-1750.

49 Paris, Chardon, 1726-1741.

50 ANF, MC, XXIII, 558, IAD de l’épouse de C.-J.-B. Delespine, 30 août 1748 ; XCVII, 358, IAD de François Delaguette, 28 août 1756.

51 Voir ANF, MC, XLVII, 51, vente du 24 avril 1736 ; BNF, Manuscrits français 22072 (78) : placet présenté au chancelier en avril 1740, pour obtenir des continuations de privilèges.

52 Bibliothèque historique de la ville de Paris [dorénavant BHVP], Manuscrit 4001.

53 BNF, Imprimés B 5823, édition 1754, p. 4.

54 BNF, Imprimés, 4-Q-10 A (88), Catalogue des livres... chez François Delaguette [1750] ; Arsenal, 4° H 8888 (26), Catalogue des livres... chez la veuve Delaguette, 1757.

55 Quelques mentions à partir de décembre 1748, dans les Affiches de Paris, puis dans les Affiches de province. Des annonces régulières à partir de 1764 dans le Journal de la librairie.

56 BHVP, Manuscrit 4001, vente du fonds Le Prieur, janvier 1763 : 101 LT.

57 Voir V. Sarrazin, Les Almanachs parisiens, op. cit., p. 269-274.

58 Voir Philippe Loupes, La Vie religieuse en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1993.

59 Paris, Crapart, 1777.

60 Selon l’annonce insérée dans le Calendrier spirituel, 1777, p. 193.

61 Voir BNF, Manuscrits français 21995-22000, registres de permission ; Manuscrits français 22072-22074 : nombreuses affaires de rivalités entre éditeurs.

62 ANF, MC XXIII, 558, 30 août 1748, IAD de l’épouse de C.J.B. Delespine.

Auteur

Maître de conférences d’histoire moderne à l’université d’Angers, membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR 6258), notamment de l’axe Histoire comparée des cultures et des sociétés européennes, et de l’axe ALMA (Archives, Livres, Manuscrits et autres supports). Ses travaux portent sur l’imprimé, sa production et sa diffusion par les circuits commerciaux ou par les bibliothèques, du XVIIe au XIXe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540