Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'économie des dévotions

 | 
Albrecht Burkardt

Première partie. L'économie des lieux de dévotions

Commerce et pèlerinage en Franche-Comté aux XVIIe et XVIIIe siècles : Besançon et Saint-Claude

Patricia Subirade

Texte intégral

  • 1 Albert Jouvin, Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagn (...)
  • 2 Cf. pour une mise au point récente, Marie Lezowski, « Introduction », De l’Eglise aux Eglises : réf (...)
  • 3 Cf. Emmanuelle Friant, Le Catholicisme matériel Les objets de la piété privée dans la France des XV (...)
  • 4 Cf. Georges Provost, « Dans les coulisses du pèlerinage : le village de Sainte-Anne d’Auray et ses (...)
  • 5 Cf. Cissie Fairchilds, « Marketing the Counter-Reformation. Religious Objects and Consumerism in Ea (...)
  • 6 Cf. Annik Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens. Paris, PUF, 1988, (...)
  • 7 Cf. Erik Aerts, « La religione nell’economica. L’economica nella religione », in Francesco Ammannat (...)
  • 8 Cf. Christophe Duhamelle, « Pèlerinage et économie dans l’Empire au XVIIIe siècle », in F. Ammannat (...)
  • 9 Cf. Philippe Boutry et Dominique Julia (éd.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, (...)

1Ce bref passage qu’Albert Jouvin de Rochefort consacre en 1672 à un des plus célèbres sanctuaires de Franche-Comté au XVIIe siècle1 permet à l’historien d’aborder les multiples facettes de l’objet de dévotion en s’inscrivant dans un nouveau champ historiographique qui a émergé depuis une dizaine d’années. Si les objets religieux ont d’abord intéressé les ethnologues et les anthropologues2, trois dimensions ont désormais polarisé les rares travaux d’histoire moderne3. Est-il en premier lieu légitime de parler de « “proto-industrie” de l’objet de piété4 » pour qualifier cette production ? La commercialisation et la consommation (et donc les usages) de ces objets religieux se sont d’autre part inscrites dans une réflexion plus large sur les objets : nuançant le lien entre la révolution de la consommation et le protestantisme au XVIIe siècle, Cissie Fairchilds soulignait en 1997 un fait peu perçu par les historiens, la promotion par la Contre-Réforme d’habitudes de consommation moderne à travers la création d’un marché de masse d’objets religieux diffusés par les colporteurs et sur les lieux de pèlerinage5. Les études d’inventaires après décès, comme celle déjà ancienne d’Annick Pardailhé-Galabrun, ou plus récente de Renata Ago font émerger l’objet de dévotion dans la culturelle matérielle6. Erik Aerts confirme l’abstention des historiens dans l’exploration des liens entre consommation et catholicisme7 À l’échelle de l’Empire au XVIIIe siècle, Christophe Duhamelle pointe un « angle mort historiographique » hérité de la disqualification des pèlerinages à l’époque de l'Aufklärung et rejetant les pèlerins « du champ de la rationalité économique pour les placer uniquement dans celui des usages populaires8 ». Ce constat se vérifie au-delà des frontières de l’Empire9.

  • 10 Cf. Jean Rocacher, Rocamadour et son pèlerinage. Etude historique et archéologique, Toulouse, Priva (...)

2Citadelle du catholicisme ultramontain, frontière de catholicité, la Franche-Comté composée de deux espaces religieux, le diocèse de Besançon et au sud la Terre de Saint-Claude, connaît, depuis la Réforme catholique, un développement des pèlerinages à la suite du miracle eucharistique de Faverney (1608) et de l’essor des pèlerinages mariais de Gray ou Consolation. Les plus fréquentés de la province, investis tous deux d’une forte dimension identitaire, ceux du Saint-Suaire de Besançon et de Saint-Claude, attirent les pèlerins tant comtois qu’étrangers, des personnalités politiques ou religieuses dont les rois de France ou des anonymes par dizaines de milliers jusqu’à la Révolution, même s’ils connaissent un certain déclin au siècle des Lumières. Besançon, capitale religieuse de la Comté, avant d’en devenir aussi capitale politique en 1676, relève d’un premier modèle où le pèlerinage s’insère dans une cité déjà économiquement développée, à l’image des villes de pèlerinages médiévaux comme Canterbury ou Chartres qui sont des cités épiscopales et des centres urbains anciens et importants. Au contraire, la Terre de Saint-Claude doit son essor aux pèlerins qui se pressent dès le XIIIe siècle dans l’abbaye bénédictine et illustre donc un second modèle, celui d’une économie tout entière orientée vers les pèlerins, comme par exemple Rocamadour, autre sanctuaire médiéval se peuplant de marchands et d’hôteliers lors de son âge d’or au XIIIe siècle10.

  • 11 Cf. Elisa Ferreira-Priegue, « De Ciudad Santa a plaza mercantil. Los fundamentos de la función econ (...)
  • 12 Cf. Bruno Maes, Notre-Dame de Liesse. Huit siècles de libération et de joie, Paris, Œil, 1991, p. 1 (...)
  • 13 Cf. Dominique Julia, « Les pèlerins de sainte Reine au XVIIIe siècle », in Philippe Boutry et Domin (...)
  • 14 Cf. Dominique Julia, « Le pèlerinage au Mont-Saint-Michel du XVe au XVIIIe siècle », in Pierre Boue (...)
  • 15 Cf. Roger Chartier, « Stratégies éditoriales et lectures populaires 1530-1660 », in Roger Chartier (...)

3Quatre angles d’approche font découvrir les liens tissés entre le commerce et le pèlerinage. En premier lieu, les activités économiques induites par la venue des pèlerins, sont nombreuses. Ainsi dans un grand centre pérégrin comme Saint-Jacques-de-Compostelle, devenu capitale économique de la Galice médiévale, une foule de métiers contribue à transporter, loger, nourrir, désaltérer les pèlerins, mais aussi à leur vendre toutes sortes de produits, herbes et médecines, encens et cire pour les offrandes, des images et des objets de dévotion11. Les fluctuations des activités économiques et du nombre de boutiques et auberges, la situation fiscale de ceux dont les activités sont liées à un pèlerinage permettent d’en mesurer le succès ou le déclin, ainsi à Liesse12, à Alise-Sainte-Reine13 ou au Mont-Saint-Michel14 au XVIIIe siècle. Il s’agit ici d’apprécier à Saint-Claude et à Besançon, la concomitance entre l’afflux de pèlerins et l’évolution des professions se consacrant à leur accueil et à la fabrication d’images et d’objets pieux. Les marchés de la consommation d’images et d’objets pieux, ainsi que les stratégies de production, étudiées antérieurement pour le livre15, doivent aussi être délimités.

  • 16 Cf. Rainer Beck, Unterfinning. Ländliche Welt vor Anbruch der Moderne, Munich, Beck, 1993, p. 357-3 (...)
  • 17 Cf. Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, (...)

4Deuxièmement, dans le cas de Saint-Claude, la place des colporteurs vendant de la bimbeloterie pieuse, l’importance de la production d’objets de dévotion dans l’économie rurale – en l’occurrence dans les campagnes de la Terre de Saint-Claude – et la construction de réseaux de colportage méritent d’être questionnées à l’instar des travaux de Rainer Beck sur la Bavière du sud-ouest16. Les liens entre le colportage et le pèlerinage démontrés par Laurence Fontaine à travers la migration des Auvergnats et des Limousins suivant les routes de Saint-Jacques-de-Compostelle et de Notre-Dame de Montserrat à l’époque médiévale17, se vérifient-ils pour la Franche-Comté ?

  • 18 Cf. Philippe Martin, Les Chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe (...)
  • 19 Cf. Concepcion Alarcon-roman, « La iconografia religiosa en el siglo XVIII », Revista de dialectolo (...)

5Outre ses répercussions sur l’économie locale, tout pèlerinage a également des implications sur l’économie monastique. Le sanctuaire qui accueille les pèlerins, tire les ressources importantes dont il a besoin pour faire face à l’afflux des fidèles de sa possession de terres, mais aussi des fondations et des dons sous formes diverses de grains, animaux, cire ou argent18. Le commerce des objets pieux que nous approfondirons pour la ville jurassienne renvoie au rôle des religieux gérant le sanctuaire. Le pèlerinage du Saint-Suaire est sous le contrôle du chapitre cathédral de Besançon et celui de Saint-Claude sous celui des moines bénédictins puis après la sécularisation de l’abbaye en 1742, du chapitre cathédral. Jusqu’à quel point ces sanctuaires contrôlent-ils la production et la vente d’images et d’objets pieux ? Autrement dit fabriquent-ils eux-mêmes les images, se fournissent-ils auprès d’artisans et délivrent-ils des monopoles, des autorisations de frapper des médailles, de fabriquer chapelets et statues, d’estamper des images19 ? Fournissent-ils des modèles aux peintres, sculpteurs et tourneurs ? Gèrent-ils par ailleurs les boutiques vendant ces objets ?

  • 20 Cf. Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l'Europe moderne XVIIe-XVIIIe s (...)

6En quatrième lieu, le commerce lié au pèlerinage nous fait entrer dans l’histoire sociale et culturelle de l’organisation du sacré avec le profane, du partage des temps et des espaces dans la ville de pèlerinage, démarche à laquelle invite la réflexion d’Alain Cabantous20. Les pratiques répondent-elles au souhait des théologiens de séparer les deux sphères ? Les autorités ecclésiastiques et civiles de Besançon et de Saint-Claude acceptent-elles des accommodements face aux nécessités économiques ?

7Pour répondre à ces questions, le cas de Besançon, où les activités liées au pèlerinage du Saint-Suaire ne sont pas indispensables à l’économie de la ville, montre tout d’abord qu’il y a une volonté des autorités ecclésiastiques et civiles de séparer le temps profane de la vente du temps sacré. La fabrication des objets pieux dévoile la multiplicité des stratégies commerciales, le rôle de certaines communautés religieuses et l’indépendance croissante des graveurs et dominotiers qui s’émancipent de la tutelle du chapitre de la ville. La seconde partie de notre propos met en valeur le caractère vital du pèlerinage sanclaudien pour l’économie de la Terre de Saint-Claude, ce qui explique la tolérance des religieux vis-à-vis de la fabrication d’objets pieux. Enfin, la dernière partie explore la pluralité des espaces de commercialisation de ces derniers et surtout le compromis entre activités économiques et pratiques religieuses s’accommodant d’un partage des temps et des espaces à Saint-Claude, à partir de la fin du XVIIe siècle.

Les apports économiques du pèlerinage à Besançon

  • 21 Archives municipales de Besançon (désormais AMB) série BB, délibérations de mai 1533, du 17 mai 153 (...)
  • 22 AMB, BB 26, fol. 102, 311 ; BB 28, fol. 122 v° ; BB 29, fol. 179 v°, fol. 296 v° ; BB 30, fol. 257 (...)
  • 23 Archives du ministère de la Guerre, Vincennes, archives de l’armée de terre, A1-1850, lettre de l’i (...)
  • 24 Cf. Patricia Subirade, La Franche-Comté du temps des Archiducs à la Révolution française : aspects (...)

8Le cas de Besançon permet de voir la réglementation des temps du commerce, mais aussi de mesurer le contrôle limité du chapitre sur la production d’objets pieux et la dissociation entre les espaces religieux et commerciaux. La dévotion au Saint Suaire, née en 1523 lors d’une représentation du mystère de la Résurrection pour les fêtes de Pâques, va être renouvelée deux à trois fois dans l’année à Pâques, à l’Ascension et, jusqu’en 1549, le 3 août, jour de l’Invention de saint Etienne, saint comtois. Des ostensions exceptionnelles, publiques ou privées, sont aussi accordées par le chapitre, notamment à des hauts dignitaires laïques et ecclésiastiques. La fête du Saint Suaire attire les pèlerins par milliers : plus de 30 000 en mai 1533, plus de 7 000 en mai 153421. Mais les revenus liés au pèlerinage sont irréguliers car l’ostension est fréquemment supprimée en cas de guerre comme en 1552, 1558 et surtout en temps de peste comme en 1554, 1563, 1566, 156822. Les archiducs Albert et Isabelle qui administrent la Comté depuis les Pays-Bas de 1598 à 1633 et qui y ont joué un rôle moteur dans le développement de la Réforme catholique, encouragent cette dévotion, en finançant la construction d’un jubé dans la cathédrale Saint-Étienne en 1622. Les ostensions annuelles se poursuivent à peu près régulièrement jusqu’à la peste de 1629 et les débuts de la guerre de Dix ans qui dure de 1635 à 1644. Ces années de guerre, de peste, de famine et de crise économique perturbent le déroulement des pèlerinages dans la province. Dès la fin de la guerre en 1645, les pèlerins retrouvent le chemin de Besançon, mais le contexte troublé de la première conquête française de 1668 à la seconde de 1674, n’est pas sans conséquence sur le nombre de pèlerins. La tutelle française qui ramène la paix ravive le succès du pèlerinage qui selon l’intendant, en 1705, rassemble 25 000 à 30 000 personnes, c’est-à-dire autant qu’à ses débuts. L’ostension devient irrégulière. Louis XIV l’interdit de 1705 à 1715, par crainte de trouble de l’ordre public23. Elle est de nouveau interrompue en 1738 pour des raisons matérielles. Le pèlerinage connaît une importance moindre au siècle des Lumières qui incite les clercs à la prudence et amène l’abbé Bergier à mettre en doute l’authenticité du suaire de Besançon24.

  • 25 Cf. P. Martin, Pèlerins de Lorraine, op. cit., p. 142.
  • 26 AMB, mai 1553, délibérations municipales, cité par Jules Gauthier, « Le Saint-Suaire de Besançon et (...)
  • 27 AMB, BB 25, fol. 327,
  • 28 AMB, BB 24, fol. 223, délibération municipale du 6 octobre 1545 ; BB 28 fol. 283, 2 mai 1559.
  • 29 AMB, BB 26, fol. 182, 6 février 1553 et BB 25, fol. 370, 2 mai 1551.
  • 30 Cf. Claude Fohlen, Histoire de Besançon, t. 1, Des origines à la fin du XVIe siècle, Besançon, Cêtr (...)
  • 31 AMB, BB 25, « États des cabaretiers et hosteliers » de 1725 et 1726.

9La nourriture et le logement des pèlerins posent des problèmes de logistique25. En mai 1533, 55 000 pains blancs d’un liard pièce sont vendus26. Bouchers, fourniers et hôteliers sont régulièrement convoqués par les gouverneurs de Besançon au XVIe siècle, avant la fête du Saint Suaire comme en 1551 par exemple27, afin de se fournir en victuailles suffisantes. Ceux-ci interdisent en 1545 aux hôteliers de pratiquer des prix exorbitants, en mai 1559 de faire payer plus de quinze sols la journée d’un homme et d’un cheval, plus de deux gros le dîner des gens à pied et de vendre plus de deux niquets le pain d’un liard28. Néanmoins, les plaintes se multiplient contre les hôteliers accusés de vendre le pain et le vin trop cher. Cabaretiers et hôteliers mécontentent aussi les fourniers qui obtiennent en 1551 que défense leur soit faite de faire en leurs maisons des tartes et craquelins, « si ce n’est du froment de la cité et greniers d’icelle29 ». L’augmentation du nombre de cabaretiers et d’hôteliers au XVIe siècle (ils sont 49 en 159330) et leur quantité importante en 1725-1726 – 139 sont alors recensés31 – est toutefois plus liée à l’essor du commerce qu’au pèlerinage du Saint-Suaire.

  • 32 AMB, BB 110, fol. 59 v°.
  • 33 Archives départementales du Doubs (désormais ADD) : 1 C1370, imprimé de 1744 ; Bibliothèque nationa (...)

10Le temps de la vente est aussi réglementé de concert entre les autorités ecclésiastiques et municipales : à la demande de l’archevêque un édit de la ville du 6 juillet 1695 ordonne la fermeture des boutiques le jour de la fête du Saint-Suaire afin de la rendre plus solennelle32. Elle témoigne de la volonté réformatrice de l’archevêque Antoine-Pierre de Grammont, soutenue par la puissance publique, et partagée par les deux Réformes dans l’Europe moderne, de sacraliser le temps de la fête religieuse, en stigmatisant l’activité profane. Le règlement de la librairie et de l’imprimerie de 1723 confirme dans son article XVI cette interdiction de vendre images et livrets de piété les jours de fêtes et les dimanches33.

  • 34 Cf. Jules Gauthier, « Notes iconographiques sur le Saint-Suaire de Besançon », Mémoires des science (...)

11Si le commerce lié au pèlerinage est étroitement réglementé, c’est aussi parce que ce dernier est l’occasion de vendre aux pèlerins de multiples objets, signes identitaires comme les enseignes, mais aussi supports de la dévotion telles les images. Le pèlerinage est sous l’étroit contrôle du chapitre cathédral qui décide chaque année de l’ostension après délibération – ce qui est l’objet d’un litige avec la ville de Besançon dans les années 1660 – et qui conduit la cérémonie de l’ostension à la cathédrale Saint-Etienne, l’archevêque et deux chanoines exposant le suaire devant la foule amassée sur une sorte de terrasse construite sur le flanc de la cathédrale. Par contre, peintres, graveurs et imagiers fabriquant des images du suaire échappent de plus en plus à la tutelle du chapitre à partir des dernières décennies du XVIIe siècle. Le chapitre avait déjà interdit, dès la fin du XVIe siècle, de produire des copies exactes du suaire, l’interdiction ne s’appliquant pas aux images de dimensions plus modestes, notamment les images gravées. La première copie réalisée en 1573 par le peintre bisontin Pierre d’Argent à la demande du chapitre pour l’offrir à Philippe II, sera suivie de sept autres que l’artiste réalise dans la cathédrale Saint-Étienne sous contrôle de deux chanoines, puis à partir d’un poncif, un « portraict en papier », avant qu’en 1608, le chapitre craignant de voir ces copies réputées originales, n’ordonne leur destruction ainsi que celle du poncif du peintre34.

  • 35 Jean Maillot est ainsi chargé d’une copie destinée à Anne d’Autriche en 1645, ADD, G 205, fol. 58, (...)
  • 36 Cf. Valérie Marcelli, « Les images du Saint-Suaire de Besançon », Barbizier, no 28, 2004, p. 87.
  • 37 Cf. Abbé Joseph Morey, Anne de Xainctonge et les Ursulines au Comté de Bourgogne. Etude historique (...)
  • 38 ADD, 125H28 à 125H31, registres de comptes de 1621 à 1790. De 1680 à 1790, la qualité de l’informat (...)
  • 39 ADD, 125H29.
  • 40 L’évolution du montant des ventes des suaires par les Ursulines de 1630 à 1681 n’est pas révélatric (...)

12Au XVIIe siècle, le chapitre commande à des peintres locaux des écharpes offertes aux pèlerins les plus célèbres35. À partir du début du XVIIe, les couvents de femmes de Besançon – Annonciades, Carmélites, Clarisses – confectionnaient aussi des suaires pour le chapitre (fig. 1)36. L’enseignement des Ursulines de la ville s’accompagne d’une formation aux travaux manuels à partir de la classe de5e et la présence d’ateliers d’art sacré est attestée dans leurs couvents d’Arbois ou de Dole où sont fabriquées des miniatures, des dessins et des broderies37. Les comptes des Ursulines de Besançon de 1621 à 1680 renseignent précisément sur leur ouvroir, où elles façonnent, peignent et vendent des suaires38. Aux côtés des objets religieux (suaires, scapulaires, objets en cire, chasubles et ornements d’église) figurent, au XVIIe siècle, des objets profanes tels les chaises, les lits, les crayons. Ces travaux rapportent peu : de novembre 1680 à novembre 1681, par exemple, seulement 167 francs, dont 17 de suaires, sur un total de revenus de 24 059 francs provenant essentiellement des pensions, rentes et ventes de vins et d’avoines39. Les petites images de suaire de quelques francs voire de quelques gros (un franc comtois valant 12 gros) dominent et sont parfois vendues à l’unité. Les plus coûteuses réalisées sur des étoffes de satin valent jusqu’à 58 francs40.

  • 41 Cf. C. Alarcon-roman, « La iconografia religiosa », art. cit., p. 261-263 : le cas de l’Espagne au (...)
  • 42 Cf. Marianne Grivel, Le Commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1986, p. 90-91
  • 43 Cf. J. Gauthier, « Notes iconographiques sur le Saint-Suaire », art. cit., p. 308-311 ; ADD, 5J 23, (...)
  • 44 J.T.-T. Fouray de Boisselet, Recueil de jetons appartenant à la Franche-Comté de Bourgogne, Besanço (...)
  • 45 AMB, BB 85, fol. 302 v°, délibérations municipales du 13 décembre 1658 cité par Guillaume Carvalho (...)

13En ce qui concerne la fabrication et la vente des estampes, le chapitre ne détient pas le droit de délivrer des licences ou des privilèges à des argentiers ou imprimeurs et les autorités civiles n’interviennent que rarement pour délivrer des licences41. Les rares privilèges de fabrication des images sont accordés individuellement par les autorités municipales aux graveurs d’estampes, pour une image précise, et ce, afin de limiter la concurrence, tout comme le fait le pouvoir royal à la même époque à l’égard des graveurs parisiens42. Ainsi entre 1658 et 1662, Pierre de Loisy obtient le privilège de graver au moins trois types d’estampes du suaire43. Quant aux médailles de pèlerinage en argent, étain ou laiton associant le Suaire de Besançon à d’autres dévotions et portant au revers soit la Vierge, et en particulier la Vierge comtoise de Notre-Dame de Gray, mais aussi saint Claude, saint Humbert, le Christ en croix et pour l’une d’entre elles le bourdon du pèlerinage44, elles sortent au XVIIe siècle des ateliers des graveurs de la monnaie. En 1658, les gouverneurs de la cité autorisent quatre membres de la célèbre famille d’orfèvres des Loisy (Pierre de Loisy le Vieil, Pierre de Loisy le Jeune graveur de la monnaie de 1655 à 1667, Antoine Guy de Loisy et Jean-Baptiste de Loisy) à dresser une presse pour « fabriquer des médailles d’argent » et décident de percevoir des droits sur chaque médaille45.

Fig. 1. – Le Saint Suaire de Besançon : broderie sur tissu issue d’un couvent bisontin XVIIe ou XVIIIe siècle (Archives départementales du Doubs, 21 Fi 1125).

  • 46 ADD, 2 Fi 449, estampe du Saint Suaire par Nicole ; 1 Fi 1143.
  • 47 AMB, HH 25, « Etat du montant des capitations des arts et métiers qui ne sont point en jurandes », (...)
  • 48 ADD, IC 1371, placet de Tissot à l’intendant de Franche-Comté, s.d., vers 1740.
  • 49 ADD, 1 C 1370, « Observations sur la librairie de Besançon », 1768.
  • 50 ADD, 5 J 23.
  • 51 Vers 1660, Pierre de Loisy obtient de la municipalité le privilège de faire les images de pèlerinag (...)

14Si les estampes du Saint Suaire sont issues des ateliers des graveurs comme les Loisy, Claude Labet, le médailleur Claude-François Nicole (1700-1783)46, elles sont aussi éditées par les libraires bisontins comme Bogillot à la fin du XVIIe siècle. Enfin les cartiers-dominotiers, au nombre de 47 en 1726, suscitent des plaintes récurrentes dans la première moitié du XVIe siècle à cause de la concurrence qu’ils exercent47 : le dominotier Tissot demande en 1752 l’autorisation d’avoir des presses pour imprimer ses estampes car les imprimeurs de la ville refusent de le faire pour lui48. Les plus connus des dominotiers au XVIIIe siècle sont Sainte Agathe et Tissot dont le principal commerce est en images49, Fanfarnau gravant vers 1780 des planches de petites images du suaire (fig. 2)50. Ces graveurs et dominotiers bisontins impriment aussi des estampes pour d’autres pèlerinages comtois, en particulier pour les pèlerinages mariais51.

Fig. 2. – Image du Saint Suaire, papier, Besançon, chez Fanfarnau, cartier, vers 1780 (Archives départementales du Doubs, 21 Fi 30).

  • 52 Cf. R. Chartier, « Stratégies éditoriales », art. cit., p. 698.
  • 53 Cf. Jean-Yves Grenier, L'Economie d'Ancien régime. Un monde de l'échange et de l'incertitude, Paris (...)

15La fabrication et la vente des objets pieux s’inscrit dans des stratégies commerciales qui, définies par Roger Chartier pour éclairer l’histoire de l’imprimé, se vérifient pour l’histoire des estampes : elles dépendent du public qui à un moment historique donné constitue la clientèle potentielle. La décision d’imprimer tel ou tel texte (ou image), le choix des formats, celui des tirages sont commandés par le marché ou du moins la représentation plus ou moins adéquate que l’éditeur s’en fait52. La détermination des prix et la multiplicité des marchés renvoient à la hiérarchie des valeurs d’usage, c’est-à-dire d’une part aux stratégies sociales des individus et d’autre part aux revenus qui induisent un déploiement différent de la demande par rapport à cette hiérarchie. L’achat d’images du suaire estampées sur tissus précieux avec des broderies d’or renvoie finalement à une dimension ostentatoire qui s’ajoute à l’usage religieux de l’objet, tout comme le vêtement a une double dimension utilitaire et ostentatoire, dans la société d’Ancien Régime où la hiérarchie des besoins s’organise autour de trois principes, la subsistance, le luxe et l’ostentation53.

  • 54 ADD, B 10502, inventaire du 14 mai 1689 cité dans Isabelle Bardout, Les Marchands de Besançon au XV (...)
  • 55 Cf. Michel Vernus, La Vie comtoise au temps de l'Ancien Régime (XVIIIe siècle), Lons-le-Saunier, Ma (...)

16L’organisation spatiale du commerce montre une nette dissociation entre d’une part les lieux profanes de la vente, et d’autre part la montagne Saint-Étienne ainsi que le quartier capitulaire, où se déroule l’ostension (carte 1). La vente des images et des objets de dévotion se pratique dans les boutiques et dans les étalages des merciers, notamment dans la bannière de Battant. L’inventaire après décès du marchand Jean-Balthazar Marrelier cite des images dans sa boutique en 168954. Celui de Marguerite Lefebvre, marchande de Besançon, montre en 171955 une nette prédominance des représentations du Saint-Suaire dans les marchandises religieuses, minoritaires au milieu d’une multitude d’objets divers, de toiles, de sabots, lunettes et autres marchandises. Sa boutique propose plus de cinq cents images du suaire à des prix très variables accessibles à toutes les bourses. Les moins chères inférieures à un sol, les plus nombreuses, sont des petites gravures sur papier. Les représentations sur toile, sur taffetas ou brodées sur satin coûtent plus cher. La plus onéreuse est l’exemplaire unique d’un suaire sur du damas bleu au prix de six livres. Les chapelets en bois et en verre se vendent en moins grande quantité de même que les scapulaires dont certains sont assortis de ruban montrant le suaire. Il est probable que cette marchande s’approvisionne auprès des cartiers dominotiers de la ville, des graveurs, mais également auprès des couvents de femmes.

  • 56 Cf. Michel Vernus, La Vie arboisienne. Ville et villages au dernier siècle de lAncien régime (XVII (...)
  • 57 ADD, 1 C 1370, « Mémoire à Monseigneur l’intendant de Franche-Comté au sujet des abus qui se glisse (...)
  • 58 AMB, BB 25, « États des cabaretiers et hosteliers » de 1725 et 1726.

17Les libraires de la ville vendent des estampes au XVIIIe siècle : Bogillot, installé près du pont de Battant, vend vers 1743 des cantiques avec l’image du suaire de même que Daclin dans les années 1760. Les colporteurs et merciers jouent un rôle essentiel dans la diffusion des estampes du suaire dans la province. Comtois, ils viennent aussi d’autres contrées comme le Dauphiné. Leur rôle actif explique l’importance des images du suaire dans les inventaires étudiés par Michel Vernus par exemple dans la région d’Arbois56. En 1752, étalages et boutiques portatives sur les ponts et les quais de Besançon permettent aussi de vendre57. Par ailleurs, les aubergistes et cabaretiers confirment la dissociation des espaces religieux et commerciaux par leur installation, en 1725-1726, dans les quartiers populaires en dehors de la boucle du Doubs, dans les rues de Battant et de Charmont pour les deux tiers d’entre eux, un troisième groupe exerçant dans les quartiers plus anciens, rues de Saint Vincent, des Jésuites et des Granges58.

Carte 1. – La dissociation des lieux de commerce et de pèlerinage à Besançon à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

18Pour conclure sur le cas de Besançon, où le pèlerinage n’est pas vital pour l’économie, l’afflux des pèlerins nécessite la réglementation des métiers de l’alimentation et du logement. Les autorités religieuses et civiles instaurent aussi une rigoureuse séparation du temps marchand et du temps de l’Église. Le chapitre de la ville perd le contrôle de la production d’images du suaire qui, aux mains des communautés religieuses, des graveurs et dominotiers, est destinée à des clientèles plus ou moins fortunées.

Saint-Claude : une économie urbaine née du pèlerinage

  • 59 Cf. Aurélia Bully, Entre réforme et mutations. la vie spirituelle et matérielle de l’abbaye de Sain (...)
  • 60 Cf. Adrien Billerey, Saint-Claude et ses industries, Paris, Imprimerie nationale, 1966, p. 28-29.
  • 61 Antoine de Lalaing, Voyage de Philippe le Beau en Espagne en 1501, in Collections des voyages des s (...)

19Saint-Claude constitue un cas opposé à Besançon dans le sens où l’économie pèlerine a fait naître la ville et permet à une population pauvre de survivre. Nous verrons précisément la fabrication des objets de piété, ainsi que les métiers vivant du pèlerinage. L’abbaye de Saint-Claude, née au Ve siècle, doit son succès médiéval et moderne aux reliques de saint Oyend, et, à partir du XIIe siècle, de saint Claude. L’apogée du pèlerinage dans la seconde moitié du XVe siècle s’explique par le repli sur les pèlerinages locaux, et s’inscrit aussi dans une stratégie des moines pour sortir leur abbaye de la crise, redresser son économie et sa réputation59. Dès le VIe siècle, des moines fabriquent des articles de piété, saint Viventiole, disciple de saint Oyend étant le premier tourneur sur bois connu et un art laïc de tourneurs et sculpteurs émerge à partir du XIIe siècle60. Antoine de Lalaing, témoin du voyage de Philippe le Beau en 1503, explique que « la plus grande marchandise que l’on faict illec est ouvrages de bois, corne patenostres, saint-glaudes, pinges, ciflos, louces, escuelles61 ». La renommée des chapelets moqués par Rabelais dans Gargantua (chapitre 21, 1534) est alors grande : « un farats de patenôtres de Saint-Claude, aussi grosses chacune qu’est le moule d’un bonnet ».

  • 62 Cf. Y.-M. Bercé, Lorette aux XVIe et XVIIe siècles, op. cit., p. 57, évoque cette même pauvreté des (...)
  • 63 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, Montreuil-sur-Mer, Imprimerie (...)
  • 64 Archives municipales de Saint-Claude (désormais AMSC), HH 16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, (...)

20Le développement de l’artisanat pieux s’explique aussi par la pauvreté des habitants62. En 1506, les habitants sollicitent auprès des États de la province l’exemption du don gratuit : qu’« [...] il vous plaise les exempter des dits impots, ou vraiment les grattifier si fort en l’également d’iceux dons gratuits que les habitants ne soient contraints absenter le lieux, en consideration que maintenant et ces dernières années, plusieurs des dits certains résidents sont tellement appauvris qu’ils sont contraints mendier et courir longtems pais avec leurs patenostres et autres marchandises de futaille, tant pour la cherté du temps et stérilité du lieu, que parce que le pays est mal fréquenté à cause de la peste qui a longuement été en la ville du dit Saint Oyen63 ». Afin « d’éviter la décadence », l’abbé commendataire Pierre de la Baume accepte en 1542 d’établir les trois foires franches réclamées par les habitants remontrant que par le passé « ladite ville et terre dudit Saint-Oyan soit assise en hautes montagnes, et lieux maigres et stériles, tellement que sans les profits qui leur sont advenus des étrangers, pèlerins et autres visitant l’Église dud. St Oyan, à l’occasion du précieux corps de St Claude y reposant tant au fait de la distribution de leurs marchandises que du [gain] de leurs hostelleries, [vinage] et distribution de vivres, ils auraient peine à y subsister64 ». Huit ans plus tard, les échevins et habitants de la ville se plaignent toujours de leur situation dans une requête adressée en 1550 à Charles Quint, comte de Bourgogne, invoquant encore la pauvreté de la ville

  • 65 Cf. Dom Benoit, Histoire de l'abbaye, op. cit., t. 2, p. 431.

« située en lieu désert étrange et entre grandes montagnes, où ne croissent blé ni vin, et seulement est habitée à cause que plusieurs vont en pèlerinage et dévotion audit glorieux Saint Claude, qui sont humainement logés et reçus par lesdits habitants, lesquels aussi leur vendent patenôtres, images et représentations de Dieu et des saints ou saintes du paradis, et autres marchandises de bois dont ils tirent quelques petits profits pour leur nourriture : lequel proffit depuis trente ans en ça est fort diminué et quasi anéanti à cause des hérésies luthériennes et autres divisions en la sainte relligion chrétienne, dont plusieurs sont infectés et corrompus, même audit Genève et pays de Savoye distant dudit lieu de Saint-Claude d’environ demie-journée seulement, et quant aux autres demeurants à la sainte foi, la dévotion est en plusieurs assés maigre et froide ; et ne s’adonnent guèrres à pèlerinage et visitation des saints et dévots lieux dont s’ensuit que laditte ville est venue à grande pauvreté65 ».

  • 66 Cf. A. Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 42-46.

21Si le flux de pèlerins provenant des contrées suisses et allemandes se tarit à cause des Réformes et si la rupture entre Genève et Saint-Claude atteint de plein fouet l’artisanat des objets pieux, par contre il y a un essor d’industries profanes, notamment l’horlogerie ou l’industrie textile apportées par les familles catholiques du canton de Vaux, du pays de Gex, de la ville de Genève et du Chablais66.

  • 67 AMSC, FF1, fol. 69 r° à 74 v°, pièces de procédure du procès d’André Joz (intendit, informations, o (...)
  • 68 Cf. D. Julia, « Les pèlerins de Sainte Reine », art. cit., notamment p. 260-267.

22Pauvres, les habitants de Saint-Claude sont aussi âpres aux gains et l’image du pèlerin trompé se dessine dans les archives de l’époque moderne. La vente et le trafic de chapelets sont des activités lucratives et, comme dans d’autres lieux de pèlerinage, des circuits économiques parallèles permettent d’écouler la marchandise volée : un tailleur d’images, Pierre-André Joz, est ainsi banni de la Terre de Saint-Claude en 1607 pour avoir dérobé à deux reprises dans une boutique de la rue des merceries plusieurs douzaines de chapelets, afin de les revendre à Hélène Perrenot femme d’un patenôtrier receleur, qui les accepte bien qu'elle eût reconnu qu’il s’agissait là d’articles provenant d’une boutique de la rue des merceries67. Les merciers ambulants sont aussi acquéreurs sur ce marché : Claude Jeantet tailleur d’images est condamné en 1629 pour avoir revendu à deux merciers savoyards et à un mercier jurassien ses larcins provenant d’une maison particulière, bijoux, chapelets, grains de cornaline, petits objets en ébène. Les acquéreurs revendirent ces objets sur le marché de Saint-Claude ou les utilisèrent pour payer leurs aubergistes. Le monde de la filouterie rencontre celui du pèlerinage avec la complicité de certains marchands et hôteliers68.

  • 69 Voyage de Jacques Le Saige de Douai à Rome, Notre-Dame de Lorette, Venise, Jérusalem et autres lieu (...)
  • 70 AMSC, registre BB6, fol. 19 à 23, délibération municipale sur le règlement de police (« édit »), re (...)
  • 71 Cf. D. Julia, « Le pèlerinage au Mont-Saint-Michel », art. cit., p. 243-278.
  • 72 Cf. Henri GILLES, « Lex peregrinorum », Cahiers de Fanjeaux, no 15, 1980, p. 191-184. L’auteur dési (...)

23Le récit de Jacques Lesaige, venu à Saint Claude en 1519, témoigne aussi de la cupidité des marchands auxquels notre pèlerin ne sait se soustraire : « Nous y achetasmes plusieurs paternostres et aultres choses. Car nous nos scaviesmes des combatre de cheulx qui les vendent, ad cause que nous en aporterent tant en nostre logy69. » Quelques décennies après, alors que le nombre de pèlerins a décru, l’« édit » sur le commerce des échevins sanclaudiens en date du 27 juin 1552 interdit de vendre les patenôtres dans les logis, mais aussi de racoler les pèlerins, de les héler lorsqu’ils passent devant les auberges et les boutiques, de les tromper sur la nature de la marchandise, de leur vendre le demi-pot de vin au prix de la pinte. De même, les marchands et hôteliers sanclaudiens sont incités à les traiter humainement avec douceur et sans moqueries et enfin à ne pas se battre entre eux, à ne pas s’injurier et à ne pas décrier leurs confrères70. Comme dans d’autres lieux de pèlerinages, les rivalités commerciales sont ici exacerbées par la raréfaction des pèlerins71 et les édits du XVIIIe siècle reprennent certaines de ces dispositions, réglementant le prix excessif de la pinte de vin ou du pain. Les fréquents abus, tels que l’exploitation des pèlerins par les aubergistes ou le vol organisé par des bandes qui bénéficient, comme à Alise-Sainte-Reine, de la complicité des hôteliers amènent aussi les autorités municipales à les limiter, dès la fin du XIIe siècle, instaurant un « droit laïc » du pèlerin : statuts municipaux, coutumes mais aussi politique seigneuriale contribuent à construire la lex peregrinorum72.

  • 73 Gilles Corrozet et Claude Champier, Catalogue des antiques érections des villes, Cités, Fleuves & F (...)
  • 74 Henri Boguet, Les actions de la vie et de la mort de sainct Claude, Lyon, Rigaud, 1612.

24Après ces difficultés, le pèlerinage reprend de la vigueur dans le dernier tiers du XVIe siècle : Gilles Corrozet décrit en 1575 la venue de pèlerins de plusieurs provinces et dit que « la pluspart de gens de Lyon, une foys l’année vont visiter le dict sainct-Claude », d’autant que l’église brûlée dix ans auparavant a été reconstruite73. C’est aussi en 1612 que paraît la seconde édition du livre d’Henri Boguet relatant les 102 miracles attribués à saint Claude de 1304 à 160774.

  • 75 Cf. A. Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 47.
  • 76 AMSC, manuscrits Crestin, t. 2, fol. 987.
  • 77 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 748.
  • 78 Ch. Gabriel Frédéric Christin, Dissertation sur l’établissement de l’abbaye de Saint-Claude, ses ch (...)
  • 79 Edmond Martène, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, P (...)

25Les débuts du XVIIe siècle sont néanmoins difficiles : les habitants sont à nouveau réduits à la pauvreté, « par les guerres, la peste ou autres accidents qui empêchent la libre circulation des personnes, réduit les habitants à des extrêmes nécessités », comme l’expose une requête aux archiducs Albert et Isabelle75. Pendant la guerre de Dix ans (1635-1644), le pèlerinage connaît très certainement un déclin passager, même si les villes comtoises s’y rendent pour conjurer la peste, la famine et la guerre, comme Dole en 1636. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, le pèlerinage redémarre, « la dévotion des citoyens et des estrangers des diverses nations qui venaient en foule chaque année pour honnorer [sic] ce saint corps, loin de diminuer par la longueur du temps, les travaux et la difficulté du voyage, s’augmentant chaque jour76 ». Et on le verra en évoquant la législation de la vente, le commerce des objets pieux est alors florissant. Le XVIIe siècle attire toujours des pèlerins sur les reliques des saints de l’abbaye, mais la tiédeur des témoignages peut incliner à penser qu’ils sont moins nombreux que par le passé. Le Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur de 1717 indique simplement que le corps de saint Claude est exposé à la vénération des fidèles. À la suite de la sécularisation de l’abbaye en 1742, l’église Saint-Claude est jugée caduque et les cloîtres sont détruits ; les reliques des saints sont translatées en août 1754 dans l’église Saint-Pierre devenue cathédrale, événement attirant des foules considérables : « une multitude innombrable de fidèles tant du diocèse que de ceux de Lyon, Besançon, Belley, Genève et de la province de Picardie et autres77 ». L’évêque dispose désormais des reliques et autorise leur exposition publique. L’avocat Christin expose que le grand nombre de miracles obtenus par l’intercession des saints Claude, Oyend et Romain « a porté les fidèles à accourir de toutes parts pour vénérer leurs reliques & implorer leur intercession » et les ex-voto et tableaux sont encore nombreux dans l’église de Saint-Claude en 175478. Par contre, vingt ans plus tard, le capucin Joseph-Romain Joly n’évoque plus une « foule de pèlerins » que pour la période médiévale et reste muet pour son époque79.

  • 80 ADD : 1C784, mémoire adressé à l’intendant de Franche-Comté, Jean Nicolas Megret de Sérilly, par Jo (...)
  • 81 Ibidem.
  • 82 Ibidem.

26Néanmoins la pauvreté extrême des habitants des communautés rurales du bailliage de Saint-Claude les amène au XVIIIe siècle à toujours chercher des ressources dans la fabrication d’objets de tournerie pieux et profanes, mais aussi dans l’horlogerie, la clouterie, le tissage. Les déboires du commerce avec les foires de Beaucaire ravi par les Lyonnais ont « réduit Saint-Claude à ses chapelets, futailles, cuillières de bouïs et menus ouvrages du tour80 ». Ce sont les communautés les plus pauvres qui œuvrent à la fabrication des objets pieux. Cinquétral est « peuplé de misérables, sans autre industrie que de tirer des racines de bouïs pour les ouvrages du tour81 ». Pareillement, Château-des-Prés et la Chaux-des-Prés fournissent à Saint-Claude, des cuves, des tonneaux et des chapelets. Le roulage et la migration temporaire permettent aux paysans de survivre : ceux de Jeurre et de Molinges « sans industrie, abandonnent leurs maisons depuis le mois de septembre, jusques au mois de janvier pour aller serancer le chanvre » et fabriquent les grains de chapelets pendant l’hiver. À Saint-Lupicin, un tiers des 400 habitants s’occupe à faire des chapelets l’hiver82.

  • 83 Cf. Adrien Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 62.
  • 84 A.M.S.C, dossier « Fabrication de chapelets ».
  • 85 Cf. Jean Brelot, « L’artisanat rural comtois avant l’ère industrielle », in Actes du colloque sur l (...)

27La Révolution et la destruction de la relique de saint Claude en 1794 mettent fin au pèlerinage et portent un coup d’arrêt aux industries de piété. Dès 1791 un fabricant de grains de chapelet doit remiser ceux-ci dans son grenier83. La fabrication de chapelets est en recul au XIXe siècle : en 1856 une seule fabrique employant 25 ouvriers est mentionnée et en 1867 une fabrique et 70 ouvriers84. La tournerie se maintient au XIXe siècle, se spécialisant dans des objets profanes85.

  • 86 Cf. Sébastien Bully et Karen Jeantelet, « Les fouilles archéologiques de l’école Rosset : un cimeti (...)
  • 87 Vaucher de Roche, Rationale Administrationis, édité par René Locatelli, « Rationale Administrationi (...)
  • 88 Cf. Denis Bruna, Enseignes de plomb et autres menues chosettes du Moyen Âge, Paris, éd. du Léopard (...)
  • 89 Ces informations sont issues d’une communication non publiée faite par Aurélia Bully, « Le pèlerina (...)
  • 90 Cf. D. Bruna, Enseignes de plomb, op. cit., p. 233-234.

28Les objets de pèlerinage vendus à Saint-Claude sont extrêmement divers comme le montre le mobilier funéraire des pèlerins de l’hôpital inhumés au XVIIIe siècle dans le cimetière Saint-Romain, mis à jour lors des fouilles archéologiques récentes de l’école Rosset : des chapelets, des médailles ou des croix86. Les enseignes médiévales de pèlerinage en plomb ou en étain, souvenir et signe de l’identité pèlerine sont fabriquées au XVe siècle par le marguillier, chargé également de la garde des reliques des saints Oyend et Claude et de recueillir les offrandes des pèlerins, nappes, cire et autres biens : « Ledit merrilier doit fere les ymaiges de plomb87. » Le droit de fabriquer et de vendre les enseignes est comme ailleurs un privilège du clergé, mais ici ce sont les clercs et non des ouvriers d’étain ou des orfèvres qui en sont chargés, contrairement à Ratisbonne ou Einsiedeln88. Ces enseignes, retrouvées dans la Seine dans les années 1850, montrent de manière tout à fait classique le saint avec un enfant agenouillé à sa droite, allusion à la résurrection des trois enfants noyés par le saint. Deux types de productions d’objets pieux cohabitent à Saint-Claude au XVe siècle : celle des images officielles contrôlées par le marguillier et celle des habitants fabriquant des objets de piété en bois89. À partir du XVIe siècle, ce partage s’estompe. Les comptes de la « boîte à images » nous apprennent que les gardiens de saint Claude se procurent auprès du doreur des images de plomb et d’étain délivrées par livres : les enseignes de pèlerinage cèdent à partir du XVIe siècle la place aux médailles plus petites, appendues par une chaîne et pouvant être dissimulées sous le vêtement au contact du corps (fig. 3)90. Les gardiens de saint Claude achètent aussi des médailles, des chapelets, des croix d’ivoire auprès des marchands et des sculpteurs de la ville comme Abraham Michelet ou Brange qui vendent également des statuettes. Il n’y a plus de monopole de fabrication et le chapitre a donc perdu le contrôle direct sur celle-ci.

Fig. 3 : Médaille de pèlerinage de Saint Claude, Archives municipales de Saint-Claude, fonds des Amis du Vieux Saint-Claude, C97-320 (© Amis du Vieux Saint-Claude, cl. Robert Le Pennec).

  • 91 ADJ, 2 H132, comptes de la sacristie, fol. 212 et fol. 222. D’autres lieux de pèlerinage sont appro (...)
  • 92 ADD, 1 C 22. 9.
  • 93 ADD, 1 Fi 923 ; 1Fi971 ; 1 Fi 877 ; 1 Fi 878 ; 1 Fi 929.
  • 94 ADD, archives communales déposées, Etray, 1250 S(5), pièces de comptabilité.
  • 95 ADJ, 1 Mi 998, microfilm des archives diocésaines, AA15, et AMSC, fonds des Amis du Vieux Saint-Cla (...)

29Les images, accompagnées de texte ou non, forment une autre catégorie d’objet pieux : moyen d’identification, elles sont aussi un support de la dévotion et un objet protecteur. L’abbaye, contrairement à d’autres monastères bénédictins, comme celui d’Einsiedeln par exemple, ne possède pas de presses et fait donc appel à des imprimeurs, pour les certificats de confession, notamment à Lyon, en 1624, ou à Salins, auprès d’un père ermite qui estampe des images de saint Claude pour les confessions en 161891. Il n’y a en effet eu d’imprimerie dans la ville que de 1739 à 175992. Des ateliers bisontins du XVIIIe siècle, notamment celui de Sainte-Agathe, les marchands éditeurs d’estampes parisiens, la Veuve Joubert et Daudet (fig. 4), alimentent aussi le marché sanclaudien93. Les certificats de pèlerinage, type particulier d’estampe attestant du passage du pèlerin, sont remis par les religieux ; ainsi en 1764 par les chanoines de l’église Saint-Pierre devenue cathédrale après la sécularisation : « Nous chanoines de l’église cathédrale de S-Claude certifions que Jean Antoine Voitot est venu en pèlerinage a S. Claude le 5 juin 1764, a donné vingt sols pour retribution d’une grande messe. Et a offert un cierge pour la Communauté d’Etray. Lance secrétaire94. » Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des portions du suaire ayant enveloppé le corps de saint Claude sont délivrées en 1785 et authentifiées par le vicaire général du diocèse de Saint-Claude grâce au sceau des armes du chapitre cathédral qui orne les certificats d’authenticité95.

  • 96 AMSC, FF1, fol. 70 v°.
  • 97 Cf. Bernard Mayaud, « La famille Mayaud à Saumur aux XVIIIe et XIXe siècles », Société des lettres, (...)
  • 98 Cf. Anne Caubert et Danielle Gaborit-chopin, Ivoires de l'Orient ancien aux Temps modernes, Paris, (...)
  • 99 Cf. S. Bully et K. Jeantelet, « Les fouilles archéologiques », art. cit., p. 41-56. C’est d’ailleur (...)

30Parmi tous les objets pieux, le chapelet reste un support privilégié de la dévotion et une fabrication sanclaudienne réputée. L’industrie du tour a utilisé d’abord le buis peint comme matière première pour fabriquer les chapelets, avant de diversifier les matières premières : mailles de fer poli, grains de verre colorés. Les perles des tombes du cimetière Saint-Romain au XVIIIe siècle sont en bois. Le vol commis par André Joz dans une boutique de la rue Mercière atteste la variété de la production au début du XVIIe siècle : « Une douzaine de chappellets d’os rouge, façon de Paris ; Une aultre douzaine d’os rouge taillés, marqués des mystères ; deux chappellets d’os façon de Paris plus grands que les susdits ; Unze chappellets d’os blanc à teste de mort ; Deux chappellets d’orange enchaisnés à fil d’argent ; Douze chappellets d’escorce d’aubaine enchaisnés comme les susdits ; Deux chappellets d’os semblablement enchaisnés taillés à jour96 » La présence de chapelets de bois d’oranger et d’ébène atteste des relations commerciales des marchands de la ville avec le monde méditerranéen, l’ivoire provenant de l’Afrique occidentale à cette époque. Cette intégration dans le commerce international se vérifie pour d’autres lieux de production de chapelets comme Saumur97. Mais à côté de l’ivoire « noble » qui est celui de l’éléphant, les os des animaux domestiques ou sauvages sont aussi travaillés98. L’atelier de patenôtrier du cimetière Saint-Romain tourne l’os à partir de la seconde moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe99.

Fig. 4 : Estampe de Saint Claude, chez la Veuve Joubert et Daudet, Paris, XVIIIe siècle, Archives municipales de Saint-Claude, fonds des Amis du Vieux Saint-Claude, C 96-152 (©Amis du Vieux Saint-Claude, cl. Robert Le Pennec).

  • 100 Cf. Claude Ferment, Les statuettes d'ivoire en Europe du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Du Perron (...)
  • 101 En 1649 l’avocat Garnier reçoit un crucifix en ivoire et deux tabatières achetées chez le sculpteur (...)
  • 102 Cf. Guy Barbier, Bénédicte Gaulard, Marie-Liesse Pierre, Les Rosset. Un atelier jurassien au temps (...)

31L’ivoire est sculpté dès le Moyen Âge à Saint-Claude, mais il faut attendre le XVIIIe siècle et la renommée des Rosset pour que la ville devienne, avec Dieppe, un des grands centres ivoiriers français100. La municipalité offre des articles de piété en ivoire à plusieurs reprises au XVIIe siècle en remerciement101. Un partage s’opère entre la ville élaborant une production d’objets de piété d’une certaine qualité et les campagnes à l’origine d’une tournerie assez grossière. Simon Jalliot reçu à l’Académie en 1661 et mort en 1681 et Joseph Vuillerme mort en 1720 qui sculpta des crucifix à Rome, tous deux expatriés pour porter leur art à la perfection sont les premiers artistes ivoiriers sanclaudiens réputés. Mais les ivoiriers-portraitistes de la ville exportant au XVIIIe siècle leur production dans toute l’Europe, acquièrent une renommée plus grande. Il faut nuancer l’idée d’une laïcisation tardive de la production ivoirière de Saint Claude qui ne daterait que du XVIIIe siècle. Certes l’atelier des Rosset infléchit alors son travail dans cette direction, Joseph Rosset père dit Dupont (1706-1786) étant plus connu pour ses portraits de philosophes – Voltaire, Montesquieu, Rousseau ou d’Alembert – que pour sa production de statuettes religieuses, de saint Claude (fig. 5), saint Bruno, saint Bernard, saint François de Sales, de sainte Thérèse (conservée aujourd’hui au Louvre102), mais les ivoiriers du XVIIe siècle élaborent aussi des objets profanes comme les tabatières.

Fig. 5 : Saint Claude, sculpture en ronde-bosse, ivoire, atelier Rosset, deuxième moitié du XVIIIe siècle, h. 17,5 x l. 6,5 cm, Dole, Musée des Beaux-arts (© Musée des Beaux-Arts de Dole, cl. Jean-Loup Mathieu).

  • 103 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Rotterdam, A. et R. Leers, 1690, articles « Artisan » et (...)
  • 104 AMSC, HH20, « Etat des arts et métiers qui se trouvent dans la ville de Saint-Claude », sans date, (...)
  • 105 Cf. Peter Hersche, « Die Lustreise der kleinen Leute – zur geselligen Funktion der barocken Wallfah (...)
  • 106 AMSC, FF 26(2), édit du 11 janvier 1732, article 10.
  • 107 Cf. Gustave Duhem, « Les anciennes auberges de Saint-Claude », Le Courrier du centenaire, été 1950, (...)
  • 108 Cf. Beat Kümin, « Sacred Church and worldly tavern : reassessing an early modern divide », in Will (...)
  • 109 AMSC, FF 10 visite de toutes les maisons faite en mars 1763.
  • 110 AMSC, CC 90. Il s’agit d’une liste établie à l’occasion d’un procès entre les cabaretiers de Saint- (...)

32Après cette présentation de l’artisanat pieux, il nous reste à voir les artisans et les professions qui vivent du pèlerinage. L’artisan est « l’ouvrier qui gagne sa vie en travaillant aux arts méchaniques », qui sont « ceux où l’on travaille plus de la main & du corps, que de l’esprit », selon la définition de Furetière qui y classe notamment les tourneurs103. Quant aux activités liées à l’industrie du pèlerinage au dix-huitième, elles ne s’organisent pas en jurandes à Saint-Claude104. Tout lieu pérégrin est d’abord marqué par la présence d’auberges qui sont un espace de la convivialité pèlerine105. L’activité des aubergistes, des cabaretiers, des limonadiers, des traiteurs et « autres vendant vin et liqueurs », des tenanciers de chambres garnies est réglementée par les édiles. Un édit du 11 janvier 1732 défend aussi aux étrangers de tenir cabaret sans permission : « L’on fait defenses a tous particuliers estants etrangers de vendre et tenir cabaret sans permission apeine d’expulsion et d’amende106. » Pour la période de 1450 à 1580, 52 auberges ont été recensées, sise rue Mercière et aux faubourgs. Chacune de ces auberges avait une clientèle spécifique : les habitants de Moirans à la Tête Noire ou aux Trois Maures, les Lorrains pour la Croix de Lorraine, les Vaudois pour la Croix d’Or, les nobles et personnes pour l’Arquebuse et l’Arbalète. Le nombre d’auberges augmente sensiblement à partir du dernier pèlerinage de Louis XI en 1485, à cause de l’essor du pèlerinage. L’industrie hôtelière occupe encore au XVIe siècle une place considérable dans une ville ne comptant alors pas plus de 700 habitants, mais 52 auberges107, ce qui représente une auberge pour environ 13 habitants. Cette forte densité est à rapprocher de celle des tavernes dans les villes de pèlerinage de l’Europe centrale de la première modernité108. Trois siècles plus tard, le recensement de la population sanclaudienne de 1763, indiquant les professions de manière non exhaustive, cite 21 cabaretiers sur une population de 2 480 personnes : l’industrie hôtelière a perdu de son importance par rapport aux siècles passés, probablement à cause d’un moindre succès du pèlerinage109. Un autre recensement de 1763 cite 28 cabaretiers et aubergistes et vendant vin, installés rue Neuve et rue de la Poyat110.

  • 111 Cf. Gustave Duhem, Inventaire analytique des livres de bourgeoisie de la ville de Saint-Claude, Lon (...)
  • 112 Cf sur les aspects techniques de la fabrication du chapelet, planches I et II « Patenôtrier » in En (...)

33À côté des logeurs et cabaretiers, trois métiers travaillent principalement dans l’artisanat pieux à Saint-Claude : les tourneurs, les patenôtriers et les sculpteurs. Les livres de bourgeoisie de la ville citent, pour la période de la fin du XVe siècle au milieu du XVIIIe, 25 tourneurs dont deux avec la mention particulière de tourneurs de chapelets111. Le patenôtrier du cimetière de l’église de Saint-Romain est aussi spécialisé dans la production exclusive de chapelets, sans faire en parallèle le tournage de boutons, comme c’est le cas dans d’autres ateliers à Strasbourg ou Saint-Denis112.

  • 113 Cf. Bernard Prost, « Note sur l’ancienne corporation des maîtres-sculpteurs de la ville de Saint-Cl (...)
  • 114 AMSC, FF218, état des maisons du 30 mars 1763 et BB77, rôle des non-bourgeois de la ville de 1779.
  • 115 Cf. Patricia Subirade, « Le commerce des articles de piété à Saint-Claude aux XVIIe et XVIIIe siècl (...)

34Le nombre d’artisans peut être appréhendé au milieu du XVIIe siècle, par plusieurs sources, deux actes de fondation des maîtres-tourneurs (1658) et des maîtres-sculpteurs (1655) dans l’église paroissiale de Saint-Romain, le « rôle des habitants, bourgeois et étrangers » de 1664, le rôle des bourgeois de 1666113, ces deux derniers n’indiquant pas la profession de tous les recensés : 41 sculpteurs, 43 tourneurs et trois marchands de chapelets y sont mentionnés, ce qui signifie donc que ces professions représentent au moins 4,3 % de la population de 2 022 habitants – religieux non inclus. La visite des maisons de 1763 pour prévenir les incendies (indiquant dans plus de deux tiers des cas la profession du chef de feu, voire de sa femme et de ses fils) et le rôle des non-bourgeois de 1779114 (ne mentionnant que 190 professions pour 226 personnes) établissent malgré leurs lacunes un nombre important de tourneurs (98), et une diminution sensible des sculpteurs qui ne sont plus que deux, le célèbre Jean-François Rosset et Claude François Jourdain, sur une population de 2 480 personnes en 1763 et de 2 679 personnes en 1782 (communautés religieuses non incluses) : 4 % des recensés de 1763 dont on connaît la profession l’exercent dans l’artisanat lié à la fabrication d’objets pieux. Certains tourneurs en 1763 exercent une seconde profession, cabaretier ou marchand de grains. La moitié d’entre eux est installée rue Basse, une vingtaine rue Neuve et dans les faubourgs115.

  • 116 Cf. P. Subirade, « Le commerce des articles de piété à Saint-Claude », art. cit., p. 25-26.
  • 117 AMSC, HH20, fol. 1 v° et 2 r°, « Etat des arts et métiers qui se trouvent dans la ville de Saint-Cl (...)
  • 118 Sentence prononcée par les échevins contre Claude Jeantet des Bouchoux le 28 juillet 1629, publiée (...)
  • 119 AMSC, FF1, fol. 71 r°.

35Le travail des tourneurs et tailleurs d’images s’organise en ateliers familiaux, les mêmes dynasties familiales fournissant à la fois sculpteurs et tourneurs116 : en 1655, Humbert et Guillaume Thiéboz, père et fds sculpteurs, les frères Hugues et Simon Jaillot, sculpteurs sur ivoire, les Cristin, sculpteurs du XVIIe siècle, les Vuillard, sculpteurs et tourneurs au tournant des années 1700, les Rosset. Si ces métiers ne sont pas organisés en maîtrise ni en jurande au XVIIIe siècle, par contre les peintres et sculpteurs ont érigé une confrérie en 1576, les tourneurs ont vu leurs statuts homologués par le parlement en 1685117. À l’intérieur de l’atelier, le maître a un apprenti. Le sculpteur Claude Jeantet est condamné au bannissement par les échevins de la ville en 1629 pour avoir volé son maître : après l’avoir tiré de la mendicité, son protecteur « l’auroit affermé à Claude Cochet dudit St-Oyan, tailleur d’images et luy fait apprendre son état de sculpteur, l’auroit nourry de pain et de pitance pendant ledit temps de son apprentissage118 ». Certains tourneurs font travailler des journaliers : un des témoins du procès d’un tailleur d’images, André Joz, en 1607 a été embauché par un patenôtrier également receleur, Gaspard Jeantet, et est « celuy qui len requiert à fer broches d’os pour subsécutivement en fer des chappellets119 ». Dès le XVIIe siècle existent quatre catégories de tourneurs renvoyant à plusieurs modes d’organisation du travail, comme l’indiquent les statuts de leur confrérie érigée en l’honneur de saint Dominique datant de 1685 : deux critères sont retenus, le lieu du travail, soit en boutique soit en chambre, d’une part, et le travail du grand ou du petit tour, d’autre part. L’aire de production des chapelets s’étend au XVIIIe siècle dans un rayon de 20 kilomètres autour de Saint-Claude, tout particulièrement dans la basse vallée de la Bienne. Par ailleurs, les sculpteurs et tourneurs qui obtiennent le droit de bourgeoisie aux XVIIe et XVIIIe siècles et ceux recensés en 1763 viennent pour certains de villages du nord et de l’est de Saint-Claude : Septmoncel, Coyrière, Cinquétral et Longchaumois (carte 2).

Carte 2. – L’industrie du chapelet dans la Terre de Saint-Claude aux XVIIe et XVIIIe siècles.

  • 120 ADD, 1C 784 : « Etat pour constater le nombre d’habitants de chaque communauté du bailliage de Sain (...)
  • 121 Cf. Jean-Marc Olivier, « Société rurale et industrialisation douce : Morez, 1780-1914 », Ruralia, n(...)
  • 122 Cf. Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Economie globale d'Ancien régime. Suisse occidentale, Fr (...)
  • 123 Cf. Franklin Mendels, « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un change (...)

36Au XVIIIe siècle s’affirme une nouvelle organisation du travail : des communautés rurales du bailliage de Saint-Claude fabriquent des grains de chapelets vendus au prix de quinze deniers les mille, très probablement aux fabricants de la ville. D’autres communautés par contre, vendent elles-mêmes des chapelets constitués120. Le cas de l’industrie pieuse dans la Terre de Saint-Claude relève donc aussi du modèle de l’industrialisation rurale douce proposé par Jean-Marc Olivier où les paysans profitent du roulage hivernal pour vendre leurs chapelets121 Nous avons ici des paysans qui, loin d’être autarciques, cherchent à s’insérer, même pour de très petites sommes, dans une économie de marché à l’échelle régionale voire internationale, comme au XVIIIe siècle dans le Jura bernois proche ou encore dans la Bavière du sud-ouest qui connaît la même dissociation entre la fabrication des objets pieux et leur commerce avec la spécialisation de certains villages dans ce type de production à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle122. Il s’agit d’une proto-industrie non pas dans le sens où Franklin Mendels l’entend, mais dans une acception large désignant toute forme d’activité rurale pré-industrielle123. S’il y a quelques similitudes avec le schéma de Mendels, comme une production destinée à l’exportation sur un marché extérieur à la région, le travail de paysans à domicile, le travail pour des marchands urbains, par contre ces ruraux ont aussi développé leurs propres réseaux commerciaux.

  • 124 Cf. Georges Gros, Le Courrier du 13 octobre 1962, cité par Marcel Grizey, « Les Rosset, sculpteurs (...)
  • 125 Cf. G. Barbier, B. Gaulard, M.-L. Pierre, op. cit., p. 84-85 ; M. Grizey, art. cit., p. 154. Cf. su (...)

37L’artisanat religieux concerne aussi le travail des sculpteurs : Jean Brange, maître-sculpteur de Saint-Claude, est sollicité en 1613 par une dame Bonnet de Salins, pour faire la statue de Notre-Dame de Gray dans un morceau de bois124. La famille Rosset travaille également à des commandes d’orfèvrerie et de mobilier d’église en bois au XVIIIe siècle : Jacques-Joseph fait un Christ en bois pour l’église d’Arinthod, François-Joseph (1706-1786) sculpte les statues de saint Paul et de saint Pierre de l’église de Moussières ; les pièces d’orfèvrerie de l’église de Saint-Lupicin (1757-1761) proviennent aussi du célèbre atelier sanclaudien125.

38Saint-Claude vit donc, à l’époque moderne, au rythme de son pèlerinage : industrie hôtelière et fabrication d’objets pieux sont des conséquences de la pauvreté des habitants de la ville mais aussi des communautés rurales de la Terre de Saint-Claude. En outre, cette production d’objets pieux, images, statues et surtout chapelets, issus notamment du travail des tourneurs, sculpteurs et artisans-paysans, ne fait pas l’objet d’un contrôle des religieux qui ne concèdent aucun monopole.

Le pèlerinage de Saint-Claude : la difficile sacralisation du temps et de l’espace

  • 126 Gilbert Cousin de Nozeroy, Description de la Franche-Comté, (1552), éd. Achille Chéreau, Lons-le-Sa (...)
  • 127 AMSC, dossier « Fabrication de chapelets » et cf. Roland Janod, « Au temps de Charles-Quint... Quan (...)
  • 128 Cf. L. Fontaine, Le marché, op. cit., p. 102-103.
  • 129 Cf. Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVe siècles, Paris, Auguste Picard, 1914, p. 186.
  • 130 Cf. Pierre Deffontaines, « Petits nomades du Jura : les rouliers du Grandvaux », Annales de géograp (...)
  • 131 ADD, 1C 784 ; Joseph-Romain Joly, 1779, p. 65-69.
  • 132 Cf. Abbé Mermet, « Histoire de l’art de Saint-Claude depuis son origine », Annuaire du Jura, 1842, (...)
  • 133 AMSC, FF 218, recensement de 1763, maison no 481 : « Benoît Lionier de Gap en Dophiné marchand colp (...)
  • 134 Cf. Isabelle Brian, « Les pèlerins franc-comtois à Rome, 1671-1716 », in Philippe Boutry et Dominiq (...)
  • 135 Cf. Paul Masson, Les compagnies de corail : étude historique sur le commerce de Marseille au XVIe s (...)

39Espaces multiples de la commercialisation des objets pieux, concurrence des espaces et des temps du commerce et du sacré, intérêts économiques du chapitre sont autant d’aspects montrant que le partage entre le sacré et le profane n’est pas strict. La production jurassienne d’objets pieux s’intégre tout d’abord dans des circuits commerciaux à plusieurs échelles, le commerce à longue distance, les échanges intra-régionaux, les échanges intra-urbains. Gilbert Cousin écrit dès le XVIe siècle que les chapelets de Saint-Claude « s’exportent dans le monde entier126 ». L’hypothèse d’une origine sanclaudienne des patenôtres distribués par Jacques Cartier en 1535 aux Iroquois a été évoquée, le manifeste d’armement du voyage mentionnant « des gros grins a priez manouvrés es Empire » pour une valeur de 22 livres et 15 sols127. Colporteurs et rouliers sont les agents de ce commerce. Si le colportage est une stratégie de survie des plus pauvres, ces modestes agents rejetés dans l’archaïsme à la suite de Fernand Braudel, sont aussi des acteurs économiques qui construisent des réseaux marchands articulant le local et l’international comme l’a démontré Laurence fontaine128. Le roulage se développe à partir de 1500 quand les abbés de Saint-Claude accordent le droit d’exporter le bois à leurs sujets qui bientôt vont trouver un débouché pour les productions manufacturées de la Terre de Saint-Claude. Les chapelets de Saint-Claude se vendent sur les foires de Lyon aux XV et XVIe siècles129. Le roulage se développe au Grandvaux après les désastres de la guerre de Trente Ans, comme l’expliquent les échevins en 1650130. Au XVIIIe siècle, les rouliers jurassiens, granvalliers et autres vont en Italie, à Lyon et plusieurs négociants de la ville de Saint-Claude ont des magasins à Beaucaire131. Selon l’abbé Mermet, les ouvrages des Rosset au XVIIIe siècle ont été envoyés jusqu’en Espagne, en Italie, voire en Amérique132. La présence à Saint-Claude de merciers savoyards au XVIIe siècle et ensuite d’un marchand colporteur de Gap en 1763 atteste du rôle joué par ces réseaux colporteurs133. De même, les pèlerins francs-comtois à Rome de 1671 à 1717 sont en majorité des paysans se livrant occasionnellement à des travaux d’artisanat, des citadins artisans ou enfin des colporteurs diffusant de la bimbeloterie religieuse : la route du pèlerinage rejoint très probablement celle du colportage d’objets et de livrets religieux, une majorité de ces pèlerins étant originaire de la montagne jurassienne, pays de rouliers134. Aux côtés des colporteurs et des pèlerins, les spécialistes de la fabrication du chapelet, détenteurs d’un savoir technique se déplacent aussi : Claude Perret maître coraillier et son frère, originaires de la Terre de Saint-Claude reçoivent en 1568 des lettres de naturalité à Marseille, où ils travaillent au service de la compagnie du corail fondée en 1553 ; exerçant un métier assez payé pour attirer les étrangers135.

  • 136 Cf. Michel Vernus, « La diffusion du petit livre de piété et de la bimbeloterie religieuses dans le (...)

40Outre les échanges à longue distance, les relations commerciales intra-régionales et l’intégration à des réseaux de colportage locaux permettent aussi de vendre les objets de piété. Michel Vernus a montré la tradition de vente par les merciers de Saint-Claude. Claude-Joseph Hugon mercier de Saint-Claude qui roule la montagne au milieu du XVIIIe siècle vend des chapelets, des statuettes pieuses et des médailles. Il est en relation étroite avec des merciers de la montagne, tout comme avec des marchands de Lyon, de Savoie, de la Tarentaise. La production est aussi écoulée par de petits merciers comme Claude-Joseph Bouvier qui vend à Orgelet en 1773 des chapelets par douzaines136.

  • 137 Cf. L. Fontaine, Le marché, op. cit., p. 48-67. Partant de l’exemple de la Grèce antique où les « r (...)
  • 138 AMSC, BB76, recensement de 1664. Il mentionne trois marchands de chapelets rue Neuve. Contrairement (...)
  • 139 Cf M. Vernus, art. cit., p. 136. Pour une comparaison, voir Michel Delalonde, « Les petites marchan (...)
  • 140 Cf Gustave Duhem, Saint-Claude, vie et présence, Paris, Lethielleux, 1960, p. 147, évoque les confr (...)

41Le troisième espace de commercialisation est le lieu de commerce local que définit Laurence Fontaine dans son histoire du marché : le lieu de pèlerinage, mais aussi la foire et le marché137. En effet, dans la ville de Saint-Claude merciers et marchands ambulants vendent les objets pieux, dans la rue des merceries où les boutiques sont amodiées par le chapitre, dans la rue Neuve, mais aussi sur le marché, lors de la foire, à la porte des églises et dans les auberges. Certains merciers de la rue Neuve sont spécialisés dans le commerce de chapelets au milieu du XVIIe siècle138. En 1767, Jean-François Vincent, petit mercier, vend des médailles, une douzaine de petits saint Claude en étain, trois douzaines de scapulaires, de grosses croix en plomb139. Pour conclure sur ces espaces commerciaux intra-régional et local, où se vendent les images de saint Claude, il faut noter qu’ils ne se superposent pas exclusivement à l'aire d’attraction du culte, qui dépasse largement les limites de la Franche-Comté, s’étendant à la Bourgogne, la Vendée, la Picardie et la Flandre140.

  • 141 Cf A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, op. cit., p. 10 et p. 47.
  • 142 Cf. S. Bully et K. Jeantelet, « Les fouilles archéologiques », art. cit., p. 41-56.
  • 143 AMSC, BB6, « Édit » (règlement de police des échevins de Saint-Claude) du 27 juin 1552, fol. 21r°.

42Mais les espaces artisanaux et commerciaux liés à la fabrication des objets pieux sont aussi parfois des espaces à fonction religieuse : nous sommes ici au cœur de l’imbrication du sacré et du profane qui parcourt le christianisme de l’époque moderne, relativement impuissant à fixer des limites nettes entre les deux domaines et qui se lit dans l’usage social de cadres matériels que sont le cimetière, l’église141 mais aussi la partie de l’enceinte monastique où peuvent pénétrer les fidèles. L’atelier de patenôtrier installé dans le cimetière Saint-Romain entre les années 1547 et le début du XVIIe siècle prolonge une tradition médiévale d’occupation artisanale des espaces funéraires et s’inscrit dans les usages profanes de ce type de lieu encore présents au début de l’époque moderne142 Les églises de la ville sont aussi des lieux de commerce : ainsi le règlement municipal de 1552 prescrit « que personne ne soit tenu aller trafiquer par les églises pour entraîner lesdits pèlerins aux logis et boutiques143 ». Les églises fréquentées pas les pèlerins sont tout d’abord celle de Saint-Claude dans l’enceinte monastique, ainsi que l’église Saint-Romain qui est néanmoins plutôt l’église paroissiale des Sanclaudiens.

  • 144 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 425.
  • 145 AMSC, AMSC FF26(3), édits du 28 août 1696 et du 19 janvier 1697.
  • 146 AMSC, Plan de la rue des Merceries et de Saint-Claude dressé par Gaspard Tournier, 1753, 87,5 x 73, (...)
  • 147 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 421 et p. 766.

43Les activités commerciales et artisanales liées au pèlerinage s’exercent aussi à l’intérieur de l’enceinte monastique (carte 3). Le monastère présente à la fin du Moyen Âge une structure bipolaire, comprenant deux églises, l’une dédiée à saint Pierre et l’autre à saint Oyend et saint Claude, mais aussi deux espaces, l’un réservé aux moines autour de la première église et des bâtiments monastiques et l’autre ouvert aux fidèles, l’église Saint-Oyend et Saint-Claude, ouvrant sur la place du même nom. Mais la clôture de l’abbaye n’est plus respectée depuis le XIIIe siècle : les séculiers traversent librement l’abbaye pour aller de la porte de l’horloge à celle de Notre-Dame ou à l’église Saint Sauveur144. C’est pourquoi, plusieurs édits de 1696 et 1697 défendent aux revendeurs et revenderesses, aux hôteliers et cabaretiers et aux bourgeois d’acheter des denrées sur les grands chemins de la ville et dans l’abbaye145. Par contre les activités commerciales sont licites dans d’autres espaces intégrés dans l’enclos monastique où se vendent des objets religieux et autres, dans les boutiques amodiées par les religieux sur la place de l’église de Saint-Claude et rue des merceries qui ont été cartographiées sur un plan de 1749146. Ces deux lieux publics à proximité du lieu saint ont un statut juridique particulier car le sol y est propriété du monastère et ils sont considérés par les moines comme faisant partie de l’abbaye : en 1531, Pierre de la Baume maintient le droit des séculiers à passer dans l’abbaye et un procès oppose en effet, à partir de 1750, les religieux aux échevins qui prétendent que ces espaces relèvent de leur juridiction. Un des arguments alors avancés par le chapitre est que les habitants de ce quartier ne paient pas les contributions communales et surtout qu’ils « ont seuls privilege d’avoir leurs boutiques ouvertes les jours de dimanche et fête147 ».

Carte 3. – Espace commercial et espace sacré : l’enclos monastique de Saint-Claudeau début du XVIIIe siècle.

  • 148 AMSC, FF 23 ; FF26(3) ; FF 26(3) ; FF23.
  • 149 AMSC, BB6, fol. 20, règlement municipal sur le commerce de 1552 ; FF 19, édit du 24 mars 1735 compi (...)
  • 150 AMSC, BB 26(3), édit du 24 mars 1735, compilant des édits antérieurs.
  • 151 Cf. Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris (éd.), de l’Atelier/éd. ouvrières, (...)

44Après l’espace, la sacralisation du temps du pèlerinage est la seconde préoccupation des édiles sanclaudiens. Certains édits prohibent la vente pendant les offices, même en couvrant la marchandise d’un linge (21 janvier 1702). Les cabaretiers sont particulièrement visés par les édits municipaux qui leur interdisent de vendre du vin pendant les offices (1677, 1695), de donner à boire et d’ouvrir le dimanche (1703) ou de donner à manger gras pendant le Carême (1755)148. Le règlement municipal sur le commerce de 1552 prévoit des amendes à payer à la ville et à la confrérie des merciers, pour ceux qui tiennent boutique ouverte les dimanches et jours de fêtes solennelles. En 1664, il est défendu de nouveau de vendre ces jours-là149. Un marchand contrevenant en 1694 explique qu’il a gardé sa boutique ouverte pour vendre des cierges150. La reconduction de cette interdiction de 1664 à 1777 montre l’échec à tracer des frontières nettes entre le sacré et le profane. Les autorités municipales ne font pas preuve à la fin de l’Ancien Régime de la tolérance à l’égard du travail le dimanche151, dans une ville où pourtant l’activité commerciale liée au pèlerinage est essentielle.

  • 152 AMSC, BB 28, fol. 97.
  • 153 AMSC, édit de police de janvier 1697, FF26(3).
  • 154 Cf. A. Cabantous, Entre fêtes et clochers op. cit., p. 109 ; Jean Pontas, Dictionnaire de cas de co (...)

45Mais une exception se dessine en 1683 quand le parlement de Besançon veut obliger les boutiques des marchands de toute la province à fermer ces jours-là comme « chose contraire au service de dieu et au devoir du crestien ». Les marchands de la rue des merceries sollicitent la permission de continuer à vendre les jours chômés : « tenant boutique dans la rue des merceries et devant l’église du glorieux saint qui y repose, pour vendre des crucifix, Notre-Dames et autres ouvrages de sculpture, avec des chapelets, rosaires, médailles et autres pièces de devotion, à ceux qui viennent en pèlerinage audit lieu, dont l’affluence et le concours se trouve plus nombreux aux fêtes solennelles, jours de dimanche et autres commandés par l’Église ». Les marchands soulignent aussi que « de tout tems l’Église l’a souffert et toléré, et tous les tribunaux de justice dans tous les lieux où sont des corps saints, et des reliques bien averrées qui attirent la dévotion et le concours des peuples, comme à saint Claude152 ». Par nécessité sociale et économique, la ville vivant du pèlerinage, le parlement cède et autorise la vente des chapelets et autres ouvrages de dévotion les jours de fête, mais en dehors des offices divins, et à boutiques demi-fermées avec interdiction de vendre autre chose. Plusieurs édits municipaux confirment ces dispositions en 1697 et 1698 : « Nous deffendons à tous bourgeois et autres marchands d’ouvrir leurs boutiques les jours de dimanche et autres festes à la reserve neantmoins des vendeurs de chapellet, médailles et dimages tant seulement qui le pourront faire les jours de festes solennelles comme sont les jours de feste de S. Claude, à la pentecoste, à raison de grand concourt d’étrangers qui arrivent audit tems153. » C’est là une entorse à la sacralisation du temps qui préfigure l’évolution dans la France du XVIIIe siècle. Nous ne connaissons pas la position du chapitre sur ces questions et nous ne savons donc pas s’il entérine les décisions de la puissance publique comme d’autres clercs, à l’image de Jean Pontas qui accorde au petit mercier de campagne de vendre ses marchandises à la porte de l’église les jours fériés car il ne vend presque rien en dehors154.

  • 155 AMSC, HH 16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, 21 janvier 1542, fol. 3 r°.
  • 156 P. Martin, Les Chemins du sacré, op. cit., p. 279 : à Toul, les deux principales foires sont associ (...)
  • 157 AMSC, HH16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, 21 janvier 1542.
  • 158 Cf. I. Brian, « Les pèlerins franc-comtois », art. cit., p. 324-325.
  • 159 Cf. Michel Blondan, Les Bourgeois de Saint-Claude, XVe-XVIIe siècle, Cêtre, Besançon, 2004, p. 192.
  • 160 AMSC, FF23, édit du 18 janvier 1765.

46Les foires de la ville155de Saint-Claude témoignent aussi des liens qui unissent activités profanes et pratiques de dévotion, tout comme dans d’autres lieux de pèlerinage en Lorraine ou ailleurs à l’époque moderne156. Il en existe déjà plusieurs quand la charte de l’abbé Pierre de la Baume de 1542 établit trois nouvelles foires franches, chacune de huit jours entiers, l’une débutant le premier jour non férié après la fête de la Saint-Claude (6 juin), la seconde après la Saint-Mathieu (21 septembre) et la troisième après la Purification de la Vierge (2 février)157. Lors de la première, la plus importante, pèlerins, commerçants et colporteurs se croisent : la route du colporteur et du marchand rejoint celle du pèlerinage, qui est l’occasion de faire commerce d’objets pieux, tout particulièrement pour les habitants du haut Jura qui aux XVIIe et XVIIIe siècles, profitent de leur pèlerinage à Rome pour écouler la bimbeloterie religieuse158. La foire de février permet d’écouler les articles de mercerie et les objets de piété tournés et sculptés pendant l’hiver159. De nombreux étrangers sont attirés par la clientèle des pèlerins et viennent vendre à Saint-Claude toutes sortes de marchandises au XVIIIe siècle160.

  • 161 Cf. Dom Benoit, Histoire de l'abbaye, op. cit., t. 2, p. 425-427.
  • 162 Cf. P. Martin, Pèlerins de Lorraine, op. cit., p. 146-147 ; Id., Les Chemins du sacré, op. cit., p. (...)
  • 163 AMSC, FF 59.
  • 164 AMSC, FF 60 copie des défenses par le chapitre contre la ville de 1741 et requête des chanoines con (...)
  • 165 AMSC, DD 7(1) cahier des amodiations des boutiques de la rue des Merceries de 1643 à 1654 ; ADJ, 2 (...)
  • 166 Cf. P. Hersche, « Die Lustreise der kleinen Leute », art. cit., p. 326-327 ; Beat Kümin, « Sacred C (...)
  • 167 Cf. G. Duhem, « Les anciennes auberges », art. cit., n.p.
  • 168 Cf. Jacques Weber, « Les marchands du Temple », Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir (...)

47La difficile délimitation du sacré et du profane se lit enfin dans les profits que les moines tirent du pèlerinage. La fête de saint Claude est l’occasion de vendre des quantités considérables de pain et de vin, ventes sur lesquelles le cellérier perçoit un petit blanc monnaye de Savoie d’une valeur de trois sous sur ceux qui les font, la veille et le jour de la fête, jusqu’en 1557, date à laquelle les bourgeois de la ville obtiennent du parlement de Dole l’exemption de cette taxe contrairement aux autres habitants et étrangers161. Les boutiques de souvenirs sont une source de revenus pour le clergé qui gère le sanctuaire. Les religieux vendent des objets pieux dans l’église, mais dès la fin de l’époque médiévale se développe un marché extérieur au sanctuaire. Ce phénomène semble beaucoup plus précoce que dans d’autres sanctuaires comme à Saint-Nicolas de Port (Lorraine) où les religieux qui ont l’exclusivité de la vente des médailles de pèlerinage, gèrent les échoppes qui voisinent l’église et où les boutiquiers non contrôlés par le clergé ne se multiplient qu’au XIXe siècle162. À Saint-Claude, les marchands sont installés à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de l’enceinte de l’abbaye où ils louent des boutiques aux moines. En 1645 le chapitre y fait par exemple construire une maison avec quatre boutiques à voûte163. Dans les années 1740, la ville et le chapitre se disputent la juridiction de la rue Mercière, passage obligé du pèlerin vers l’église de Saint-Claude. Les édiles la conçoivent comme une rue ouverte et publique et donc de droit commun et expliquent que le fait d’y posséder des maisons et des boutiques ne donne pas au chapitre la propriété de la rue. Ce à quoi ce dernier réplique qu’il a voulu mettre à profit le surplus de son ancien district en y faisant construire des maisons, des jardins et des boutiques164. Des sculpteurs comme Claude Bouchard dit Brange en 1643, des marchands, des tourneurs comme Hyppolyte Faivre en 1730 les occupent mais aussi un cabaretier en 1730165. La présence de tavernes dans l’enceinte religieuse n’a certes rien de comparable aux liens économiques étroits unissant les brasseries aux monastères bavarois qui sont des lieux de pèlerinage à l’époque baroque166, mais elle témoigne d’une délimitation peu stricte du profane et du sacré, et ce à des fins économiques. Aux XIV et XVe siècles, plusieurs auberges sont déjà installées dans l’enceinte de l’abbaye167. Les religieux de Saint-Claude s’accommodent donc des divergences entre la logique marchande et les exigences spirituelles comme c’est le cas ailleurs, par exemple à Chartres où le chapitre débat de cette question du partage de l’espace entre activités profanes et religieuses au sujet du commerce sous le porche de l’église, dans les années 1670, faisant appel à Jean-Baptiste Thiers168.

  • 169 Cf. Olivier Zeller, « La ville moderne », in Jean-Luc Pinol (éd.), Histoire de l’Europe urbaine, t. (...)
  • 170 L. Fontaine, Le Marché, op. cit., p. 48 et p. 102.

48En conclusion, la différence s’impose entre Besançon qui ne vit pas de son pèlerinage et Saint-Claude qui, au contraire, s’est développée autour d’une véritable industrie touristique tout comme, à l’époque moderne, les hauts lieux du catholicisme, en Pologne, à Rome ou à Lorette169. Plusieurs marchés de l’image et de l’objet pieux coexistent : aux côtés de la production sérielle issue des ateliers de cartiers et de tourneurs, une fabrication issue des ateliers bisontins ou des ivoiriers sanclaudiens répond à des usages non seulement religieux mais aussi ostentatoires qu’en font les couches sociales plus aisées. À Saint-Claude, d’autre part, des liens étroits unissent la ville à sa campagne qui la pourvoie en chapelets. Mais cette industrie rurale alimente aussi des circuits commerciaux internationaux qui sont autonomes par rapport à l’économie urbaine et s’inscrivent à plusieurs échelles du local à l’international170 dans une économie interconnectée.

49Le contrôle des clercs gérant les deux pèlerinages (les religieux de Saint-Claude ou le chapitre de Besançon) sur la fabrication et la vente des images et objets pieux leur échappe plus ou moins tôt, dès le XVIe siècle, dans le premier cas, et au cours du XVIIe siècle pour le second. Le pèlerinage nous fait aussi entrer dans l’économie des monastères : les couvents bisontins de femmes fabriquent une partie de ces images. À Saint-Claude, les amodiations de boutiques et les droits liés aux foires sont un revenu pour le chapitre.

50Les contingences profanes liées à l’accueil des pèlerins à Saint-Claude éclairent la limite floue entre le profane et le sacré. Le partage des temps et des espaces n’est pas strict : activités commerçantes et exigences dévotionnelles s’accommodent dans une certaine mesure des mêmes lieux et des mêmes moments, à travers l’usage social et économique des mêmes lieux.

Notes

1 Albert Jouvin, Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France, d’Italie et de Malthe, d’Espagne et de Portugal, des Pays Bas, d’Allemagne et de Pologne, d’Angleterre, de Danemark et de Suède, t. 1, vol. 2, Le voyage de France et le voyage d’Italie et de Malthe, Paris, Claude Barbin, 1672, p. 891.

2 Cf. pour une mise au point récente, Marie Lezowski, « Introduction », De l’Eglise aux Eglises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes - Tours et détours des objets de dévotion catholiques (XVIe-XXIe siècles), Mélanges de l’Ecole française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 1er juin 2015. URL : http://mefrim.revues.org/1970.

3 Cf. Emmanuelle Friant, Le Catholicisme matériel Les objets de la piété privée dans la France des XVIe et XVIIe siècles, thèse sous la direction de Philippe Martin, université de Nancy II, 2009, 839 p. Cette thèse consacre une première partie à « L’objet de piété au cœur d’un réseau d’échanges » et deux autres à ses usages identitaires et religieux notamment.

4 Cf. Georges Provost, « Dans les coulisses du pèlerinage : le village de Sainte-Anne d’Auray et ses habitants au XVIIIe siècle », Actes du congrès d’Auray, Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 78, 2000, p. 133-162 et notamment p. 157.

5 Cf. Cissie Fairchilds, « Marketing the Counter-Reformation. Religious Objects and Consumerism in Early Modem France », in Christine Adams, Jack Richard Censer et Lisa Jane Graham (éd.), Visions and revisions of Eighteenth-century France, University Park, Pennsylvania State University Press, 1997, p. 31-58.

6 Cf. Annik Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens. Paris, PUF, 1988, p. 437-449, notamment p. 143 : les chapelets ne représentent que 3 % des objets et ne figurent dans les inventaires que quand ils ont la valeur de bijou ; Renata Ago, Gusto for things : a history of objects in seventeenth-century Rome, Chigaco, The University Press of Chicago, 2013, (lre éd. Il gusto delle cose : una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Rome, 2006) p. 159-165.

7 Cf. Erik Aerts, « La religione nell’economica. L’economica nella religione », in Francesco Ammannati (éd.),.Religione e istituzioni religiose nell’economia europea. 1000-1800. Religion and religious institutions in the european Economy 1000-1800. Atti della « Settimane di Studie altri Convegni » 8-12 maggio 2011, Florence, Firenze University Press, 2012, p. 3-115, et notamment p. 9-13. Les grandes synthèses sur la consommation n’évoquent pas les objets de piété : Ann Bermingham, John Brewer, The Consumption of Culture 1600-1800. Image, Object, Text, Londres et New York, Routlegde, 1995 ; Frank Trentmann, The History of Consumption, Oxford, Oxford University Press, 2012 où la contribution d’Evelyn Welch, « Sites of Consumption in Early Modem Europe », p. 220-250, n’aborde pas les sanctuaires mais donne l’exemple de diffusion de perles de chapelets en ambre dans le cadre de loteries à Venise en 1522. Par contre Laurence Fontaine, Le Marché. Histoire et usages dune conquête sociale, Paris, Gallimard, 2014, évoque les pèlerinages dans les places de commerce, p. 50-53.

8 Cf. Christophe Duhamelle, « Pèlerinage et économie dans l’Empire au XVIIIe siècle », in F. Ammannati, Religione e istituzioni religiose nell’economia europea, op. cit., p. 713-728.

9 Cf. Philippe Boutry et Dominique Julia (éd.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, Ecole française de Rome, no 262, 2000, p. 26-37, et cf. note 25 ci-dessous. Néanmoins Jacques Savary perçoit très bien d’un point de vue économique l’importance de la production sanclaudienne en évoquant comme seul exemple de commercialisation celui-ci : « Les chapelets et autres merceries de Saint-Claude, entrant par les Bureaux de la Douane de Lyon, payent 11 s. d’anciens droits par chaque valle ; & pour la nouvelle réapréciation 12 s. du cent. Les droits de sortie de toutes sortes de Chapelets, d’ambre, de verre, rocaille & bois, se payent comme mercerie ; c’est-à-dire, 3 liv. du cent pesant, conformément au Tarif de 1664 & si c’est pour envoyer à l’Estranger, seulement 2 livres suivant l’Arrêt du 3 juillet 1692 », Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers, t. 1, Paris, Veuve Estienne, 1750, p. 843-844.

10 Cf. Jean Rocacher, Rocamadour et son pèlerinage. Etude historique et archéologique, Toulouse, Privat, 1979, p. 37-40. L’auteur fait également une étude archéologique du site, p. 219 et des approvisionnements, p. 344. Pour une synthèse récente sur l’époque médiévale, Judicaël Petrowiste, « Pèlerinages et essor commercial dans les pays occitans médiévaux (XIe-XIIIe siècle) » in F. Ammannati, Religione e istituzioni religiose nell'economia europea, op. cit., p. 729-742. Pour la période moderne : Marco Moroni. L’economia di un grande santuario europeo : la Santa Casa di Loreto tra basso Medioevo e Novecento. Milano, F. Angeli, 2000 et Yves-Marie Bercé, Lorette aux XVIe et XVIIe siècles : histoire du plus grandpèlerinage des temps modernes. Paris, PUPS, 2013, p. 56-62 sur le commerce des objets de piété.

11 Cf. Elisa Ferreira-Priegue, « De Ciudad Santa a plaza mercantil. Los fundamentos de la función económica de Santiago en la Edad Media », in Santiago de Compostela. Ciudad y Peregrino, actas del V Congreso Intemacional de Estudios Xacobeos, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 2000, p. 351-384.

12 Cf. Bruno Maes, Notre-Dame de Liesse. Huit siècles de libération et de joie, Paris, Œil, 1991, p. 137-140.

13 Cf. Dominique Julia, « Les pèlerins de sainte Reine au XVIIIe siècle », in Philippe Boutry et Dominique Julia (éd.), Reine au Mont Auxois : le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, p. 243-278, EHESS, 1997, notamment p. 254-260.

14 Cf. Dominique Julia, « Le pèlerinage au Mont-Saint-Michel du XVe au XVIIIe siècle », in Pierre Bouet, Giorgio Otranto et André Vauchez, Cultes et pèlerinages à Saint Michel en Occident. Les trois Monts dédiés à l’archange, Rome, Ecole française de Rome, no 316, 2003, p. 312-317.

15 Cf. Roger Chartier, « Stratégies éditoriales et lectures populaires 1530-1660 », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, t. 1, Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 698. Voir aussi sur les débouchés commerciaux lointains de l’artisanat pieux, les communications de Bruno Maes et de Marco MORONI.

16 Cf. Rainer Beck, Unterfinning. Ländliche Welt vor Anbruch der Moderne, Munich, Beck, 1993, p. 357-374.

17 Cf. Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 62-65.

18 Cf. Philippe Martin, Les Chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au XIXe siècle, Metz, La Serpenoise, 1995, p. 278-279 ; Id., Pèlerins de Lorraine, Metz, La Serpenoise, 1997, p. 138-140 ; Henryck Gapski, « Les bases économiques et financières de l’activité des ordres religieux en Pologne à l’époque moderne », in Marcel Pacaut et Olivier Fatio (éd.), L’Hostie et le Denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen Âge à l’époque moderne, Genève, Labor et Fides, 1989, p. 274.

19 Cf. Concepcion Alarcon-roman, « La iconografia religiosa en el siglo XVIII », Revista de dialectologia y tradiciones populares, no 45, 1990, p. 247-277.

20 Cf. Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l'Europe moderne XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, 2002, p. 10.

21 Archives municipales de Besançon (désormais AMB) série BB, délibérations de mai 1533, du 17 mai 1534 et de 1541 cité par Paul Delsalle, La Franche-Comté au temps de Charles Quint, Besançon, PUFC, 2000, p. 224.

22 AMB, BB 26, fol. 102, 311 ; BB 28, fol. 122 v° ; BB 29, fol. 179 v°, fol. 296 v° ; BB 30, fol. 257 v° ; BB 31, fol. 71.

23 Archives du ministère de la Guerre, Vincennes, archives de l’armée de terre, A1-1850, lettre de l’intendant de Franche-Comté, Bernage, 13 février 1705, fol. 12.

24 Cf. Patricia Subirade, La Franche-Comté du temps des Archiducs à la Révolution française : aspects religieux et artistiques (XVIIe-XVIIIe siècles), doctorat de l’université de Paris 1, sous la direction de Jean Delumeau, 2005, p. 857-858.

25 Cf. P. Martin, Pèlerins de Lorraine, op. cit., p. 142.

26 AMB, mai 1553, délibérations municipales, cité par Jules Gauthier, « Le Saint-Suaire de Besançon et ses pèlerins », Mémoires de l’Académie de Besançon, 7e série, tome VII, 1902, p. 171.

27 AMB, BB 25, fol. 327,

28 AMB, BB 24, fol. 223, délibération municipale du 6 octobre 1545 ; BB 28 fol. 283, 2 mai 1559.

29 AMB, BB 26, fol. 182, 6 février 1553 et BB 25, fol. 370, 2 mai 1551.

30 Cf. Claude Fohlen, Histoire de Besançon, t. 1, Des origines à la fin du XVIe siècle, Besançon, Cêtre, 1981, p. 606.

31 AMB, BB 25, « États des cabaretiers et hosteliers » de 1725 et 1726.

32 AMB, BB 110, fol. 59 v°.

33 Archives départementales du Doubs (désormais ADD) : 1 C1370, imprimé de 1744 ; Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), man. fr. 21830.

34 Cf. Jules Gauthier, « Notes iconographiques sur le Saint-Suaire de Besançon », Mémoires des sciences, belles lettres et arts de l’Académie de Besançon, no 30, 1883, p. 321-327.

35 Jean Maillot est ainsi chargé d’une copie destinée à Anne d’Autriche en 1645, ADD, G 205, fol. 58, délibérations capitulaires, 20-23 octobre 1645 ; Mademoiselle Baudot réalise en 1683 une copie pour Louis XIV, ADD, G 210, fol. 25 v°, délibérations capitulaires, 9 juin 1683 ; deux écharpes sont remises à Louis XIV lors de sa venue à Besançon, François-Ignace Dunod de Charnage, L’histoire de l’église, ville et diocèse de Besançon [...], Besançon, Daclin, 1750, t. 1, p. 359.

36 Cf. Valérie Marcelli, « Les images du Saint-Suaire de Besançon », Barbizier, no 28, 2004, p. 87.

37 Cf. Abbé Joseph Morey, Anne de Xainctonge et les Ursulines au Comté de Bourgogne. Etude historique d’après les archives et les manuscrits originaux, Paris, Bloud et Barrai, 1892, p. 372 ; Patricia Chauvin, Les Ursulines de Besançon aux XVIIe et XVIIIe siècles, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1995, p. 162. Voir également Au fils du temps, l’art de la broderie chez les Ursulines au XVIIe siècle, Amiens, Conservation des antiquités et objets d’art de la Somme, 1992 ; Laurence Lux Sterritt, Redefining Female Religious Life. French Ursulines and Englishadies in Seventeenth Century Catholicism, Ashgate, Aldershot, 2005, p. 97 (sur l’enseignement des travaux manuels).

38 ADD, 125H28 à 125H31, registres de comptes de 1621 à 1790. De 1680 à 1790, la qualité de l’information est moindre : seules sont désormais portées les sommes reçues par la maîtresse des ouvrages, sans que ne soit précisée leur nature.

39 ADD, 125H29.

40 L’évolution du montant des ventes des suaires par les Ursulines de 1630 à 1681 n’est pas révélatrice des aléas du pèlerinage et témoigne que, dans les périodes difficiles comme la guerre de Dix ans (1635-1644), la relique reste un recours constant, notamment contre la peste.

41 Cf. C. Alarcon-roman, « La iconografia religiosa », art. cit., p. 261-263 : le cas de l’Espagne au XVIIIe siècle est très différent, avec l’intervention royale.

42 Cf. Marianne Grivel, Le Commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1986, p. 90-91.

43 Cf. J. Gauthier, « Notes iconographiques sur le Saint-Suaire », art. cit., p. 308-311 ; ADD, 5J 23, 1Fi 1131 : trois types avec trois, cinq ou sept personnages ; voir P. Subirade, La Franche-Comté du temps des Archiducs à la Révolution, op. cit., p. 357-588.

44 J.T.-T. Fouray de Boisselet, Recueil de jetons appartenant à la Franche-Comté de Bourgogne, Besançon, 1873, planches 10 à 13 et p. 17-20 ; Id., Jetons de Besançon, Dole, Salins et de la province, s.d., fin XIXe.

45 AMB, BB 85, fol. 302 v°, délibérations municipales du 13 décembre 1658 cité par Guillaume Carvalho et Jean-Yves Kind, L'atelier monétaire municipal de Besançon, 1534-1676, Besançon, K. & C., 1994, p. 182.

46 ADD, 2 Fi 449, estampe du Saint Suaire par Nicole ; 1 Fi 1143.

47 AMB, HH 25, « Etat du montant des capitations des arts et métiers qui ne sont point en jurandes », 1726. Ce texte mentionne aussi 46 sculpteurs et 32 tourneurs.

48 ADD, IC 1371, placet de Tissot à l’intendant de Franche-Comté, s.d., vers 1740.

49 ADD, 1 C 1370, « Observations sur la librairie de Besançon », 1768.

50 ADD, 5 J 23.

51 Vers 1660, Pierre de Loisy obtient de la municipalité le privilège de faire les images de pèlerinage de Notre-Dame des Jacobins à Besançon : carton Al, estampe ; il fabrique aussi des images pour le pèlerinage de Notre-Dame du Mont-Thoraise en 1660 et 1670 : B.M.B., Statuts de l'association et confrérie de Notre-Dame du Mont, Besançon,Vv e Benoît, 1700, incluant une gravure de 1660 ; pour celui de Notre-Dame de Mont-Roland près de Dole en 1651 : voir Jules Gauthier, « L’œuvre des de Loisy, orfèvres-graveurs bisontins », Réunions des sociétés des Beaux-Arts du Doubs, XVIIIe session 1894, catalogue, no 250 et planche dans Louis Jeannez, Notes historiques sur Notre-Dame de Montroland et sur le prieuré de Jouhe, Lons-le-Saunier, Gauthier sœurs, 1856 ; pour le pèlerinage de la Madone du Pilier à Saragosse (1662), ce qui indique que des Comtois s’y rendent à une époque où la Franche-Comté est encore espagnole, ADD : estampe 1Fi964. Le libraire Rigoine a édité entre 1682 et 1715 pour les capucins de Gray une image de Notre-Dame de Gray : BNF, estampes : Va.70. Tissot imprime en 1745 une image de « Notre-Dame de Consolation du couvent des Pères minimes en Montagne (Bibliothèque municipale de Dole, ancienne cote, rec. 1618 bis, nouvelle cote, H1618II).

52 Cf. R. Chartier, « Stratégies éditoriales », art. cit., p. 698.

53 Cf. Jean-Yves Grenier, L'Economie d'Ancien régime. Un monde de l'échange et de l'incertitude, Paris, Albin Michel, 1996, p. 76-77 et p. 299-306.

54 ADD, B 10502, inventaire du 14 mai 1689 cité dans Isabelle Bardout, Les Marchands de Besançon au XVIIe siècle, mémoire de maîtrise, sous la direction de Maurice Gresset, 1988, université de Besançon, p. 5.

55 Cf. Michel Vernus, La Vie comtoise au temps de l'Ancien Régime (XVIIIe siècle), Lons-le-Saunier, Marque-Maillard, 1985, tome 2, p. 150 ; ADD, B10510.

56 Cf. Michel Vernus, La Vie arboisienne. Ville et villages au dernier siècle de lAncien régime (XVIIIe siècle), Besançon, Cêtre, 1979, p. 44-46.

57 ADD, 1 C 1370, « Mémoire à Monseigneur l’intendant de Franche-Comté au sujet des abus qui se glissent dans la librairie ou la vente des livres dans cette province ».

58 AMB, BB 25, « États des cabaretiers et hosteliers » de 1725 et 1726.

59 Cf. Aurélia Bully, Entre réforme et mutations. la vie spirituelle et matérielle de l’abbaye de Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude) de la fin du XIVe siècle au début du XVIe siècle, doctorat de l’université de Besançon, 2006.

60 Cf. Adrien Billerey, Saint-Claude et ses industries, Paris, Imprimerie nationale, 1966, p. 28-29.

61 Antoine de Lalaing, Voyage de Philippe le Beau en Espagne en 1501, in Collections des voyages des souverains, t. 1, Bruxelles, 1876, p. 295, d’après un manuscrit de la Bibliothèque royale de Belgique, man. 7382 ; cf. Paul Delsalle, Vivre en Franche-Comté au siècle d’or, XVIe-XVIIe siècles, Besançon, Cêtre, 2006, p. 11-12.

62 Cf. Y.-M. Bercé, Lorette aux XVIe et XVIIe siècles, op. cit., p. 57, évoque cette même pauvreté des habitants dans à Lorette du XVIe au XVIIe siècle.

63 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, Montreuil-sur-Mer, Imprimerie de la Chartreuse de Notre-Dame des Prés, 1890-1892, t. 2, p. 232, supplique du 29 novembre 1506.

64 Archives municipales de Saint-Claude (désormais AMSC), HH 16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, 21 janvier 1542, fol. 1 r°. Il est expliqué un peu plus loin dans la charte que « depuis quelques années de ce qu'elle [la ville de Saint-Claude] n’étoit fréquentée et n’y viennent les pèlerins en affluence comme ils souloient, plusieurs de la dite ville ont été contraints s’absenter d’icelle et aller chercher moyen de vivre ailleurs », ibid, fol. 1 v°.

65 Cf. Dom Benoit, Histoire de l'abbaye, op. cit., t. 2, p. 431.

66 Cf. A. Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 42-46.

67 AMSC, FF1, fol. 69 r° à 74 v°, pièces de procédure du procès d’André Joz (intendit, informations, ordre d’arrestation, interrogatoires, sentence) jugé par Henri Boguet, grand-juge de Saint-Claude ; cf. Louis Duparchy, « La justice criminelle dans la Terre de Saint-Oyand de Joux aujourd’hui Saint-Claude (Jura) aux XVIe et XVIIe siècles », Mémoires de la société d'émulation du Jura (désormais MSEJ), 5e série, 2e volume, 1891 (éd.), 1892, p. 235-461, en particulier p. 317-334.

68 Cf. D. Julia, « Les pèlerins de Sainte Reine », art. cit., notamment p. 260-267.

69 Voyage de Jacques Le Saige de Douai à Rome, Notre-Dame de Lorette, Venise, Jérusalem et autres lieux saints (éd.), R. Duthilloeul, Douai, A. D’aubers, 1851, p. 188.

70 AMSC, registre BB6, fol. 19 à 23, délibération municipale sur le règlement de police (« édit »), renouvelant des édits et ordonnances municipaux antérieurs. Cf., à titre de comparaison, J. Petrowiste, art. cit., p. 733, évoquant des dispositions identiques des villes de Moissac ou Labastide-Murat aux XIIIe et XIVe siècles.

71 Cf. D. Julia, « Le pèlerinage au Mont-Saint-Michel », art. cit., p. 243-278.

72 Cf. Henri GILLES, « Lex peregrinorum », Cahiers de Fanjeaux, no 15, 1980, p. 191-184. L’auteur désigne ainsi les règles Hétérogènes et parfois contradictoires, bien établies au XIIIe siècle, qui régissent la protection du pèlerin : canons des conciles provinciaux et locaux, décrétales pontificales, statuts épiscopaux, lois séculières, statuts municipaux.

73 Gilles Corrozet et Claude Champier, Catalogue des antiques érections des villes, Cités, Fleuves & Fontaines, 2e partie, Lyon, 1882, p. 89.

74 Henri Boguet, Les actions de la vie et de la mort de sainct Claude, Lyon, Rigaud, 1612.

75 Cf. A. Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 47.

76 AMSC, manuscrits Crestin, t. 2, fol. 987.

77 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 748.

78 Ch. Gabriel Frédéric Christin, Dissertation sur l’établissement de l’abbaye de Saint-Claude, ses chroniques, ses légendes, ses chartes [...], p. 180-185 et p. 191.

79 Edmond Martène, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Paris, F ; Delaulne, 1717, p. 176-177 ; Joseph-Romain Joly, La Franche-Comté ancienne et moderne, avec les cartes géographiques, lettres à Melle d’Udressier, Paris, veuve Hérissant, 1779, p. 65-69.

80 ADD : 1C784, mémoire adressé à l’intendant de Franche-Comté, Jean Nicolas Megret de Sérilly, par Joseph Bonaventure Cattand, receveur des finances du bailliage de Saint-Claude, 1744. Les « chapelets sans orfèvrerie » sont soumis au XVIIIe siècle à des droits de douane en sortant de la foire de Beaucaire : Tarifdes droits de reapreciation & domaniale qui se lèvent sur le marchandises & denrées sortant de Beaucaire pendant la foire de la Magdeleine dans la rubrique « Merceries » in Traité historique sur la foire de Beaucaire, Marseille, Jean-Pierre Brebion, 1734, p. 30. Cf. note 9 ci-dessus.

81 Ibidem.

82 Ibidem.

83 Cf. Adrien Billerey, Saint-Claude, op. cit., p. 62.

84 A.M.S.C, dossier « Fabrication de chapelets ».

85 Cf. Jean Brelot, « L’artisanat rural comtois avant l’ère industrielle », in Actes du colloque sur l'artisanat (10-12 juin 1960), Paris, Belles Lettres, 1961, p. 38.

86 Cf. Sébastien Bully et Karen Jeantelet, « Les fouilles archéologiques de l’école Rosset : un cimetière mais encore... », Les Amis du vieux Saint-Claude, no 24, 2001, p. 41-56. ; Saint-Claude, chantier de construction de la maternelle Rosset, Saint-Claude, 1997.

87 Vaucher de Roche, Rationale Administrationis, édité par René Locatelli, « Rationale Administrationis sacristain de Saint-Pierre au monastère de Saint-Oyend-de-Joux. L’abbaye de Saint-Oyend-de-Joux au milieu du XVe siècle », Travaux présentés par les membres de la Société d’Émulation du Jura en 1973 et 1974 (éd.), 1975, p. 25-126, en particulier p. 91.

88 Cf. Denis Bruna, Enseignes de plomb et autres menues chosettes du Moyen Âge, Paris, éd. du Léopard d’or, 2006, p. 92-93 ; au Puy, l’évêque concède à l’hôpital le droit exclusif de fabriquer de vendre les enseignes dans les limites du diocèse, Roger Gounot, « Les enseignes de pèlerinage de la Vierge du Puy aux XIIIe et XIVe siècles », Cahiers de Fanjeaux, 1980, p. 93-95 ; Archives départementales du Jura (désormais AD J) : 2H132, comptes de 1559 à 1632.

89 Ces informations sont issues d’une communication non publiée faite par Aurélia Bully, « Le pèlerinage de Saint-Claude (Jura) au Moyen Âge », le 23 juin 2007 à Paris, dans le cadre du C.A.R.E.

90 Cf. D. Bruna, Enseignes de plomb, op. cit., p. 233-234.

91 ADJ, 2 H132, comptes de la sacristie, fol. 212 et fol. 222. D’autres lieux de pèlerinage sont approvisionnés par des imprimeurs extérieurs, tel Lorette, dont certains marchands sont clients d’artisans imprimeurs de Rome et Venise spécialisés dans les vues du sanctuaire : cf. Y.-M. Bercé, Lorette aux XVIe et XVIIe siècles, op. cit., p. 59.

92 ADD, 1 C 22. 9.

93 ADD, 1 Fi 923 ; 1Fi971 ; 1 Fi 877 ; 1 Fi 878 ; 1 Fi 929.

94 ADD, archives communales déposées, Etray, 1250 S(5), pièces de comptabilité.

95 ADJ, 1 Mi 998, microfilm des archives diocésaines, AA15, et AMSC, fonds des Amis du Vieux Saint-Claude, coll. particulière, no 2001-160.

96 AMSC, FF1, fol. 70 v°.

97 Cf. Bernard Mayaud, « La famille Mayaud à Saumur aux XVIIIe et XIXe siècles », Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, 75e année, no 133, février 1984, p. 21-49, notamment p. 25 : les cocos matière première du chapelet viennent d’Amérique du Sud et particulièrement du Brésil.

98 Cf. Anne Caubert et Danielle Gaborit-chopin, Ivoires de l'Orient ancien aux Temps modernes, Paris, Musée du Louvre, 2004, p. 29-30.

99 Cf. S. Bully et K. Jeantelet, « Les fouilles archéologiques », art. cit., p. 41-56. C’est d’ailleurs là une découverte rare puisque seuls trois autres ateliers de chapelets ont été fouillés en France, à Rouen Saint-Denis et Rennes.

100 Cf. Claude Ferment, Les statuettes d'ivoire en Europe du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Du Perron, 2000, p. 25-27.

101 En 1649 l’avocat Garnier reçoit un crucifix en ivoire et deux tabatières achetées chez le sculpteur Claude Bichet ; en 1681 le procureur ordinaire de la ville des chapelets et un petit Jésus, des tabatières, des chapelets, un petit Jésus en ivoire, un petit Dieu en ivoire ; en 1691 la maréchale de Duras, en pèlerinage, un crucifix et un petit Dieu d’ivoire achetés au sculpteur Jacques Joseph de Croix : AMSC, délibérations municipales, BB 10, BB 13, BB18, BB 27, BB 30 ; cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 232.

102 Cf. Guy Barbier, Bénédicte Gaulard, Marie-Liesse Pierre, Les Rosset. Un atelier jurassien au temps des Lumières, Dole, Musée des Beaux-Arts, 2001, 119 p., en particulier p. 19-23.

103 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Rotterdam, A. et R. Leers, 1690, articles « Artisan » et « Art » ; cf. aussi James R. Farr, Artisans in Europe, 1300-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 3 définissant économiquement l’artisan comme celui qui fabrique des artefacts avec ses mains et des outils, sans machine.

104 AMSC, HH20, « Etat des arts et métiers qui se trouvent dans la ville de Saint-Claude », sans date, XVIIIe siècle, fol. 1, r° : la seule maîtrise et jurande de la ville est celle des chirurgiens. Pour une mise au point sur la question de l’existence de corporations à Saint-Claude, voir Marie-Liesse Pierre, François-Marie Rosset (1743-1824), Mémoire de DEA de l’université de Besançon, 1997, p. 31 et Henri Brossault, Arts et métiers en Franche-Comté aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de l’université de Paris 1, 2004, vol. 1, p. 23-26.

105 Cf. Peter Hersche, « Die Lustreise der kleinen Leute – zur geselligen Funktion der barocken Wallfahrt », in Wolfgang Adam (éd.), Geselligkeit und Gesellschaft im Barockzeitalter, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1997, p. 322.

106 AMSC, FF 26(2), édit du 11 janvier 1732, article 10.

107 Cf. Gustave Duhem, « Les anciennes auberges de Saint-Claude », Le Courrier du centenaire, été 1950, n.p. dans AMSC, dossier « Auberges ».

108 Cf. Beat Kümin, « Sacred Church and worldly tavern : reassessing an early modern divide », in Will Coster et Andrew Spicer (éd.), Sacred Space in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 19. L’auteur y oppose plusieurs modèles, celui de l’Europe centrale marqué par la densité des établissements en liaison avec le commerce et le pèlerinage, celui des périphéries septentrionale et méridionale européennes où l’offre est moins abondante.

109 AMSC, FF 10 visite de toutes les maisons faite en mars 1763.

110 AMSC, CC 90. Il s’agit d’une liste établie à l’occasion d’un procès entre les cabaretiers de Saint-Claude et les fermiers.

111 Cf. Gustave Duhem, Inventaire analytique des livres de bourgeoisie de la ville de Saint-Claude, Lons-le-Saunier, Declune, 1960 et Véronique Rossi, Supplément à l’inventaire analytique des livres de bourgeoisie de Saint-Claude, 2e éd., Saint-Claude, Archives municipales, 1992.

112 Cf sur les aspects techniques de la fabrication du chapelet, planches I et II « Patenôtrier » in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 8, Paris, 1771.

113 Cf. Bernard Prost, « Note sur l’ancienne corporation des maîtres-sculpteurs de la ville de Saint-Claude », MSEJ, 3e série, 1er volume, 1880 (éd.), 1881, p. 323-338 ; AMSC, BB76, « Rôle des habitants, bourgeois et étrangers » de 1664, et « Rôle des religieux, religieuses, bourgeois et habitants, résidants et manants » de 1666 ; sur les recensements voir Jean Maurel, « La population de Saint-Claude d’après les dénombrements de l’Ancien Régime », Les Amis du Vieux Saint-Claude, no 28, 2005, p. 8-18.

114 AMSC, FF218, état des maisons du 30 mars 1763 et BB77, rôle des non-bourgeois de la ville de 1779.

115 Cf. Patricia Subirade, « Le commerce des articles de piété à Saint-Claude aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les Amis du Vieux Saint-Claude, no 30, 2008, p. 19-33 : carte sur la géographie urbaine du travail à Saint-Claude au XVIIIe siècle, p. 25.

116 Cf. P. Subirade, « Le commerce des articles de piété à Saint-Claude », art. cit., p. 25-26.

117 AMSC, HH20, fol. 1 v° et 2 r°, « Etat des arts et métiers qui se trouvent dans la ville de Saint-Claude », sans date, XVIIIe siècle.

118 Sentence prononcée par les échevins contre Claude Jeantet des Bouchoux le 28 juillet 1629, publiée dans L. Duparchy, « La justice criminelle », art. cit., p. 401-404.

119 AMSC, FF1, fol. 71 r°.

120 ADD, 1C 784 : « Etat pour constater le nombre d’habitants de chaque communauté du bailliage de Saint-Claude, leur commerce et industrie, la qualité du terroir et les productions », 11 juin 1744.

121 Cf. Jean-Marc Olivier, « Société rurale et industrialisation douce : Morez, 1780-1914 », Ruralia, no 3, 1998.

122 Cf. Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Economie globale d'Ancien régime. Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1996, p. 112-113 ; R. Beck, Unterfinning, op. cit., p. 339-360 et p. 372.

123 Cf. Franklin Mendels, « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de prespective », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 39e année, no 5, 1984, p. 977-1008, notamment p. 987.

124 Cf. Georges Gros, Le Courrier du 13 octobre 1962, cité par Marcel Grizey, « Les Rosset, sculpteurs et orfèvres au XVIIIe siècle », Nouvelle Revue franc-comtoise, no 16(3), 1977, p. 156.

125 Cf. G. Barbier, B. Gaulard, M.-L. Pierre, op. cit., p. 84-85 ; M. Grizey, art. cit., p. 154. Cf. sur la production de l’atelier Rosset, Patricia Subirade, l’étude et la transcription annotée de « La correspondance du sculpteur comtois du XVIIIe siècle Claude-Marie Galezot (des années 1730 aux années 1770), étude et transcription annotée » in Julien Lugand (éd.), Livres de raison et correspondances de sculpteurs au XVIIIe siècle, à paraître en 2016.

126 Gilbert Cousin de Nozeroy, Description de la Franche-Comté, (1552), éd. Achille Chéreau, Lons-le-Saunier, imprimerie de Gauthier frères, 1863, p. 51.

127 AMSC, dossier « Fabrication de chapelets » et cf. Roland Janod, « Au temps de Charles-Quint... Quand la Terre de Saint-Claude exportait vers le Nouveau Monde », Nouvelle Revue franc-comtoise no 78, janvier 1982, p. 106-107.

128 Cf. L. Fontaine, Le marché, op. cit., p. 102-103.

129 Cf. Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVe siècles, Paris, Auguste Picard, 1914, p. 186.

130 Cf. Pierre Deffontaines, « Petits nomades du Jura : les rouliers du Grandvaux », Annales de géographie, vol. 43, no 244, 1934, p. 421-427, en particulier p. 425.

131 ADD, 1C 784 ; Joseph-Romain Joly, 1779, p. 65-69.

132 Cf. Abbé Mermet, « Histoire de l’art de Saint-Claude depuis son origine », Annuaire du Jura, 1842, p. 325. Il serait intéressant d’analyser le commerce des chapelets sous l’angle d’une histoire interconnectée du commerce et de la consommation, les quantités de chapelets fabriquées en Europe pour les mondes extra-européens étant très importantes. Voir aussi plus haut sur l’origine des bois et de l’ivoire travaillés à Saint-Claude. Pour une approche de ce type concernant les produits exotiques en Europe du XVe au XVIIIe siècle, Natacha Coquery, « La diffusion des biens à l’époque moderne. Pour une histoire connectée de la consommation », Histoire urbaine, no 30, 2011-1, p. 3-20. Sur cette histoire économique qui rejoint l’histoire de la culture matérielle et des usages des objets, cf. Paula Finden, « Introduction », in Id., Early modern Things. Objects in motion, 1500-1800, Londres et New York, Routledge, 2013, p. 3-27. Sur la circulation marchande des chapelets, Saumur offre un point de comparaison : selon l’intendant de Tours Thomas Hue de Miromesnil il y a dans cette ville la « fabrique de chapelets, de bagues, de médailles et autres quincailleries, qu’on transporte en pays étrangers, tant pour Paris, Orléans, Lyon, Nantes, que pour l’Angleterre, la Hollande et la Flandre », Mémoire sur la généralité de Tours de 1698 publié par Paul Marchegay, Archives d'Anjou, t. 1, Angers, 1843, p. 46. Cf. aussi Jacques Savary, Le Parfait Négociant, Paris, Louis Billaine, 1673, livre second, chapitre 54, p. 136 : les chapelets pour les îles françaises d’Amérique partent des ports de Normandie.

133 AMSC, FF 218, recensement de 1763, maison no 481 : « Benoît Lionier de Gap en Dophiné marchand colporteur ».

134 Cf. Isabelle Brian, « Les pèlerins franc-comtois à Rome, 1671-1716 », in Philippe Boutry et Dominique Julia (éd.), Pèlerins etpèlerinages dans l'Europe moderne, op. cit, p. 307-326.

135 Cf. Paul Masson, Les compagnies de corail : étude historique sur le commerce de Marseille au XVIe siècle., Paris, Fontemoing, 1908, p. 117-121 : ces lettres sont conservées dans les registres de la chambre des comptes de Provence. La compagnie marseillaise, en concurrence avec les ateliers de Gênes, Livourne et Naples, exporte paternostri et gains de chapelets vers la péninsule ibérique et le Levant, en particulier Le Caire.

136 Cf. Michel Vernus, « La diffusion du petit livre de piété et de la bimbeloterie religieuses dans le Jura au XVIIIe siècle », Actes du 105e congrès national des sociétés savantes, Caen, 1980, section histoire moderne et contemporaine, t. 1, Paris, CTHS, p. 136 ; ADJ, 8B1548, inventaire des marchandises et biens du 5 août 1754.

137 Cf. L. Fontaine, Le marché, op. cit., p. 48-67. Partant de l’exemple de la Grèce antique où les « réunions commerçantes [étaient] liées aux fêtes religieuses, à Olympie, Delphes, Corinthe, et surtout Délos », l’auteure rappelle les liens entre pèlerinage et marché dans l’Europe médiévale et moderne.

138 AMSC, BB76, recensement de 1664. Il mentionne trois marchands de chapelets rue Neuve. Contrairement aux professions de sculpteur et tourneur, celle de mercier est plus rarement indiquée dans les recensements des XVIIe et XVIIIe siècles.

139 Cf M. Vernus, art. cit., p. 136. Pour une comparaison, voir Michel Delalonde, « Les petites marchandises pour pèlerins du Mont-Saint-Michel au XVIIIe siècle », Revue de l'Avranchin et du pays de Granville, 1933, 105e année, t.64, juin 1987, p. 109-122 : les objets vendus connus ici par des inventaires après décès des marchands du Mont qui ont souvent une double activité (aubergistes, chirurgien, boucher, pêcheur...) sont les mêmes que dans les autres lieux de pèlerinage.

140 Cf Gustave Duhem, Saint-Claude, vie et présence, Paris, Lethielleux, 1960, p. 147, évoque les confréries de saint Claude du XVIe au XVIIIe siècle. On peut y ajouter la confrérie de Paris : voir image de la confrérie non datée, Bibliothèque royale de Belgique, manuscrit 8287-8290, cliché de Bernard de Vregille, AMSC, non coté. D’autre part les pèlerins et les miraculés sont moins bien connus après l’ouvrage de Henri Boguet de 1612, op. cit. qui permet d’établir leur origine géographique : Comté, Auvergne, Lyon, Picardie, Flandre. Voir aussi pour les XVe et XVIe siècles, A. Bully, Entre réforme et mutations, op. cit., p. 598-599 ; pour le premier tiers du XVIIe siècle, Abbé Berthet, « Les voyages à Saint-Claude autrefois », Société d’Émulation du Jura. Tableau de l’activité de la Société de 1950 à 1954, 1954, p. 26-27. Au XVIIe siècle, le saint est un recours contre la guerre, la peste en Franche-Comté : voir Sylvain Pidoux de la Maduère, Saint Claude, évêque de Besançon et abbé de Condat, Paris, Apostolat des éditions, 1905, p. 119-120 ou AMB, BB71, fol. 94, projet du chapitre de visiter la châsse du saint pour faire cesser la peste.

141 Cf A. Cabantous, Entre fêtes et clochers, op. cit., p. 10 et p. 47.

142 Cf. S. Bully et K. Jeantelet, « Les fouilles archéologiques », art. cit., p. 41-56.

143 AMSC, BB6, « Édit » (règlement de police des échevins de Saint-Claude) du 27 juin 1552, fol. 21r°.

144 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 425.

145 AMSC, AMSC FF26(3), édits du 28 août 1696 et du 19 janvier 1697.

146 AMSC, Plan de la rue des Merceries et de Saint-Claude dressé par Gaspard Tournier, 1753, 87,5 x 73,5 cm.

147 Cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 421 et p. 766.

148 AMSC, FF 23 ; FF26(3) ; FF 26(3) ; FF23.

149 AMSC, BB6, fol. 20, règlement municipal sur le commerce de 1552 ; FF 19, édit du 24 mars 1735 compilant des édits antérieurs.

150 AMSC, BB 26(3), édit du 24 mars 1735, compilant des édits antérieurs.

151 Cf. Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris (éd.), de l’Atelier/éd. ouvrières, 1997, p. 120.

152 AMSC, BB 28, fol. 97.

153 AMSC, édit de police de janvier 1697, FF26(3).

154 Cf. A. Cabantous, Entre fêtes et clochers op. cit., p. 109 ; Jean Pontas, Dictionnaire de cas de conscience, 1741, t. 1, col. 1237-1250, cité par R. Beck, Histoire du dimanche, op. cit., p. 18.

155 AMSC, HH 16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, 21 janvier 1542, fol. 3 r°.

156 P. Martin, Les Chemins du sacré, op. cit., p. 279 : à Toul, les deux principales foires sont associées à des périodes de pèlerinage.

157 AMSC, HH16, charte de l’abbé Pierre de la Baume, 21 janvier 1542.

158 Cf. I. Brian, « Les pèlerins franc-comtois », art. cit., p. 324-325.

159 Cf. Michel Blondan, Les Bourgeois de Saint-Claude, XVe-XVIIe siècle, Cêtre, Besançon, 2004, p. 192.

160 AMSC, FF23, édit du 18 janvier 1765.

161 Cf. Dom Benoit, Histoire de l'abbaye, op. cit., t. 2, p. 425-427.

162 Cf. P. Martin, Pèlerins de Lorraine, op. cit., p. 146-147 ; Id., Les Chemins du sacré, op. cit., p. 280.

163 AMSC, FF 59.

164 AMSC, FF 60 copie des défenses par le chapitre contre la ville de 1741 et requête des chanoines contre la ville. La valeur de ces maisons et boutiques est estimée à 15 000 francs en 1694 : cf. Dom Benoit, Histoire de l’abbaye, op. cit., t. 2, p. 651. En 1654, les boutiques simples sont amodiées pour 6 ans moyennant 5 à 10 francs par an, celles accompagnées de maisons et de greniers pour neuf ans à raison de 50 francs : cf. Michel Blondan, Les Bourgeois de SaintClaude, op. cit., p. 209.

165 AMSC, DD 7(1) cahier des amodiations des boutiques de la rue des Merceries de 1643 à 1654 ; ADJ, 2 H 302.

166 Cf. P. Hersche, « Die Lustreise der kleinen Leute », art. cit., p. 326-327 ; Beat Kümin, « Sacred Church and worldly tavern », art. cit., p. 34-35.

167 Cf. G. Duhem, « Les anciennes auberges », art. cit., n.p.

168 Cf. Jacques Weber, « Les marchands du Temple », Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, no 17, 3e trimestre 1988, p. 17-22 ; Jean-Baptiste Thiers, Dissertation sur les porches des églises, Orléans, François Hotot, 1679 ; Factum pour M. Jean-Baptiste Thiers, deffendeur contre le chapitre de Chartres, s.l.n.d. (1680).

169 Cf. Olivier Zeller, « La ville moderne », in Jean-Luc Pinol (éd.), Histoire de l’Europe urbaine, t. 1, De l’Antiquité au XVIIIe siècle. Genèse des villes européennes, Paris, Le Seuil, 2003, p. 670-671.

170 L. Fontaine, Le Marché, op. cit., p. 48 et p. 102.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Le Saint Suaire de Besançon : broderie sur tissu issue d’un couvent bisontin XVIIe ou XVIIIe siècle (Archives départementales du Doubs, 21 Fi 1125).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2. – Image du Saint Suaire, papier, Besançon, chez Fanfarnau, cartier, vers 1780 (Archives départementales du Doubs, 21 Fi 30).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Carte 1. – La dissociation des lieux de commerce et de pèlerinage à Besançon à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 : Médaille de pèlerinage de Saint Claude, Archives municipales de Saint-Claude, fonds des Amis du Vieux Saint-Claude, C97-320 (© Amis du Vieux Saint-Claude, cl. Robert Le Pennec).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4 : Estampe de Saint Claude, chez la Veuve Joubert et Daudet, Paris, XVIIIe siècle, Archives municipales de Saint-Claude, fonds des Amis du Vieux Saint-Claude, C 96-152 (©Amis du Vieux Saint-Claude, cl. Robert Le Pennec).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5 : Saint Claude, sculpture en ronde-bosse, ivoire, atelier Rosset, deuxième moitié du XVIIIe siècle, h. 17,5 x l. 6,5 cm, Dole, Musée des Beaux-arts (© Musée des Beaux-Arts de Dole, cl. Jean-Loup Mathieu).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Carte 2. – L’industrie du chapelet dans la Terre de Saint-Claude aux XVIIe et XVIIIe siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Carte 3. – Espace commercial et espace sacré : l’enclos monastique de Saint-Claudeau début du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45351/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Prag en histoire moderne à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre de l’IHMC (Institut d’histoire moderne et contemporaine, UMR 8066, ENS, université de Paris 1). Terrains de recherche : histoire de la Franche-Comté, anthropologie religieuse (identité et confession), culture visuelle et histoire de l’art (XVIe-XVIIIe siècles) ; circulation des savoirs techniques et artistiques (XVIIe-XVIIIe siècles) ; for privé (XVIIIe siècle).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540