Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le continent théologique

 | 
Claude Langlois

Sixième partie. Théologie, féminin et genre

Chapitre XIX. Essai d’ego-histoire : du féminin dans le catholicisme contemporain1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1922, l’université de Salamanque, pour le 300e anniversaire de la canonisation de Thérèse d’Avila, déclarait celle-ci solennellement docteur à titre posthume. L’évêque d’Avila et les Carmes, sur cette lancée, sollicitèrent Pie XI pour qu’il la proclame aussi docteur de l’Église. Le pape, en 1923, s’y refusa tout en apportant une compensation à la famille carmélitaine, en déclarant, en 1926, Jean de la Croix docteur de l’Église. La raison invoquée pour justifier ce refus – obstat sexus – fut encore mise en avant dix ans plus tard, en 1933, quand le jésuite français Desbuquois, directeur de l’Action populaire et féministe convaincu, fit, pour Thérèse de Lisieux, en 1932, la même demande publique à laquelle adhérèrent nombre de personnalités catholiques. Ce double refus, au moment même où le pape faisait de Thérèse de Lisieux, récemment canonisée, la patronne des missions à l’égal de François Xavier2, invite à réfléchir à ce qui est donné comme une impossibilité insurmontable à un m...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540