Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Les partis : acteurs ou victimes de la bipolarisation politique

Évolution du service d'ordre gaulliste des années cinquante aux années soixante : quand la modernisation partidaire passe par la pacification militante

François Audigier

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la question de la violence militante constitue depuis une dizaine d'années un axe de la science politique (sous l'impulsion notamment d'Isabelle Sommier, Pierre Favre et Philippe Braud1), elle reste encore un terrain peu exploré de l'histoire politique française2. Des historiens se sont déjà penchés sur les manifestations (Danielle Tartakowsky ou Michel Pigenet3) ou sur la violence de la répression policière de ces mêmes manifestations (Alain Dewerpe ou Jean-Paul Brunet4) mais sans s'arrêter sur les services d'ordre (SO) des partis. Ces structures originales sont oubliées d'une histoire partidaire qui privilégie d'autres thématiques5. Paraissant secondaire par rapport au débat d'idées plus prestigieux ou même triviale quand elle semble se résumer à quelques échanges d'horions entre nervis avinés, la question du service d'ordre est négligée6. Or loin de représenter un angle mort de la recherche, l'étude des SO permet d'aborder indirectement la question plus fondamentale de la viol...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540