Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Les partis : acteurs ou victimes de la bipolarisation politique

La perception de l'élection présidentielle de 1965 dans la gauche non communiste

François Lafon

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Guy Mollet, pourtant acteur de premier plan lors du retour de Charles de Gaulle et éminent constituant de 1958, refusa de jouer le jeu de l'élection présidentielle de 1965 parce qu'il récusait le principe de la réforme de 1962. Pierre Mendès France se posa en homme du double refus tant de 1958 que de 1962. François Mitterrand, auteur du Coup d'État permanent, ramassa le flambeau de l'unité des gauches à la suite de sa candidature en 1965. Ce triple rappel illustre bien la complexité de la question ici traitée.

Nous débuterons la présente réflexion en examinant comment la volonté de G. Mollet de se poser en 1958 « à l'avant-garde de la Ve République », déboucha sur la rupture symbolisée par le refus de la réforme de 1962. Puis nous analyserons ce qui le conduisit, pour des raisons plus complexes que la seule volonté de contrôle de la SFIO, à soutenir F. Mitterrand après avoir sabordé la candidature de Gaston Defferre. C'est à travers ces analyses que se dégagera la perception de la ga...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540