Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les partis et la République

 | 
Gilles Richard
, 
Jacqueline Sainclivier

Première partie. Les partis : acteurs ou victimes de la bipolarisation politique

Heurs et malheurs du centrisme et des partis centristes entre deux Républiques 1956-1967

Sylvie Guillaume

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le paradoxe du centrisme est la distorsion entre la force de son influence et la faiblesse de ses expressions partisanes. Mal structurés, les partis centristes occupent difficilement un espace politique dans une France marquée par une longue tradition de culture de conflit et par le clivage droite-gauche1.

Cependant, sous la IVe République, fidèle à la tradition parlementaire, le centrisme ne manque pas d'atouts parce qu'il profite de la loi électorale de 1951 sur les apparentements. Le centrisme qui s'identifie aux familles libérale, démocrate-chrétienne et radicale fut une composante importante des majorités parlementaires de la IVe République. La situation lui fut plus difficile à partir de 1956 au moment où les positions se durcissent avec la poussée poujadiste et avec la guerre d'Algérie. Mais le centrisme ne fut pas exclu lors de l'avènement de la Ve République et crut dans un premier temps pouvoir faire alliance avec le gaullisme. En ce sens l'année 1962 fut un tournant dans l...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540