Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centre international de l'enfance (1949-1997)

 | 
Yves Denéchère
, 
Patrice Marcilloux

Conclusion

Yves Denéchère et Patrice Marcilloux

Texte intégral

1Histoire et mémoire. C’est sous ce double signe que cette publication, comme l’action de recherche dont elle découle, ont été tout entières placées : prendre en compte la mémoire, faire connaître et exploiter les archives, collecter des sources orales, aller vers l’histoire, ce qui supposait d’identifier des problématiques, de définir des chantiers, de cerner des objets. En cette fin de parcours, certes temporaire et provisoire, quel bilan tirer ? Quels acquis, quelles pistes ?

2Le terrain de la mémoire, souvent mouvant et labile, se révèle ici à la fois complexe et signifiant. Le contraste entre une mémoire bien vivace, voire militante, mais restreinte à quelques anciens, et une mémoire collective inexistante est à lui seul porteur d’enseignements. On savait les anciens du CIE mobilisés pour perpétuer et défendre le souvenir d’une institution sans doute attachante par bien des côtés, à commencer par un état d’esprit fait d’ouverture sociale et humaine. Face à cette mémoire vigoureuse mais groupale, la mémoire collective se révèle inexistante ou quasi-absente. Et pourtant, l’importance de l’institution, en nombre de personnels formés, en termes de rayonnement international, de construction de politiques publiques, d’acquis de recherche d’application aussi quotidienne que la croissance normale des enfants ou les calendriers vaccinaux, a été démontrée à longueur d’interventions. Des millions de Français possèdent un carnet de santé avec des courbes de croissance où l’on peut lire encore aujourd’hui : « Tracés établis à partir des données de l’étude séquentielle française de la croissance CIE-INSERM. (M. Sempé) », mais qui connaît le CIE ? Et l’image du centre a-t-elle jamais été autre que confidentielle en France, limitée aux cercles spécialisés ?

  • 1 Bibli. univ. Angers, 1 CIDEF 01.

3Cette distorsion mémorielle est l’indice d’une institution au rôle d’interface et aux missions plurielles : « Difficulté pour le CIE de se doter d’une identité claire, d’objectifs stratégiques cohérents et adaptables à l’évolution des besoins, ainsi que d’une unité d’action » note une mission d’inspection générale interministérielle en 1996, certes dans une période de forte crise. Ce décalage doit être en tout cas relevé. Fondation reconnue d’utilité publique, personne morale de droit privé donc, le CIE aime pourtant à se dire « créé par le Gouvernement français par décret du 10 novembre 1949 », formulation juridiquement imparfaite. Comment se vit-il lui-même ? Comme un organisme d’État, comme une structure privée contrôlée par l’État, comme un organisme international de droit français ? L’étude attentive des discussions et tractations préliminaires aux trois modifications statutaires intervenues entre 1949 et 1970, comme d’un assez fascinant dossier issu d’un processus de consultation interne sur le projet de renouvellement du logo de l’institution en 19911 apporteraient des éléments de réponse.

4Sur le terrain mieux assuré de l’histoire, quelques certitudes se dégagent, tandis que des questionnements peuvent être formulés. Et d’abord, la chronologie reprend ses droits. Les témoignages, inévitablement générationnels, ont tendance à geler l’apparence du CIE et à gommer les aspérités du temps et des mutations. En près de quarante années d’histoire, le CIE évolue forcément, mais sait-il, ou peut-il, s’adapter à un contexte radicalement différent ? La première remarque qui s’impose ici est celle d’une institution profondément et durablement marquée par les circonstances de sa création, celles d’une France d’après-guerre soucieuse de reprendre son rang dans le concert des nations et, en premier lieu, de demeurer une référence au sein de son propre empire colonial. Que les sujets de l’empire soient vaccinés par des médecins français est alors un impératif aisément partagé dans les sphères ministérielles tandis que l’affirmation des capacités de la médecine française à dire sa singularité au monde est un enjeu de puissance facile à transmettre. Le concept de diplomatie médicale, certes forgé pour des époques plus contemporaines, ne paraît pas déplacé. Il convient en tout cas à la personnalité de Robert Debré qui ne cesse d’invoquer dans sa correspondance avec les autorités gouvernementales françaises la place de la France, la défense de la langue française, la spécificité des conceptions françaises, les menaces et tentations hégémoniques du monde anglo-saxon aussi.

5Sans doute la longue présence de Robert Debré contribue-t-elle, dans un premier temps du moins, à amortir l’impact des évolutions : la figure tutélaire du fondateur, l’efficacité de ses réseaux et sa capacité d’intervention au sein des milieux dirigeants suffisent longtemps, jusqu’à son décès survenu en 1978, à dissiper une incompréhension administrative, à contourner un refus, à surmonter un déficit budgétaire. Elle ne peut masquer la force des changements radicaux qui modifient en profondeur le cadre d’action du CIE dès la fin des années 1970 et sonnent pour lui comme un défi, posant crûment la question de sa survie. Sans parler des terrains proprement diplomatiques ou géostratégiques (décolonisation, détente, réorientation des organismes internationaux), l’environnement immédiat du centre, y compris français, connaît des bouleversements qui remettent en cause son positionnement et la définition de ses missions. Trois directions principales nous semblent devoir être évoquées : elles constituent trois axes de recherches futures.

6L’émergence et la diffusion du concept même d’action humanitaire, le devenir du système humanitaire mondial dans les années 1970, l’apparition d’acteurs nouveaux comme les organisations non gouvernementales, la globalisation de leur gouvernance, la médiatisation de leur action, notamment dans les cas d’urgence, toutes ces transformations, dont l’importance ne saurait être mésestimée, déséquilibrent le CIE, formulent différemment les questions de santé publique et donc appellent de nouvelles façons de les théoriser, de les penser et de les enseigner. Les politiques de vaccination en sont un bon exemple. S’il est bien certain que le CIE ne se pense pas initialement comme un acteur de la vaccination de masse mais plutôt comme un opérateur de recherche appliquée sur les techniques de vaccination et leur standardisation, les calendriers ou les conditions optimales de vaccination, les capacités immunitaires des enfants dénutris, il n’en prend pas moins en charge des campagnes de vaccination au Maroc, en Tunisie et en Algérie entre 1949 et 1952. Mais dès lors, que pèsent ces quelque deux millions de doses anti-tuberculiniques administrées en Afrique du Nord, quelle signification leur donner et quelle réception en attendre alors même que l’OMS commence, par exemple, à élaborer le programme d’éradication mondiale de la variole (1958) ?

7En France même, il conviendrait de mesurer l’impact sur l’histoire du CIE du développement de toute une série de politiques publiques de l’enfance. À la lisière du social et du médical, la politique de protection maternelle et infantile entre forcément en résonance avec les centres d’intérêt du CIE. Résonance ou concurrence ? Définie en 1945, généralisée en 1964, rénovée dans les années 1970, la PMI bénéficie-t-elle de la capacité d’expertise et de formation du CIE ou s’en passe-t-elle largement ? L’ignorance réciproque ou le cloisonnement excessif ne signifient-ils pas pour le CIE une forme de dangereuse marginalisation dans des systèmes administratifs à la fois thématiquement proches et, par bien des côtés, stratégiques en termes relationnels et d’influence ?

8En France toujours, la structuration administrative de la recherche est un autre phénomène marquant de la période, qui ne peut manquer d’adresser au CIE des injonctions évolutives. Dans un premier temps, le CIE tire sans doute une partie de sa force non seulement de la diversité disciplinaire de ses membres (médecins de toute spécialité, anthropologues, sociologues, économistes, démographes, psychologues, ingénieurs, juristes, documentalistes…), mais encore d’une accueillante et stimulante hétérogénéité statutaire. On peine même à se faire une idée précise du nombre de salariés du CIE tant il joue un rôle de plaque tournante pour toute une série d’agents temporaires, boursiers, allocataires de toute sorte, contractuels, personnels mixtes ou partagés. Qu’en advient-il lorsque les organismes de recherche publics s’affirment, à commencer par l’INSERM à partir de 1964. Un Eugène Aujaleu, premier directeur général de la Santé et premier directeur général de l’INSERM, en même temps que membre puis président du conseil d’administration du CIE paraît symboliser une paisible synergie jusqu’à la fin des années 1970. Mais après ? La proximité peut devenir un handicap et l’inclassable alimenter l’agacement, le procès en légitimité, voire le soupçon du para-administratif.

9Sur tous ces sujets, les anciens du CIE ont sans doute le sentiment que le centre a été précurseur. L’originalité des activités du centre est certaine. La difficulté est de la saisir dans sa juste temporalité. On retrouve cette interrogation sur la véritable nature de l’action du centre, émetteur ou relais, sur trois autres champs au moins, qui mériteraient une analyse approfondie.

  • 2 Bibl. univ. Angers, 4 CIDEF 35.

10Sur le plan pédagogique, le CIE jouit certainement d’un avantage concurrentiel de dimension stratégique, qui s’émousse avec le temps. Promouvant toutes, ou presque, une approche globale de la santé de l’enfant, à la charnière de la médecine, du social, de l’éducatif et du judiciaire, les formations du CIE ont la grande force de s’appuyer sur une pédagogie innovante. S’adressant à des professionnels déjà en exercice, elle privilégie nettement le participatif, les ateliers, le travail en groupes ou par projet. Le diagnostic communautaire d’un problème de santé est l’exercice phare de cette approche pédagogique. Il s’agit pour des stagiaires d’interroger, en groupe, tous les acteurs et usagers d’une question de santé, d’en faire la synthèse et de construire collectivement des préconisations. Une vidéocassette conservée dans le fonds angevin du CIE montre un groupe de stagiaires, principalement étrangers, gagner Roubaix pour y étudier le recours abusif aux services d’urgence, « thème correspondant à une préoccupation exprimée par la population de Roubaix lors d’une enquête antérieure2 ». Les intertitres qui structurent le début du film confirment bien les ressorts d’une démarche pédagogique active et contractuelle : « Pour un exercice méthodologique sur l’approche communautaire d’un problème de santé » ; « Définir le problème en déterminant sa signification et son importance pour la population » ; « Proposer des solutions à partir des données recueillies et des suggestions exprimées non seulement par les professionnels de la santé mais aussi par la population ». Originale en 1950, cette pédagogie par projet l’est sans doute moins dans les années 1990, tandis que, plus sûrement encore, le refus têtu de la langue anglaise limite l’aire de recrutement de ces formations et achève de donner un ton très défense de la francophonie à l’institution.

  • 3 Manciaux M. et Deschamps J.-P., La santé de la mère et de l’enfant, Paris, Flammarion, 1978, p. 31
  • 4 Bibl. univ. Angers, 4 CIDEF 40.

11Le concept de santé communautaire est comme la marque de fabrique du CIE. Si la quasi-totalité des actions du CIE relèvent bien de la santé publique ou de la médecine préventive, ces expressions sont peu présentes dans la production écrite du centre où elles font volontiers place à celles « d’approche communautaire d’un problème de santé » ou de « santé communautaire ». Les spécialistes auront reconnu des manières de voir et de faire proclamées notamment par la conférence d’Alma-Ata en 1978. Sur ce terrain comme sur d’autres, quel est le rôle du CIE : suiveur ou émetteur ? Son apport consiste-t-il seulement dans une accentuation de la dimension participative, revendiquée de belle manière par Michel Manciaux : « La santé communautaire implique une réelle participation de la communauté à l’amélioration de sa santé : réflexion sur les besoins, les priorités ; mise en place, gestion et évaluation des activités. Il y a santé communautaire quand les membres d’une collectivité, géographique ou sociale, réfléchissent en commun sur leurs problèmes de santé, expriment des besoins prioritaires et participent activement à la mise en place et au déroulement des activités les plus aptes à répondre à ces priorités3. » Il est certain en tout cas que cette notion trouve un terrain favorable au CIE où l’on aime relativiser le rôle des médecins et proclamer que la santé est une chose trop sérieuse pour être confiée aux seuls médecins. La présence dans le fonds d’archives du CIE de plusieurs vidéos consacrées à des approches communautaires de santé est un indicateur en soi. La vidéo Mafeyaka, vous avez la parole…, numéro de la série Santé communautaire consacré à Mafeya, village du Mali, est tout à fait typique (19884). Les propos introductifs en voix-off(« ce document n’est pas un reportage », « il n’est qu’une tentative », « réalisé avec l’aide des habitants », « prendre en compte les idées et perceptions que la population a de la santé, de la maladie et des habitudes de soin et de prévention »), les paroles initiales de la sage-femme, Mme Traoré Fatime Touré (« vous qui vivez ici, vous connaissez mieux que quiconque les maladies dont souffrent vos enfants », « je ne peux en parler à votre place », « c’est à vous d’exprimer vos besoins », « nous échangerons nos idées sur le problème de santé que vous aurez identifié »), son animation des débats (« je retiens que c’est du paludisme que vous souhaitiez que nous parlions », « je propose que nous désignions un groupe de villageois pour qu’ensemble nous discutions de ce problème », « nous échangerons nos idées et nos connaissances », « est-ce que vous voulez bien en parler ? », « qui me donne son opinion ? », « c’est bien, c’est votre opinion »), sa manière d’introduire des conclusions partielles (« chaque jour, l’oreille va à l’école, j’ai appris de vous beaucoup de choses que j’ignorais, je me dois à mon tour de vous apporter mes connaissances »), tout est fait, dit et pensé pour respecter les croyances de la population et obtenir sa réelle adhésion.

12L’importance accordée à la documentation paraîtra sans doute moins fondamentale aux yeux des historiens de la médecine ou de l’enfance. Elle est pourtant centrale et, d’une certaine manière, parfaitement en cohérence avec les objectifs des fondateurs du centre. Il est tout à fait significatif que les promoteurs de l’ouvrage Centre international de l’enfance, le château de Longchamp aient choisi d’y consacrer tout un chapitre et quelque 25 longues pages. Se pensant avant tout comme un lieu de référence et de ressources, il est normal, en des temps où la documentation est perçue comme un outil incontournable de modernisation, de rationalisation et de progrès, que le CIE y consacre des moyens et de l’énergie. C’est bien dans cet environnement conceptuel qu’il convient de situer les publications du CIE qui ont toutes une dimension de mise à disposition et de diffusion de l’information, scientifique ou bibliographique. C’est d’ailleurs dans le secteur de la documentation que le CIE prend ses initiatives les plus ouvertement techniquement modernes, avec une informatisation du catalogue, une base de données bibliographiques et la commercialisation de CD-ROM, une de ses rares sources de revenu.

13Bien d’autres champs de recherche se dessinent encore, comme par exemple la prosopographie des dirigeants, marqués par un effacement progressif des médecins au profit des administratifs, et surtout des élèves ou stagiaires, véritable porte ouverte sur les cadres de santé publique de nombre de pays pendant plusieurs générations. Les spécificités du CIE, sa situation, comme en confluence, qui, historiquement, finissent par signifier sa perte, font aujourd’hui tout l’intérêt de son histoire et tout le potentiel heuristique de ses archives, désormais à l’entière disposition des historiens.

Notes

1 Bibli. univ. Angers, 1 CIDEF 01.

2 Bibl. univ. Angers, 4 CIDEF 35.

3 Manciaux M. et Deschamps J.-P., La santé de la mère et de l’enfant, Paris, Flammarion, 1978, p. 31.

4 Bibl. univ. Angers, 4 CIDEF 40.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Angers et directeur-adjoint de l’UMR CNRS 6258 CERHIO (Centre de recherche historique de l’Ouest). Il coordonne le programme de recherche pluridisciplinaire EnJeu[x] « Enfance et Jeunesse ». Ses travaux croisent les champs des relations internationales, de l’enfance, de l’humanitaire et du genre, notamment dans l’espace de la cause des enfants au XXe siècle. Il a publié notamment : Des enfants venus de loin. Histoire de l’adoption internationale en France (Armand Colin, 2011) et, avec D. Niget, Droits des enfants au XXe siècle. Pour une histoire transnationale (PUR, 2015). Ses recherches actuelles portent sur le Centre international de l’enfance, les parrainages humanitaires transnationaux d’enfants et les enjeux de l’enfance et de la jeunesse dans l’Algérie en guerre.
Archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine de 1993 à 2013, a dirigé les archives départementales de l’Aisne, du Pas-de-Calais et du Loiret, avant d’être nommé maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers en 2005, puis professeur en 2013. Il y assume la responsabilité pédagogique de la licence professionnelle traitement et gestion des archives et des bibliothèques. Membre de l’UMR 6258 CERHIO (équipe ALMA, archives, livres, manuscrits et autres supports de l’information), ses sujets de recherche actuels portent sur les formes nouvelles de la demande sociale d’archives. Il a notamment publié Les ego-archives, traces documentaires et recherche de soi (Presses universitaires de Rennes, 2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540