Version classiqueVersion mobile

Le Centre international de l'enfance (1949-1997)

 | 
Yves Denéchère
, 
Patrice Marcilloux

Première partie. Matériaux

Grand témoin. Michel Manciaux, directeur général du Centre international de l’enfance de 1974 à 1983

Entretien avec David Niget et Angélique Martin

Texte intégral

1Entretiens collectés par David Niget avec le concours d’Angélique Martin (master 2 histoire des régulations sociales) en deux temps. Avec Angélique Martin, nous avons rencontré Michel Manciaux une première fois à Paris, le 13 décembre 2012. Puis, il a participé à la journée d’étude consacrée à l’histoire du CIE, à Angers, le 6 juin 2014. Lors de cette journée, M. Manciaux s’est prêté à un second entretien avec moi, plus spécifiquement centré sur son action en tant que directeur du CIE. Qu’il soit remercié pour sa disponibilité et sa bienveillance.

Origines et vocation

Qu’est-ce qui fait une vocation médicale, et plus particulièrement pédiatrique ?

Dans mon enfance je n’avais aucun contact avec la médecine. Mais ma vocation médicale et peut-être pédiatrique est venue d’une expérience personnelle. J’ai été opéré, à l’âge de sept ans, pour un phlegmon de l’aine. Cela se passait pendant la guerre, et il n’y avait pas de moyens de traitement très efficaces. Alors j’avais fait un impétigo, cela s’est compliqué d’un phlegmon de l’aine. Et le médecin local m’a incisé. J’avais une frousse bleue, bien sûr, devant le bistouri. Mes parents me tenaient pour que je ne bouge pas et puis j’ai été soulagé. Quand on a un abcès assez massif, on vit avec une tension très douloureuse et le bistouri libère le pus et c’est une libération immédiate, ce n’est pas la guérison mais c’est vraiment… Et j’ai été tellement reconnaissant envers ce médecin que ma vocation médicale est partie de là, rien ne m’y prédisposait.

Une sorte d’émerveillement enfantin face à la capacité à soulager la douleur…

Oui et puis un modèle, ce médecin. Et j’en ai parlé à mon instituteur, qui était un homme remarquable aussi. Il m’avait demandé un jour : « Qu’est-ce que tu voudrais faire plus tard ? » J’étais bon élève, c’était une question qui pouvait se poser. J’habitais dans le haut du bassin minier et on avait une gare de triage assez importante, et les jeunes rentraient au dépôt des chemins de fer pour y faire carrière. Moi, cela ne me tentait pas du tout. Mon père était bureaucrate à la Compagnie des chemins de fer de l’Est, et donc quand j’ai dit à M. Dufour, cet instituteur dont je n’ai pas oublié la mémoire, que j’aimerais être médecin mais que je concevais bien que d’origine modeste, loin de tout, ce n’était pas donné, il m’a encouragé. Il en a parlé à mes parents.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez fait le choix d’une carrière consacrée à l’enfance ? Quelles étaient vos motivations ?

  • 1 Nathan Neimann (1906-1992) est médecin des hôpitaux en 1946 et collaborateur principal de la chaire (...)

Peut-être que mon premier contact avec la pédiatrie, au tout début de mes études de médecine, a été porteur. Le professeur de pédiatrie à l’époque [à l’université de Nancy], qui s’appelait Nathan Neimann1, était un homme d’une très grande richesse intellectuelle mais aussi spirituelle. Un professeur hors du commun ; c’est cela qui m’a attiré chez lui. Et puis, j’ai fait des stages d’interne dans d’autres services mais très vite j’ai été attiré vers une carrière pédiatrique.

Comment caractériser la pédiatrie à l’époque ?

J’ai connu la pédiatrie à une période où on mourait encore beaucoup, dans l’hôpital d’enfants, de maladies, surtout chez les très jeunes enfants. On était confronté à la mort de jeunes enfants. On ne faisait rien quand il y avait des cancers chez les enfants. On était assez démuni au point de vue thérapeutique. J’ai vécu une période extraordinaire de développement de la pédiatrie en matière de précision des diagnostics et de moyens thérapeutiques. Je me suis intéressé aux enfants qui avaient des situations chroniques, j’ai eu la chance de pouvoir les suivre dans la durée. Ils revenaient en consultation périodiquement et c’est comme cela que j’ai découvert la résilience, d’ailleurs parce que j’ai vu des enfants qui étaient drôlement handicapés au départ et qui faisaient un parcours tout à fait inattendu, positif.

Il y avait donc, en pédiatrie, une dimension éducative dans l’idée d’accompagner ?

Oui certes, et de libérer des contraintes de leur maladie. Un jeune diabétique, on va lui apprendre à se soigner lui-même. Ce sont des maladies qui durent jusqu’à la mort, pour certaines d’entre-elles. Donc il est bon qu’on arme la famille mais aussi les enfants de moyens de prise en charge pour être aussi normaux que possible malgré ce handicap. Et j’ai vécu cette période où cela devenait possible avec les progrès thérapeutiques, avec les progrès des connaissances aussi. Pour les enfants victimes de sévices, le suivi s’imposait pour les protéger c’est sûr, et les droits de l’enfant étaient sous-jacents, si je puis dire.

Et comment définir, alors, la pédiatrie sociale ?

J’ai passé une agrégation qui s’appelait « pédiatrie et génétique ». La génétique commençait à être en plein développement aussi, mais cela ne m’intéressait pas tellement. Je dois dire que familialement, par mes parents, j’avais été, très tôt, orienté vers les problèmes de société. J’étais d’une famille modeste, personne n’avait fait d’études universitaires avant moi. Et quand j’ai dû prendre un intitulé pour ma fonction, après mon agrégation, j’ai tenu à ce que cela soit « pédiatrie préventive et sociale ». Cet intitulé, je ne l’ai pas inventé, mais ce n’était pas courant. Je connaissais quelques pédiatres sociaux ; il y avait un professeur de pédiatrie sociale aux Enfants malades à Paris, mais ce n’était pas attirant comme carrière.

Mais il y avait tout de même un certain prestige du pédiatre à l’époque ?

  • 2 Robert Debré (1882-1978), médecin, un des fondateurs de la pédiatrie moderne, président de l’Instit (...)

Le prestige était grand parce qu’on a eu des grands pédiatres, le professeur Robert Debré2, par exemple, qui a été quelqu’un qui a fait beaucoup pour la pédiatrie. Mon patron, Nathan Neimann, qui était beaucoup plus modeste, était quand même reconnu au plan national comme un pédiatre orienté vers les problèmes sociaux. Cela correspondait à ce que je voulais faire en tant que médecin. J’ai été dans des services d’adultes où cela n’était pas aussi nettement identifié et je suis resté sur ma vocation pédiatrique mais sociale. C’est pour cela aussi que j’ai fait une carrière internationale d’abord à l’OMS puis ensuite au CIE.

Pourrait-on dire qu’il y avait une dimension politique dans le rôle du médecin à l’époque ?

  • 3 Jacques Parisot (1882-1967), médecin, initiateur de la médecine préventive et sociale en France, di (...)

Oui. Il y a toujours eu une dimension politique quand on réfléchit à la pratique de la médecine, que ce soit la médecine courante, ou que ce soit de la médecine hospitalière, mais il est clair que la dimension politique était beaucoup plus importante pour des malades chroniques ou bien la dimension juridique, pour les cas de sévices. On était d’emblée en travail interdisciplinaire, ce qui n’était pas le cas pour toutes les disciplines médicales. En réalité, Nancy a une très grande expérience de médecine sociale depuis les lendemains de la guerre de 1870. On a toujours été ravagés par les guerres en Lorraine et, vraiment, dès la fin du XIXe siècle, la médecine sociale était une caractéristique de la faculté de médecine de Nancy. Au XXe siècle, le grand nom de la faculté a été le professeur Parisot3 qui a été un des fondateurs de l’OMS alors vous voyez la filiation, la filière.

Un engagement en faveur des droits de l’enfant

Pensez-vous qu’il y ait une approche médicale des droits de l’enfant ?

  • 4 20 novembre 1989 : adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant par l’ONU.
  • 5 Circulaire du 29 janvier 1983 qui favorise l’intégration scolaire des enfants handicapés.

Je ne dirais pas une approche médicale, je dirais une approche de santé publique. La Déclaration universelle des droits de l’homme parle de la dignité inaliénable de toutes personnes humaines et je m’occupais de personnes humaines qui étaient handicapées, si je puis dire, de personnes qui avaient des problèmes, là encore l’influence de Nancy a été positive. Très tôt, je me suis intéressé aux droits des enfants, avant même la Convention internationale4. Et je voyais bien que, pour la scolarité par exemple, les enfants handicapés dont je m’occupais avaient de grosses difficultés. Quand vous êtes un jeune cardiaque, un jeune diabétique, un jeune épileptique à l’école ce n’est pas évident et j’ai été assez en avance pour étudier la scolarité des enfants handicapés. J’étais pédiatre consultant dans un centre créé par la Sécurité sociale – encore la vocation sociale de la Lorraine –, pour les enfants handicapés où il y avait une école, et même ensuite un lycée dans les bâtiments même du centre de réadaptation. J’ai fait faire des thèses sur les différents aspects de la scolarisation dans différentes maladies, leurs problèmes spécifiques vis-à-vis de l’école. Nous avons a été les premiers en France à faire paraître des documents sur la scolarité des enfants handicapés. La circulaire de 19835 a repris beaucoup de nos conclusions. On a fait d’ailleurs avec quelques-uns un livre pionnier qui s’appelait L’enfant handicapé et l’école.

Considérez-vous que votre engagement pour les droits de l’enfant soit de l’ordre d’une cause ?

Je l’ai vécu très timidement, au ras des pâquerettes, si je puis dire, et concrètement. Et puis, il y a eu à Nancy un gros travail sur les personnes handicapées. On a mis en route un groupe de réflexion sur les droits et devoirs des personnes handicapées. On avait fait appel à moi pour parler plus spécifiquement des enfants et des droits des enfants et donc assez tôt, on a produit ce document sur les Droits et devoirs des personnes handicapées qui a été une charte qui a précédé de nombreuses années la Convention sur les droits de l’enfant ou les conventions sur les personnes en difficulté.

À l’époque de la guerre froide, vous avez pas mal voyagé dans les pays de l’Europe de l’Est. Que pouvez-vous nous dire à propos de la vision que ces pays avaient des droits de l’enfant ? Est-ce qu’il y avait une certaine vision socialiste des droits de l’enfant ?

C’était très variable. J’ai eu beaucoup de contacts avec des pédiatres des pays de l’Est. Chez certains, ces contacts ont pris un tour amical et dans le secret, si je puis dire, j’ai abordé des problèmes vraiment très prégnants sur le sort des enfants dans les démocraties populaires. En Roumanie, par exemple, les médecins et les pédiatres que j’ai rencontrés, étaient, pour la plupart, sensibilisés au sort des enfants. En URSS, non. J’y suis allé rarement d’ailleurs. Mais par le Centre international de l’enfance, auxquels les pays de l’Est envoyaient volontiers au cours de pédiatrie sociale des ressortissants (certes triés sur le volet), on abordait ces problèmes. Il y avait un certain répondant, mais on avait l’impression que ces prises de positions intéressantes au niveau individuel ou de petits groupes n’avaient aucun retentissement en santé publique. Néanmoins, cela les confortait quand on en parlait ou bien quand on les formait là-dessus à Paris, cela les confortait dans cette dimension-là mais ils ne pouvaient pas la développer dans les conditions de leur travail quotidien. Après la Perestroïka, il y a eu beaucoup d’ouverture et on a créé, à l’époque, un club de pédiatrie sociale, qui se réunissait d’ailleurs souvent au CIE. Ce club a fait beaucoup pour rattraper le temps perdu dans ces pays.

Est-ce que cela a du sens de dire qu’il existe un « enfant du monde », une enfance du monde ? Parce que c’est quelque chose qu’on retrouve dans les écrits, y compris les vôtres ; militer ou agir pour l’enfant du monde, sachant que les conditions de vie sont extrêmement différentes.

  • 6 Donald Court (1912-1994), pédiatre britannique.

C’est une réalité mais une réalité complexe parce que les facteurs culturels, la façon d’élever les enfants, de les faire d’abord et puis de les élever est tellement marquée par les cultures. J’aime bien citer deux travaux britanniques qui ont été faits à la même période, dans les années 1970 justement ou 1980. Il y avait eu un rapport du National Children’s Bureau qui étudiait donc le sort des enfants et qui parlait de certains enfants sous le titre de « Born to fail », « né pour échouer » et la même année Sir Donald Court6, qui était un pédiatre très renommé, avait sorti un rapport qui s’appelait « Fit for the future ». Je trouve que les deux qui étaient concomitants, cernaient bien la réalité et que le problème était posé : comment faire pour que les « Born to fail » puissent devenir les « Fit for the future ». Et j’ai pas mal travaillé là-dessus, si bien qu’on m’a demandé de préfacer le premier traité britannique de pédiatrie sociale. Histoire de la pédiatrie sociale, en anglais, le livre est paru en 1995 mais la réflexion et le travail en commun avec les Britanniques avait commencé bien avant. J’ai eu cette chance vraiment d’une vie internationale très riche, avec des gens très brillants qui travaillaient en Angleterre ou aux États-Unis dans des conditions favorables et puis des pauvres gens, tout aussi brillants, potentiellement en tout cas, que mes amis aisés, qui se battaient contre vents et marées dans des pays où la liberté était quelque chose de dangereux.

Un rôle dans les institutions internationales

Quelles sont les origines de votre carrière internationale ?

  • 7 Eugène Aujaleu (1903-1990), médecin, directeur de l’Hygiène sociale au ministère de la Santé publiq (...)

J’ai été contemporain d’un certain nombre de tournants dont certains m’ont entraîné. Cela a commencé avec ma première expérience internationale. Vous vous rappelez sans doute de la thalidomide, ce poison des femmes enceintes si on peut dire, qui coûtait très cher à leurs nourrissons, nouveaunés, avec des amputations de membres épouvantables et qui a sévi dans les années 1950 en particulier en Suède, au Danemark, en Europe de l’Est en faisant des milliers d’handicapés. Le professeur Aujaleu7, qui connaissait bien Nancy, m’a demandé un jour si je ne voulais pas aller voir les pays nordiques, parce que touchés par cette épidémie, ils avaient beaucoup mieux résisté que les pays plus riches, qui se sont laissé abattre sans grand combat. Comme je m’occupais à la clinique médicale infantile des enfants malades chroniques et des enfants handicapés, je ne pouvais dire que oui à cette proposition. Alors pour le Conseil de l’Europe, j’ai fait une mission de six mois en Suède, trois mois au Danemark pour voir ce qu’il s’y passait et comment on traitait en général les enfants atteints de handicap grave. J’ai pu apprécier le réalisme et la solidarité de ces pays, leur désir, véritablement de venir à bout des défis qui se présentaient et je suis revenu plein d’usages, et raison peut-être, à Nancy. J’ai fait un rapport pour le Conseil de l’Europe. Mes collègues nancéens en ont été bien sûr destinataires. Cela a été ma première touche internationale et j’ai compris à cette occasion l’importance de la coopération internationale. Ce que j’ai ramené du Danemark a pu servir à un certain nombre d’enfants en matière d’appareillage en particulier, en matière de prise en charge sociale, d’adaptation des locaux… J’ai ensuite repris mes études et mes fonctions d’interne en pédiatrie.

  • 8 Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l (...)

Comme interne en pédiatrie, j’ai connu assez vite le Centre international de l’enfance par l’intermédiaire de Nathalie Masse8. Les cours de pédiatrie sociale dispensés par le CIE comportaient des voyages en province. Les liens ambivalents entre les professeurs Debré et Parisot, géants de la santé publique, ont fait que Nathalie Masse, la directrice des enseignements du centre, a décidé que les cours de pédiatrie sociale, qui devaient comprendre des voyages en province pour ne pas rester uniquement sur les problématiques parisiennes, pourraient venir à Nancy. C’est à moi qu’elle s’est adressée pour préparer à Nancy, une semaine de visite, de cours, d’enseignements, de discussions avec les boursiers et on voyait arriver chaque année au mois de mai ou de juin 40 personnes et leurs accompagnants, de plusieurs pays et cela m’a plongé dans l’international.

Comment êtes-vous entré à l’Organisation mondiale de la santé ?

  • 9 Alfred Eberwein, membre du bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

Cela a été une surprise, liée au Centre international de l’enfance. Le CIE avait lancé au début des années 1960, une enquête sur les enfants handicapés en France et dans d’autres pays. J’avais été chargé par Nathalie Masse de coordonner cette enquête en Lorraine. Ensuite, j’ai fait avec elle le rapport au niveau français. Il y avait d’autres régions françaises qui avaient fait le boulot, et il y a eu une réunion à Copenhague où Nathalie Masse devait aller présenter le résultat de cette enquête mais elle a eu un empêchement. Elle m’a téléphoné en me disant « est-ce que vous pouvez y aller ? ». Comme j’avais travaillé à la synthèse nationale, je pouvais. Alors j’y suis allé, c’était une réunion intéressante. J’ai été marqué par la personnalité du docteur Eberwein9, qui était l’organisateur de cette réunion. C’était un fonctionnaire de l’OMS qui coiffait un certain nombre de secteurs dont le secteur enfance et le secteur handicap. La réunion s’est bien passée et un an après, je reçois un coup de téléphone de ce docteur Eberwein, qui me dit « le poste de fonctionnaire international pour la santé mère-enfant est vacant, on a pensé à vous comme un des candidats possibles, pouvez-vous venir à Copenhague pour qu’on en discute ? ». Je suis allé à Copenhague, on en a discuté, pas de nouvelles et six mois après – il faut du temps à l’OMS –, je reçois un courrier très officiel disant que ma candidature avait été retenue.

Est-ce que vous savez si ces choix-là étaient diplomatiques ou pas, ou si c’était vraiment d’après les liens professionnels que les choses se faisaient ?

Non, parce que le docteur Eberwein, que j’ai beaucoup connu et que j’ai beaucoup apprécié par la suite, était un homme d’une qualité extraordinaire et qui transcendait les problèmes. Je ne dis pas cela pour me faire mousser mais il m’a dit « c’est vous qu’il nous faut ». Il n’a fait aucune allusion à ma nationalité. Alors j’ai demandé au Quai d’Orsay qui a donné son accord.

Vous aviez une image favorable de l’OMS à ce moment-là ?

Très favorable à l’époque, cela s’est beaucoup détérioré depuis. C’était la deuxième décennie du développement quand j’ai rejoint l’OMS à Copenhague et il y avait vraiment un esprit international, pionnier, vraiment très fort. La décennie du développement a été porteuse et je pense que cela a influencé aussi la cause de l’enfance.

Cela s’est dégradé, dites-vous. Quand est-ce arrivé ? Et pourquoi ? Un changement de génération dans les années 1970-1980 ? La crise économique mondiale ?

Le monde anglo-saxon était vraiment très critique vis-à-vis de l’OMS et injustement critique. Il y a de quoi critiquer l’OMS, et je le fais volontiers moi-même, mais les États-Unis et l’Angleterre l’ont fait d’une façon systématique. Les États-Unis ont cessé de payer l’intégralité de leur dû, ils ont imposé des personnels à eux et pour des causes politiques ; la direction de l’OMS a accepté. On a du coup licencié des personnels statutaires. Au lieu de payer leur dette à laquelle ils s’étaient engagés, ils choisissaient des programmes spécifiques, ils payaient mais ils y envoyaient leurs personnels. Alors cela a été le début de la fin.

Que voulait dire être expert à l’OMS à l’époque, quand vous avez pris le poste ?

Les gouvernements pouvaient faire appel à nous pour leur législation sur l’enfance, sur les questions scientifiques ou les questions d’équipement. Alors on était souvent en mission dans les pays, on voyait des gens, on préparait un rapport de mission qui était étudié au bureau qui arrondissait les angles quelquefois (rires). Et puis, on créait des liens, en dehors des réunions officielles, on arrivait quelquefois à des conversations d’une grande franchise et d’une grande liberté. Et ce docteur Eberwein était un homme d’une probité, c’était un Allemand, et d’une intelligence extraordinaire. Je suis resté en lien avec lui jusqu’à sa mort il y a une dizaine d’années, et, pour moi, il m’a beaucoup marqué. Mon rôle était de prévoir des réunions internationales sur des thématiques d’actualité. On a eu à Tours, par exemple, en 1966, une réunion sur les soins aux enfants ou aux nouveaux nés en difficulté et c’était extrêmement intéressant et important parce que les pays étaient très avides de profiter les uns des autres. C’était un brassage qui a influencé, je crois, la politique néonatale dans plusieurs pays d’Europe qui s’alignaient sur ceux qui avaient plus d’expérience et plus d’antériorité dans le travail. C’était un poste passionnant.

Le Centre international de l’enfance

Figure 1. – Michel Manciaux au cours d’une mission en Afrique, vers 1975 (bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Figure 1. – Michel Manciaux au cours d’une mission en Afrique, vers 1975 (bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Comment êtes-vous devenu directeur général du CIE ?

  • 10 Étienne Berthet (1909-1986), directeur général du CIE de 1955 à 1973.

C’était un peu logique. Le CIE travaillait avec l’UNICEF qui le subventionnait un peu à l’époque et quand le poste de directeur a été libéré par la retraite de M. Berthet10, c’est Nathalie Masse, la directrice des enseignements avec qui j’avais beaucoup travaillé, qui m’a téléphoné en me disant « est-ce que vous seriez intéressé ? ». Je dois dire qu’après mon expérience à l’OMS, c’était attirant de rester dans l’international mais cette fois-ci en France ce qui posait moins de problèmes au plan familial. Et puis, c’est le professeur Debré qui m’a téléphoné un jour pour me dire que j’étais embauché. Malheureusement, Nathalie Masse est tombée malade avant même que l’on travaille ensemble ; elle est morte d’un cancer foudroyant. En réalité, j’avais accepté beaucoup pour le plaisir de travailler avec elle et je suis arrivé au centre sans elle. Cela a été une sorte de drame parce qu’elle avait une personnalité hors du commun. J’ai fait contre mauvaise fortune bon cœur. J’ai été bien accueilli par le personnel avec qui j’ai lié pour la plupart des amitiés qui ont duré jusqu’à présent.

Quelle est alors la place du CIE dans le paysage français et international, avec peut-être en point de mire, la place du professeur Debré, qui en était l’initiateur et celui qui menait son projet à travers le CIE ?

J’ai eu avec le professeur Debré des relations qui n’étaient pas toujours très faciles parce qu’il était à l’affût de ce qu’il se passait au CIE et nos avis discordaient quelquefois. Par exemple, quand quelqu’un venait rue de l’Université [le domicile de M. Debré] pour se plaindre du directeur ou réclamer une augmentation, je n’étais pas d’accord avec M. Debré. Je lui tenais tête, et au bout de 20 minutes de discussion, il me disait : « Manciaux, vous m’agacez. » Je me disais, qui suis-je pour agacer une personnalité d’une telle ampleur ? Pour l’anecdote, ma récompense venait après. Après ces moments qui n’étaient pas toujours faciles à vivre, j’avais ensuite des contacts avec lui qui étaient enrichissants et extrêmement sympathiques à savoir qu’il me retenait à dîner, on était servi par son majordome en tenue. Pendant le dîner, c’était un autre homme vis-à-vis de moi. Il me parlait de son enfance, des Cahiers de la Quinzaine. Charles Péguy l’avait entraîné dans ce qu’on appelait la ceinture populaire de Paris avant la guerre de 14 et véritablement, c’était un passage de témoin. C’était en tout cas un passage d’informations dans une très grande cordialité. J’ai connu ces deux faces du professeur Debré et je suis content d’avoir été à son service pour le bien du CIE.

S’agissant de l’influence et de l’aire d’influence du CIE à l’international, qu’est-ce que vous pouvez nous dire, dans ces années 1970, de ces moments où on enseigne, où on forme les professionnels de la protection de l’enfance après les décolonisations ? Quelle était la nature des rapports Nord-Sud vus par le directeur général du CIE dans ces années 1970 ?

La nature de ces rapports, ce n’est pas moi qui en décidais. C’était avant tout le conseil d’administration et surtout M. Debré. Une fois sur le terrain, le côté humain avec les interlocuteurs s’imposait. Il n’était pas question de leur vendre des choses préparées. Il était question de discuter entre pairs, de leurs problèmes, de nos possibilités de coopération, de dresser un programme, d’offrir des opportunités. Il fallait être franc, il fallait dire ce qu’était le CIE, ce qu’il pouvait offrir éventuellement à ses partenaires. Ces entrevues, j’en parlais au conseil d’administration bien sûr, et on mettait en place des propositions de coopération. Habituellement, ça passait bien. L’aspect formation était majeur dans nos propositions. Les gens des pays en développement étaient preneurs, les gens des pays de l’Est étaient ambivalents vis-à-vis d’envoyer leurs participants, concitoyens dans un pays comme la France. La réputation du CIE, grâce à celle du professeur Debré, était telle que j’ai rarement trouvé des réticences ou des refus de la part de gens que nous approchions pour essayer de travailler avec eux. On avait une approche discrète, modeste, nous n’apportions pas de solutions toutes faites. On proposait un partenariat égalitaire à des gens qui se trouvaient confrontés à des problèmes, qui étaient aussi les nôtres, dans un contexte différent certes mais où il y avait des points communs sur lesquels on pouvait discuter et parfois s’entendre. Je dois dire que mon passage à l’OMS Europe m’a beaucoup facilité, en ce qui concerne notre continent, les rapports quand j’étais directeur du CIE parce que je connaissais d’avance la plupart de nos interlocuteurs pour les avoir rencontrés avec une autre casquette. Mon expérience avec les pays en développement était moindre mais j’avais déjà professionnellement des contacts en Afrique du Nord en particulier, dans quelques pays subsahariens. Les gens de ces pays en développement ou de ces pays de l’Est se sentaient un petit peu sur la rive, sur les bas-côtés par rapport à l’Occident en plein développement, en pleine expansion. Quand on proposait une coopération partenariale si je puis dire, beaucoup de choses trouvaient une réponse positive.

Vous nous parlez là, professeur, de relations avec les pays du Sud en particulier qui sont des relations bilatérales, avec une approche globale dans une attention portée à la question de la formation, à la question de la recherche. J’ai envie de vous interroger sur ce début de rupture des années 1970, après la crise du Biafra notamment, avec le changement du paysage des organisations non-gouvernementales dites « humanitaires », l’apparition de Médecins sans frontières. Est-ce que cette nouvelle rationalité, cette nouvelle logique d’intervention de l’aide humanitaire a été concurrente à cette action de fond qui était celle du CIE à l’époque ?

Oui, on arrive véritablement à un autre tournant qu’il a fallu négocier le mieux possible mais dont on a quand même pâti. Cette période difficile a été inaugurée peu de temps après le trentième anniversaire du centre qu’on avait célébré dans la joie, dans la fête avec un magnifique concert au théâtre des Champs-Élysées en présence de Mme Valéry Giscard d’Estaing. Le centre avait très bonne réputation à ce moment-là. Peu de temps après cet anniversaire, on a eu le début d’une période qui malheureusement a conduit à l’extinction du CIE quelques décennies après. Le ministère de la Coopération, qui était un de nos subventionneurs avec le ministère de la Santé et le ministère des Affaires étrangères, a été supprimé et le ministère des Affaires étrangères n’a pas voulu augmenter sa contribution. C’était déjà un choc financier important et je pense que c’est à partir de ce moment-là que l’UNICEF a commencé à penser que la France lui coûtait cher, qu’on ne faisait pas assez et qu’il y avait d’autres pays avec lesquels elle pouvait coopérer dans de meilleures conditions. C’était le cas avec la Pologne, avec l’Angleterre. Ces deux pays avaient accepté le même deal que le CIE. Pour les Anglais, c’était simplement un apport financier pour le ministère des Affaires extérieures. Pour la Pologne, c’était un cours en langue anglaise, de trois semaines. Ce n’était pas l’équivalent du CIE. On s’est trouvé dans une situation où il y a eu une demande accrue et des moyens réduits. Je crois que c’est à partir de là que les choses se sont véritablement aggravées. J’ai vraiment senti une méfiance de la part de l’UNICEF, un certain retrait de la part de l’OMS, avec pas mal de jalousie je crois, un certain détachement avec l’OMS Europe.

Au bout d’un certain temps, des pays en développement et des pays européens se sont organisés dans ce domaine-là et la demande n’était plus aussi fournie. L’OMS a été très perfide à mon avis vis-à-vis du Centre international de l’enfance. Les pays contribuaient au travail de l’OMS, des contributions volontaires s’ils le voulaient en plus de leurs contributions obligatoires pour lesquelles ils s’étaient engagés. Les États-Unis, après l’affaire de l’UNESCO en particulier, ont commencé à dire que leur contribution obligatoire serait supprimée au profit de contributions volontaires choisies par eux avec du personnel choisi par eux, chez eux.

Il y a un vice dans le système universitaire français qui nous a coûté cher, c’est l’absence d’année sabbatique. Les Anglo-Saxons ont ce système et les années sabbatiques de nos collègues américains se passaient très souvent à l’OMS si bien qu’ils étaient en position d’influencer la politique de l’OMS. C’était une chose concertée et qui a été facilitée par la nullité, il faut bien le dire, de certains directeurs généraux ou directrices générales de l’OMS, choisis, élus pour des aspects économiques et politiques plus que pour des aspects professionnels. Il y a eu une baisse d’intérêt de l’OMS pour le travail du CIE due en partie à ces changements de direction. Les Anglais ont suivi les États-Unis et se sont montrés très critiques, y compris beaucoup d’universitaires, vis-à-vis de la politique et des activités de l’OMS Europe. Il y a eu un désengagement aussi de ce côté-là, une perte de confiance qui nous a coûté cher et qui a été le prélude je crois à ce qui s’est passé par la suite.

  • 11 Claude Jolif, directeur général de 1984 à 1987.

Le Quai d’Orsay ne s’est pas montré ensuite à la hauteur des enjeux et son soutien, sur le manque à gagner du CIE qu’il n’avait pas voulu reprendre après l’abolition du ministère de la Coopération, [a fait défaut]. Il s’était fixé un droit de regard – ce qui était normal puisqu’il nous finançait – et d’inquisition après la mort de M. Debré. Lui disparu on a senti un raidissement du Quai d’Orsay, une jalousie par rapport au CIE à l’égard de notre action sur le terrain, que certains ambassadeurs appréciaient. Mes rapports avec le Quai d’Orsay se sont véritablement dégradés au fil du temps. Quand j’ai quitté le CIE, c’est un fonctionnaire du Quai d’Orsay qui m’a remplacé11, en intérim, mais qui a quand même mis des difficultés dans le fonctionnement de la maison.

Mais quand vous quittez le CIE, c’est un gouvernement socialiste qui porte l’estocade d’une certaine manière.

  • 12 L’Institut de l’enfance et de la famille (IDEF).

Oui, et en plus, il y a eu cette prise de position double du Parti socialiste quand il a été au pouvoir. D’une part, il a voulu concilier la chèvre et le chou en associant le CIE à un organisme français de protection de l’enfance12 sans augmenter le budget du CIE, ce qui a été une coupe sévère dans nos finances. Et ensuite, il nous a dit, vous devez être autosuffisant. Quelle grossièreté si je puis dire ! Quelle bêtise inexcusable ! Comment peut-on être autosuffisant dans la formation de gens de pays en développement. On ne nous a jamais apporté la réponse.

Alors, en forme de conclusion, vous nous décrivez là un paradoxe. Le désengagement du Gouvernement français, le désengagement de l’OMS, le désengagement de l’UNICEF interviennent au moment où l’on célèbre l’Année internationale des droits de l’enfant en 1979, où l’on commence à préparer la Convention internationale des droits de l’enfant. Diriez-vous que le CIE a raté le coche des droits de l’enfant ?

Non, je ne pense pas. Plusieurs réunions préparatoires françaises se sont tenues au CIE. Le ministère de la Santé nous a demandé notre contribution sur les aspects santé et on était en plein dans la ligne. On ne peut pas nous avoir reproché d’avoir loupé le coche. Mais quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage.

Il n’y a pas cette idée d’un déplacement du statut de l’enfant, d’un enfant patient objet de soins, vers un enfant citoyen qui aurait été peut-être difficile… ou en tout cas pour lequel le CIE n’était pas reconnu comme expert de la question de la citoyenneté même si le CIE était très investi dans des questions sociales bien sûr : l’adoption internationale, le problème des enfants des rues, le travail des enfants mais c’était pas sa première compétence.

On avait travaillé à l’époque avec le Bureau international catholique de l’enfance, le BICE. Il nous avait reconnus comme un partenaire valable et il avait joué son rôle dans l’élaboration de la Convention. Donc il n’y avait pas de raisons. On a tenu plusieurs réunions françaises. Le congrès international de pédiatrie en 1989 à Paris avait parlé de ces problèmes-là. Je crois que la décision avait été prise en haut lieu, de nature politique et ce prétexte de l’autosuffisance était une lâcheté, un contresens absolu.

Et quand vous partez, en 1983, du CIE, quel bilan vous tirez de ce passage ?

Je suis parti déçu, bien sûr, de l’évolution du centre mais je suis parti content de rentrer en Lorraine, de retrouver mon poste universitaire. Une fin de carrière que j’ai bien aimée. C’est là où je suis passé de la pédiatrie sociale à la santé publique parce que je n’avais plus beaucoup de connaissances en pédiatrie clinique. Ce sont les gens de santé publique qui sont venus me trouver en me disant « on voudrait bien que vous soyez dans notre section au Conseil national des universités, demandez votre changement de section, on est prêt à vous accueillir ». Ils sont venus me chercher, ils m’ont accueilli et ils m’ont même nommé président parce que j’étais le nouveau venu et donc j’étais vierge d’un certain nombre de problèmes.

Et là, de nouveau, vous avez retrouvé une certaine liberté ?

Oui, alors là cela a été une belle fin de carrière, qui n’est pas finie d’ailleurs.

Notes

1 Nathan Neimann (1906-1992) est médecin des hôpitaux en 1946 et collaborateur principal de la chaire et du service de médecine infantile de l’hôpital de Nancy. Il dirige le service de 1956 à 1978.

2 Robert Debré (1882-1978), médecin, un des fondateurs de la pédiatrie moderne, président de l’Institut national d’hygiène (futur INSERM) de 1946 à 1964, fondateur du CIE en 1949.

3 Jacques Parisot (1882-1967), médecin, initiateur de la médecine préventive et sociale en France, directeur de l’Organisation d’hygiène de la SDN en 1937 et un des fondateurs de l’OMS en 1945-1946. Doyen de la faculté de médecine de Nancy de 1946 à 1955.

4 20 novembre 1989 : adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant par l’ONU.

5 Circulaire du 29 janvier 1983 qui favorise l’intégration scolaire des enfants handicapés.

6 Donald Court (1912-1994), pédiatre britannique.

7 Eugène Aujaleu (1903-1990), médecin, directeur de l’Hygiène sociale au ministère de la Santé publique et de la Population en 1946 ; directeur général de l’INSERM de 1964 à 1969, président du conseil d’administration du CIE après le décès de Robert Debré en 1978.

8 Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l’aventure du CIE dès ses débuts et y reste jusqu’à sa mort prématurée en 1975.

9 Alfred Eberwein, membre du bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

10 Étienne Berthet (1909-1986), directeur général du CIE de 1955 à 1973.

11 Claude Jolif, directeur général de 1984 à 1987.

12 L’Institut de l’enfance et de la famille (IDEF).

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Michel Manciaux au cours d’une mission en Afrique, vers 1975 (bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/45177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search