Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Résumés/Abstracts

Texte intégral

La littérature française censurée par le Saint-Siège, depuis la Restauration jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. The French Literature Censored by the Holy See, from the Restoration to the Eve of World War II

1Jean-Baptiste Amadieu

2Résumé : Comment distinguer de la critique littéraire la censure entendue comme recension argumentée d’une œuvre ? Toutes deux présentent des jugements qu’il est difficile de particulariser selon une opposition entre appréciation morale et appréciation esthétique, ou bien entre évaluation descriptive et évaluation normative, tant les divers corpus censoriaux et critiques mêlent les deux types de critères et de méthodes. La censure, loin de négliger les considérations littéraires ou de les limiter à de simples digressions, en use soit pour mieux saisir le sens et la portée de la fiction, soit pour mesurer le degré de séduction et d’influence dont l’œuvre est susceptible. La présente étude s’appuie sur les rapports censoriaux issus des fonds d’archives inédits de l’Index romain et du Saint-Office pour la littérature française des XIXe et XXe siècles.

3Mots clefs : censure, critique littéraire, Église catholique, éthique et esthétique, sémantique littéraire

4Abstract: How to distinguish between literary criticism and censorship understood as a writing reasoned review? They both display judgments that are difficult to particularize according to an opposition between ethical appreciation and esthetical appreciation, between descriptive assessment and normative assessment, all the more so as the numerous censorship and criticism corpus combine the two types of criteria and methods. Far from neglecting literature considerations or limiting them to simple digressions, censorship uses them either to better understand the sense and the impact of the fiction or to evaluate the attractiveness and influence level of the writing. This study is based on censorship reports for 19th and 20th centuries French literature from the collections of unpublished archives of the Roman Index and of the Holy Office.

5Keywords: censorship, literary criticism, Roman Catholic Church, ethics and aesthetics, literary semantics

Censorship of Caricature and the Theater in Nineteenth-Century France: An Overview. La censure de la caricature et du théâtre dans la France du XIXe siècle : un aperçu

6Robert Justin Goldstein

7Abstract: Nineteeenth-century French authorities especially feared the power of caricatures and the theater, even more than they feared the printed word. Thus, although prior censorhip of print was never in effect after 1822, censorship of caricature continued until 1881 and censorship of the theater until 1906. Caricature and the theater were feared more than the printed word because: 1) they were seen as far more powerful in impact than print; 2) because they were accessible to the especially feared “dark masses” who were often illiterate and thus could not understand printed matter; and 3) because caricatures and theater were often viewed in a collective manner which was especially feared as possibly touching often immediate disorders, whereas print was far more likely to be consumed in private in the homes of the more “reliable” middle classes. The topics of theater and caricature are treated together here also because the authorities often lumped them together and changes in their regulation often were handed down at about the same time, or even in the same legislation. One constant ran through the theater and caricature censorship: always, they aimed at preservation of the existing political power structure.

8Keywords: nineteenth-century, France, censorship, theater, caricature

9Résumé : Les autorités françaises au XIXe siècle craignaient particulièrement le pouvoir des caricatures et du théâtre, davantage encore que celui du mot imprimé. Ainsi, alors que la censure a priori de la diffusion de l’imprimé cessa d’être utilisée après 1822, la censure des caricatures continua jusqu’en 1881 et celle des théâtres jusqu’en 1906. La caricature et le théâtre étaient plus redoutés que le mot imprimé parce que : 1) leur impact était considéré comme plus important 2) ils étaient accessibles aux « masses obscures » qui étaient souvent illettrées et ne pouvaient donc comprendre ce qui était écrit 3) les caricatures et le théâtre étaient souvent perçus comme susceptibles de déclencher des troubles à l’ordre public, tandis que l’écrit donnait plutôt lieu à une consommation dans le cadre domestique des classes moyennes jugées plus « sûres ». Une autre raison pour traiter ensemble les domaines de la caricature et du théâtre est que les autorités les mettaient « dans le même sac » et que les changements qui les affectèrent intervinrent souvent au même moment, dans le même texte législatif. Une constante relie encore ces deux domaines : dans les deux cas, la censure visait avant tout à la préservation de l’ordre politique.

10Mots clefs : dix-neuvième siècle, France, censure, théâtre, caricature

Les aventures d’Anastasie au Québec : Censure cléricale et littérature (1840-1960). Anastasie’s Adventures in Quebec: Clerical Censorship and Literature (1840-1960)

11Pierre Hébert

12Résumé : Cette étude décrit les étapes de la censure cléricale au Québec, qui a duré plus de cent ans – en gros, de 1840 à 1960 –, exerçant une gouverne importante sur la littérature, voire sur l’imprimé en général. Ce siècle de contrôle a toutefois été précédé par une longue période de censure aléatoire, désorganisée, qui s’amorce au XVIIe siècle. Contestée, au XIXe siècle, par l’Institut canadien de Montréal, cette censure subit durant les années 1930 une opposition plus organisée ; le clergé déploie alors de nouveaux moyens de contrôle, plus prescriptifs, mais en vain. L’arrivée en masse des Crime comics entraîne une judiciarisation du contrôle de l’imprimé et, partant, dépouille l’Église de son pouvoir.

13Mots-clefs : Québec, Église, censure cléricale, littérature, édition

14Abstract: This study describes the stages of the clerical censorship in Quebec, which lasted more than hundred years– roughly, from 1840 till 1960–, exercising an important steering on the literature, even on the printed matter generally. This century of control was however preceded by a long period of random, disrupted censorship, which begins in the XVIIth Century. Contested, in the XIXth Century, by the Canadian Institute of Montreal, this censorship undergoes during 1930s a more organized opposition; the clergy displays then new means of control, more prescriptive, but in vain. The mass arrival of the crime comics entails a judicialization of the control of the printed matter and therefore, strips the Church of its power.

15Keywords: Quebec, Church, clerical censorship, literature, publishing

Censure et traduction au Royaume-Uni victorien (1837-1901). Censorship and Translation in Victorian United Kingdom (1837-1901)

16Denise Merkle

17Résumé : Les Britanniques ne peuvent se prévaloir d’un Premier amendement qui protège la liberté d’expression et doivent se plier davantage que les Américains aux contrôles de discours variés, dont la censure libérale dans le domaine public. Au XIXe siècle émerge un marché libéral de l’édition des traductions au Royaume-Uni, et les autorités comptent sur la censure libérale, ou sur le marché des idées, pour exclure l’altérité véhiculée par des traductions qui est considérée comme non convenable. En effet, la longue histoire de la construction de la nation britannique est marquée par plusieurs formes de contrôle de discours mises en pratique afin de promouvoir la cohésion sociale au moyen de la construction et de la consolidation d’une vision du monde qui, en apparence du moins, est choisie librement par tous les citoyens britanniques et partagée par eux. Cet article se propose de dresser le bilan de la censure des traductions au Royaume-Uni au XIXe siècle, tout en faisant quelques incursions au XXe siècle.

18Mots clés : Royaume-Uni victorien, traduction, démocratie, liberté d’expression, réception, altérité socio-culturo-politique, censure libérale

19Abstract: Britons do not have recourse to an equivalent of the First Amendment to protect their right to free speech and are subject more so than Americans to various controls of discourse, one of which is market censorship in the public arena. Evolving values, increased general literacy and growing industrialisation encouraged the development of a free market for translation publishing in XIXth -century Britain, and the authorities counted on market censorship, or the marketplace of ideas, to exclude unacceptable alterity transmitted by translations. In fact, the long history of the construction of the British nation has been marked by several forms of control of discourse implemented in order to promote social cohesion through the construction and consolidation of a world view that, in appearance at least, all British citizens have chosen freely and share. This article will take stock of the censorship of translations in the Victorian United Kingdom, while making some reference to the XXth-century.

20Key words: Victorian United Kingdom, translation, democracy, free speech, reception, socio-culturo-political alterity, market censorship

The Ironies of Censorship in Imperial Germany. Les ironies de la censure dans l’Allemagne impériale

21Gary D. Stark

22Abstract: Censorship in imperial Germany was an inherently ironic undertaking, producing unanticipated effects quite different from what was originally intended. Institutionalized censorship created a vested interest in the existence of nonconformist expressions; it advertised the materials it sought to suppress; it often magnified their effect and social significance; it sometimes discouraged the very types of expressions it sought to defend and promote; and censors made claims about literature we would expect from writers, while writers made claims we would expect from censors.

23Keywords: Germany, Censorship, literature, theater

24Résumé : La censure en Allemagne impériale était une entreprise intrinsèquement ironique, produisant des effets très différents de ceux voulus par les autorités. La censure institutionnalisée encourage l’intérêt pour les expressions non-conformistes ; elle promeut les matériaux qu’elle cherchait à supprimer, magnifie leur effet et leur importance sociale, décourage les types d’expressions qu’elle cherche à défendre. Enfin, les censeurs traitent la littérature comme s’ils étaient des auteurs, tandis que les écrivains agissent en censeurs.

25Mots clefs : Allemagne, censure, littérature, théâtre

La censure des publications « obscènes » « Antonio Astiazarain » et la production pornographique sous la Seconde République espagnole (1931-1936). The Censorship of the «obscene» Publications «Antonio Astazarain» and the Pornographic Production under the Second Spanish Republic (1931-1936)

26Jean-Louis Guereña

27Résumé : Nous nous sommes déjà intéressé dans un travail antérieur aux différentes ruses et stratégies employées dans le dernier quart du XIXe siècle et au début du XXe par les auteurs (ou les traducteurs), les imprimeurs et les diffuseurs de publications pornographiques espagnoles pour tenter d’échapper à toute forme de censures ou d’interdits (et avant tout aux poursuites pénales dont ils étaient susceptibles d’être victimes en fonction de la codification judiciaire en vigueur en Espagne). Nous nous centrons aujourd’hui sur un cas concret, celui d’« Antonio Azstiazarain », peu ou pas connu. Parce qu’il est poursuivi et soumis à la censure tout au long de la période, ce commerce de publications « obscènes » auquel nous nous référons se doit d’être clandestin et donc voué à se cacher pour simplement exister et espérer prospérer. Pour l’historien, l’enjeu est bien évidemment de comprendre comment sont organisés ces réseaux de production. Si la question de ce commerce semble liée à une histoire politique de la censure et de la répression, il s’agit toutefois de l’inscrire aussi au croisement d’une histoire culturelle et sociale.

28Mots clefs : censure, érotisme, pornographie, obscénité, édition clandestine, Espagne

29Abstract: We were already interested in a previous work to the various ruses and strategies used on the last quarter of the XIXth century and at the beginning of the XXth by the authors (or the translators), the printers and the diffusers of Spanish pornographic publications to try to escape any form of censorships or prohibitions (and above all the criminal proceedings of which they might be the victims, according to the current judicial codification in Spain). We focus here on a concrete case, that of “Antonio Azstiazarain,” little or not known today. Because he is pursued and censored throughout the period, this trade of “obscene” publications to which we refer is bound to be clandestine and thus dedicated to hide to exist and to prosper. For the historian, the stake is naturally to understand how are organized these networks of production. If the question of this trade seems bound to a political history of the censorship and the repression, it is however a question of registering him also on the crossing of a cultural and social history.

30Keywords: censorship, erotism, pornography, obscenity, illegal publications, Spain

Le contrôle et la répression de la littérature licencieuse dans la France de l’entre-deux-guerres. The Control and Repression of Licentious Literature in France during the Interwar Period

31Anne Urbain

32Résumé : Fixée dans la législation française par l’article 28 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, la répression du délit d’outrage aux bonnes mœurs essuie de nombreuses controverses à partir de la fin de la Première Guerre mondiale. Jugé inefficace et obsolète par les défenseurs de l’ordre moral qui crient au laxisme, le contrôle de la bonne moralité des livres et des publications périodiques va considérablement se durcir à la veille du second conflit mondial. Promulgué au milieu de l’été 1939, le Code de la famille établit en effet un dispositif répressif inédit, modifiant le statut jusque-là protégé des ouvrages de librairie et ouvrant aux associations, ligues et cartels, le droit de se porter partie civile dans les affaires d’outrage aux bonnes mœurs. Babylone indétrônable, capitale mondiale de l’édition de curiosa, Paris se voit ainsi sévèrement mise au pas, sommée de se débarrasser de sa coupable réputation. Fondé sur un dépouillement de sources policières, administratives et parlementaires, cet article se propose de revenir sur les raisons et les modalités de cette révolution juridique et culturelle.

33Mots clefs : Histoire culturelle, édition, censure, législation, livre érotique, curiosa, France, XXe siècle

34Abstract: The punishment for the violation of “good moral standards,” as per Article 28, July 29th, 1881 of the French law regarding the freedom of the press, became controversial after World War I. Since the defenders of moral values considered the existing repressive measures both inefficient and obsolete and constantly denounced their laxity, the scrutiny of moral standards of books and newspapers significantly increased just before World War II. Published in the middle of the summer 1939, the Family Code outlined an unprecedented set of repressive measures. These measures modified the protected status of bookshop publications and gave associations, leagues, and societies the right to claim for damages for any violation of good moral standards. Paris, the world’s capital of Edition de curiosa, was suddenly brought into line and ordered to rid itself of its guilty reputation. Based on extensive research of police records, administrative documents, and parliamentary sources, this article attempts to analyse the reasons explaining this legal and cultural revolution.

35Key words: Cultural History, publishing, censorship, law, erotic books, curiosa, France, 20th century

Theatre Censorship in Britain (1909-1968). La censure du théâtre en Grande-Bretagne (1909-1968)

36Steve Nicholson

37Abstract: Established in 1737 and placed under the authority of the Lord Chamberlain, the censorship of the theater in Great Britain was abolished only in 1968. Intended to prevent any attack against the institutions of the kingdom, the censorship of the Lord Chamberlain was the expression of the opinion and the interests of the British elites, attached to the respect for a certain public morality. However, while playwrights generally opposed censorship, the majority of theatre managers always supported it, believing that the Lord Chamberlain’s licence– with its royal imprimatur– was an effective protection against prosecution or moral campaigners, absolved them from responsibility and placing it with the monarch. Its late abolition was the result of the evolution of the customs of the society.

38Key words: censorship, theatre, Great Britain

39Résumé : Instituée en 1737 et placée sous l’autorité du Lord Chamberlain, la censure du théâtre en Grande-Bretagne ne fut abolie qu’en 1968. Destinée à prévenir toute attaque contre les grandes institutions du royaume, la censure du Lord Chamberlain fut surtout l’expression de l’opinion et des intérêts des élites britanniques, attachées au respect d’une certaine morale publique. Alors que les auteurs des pièces s’opposèrent généralement à la censure, la majorité des directeurs de salle s’en firent les défenseurs, estimant que la permission octroyée par le Lord Chamberlain – avec l’imprimatur royal – constituait une protection efficace contre les poursuites ou les campagnes moralistes, les absolvant de toute responsabilité en déplaçant celle-ci du côté de la monarchie. Son abolition tardive fut la conséquence de l’évolution des mœurs de la société.

40Mots clefs : censure, théâtre, Grande-Bretagne

Stratégies censoriales et professionnelles dans le cadre du contrôle des films en France (1945-1975). Censorial and Professional Strategies within Film Control in France (1945-1975)

41Frédéric Hervé

42Résumé : Cet article a pour but de mettre en évidence les stratégies des censeurs du cinéma et des ayants droit confrontés au contrôle des films. L’activité de la Commission de contrôle des films s’appuie sur un ensemble de protocoles qui interfèrent dans le processus de création depuis l’élaboration du projet (précensure) jusqu’à l’exploitation (interpellation de mineurs dans les salles). Ces protocoles censoriaux évolutifs révèlent les stratégies de l’instance de contrôle. Confrontés aux décisions de la censure, producteurs, distributeurs et réalisateurs tentent d’obtenir la levée de certaines sanctions qui grèvent la carrière du film et, partant, sa rentabilité. Au fil des ans, se dessinent des stratégies polymorphes, empiriques, incertaines.

43Mots clefs : censure, cinéma, commission de contrôle, transgression

44Abstract: This article aims at highlighting the strategies of the censors of the cinema and of the right holders confronted with the control of movies. The activity of the Film Screening Commission leans on a set of protocols which interfere in the process of creation since the elaboration of the project (precensorship) until the exploitation (challenging the minors in the cinema). These censorial protocols which are changing over time reveal the strategies of the authority of control. Confronted with the decisions of the censorship, producers, distributors and directors try to obtain the lifting of certain penalties which burden the career of the movie and therefore, its profitability. Over the years, take shape polymorphic, empirical, and uncertain strategies.

45Key words: censorship, cinema, Film Screening Commission, transgression

Censures, contrôles, régulation dans les télévisions européennes des années 1970 aux années 1980. Censorship, Control, Regulation in the European Broadcasting Televisions from the 1970’s to the 1980’s

46Evelyne Cohen

47Résumé : À travers l’étude de trois cas nationaux – France, Grande-Bretagne, Allemagne – cet article analyse le rapport des télévisions aux autorités qui les contrôlent. Plusieurs cas de censure sont étudiés, qui montrent la surveillance exercée sur le média de masse par excellence par un pouvoir politique attentif à tout ce qui pourrait remettre en cause l’ordre établi. L’évolution des technologies et des mœurs conduit à un déplacement autant qu’à un desserement de la contrainte.

48Mots clés : télévision, censure, contrôle, régulation

49Abstract: Through the study of three national cases– France, Great Britain, Germany– this article analyzes the relationship between televisions and the authorities which control them. Several cases of censorship are studied, which show the surveillance exercised on the most important mass media by a political power attentive to all which could question the established order. The evolution of the technologies and of the moral standards of the societies leads to a shift as much as a loosening of the constraint.

50Key words: television, censorship, control, broadcasting regulation

Comment contrôler le contenu des jeux vidéo ? How to Control the Content of Video Games?

51Olivier Caïra

52Résumé : Depuis leur émergence commerciale, les jeux vidéo suscitent controverses et alertes quant à leur contenu et à leurs éventuels effets sur les utilisateurs. Face à des actes de censure réels ou anticipés, les studios développent à la fois des dispositifs d’autorégulation (signalétiques par contenu et classifications par âge, notamment) et des pratiques d’autocensure (davantage centrées sur la représentation de la sexualité que sur celle de la violence). Cette communication porte sur le contrôle des contenus au fil de la brève histoire de ces jeux. Tandis que les jeux des années 1970-1980 pouvaient être contrôlés en amont, ceux qui naissent après la révolution de la 3D présentent des univers de plus en plus vastes et complexes, donc de plus en plus difficiles à surveiller. S’instaure alors, pour les contenus « sensibles » des jeux, un double régime de déclaration en amont par les studios, puis de vigilance à ce que les joueurs découvrent en aval lors de leur exploration du jeu. En effet, les joueurs qui partagent leurs trouvailles sur Internet, voire qui modifient le code du logiciel, s’avèrent paradoxalement les meilleurs alliés des censeurs contemporains du jeu vidéo. Plusieurs exemples sont étudiés : Custer’s Revenge (1983), Wolfenstein 3D (1992), Fallout 2 (1998), Grand Theft Auto – San Andreas (2004).

53Mots clefs : jeux vidéo, censure, autorégulation, autocensure

54Abstract: Since their commercial emergence, the video games arouse controversies and alerts as for their contents and for their possible effects on the users. In the face of acts of real or anticipated censorship, studios develop at the same time plans of autoregulation (signalling systems by contents and classifications by age, in particular) and practices of self-censorship (more focused on the representation of the sexuality than on that of the violence). This communication deals with the control of the contents in the course of the brief history of these games. Whereas the games of the 1970-80’s could be upstream controlled, those who are born after the revolution of the 3D present more and more vast and complex universes, thus harder and harder to watch. A double regime of statement by studios and vigilance by users is then established, for the “sensitive” contents of the games, that the players discover during their exploration of the game. Indeed, the players who share their finds on the Internet, or even who modify the code of the software, turn out paradoxically the best allies of the contemporary censors of the video game. Several examples are studied: Custer Re-venge (1983), 3D Wolfenstein (1992), Fallout 2 (1998), Grand Theft Auto– San Andreas (2004).

55Key words: video games, censorship, self-regulation, self-censorship

La Cour européenne des droits de l’homme contre la censure. The European Court of Human Rights against Censorship

56Patrick Eveno

57Résumé : Depuis plus d’un demi-siècle, la Cour européenne des droits de l’homme mène un combat constant en faveur de l’extension du droit à l’information du public dans une société démocratique. Ses arrêts qui font jurisprudence entrent graduellement dans le droit national et dessinent un paysage journalistique beaucoup plus libéral que ne le font la législation et la jurisprudence françaises.

58Mots clefs : censure, presse, médias, liberté d’expression

59Abstract: For more than half a century, the European Court of Human Rights has led a constant fight in favour of the extension of the right of free and fair information for the public in a democratic society. Its rulings which set precedents enter gradually the national law and draw a much more liberal journalistic landscape than the French legislation and jurisprudence make it.

60Key words: censorship, press, media, freedom of speech

Liberté d’expression et « offense religieuse » selon les droits français et européen, de 1905 à l’affaire Dieudonné (janvier 2014) : respect des croyances et enjeux politiques. Freedom of Speech and Religious Offence according to French and European Laws, from 1905 to Dieudonné’s Case (January 2014): Respect for Religious Beliefs and Political Stakes

61Hélène Eck et Agnès Granchet

62Résumé : Après des décennies où prévalut le principe d’égalité entre les citoyens, les évolutions sociales et culturelles des trente dernières années ont entrainé un renforcement considérable des droits des individus, une protection accrue de leurs différences et de leurs identités. Non sans contradiction et non sans conflit lorsque d’autres principes tout aussi fondamentaux, comme la libre pensée et la libre expression, sont en jeu. La visibilité et la concurrence dans l’espace public de droits également garantis alimentent un débat récurrent sur la singularité et les évolutions du modèle républicain français comme variante de la démocratie libérale. Notre intitulé établit un lien entre des notions dont les relations et interactions, encadrées par le droit, sont complexes. Relations obscurcies par les marges d’interprétation de la jurisprudence et leur évolution, l’efficacité de l’action des groupes de pression de tous bords, les débats médiatiques, dans des contextes historiques, politiques et culturels spécifiques. L’interdiction des spectacles de Dieudonné en janvier 2014 relève d’une histoire heurtée, non linéaire, où s’entremêlent idéologies et contextes politiques, croyances et institutions religieuses, culture et communication médiatiques.

63Mots clefs : censure, droit, liberté d’expression, offense religieuse

64Abstract: After decades when prevailed the principle of equality between the citizens, the social and cultural evolutions of the last thirty years have resulted in a considerable strengthening of the rights of the individuals, a greater protection of their differences and their identities. Not without contradiction and not without conflict when other fundamental principles, as the free thought and the free expression, are at stake. The visibility and the competition in the public place of also guaranteed rights feed a recurring debate on the peculiarity and the evolutions of the republican French model as variant of the liberal democracy. Our title establishes a link between notions among which the relations and the interactions, framed by the law, are complex. The ban on Dieudonné’s shows in January 2014 is part of a struck, not linear history, which mixes ideologies and policies, faiths and religious institutions, culture and communication.

65Key words: censorship, law, freedom of speech, religious offence

États-Unis, XXe et XXIe siècles : quelles censures ? Forms of Censorship in the United States in the XXth and XXIst Centuries?

66Claire Bruyère

67Résumé : Pourquoi parler de censure à propos d’un État qui ne connaît pas la censure préventive ? L’article esquisse le cadre complexe dans lequel s’observent des formes de restriction à la liberté d’expression. Les plus visibles d’abord, en vertu d’exceptions au Premier amendement ou à des décisions commerciales qui rencontrent certains courants d’opinion comme, de nos jours, le désir de « protéger » les enfants et les personnes « fragiles ». Ensuite, des formes plus subtiles qui reposent sur une coopération entre l’État et les entreprises privées, dans leur intérêt mutuel, à visée de manipulation de l’opinion ou de surveillance, celle-ci étant mieux tolérée depuis 2001. L’école publique, enfin, est un champ de bataille idéologique continuel qui met en jeu à la fois les connaissances (qu’enseigner ?) et des intérêts financiers qui incitent à l’autocensure. En conclusion, le contexte est bouleversé par la mondialisation et le développement du cyberespace, mais les dissensions internes persistent sans grands changements.

68Mots-clés : Contrôle, public/privé, peurs, tribunaux, manuels scolaires, autocensure

69Abstract: Why should one discuss censorship regarding a nation where prior restraint is unconstitutional? This article outlines the complex framework within which various limitations to free expression are observed. First, the more visible ones, due to exceptions to the 1st amendment or to commercial decisions which coincide with some social trends, like the desire to “protect” children and “vulnerable” individuals. Then, more subtle forms, which rest on cooperation between the State and private enterprise, in their mutual interest, aim at manipulating public opinion or at developing surveillance– this being more easily accepted after 2001. Thirdly, public schools and their textbooks are still an ideological battleground involving knowledge (what will be taught?) and major financial interests leading to self-censorship. To conclude, the context is being deeply modified by the world economy and the expansion of cyberspace, but the old conflicts seem to persist.

70Key words: Control, public/private, fears, courts, textbooks, self-censorship

Textbook Conflicts and Legitimacy Production. La querelle des manuels scolaires et la production de la légitimité

71Jan Blaauw

72Abstract: This paper addresses conflicts about history education in contemporary democracies through an exploration of the link between censorship and educational legitimacy. Systematic education is ultimately a political enterprise responsible for not only selection of the right content but also the justification of this selection in terms of its objectives. Educational legitimacy as a paradigm offers opportunities to better separate educational power from the normativity which first sets and then judges its use. Though complex, educational legitimacy can provide a more comprehensive understanding of history textbook conflicts. A recent conflict from Arizona (US) is presented as an example.

73Key words: textbook, teaching of history, censorship, education

74Résumé : Cet article traite des conflits liés à l’enseignement de l’histoire dans les démocraties contemporaines par une exploration du lien entre censure et légitimité éducative. L’enseignement systématique est en fin de compte une entreprise politique responsable non seulement de la sélection du contenu juste, mais aussi de la justification de cette sélection en termes d’objectifs. La légitimité éducative conçue comme un paradigme permet de mieux séparer le pouvoir éducatif de la normativité qui d’abord établit et ensuite évalue ses usages. Quoique complexe, la légitimité éducative peut fournir une compréhension plus complète des conflits liés aux manuels d’histoire. Un conflit récent dans l’État de l’Arizona aux États-Unis est présenté comme étude de cas.

75Mots clefs : manuels scolaire, enseignement de l’histoire, censure, éducation

Éducation et censure au Japon. Education and Censorship in Japan

76Christian Galan

77Résumé : La censure dans l’enseignement scolaire de l’histoire au Japon est une question qui masque en réalité un problème beaucoup plus vaste qui est celui du contrôle que le pouvoir politique entend exercer dans ce pays sur l’ensemble des contenus éducatifs comme sur la pratique quotidienne des enseignants. Cet article vise donc à replacer (et à relativiser) les problèmes liés à l’enseignement de l’histoire au Japon dans une problématique plus large qui est notamment celle de la nature et du statut mêmes des manuels scolaires – de tous les manuels scolaires – dans ce pays. C’est le système de rédaction, de diffusion, de sélection et d’utilisation des manuels dans les classes, dans son ensemble, ainsi que le lien très fort qui existe dans ce pays entre directives officielles et manuels scolaires qui y font en effet réellement « censure », bien plus que les coups de ciseaux relatifs à certains sujets sensibles. Cet article évoque aussi cependant les prises de positions récentes des dirigeants japonais, lesquelles pourraient, à moyen ou long termes, modifier sur ce dernier point la situation actuelle.

78Mots clefs : Japon, éducation, enseignement de l’histoire, censure, manuels scolaires

79Abstract: Censorship of the teaching of history in Japan is a question which masks in reality a broader problem: that of the control the political power intends to exercise in this country on all the educational contents as well as on the daily practice of the teachers. This article thus aims at replacing the so called “problem of the teaching of history in Japan” in a wider problematic which is notably the one of the nature and the status of the textbooks– of all the textbooks– in this country. It is the system of edition, distribution, selection and use in the classes of the textbooks, in general, as well as the very strong relation which exists in this country between official directives and textbooks that resort to “censorship,” much more than the scissors wielded by certain officials on sensitive subjects. This article also evokes however the recent stands of the Japanese political leaders, which could, in the middle or long term, modify on this last point the current situation.

80Keywords: Japan, education, teaching of the history, censorship, textbooks

Censorship by European states of Views on their Past as Colonizers. La censure des États européens sur leur passé colonial

81Antoon De Baets

82Abstract: This essay tackles the question of whether European states censored views on their past as colonizers. Analyzing a wealth of cases, the author argues that, after decolonization, most former colonizers began to perceive their colonial crimes as a source of shame. Often, the result was silence and censorship. Even consolidated democracies find it hard to deal responsibly with their violent past by means of an ongoing public debate, which is an essential feature of any sound democracy.

83Key-words: Anticolonial resistance, archival obstruction, censorship, colonial conquest, colonial empire, colonial crimes, legal cases, memory laws, migrated archives, political independence

84Résumé : Cet article s’interroge pour savoir si les États européens ont censuré des opinions sur leur passé colonial. En analysant une diversité de cas, l’auteur soutient que, après la décolonisation, les plus anciens colonisateurs ont commencé à percevoir leurs crimes coloniaux comme une source de honte. Souvent, le résultat était le silence et la censure. Les démocraties les plus solides ont beaucoup de mal se montrer responsables à l’égard de leur passé violent au moyen d’un débat public, qui est une caractéristique essentielle de n’importe quelle véritable démocratie.

85Mots clefs : résistance anticoloniale, obstruction archivistique, censure, conquête coloniale, empire colonial, crimes coloniaux, affaires judiciaires, lois mémorielles, archives déplacées

De la censure politique à l’autocensure historique : le cas de la littérature italienne sous le fascisme. From Political Censorship to Historical Self-censorship: The case of Italian Literature under Fascism

86Guido Bonsaver

87Résumé : Cet article vise à comprendre le développement de la censure dans l’Italie fasciste et, plus spécifiquement, le relation entretenue par Benito Mussolini avec les livres et leur censure. Cette relation nous offre un aperçu sur la façon d’opérer du dictateur qui se révèle utile pour saisir plus généralement comment agissait Mussolini comme politicien, intellectuel et décideur politique.

88Mots clefs : censure, Italie, fascisme, édition

89Abstract: This article aims to give a sense of the development of censorship in Fascist Italy, and more specifically, a sense of Benito Mussolini’s relationship with books and their censorship. The latter can provide us with an insight into the man’s modus operandi which can be useful for a more general understanding of how Mussolini’s mind worked as a politician, as an intellectual and a policy-maker.

90Key words: censorship, Italy, fascism, publishing

« Só doi quando eu desenho » Humour graphique et censure sous les régimes militaires brésilien et argentin (années 1960-1980). «Ça fait mal seulement quand je dessine» Graphic Humor and Censorship under the Military Regimes in Brasil and Argentina (1960’s-1980’s)

91Mélanie Toulhoat

92Résumé : Cet article propose une analyse des modes de contestation et des formes de langages alternatifs au discours officiel, basés sur une utilisation politique de l’humour, sous deux régimes militaires latino-américains dits de sécurité nationale : le Brésil et l’Argentine, respectivement de 1964 à 1985 et de 1976 à 1983. Il s’agit de questionner le rôle de l’humour dans l’émergence et l’existence même de manifestations culturelles inscrites dans une logique d’affirmation de la contestation par le rire et l’exercice d’un esprit critique. Comment l’humour permet-il de détourner et de jouer avec les interdits en matière de liberté d’expression et de création ? L’humour permet, au Brésil comme en Argentine, de jouer avec les limites d’un espace de liberté et de création très restreint grâce à l’emploi de divers procédés et de multiples figures de style. Il s’agit donc, en d’autres termes, d’envisager l’humour comme une arme de contestation multiforme et complexe, un outil de détournement de la censure culturelle et de l’uniformisation des pensées imposées sous deux régimes militaires latino-américains dits de « sécurité nationale ».

93Mots-clés : humour, rire, censure, dictature, Brésil, Argentine, caricature, opposition

94Abstract: This article proposes an analysis of the ways of contesting and the forms of alternative languages in the official speech, based on a political use of the humor, under two Latin American military regimes of “National Security”: Brazil and Argentina, respectively from 1964 till 1985 and from 1976 till 1983. The purpose is to question the role of the humor in the emergence and the very existence of cultural events engaged in a logic of assertion of the contesting by the laughter and the exercise of a critical mind. How does the humor allow to divert the rules and to play with prohibitions regarding freedom of expression and creation? The humor allows, in Brazil as in Argentina, to play with the limits of a very restricted aera of freedom and creation, thanks to the use of diverse processes and multiple stylistic devices. In other words, we consider the humor as a weapon of multi-form and complex contesting, a tool of challenging the cultural censorship and the standardization of the thoughts imposed under the Latin American military regimes of “National Security.”

95Key words: humor, laughter, censorship, dictatorship, Brasil, Argentina, caricature, opposition

La censure des œuvres artistiques en URSS : diversité des instances, multiplicité des critères et tentatives de ruse. Censorship of Works of Art in USSR: Diversity of Instances, Multitude of Criteria and Attempts to Trick the Censors

96Cécile Vaissié

97Résumé : La censure soviétique a longtemps été perçue de façon très simplifiée en Occident. En fait, de nombreuses instances intervenaient dans les processus de censure, outre celles officiellement chargées de cette tâche – depuis l’auteur jusqu’au numéro 1 du Parti parfois, en passant par des rédacteurs et, le cas échéant, les Unions créatrices, l’Institut du marxisme-léninisme, la direction de l’Armée ou de la Flotte, des ministères, des individus plus ou moins haut placés, les instances du Parti dont le secteur idéologique du Comité central, ainsi que le KGB. Or, une sorte de « concurrence » entre elles aggravait ou amoindrissait leurs actions. En outre, les critères de jugement étaient multiples, tous n’étant pas explicites et certains relevant de jugements très subjectifs, voire personnels. C’est notamment pourquoi des romans, acceptés et publiés, ont été violemment critiqués, voire ont dû être entièrement réécrits après leur parution ou que des spectacles théâtraux ont été autorisés par une instance et interdits par une autre. Des « ruses » pouvaient donc aider, plus ou moins selon les périodes, à contourner un tant soit peu cette censure – par exemple, la « langue d’Ésope » qui impliquait de multiplier sous-entendus et implicites.

98Mots-clefs : censure, URSS, « langue d’Ésope », GlavLit, samizdat

99Abstract: The Soviet censorship was perceived for a long time in a very simplified way in West. In fact, numerous authorities intervened in the processes of censorship, besides those officially in charge with this task– since the author to the number 1 of the Party sometimes, including writers and, where necessary, the creative Unions, the Institute of the Marxism-Leninism, the direction of the Army or the Fleet, the ministries, the individuals more or less high-ranking, the leaders of the party among which the ideological sector of the Central committee, as well as the KGB. Yet, a kind of “competition” between them aggravated or decreased their actions. Besides, assessment criteria were multiple, all not being explicit and some being of very subjective, even personal, matter. It is why in particular novels, accepted and published, were violently criticized, and even had to be completely rewritten after their publication, or why theatrical shows were authorized by an authority and forbidden by an other one. “Ruses” could thus help, more or less according to periods, to by-pass this censorship– for example, the “language of Aesop” which implied to multiply understood and implicit thoughts.

100Key words: censorship, USSR, “Aesopian Language,” Glavlit, samizdat

Reconfigurations de la censure à Cuba (1959-2014). Reconfiguration of Censorship in Cuba (1959-2014)

101Marie Laure Geoffray

102Résumé : Dans les mondes communistes, les travaux scientifiques se sont avant tout focalisés sur la répression visible et brutale, qui permettait entre autres de justifier la caractérisation des régimes communistes comme des régimes totalitaires. Peu de recherches ont été effectuées sur la répression « douce », ou le « channeling », la canalisation de la contestation ou de la critique. La censure fait partie de ces mécanismes moins visibles de contention de l’expression critique dans les mondes communistes. Il est donc pertinent de se pencher sur ce phénomène pour analyser dans quelle mesure il existerait des singularités de la censure sous les gouvernements communistes. Cette communication s’attache à mettre en lumière les spécificités des pratiques de censure dans les mondes communistes à partir des sources obtenues lors d’un travail de terrain de cinq ans à Cuba.

103Mots clefs : censure, répression, Cuba, communisme, socialisme tardif

104Abstract: In the communist worlds, the scientific research have focused above all on the visible and brutal repression, which allowed among others to justify the characterization of communist regimes as totalitarian regimes. Few inquiries were made on the “soft” repression, or the “channeling” of the contesting or the criticism. The censorship is a part of these less visible mechanisms of control of the critical expression in the communist worlds. He is thus relevant to deal with this phenomenon to analyze to what extent there would be peculiarities of the censorship under the communist governments. This communication attempts to highlight the specificities of the practices of censorship in the communist worlds from sources obtained during a field work of five years in Cuba.

105Key words: censorship, repression, Cuba, communism, late socialism

Les ruses des photojournalistes chinois. The Ruses of the Chinese Photojournalists

106Alain Peter

107Résumé : Trois décennies de réformes ont bouleversé le paysage des médias chinois et ont permis d’améliorer la qualité et la diversité de l’information, notamment iconographique, diffusée au public. Cependant, la censure sévit toujours pour de nombreux sujets et empêche les photojournalistes de rendre compte librement de l’actualité de leur pays. Quand ils veulent élargir la sphère de leur autonomie, les photojournalistes doivent ruser avec la censure. Analysés sous cet angle, des comportements et des productions des photojournalistes chinois prennent une autre lumière. Leur participation à des concours internationaux comme celui du World Press Photo ressemble à celle des autres nationalités, mais elle peut aussi se lire comme une façon d’échapper au quotidien de la censure. Un film sur des manifestations comme celle de Wukang recourt aux mêmes techniques de réalisation qu’ailleurs, mais elle peut également s’interpréter comme une manière de refuser le silence.

108Mots clefs : censure, Chine, photojournalisme, ruse, communisme

109Abstract: Three decades of reforms have changed the landscape of the Chinese media and allowed to improve the quality and the diversity of the information, in particular iconographic, made available to the public. However, censorship still rages for numerous subjects and prevents the photojournalists from reporting freely the current events of their country. When they want to widen the sphere of their autonomy, the photojournalists have to use trickery with the censorship. Analyzed under this angle, behavior and productions of the Chinese photojournalists take another light. Their participation in international competitions as that of the World Press Photo looks like that of the other nationalities, but it can also be read as a way of escaping the daily life of censorship. A movie about demonstrations as that of Wukang uses the same techniques of realization as somewhere else, but it can also be interpreted as a way of refusing the silence.

110Key words: censorship, China, photojournalism, ruse, communism

La censure du livre dans l’espace arabe. Book Censorship in the Arab World

111Franck Mermier

112Résumé : Ce texte traite du phénomène de la censure des livres comme révélateur de l’évolution des relations entre institutions politiques et religieuses dans plusieurs pays et, à un niveau panarabe, comme indicateur des frontières du livre. De fait, l’existence d’un marché panarabe du livre fait de la censure un élément structurant du monde de l’édition puisque les pratiques censoriales varient d’un pays à l’autre. Les trois tabous du censeur, la religion, la politique et le sexe, se déclinent ainsi de manière différente selon les pays et leur degré de libéralisme. La censure est aussi une contrainte structurelle qui pèse de manière négative sur la diffusion des productions culturelles et l’exercice des activités et processus créatifs. La question des limitations formelles et thématiques de la liberté d’écrire qui diffèrent selon les sociétés est ainsi abordée en ce qu’elle touche aux évolutions des bornes de l’autocensure. La censure du livre dans les pays arabes pourrait donner lieu à une chronique détaillée et fastidieuse qui ne prendrait en compte que la partie émergée de l’iceberg, c’est-à-dire les livres interdits après publication alors que la partie immergée est, de fait, beaucoup plus vaste. La résonance médiatique des affaires de censure est dorénavant assurée par plusieurs supports d’information à dimension panarabe (sans compter la presse internationale) qui agissent l’un sur l’autre comme des chambres d’échos amplifiant le retentissement de l’information. Paradoxalement, le jeu avec les limites du sulfureux, dans les titres et/ou le contenu de certaines œuvres, peut servir d’appât publicitaire faisant de la censure un allié de la diffusion du livre.

113Mots clés : censure du livre, édition, monde arabe, frontières, auto-censure, institutions de la censure

114Abstract: This text handles with the phenomenon of the censorship of books as indicative of the evolution of the relations between political and religious institutions in several countries and, at a Pan-Arab level, of the limits of the freedom of writing and publishing books. Actually, the existence of a Pan-Arab market of the book makes censorship a structuring element of the publishing world because the censorial practices vary from a country to the other one. Thus, three taboos of the censor, the religion, the politics and the sex, come in a different way according to countries and their degree of liberalism. The censorship is also a structural constraint which presses in a negative way on the distribution of the cultural productions and the exercise of the activities as well as on the creative processes. The question of the formal and thematic limitations of the freedom to write differ according to societies. We consider it to see in what extent it affects the evolutions of the limits of the self-censorship. The censorship of the book in Arab countries could give rise to a detailed and boring column which would take into account only the tip of the iceberg, that is the books forbidden after publication while the immersed part is much vaster, actually. The media echo of the affairs of censorship is assured from now on by several information media with Pan-Arab dimension (not to mention the international press) which act as the chambers of echos amplifying the noise of the information. Paradoxically, the game with the limits of the subversive, in the titles and/or the contents of certain works, can serve as advertising lure, making some censorship an ally of the distribution of the book.

115Key words: book censorship, publishing, Arab world, borders, self-censorship, censorship institutions

Rethinking Popular Music Censorship in Africa. Repenser la censure de la musique populaire en Afrique

116Michael Drewett

117Abstract: Over the past century popular musicians in Africa have not been free to sing about whatever they wish to, and in many countries they are still not free to do so. An analysis of popular music censorship in Africa is able to deepen our understanding of popular music censorship more broadly, especially, but not only, in terms of defining popular music censorship. It is also able to further our understanding of the mechanisms and social relations of popular music censorship and the importance of such studies for the development of society. With reference to examples taken from a necessarily very broad cross-section of musicians in pre and post-independent Africa this paper focuses on mechanisms employed to censor musicians and how these inform a working definition of popular music censorship.

118Key words: censorship, repression, Africa, popular music

119Résumé : Au cours du siècle passé, des musiciens populaires en Afrique n’ont pas été libres de chanter de ce qu’ils souhaitaient et dans beaucoup de pays ils ne sont toujours pas libres de le faire. Ce qui est suggéré et exploré dans cet article qui se concentre sur des mécanismes employés contre les musiciens par les censeurs est qu’une analyse de la censure exercée sur la musique populaire en Afrique peut approfondir notre compréhension de la censure de la musique populaire plus largement. Elle peut améliorer notre compréhension des mécanismes et des relations sociales liés à la censure de la musique populaire et montrer l’importance de telles études pour le développement de la société. Les cas étudiés sont nécessairement des échantillons dans un ensemble beaucoup plus vaste.

120Mots clefs : censure, répression, musique populaire, Afrique

Censure de l’information en Afrique subsaharienne francophone : la censure dans les régimes semi-autoritaires. Censorship of Information in French-speaking sub-Saharan Africa: Censorship in Semi-authoritarian Regimes

121Marie-Soleil Frère

122Résumé : Les pays d’Afrique francophone ont connu, ces deux dernières décennies, une ouverture démocratique, libéralisant le secteur des médias et la gouvernance politique. Cependant, la plupart de ces régimes sont aujourd’hui qualifiés de « semi-autoritaires », présentant l’apparence de la démocratie, tout en conservant des traits dictatoriaux. Ce chapitre vise à montrer que le caractère hybride de ces régimes se reflète dans leur secteur médiatique dont la configuration relève d’une forme de libéralisme autoritaire qui allie un réel pluralisme à des pratiques de contrôle et de pression. Dans ce contexte, les journalistes négocient en permanence leur marge de manœuvre, entre des formes de censure directe qui émanent de l’appareil politique, des pressions indirectes qui visent à générer l’autocensure dans les rédactions, mais aussi au sein de routines professionnelles bien installées dans les médias publics comme privés.

123Mots clés : Afrique francophone, journalistes, censure, autocensure, semi-autoritarisme, libéralisme autoritaire

124Abstract: For the past two decades, the countries from Francophone Africa have gone through a process of democratization, opening both the media sector and the political landscape. Nevertheless, these countries are currently labeled as “semi-authoritarian,” showing both a democratic façade and authoritarian traits. This chapter aims at demonstrating that the hybrid form of these regimes is reflecting in their media sector, which could be qualified as liberal authoritarian, meaning that both a true pluralism and practices of control and pressure are witnessed altogether. In such a context, journalists are permanently negotiating their agency, caught between forms of direct censorship, indirect pressures leading to self-censorship in the newsrooms, as well as inside of longtime established professional routines in public and private media outlets.

125Keywords: Francophone Africa, journalists, censorship, selfcensorship, semi-authoritarianism, liberal auhoritarianism

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540