Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Troisième partie. Les censures dans les régimes autoritaires et totalitaires xxe-xxie siècles

Censure de l’information en Afrique subsaharienne francophone : la censure dans les régimes semi-autoritaires

Censorship of Information in French-speaking sub-Saharan Africa: Censorship in Semi-authoritaria Regimes

Marie-Soleil Frère

Résumé

Les pays d’Afrique francophone ont connu, ces deux dernières décennies, une ouverture démocratique, libéralisant le secteur des médias et la gouvernance politique. Cependant, la plupart de ces régimes sont aujourd’hui qualifiés de « semi-autoritaires », présentant l’apparence de la démocratie, tout en conservant des traits dictatoriaux. Ce chapitre vise à montrer que le caractère hybride de ces régimes se reflète dans leur secteur médiatique dont la configuration relève d’une forme de libéralisme autoritaire qui allie un réel pluralisme à des pratiques de contrôle et de pression. Dans ce contexte, les journalistes négocient en permanence leur marge de manœuvre, entre des formes de censure directe qui émanent de l’appareil politique, des pressions indirectes qui visent à générer l’autocensure dans les rédactions, mais aussi au sein de routines professionnelles bien installées dans les médias publics comme privés.

For the past two decades, the countries from Francophone Africa have gone through a process of democratization, opening both the media sector and the political landscape. Nevertheless, these countries are currently labeled as “semi-authoritarian,” showing both a democratic façade and authoritarian traits. This chapter aims at demonstrating that the hybrid form of these regimes is reflecting in their media sector, which could be qualified as liberal authoritarian, meaning that both a true pluralism and practices of control and pressure are witnessed altogether. In such a context, journalists are permanently negotiating their agency, caught between forms of direct censorship, indirect pressures leading to self-censorship in the newsrooms, as well as inside of longtime established professional routines in public and private media outlets.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Human Rights Watch, « Tu n’auras pas la paix tant que tu vivras. » L’escalade de la violence (...)

1Au Burundi, en septembre 2011, un groupe armé non identifié attaque un bar dans une localité, Gatumba, située à 15 km de Bujumbura, faisant plus de 40 morts. Trois jours plus tard, le ministère de l’information interdit aux médias burundais de « publier, commenter ou analyser » toute information liée au massacre. Plus encore, toutes les « émissions en direct à caractère politique » sont suspendues durant un mois. Le prétexte invoqué est celui de la nécessité de ne pas entraver l’enquête, un argument relevant de la « sécurité nationale1 ».

  • 2 Journaliste en danger (JED), Rapport 2011. La liberté de la presse pendant les élections, Kinshasa (...)

2Quelques mois plus tard, en République démocratique du Congo (RDC), en décembre 2011, suite au déroulement du second tour de l’élection présidentielle, le ministère de l’intérieur et de la sécurité ordonne la suspension du service SMS de tous les réseaux de téléphonie mobile. Raisons avancées : la « préservation de l’ordre public » et « un aboutissement heureux du processus électoral en RDC2 ». Les SMS étaient en effet largement utilisés pour mobiliser l’opposition politique qui dénonçait la manipulation des résultats.

  • 3 Voir, sur le site de Reporters sans frontières, [http://fr.rsf.org/tchad-le-contributeur-d-un-blog (...)

3Plus récemment, le 23 mars 2013, au Tchad, le blogueur et activiste Jean Étienne Laokolé, qui contribuait sous pseudonyme au blog d’un Tchadien de la diaspora, est arrêté par les forces de sécurité, après que son identité eut été révélée sur un autre blog. Après avoir passé cinq mois en détention, il est condamné à trois ans de prison avec sursis pour « diffamation et complot d’atteinte à l’ordre public n’ayant pas abouti3 ».

  • 4 V. T. Levine, Politics in Francophone Africa, Boulder, Lynne Rienner, 2004.

4Ces trois incidents récents démontrent que la censure reste d’actualité en Afrique francophone, alors même que les pays de la région ont connu, ces deux dernières décennies, une ouverture démocratique, libéralisant le secteur des médias et la gouvernance politique4. En particulier la « sécurité nationale » et « l’ordre public » sont brandis pour restreindre la liberté d’expression, dans des pays qui ont connu, pour un certain nombre d’entre eux, des conflits armés et où pèse parfois une menace terroriste, souvent liée à l’islamisme radical.

  • 5 Ce texte traite uniquement de la censure émanant des acteurs institutionnels (mandataires et insti (...)

5L’hypothèse défendue ici est que de nouvelles formes de censure ont émergé depuis deux décennies, qui reflètent la nature particulière de la plupart de ces régimes africains5. Il s’agira d’abord de définir les spécificités de ces pouvoirs politiques qualifiés de « semi-autoritaires » avant de montrer en quoi leur paysage médiatique et sa gestion par l’autorité publique sont révélateurs des caractéristiques de tels régimes. Pour comprendre la particularité des interactions entre journalistes et pouvoirs politiques dans ce contexte, il sera nécessaire de mettre en avant les racines historiques de la censure médiatique dans ces pays, les formes qu’elle revêt aujourd’hui, les thématiques autour desquelles elle sévit et les stratégies de contournement qui sont mises en place par les journalistes et leurs médias pour y échapper.

Des régimes hybrides et de leurs médias

  • 6 Cette expression désigne usuellement un ensemble de 17 pays, situés principalement en Afrique de l (...)
  • 7 Sur la distinction entre les traditions journalistiques des pays francophones et anglophones en Af (...)

6Ces dernières années, la censure politique exercée dans le champ médiatique a adopté de nouveaux visages en Afrique subsaharienne francophone6. Si cette vaste région englobe des situations nationales contrastées, ces pays possèdent aussi un nombre de traits communs qui justifie une démarche comparative à leur égard : ils sont issus de la colonisation française ou belge (et évoluent donc dans la sphère francophone, y compris en ce qui concerne la tradition journalistique7) ; leur système institutionnel et leur cadre légal restent fortement imprégnés des modèles des anciennes métropoles ; le français y a été maintenu comme la ou une des langues officielles (et est donc largement utilisé par les médias). Et surtout, ces pays connaissent aujourd’hui des problèmes de gouvernance démocratique. Sur ces dix-sept États, tous sauf deux (le Bénin et le Sénégal) ont fait face, ces vingt dernières années, soit à des situations de confiscation du pouvoir générant l’impossibilité d’une alternance pacifique et démocratique à la tête de l’État, soit à des coups d’État ou à l’éclatement de conflits armés ; souvent les trois. La question des modalités d’accession au pouvoir et de la limitation de la durée des mandats des dirigeants semble partout problématique.

  • 8 M. Ottaway, Democracy Challenged. The Rise of Semi-Authoritarian State, Washington, Carnegie Endow (...)
  • 9 F. Zakaria, « The rise of illiberal democracy », Foreign Affairs, no 76, vol. 6, 1997, p. 22-43.
  • 10 A. Schedler, Electoral Authoritarianism. The Dynamics of Unfree Competition, Boulder, Lynne Rienne (...)
  • 11 L. J. Diamond, « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, no 2, avril 2002, (...)
  • 12 M. Hilgers et J. Mazzochetti (dir.), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le c (...)
  • 13 S. Hagberg, « Démocratie à double façade », M. Hilgers et J. Mazzochetti (dir.), Révoltes et oppos (...)

7La grande majorité de ces États peuvent être qualifiés de régimes « semi-autoritaires8 », de « démocratie illibérales9 », d’« autoritarismes électoraux10 » ou de « régimes hybrides11 ». Ces termes désignent tous une même réalité : celle de régimes qui présentent l’apparence de la démocratie (à travers, essentiellement, un dispositif institutionnel inspiré des démocraties occidentales, une société civile pluraliste, des médias privés et l’organisation régulière d’élections), mais tout en conservant des caractéristiques de régimes dictatoriaux (violations des droits de l’homme et impunité, mécanismes informels qui rendent impossible l’alternance). Comme le souligne Mathieu Hilgers au sujet du Burkina Faso, ce sont des régimes qui travaillent à rendre impossibles les aspirations démocratiques qu’ils ne peuvent manquer de susciter à travers les espaces de liberté qu’ils ouvrent12. Marina Ottaway insiste sur le fait que ce ne sont pas des régimes « en transition » ou en voie de « consolidation démocratique », mais bien des systèmes alternatifs conçus, établis, maintenus en tant que tels, sans perspective d’évolution. Selon Sten Hagberg, ce sont des régimes « de façade » dans les deux sens du terme : d’une part, parce que leur architecture institutionnelle d’apparence démocratique est un élément essentiel de leur présentation au monde, et d’autre part parce que cette façade n’est qu’un faux-semblant qui dissimule des mécanismes et pratiques autoritaires13. Ce faisant, la manipulation des registres institutionnels de la démocratie les conduit à ouvrir des espaces de liberté (multipartisme, liberté d’association, liberté de presse) qu’ils ne peuvent ensuite que tenter de contrôler vu leur potentiel de subversion.

  • 14 J.-P. Olivier de Sardan, « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone. Un (...)

8Dans ces pays, l’espace de la liberté d’expression n’échappe pas à cette gestion paradoxale, de sorte que l’on se trouve en face d’un espace médiatique que l’on pourrait qualifier de « libéral autoritaire », ce qui peut sembler absurde à première vue. La liberté de la presse y est effectivement affirmée, des médias pluriels existent, souvent assez virulents, mais des mécanismes informels sont mis en place pour limiter le potentiel de contre-pouvoir de ces médias, en particulier pour neutraliser leur aptitude à critiquer les dysfonctionnements dans la gestion de la chose publique ou à proposer des alternatives politiques et des perspectives divergentes aux citoyens. Officiellement, ces États démontrent leur attachement à la liberté d’expression, en adoptant une législation permissive, en laissant se développer des entreprises médiatiques privées, en soutenant même parfois les opérateurs à travers des mécanismes d’aide. Mais, informellement, des dispositifs sont mobilisés pour clôturer l’espace de libre expression. Comme le souligne Jean-Pierre Olivier de Sardan, ce type de régime est marqué par le « double langage » : d’un côté les normes publiques, celles de l’appareil constitutionnel et juridique, le langage « formel » ; de l’autre les normes pratiques, celles des « arrangements » et codes de la vie quotidienne « réelle », le langage « informel14 ».

9Dans le secteur des médias d’information, des moyens et stratégies informels divers sont mobilisés par les pouvoirs pour faire taire les voix divergentes, ou amoindrir leur portée, alors même que l’existence d’une presse « libre » est brandie par le régime comme une marque essentielle de sa bonne foi démocratique. Ce sont ces moyens et stratégies, que l’on peut qualifier de formes de la censure en régime semi-autoritaire, que cet article tente d’approcher. Dans cet espace d’Afrique francophone, et parfois aussi dans les pays anglophones voisins, ces formes présentent des similitudes car elles sont issues d’évolutions comparables, liées à la fois aux dynamiques politiques internes et régionales et aux mutations techniques similaires dans les modalités de diffusion de (et donc d’accès à) l’information.

Une histoire partagée de la censure

10En Afrique francophone, la censure est née conjointement à l’émergence des médias d’information, durant la période coloniale. Si sa trajectoire historique est distincte dans chaque pays du continent, elle présente cependant un certain nombre de points communs.

  • 15 A.-J. Tudesq, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse d’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA, 1995.

11Dans l’Afrique coloniale, la censure a pris tout d’abord la forme de « l’interdiction préalable ». Dans les colonies sous domination française, jusqu’en 1946, il était interdit à des « non-Français » (donc aux « sujets » des colonies) de créer des organes de presse. Dans l’Afrique belge, aucun journal politique aux mains des Africains ne fut autorisé avant 1958. La censure directe que constituait l’autorisation préalable a donc barré la porte à l’expression autonome des Africains durant plusieurs décennies, alors qu’une presse aux mains des « autochtones » se développait dans les territoires sous domination britannique15.

  • 16 Voir, par exemple, W. L. Schramm, L’information et le développement national, Paris, Unesco, 1966.
  • 17 Quelques rares exceptions ont émaillé ce paysage médiatique monolithique de l’Afrique francophone  (...)

12Si les colonies françaises se sont vu octroyer la liberté de la presse en 1946 (les Belges ne feront officiellement de même pour leurs territoires qu’en 1959), la presse privée qui s’est alors développée durant une dizaine d’années a fait long feu. Au lendemain des indépendances, survenues massivement en 1960, elle a brutalement ou progressivement disparu et une censure politique directe a été instaurée sur les médias, qui s’est perpétuée jusqu’au début des années 1990. Les prétextes invoqués pour justifier l’établissement d’un monopole étatique sur les médias d’information résidaient, d’une part, dans la nécessité de forger l’union nationale (dans des jeunes États aux frontière arbitraires, regroupant des communautés qui n’avaient parfois jamais appartenu à des ensembles communs avant la période coloniale) ; d’autre part, dans celle de promouvoir le développement (les médias devant aider le gouvernement à « combler le retard » des pays africains16). Dans ce contexte, où s’est imposé très vite un système de parti unique, toute parole divergente était proscrite : les paysages médiatiques se limitaient aux médias d’État, des commissions de censure épluchaient les rares publications spécialisées (culturelles, sportives ou économiques) avant parution17.

  • 18 Quelques rares pays ont maintenu des dispositifs de censure formels, comme la RDC où existe toujou (...)
  • 19 M.-S. Frère, Presse et démocratie en Afrique francophone. Les mots et les maux de la transition au (...)

13Au début des années 1990, sous l’influence de facteurs externes (chute du mur de Berlin, pressions des institutions financières internationales) autant qu’internes (mobilisations syndicales, étudiantes et populaires), l’ensemble des pays d’Afrique francophone ont traversé une période de libéralisation à la fois politique (avec l’autorisation du multipartisme) et médiatique (avec l’autorisation de médias privés, la levée des dispositifs de contrôle préalable, la disparition des dispositifs formels de censure a priori et a posteriori18). Des centaines de médias ont vu le jour, rivalisant d’impertinence envers les pouvoirs en place19.

  • 20 À ce jour, la Côte d’Ivoire n’a pas encore libéralisé son espace audiovisuel (si quelques radios p (...)

14Mais cette libération de la parole a débouché, un peu partout, sur des excès : atteintes à la vie privée, diffamation et injures se sont multipliées, jusqu’au cas extrême de la RTLM (Radio Télévision libre des Mille Collines), en 1994 au Rwanda, qui a participé à la préparation et à l’exécution d’un génocide. Les procès de presse ont été nombreux et, dans un certain nombre de pays, le processus visant à libéraliser le secteur audiovisuel a été ralenti face aux risques de dérives potentiels. L’épisode de la RTLM a d’ailleurs servi de prétexte à nombre de régimes peu enclins à laisser se développer les radios privées, sur un continent où la radio reste le média le plus accessible et donc le plus influent20. Toutefois, en dépit de ces réticences, le secteur audiovisuel privé s’est développé à son tour, particulièrement encouragé par le développement des technologies numériques qui allègent les dispositifs de production.

15Depuis le début des années 2000, des mutations se sont opérées également au niveau de la réception médiatique. L’expansion de la téléphonie mobile (et dans une moindre mesure de l’Internet), accélère et accroît les modalités d’accès aux contenus informationnels, tout en facilitant la participation des citoyens par le biais des émissions radiophoniques ou des forums de discussion en ligne.

  • 21 Quoique présentant tous des traits d’un « régime semi-autoritaire » tel que défini par Marina Otta (...)

16L’ombre de la censure semblait donc, depuis vingt ans, largement écartée en Afrique francophone. Cependant, ces dernières années, en dépit de l’ouverture rendue possible par les évolutions politiques et technologiques, de nombreux pouvoirs manifestent leur souci de contrôler l’expression publique. La résurgence ou la persistance de formes autoritaires de gestion du discours médiatique se conjugue avec le déploiement de nouvelles modalités de contrôle qui reflètent le caractère hybride des régimes politiques d’Afrique francophone21.

La persistance de la censure directe

  • 22 O. P. Hien, « Crise du journalisme et de l’espace public en Afrique : quelles alternatives pour un (...)

17Si la plupart des États s’enorgueillissent désormais de leurs institutions démocratiques, la censure directe a priori ou a posteriori n’a pas disparu sur le continent africain. Elle a même resurgi dans un grand nombre de pays au cours des dix dernières années, en particulier dans ceux ayant connu des conflits armés22 (10 sur les 17 étudiés).

  • 23 M.-S. Frère, Élections et médias en Afrique centrale. Voie de urnes, voix de la paix ?, Paris, Kar (...)

18En 2005, le contrôle préalable des publications a été réinstauré au Tchad par exemple, où les journaux ont été sommés de présenter leurs épreuves devant une commission de contrôle avant publication. En RDC, en 2005 également, des stations de radio se sont vu interdire de donner la parole à Étienne Tshisekedi, opposant historique, qui critiquait la mise en place du processus électoral. Les motivations évoquées pour justifier de telles mesures sont en général de « prévenir le désordre » ou de priver d’une tribune les personnalités politiques dont les propos sont considérés (parfois à raison) comme ne respectant pas les droits d’autrui. C’est ainsi que, lors des élections de 2005 en République centrafricaine ou de 2006 en RDC, des « embargos » sur certaines personnalités politiques ont été déclarés par l’instance de régulation des médias, les privant d’accès aux antennes pendant les semaines de campagne, une forme de censure a priori23.

  • 24 RFI a été suspendue de juillet 2009 à octobre 2010 en RDC et à maintes reprises, pour de plus cour (...)
  • 25 Voir T. Perret, « L’Afrique à l’écoute. La France, l’Afrique et la radio mondiale », Cahiers d’Étu (...)

19Dans les pays en conflit ou sortant de conflit, la suspension des médias locaux ou internationaux constitue également une pratique récurrente. Pendant de longs mois, RFI (Radio France Internationale) a été suspendue en RDC et en Côte d’Ivoire24, deux pays où la radio internationale française bénéficie d’une telle pénétration qu’elle est considérée comme un acteur susceptible d’influer sur la politique locale25. À Kinshasa, lors des élections de 2011, des médias proches de l’opposition politique ont vu leur signal coupé temporairement ou définitivement. La suspension des médias locaux peut se faire par le biais d’une décision du régulateur, du ministère ayant en charge l’information, ou sur une initiative propre de l’armée, voire des services de renseignements, dans des contextes où le pouvoir coercitif s’exerce de manière formelle et informelle, à travers un grand nombre d’entités. En République centrafricaine, en Guinée, au Mali, en 2013, des radios ont également été fermées, voire saccagées et pillées par des mouvements armés ou des militants de partis politiques. Au Cameroun, au Niger, en République du Congo, ce sont les instances de régulation des médias qui ont suspendu des médias locaux, pour des périodes plus ou moins longues.

20En outre, tous ces pays sans exception ont connu ces dernières années des cas d’interpellation, d’arrestation, d’emprisonnement, parfois même d’assassinat de journalistes.

21Avec l’émergence des médias en ligne, les tentatives de blocage de l’accès à un certain nombre de sites se sont également multipliées, de sorte que l’ONG internationale de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières a lancé la plate-forme [www.wefightcensorship.org] destinée à héberger les contenus de médias censurés ou dont les auteurs ont été inquiétés.

Des formes de censure « indirectes » ou comment encourager l’autocensure

22Dans les régimes « semi-autoritaires », si certains types d’entrave à la liberté de la presse empruntent les voies et moyens des pouvoirs dictatoriaux (censure directe, arrestations et violences envers les journalistes, voire même assassinats ciblés), d’autres formes de contrôle de la parole dans l’espace public sont plus discrètes, afin de ménager la « façade ».

  • 26 M.-S. Frère, « Journaliste en Afrique : métier à risques et risques pour le métier », in S. Pomel (...)
  • 27 R. De la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation, Éditions Bruylant, 20 (...)
  • 28 K. D. Karlekar, License to censor: The Use of media Regulation to Restrict Press Freedom, Freedom (...)

23Diverses stratégies permettent d’exercer des pressions pour éviter que les médias ne se penchent sur des sujets délicats, mais sous couvert d’une intervention tout à fait légitime (en tout cas au point de vue formel) des pouvoirs publics dans le secteur des médias. Nous avons précédemment montré comment de tels moyens « démocratiques » peuvent être mobilisés pour limiter l’espace d’expression libre, à travers des dispositifs « présentables » aux yeux des partenaires financiers et ambassades étrangères parfois tatillonnes quant au respect des droits fondamentaux26. Un premier moyen réside dans la manipulation du cadre légal. Si, dans les années 1990, la plupart des États africains ont adopté de nouvelles lois sur la presse qui entérinent la liberté d’expression, certaines d’entre elles maintiennent des dispositions répressives importantes. En outre, dans des pays où l’indépendance de la justice ne constitue elle aussi qu’une fiction, des énoncés flous comme ceux d’« atteinte à la sécurité de l’État » ou d’« atteinte à la personne du chef de l’État » permettent aux magistrats d’infliger des peines très lourdes aux médias ou aux individus que les puissants souhaitent faire taire. Au Niger, en 2007, Moussa Kaka, directeur de la radio Saraounia et correspondant de RFI, a passé 13 mois en prison, condamné pour « complicité d’atteinte à l’autorité de l’État », pour avoir établi des contacts téléphoniques avec les mouvements rebelles touaregs. Les nouvelles instances de régulation de la communication, issues des processus d’ouverture des paysages audiovisuels27, constituent aussi souvent des acteurs de répression, politiquement manipulées par l’exécutif. Leurs sanctions envers les médias préservent un « vernis de légalité et de pluralisme qui est moins susceptible d’attirer l’attention et les critiques de l’extérieur28 ». D’autant que, dans un contexte de forte politisation des médias, ces derniers ne sont pas toujours respectueux de la loi et de la déontologie.

  • 29 En septembre 2013, le CNC du Cameroun suspendait de nombreux médias pour « non-respect des disposi (...)
  • 30 Les processus de libéralisation ont entraîné une ouverture des économies aux capitaux privés, mais (...)

24Les pressions relèvent aussi parfois du registre économique, l’autorité publique pouvant imposer aux médias des contraintes administratives et fiscales aussi lourdes que politiquement sélectives. Au Cameroun, comme en République du Congo, le CNC (Conseil national de la communication) et le CSLC (Conseil supérieur de la liberté de communication) ont tous les deux évoqué le non-respect des dispositions légales et réglementaires pour suspendre des médias et groupes de presse formulant des critiques vis-à-vis du régime, alors que les médias proches du pouvoir n’étaient pas inquiétés29. Le harcèlement bureaucratique peut aussi constituer un moyen efficace pour l’État de contrôler l’espace médiatique. Les pressions économiques empruntent également la voie du boycott publicitaire, les budgets de communication des sociétés d’État n’étant orientés que vers des médias « alliés30 ».

  • 31 Institut Panos Paris, Aides publiques aux médias privés en Afrique Centrale, Paris, Institut Panos (...)

25Quant à l’aide de l’État à la presse privée, quand elle existe, elle peut se changer en outil de distribution d’avantages à ceux qui font allégeance31.

  • 32 Selon le Rapport 2011 du Committee to Protect Journalists, 301 journalistes ont fui leur pays ces (...)

26Ces menaces constantes, formelles et informelles, contribuent à faire du continent africain celui qui connaît le plus grand nombre de journalistes en exil32, tout comme elles favorisent la résurgence d’une pratique qui s’était généralisée durant la période de monopole étatique sur les médias : l’autocensure des professionnels de l’information. Le développement de l’autocensure constitue un avantage énorme pour un régime semi-autoritaire : en effet, l’internalisation de la contrainte permet d’éviter toute trace visible et saisissable du processus de limitation de la parole publique.

  • 33 C’est pourquoi la radio télévision nationale constitue toujours une cible prioritaire pour les put (...)
  • 34 Voir E. Tozo, « La Réforme des médias publics en Afrique : servir le gouvernement ou le citoyen ?  (...)

27L’autocensure connaît sans doute sa forme la plus aboutie au sein des médias dits « publics » qui sont, de fait, des organes au service du gouvernement et même de la Présidence de la République. Les médias d’État constituent un outil de légitimation indispensable pour les régimes semi-autoritaires qui ne se perpétuent pas seulement par la manipulation des institutions démocratiques, mais aussi parce qu’ils véhiculent une image positivement appréciée par une partie des citoyens33. Issus de la période du parti unique, ces médias ont, dans de nombreux pays d’Afrique francophone, connu une période de mutation suite à la libéralisation du secteur audiovisuel : il s’agissait alors de transformer les médias gouvernementaux en institutions de « service public », en modifiant à la fois leur statut et leur ligne éditoriale34. Toutefois, ces changements se sont, une fois encore, souvent limités à des modifications terminologiques, sans que la réalité en soit affectée. Car, derrière les effets de discours, un régime semi-autoritaire ne peut se résoudre à voir « ses » médias donner la parole à l’ensemble des composantes de la société, y compris l’opposition politique ou les mouvements sociaux.

28La mainmise du pouvoir en place sur ces médias (qui sont généralement ceux qui disposent de la plus large diffusion et sont capables d’atteindre un monde rural délaissé par les médias privés) est donc totale. Les diktats des ministres y tiennent lieu de conférence de rédaction. C’est ainsi que, dans un certain nombre de pays, la couverture par les médias publics des printemps arabes, en particulier des événements qui ont secoué la Tunisie et l’Égypte, a été limitée, voire interdite ; le caractère éminemment symbolique de ces événements en termes d’alternance au pouvoir ne pouvait être acceptable aux yeux des dirigeants d’Afrique subsaharienne.

  • 35 M.-S. Frère, « Journaliste en Afrique : métier à risques et risques pour le métier », art. cit.

29Enfin, les régimes semi-autoritaires profitent aussi largement de l’état actuel des pratiques professionnelles qui se sont développées dans un secteur médiatique sous-financé, très politisé et faiblement institutionnalisé : celles du journalisme rémunéré par les sources d’information. Travaillant dans des conditions salariales et statutaires précaires, nombre de journalistes sont prêts à accepter une rémunération en provenance d’acteurs politiques, économiques ou sociaux en échange d’une production médiatique. Tous les individus ou structures soucieux de visibilité publique savent comment attirer ou détourner l’attention des journalistes… et quels sont les tarifs auxquels ces prestations se négocient35. Et certains chefs d’État savent se montrer généreux envers un parterre de journalistes soigneusement sélectionnés.

30Les formes de contrôle de l’expression médiatique dans les régimes semi-autoritaires d’Afrique francophone révèlent donc un mélange (qui connaît des proportions variables d’un pays à l’autre, les éléments restant les mêmes) entre des actes de censure directe et formelle, des pressions visant à susciter l’autocensure, mais qui s’exercent à travers des dispositifs institutionnels de la démocratie libérale, et l’exploitation des fragilités d’un secteur journalistique faiblement institutionnalisé.

Les thématiques de la censure : le règne du double langage

31Quelles sont les susceptibilités particulières des régimes semi-autoritaires ? Marina Ottaway souligne que la caractéristique la plus importante de ces régimes réside dans leur faculté à organiser l’impossibilité de l’alternance au pouvoir, en dépit du pluralisme apparent. Si les élections sont manipulées, si les médias sont sous pression, c’est pour éviter que le régime en place soit effectivement menacé dans sa perpétuation.

32Dès lors, les tabous sont liés à tout ce qui est susceptible de fragiliser l’assise du chef de l’État, de son parti et de ses proches, qu’il s’agisse de l’évocation d’une quelconque succession à la présidence, de la mise en avant de forces (rebelles armés ou opposants politiques) qui remettent en cause la suprématie des détenteurs du pouvoir, ou de révélations sur des affaires de corruption impliquant des fonctionnaires, les forces de police ou l’armée. C’est pourquoi la critique des politiques gouvernementales ou des dépenses publiques, les investigations sur la fortune personnelle du président et ses origines, ou l’exposition des intérêts économiques des hauts gradés de l’armée ne sont pas tolérées. Au Bénin, longtemps montré comme un exemple en matière de liberté de la presse (quoique 400 procès de presse y soient en cours), la directrice de la chaîne de télévision Canal 3, Berthe Cakpossa, a été condamnée, en janvier 2013, à trois mois de prison ferme et 500 000 fCFA (762 euros) d’amende pour « offense au chef de l’État » pour avoir retransmis une conférence de presse au cours de laquelle un ancien conseiller à la présidence reprochait à Yayi Boni de vouloir « s’accrocher au pouvoir ». L’évocation directe de l’alternance, ou de la résistance de l’équipe au pouvoir à cette alternance, est particulièrement sensible, alors que se multiplient dans la région les révisions constitutionnelles qui visent à assurer la possibilité aux actuels dirigeants de se maintenir au pouvoir.

33Toutefois, dans des régimes semi-autoritaires caractérisés par le double langage, il faut généralement distinguer les motifs explicites de la censure (les raisons pour lesquelles le pouvoir dit vouloir limiter la circulation de certaines informations ou s’en prendre à un opérateur médiatique) et les raisons implicites (les véritables motifs pour lesquels le pouvoir souhaite faire taire un journaliste ou un média).

34Ainsi, la diffamation ou l’injure constituent le fond de nombreuses procédures, mais il s’avère souvent que, derrière ces chefs d’accusation, c’est le journalisme d’investigation et la dénonciation des divers dysfonctionnements de l’appareil d’État auxquels il peut conduire qui sont incriminés. Ainsi, en Mauritanie, le directeur de publication du journal en ligne Taqadoumy a passé 6 mois en prison en 2009, condamné pour « atteinte aux bonnes mœurs », suite à la publication d’un article qui faisait état de l’achat d’une coûteuse villa par un candidat aux élections présidentielles.

35L’atteinte à la sécurité de l’État, la tentative de déstabilisation des institutions, voire la haute trahison sont des motifs régulièrement invoqués. Ils peuvent toucher n’importe quel journaliste qui donne la parole à l’opposition politique civile ou armée. Les chefs d’accusation « actes de terrorisme » et « association de malfaiteurs » ont été mobilisés au Burundi en 2012 à l’encontre d’Hassan Ruvakuki, journaliste à Radio Bonesha et correspondant de RFI en swahili, incarcéré durant 16 mois pour avoir diffusé une information relative à l’existence d’une nouvelle rébellion à l’est du pays. Au Togo, le directeur de publication du journal Liberté a été, en 2013, inculpé de « complicité de destruction de biens publics » pour avoir publié un article dénonçant les pratiques de torture de la police envers certains suspects. Au Tchad, le directeur de publication de L’Observateur a été condamné pour « incitation à la révolte » pour avoir fait état d’un malaise au sein de certaines garnisons militaires. La nouvelle loi sur la presse adoptée en 2013 au Burundi qualifie comme un délit la publication d’informations pouvant porter atteinte « à l’économie nationale », ce qui laisse craindre aux journalistes que toute couverture de mouvements de grèves ou de manifestations qui paralyseraient sporadiquement les activités économiques puisse être considérée comme relevant de cette infraction. Au Burundi encore, les quatre principales radios privées ont été brutalement fermées en mai 2015, au motif qu’elles avaient diffusé un message émanant des auteurs d’une tentative de putsch.

  • 36 Plusieurs associations de journalistes africains et leurs partenaires internationaux ont initié de (...)

36Les législations africaines sur la presse sont caractéristiques des régimes semi-autoritaires : elles sont toutes relativement libérales, mais comportent des dispositions répressives, dissuasives ou suffisamment floues, susceptibles d’être mobilisées lorsque le pouvoir, qui assoit sa légitimité externe sur l’existence, entre autres, de la liberté de presse, voit cette liberté déboucher sur des critiques fragilisant le système36.

Les modes de contournement de la censure : ruser en régime semi-autoritaire

  • 37 T. Vittin, « L’impact des radios internationales en Afrique noire », T. Mattelart (dir.), La mondi (...)
  • 38 S. Ellis, « Tuning on to pavement radio », African Affairs, vol. 88, no 352, juillet 1989.

37De nombreux travaux ont montré que, durant les périodes où la censure formelle s’est exercée de façon ouverte et importante en Afrique francophone (la période coloniale et celle du monopartisme), les populations ont toujours trouvé des voies de contournement pour exprimer des positions divergentes : une presse clandestine a existé dans plusieurs pays (essentiellement sous forme de tracts) ; la presse confessionnelle s’est parfois risquée à une forme de critique sociale prudente ; les médias étrangers (en particulier les radios internationales émettant en ondes courtes) permettaient d’accéder à un autre son de cloche37 ; et puis la rumeur, la « radio trottoir », constituait aussi une source alternative d’information38.

38Dans les régimes semi-autoritaires actuels, ces formes de circulation alternative de l’information ont perdu de leur importance, la libéralisation ayant dégagé un espace juridiquement reconnu et garanti pour les discours divergents. Avec l’émergence des médias privés, dont certains au ton très critique, elles auraient pu complètement disparaître. Toutefois, ces formes de contournement de la parole officielle existent toujours, même s’il y est fait recours de façon plus sporadique : des tracts anonymes circulent encore occasionnellement au Burkina Faso ou au Burundi ; les auditeurs francophones restent fidèles à RFI en Côte d’Ivoire, en RDC ou en Guinée ; et la rumeur est toujours perçue comme une source de vérité qui révèle ce que les médias cachent. La persistance de ces alternatives informationnelles montre bien que l’espace d’expression n’est pas complètement libéré et que les médias privés locaux ne satisfont pas entièrement les besoins et attentes des citoyens en matière d’information. Là où le manque de moyens, les défauts de professionnalisme, les pressions et l’autocensure entravent la pratique journalistique quotidienne, il n’est pas rare que surgissent des tracts, que les radios internationales restent écoutées et que la rumeur soit toujours considérée comme une alternative à la désinformation.

39Au sein de certains médias locaux, des stratégies et des ruses sont également élaborées quotidiennement pour résister aux tentatives de confiscation de l’espace de liberté. Les technologies de l’information jouent un rôle croissant dans ces dynamiques de résistance. En effet, l’apparition des TIC a profondément transformé le travail des journalistes en Afrique subsaharienne, facilitant l’accès aux sources (dans des pays où les lignes téléphonique fixes étaient très limitées), accroissant la capacité de recoupement et de vérification de l’information, donnant une visibilité externe et une portée nouvelle aux médias du continent. Elles ont aussi permis de renforcer les relations des journalistes africains avec les organisations mondiales de défense de la liberté de la presse et donc la mobilisation internationale lorsqu’un média ou un membre de son personnel se trouve menacé.

  • 39 Nous avons montré dans un précédent texte à quel point l’anonymat constitue une condition importan (...)

40Téléphonie mobile et Internet ont également renforcé la circulation alternative de l’information, entre autres en renouvelant les modalités de la participation citoyenne aux débats politiques. À travers les contributions aux émissions radiophoniques à micro ouvert, aux forums de discussion en ligne ou aux réseaux sociaux, les internautes et auditeurs deviennent des pourvoyeurs d’information, confortés par la possibilité de l’anonymat39. L’étude des usages des forums en ligne au Burkina Faso montre que les débats entre internautes et leur popularité croissante révèlent le malaise auquel est en proie la pratique journalistique dans les grands quotidiens privés du pays : les contributions des internautes peuvent informer ou apporter des analyses que les journalistes eux-mêmes, limités par l’autocensure (que son fondement soit économique ou politique), ne se risquent pas à proposer.

  • 40 En mars 2013, Boukary Daou est arrêté à Bamako suite à la publication par son journal, Le Républic (...)

41Dès lors, les régimes semi-autoritaires se distinguent également par un souci de contrôler ces nouveaux espaces d’expression nés de l’expansion de l’utilisation des technologies de la communication par les citoyens. Plusieurs pays ont ainsi limité ou interdit, pour des durées plus ou moins longues, les émissions radiophoniques d’expression directe ou suspendu l’accès à certains réseaux sociaux. En RDC, en 2012, la représentation locale du CSAC (Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication) a interdit aux radios du Kivu la diffusion de tout appel d’auditeur s’exprimant sur la guerre à l’est du Congo. Au Mali et à Madagascar, des directeurs de publication ont été arrêtés pour avoir publié des lettres de lecteurs dénonçant certaines pratiques des autorités40.

  • 41 En juin 2014, l’Assemblé nationale de Madagascar adoptait une loi sur la cybercriminalité dont l’a (...)

42Les velléités de contrôle de l’Internet sont aussi de plus en plus manifestes41. Au Burundi, en mai 2013, le CNC (Conseil national de la communication) a ordonné la suspension du forum des internautes du journal Iwacu pendant 30 jours, prétendument suite à des commentaires appelant à la haine ethnique. Le régulateur n’ayant pas précisé, dans sa décision, de quels commentaires il s’agissait, ni même à la suite de quel article ils avaient été publiés, le webmaster n’a pas pu identifier les messages incriminés. En guise de rétorsion, le journal a décidé de suspendre l’ensemble de son site durant la période de sanction.

43Le souci de contrôle, généralement sous prétexte de limiter les dérives possibles (diffamation, injures, appels à la haine religieuse ou ethnique), a poussé certaines instances de régulation, comme le CSC du Burkina Faso, à tenter d’imposer un enregistrement préalable de l’identité des auditeurs et internautes participant à ces dispositifs ouverts. Cette mesure, imposée il y a quelques années aux radios (qui ne la respectent pas), a entraîné une levée de boucliers dans le milieu de la presse en ligne, ce qui a conduit le régulateur à retirer sa proposition. Le CSC s’est contenté d’imposer la mise en place d’un dispositif de modération a priori à l’ensemble des médias en ligne disposant d’espaces participatifs.

  • 42 À part peut-être, hors Afrique francophone, en Erythrée ou au Zimbabwe où effectivement, des moyen (...)

44Le filtrage du net ou le monitoring des émissions participatives constituent toutefois des opérations lourdes, nécessitant un personnel et des ressources techniques, dont ne disposent pas la plupart des États africains, contrairement à des dictatures plus nanties et technologiquement avancées comme la Chine ou l’Iran42.

Conclusion

45Les modalités pratiques et les obsessions thématiques des formes de censure décrites dans cet article reflètent bien la nature semi-autoritaire des régimes dans lesquels elles se développent. Il s’agit, pour ce genre de pouvoir, d’affirmer et d’afficher la liberté d’expression, tout en neutralisant simultanément ses effets, en freinant le potentiel qu’ont les médias, d’une part, de servir de contre-pouvoir (et de mettre en avant les failles des institutions, voire leur caractère de carton-pâte) et, d’autre part, de rendre visibles des alternatives.

46Dans les pays en conflit ou sortant de conflit, ces dynamiques et stratégies s’accentuent : la censure directe et indirecte s’y place dans la continuité des pratiques de gestion de l’information en temps de guerre, d’autant plus que le pouvoir reste souvent aux mains d’individus qui émanent de mouvements armés, même s’ils ont adopté le costume cravate. Dans les autres pays, le contrôle de l’espace médiatique procède de la volonté d’assurer la perpétuation d’une domination politique, en fragilisant les médias et l’opposition politique (bien souvent intimement liés) afin de neutraliser la possibilité de l’alternance.

47Les médias d’Afrique francophone sont les produits du système politique dans lequel ils s’inscrivent ; d’où cette configuration libérale autoritaire qui allie traits démocratiques et pratiques dictatoriales. Dans ce contexte, la plupart des journalistes négocient en permanence leur marge de manœuvre, entre des formes de censure directe qui émanent de l’appareil politique (gouvernement, forces armées, appareil judiciaire), des pressions indirectes qui visent à générer l’autocensure dans les rédactions, mais aussi au sein de routines professionnelles bien installées (culte de la personnalité dans les médias d’État, journalisme rémunéré par les sources dans de nombreux médias privés).

  • 43 S. Burnheim, « The right to communicate: The Internet in Africa », Londres, Article 19.

48Le contrôle exercé par l’autorité publique sur les contenus médiatiques et les sanctions prises ne sont toutefois pas toujours infondés : en Afrique francophone, comme ailleurs dans le monde, les médias peuvent être investis par des groupes et des militants divers, dont certains soutiennent des propos racistes, homophobes ou constituant des atteintes aux bonnes mœurs ou au respect d’autrui. De nombreux médias privés servent des intérêts politiques et peuvent être instrumentalisés dans le cadre de règlement de comptes ou pour mettre le feu aux poudres. Toutefois, la majorité des interventions de censure directe identifiées sur le continent peinent à convaincre de leur pertinence. Tout laisse à penser que, pour les médias en ligne comme pour les médias traditionnels, « les gouvernements vont essayer de limiter la liberté d’expression afin de couper court à l’opposition politique, tout en justifiant leurs velléités de contrôle et de monopole […] par la nécessité de protéger la sécurité nationale, l’ordre public et les bonnes mœurs43 ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

De la Brosse R., Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation, Éditions Bruylant, 2013.

Diamond L. J., « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, no 2, avril 2002, p. 21-35.

Frère M.-S., Presse et démocratie en Afrique francophone. Les mots et les maux de la transition au Bénin et au Niger, Paris, Karthala, 2000.

Frère M.-S., « Online Forums. How the Voices of the Readers are Reshaping the Sphere of Public Debate in Burkina Faso », H. M. Mabweazara, F. Mudhai et J. Whittaker (dir.), Online Journalism in Africa: Trends, Practices and Emerging Cultures, London, Routledge, 2013, p. 237-257.

Frère M.-S., « Journaliste en Afrique : métier à risques et risques pour le métier », in S. Pomel (dir.), Du risque en Afrique. Terrains et perspectives, Paris, Karthala, 2015, p. 132-153.

Hien O. P., « Crise du journalisme et de l’espace public en Afrique : quelles alternatives pour un développement du futur africain ? », Revue africaine des médias, vol. 13, no 2, 2005, p. 104-122.

Hilgers M. et Mazzochetti J. (dir.), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala, 2010.

Karlekar K. D., License to censor: The Use of media Regulation to Restrict Press Freedom, Freedom House, 2011 (accessible sur internet: [https://freedomhouse.org/sites/default/files/inline_images/License%20to%20Censor%20-%20Media%20Regulation%20Report]).

Levine V. T., Politics in Francophone Africa, Boulder, Lynne Rienner, 2004.

Olivier de Sardan J.-P., « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone. Un diagnostic empirique, une perspective historique », Politique africaine, no 96, 2004/4, p. 139-162.

Ottaway M., Democracy Challenged. The Rise of Semi-Authoritarian State, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 2004.

Perret T., « L’Afrique à l’écoute. La France, l’Afrique et la radio mondiale », Cahiers d’Études africaines, no 198-199-200, vol. 2-3-4, 2010, p. 1003-1032.

Schedler A., Electoral Authoritarianism. The Dynamics of Unfree Competition, Boulder, Lynne Rienner, 2006.

Tozo E., « La Réforme des médias publics en Afrique : servir le gouvernement ou le citoyen ? », in Politique africaine no 97, mars 2005, p. 99-115.

Tudesq A.-J., Feuilles d’Afrique. Étude de la presse d’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA, 1995.

Vittin T., « L’impact des radios internationales en Afrique noire », in T. Mattelart (dir.), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers Monde et audiovisuel sans frontières, Bruxelles, De Boeck, 2002, p. 81-102.

Notes

1 Voir Human Rights Watch, « Tu n’auras pas la paix tant que tu vivras. » L’escalade de la violence politique au Burundi, New York, 2012.

2 Journaliste en danger (JED), Rapport 2011. La liberté de la presse pendant les élections, Kinshasa, 2012, p. 58.

3 Voir, sur le site de Reporters sans frontières, [http://fr.rsf.org/tchad-le-contributeur-d-un-blog-d-12-04-2013,44374.html].

4 V. T. Levine, Politics in Francophone Africa, Boulder, Lynne Rienner, 2004.

5 Ce texte traite uniquement de la censure émanant des acteurs institutionnels (mandataires et institutions publiques, partis politiques, forces armées) et non de la censure religieuse ou sociale qui mobilise d’autres types d’acteurs et touchent à d’autres thématiques. Il considère comme censure toute forme d’intervention des autorités publiques qui vise à interdire ou empêcher la diffusion de tout ou une partie de certains contenus médiatiques d’information.

6 Cette expression désigne usuellement un ensemble de 17 pays, situés principalement en Afrique de l’Ouest et centrale, auxquels s’ajoutent Djibouti et quelques îles de l’Océan indien. Les pays concernés sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, le Togo.

7 Sur la distinction entre les traditions journalistiques des pays francophones et anglophones en Afrique, voir S. Capitant et M.-S. Frère, « Les Afriques médiatiques. Introduction thématique », Afrique Contemporaine, vol. 4, no 240, p. 27-41.

8 M. Ottaway, Democracy Challenged. The Rise of Semi-Authoritarian State, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 2004. Marina Ottaway définit le régime semi-autoritaire comme « un système ambigu qui combine l’acceptation rhétorique de la démocratie libérale, l’existence de certaines institutions formelles de type démocratique et un certain respect pour la sphère des libertés politiques et civiles, avec des caractéristiques propres aux régimes illibéraux ou même autoritaires » (p. 3).

9 F. Zakaria, « The rise of illiberal democracy », Foreign Affairs, no 76, vol. 6, 1997, p. 22-43.

10 A. Schedler, Electoral Authoritarianism. The Dynamics of Unfree Competition, Boulder, Lynne Rienner, 2006.

11 L. J. Diamond, « Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, no 2, avril 2002, p. 21-35. Diamond distingue quatre sous-groupes dans cette catégorie : les régimes ambigus, les régimes autoritaires électoraux hégémoniques, les régimes autoritaires politiquement fermés.

12 M. Hilgers et J. Mazzochetti (dir.), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala, 2010.

13 S. Hagberg, « Démocratie à double façade », M. Hilgers et J. Mazzochetti (dir.), Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. op. cit., p. 295-306.

14 J.-P. Olivier de Sardan, « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone. Un diagnostic empirique, une perspective historique », Politique africaine, no 96, 2004, p. 139-162.

15 A.-J. Tudesq, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse d’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA, 1995.

16 Voir, par exemple, W. L. Schramm, L’information et le développement national, Paris, Unesco, 1966.

17 Quelques rares exceptions ont émaillé ce paysage médiatique monolithique de l’Afrique francophone : le Sénégal, qui a conservé un certain pluralisme politique (limité à trois partis autorisés), a laissé se déployer une presse libre et quelquefois critique. La Haute-Volta a connu, des années 1970 à la révolution de 1983, une expérience de presse privée d’information. Le Cameroun a disposé de quelques organes de presse libres (entre autres un journal confessionnel), mais dont la marge de manœuvre était réduite. La différence était à nouveau frappante avec la presse des pays anglophones (en particulier le Nigeria et le Kenya) : même si la situation des journalistes n’y fut pas toujours favorable, ces pays n’ont pas connu le monopole étatique sur les médias imposé dans les pays francophones.

18 Quelques rares pays ont maintenu des dispositifs de censure formels, comme la RDC où existe toujours une commission nationale de censure des chansons et spectacles, instituée en 1966, qui interdit régulièrement la diffusion de certains morceaux de variété.

19 M.-S. Frère, Presse et démocratie en Afrique francophone. Les mots et les maux de la transition au Bénin et au Niger, Paris, Karthala, 2000.

20 À ce jour, la Côte d’Ivoire n’a pas encore libéralisé son espace audiovisuel (si quelques radios privées y existent, elles ne sont pas autorisées à traiter de l’information politique), mettant en avant une nécessité d’apaisement social, dans un pays où les dérives de l’ethnicité ont souvent conduit à des comparaisons avec le Rwanda.

21 Quoique présentant tous des traits d’un « régime semi-autoritaire » tel que défini par Marina Ottaway, les pays concernés par cet article présentent des différences notables autant au plan des libertés politiques que civiles. Nous allons toutefois ici souligner surtout les convergences.

22 O. P. Hien, « Crise du journalisme et de l’espace public en Afrique : quelles alternatives pour un développement du futur africain », Revue africaine des médias, vol. 13, no 2, 2005, p. 115.

23 M.-S. Frère, Élections et médias en Afrique centrale. Voie de urnes, voix de la paix ?, Paris, Karthala, 2009.

24 RFI a été suspendue de juillet 2009 à octobre 2010 en RDC et à maintes reprises, pour de plus courtes périodes, depuis 2002 en Côte d’Ivoire. Elle a également été suspendue au Rwanda, un pays où elle est toutefois moins écoutée car n’émettant pas en langue locale (contrairement à sa concurrente BBC).

25 Voir T. Perret, « L’Afrique à l’écoute. La France, l’Afrique et la radio mondiale », Cahiers d’Études africaines, no 198-199-200, vol. 2-3-4, 2010, p. 1003-1032.

26 M.-S. Frère, « Journaliste en Afrique : métier à risques et risques pour le métier », in S. Pomel (dir.), Du risque en Afrique. Terrains et perspectives, Paris, Karthala, 2015, p. 132-153.

27 R. De la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation, Éditions Bruylant, 2013.

28 K. D. Karlekar, License to censor: The Use of media Regulation to Restrict Press Freedom, Freedom House, disponible sur [http://www.freedomhouse.org/event/ license-censor-use-media-regulation-restrict-press-freedomp.7].

29 En septembre 2013, le CNC du Cameroun suspendait de nombreux médias pour « non-respect des dispositions de la loi de 1990 sur la communication sociale ». En 2014, le CSLC du Congo évoquait la loi sur la liberté d’information qui interdit toute forme de concentration dans les entreprises d’information et de communication pour retirer l’autorisation au groupe de presse Talassa, alors que d’autres groupes proches du pouvoir occupant le même positionnement sur le marché n’étaient pas inquiétés.

30 Les processus de libéralisation ont entraîné une ouverture des économies aux capitaux privés, mais, comme le souligne Marina Ottaway, derrière la façade de l’économie de marché, la privatisation a souvent permis de faire passer les principales entreprises dans les mains « privées » des hommes forts du régime, parfois même membres du gouvernement. Le marché publicitaire est donc extrêmement politisé et maîtrisé par une élite politique qui peut aussi exercer des pressions sur les annonceurs pour que ceux-ci ne placent pas leurs annonces dans des médias trop volontiers critiques.

31 Institut Panos Paris, Aides publiques aux médias privés en Afrique Centrale, Paris, Institut Panos Paris, 2004.

32 Selon le Rapport 2011 du Committee to Protect Journalists, 301 journalistes ont fui leur pays ces dix dernières années – principalement l’Éthiopie (79), le Zimbabwe (49) et l’Erythrée (47) –, soit deux fois plus que dans n’importe quelle autre région du monde [http://cpj.org/2012/02/attacks-on-the-press-in-2011-africa.php].

33 C’est pourquoi la radio télévision nationale constitue toujours une cible prioritaire pour les putschistes, comme ce fut encore le cas lors du coup d’État au Mali en 2012, lors de la prise de pouvoir de Sanogo.

34 Voir E. Tozo, « La Réforme des médias publics en Afrique : servir le gouvernement ou le citoyen ? », in Politique africaine no 97, mars 2005, p. 99-115.

35 M.-S. Frère, « Journaliste en Afrique : métier à risques et risques pour le métier », art. cit.

36 Plusieurs associations de journalistes africains et leurs partenaires internationaux ont initié des campagnes afin d’obtenir la « dépénalisation » des délits de presse, soit la fin des peines privatives de liberté pour les journalistes reconnus coupables de délits de presse. Si certains États ont changé leur législation en la matière (RCA, Togo), on constate que les journalistes y restent tout autant qu’auparavant victimes de sanctions pénales souvent arbitraires.

37 T. Vittin, « L’impact des radios internationales en Afrique noire », T. Mattelart (dir.), La mondialisation des médias contre la censure. Tiers Monde et audiovisuel sans frontières, Bruxelles, De Boeck, 2002, p. 81-102.

38 S. Ellis, « Tuning on to pavement radio », African Affairs, vol. 88, no 352, juillet 1989.

39 Nous avons montré dans un précédent texte à quel point l’anonymat constitue une condition importante pour permettre l’expression citoyenne dans un contexte « semi-autoritaire ». Voir M.-S. Frère, « Online Forums. How the Voices of the Readers are Reshaping the Sphere of Public Debate in Burkina Faso », H. M. Mabweazara, F. Mudhai et J. Whittaker (dir.), Online Journalism in Africa: Trends, Practices and Emerging Cultures, London, Routledge, 2013, p. 237-257.

40 En mars 2013, Boukary Daou est arrêté à Bamako suite à la publication par son journal, Le Républicain, d’une lettre ouverte d’un militaire malien qui reproche au nouveau président du Mali les avantages accordés au putshiste Sanogo. À Madagascar, en juin 2014, deux journalistes de Madagascar Matin sont arrêtés pour avoir publié une lettre de lecteur qui dénonce plusieurs personnalités officielles impliquées dans un trafic de bois de rose.

41 En juin 2014, l’Assemblé nationale de Madagascar adoptait une loi sur la cybercriminalité dont l’article 20 menace directement les journalistes, blogueurs et usagers des réseaux sociaux de peines très lourdes en cas de diffamation ou d’injure sur le net.

42 À part peut-être, hors Afrique francophone, en Erythrée ou au Zimbabwe où effectivement, des moyens considérables sont consacrés au contrôle du net.

43 S. Burnheim, « The right to communicate: The Internet in Africa », Londres, Article 19.

Auteur

Maître de recherche en sciences de l’information et de la communication, Fonds national de la recherche scientifique/Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540