Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Troisième partie. Les censures dans les régimes autoritaires et totalitaires xxe-xxie siècles

Les ruses des photojournalistes chinois

The Ruses of the Chinese Photojournalists

Alain Peter

Résumé

Trois décennies de réformes ont bouleversé le paysage des médias chinois et ont permis d’améliorer la qualité et la diversité de l’information, notamment iconographique, diffusée au public. Cependant, la censure sévit toujours pour de nombreux sujets et empêche les photojournalistes de rendre compte librement de l’actualité de leur pays. Quand ils veulent élargir la sphère de leur autonomie, les photojournalistes doivent ruser avec la censure. Analysés sous cet angle, des comportements et des productions des photojournalistes chinois prennent une autre lumière. Leur participation à des concours internationaux comme celui du World Press Photo ressemble à celle des autres nationalités, mais elle peut aussi se lire comme une façon d’échapper au quotidien de la censure. Un film sur des manifestations comme celle de Wukang recourt aux mêmes techniques de réalisation qu’ailleurs, mais elle peut également s’interpréter comme une manière de refuser le silence.

Three decades of reforms have changed the landscape of the Chinese media and allowed to improve the quality and the diversity of the information, in particular iconographic, made available to the public. However, censorship still rages for numerous subjects and prevents the photojournalists from reporting freely the current events of their country. When they want to widen the sphere of their autonomy, the photojournalists have to use trickery with the censorship. Analyzed under this angle, behavior and productions of the Chinese photojournalists take another light. Their participation in international competitions as that of the World Press Photo looks like that of the other nationalities, but it can also be read as a way of escaping the daily life of censorship. A movie about demonstrations as that of Wukang uses the same techniques of realization as somewhere else, but it can also be interpreted as a way of refusing the silence.

Entrées d'index

Texte intégral

1Louée dans le monde entier pour ses réformes économiques démarrées en 1979, la Chine ne l’est pas pour la transformation de ses médias d’information. La faute au maintien de la censure, bien sûr, mais aussi à une part d’aveuglement à l’étranger. Pourtant, les médias chinois ont aussi été touchés par de profondes réformes qui ont changé leur économie, leur rapport au pouvoir et au public, et par conséquent, la façon dont l’information est produite et diffusée. Le monolithisme en vigueur sous Mao Zedong, quand un nombre restreint de médias servait uniquement à la propagande du régime, a disparu. Il a laissé place à un paysage plus divers dans lequel cohabitent médias officiels et officieux.

  • 1 Y. Zhao, Communication in China. Political economy, power, and conflict, New York, Rowman & Little (...)

2La commercialisation constitue le moteur de ces changements. Au lieu d’être soutenus financièrement par le pouvoir comme le célèbre Quotidien du Peuple, des milliers de publications ont fleuri qui tirent leurs revenus des lecteurs et, surtout, des annonceurs publicitaires. Certes, les médias commercialisés restent des institutions gouvernementales et ils ne sont pas la propriété d’investisseurs privés. Mais ils sont gérés comme des entreprises et poursuivent un but lucratif. La Chine a ainsi crée un modèle propagando-commercialiste, selon l’expression forgée par Zhao Yuezhi1.

3En concurrence sur le marché de l’information, ces médias commercialisés doivent attirer le public afin de pouvoir vendre une audience aux annonceurs. Atteindre cet objectif nécessite une diversification et une amélioration des informations publiées. Il suppose que les journalistes gagnent en professionnalisme, qu’ils soient autant « experts » que « rouges ». Les notions de rapidité, d’exactitude, d’exhaustivité, de proximité ont ainsi gagné droit de cité dans les rédactions en vue de fournir au public une information enrichie et crédible.

4Cette communauté des journalistes compte en son sein un sous-groupe au rôle particulier : celui des photojournalistes. À eux revient la tache vitale de produire les images d’actualité. Pour les journaux commercialisés, cette tâche est doublement importante. D’une part, elle soutient les ventes de journaux car les lecteurs portent leur regard en priorité sur les images. Celles-ci sont donc en mesure d’attirer leur attention, voire de susciter l’acte d’achat. D’autre part, l’image crédibilise le journal et son information. Malgré les manipulations dont elle peut être l’objet, il subsiste l’idée que l’image est un écho objectif de la réalité physique, moins sujette à travestissement que l’écrit. De fait, plus les médias sont commercialisés, plus ils recourent à l’image. Cette observation vaut pour les journaux papiers comme pour les sites webs d’information. Les spécificités de l’image d’actualité placent donc les photojournalistes au cœur de la production de l’information et des enjeux des réformes des médias chinois. Elles font de l’observation des pratiques de cette profession un levier pour comprendre toute la fabrique de l’information en Chine.

  • 2 Reporters sans frontières (RSF), Classement mondial de la liberté de la presse 2014, [http://rsf.or (...)

5Toutefois, les transformations survenues dans les médias chinois ne peuvent masquer le maintien d’une puissante censure. Les autorités gardent la haute main sur l’information politiquement sensible, y compris celle diffusée par les supports commercialisés. Cette situation explique la 176e place sur 179 qu’occupe la Chine au classement mondial de la liberté de la presse publié en 2014 par Reporters sans frontières (RSF)2.

6Pris dans un étau entre les exigences de l’information et celles de la censure, les photojournalistes travaillent sous tension. Quatre options s’offrent à eux : se soumettre à la censure et se faire les hérauts de la propagande, s’opposer de front aux censeurs avec la certitude de perdre à plus ou moins long terme leur travail, quitter cet univers professionnel pour en rejoindre un moins dangereux, ou bien ruser afin d’élargir la sphère de leur expression. L’examen de la presse chinoise montre que cette dernière option est fréquemment choisie par les photographes des médias commercialisés. Fondé sur un corpus de cas concrets, ce constat empirique est confirmé par des dizaines d’entretiens menés depuis 2005 avec des photographes et par des séjours en observation participante au sein de rédactions de journaux de Canton, Kunming, Pékin et Shanghai. Entretiens et séjours permettent de comprendre comment procèdent des rédactions pour diffuser une information visuelle qui flirte avec la ligne rouge de la censure, voire parfois, la franchit.

7Ces ruses interrogent : quelle donc est leur efficacité ? Et de quoi sont-elles le symptôme ? Faut-il y voir l’indication d’une opposition des photojournalistes à la censure ou bien au régime politique en vigueur en Chine ? Ou bien, faut-il les interpréter plus modestement comme une tentative des photojournalistes d’élargir leur périmètre d’action à l’intérieur d’un système médiatique chinois dont ils s’accommodent par ailleurs ?

8La réponse à ces questions nécessite de décrire d’abord les chaînes qui entravent le travail des rédactions. Nous verrons que le régime recourt à cinq procédés pour canaliser la production et la diffusion des informations. Les ruses employées par les photojournalistes, dont il est possible de dresser une typologie, n’en prennent alors que plus de relief. Enfin, viendra le moment de procéder à une évaluation de l’efficacité des ruses et de discuter leur signification politique.

Les cinq dimensions de la censure

9Un exposé des principaux leviers de contrôle de l’information dont disposent les autorités chinoises permet de prendre conscience du courage que manifestent les journalistes qui jouent au jeu dangereux du chat et de la souris avec la censure. De façon schématique, les autorités disposent de cinq moyens pour contrôler les médias.

10Le premier moyen consiste en un système de licence. Ce sont les autorités qui décident de la naissance et de la disparition des médias. Disposer de capitaux et d’un savoir-faire ne suffit pas pour créer un journal. L’essentiel est obtenir l’autorisation des autorités sous la forme d’un numéro (kanhao) qui doit figurer sur la page de couverture. Un journal ne peut être publié que s’il dispose de ce sésame. Il garantit qu’un parrain se porte garant pour un média du respect des règles de l’information socialiste, notamment de la soumission à la censure. Ce parrain peut-être une entité publique (administration ou entreprise), ou bien parapublique (association, syndicat, fédération professionnelle, etc.). Leur point commun est d’être eux-mêmes sous la coupe du régime. Les investissements privés sont autorisés dans les médias, mais en théorie circonscrits aux activités péri-éditoriales comme la publicité. En pratique, il leur arrive d’influer sur le travail des rédactions. Mais les investisseurs privés sont eux-mêmes souvent liés au pouvoir.

11Deuxième moyen de contrôle des informations, le vaste domaine des secrets d’État. Innombrables et sans définition claire, les secrets d’État englobent tous les aspects de la vie publique : le nombre d’avortements forcées, les manifestations ouvrières, etc. Ils se déclinent dans une loi sur les secrets d’État, mais aussi dans des règlements dont certains sont eux-mêmes secrets. En la matière, les autorités disposent d’une sorte d’arme absolue, car il leur est possible de requalifier a posteriori en secret d’État une information qui ne l’était pas au moment de sa publication.

  • 3 Le Département central de la propagande désigne l’échelon national d’une pyramide administrative q (...)

12Distribuées aux médias, les instructions du Département central de la propagande3 forment le troisième levier d’intervention des autorités dans le travail des rédactions. Le Département central de la propagande est rattaché au comité central du parti communiste chinois et est dirigé par un des membres du bureau politique permanent. Les instructions du Département central de la propagande dictent aux médias les sujets qu’ils doivent traiter ou bien passer sous silence ; pour certains sujets, ils indiquent la façon de procéder. Ces instructions ne portent pas sur la totalité des contenus d’un média. Seules sont concernées les informations que le pouvoir juge sensibles car elles risquent de remettre en cause son autorité ou la « stabilité sociale », notion fourre-tout jamais définie clairement derrière laquelle s’abrite le pouvoir pour justifier les interdits. Au premier rang des tabous figurent les informations relatives aux dirigeants nationaux, au Tibet, au Xinjiang, aux dissidents. Chaque Département de la propagande local ajoute ses propres informations tabous qui tendent toujours à protéger l’action des pouvoirs et la personne des dirigeants. En cas de non-respect des circulaires, les sanctions pleuvent sur les fautifs : le journaliste doit écrire une autocritique et peut être renvoyé, le média risque d’être fermé.

13Le quatrième moyen de contrôle porte sur la sélection et l’encadrement des journalistes. Seuls ont le droit d’avoir une carte de presse les employés à temps plein de médias sous licence dont le travail consiste à produire de l’information. Et seul le titulaire d’une carte de presse est doté du droit d’interviewer (caifang quan). Autrement dit : le pigiste occasionnel ou bien une personne qui ne dispose pas d’une carte de presse n’a pas le droit de se présenter comme journaliste, ni de faire de l’information. Si cette disposition permet de lutter contre les personnes qui se présentent frauduleusement comme journalistes dans le but d’extorquer de l’argent à des entreprises, elle restreint aussi le droit d’informer aux seules personnes sélectionnées par le pouvoir. De plus, les journalistes doivent suivre des formations sur l’« information socialiste » qui comportent un rappel des règles de la censure, ponctué par un examen. Bien entendu, l’adhésion au parti communiste ou à l’une de ses organisations satellites est utile pour qui veut gravir les échelons dans la hiérarchie d’une rédaction. Enfin, le département de la propagande dispose du droit de nommer les principaux dirigeants des médias.

  • 4 De 620 000 en 1997, le nombre d’internautes chinois passe à 22,5 millions en 2000 et atteint 668 m (...)
  • 5 S. Arsène, Internet et politique en Chine, Karthala, Paris, 2011.

14À l’apparition de l’Internet, ces quatre moyens anciens de contrôle des médias ont été étendus au nouveau média. Mais ils se sont avérés inadaptés pour empêcher le potentiel émancipateur de l’Internet de s’exprimer, notamment du fait de l’explosion du nombre de producteurs potentiels d’informations4. L’Internet a ainsi obligé les autorités à ajouter une nouvelle dimension au contrôle : le filtrage de l’information en ligne. Celui-ci touche les journalistes et tous les citoyens et revient à faire de l’Internet chinois une sorte d’immense Intranet. L’appellation de Grand pare-feu (GPF) englobe un ensemble de techniques qui limitent les possibilités des internautes chinois d’accéder à certaines informations et d’échanger librement sur la Toile. Le GPF oblige les fournisseurs d’accès à l’Internet et les sites web à censurer les informations sensibles. Il instaure le blocage de certaines adresses URL et bannit l’usage d’une liste de mots-clés constamment mise à jour. Le GPF suit les évolutions technologiques : après avoir repris en main les forums de discussions et interdit le marché chinois aux grands acteurs étrangers, il s’attaque depuis 2013 aux réseaux sociaux chinois comme Weibo5.

15Malgré son poids sur les médias chinois, la censure ne reste pas figée. Au contraire, elle s’adapte à l’évolution des besoins de la société et des technologies de communication. Elle n’ambitionne plus de contrôler l’intégralité des informations diffusées au public. Elle ne le pourrait d’ailleurs plus en raison de l’augmentation du nombre des médias et de la quantité des informations produites. Son périmètre s’est resserré : elle concentre son effort sur les sujets politiquement sensibles. De plus, cette notion évolue elle-même. Hier interdits, certains sujets peuvent à présent être abordés, par exemple, les accidents industriels et la pollution. Les autorités poussent même les médias à couvrir ces événements. Elles veulent notamment que l’agence de presse officielle Chine nouvelle occupe le terrain de l’information de façon crédible. Le but est de couper l’herbe sous le pied de médias alternatifs qui pourraient attirer l’attention des citoyens chinois par l’exposition d’informations non-contrôlables.

16Malgré ces changements, le panorama général de la censure chinoise peut désespérer. Il ne semble pas rester de place disponible pour produire une information qui ne soit pas contrôlée par le pouvoir. De fait, s’opposer de front à la censure est très risqué pour la carrière, voire la sécurité personnelle du journaliste. S’il est épris de professionnalisme, ce dernier a intérêt à avancer masqué. Au mieux peut-il profiter des interstices de libertés que le régime lui laisse. Autrement dit, s’il ne veut pas se taire, il doit employer la ruse.

La typologie des ruses

17Les photojournalistes chinois disposent fréquemment d’informations dont ils savent que les autorités veulent éviter la diffusion. Face à cette situation, il leur faut choisir entre s’autocensurer ou bien diffuser l’information au risque de représailles. En réalité, le choix n’existe pas vraiment concernant les sujets les plus sensibles. Des révélations sur l’enrichissement du Premier ministre conduiraient immédiatement son auteur à perdre son travail, voir à être arrêté. D’ailleurs, l’hypothèse d’une telle révélation est irréaliste car jamais le média pour lequel travaille le journaliste n’oserait publier une telle information. Toutefois, le choix subsiste pour les informations qui tombent dans une zone grise, soit que le Département de la propagande n’ait pas encore adopté une position, soit que les agissements d’un pouvoir local contredisent une ligne politique nationale. Par exemple, des autorités locales peuvent ordonner aux médias sous leur responsabilité de taire la corruption d’un fonctionnaire alors que la consigne nationale encourage les médias à exercer un droit de supervision des mandarins.

18Ce type de situation est propice à l’usage de ruses par les photojournalistes. Il s’agit bien de ruses, car ils utilisent des procédés pour déjouer la censure, la contourner, tout en évitant de prêter le flanc à la critique. Une typologie peut-être construite qui distingue quatre formes de ruses, de la plus individualiste à la plus collective : l’exportation, l’enregistrement, la vitesse, l’union.

  • 6 « Chengdu he deyang tejing zai sichuan cangqu weiwen shi de zhaopian puguang » (Révélation de phot (...)

19Par l’exportation, une image sensible et interdite de diffusion en Chine est montrée à l’étranger. Cela peut-être sur un site web comme Boxun. Crée par Meng Meicun, un chinois émigré aux Etats-Unis, Boxun.com est un site participatif et bénéficie de subventions du Congrès américain. Il comporte textes et images, dont certains sont envoyés depuis la Chine. Beaucoup de ces informations sont anonymes ce qui pose un problème de crédibilité. Boxun tente de vérifier ces informations. Si la prudence reste nécessaire, il est avéré que Boxun publie des informations de grandes valeurs. Par exemple, le 2 décembre 2011, le site publie une série de huit photos prises en avril 2008, quelques mois avant les jeux olympiques de Pékin6. Elles montrent l’arrestation de dizaines de moines tibétains par la police militaire chinoise. Les moines portent aux cous des pancartes qui les accusent de porter atteinte à l’intégrité nationale chinoise. Boxun ne donne pas l’identité de l’auteur des photos, ni la date exacte où elles ont été prises, ni comment elles sont parvenues aux États-Unis. Des vérifications menées par des associations de tibétains en exil confirment que l’événement a eu lieu dans la ville de Ngaba Kirti car un temple est reconnaissable en arrière-plan ainsi que plusieurs de ses moines dont les noms sont inscrits sur les pancartes.

  • 7 Pour un examen détaillé, voir A. Peter, « Les photographes chinois enfiévrés par le World Press Ph (...)

20Dans le registre de l’exportation d’images se range également la ferveur des photographes chinois pour le concours annuel du World Press Photo (WPP) d’Amsterdam, aux Pays-Bas7. Depuis le milieu des années 2000, le nombre de participants chinois au plus important concours international de photographie n’est plus dépassé que par celui des États-Unis. Les raisons de cet engouement sont multiples. Comme leurs confrères du monde entier, les photographes chinois utilisent le WPP pour exposer leurs travaux et se faire connaitre. Mais, pour eux, il est aussi l’occasion d’adresser une critique indirecte aux organisateurs de concours de photographie en Chine. En effet, interrogés sur leurs motivations, ils saluent de façon quasi-unanime l’équité de jugement du jury du WPP. Un tel plébiscite n’est pas neutre : il constitue une critique indirecte des concours chinois dont l’organisation est supervisée par le Département de la propagande et dont les jurys ont la réputation de favoriser leurs clientèles. Par ailleurs, certains francs-tireurs se servent du concours du WPP pour montrer des images sensibles. C’est le cas du photojournaliste pékinois Lu Guang. Primé une première fois en 2003 pour un reportage sur l’épidémie de Sida provoquée par la vente de sang contaminé dans la province du Henan, il l’est une deuxième fois, en 2011, pour des images de marée noire dans le port de Dalian.

  • 8 Le nom a été changé.

21À la différence de la première catégorie de ruse, la deuxième s’adresse non pas à un public contemporain, mais futur. Dans un pays où la détention de la carte de presse est soumise à des critères restrictifs fixés par le pouvoir, elle est également un sésame qui donne un accès privilégié aux sources. Cette ambivalence permet aux journalistes de couvrir un événement même si la censure interdit la publication de tout reportage. Dans ces cas, au lieu de travailler pour le présent, les photojournalistes enregistrent une actualité dans l’espoir que le reportage sera diffusé à l’avenir. Cette ruse peut être menée de façon purement individuelle, sans que le photojournaliste en informe sa hiérarchie. Mais, parfois, sa mise en œuvre implique des moyens si importants qu’ils supposent une complicité du média. La vidéo réalisée en 2011 par une équipe du journal Nanfang Dushibao sur les manifestations dans le village de Wukan, près de Canton, à partir de septembre 2011, en offre une illustration. Elle montre le soulèvement des habitants dans le cadre d’un conflit sur la propriété des terres. Lorsque le conflit éclate, le photographe Wang8, du service multimédia du Nanfang Dushibao de Canton, obtient de son chef de service l’accord pour couvrir les événements bien que tout deux sachent dès ce moment que le reportage a peu de chances d’être publié. Une équipe de sept personnes se rend six fois à Wukan et durant un mois enregistre les événements. Il en ressort une vidéo qui montre la force de l’aspiration démocratique dans ce village et pointe l’incapacité du système politique en place à lutter contre la confiscation des terres. Cette critique rend impossible la diffusion de la vidéo sur le site web du journal. Elle reste stockée sur un disque dur et n’est montrée qu’à un cercle fermé de personnes. Wang espère qu’« un jour, le public pourra voir le reportage et comprendra alors ce qui s’est vraiment passé à Wukan ».

22La troisième ruse exploite un handicap du Département de la propagande : sa lenteur à réagir à un événement imprévu. Elle consiste à diffuser sur l’Internet une information avant que la censure ne l’interdise. Cette ruse tire partie de l’accélération du recueil et de la transmission des informations grâce aux technologies mobiles et à l’Internet. Ainsi, quand un événement soudain a lieu, il faut au Département de la propagande un certain temps pour en prendre connaissance, adopter une position et émettre une circulaire en direction des médias. Une rédaction peut profiter de ce laps de temps. Tant que le Département de la propagande n’interdit pas la publication d’une information, c’est qu’elle reste autorisée.

  • 9 « Changsha chengguan yu shimin chongtu yinshu bairen weiguan 1 nan yabei dadiao » (Un conflit entr (...)

23À Changsha, au centre de la Chine, le site web du quotidien Xiaoxiang Chenbao se montre un spécialiste de cette ruse à partir de 2010. Le 14 mars 2010, le site révèle des extraits d’un rapport de la commission de discipline du parti communiste de la province du Guangxi consacré à Han Feng, le responsable des ventes d’une entreprise de tabac. Celui-ci tenait un journal dans lequel il notait ses activités, notamment ses relations avec des prostituées et ses dépenses somptuaires financées par la corruption. Une année plus tard, le 29 avril 2011, le même site web publie un reportage photo réalisé par un particulier à l’aide d’un téléphone portable9. Les images montrent une manifestation contre un auxiliaire de police qui, le 26 avril, vers 22 h, a frappé un jeune homme dans une rue de Changsha. Par ce type de ruses, le site web du Xiaoxiang Chenbao nourrit les espoirs de libéralisation de l’information alors que les mécanismes de contrôle du régime semblent inopérants face à l’évolution de la technologie.

24Quatrième et ultime ruse, l’union qui fait la force et permet de braver collectivement un interdit. Elle est le mieux documentée par le tremblement de terre du Sichuan, le 12 mai 2008, qui fait près de 80 000 morts. Le pouvoir n’a pas du tout tenté de cacher ce drame. Au contraire, l’agence Chine nouvelle annonce le séisme quelques minutes à peine après sa survenue. En revanche, le département de la propagande intime aux médias commercialisés l’ordre de ne pas envoyer de journalistes sur place et de se contenter de reproduire les informations de Chine nouvelle. Les rédactions des principaux journaux commercialisés ne l’entendent pas de cette oreille. Ils se coordonnent et décident de passer collectivement outre à l’ordre du Département central de la propagande. Leur motivation est à la fois éditoriale et commerciale. Ils estiment de leur devoir d’informer leur public de cet événement et veulent en retirer des revenus publicitaires au lieu de laisser les médias officiels s’arroger tous les bénéfices.

25L’audace des médias frondeurs paie. Mis devant le fait accompli, le Département central de la propagande ne peut pas les forcer à rappeler leurs envoyés spéciaux. Dans les jours qui suivent, ces médias commercialisés publient les images réalisées par leurs propres photographes qui montrent une réalité encore plus dramatique que celle diffusée par l’agence officielle. Mais, surtout, ils abordent la très sensible question des écoles effondrées sur les élèves en raison du non-respect des normes de construction antisismiques.

26Autre exemple de cette forme de ruse, l’accident du train à grande vitesse à Wenzhou, le 23 juillet 2011, qui fait 42 morts. Tenus par le département de la propagande de minorer les faits, les médias finissent tout de même par poser les questions qui fâchent sur la responsabilité de l’État dans la catastrophe et sur l’organisation des secours. Ils y sont entraînés par le flot de commentaires outrés émis par des dizaines de millions de personnes sur les réseaux sociaux Weibo. Nourris de citoyens qui sont aussi des lecteurs des médias commercialisés, ce flot est tel qu’il est impossible à ces derniers d’y rester sourds sous peine de perdre toute crédibilité auprès de leurs publics.

Les limites des ruses

27Avérées et nombreuses, les ruses employées par les photojournalistes chinois sont-elles pour autant efficaces ? Et comment les interpréter : sont-elles le symptôme d’une défiance politique des journalises envers le régime ?

Une efficacité limitée

28Les ruses permettent aux photojournalistes de transmettre au public des informations que la censure voudrait étouffer. En ce sens, elles contribuent à faire reculer la censure. Mais leur efficacité ne doit pas être surévaluée. Au plan quantitatif, et sauf dans le cas du séisme du Sichuan, le nombre d’informations concernées n’est pas assez élevé pour bouleverser les contenus des médias. Au plan qualitatif, elles ne concernent pas les informations les plus sensibles, sauf quand elles sont publiées sur des médias basés à l’étranger. Concernant les prix gagnés par des photographes chinois au WPP, leur analyse statistique révèle une augmentation de 11 % en 2008 à 29 % en 2011 de la proportion d’images susceptibles de heurter la censure. Mais, de toute façon, les images les plus sensibles n’apparaissent pas au WPP, celles par exemple sur les immolations de Tibétains, la corruption des hauts dirigeants, etc. Quant à la critique implicite des concours chinois que traduit la participation massive des photographes au WPP, elle a contribué à une amélioration des jurys des concours chinois ces dernières années. Mais elle n’a pas conduit à une remise en cause de la tutelle du département de la propagande sur les concours de photographie organisés en Chine.

29À Canton, cinq années après les événements de Wukan, le reportage réalisé par l’équipe du Nanfang Dushibao reste caché dans un disque dur. Il a rejoint l’Enfer des rédactions chinoises, cet espace aujourd’hui virtuel où sont stockés les reportages réalisés par des journalistes et qui attendent des jours meilleurs pour être publiés. Si, un jour, le public peut visionner la vidéo des événements de Wukan, elle lui apparaîtra comme un document d’histoire déconnecté de l’actualité contemporaine. Il en est de même pour les nombreux enregistrements d’événements dramatiques passés, à commencer par les images de la répression du 4 juin 1989.

30Quant aux failles de l’Internet, force est de constater que les autorités s’avèrent expertes pour les refermer au fur et à mesure que la technologie et les pratiques sociales les révèlent. L’espoir de libéralisation de l’information que l’arrivée de l’Internet a soulevé a fait long feu. Les autorités modernisent en continu les techniques de surveillance de la toile et les méthodes de blocage et de suppression des contenus indésirables. Les médias qui réussissent, ponctuellement, à diffuser sur l’Internet des informations avant que la censure n’intervienne, finissent par en payer le prix. À Changsha, après chaque incartade du Xiaoxiang Chenbao, le Département de la propagande a contraint le site web à rester muet pendant un mois. Lassé de rédiger des autocritiques et de se faire mettre des bâtons dans les roues, le responsable du service a quitté le journal en 2013 et le site web est rentré dans le rang.

31Reste l’union des médias, la ruse la plus efficace car elle dépasse l’action courageuse mais individuelle d’un journaliste et entraîne le poids de puissantes organisations. Mais ces unions ne se réalisent que rarement et elles ne vont pas jusqu’à remettre en cause le principe même de la censure. Comment le pourraient-elles quand les médias restent tous, en dernière instance, la propriété du parti communiste ? Les cas d’union des médias contre le Département central de la propagande se nourrissent d’ailleurs de malentendus autant que d’ambition éditoriale ou commerciale. Si, dans le cas du séisme du Sichuan, les médias commercialisés se sont battus pour obtenir le droit d’informer, c’est parce qu’ils pensaient rendre compte d’une catastrophe uniquement naturelle. Lorsqu’il devint évident que les autorités avaient une responsabilité dans le nombre des écoles écroulées et des morts d’enfants, ils sont revenus à beaucoup plus de prudence.

De quoi les ruses sont-elles le symptôme ?

32Le caractère limité de l’efficacité des ruses ne dit rien sur leur signification politique. Elles peuvent, malgré tout, être le symptôme d’une opposition profonde des photojournalistes au régime. À moins que les limites des ruses n’expriment la nature même des relations entre les photojournalistes et les autorités ?

  • 10 J. Scott, La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p. 12.

33Les ruses des photojournalistes chinois peuvent être vues comme un des arts de la résistance analysés par James Scott. Selon le professeur de sciences politiques américain, « tout groupe dominé produit, de par sa condition, un “texte caché” aux yeux des dominants, qui représente une critique du pouvoir10 ». Ce « texte caché » prend la forme d’un déguisement, use de l’ambivalence car le groupe dominé ne peut s’opposer publiquement aux dominants sous peine de mettre en jeu sa sécurité. Or, les photojournalistes chinois sont un groupe dominé. Non seulement ils sont, comme tous les salariés, dans un rapport de subordination envers leurs employeurs, mais, de plus, ils doivent se plier aux règles de l’information socialiste qu’impose le Département central de la propagande. Dans l’incapacité d’exprimer ouvertement leur opposition politique aux dominants, les photojournalistes donneraient à leur texte caché la forme de ruses que permettent les techniques spécifiques de leur métier. Ils simuleraient par ailleurs la docilité au régime alors qu’en réalité ils seraient fondamentalement opposés à la censure.

34Toutefois, cette interprétation du comportement des photojournalistes chinois fait fide l’ambivalence de leur position dans la structure du pouvoir chinois. Il n’est, en effet, pas possible de les réduire à un groupe dominé car ils présentent aussi des traits communs avec les dominants. Le premier point commun concerne leur proverbiale vénalité. Tous les groupes de journalistes chinois sont concernés. Le phénomène est rendu par l’expression des « enveloppes rouges » dans lesquelles les sources d’information glissent des sommes aux journalistes. Officiellement, celles-ci servent à couvrir les frais de reportage. En réalité, elles assurent que les journalistes offriront une couverture positive d’un événement. Quand le journaliste monnaie son pouvoir, il se range du côté des dominants.

35Ainsi, chaque conférence de presse est l’occasion pour un reporter de se faire remettre un cadeau dont le montant courant est d’environ 40 euros. Les sommes récoltées par les journalistes de terrain sont ensuite versées dans un pot commun et partagées au sein des rédactions. Telle est la norme et elle est d’autant plus partagée par les photojournalistes qu’ils sont par définition amenés à fréquenter physiquement les sources alors que les rédacteurs peuvent se contenter de les contacter depuis leur bureau. La commercialisation des médias a aggravé ce phénomène auquel n’échappent que quelques rares journaux commercialisés comme Caijing qui font respecter la vertueuse charte de déontologie que tous les médias affichent malgré l’évidence des comportements contraires de leurs employés.

36L’assimilation des photojournalistes aux dominants s’étend au-delà des avantages financiers. De fait, les entretiens individuels révèlent que la plupart d’entre eux partagent avec le régime trois éléments essentiels de son idéologie : le progrès, la stabilité sociale, la discipline de propagande.

37En premier lieu, la fierté éprouvée de vivre une période de progrès dans tous les domaines. Ceux-ci contrastent avec les tempêtes politiques et les rigueurs économiques connues par les parents des journalistes actuels. C’est au parti communiste, une organisation dont beaucoup sont membres, que les journalistes en accordent le mérite. Cette conviction concerne aussi le domaine de l’information puisque les journalistes contemporains mesurent les différences de leur situation avec celle qu’ont connue leurs confrères plus âgés.

38En deuxième lieu, vient la conviction de la nécessité de maintenir la « stabilité sociale ». Cette expression est devenue le cœur de l’argumentation des dirigeants chinois. Elle entend que seule la préservation du monopole du pouvoir du parti communiste garantit la poursuite des progrès enregistrés par la Chine depuis 1990. Remettre en cause le pouvoir du Parti communiste, c’est risquer le retour du « chaos » illustrés par la Révolution culturelle et les manifestations de 1989. Le maintien de la stabilité sociale justifie la tutelle des autorités sur les médias et le silence des journalistes sur les informations qui risquent de la menacer. Supprimer « quelques informations sensibles » est le prix que les journalistes chinois acceptent de payer en échange du maintien du progrès général.

39Enfin, la fierté éprouvée par le fait de vivre une période de progrès et la conviction du besoin de maintenir la « stabilité sociale » renforcent le respect de la discipline de propagande. Celle-ci exige des médias et des journalistes qu’ils servent le parti communiste, à tout le moins qu’ils ne publient pas d’informations contraires à sa politique et à son pouvoir. La discipline de propagande instille la peur et s’impose de façon brutale quand les autorités répriment un journaliste trop indépendant. Mais elle n’a, le plus souvent, pas besoin de se rappeler de façon brutale au souvenir des journalistes. Elle peut d’autant plus compter sur leur autocensure qu’ils sont gagnées aux thèses de l’idéologie officielle.

  • 11 J. Hassid, «Four models of the Estate: a typology of contemporary chinese journalists», The China (...)

40Il n’en reste pas moins que toute généralisation au sujet des photojournalistes chinois est dangereuse tant les situations sont diverses. Leur communauté n’est pas homogène. Jonathan Hassid11 propose une catégorisation des journalistes chinois qui peut s’appliquer aussi bien aux photojournalistes. Il distingue les « communistes convaincus », les « journalistes ordinaires », les « engagés », les « Américains ». Les deux premières catégories ne comptent que des journalistes qui, par conviction ou intérêt, jouent le rôle de courroie de transmission attendu par le pouvoir. C’est dans les deux autres catégories, les plus petites en effectifs, que se trouvent les journalistes qui nourrissent des doutes sur le régime.

41Les journalistes « engagés » investissent des causes sociales. Ils se font les défenseurs de catégories de population défavorisées : enfants déscolarisés, travailleurs migrants, victimes d’injustices, etc. Ce penchant social explique que les journalistes « engagés » font leur apparition dans la deuxième moitié des années 1990 quand les réformes chinoises ne bénéficient plus à tout le monde. Ils sont souvent membres d’ONG et profitent de leur travail pour populariser leurs causes dans les médias et auprès des autorités.

42Quant aux « Américains », ils combinent la volonté d’indépendance des rédactions et de neutralité de l’information. Non seulement ils ne se voient plus en soldats de la propagande, mais ils estiment de leur devoir de surveiller le pouvoir. Cette avant-garde se trouve dans les médias les plus libéraux comme le Nanfang Zhoumo ou le magazine Caijing. Poussés par leur esprit de responsabilité sociale et le professionnalisme, ils se heurtent à une censure dont ils contestent la légitimité. Ce sont eux, les principaux auteurs des ruses.

Conclusion

43Les ruses expriment un désaccord des photojournalistes chinois avec la censure sur leur droit d’informer le public. Mais la nature et l’ampleur de ce désaccord doivent être explicités afin de ne pas se méprendre sur la signification politique d’un phénomène qu’il ne faut pas surestimer.

44Face à des autorités obnubilées par le maintien de la « stabilité sociale », certains photojournalistes exploitent au maximum les espaces ouverts par la réforme des médias. Comme le joueur de ping-pong qui tente d’envoyer la balle dans les coins de la table, là où l’adversaire aura le plus de mal à la renvoyer, ils « testent les limites » (da cabian qiu). Toujours dangereux, car il est impossible d’anticiper avec certitude les réactions de la censure, ce jeu n’en reste pas moins limité dans ses ambitions. Tout d’abord, seule une minorité des photojournalistes s’y adonnent et dans un nombre réduit de médias. Comme l’indique d’ailleurs l’expression de « tester les limites », il ne s’agit pas de renverser la table, mais de profiter de tout l’espace qu’offre le système médiatique. Par ailleurs, l’écrasante majorité des photojournalistes profite des avantages financiers que procure leur position dans les médias et partagent avec le parti communiste des traits essentiels de son idéologie.

45Ces caractéristiques donnent leur signification politique aux ruses des photojournalistes chinois. Comme communauté professionnelle, ils font le grand écart entre le pouvoir et le public, ils sont à la fois un groupe dominé et dominant. Prendre les ruses des photojournalistes chinois pour le symptôme d’une opposition générale et radicale de cette communauté au régime serait par conséquent erroné. Le courage et l’abnégation dont font preuve ceux des photojournalistes qui recourent aux ruses au risque de leur sécurité n’en sont que plus admirables. Les frictions qu’engendrent ces ruses contribuent à éroder la censure. Mais les voir en Cheval de Troie qui saperait de l’intérieur la censure serait sans doute leur accorder trop d’influence.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arsène S., Internet et politique en Chine, Karthala, Paris, 2011.

Hassid J., «Four models of the Estate: a typology of contemporary chinese journalists», The China Quarterly, 208, December 2011, p. 813-832.

Hsi H.-W. et Reeve C., Les mots qui font peur : vocables à bannir de la toile en Chine, L’Insomniaque, 2011.

Peter Alain, « Les photographes chinois enfiévrés par le World Press Photo », Le Temps des Médias, numéro 20, 2013, p. 168-181.

Scott J., La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2008. Stockmann D., Media commercialization and authoritarian rule in China, Cambridge University Press, 2013.

Zhao Y., Media, Market, and Democracy in China. Between the Party line and the bottom line. University of Illinois Press, 1998.

Zhao Y., Communication in China. Political economy, power, and conflict, New York, Rowman & Littlefield, 2008.

Notes

1 Y. Zhao, Communication in China. Political economy, power, and conflict, New York, Rowman & Littlefield, 2008; Y. Zhao, Media, Market, and Democracy in China. Between the Party line and the bottom line. University of Illinois Press, 1998; D. Stockmann, Media commercialization and authoritarian rule in China, Cambridge University Press, 2013.

2 Reporters sans frontières (RSF), Classement mondial de la liberté de la presse 2014, [http://rsf.org].

3 Le Département central de la propagande désigne l’échelon national d’une pyramide administrative qui se décline en départements de la propagande locaux au niveau des provinces, municipalités, cantons.

4 De 620 000 en 1997, le nombre d’internautes chinois passe à 22,5 millions en 2000 et atteint 668 millions en juin 2015, selon le Centre d’information sur le réseau internet de Chine (CNNIC). Un internaute est un résident chinois de 6 ans ou plus qui a utilisé internet dans les six mois passés.

5 S. Arsène, Internet et politique en Chine, Karthala, Paris, 2011.

6 « Chengdu he deyang tejing zai sichuan cangqu weiwen shi de zhaopian puguang » (Révélation de photos de la police spéciale de Chengdu et Deyang lors d’une opération de maintien de l’ordre dans la zone tibétaine du Sichuan), [http://boxun.com/news/gb/china/2011/12/201112021216.shtml].

7 Pour un examen détaillé, voir A. Peter, « Les photographes chinois enfiévrés par le World Press Photo », Le Temps des Médias, numéro 20, 2013, p. 168-181.

8 Le nom a été changé.

9 « Changsha chengguan yu shimin chongtu yinshu bairen weiguan 1 nan yabei dadiao » (Un conflit entre des vigiles de Changsha et des citadins attire des centaines de curieux, un homme perd des dents), [http://legal.gmw.cn/2011-04/29/content_1904627.htm].

10 J. Scott, La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p. 12.

11 J. Hassid, «Four models of the Estate: a typology of contemporary chinese journalists», The China Quarterly, 208, December 2011, p. 813-832.

Auteur

Enseignant et chercheur au Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) de l’université de Strasbourg

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540