Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Troisième partie. Les censures dans les régimes autoritaires et totalitaires xxe-xxie siècles

Reconfigurations de la censure à Cuba (1959-2014)

Reconfiguration of Censorship in Cuba (1959-2014)

Marie Laure Geoffray

Résumé

Dans les mondes communistes, les travaux scientifiques se sont avant tout focalisés sur la répression visible et brutale, qui permettait entre autres de justifier la caractérisation des régimes communistes comme des régimes totalitaires. Peu de recherches ont été effectuées sur la répression « douce », ou le « channeling », la canalisation de la contestation ou de la critique. La censure fait partie de ces mécanismes moins visibles de contention de l’expression critique dans les mondes communistes. Il est donc pertinent de se pencher sur ce phénomène pour analyser dans quelle mesure il existerait des singularités de la censure sous les gouvernements communistes. Cette communication s’attache à mettre en lumière les spécificités des pratiques de censure dans les mondes communistes à partir des sources obtenues lors d’un travail de terrain de cinq ans à Cuba.

In the communist worlds the scientific research have focused above all on the visible and brutal repression which allowed among others to justify the characterization of communist regimes as totalitarian regimes. Few inquiries were made on the “soft” repression or the “channeling” of the contesting or the criticism. The censorship is a part of these less visible mechanisms of control of the critical expression in the communist worlds. He is thus relevant to deal with this phenomenon to analyze to what extent there would be peculiarities of the censorship under the communist governments. This communication attempts to highlight the specificities of the practices of censorship in the communist worlds from sources obtained during a field work of five years in Cuba.

Texte intégral

  • 1 J. Earl, « Tanks, Tear Gas, and Taxes: Toward a Theory of Movement Repression », Sociological Theo (...)

1Dans les mondes communistes, les travaux scientifiques se sont avant tout focalisés sur la répression visible et brutale, qui permettait notamment de justifier la caractérisation des régimes communistes comme des régimes totalitaires. Relativement moins de recherches ont été consacrées à la répression « douce », ou le « channeling », la canalisation de la contestation ou de la critique étudiée par exemple par Jennifer Earl1. La censure fait partie de ces mécanismes moins visibles de contention de l’expression critique dans les mondes communistes. Il est donc pertinent de se pencher sur ce phénomène pour analyser dans quelle mesure il existerait des singularités de la censure sous les gouvernements communistes.

  • 2 F. Rigano, « Les censures et les libertés de pensée », in N. Amrouche et al., Censures. Les violen (...)
  • 3 L. Martin, « Censure répressive et censure structurale : comment penser la censure dans le process (...)
  • 4 L. Martin, « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, vol. 21, no 21, 2 (...)

2La censure, entendue comme tout acte qui vient limiter l’accès à l’information et la liberté d’expression, est pratiquée dans tous types de régimes politiques. Ce qui distinguerait des régimes démocratiques ou du moins pluralistes des autres seraient le moindre degré de recours à une censure dite « préventive », contrairement à une censure dite « successive2 » (ou répressive3). En effet, la censure successive/répressive intervient ex post et l’intervention est confiée à un organe juridique et non à une administration d’État, pour appliquer des lois qui ont fait l’objet de débats publics (lois mémorielles, loi contre le racisme, limitation de l’exposition à la pornographie, etc.). Cette distinction est discutable étant donné la variabilité du recours à la censure « préventive » dans les démocraties libérales (des très libéraux États-Unis à la très préventive France4, qui connut notamment des épisodes autoritaires comme la saisie de journaux lors de la guerre d’Algérie), mais elle est pertinente pour signaler l’absence d’État de droit et donc l’arbitraire qui prévaut souvent en la matière sous les gouvernements communistes.

3Dans ce chapitre, je propose de m’intéresser à la censure en tant que forme de limitation de la liberté d’expression sous le gouvernement communiste cubain. Ce cas très contemporain est pertinent car il permet de revenir sur certaines régularités des modes de censure dans les mondes communistes, étant donné son insertion dans le bloc soviétique jusqu’en 1989, tout en explorant les nouvelles dynamiques actuelles de censure depuis l’avènement d’Internet. La censure sera étudiée avant tout dans le domaine des médias et de la communication politique, à la fois dans la production et la manipulation de l’information par les autorités « par le haut », et dans le contrôle de toute production d’information et de toute opinion alternative/contestataire exprimée « depuis le bas ».

4L’objectif de ce chapitre est de montrer, à partir du cas cubain, qu’il existe une certaine spécificité de la censure dans les mondes communistes, dans lesquels deux logiques distinctes sont à l’œuvre : l’insertion de la censure dans un système plus vaste de répression de toute expression ; le brouillage des lignes de démarcation entre censeurs et censurés. En même temps, ces deux logiques font l’objet de recompositions sur le long terme. Elles doivent donc être explorées à travers une périodisation en trois temps. Dans le cas cubain, il faut distinguer entre la période de mise en place du gouvernement communiste, caractérisée par son insertion dans le bloc soviétique, la période du late socialism, qui court de la fin des années 1980 au début des années 2000, et une enfin une dernière période, marquée par l’émergence d’Internet. La première partie de ce chapitre revient donc sur les caractéristiques du système de censure cubain mises en place depuis 1959 ; la seconde partie décrit la perte de la situation de monopole du gouvernement en matière d’information à partir du tournant des années 1990 ; enfin la dernière partie analyse l’émergence d’un espace médiatique concurrentiel dans un Cuba post-soviétique.

Les journalistes comme « créateurs de Vérité »

5Dans cette première partie, nous prenons les trois premières décennies de la révolution comme un tout, bien qu’il serait nécessaire de distinguer plus finement entre les époques, car ce qui nous intéresse est de souligner les grandes caractéristiques du système de censure mis en place, similaire à ceux en vigueur sous les gouvernements communistes d’URSS et d’Europe de l’Est. On peut identifier trois régularités de cette pratique partagée de la censure, dont l’objectif intentionnel et explicite est la (re)production de l’idéologie dominante. 1/La censure fait partie d’un mode de gouvernement monopolitistique et arbitraire ; 2/l’objectif explicite de la censure est la production et la reproduction d’une vérité unique, celle du Parti et de l’État ; 3/tout citoyen peut tour à tour être censeur et/ou censuré.

  • 5 Les organes de presse des Partis communistes du bloc soviétique étaient certes distribués à l’inté (...)
  • 6 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 8-1 (...)
  • 7 Discours en ligne sur le site du gouvernement : [http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1971/esp/f3 (...)
  • 8 Déclaration du Premier Congrès national éducation et culture, document no 15, 1971.
  • 9 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 18.

6À Cuba comme sous les gouvernements communistes du bloc soviétique, la censure est avant tout fondée sur la monopolisation des moyens d’information et de communication (presse, radio, télévision, maisons d’édition, cinéma et désormais Internet) ainsi que de l’enseignement. Tout débat public est supprimé en dehors des lieux et des thèmes autorisés. La censure repose sur une « autarcie informationnelle » selon les termes de Dusan Havlicek : c’est-à-dire que toute forme de communication non contrôlée par le Parti et l’État est bannie ainsi que toute presse étrangère5. En 1960, la presse est nationalisée et, dans les années suivantes, de nombreux médias sont expulsés de Cuba (demeurent les agences Reuters, AFP et EFE). Selon la vision léniniste, reprise à Cuba, le rôle de la communication est politique, autrement dit toute production d’information – et au-delà toute production littéraire, artistique et historique – doit servir la cause du prolétariat, d’une part, et amener l’ensemble de la population à répondre aux demandes de l’État et du Parti, d’autre part6. À Cuba, c’est le célèbre discours de Fidel Castro, lors du Congrès national sur l’éducation et la culture en 19717, qui insère durablement Cuba dans cette politique qui fait de toute forme de communication un moyen de propagande. La déclaration officielle publiée à la suite de ce congrès reprend en effet de nombreux éléments de son discours, comme « la nécessité de maintenir l’unité monolithique et idéologique [du] peuple » et le fait que « l’art est l’arme de la révolution ». En conséquence, « les conditions politiques et idéologiques » doivent être prises en compte « dans la sélection des travailleurs des institutions » « comme les universités, les médias de masse, les institutions littéraires et artistiques, etc.8 ». La pression à la conformité est particulièrement forte dans les secteurs culturel et universitaire, car s’agissant de secteurs entièrement étatisés, il n’existe pas d’alternatives en termes d’emploi9.

  • 10 P. Bourdieu, Langage et Pouvoir Symbolique, Paris, Le Seuil, 2001.
  • 11 N. Chomsky et E. Herman, The Manufacture of Consent. The Political Economy of the Mass Media, New (...)
  • 12 P. Durand, La censure invisible, Arles, Actes Sud, 2006.
  • 13 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 15.
  • 14 F. Balle, Médias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, Paris, LGDJ, p (...)

7On retrouve en partie ici la notion de censure « structurale » de Bourdieu10, mais si censure structurale il y a, celle-ci ne résulte pas tant d’effets de champ, autrement dit des ajustements du monde de la presse liés aux contraintes structurelles de l’accès à l’information (standardisation de la formation dans les écoles de journalisme, recrutement des élèves journalistes dans les classes moyennes, temporalités accélérées de la transmission de l’information, logiques de convergences entre information et divertissement, achat des médias par des entreprises multinationales, force d’un « consensus moral » internalisé pour ne pas critiquer frontalement les élites, etc.), tels que les décrivent Chomsky et Herman pour le modèle capitaliste11 et Pascal Durand spécifiquement pour la France12. Dans ce modèle, les médias, tout contraints qu’ils sont, répondent à une pluralité d’intérêts13 et le droit des citoyens à l’information demeure le pendant de la liberté de la presse (toute limitée qu’elle soit)14.

  • 15 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit.
  • 16 Constitution cubaine de 1992. Texte disponible en ligne : [http://www.cuba.cu/gobierno/cuba.htm].
  • 17 Constitution de l’URSS de 1977, citée dans P. Lendvai, Les fonctionnaires de la vérité. L’informat (...)

8Au contraire, à Cuba comme ailleurs dans les mondes communistes, les médias sont sous « dépendance exclusive » des élites dirigeantes15, et la liberté de la presse comme la liberté d’expression sont subordonnées aux « fins de la société socialiste » (article 53 de la constitution cubaine16) ou « destinée(s) à renforcer et à développer le système socialiste afin d’édifier le communisme » (URSS)17. Le Parti définissant ces « fins », les journalistes lui doivent une loyauté et une obéissance sans faille. Cette censure est donc organisée de manière top down, centralisée et intentionnelle depuis le sommet de l’État et les instances centrales du Parti Communiste et toute production journalistique, littéraire ou artistique fait l’objet d’un examen préalable à sa parution ou à son exposition.

  • 18 F. Balle, Medias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, Paris, LGDJ, 2 (...)
  • 19 Pravda, 6 mai 1979, cité dans P. Lendvai, Les fonctionnaires de la vérité. L’information dans les (...)
  • 20 E. M. Santi, « A Cheap Glasnost : Writing and Journalism in Cuba Today », in J. S. Tulchin et R. H (...)
  • 21 Pour un récit des sombres années 1970 à Cuba pour le monde artistique et intellectuel, lire D. Nav (...)
  • 22 F. Balle, Médias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, op. cit., p. 2 (...)
  • 23 Benigno Aguirre s’inspire de P. Berger, The sacred Canopy, New York, Doubleday, 1990, p. 15-29 pou (...)

9La seconde régularité qu’on trouve en étudiant le cas cubain en regard des autres gouvernements socialistes du bloc soviétique est que cette censure est organisée pour être totale. Tous les moyens de communication doivent servir à construire la Vérité, proférée par le Parti (l’organe de presse du PCUS a pour nom Pravda – Vérité18 et son objectif est d’être « l’arme invincible de la vérité historique19 »). À Cuba, Fidel Castro promeut, au tournant des années 1970, les journalistes comme des « créateurs de vérité20 », contre le monde intellectuel critiqué pour son élitisme et son manque de conviction politique. Cette mise à l’écart des intellectuels est accompagnée d’une censure de toute publication estimée non orthodoxe. Des revues intellectuelles et littéraires (Lunes de Revolución, Pensamiento Critico) sont dissoutes, des maisons d’édition (El Puente) sont fermées, des artistes et intellectuels menacés et contraints d’aller travailler aux champs, dans des fonderies ou dans les archives de bibliothèques municipales21. Le monopole sur l’information et sur les publications qui résulte de la dissolution ou de la fermeture de toutes les entreprises autonomes est efficace : il permet de créer des effets d’édification22. En montrant l’exemple à suivre, l’homme nouveau travailleur et engagé, et en appelant à l’unité (du peuple, idéologique, révolutionnaire, de la nation, etc.), ce monopole sur l’information permet la constitution d’un monopole sur l’interprétation de la réalité sociale. En l’absence d’explications concurrentes à celles fournies par le gouvernement, ce monopole permet de justifier l’ordre social et politique communiste23.

  • 24 S. Liss, Fidel! Castro’s political and social thought, Boulder, Colorado, Westview Press, 1994, p. (...)
  • 25 F. Castro, «Important Problems for the Whole of International Revolutionary Thought», New Internat (...)
  • 26 Le discours est en ligne sur le site du gouvernement cubain : [http://www.cuba.cu/gobierno/discurs (...)

10À Cuba, Fidel Castro justifie cette mainmise sur l’information par la menace que constitue l’existence d’organisations contre-révolutionnaires, financées et soutenues par les États-Unis24. Jusqu’à l’époque la plus contemporaine, la formulation de critiques publiques de la révolution cubaine en tant que système social et politique n’est pas permise, avec l’argument que cela ferait le jeu des États-Unis et de la contre-révolution25. L’appel à l’unité (du peuple, idéologique, révolutionnaire, etc.) constitue un des leitmotiv de cette idéologie, ce qui constitue, dès le départ, un obstacle à toute critique ou toute dissension. En même temps, l’un des aspects fondamentaux de ce système de censure est l’arbitraire. Dans le cas cubain, l’imprécision des termes employés par Fidel Castro pour délimiter le rôle des artistes et des intellectuels dans son célèbre « Discours aux intellectuels » de 1961 (« dans la révolution tout, contre la révolution, rien26 ») ainsi que celle de la constitution qui limite la liberté de la presse et la liberté d’expression aux « finalités de la société socialiste » offre aux censeurs la possibilité de mettre en place des pratiques variables selon la conjoncture politique et la fluctuation de la ligne idéologique. Toute pratique contestataire et toute forme de dissension publiquement exprimée peuvent tomber sous le coup de la répression (procès et prison, exil, mutation professionnelle, humiliation publique, etc.) sans qu’il y ait forcément de sommation préalable. Cet arbitraire des accusations est renforcé par l’absence d’État de droit et d’habeas corpus, ce qui ne permet pas la tenue de procès équitables en cas d’accusation de « trahison » par le gouvernement, accusation courante pour se débarrasser d’intellectuels et/ou de journalistes « gênants » dans les sphères politiques, culturelles et des médias.

  • 27 C. Vaissié, Les ingénieurs des âmes en chef. Littérature et politique en URSS (1944-1986), Paris, (...)
  • 28 L’écrivain fut conspué par ses pairs, à qui la direction de l’UNEAC demanda de produire une critiq (...)
  • 29 Pascal Durand parle de « censure invisible » pour caractériser la censure à l’œuvre dans le monde (...)

11La troisième régularité est constituée par le brouillage des lignes entre censeurs et censurés et par la promotion de la participation de tous à la mise en œuvre de la censure. Le travail de Cécile Vaissié sur les écrivains en URSS27 montre nettement comment les écrivains eux-mêmes assurent à la fois un travail de normalisation et de censure (jusqu’à la répression) des autres écrivains, quand ils endossent des fonctions politiques, par exemple en dirigeant l’Union des écrivains soviétiques. C’est aussi le cas à Cuba, où les artistes et écrivains de l’UNEAC (Union des écrivains et artistes cubains) sont poussés à dénoncer leurs camarades trop critiques et à participer à leur mise en cause : le cas du poète Heberto Padilla, en 1971, est le plus fameux28. Ces critiques faites par les pairs ainsi que les autocritiques exigées des artistes et intellectuels incriminés sont organisées pour être publicisées (pour l’exemple). Si les mécanismes et les logiques de cette censure ne sont pas toujours compréhensibles ou décryptables, celle-ci est donc rien moins qu’invisible29.

12Nous concluons cette partie en soulignant qu’à Cuba, de manière similaire aux autres pays du bloc soviétique, la censure est bien insérée dans une logique plus large de production et de reproduction de l’idéologie hégémonique de l’État, qu’il est interdit de mettre en cause.

Late socialism et perte du monopole informationnel

  • 30 P. Kende, « La censure en Hongrie », Étude, no 9, 1985. Projet de recherche « Les crises des systè (...)
  • 31 Après l’effondrement de l’URSS, Cuba fut confrontée à une crise économique grave dans les années 1 (...)
  • 32 I. Zaretskaïa-Balsente, Les intellectuels et la censure en URSS (1965-1985). De la vérité allégori (...)
  • 33 E. Morin, De la nature de l’URSS, complexe totalitaire et nouvel empire, Paris, Fayard, 1983.

13À partir des années 1960 (avec la génération des « soixantards » en URSS, les intellectuels et militants critiques de 1968 en Tchécoslovaquie, la libéralisation relative dans l’économie et la culture en Hongrie30), et plus tardivement, dans les années 1980 à Cuba et en Chine (où la critique culmine avec la manifestation de Tian’An Men en 1989 et le Maleconazo de 1994 à La Havane31), le contrôle de la production et la circulation d’informations alternatives devient plus difficile dans les mondes communistes. D’une part, l’expansion du samizdat32 et la pénétration d’informations venues de l’étranger viennent concurrencer la production officielle de l’information, d’autre part, l’émergence d’une sphère privée33 et l’affaiblissement progressif du système de contrôle et de censure, du fait de l’élévation du niveau d’instruction, permettent la circulation accrue de l’information non officielle.

  • 34 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 17.
  • 35 S. Eckstein, Back from the Future. Cuba under Castro, New York, Routledge, 2003, p. 25.

14Les gouvernements et les partis communistes ne peuvent plus ignorer cette pénétration : il devient trop coûteux de bloquer tous les récepteurs. En URSS, une politique de censure sélective est mise en place34. À Cuba, le lancement de Radio Marti, la radio créée par les Cubano-américains de Miami, est contrée par la création de programmes de radio dans lesquels les citoyens peuvent publiquement se plaindre de certaines politiques (ce ne fut pas le cas à la télévision, car le gouvernement cubain réussit à bloquer le signal de transmission de TV Marti)35.

  • 36 S. Liss, Fidel! Castro’s political and social thought, op. cit., p. 136.
  • 37 J. Markiewicz-Lagneau, « La fin de l’intelligentsia ? Formation et transformation de l’intelligent (...)
  • 38 M. Crahan, « Expansion of religious media in contemporary Cuba », in M. Font et C. Riobo, Handbook (...)
  • 39 On trouve notamment cette caractérisation chez A. Yurchak, Everything was for ever until it was no (...)

15Cette concurrence accrue en matière de production et de diffusion d’information a des répercussions. Tout d’abord, l’information officielle devient plus complexe et plurielle. Ainsi lors du quatrième congrès du Parti en 1991 à Cuba, Fidel Castro encouragea la presse à élever le niveau de l’information publique pour accroître les compétences politiques et idéologiques des citoyens36. Ensuite, des figures de « non conformistes intégrés37 », autrement dit des figures critiques, mais loyales à l’utopie communiste, émergent et sont relativement tolérées, si ce n’est acceptées, avant tout dans la sphère culturelle, mais parfois également au sein du Parti communiste. Certains sont mis en avant par les autorités comme un gage de leur ouverture nouvelle à l’hétérodoxie. Par ailleurs, des publications relativement autonomes sont autorisées comme la revue Temas, financée par la coopération norvégienne, ainsi que les revues de l’Église catholique cubaine (notamment Palabra Nueva, Vitral, Espacio Laical), qui deviennent progressivement un espace d’expression de la critique sociale et économique des politiques du gouvernement38. Par ailleurs, les médias américains, dont CNN et AP, sont ré-autorisés sur le sol cubain en 1997 et 1998. Il existe donc une certaine acceptation et une certaine routinisation de la gestion de certaines formes de critique dans la période du late socialism39.

  • 40 M. L. Geoffray, Contester à Cuba, Paris, Dalloz, 2012 (voir notamment le chapitre vi).

16À cette période, si la censure est toujours insérée dans un système plus large de contrôle social et politique, sa fonction s’est en partie transformée. Les modes de répression violente (coups, arrestations, procès, emprisonnement) sont désormais réservés aux opposants politiques tandis que la censure (menaces, pressions, chantage) est pratiquée à l’encontre des individus et groupes perçus comme tolérables, autrement dit relativement conformes, en ce qu’ils revendiquent une identité de « révolutionnaires » et intègrent l’héritage de la révolution. Cette distinction entre censure et répression constitue désormais une manière de délimiter la fine frontière entre le tolérable et l’inacceptable, et permet de faire émerger des modes relativement stabilisés de négociation entre contestataires et autorités, à partir du moment où ceux-ci ne se positionnement pas clairement comme des challengers dans l’espace politique40.

  • 41 S. Fernandes, Cuba represent! Durham, Duke University Press, 2006. Dans une perspective comparativ (...)
  • 42 Y. Grenier, « The Politics of Culture in Cuba », in M. Font et C. Rioboì (dir.), Handbook of Conte (...)
  • 43 B. Hoffmann, « Civil society in the digital age: How the internet changes state-society relations (...)
  • 44 Pierre Kende dit la même chose de la Hongrie des années 1970 : l’hétérodoxie est acceptable « à do (...)

17Les possibilités de formulation d’une critique politique restent cependant limitées, à certains espaces, notamment la sphère culturelle41, et à certaines questions. Dans le cas cubain, Yvon Grenier propose de distinguer les « paramètres secondaires » (fonctionnement de l’administration, production de l’information, économie, culture), qui seraient discutables, des « paramètres primaires » qui demeureraient intouchables (leadership politique, appareil de contrôle social et politique, le socialisme)42. Ainsi, il n’est pas toléré de mettre en question la validité du régime socialiste dirigé par Fidel puis Raul Castro, tandis qu’il est effectivement devenu possible de critiquer les résurgences du racisme, la bureaucratisation de la société ou la corruption à Cuba. Quoique ces paramètres « secondaires » ne soient jamais définis une fois pour toutes – ce qui permet le maintien d’un certain arbitraire dans le traitement des intellectuels critiques – la formulation de critiques a désormais rarement des conséquences violentes (comme l’emprisonnement du poète Heberto Padilla en 1971) et les sanctions/disgrâces sont aussi relativement plus prévisibles que dans la période précédente. Au-delà de la distinction entre paramètres, c’est surtout la visibilité de la critique pour des publics cubains locaux43 et son adresse directe au gouvernement cubain qui semblent déclencher la répression44. Il est donc relativement plus facile de déterminer où se situe la ligne rouge entre discours tolérable ou non. Cette routinisation partielle des normes du possible et du tolérable est une marque de la période du late socialism.

  • 45 L. Garcia Freyre, « La cosa esta mala. La transición desde abajo y las nuevas formas de comunicaci (...)

18Cette routinisation a pour conséquence l’élaboration de stratégies de différenciation des intellectuels et artistes critiques vis-à-vis des dissidents politiques. En effet, puisqu’il existe désormais des espaces intermédiaires où peuvent être formulées des critiques sociales et politiques, il est indispensable – du point de vue de ces artistes et intellectuels – de protéger ces espaces et de ne pas les laisser contaminer par des discours contre-révolutionnaires. La semi libéralisation de l’expression critique a donc pour corollaire la construction de normes dans lesquelles exprimer la critique45. Ces normes sont généralement respectées par tous car les activités des artistes et des intellectuels à destination de l’étranger (vente de leur production musicale ou graphique, obtention de bourse, etc.) leur permettent de réunir des conditions minimes d’existence au double sens du terme (matérielles et expressives), dans une société en proie à la crise économique et au délitement général de ses normes sociales, et donc de vivre relativement mieux que l’ensemble de la population (ce qui permet de mieux comprendre pourquoi la radicalisation politique est particulièrement coûteuse à Cuba).

  • 46 M. L. Geoffray, « Transnational dynamics of contention in contemporary Cuba », Journal of Latin Am (...)

19Ici aussi donc, la frontière est fine entre censeurs et censurés, puisque les contestataires participent de la (re)production du système de contrôle social et politique en participant à un jeu dont les règles sont fixées par les autorités et qui contribue à marginaliser les dissidents politiques. Ces derniers se retrouvent donc isolés du reste de la société cubaine, du fait de la répression dont ils font l’objet et des stratégies de distanciation des autres acteurs critiques, qui cherchent à protéger les frontières de leurs espaces de contestation46.

Les censeurs censurés ou l’émergence d’un espace médiatique concurrentiel

20Contrairement aux autres pays du bloc soviétique, la période du late socialism ne prend pas fin, à Cuba, en Chine ou au Vietnam, avec l’effondrement de l’Union soviétique. Les gouvernements communistes se maintiennent tout en s’adaptant à de nouveaux défis, et notamment à l’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Alors que les modes autoritaires de gouvernement ont longtemps été fondés sur la parcellisation et la partialisation de l’information, les NTIC (sites d’information, blogs, twitter, tumblr, photographie numérique, etc.) permettent désormais la diffusion d’informations censurées, leur circulation extrêmement rapide, et la mise en forme de discussions et de débats en ligne.

21À Cuba, le défi est d’autant plus grand pour le gouvernement que la seule politique de gestion de l’internet a constitué, jusqu’en 2008, en un contrôle a priori par l’accès : seules certaines catégories très spécifiques de citoyens (journalistes officiels, intellectuels loyaux, médecins et sportifs de haut niveau) disposaient d’une adresse email consultable à leur domicile (et parfois d’un accès à l’internet cubain), et très peu avaient directement accès à la toile mondiale. Les premières mobilisations en ligne ont donc pris les autorités de court. Ce fut le cas de la « petite guerre des emails » (guerrita de los emails) en 2007 et de l’émergence d’une blogosphère transnationalisée à partir de 2008.

22Après deux décennies de libéralisation partielle dans la sphère culturelle, trois figures majeures de la censure – particulièrement sévère – des années 1970, furent invitées, de façon quasi simultanée, à la télévision, à l’hiver 2006-2007. Ces invitations furent perçues par de nombreux intellectuels comme le signe d’un retour à une politique culturelle répressive. Après les premiers emails de dénonciation de ces invitations, un véritable débat virtuel, large et inclusif, s’instaura entre une centaine d’artistes et écrivains sur l’évaluation des années de plomb de la censure. Pour la première fois, les intellectuels censurés faisaient, de façon relativement libre, le procès de leurs censeurs et de la politique de censure mise en place à l’époque. Immédiatement reçus au ministère de la culture, ils obtinrent que des débats publics aient lieu, dans les institutions culturelles, afin de repenser la politique culturelle de la révolution. Après quelques mois, les autorités réussirent à canaliser ce mouvement grâce à une tactique de parcellisation des débats (organisés par secteur : arts de la scène/musique/littérature, etc.) et grâce à la censure partielle de l’accès (sur invitation uniquement) du public à ces débats. Cependant, cette première mobilisation virtuelle montra non seulement l’existence de brèches dans un système désormais appelé à réagir a posteriori, plutôt qu’à censurer a priori, mais aussi la construction de nouvelles normes d’expression chez les artistes et les intellectuels où la critique est désormais plus légitime que l’assentiment politique.

  • 47 Près de 9000 gardes à vue arbitraires en 2014 : « Detenciones arbitrarias por provincia en 2014 », (...)
  • 48 En 2008, Raul Castro libéralise l’achat d’ordinateurs et de téléphones portables, et depuis juin 2 (...)
  • 49 A. Portes et R. Bach, Latin Journey : Cuban and Mexican immigrants in the United States, Berkeley, (...)
  • 50 G. Soruco, Cubans and the mass media in South Florida, Gainesville, University Press of Florida, 1 (...)

23Dans la sphère médiatique, l’évolution est similaire. Malgré des pratiques de censure a priori qui demeurent (censure de blogs et sites de nouvelles ; mise hors tension des téléphones portables d’opposants pour les empêcher de communiquer entre eux ; arrestations préventives massives47), on passe du contrôle de l’information à une guerre pour la visibilité de l’information. En effet, la forte restriction de l’accès aux NTIC jusqu’en 2008 et à l’Internet jusqu’en 201348 n’a pas empêché l’émergence d’une blogosphère cubaine transnationale fortement politisée et capable d’émettre et de transmettre de l’information à des publics de plus en plus nombreux. D’une part, des Cubains dans l’île produisent des reportages et les publient sur des blogs grâce à l’aide de relais à l’étranger (les textes sont envoyés par mail et mis en ligne hors de Cuba où la connexion est rare et chère), ce qui donne accès à de l’information locale de manière inédite (peu de correspondants de médias étrangers étaient accrédités à Cuba jusqu’en 2013). D’autre part, les Cubains de la diaspora constituent des relais puissants à l’étranger de l’information non officielle produite à Cuba. En effet, les Cubains de Miami constituent une des rares enclaves ethniques des États-Unis, caractérisée, de plus, par sa capacité à produire l’ensemble des biens et services nécessaires à sa communauté49. Cette diaspora a ainsi créé ses propres journaux, radios et chaînes de télévision, influents non seulement en Floride, mais aussi plus largement aux États-Unis50 et même à Cuba, où les habitants captent leurs programmes par des antennes satellites (illégales). Les informations non officielles transitent ainsi par Miami pour venir ensuite toucher les Cubains de l’île.

24Si les autorités cubaines lancent des campagnes périodiques d’éradication de ces antennes satellites, la reproduction massive des programmes télévisés de Floride sur des DVD et des clés USB qui circulent de la main à la main limite fortement la capacité de l’État cubain à les censurer. Par ailleurs, outre les blogs, la multiplication des plateformes de nouvelles en ligne, élaborées à l’étranger mais accessibles depuis Cuba (notamment [www.cubaencuentro.com], [www.diariodecuba.com], [www.cafefuerte.com], [www.havanatimes.com]), fournissent de l’information non officielle aux Cubains avec un accès à l’internet ou simplement à une adresse mail (des readers’ digest, sortes de résumés de nouvelles, étant envoyés à des listes d’abonnés). Enfin, s’appuyant sur sa célébrité internationale – qui lui garantit une certaine immunité – la célèbre blogueuse Yoani Sanchez a lancé, en 2014, 14ymedio, le premier journal professionnel non officiel fait à Cuba depuis la Révolution, élaboré entièrement par une équipe de rédaction située à La Havane avec des correspondants dans toute l’île. Avec l’émergence de médias non officiels et la circulation rapide de nouvelles venues de l’étranger, le gouvernement cubain doit donc s’adapter à une nouvelle économie concurrentielle de l’information.

  • 51 En 2007, les correspondants de la BBC, de El Universal de Mexico, et du Chicago Tribune, en 2011, (...)
  • 52 Lire par exemple A. Méndez Castelloì, « La seguridad utiliza a un ex prisionero común para amenaza (...)
  • 53 « Une journaliste détenue depuis dix jours, accusée de « terrorisme », Polémica Cubana, 17 avril 2 (...)

25Cette adaptation est ambivalente. Bien qu’il soit important de noter que le gouvernement cubain ne pratique aucunement la « disparition » de journalistes, les vieilles méthodes de censure et de répression demeurent. Ainsi de multiples incidents contre des journalistes cubains ou étrangers sont périodiquement relevés. Des journalistes étrangers sont parfois expulsés de Cuba ou agressés51 ; un citoyen américain, Alan Gross, envoyé par l’agence de développement américaine USAID pour distribuer des téléphones satellitaires et des ordinateurs à la communauté juive de Cuba a été condamné à quinze années de prison (puis libéré en 2014 grâce à la nouvelle entente entre Barack Obama et Raul Castro) ; un reporter cubain de Granma à Santiago de Cuba a été condamné à quatorze ans de prison pour espionnage en janvier 2012 après avoir publié des reportages critiques de politiques publiques locales ; et des correspondants des plateformes de nouvelles cubaines à l’étranger font l’objet de menaces périodiques52 ou de gardes à vue prolongées53.

  • 54 D. Cardon, F. Granjon, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.
  • 55 Voir l’entretien de l’ancien étudiant de l’UCI, Eliecer Avila, réalisé par Yoani Sánchez en févrie (...)

26En même temps, à l’instar des acteurs hégémoniques dans les médias des démocraties libérales, les autorités cubaines mettent désormais en œuvre d’autres tactiques comme l’étouffement médiatique des publications problématiques avec une « mauvaise publicité » ou bien la création de paroles autorisées hégémoniques pour occulter des paroles critiques. Des sites internet et des réseaux sociaux officiels sont créées (cubadebate, ecured – le wikipedia cubain, ainsi qu’un facebook cubain) pour tenter de garder la main sur l’agenda de l’information et sur la construction de l’opinion publique. Les journalistes officiels sont encouragés à alimenter des blogs qui promeuvent une perspective politique dite « révolutionnaire », en phase avec les directives du gouvernement. Il s’agit désormais d’occuper un espace sur le marché de l’information, ce qui conduit les autorités à mener une « guerre de visibilité54 », autrement dit à se battre pour que les sites officiels cubains soient bien répertoriés et visibles (si ce n’est les plus visibles) sur l’intranet cubain ainsi que sur la toile mondiale. Dans ce but, des étudiants de l’université de sciences informatiques (UCI) sont recrutés pour mener l’« opération vérité », qui consiste à accroître la visibilité du discours officiel cubain en intervenant, au quotidien, dans les forums, pour promouvoir les positions politiques du Parti communiste, à référencer au mieux les sites du Parti et du gouvernement sur la toile, afin d’y attirer les internautes et parfois à hacker des forums ou des sites dits « ennemis55 ». On voit ici que l’idée qu’il existe une « Vérité » que les journalistes officiels (assistés de professionnels des NTIC) seraient chargés de transmettre demeure, mais cette Vérité n’est plus imposée grâce à un monopole sur les médias, elle est désormais défendue dans des débats.

  • 56 Voir l’article de A. I. Leyva, « El derecho a la información », Granma, 8 juillet 2011 ou encore « (...)
  • 57 «Asiste Díaz-Canel a pleno de periodistas cubanos», Trabajadores, 19 octobre 2014.
  • 58 R. Garcés, « Siete tesis sobre la prensa cubana », Cubadebate, 14 juillet 2013.
  • 59 O. RodriguezAraujo, «Periodistas y libertad de prensa», La Jornada, 27 février 2014.

27Publiquement, Raul Castro et le Parti communiste disent encourager une presse plus libre, plus critique56 et surtout plus professionnelle57 afin de contribuer à réformer le pays, de générer de la confiance en les institutions et ainsi de reproduire la légitimité du gouvernement révolutionnaire. De fait, un nouveau programme télé d’enquête sur les problèmes de gestion et d’efficacité des services publics (Cuba dice) a, par exemple, remplacé, en 2014, un ancien programme de questions internationales, et le doyen de la faculté de communication a clairement demandé plus de transparence de la part des ministères et institutions pour permettre aux journalistes d’enquêter dans de meilleures conditions58. Enfin un nombre croissant de correspondants étrangers ont été accrédités à Cuba depuis 201359.

  • 60 Voir leur site internet : [http://cubadata.blogspot.com/2010/04/el-proyecto-cuba-represion-id-busc (...)

28En même temps, des formes maquillées de censure continuent à être pratiquées comme les actos de repudio (actes de répudiation, sortes de contre-manifestations organisées par le gouvernement contre les opposants politiques, mais présentées comme des mobilisations spontanées du « peuple en colère). Puisqu’il n’est plus possible de censurer l’information, notamment l’information sur les modes de répression de toute expression sociale et politique contestataire, la stratégie des autorités consiste à continuer à brouiller les lignes entre forces répressives et individus réprimés, afin de maintenir la fiction selon laquelle le peuple cubain serait encore et toujours mobilisé contre les « traîtres » et les « mercenaires », occultant ainsi le travail professionnel de répression effectué par les forces de l’ordre cubaines, notamment par les agents de la sécurité de l’État. Cette mise en scène ne fonctionne cependant plus vraiment. En effet, la visibilité internationale expose de plus en plus les censeurs et leurs méthodes. Ainsi le projet Cuba, represión ID, mené par des Cubains de la diaspora aux États-Unis, travaille par exemple à identifier systématiquement les participants aux actos de repudio, afin de montrer qu’il s’agit toujours des mêmes personnes60.

  • 61 S. Moreno, « Pablo Milanés critica falta de libertades y discriminación en Cuba », El Nuevo Herald (...)

29Bien que l’objectif de production d’une Vérité, formulée par le Parti et distillée à l’ensemble de la population, demeure, celle-ci se trouve désormais en concurrence avec d’autres perspectives sur la réalité politique et sociale cubaine. La légitimité croissante de ces perspectives alternatives contraint de plus en plus les personnalités publiques comme les intellectuels et les artistes à se positionner par rapport aux pratiques autoritaires du gouvernement en matière de censure et de répression. Si certains campent sur leurs positions et continuent à contribuer au système de censure, de plus en plus nombreux sont ceux qui, à l’instar du célèbre chanteur Pablo Milanés, se distancient de ces pratiques61. La ligne de démarcation entre censeurs et censurés est désormais moins poreuse, d’autant que certains travaillent à identifier systématiquement ceux qui se trouvent du côté des forces répressives. En partie par choix, en partie sous la contrainte, l’exercice autoritaire du pouvoir pratiqué par les autorités cubaines est désormais moins monopolistique et plus sensible aux normes démocratiques en matière de liberté d’expression.

Conclusion

30En 2015, certaines caractéristiques originelles du système de censure mis en place au début de la révolution demeurent à Cuba. En revanche, les dispositifs de censure sont devenus relativement moins centraux dans le contrôle de l’information. Contraint de s’adapter à l’émergence de nouveaux acteurs de l’information et de la communication, le gouvernement cubain n’a aujourd’hui plus les moyens techniques ni politiques de supprimer les voix critiques. Il doit mener une guerre de visibilité pour reproduire l’hégémonie de son propre point de vue sur la réalité sociale, et ainsi asseoir sa légitimité politique, dans un espace médiatique national et transnational (avec la pénétration à Cuba des médias de la diaspora installée à Miami) de plus en plus concurrentiel.

31L’accord historique passé entre Barack Obama et Raul Castro et rendu public le 17 décembre 2014 pourrait, à ce titre, bouleverser plus encore l’organisation actuelle des médias cubains. En effet, la censure et la répression mises en œuvre à l’encontre des journalistes et des intellectuels critiques a jusqu’alors été justifiée par l’intrusion américaine dans les affaires intérieures cubaines. De même, les obstacles mis à l’accès de la population à l’Internet ont été jusqu’à présent excusés par l’impossibilité technique – réelle malgré le câble sous-marin déployé depuis le Venezuela – de se connecter facilement et à bas coût à la toile mondiale. Avec le rétablissement des relations diplomatiques et la libéralisation partielle du commerce (Cuba reste sous embargo tant que les parlementaires américains n’ont pas voté son abrogation), qui permet notamment aux entreprises américaines d’investir dans le réseau de télécommunications à Cuba, il deviendra plus difficile, pour les autorités cubaines, de continuer à tenir le même discours.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bengelsdorf C., The Problem of Democracy in Cuba, Oxford, Oxford University Press, 1994.

Cardon D., Granjon F., Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

Crahan M., « Expansion of religious media in contemporary Cuba », in M. Font et C. Riobo, Handbook of contemporary Cuba, Boulder and London, Paradigm Publishers, 2013, p. 191-202.

Durand P., La censure invisible, Arles, Actes Sud, 2006.

Fernandes S., Cuba represent!, Durham, Duke University Press, 2006.

Geoffray M.-L., Contester à Cuba, Paris, Dalloz, 2012.

Geoffray M.-L., « La rue cubaine : entre répression, médiatisation et transnationalisation », in H. Combes, D. Garibay et C. Goirand (dir.), Les lieux de la colère. La dimension spatiale des mobilisations, Paris, Karthala, 2015, p. 71-93.

Grenier Y., «Cultural Policy, Participation and the Gatekeeper State in Cuba», Cuba in Transition, vol. 24, ASCE, Miami, 2014, p. 456-473.

Grenier Y., « The Politics of Culture in Cuba », in M. Font et C. Rioboì (dir.), Handbook of Contemporary Cuba : Economy, Politics, Civil Society and Globalization, vol. 1, Boulder, CO, Paradigm Press, 2013, p. 173-190.

Linger E. et Cotman J. (ed.), Cuban transitions at the millenium, Largo, Maryland, International Development Options, 2000.

Martin L., « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, vol. 21, no 21, 2006, p. 331-345.

Martin L., « Censure répressive et censure structurale : comment penser la censure dans le processus de communication ? », Questions de communication no 15, 2009, p. 67-78.

Navarro D. et Heras E., La política cultural del período revolucionario : memoria y reflexión, La Habana, Centro Teórico Cultural Criterios, 2008.

Rigano F., « Les censures et les libertés de pensée », in N. Amrouche et al., Censures. Les violences du sens, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2011, p. 11-20.

Santi E. M., « A Cheap Glasnost : Writing and Journalism in Cuba Today », in J. S. Tulchin et R. Hernandez (ed.), Cuba and the United States : Will the Cold War in the Caribbean End ?, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 1991.

Zaretskaia-Balsente I., Les intellectuels et la censure en URSS (1965-1985). De la vérité allégorique à l’érosion du système, Paris, L’Harmattan, 2000.

Notes

1 J. Earl, « Tanks, Tear Gas, and Taxes: Toward a Theory of Movement Repression », Sociological Theory, vol. 21, no 1, mars 2003, p. 44-68.

2 F. Rigano, « Les censures et les libertés de pensée », in N. Amrouche et al., Censures. Les violences du sens, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2011, p. 11-20 (p. 15).

3 L. Martin, « Censure répressive et censure structurale : comment penser la censure dans le processus de communication ? », Questions de communication no 15, 2009, p. 67-78.

4 L. Martin, « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, vol. 21, no 21, 2006, p. 331-345.

5 Les organes de presse des Partis communistes du bloc soviétique étaient certes distribués à l’intérieur du bloc, mais cela n’excluait pas une pratique répandue de censure occasionnelle (notamment dans le cas de l’URSS, voir D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », Étude, no 9, 1985. Projet de recherche « Les crises des systèmes de type soviétique », p. 7-29) ou permanente (à Cuba à partir de 1989, les journaux soviétiques sont entièrement bannis, voir C. Bengelsdorf, The Problem of Democracy in Cuba, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 149).

6 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 8-10. Et P. Lendvai, Les fonctionnaires de la vérité. L’information dans les pays de l’Est, Paris, Laffont, 1980.

7 Discours en ligne sur le site du gouvernement : [http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1971/esp/f300471e.html].

8 Déclaration du Premier Congrès national éducation et culture, document no 15, 1971.

9 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 18.

10 P. Bourdieu, Langage et Pouvoir Symbolique, Paris, Le Seuil, 2001.

11 N. Chomsky et E. Herman, The Manufacture of Consent. The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon Books, 1988.

12 P. Durand, La censure invisible, Arles, Actes Sud, 2006.

13 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 15.

14 F. Balle, Médias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, Paris, LGDJ, p. 252.

15 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit.

16 Constitution cubaine de 1992. Texte disponible en ligne : [http://www.cuba.cu/gobierno/cuba.htm].

17 Constitution de l’URSS de 1977, citée dans P. Lendvai, Les fonctionnaires de la vérité. L’information dans les pays de l’Est, op. cit., p. 23-24.

18 F. Balle, Medias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, Paris, LGDJ, 2013, p. 270.

19 Pravda, 6 mai 1979, cité dans P. Lendvai, Les fonctionnaires de la vérité. L’information dans les pays de l’Est, op. cit., p. 25.

20 E. M. Santi, « A Cheap Glasnost : Writing and Journalism in Cuba Today », in J. S. Tulchin et R. Hernandez (ed.), Cuba and the United States : Will the Cold War in the Caribbean End ?, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 1991, p. 41-42.

21 Pour un récit des sombres années 1970 à Cuba pour le monde artistique et intellectuel, lire D. Navarro et E. Heras, La política cultural del período revolucionario : memoria y reflexión, La Habana, Centro Teórico Cultural Criterios, 2008.

22 F. Balle, Médias et société : internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, op. cit., p. 270.

23 Benigno Aguirre s’inspire de P. Berger, The sacred Canopy, New York, Doubleday, 1990, p. 15-29 pour construire cette analyse des conséquences du monopole sur l’information et la communication dans « The stability of Cuba’s political system », in E. Linger et J. Cotman (ed.), Cuban transitions at the millenium, Largo, Maryland, International Development Options, 2000, p. 276.

24 S. Liss, Fidel! Castro’s political and social thought, Boulder, Colorado, Westview Press, 1994, p. 135.

25 F. Castro, «Important Problems for the Whole of International Revolutionary Thought», New International no 6, 1987, p. 214-215.

26 Le discours est en ligne sur le site du gouvernement cubain : [http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1961/esp/f300661e.html].

27 C. Vaissié, Les ingénieurs des âmes en chef. Littérature et politique en URSS (1944-1986), Paris, Belin, 2008. Voir son article dans ce volume.

28 L’écrivain fut conspué par ses pairs, à qui la direction de l’UNEAC demanda de produire une critique en règle du poète ; celui-ci s’adonna aussi à une autocritique tragique dans laquelle il accusa sa propre femme, la poète Belkis Cuza Malé ; il fut finalement envoyé en prison, puis partit en exil aux États-Unis.

29 Pascal Durand parle de « censure invisible » pour caractériser la censure à l’œuvre dans le monde des médias contemporain car « elle opère à l’insu de ceux qui l’exercent autant que de ceux qui la subissent », dans La censure invisible, op. cit., p. 15.

30 P. Kende, « La censure en Hongrie », Étude, no 9, 1985. Projet de recherche « Les crises des systèmes de type soviétique », p. 50-51.

31 Après l’effondrement de l’URSS, Cuba fut confrontée à une crise économique grave dans les années 1990, avec des pénuries alimentaires fortes et des coupures d’électricité de longue durée. En 1994, des émeutes de la faim éclatèrent sur le Malecón (front de mer) de La Havane. Elles furent appelées le Maleconazo.

32 I. Zaretskaïa-Balsente, Les intellectuels et la censure en URSS (1965-1985). De la vérité allégorique à l’érosion du système, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 13 et 19.

33 E. Morin, De la nature de l’URSS, complexe totalitaire et nouvel empire, Paris, Fayard, 1983.

34 D. Havlicek, « L’information publique dans les systèmes politiques soviétiques », op. cit., p. 17.

35 S. Eckstein, Back from the Future. Cuba under Castro, New York, Routledge, 2003, p. 25.

36 S. Liss, Fidel! Castro’s political and social thought, op. cit., p. 136.

37 J. Markiewicz-Lagneau, « La fin de l’intelligentsia ? Formation et transformation de l’intelligentsia soviétique », Revue d’études comparatives Est-Ouest, décembre 1976 ; I. Zaretskaïa-Balsente, Les intellectuels et la censure en URSS, op. cit. ; Y. Grenier, « Cultural Policy, Participation and the Gatekeeper State in Cuba, Cuba in Transition, vol. 24, ASCE, Miami, 2014, p. 456-473.

38 M. Crahan, « Expansion of religious media in contemporary Cuba », in M. Font et C. Riobo, Handbook of contemporary Cuba, Boulder and London, Paradigm Publishers, 2013, p. 191-202.

39 On trouve notamment cette caractérisation chez A. Yurchak, Everything was for ever until it was no more, Princeton, Princeton University Press, 2006.

40 M. L. Geoffray, Contester à Cuba, Paris, Dalloz, 2012 (voir notamment le chapitre vi).

41 S. Fernandes, Cuba represent! Durham, Duke University Press, 2006. Dans une perspective comparative : J. Balasinski, Culture et politique en période de transition de régime : le cas du théâtre en Pologne dans les années 1980 et 1990, thèse de doctorat, Paris X, 2002.

42 Y. Grenier, « The Politics of Culture in Cuba », in M. Font et C. Rioboì (dir.), Handbook of Contemporary Cuba : Economy, Politics, Civil Society and Globalization, vol. 1, Boulder, CO, Paradigm Press, 2013, p. 173-190.

43 B. Hoffmann, « Civil society in the digital age: How the internet changes state-society relations in authoritarian regimes. The case of Cuba », in F. Cavatorta (dir.), Civil society activism under authoritarian rule. A comparative perspective, New York, Routledge, 2012, p. 219-244 ; M. L. Geoffray, « La rue cubaine : entre répression, médiatisation et transnationalisation », in H. Combes, D. Garibay et C. Goirand (dir.), Les lieux de la colère. La dimension spatiale des mobilisations, Paris, Karthala, 2015, p. 71-93.

44 Pierre Kende dit la même chose de la Hongrie des années 1970 : l’hétérodoxie est acceptable « à doses homéopathiques », « dans des revues spécialisées, ou à faible diffusion », op. cit, p. 53.

45 L. Garcia Freyre, « La cosa esta mala. La transición desde abajo y las nuevas formas de comunicación de los subordinados », in B. Bernal (dir.) Cuba hoy ¿perspectivas de cambio ?, Instituto de Investigaciones Juridicas, UNAM, México DF, 2011, p. 231-257 ; M. L. Geoffray, Contester à Cuba, op. cit. (chapitre vi).

46 M. L. Geoffray, « Transnational dynamics of contention in contemporary Cuba », Journal of Latin American Studies, vol. 47, no 2, mai 2015, p. 223-249.

47 Près de 9000 gardes à vue arbitraires en 2014 : « Detenciones arbitrarias por provincia en 2014 », Observatorio cubano de derechos humanos [www.observacuba.org].

48 En 2008, Raul Castro libéralise l’achat d’ordinateurs et de téléphones portables, et depuis juin 2013, une centaine de cybercafés ont été ouverts dans toute l’île, mais leur coût reste élevé pour les connexions internationales (4,50 $ de l’heure).

49 A. Portes et R. Bach, Latin Journey : Cuban and Mexican immigrants in the United States, Berkeley, University of California Press, 1985.

50 G. Soruco, Cubans and the mass media in South Florida, Gainesville, University Press of Florida, 1996.

51 En 2007, les correspondants de la BBC, de El Universal de Mexico, et du Chicago Tribune, en 2011, le correspondant de El País ont été expulsés. En décembre 2011, une équipe de reporters d’Associated Press a été physiquement agressée à La Havane : « Violento ataque de turbas contra corresponsales extranjeros en Cuba », Café Fuerte, 11 décembre 2011.

52 Lire par exemple A. Méndez Castelloì, « La seguridad utiliza a un ex prisionero común para amenazar a un periodista de DCC », Diario de Cuba, 12 février 2013.

53 « Une journaliste détenue depuis dix jours, accusée de « terrorisme », Polémica Cubana, 17 avril 2014.

54 D. Cardon, F. Granjon, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

55 Voir l’entretien de l’ancien étudiant de l’UCI, Eliecer Avila, réalisé par Yoani Sánchez en février 2013 : « Operación verdad » et disponible sur Youtube [https://www.youtube.com/watch?v=bYbgwMwJa-0].

56 Voir l’article de A. I. Leyva, « El derecho a la información », Granma, 8 juillet 2011 ou encore « Comunistas cubanos llaman a “eliminar el secretismo” en la prensa, Café Fuerte, 13 octobre 2013.

57 «Asiste Díaz-Canel a pleno de periodistas cubanos», Trabajadores, 19 octobre 2014.

58 R. Garcés, « Siete tesis sobre la prensa cubana », Cubadebate, 14 juillet 2013.

59 O. RodriguezAraujo, «Periodistas y libertad de prensa», La Jornada, 27 février 2014.

60 Voir leur site internet : [http://cubadata.blogspot.com/2010/04/el-proyecto-cuba-represion-id-busca.html].

61 S. Moreno, « Pablo Milanés critica falta de libertades y discriminación en Cuba », El Nuevo Herald, 13 août 2011.

Auteur

Maître de conférences en sciences politiques à l’IHEAL

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540