Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Deuxième partie. Les censures dans les démocraties libérales xxe-xxie siècles

Éducation et censure au Japon

Education and Censorship in Japan

Christian Galan

Abstract

La censure dans l’enseignement scolaire de l’histoire au Japon est une question qui masque en réalité un problème beaucoup plus vaste qui est celui du contrôle que le pouvoir politique entend exercer dans ce pays sur l’ensemble des contenus éducatifs comme sur la pratique quotidienne des enseignants. Cet article vise donc à replacer (et à relativiser) les problèmes liés à l’enseignement de l’histoire au Japon dans une problématique plus large qui est notamment celle de la nature et du statut mêmes des manuels scolaires – de tous les manuels scolaires – dans ce pays. C’est le système de rédaction, de diffusion, de sélection et d’utilisation des manuels dans les classes, dans son ensemble, ainsi que le lien très fort qui existe dans ce pays entre directives officielles et manuels scolaires qui y font en effet réellement « censure », bien plus que les coups de ciseaux relatifs à certains sujets sensibles. Cet article évoque aussi cependant les prises de positions récentes des dirigeants japonais, lesquelles pourraient, à moyen ou long termes, modifier sur ce dernier point la situation actuelle.

Censorship of the teaching of history in Japan is a question which masks in reality a broader problem: that of the control the political power intends to exercise in this country on all the educational contents as well as on the daily practice of the teachers. This article thus aims at replacing the so called “problem of the teaching of history in Japan” in a wider problematic which is notably the one of the nature and the status of the textbooks– of all the textbooks– in this country. It is the system of edition, distribution, selection and use in the classes of the textbooks, in general, as well as the very strong relation which exists in this country between official directives and textbooks that resort to “censorship,” much more than the scissors wielded by certain officials on sensitive subjects. This article also evokes however the recent stands of the Japanese political leaders, which could, in the middle or long term, modify on this last point the current situation.

Testo integrale

1Le Japon est un pays que l’on associe généralement assez facilement à l’idée de censure dans au moins deux domaines : la pornographie et l’enseignement de l’histoire. Bien que non dénué d’intérêt, à la fois pour une étude des pratiques et des représentations de la censure dans une société non occidentale et une meilleure connaissance du fonctionnement de ladite société, on laissera cependant de côté ici le premier domaine pour s’intéresser au second, ou plus exactement à la question des manuels scolaires en général.

2Le problème des manuels d’histoire japonais, certes extrêmement sensible et médiatisé, n’est en effet avant tout, si on accepte de le considérer en dépassant l’aspect idéologique et ponctuel (ou contextuel) de la question, que la conséquence d’un problème pédagogique plus profond lié à la nature et au statut mêmes des manuels scolaires – de tous les manuels scolaires – au Japon. C’est un problème par ailleurs souvent exagéré ou mal cerné en Occident, comme on le verra plus loin.

3Le problème des manuels scolaires au Japon découle en effet non seulement du processus de rédaction et d’autorisation dont ceux-ci sont le fruit, mais aussi du processus de sélection et de diffusion qui les caractérise, ainsi que de la façon dont ils sont utilisés et du lien très fort qui existe dans ce pays entre manuels et programmes officiels. C’est ce système dans son ensemble qui fait réellement « censure », bien plus que les coups de ciseaux relatifs à certains sujets sensibles. Et l’objet de cette censure n’est d’ailleurs pas tant ces derniers que la parole même et la liberté des enseignants.

Un « révisionnisme historique » scolaire à reconsidérer

  • 1 Sanctuaire dédié, entre autres, aux soldats japonais morts lors des différentes guerres qu’a connu (...)

4Beaucoup de clichés ou d’idées reçues empêchent une véritable appréhension de la réalité japonaise relative à l’enseignement de l’histoire et aux manuels scolaires utilisés pour celui-ci et, ce faisant, conduisent au malentendu sinon au contresens. Dès que cette question est abordée, l’on mélange en effet souvent plusieurs éléments qui sont de nature différente avec, d’un côté, l’existence d’un vrai et fort courant révisionniste et négationniste porté par des hommes politiques de premier plan et des lobbys nationalistes et, de l’autre, l’enseignement réel de l’histoire tel qu’il est mis en place dans les établissements scolaires et véhiculés par les manuels d’histoire. Et, ce faisant, l’on confond en réalité ce qu’enseignent quotidiennement les seconds avec ce que les premiers voudraient leur voir enseigner. Si des manuels d’histoire « purement japonais » sont ardemment désirés par ceux-ci, lesquels ne se privent effectivement pas de défrayer régulièrement la chronique par leurs propos négationnistes ou xénophobes (et sexistes) ou leurs visites au sanctuaire Yasukuni1, l’enseignement de l’histoire tel qu’il se déroule aujourd’hui dans les classes japonaises est de nature bien différente. Et c’est d’ailleurs justement parce qu’il est différent – et en phase avec l’histoire savante ou universitaire – que ces derniers ne décolèrent pas et font tant de bruit.

  • 2 En anglais, parmi les publications les plus récentes, voir : S. Saaler, Politics, Memory and Publi (...)
  • 3 Dans l’ordre chronologique de leur publication : E. Seizelet, « Les manuels scolaires au Japon », (...)
  • 4 Sur ce découpage, voir plus particulièrement : P. Lavelle, « La Société pour la rédaction de nouve (...)

5Le sujet est pourtant aujourd’hui excellemment documenté et analysé par de nombreux travaux d’historiens du Japon2, y compris en langue française3, mais comme c’est souvent le cas dans le domaine des études japonaises, les spécialistes « sérieux » qui ont véritablement étudié le sujet peinent à se faire entendre, tandis que, dans le même temps, les travaux des historiens (non moins sérieux) japonais restent inaccessibles. Tous ces spécialistes s’accordent pourtant pour décrire une histoire de l’enseignement de l’histoire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale fort différente de l’image qui en est généralement véhiculée chez nous, histoire qu’ils divisent en général en trois grandes périodes4.

  • 5 Censure que les forces d’occupation avaient conservée pour s’assurer du caractère pacifique et dém (...)

6La première période, qui va de la défaite au milieu des années 1950, est une période de laisser faire – nonobstant la censure de l’occupant américain5 – durant laquelle les rédacteurs de manuels scolaires – de tous les manuels scolaires, et pas seulement de ceux d’histoire – connaissent une grande liberté pédagogique et scientifique. Sur le plan de la recherche historique, que dominent les approches marxistes et libérales, c’est une période d’intense réflexion et de remise en cause de l’histoire officielle de l’avant-guerre et de la guerre, et notamment de celle du système impérial qui en était la clé de voute.

  • 6 Nous respectons dans cet article l’usage japonais consistant à mentionner le nom de famille avant (...)
  • 7 Le premier procès opposa en 1965 Ienaga à l’État japonais et au ministère de l’Éducation, l’histor (...)

7La deuxième période, qui court du milieu des années 1950 aux années 1970, est celle qui voit, avec l’arrivée au pouvoir du Parti libéral démocrate (PLD, conservateur et nationaliste) en 1955, la reprise en main de l’ensemble du système éducatif par le pouvoir politique. Cela se traduit notamment par l’instauration de programmes d’enseignement prescriptifs et le retour à un système draconien de contrôle du contenu des manuels scolaires qui aboutit dans le cas des manuels d’histoire à une véritable situation de censure. Sont alors exclus des manuels tous les sujets qui dérangent le nouveau pouvoir – y compris les références à Hiroshima et Nagasaki –, un nouveau pouvoir qui est en réalité l’héritier direct des gouvernements ayant dirigé le Japon jusqu’à la défaite de 1945. C’est l’époque des grands procès que mène, pour le respect de la liberté académique et scientifique, l’historien Ienaga Saburô (1913-2002)6 contre le ministère de l’Éducation et l’État japonais ; des procès qui vont s’étaler sur plusieurs décennies et finir par avoir un effet positif, puisque la victoire partielle d’Ienaga7 provoquera un allègement de fait de cette censure et conduira à un retour à une situation plus « normale ».

8La troisième période qui débute alors dans ces années 1970 est celle où nous nous trouvons encore, plus ou moins, aujourd’hui. Ce sont plusieurs décennies d’une relative liberté en ce qui concerne la rédaction des manuels d’histoire ; les grands thèmes qui font débat apparaissent alors progressivement et demeurent dans la plupart des manuels : responsabilité de l’armée impériale, massacre de Nankin, unité 731, nature de la guerre du Pacifique, bombardements atomiques et, plus tard, colonisation, « femmes de réconfort », etc. C’est une période durant laquelle les manuels scolaires reflètent d’une manière très correcte et honnête l’état de la recherche en histoire du Japon : savoir scolaire et savoir savant sont liés et cohérents.

9Mais cette situation va provoquer, à intervalles réguliers, différentes tentatives du PLD et/ou de certains lobbys nationalistes de revenir à une « autre histoire » plus « japonaise ». L’une des toutes premières fut la tentative de reprise en main du contenu des manuels au travers d’un renforcement du processus d’autorisation au début des années 1980. Elle échoua cependant du fait de la crise internationale qu’elle provoqua en 1982 avec des protestations des deux Corées et de la Chine. Le gouvernement fit alors machine arrière pour des raisons diplomatiques et les manuels d’histoire publiés par la suite continuèrent de proposer un traitement correct et juste de l’histoire nationale.

10Ce retournement entraîna cependant très vite une vive réaction des conservateurs et de la droite dure. C’est à ce moment-là que cette question commence à être connue en Occident. Le débat fait rage dans les médias entre les éditeurs, les universitaires et les enseignants, d’un côté, et la frange nationaliste du PLD et les diverses associations révisionnistes, de l’autre. Ces dernières reprochent notamment alors aux manuels de véhiculer une vision « masochiste » et « doloriste » de l’histoire ne reflétant non seulement pas la « vérité » mais pouvant de plus avoir un effet néfaste sur la jeunesse japonaise. À partir de la fin des années 1990, ces lobbys d’opposants se fédèrent et proposent de rédiger un manuel d’histoire « sincère » débarrassé de ses « scories anti-japonaises » ; ils sont soutenus directement et indirectement par le PLD dont la commission d’études historiques produit un rapport ouvertement révisionniste et négationniste qui soulève un tollé dans les milieux universitaires et certains médias.

  • 8 Pour une présentation approfondie de cette association et de ce manuel, voir : P. Lavelle, « La So (...)

11L’Association pour la rédaction d’un nouveau manuel d’histoire (Atarashii rekishi kyôkasho o tsukuru kai) voit le jour en 1997 et les manuels qu’elle rédige (le Nouveau manuel d’histoire [Atarashii rekishi kyôkasho8] et le Nouveau manuel d’éducation civique [Atarashii kômin kyôkasho]) sont officiellement homologués en 2001 pour la première fois (puis de nouveau en 2005), après plus d’une centaine de modifications imposées par la commission d’autorisation du ministère. Le débat s’exacerbe alors et prend une dimension internationale avec des protestations de la Chine et d’autres pays asiatiques qui critiquent violemment l’imprimatur accordé par le ministère à ce manuel qui, même amendé, reste sur de nombreux points historiquement douteux. Mais c’est là aussi que le débat, vu de l’étranger, se brouille quelque peu, car ce manuel agissant comme l’arbre qui cache la forêt et les critiques chinoises s’en prenant à l’ensemble de l’enseignement de l’histoire en viennent à masquer une réalité bien différente : d’une part, en effet, le manuel incriminé ne fut quasiment pas utilisé dans les établissements scolaires comme on le verra et, d’autre part, tous les autres manuels utilisés dans ces établissements et rédigés par des historiens universitaires reconnus ne souffraient guère, eux, de critiques de ce type.

12La dernière tentative, qui a débuté au milieu des années 2000, plus profonde et plus violente, fera l’objet de la troisième partie de cet article, mais, pour clore celle-ci, on résumera ainsi la situation de l’enseignement de l’histoire au Japon au cours des décennies passées : il s’agit, depuis la fin des années 1970, d’un enseignement de qualité, porté par des manuels scolaires qui reprennent les avancées de la recherche historique et intègrent les « sujets qui fâchent » ; les manuels « révisionnistes » ne sont encore jamais entrés dans les salles de classe et, si dans ces années une censure existe, celle-ci se situe à un autre niveau, et ne concerne pas que l’enseignement de l’histoire.

Le contrôle des pratiques des enseignants : censure et autocensure

13De fait, pour comprendre comment s’exerce le contrôle des pratiques pédagogiques au Japon – toutes matières confondues –, il faut revenir au système mis en place dans les années 1950 par le PLD pour contrôler les enseignants, système dont la fabrication des manuels scolaires n’est qu’un élément parmi d’autres.

  • 9 Pour des explications plus développées, voir : C. Galan, « Contrôle scolaire, censure d’État – le (...)
  • 10 E. Seizelet, « Les manuels scolaires au Japon », op. cit., p. 701-702.

14Pour l’expliquer rapidement9, on peut dire que ce système repose en réalité sur trois éléments qui interagissent. Le premier est le statut des directives officielles (gakushû shidô yôryô) qui, depuis 1958, ont, dans le plein sens, du terme « valeur de loi » et indiquent donc une norme à laquelle le ministère de l’Éducation japonais entend que tous les enseignants et tous les éditeurs de manuels se conforment. Ceux qui ne le feraient pas se placeraient de fait « hors la loi ». En 1976, la Cour suprême japonaise a validé le caractère « obligatoire » des directives au nom de la nécessité qu’impose la Constitution à l’État de garantir l’égalité des chances, une égalité que seul, à ses yeux, le caractère national, uniforme et obligatoire des directives et des manuels scolaires peut réaliser10. La Cour suprême a réaffirmé en 1990, toujours pour la même raison, le caractère obligatoire de l’utilisation des manuels scolaires, en tant qu’« outils pédagogiques principaux ».

15Le statut des directives officielles ne laisse ainsi aux enseignants aucune latitude – ou alors très faible – quant au choix non seulement des contenus à enseigner, mais également d’une pédagogie : tous les instituteurs et professeurs de collège sont en effet tenus d’utiliser dans leurs classes, pour toutes les matières, les manuels scolaires et les guides du maître qui les accompagnent et de n’utiliser que ceux qui ont reçu l’autorisation du ministère.

16Le second élément du système est la procédure d’autorisation (kentei seido) des manuels, déjà évoquée. En récupérant dès 1953 le système d’imprimatur que les forces d’occupation avaient conservé, le ministère de l’Éducation japonais confiait certes la fabrication de ces manuels à des maisons d’édition privées mais se réappropriait dans le même temps la plupart des prérogatives qui étaient les siennes avant-guerre en matière de contrôle de leur contenu. Le processus de rédactionfabrication-soumission-évaluation-correction-autorisation-sélection des manuels instauré à l’époque et toujours en vigueur aujourd’hui est long (quatre années) et onéreux et il interdit de fait à tout individu isolé et même à toute maison d’édition non spécialisée de publier un manuel scolaire rédigé par ses seuls soins, en tout cas pour ce qui est des manuels pouvant être utilisés dans les établissements scolaires. Pour la matière histoire, par exemple, seuls huit éditeurs sont autorisés à publier des manuels pour le collège et dix pour le lycée ; six seulement pour la matière langue japonaise à l’école élémentaire, etc.

  • 11 Notons également, même si on ne peut développer ce point ici, combien, pour l’histoire par exemple (...)

17Par ailleurs, ces maisons d’éditions autorisées à publier des manuels pour l’école élémentaire et le collège, ne pouvant pas courir le risque financier que leurs manuels ne soient pas autorisés, déclinent le plus fidèlement possible les directives d’enseignement, allant éventuellement d’elles-mêmes jusqu’à l’autocensure – fût-ce pour des raisons de stratégie éditoriale ou économique (on en donnera un exemple plus loin). Leurs manuels sont ainsi quasiment identiques les uns aux autres, aussi bien dans leur forme, leur mise en page ou leur contenu, que dans l’utilisation que peuvent en faire les enseignants (rythme et progression imposés), et ne se distinguent entre eux qu’à la marge11.

  • 12 Les enseignants peuvent, collectivement, au travers de leur établissement, donner un avis sur les (...)
  • 13 Il n’y a pas au Japon d’équivalents de nos académies et de nos rectorats.

18Le troisième élément du système est constitué par le processus de sélection (saitaku seido) des ouvrages scolaires et l’établissement de leur gratuité à partir de 1963. En effet, au Japon, ce ne sont pas les enseignants des écoles élémentaires et des collèges – ni les établissements scolaires – qui choisissent individuellement les manuels qu’ils souhaitent utiliser parmi les ouvrages autorisés12, ce sont les comités d’éducation locaux (kyôiku iinkai) – dont les membres sont nommés par les autorités locales et qui servent de relais au ministère de l’Éducation13 – qui le font en sélectionnant ceux à utiliser dans les écoles implantées dans la zone géographique placée sous leur autorité. Leurs choix sont sans appel et s’imposent à tous les enseignants.

19Ces différentes contraintes institutionnelles se trouvent par ailleurs renforcées par un certain nombre d’usages relevant de la culturelle professionnelle propre aux métiers de l’enseignement au Japon : organisation très hiérarchisée du fonctionnement interne de l’école y compris sur le plan pédagogique, système des enseignants coordinateurs (shuninsei), décisions collectives concernant les activités pédagogiques, le déroulement de celles-ci et les matériaux utilisés prises pour l’ensemble d’une école ou d’un niveau scolaire, etc. Des pratiques acceptées la plupart du temps par les enseignants et justifiées par ceux-ci au nom du même principe que celui évoqué plus haut au sujet de la Cour suprême qui veut que tous les enfants d’une même année scolaire reçoivent, quelle que soit la classe à laquelle ils appartiennent, un enseignement identique dans le fond et dans la forme.

  • 14 Seuls ces deux niveaux relèvent stricto sensu de l’éducation obligatoire, mais dans les faits plus (...)

20Ajoutons encore à ces contraintes l’étroite surveillance des parents (de plus en plus forte sinon intrusive au cours de ces deux dernières décennies), le découpage rigide de l’emploi du temps, un nombre très élevé d’enfants par classe (40 depuis 1980, 35 depuis 2011 pour les seules petites classes de l’école élémentaire), et l’on comprendra aisément combien enseigner au Japon, à l’école élémentaire ou au collège14, mais également au lycée, pousse la grande majorité des enseignants à l’immobilisme voire à l’autocensure (ne pas faire plus que les manuels, ne pas sortir du programme, ne pas enseigner différemment des collègues, ne pas contrarier les parents, etc.) et achève d’enfermer leur pratique pédagogique dans la ligne définie par le ministère de l’Éducation, leur intérêt bien compris consistant à se couler dans le moule imposé et à faire ce que l’on attend d’eux. Dit autrement, il faut une très grande force de caractère ainsi que des convictions pédagogiques ou humanistes solidement ancrées à ceux – il y en a – qui veulent s’extraire de ce fonctionnement. Et probablement aussi une certaine dose de masochisme : toute opinion minoritaire non tue étant une source potentielle de problèmes ou de conflits avec la direction de l’établissement, le comité d’éducation local, les collègues ou les parents.

  • 15 En 2001, sur les 927 035 enseignants du primaire et du collège (du public), 2 503 enseignants, soi (...)

21Enfin, relève également pleinement de ce « système » de contrôle l’épuisement physique et psychologique « organisé » qui caractérise le corps enseignant japonais. Les multiples tâches, dont le nombre ne cesse par ailleurs de croître, que doivent accomplir les enseignants des niveaux élémentaire et secondaire participent pleinement de ce processus de contrôle et de censure : un travailleur fatigué et inquiet, stressé, est – on le sait bien – plus enclin à la docilité et à la soumission. Si, en 2001, les enseignants souffrant de stress, de dépression ou d’autres troubles psychiques représentaient moins de la moitié des enseignants en arrêt maladie, ils en représentaient en revanche près des deux tiers, neuf ans plus tard en 201015. Et, de fait, ces chiffres – qui ne mesurent par ailleurs que la partie émergeante et signalée du problème – sont en constante augmentation depuis 15 ans. Selon le ministère de l’Éducation japonais lui-même, le taux d’enseignants souffrant de dépression est 2,5 fois plus élevé que celui des employés des sociétés du privé.

22C’est donc bien à la lumière de tous ces éléments qu’il faut reconsidérer la problématique de l’enseignement de l’histoire au Japon et comprendre en fait, comme on le disait en introduction, que ce n’est pas le seul mode d’autorisation des manuels en vigueur qui fait acte de censure mais bien le système général de contrôle des enseignants duquel celui-ci participe et qui, dépassant le strict cadre des manuels d’histoire, agit en outil de censure en contraignant la pratique pédagogique des enseignants.

  • 16 Best-seller éditorial auprès du grand public (même si beaucoup d’exemplaires furent distribués gra (...)

23Pourtant, malgré ce contexte défavorable, ni la frange la plus nationaliste du PLD ni les divers lobbys négationnistes ne sont (à ce jour) arrivés par exemple à imposer leurs manuels révisionnistes. Cela peut certes être vu comme la preuve de la bonne santé de la démocratie japonaise, mais pas seulement. Pour bien comprendre la situation, il est intéressant de revenir sur le cas du Nouveau manuel d’histoire qui a défrayé la chronique à partir de 2001. Ce manuel a en effet alors été rejeté par plus de 99 % des comités d’éducation locaux, y compris dans le cas de ceux relevant de circonscriptions qui avaient élu des représentants farouchement conservateurs sinon nationalistes16. À Tôkyô, par exemple, alors pourtant dirigé par le nationaliste Ishihara Shintarô (1932-), il ne fut retenu que pour quelques collèges spécialisés pour enfants handicapés. Au-delà du caractère surprenant sinon sordide de ce choix, il est intéressant de se demander pourquoi, car la raison principale de ce non-choix éclaire le sujet qui nous intéresse ici et notamment le rapport entre histoire savante et histoire scolaire.

  • 17 Quatre éditeurs sur huit se partagent plus de 80 % du marché des manuels d’histoire du collège ; l (...)

24Toute question idéologique mise à part, le problème des comités d’éducation locaux qui auraient été tentés de choisir le Nouveau manuel d’histoire était le suivant : pouvaient-ils choisir en conscience un manuel qui ne recueillaient pas l’assentiment des universitaires (savoir savant) et qui allait donc enseigner aux enfants une histoire (savoir scolaire) différente (sinon sur certains points opposée) de celle dont ces universitaires étaient porteurs, quand les mêmes étaient par ailleurs ceux qui fabriquaient les sujets des concours d’entrée à l’université ? Et, ce faisant, risquer donc d’hypothéquer le futur universitaire de ces élèves mis en danger de voir la version de l’Histoire qu’ils auraient apprise dans le secondaire recalée par ceux qui non seulement étaient les rédacteurs reconnus des manuels concurrents17 mais également gardaient la main sur l’Histoire savante et, donc, sur l’entrée à l’université. La question, en revanche, ne se posait pas dans le cas des enfants handicapés puisque l’accès à l’université de ceux-ci était fort peu probable. Les comités d’éducation locaux au caractère nationaliste prononcé purent donc dans leur cas, et dans leur cas seulement, aller sans état d’âme jusqu’au bout de leur choix idéologique (ce fut le cas pour deux écoles à Tôkyô et une dans le département d’Ehime).

  • 18 Voir, par exemple : A. Nanta, « Le débat sur l’enseignement de l’histoire au Japon », op. cit., 20 (...)

25Si la volonté de propager les thèses révisionnistes s’est ainsi heurtée jusqu’ici à l’impératif de réussite scolaire des jeunes Japonais, la publication de ce manuel révisionniste a, en revanche, entraîné, à partir des années 2000, une forme d’autocensure de la part des autres maisons d’édition. Celles-ci, en effet, qui, comme l’ont relevé certains spécialistes18, ont d’elles-mêmes supprimé certains termes de leur manuel (« femmes de réconfort », par exemple), l’ont fait certes dans le but de ne pas perdre de parts de marché face au manuel révisionniste (dont on mesurait mal à l’époque le degré de pénétration dans les établissements scolaires), mais également afin ne pas laisser le champ libre aux partisans de celui-ci en les privant de leurs arguments idéologiques. À ces détails près, les sujets qui font débat ont cependant bel et bien continué d’être enseignés et, si l’on peut déceler quelques absences dans les manuels des collèges, ceux pour le lycée restent de bonne tenue et continuent de véhiculer un humanisme démocratique et une vision de l’histoire japonaise en phase avec l’histoire universitaire.

26Cette situation pourrait cependant connaître sous peu de profonds bouleversements.

Une vague inquiétude

  • 19 Sur cette question, voir : C. Galan, « L’évolution du concept d’“éducation d’après-guerre” », in M (...)

27Comme on le disait en introduction, en effet, plus que l’enseignement de l’histoire, c’est la parole même des enseignants que le pouvoir politique japonais n’a eu de cesse de contrôler depuis la fin des années 195019. Il n’y a ainsi guère eu depuis 1945 de politique sinon de volonté du pouvoir de censurer l’enseignement de l’histoire pour lui-même ou de manière isolée. En revanche, chaque fois que les conservateurs-nationalistes ont eu la possibilité de reprendre la main ou de renforcer leur mainmise sur le système éducatif et les enseignants, l’enseignement de l’histoire (comme celui de la morale) en a subi les conséquences les plus profondes et les plus… médiatisées.

  • 20 Premier ministre de septembre 2006 à septembre 2007, ainsi que depuis décembre 2012.
  • 21 Premier ministre d’avril 2001 à septembre 2006.

28Or, sur ce plan, l’évolution politique récente du Japon ne laisse pas d’inquiéter. D’abord parce que, comme dans l’Amérique de Reagan et des Bush père et fils ou comme dans l’Angleterre de Thatcher, la mise en place des politiques néolibérales à partir de la toute fin des années 1990 s’est accompagnée d’une montée en puissance de l’idéologie néo-conservatrice et nationaliste, l’actuel Premier ministre du Japon, Abe Shinzô (1954-)20, incarnant parfaitement, comme l’un de ses prédécesseurs Koizumi Jun.ichirô (1942-)21, ce double courant.

  • 22 Premier ministre de juin 1994 à janvier 1996.
  • 23 Premier ministre de juillet 1998 à avril 2000.
  • 24 Le secrétaire général du PLD de l’époque (Ishiba Shigeru) avait qualifié les opposants à ladite lo (...)

29La volonté d’Abe et d’une grande partie de la droite japonaise de (re)faire du Japon un « pays normal » – i. e. un pays pouvant faire la guerre – a ainsi conduit les gouvernements dirigés par celui-ci à prendre toute une série de décisions politiques qui, mises en cohérence, ne peuvent qu’inquiéter les observateurs et, en premier lieu, la population japonaise elle-même. Résumons-les rapidement : transformation en 2006 de l’agence de Défense (Bôeichô) en un ministère de la Défense (Bôeishô) de plein exercice, placé sous l’autorité du Premier ministre ; discours anti-chinois virulent et posture agressive assumée vis-à-vis de la Corée du Sud ou de la Chine au sujet des différends territoriaux ; volonté affichée de revenir sur la déclaration officielle du gouvernement japonais en 1993 reconnaissant l’esclavage sexuel des « femmes de réconfort » coréennes ; nationalisation des îles Senkaku (Diayou) revendiquées par la Chine ; augmentation du budget militaire du Japon (pourtant déjà le 7e du monde même si les potentialités réelles du pays dans le domaine militaire restent encore incertaines) ; volonté affichée d’en finir avec l’article 9 d’une Constitution « imposée (par les Américains) », tout en souhaitant renforcer avec ces derniers la coopération militaire et stratégique en tant que partenaire à part entière du système défense collective et doté de moyens et de prérogatives identiques – ce que ne permet pas le fameux article ; volonté de revenir sur les excuses officielles formulées en 1995 par le premier ministre Murayama Tomiichi (1924-)22, certes issu du Parti socialiste, mais reprises en 2000 par le premier ministre Obuchi Keizô (1937-2000)23 issu lui-même (comme Koizumi et Abe) du PLD et qui avait exprimé ses « profonds remords » au sujet des souffrances imposées au peuple coréen ; visites « privées », régulières et collectives, de membres du gouvernement ou de parlementaires au sanctuaire Yasukuni, comme en décembre 2013 pour le premier ministre lui-même ou le 22 avril 2014 pour près de 150 députés de la majorité ; adoption en décembre 2013 d’une loi sur le secret d’État aux contours flous et aux champs d’application incertains qui fait craindre à une partie de la population une mise en danger de la liberté d’expression, en général, et de la liberté d’investigation des universitaires ou des journalistes, plus particulièrement24 ; nomination par Abe, toujours en décembre 2013, de proches au conseil d’administration de la NHK, la plus grande société d’information télévisée du Japon, parmi lesquels au moins deux négationnistes ouvertement anti-démocrates (Hyakuta Naoki et Hasegawa Michiko) ; retour du Japon, en avril 2014, sur le marché mondial des armes après près d’un demi-siècle d’interdit (1967) et en tant que « contributeur proactif à la paix » (sic) ; renforcement des politiques de coopération économique et militaire avec les pays ayant des différends avec la Chine (Australie, Vietnam, Philippines, Inde, etc.) ; recherche de soutiens sur les questions de sécurité auprès des Européens, etc.

30Si l’on a ajoute à ce faisceau de mesures et de postures le fait que l’Association pour la restauration du Japon (Nippon ishin no kai), menée par les populistes et ultranationalistes Hashimoto Toru (1969-) et Ishihara Shintarô, a fait une entrée fracassante au parlement japonais (12 % des suffrages aux élections de 2012) et que, tout au long de ses discours, Abe Shinzô lui-même déclare vouloir combattre l’instrumentalisation du passé et de la mémoire à laquelle se livre la Chine par l’affirmation d’une « perception correcte de la guerre » qui n’est rien d’autre qu’un négationnisme assumé, on en arrive à voir se dessiner une tendance lourde plutôt inquiétante.

  • 25 L’exercice demeure toutefois incertain, le porte-parole du gouvernement Abe déclarant par exemple (...)

31Certes, le gouvernement japonais n’est pas le peuple japonais, lequel, comme le montrent les sondages d’opinion, ne semble guère le suivre dans cette direction. Certes, Abe Shinzô lui-même est réputé pour être pragmatique, notamment en matière de politique étrangère, et capable sinon de changer d’avis du moins de moduler celui-ci en fonction de son intérêt politique immédiat – ce qu’il a fait d’ailleurs récemment vis-à-vis de la Corée25. Mais, d’autres éléments, moins spectaculaires et moins bien connus en dehors du Japon, renforcent cependant, à un autre niveau, cette inquiétude, car ces mesures et ces politiques tournées principalement vers l’extérieur s’accompagnent depuis une décennie de mesures et de politiques de même nature mais vis-à-vis cette fois de la population japonaise elle-même, et notamment des enseignants.

  • 26 Pour une analyse détaille de cette loi, voir : C. Galan, « La réforme de la Loi fondamentale de l’ (...)

32L’un des deux verrous qui protégeaient les enseignants japonais (l’autre étant l’article 19 de la Constitution qui garantit la liberté de pensée et de conscience) a ainsi sauté en 2006 avec la révision de la Loi fondamentale sur l’éducation (Kyôiku kihon hô), inchangée jusque-là depuis 194726. L’article 10 de la loi de 1947, qui garantissait l’indépendance et la liberté professionnelle des enseignants japonais en ces termes :

« Article 10. (Administration de l’éducation) (1) L’éducation ne sera soumise à aucun contrôle injustifié et devra être mise en œuvre sous la responsabilité directe de l’ensemble des citoyens… »

33est ainsi devenu dans la loi de 2006 :

« Article 16. (Administration de l’éducation) (1) L’éducation ne sera soumise à aucun contrôle injustifié et devra être mise en œuvre selon les modalités établies par la présente loi et les autres textes législatifs… »

  • 27 Notamment dans le cas des enseignants refusant de se lever au moment de la montée du drapeau ou de (...)

34L’article 10 de 1947, qui interdisait tout « contrôle injustifié » (futô na shihai), y compris donc tout ingérence à caractère politique de l’État, sur l’éducation, plaçait ainsi les enseignants sous la seule responsabilité du peuple, ce qui permit à nombre d’entre eux, en conflit avec l’État, le ministère de l’Education ou certaines collectivités locales, de se voir en général donner raison in fine par les plus hautes autorités judiciaires27.

  • 28 Sur cette question voir : K. Uematsu, « Kenpô ni okeru “ideorogî” to “yûtopia” (“Idéologie” et “ut (...)

35Cette modification de la loi fondamentale est d’autant plus inquiétante que dans le Projet de révision de la Constitution du Japon (Nihonkoku kenpô kaisei sôan) publié par le PLD en mai 2012 figurent par exemple de nouveaux articles qui, combinés, (article 2 alinéa 2 et article 21 alinéa 2) établiraient que, tous les citoyens – et donc les enseignants et les élèves – devant respecter le drapeau et l’hymne national, les refus de se lever ou de chanter l’hymne pourraient par exemple dès lors être considérés comme des troubles à l’ordre public28.

36Le retour à la communauté et à la nation (bref, au « vrai Japon »), notions que le texte de 1947 avait, aux yeux des réformateurs, par trop négligé, a été un autre des grands axes de la réforme de cette loi. Ainsi l’article 2-5 fixe-t-il à présent comme l’un des objectifs de l’éducation au Japon de « respecter les traditions et la culture [japonaises] et [d’]aimer le pays et la terre qui les ont produites », tout cela, certes, en respectant également « les autres pays et [en contribuant] à la paix et au développement de la société internationale ».

  • 29 Qui ont d’ailleurs éclipsé l’autre aspect de cette réforme, et sans doute même son aspect le plus (...)

37La première partie de cet alinéa a provoqué des débats sans fins au Japon29. Car non seulement l’association des termes kuni/koku (pays) et ai (aimer) renvoyait au terme aikokushin (patriotisme) qui avait été un des mots clefs de l’éducation d’avant-guerre et de la guerre, mais, en plus, l’intégration de cet objectif dans la loi faisait de facto de l’« amour du pays » une « discipline » ou une « qualité » à évaluer par les enseignants. Dans son éditorial du 29 avril 2006, l’Asahi shinbun s’interrogeait d’ailleurs à ce sujet en ces termes :

« Aimer son pays est un sentiment humain naturel, quelque chose que l’on ne peut en aucun cas réprouver. Mais la façon de l’aimer diverge en fonction des personnes. Peut-on vraiment l’enseigner de manière uniforme et faire ainsi aimer son pays en le décrétant par une loi ? […] on peut en douter. […] Dans les établissements scolaires, la confusion s’installe [d’ailleurs] déjà au travers d’interrogations telles que “comment faut-il enseigner [le patriotisme]” ou “comment l’évalue-t-on avec des notes ?”. »

38La promulgation de cette loi fondamentale a par ailleurs entraîné la révision automatique des grandes lois éducatives japonaises, comme la Loi sur la certification des enseignants (Kyôin menkyo hô) du 20 juin 2007 qui impose à présent de faire repasser, tous les dix ans, à tous les enseignants titulaires leur « certificat » d’enseignement. Si les modalités d’évaluation restent peu claires et consistent pour le moment essentiellement en un stage à accomplir, nul ne doute au Japon que la finalité de cette mesure est le renforcement du contrôle des enseignants. Dans le même ordre d’idée, la nouvelle Loi relative aux personnels de l’éducation autorise à présent les comités d’éducation locaux à mettre à l’écart, sur la base de réclamations des parents et des élèves ou encore d’experts médicaux, voire à la demande du ministère lui-même, les enseignants déclarés « incompétents ». Nonobstant la mise en avant des intérêts des élèves, peu de personnes pensent vraiment au Japon que toutes ces mesures aient d’autres buts que de rendre les enseignants craintifs, et donc dociles et obéissants.

39À l’échelon local également, d’autres dispositifs ou textes réglementaires visant à contrôler et à censurer toujours plus la parole des enseignants ont été mis en place. Ainsi, dès avril 2006, le Comité de l’éducation de la municipalité de Tôkyô avait-il promulgué une notification interdisant aux enseignants de ses écoles de pouvoir voter ou se prononcer d’une manière ou d’une autre lors des réunions de travail se tenant dans les lycées de la capitale. L’objectif de cette mesure était des plus clairs : priver les enseignants de la possibilité de faire entendre leur opinion et les empêcher d’émettre des points de vue qui pourraient s’opposer à ceux des proviseurs. Pour les tenants de cette vision de l’école, ces derniers doivent en effet pouvoir diriger leurs enseignants comme les chefs d’entreprise le font avec leurs employés, c’est-à-dire sans que leurs décisions puissent être contestées, ni même discutées.

  • 30 Voir par exemple : T. Tanaka, « Ôsaka no “kyôiku kaikaku” to kosodate-kyôiku no dôri (La “réforme (...)

40Ainsi encore, à Ôsaka cette fois, plus récemment, l’Association pour la restauration d’Ôsaka (Ôsaka ishin no kai), proche de Hashimoto Toru, a par exemple proposé en juin 2011, entre beaucoup d’autres choses, que l’évaluation des enseignants par les proviseurs ait des conséquences sur les salaires de ces derniers et puisse être prise en compte pour leur maintien ou leur licenciement ; ou encore, plus précisément, que tout enseignant ayant été deux années de suite parmi les plus mal classés soit automatiquement démis de ses fonctions30. Face aux critiques de la population, le texte a certes été abandonné pour le moment mais la volonté des autorités était, de nouveau, claire : évaluer et surveiller toujours plus les enseignants pour les contrôler et éventuellement pouvoir se débarrasser des moins doués sur le plan pédagogique, certes, mais aussi, non moins clairement, des moins dociles ainsi que de ceux qui ne donnent pas satisfaction sur le plan idéologique.

41Pour ceux qui en auraient encore douté, Abe Shinzô lui-même a clairement levé toute ambiguïté en déclarant en février 2012 dans le cadre d’une réunion de l’Association pour la restauration d’Ôsaka :

  • 31 Source : Kyôiku saisei, numéro d’avril 2012, cité par : H. Satô, « Abe Shinzô shi to nihon kyôiku (...)

« Il existe ce règlement à Ôsaka qui menace de renvoi les professeurs qui, à trois reprises, ne l’ont pas respecté en refusant de se lever ou de chanter l’hymne national lors de la montée du drapeau. La Loi fondamentale sur l’éducation [de 2006] demande effectivement aussi de cultiver l’identité du peuple japonais et il est normal que les fonctionnaires respectent les lois. Même s’il n’y a qu’un seul professeur sur vingt qui ne se lève pas, la cérémonie est gâchée ! Or pour les enfants, il s’agit là d’un moment unique de leur vie. N’est-il pas donc normal de demander à celui qui a gâché trois fois d’affilée cet événement de démissionner ? (Applaudissements)31. »

  • 32 Voir par exemple : S. Takahashi, « Kyôiku tôsei to shite no kyôin kyûyo mondai (La question du sal (...)

42Enfin, nouveau moyen de pression sur les enseignants apparu ces dernières années : leur salaire. Le Conseil central de l’éducation (Chûô kyôiku shingikai) a ainsi recommandé en 2007, lors du premier mandat d’Abe Shinzô, de déréguler le paiement des enseignants et de prendre en compte pour l’établissement de leur salaire une grille fondée sur l’évaluation et le mérite et non plus sur la seule ancienneté. Cette proposition a été reprise en 2012 dans la plateforme électorale du PLD. Les observateurs ne s’y sont pas trompés qui ont immédiatement dénoncé un nouveau moyen de contrôle des enseignants et de l’éducation32.

  • 33 Il y a au Japon trois types d’établissements scolaires : des établissements privés (shiritsu), des (...)

43Une première attaque contre l’ancien système salarial, qui protégeait les fonctionnaires d’État depuis les années 1950, avait déjà eu lieu en 2004, lorsque fut aboli le principe de l’alignement des salaires de tous les enseignants sur ceux des enseignants des écoles nationales33, lesquels étaient alors considérés comme la norme. Depuis, les salaires des enseignants relèvent exclusivement des autorités locales et l’on commence à voir apparaître sur ce plan aussi de fortes disparités. Ainsi, par exemple, à partir des années 2004-2006, un système de modulation des salaires en fonction des « performances de travail » a-t-il été mis en place dans les établissements scolaires de Tôkyô. Cette nouvelle grille a abouti de facto à l’apparition de fortes différences de revenus, calculés sur la durée de la carrière, suivant que l’enseignant voyait son travail (et sa docilité) reconnu(s) ou pas. Cette différenciation des salaires ne s’est par ailleurs pas construite sur une augmentation pour les plus performants mais sur une diminution des salaires pour ceux considérés comme les moins bons. La crainte est forte aujourd’hui que ce système ne soit à présent étendu à l’ensemble du pays et n’achève de réduire les enseignants au silence en en faisant des « employés » de l’éducation obéissants sinon serviles.

44Enfin, pour en revenir à la question des manuels d’histoire, les initiatives récentes du PLD et du ministère de l’Éducation en la matière ajoutent un peu plus d’ombres au tableau. Ainsi, l’Association de réflexion des parlementaires japonais sur les manuels d’histoire et le futur du Japon (Nippon no zento to rekishi kyôkasho o kangaeru giin no kai), créée en 1997 et qui est constituée de députés révisionnistes contestant notamment la réalité du massacre de Nankin, des « femmes de réconfort » coréennes ou encore des massacres de civils d’Okinawa par l’armée impériale, milite-t-elle pour voir tous ces sujets « historiquement inexacts » et « anti-japonais » disparaître des manuels scolaires d’histoire. En avril 2012, certains de ses membres ont été reçus par des fonctionnaires du bureau du ministère de l’Éducation japonais pour discuter des nouveaux manuels que le ministère venait d’autoriser pour le lycée, et un moment de cette réunion vaut que l’on s’y arrête pour le sujet qui nous intéresse ici.

  • 34 Source : [http://www.zakzak.co.jp/society/politics/news/20120509/plt1205091538005-n1.htm] (consult (...)
  • 35 Source : [http://kyoukashokaizen.blog114.fc2.com/blog-entry-163.html] (consulté en mai 2014).

45Lors de cette réunion, en effet, Abe Shinzô, qui n’était pas encore redevenu Premier ministre, s’est emporté à la fois contre le contenu d’un manuel et contre les fonctionnaires du ministère qui l’avaient autorisé. Affirmant, entre autres reproches, que « lorsque [il était] Premier ministre [en 2007], le gouvernement [ayant] clairement indiqué qu’il n’y avait jamais eu de recrutement forcé de femmes de réconfort par l’armée impériale ou la police militaire », il s’étonnait que cette position officielle, qui à sa connaissance n’avait pas été modifiée, ait pu non seulement être ignorée par les rédacteurs des manuels mais plus encore par le ministère qui avait approuvé ledit manuel. Dans le manuel d’histoire pour le lycée des éditions Tôkyô shoseki, incriminé, figure en effet cette phrase : « On a mobilisé de nombreuses femmes en tant que femmes de réconfort qui ont servi de partenaires sexuels aux soldats de l’armée du Japon34. » Un des fonctionnaires du ministère répondit à Abe que « le terme “mobilisé” n’indiquait aucune contrainte » et que, par ailleurs, « le sujet [de ce verbe] n’était en aucun cas l’armée impériale ou la police militaire ». D’autres parlementaires s’en prirent alors violemment au dit fonctionnaire et à ses collègues, l’un d’entre eux déclarant (sic) : « Depuis quand suivez-vous l’avis des spécialistes [historiens] des manuels plutôt que celui du Premier ministre35 ? »

46Cette association ainsi que le PLD soutiennent par ailleurs ouvertement depuis 2011 la diffusion des « bons » manuels d’éducation civique et d’histoire que sont ceux (respectivement intitulés Atarashii minna no kômin (Nouvelle instruction civique pour tous) et Atarashii Nihon no rekishi (Nouvelle histoire du Japon)) proposés par les éditions Ikuhô, lesquels ont été rédigés par l’Institut pour la reconstruction de l’éducation au Japon (Nihon kyôiku saisei kikô, créé en 2006), proche du PLD et d’Abe et issu d’une scission de l’Association pour la rédaction d’un nouveau manuel d’histoire qui avait rédigé en 2001 le Nouveau manuel d’histoire que l’on a déjà évoqué. Des manuels au sujet desquels Abe lui-même déclarait lors d’une réunion publique :

  • 36 Source : Kyôiku saisei, numéro d’octobre 2011, cité par : H. Satô, « Abe Shinzô shi to nihon kyôik (...)

« J’ai la conviction que les manuels qui respectent le plus la ligne de la nouvelle Loi fondamentale sur l’éducation sont ceux de la maison d’édition Ikuhô. […] Je suis sûr que, alors que la grande majorité des comités d’éducation locaux ont, sans prendre en compte les principes de la nouvelle loi fondamentale sur l’éducation, procédé à des choix dictés par [les enseignants qui se trouvent sur] le terrain, le fait que ces manuels, qui transmettent les vertus et les qualités supérieures des Japonais, vont passer, désormais et pour les quatre ans à venir, entre les mains de plus de 250 000 enfants est un élément majeur de la reconstruction future de l’éducation de notre pays36. »

  • 37 Soit 47 812 collégiens (sur 1 285 357) pour le manuel d’histoire ; et 48 569 (sur 1 203 926) pour (...)

47Et le fait est que ces manuels, même s’ils restent minoritairement utilisés, le sont toutefois plus que le Nouveau manuel d’histoire en 2001 et 2005. En 2011, en effet, le manuel d’histoire de l’éditeur Ikuhô a été choisi pour 3,7 % des collèges et celui d’instruction civique pour 4 %37. Cela reste bien sûr encore très faible, mais constitue toutefois une augmentation significative – soit respectivement 6 et 11 fois plus que dans le cas des manuels révisionnistes de 2005.

Conclusion

48Indéniablement, sur tous les sujets que nous avons abordés dans cet article, le Japon se trouve aujourd’hui à un moment charnière de son histoire récente, sans que l’on sache vraiment encore dans quelle direction il va évoluer.

49Le pire n’est certes pas forcément certain. Le Japon est une démocratie et, comme on l’a vu, les révisionnistes ont jusqu’ici toujours échoué à imposer leur vision de l’histoire dans les écoles. Ces derniers mois, par ailleurs, au vu des réactions unanimement critiques, y compris de ses partenaires et de ses alliés (États-Unis en tête), et de la détérioration de l’image du Japon sur le plan international, le gouvernement Abe semble revenir sur son intention première de réviser la « perception historique » de ses prédécesseurs.

50Toutefois, le faisceau de mesures ou de décisions politiques que nous avons évoquées ne laisse pas d’inquiéter les Japonais. Comme l’écrivait déjà l’Asahi shinbun dans son éditorial du 16 décembre 2006, au sujet de l’adoption, ce même jour, de la nouvelle Loi fondamentale sur l’éducation et de la loi qui transformait l’agence de Défense en ministère à part entière :

« Avoir transformé l’agence [de Défense] en ministère [de la Défense] ne signifie pas pour autant que les forces d’autodéfense vont se transformer immédiatement en armée, ou que le principe de forces [armées] exclusivement développées pour la défense va changer. On peut craindre toutefois que le Japon ne se transforme petit à petit en un pays qui accorde de plus en plus d’importance à la chose militaire. Et la mise en place d’une éducation patriotique s’ajoutant à cela pourrait bien accélérer ce mouvement… »

  • 38 En réalité, les comités d’éducation locaux, avant de rendre leur avis, consultent les enseignants (...)

51Un autre élément qui inquiète aujourd’hui les observateurs est qu’Abe Shinzô a – situation rare pour un premier ministre japonais – la possibilité d’inscrire son action dans le temps, en étant quasiment sûr de rester au pouvoir au moins jusqu’en 2016, aucune élection majeure n’étant prévue avant. Or, il est évident que le gouvernement Abe, le PLD et les lobbys nationalistes et révisionnistes ont décidé de profiter de ces circonstances favorables pour pousser bien plus loin qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent leurs actions sur le terrain. La façon dont la sélection des manuels de l’éditeur Ikuhô a été imposée à certains comités d’éducation locaux en apporte la preuve indéniable. Dans les villes de Yokohama, Fujisawa, Musashimurayama ou encore Higashi Ôsaka, en effet, les édiles proches d’Abe n’ont pas hésité à démettre une partie des membres des comités d’éducation locaux qui s’étaient prononcés contre ces manuels pour les remplacer par d’autres acquis à leurs idées et qui ont finalement fait adopter ceux-ci – contre l’avis des populations locales, donc, et aussi contre l’avis des enseignants38.

52Et c’est indéniablement à ce niveau, local, que se jouera le devenir de l’enseignement de l’histoire et de l’instruction civique dans les années à venir au Japon. D’autant plus que le gouvernement Abe est en train de mettre en place une réforme de ces comités qui placera ceux-ci encore plus qu’aujourd’hui sous la tutelle des administrations locales.

  • 39 Traduit en français sous le titre Gen d’Hiroshima (Vertige Graphic, 10 volumes, 2007-2011).

53Ce travail de sape méthodique et profond dans lequel se sont lancés les nationalistes et révisionnistes japonais ne concerne d’ailleurs pas que les manuels scolaires. Les autorités de la ville de Matsue ont ainsi décidé en 2012 de retirer du libre accès des bibliothèques scolaires un des manga les plus populaires du Japon, Hadashi no Gen (littéralement « Gen aux pieds nus » ou « Gen le vagabond39 ») de Nakazawa Keiji, lequel manga avait le tort d’évoquer dans ses derniers volumes les crimes de l’armée impériale ; avant de revenir sur leur décision en août 2013 face aux protestations locales et nationales que cette décision avait provoquées.

54Beaucoup de Japonais ont ainsi conscience de vivre aujourd’hui, sur toutes ces questions, une période critique et dangereuse pour le devenir de leur pays, espérant au fond d’eux-mêmes, comme le formulait déjà l’éditorial de l’Asahi shinbun du 16 décembre 2006 que nous avons déjà cité, « que dans le futur l’on ne considérera pas avec regret cette session extraordinaire de la Diète [qui a donc vu la promulgation de la nouvelle Loi fondamentale sur l’éducation et la transformation de l’agence de défense en ministère] comme ayant marqué un tournant dans l’histoire du Japon d’après-guerre ».

Bibliografia

BIBLIOGRAPHIE

Blaauw J., Textbook authorization and controlled authorship (Overall Project Censorship of History 2010-2010, Subproject Censorship of History Textbooks 2010-2014), University of Groningen, 2013.

Cave P., «Japanese Colonialism and the Asia-Pacific War in Japan’s History Textbooks: Changing representations and their causes», Modern Asia Studies, vol. 47, no 2, March 2013, p. 542-580.

Dierkes J., Postwar History Education in Japan and the Germanys: Guilty Lessons, London, Routledge, 2010.

Galan C., « Japon : l’uniformité comme principe pédagogique », inCollectif, Actes du colloque « Défendre et transformer l’école pour tous », université de Provence, Marseille, 3-4-5 octobre 1997, édités sur CD-Rom par l’IUFM d’Aix-Marseille, 1998 ; [http://www.r-lecole.fr/AncienSite/johs/galan.PDF] (consulté en juin 2014).

Galan C., L’Enseignement de la lecture au Japon – Politique et éducation, Toulouse, PUM, 2001.

Galan C., « L’évolution du concept d’“éducation d’après-guerre” », in M. Lucken, A. Bayard-Sakai et E. Lozerand (dir.), Le Japon après la guerre, Arles, Philippe Picquier, 2006, p. 47-81.

Galan C., « Contrôle scolaire, censure d’État – le cas du Japon », in S. Murakami-Giroux, C. Séguy et S. Schaal (dir.), Censure, autocensure et tabous, Arles, Philippe Picquier, 2011, p. 233-251.

Galan C., « La réforme de la Loi fondamentale de l’éducation de 2006 : quelle réponse à la “crise” du système Éducatif japonais ? », in J.-M. Butel et M. Ueda (dir.), Japon pluriel 9, Arles, Philippe Picquier, 2013, p. 497-506.

InternationalSocietyforEducationalInformation (ed.), Japan in Modern History – Junior High School, Tôkyô, 1993.

InternationalSocietyforEducationalInformation (ed.), Japan in Modern History – Primary School, Tôkyô, 1993.

Lavelle P., « Sur le Japon, dis ce qu’il te plaît : nul n’ira vérifier. L’idéologie des manuels d’histoire », Mots/Les langages du politique, no 41, décembre 1994, p. 183-195.

Lavelle P., « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme », Cipango – Cahiers d’études japonaises, no 10, hiver 2003, p. 7-88.

Nanta A., Japon : l’offensive des négateurs de l’histoire, 2001, [http://www.amnistia.net/news/articles/negdoss/japnega/japnega.htm] (consulté en février 2009).

Nanta A., « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (juillet 2001) », Ebisu, no 26, 2001, p. 127-153.

Nanta A., « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001) », Ebisu, no 27, 2001, p. 129-138.

Nanta A., « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (novembre 2001-avril 2002) – Autour de la négation de Nankin et de la revue Shokun ! », Ebisu, no 28, 2002, p. 185-195.

Nanta A., « Le débat sur l’enseignement de l’histoire au Japon », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 88, 2007, p. 13-19.

Nanta A., « Les manuels scolaires, entre histoire et mémoire », Textes et documents pour la classe, no 960, 15 septembre 2008, p. 18-19.

Nanta A., « Japon : tensions autour du passé », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, vol. 2, 2010, p. 1081-1089.

Saaler S., Politics, Memory and Public Opinion. The History Textbook Controversy and Japanese Society, Munich, Verlag, 2005.

Sabouret C., « La rhétorique de l’authentique et le refus de l’Autre : la censure des manuels scolaires au Japon », Historiens et géographes, no 344, juin-juillet 1994, p. 343-360.

Satô H., « Abe Shinzô shi to nihon kyôiku saisei kikô (Abe Shinzô et l’Institut de reconstruction de l’éducation du Japon) », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 34-35.

Seizelet E., « Les manuels scolaires au Japon », Savoir éducation formation, no 4, octobre-décembre 1991, p. 699-718.

Takahashi S., « Kyôiku tôsei to shite no kyôin kyûyo mondai (La question du salaires des enseignants comme [moyen de] contrôle de l’éducation », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 61-69.

Tanaka T., « Ôsaka no “kyôiku kaikaku” to kosodate-kyôiku no dôri (La “réforme de l’éducation” d’Ôsaka et la manière bien pensée d’envisager l’éducation des enfants) », Kyôiku (Éducation), no 811, août 2103, p. 11-22.

Uematsu K., « Kenpô ni okeru “ideorogî” to “yûtopia” (“Idéologie” et “utopie” dans la Constitution) », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 25-33.

Note

1 Sanctuaire dédié, entre autres, aux soldats japonais morts lors des différentes guerres qu’a connues le pays depuis la Restauration de Meiji (1868). En 1978, les noms de plusieurs criminels de guerre jugés et condamnés lors du procès de Tôkyô furent ajoutés à la liste des personnes honorées, entraînant tant au Japon que dans les pays voisins des controverses sans fin. Sur cette question, voir : T. Takahashi, Morts pour l’empereur – La question du Yasukuni, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Japon/Non Fiction », 2012.

2 En anglais, parmi les publications les plus récentes, voir : S. Saaler, Politics, Memory and Public Opinion. The History Textbook Controversy and Japanese Society, Munich, Verlag, 2005; J. Dierkes, Postwar History Education in Japan and the Germanys: Guilty Lessons, London, Routledge, 2010; J. Blaauw, Textbook authorization and controlled authorship (Overall Project Censorship of History 2010-2010, Subproject Censorship of History Textbooks 2010-2014), University of Groningen, 2013; P. Cave, « Japanese Colonialism and the Asia-Pacific War in Japan’s History Textbooks: Changing representations and their causes », Modern Asia Studies, vol. 47, no2, March 2013, p. 542-580. L’International Society for Educational Information a également traduit in extenso les passages relatifs au Japon (essentiellement dans les rapports entretenus par celui-ci avec les autres pays) dans les manuels d’histoire de l’école élémentaire et du collège utilisés au début des années 1990, offrant ainsi un document de première main (les textes en anglais figurent en regard des textes originaux en japonais) sur le contenu des manuels de cette époque (InternationalSocietyforEducationalInformation, Japan in Modern History – Junior High School, Tôkyô, 1993 ; Japan in Modern History – Primary School, Tôkyô, 1993).

3 Dans l’ordre chronologique de leur publication : E. Seizelet, « Les manuels scolaires au Japon », Savoir éducation formation, no 4, octobre-décembre 1991, p. 699-718 ; C. Sabouret, « La rhétorique de l’authentique et le refus de l’Autre : la censure des manuels scolaires au Japon », Historiens et géographes, no 344, juin-juillet 1994, p. 343-360 ; P. Lavelle, « Sur le Japon, dis ce qu’il te plaît : nul n’ira vérifier. L’idéologie des manuels d’histoire », Mots/Les langages du politique, no 41, décembre 1994, p. 183-195 et, du même auteur, « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme », Cipango – Cahiers d’études japonaises, no 10, hiver 2003, p. 7-88 ; A. Nanta, Japon : l’offensive des négateurs de l’histoire, 2001, [http://www.amnistia.net/news/articles/negdoss/japnega/japnega.htm] (consulté en février 2009), et du même auteur : « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (juillet 2001) », Ebisu, no 26, 2001, p. 127-153 ; « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001) », Ebisu, no 27, 2001, p. 129-138 ; « L’actualité du révisionnisme historique au Japon (novembre 2001-avril 2002) – Autour de la négation de Nankin et de la revue Shokun ! », Ebisu, no 28, 2002, p. 185-195 ; « Le débat sur l’enseignement de l’histoire au Japon », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 88, 2007, p. 13-19 ; « Les manuels scolaires, entre histoire et mémoire », Textes et documents pour la classe, no 960, 15 septembre 2008, p. 18-19 ; « Japon : tensions autour du passé », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, vol. 2, 2010, p. 1081-1089.

4 Sur ce découpage, voir plus particulièrement : P. Lavelle, « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme », op. cit. ; et A. Nanta, « Le débat sur l’enseignement de l’histoire au Japon », op. cit.

5 Censure que les forces d’occupation avaient conservée pour s’assurer du caractère pacifique et démocratique des nouveaux manuels scolaires – c’est-à-dire débarrassés de toute référence à l’armée, à l’empereur, au shintô, etc.

6 Nous respectons dans cet article l’usage japonais consistant à mentionner le nom de famille avant le nom personnel.

7 Le premier procès opposa en 1965 Ienaga à l’État japonais et au ministère de l’Éducation, l’historien reprochant à ceux-ci l’inconstitutionnalité de leur décision de ne pas autoriser le manuel d’histoire qu’il avait rédigé. La cour régionale de Tôkyô donna en partie raison à Ienaga en 1974, mais la Haute cour de Tôkyô lui donna tort en 1986, décision confirmée par la Cour suprême en 1993. Ienaga perdit ensuite également le second procès qu’il avait intenté en 1967 devant la Cour régionale de Tôkyô pour demander le retrait de la décision ayant conduit au rejet de son manuel, mais la Haute Cour lui donnera finalement raison en 1975 avant que la Cour suprême ne… renverse en 1982 le jugement de 1975 et retransfère le procès devant la Haute cour. Celle-ci clôt alors le procès en 1985 sans décision finale tranchée, jugeant qu’aucune des parties n’avait intérêt à poursuivre le procès. Enfin, en 1984, Ienaga attaqua à nouveau l’État devant la Cour régionale de Tôkyô pour le rejet de ses manuels en 1980, 1982 et 1983. Il perdit le procès en 1989, mais la Haute Cour condamna cependant en 1993 la censure du ministère sur le massacre de Nankin comme illégale avant que la Cour suprême ne condamne en 1997 le ministère de l’Éducation à indemniser Ienaga, confirmant au passage que les faits relatifs à l’unité 731 étaient avérés et qu’ils pouvaient donc être mentionnés. En revanche, elle débouta l’historien sur la question du caractère inconstitutionnel du système d’autorisation des manuels lui-même.

8 Pour une présentation approfondie de cette association et de ce manuel, voir : P. Lavelle, « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme », op. cit.

9 Pour des explications plus développées, voir : C. Galan, « Contrôle scolaire, censure d’État – le cas du Japon », in S. Murakami-Giroux, C. Séguy et S. Schaal (dir.), Censure, autocensure et tabous, Arles, Philippe Picquier, 2011, p. 233-251 ; ou encore : C. Galan, « Japon : l’uniformité comme principe pédagogique », inCollectif, Actes du colloque « Défendre et transformer l’école pour tous », université de Provence, Marseille, 3-4-5 octobre 1997, édités sur CD-Rom par l’IUFM d’Aix-Marseille, 1998 ; article disponible sur le site : [www.r-lecole.fr/AncienSite/johs/galan.PDF] (consulté en juin 2014). Pour comprendre comment ces pratiques agissent par ailleurs sur l’ensemble des enseignements, voir, pour la matière langue japonaise : C. Galan, L’Enseignement de la lecture au Japon – Politique et éducation, Toulouse, PUM, 2001, p. 20-40 et p. 267-308.

10 E. Seizelet, « Les manuels scolaires au Japon », op. cit., p. 701-702.

11 Notons également, même si on ne peut développer ce point ici, combien, pour l’histoire par exemple, la lourdeur des programmes (qui ne permet pas d’entrer dans les « détails ») peut en elle-même agir comme une censure bien plus efficace que le fait de taire ou de supprimer tel ou tel sujet délicat.

12 Les enseignants peuvent, collectivement, au travers de leur établissement, donner un avis sur les manuels qu’ils souhaiteraient utiliser, mais les comités d’éducation locaux, qui sont souverains, ne sont pas tenus de s’y conformer, comme on le verra en conclusion.

13 Il n’y a pas au Japon d’équivalents de nos académies et de nos rectorats.

14 Seuls ces deux niveaux relèvent stricto sensu de l’éducation obligatoire, mais dans les faits plus de 99 % des enfants japonais sont également scolarisés dans les lycées.

15 En 2001, sur les 927 035 enseignants du primaire et du collège (du public), 2 503 enseignants, soit 0,27 %, étaient en congé de maladie du fait de stress, dépression ou autres troubles psychiques. En 2010, ils étaient 5 407 sur 919 093, soit 0,59 %. Source : Monbukagakushô, [http://www.mext.go.jp/component/a_menu/education/detail/__icsFiles/afieldfile/2011/12/22/1314343_14.pdf] (consulté en juin 2014).

16 Best-seller éditorial auprès du grand public (même si beaucoup d’exemplaires furent distribués gratuitement), les ventes du Nouveau manuel d’histoire ne représentèrent en 2001 que 0,039 % du marché des manuels d’histoire pour le collège (soit… 543 exemplaires sur 1 342 649 ; voir : P. Lavelle, « La Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire : renouveau ou déclin du nationalisme », op. cit., p. 9) et seulement encore 0,39 % en 2005 pour le public et moins de 1 % pour le privé (J. Blaauw, Textbook authorization and controlled authorship, op. cit., p. 19).

17 Quatre éditeurs sur huit se partagent plus de 80 % du marché des manuels d’histoire du collège ; l’un d’entre eux, Tôkyô shoseki, en ayant à lui seul 50 % avec le plus renommé de tous les manuels d’histoire.

18 Voir, par exemple : A. Nanta, « Le débat sur l’enseignement de l’histoire au Japon », op. cit., 2007, p. 17.

19 Sur cette question, voir : C. Galan, « L’évolution du concept d’“éducation d’après-guerre” », in M. Lucken, A. Bayard-Sakai et E. Lozerand (dir.), Le Japon après la guerre, Arles, Philippe Picquier, 2006, p. 47-81.

20 Premier ministre de septembre 2006 à septembre 2007, ainsi que depuis décembre 2012.

21 Premier ministre d’avril 2001 à septembre 2006.

22 Premier ministre de juin 1994 à janvier 1996.

23 Premier ministre de juillet 1998 à avril 2000.

24 Le secrétaire général du PLD de l’époque (Ishiba Shigeru) avait qualifié les opposants à ladite loi rien moins que de « terroristes ».

25 L’exercice demeure toutefois incertain, le porte-parole du gouvernement Abe déclarant par exemple dans le même temps, le 4 janvier 2014, vouloir finalement confirmer la déclaration Murayama de 1995 tout en envisageant un nouveau texte… plus adapté au XXIe siècle.

26 Pour une analyse détaille de cette loi, voir : C. Galan, « La réforme de la Loi fondamentale de l’éducation de 2006 : quelle réponse à la “crise” du système Éducatif japonais ? », in J.-M. Butel et M. Ueda (dir.), Japon pluriel 9, Arles, Philippe Picquier, 2013, p. 497-506.

27 Notamment dans le cas des enseignants refusant de se lever au moment de la montée du drapeau ou de l’hymne, ou refusant de chanter ou de faire chanter celui-ci à leurs élèves (comme en 2004, dans l’affaire des sanctions qui avaient touché près de 400 enseignants des écoles de la ville de Tôkyô) ; sur cette question, pour plus de détails, voir : C. Galan, « Contrôle scolaire, censure d’État – le cas du Japon », op. cit.

28 Sur cette question voir : K. Uematsu, « Kenpô ni okeru “ideorogî” to “yûtopia” (“Idéologie” et “utopie” dans la Constitution) », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 25-33.

29 Qui ont d’ailleurs éclipsé l’autre aspect de cette réforme, et sans doute même son aspect le plus important, à savoir la dérégulation administrative et financière du système éducatif mis en place au lendemain de la défaite, comme on l’a analysé par ailleurs (C. Galan, « La réforme de la Loi fondamentale de l’éducation de 2006 : quelle réponse à la “crise” du système Éducatif japonais ? », op. cit.).

30 Voir par exemple : T. Tanaka, « Ôsaka no “kyôiku kaikaku” to kosodate-kyôiku no dôri (La “réforme de l’éducation” d’Ôsaka et la manière bien pensée d’envisager l’éducation des enfants) », Kyôiku (Éducation), no 811, août 2103, p. 11-22.

31 Source : Kyôiku saisei, numéro d’avril 2012, cité par : H. Satô, « Abe Shinzô shi to nihon kyôiku saisei kikô (Abe Shinzô et l’Institut de reconstruction de l’éducation du Japon) », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 34-35.

32 Voir par exemple : S. Takahashi, « Kyôiku tôsei to shite no kyôin kyûyo mondai (La question du salaires des enseignants comme [moyen de] contrôle de l’éducation », Kyôiku (Éducation), no 809, juin 2103, p. 61-69.

33 Il y a au Japon trois types d’établissements scolaires : des établissements privés (shiritsu), des établissements « publics » (kôritsu), dépendants des municipalités et des départements, et des établissements nationaux (kokuritsu). La quasi-totalité des écoles élémentaires et plus de 90 % des collèges relèvent de la seconde catégorie.

34 Source : [http://www.zakzak.co.jp/society/politics/news/20120509/plt1205091538005-n1.htm] (consulté en mai 2014).

35 Source : [http://kyoukashokaizen.blog114.fc2.com/blog-entry-163.html] (consulté en mai 2014).

36 Source : Kyôiku saisei, numéro d’octobre 2011, cité par : H. Satô, « Abe Shinzô shi to nihon kyôiku saisei kikô (Abe Shinzô et l’Institut de reconstruction de l’éducation du Japon) », op. cit., p. 34-35.

37 Soit 47 812 collégiens (sur 1 285 357) pour le manuel d’histoire ; et 48 569 (sur 1 203 926) pour le manuel d’instruction civique ; essentiellement dans les 148 collèges de Yokohama.

38 En réalité, les comités d’éducation locaux, avant de rendre leur avis, consultent les enseignants des établissements scolaires de leur zone administrative, lesquels ont ainsi, collectivement, la possibilité d’indiquer les trois ouvrages par matière qui ont leur préférence ; la plupart des comités faisant ensuite leur choix définitif parmi ceux-ci. Or c’est cette logique que le gouvernement Abe veut aujourd’hui casser.

39 Traduit en français sous le titre Gen d’Hiroshima (Vertige Graphic, 10 volumes, 2007-2011).

Autore

Professeur des universités, université de Toulouse Jean-Jaurès/CEJ-Inalco

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540