Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Deuxième partie. Les censures dans les démocraties libérales xxe-xxie siècles

États-Unis, XXe et XXIe siècles : quelles censures ?

Forms of Censorship in the United States in the XXth and XXIst centuries

Claire Bruyère

Résumé

Pourquoi parler de censure à propos d’un État qui ne connaît pas la censure préventive ? L’article esquisse le cadre complexe dans lequel s’observent des formes de restriction à la liberté d’expression. Les plus visibles d’abord, en vertu d’exceptions au Premier amendement ou à des décisions commerciales qui rencontrent certains courants d’opinion comme, de nos jours, le désir de « protéger » les enfants et les personnes « fragiles ». Ensuite, des formes plus subtiles qui reposent sur une coopération entre l’État et les entreprises privées, dans leur intérêt mutuel, à visée de manipulation de l’opinion ou de surveillance, celle-ci étant mieux tolérée depuis 2001. L’école publique, enfin, est un champ de bataille idéologique continuel qui met en jeu à la fois les connaissances (qu’enseigner ?) et des intérêts financiers qui incitent à l’autocensure. En conclusion, le contexte est bouleversé par la mondialisation et le développement du cyberespace, mais les dissensions internes persistent sans grands changements.

Why should one discuss censorship regarding a nation where prior restraint is unconstitutional? This article outlines the complex framework within which various limitations to free expression are observed. First, the more visible ones, due to exceptions to the 1st amendment or to commercial decisions which coincide with some social trends, like the desire to “protect” children and “vulnerable” individuals. Then, more subtle forms, which rest on cooperation between the State and private enterprise, in their mutual interest, aim at manipulating public opinion or at developing surveillance– this being more easily accepted after 2001. Thirdly, public schools and their textbooks are still an ideological battleground involving knowledge (what will be taught?) and major financial interests leading to self-censorship. To conclude, the context is being deeply modified by the world economy and the expansion of cyberspace, but the old conflicts seem to persist.

Texte intégral

1Aux États-Unis, la censure n’a pas d’existence légale, le principe étant la liberté, mais elle survient dans certaines circonstances, selon des cheminements que l’on peut décrypter. Citons l’invitation à la prudence du juriste Maxime Dury :

  • 1 M. Dury, « Du droit à la métaphore : sur l’intérêt de la définition juridique de la censure », in (...)

« S’il faut penser liberté et censure comme un couple de termes opposés, et liés l’un à l’autre par cette opposition même, il faut se garder de croire qu’il s’agit d’un couple statique […] Si l’on peut dire que lorsqu’il n’y a plus de liberté d’expression, il y a de la censure, on ne peut pas soutenir à l’inverse que lorsqu’il n’y a pas de censure, il y a liberté1. »

  • 2 « Le Déplacement du secret : la communication privée en question », C. Bruyère (dir.), Revue franç (...)

2Le monde entier sait désormais que les États-Unis ont, comme d’ailleurs les démocraties occidentales, mis au point d’innombrables démarches secrètes, notamment dans le domaine de la surveillance de la communication2. Le « secret » est-il assimilable à une « censure » ? On veillera à éviter d’employer le terme dans les cas où il semble abusif, voire inexact, et à ne pas oublier que personne ne défend l’absence totale de limite à la liberté d’expression. Ce que nous souhaitons, c’est mettre en évidence une multiplicité d’actes relevant d’une censure au sens d’interdiction ou de frein affectant la diffusion ou l’accès à des formes d’expression ou de création ou de suppression partielle, voire de menaces conduisant à l’autocensure.

3Ces actions sont facilitées par l’existence de cinquante États, chacun doté de ses lois, corps élus, gouvernement, et de ses tribunaux, même si l’État fédéral et la Constitution, avec ses amendements, et la Cour suprême, sont censés détenir la prééminence, et si le pouvoir exécutif central a progressivement gagné en puissance. Les gestes censoriaux parcourent toute la société pour des motifs variés, mais repérables et révélateurs. Différencier le secteur public d’un secteur privé étant rarement pertinent dans la société actuelle, nous aborderons ces questions selon une distinction entre les censures visibles et les formes plus subtiles, invisibles, de censure – que celles-ci émanent des autorités ou bien de citoyens (grassroots) –, où qu’elles s’appliquent, avant d’en observer la synthèse dans un lieu hautement symbolique, l’École.

Censures visibles

4En vertu de lois du Congrès ou d’arrêts de la Cour suprême les excluant de la protection constitutionnelle de la liberté d’expression (Premier amendement, 1791), le gouvernement fédéral peut interdire la diffusion d’écrits, d’images, d’imprimés, de musique. Le système est particulièrement jurisprudentiel et tous les textes ayant force de loi sont soumis à interprétation et à réinterprétation par les juges, très sollicités, lors de débats où certains avocats ont joué historiquement un rôle majeur. Les deux motifs d’exclusion sont, depuis les origines, la sécurité nationale (national security, « clear and present danger ») et l’obscénité, notion venue du droit britannique (en 1868, adoption du « Hicklin test »), toujours à redéfinir (un juge a déclaré « Je la reconnais quand je la vois »). Par ailleurs, du côté des droits, le 4e amendement, qui interdit les fouilles ou saisies sans mandat de justice, a contribué à la reconnaissance d’un droit nouveau, en 1928, le droit à la vie privée (right to privacy), aujourd’hui menacé ; le 14e amendement (1868) exige des États une procédure légale régulière (due process of law) ainsi qu’une protection identique pour tous les citoyens (equal protection of the laws).

  • 3 Exemple récent parmi d’autres : l’arrêt du Tribunal de Grande Instance de Bobigny (13 novembre 201 (...)

5Le moyen pour le pouvoir exécutif d’agir en censeur a été et est encore, quoique moins souvent utilisé, le refus d’importation ou de transport, donc de diffusion, de textes écrits ou d’œuvres artistiques, par le biais de deux agences fédérales, le Service des douanes et le Service postal. Cela n’a jamais empêché les plaintes, et ce sont surtout les juges et les avocats qui ont fait l’histoire. Soulignons qu’il ne s’agit pas là de censure préalable (prior restraint) comme la France en a si souvent connue et en connaît encore parfois3. La notion d’« obscénité » (première loi fédérale sur l’importation aux États-Unis, 1842 ; loi sur le transport interne par courrier postal, 1873) a été réinterprétée plusieurs fois, et complétée, signe des temps, par la notion de « dangereux pour les mineurs » (« harmful to minors », arrêt Cour suprême, 1968), et, concernant surtout les images, la radio et la télévision, par celle d’« expression indécente » (indecent expression, arrêt C. S., 1978), puis de « pédo-pornographie » (child pornography, en 1982). L’exclusion de la protection du Premier amendement s’est donc élargie.

  • 4 Dans cinq États, selon de nouveaux règlements, les cliniques subventionnées seraient amenées à fer (...)

6Les deux droits fondamentaux dont se réclament les citoyens sont freedom of speech (de traduction délicate, on va le voir) et the right to dissent (le droit à la dissidence), mais les deux peuvent entrer en conflit ou se renforcer, par exemple contre le pouvoir fédéral, objet de défiance dans certains milieux depuis les origines de la nation. On voit cela dans les États, par le biais de lois de contournement et de mouvements de citoyens qui s’en réclament pour refuser d’appliquer des lois fédérales. Speech n’est pas nécessairement une parole, ce peut être un acte, comme lorsqu’en 1990 la Cour suprême décréta que l’acte de brûler le drapeau américain pouvait en relever. De nos jours, à la faveur d’une poussée droitière, certains milieux protestent, au nom de leur foi religieuse, parfois par des actes de violence, contre le droit à la contraception et à l’avortement. Actions législatives aussi : de nouvelles propositions de loi limiteraient l’accès des femmes à certains contraceptifs dans plusieurs États du Sud4. Autre exemple : les propriétaires chrétiens évangéliques de Hobby Lobby, une chaîne de magasins, arguent de leur foi, au nom du Premier amendement, qui garantit aussi la liberté religieuse, pour refuser, à l’encontre de la loi Affordable Care Act, dite Obamacare, d’inclure, dans l’assurance de leurs milliers d’employées, les produits contraceptifs, certains d’entre eux étant accusés de favoriser l’avortement. La Cour suprême a accepté d’examiner un recours en 2014 (Hobby Lobby v. Sibelius). Une entreprise peut-elle être assimilée à une personne ? La Cour a ouvert une brèche en ce sens avec Citizens v. United (2010), sur le financement des campagnes électorales.

  • 5 réduisant donc l’accès aux soins pour les moins riches (New York Times, 21 mai 2014).
  • 6 O. Caïra, Hollywood Face à la Censure, Paris, CNRS Éditions, 2005 (Open Éditions book, 2013).
  • 7 A. M. Bidaud, Hollywood et le rêve américain, 2e édition, Paris, Armand Colin, 2012, p. 306.
  • 8 J. P. Gabilliet, « Le Comics Code : la bande dessinée américaine sous surveillance », in T. Crépin (...)

7Après ce survol rapide de mesures législatives et de questions judiciaires, il faut aller plus loin. Dans le domaine des productions intellectuelles et artistiques surtout, la liberté est bridée de façon croissante par une censure économique, la « censure du marché ». Hausser la marge bénéficiaire ou au moins en éviter l’érosion est un but poursuivi en priorité par la grande édition depuis le temps des fusions – acquisitions, dans la deuxième moitié du XXe siècle, et par les studios du cinéma et d’autres industries culturelles, parfois depuis plus longtemps. Pour l’édition, les refus de vente de certains livres par les autorités municipales au nom des lois contre l’obscénité (« book banning ») sont moins nombreux qu’au siècle dernier. La censure du marché vise désormais à prévenir des pertes et est visible surtout pour les professionnels du livre. Pour ce qui est de l’art, la demande de censure (retrait d’une œuvre exposée par exemple) continue et émane tantôt préventivement des responsables (preemptive censorship), tantôt d’associations religieuses ou autres. Pour le cinéma, il s’est agi, depuis 19075, d’interdire la projection de certains films. De nombreux États créèrent des commissions de censure, d’autres votèrent même des lois en ce sens. La Cour suprême déclara en 1915 que le cinéma ne bénéficiait pas de la protection constitutionnelle. Les studios prirent alors l’initiative, devenue célèbre, de l’autocensure, dite autorégulation, en 1922. Celle-ci a évolué peu à peu vers la classification actuelle des films par âge des spectateurs, quitte à classer R ou NC-17 (adultes) un film dénonçant le harcèlement des adolescents (« Bully », avril 2012)6. Aujourd’hui, au XXIe siècle, citons A. M. Bidaud : même si certains tabous ont été levés (métissage, homosexualité) « tout s’est dilué dans l’idéologie du profit maximum avec la fabrication de produits hybrides, adaptés à une demande planétaire7 ». La bande dessinée et le jeu vidéo, création récente, donnent lieu aux mêmes tentatives et expériences8.

8Il règne aussi désormais une forme de censure dite « progressiste » (« progressive censorship »), dont les effets sont importants. Ray Bradbury en voyait les prémices dès 1953. Le pompier Beatty, chargé dans Fahrenheit 451 de mettre tous les livres au feu, en démonte le système :

  • 9 Éd. Denoël, 1995, p. 86. « The bigger your market, Montag, the less you handle controversy, rememb (...)

« Plus vaste est le marché, Montag, moins vous tenez aux controverses souvenez-vous de ça ! Les magazines sont devenus un aimable salmigondis de tapioca à la vanille. Les livres […] de l’eau de vaisselle. Tout ça n’est pas venu d’en haut. Il n’y a pas eu de décret, de déclaration, de censure au départ, non ! La technologie, l’exploitation de la masse, et la pression des minorités et le tour était joué, Dieu merci ! Aujourd’hui, grâce à tout cela, vous pouvez vivre constamment dans le bonheur9. »

9Dans une postface, quarante ans plus tard, en 1993, Bradbury ne put que réitérer les prophéties de Beatty. Manquait seulement une idée-force, celle de « protection ».

  • 10 R. Atkins, S. Mintcheva (dir.), Censoring Culture, New York, The New Press, 2006; C. Byrd (dir.), (...)
  • 11 «Political correctness has taken over public consciousness as if it were a magic trick through whi (...)

10Que sont ces « minorités » ? Tout groupe dont les membres, qui partagent une caractéristique (mêmes origines ethniques, femmes, gays, transgenre, adeptes des diverses religions, handicapés, etc.) se sentent fragilisés ou menacés, et réclament protection. Sans nécessairement progresser dans la réalité sociale, ils ont réussi à créer des tabous au nom de la douleur individuelle ou collective infligée par des propos entendus ou lus. Certaines images ont toujours choqué, celles de nus en particulier10, mais le « politiquement correct » (PC) est surtout affaire de langage. Pour protéger la sensibilité des jeunes particulièrement, on impose de remplacer des mots ou expressions jugés blessants ou offensants (« insensitive, biased, offensive ») par des euphémismes nombreux et inventifs. Cela a permis de faire prendre conscience de la brutalité de certains termes en usage, mais la démarche va au-delà du langage quotidien. Parmi d’innombrables exemples : en 2002, les responsables d’un examen en littérature donné aux élèves de l’État de New York remplacèrent ou caviardèrent des mots dans les textes littéraires soumis aux candidats. Plus grave encore, c’est en raison de l’usage constant du terrible mot « nigger » dans Huckleberry Finn (Mark Twain, 1884) que des Afro-Américains ont réclamé son élimination des programmes scolaires. Or, c’est justement l’un des grands romans anti-racistes de la littérature américaine, et l’euphémisme « N-word » n’existait pas sous l’esclavage ! ! Le même processus est à l’œuvre à propos de violence, de désobéissance (L’Attrape-Cœurs, de J. D. Salinger), de corps adolescents, d’éveil de la sexualité (Le Journal d’Anne Frank, Beloved, de Toni Morrison). Le « canon » littéraire en est donc affecté. L’une des conséquences négatives est, pour les auteurs, la tentation d’autocensure, notamment dans les romans pour la jeunesse. Commentaire de la National Coalition Against Censorship : « Le politiquement correct a subjugué l’opinion publique, comme si c’était un tour de magie grâce auquel, en contrôlant notre discours, nous allions résoudre les problèmes sociaux11. »

  • 12 The Guardian, 5 mars 2014; New York Times, 18 mai 2014; NCAC, article cité.

11Fait nouveau : cette « protection » est désormais revendiquée par de jeunes élèves et étudiants, relayés par des adultes et sur des blogs. Il s’agit non de proscrire la lecture, mais de prévenir les lecteurs éventuels qu’une scène peut « réveiller » (« trigger ») le souvenir d’un événement traumatique, en plaçant à l’avance des « alertes » (« trigger warnings »), ou signes très visibles (« red flags »). Le phénomène, dont l’origine est attribuée au mouvement féministe, est largement débattu et a pris de l’ampleur en 201412. Un exemple de plus du pouvoir conféré au langage verbal et visuel. Pas de censure au sens littéral, mais encore un effet dissuasif (chilling effect) – à moins que cela ne produise le contraire.

Censures invisibles

  • 13 N. Snow, Information War: American Propaganda, Free Speech and Opinion Control since 9/11, New Yor (...)

12Le langage joue aussi un rôle majeur dans les manipulations de l’opinion auxquelles se livrent les entreprises de communication qui collaborent avec le pouvoir, dans leur intérêt mutuel. Il ne s’agit pas de « complot », mais de tentatives d’influence que résume ainsi Nancy Snow : « Dans une société ouverte comme celle des États-Unis, la nature masquée et intégrée de la propagande convainc les citoyens qu’ils ne sont pas manipulés13. » L’effet de censure n’est pas automatique, mais fréquent, car la propagande repose presque toujours sur des mensonges par omission ou de fausses informations (exemple majeur : le mensonge de 2003 sur les armes de destruction massive dont aurait disposé l’Irak). Pour le pouvoir, le but véritable est de contrôler l’opinion en affaiblissant l’opposition (« control dissent »). Les entreprises de presse et les divers acteurs du Web trouvent leur compte à coopérer avec les services de renseignement, par des moyens parfois subtils.

  • 14 C. Bruyère (dir.), « Le déplacement du secret/The Shifting Sands of Secrecy », op. cit.

13Ce phénomène a pris des proportions gigantesques depuis le 11 septembre 2001, car les peurs toujours renouvelées se sont focalisées, après le communisme, sur le « terrorisme » et ont permis à l’État central, par une loi vite rédigée et approuvée, complétée par d’autres textes, de surveiller la vie privée des citoyens, au-delà même de ce qui était annoncé, sans mandat de justice – et désormais à l’étranger aussi, comme l’ont révélé les lanceurs d’alerte (whistleblowers). L’article 215 du Patriot Act – loi votée dès 2001, dont le dispositif existait déjà – qui contient notamment une obligation de silence dans certaines situations (gag rule), est au centre du débat, mais il n’est pas seul. En 2007, la loi sur l’espionnage datant de 1978, Foreign Intelligence Surveillance Act, qui créait un tribunal secret (FISA Court) à l’intérieur du système de renseignements, fut élargie dans ses applications. Les services de renseignement peuvent profiter, comme les firmes commerciales (avec ou sans leur accord), des informations que celles-ci collectent sur le Net, dont l’usage peut être censorial. L’informatique dématérialisée (« cloud computing ») associe notamment de grandes entreprises et les autorités américaines (National Security Agency, NSA), nouvelle version du « complexe militaro-industriel ». Les données collectées constituent un trésor pour la politique publicitaire des entreprises privées, surtout celles qui proposent des services gratuits sur le Web. Celles-ci, fournisseurs d’accès ou de données aux prises avec la concurrence, comme Amazon, Apple, Facebook, Google, pratiquent des formes de censure qui voudraient demeurer invisibles. Mais on pourrait dire que le pompier de Bradbury a changé de camp. Le système n’est pas seulement objet de critiques, après les révélations des « lanceurs d’alerte », il suscite des parades, des initiatives sans précédent qu’il n’y a pas lieu d’analyser ici, mais dont il faut suggérer la vitalité14.

Le cas de l’École

  • 15 The Guardian, 23 décembre 2013.

14L’école publique est un enjeu économique et idéologique évident. Certaines formes de censure, très fréquentes, comme les demandes de retrait de certains livres des programmes ou des bibliothèques scolaires (« challenges ») ont déjà été évoquées. En 1982, quatre élèves d’une classe terminale dans une école de Long Island, menés par l’un d’eux, Steven Pico, protestant contre un retrait secret de livres de leur bibliothèque, amenèrent la question jusqu’à la Cour suprême. Dans son arrêt Board of Education, Island Trees Free School District v. Pico, la Cour énonça que le Premier amendement « limite » la possibilité pour une école d’éliminer des livres de la bibliothèque. Le problème reste malgré tout si actuel que l’association des éditeurs et divers « advocacy groups » ou « public interest groups » animent une semaine annuelle des livres proscrits (Banned Books Week). Les censeurs reconnaissent souvent n’avoir pas lu ces livres, placés là pourtant pour leurs qualités reconnues, mais leurs actions répétées peuvent décourager les enseignants en vertu du « chilling effect ». Les demandes de retrait ont augmenté en 2013, mais sont souvent annulées15.

  • 16 Voir dans ce volume les articles d’A. De Baets et de J. Blaauw.

15Que dire alors des manuels scolaires et de leurs contenus ? Tous les conflits s’y retrouvent. Chaque État fixe ses « standards », l’achat des manuels peut être décidé à plusieurs niveaux régionaux dans la plupart des États, mais, dans les deux États les plus peuplés, Texas et Californie, une commission choisit les manuels pour toutes les écoles. On imagine l’importance financière des choix pour les éditeurs, désormais réduits à quelques grandes maisons comme Pearson. Tous les contenus peuvent faire débat, mais ceux qui donnent lieu aux plus vifs affrontements concernent deux disciplines, l’histoire (ou les « social studies », incluant l’économie et la géographie) et la biologie16.

  • 17 New York, The New Press, 1995, nouvelle éd. 2008.

16Partout, à vrai dire, « contrôler le passé permet de contrôler l’avenir », comme le disait George Orwell dans 1984 et ainsi que le rappelle l’historien James W. Loewen, auteur de Lies My Teacher Told Me. Everything Your American History Textbook Got Wrong17. Son livre, dédié aux « professeurs d’histoire américaine qui enseignent à contre-courant de leurs manuels », compare douze manuels sur quelques sujets-clés et détaille les divers processus de décision (chap. xi). La sélection des manuels est sujette à révision périodique, et les parents motivés prennent part aux débats, toujours au nom de la « vérité ». Depuis 2013, dans le Tennessee, une offensive lancée contre des manuels jugés « mensongers » par des parents proches du Tea Party et d’autres, juifs, assimilant une critique d’Israël à de l’antisémitisme, a atteint la législature de l’État. Les éditeurs ne suivent pas automatiquement les demandes. Une proposition du Conseil des études du Texas de décrire les esclaves comme des « stagiaires non rémunérés » (« unpaid interns ») fut refusée par Pearson Education en novembre 2013. Toutes les phases de l’histoire américaine peuvent être sujettes à controverses.

  • 18 G. Golding, Le Procès du singe La Bible contre Darwin, Complexe, 1982, rééd. 2006 ; D. Lecourt, L’ (...)

17L’affrontement sur la biologie dure depuis la parution de la thèse évolutionniste de Darwin en 1859. Des forces diverses tentent sans relâche (notamment dans le Tennessee, l’État du « Procès du singe » en 192518) d’empêcher l’enseignement de l’évolution. Le terme « créationnisme » (« creationism »), déjà condamné par la justice comme relevant du religieux (donc contraire à la séparation instituée par le Premier amendement), a été remplacé en vain par « science de la création » (creation science) (voir en 1982 la décision contre une loi de l’Arkansas enjoignant d’enseigner à égalité le darwinisme et cette pseudo-science), puis transformé en « dessein intelligent » (Intelligent Design, I.D.) dans l’espoir de le faire accepter. Nouveau procès, test national, en 2004, en Pennsylvanie (Kitzmiller v. Dover Area School District). Onze parents, soutenus par des associations comme l’American Civil Liberties Union, attaquaient le Conseil de l’école pour avoir ordonné l’enseignement de l’I.D. aux élèves. Le juge fédéral Jones statua (en 130 pages) que le comportement de l’école était contraire à la Constitution. Mais le conflit n’a pas cessé, les créationnistes et leurs soutiens, le plus souvent de puissants groupes religieux, ne cèdent pas et cherchent toujours de nouveaux biais. En décembre 2013, ils ont perdu une bataille serrée au Texas devant le Conseil des études (School Board) de l’État.

  • 19 C. Bruyère, « Manuels scolaires américains : les éditeurs sur tous les fronts. », A. Caze (dir.), (...)
  • 20 L’édition de Fahrenheit 451 vendue aux écoles fut expurgée, à l’insu de l’auteur, pendant des anné (...)

18Les éditeurs, Pearson ou McGraw Hill par exemple, ne peuvent prendre le risque de devoir envoyer toute une édition au pilon. Ils prennent donc les devants, en évitant les sujets délicats (controversial), ou bien en imprimant des versions différentes (customizing) après des coupes parfois surprenantes (editing, deleting, redacting), comme le fait de nos jours l’industrie du cinéma. Il en résulte un affadissement des contenus baptisé « dumbing down19 ». Dans le livre scolaire, la censure est donc tantôt visible, tantôt invisible. Ajoutons que d’autres livres vendus aux écoles peuvent subir des coupes de l’éditeur, par prudence ou pour raison pratique (nombre de pages)20.

  • 21 M. Heins, Ch. Cho, A. Feldman, Internet Filters: A Public Policy Report, Brennan Center for Justic (...)

19La défense des « valeurs morales » a remporté une victoire lorsqu’en décembre 2000 le président Clinton a signé la loi CIPA (Children’s Internet Protection Act), qui enjoint les écoles et bibliothèques recevant un soutien fédéral pour leurs équipements informatiques de placer des filtres devant leurs ordinateurs. Comment faire sans recourir aux mots ? Ils servent cette fois à bloquer des contenus, tout en permettant à des entreprises de prospérer sur ce type de service. On aboutit inévitablement à des absurdités, comme le tabou sur les mots « sexe », ou « sein », empêchant entre autres l’accès à des informations médicales21. Un tribunal fédéral invalida cette loi, mais la Cour suprême la réinstaura en 2003.

Conclusion

20Ce tour d’horizon des restrictions hétéroclites aux libertés rencontrées aux États-Unis est révélateur, et si le tableau s’achève sur l’école, c’est pour indiquer que le citoyen, avant même d’atteindre sa majorité, en fait l’expérience. Les « révélations » politico-médiatiques sur de nouvelles atteintes à la liberté d’expression et encore davantage à la vie privée ne doivent pas masquer les questions sociétales où les constantes dominent. On peut observer avec un intérêt sociologique les avancées et les reculs en matière de tolérance et de préoccupations dominantes, mais, sans nier des progrès marquants - au sujet de certains groupes ethniques et des préférences sexuelles, en particulier - on constate que les « guerres culturelles » (culture wars) se perpétuent. De même, les grandes alertes sur la « sécurité nationale », qui justifient les suspensions des libertés publiques, se sont succédé depuis la fin du XVIIIe siècle.

  • 22 Le Monde, 13 mars 2014.
  • 23 O’Neil M., Cyber Chiefs Autonomy and Authority in Online Tribes, London New York, Pluto Press, 200 (...)

21Les modifications les plus importantes, selon nous, sont issues d’une conjonction entre la mondialisation des économies, avec un rôle accru de l’argent, et la croissance fulgurante des usages du cyberespace. Les États-Unis ne sont pas seuls concernés, mais leur désir de garder leur puissance les entraîne loin. Les liens très étroits, spontanés ou forcés, entre les pouvoirs publics et les entreprises, en particulier dans l’informatique, visent à un contrôle des individus qui prenne en compte leurs nouvelles possibilités d’information et de contacts. Le but recherché, la défense nationale pour l’État, l’accroissement des ventes pour les entreprises par la publicité ciblée, les amène à coopérer. Fournisseurs de contenus et fournisseurs d’accès sont en mesure de pratiquer la censure. Les contenus peuvent ainsi être l’objet de coupes ou d’élimination, annoncées ou non, au gré des entreprises, ce qui fait évidemment polémique. Un autre problème, lié à l’augmentation des flux de données numériques, est celui de la « neutralité du Net ». En mai 2014, l’autorité de régulation (la Federal Communications Commission, FCC) a admis, soi-disant pour éviter la discrimination arbitraire par les fournisseurs d’accès, le principe (encore à débattre) d’une contribution de certains usagers pour leur garantir un débit rapide, à égalité avec les autres, sur des sites très sollicités, comme le cinéma à la demande. Tim Berners Lee, l’inventeur britannique du World Wide Web il y a vingt-cinq ans, reconnaît, au sujet de la surveillance : « Nous n’avions pas compris que le système était hors de contrôle », et il lie clairement neutralité du Net et démocratie22. Des actions collectives sont menées pour tenter de maintenir l’égalité et promouvoir l’autonomie face aux moyens techniques23, dans l’espoir de créer « un cinquième pouvoir ».

  • 24 Jackson H., The Fear of Books, New York, Scribner, 1932. Réed. Urbana, University of Illinois Press (...)

22Enfin, une fois de plus dans l’histoire des censures, on ne peut qu’être frappé par les contradictions et les ironies qui la jalonnent. L’écart entre les mesures restrictives destinées à « protéger » les individus, les enfants surtout, des dangers ou des peurs de l’image et du mot24, ou à préserver les secrets des États, des entreprises, ou des particuliers, et les moyens de les contourner, n’a jamais été aussi grand. En tout cas, de l’école, où les élèves ne dépendent plus seulement de leurs livres, à la société civile, dont le quotidien est peu à peu transformé par l’« informatique dans le nuage », la tension s’est déplacée et rend dérisoires certaines batailles dans leur forme. Retenons que la menace classée en tête de sa liste par la NCAC est l’indifférence.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Berkman M., Plutzer E., Evolution, Creationism and the Battle to Control America’s Classrooms, Cambridge University Press, 2010.

Deibert P., Rohozinski, Zittrain, Access Controlled/The Shaping of Power, Rights, and Rule in Cyberspace, Cambridge, MIT Press, 2010.

Ernst M. et Seagle W., To the Pure… A Study of Obscenity and the Censor, New York, The Viking Press, 1928.

Finan C. M. (dir.), National Security and Free Speech The Debates since 9/11, New York, IDEABATE Press, 2013.

Heins M., Not in Front of the Children « Indecency », Censorship, and the Innocence of Youth, New York, Hill & Wang, 2e éd. 2007.

Hentoff N., Free Speech for Me – But Not for Thee. How the American Left and Right Relentlessly Censor Each Other, New York, Harper Collins, 1992.

Lapham L., Gag Rule On the Suppression of Dissent and the Stifling of Democracy, New York, Penguin Press, 2004.

Mooney Ch., The Republican War on Science, New York, Basic Books, 2006.

Morgan B. et Peters N. (dir.), Howl on Trial. The Battle for Free Expression, San Francisco, City Lights Books, 2006.

Pondillo R., America’s First Network TV Censor/the Work of NBC’s Stockton Helrich, Southern Illinois University Press, 2010.

Schiffrin A., L’argent et les mots, Paris, La Fabrique, 2010.

Soley L., Censorship, inc.: the corporate threat to free speech in the United States, New York, Monthly review press, 2002.

Notes

1 M. Dury, « Du droit à la métaphore : sur l’intérêt de la définition juridique de la censure », in P. Ory (dir.), La Censure en France à l’ère démocratique (1848-…), Paris, Complexe, 1997, p. 18.

2 « Le Déplacement du secret : la communication privée en question », C. Bruyère (dir.), Revue française d’études américaines, Paris, Belin, no 123, 1er trimestre 2010.

3 Exemple récent parmi d’autres : l’arrêt du Tribunal de Grande Instance de Bobigny (13 novembre 2013), contre des ouvrages nouveaux ou en réédition prévue, dont Le Salut par les Juifs, de Léon Bloy.

4 Dans cinq États, selon de nouveaux règlements, les cliniques subventionnées seraient amenées à fermer,

5 réduisant donc l’accès aux soins pour les moins riches (New York Times, 21 mai 2014).

C. M. Finan, From the Palmer Raids to the Patriot Act A History of the Fight for Free Speech in America, Boston, Beacon Press, 2007, p. 75.

6 O. Caïra, Hollywood Face à la Censure, Paris, CNRS Éditions, 2005 (Open Éditions book, 2013).

7 A. M. Bidaud, Hollywood et le rêve américain, 2e édition, Paris, Armand Colin, 2012, p. 306.

8 J. P. Gabilliet, « Le Comics Code : la bande dessinée américaine sous surveillance », in T. Crépin, T. Groensteen (dir.), « On tue à chaque page ! » la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Paris, Éd. du Temps, 1999. Voir l’article d’O. Caïra dans le présent volume.

9 Éd. Denoël, 1995, p. 86. « The bigger your market, Montag, the less you handle controversy, remember that! Magazines became a nice blend of vanilla tapioca. Books […] were dishwater. […] It didn’t come from the Government down. There was no dictum, no declaration, no censorship, to start with, no! Technology, mass exploitation, and minority pressure carried the trick, thank God. Today, thanks to them, you can stay happy all the time » (Flamingo Modern Classic, 1993, p. 64-65).

10 R. Atkins, S. Mintcheva (dir.), Censoring Culture, New York, The New Press, 2006; C. Byrd (dir.), Potentially Harmful, the Art of American Censorship, Welch School of Art & Design, Atlanta, Georgia State University, 2006.

11 «Political correctness has taken over public consciousness as if it were a magic trick through which controlling how we speak will eliminate social problems», NCAC, Top 40 Threats to Free Speech, 2014.

12 The Guardian, 5 mars 2014; New York Times, 18 mai 2014; NCAC, article cité.

13 N. Snow, Information War: American Propaganda, Free Speech and Opinion Control since 9/11, New York, Seven Stories Press, 2003, p. 22.

14 C. Bruyère (dir.), « Le déplacement du secret/The Shifting Sands of Secrecy », op. cit.

15 The Guardian, 23 décembre 2013.

16 Voir dans ce volume les articles d’A. De Baets et de J. Blaauw.

17 New York, The New Press, 1995, nouvelle éd. 2008.

18 G. Golding, Le Procès du singe La Bible contre Darwin, Complexe, 1982, rééd. 2006 ; D. Lecourt, L’Amérique entre la Bible et Darwin, PUF, 1992. Nouvelle édition PUF, 2007.

19 C. Bruyère, « Manuels scolaires américains : les éditeurs sur tous les fronts. », A. Caze (dir.), Sources, no 20-21, Orléans, automne 2008, p. 83-100.

20 L’édition de Fahrenheit 451 vendue aux écoles fut expurgée, à l’insu de l’auteur, pendant des années.

21 M. Heins, Ch. Cho, A. Feldman, Internet Filters: A Public Policy Report, Brennan Center for Justice at NYU School of Law, 2nd ed., 2006.

22 Le Monde, 13 mars 2014.

23 O’Neil M., Cyber Chiefs Autonomy and Authority in Online Tribes, London New York, Pluto Press, 2009.

24 Jackson H., The Fear of Books, New York, Scribner, 1932. Réed. Urbana, University of Illinois Press, 2001.

Auteur

Professeure émérite, civilisation et littérature américaine, université de Paris 7 Denis-Diderot et UVSQ

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540