Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la Terreur

 | 
Michel Biard

Quatrième partie. Vie culturelle et religieuse

Les « victimes » ecclésiastiques de la Terreur 1

Stéphane Baciocchi et Philippe Boutry

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parler des « victimes ecclésiastiques de la Terreur » ne va pas de soi. Cela suppose tout d’abord de définir ce qu’on entend par « Terreur » – ce qui est l’objet même de notre colloque – mais aussi ce qu’on entend par « victime » et par « ecclésiastique ». Si l’on définit grossièrement la « Terreur » par la période qui va du décret du 5 septembre 1793 jusqu’aux dernières conséquences, pour ce qui concerne notre objet, de la politique religieuse de déchristianisation et de « déprêtrisation » conduite par la Convention nationale en l’an II, c’est-à-dire de l’automne 1793 à l’automne 1794, et si l’on entend par « ecclésiastiques » les membres du clergé catholique séculier et régulier de l’un et l’autre sexe, reste à savoir ce qu’on comprend sous la notion ambivalente de « victimes », à la fois mobilisée par une partie des acteurs contemporains (elle constitue en ce sens une catégorie indigène) et reprise dans le cours d’une historiographie conflictuelle.

Ce sont à l’évidence les incerti...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540