Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les censures dans le monde

 | 
Laurent Martin

Première partie. Des censures d'église et d'état à la censure libérale, xixe-xxe siècles

La censure des publications « obscènes »

« Antonio Astiazarain » et la production pornographique sous la Seconde République espagnole (1931-1936)

The Censorship of the «obscene» Publications «Antonio Astazarain» and the Pornographic Production under the Second Spanish Republic (1931-1936)

Jean-Louis Guereña

Résumé

Nous nous sommes déjà intéressé dans un travail antérieur aux différentes ruses et stratégies employées dans le dernier quart du XIXe siècle et au début du XXe par les auteurs (ou les traducteurs), les imprimeurs et les diffuseurs de publications pornographiques espagnoles pour tenter d’échapper à toute forme de censures ou d’interdits (et avant tout aux poursuites pénales dont ils étaient susceptibles d’être victimes en fonction de la codification judiciaire en vigueur en Espagne). Nous nous centrons aujourd’hui sur un cas concret, celui d’« Antonio Azstiazarain », peu ou pas connu. Parce qu’il est poursuivi et soumis à la censure tout au long de la période, ce commerce de publications « obscènes » auquel nous nous référons se doit d’être clandestin et donc voué à se cacher pour simplement exister et espérer prospérer. Pour l’historien, l’enjeu est bien évidemment de comprendre comment sont organisés ces réseaux de production. Si la question de ce commerce semble liée à une histoire politique de la censure et de la répression, il s’agit toutefois de l’inscrire aussi au croisement d’une histoire culturelle et sociale.

We were already interested in a previous work to the various ruses and strategies used on the last quarter of the XIXth century and at the beginning of the XXth by the authors (or the translators), the printers and the diffusers of Spanish pornographic publications to try to escape any form of censorships or prohibitions (and above all the criminal proceedings of which they might be the victims, according to the current judicial codification in Spain). We focus here on a concrete case, that of “Antonio Azstiazarain,” little or not known today. Because he is pursued and censored throughout the period, this trade of “obscene” publications to which we refer is bound to be clandestine and thus dedicated to hide to exist and to prosper. For the historian, the stake is naturally to understand how are organized these networks of production. If the question of this trade seems bound to a political history of the censorship and the repression, it is however a question of registering him also on the crossing of a cultural and social history.

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons et développons ici certains éléments déjà exposés dans Les Espagnols et le sexe XIX(...)

1La censure, hier, aujourd’hui et sans doute demain, encore et toujours… La question de la censure, de ses modalités et de ses effets, semble en effet inépuisable, et toutes les formes d’expression, que ce soit des textes (poésie, théâtre, roman, presse…) ou des images (peinture, photographie, cinéma…), voire, à un autre niveau, des comportements ou des pratiques, sont susceptibles d’être à un moment ou à un autre les victimes de mesures censoriales plus ou moins sévères1.

2La censure – sous des formes diverses (les censures donc) – semble par conséquent faire partie intégrante des sociétés humaines. Bien entendu, les régimes autoritaires en font largement usage – et de manière bien visible, voire ostentatoire – afin de consolider leur pouvoir et faire taire toutes les oppositions. Mais ceux-ci sont loin d’être les seuls et notamment la censure morale, plus sournoise et insidieuse (ce que l’on pourrait traduire par le « politiquement correct ») – sans parler de la censure économique – sévit très largement aujourd’hui même dans les sociétés « libérales » ou « libérées » qui semblent avoir dépassé l’usage de la censure, du moins à première vue.

  • 2 L. Martin, « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, Paris, no 21 (Le (...)
  • 3 J.-L. Guereña, « Pour une histoire de la censure. Censures, censeurs, censuré(e)s », in J. C. Garr (...)

3Il faut donc essayer de penser les censures dans toute leur diversité, certes (diversité des phénomènes selon les époques et les cultures, diversité dans les rythmes et les intensités, dans les formes, les pratiques et les techniques utilisées…), mais aussi dans « la cohérence que dessinent leurs manifestations2 ». Diversité de la censure mais aussi unité, puisque sous le terme de censure (et l’acte même de censurer) l’on retrouve intimement liées les notions de « discipline » et d’« ordre » et donc de pouvoir (politique, religieux, idéologique…). Seront donc censurées à un titre ou à un autre (et à des degrés et des modalités diverses) les conduites, les écrits, les paroles, voire les pensées… qui tentent de s’écarter d’un certain ordre (l’ordre dominant) et qu’il convient par conséquent de remettre dans le « droit chemin » ou d’éliminer plus ou moins radicalement3.

  • 4 Ibid., p. 91.

4Comme nous avons essayé de le montrer dans notre essai « Pour une histoire de la censure », censurer revient donc à tenter d’interdire ou de limiter plus ou moins fortement la communication d’un individu ou d’un groupe (que celui-ci soit idéologique, politique, culturel, linguistique, racial…), et ce dans les deux sens (au niveau de l’émission et/ou de la réception)4. Ce qui revient donc à priver en totalité ou en partie de liberté d’expression et de connaissance un individu/un groupe.

Stratégies de contournement face à la censure

  • 5 J.-L. Guereña et M. Zapata (éd.), Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-amé (...)

5Mais, face à la censure, face aux censeurs et aux politiques censoriales plus ou moins sévères, se pose ce que l’on peut appeler « l’impossible silence » des censuré(e)s. Se taire sans plus, c’est obéir et se soumettre servilement à la censure, qui remplit donc ses objectifs de museler la parole et la communication. Mais quelles sont donc les autres réponses possibles ? La question des stratégies à adopter face à la censure quand celle-ci se manifeste est précisément au cœur du volume récemment publié par les PUFR à Tours sur Censures et manipulations5.

6Comment contourner la censure, s’y adapter et faire avec, comment pouvoir communiquer avec son public plus ou moins « librement » ? Les pratiques peuvent être variées et dépendre bien entendu des situations concrètes, qu’il s’agisse de déplacement physique, de choix d’une autre langue ou d’effacement de repères concrets pouvant permettre de remonter jusqu’aux imprimeurs et auteurs de publications dont le contenu « hétérodoxe » peut faire l’objet de répression, en passant par l’autocensure, le « jeu du possible » qui peut permettre de faire naître des espaces de transgression.

7Mais n’oublions pas que derrière tous ces divers « objets » pourchassés et censurés, il y avait bel et bien des hommes et des femmes. Et que la poursuite des livres, pour parler d’eux – voire leur condamnation matérielle au bûcher ou au pilori –, entraînait aussi bien évidemment celle de leurs auteurs et des divers intermédiaires (les imprimeurs, les libraires, les colporteurs…), dans la mesure naturellement où ceux-ci pouvaient être repérés concrètement, ce qui entraînait tout un ensemble de stratégies et de ruses pour tenter de déjouer la censure en se situant en particulier dans le terrain de la clandestinité.

8Comment permettre à une production en principe interdite (et donc en quelque sorte « invisible ») d’être précisément visible sous une forme ou une autre, en un lieu ou un autre ? Comment faire en sorte de pouvoir établir (ou rétablir) la communication avec le public potentiel ? Nous sommes donc ici au niveau des modalités de diffusion pour permettre cette « rencontre », en principe interdite ou limitée par la censure, entre producteurs et public et non plus au niveau de la seule « création ».

La censure des publications « obscènes »

9Parmi l’ensemble des domaines potentiellement « censurables » et effectivement censurés au fil du temps – et dont les frontières varient, tant historiquement que spatialement, voire thématiquement –, un domaine particulièrement sensible (puisque lié à la morale et donc aux champs du religieux et du politique) concerne l’espace de la sexualité – des sexualités dans leur ensemble –, et en particulier les représentations esthétiques de la sexualité, dans le domaine littéraire et artistique, touchant de près ou de loin l’« érotisme ».

  • 6 J.-L. Guereña, « De erotica hispanica », Cahiers d’Histoire culturelle, Tours, no 5 (De l’obscène (...)
  • 7 Les bonnes mœurs, Paris, PUF (publications du Centre universitaire de recherches administratives et (...)

10Les publications « érotiques », « pornographiques » ou « obscènes » – nous ne rentrerons pas ici dans la question de leur définition et de leurs frontières, pas toujours évidentes et, là encore, fluctuantes dans le temps et dans l’espace6 – font donc l’objet de poursuites, plus ou moins vigoureuses selon les époques, de la part des autorités politiques et religieuses en vue d’en interdire la circulation et la lecture, toujours considérée comme « dangereuse », même pour un public averti. Disons simplement qu’il existe bien un « marché » de productions imprimées de nature érotique, et par conséquent une demande et une offre, qui fait précisément l’objet d’interdits et de poursuites censoriales et judiciaires, au nom du respect des « bonnes mœurs », notion jamais spécifiée clairement sur le plan juridique7, en distinguant le licite et l’illicite.

  • 8 Código Penal español de 27 de octubre de 1932. Ley de Bases de 8 de septiembre de 1932 para reforma (...)

11La « chasse à l’obscène », pour reprendre une formule utilisé par Lucienne Domergue à propos de l’Inquisition espagnole à la fin de l’Ancien Régime, va donc constituer une pratique habituelle des censeurs, y compris sous la Seconde République espagnole (avec le code pénal de 1932), un régime en principe plus « libéral8 ». De toute façon, les publications auxquelles nous allons nous référer n’étaient pas vraiment « censurables » (du point de vue juridico-administratif) dans la mesure où elles se situaient par définition, par leur contenu explicitement « pornographique » (que ce soit le texte ou les images qui l’accompagnaient), en dehors du périmètre du censurable (c’est-à-dire du potentiellement publiable sous réserve de quelques corrections ou suppressions plus ou moins importantes).

  • 9 J. A. Cerezo, « Impresos eróticos españoles en prensas clandestinas », in A. L. Martin et J. I.(...)

12Tout ou presque était ainsi rendu possible dans la fictionnalisation et la représentation de la sexualité (que ce soit, par exemple, en incluant des scènes de pédophilie ou de zoophilie), et il n’y avait, par conséquent, pas de censure applicable à ces « livres interdits » par définition. Dès le début, ces publications pornographiques produites dans la clandestinité et diffusées « sous le manteau » se plaçaient en effet en dehors des circuits traditionnels de production et de diffusion des imprimés9.

  • 10 J.-L. Guereña, « Censure et stratégies de contournement. Le cas des publications érotiques clandes (...)

13Nous nous sommes déjà intéressé dans un travail antérieur aux différentes ruses et stratégies employées dans le dernier quart du XIXe siècle et au début du XXe par les auteurs (ou les traducteurs), les imprimeurs et les diffuseurs de publications pornographiques espagnoles pour tenter d’échapper à toute forme de censure ou d’interdit (et avant tout aux poursuites pénales dont ils étaient susceptibles d’être victimes en fonction de la codification judiciaire en vigueur en Espagne). Nous y avons tenté d’analyser les marques et les circuits de la clandestinité dans laquelle se situaient ces publications (anonymat ou utilisation de pseudonymes, absence totale d’indications bibliographiques ou mentions fantaisistes quant au lieu, à la date d’édition et à l’imprimeur-éditeur)10.

  • 11 Voir J.-L. Guereña, Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españ (...)

14Nous n’y revenons aujourd’hui que pour nous centrer sur un cas concret, celui d’« Antonio Azstiazarain », peu ou pas connu11. Parce qu’il est poursuivi et soumis à la censure tout au long de la période, ce commerce de publications « obscènes » auquel nous nous référons se doit d’être clandestin et donc voué à se cacher pour simplement exister et espérer prospérer. Pour l’historien, l’enjeu est bien évidemment de comprendre comment sont organisés ces réseaux de production. Si la question de ce commerce semble liée à une histoire politique de la censure et de la répression, il s’agit toutefois de l’inscrire aussi au croisement d’une histoire culturelle et sociale.

« Antonio Astiazarain », l’inconnu de Tarbes

  • 12 M. Said, El harem de menores, Ilustraciones de Dorita Langlois, Paris, Publicaciones « Le Temps », (...)

15Nous voudrions donc faire ici un sort à part aux productions clairement pornographiques d’« Antonio Astiazarain » publiées et diffusées clandestinement sous la Seconde République espagnole (y compris, pour certaines d’entre elles, pendant la Guerre civile) et qui occupent une place à part, même si celui-ci ne fut pas le seul à diffuser des publications pornographiques en Espagne à cette époque (l’on peut signaler, par exemple, les Publications « Le Temps », en principe domiciliées à Paris, et qui publiaient entre autres la collection « Aurore » ou la « Bibliothèque Hymen » [Biblioteca Virgo]12).

  • 13 R. Guidotti et S. Piselli, Collezione privata, Firenze, Glittering Images, 1986, p. 39 ; J. Blas V (...)

16Et il faut bien commencer par dire de prime abord que nous ne savons pratiquement rien de ce personnage (si tant est même qu’il ait existé physiquement), en dehors bien entendu de quelques-unes des publications qu’il diffusait et que nous avons pu consulter, et les rares personnes qui ont évoqué son nom ou ses productions ne l’ont fait que de manière très succincte et allusive13. Comme c’est souvent le cas dans ce domaine, nous avons beaucoup plus de questions à poser que de réponses à y apporter et il nous faut être très prudent dans nos affirmations.

  • 14 On trouve également de nos jours des « Astiazarain » dans le Pays-Basque français (Biarritz, Espel (...)

17Certes, le patronyme « Astiazarain », bien typé, paraît être, selon toute vraisemblance, d’origine basque, et même plus particulièrement originaire de la province de Guipúzcoa14, à moins, bien entendu, qu’il ne s’agisse que d’un simple pseudonyme, comme cela arrivait souvent pour ce genre de production car, comme nous l’avons signalé, tout était fait pour brouiller les pistes (et les publications diffusées par « Antonio Astiazarain » n’échappent pas à la règle). Et il n’est guère facile dans ce cas de démêler l’écheveau.

18En tout cas, celui (ou éventuellement ceux) qui utilisait ce nom, qu’il soit le sien propre ou un nom d’emprunt, résidait (ou y disposait au moins d’une adresse postale) dans le sud de la France, tout au moins pendant la Seconde République, adresse à laquelle les amateurs espagnols de pornographie étaient priés de s’adresser par voie postale.

  • 15 Indication figurant à la fin de La escuela del amor, Ilustración de 16 fotogradados, Sevilla, Publ (...)
  • 16 Indication figurant à la suite de la page de titre d’Una tarde de placer original de un autor que (...)
  • 17 Indication figurant sur la page de titre de El Insondable, Ricardo el afortunado, Tarbes, Antonio (...)
  • 18 Indication figurant dans Pierre Lacombière, El libro de la lujuria, Paris, Librairie Ayestaran, s. (...)

19Il s’agit tout d’abord, en 1931, de la petite localité de Villecomtal-sur-Arros, située au sud du département du Gers, tout près de Rabastens-de-Bigorre et avec moins de 900 habitants à la fin du XIXe siècle (« ANTONIO ASTIAZARAIN, “Maison Pauysségur” Villecontal-s-Arrós (Gers) (Francia)15 »), puis, en 1934, de Tarbes (le chef-lieu du département des Hautes-Pyrénées, avec une population comptant alors plus de 28 000 habitants, et situé à peine à une vingtaine de kilomètres de l’adresse gersoise précédente), et ce avec diverses domiciliations successives (sans doute pour essayer d’échapper à la surveillance policière dont il devait faire l’objet) : rue Arago, no 816 ; rue Arago, no 15 (peut-être un simple magasin)17 ; et « Maison Grimal », Avenue de la Petite Vitesse18.

20Dans la mesure où ces adresses sont exactes – ou, tout au moins, les noms de rue indiqués qui existent toujours de nos jours (y compris la toute dernière, située logiquement derrière la gare de chemin de fer, au nord de la ville, alors que la rue Arago se trouve, elle, près de la place Mercadieu, qui sert de lieu pour le marché, à l’est de la localité) –, le nom d’« Antonio Astiazarain » associé à l’entreprise de diffusion de publications pornographiques en langue espagnole qui nous intéresse ici pourrait l’être également.

  • 19 M. Castero-Sanchez, L’émigration espagnole dans le département des Hautes-Pyrénées de 1915 à 1939,(...)

21Mais seules des sources en provenance d’archives policières, voire d’archives privées (correspondances, livres de compte…), pourraient peut-être nous apporter quelques éléments de réponse à ce sujet et nous permettre d’y voir un peu plus clair. Il n’y a toutefois pas, semble-t-il, de dossier personnel à son nom aux Archives départementales des Hautes-Pyrénées, et les travaux portant sur l’émigration espagnole dans ce département n’en font pas mention, à notre connaissance19.

  • 20 Una tarde de placer original de un autor que guarda el incognito, op. cit. ; « Duende Rojo », A la (...)
  • 21 Il convient de noter que la rue en question existe effectivement, située entre la rue Losserand et (...)
  • 22 P. Lacombière, El libro de la lujuria, op. cit., et, du même auteur, Las orgías de París, op. cit.
  • 23 La Insaciable (Memorias de una perversa), Paris, Lebrun, impresor, 1929, 131 p. Voir J.-L. Guereña,(...)
  • 24 P. Lacombière, Los placeres de la carne. Novela original, Buenos Aires, Ediciones Eróticas, s. d. (...)
  • 25 L. Dormienne, Los caprichos del sexo o Las audacias eróticas de la señorita Luisa de Bescé. Novela (...)
  • 26 La escuela del amor, op. cit.

22En dehors des publications mentionnant effectivement la ville de Tarbes et le nom d’« Antonio Astiazarain » comme respectivement lieu d’édition et éditeur (au moins six titres avérés, apparemment tous publiés en 1934)20, celui-ci utilisait également d’autres mentions éditoriales au même moment ou à d’autres époques : « Paris, Librairie Ayestarán » (écriture phonétique de « Allí estarán » [Ils se trouvent là-bas], sans doute pour Astiazarain), rue Maison Dieu21, avec deux titres22 ; « Paris, Lebrun, imprimeur », avec un titre23 ; « Buenos Aires, Editions Erotiques (Tucumán, 131) », avec un titre24 ; « México, L’Aurore », avec au moins cinq titres25 ; et « Séville, Publications La Giralda », avec un titre avéré26, et sans doute bien d’autres dont nous ignorons l’existence.

23Pendant la guerre civile espagnole, notamment avec sa « Collection Adam », l’entreprise « Antonio Astiazarain » utilise d’autres localisations, tout à fait fantaisistes. Les numéros consultés font état en effet de publications dans divers pays latinoaméricains, ce qui souligne bien qu’il s’agissait de fausses indications pour tenter d’empêcher de remonter vers l’imprimerie réelle (ou les imprimeries), même si l’on peut penser qu’il pouvait aussi s’agir des pays destinataires de ces publications dans la mesure où la date de publication coïncidait avec la période de la guerre civile : Mexique (no 3), Buenos Aires [Argentine] (no 4), Chili (no 7)…, mais le premier numéro était soi-disant imprimé à Murcie, en Espagne donc.

  • 27 L. Dormienne, Les Caprices du Sexe ou Les Audaces érotiques de Mademoiselle Louise de B…, roman in (...)

24En tout cas, « Antonio Astiazarain » (ou l’entreprise éditoriale qui, fort habilement, utilisait ce nom ou cette marque commerciale) était au courant des productions érotiques françaises du premier tiers du XXe siècle. C’est notamment le cas du roman de Louise Dormienne (pseudonyme, semble-t-il, de Renée Dunan [1892-1936]), Les Caprices du Sexe ou Les Audaces érotiques de Mademoiselle Louise de B27 …, qui serait le premier texte érotique écrit par une femme au XXe siècle et qu’« Antonio Astiazarain » traduit – ou fait traduire – pour la collection « Los amigos de la galantería » (qui n’aura, semble-t-il, pas de suite), claire démarque de la collection française « Les Amis de la Galanterie ».

  • 28 J.-P. Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 e (...)

25Le cas des trois romans de « Pierre Lacombière » présents au catalogue des publications d’« Antonio Astiazarain » (Les plaisirs de la chair, Le livre de la luxure et Les orgies de Paris), est un peu différent et plus complexe. Malgré son apparence française (y compris au niveau du prénom), ce nom n’apparaît dans aucune bibliographie française (en particulier dans la somme réalisée par Jean-Pierre Dutel)28, mais pas plus les titres en question, ce qui apparaît plus surprenant. Il s’agit donc, très vraisemblablement, d’un pseudonyme.

  • 29 P. Lacombière, Los placeres de la carne, op. cit., p. 6.

26Selon une indication de l’éditeur qui figure dans Les plaisirs de la chair (Los placeres de la carne), ce « Pierre Lacombiere » serait pourtant « l’un des plus brillants écrivains français » et la traduction l’œuvre de « l’un des meilleurs écrivains de l’Amérique espagnole29 ». Et, pour accentuer cette idée d’une traduction d’un auteur français, le livre inclut quelques « Notes du traducteur » (indiquées « N. del. T. » en note de bas de page) pour éclairer quelques termes français qui pourraient être méconnus du lecteur espagnol, comme par exemple, p. 116, les betisses (sic) (il s’agit bien sûr des fameuses « bêtises de Cambrai ») : « Confiserie parisienne, à base de pâte, de lait et d’extraits de fruits ou d’anis, qui se vend chaude, aux portes des théâtres et sur les boulevards, et qui est de la taille d’une amande. » Par ailleurs, les noms des divers personnages, parfois un peu ridicules (Juan Le Noir Chirey de la Bordiére, Claude Rivereux, Lázaro Jaloux Lemoinier), et des lieux qu’ils fréquentent, que ce soit Paris et ses environs ou la Côte d’Azur, sont bien français ou font tout pour l’être en tout cas.

  • 30 « Pedro Massa, el último gobernador de Azaña », El País, Madrid, 23-IX-1987.
  • 31 Ó. de Onix (pseudonyme de Pedro Massa), La señorita de la boca grande, Con dibujos de Ribas, Madri (...)
  • 32 Dr E. Duehren (pseudonyme d’Iwan Bloch), El Marqués de Sade Su tiempo-su vida-su obra, Versión cas (...)
  • 33 C. Lemonnier, Felicien Rops, Versión Castellana, Prólogo y Notas de Pedro Massa, Buenos Aires, Lui (...)

27Toutefois, selon une mention manuscrite portée au début de l’un des exemplaires consultés des Plaisirs de la chair (Los placeres de la carne), son auteur supposé ne serait autre que Pedro Massa, affirmation invérifiable pour le moment mais relativement vraisemblable. Décédé à Buenos Aires en 1987 à l’âge de 89 ans, Pedro Massa fut notamment avocat, journaliste, essayiste, auteur de comédies, traducteur et adaptateur d’œuvres théâtrales, promoteur et directeur de maisons d’’éditions littéraires30. Et surtout, pour ce qui nous intéresse, nous savons que, sous le pseudonyme d’Óscar de Onix, il écrivit des romans galants et érotiques, publiant par exemple dans la « Collection Pompadour » ou « Le Roman Passionnel31 », et qu’il traduisit en espagnol la biographie du Marquis de Sade par Iwan Bloch et en rédigea le prologue32. Plus tard, et cette fois sous son nom, il traduisit la biographie de Camille Lemonnier consacrée à Félicien Rops33.

Les stratégies commerciales d’« Antonio Astiazarain »

28En tout cas, depuis la France (ou en utilisant simplement les adresses françaises que nous avons mentionnées plus haut comme simples boîtes aux lettres), « Antonio Astiazarain », ou qui que ce soit d’autre établi sous ce nom, réussit à monter une solide infrastructure éditoriale, industrielle et commerciale, tournée apparemment vers la seule production pornographique en langue espagnole (tant de textes que d’images), rencontrant vraisemblablement un certain succès.

29Si nous nous fions aux indications qui figurent dans certaines publications d’« Antonio Astiazarain », à prendre évidemment avec prudence, quelques titres connurent un tirage, et semble-il aussi une diffusion, de plusieurs milliers d’exemplaires, et ce malgré leur prix relativement élevé, de 6 à 20 pesetas (surtout si l’on compare avec les prix des romans publiés dans les collections érotiques diffusées en kiosques de presse à l’époque, qui tournaient pour la plupart autour de 50 centimes) et les conditions de diffusion relativement complexes.

  • 34 [S. Pitarra], Don Jaime el conquistador Drama histórico en un acto y en verso, Traducción un poco (...)
  • 35 Publicité à la fin de La escuela del amor, op. cit.
  • 36 El Insondable, Manual del Perfecto jodedor Lecciones prácticas, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colec (...)

30Ainsi, l’on nous assure que D. Jaime el Conquistador (Don Jaime le Conquérant), titre publié dans la collection « Arétin », dont il ouvrait la collection34, aurait été « vendu à plus de 3 000 exemplaires en trois mois35 ». L’édition espagnole des Caprices du sexe, à laquelle nous nous sommes référé, aurait connu un tirage de 3 000 exemplaires et celui du Manual del Perfecto jodedor (Manuel du Parfait baiseur), publié dans la collection Arétin, aurait été de 800 exemplaires36. En revanche, d’autres publications éditées sous le sceau d’« Antonio Astiazarain » connurent un tirage plus confidentiel (particulièrement après la guerre civile).

31Il est clair qu’« Antonio Astiazarain » visait plusieurs segments de publics (masculins) intéressés dans l’acquisition de produits pornographiques explicites (textes, illustrations, photographies, cartes postales), visant donc à proposer à sa clientèle une gamme variée de divers produits « obscènes » :

  • 37 Publicité à la fin de La escuela del amor, op. cit. Les termes en majuscules et en gras le sont da (...)

« Photographies cochonnes/Scènes réalistes d’après nature, exécutées par des personnes jeunes complètement nues (sans aucune retouche)/FORMAT DE CARTE POSTALE/Ayant dix séries différentes, nous recommandons au client d’indiquer, en passant la commande, s’il désire la série avec deux personnes, ou bien avec trois, ou avec des femmes entre elles (gouines)/Prix de la série… 10 pesetas/Les dix séries différentes… 75/Pour arranger le client, nous acceptons le paiement en timbres poste espagnols/Envoi rapide et en recommandé/Mme Natividad González Villecontal-sur-Arros (Gers) (France)37. »

  • 38 Indication qui figure au début de L. Del Valle, ¿Jodemos o hacemos tortilla ?, op. cit.

« Nous recevons constamment des milliers de lettres, qui nous demandent des collections de cartes postales pornographiques, exigeant qu’elles soient modernes, comme par exemple celles qui sont publiées dans notre “COLLECTION ARÉTIN”, qui a obtenu un succès bien mérité, surtout le dernier volume publié, intitulé “L’histoire de Pauline”38. »

  • 39 Indication qui figure au début de Maruja en el confesionario, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colecci (...)

32On peut d’ailleurs se référer à une véritable stratégie commerciale relativement au point de la part de l’entreprise « Antonio Astiazarain » pour s’assurer et fidéliser une clientèle, communiquant avec elle par l’intermédiaire de ses diverses publications où sont toujours insérés catalogues, publicités et conseils divers, comme dans la présentation de la nouvelle collection lancée sous le titre de « Collection Ovide39 ». L’entreprise d’« Antonio Astiazarain », qui assurait avoir « un contact constant et direct avec [ses] lecteurs », s’y proposait de donner entière satisfaction à leurs attentes moyennant la parution d’une collection à un prix accessible et illustrée en couleur.

  • 40 J. Incansable, ¡El coño ya tiene carajo !, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección Afrodita, Premiè (...)

33Parfois, les indications publicitaires contenues dans les publications diffusées par « Antonio Astiazarain » jouent d’ailleurs sur le fait que celles-ci n’auraient en fait pas besoin de publicité (« réclame », est-il indiqué). Ainsi, dans la seconde couverture du no 11 (juin 1934) de la « Collection Aphrodite », l’on trouve une publicité (avec la reproduction de la couverture) de Mariette au confessionnal (Maruja en el confesionario) de la « Collection Arétin » et l’indication suivante : « EST PUBLIÉ SANS AUCUNE PUBLICITÉ/Exigez de votre libraire qu’il vous montre un exemplaire et vous comprendrez que cet ouvrage n’a besoin d’aucune propagande40. » De même, dans le texte qui figure au début de ce même numéro, l’on présente ainsi Maruja en el confesionario :

  • 41 « A manera de prólogo », ibid.

« Le lecteur sera agréablement surpris face à la publicité que nous insérons dans la couverture, de la publication prochaine du Ve volume de la collection Arétin intitulé/MARIETTE AU CONFESSIONAL/sans avoir eu à supporter le poids de la quantité de propagande qui a toujours précédé ce genre d’ouvrages41. »

34Mais pourquoi cette insistance, que l’on retrouve à de nombreuses reprises dans les publications d’« Antonio Astiazarain », à faire allusion explicitement à des libraires espagnols (dont il ne cite toutefois ni noms ni adresses, ce qui aurait été sans doute trop compromettant pour eux), demandant aux lecteurs intéressés par telle ou telle de ces publications à passer commande auprès de leurs libraires habituels et, uniquement dans le cas où ces derniers ne seraient pas en mesure de la livrer, à s’adresser directement en France ? :

  • 42 Indication qui figure au début de L. Del Valle, ¿Jodemos o hacemos tortilla ?, op. cit. Les majusc (...)

« Nous mettrons en vente au mois de juillet (1934) les dix collections de cartes postales présentées dans un magnifique tome, relié en toile, et avec une jaquette en couleur, au prix de 25 pesetas, dans le seul but de pouvoir offrir au public les CENT CARTES POSTALES POUR VINGT-CINQ PESETAS, accompagnées du MANUEL DU PARFAIT BAISEUR, tout à fait nécessaire pour devenir un maître dans ce noble art. Nous avertissons nos lecteurs que nous n’éditerons que 500 exemplaires numérotés, et qu’il n’y aura pas de réimpression dans le futur ; il faudra donc demander à son libraire de vous réserver à l’avance un exemplaire, et, au cas où il n’y en aurait pas dans la localité, adressez-vous directement en réglant la commande en billets de banque espagnols ou français ou en timbres poste espagnols à ANTONIO ASTIAZARAIN, 8 rue Arago, TARBES (France)42… »

35On trouve également dans les publicités contenues à la fin ou au début des publications d’« Antonio Astiazarain » dont nous avons connaissance mention de l’existence de « correspondants » en Espagne, signifiant par là un réseau de distribution de ses productions pornographiques sur le sol espagnol :

  • 43 Indication qui figure au début de Maruja en el confesionario, op. cit.

« À cause du coût élevé en général, de la production, nous croyons opportun d’avertir nos lecteurs et nos correspondants du fait que le tirage de nos éditions sera des plus limités, et qu’il s’épuise quelques jours après leur parution43. »

36Mais là encore ne figure aucune indication concrète à ce sujet, laissant entendre qu’il devait s’agir d’une référence implicite et connue par les clients potentiels : certains kiosques ou dépôts de presse, certaines librairies ou d’autres commerces encore, disposés, moyennant une commission sans doute importante, à diffuser ces publications pornographiques clandestines ?

  • 44 Publicité insérée dans le no 2 de la « Colección Afrodita », août 1933.
  • 45 Indication au verso de la page de couverture de Una tarde de placer original de un autor que guard (...)

37Pour ceux qui s’adressaient directement en France (aux adresses dont nous avons déjà fait état), l’entreprise d’« Antonio Astiazarain » indiquait qu’elle acceptait tout ou presque comme règlement : billets de banque espagnols ou français et même timbres poste. Les envois s’effectuaient par courrier recommandé, ce qui pouvait supposer une certaine sécurité et confidentialité au moment de recevoir (en Espagne) le colis expédié (en principe) depuis la France. Et, toujours dans le but de fidéliser sa clientèle, « Antonio Astiazarain » proposait des tarifs d’abonnement relativement avantageux à ses collections : « Prix d’abonnement annuel Espagne : 15 pesetas. Étranger : 25 Pesetas44 » ; « Prix de l’abonnement :/Envoyez 25 pesetas, en billet espagnol ou français à ANTONIO ASTIAZARAIN, 8 rue Arago Tarbes (France) et vous recevrez pendant un an les numéros publiés dans la Collection Vénus et la Collection Aphrodite, qui représentent 24 numéros pour 25 pesetas45. »

38L’entreprise d’« Antonio Astiazarain » diffusa donc un certain nombre de collections pornographiques, qui constituent un ensemble important témoignant de son dynamisme dans ce domaine. Par ordre alphabétique, il s’agit de « Les Amis de la Galanterie » (Los Amigos de la Galantería), « Les Amis de la Luxure » (Los Amigos de la lujuria), la « Bibliothèque Hymen » (Biblioteca Virgo), la Collection Adam » (Colección Adán), la « Collection Aphrodite » (Colección Afrodita), la « Collection Arétin » (Colección Aretino) avec deux étapes, la « Collection Minuit » (Colección Medianoche), la « Collection Ovide » (Colección Ovidio), la « Collection Vénus » (Colección Venus), et « Les Maîtres de la Luxure » (Los Maestros de la lujuria).

39Il convient de noter que les collections érotiques diffusées par « Antonio Astiazarain » durant la Seconde République espagnole avaient chacune une maquette propre de couverture, assez élaborée du reste (comme c’est le cas des collections « Aphrodite », « Arétin » et « Vénus »). La première couverture d’un exemplaire de la « Collection Aphrodite » se présente ainsi comme un livre relié avec une photographie pornographique (sauf en ce qui concerne le no 11, où il s’agit d’un dessin) au milieu d’une riche décoration. La seconde couverture reproduit pour sa part une illustration provenant d’une autre collection d’« Antonio Astiazarain » (en particulier, de la « Collection Arétin »), dans le cadre de la stratégie commerciale mise au point.

40L’année 1934 paraît signifier le moment culminant de la production pornographique publiée par « Antonio Astiazarain », puisqu’il parvient à éditer cette année-là mensuellement et simultanément plusieurs volumes de diverses collections qu’il dirigeait. Mais pour quelles raisons décide-t-il (ou se voit-il obligé à le faire) à suspendre (vers septembre 1934) la publication de la « Collection Vénus » et de la « Collection Aphrodite » ? Fut-il poursuivi, et condamné à une forte amende (en 1934, donc) ?

  • 46 « Notificación » de la Dirección General de Seguridad, 28-VIII-1935, Gaceta de Madrid, no 242, 30- (...)

41Si nous n’avons rien trouvé à son nom, nous pouvons signaler qu’en mars et avril 1935 la direction générale de la Sûreté (Dirección General de Seguridad) condamna à de très fortes amendes (2 500 pesetas au total) un certain Ramón Cazorla Pascual, « qui eut son domicile rue María de Zayas, numéro 7, et actuellement dans un endroit inconnu, pour la vente de livres pornographiques46 ». Ce Ramón Cazorla Pascual, sur lequel nous ne possédons pas d’autres renseignements, avait-il quelque chose à voir avec les publications clandestines diffusées sous le sceau d’« Antonio Astiazarain » et plus concrètement avec les Collections « Aphrodite » et « Vénus » ?

Conclusion

  • 47 Voir J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe XIXe-XXe siècles, op. cit., p. 369-371.

42Il s’agit en tout cas d’une véritable entreprise consacrée à fournir le marché espagnol de productions pornographiques qu’« Antonio Astiazarain » a réussi à mettre en place un peu avant et sous la Seconde République, avec succès semblet-il, et qui ne s’arrêta pas avec la fin de la guerre civile et donc de la Seconde République47. Le cas d’« Antonio Astiazarain » illustre donc comment se jouer de la censure, même si, on l’a vu, ce jeu comporte ses règles et ses limites.

43La localisation tarbaise des activités clandestines d’« Antonio Astiazarain », qui apparemment lui réussit fort bien, pouvait n’être qu’une simple boîte à lettres pour recevoir les commandes et ensuite les acheminer depuis le sol espagnol (vraisemblablement depuis Barcelone). Pour quelles raisons, sinon, déclarer accepter des timbres espagnols comme moyen de paiement ? Il nous paraît difficile en tout cas de réussir à imprimer textes et illustrations et envoyer depuis Tarbes une telle quantité de brochures (au moins quinze pour la seule année 1934). Autre chose serait réceptionner les commandes, les transmettre à une adresse espagnole (un autre intermédiaire ou une imprimerie plus ou moins clandestine) à partir de laquelle réaliser concrètement l’impression et l’expédition des brochures en question.

44Même soumise à la censure, et donc limitée dans ses ambitions, cette production pornographique clandestine s’inscrit dans une ère de consommation culturelle « de masse » dans la mesure où l’on peut parler à son égard d’une industrie pornographique, encore davantage visible au niveau des collections érotiques de grande diffusion dont elle représente un segment non négligeable, encore largement méconnu.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bernas S. et Dakhlia J. (dir.), Obscène, Obscénités, Paris, L’Harmattan, 2008.

Dutel J.-P., Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, Paris, J.-P. Dutel Libraire-Éditeur, 2005.

Guereña J.-L., « Pour une histoire de la censure. Censures, censeurs, censuré(e)s », in J. C. Garrot, J.-L. Guereña et M. Zapata (éd.), Figures de la censure dans les mondes hispanique et hispano-américain, Paris, Indigo-Côté femmes, 2009, p. 83-103.

Guereña J.-L. et Zapata M. (éd.), Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2013.

Guereña J.-L., « De erotica hispanica », Cahiers d’Histoire culturelle, Tours, no 5 (De l’obscène et de la pornographie comme objets d’études), 1999, p. 24-25.

Martin L., « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie », Le Temps des Médias, Paris, no 1, automne 2003, p. 10-30.

Seguin J.-C. (dir.), L’obscène, Lyon, Le Grimh-LCE-Grimia, 2006.

Notes

1 Nous reprenons et développons ici certains éléments déjà exposés dans Les Espagnols et le sexe XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mondes Hispanophones », 40, 2013, p. 363-369 (« Antonio Astiazarain et la production pornographique sous la Seconde République ») et dans diverses publications autour de la censure. Nous nous sommes également intéressé au cas d’« Antonio Astiazarain » et aux stratégies de contournement de la censure des publications « obscènes » sous la Seconde République espagnole lors du colloque L’impossible silence. Créer sous la censure dans les mondes ibériques (IRIEC, université de Toulouse 2-Le Mirail, 13-15 novembre 2013).

2 L. Martin, « Penser les censures dans l’histoire », Sociétés et représentations, Paris, no 21 (Le Siècle du voyage), avril 2006, p. 334.

3 J.-L. Guereña, « Pour une histoire de la censure. Censures, censeurs, censuré(e)s », in J. C. Garrot, J.-L. Guereña et M. Zapata (éd.), Figures de la censure dans les mondes hispanique et hispano-américain, Paris, Indigo-Côté femmes, 2009, p. 83-103.

4 Ibid., p. 91.

5 J.-L. Guereña et M. Zapata (éd.), Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2013.

6 J.-L. Guereña, « De erotica hispanica », Cahiers d’Histoire culturelle, Tours, no 5 (De l’obscène et de la pornographie comme objets d’études), 1999, p. 24-25 ; L. Martin, « Jalons pour une histoire culturelle de la pornographie », Le Temps des Médias, Paris, no 1, automne 2003, p. 10-30. Sur la catégorie plus large de l’« obscène », voir J.-C. Seguin (dir.), L’obscène, Lyon, Le Grimh-LCE-Grimia, 2006, 202 p. et S. Bernas et J. Dakhlia (dir.), Obscène, Obscénités, Paris, L’Harmattan, 2008, 254 p.

7 Les bonnes mœurs, Paris, PUF (publications du Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie), 1994, 445 p. Pour la France, voir D. Bécourt, Livres condamnés, livres interdits. Régime juridique du livre. Outrages aux bonnes mœurs. Arrêtés d’interdiction, Paris, Cercle de la Librairie, 1961, 154 p.

8 Código Penal español de 27 de octubre de 1932. Ley de Bases de 8 de septiembre de 1932 para reforma del de 1870 y Orden de 11 de noviembre de 1932 sobre cumplimiento de las penas, anotado y seguido de un repertorio alfabético de materias, Madrid, Editorial Reus (Biblioteca Reus del estudiante, 3), 1933, Deuxième Livre (Delitos y sus penas), Titre X (Delitos contra la honestidad), chapitre ii (Delitos de escándalo público), art. 433 et 436, p. 120-121.

9 J. A. Cerezo, « Impresos eróticos españoles en prensas clandestinas », in A. L. Martin et J. I. Díez (ed.), Venus Venerada II. Literatura erótica y modernidad en España, Madrid, Editorial Complutense, 2007, p. 137-155 ; J.-L. Guereña, Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas (1812-1939), Madrid, Libris, 2011, 382 p. et « Un infierno español. Hacia una bibliografía de las publicaciones eróticas españolas (siglos XIX-XX). Problemas y realizaciones », Analecta Malacitana Electrónica, no 32 (La tinta corriendo sobre el papel. Lecciones sobre letras sexuales y otras expresiones del gozar), 2012, 37 p. (publication en ligne : [http://anmal.uma.es/numero32/Infierno_espanol.htm]).

10 J.-L. Guereña, « Censure et stratégies de contournement. Le cas des publications érotiques clandestines en Espagne (dernier quart du XIXe-début du XXe siècle) », in Censures et manipulations dans les mondes ibérique et latino-américain, op. cit., p. 79-95.

11 Voir J.-L. Guereña, Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas, op. cit., et Les Espagnols et le sexe XIXe-XXe siècles, op. cit.

12 M. Said, El harem de menores, Ilustraciones de Dorita Langlois, Paris, Publicaciones « Le Temps », Colección « Aurora » (Año II, Núm. 3), s. d., s. p. ; Neptuno, El yate de los placeres, Ilustraciones de X, Paris, Publicaciones Le Temps (Biblioteca Virgo, Año I, no 2), s. d., s. p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 238, p. 364-365.

13 R. Guidotti et S. Piselli, Collezione privata, Firenze, Glittering Images, 1986, p. 39 ; J. Blas Vega, « La novela corta erótica española. Noticia bibliográfica », El Bosque, Zaragoza, no 10-11, janvier-août 1995, p. 41 ; J. A. Cerezo, Literatura erótica en España. Repertorio de obras 1519-1936, Madrid, Ollero y Ramos, 2001, p. 48, 141 et 191.

14 On trouve également de nos jours des « Astiazarain » dans le Pays-Basque français (Biarritz, Espelette, Urugne…).

15 Indication figurant à la fin de La escuela del amor, Ilustración de 16 fotogradados, Sevilla, Publicaciones La Giralda (Colección Aretino, no 10), 1931, 62 p. Nous trouvons dans ce même ouvrage, dans une publicité relative à des photographies pornographiques que nous citons plus loin, mention à cette même adresse d’une certaine « Mme. Natividad González », qui pourrait bien être la compagne d’Astiazarain. Nous n’avons plus retrouvé mention de son nom par ailleurs. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 87, p. 160-161.

16 Indication figurant à la suite de la page de titre d’Una tarde de placer original de un autor que guarda el incognito, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección Venus, IIe année, no 10), Numéro extraordinaire (4 ptas.), janvier 1934, s. p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 219, p. 345-346.

17 Indication figurant sur la page de titre de El Insondable, Ricardo el afortunado, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección Aretino, Deuxième époque, no 1), s. d., 63 p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español., op. cit., no 184, p. 298-299.

18 Indication figurant dans Pierre Lacombière, El libro de la lujuria, Paris, Librairie Ayestaran, s. d., 188 p. et dans Pierre Lacombière (en couverture « Auteur de Los Placeres de la carne »), Las orgías de París, Paris, Librairie Ayestarán, s. d., p. 174. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español., op. cit., no 116, p. 209-211 et no 154, p. 255-256.

19 M. Castero-Sanchez, L’émigration espagnole dans le département des Hautes-Pyrénées de 1915 à 1939, mémoire de maîtrise, université de Toulouse 2, études hispaniques, 1974.

20 Una tarde de placer original de un autor que guarda el incognito, op. cit. ; « Duende Rojo », A la caza del coño, Colección Venus, IIe année, no 13, Avril 1934 ; El Insondable, Ricardo el afortunado, op. cit. ; M. Ney, Un día de mi vida. Novela galante original, Colección Aretino, Deuxième époque, no 7 ; La Cortina Corrida. Novela por El Insondable, Colección Aretino, Deuxième époque, no 8 ; L. Del Valle, ¿Jodemos o hacemos tortilla ?, Colección Afrodita, IIe année, no 8, avril 1934. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 3, p. 43-44, no 57-6, p. 115-116, et no 113, p. 206-207.

21 Il convient de noter que la rue en question existe effectivement, située entre la rue Losserand et l’avenue du Maine, dans le 14e arrondissement de Paris, ce qui contribue à ajouter un élément de véracité aux éléments entourant Antonio Astiazarain.

22 P. Lacombière, El libro de la lujuria, op. cit., et, du même auteur, Las orgías de París, op. cit.

23 La Insaciable (Memorias de una perversa), Paris, Lebrun, impresor, 1929, 131 p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 108, p. 199-200.

24 P. Lacombière, Los placeres de la carne. Novela original, Buenos Aires, Ediciones Eróticas, s. d. [c. 1930], 192 p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 166, p. 272-274.

25 L. Dormienne, Los caprichos del sexo o Las audacias eróticas de la señorita Luisa de Bescé. Novela inédita (Versión española), México, La Aurora (l’indication « Los Amigos de la Galantería » figure seulement dans une publicité-catalogue à la fin de l’ouvrage), 1931, 190 p. ; Regina (Placeres tropicales), Mexico, La Aurora (Los Maestros de la lujuria), s. d., s. p. ; L. Erotin [Alphonse Momas], Sátiro. Memorias de un exhibicionista, México, La Aurora (Los maestros de la lujuria), s. d., 170 p. ; Las Lecciones de amor o Ninfas y sátiros, Versión española, México, La Aurora, s. d., 255 p. ; A. Belot, Las prácticas del amor. Cartas de la India y de París. Versión española de Les stations de l’amour, México, La Aurora, s. d., 241 p. Voir J.-L. Guereña, Un infierno español, op. cit., no 38, p. 97-99, no 177-1, p. 291-292, no 188-1, p. 302-303, no 115, p. 208-209 et no 170, p. 282-283.

26 La escuela del amor, op. cit.

27 L. Dormienne, Les Caprices du Sexe ou Les Audaces érotiques de Mademoiselle Louise de B…, roman inédit, Orléans, Aux dépens des amis de la galanterie, s. d. (1928), 164 p. Voir J.-P. Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, Paris, J.-P. Dutel Libraire-Éditeur, 2005, p. 75-76, no 1143-1146.

28 J.-P. Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, op. cit.

29 P. Lacombière, Los placeres de la carne, op. cit., p. 6.

30 « Pedro Massa, el último gobernador de Azaña », El País, Madrid, 23-IX-1987.

31 Ó. de Onix (pseudonyme de Pedro Massa), La señorita de la boca grande, Con dibujos de Ribas, Madrid, Editorial Castilla (Colección Pompadour), 1921, 169 p. ; O. de Onix, Un don Juan en Oriente, Ilustraciones de Loygorri, Madrid, Prensa Moderna (La Novela Pasional, IIe année, no 29), s. d., 59 p.

32 Dr E. Duehren (pseudonyme d’Iwan Bloch), El Marqués de Sade Su tiempo-su vida-su obra, Versión castellana y ensayo preliminar por Oscar de Onix, Madrid, Ediciones Científico-Literarias, 1924, LXII-366 p.

33 C. Lemonnier, Felicien Rops, Versión Castellana, Prólogo y Notas de Pedro Massa, Buenos Aires, Luis D. Álvarez, 1945, 220 p.

34 [S. Pitarra], Don Jaime el conquistador Drama histórico en un acto y en verso, Traducción un poco libre del catalán, Sevilla, Publicaciones La Giralda (Colección Aretino), s. d., 124 p. Voir J.-L. Guereña, Un Infierno español, op. cit., no 71-5, p. 135-136.

35 Publicité à la fin de La escuela del amor, op. cit.

36 El Insondable, Manual del Perfecto jodedor Lecciones prácticas, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección « Aretino », Numéro extraordinaire), s. d., s. p. Voir J.-L. Guereña, Un Infierno español, op. cit., no 123, p. 217-219.

37 Publicité à la fin de La escuela del amor, op. cit. Les termes en majuscules et en gras le sont dans le texte original.

38 Indication qui figure au début de L. Del Valle, ¿Jodemos o hacemos tortilla ?, op. cit.

39 Indication qui figure au début de Maruja en el confesionario, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección Aretino, no 6), s. d. (1934), s. p.

40 J. Incansable, ¡El coño ya tiene carajo !, Tarbes, Antonio Astiazarain (Colección Afrodita, Première année, no 11), s. d. (juin 1934), s. p. Les majuscules dans le texte original.

41 « A manera de prólogo », ibid.

42 Indication qui figure au début de L. Del Valle, ¿Jodemos o hacemos tortilla ?, op. cit. Les majuscules figurent dans le texte original.

43 Indication qui figure au début de Maruja en el confesionario, op. cit.

44 Publicité insérée dans le no 2 de la « Colección Afrodita », août 1933.

45 Indication au verso de la page de couverture de Una tarde de placer original de un autor que guarda el incognito, op. cit. Les termes en gras le sont dans le texte original.

46 « Notificación » de la Dirección General de Seguridad, 28-VIII-1935, Gaceta de Madrid, no 242, 30-VIII-1935, p. 1663.

47 Voir J.-L. Guereña, Les Espagnols et le sexe XIXe-XXe siècles, op. cit., p. 369-371.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540