Version classiqueVersion mobile

Les dieux et le pouvoir

 | 
Christian-Georges Schwentzel
, 
Marie-Françoise Baslez

Dieu et le couronnement des empereurs protobyzantins

Audrey Becker

Texte intégral

  • 1 Je voudrais ici remercier C.-G. Schwentzel pour m’avoir donné l’opportunité de participer à cette (...)
  • 2 L’édition du texte utilisée dans cet article pour les chapitres 84 à 95 du livre I est la seule éd (...)
  • 3 Parmi une innombrable bibliographie, Guilland R., « Autour du Livre des Cérémonies de Constantin V (...)
  • 4 Const. Porph. De cer. I, 84-95 (p. 388, 1, p. 433, 9). Nommé Maître des Offices par Justinien en 5 (...)
  • 5 Sur la cérémonie de couronnement de Léon Ier : Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 4-417, 12) ; d (...)

1Écrit par l’empereur byzantin Constantin VII Porphyrogénète dans la première moitié du Xe siècle, le De Ceremoniis a été largement exploité par les historiens byzantinistes pour traiter de la question des cérémonies auliques1. Ce texte est, en effet, une mine de renseignements inépuisable sur le protocole à l’œuvre dans les cérémonies civiles et religieuses à la cour impériale de l’époque de Constantin VII Porphyrogénète2, qu’il s’agisse, par exemple, des processions du Grand Palais vers les différents lieux de culte dans la capitale impériale, ou des cérémonies comme les mariages impériaux, les funérailles ou encore le déroulement des célébrations au cirque3. Par ailleurs, les excerpta joints au De Ceremoniis nous ont transmis des extraits d’une œuvre de Pierre le Patrice aujourd’hui perdue4. Parmi les passages de cette œuvre compilés par Constantin VII, une grande part décrit très précisément le déroulement des cérémonies de couronnement de cinq empereurs protobyzantins depuis le couronnement de Léon Ier en 457 jusqu’à celui de Justinien en 527 en passant par celui de Léon II en 474, d’Anastase en 491 et de Justin Ier en 5185.

  • 6 Cette situation remontait aux origines mêmes du principat et à la volonté d’Auguste de camoufler l (...)
  • 7 Sur l’idéologie du pouvoir construite par Dioclétien, Seston W., Dioclétien et la Tétrarchie, Pari (...)
  • 8 Sur la conception eusébienne de l’idéologie chrétienne de la transmission du pouvoir impérial, Mac (...)
  • 9 Pierre le Patrice lui-même souligne ces différences dans le déroulement des différents protocoles  (...)

2La cérémonie d’investiture était au cœur de la légitimation du nouvel empereur dans un système politique où précisément n’existait aucune règle successorale constitutionnelle ou institutionnelle6. Quelle que soit la façon dont un empereur arrivait au pouvoir (hérédité, principe électif, force militaire), le problème de sa légitimité à exercer le pouvoir se posait puisqu’il n’existait pas de régularité formelle dans l’acquisition de ce pouvoir impérial. Dioclétien avait tenté, le premier, de sortir de cette ambiguïté juridique avec l’idéologie tétrarchique qui conférait aux empereurs eux-mêmes, devenus joviens et herculéens, la responsabilité de choisir leur successeur7. Et même si depuis Constantin s’affirmait une idéologie dynastique qu’Eusèbe christianisait, les faits imposaient régulièrement de faire évoluer les critères de choix d’un empereur en fonction de la situation politique au moment de la succession8. Et, à cet égard, il faut noter que les cinq cérémonies de couronnement décrites par Pierre le Patrice interviennent dans des circonstances politiques très différentes les unes des autres, suivant un protocole qui, loin d’être uniforme, est en grande partie dicté par ces circonstances politiques : Léon Ier est ainsi porté à la pourpre par le général Aspar. Anastase est, lui, choisi par Ariadne, la veuve de Zénon, son prédécesseur. Justin semble devenir empereur un peu par hasard dans la plus totale confusion en 518. Quant au très jeune Léon II, il est couronné par son grand-père en 4739. Néanmoins, le texte de Pierre le Patrice laisse apparaître des permanences protocolaires structurelles, parmi lesquelles la présence des acteurs institutionnels que sont l’armée, le sénat, le peuple ou encore le patriarche de Constantinople. Mais surtout, une véritable christianisation de la cérémonie d’investiture, dans laquelle Dieu devient un acteur à part entière, se fait jour. Il s’agira, dans les quelques pages qui suivent de s’intéresser à la place de Dieu dans la légitimation du détenteur du pouvoir impérial, c’est-à-dire dans l’ensemble des processus qui font de l’existence d’un pouvoir coercitif une nécessité sociale ; dans quelle mesure Dieu est-il, pour reprendre un vocable weberien, « un agent de légitimation » du pouvoir impérial ? Pour répondre à cette question, deux aspects en particulier seront étudiés : d’une part la présence de références religieuses dans les acclamations prononcées lors des cérémonies de couronnement rapportées par Pierre le Patrice et, d’autre part, le rôle du patriarche de Constantinople dans ces mêmes couronnements impériaux alors que, pour la première fois, celui-ci intervient dans leur déroulement.

Les acclamations

  • 10 Klauser T., « Akklamation », RAC, 1, 1950, p. 213-233. Pour une typologie générale des acclamations (...)
  • 11 Ac. 19,28-34 : Ἀκούσαντες δὲ καὶ γενόμενοι πλήρεις θυμοῦ, ἔκραζον λέγοντες, Μεγάλη ἡ Ἄρτεμις Ἐφεσί (...)
  • 12 Sur cette question, Roueché C., « Acclamation in the Later Roman Empire : New Evidence from Aphrod (...)
  • 13 Wiemer H.U., « Voces populi. Akklamationen als Surrogat politischer Partizipation im spätrömischen (...)
  • 14 En 27 av. J.-C., Q. Iunius Blaesus est le dernier général n’ayant pas de liens familiaux avec la f (...)
  • 15 Alfödi A., « Die Ausgestaltung des monarchischen Zeremoniells », MDAI (A), 49, 1934, p. 1-118 (82-8 (...)
  • 16 Sur les acclamations poussées lors de miracles païens et chrétiens : Peterson E., Eis Theos. Epigr (...)
  • 17 Saül: 1 Sm, 10,24; Salomon: 1 R, 1,39.
  • 18 Pan. Lat. VII, 8, 2-3.
  • 19 Dionis Continuation, 10, 6 (FHG IV, 197).
  • 20 Par exemple, Themistios. Or. 1, 4 bc ; 6b ; 73c-74a.

3L’origine même des acclamations est, sans aucune ambiguïté, à trouver dans les cérémonies religieuses païennes du Proche-Orient où elles jouaient un rôle important10. Les Actes des Apôtres rapportent ainsi la réaction des orfèvres face à la prédication de Paul à Éphèse : pour marquer leur opposition à ces prêches, après s’être réunis, ils poussèrent des acclamations en l’honneur d’Artémis qui furent reprises par la population d’Éphèse rassemblée au théâtre11. Par la suite, au milieu du IVe siècle, la pratique des acclamations semblait être déjà bien établie durant les synodes et les conciles12. Mais les acclamations témoignaient, également, plus largement, dans les sociétés de l’Antiquité, de l’assentiment, ou non, d’un large groupe de personnes rassemblées dans un contexte séculier13. Il s’agissait alors d’honorer un homme en particulier grâce des acclamations qui lui étaient adressées. C’est ce processus que l’on retrouvait à l’œuvre lors des acclamations faites par l’armée qui saluaient ainsi imperator le général républicain victorieux pendant tout le Ier siècle av. J.-C. Même si elles n’avaient aucune valeur juridique, ces acclamations permettaient tout de même d’asseoir, dans les faits, la puissance du général. Puis elles furent réservées aux membres de la famille impériale avant de devenir, à partir du IIIe siècle un acte nécessaire de légitimation lors de la prise de pouvoir des nouveaux empereurs14. Parallèlement, les empereurs étaient également acclamés lors de leurs apparitions civiles par la foule, que ce soit au théâtre ou au cirque15. L’unanimité que ces acclamations devaient manifester a été comprise très tôt comme le signe d’une inspiration divine païenne puis chrétienne16 qui n’était pas sans faire écho aux acclamations du peuple lors du couronnement de Saul et de Salomon17. Le panégyrique de 310 présentait Constantin comme un empereur choisi par une armée inspirée divinement18. Si cette idéologie que l’on trouvait déjà pour justifier l’accession au pouvoir d’Aurélien19, allait être reprise par la plupart des panégyristes du IVe siècle20, il faut attendre le milieu du Ve siècle et le récit du couronnement de Léon par Pierre le Patrice, pour pouvoir saisir concrètement comment la christianisation de l’idéologie impériale se traduisit dans les acclamations.

  • 21 L’Hebdomon, τὸ ̔Έβδομον, était un faubourg de Constantinople se situant à sept miles du Milion sur (...)
  • 22 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 1-3).

4La cérémonie de couronnement de Léon Ier en 457, à la mort de l’empereur Marcien, est la plus ancienne que Constantin Porphyrogénète a compilée, probablement parce que c’est la dernière qui se déroule à l’extérieur de la cité, précisément à l’Hebdomon21. Les acteurs présents lors de cette cérémonie sont les sénateurs, qui ont choisi, sous l’influence du général Aspar, le futur empereur Léon Ier, les magistrats, le patriarche de Constantinople ainsi que les soldats des Scholes palatines et de « l’armée régulière »22. Dès le début de la cérémonie les acclamations commencent :

  • 23 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 13 ; p. 411, 3) : εἰσάκουσον, ὁ Θεὸς, σὲ παρακαλοῦμεν. ἐπάκου (...)

« Écoute-nous, Dieu, nous te supplions ! Entends-nous, Dieu ! Que vive Léon ! Écoute-nous, Dieu, nous te supplions ! Que Léon soit empereur ! Dieu, toi qui es généreux, les affaires de l’État demandent Léon comme empereur ! L’armée demande Léon comme empereur ! Les lois réclament Léon ! Le Palais réclame Léon ! Telles sont les prières du Palais ! Telles sont les requêtes du camp ! Telles sont les prières du Sénat ! Telles sont les prières du peuple ! Le monde attend Léon ! L’armée réclame Léon ! Que Léon, notre intérêt commun, vienne ! Que Léon, notre bien commun, règne ! Écoutenous, Dieu, nous te supplions23 ! »

  • 24 Sur le consensus omnium, MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., p. 248-250, (...)
  • 25 Sur le couronnement par le torque, Teitler H., « Raising on a Shield: Origin and Afterlife of a Co (...)

5Il faut souligner deux choses dans ces acclamations qui précèdent le couronnement proprement dit. Tout d’abord, elles s’adressent directement à Dieu pour lui demander de confirmer le choix des hommes, le verbe employé ici, κράζειν, insistant sur l’idée d’une demande pressante qu’on retrouve également dans l’emploi de παρακαλέω. D’autre part, ce choix est présenté comme résultant d’un consensus omnium censé montrer à Dieu l’unité de toute la Cité derrière l’homme qu’elle s’est choisie comme futur empereur24. Dès ces acclamations terminées, Léon monte ensuite à la tribune de l’Hebdomon pour être couronné par un militaire qui lui place un torque sur la tête et un autre dans la main droite25. Les labarum et les étendards sont alors relevés, témoignant ainsi que l’Empire a, de nouveau, un empereur que tous les acteurs présents acclament alors directement :

  • 26 Const. Porph. De cer. 411, 9-13: Λέων αὔγουστε, σὺ νικᾷς, σὺ εὐσεβὴς, σὺ σεβαστός · ὁ Θεός σε ἔδωκ (...)

« Léon Auguste, c’est toi qui es le vainqueur ! C’est toi qui es pieux ! C’est toi qui es vénérable ! Dieu t’a donné, que Dieu te garde ! En vénérant le Christ tu es toujours victorieux ! Que Léon règne de nombreuses années ! Que Dieu protège l’Empire chrétien26 ! »

6Enfin, à l’abri des regards, protégé par les soldats, le nouvel empereur revêt la chlamyde impériale en même temps que le torque est remplacé par le diadème. Puis, lorsque l’empereur réapparaît, il est à nouveau acclamé :

  • 27 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 18-21): καὶ δυνατὸς καὶ νικητὴς καὶ σεβαστὸς, εὐτυχῶς, εὐτυχῶ (...)

« Toi qui es puissant, victorieux et vénérable, bonne chance ! Bonne Chance ! Puisses-tu régner de nombreuses années, Léon Auguste ! Que Dieu garde cet empire ! Que Dieu garde cet Empire chrétien27 ! »

7Dès la lecture de son premier discours, sa double légitimité à régner, humaine et divine, que lui conférait le couronnement était soulignée :

  • 28 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 23-25): ὁ Θεὸς ὁ παντοδυìναμος καὶ ἡ κρίσις ἡ ὑμετέρα, ἰσχυρώ (...)

« Dieu tout puissant et votre jugement, mes compagnons d’armes les plus forts, m’avez heureusement choisi comme autocrator pour les affaires publiques des Romains28. »

8À quoi les acclamations répondaient en insistant sur le fait que c’était bien Dieu qui avait guidé le choix des hommes.

  • 29 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 412, 1-4): Λέων αὔγουστε, σὺ νικᾷς ὁ σὲ ἐκλεξάμενος σὲ διαφυλάξει (...)

« Léon, Augustus ! C’est toi qui es victorieux ! Que celui qui t’as choisi te conserve ! Que Dieu protège l’objet de son choix. Que Dieu garde un empire pieux ! Toi qui es pieux et puissant29 ! »

  • 30 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 417-p. 423); Evagr. HE III, 29; Theoph. AM 5982, 5983.
  • 31 Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 426-p. 428).

9Les acclamations pendant le couronnement marquent clairement deux étapes dans le rituel de légitimation du pouvoir impérial : tout d’abord des prières à Dieu pour qu’il accepte le choix des hommes, ensuite des acclamations destinées à l’empereur en même temps qu’elles célèbrent le choix de Dieu après la prise du diadème. On retrouve les mêmes étapes dans la cérémonie de couronnement d’Anastase Ier puis de Justin Ier, mais dans un cadre différent où l’élément civil s’est imposé puisque les deux cérémonies ont alors lieu à l’hippodrome de Constantinople, et, d’autre part, dans des circonstances politiques bien plus agitées. En effet, en 491, à la mort de Zénon, Anastase est imposé par Ariadne, la veuve de l’empereur précédent, à des dignitaires civils et militaires incapables de se mettre d’accord sur un nom30. Anastase Ier est finalement couronné à l’hippodrome devant les dèmes et l’armée le lendemain de Pâques, jour choisi par Ariadne pour l’enterrement de l’empereur défunt. Quant à la situation lors du couronnement de Justin Ier après la mort d’Anastase en 518, elle est encore plus confuse, car il n’y a ni héritier ni augusta, et les événements se précipitent dans le plus grand désordre sans que quelqu’un ne les maîtrise réellement31. C’est finalement Justin Ier qui est choisi par une partie des soldats et qui est couronné lui-aussi à l’hippodrome devant le peuple, les dignitaires et l’armée.

  • 32 Concernant le double couronnement d’Anastase Ier : Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 423, 7-17) ; po (...)

10Leurs cérémonies de couronnement respectives suivent exactement le même schéma que celle de Léon Ier, si ce n’est qu’ils ne montent pas à une tribune mais qu’ils sont tous les deux portés sur un bouclier, à l’instar de l’empereur Julien, dans l’hippodrome devant tous les acteurs institutionnels : le peuple désormais présent, l’armée, les sénateurs, les magistrats et le patriarche de Constantinople. On retrouve également les deux temps du couronnement par le torque puis par le diadème, toujours revêtu à l’abri des regards mais qui est désormais posé sur la tête de l’empereur par le patriarche32. Si Pierre le Patrice ne développe pas les acclamations à chaque étape comme il avait pu le faire pour le couronnement de Léon, se contentant de préciser quand tous les acteurs présents lancent les acclamations, en revanche, il rapporte précisément les acclamations poussées par la foule pendant la lecture du premier discours impérial de chacun des deux empereurs. Or, si l’on trouve dans ces acclamations des choses assez classiques comme des vœux de longue vie à l’empereur ou à l’impératrice, d’autres passages témoignent d’une évolution vers une christianisation renforcée de la légitimation du pouvoir impérial. En particulier, différents éléments apparaissent pour la première fois dans les acclamations lors du discours d’Anastase reprises ensuite lors du discours de Justin Ier.

11Discours d’Anastase :

  • 33 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 424, 2-18) : ἄφθονα τῇ οἰκουμένῃ ὡς ἔζησας, οὕτως βασίλευσον ἁγνοὺ (...)

« Prospérité pour le monde ! De la même manière que tu as vécu, règne ! Irréprochables magistrats pour le monde ! […] Dieu, aie pitié ! Fils de Dieu, aie pitié de lui ! Anastase Augustus, “c’est toi qui vaincras !” Que Dieu garde un empereur pieux ! Dieu t’a donné ! Que Dieu te garde ! […] Toi qui es digne du pouvoir impérial ! Toi qui es digne de la Trinité ! Toi qui es digne de la Ville ! Dégage les délateurs33 ! »

12Discours de Justin Ier :

  • 34 Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 429, 21-p. 430, 14) : ἄφθονα τῇ οἰκουμένῃ ὡς ἔζησας, οὕτω βασίλευσ (...)

« Prospérité pour le monde ! De la même manière que tu as vécu, règnes ! Prospérité pour l’état ! Divin Empereur, préserve celui qui est sur terre. Justin Augustus, c’est toi qui es victorieux ! Que le nouveau Constantin règne de nombreuses années ! Nous sommes les serviteurs de l’Empereur ! […] Fils de Dieu, aie pitié de nous ! Tu l’as choisi : aie pitié de lui : Justin Augustus, c’est toi qui es victorieux ! […] Toi qui es digne du pouvoir impérial ! Toi qui es digne de la Trinité ! Toi qui es digne de la Ville34 ! »

  • 35 Epictète emploie ainsi cette formule dans ses entretiens (Épictète Diss. II, 7, 12). Sur l’utilisa (...)
  • 36 À la fin du IVe siècle, l’utilisation de cette formule est attestée par Egeria qui précise, dans l (...)
  • 37 Sur la présence quasi ininterrompue des empereurs dans la capitale impériale à partir du règne de (...)
  • 38 On retrouve également l’idée qu’Anastase a été choisi par Dieu dans les panégyriques de Procope de (...)

13Il faut tout d’abord souligner la présence du Κυìριε ἐλέησον. Si la christianisation de cette invocation originellement païenne35 s’était faite certes rapidement, il s’agit néanmoins de la première attestation de son emploi pendant une cérémonie d’investiture impériale36. Ensuite, l’association dans les mêmes vœux de la βασιλείας, de la sainte trinité et de la cité de Constantinople montre l’évolution du lien entre l’empereur et sa capitale qui est désormais associée à la légitimation de l’empereur en devenant, finalement, l’espace dans lequel s’exprime le choix de Dieu37. Or, cela fait, par ailleurs, écho à un autre aspect qui apparaît dans ces acclamations, à savoir l’affirmation de la prééminence de Dieu dans le choix de l’empereur. Si jusqu’alors c’était l’armée que l’idéologie présentait comme inspirée par Dieu, c’est bien, dans ces acclamations, l’ensemble des acteurs présents que Dieu guide désormais38.

14Les acclamations lors du couronnement de l’empereur faisaient partie d’un mécanisme produisant et maintenant une solidarité collective importante à différents titres. L’exaltation collective provoquée par ce spectacle contribuait nécessairement à renforcer le consensus pour le peuple de Constantinople autour de la légitimité de l’empereur alors même que celle-ci n’allait pas nécessairement de soi lors de successions parfois un peu houleuses. D’autre part, les acclamations, aussi bien pour elles-mêmes que pour les paroles que les acteurs présents étaient amenés à scander, contribuaient à donner la sensation au peuple qu’il participait au côté de Dieu, à la légitimation de l’empereur. En retour, la légitimité populaire était acquise à l’empereur.

Le patriarche de Constantinople et la légitimation du pouvoir impérial

  • 39 Bury J.B., « The Ceremonial Book of Constantine Porphyrogennetos », EHR, 22, 1907, p. 209-227; Brig (...)
  • 40 Treitinger O., Die oströmiche Kaiser-und Reichsidee nach ihrer Gestaltung im höfischen Zeremoniell. (...)
  • 41 MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., no 5, p. 242-243.
  • 42 Dagron G., Empereur, op. cit., no 5, p. 103-104.

15Les cérémonies de couronnement des empereurs décrites par Pierre le Patrice, lorsque ceux-ci succèdent à un empereur décédé, se structurent autour de deux éléments clés : tout d’abord le couronnement par un soldat à l’aide d’un torque, souvenir de la proclamation de Julien en 361 par ses troupes germaniques, puis le remplacement, à l’abri des regards du peuple, du torque par un diadème que le patriarche place lui-même sur la tête de l’empereur à partir du couronnement d’Anastase39. Les questions étroitement liées de l’interprétation de ce « double couronnement » mais aussi du rôle du patriarche lors de ces cérémonies d’investiture impériale, et particulièrement son intervention dans le couronnement par le diadème, sont autant de points toujours débattus actuellement. Otto Treitinger explique ainsi ce « double couronnement » comme le résultat de l’adjonction au couronnement militaire par le torque d’une cérémonie de couronnement par le diadème qui serait, elle, une cérémonie religieuse amenée à prendre de l’importance seulement dans les siècles suivants40. Sabine MacCormack retient également l’idée de deux couronnements intervenant l’un après l’autre. Mais elle l’explique, en revanche, comme la succession d’un couronnement militaire puis d’un couronnement civil41. Quant à Gilbert Dagron, il considère la seconde partie de la cérémonie comme une simple bénédiction privée des insignes de la royauté, l’empereur ne devant son pouvoir qu’à Dieu seul qui le lui déléguerait directement42.

  • 43 Pour Léon Ier, Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 8-9) ; pour Anastase Ier, ibidem, I, 92 (p. 42 (...)
  • 44 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 419, 16-p. 420, 6).

16En premier lieu, l’idée qu’il existerait un double couronnement paraît difficilement soutenable au regard même du texte de Pierre le Patrice. En effet, le couronnement par le torque seul suffit, sans ambiguïté, à faire du prétendant à l’Empire un empereur. Pour preuve, les étendards et les labarum se redressent immédiatement quel que soit l’empereur ainsi couronné, signifiant ainsi clairement que l’Empire a de nouveau un chef militaire43. Pour comprendre le geste du patriarche, il est nécessaire de l’analyser à un double niveau. D’abord, dans le cadre du déroulement de la cérémonie, il doit être mis en rapport avec les acclamations du peuple et/ou de l’armée qui précèdent le couronnement par le torque. En effet, avant le couronnement, les acclamations demandent à Dieu de donner une légitimité au choix des hommes. Ce n’est qu’une fois le couronnement par le torque passé sans incident que l’assemblée est rassurée et que les acclamations peuvent alors, dans un second temps, exalter la volonté divine qui a guidé le choix fait par les soldats dans le cas de Léon Ier et de Justin Ier ou par l’impératrice Ariadne dans le cas d’Anastase. D’ailleurs, l’impératrice elle-même insiste, lorsqu’elle s’adresse au peuple, sur le fait que le choix du nouvel empereur a été guidé par Dieu et les évangiles44. Ce premier couronnement humain par le torque peut donc être interprété comme un passage nécessaire dans la cérémonie de couronnement permettant à Dieu de manifester son assentiment et de rassurer les hommes sur leur capacité à suivre sa volonté. Et c’est ce que matérialise très concrètement le passage du torque au diadème. En effet, c’est seulement une fois rassuré sur la légitimité divine dont peut maintenant se prévaloir l’empereur qu’il revêt le diadème. Le torque n’est donc au final qu’une couronne temporaire accordée par les hommes à un homme et destinée à être remplacée par le diadème qui manifeste la volonté divine ayant guidé le choix de ces hommes.

  • 45 Si les privilèges du siège de Constantinople firent l’objet des canons concilaires 9 et 17, le can (...)
  • 46 Theoph. AM 5942 qui précise que Pulchérie convoqua le Sénat et le patriarche pour procéder à l’inv (...)
  • 47 Il faut notre d’ailleurs que le Chronicon Paschale ne mentionne pas la présence d’Anastasios. Chro (...)
  • 48 Theoph. AM 5950.
  • 49 Dagron G., Empereur…, op. cit., no 5, p. 103.
  • 50 Theoph. AM 5961; Prisc. fr. 20; Proc. BV I, 5, 7.
  • 51 Peut-être est-ce également l’explication la plus logique à la présence d’Anatolios au couronnement (...)

17L’intervention des patriarches successifs dans cette étape de la cérémonie témoigne, dans le même temps, de l’affirmation de leur pouvoir depuis le concile de Chalcédoine de 451 qui voyait, sous l’impulsion du patriarche Anatolios, l’organisation administrative du patriarcat se structurer et sa primauté s’affirmer45. À partir du couronnement de Marcien en 450, le patriarche était désormais présent lors de toutes les cérémonies de couronnements à Constantinople, quelles que soient les circonstances politiques46. Si les sources ne sont pas très claires quant au rôle effectif du patriarche Anatolios en 450, lorsque celui participe au couronnement du successeur de Marcien47, Léon Ier, Theophanes le Confesseur en fait un véritable acteur de la cérémonie en précisant que Léon est couronné par le patriarche48. Même si on accepte avec Gilbert Dagron que Théophane se trompe et qu’en réalité, Anatolios n’aurait probablement fait que donner le diadème à l’empereur49, le fait même que cette innovation arrive pour le couronnement d’un empereur dont la principale légitimité venait du soutien du général Aspar50, n’était probablement pas anodin car, par sa présence, le patriarche contribuait à légitimer le choix du nouvel empereur51.

  • 52 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 419, 16-p. 420, p. 420, 11).
  • 53 Const. Porph. ibidem, I, 92 (p. 422, 14-21).
  • 54 Theoph. AM 5982; 5983.
  • 55 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 423, 13-16).

18Quant au patriarche Euphemios en 491, il est non seulement l’intermédiaire privilégié entre les sénateurs et l’impératrice lors des tractations autour du choix d’Anastase, mais l’impératrice n’hésite pas à le présenter au peuple comme un témoin de Dieu, au même titre que les évangiles ou la Bible, garant d’un choix guidé par le seul intérêt de la Cité52. Une fois ce choix arrêté, il est également présent lorsque le futur empereur, avant la cérémonie de couronnement, se retrouve à devoir prêter serment devant les sénateurs et tous les magistrats53, et c’est bien Euphemios encore qui, au vu des sympathies monophysites d’Anastase, exige même une profession de foi orthodoxe signée du futur empereur pour accepter son couronnement54. Enfin, Pierre le Patrice est très clair : c’est bien lui qui, finalement, pose le diadème sur la tête de l’empereur55.

  • 56 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 427, 4-6).
  • 57 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 428, 19-p. 429, 2).
  • 58 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 429, 6-10).

19Lors de l’investiture de Justin Ier, à nouveau le texte de Pierre le Patrice ne laisse pas de place à l’ambiguïté : le patriarche Jean II de Cappadoce participe, cette fois de façon ouverte, au choix du nouvel empereur56. Puis, il accompagne Justin dans la loge impériale avec les dignitaires y siégeant habituellement57, avant de couronner lui-même le nouvel empereur du diadème58.

  • 59 Pour Léon II : Const. Porph. ibidem, I, 94 (p. 432, 5-9) ; pour Justinien : Const. Porph. ibidem, (...)
  • 60 Acace dans le cas du couronnement de Léon II, Épiphane dans le cas de Justinien.
  • 61 ContraDagron G, Empereur…, op. cit., no 5, p. 103 pour qui ce serait Justinien qui couronnerait so (...)

20Enfin, il faut souligner que le patriarche est également le seul dignitaire ayant un rôle dans les deux cérémonies décrites par Pierre le Patrice se déroulant du vivant de l’empereur précédent, qu’il s’agisse du couronnement de Léon II en 473 par Léon Ier ou du couronnement en 527 de Justinien par Justin Ier59. Dans les deux cas, l’empereur se trouve encadré par le patriarche à sa droite60 et par le futur empereur à sa gauche. Le déroulement des deux cérémonies, si on en croit Pierre le Patrice, est presque identique. Mais, si c’est bien Léon Ier qui couronne Léon II, dans le cas de Justinien, ce serait le patriarche lui-même qui aurait couronné le nouvel empereur du diadème61. Le patriarche prononce ensuite, là encore dans les deux cas, une prière conclue par un « amen » repris en chœur par l’assemblée, qu’on peut considérer comme une véritable acclamation.

  • 62 Theoph. AM 6070; Evagr. HE V, 13; Joh. Eph. HE III, 3.

21L’intervention du patriarche témoigne sans aucune ambiguïté de son rôle grandissant à la cour et de sa place essentielle dans les mécanismes qui accréditent la légitimité du pouvoir politique impérial. Si c’est bien Léon Ier seul qui, inspiré par Dieu, transmet cette souveraineté, acquise directement de Dieu par l’intermédiaire des hommes, à son successeur, il le fait sous le regard de Dieu et par la volonté de Dieu. C’est bien cela que le patriarche garantit finalement par sa présence. De la même façon, lorsque Justin II fait de Tiberius son successeur en 574, l’ordonnancement de la cérémonie suit les mêmes étapes : Justin II convoque le patriarche Eutychios, le Sénat et tous les magistrats. Il prononce ensuite, lorsqu’il couronne Tiberius, un discours sans aucune ambiguïté où il affirme que ce n’est pas lui qui transmet le pouvoir impérial à Tiberius mais bel et bien Dieu par son intermédiaire. Vient ensuite, pour clore la cérémonie d’investiture, la prière du patriarche suivie par un « amen » de l’assemblée62. Dans le même temps, le patriarche, en imposant sa présence à partir de la seconde moitié du Ve siècle lors de ces cérémonies, légitime l’institutionnalisation de son propre pouvoir. Et si ces cérémonies, en se ritualisant permettent à l’empereur de mettre en scène et de légitimer son pouvoir, elles autorisent, en corollaire, le patriarche à en faire de même avec l’institution religieuse qu’il représente.

*

  • 63 Dagron G., Empereur …, op. cit., no 5, p. 104.
  • 64 Sur le caractère sacré en propre du pouvoir en Orient, Dagron G., « Réflexion sur le cérémonial by (...)
  • 65 MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., no 5, p. 196-205.

22Concluons par deux remarques. Les acclamations sont une nécessité pour créer une émotion et susciter ainsi l’adhésion de tous les acteurs présents, et plus particulièrement du peuple et de l’armée, pendant la cérémonie d’investiture de l’empereur. Les appels à Dieu lors de ces acclamations, même manipulés par l’empereur ou les membres de la cour, sont de nature à créer une vraie émotion chez le peuple. Concernant le patriarche, le jugement de Gilbert Dagron, pour qui il ne serait qu’un dignitaire un peu mieux placé que les autres, sans rôle institutionnel63, semble très sévère car le patriarche s’impose bel et bien dans le rituel de couronnement. Certes, il est vrai que l’empereur ne doit son pouvoir qu’à Dieu seul et que le patriarche, en procédant au remplacement du torque par le diadème, ne faisait que constater le pouvoir donné par Dieu à l’empereur64. Il n’empêche que la christianisation de l’idéologie impériale finissait par se traduire, à partir de la seconde moitié du Ve siècle, dans la mise en scène de l’investiture elle-même. Si un peu plus d’un siècle avant le couronnement de Léon Ier, Valentinien était proclamé empereur par des soldats divinement inspirés et procédait, par la suite, seul, en 364, au couronnement par le diadème de son frère Valens, puis trois ans plus tard de son fils Gratien après les acclamations des soldats65, à partir de 450, le patriarche imposait sa présence lors de cérémonies au cœur desquelles se trouvait maintenant la question de la légitimation religieuse à régner d’un homme. La place grandissante accordée au représentant le plus important de l’institution ecclésiastique en Orient était le reflet concret de cette évolution. Et si ces cérémonies, en se ritualisant, permettaient à l’empereur de mettre en scène l’idéologie chrétienne de la légitimation du pouvoir impérial, elles permettaient, dans le même temps, au patriarche de légitimer l’institutionnalisation de son propre pouvoir qui devenait indispensable à la légitimation du pouvoir impérial. Et c’est précisément ce que les événements survenus autour du couronnement d’Anastase démontrent : même si l’empereur n’avait pas juridiquement besoin du couronnement par le diadème pour être empereur car le couronnement par le torque lui donnait déjà ce statut, il ne pouvait néanmoins s’en passer, sous peine de remettre en cause la légitimation religieuse de son pouvoir. Si, certes, idéologiquement, l’empereur tenait son pouvoir de Dieu, le mieux placé, au final, pour en attester, était le patriarche. La cérémonie d’investiture était donc un moment important pour rééquilibrer le rapport de force entre l’empereur et les autorités religieuses qui seules pouvaient témoigner de la légitimité religieuse de l’empereur.

Notes

1 Je voudrais ici remercier C.-G. Schwentzel pour m’avoir donné l’opportunité de participer à cette belle rencontre scientifique. Les abréviations des sources suivent celles de Martindale J.R., The Prosopography in the Later Roman Empire, 3 vol. , Cambridge, Cambridge University Press, 1980 et celles de Bible de Maredsous, Paris, Éditions du Cerf, 2014 pour les abréviations bibliques, ou, à défaut, Hornblower S. et Spawforth A. (éd.), Oxford Classical Dictionnary, Oxford, Oxford University Press, 2012. Les abréviations des revues suivent celles données par l’Année philologique.

2 L’édition du texte utilisée dans cet article pour les chapitres 84 à 95 du livre I est la seule édition publiée à ce jour : Constantini Porphyrogeniti imperatoris De cerimoniis aulae byzantinae, Reiske J. (éd.), vol. 1, Bonn, Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, 1829-30, p. 388-433 ; pour les chapitres 1 à 83, Le livre des cérémonies, éd. et trad. Vogt A., 4 volumes, Paris, Les Belles Lettres, « Collection Byzantine », 1935-1940 ; pour la traduction anglaise à partir de l’édition de J. Reiske, The Book of ceremonies, trad. Moffat A. et Tall M., Canberra, Australian Association for Byzantine Studies, 2012.

3 Parmi une innombrable bibliographie, Guilland R., « Autour du Livre des Cérémonies de Constantin VII Porphyrogénète. La cérémonie de la προσκυìνησις », REG, 59-60, 1946-1947, p. 90-100 ; Guilland R., « Sur les itinéraires du Livre des Cérémonie », JÖByz, 10, 1961, p. 39-52 ; Cameron A., Circus Factions. Blues and Greens at Rome and Byzantium, Oxford, Clarendon Press, 1976; McCormick M., « The Construction of Court Ritual: the Byzantine Book of Ceremonies », dans D. Cannadine et S. Price, Rituals of Royalty. Power and Ceremonial in Traditional Societies, Cambridge, New York, Victoria, Cambridge University Press, 1987, p. 106-136; McCormick M., Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium and the Early Medieval West, Cambridge, Cambridge University Press, 1990; McCormick M., « Analyzing Imperial Ceremonies », JÖByz, 35, 1985, p. 1-20; Dagron G., L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des Cérémonies, Paris, De Boccard, 2000; Featherstone M., « The Great Palace as reflected in the De Ceremoniis », dans F.A. Bauer (éd.), Visualisierungen von Herrschaft: frühmittelalterliche Residenzen, Gestalt und Zeremoniell, Istanbul, Byzas 5, 2006, p. 47-61; Featherstone M., « The Chrysotriklinos Seen through De Cerimoniis », dans L. Hoffmann (éd.), Zwischen Polis, Provinz und Peripherie. Beiträge zur byzantinischen Kulturgeschichte, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, Mainzer Veröffentlichungen zur Byzantinistik, 2005, p. 845-852 ; Flusin B., « Ressaisir le pouvoir, réformer les cérémonies : le De ceremoniis de Constantin VII », dans D. Carrangeot, B. Laurioux et V. Puech (éd.), Rituels et cérémonies de cour, de l’Empire romain à l’âge baroque, colloque organisé du 9 au 11 octobre 2014, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, à paraître.

4 Const. Porph. De cer. I, 84-95 (p. 388, 1, p. 433, 9). Nommé Maître des Offices par Justinien en 539, Pierre le Patrice occupe cette fonction jusqu’à la mort de l’empereur en 565, dirigeant ainsi pendant vingt-six ans la quasi-totalité des services civils palatins. Sur Pierre le Patrice, Martindale J.R., « Petrus 6 », The Prosopography of the Later Roman Empire, vol. IIIb, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 994-998 ; Antonopoulos P.T., « Petrus Patricius. Some Aspects in his Life and Career », dans V. Vavřínek (éd.), From Late Antiquity to Early Byzantium, Prague, Academia, International Eirene Conference 16, 1985, p. 49-54 ; Cataudella M.-R., « Historiography in the East », dans G. Marasco (éd.), Greek and Roman Historiography in Late Antiquity, Fourth to Sixth Century AD, Leyden, Boston, Brill, 2003, p. 391-447, part. p. 431-437 ; sur le rôle du Maître des Offices dans l’organisation des cérémonies auliques dans l’Antiquité tardive, Roland Delmaire, Les institutions du Bas-Empire romain de Constantin à Justinien, Paris, Éditions du Cerf, 1995, p. 75-98.

5 Sur la cérémonie de couronnement de Léon Ier : Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 4-417, 12) ; de Léon II : Const. Porph. De cer. I, 94 (p. 431, 1-432, 18) ; d’Anastase : Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 412, 13-425, 21) ; de Justin Ier : Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 426, 1-430, 21) ; de Justinien : Const. Porph. De cer. I, 95 (p. 432, 19-433, 9). Parmi les études les plus récentes de ces passages, il faut signaler celle de MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, The Transformation of the Classical heritage 1, 1981, qui replace en perspective les sources littéraires ainsi que les réprésentations artistiques en les confrontant aux descriptions des cérémonies faites par Pierre le Patrice. De la sorte, il s’agit surtout pour elle d’éclairer les partis pris des sources littéraires dans leurs descriptions des couronnements impériaux ainsi que des représentations iconographiques du couronnement en les confrontant aux extraits de Pierre le Patrice. G. Dagron, bien avant son livre sur l’hippodrome de Constantinople (Dagron G., L’organisation…, op. cit., n. 1), s’était déjà penché sur les excerpta de Pierre le Patrice dans Dagron G., Empereur et Prêtre, Étude sur le césaropapisme byzantin, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1996, p. 79-90. Son parti-pris était différent de celui de Sabine MacCormack en ce sens qu’il reprenait les descriptions faites par Pierre le Patrice du protocole à l’œuvre lors des différents couronnements, en analysant particulièrement le jeu entre les différents acteurs institutionnels lors de ces cérémonies.

6 Cette situation remontait aux origines mêmes du principat et à la volonté d’Auguste de camoufler la réalité de son pouvoir royal derrière une restauration des institutions républicaines qui servaient, dès lors, de cadre juridique à l’exercice de sa fonction. Sur cette question, Timpe D., Untersuchungen zur Kontinuität des frühen Prinzipats, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, Historia. Einzelschriften 5, 1962 ; Brunt P.A., « Augustus et la respublica », dans A. Heuss (éd.), La Rivoluzione romana : inchiesta tra gli antichristi, Napoli, Jovene, coll. « Biblioteca di Labeo » 6, 1982, p. 236-244 ; Nicolet C., « L’Empire romain : espace, temps et politique », Ktéma, 8, 1983, p. 163-173 ; Hurlet F., Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome, EFR, « Collection de l’École française de Rome » 227, 1997 ; Hurlet F., « Une décennie de recherches sur Auguste. Bilan historiographique (1996-2006) », Anabases, 6, 2007, p. 187-218.

7 Sur l’idéologie du pouvoir construite par Dioclétien, Seston W., Dioclétien et la Tétrarchie, Paris, De Boccard, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome » 162, 1946, p. 193-230 ; Kuhoff W., Diokletian und die Epoche der Tetrarchie. Das römische Reich zwischen Krisenbewältigung und Neuaufbau (284-313 n. Chr.), Frankfurt am Main, Berlin, Peter Lang, 2001, p. 40-55; Kolb F., Diocletian und die Erste Tertrarchie: Improvisation oder Experiment in der Organisation monarchischer Herrschaft?, Berlin/New York, de Gruyter, 1987.

8 Sur la conception eusébienne de l’idéologie chrétienne de la transmission du pouvoir impérial, MacComack, op. cit., p. 186-187, n. 5; Drake H. A., In Praise of Constantine, a Historical Study and New Translation of Eusebius’Tricennial Orations, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, University of California Publications, Classical Studies 15, 1976; sur la Vita Constantini,Barnes T.D., Constantine and Eusebius, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1981, p. 265-271.

9 Pierre le Patrice lui-même souligne ces différences dans le déroulement des différents protocoles : Const. Porph. De cer., I, 91 (p. 417, 8-12) : νῦν δὲ ἐπενοήθη καὶ ἐν τῷ ἱππικῷ τὰς ἀναγορευìσεις γίνεσθαι. ἀναγκαῖον δὲ ἐνομίσαμεν καὶ ἑτέρων βασιλέων ἀναγορευìσεις ἐν ἐπιτόμῳ γράψαι, ἵνα ἕκαστος τὸ εὐτακτότερον καὶ ἀρέσκον αὐτῷ, καιροῦ γινομένου, ὅπερ βραδέως ὁ Θεὸς ποιήσει, ἐπιλέξηται. « Cependant, nous avons pensé qu’il était nécessaire d’écrire également un résumé des proclamations des autres empereurs, pour permettre à chacun de choisir, le moment venu – que Dieu veuille bien retarder cette échéance – le cérémonial le mieux ordonné et celle [la cérémonie] qui lui conviendra. »

10 Klauser T., « Akklamation », RAC, 1, 1950, p. 213-233. Pour une typologie générale des acclamations dans l’Antiquité tardive, Wiemer H.U., « Akklamationen im spätrömischen Reich. Zur Typologie und Funktion eines Kommunikations-rituals », AKG, 86, 2004, p. 27-73.

11 Ac. 19,28-34 : Ἀκούσαντες δὲ καὶ γενόμενοι πλήρεις θυμοῦ, ἔκραζον λέγοντες, Μεγάλη ἡ Ἄρτεμις Ἐφεσίων. Καὶ ἐπλήσθη ἡ πόλις ὅλη τῆς συγχύσεως : ὥρμησάν τε ὁμοθυμαδὸν εἰς τὸ θέατρον, συναρπάσαντες Γάϊον καὶ Ἀρίσταρχον Μακεδόνας, συνεκδήμους Παύλου. Τοῦ δὲ Παύλου βουλομένου εἰσελθεῖν εἰς τὸν δῆμον, οὐκ εἴων αὐτὸν οἱ μαθηταί. Τινὲς δὲ καὶ τῶν Ἀσιαρχῶν, ὄντες αὐτῷ φίλοι, πέμψαντες πρὸς αὐτόν, παρεκάλουν μὴ δοῦναι ἑαυτὸν εἰς τὸ θέατρον. Ἄλλοι μὲν οὖν ἄλλο τι ἔκραζον : ἦν γὰρ ἡ ἐκκλησία συγκεχυμένη, καὶ οἱ πλείους οὐκ ᾔδεισαν τίνος ἕνεκεν συνεληλύθεισαν. Ἐκ δὲ τοῦ ὄχλου προεβίβασαν Ἀλέξανδρον, προβαλόντων αὐτὸν τῶν Ἰουδαίων. Ὁ δὲ Ἀλέξανδρος, κατασείσας τὴν χεῖρα, ἤθελεν ἀπολογεῖσθαι τῷ δήμῳ. Ἐπιγνόντες δὲ ὅτι Ἰουδαῖός ἐστιν, φωνὴ ἐγένετο μία ἐκ πάντων ὡς ἐπὶ ὥρας δύο κραζόντων, Μεγάλη ἡ Ἄρτεμις Ἐφεσίων. « Remplis de fureur, les auditeurs [les orfèvres] criaient : “Grande est l’Artémis des Éphésiens !” La confusion gagna la ville entière, et les gens se précipitèrent tous ensemble au théâtre, en y entraînant avec eux les Macédoniens Gaïos et Aristarque, compagnons de voyage de Paul. Or Paul voulait rejoindre l’assemblée du peuple, mais les disciples ne le laissaient pas faire, et quelques-uns des dirigeants de la province, qui étaient ses amis, lui envoyèrent un message pour l’exhorter à ne pas s’exposer en allant au théâtre. Les uns criaient une chose, les autres une autre : en effet, l’assemblée était en pleine confusion, et la plupart ne savaient même pas pourquoi ils étaient réunis. Des gens dans la foule expliquèrent l’affaire à un certain Alexandre, que les Juifs poussaient en avant. Celui-ci, faisant un geste de la main, voulait plaider devant l’assemblée. Mais quand on découvrit qu’il était Juif, tous se mirent à crier d’une seule voix pendant près de deux heures : “Grande est l’Artémis des Éphésiens !” » Sur l’analyse de cet événement et l’aspect standardisé de ces acclamations, Robert L., « La date de l’épigrammatiste Rufinus. Philologie et réalité », CRAI, 126, 1982, p. 50-63, part. p. 55-57.

12 Sur cette question, Roueché C., « Acclamation in the Later Roman Empire : New Evidence from Aphrodisias », JRS, 74, 1984, p. 181-199 ; Roueché C., « Acclamations at the Council of Chalcedon », dans R. Price et M. Whitby, Chalcedon in Contexte : Church Councils 400-700, Liverpool, Liverpool University Press, coll. « Translated Texts for Historians », 2009, p. 169-177.

13 Wiemer H.U., « Voces populi. Akklamationen als Surrogat politischer Partizipation im spätrömischen Reich », dans E. Flaig (éd.), Genesis und Dynamiken der Mehrheitsentscheidung, München, Oldenbourg Verlag, coll. « Schriften des Historischen Kollegs. Kolloquien » 85, 2013, p. 173-202.

14 En 27 av. J.-C., Q. Iunius Blaesus est le dernier général n’ayant pas de liens familiaux avec la famille impériale, à recevoir l’autorisation d’être acclamé imperator par ses troupes (Tac. Ann. 3, 74). Sur l’importance d’être salué imperator dans l’idéologie impériale, Béranger J., Recherche sur l’aspect idéologique du principat, Basel, Verlag Friedrich Reinhardt, 1953, p. 50-55.

15 Alfödi A., « Die Ausgestaltung des monarchischen Zeremoniells », MDAI (A), 49, 1934, p. 1-118 (82-83).

16 Sur les acclamations poussées lors de miracles païens et chrétiens : Peterson E., Eis Theos. Epigraphische, formgeschichtliche und religionsgeschichtliche Untersuchungen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1926, p. 213. Sur les acclamations lors de l’élection d’un évêque : Aug. Ep. 213 ; Sid. Ap. Ep. IV, 25, 4.

17 Saül: 1 Sm, 10,24; Salomon: 1 R, 1,39.

18 Pan. Lat. VII, 8, 2-3.

19 Dionis Continuation, 10, 6 (FHG IV, 197).

20 Par exemple, Themistios. Or. 1, 4 bc ; 6b ; 73c-74a.

21 L’Hebdomon, τὸ ̔Έβδομον, était un faubourg de Constantinople se situant à sept miles du Milion sur la Via Agnatia sur les bords de la mer de Marmara. Dès le IVe siècle, l’armée d’Orient pouvait y camper dans une plaine appelée Kampos – en écho au campus martius romain – et un tribunal y fut dressé. Il devint alors le point de départ des triomphes impériaux de l’époque. L’empereur Valens, le premier, s’y fit couronner en 364 puis ce fut également le cas d’Arcadius en 383, d’Honorius en 393, de Théodose II en 402 et de Marcien en 450. Janin R., Constantinople byzantine : développement urbain et répertoire topographique, Paris, Institut français d’études byzantines, Archives de l’Orient chrétien 4A, 19642, p. 446-449.

22 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 1-3).

23 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 410, 13 ; p. 411, 3) : εἰσάκουσον, ὁ Θεὸς, σὲ παρακαλοῦμεν. ἐπάκουσον, ὁ Θεός Λέοντι ζωή. εἰσάκουσον, ὁ Θεός Λέων βασιλευìσει. Θεὲ φιλάνθρωπε, Λέοντα βασιλέα τὸ πρᾶγμα τὸ δη μόσιον αἰτεῖ ὁ στρατὸς Λέοντα βασιλέα αἰτεῖ Λέοντα οἱ νόμοι ἐκδέχονται Λέοντα τὸ παλάτιον ἐκδέχεται αὗται εὐχαὶ τοῦ παλατίου αὗται ἐντευìξεις τοῦ στρατοπέδου αὗται εὐχαὶ τῆς συγκλήτου αὗται εὐχαὶ τοῦ λαοῦ Λέοντα ὁ κόσμος ἀναμένει Λέοντα ὁ στρατὸς ἐκδέχεται τὸ κοινὸν καλὸν, Λέων, ἐλθέτω τὸ κοινὸν ἀγαθὸν, Λέων, βασιλευìσει εἰσάκουσον, ὁ Θεὸς, σὲ παρακαλοῦμεν.

24 Sur le consensus omnium, MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., p. 248-250, n. 5.

25 Sur le couronnement par le torque, Teitler H., « Raising on a Shield: Origin and Afterlife of a Coronation Ceremony », International Journal of the Classical Tradition, 8.4, 2002, p. 501-521.

26 Const. Porph. De cer. 411, 9-13: Λέων αὔγουστε, σὺ νικᾷς, σὺ εὐσεβὴς, σὺ σεβαστός · ὁ Θεός σε ἔδωκεν, ὁ Θεός σε φυλάξει τὸν Χριστὸν σεβόμενος ἀεὶ νικᾷς πολλοὺς χρόνους Λέων βασιλευìσει χριστιανὸν βασίλειον ὁ Θεὸς περιφρουρήσει.

27 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 18-21): καὶ δυνατὸς καὶ νικητὴς καὶ σεβαστὸς, εὐτυχῶς, εὐτυχῶς πολλοὺς χρόνους, Λέων αὔγουστε, βασιλευìσεις τοῦτο τὸ βασίλειον ὁ Θεὸς φυλάξει χριστιανὸν βασίλειον ὁ Θεὸς φυλάξει.

28 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 23-25): ὁ Θεὸς ὁ παντοδυìναμος καὶ ἡ κρίσις ἡ ὑμετέρα, ἰσχυρώτατοι συστρατιῶται, αὐτοκράτορά με τῶν τῶν Ῥωμαίων δημοσίων πραγμάτων εὐτυχῶς ἐξελέξατο.

29 Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 412, 1-4): Λέων αὔγουστε, σὺ νικᾷς ὁ σὲ ἐκλεξάμενος σὲ διαφυλάξει τὴν ἐκλογὴν ἑαυτοῦ ὁ Θεὸς περιφρουρήσει. εὐσεβὲς βασίλειον ὁ Θεὸς φυλάξει. καὶ εὐσεβὴς καὶ δυνατός.

30 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 417-p. 423); Evagr. HE III, 29; Theoph. AM 5982, 5983.

31 Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 426-p. 428).

32 Concernant le double couronnement d’Anastase Ier : Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 423, 7-17) ; pour Justin Ier : Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 429, 3-10).

33 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 424, 2-18) : ἄφθονα τῇ οἰκουμένῃ ὡς ἔζησας, οὕτως βασίλευσον ἁγνοὺς ἄρχοντας τῇ οἰκουμένῃ (…) Κυìριε, ἐλέησον υἱὲ Θεοῦ, σὺ αὐτὸν ἐλέησον. Ἀναστάσιε αὔγουστε, τουìμβηκας εὐσεβῆ βασιλέα ὁ Θεὸς φυλάξει ὁ Θεός σε ἔδωκεν, ὁ Θεός σε φυλάξει (…) ἄξιε τῆς βασιλείας, ἄξιε τῆς τριάδος, ἄξιε τῆς πόλεως. τοὺς δηλάτορας ἔξω βάλε.

34 Const. Porph. De cer. I, 93 (p. 429, 21-p. 430, 14) : ἄφθονα τῇ οἰκουμένῃ ὡς ἔζησας, οὕτω βασίλευσον ·ἄφθονα τῇ πολιτείᾳ βασιλεῦ οὐράνιε, σῶσον τὸν ἐπίγειον. Ἰουστῖνε αὔγουστε, σὺ νικᾷς τοῦ νέου Κωνσταντίνου πολλὰ τὰ ἔτη. ἡμεῖς δοῦλοι τοῦ βασιλέως. […] υἱὲ Θεοῦ, σὺ αὐτὸν ἐλέησον σὺ αὐτὸν ἐπελέξω σὺ αὐτὸν ἐλέησον Ἰουστῖνε αὔγουστε, σὺ νικᾷς (…) ἄξιε τῆς βασιλείας, ἄξιε τῆς τριάδος, ἄξιε τῆς πόλεως !

35 Epictète emploie ainsi cette formule dans ses entretiens (Épictète Diss. II, 7, 12). Sur l’utilisation de Kyrios pour désigner l’empereur dans le culte impérial, Dölger F.J., Sol Salutis. Gebet und Gesang im christlichen Altertum: mit besonderer Rücksicht auf die Ostung in Gebet und Liturgie, Münster, Aschendorff, Liturgiegeschichtliche Forschungen 4-5, 1925, p. 77-82.

36 À la fin du IVe siècle, l’utilisation de cette formule est attestée par Egeria qui précise, dans la relation de son voyage, que des fidèles pronçaient cette acclamation dans des litanies lors de la cérémonie des vêpres à Jérusalem (Peregrinatio Aetheriae XXIV, 5). On la retrouve également dans le livre VIII des Constitutions Apostoliques (Constitutiones apostolicae VIII, 6, 3-4 ; 10). Baldovin J., The Urban Character of Christian Worship: The Origins, Development, and Meaning of Stational Liturgy, Rome, Institut pontifical biblique, 1987, p. 241-247.

37 Sur la présence quasi ininterrompue des empereurs dans la capitale impériale à partir du règne de Théodose Ier, Dagron G., Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque byzantine » 7, 1974, p. 85-86.

38 On retrouve également l’idée qu’Anastase a été choisi par Dieu dans les panégyriques de Procope de Gaza et de Priscianus (Proc. Gaz. Pan. 5 ; Priscian. Pan., 1-7). La même affirmation se retrouve dans le panégyrique de Corippe dédié à Justin II : Coripp. Iust. I, 365-367.

39 Bury J.B., « The Ceremonial Book of Constantine Porphyrogennetos », EHR, 22, 1907, p. 209-227; Brightman F.E., « Byzantine Imperial Coronations », JThS, 2, 1901, p. 359-392; Sickel W., « Das byzantinische Krönungsrecht bis zum 10. Jhdt. », ByzZ, 7, 1898, p. 511-557; Charanis P., « Coronation and its Constitutional Significance in the Later Roman Empire », Byzantion, 15, 1941, p. 49-66.

40 Treitinger O., Die oströmiche Kaiser-und Reichsidee nach ihrer Gestaltung im höfischen Zeremoniell. Vom oströmischen Staats-und Reichsgedanken, Darmstadt, H. Gentner, 1956, p. 13, 26, 34-43.

41 MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., no 5, p. 242-243.

42 Dagron G., Empereur, op. cit., no 5, p. 103-104.

43 Pour Léon Ier, Const. Porph. De cer. I, 91 (p. 411, 8-9) ; pour Anastase Ier, ibidem, I, 92 (p. 423, 9-10) ; pour Justin Ier, ibidem, I, 93 (p. 429, 4-6).

44 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 419, 16-p. 420, 6).

45 Si les privilèges du siège de Constantinople firent l’objet des canons concilaires 9 et 17, le canon 28, jamais reconnu par le siège romain, du concile faisait du patriarchat de Constantinople l’égal de Rome. Pour les textes des canons concilaires de Chalcédoine, Alberigo G., Les conciles oecuméniques, vol. 2 : l’Histoire, Paris, Éditions du Cerf, Le Magistère de l’Église, 1994, p. 179-233. Pour une analyse historique, Alberigo G., ibid., vol. 1, p. 101-103 ; Mayeur J.-M., Pietri L. et alii (éd.), Histoire du christianisme, vol. 3 : Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris, Fleurus, p. 150-165.

46 Theoph. AM 5942 qui précise que Pulchérie convoqua le Sénat et le patriarche pour procéder à l’investiture de Marcien.

47 Il faut notre d’ailleurs que le Chronicon Paschale ne mentionne pas la présence d’Anastasios. Chron. Pasch. 450.

48 Theoph. AM 5950.

49 Dagron G., Empereur…, op. cit., no 5, p. 103.

50 Theoph. AM 5961; Prisc. fr. 20; Proc. BV I, 5, 7.

51 Peut-être est-ce également l’explication la plus logique à la présence d’Anatolios au couronnement de Marcien en 450 qui s’était fait sans l’assentiment de son collègue d’Occident Valentinien III.

52 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 419, 16-p. 420, p. 420, 11).

53 Const. Porph. ibidem, I, 92 (p. 422, 14-21).

54 Theoph. AM 5982; 5983.

55 Const. Porph. De cer. I, 92 (p. 423, 13-16).

56 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 427, 4-6).

57 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 428, 19-p. 429, 2).

58 Const. Porph. ibidem, I, 93 (p. 429, 6-10).

59 Pour Léon II : Const. Porph. ibidem, I, 94 (p. 432, 5-9) ; pour Justinien : Const. Porph. ibidem, I, 95 (p. 6-9). Il faut noter qu’aussi bien Léon Ier que Justin Ier sont gravement malades lorsque se déroulent ces cérémonies.

60 Acace dans le cas du couronnement de Léon II, Épiphane dans le cas de Justinien.

61 ContraDagron G, Empereur…, op. cit., no 5, p. 103 pour qui ce serait Justinien qui couronnerait son successeur.

62 Theoph. AM 6070; Evagr. HE V, 13; Joh. Eph. HE III, 3.

63 Dagron G., Empereur …, op. cit., no 5, p. 104.

64 Sur le caractère sacré en propre du pouvoir en Orient, Dagron G., « Réflexion sur le cérémonial byzantin », Palaeoslavica, International Journal for the Study of Slavic Medieval Literature, History, Language and Ethnology, X, 1, 2002, p. 26-36.

65 MacCormack S., Art and Ceremony in late Antiquity, op. cit., no 5, p. 196-205.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search