Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Première section. Langages et discours : ce qu’être « bâtard » veut dire

Bâtard et fils a putain : du titre à l’insulte

Étude diachronique des insultes par ricochet sur la filiation illégitime (xie-xvie s.)1

Bastard and Fils a putain: Status Markers or Insults?

Dominique Lagorgette

Résumé

À partir de l’étude d’un corpus diachronique de textes littéraires et non littéraires du Moyen Âge, nous dresserons un panorama des sens et usages de « bastard » ainsi que d’un terme qui lui est souvent associé (« fils a putain »). D’origine incertaine et polémique (et l’on appréciera la mise en abyme que crée la seule recherche étymologique), ce terme est loin d’avoir des emplois réguliers puisqu’il peut renvoyer soit à du dénigrement, soit au statut social de l’être auquel on réfère. Les usages littéraires, dans la mesure où ils renvoient à des représentations de groupes sociaux, nous paraissent être un miroir raisonnablement fiable pour éclaircir la manière dont ce mot peut parcourir l’ensemble de l’échelle axiologique, mais ils ne sont pas suffisants ; aussi sont aussi étudiés des textes juridiques et des récits historiques. Il apparaît en définitive que « bastard » n’a pas acquis sa valeur d’insulte avant le XIXe siècle : cette insulte par ricochet, insultant autrui mais blessant le récepteur, est tout à fait moderne et récente.

Based on the analysis of a diachronic corpus of literary and non literary medieval French texts, this study presents the various meanings and uses of the word “bastard” and its correlate, fils a putain. Its origin being yet uncertain, bastard is used in the corpus either as a term marking politeness and deference through the reference to an established social status (majority of the cases) or as an insult through the reference to the presumed illegitimate birth status of the child. Literary examples represent social groups in an artistic way, and even if they offer a rather good sample of social representations, they may not show the whole spectrum of the uses, so a further corpus of legal data (criminal registers, sentences) and historical testimonies (chroniques) is also examined. Eventually, it appears that bastard acquired its negative value as a ricochet insult (disparaging A in order to insult B) only recently.

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41355-P du Ministerio de Eco (...)

1Dans une société fondée sur les liens filiaux pour définir l’individu mais aussi la transmission des terres et des biens, alors que les noms propres et les dénominations individuelles rappellent des caractéristiques morales, on peut imaginer que le fait d’être un enfant illégitime constitue l’un des handicaps les plus lourds qui soit – surtout si l’un des parents appartient à une catégorie sociale ayant vocation à ne pas se reproduire, comme le clergé. Descendre d’un être qui a promis de n’en pas procréer n’est donc pas le meilleur passeport vers une vie heureuse, puisque l’on peut être perçu comme le résultat d’une transgression, qui plus est de tabous religieux. Il ne semble guère étonnant dès lors que la filiation illégitime constitue traditionnellement l’un des pôles injurieux les plus universels et stables de l’interpellation qui vise à blesser autrui : quelles que soient la culture et l’époque envisagées, les insultes portant sur les mœurs des parents, et en particulier sur celles de la mère, mais aussi sur les origines de la lignée sont considérées comme étant les plus graves. À partir de là, le terme « bâtard », associé à son corollaire « fils de X », qui est l’une des insultes les plus répandues à travers le temps en français, mérite une étude diachronique. On pourrait en effet s’attendre à ce que son histoire soit bien connue, et pourtant la consultation des différents dictionnaires ne révèle qu’incertitudes sur l’origine du terme, le plongeant de fait dans une somptueuse mise en abyme sémantique. Nous tenterons donc tout d’abord, à partir de l’étude d’un corpus diachronique (littéraire et non littéraire) de retracer l’histoire de ce terme, puis de déterminer à quel moment des valeurs axiologiques négatives lui ont été associées : le terme est-il intrinsèquement péjoratif, comme les dictionnaires s’accordent à le préciser ? Et si ce n’est pas le cas, quand peut-on voir se mettre en place ce changement ?

Origines obscures, usage variable

  • 2 Consultable en ligne : http://atilf.atilf.fr/tlfi.htm.
  • 3 Voir aussi Lett D., L’Enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Pa (...)
  • 4 Mémoires t. 1, v. 1470, p. 108, ap. DMF.
  • 5 Lagorgette D., « Les insultes par ricochet (fils de, cocu et consorts) : de quelques avanies du lex (...)

2Comme le précise le Trésor de la Langue Française informatisé (TLFi)2, un bâtard est une personne « qui est né[e] de parents dont l’union n’est pas reconnue par la loi. Synonyme : naturel, illégitime ». On notera d’emblée que c’est l’union qui n’est pas reconnue et non l’enfant, ce qui laisse de vastes possibilités de nuances, ainsi que le rappellent de nombreuses communications du présent volume, notamment3. Et il n’est pas rare, comme nous le verrons plus tard, que l’enfant ainsi désigné soit estimé tant de ses parents que de son entourage social. En un mot, et pour reprendre ceux d’Olivier de la Marche, qui écrivait à la fin du XVe siècle : « Et Jehan nacquist bastard quant à l’heritaige, [et] fut legitime par vertueuses euvres4. » Comme l’ont souligné de nombreux historiens, l’histoire de la notion, et, ajoutons, de son terme, est loin d’être aussi simple que les usages contemporains pourraient le laisser imaginer. Si le mot est actuellement une « insulte par ricochet5 », en cela qu’elle stigmatise le comportement d’un tiers dont doit rougir l’insulté alors qu’il/elle n’a aucune responsabilité ni même aucun rôle actif dans l’acte infamant dénoncé, mais aussi une insulte de solidarité, ne visant pas la blessure mais la connivence, la référence au statut de la naissance semble avoir plus ou moins disparu des usages – ce qui est tout à fait logique étant donné que bon nombre de parents ne passent plus par une union reconnue par la loi avant de procréer. Alors que « bâtard » fait régulièrement la une des journaux à l’heure actuelle, qu’il soit prononcé par des élèves de ZEP ou un ancien président de la République, le moins que l’on puisse dire est que son sens est vague et nous montrerons maintenant que ce flou remonte à ses origines.

Un étymon incertain

3La première attestation en français dans le TLFi date du Domesday-Book, texte anglo-normand de 1089, glosé par « (celui) qui est né hors du mariage ». Mais d’où vient ce terme ? Si l’on en croit le même dictionnaire, rien n’est sûr :

« Le Mot [est] attesté en lat[in] médiév[al] sous la forme bastardus, dep[uis] 1010, domaine cat[alan] [une grande part[ie] de la Catalogne était incluse dans la Marche d’Espagne à l’intérieur de l’Empire franc]. » (Valls I Taberner, Els origens dels comtats de Iallars i Ribagorça, p. 38 dans Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae.)

  • 6 Consultable en ligne : http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/.
  • 7 Le DMF est remis à jour dans sa version électronique et inclut graduellement le Französisches Etym (...)
  • 8 Consultable en ligne : http://www.anglo-norman.net/.

4Lorsque l’on consulte ensuite pour le mot français bastart/d les différents dictionnaires tels que celui de Frédéric Godefroy (1880-1895)6, le Dictionnaire du moyen français (fin du XXe s.)7, ou encore l’Anglo-Norman Dictionary (1947, remis à jour dans sa version électronique)8, hormis bastardus, aucun autre étymon n’est proposé. Le Franzosisches Etymologisches Wörterbuch (FEW) précise quant à lui dans sa version initiale que l’étymon est obscur, version par ailleurs reprise par le TLFi :

« L’orig[ine] de bastardus est obsc[ure]. Selon l’hyp[othèse] la plus vraisemblable (Lothar Wolf, v[oir] bibliographie), il serait empr[unté] au germ[anique] *banstu- à travers les formes propres au domaine ingvéon [germ[anique] de la mer du Nord : a[ancien] fris[on], a[ncien] sax[on], d’où a[ncien] angl[ais] qui ont subi la chute de la nasale devant une fricative, comme l’a[ncien] fris[on] “union conjugale” (v. aussi Vries Anord de, s.v. Bestla) ; il conviendrait alors de supposer à côté de l’a[ncien] fris[on] une forme à voyelle non assourdie *bast ; le germ[anique] *banstu- qui aurait pu signifier “mariage avec une seconde femme de rang plus bas” se rattache à la racine i[ndo]-e[uropéenne] *bhendh- “lier” (cf. IEW t. 1, p. 127) ; à ce rad[ical] a été joint le suff[ixe] -ard* des anthropon[ymes] germ[aniques], la nuance péj[orative] est peut-être due à la condamnation de la polygamie germanique par la morale chrétienne. Supposant le même point de départ germ[anique], mais remarquant le petit nombre de mots ingvéons passés en gallo-rom[an] (cf. cependant épeautre) V. Günther dans FEW t. 15, 1, p. 74b préfère expliquer bastard par l’a[ncien] nord[ique] *bástr, forme qui n’est cependant pas attestée. L’hyp[othèse] de bastard issu du syntagme fils, fille de bast (XIIIe s. dans Godefroy), littéralement “conçu ou né sur un bât” c’est-à-dire au hasard de la vie des muletiers (Diez ; Spitzer) altéré ultérieurement en “fils de bas”, du lat[in] bassus (Du Cange t. 1, p. 596c) fait difficulté des points de vue chronol[ogique] et géogr[aphique] (le suff[ixe] et la localisation des plus anc[iennes] attest[ations], v. aussi Mittellat. W. s.v., semblant plaider pour une orig[ine] germ[anique] et non mérid[ionnale]) et paraît incompatible avec les plus anc[iennes] attest[ations] lat[ines] où le mot est dépourvu de valeur affective. Pour cette dernière raison, l’hyp[othèse] d’un étymon got[ique] *bansti “grange” (Brüch, v. bbg. ; REW) fait aussi difficulté. »

  • 9 Nyrop K., Linguistique et histoire des mœurs. Mélanges posthumes, trad. E. Philipot (1872-1950), P (...)

5Quelques recherches se rallient pourtant à l’hypothèse « fils de bast ». Nous retiendrons en particulier celle de Kristoffer Nyrop sur « les dénominations des enfants illégitimes9 », qui est encore à ce jour la plus complète car il s’agit d’une longue étude comparative des termes du paradigme de la filiation en Europe.

« Fils de bast »

  • 10 Ibid., p. 118.
  • 11 Ibid., p. 119.

6Classant les différentes dénominations des enfants issus de relations extra-conjugales, Nyrop regroupe ces noms selon plusieurs pôles sémantiques : le lien à la mère ou au père, les références métaphoriques aux hybrides animaux, ou encore le lieu de la conception, soit hors du lit matrimonial. On trouve ainsi pour le français champis (conçu dans les champs) et bastard. Le terme viendrait de l’expression « fils/fille de bast », le bast étant la selle des bêtes de somme. D’après K. Nyrop, qui renvoie à plusieurs récits des XVe et XVIe siècles montrant cette scène, le muletier aurait employé le bast « en guise de bois de lit » lorsqu’il se déplaçait, lit sur lequel il était quelques fois rejoint par une servante pour une furtive idylle. Frédéric Godefroy, dans son dictionnaire, présente plusieurs exemples où l’expression « fil/fille de bas(t) » est attestée jusqu’au XIVe siècle comme équivalent de bastard. Comme le précise K. Nyrop10, ce mot se trouve dans de nombreuses langues d’Europe, en Scandinavie (ancien nordique Bastrardhr, danois Bastard), en anglais (bastard), en italien et en espagnol (bastardo) ou encore dans les langues slaves (polonais et russe, bastard). Nyrop attribue le succès de « l’adoption » du terme français par les autres langues au fait qu’il fournissait « un euphémisme commode et élégant. […] Il permettait d’éviter les termes indigènes grossiers ; il embellissait presque la chose, ce qui avait son importance, surtout quand il s’agissait des enfants illégitimes de princes ou de hauts prélats11 ». On notera que les sens négatifs ne sont donc pas présentés comme intrinsèques – comme le notait du reste le TLFi.

« Fils de celui qui a porté le bast »

  • 12 Gonthier N., « Sanglant Coupaul! » « Orde Ribaude ! » Les injures au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2007, (...)

7Toutefois, d’autres hypothèses continuent à circuler : ainsi, Nicole Gonthier reprend-elle celle de Jean-Pierre Poly12 :

« L’origine du mot contient déjà toute son indignité. Le terme est en effet mis à la mode au IXe siècle, lorsque Louis le Pieux réintroduit, pour châtier les crimes d’adultère et de fornication une procédure infamante très ancienne, jadis destinée à humilier publiquement les hommes qui avaient manqué de courage au combat. L’armiscara consiste à mettre une selle sur le dos de l’homme qui a entretenu une concubine ou un concubin à porter sur son dos l’objet de ses amours illicites jusqu’au lieu public où celui-ci sera fustigé. Ainsi bâté et chevauché, l’homme est réduit à une créature passive et méprisable, du fait de sa débauche. Pour désigner l’enfant de ces amours adultères, le mot de bastier ou bastart, “fils de celui qui a porté le bât” s’impose désormais (ap. J.-P. Poly, p. 318-319). Afin de promouvoir le mariage chrétien, les clercs du haut Moyen Âge et les souverains qui ont soutenu cette politique missionnaire, ont dénié honneur et droits aux bâtards, qu’ils ont associés aux bouffons, aux histrions, aux serfs et aux criminels dans la liste des personnes viles et infâmes, dont on rejetait le témoignage en justice (ap. J. P. Poly, op. cit., p. 552, note 209). Cependant la condition des bâtards ne demeure pas aussi dépréciée : l’Église elle-même imagine des dispenses qui permettent à l’enfant illégitime de s’intégrer dans la société et lui offre parfois le secours de son droit pour obtenir une certaine reconnaissance. Selon les époques et les milieux sociaux, la bâtardise est tout à fait honorable ou dégradante. »

8Nous voici donc au final avec deux origines possibles pour le même terme. La grande différence entre les deux est que la lecture de K. Nyrop ne met pas en valeur une quelconque valeur négative tandis que celle de J.-P. Poly, telle que relayée par N. Gonthier, au contraire, place le terme dès ses origines du côté du lexique infamant. Les exemples produits pour le moyen français par cette dernière, nous le verrons plus loin, rattachent en effet le terme à des processus de dénigrement par le rappel de l’origine.

9Influant certainement sur la perception des valeurs sémantiques du terme, sa finale en-ard, suffixe péjoratif par excellence, est trompeuse : n’oublions pas que l’étymon, transféré quasiment tel quel par les clercs bilingues du latin vers le français, ne contient a priori aucun élément négatif, puisqu’il s’agit de la finale en-ardus latine (attestée pour bastard par le TLFi depuis 1010) qui n’a pas cette valeur dans sa langue d’origine. Pour les mots français, comme le précise K. Nyrop :

  • 13 Nyrop K, Grammaire historique de la langue française, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1903, § 352, (...)

« § 352. ARD. Ce suffixe, qui ne se retrouve qu’en français et en italien, provient de la terminaison -hart, employée dans des noms de personnes composés : Adalhart, Bernhard, Eberhart, Eginhart, Reginhart, etc. Beaucoup de ces noms passent en français […]. Des noms propres, le suffixe -ard passe aux noms communs (substantifs et adjectifs), comme le montrent bâtard, couard, gaillard, richard, vieillard, qui remontent tous à l’époque gallo-romane. Plus tard, il s’adapte aussi aux thèmes verbaux : vfr. baillart, frappart (bourreau), huart. L’emploi de ce suffixe est toujours allé en augmentant, et il est de nos jours plus vivant et plus productif que jamais13. »

  • 14 Voir les chapitres de Carole Avignon, Sophie Coussemacker, Véronique Demars et Michel Nassiet.

10De plus, et comme le soulignent plusieurs contributeurs de cet ouvrage14, de nombreuses autres appellations étaient disponibles en latin, renvoyant à des types d’unions transgressives bien plus graves (telles que l’inceste, ou l’enfantement par une prostituée). Parallèlement, l’expression fils a putain, en français, est attestée depuis le Roman de Thèbes (roman antique anglo-normand de la première moitié du XIIe s.), où on la trouve au sein d’une série de naissances illégitimes et hautement à risque :

  • 15 Extrait du Roman de Thèbes, v. 63-68, éd. Constans. Nous faisons apparaître en gras dans les exemp (...)

(1) « Petiz enfes, por quei fus nez ?/ Por quei fus onques engendrez ?/ Por qual forfait et por qual tort,/ Petiz enfes, recevras mort ?/ Ja n’iés tu pas fiz de putain,/ Ne de moine ne de nonain15. »

11Dans cet extrait, la mère d’Œdipe vient d’apprendre que, suite à la prophétie faite à son époux, leur enfant devra mourir. Aussi doit-on voir dans cette lamentation la justification du sauvetage par ruse qu’elle opérera : l’enfant, fils de roi et de reine légitimement unis, ne devrait pas connaître le sort malheureux des enfants dont elle trace la liste. Le mot bastard est absent de ce passage alors qu’il est ailleurs présent en co-occurrence avec fils a putain, précisément, comme nous le verrons plus loin.

  • 16 Ce trait caractérise ce que nous avons nommé les « insultes lexicales usuelles », à savoir les mot (...)
  • 17 Nous analysons le terme avec ses variantes graphiques (bastart, bastard) et ses dérivés (féminin e (...)
  • 18 Base de Français Médiéval (BFM 2013) en ligne : http://txm.bfm-corpus.org/.
  • 19 Anglo-Norman Hub, en ligne : http://www.anglo-norman.net/s-kwic-start.shtml.
  • 20 Fabliaux et farces essentiellement, dont les références sont données dans les exemples.

12En résumé, se posent donc deux questions : quel sens prend bastard dans les textes médiévaux et a-t-il intrinsèquement une valeur péjorative ou, plus précisément encore, appartient-il aux insultes ? Et si tel est le cas, est-ce dès son apparition dans le lexique, selon l’hypothèse de J.-P. Poly, ou au contraire cette valeur s’est-elle ajoutée au fil du temps, selon l’hypothèse de K. Nyrop, lui permettant alors d’accomplir l’acte d’insulter autrui par sa seule énonciation16 ? Pour répondre à ces questions, nous commencerons par relever et classer les occurrences sans valeur péjorative de ce mot17 afin d’en préciser les sens, puis nous examinerons les emplois marquant un jugement du locuteur. Notre corpus recoupe des relevés effectués dans des bases de données en ligne (Base de Français Médiéval18, Anglo-Norman Hub19, DMF, Frantext), ainsi que dans des textes du XIIe au XVIe siècle20

Un statut social et un état

  • 21 Nous avons écarté des résultats les occurrences renvoyant à des animaux ou des objets.
  • 22 Lagorgette D., « Les insultes par ricochet », art. cit., p. 12.

13On notera tout d’abord que l’étude globale du corpus diachronique met en relief un effet de genrage : en effet, le terme a essentiellement des référents masculins lorsqu’il renvoie à un humain21 ; la même tendance avait été notée pour « fille de22 ». De plus, les quelques occurrences n’émergent pas avant le moyen français, que ce soit en France du Nord ou en Angleterre :

14Nous verrons maintenant quels sont les emplois du terme avec référent masculin. On distinguera tout d’abord dans le corpus médiéval les occurrences où bastard apparaît seul ou au contraire qualifié.

Un lien familial

15En ce qui concerne les usages nus, c’est-à-dire non qualifiés, on peut ainsi noter que le terme renvoie à la description d’un état référant à l’illégitimité de la naissance alors que l’enfant est reconnu par son père (ce qui exclut spurius et manser) ; il s’agit alors d’un désignatif de statut familial (kinship terms, dans la littérature anglo-saxonne issue de l’ethnologie et de l’anthropologie) qui peut être mis sur le même plan que « fils » ou « fille » avec lesquels il pourrait commuter :

(2.a) « Sire, di-ge, je le veuil bien, mais ce n’est pas chose deue de bastards faire hoirs de terre. » (Froissart, Chroniques. M., XII, c. 1375-1400, p. 71, ap. DMF.)
(2.b) « Grant deuil et grant regretz fit le bon duc à part de son bastard, que moult aymoit. » (Olivier de la Marche, Mémoires t. 2, c. 1470, p. 270, ap. DMF.)
(2.c) « Si avoit aussi .j. sien bastart qui avoit a nom Quir Thodre moult vaillant homme auquel il leissa une partie de la Blaquie. » (Chronique de Morée, 1320-1324, § 212, p. 76, ap. BFM.)

16Ces emplois sont fréquents dans des textes de témoignage, de type chroniques ou mémoires. Dans la logique renvoyant à des termes familiaux, il n’est pas étonnant que bastard puisse aussi être employé par l’un des parents exactement comme s’il renvoyait à n’importe quel autre lien du sang, y compris dans du discours direct de première personne, et on le trouve d’ailleurs dans une énumération incluant d’autres statuts familiaux (ici les neveux) :

(2.d) « – En la compaignie des conquerans sont mes nepveurs et mon bastard, et si bon nombre de mes subgectz et serviteurs, que à l’aide de Dieu ilz soubtiendront bien jusques à ma venue. » (Olivier de la Marche, op. cit., t. 2, p. 40, ap. DMF.)

17Cet usage de bastard en tant que terme précisant le lien familial est relativement régulier dans l’ensemble du corpus de la BFM, où il représente 11,4 % des occurrences (7 sur 61).

18Dans le même champ sémantique, on notera que bastard est aussi souvent employé comme adjectif qualificatif, le plus souvent comme épithète de fils :

(3.a) « […] autres filz bastars avoit,/ Tous chevaliers, qu’amer devoit. » (Christine de Pizan, M.F., III, 1400-1403, p. 55, ap. MF.)

19On relève ce groupe nominal fils bastart tant dans du discours direct (ex. 3.b) que dans de la narration, où il peut être en apposition au nom propre qu’il précise (ex. 3.c) :

(3.b) « Se por ce sont mi fil bastart,/foi que je doi sainte Marie. » (Roman de Renart, branche I., v. 3187-3189, c. 1180, ap. Frantext.)
(3.c) : « Et pour ce alla le duc à Lucembourg, et renouvela leurs seremens, et tousjours leur laissa Cornille, son filz bastard, qui les gouvernoit et tenoit en moult bonne justice. » (Olivier de La Marche, op. cit., t. 2, p. 207, ap. DMF.)

20Cet usage « Nom Propre (NP) + fils bastart » reste cependant minoritaire lorsqu’on le compare aux attestations où bastard (dans le corpus de moyen français en particulier) fonctionne comme s’il était un titre puisque toutes montrent une propension du terme à jouer le rôle de marqueur de statut social, dans le même mouvement que les titres nobiliaires ; le DMF donne du reste cette définition pour le terme.

Un titre et un statut

21On relève en effet essentiellement des emplois de bastard suivi du partitif et d’un NP comme appellation d’usage (ex. 4.a), à l’instar d’un titre comme duc ou chevalier avec lesquels il pourrait commuter (et d’ailleurs un titre de politesse peut précéder le statut, comme en 4.b et 4.c) :

(4.a) « Les Gantois, obstinez et perseverans, s’esmeurent de rechief, et firent cappitaine de la Verde Tente ung nommé le bastard de Blanc Estrain. » (Olivier de la Marche, op. cit., t. 2, p. 286, ap. DMF.)
(4.b) « Mais Dieu y admena monseigneur le bastard et son armée, qui prestement prindrent terre […]. » (Ibid., t. 3, p. 39, ap. DMF.)
(4.c) « Auquel logis pour luy faire compaignie disnerent avecques lui monsieur le grant bastard Mathieu de Bourbon, monsieur le mareschal de Gyé, et plusieurs autres grans seigneurs, desquelz il fut honnorablement receu et festié, tout aux despens du roy. » (André de la Vigne, Le Voyage de Naples, c. 1495, p. 309, ap. DMF.)

  • 23 Stowell W. A., Old French Titles of Respect in Direct Address, Baltimore, J. H. Furst Company, 190 (...)

22Ainsi que le pointe la glose en (4.c), le rang du personnage est très élevé dans l’échelle sociale, et l’adjonction de l’épithète « grant » souligne encore cette appartenance aux plus hautes sphères. Si l’enfant est bien né illégitime, il n’en a pas moins droit à la déférence qui suit sa reconnaissance, dans la mesure où sa noble lignée lui est reconnue et lui attribue des privilèges ; bastard ne saurait dans ces cas avoir la moindre connotation négative, il sert strictement à souligner la position dans l’arborescence familiale, opérant en quelque sorte verbalement le rôle de la brisure sur les armoiries. On notera toutefois que bastard n’est jamais répertorié dans la littérature linguistique sur les titres de politesse : ainsi, l’étude remarquable de William Stowell23 n’en fait-elle pas état, mais cette absence peut être due à la période envisagée, qui s’arrête à 1350, et nous ne relevons pas dans les corpus d’occurrences de type « titre » avant le XVe siècle ; c’est en effet essentiellement durant la phase dite du moyen français (XIIIe-XVe s.) que le terme voit croître ses taux d’occurrence.

  • 24 Lagorgette D., Désignatifs et termes d’adresse dans quelques textes en moyen français, thèse dacty (...)

23De nombreux emplois en apposition reproduisent la structure que nous avons appelée « génitif social », à savoir les formules de type « Nom Propre (NP) 1, fils/fille de NP2 »/« NP1, femme/veuve de NP2 », très communes dans la littérature24, et qui renvoient plutôt à un statut social, rappelant au préalable le lignage mais aussi l’autorité supérieure de tutelle :

(5.a) « Celluy jour conduisoit les archiers ledit messire Jehan, bastard de Renty […]. » (Olivier de la Marche, op. cit., t. 2, p. 247, ap. DMF.)

24De nombreux textes mettent ainsi en place des chaînes de référence qui présentent d’abord le lignage du personnage grâce aux structures du génitif social puis le résument à son appellation d’usage :

(5.b) « Et, au lendemain, vint ung petit messaige secretement, qui apporta ung petit brief au roy Amydas, ouquel brief estoient les noms de ceulx qui s’assembloient pour lui venir courrir sus, c’est assavoir : le duc d’Ath, le prince de la Cormye, […] le marquis de Calyma, […] messire Achiles de Frezo et messire Helpy, frere bastard du marquiz de Calyma […]. Cependant que le Roy sejournoit pour besongner en ses affaires, […] courrut messire Helpy, bastard de Calyma, et ses gens […]. Le bastard de Calyma se saulva. » (Jean de Bueil, Le Jouvencel, t. 2, 1461-1466 ; respectivement p. 197, 211 et 212.)

25Si la frontière entre titre et statut peut sembler très mince, une occurrence, à première vue redondante, devient limpide lorsque l’on distingue ces usages :

(6) « En ceste compaignie estoit Anthoine, bastard de Bourgoingne, filz bastard du duc, et le marquis Hugues de Rottelin. » (Olivier de la Marche, op. cit., t. 2, p. 51, ap. DMF.)

  • 25 Ainsi, dans la BFM, on relève 116 occurrences de bastard où 45 pour le titre, 56 pour le statut de (...)

26On retrouve en effet ici d’une part la valeur de titre énonçant un statut avec l’emploi substantival (NP, bastard de Bourgoingne, soit NP, statut social) et d’autre part l’énoncé d’un état avec l’emploi adjectival (filz bastard de X). Pour l’ensemble du corpus continental médiéval, ces deux usages sont largement majoritaires25. Restent enfin quelques cas qui sortent de ce premier cadre.

Un nom propre ?

27Quelques exemples présentent des formes qui reprennent le moule morphologique des noms propres, en particulier celui du sornom :

(7) « Et Quir Thodre le bastart, qui tant fu sages et vaillans, quant il vit ce que le roy […]. » (Chronique de Moree, p. 77, ap. BFM.)

28Le terme peut même prendre la place d’un patronyme, comme dans le cas particulier de Guillaume le Conquérant :

(8.a) « Ly rey Willam Bastard xxi. ans regna. » (Le Livere de Reis de Brittanie, XIIIe s., p. 28, ap. AND.)
(8.b) « Grantment mespristrent countre lur seignour, le roy Henri fitz Willam Bastard, frere roy Willam le Rous […]. » (Fouke le Fitz Waryn, texte anglo-normand, début XIVe s. p. 4, ap. AND.)

29C’est certainement ce schéma lexico-morphologique qui permet d’expliquer un emploi absolu du terme dans la tradition anglo-normande où, pour nommer le duc de Normandie, l’usage, encore à l’heure actuelle, est de n’employer que le titre nu :

(9) « L’ost d’Engleterre i fu del Bastart afiee. » (Vie de St Thomas Becket, 1214, v. 5099, ap. AND.)

30Pour qui travaille sur le fonctionnement de la dénomination, et en particulier sur les frontières toujours poreuses entre nom commun (et même description définie, dirait-on dans la tradition d’Oxford) et nom propre, il est intéressant de voir dans ces derniers exemples comment un terme renvoyant à un statut social peut se confiner dans ses emplois à un référent unique, n’ayant même plus besoin de son complément pour que le rôle de nom propre lui soit assignable dans l’interprétation. La notoriété du personnage et la fréquence des emplois ne renvoyant qu’à lui suffisent pour qu’un terme n’ayant pas vocation pourtant à devenir aussi « droit » qu’un nom de baptême puisse en emprunter les propriétés syntaxiques et sémantiques – preuve s’il en fallait encore du pouvoir que la pragmatique exerce dans l’ordre du discours. Notons que la majorité des occurrences dans la base d’anglo-normand concerne ces emplois qui renvoient à William. Il n’est dès lors pas dénué d’intérêt de rappeler que, même si les représentations de la langue française héritées de la Troisième République (« une nation, une langue ») restent encore bien souvent l’arrière-plan théorique plus ou moins conscient des études d’histoire de la langue, il y avait bien des différences marquées entre les variétés d’oïl ; notre choix de distinguer l’anglo-normand des variétés continentales repose donc sur ce présupposé issu de la sociolinguistique variationniste (présupposé qui semble toujours évident aux historiens mais peut encore paraître exotique à d’autres disciplines).

31Nous soulignerons enfin une autre caractéristique : il est très peu relevé dans du discours direct (ex. 2.a, 2. d et 3.b) et plus rarement encore en adresse ; ce n’est en fait que très tard, au tout début du XVIe siècle, qu’il apparaît comme terme d’adresse à un allocutaire, à deux reprises seulement et chez le même auteur dans le corpus tiré du DMF :

(10.a) « Et en cest instant, qui fut l’an mil IIIICLXIIII, laditte contesse de Dampmartin envoya querir le bastard Vigier, frere bastard dudit Guynot, nepveu d’icelluy conte de Dampmartin, et luy dist telles parolles ou semblables : « Bastard,mon amy, je suys esbahye […]. » (Jean Le Clerc, op. cit., c. 1502, p. 166, ap. DMF.)
(10.b) « Et le conte luy demanda : “Bastard, comment se pourroit il faire ?” » (Ibid., p. 168.)

32Ces deux exemples semblent établir que le terme peut être employé sans valeur péjorative en adresse directe : dans (10.a), les désignatifs qui précèdent renvoient au statut social puis au lien familial (comme en [6]) et c’est en tant que titre, renforcé par un terme d’adresse relationnel (mon amy), que bastard marque le début de la prise de parole de la comtesse opérant sa requête. (10.b) semble montrer que c’est un usage régulier dans ces interactions.

33Pour conclure sur les usages non péjoratifs de bastard, largement majoritaires dans les textes, on notera donc que ce terme est très rarement employé en adresse directe et qu’il apparaît dans des acceptions de type lien familial ou statut avant le XVIe siècle, renvoyant toujours à des personnages de rang social élevé. Ces deux types d’emplois, au minimum neutres et au maximum laudatifs, semblent remettre à eux seuls en cause la possibilité pour ce terme d’accomplir l’acte d’insulter. Toutefois, on peut envisager trois paramètres, jusque là inutiles pour les occurrences traitées : d’une part, le terme est peut-être injurieux sans être directement adressé dans du discours rapporté, de plus les personnages mentionnés sont tous des bâtards légitimés, et enfin, les corpus de référence des bases de données (littéraires, historiques, juridiques) sont d’un registre trop soutenu pour permettre à des occurrences axiologiques négatives d’émerger. Nous évaluerons maintenant de nouvelles données à l’aune de ces nuances.

Une insulte ?

  • 26 Nyrop K, Linguistique et histoire des mœurs, op. cit., 1934.

34Si la naissance illégitime est systématiquement dénigrée dans l’ensemble des sociétés d’Europe26, peut-on pour autant en déduire que le mot bastart a toujours été employé comme l’insulte qu’il est devenu dans les usages modernes ? À en croire les dictionnaires, il semblerait bien.

Sources littéraires

35Ainsi, le TLFi en présente-t-il un exemple très tôt dans l’histoire de la langue française : dans le Roman de Thèbes, le prologue retrace l’histoire d’Œdipe (à ce stade, la filiation du héros n’est pas fixée) et l’on y trouve en effet une occurrence péjorative, incluse dans du discours indirect :

(11.a) « Plus de cent feiz l’ont apelé Fil a putain, bastart geté » (v. 150).

  • 27 Et l’on s’y trompe, d’ailleurs comme dans notre article de 2008 qui ne remet pas en cause cette an (...)

36Rappelons que cette occurrence du terme est unique dans le texte. Lorsque l’on en cherche d’autres attestations en tant qu’injure dans les corpus (BFM, ANHub, DMF, Frantext), on s’aperçoit qu’elles sont extrêmement rares : aucune dans la BFM, une dans l’ANHub et aucune dans le DMF. Pourtant, à lire le dictionnaire, on pourrait imaginer que cette valeur sémantique est répandue et diachroniquement continue27. Vérification faite dans une autre édition du texte, une variante du qualificatif associé à bastart renforce les doutes qu’a généré la rareté des occurrences :

(11.b) « Plus de cent foiz l’ont apelé/ filz a putain, bastart prové » (éd. G. Raynaud de Lage, v. 152).

  • 28 Nezirovic M., Le vocabulaire dans deux versions du Roman de Thèbes, Association des publications d (...)

37L’édition de Léopold Constans sur laquelle se fonde le TLFi rejette la variante retenue, à partir d’un autre manuscrit, par Guy Raynaud de Lage. L. Constans précise que son édition est basée sur « tous les manuscrits » ; pourtant, il semble rapidement clair en la parcourant dans son ensemble qu’il a privilégié la version donnée par le manuscrit S, dit manuscrit Spalding, un texte copié en Angleterre à la fin du XIVe siècle, tandis que G. Raynaud de Lage a privilégié le manuscrit C, du milieu du XIIIe siècle28. Ce choix distinct permet de noter que le terme qui qualifie « bastart » n’est pas sans importance, ne serait-ce qu’à cause de la datation. De plus, « prové » est récurrent en co-occurrence dans d’autres types de textes, comme par exemple dans les Coutusmes du Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir, où il revêt un caractère juridique :

(12.a) « […] se li hons fet son essoine apert, sont li enfant prouvé pour bastart pour l’aparence du fet. » (T. 1, p. 289, ap. BFM.)
(12.b) « […] estoient né en mauvais mariage par quoi il aparoit qu’il estoient bastart ; et bien estoit prouvé, si comme il disoient,parce que sentence avoit. » (Ibid., p. 292.)

38Le verbe pronominal se trouve dans certains cas pour prendre à témoin un public face à l’attitude inacceptable d’un personnage, par exemple dans les fabliaux, et dès lors le vocabulaire dénigrant semble aller de soi, ou en tous cas rendre compte d’un fait objectivement remarquable car l’usage du pronom réfléchi rend à la personne attaquée la responsabilité, de par ses actes, du choix des termes opéré par le tiers. Ce tiers ne se met plus en scène comme insultant mais comme constatant et dénonçant :

(12.c) « Ha, fait ele, com or se prove / au fuer de villain puant ort » (Jehan Bodel [fin du XIIe s.], Le sohait des vez, Fabliaux, éd. R. Brusega, Paris, 10/18, 1994, v. 54-55).

39Ce même mouvement, tentant de présenter un jugement de valeur sous une forme objective, permet à l’adjectif « prové » de qualifier toute insulte, qu’elle soit directe (12.d) ou développée par la copule, ce qui lui donne valeur de définition (12.e) :

(12.d) « Qu’est ce, fait il, pute provee […]. » (Les Treces, 1re moitié du XIIIe s., Fabliaux érotiques, éd. L. Rossi, Paris, LGF, coll. « Lettres Gothiques », 1992, v. 156.)
(12.e) « “Tu es”, fet il, “ fole pruvee” […]. » (Marie [de France], fin du XIIe s., D’un vilein e de sa femme cuntrarïuse, v. 13, ap. AND.)

40Nous retrouvons ici, sous sa forme la plus synthétique, l’opposition juridique entre injure (attaque à l’honneur, à l’image) et diffamation (imputation d’un fait précis, dont il faut apporter la preuve). Dans le cas qui nous préoccupe, avec « bastard prové », il ne s’agit plus de renvoyer à la manière, à une quelconque description complémentaire de la personne que l’on veut blesser (comme avec « geté », qui précise que l’enfant aurait été abandonné) mais plutôt à un adjectif opérant un métadiscours sur l’appellation choisie, appuyant ce choix comme si cet adjectif renvoyait à une enquête, attestait presque scientifiquement de la conformité entre la description (non plus l’insulte) opérée par le mot choisi et la réalité, l’essence même de la personne ainsi nommée et son origine, vérifiable par tous. Plutôt qu’une insulte, donc, « bastart prové » renverrait alors à une information, certes désobligeante et agressive mais qui ne viserait pas l’injure comme premier acte de langage accompli ; il serait en somme le justificatif d’une autre appellation qui, elle, serait là pour humilier, puisqu’elle renverrait à une filiation inacceptable et surtout illégitimable, la maternité de la prostituée ou de la femme légère. Si l’intrigue à ce stade ne justifie pas la première appellation malsonnante, elle permet en revanche la seconde. C’est précisément ce qui se passe, nous semble-t-il, dans l’exemple repris par le TLFi qui présente « bastart » dans la périphérie immédiate de « fils a putain ». Cette position syntaxique peut donner lieu à deux lectures : l’une où les deux syntagmes nominaux sont des termes d’adresse, comme dans une liste (et il s’agirait alors d’un doublet synonymique) et l’autre où le second syntagme nominal est apposé au premier, constituant alors une glose. Épineux problème pour les grammairiens, du fait de la difficulté à trancher entre les deux statuts faute de traits distinctifs, il semblerait ici que ce soit les deux lectures à la fois qui fonctionnent, le premier syntagme « fils a putain » entraînant en quelque sorte dans son sillage pragmatique le second alors qu’il n’est pas (encore) une injure lexicalisée.

  • 29 Je tiens à remercier très vivement Anne Rochebouet qui m’a signalé cette occurrence et m’a fourni (...)

41Une autre occurrence, dans un roman antique du XIIe siècle, le Roman de Troie, lui aussi édité par L. Constans, semble en revanche clairement faire du terme une insulte directe29 :

(13) « Nestor le reguarde en travers/D’ire devint pales e pers :/ “fiz a putain,” fait il, “bastarz,/ Por poi des ieuz ne vos desfaz” » (v. 3515-3518).

42Le verbe de parole en incise dans le discours direct (« fait-il ») qui vient couper la série de noms communs bloque cette fois l’option d’une lecture appositive : bastarz est bien exclusivement un terme d’adresse ; mais on notera que de nouveau « fiz a putain » accompagne « bastarz », l’un complétant l’autre, l’injure initiale étant, pour ainsi dire, justifiée par le rappel du statut social. Notons enfin, comme pour le Roman de Thèbes, que d’autres manuscrits, a priori plus anciens que celui choisi par L. Constans, présentent des versions différentes, où « bastarz » n’apparaît pas. Malgré ces réserves, nous aurions bien dans ce cas un usage de bâtard en tant qu’insulte lexicalisée, dans la mesure où forme syntaxique mais aussi contexte narratif (Antenor n’est pas un enfant illégitime) convergent, et ce serait la seule occurrence aussi nette dans l’ensemble du corpus, de par cette accumulation de paramètres.

  • 30 Ménard P., Le rire et le sourire dans le roman français au Moyen Âge, Genève, Droz, 1969, p. 723.

43Quelques autres occurrences où « bastart » a été interprété comme une insulte nous sont livrées par une étude de Philippe Ménard30, qui prend en compte des textes n’appartenant pas aux bases de données constituant notre corpus :

« De mauvais conseillers disent au roi Brenne dans le Brut de Wace : “Iés tu desoignant u bastarz ?” (2351). Le rude Nestor qualifie de bastarz Anténor (Roman de Troie, v. 3517), l’orgueilleux émir de Babylone fait de même à l’égard d’Alexandre (Roman d’Alexandre, III, v. 5845), l’impétueux Augier des Essarts lance cette insulte à Jaufré (Jaufré, v. 4674), le soudan en fustige le héros de Richars li Biaus (2802, 2822), le violent Agravain en humilie Mordret (Lancelot en prose, III, vv. 315, 336). »

44On distinguera parmi ces exemples ceux où le terme est présent dans du discours direct, adressé par un locuteur à un allocutaire, et où il serait donc susceptible d’être une insulte, et ceux où il n’a pas cette forme, comme dans le Roman d’Alexandre, où l’occurrence renvoie à Alexandre absent (« E l’amirals s’escrie : “Çai remarrez, coarz !/ Ne savra hui per vos novelles li bastarz !” »). Si, dans ce cas, le terme est certes péjoratif, il n’est pas employé en tant qu’insulte directe et si la force du dénigrement est bien là, on ne peut pour autant considérer cela comme une preuve de l’entrée du terme avec cette valeur pragmatique fixe dans le lexique.

45Pour revenir maintenant à la première configuration (discours direct et deuxième personne), nous soulignerons là encore des nuances dans l’usage. Ainsi, dans Richard li biaus, roman du XIIe siècle, le héros est-il en effet en quête de l’identité de son père, aussi le « soudon » ne lui apprend-il rien lorsqu’il lui assène : « Rien ne te prise/ Car ties bastars. » La formulation n’est certes guère déférente, elle blesse son malheureux destinataire au point qu’il interrogera sa mère, mais on ne peut à proprement parler d’insulte dans ce cas puisque l’attribut renvoie à un statut connu, par un mécanisme proche de celui en œuvre dans l’exemple (12.e).

46Les deux autres occurrences n’appartiennent pas à la même zone linguistique, puisque Jaufré est en ancien occitan (fin du XIIe s.) et le Brut en anglo-normand (milieu du XIIe s.). Dans le cas de Jaufré, Augier semble plutôt comparer le héros à un bâtard (« en bastartz », « à la manière d’un/comme un bâtard », littéralement) que le qualifier :

(14) « E’l cavaller a escridat :/“En bastartz,plen de malvastat,/ Vostra mort avetz demandada” » (v. 4673-4675).

47Le contexte, là encore, permet d’éclaircir cet emploi : Augier, ami du héros, se met soudainement en colère et le menace lorsqu’il s’enquiert d’un sujet tabou ; quelques vers plus loin, il fera amende honorable et reprendra le « seigneur » de rigueur dans leurs rapports. Lors de cet esclandre, il compare donc le comportement de son ami à celui d’un bâtard, mais il ne va pas jusqu’à le nommer ainsi. On ne peut bien sûr nier que le choix de ce mot pour caractériser la vilenie d’un comportement prépare le terrain de ce qui plus tard deviendra une insulte lexicalisée ; toutefois, c’est précisément lorsque le « comme » disparaît que l’on peut considérer la lexicalisation accomplie. Nous aurions donc dans cet exemple l’un des premiers stades du passage de « bâtard »/ nom de statut versus « bâtard » /insulte.

48Avec le Brut de Wace, ce sont de mauvaises gens qui incitent Brenne à exiger un meilleur partage de l’héritage auprès de son frère Bélin :

(15) « Dois ton frere Belin servir,/ Et de lui ta tere tenir ;/ Es tu desoignant, ou bastars,/ Es tu plus vils ou plus coars/ Que l’en doies porter homage ? » (V. 2395-2399.)

49Il ne saurait s’agir ici d’une insulte puisque ces questions rhétoriques visent précisément à attirer des réponses négatives de leur récepteur, qui est tout aussi légitime que son nouveau roi de frère.

50Nous voici donc au final, pour le corpus continental d’oïl en ancien et moyen français, avec deux occurrences (fin XIIe s.) qui nous montrent que la mention du statut est blessante, ce qui est confirmé par un exemple du domaine d’oc, soit autant de pistes préparant le passage au rang d’insulte lexicalisée usuelle pour le terme ; à ce stade, néanmoins, vu le peu d’exemples disponibles, ces cas prennent valeur d’hapax. Il est tout à fait surprenant de ne pas trouver le terme parmi les nombreuses insultes des fabliaux (écrits du XIIe au XIVe s.), du Roman de Renart (fin du XIIe et XIIIe s.), des Cent Nouvelles Nouvelles (1462) et plus encore des farces (XVe et début XVIe s.). Bien connus pour les effets d’oralité que les nombreux dialogues introduisent et pour leur jeu avec toutes les parlures des différentes classes sociales, mais aussi pour la liberté des thèmes évoqués, en particulier une sexualité vivace et socialement transgressive, ces textes pourtant, même lorsqu’ils font d’un enfant illégitime leur personnage principal (comme Jenin fils de rien ou les Nouvelles 8, 14, 19, 22, 29, 42, 51, 54), ne le stigmatisent jamais en lui rappelant par ce nom son statut. Notre hypothèse est que c’est la classe sociale des lecteurs/auditeurs/spectateurs qui conditionne le choix des termes, et cette classe ne trouverait peut-être pas drôle que le titre de certains de ses dignitaires soit transformé en insulte, d’autant que fils de putain (de moine, de prestre) est disponible dans le lexique et très fréquemment employé dans ces textes pour renvoyer à la naissance stigmatisée, évitant donc d’avoir recours à un terme dont le scope sémantique et pragmatique est bien plus ample (puisqu’il inclut aussi bien les enfants légitimés que ceux dont le père est inconnu, les enfants issus de crimes comme l’inceste ou la rupture des vœux ecclésiastiques et ceux nés « trop tôt » avant l’union de leurs parents, les enfants de concubines « notoires », les riches et les pauvres, etc.). « Fils de putain » serait donc en distribution complémentaire avec « bâtard », et par la même occasion ce dernier permettrait de justifier moralement l’énoncé de cette insulte grave, en apportant une sorte de preuve par la mention du statut. Peut-être même s’agirait-il dans les cas de co-occurrence de renforcer la lecture de « fils de putain » dans sa référence à la filiation : l’expression est très tôt employée plus pour sa violence extrême que pour son sens précis, aussi « bâtard » à proximité la recentre-t-il sur la lignée.

51Se pose aussi la question, encore peu souvent traitée, des niveaux de langue : bâtard, de par son appartenance au vocabulaire légal et nobiliaire, semble un moins bon candidat pour devenir insulte lexicale que ses corollaires en fils de, assignés à ce rôle de manière constante dans l’histoire des insultes et renvoyant aux filiations les moins tolérées et réparables. Le corpus anglo-normand confirme ces hypothèses, tant par le peu d’occurrences qu’il livre aux mêmes périodes que par les absences dans des textes similaires.

52On notera en effet là aussi un seul exemple, du XIIe s. encore, dans un texte hagiographique, la Vie de Seint Auban. Toutefois, il apparaît dans une rubrique, d’une autre main, comme le souligne l’éditeur, et non dans le texte même :

(16) « Jesu victoire cunsent/ au roi Offe e à sa gent. / Descunfît s’en vunt li bastard,/ dunt li rois fait grant assart ;/ e remeint en l’eritage/ reis, of sun naturel barnage ;/ e meintent dreiture e franchise/ à ses baruns e seinte iglise. » (Éd. Robert Atkinson, Dublin, Trinity College, 1876, f. 56, p. 59, col. 2.)

53Les nombreuses références à la lignée légitime (gent, eritage, naturel barnage) laissent entendre que peut-être « bastard » a été interprété comme insultant (l’AND donne « scoundrel », « vaurien », comme traduction) alors que ce pourrait tout aussi bien être son sens de statut qui serait ici en jeu, cette fois d’un point de vue politique puisqu’en effet, le roi Offe s’oppose pour garder le pouvoir en Angleterre aux autres prétendants au trône, comme le précise la rubrique précédente. On notera, toujours dans ce sens, que cet exemple est le seul dans l’ANHub d’un usage axiologique. Le fait que bastard soit employé communément à la même époque pour désigner le fondateur (légitimé) de la dynastie anglo-normande n’est certainement pas étranger à ce peu de propension du terme à devenir insulte. Du reste, plus tardivement, les listes d’insultes contenues dans les Manieres de langage de 1396, 1399 et 1415, manuels visant à apprendre le français aux Anglais, ne contiennent pas le terme, alors que « fils de X » y est présent.

54Les exemples cités par le TLFi et l’AND sont donc des cas très rares et le plus souvent ambigus. Un fait étonnant est leur concentration dans le temps : tous datent du XIIe siècle et la plupart sont de la deuxième moitié, quelle que soit leur origine géographique, alors que, nous l’avons vu, les usages non péjoratifs du terme sont particuliers en Angleterre. Doit-on voir un lien entre ces premières occurrences et le concile de Latran de 1179 ? Nous pencherions pour cette explication, d’autant plus que tous les rédacteurs, quelle que soit leur zone linguistique, sont des clercs, et sont donc au fait des actualités ecclésiastiques. Ces quelques occurrences, que nous traiterons comme des hapax, du fait de leur rareté mais surtout du fait de leur ponctualité, témoignent peut-être d’une sorte de zèle de la part de croyants pour lesquels la bâtardise n’était pas acceptable, au point d’en vouloir transformer le nom même en stigmate, par la contagion d’une collocation avec le violent « fils de putain », grâce aux textes qu’ils produisaient pour les élites – ces élites aux nombreux enfants illégitimes.

55Quoi qu’il en soit, si le terme à valeur péjorative disparaît des textes entre le XIIe et le XVe siècle, le statut a mauvaise presse, comme en témoignent ces vers d’Eustache Deschamps :

(17) « Et ceste honte corporele/ Porte le mari pour sa femme,/ Mais non pas, ce croi, quant a l’ame. / Or sont li enfant diffamé,/ Bastart et advoultre clamé ;/ Supposé qu’aulcuns en y ait/ Qui n’a riens par le mari fait,/ Toutevoie l’en les repute/ Nez de mauvaise femme et pute. » (Le Miroir de mariage, 1385, p. 23-24, ap. Frantext.)

  • 31 Respectivement Gonthier N, « Sanglant Coupaul ! », op. cit., et Wirth-Jaillard A., « De Estienne H (...)

56La référence à la réputation malmenée, tant de l’enfant que de la mère (une fois de plus nommée « pute »), permet d’imaginer aisément combien le seul rappel du statut de la naissance peut être en soi blessant pour l’enfant illégitime. Ce fait est confirmé par notre second corpus, constitué d’attestations relevées dans les ouvrages de deux historiennes31.

Textes comptables/judiciaires

57On notera que les exemples fournis partagent généralement une caractéristique avec les exemples littéraires, à savoir la présence du terme dans la périphérie d’autres insultes, en particulier « fils de putain ». Les deux corpus historiques ont, eux, en commun, outre leur époque (XVe s.) et leurs classes sociales plus modestes de référence, le caractère « punissable » des propos : issus de comptes ou de registres criminels, les données ne sont là que parce qu’elles ont donné lieu à poursuites et/ou réparation, aussi leur lecture est-elle guidée par ce contexte d’apparition particulier, les récriminations portant souvent sur le tort opéré contre la réputation du plaignant par l’accusé.

58Remarquons tout d’abord que « bâtard » n’apparaît jamais nu : il est au minimum précisé, et toujours par des termes infamants (18.a et c) ou par l’association à une profession aggravant la transgression (18.b) :

  • 32 Ces exemples proviennent de N. Gonthier, « Sanglant Coupaul ! », op. cit., p. 67, 54.

(18.a) « batart de croy linajo ».
(18.b) « batart chapellan ».
(18.c) « batart, champi32 ».

59Il peut être tout bonnement inséré dans une suite, comme dans l’effet « Haddock », où tout terme même neutre peut devenir insulte par contagion :

  • 33 Ibid., p. 43.

(19) « arlot truant croy batars malvas33 ».

60On trouve aussi fréquemment dans la périphérie directe de « filz de putain » le terme :

  • 34 Ibid., respectivement p. 43, p. 43 et p. 42.

(20.a) « sanglant traistre borné filz a putain bastard ».
(20.b) « lare batartz,fil de puta merdesa ».
(20.c) fil de puta batars chapellan34 ».

61Les différents effets que nous avons déjà soulignés peuvent aussi se cumuler. Ainsi, la nature de « bâtard » dans certains exemples ne va-t-elle pas de soi : dans les exemples (18.b), (20) et même (18.c) (puisque la ponctuation vient de l’éditrice), il peut être adjectif (mais, dans ce cas, quel syntagme nominal qualifie-t-il ?) ou substantif. De plus, comme nous l’avons évoqué avec le Roman de Thèbes, la lecture appositive est parfois possible (en particulier dans l’exemple 20.a). On relève aussi un adjectif attestant la justification de la véracité de l’appellation, dans cette même structure ambiguë, et il s’agit cette fois d’« advoué » (non de « prové »), renforcé sémantiquement par la subordonnée qui met en relief le verbe d’état développant le prédicat dans la phrase suivante :

  • 35 Ibid., p. 43.

(21) « Ou est ce sanglant filz de putain bastard advoue. Je renye Dieu se je le trove, le filz de putain tel qu’il est et sa batarde de femme je les tuerai35. »

62Là encore, les données de la pratique font émerger une curiosité, puisque l’épouse dudit est elle-même gratifiée de « bâtarde », dont nous avons vu l’extrême rareté dans les corpus littéraires. Cet exemple, qui associe Monsieur et Madame selon l’adage du « qui se ressemble s’assemble », n’est guère éloigné des usages modernes du terme qui dupliquent les qualités lorsque plusieurs sont agressés, atténuant de fait tout caractère réaliste. Ne manque dans la famille que l’enfant pour que le tableau soit complet, et c’est donc la deuxième génération de petits illégitimes qui apparaît dans certains cas :

  • 36 Ibid.
  • 37 Wirth-Jaillard A., « De Estienne Husson », art. cit., p. 73.

(22.a) « Jean Pontonier lui avait dit qu’il n’était qu’un truand qui se souciait seulement d’engrosser les pucelles et lui-même a dit à Pontonier qu’il était fils de batard qui n’avait jamais rien valu36. »
(22.b) « de Estienne Husson pour ce qu’il dit a Jannon Morelot un filz de bastarde ne me puet valoir37 ».

  • 38 Ibid.

63Ces différents exemples nous donnent accès à la phase durant laquelle le terme est devenu graduellement une insulte lexicalisée ; à la fin du Moyen Âge, il ne peut encore fonctionner seul comme insulte, puisqu’on le relève systématiquement dans l’entourage d’insultes lexicalisées appartenant à son champ sémantique. Émanant de classes sociales plus humbles que celles mises en scène par les représentations littéraires, destinées à des nantis pour lesquels bâtard est un titre tout à fait estimable dès lors que l’enfant a été reconnu, on peut imaginer que l’insulte ait donc suivi un itinéraire diastratiquement scindé. Statut pour tous, elle serait un titre pour les uns et une insulte pour les autres. Ce cas très particulier n’est pas unique : ainsi, pas de « fille de pendu » non plus dans la littérature38. Il faudra donc attendre Marivaux, si l’on en croit les données de Frantext, avant que le terme ne vienne timidement sur la scène en tant qu’insulte, sous sa forme de titre, si tant est qu’on veuille bien accorder à la polysémie tout son pouvoir, puisque techniquement ce syntagme n’est qu’un terme d’adresse – rendu injurieux par la glose « fils de cocu » qui en change rétrospectivement la valeur :

(23) « Et je vous donnerai les violons à coups de perches dans le cul. Ah ! J’enrage : rends-moi, bâtard de Brideron, rends-moi, fils de cocu, tout ce que tu m’as mangé. » (Le Télémaque travesti, 1736, p. 165.)

64Le terme disparaît ensuite de nouveau comme insulte pour revenir sous la plume de Victor Hugo dans les Misérables à l’encontre de Gavroche, tout à fait indifférent au quolibet, puis sous celle d’Émile Zola, brisant le cœur de l’enfant ainsi stigmatisé par ses camarades dans Madeleine Férat (1868). Dans cette dernière occurrence, l’enfant est blessé par la brutalité et non par le terme ; mais le commentaire métadiscursif du narrateur omniscient ne laisse aucun doute sur l’acte accompli, ce qui nous renseigne sur la perception qu’en avaient les locuteurs de l’époque :

(24) « Dès la première récréation, Guillaume sentit à l’attitude goguenarde de ses nouveaux camarades qu’il se trouvait en pays hostile. Deux grands, des gamins de quinze ans, s’approchèrent et lui demandèrent son nom. Quand il eut répondu, d’une voix timide, qu’il se nommait Guillaume, toute la bande se moqua. – Tu t’appelles Bâtard, entends-tu, cria un collégien au milieu des huées et des sales plaisanteries de ces jeunes drôles qui avaient déjà des vices d’hommes faits. L’enfant ne comprit pas l’insulte, mais il se mit à pleurer d’angoisse et de terreur au milieu du cercle impitoyable qui l’entourait. » (P. 50, ap. Frantext.)

*

65C’est seulement, en fait, à la fin du XIXe siècle que le terme fleurit pleinement, si l’on peut dire, dans son nouveau rôle, avant de prendre un sens très général, ne renvoyant plus à l’état de naissance mais aux tares qui lui seraient associées, pour enfin se désémantiser à la fin du XXe siècle, au point que l’expression « ces bâtards de Bordeaux », employée en 2014 par Nicolas Sarkozy, ne fasse plus douter quiconque de la légitimité de la filiation des juges ainsi dépeints.

66Ce terme a donc connu un itinéraire sémantique et pragmatique bien plus complexe que ne pourrait le laisser croire la consultation des dictionnaires : de fils de quelqu’un, reconnu et honoré, il passe au fil du temps du côté du fils de tous et de personne – du hijo de algo au hijo de puta, comme on dirait en espagnol. En effet, si les stigmates attachés aux mystères de la naissance font du terme un excellent candidat pour porter des valeurs péjoratives, ce ne sont cependant pas ces sens qui sont d’abord usuels dans les textes narratifs en ancien et moyen français ; bien au contraire, bâtard est d’abord un descriptif de statut social, qui prend en moyen français la valeur de titre et la conservera tant que le statut des enfants illégitimes légitimés sera protégé dans les sphères dominantes, qui sont à la fois rédacteurs et lecteurs de ces textes, soit au moins jusqu’au concile de Trente. Parallèlement, dans les couches sociales moins touchées par les enjeux de la lignée et de la transmission de l’héritage, peut-être aussi plus perméables au discours ecclésiastique (depuis les conciles de Latran) qui construit l’institution du mariage monogame comme seule source acceptable de procréation, la naissance illégitime prend de plus en plus au fil du temps valeur de honte, ouvrant la possibilité au terme technique y renvoyant de devenir lui aussi injurieux, au point qu’il jouera alors le rôle d’un synonyme de registre plus élevé pour « fils de ».

Notes

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche FFI2013-41355-P du Ministerio de Economía y Competitividad, Espagne (Plan Estatal I+D+i 2013-16). Je tiens aussi à remercier chaleureusement les participant/e/s des rencontres d’Angers dont les commentaires sur une version antérieure de cette recherche m’ont été extrêmement précieux.

2 Consultable en ligne : http://atilf.atilf.fr/tlfi.htm.

3 Voir aussi Lett D., L’Enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.

4 Mémoires t. 1, v. 1470, p. 108, ap. DMF.

5 Lagorgette D., « Les insultes par ricochet (fils de, cocu et consorts) : de quelques avanies du lexique insultant – quels critères pour l’outrage verbal ? », M.-A. Paveau et al. (dir.), Outrages, insultes, blasphèmes et injures : violences du langage et polices du discours, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 7-30.

6 Consultable en ligne : http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/.

7 Le DMF est remis à jour dans sa version électronique et inclut graduellement le Französisches Etymologisches Wörterbuch. Consultable en ligne : http://www.atilf.fr/dmf/.

8 Consultable en ligne : http://www.anglo-norman.net/.

9 Nyrop K., Linguistique et histoire des mœurs. Mélanges posthumes, trad. E. Philipot (1872-1950), Paris/Genève, Droz, 1934, 1974, [1934].

10 Ibid., p. 118.

11 Ibid., p. 119.

12 Gonthier N., « Sanglant Coupaul! » « Orde Ribaude ! » Les injures au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2007, p. 42-43 et Poly J.-P., Le chemin des amours barbares. Genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, Belin, 2003.

13 Nyrop K, Grammaire historique de la langue française, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1903, § 352, p. 166.

14 Voir les chapitres de Carole Avignon, Sophie Coussemacker, Véronique Demars et Michel Nassiet.

15 Extrait du Roman de Thèbes, v. 63-68, éd. Constans. Nous faisons apparaître en gras dans les exemples les occurrences des items commentées et soulignons les éléments contextuels participant à notre démonstration.

16 Ce trait caractérise ce que nous avons nommé les « insultes lexicales usuelles », à savoir les mots auxquels est principalement assignée une valeur sémantique péjorative par l’usage et les dictionnaires (Lagorgette D., « Les axiologiques négatifs sont-ils une classe lexicale ? », D. Lagorgette et P. Larrivée [dir], Représentations du sens linguistique, Munich, Lincom Europa, 2002, p. 121-136).

17 Nous analysons le terme avec ses variantes graphiques (bastart, bastard) et ses dérivés (féminin et/ou pluriel).

18 Base de Français Médiéval (BFM 2013) en ligne : http://txm.bfm-corpus.org/.

19 Anglo-Norman Hub, en ligne : http://www.anglo-norman.net/s-kwic-start.shtml.

20 Fabliaux et farces essentiellement, dont les références sont données dans les exemples.

21 Nous avons écarté des résultats les occurrences renvoyant à des animaux ou des objets.

22 Lagorgette D., « Les insultes par ricochet », art. cit., p. 12.

23 Stowell W. A., Old French Titles of Respect in Direct Address, Baltimore, J. H. Furst Company, 1908.

24 Lagorgette D., Désignatifs et termes d’adresse dans quelques textes en moyen français, thèse dactylographiée, Paris 10-Nanterre, 1998 ; ead., « La vérité du nom : métadiscours sur le droit nom, métadiscours sur l’origine ? », É. Gaucher (dir.), Bien dire, Bien aprandre, 23, Lille, Presses de l’université de Lille-3, 2005, p. 277-293.

25 Ainsi, dans la BFM, on relève 116 occurrences de bastard où 45 pour le titre, 56 pour le statut de la naissance et 15 pour le lien familial. Cette tendance s’accentue dans le DMF.

26 Nyrop K, Linguistique et histoire des mœurs, op. cit., 1934.

27 Et l’on s’y trompe, d’ailleurs comme dans notre article de 2008 qui ne remet pas en cause cette ancienneté de l’axiologie négative. Lagorgette D., art. cit., « Les insultes par ricochet ».

28 Nezirovic M., Le vocabulaire dans deux versions du Roman de Thèbes, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Clermont-Ferrand, 1980, p. 2.

29 Je tiens à remercier très vivement Anne Rochebouet qui m’a signalé cette occurrence et m’a fourni de précieuses indications sur les autres manuscrits.

30 Ménard P., Le rire et le sourire dans le roman français au Moyen Âge, Genève, Droz, 1969, p. 723.

31 Respectivement Gonthier N, « Sanglant Coupaul ! », op. cit., et Wirth-Jaillard A., « De Estienne Husson pour ce qu’il dit à Jannon Morelot : “un filz de bastarde ne me puet valoir !” : Représentation de l’oral dans les documents comptables médiévaux », D. Lagorgette et P. Larrivée (dir.), Représentations du sens linguistique, 5, Chambéry, Éd. de l’université de Savoie, 2013, p. 65-80.

32 Ces exemples proviennent de N. Gonthier, « Sanglant Coupaul ! », op. cit., p. 67, 54.

33 Ibid., p. 43.

34 Ibid., respectivement p. 43, p. 43 et p. 42.

35 Ibid., p. 43.

36 Ibid.

37 Wirth-Jaillard A., « De Estienne Husson », art. cit., p. 73.

38 Ibid.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540