Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Première section. « Père », « mère » et « fil(le)s »

Paternité et filiation illégitime dans les villes de l’Empire (xve-xvie siècles)

Fathers and Illegitimate Children in the Cities of Empire (15th-16th centuries)

Aude-Marie Certin

Résumé

Cette étude porte sur la relation des pères à leurs enfants illégitimes dans les villes de l’Empire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Elle se fonde sur l’étude des écrits personnels de trois marchands d’Augsbourg et de Cologne (Burkard Zink, Lucas Rem et Hermann von Weinsberg), ainsi que sur celle de quelques testaments du Sud de l’Allemagne ou des espaces suisses voisins. Le croisement de ces sources permet d’envisager l’articulation entre normes et pratiques, les comportements et les sentiments des pères à l’égard de leurs enfants illégitimes, de même que les solutions concrètes adoptées au sein des familles pour subvenir aux besoins de ces enfants et assurer leur éducation. Ces sources permettent enfin d’étudier la place faite à ces enfants illégitimes dans l’héritage et la succession de leur père, tant pour ce qui concerne les biens matériels que les biens symboliques.

This research aims to study the relations that fathers have to their illegitimate children in the cities of the Empire at the end of the Middle Ages and the early modern period. It deals with the personal writings of three merchants of Augsburg and Cologne (Burkard Zink, Lucas Rem and Hermann von Weinsberg), and with some wills from southern Germany and from Switzerland. The investigation of those texts allows us to consider the link between the norm and the pratice, and also the behaviors and feelings of fathers towards their illegitimate children. Even more, it is a way to study the concrete solutions in the families to supply this children’s needs and to educate them. Thus we can understand the position of the illegitimate children in the material and symbolic inheritance of their father.

Texte intégral

  • 1 Le droit canonique reconnaît cependant les écarts à la règle et l’existence, de fait, des enfants (...)
  • 2 Le principe se retrouve dans le droit privé des villes allemandes à la fin du Moyen Âge, où un enf (...)
  • 3 À Ratisbonne, Olivier Richard note que dans les 206 testaments qu’il a étudiés pour la fin du Moye (...)
  • 4 Précisons que sur l’ensemble des livres de famille que nous connaissons dans l’aire germanique à l (...)
  • 5 Le patricien de Francfort Bernhard Rohrbach évoque pour sa part dans son Liber gestorum, la mort d (...)
  • 6 « Chronik des Burkard Zink 1368-1468 », F. Frensdorff et M. Lexer (dir.), Chroniken der deutschen (...)
  • 7 « Tagebuch des Lukas Rem aus den Jahren 1494-1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte des Stadt Aug (...)
  • 8 Das Buch Weinsberg. Kölner Denkwürdigkeiten aus dem 16. Jahrhundert, vol. 1 et 2, éd. K. Höhlbaum, (...)
  • 9 Dans les villes du Sud de l’Empire, seuls les pères évoquent donc, et encore rarement, leurs enfan (...)

1Dans l’Occident chrétien médiéval, le lien de filiation considéré comme légitime entre un père et un enfant se fonde tout à la fois sur un lien charnel et sur le mariage1. Force est de constater que dans les villes de l’Empire, à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, cette définition de la paternité domine largement2. Les droits urbains n’évoquent qu’assez peu les enfants illégitimes, si ce n’est pour préciser qu’ils sont exclus de l’héritage de leurs parents. Dans les testaments, de même, cette définition de la filiation prévaut. Les bénéficiaires des legs y sont en règle générale les enfants légitimes des testateurs et les mentions d’enfants illégitimes restent rares3. Dans les livres de famille et les textes autobiographiques, la même tendance s’observe également. Dans les villes de l’Empire, la norme veut ainsi que les pères excluent leurs enfants illégitimes de leur héritage, comme plus largement de la mémoire familiale et collective. Si rares soient-ils, quelques livres de famille ou écrits personnels4 évoquent néanmoins des enfants illégitimes5. Tel est le cas de ceux de Burkard Zink6 et de Lucas Rem7 marchands d’Augsbourg, comme de celui d’Hermann von Weinsberg8 originaire de Cologne. Partant de l’étude de ces trois textes et de quelques testaments, nous envisagerons la question de l’articulation entre normes et pratiques pour ce qui concerne la relation entre les pères et leurs enfants illégitimes dans les sociétés urbaines de l’Empire. Le croisement des sources permettra de s’interroger sur les sentiments et les comportements réels des pères à l’égard de leurs enfants illégitimes, sur les solutions concrètes adoptées au sein des familles et au sein des villes pour subvenir aux besoins de ces enfants, assurer leur éducation et les inscrire dans la société, enfin sur la place faite à ces enfants illégitimes dans l’héritage et dans la succession de leur père, tant pour ce qui concerne les biens matériels que pour les biens symboliques9.

Portraits de marchands

2Avant d’entrer dans l’analyse, il convient de revenir succinctement sur le profil des trois marchands que nous allons évoquer.

  • 10 Cette autobiographie est l’un des premiers écrits personnels allemands connus pour la fin du Moyen (...)

3Marchand d’Augsbourg, Burkard Zink (1396-1474) se marie trois fois au cours de sa vie. Dans son autobiographie, qu’il rédige entre 1480 et 146810, le marchand raconte qu’après la mort de sa deuxième épouse, il a vécu en concubinage pendant quatre ans et demi avec une femme dénommée Margreth Segesser. De cette femme, le marchand a deux enfants : un fils, prénommé Jorg, né en 1452, et une fille Hildegarde, née en 1453, qui meurt le jour de sa naissance. Le marchand décrit la mère des enfants comme une femme insupportable, voleuse, violente, incontrôlable. Ainsi justifie-t-il sa décision de vouloir la quitter après leurs quatre années et demie de vie commune. Cependant, la jeune femme porte l’affaire devant le tribunal pour demander le mariage, affirmant que Burkard Zink avait promis de l’épouser. Le tribunal prend finalement le parti de celui-ci, qui obtient la séparation. Burkard Zink prend cependant chez lui son fils illégitime, Jorg, aux besoins duquel il subvient et dont il assure l’éducation.

  • 11 Les notes personnelles de Lucas Rem s’organisent en dix parties thématiques. Conformément au titre (...)

4Dans ses notes personnelles, Lucas Rem (1481-1541), lui aussi marchand d’Augsbourg, évoque également ses enfants illégitimes. Marié à 37 ans, Lucas Rem a sept enfants légitimes et cinq autres enfants illégitimes nés lors d’un séjour de plusieurs années à Anvers pendant ses années de jeunesse. Sur les dix parties que comptent ses notes personnelles11, il consacre une partie à ses enfants légitimes, une autre à ses enfants illégitimes. Néanmoins, cette partie n’a été que partiellement conservée, les quelques feuillets manquant à son écrit concernant justement ces derniers.

  • 12 C’est en effet pendant quarante-sept ans, à partir de l’âge de 32 ans, qu’Hermann von Weinsberg se (...)
  • 13 Signori G, « „Im Namen des Vaters“ : Illegitimität im Spiegel der spätmittelalterlichen Namensprax (...)
  • 14 Il évoque cette relation dans le chapitre intitulé « Miner moder magt und ich samen komen », Herma (...)

5Dans l’imposant livre de mémoire qu’il rédige12 dans la seconde moitié du XVIe siècle13, le marchand colonais Hermann von Weinsberg (1518-1597) évoque lui aussi la fille illégitime qu’il a avant de se marier. À l’âge de 28 ans, le jeune homme a en effet une liaison avec la servante de sa mère14 dont il a une fille, appelée Anna, née le 6 novembre 1546. Avant même la naissance de l’enfant, Hermann von Weinsberg choisit de mettre fin à la relation. Cependant, la jeune femme le désigne expressément comme le père de l’enfant, ce qu’Hermann conteste – ou ce qu’il refuse d’admettre. Il oblige alors la mère à le jurer à l’église, ce qu’elle fait. De facto, le jeune homme se voit contraint d’accepter sa paternité et de reconnaître l’enfant comme sien.

Les formes de l’illégitimité

6La première question que l’on doit se poser touche à la définition de la notion d’enfants illégitimes dans ces écrits. De fait, il convient de distinguer trois types d’illégitimité : les enfants nés avant le mariage, dans le cadre d’une relation de concubinage établie ou plus ponctuelle ; les enfants nés pendant le mariage, d’une relation adultère ; les enfants nés entre deux mariages, pendant une période de veuvage. Dans les sources étudiées, il s’avère que nous n’avons aucune trace d’enfant adultérin. Ce constat ne signifie pas qu’il n’y en avait pas. Il témoigne seulement du fait que la condamnation collective des relations extra-conjugales était bien plus forte que celle des relations de concubinage, fréquentes et relativement tolérées dans les sociétés urbaines de l’aire germanique, comme ailleurs. Dans les livres privés allemands, les seuls enfants illégitimes dont nous avons écho sont ainsi nés dans le cadre d’une relation de concubinage avant le mariage de leur père, ou pendant une période de veuvage. Si ces naissances constituent pour l’enfant une macule aux conséquences nombreuses, comme nous le montrerons plus loin, la chose semble cependant moins répréhensible que dans le cas d’un adultère. Aussi ces enfants peuvent-ils parfois trouver leur place dans la vie et dans la mémoire de leur père.

  • 15 Lucas Rem, op. cit., p. 64-65.
  • 16 À Ratisbonne, Friedrich Notangst évoque en effet un fils « caché/secret » (« haymlischen chind ») (...)
  • 17 Nagel R., Das Recht der Reichsstädte, op. cit., p. 61.

7Pour comprendre la place faite à ces enfants illégitimes, il convient de s’intéresser aux termes utilisés par les pères pour désigner ces derniers. Le statut de ces enfants est en effet intimement lié aux mots et aux champs lexicaux auxquels ils sont associés dans le discours de leur père, tout comme à ceux, au contraire, dont ils se trouvent exclus. Le cas de Lucas Rem est particulièrement intéressant sur ce point. Dans les titres qu’il donne aux parties de sa chronique consacrée à ses enfants, le marchand opère en effet une nette distinction entre ses enfants nés dans le mariage, qu’il nomme « enfants nés dans le mariage » (« ehekindt ») et qu’il désigne explicitement comme ses « héritiers » (« Erben »), objets d’une partie de ses notes, et ses autres enfants « ledig », c’est-à-dire nés hors d’une relation maritale (« ledigen und gebornen kind »), objets d’une partie distincte. Par ailleurs, le choix des termes indiquant son lien de filiation à ses enfants révèle que Lucas Rem opère une nette différence entre les premiers et les seconds. Tandis qu’il désigne ses enfants légitimes en les appelant « mon fils » ou « ma fille » (« my son », « mein dochter »), il ne situe ses enfants illégitimes que par rapport à leur mère. Ceux-ci sont alors désignés à travers l’expression « Margret von der Borcht accoucha d’un fils/d’une fille » (« Margret von der Borcht gelag eine dochter/ein sun »). Puis, le père les nomme uniquement à la troisième personne du singulier. Sans jamais désigner explicitement ces enfants comme « son fils » ou « sa fille », Lucas Rem reconnaît néanmoins sa paternité à travers l’expression « je pris l’enfant pour mien et [le/la] fit appeler […] » (« nam ich für mein und lus […] haissen15 »). Dans d’autres sources, les pères ne qualifient pas leurs enfants illégitimes, utilisant des expressions impersonnelles et distanciées du type « l’enfant que j’ai eu avec telle femme ». Notons que l’on trouve aussi dans le testament du Ratisbonnais Friedrich Notangst, l’expression « enfant secret » (« haymlischen chind16 »). Il semble enfin que dans les textes juridiques, l’expression « naissance condamnable » (« verdammter Geburt ») puisse aussi se trouver17.

Les obligations du géniteur : nourrir, éduquer, entretenir

  • 18 Conrad H., Deutsche Rechtsgeschichte, op. cit., p. 409.
  • 19 Lucas Rem, op. cit., p. 65.

8À la fin du Moyen Âge, les droits urbains allemands obligent de plus en plus le géniteur à subvenir aux besoins de son enfant illégitime, que celui-ci vive ou non avec lui. Cependant, sur un plan juridique, ce devoir ne relève pas d’une relation de parenté entre le père et l’enfant. Juridiquement, un enfant « ledig », c’est-à-dire « né en dehors d’une union maritale », n’a pas de lien de parenté avec son « père » – disons plutôt avec l’homme qui l’a conçu18. À partir de la fin du XVe siècle, les sources privées témoignent bien du devoir qui incombe aux pères de nourrir, d’éduquer et d’entretenir leurs enfants illégitimes. Les cas étudiés révèlent que les pères assurent non seulement la subsistance de leurs enfants, mais que certains subviennent également aux frais liés à leur santé et à leur éducation, que ses enfants soient garçon ou fille. Burkard Zink note qu’il envoie son fils Jorg à l’école, puis à partir de 10 ans chez un maître de Kaufbeuren. Rien n’est dit en revanche sur ce que devient le garçon ensuite. Lucas Rem note pour sa part qu’il récupère son fils Jorg à l’âge de 14 ans après que l’enfant a vécu son enfance aux côtés de sa mère. À partir de ce moment-là, son fils étudie auprès de différents précepteurs. Puis, son père l’envoie se former au métier de marchand à Venise. Lucas Rem a soin de préciser que son fils fréquente les maîtres les plus renommés de la ville afin d’apprendre la comptabilité et à tenir des livres de compte. Dans les années suivantes, son fils continue sa formation dans différentes villes du sud de l’Allemagne, le père n’omettant jamais de noter le montant des frais que l’éducation du jeune homme représente pour lui. Notons que Lucas Rem ne se soucie pas que de l’éducation de ses fils. Le marchand subvient également aux frais d’éducation de sa fille illégitime, afin qu’elle apprenne à lire et à écrire (« Luos si lesen und schreiben lernen19 »).

9Le cas d’Hermann von Weinsberg de Cologne témoigne encore de cette obligation faite au père de nourrir son enfant. Sa reconnaissance forcée en paternité se traduit en effet pour lui par le fait d’avoir à assurer les besoins de sa fille Anna, même si celle-ci ne vit pas auprès de lui durant les premières années de sa vie. À la naissance de l’enfant, après l’avoir fait baptiser, la mère d’Hermann se soucie très vite d’éloigner la petite fille de la maison familiale en l’envoyant dans le village d’Ichendorf, où une connaissance de la famille se charge de trouver une nourrice pour l’enfant. Quant au père d’Hermann, il n’est pas absent dans cette affaire puisqu’il pousse son fils à la sagesse et lui conseille de ne pas se retrouver à nouveau dans une telle situation à l’avenir. Il faut dire que le père parle d’expérience, étant lui-même père d’une fille illégitime connue de tous dans la famille. Si la petite Anna, fille d’Hermann, ne vit pas avec son père dans ses premières années d’enfance, celui-ci doit néanmoins verser la somme de 16 florins par an pour payer les frais de nourrice et pour subvenir aux besoins de la mère, ce dont il se plaint d’ailleurs amèrement dans sa chronique. Pendant plusieurs années, Hermann ne donne plus aucune information sur la vie de l’enfant. Ce n’est que huit ans plus tard que la petite fille réapparaît dans le livre de mémoire de son père. Hermann von Weinsberg, alors marié, note que sa femme décide de faire revenir sa fille illégitime à Cologne pour qu’elle aille à l’école. Cependant, la petite fille ne vit pas tout de suite avec le couple, résidant d’abord chez la sœur, elle-même illégitime, de son père. C’est dans le foyer de cette dernière que la petite fille passe une partie de son enfance, avant d’aller vivre chez son père à l’âge de 10 ans.

Les liens affectifs entre les pères et leurs enfants illégitimes

  • 20 Pour ce cas déjà évoqué, nous renvoyons à O. Richard, Mémoires bourgeoises, op. cit.
  • 21 Nous renvoyons ici à l’étude de ce texte proposée par Ozment S., When Fathers Ruled. Family Life i (...)
  • 22 Différentes sources témoignent en effet de situations où les enfants illégitimes vivent aux côtés (...)

10En ce qui concerne la relation affective des pères à leurs enfants illégitimes, certaines sources témoignent d’un souci et d’un attachement réels des pères pour ceux-ci. À Ratisbonne, par exemple, un testament montre le souci d’un père de subvenir aux besoins de son enfant illégitime après sa mort. Dans son testament, Friedrich Notangst20, père d’un « enfant caché » comme il le désigne lui-même, demande ainsi à son fils légitime, Stephan, d’acheter 3 livres de rente viagère pour cet enfant et d’en garder les revenus, afin d’assurer les besoins de celui-ci et son éducation. Quant à Hermann von Weinsberg, il semble peu à peu s’attacher à sa fille Anna21. Si, on l’a dit, il est d’abord très mécontent d’avoir à payer la pension alimentaire de l’enfant quand elle est petite, au fil des années, cependant, ses sentiments à l’égard de sa fille illégitime, son seul enfant, évoluent. Quand Anna vient finalement vivre chez lui, à l’âge de 10 ans, Hermann von Weinsberg la désigne d’abord comme une étrangère « fremdt22 ». Mais dans les années suivantes, les notes du père témoignent du soin manifeste et grandissant qu’il a d’assurer l’éducation de sa fille et de penser à son avenir. En 1564, écrivant ses dernières volontés, Hermann charge ses frères de l’aider et de la conseiller s’il venait à mourir, précisant les biens qu’il lui laisse pour vivre. Quand Anna prend le voile en 1567, à l’âge de 20 ans, son père organise une fête pour célébrer l’événement. Dans les années suivantes, Hermann et Anna se rendent visite régulièrement, le père faisant souvent des cadeaux à sa fille. Puis, quand Anna devient mère supérieure de son couvent en septembre 1580, Hermann von Weinsberg exprime alors sa grande fierté, affirmant n’avoir jamais été aussi heureux de sa vie.

  • 23 Lucas Rem, op. cit., p. 65.
  • 24 « Deshalb mach ich des + uber In, gott befelchendt » (ibid.).

11Dans certaines sources, les portraits faits par les pères de leurs enfants montrent néanmoins la nette valorisation des enfants légitimes sur les enfants illégitimes. De chacun de ses enfants nés dans le mariage, Lucas Rem fait un portrait psychologique et physique attentionné. Le père décrit leur caractère, évoque leur santé et leurs maladies, les étapes de leur éducation et formule pour chacun d’eux des prières à Dieu. Pour ses enfants illégitimes, en revanche, les notes du père sont beaucoup plus sèches et laconiques, visant essentiellement à garder mémoire des frais liés à leur subsistance, aux soins qu’il faut leur prodiguer ou à leur éducation. Il s’agit là d’ailleurs d’une des principales choses que le marchand note en ce qui les concerne. Pour son fils illégitime Jacob, le marchand fait ses comptes. À partir du moment où il l’a retiré de la garde de sa mère, vers l’âge de 14 ans, son fils lui a coûté 260 florins (« er hat mich fl. 260 costet23 »). Pour sa fille illégitime Margret, le marchand note de même qu’il dépense 40 florins pour elle (« sie mir bey fl. 40 costet »). L’attitude de Lucas Rem à l’égard de son fils illégitime Jacob se révèle particulièrement ambivalente. Dans son journal, le marchand évoque en effet assez longuement son fils illégitime, dont il décrit les années de formation. Mais le portrait qu’il fait du jeune homme est extrêmement négatif. Aux dires du père, le jeune homme se comporte de façon insolente (« fresch »), s’habille de manière coûteuse et frivole (« costlich claytt »). Partout, son fils se comporte de façon fière, insolente, désobéissante, désagréable, obstinée, entêtée. Aux portraits bienveillants et affectueux qu’il fait de ses enfants légitimes, s’oppose ainsi ce portrait sans appel que Lucas Rem fait de son fils illégitime, et qu’il termine en écrivant : « C’est la raison pour laquelle je fais une + sur lui, le recommandant à Dieu24. » À travers le portrait du fils, se révèlent en négatif toutes les valeurs dont le père veut se faire le porteur. Dans son discours, son fils semble défier tous les fondements du bon ordre social : la confiance, l’humilité, la discrétion, la soumission. Dans le journal de Lucas Rem, c’est ainsi en négatif, et à travers le discours sur son fils illégitime, que le père promeut un idéal social d’homme travailleur, soumis à l’autorité paternelle, discret, sobre et parcimonieux.

La place des illégitimes dans l’héritage et la succession

  • 25 Sprandel R., « Die Diskriminierung der unehelichen Kinder im Mittelalter », J. Martin et A. Nitsch (...)
  • 26 Il est à noter que la proportion de testaments évoquant explicitement des enfants illégitimes rest (...)
  • 27 Signori G., Vorsorgen, vererben, erinnern, op. cit.
  • 28 Ibid.

12En ce qui concerne les droits de ces enfants illégitimes, on a déjà noté qu’en théorie, dans ces villes allemandes, ces derniers sont exclus de l’héritage de leurs parents. Les écrits privés des laïcs permettent cependant de voir dans quelle mesure les discours et les pratiques des pères eux-mêmes correspondent aux normes juridiques25. L’étude de certains testaments du sud de l’Allemagne ou des espaces suisses voisins révèle que les parents peuvent dans les faits décider de faire des legs à leurs enfants illégitimes. Si minoritaires que soient les testaments évoquant les bâtards26, leur présence témoigne ainsi de la place réelle qui pouvait leur être faite dans les héritages. En ce qui concerne l’héritage des biens matériels, les testaments révèlent en effet des écarts à la norme. Dans les villes suisses, les testaments montrent que les testateurs sans enfants font souvent des legs à leurs enfants illégitimes. Gabriela Signori a par exemple montré qu’il en était souvent ainsi à Bâle27. À Ratisbonne, les testaments révèlent que les enfants illégitimes peuvent bénéficier de legs de la part de leur père, même si ces legs demeurent souvent très modestes. Sauf rares cas où ils héritent de biens immeubles, ces enfants ne bénéficient, en règle générale, que de legs destinés à garantir leur subsistance28. Notons qu’au nord de l’Allemagne, à Lübeck par exemple, une même tendance s’observe encore, même si le droit à l’héritage des enfants semble ici dépendre de la nature de la relation des parents. Quand les parents vivent ensemble, dans une relation de concubinage établie, les enfants reçoivent souvent un véritable héritage. En revanche, les enfants nés d’unions moins stables semblent avoir été beaucoup plus défavorisés. Pour ce qui concerne l’héritage des biens symboliques, notamment le nom du père, il apparaît dans l’aire germanique que beaucoup d’enfants illégitimes portent celui-ci. Tel est le cas par exemple de la fille d’Hermann von Weinsberg, Anna, qui porte le nom de son père. Dans les villes suisses, de même, la chose est assez courante.

  • 29 Teuscher S., « Politics of Kinship in the City of Bern at the End of the Middle Ages », D. Sabean,(...)
  • 30 Lucas Rem, op. cit., p. 66.
  • 31 Nous reprenons ici un cas évoqué par Olivier Richard dans Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 97-98
  • 32 « Schwager » est un terme générique qui désigne tout affin autre que l’époux ou l’épouse. Pour plu (...)

13Partant d’une distinction opérée par Simon Teuscher29, on distinguera cependant les pratiques d’héritage et la succession ; c’est-à-dire d’un côté la transmission des biens, de l’autre, la transmission des charges ou des objets symboliques au fondement de l’identité et de la puissance des familles. Car si les fils illégitimes peuvent parfois hériter de leur père, il semble rare en revanche que les pères fassent de leur fils illégitime leur successeur. Le journal de Lucas Rem en témoigne parfaitement, puisque, on l’a dit, le chroniqueur désigne explicitement comme ses « héritiers » (« Erben ») ses seuls enfants légitimes, « nés dans le mariage » (« ehekindt »)30. Dans les sources du sud de l’Empire, il apparaît ainsi qu’en règle générale, le fils illégitime n’est pas dans la position de prendre la succession de son père pour toutes les fonctions honorifiques ou symboliques au fondement de l’identité ou de la perpétuation de la famille, telles la possession de la maison principale ou la continuation du livre de famille. Certains cas semblent néanmoins témoigner des stratégies possibles de certains pères pour tenter d’articuler héritage et succession en dépit du statut de leur fils. C’est là ce qu’invite à penser, par exemple, le cas d’Hans Kastenmair, bourgeois de Ratisbonne et homme du Conseil31. Sans héritier légitime, il prévoit dans son testament des legs pour son fils illégitime Georg : une maison et une étuve. Cependant, Hans Kastenmair décide de consacrer tout le reste de son imposante fortune, évaluée à 32 000 florins, à des fondations pieuses, sans en faire bénéficier donc ni cet enfant ni les membres de sa parenté. En outre, le testateur précise que la maison qu’il prévoit de léguer à ce fils devra passer à son swager32 si son fils mourait « sans enfant légitime ». De ce cas, on peut tirer deux enseignements : le premier touche au fait qu’Hans Kastenmair refuse de faire de son enfant illégitime l’héritier unique de son immense fortune ; le second touche au fait que la succession doit, à la génération suivante, rentrer dans l’ordre de la filiation légitime. Pour Hans Kastenmair, faire hériter son fils illégitime constitue le moyen d’assurer sa succession à la génération suivante, en lui offrant la possibilité de se créer une descendance légitime sur le long terme. L’héritage octroyé par le père à son fils illégitime a ainsi pour but d’aboutir à la génération du fils à une succession légitime, pleine et entière.

*

  • 33 Notons qu’à Venise, une même tendance s’observe. Dès que le XIVe siècle, avec les lois de 1376 et (...)
  • 34 Signori G, « „Im Namen des Vaters“ », art. cit.

14Dans les villes allemandes comme dans les villes suisses, l’étude des livres de famille allemands ou des testaments de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne tend à montrer que la situation des enfants illégitimes est moins défavorable que ce que la seule prise en compte des droits urbains et des normes juridiques pourrait laisser penser. Certains enfants illégitimes vivent auprès de leur père et dans tous les cas, celui-ci est obligé de subvenir à leurs besoins. Souvent même, les pères assurent leur éducation. En outre, nombre d’entre eux ne sont pas totalement exclus de l’héritage de leur père, même si les legs dont ils bénéficient restent souvent modestes. Au regard de ces sources, il apparaît ainsi que les pères prennent souvent quelques libertés par rapport aux normes de leur société qui les obligent, en théorie, à exclure leurs enfants illégitimes. Il n’en demeure pas moins que dans les villes allemandes, ceux-ci apparaissent souvent comme des enfants de seconde catégorie pour leur père. La tache de leur naissance marque indéniablement ces enfants, dont les destins ne sont jamais aussi faciles ni favorables que celui des enfants légitimes. Si, dans l’aristocratie, le fait d’avoir un bâtard pouvait être un luxe – pour les hommes en tous cas –, dans le monde des villes allemandes, en revanche, les bâtards se révèlent être l’objet d’une assez forte discrimination. Et cette tendance ne fait que s’accentuer à la fin du Moyen Âge. À partir de la fin du XIVe siècle, la discrimination à l’encontre des enfants illégitimes s’accroît en effet sensiblement dans les villes allemandes. Si jusque-là, ceux-ci peuvent connaître un destin relativement favorable, en parvenant à intégrer les métiers ou les confréries, l’évolution des normes et des règlements tend cependant à les rejeter toujours un peu plus du jeu social. À la fin du XVe siècle, l’accès à certains métiers ou à certaines fonctions honorifiques du Conseil des villes repose explicitement sur le fait de pouvoir prouver sa naissance légitime33. Ceci explique d’ailleurs en partie le soin des pères de noter consciencieusement le jour et le lieu de naissance de leur enfant, en particulier pour leur fils et de témoigner par là même de leur naissance légitime. Notons également que le terme même de « bâtard » (« Bastard ») apparaît de plus en plus utilisé à la fin du Moyen Âge comme une insulte34. Dans ce contexte, la vie de ces enfants s’avère souvent difficile. Leur destin dépend de la bonne volonté de leur père, plus ou moins attentionné à leur égard, plus ou moins disposé également à payer les frais de leur éducation et de leur formation professionnelle. De façon générale, ces enfants ont à louvoyer entre les règles sociales de plus en plus discriminantes à leur encontre. Exclus d’un certain nombre de fonctions honorifiques ou de métiers, les enfants illégitimes ont à se plier aux attentes et aux normes de leur société, leur enjoignant de se faire discrets et obéissants. Toute leur vie, ces enfants supportent en somme la macule de leur naissance et la faute de leurs parents, en attendant de se marier eux-mêmes, d’avoir des enfants légitimes et espérer ainsi s’inscrire, à travers leur propre descendance, dans l’ordre légitime de la filiation.

Notes

1 Le droit canonique reconnaît cependant les écarts à la règle et l’existence, de fait, des enfants illégitimes. Aussi l’Église encourage-t-elle autant que possible le mariage des géniteurs. Dans le cas contraire, elle oblige le père à assurer les besoins de l’enfant et de la mère. Cette relation père-enfant est cependant particulière, car si le père est obligé de se faire nutritor, cette obligation ne signifie pas une véritable reconnaissance de paternité avec ses droits et ses devoirs. En outre, les enfants illégitimes, incarnant le péché de leurs parents, demeurent très dévalorisés dans la morale chrétienne. Baschet J., Le sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000. p. 334.

2 Le principe se retrouve dans le droit privé des villes allemandes à la fin du Moyen Âge, où un enfant né dans le cadre du mariage est considéré de fait comme légitime. Le père a en revanche le droit de contester la légitimité d’un enfant dans le cas d’une naissance précoce après le mariage. Voir le chapitre « Das Privatrecht », Conrad H., Deutsche Rechtsgeschichte. Bd. 1. Frühzeit und Mittelalter, C. F. Müller, (2e éd.), Heidelberg, Munich/Hambourg, Landsberg/Frechen, 2011, p. 395-434, ici p. 408. Nagel R., Das Recht der Reichsstädte Weissenburg und Nürnberg, Erlangen, Nuremberg, 1963.

3 À Ratisbonne, Olivier Richard note que dans les 206 testaments qu’il a étudiés pour la fin du Moyen Âge, on ne trouve que 9 mentions d’enfants illégitimes. Richard O., Mémoires bourgeoises. Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2009.

4 Précisons que sur l’ensemble des livres de famille que nous connaissons dans l’aire germanique à la fin du Moyen Âge, les mentions d’enfants illégitimes se limitent à ces quelques exemples.

5 Le patricien de Francfort Bernhard Rohrbach évoque pour sa part dans son Liber gestorum, la mort de son « frère bâtard Ulrich Bracht à Offen en Hongrie » en mars 1481. Monnet P., Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande, Genève, Droz, p. 76.

6 « Chronik des Burkard Zink 1368-1468 », F. Frensdorff et M. Lexer (dir.), Chroniken der deutschen Städte, t. 5, Leipzig, 1866, rééd Göttingen, 1965. Abrégé ensuite « Burkard Zink ».

7 « Tagebuch des Lukas Rem aus den Jahren 1494-1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte des Stadt Augsburg », B. Greiff (dir.), 26. Jahresbericht des Historischen Kreisvereins für Schwaben und Neuburg, Augsburg, 1861, p. 1-110. Abrégé ensuite « Lucas Rem ».

8 Das Buch Weinsberg. Kölner Denkwürdigkeiten aus dem 16. Jahrhundert, vol. 1 et 2, éd. K. Höhlbaum, Cologne, Publikationen der Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde, 1886 ; vol. 3 et 4, éd. F. Lau, Cologne, Publikationen der Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde, 1897 ; vol. 5, éd. J. Stein, Publikationen der Gesellschaft für Rheinische Geschichtskunde, 1926. Abrégé ensuite « Hermann von Weinsberg ».

9 Dans les villes du Sud de l’Empire, seuls les pères évoquent donc, et encore rarement, leurs enfants illégitimes. Précisons en effet que nous n’avons pratiquement aucune trace d’enfants illégitimes pour les femmes. L’honorabilité d’une femme étant intimement liée à sa chasteté avant le mariage et à sa fidélité ensuite, la naissance d’un enfant illégitime ne pouvait être pour elles qu’une source d’opprobre. Ainsi s’explique le silence des femmes sur ces enfants. Dans les testaments de Ratisbonne, par exemple, Olivier Richard note qu’aucune femme n’évoque un enfant qu’elle aurait eu hors mariage : Richard O., Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 97.

10 Cette autobiographie est l’un des premiers écrits personnels allemands connus pour la fin du Moyen Âge. Inséré dans une chronique urbaine, cet écrit se divise en deux parties. La première relate la jeunesse de Burkard Zink et ses premières expériences à Augsbourg, où il s’installe en 1415. La seconde est une suite chronologique de notes relatives à la vie de sa famille étroite, jusqu’en 1456.

11 Les notes personnelles de Lucas Rem s’organisent en dix parties thématiques. Conformément au titre qu’il donne à chacune d’elle, celles-ci évoquent successivement : 1) les origines de son lignage, 2) sa propre vie, 3) ses capitaux commerciaux, ses gains et ses dépenses, 4) les coûts liés à son mariage, 5) les différents cadeaux reçus lors de son mariage, 6) une liste de ses biens, 7) des informations sur ses enfants nés hors mariage (partie qui n’a pas été conservée intégralement) 8) des informations sur ses six enfants légitimes, 9) la liste de ses employés, 10) le compte de ses impôts à Augsbourg entre 1516 et 1534.

12 C’est en effet pendant quarante-sept ans, à partir de l’âge de 32 ans, qu’Hermann von Weinsberg se consacre à son œuvre d’écriture, mois après mois, année après année, laissant derrière lui une œuvre comptant près de 7 000 pages.

13 Signori G, « „Im Namen des Vaters“ : Illegitimität im Spiegel der spätmittelalterlichen Namenspraxis », C. Rolker et G. Signori (dir.), Konkurrierende Zugehörigkeit(en). Praktiken der Namengebung im europäischen Vergleich, Constance, UVK, 2011, p. 53-72, ici p. 61.

14 Il évoque cette relation dans le chapitre intitulé « Miner moder magt und ich samen komen », Hermann von Weinsberg, f. g 165-166.

15 Lucas Rem, op. cit., p. 64-65.

16 À Ratisbonne, Friedrich Notangst évoque en effet un fils « caché/secret » (« haymlischen chind ») [RRUrk, 2697, 1387 02 14]. Richard O., Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 97, note 124.

17 Nagel R., Das Recht der Reichsstädte, op. cit., p. 61.

18 Conrad H., Deutsche Rechtsgeschichte, op. cit., p. 409.

19 Lucas Rem, op. cit., p. 65.

20 Pour ce cas déjà évoqué, nous renvoyons à O. Richard, Mémoires bourgeoises, op. cit.

21 Nous renvoyons ici à l’étude de ce texte proposée par Ozment S., When Fathers Ruled. Family Life in Reformation Europe, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1983, p. 158-161.

22 Différentes sources témoignent en effet de situations où les enfants illégitimes vivent aux côtés de leur père. Tel est le cas du fils de Burkard Zink, Jörg, comme des enfants de Lucas Rem. C’est également ce qu’observe Gabriela Signori dans les villes suisses, notamment à Bâle. Signori G., Vorsorgen, vererben, erinnern. Kinder-und familienlose Erblasser in der Städtischen Gesellschaft des Spätmittelalters, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2001; id., « „Im Namen des Vaters“ », art. cit.

23 Lucas Rem, op. cit., p. 65.

24 « Deshalb mach ich des + uber In, gott befelchendt » (ibid.).

25 Sprandel R., « Die Diskriminierung der unehelichen Kinder im Mittelalter », J. Martin et A. Nitschke (dir.), Zur Sozialgeschichte der Kindheit, Fribourg/Munich, Verlag Karl Alber, 1986, p. 487-502.

26 Il est à noter que la proportion de testaments évoquant explicitement des enfants illégitimes reste faible, de l’ordre de 4 % à Ratisbonne et à Lübeck par exemple. Cependant, comme le note Olivier Richard, beaucoup d’enfants illégitimes peuvent se cacher derrière les nombreux légataires désignés par le seul prénom. Richard O., Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 96-97.

27 Signori G., Vorsorgen, vererben, erinnern, op. cit.

28 Ibid.

29 Teuscher S., « Politics of Kinship in the City of Bern at the End of the Middle Ages », D. Sabean, W. Teuscher et J. Mathieu (dir.), Kinship in Europe. Approaches to long-term Development (1300-1900), New York/Oxford, Bergham Books, 2007, p. 76-90.

30 Lucas Rem, op. cit., p. 66.

31 Nous reprenons ici un cas évoqué par Olivier Richard dans Mémoires bourgeoises, op. cit., p. 97-98.

32 « Schwager » est un terme générique qui désigne tout affin autre que l’époux ou l’épouse. Pour plus de précisions sur l’usage de ce terme, Morsel J., La noblesse contre le prince, L’espace social des Thüngen à la fin du Moyen Âge (Franconie, vers 1250-1525), Stuttgart, Thorbecke, 2000, p. 67-68.

33 Notons qu’à Venise, une même tendance s’observe. Dès que le XIVe siècle, avec les lois de 1376 et de 1382, les fils illégitimes n’ont pas accès au Grand Conseil. Les XIVe-XVe siècles se marquent ainsi par l’exclusion des fils illégitimes du pouvoir politique, ce qui va de pair avec la définition et l’affirmation de l’identité patricienne. Bellavitis A., Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École française de Rome, 40, 2008, p. 39.

34 Signori G, « „Im Namen des Vaters“ », art. cit.

Auteur

Docteure en histoire médiévale – Institut français d’histoire en Allemagne, CRH-EHESS-GAHOM

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540