Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Seconde section. Les bâtard(e)s de la noblesse : des acteurs du jeu politique et dynastique ?

A un tiempo rey y vasallo

Les bâtards royaux des Habsbourg d’Espagne, des « monstres politiques » ?

Héloïse Hermant

Zusammenfassung

L’article revisite la question des bâtards royaux à partir du cas de Juan José de Austria. Accusé de vouloir s’emparer du pouvoir lors de la minorité de son demi-frère, ce fils illégitime de Philippe IV a nourri une violente polémique. Il apparaît tantôt comme le prolongement du défunt roi et l’incarnation de la dynastie, voire comme le double de son demi-frère, tantôt comme le digne rejeton de sa mère – une comédienne –, infâme et ambitieux. Les stratégies discursives et symboliques mises en place pour magnifier, annuler ou au contraire stigmatiser l’illégitimité, en puisant à un imaginaire du sang et de la transmission, s’accompagnent, chez les contemporains, d’une réflexion d’ordre ontologique de la bâtardise royale, pensée comme hybridation sociale et catégorie politique où ordre et désordre des familles et de la société marchent de pair. Facteurs d’instabilité de l’économie domestique et du corps monarchique, mais dotés de pouvoirs d’intermédiation en raison de leur double nature de roi et de sujet, les bâtards peuvent offrir lors des situations de crise une solution providentielle pour refonder les normes du jeu politique.

This article reexamines the question of the royal bastards from the case of Juan José de Austria. Accused of attempting to seize power during the minority of his half-brother, this illegitimate Philip IV’s son triggered a violent polemic. He sometimes appears as the extension of the late king and the incarnation of the dynasty, or even as the double of his half-brother, sometimes as the true offspring of his mother – a comedian – ignominious and ambitious. The discursive and symbolic strategies edified to magnify, to blur or on the contrary to stigmatise the illegitimacy, resorting to the imagery of blood and transmission, come, among his contemporaries, with an ontological reflexion on royal bastardy, seen as social hybridity and political category where familial and social order and desorder go hand in hand. A factor of instability of the domestic economy and of the monarchy, but also endowed with powers of intermediation due to their combined nature as king and subject, royal bastards can offer a providential solution in order to rebuild the political norms in times of crisis.

Volltext

1En Espagne les très nombreux bâtards royaux de la période moderne n’ont fait l’objet que de rares travaux d’ensemble qui enferment le phénomène dans la catégorie de l’histoire de la vie privée des souverains, fertile en révélations et en anecdotes sulfureuses. Lorsque l’analyse s’empare de vies singulières, le prisme biographique retenu tend à dissoudre ces trajectoires dans le récit héroïque de carrières exceptionnelles, mâtiné de tragique. L’illégitimité de l’origine devient alors le ressort dramaturgique d’une appréhension romanesque de l’histoire. Sous les Habsbourg, trois d’entre eux – Marguerite de Parme, don Juan de Austria et don Juan José de Austria – se sont imposés comme des figures incontournables de la monarchie, mais leur condition de bâtard lourde d’implications sociales et politiques n’a pas nourri d’étude spécifique, alors même qu’à l’époque moderne sphères publique et privée s’interpénètrent. Cela laisse inexpliqué l’écart, souvent considérable, qui sépare la place revendiquée par les bâtards royaux au sein de la parentèle et celle qui in fine leur est effectivement assignée, en dépit d’un parcours politique brillant. En réalité, la bâtardise royale se modèle dans l’interaction avec l’ensemble des membres du groupe familial et constitue un marqueur déterminant dans la fabrique identitaire et politique des enfants illégitimes mais reconnus. Cette condition sans statut codifié est d’abord un outil au service de la parentèle, mais en tant que ressource politique, elle peut aussi alimenter l’ambition des bâtards royaux et contredire les intérêts du groupe ou de certains de ses membres. Ces objectifs transparaissent dans des stratégies discursives et symboliques variées mises en place par les divers acteurs pour magnifier, annuler ou au contraire stigmatiser la bâtardise, en puisant à un imaginaire du sang et de la transmission.

2Nous proposons donc de revisiter la question des bâtards royaux à partir du cas de don Juan José de Austria. Accusé de vouloir s’emparer du pouvoir lors de la minorité de son demi-frère Charles II, ce fils illégitime de Philippe IV a nourri une polémique mettant aux prises des visions contradictoires. Tantôt il apparaît comme le prolongement du défunt roi et l’incarnation de la dynastie, voire comme le double de son demi-frère, tantôt il n’est que le rejeton ambitieux et infâme de sa mère, une comédienne. Ce choc des représentations s’est doublé chez les contemporains d’une réflexion d’ordre ontologique de la bâtardise royale, pensée à la fois comme hybridation sociale et comme catégorie politique où ordre et désordre des familles et de la société marchent de paire.

3Nous étudierons successivement trois conceptions de la bâtardise, une approche pragmatique où les enfants illégitimes sont des variables d’ajustement au service d’une parentèle ; une approche polémique qui, à y bien regarder, dissout la bâtardise en filiation sur un mode positif ou négatif selon que l’on considère la descendance par le père (le roi) ou la mère ; une approche ontologique qui assimile la bâtardise à une hybridation sociale et politique pour en faire une force d’intermédiation (destructrice ou salvatrice), c’est-à-dire un virtuel appelé à s’actualiser.

4Ces trois conceptions correspondent à trois moments de la vie de don Juan José, chacun marqué par une figure dominante différente sur la famille et la monarchie : de la naissance à la mort de Philippe IV, c’est-à-dire lorsque son père domine ; la régence de sa belle-mère Mariana ; les débuts du règne de son demi-frère Charles II, lorsqu’il devient Premier ministre.

5Ces trois conceptions fortement contextualisées de la bâtardise présentent l’avantage heuristique d’avoir constitué une grille de lecture des événements par et pour les acteurs eux-mêmes, mêlant représentations, pratiques et trame événementielle, soulignant l’imbrication des sphères privées et publiques et favorisant, à chaud, des jeux des miroirs avec des bâtards royaux espagnols des périodes médiévale et moderne.

Don Juan José, un bâtard royal au service d’un groupe familial et d’une dynastie

Les bâtards royaux, des pions politiques

  • 1 D’après Antonio Risco, il aurait vingt-trois enfants naturels. Josefina Castilla Soto en dénombre (...)

6Philippe II ne reconnaît aucun de ses enfants hors mariage et Philippe IV, auquel on impute la paternité d’une trentaine d’enfants naturels, n’en reconnaît qu’un, don Juan José de Austria né en 1629 de son union avec la belle actrice María Calderón1. La plupart de ces bâtards royaux entrent dans les ordres. Certains occupent même des places enviables, à l’instar de deux rejetons de Philippe IV, Alfonso de Santo Tomás, promu évêque de Malaga, et Alonso Antonio de San Martín, évêque d’Oviedo puis de Cuenca. Les filles naturelles, elles, sont généralement destinées au couvent et connaissent d’obscures destinées.

  • 2 Il avait rédigé un codicille à cet effet, en 1554. En 1556, Charles reçoit pour la première fois s (...)
  • 3 On lui octroie le palais des comtes de Ribadavia à Valladolid. Il reçoit bien plus que les 30 000 (...)

7Outre l’objet central de notre étude, don Juan José, deux enfants hors mariage de Charles Quint ont mené une brillante carrière politique. Tout d’abord, par ordre chronologique, Marguerite de Parme, fille de Jeanne van der Gheenst, née en 1522 et légitimée en 1529 à la demande de sa tante Marguerite de Savoie. Puis don Juan de Austria, né en 1547, fruit des amours de l’empereur avec Barbara Blomberg, issue d’une famille de notables de Ratisbonne. Don Juan n’est reconnu qu’après la mort de son père, en 1559, par l’intermédiaire de Philippe II2. Celui-ci le reçoit comme son frère lui attribue le nom de « Don Juan de Austria », le fait participer à la vie de la cour et le traite comme un infant en le dotant d’honneurs et de revenus dignes de son nom ainsi que d’une maison3. En 1566, Philippe II lui octroie un collier de l’ordre de la Toison d’or. Aussi bien Marguerite de Parme que don Juan ont reçu une éducation soignée, qui les a préparés à des missions importantes. Marguerite est élevée par sa grande tante Marguerite, fille de Maximilien d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas, puis par sa tante Marie de Hongrie.

8Don Juan grandit à Leganès dans les environs de Madrid, auprès du maître d’hôtel de l’empereur, Luis Quijada, qui le fait passer pour son fils bâtard conformément aux ordres reçus. Don Juan acquiert ainsi des éléments de grammaire, de rhétorique, de latin d’astronomie et de mathématique. L’écuyer Juan de Galarza le forme à l’usage des armes et à l’équitation. Mais c’est son séjour à l’université d’Alcalá de Henares, en compagnie de l’infant don Carlos et d’Alexandre Farnèse, qui marque le sommet de son apprentissage.

9La carrière politique de Marguerite de Parme est remarquable. En tant que femme, elle est d’abord un moyen de nouer des alliances, c’est-à-dire un pion diplomatique. Dotée de plusieurs fiefs italiens, elle épouse Alexandre de Médicis en 1536. Après l’assassinat de ce dernier en 1537, Charles Quint la marie à Octave Farnèse, petit-fils du pape Paul III, duc de Parme. Les liens sont renforcés de diverses manières. Charles Quint et Élisabeth de Valois sont les parrains de ses jumeaux (Alexandre et Charles) en 1545. Plus tard, Alexandre sera placé sous la tutelle de Philippe II et sera un infatigable général au service de l’Espagne. En 1559, le Habsbourg nomme sa demi-sœur gouvernante des Pays-Bas (assisté d’un Conseil qui détient la réalité du pouvoir), mais elle ne parvient pas à enrayer la révolte calviniste et, partisane de l’apaisement, elle s’oppose à l’intransigeance de Philippe, puis retourne à Parme où elle finit ses jours.

10Don Juan, lui, refuse la carrière ecclésiastique pour mettre ses armes au service de la monarchie. Il obtient de Philippe II le titre de général de la mer et réprime la révolte des morisques en 1569. Ce succès convainc le roi de le placer à la tête de la Sainte Ligue qui mène la croisade contre les Turcs. Après le triomphe de Lépante dont il est l’orchestrateur (1571), Philippe l’envoie aux Pays-Bas révoltés en tant que gouverneur et trouve la mort à Namur en 1578.

L’intégration symbolique de don Juan José dans le groupe familial

  • 4 Parmi les nombreuses études consacrées au personnage, on pourra consulter Maura G., Carlos II y su (...)
  • 5 Il a pour parrain don Melchor de Veras, ayuda de Cámara de Su Magestad, et pour marraine don Luisa (...)
  • 6 Il fut titulaire de la chaire de mathématiques du Collège impérial de Madrid créé en 1625.
  • 7 Il ne faut pas confondre reconnaissance et légitimation. N’étant pas légitimé, don Juan ne peut av (...)
  • 8 Deleito y Piñuela J., El rey se divierte, Madrid, Espasa Calpe, 1935, p. 86.

11Don Juan José nait en 1629 des amours de Philippe IV avec María Calderón dite la Calderona, une actrice louée pour ses talents et ses grâces, rencontrée en 16274. Il est baptisé sous le nom de « Juan de la tierra », façon traditionnelle d’enregistrer les enfants de parents inconnus, dans la paroisse de Saints Juste et Pastor. Seule la présence de parrains de haut rang trahissent une origine élevée5. Une femme du peuple l’éduque à León le temps de sa petite enfante et à la mort de celle-ci, il est envoyé à Ocaña (Manche) où il suit les enseignements du célèbre Juan Carlos de la Faille6 en mathématique, en cosmographie et en géographie. L’humaniste Pedro de Llerena y Bracamonte se charge de sa formation religieuse et théologique. Ses maîtres d’armes et d’équitation louent auprès du roi ses aptitudes militaires qu’il joint à de remarquables talents de plume. Il est reconnu par Philippe IV en 1642, peut-être sur la suggestion d’Olivares qui voulait légitimer son bâtard Julian7. Une cérémonie fastueuse célèbre l’événement8.

  • 9 Archivo General de Simancas (AGS), « Casas y sitios reales », leg. 181-246. Pour une présentation (...)
  • 10 Il l’avait été secrètement dès 1636.
  • 11 La demande d’une dispense auprès du pape constituait un moyen courant de pouvoir contourner les in (...)
  • 12 Hugon A., Naples insurgée (1647-1648). De l’événement à la mémoire, Rennes, PUR, 2011.
  • 13 Il reconquiert Barcelone en 1652. Pour les rapports de don Juan José avec la Catalogne, Sánchez Ma (...)

12La reconnaissance de Juan José désormais « de Austria » s’accompagne de la constitution d’une maison princière (domestiques et familiers)9 et de l’octroi d’un titre. Une cédule de Philippe IV établit que les personnages de la cour doivent s’adresser à lui en tant que Sérénité (Serenidad) et les cardinaux en tant qu’« Altesse ». Elle précise que la reine l’appellera « mi hijo » (mon fils) et les infants « mi hermano » (mon frère). Dans la pratique, le titre se décline en « Sérénissime » et côtoie les appellations de prince et d’Altesse. Le bâtard royal est officiellement nommé Grand Prieur de Saint-Jean de Jérusalem pour la Castille et le Léon, avec la bénédiction papale10. Ce titre prestigieux lui assure des terres (autour de Consuegra), une rente et le fait entrer dans les ordres, ce qui présente un double avantage. L’appartenance au clergé prévient les complications issues d’un mariage et les revendications d’éventuels héritiers11. Mais la spécificité des ordres militaires autorise don Juan à se battre pour la monarchie. C’est ainsi que le 28 mars 1647, il est nommé prince de la mer, c’est-à-dire commandant de toutes les forces maritimes et est chargé de mater la révolte de Naples12. Une brillante carrière militaire et politique s’ouvre alors. Il est successivement vice-roi de Sicile (1648-1651), de Catalogne (1653-1656), gouverneur général des Pays-Bas (1656-1659) et du Portugal (1661-1663). Il se distingue par de hauts faits d’armes comme la reconquête des présides de Toscane ou les victoires de Gérone et de Valenciennes, par son intelligence politique, ses talents de pacificateur et d’administrateur. L’écrasement de la révolte napolitaine et le retour à l’Espagne de la Catalogne insurgée comptent parmi ses actions les plus applaudies13.

Don Juan José, prolongement et incarnation de Philippe IV ?

  • 14 Don Juan aurait lui-même répandu la légende selon laquelle il serait le fils légitime de Philippe (...)
  • 15 Lison Tolosana C., La imágen del Rey, Madrid, Espasa Calpe, 1992.

13Pendant les années passées au service de Philippe IV, don Juan est présenté et se présente comme le fils du roi, son prolongement et son incarnation14. La question de la filiation est ainsi au cœur de la construction politique du personnage et opère comme un fixateur des thèmes de l’excellence morale et politique à travers la figure du militaire, du bon gouvernant et du héros. La macule de la bâtardise s’efface devant l’évidence universellement partagée des caractéristiques qui l’érigent en digne descendant d’un roi et en représentant d’une lignée. Le topos du sang transmetteur de l’excellence distinctive d’une dynastie constitue le soubassement idéologique implicite d’un riche déploiement de discours et d’images15.

  • 16 Au terme du soulèvement de Naples, il écrit à son fils naturel : « J’ai commandé que tous comprenn (...)
  • 17 Sur la figure de roi sensuel, Deleito y Piñuela J., El rey, op. cit., p. 13-27.
  • 18 Asenjo E., Don Juan José de Austria y las artes, Madrid, Fundación de Apoyo a la historia del Arte (...)

14Plusieurs éléments favorisent l’alchimie. Tout d’abord, Philippe IV valorise systématiquement don Juan José en donnant des instructions pour que les sujets sachent que l’initiative des actions et leur succès sont au crédit au prince16. Celui-ci peut se targuer de la confiance de son père qui le choisit pour réprimer une rébellion tragique et ramener la paix. L’attitude du roi s’explique en partie par une volonté d’expiation. Après sa jeunesse tumultueuse, le besoin de remplir dignement sa fonction le taraude. À partir des années 1630, le Habsbourg traverse une crise spirituelle, s’emploie à effacer son image de « roi sensuel » et vit chaque échec de l’Espagne comme une punition divine17. Alors que l’infant Baltasar Carlos s’est prématurément éteint en 1646 et que la nouvelle reine, sa nièce Mariana de Austria, peine à enfanter, les vertus morales et militaires de son bâtard semblent lui apporter la preuve qu’il n’est pas damné. Le fruit du péché se transmue en instrument de rédemption. Un deuxième paramètre tient à la fonction de don Juan. En tant que vice-roi, il devient l’alter ego du roi. Cette charge, au sommet du cursus honorum, permet de nouer des liens entre le souverain et les élites locales. Le vice-roi fait office de courroie de transmission de la faveur et construit ou revivifie des réseaux d’affidés à l’échelle d’une monarchie planétaire, concrétisés par divers signes d’allégeance et textes hommages. Le thème de la dynastie, omniprésent dans les panégyriques dédiés à don Juan dans les royaumes qu’il administre, témoigne des aspirations de la noblesse pour un lien régénéré avec la monarchie selon une logique antidorale. Enfin, don Juan, très conscient des pouvoirs des images et de l’écrit, se constitue un double iconographique et scripturaire afin de répandre sa légende et se construire une figure à la hauteur de ses ambitions18.

15Durant cette longue période, la filiation revendiquée et la filiation vécue par le prince coïncident. Cette convergence d’intérêts au sein du groupe familial donne naissance à une kyrielle de textes posant une équivalence entre bâtardise et filiation pleine et entière. L’exemple napolitain, véritable moment-catalyseur de la fabrique de la figure de don Juan José comme incarnation de la dynastie, en offre une belle illustration.

  • 19 « Resplandor […], hijo del Gran monarca hispano, que en su dilata monarquía no conoce Ocaso, don J (...)
  • 20 « Hijo de aquella Aquila austriaca, que quando mas estiende el Sol sus rayos, tanto más con los oj (...)
  • 21 « Este rayo dorado que, a modo de celestial luz, no sólo hizo amanecer el día del consuelo sino in (...)

16Les récits de la reconquête de Naples présentent le bâtard royal comme le fils de Philippe IV et déclinent ce thème à l’envie en recourant à divers symboles et emblèmes. Le texte intitulé Naples consolée, toute à sa joie et à son soulagement, sous le gouvernement de son Altesse Sérénissime don Juan d’Autriche, fait du bâtard royal une : « Illumination […], fils du grand monarque espagnol, dont l’immense monarchie ne connaît pas le coucher du soleil, don Juan d’Autriche, prince si grand que l’antique Rome le compare à l’invincible Scipion19. » Un peu plus loin, il est le « Fils de cet Aigle d’Autriche, qui fixe d’autant plus ses yeux sur le bien commun et sur la réalisation de la fin désirée que le soleil étend ses rayons20 ». Enfin, il est dépeint comme « ce rayon doré qui, semblable à une lumière céleste fit non seulement se lever le jour de la consolation, mais répandit dans les cœurs cet amour qui fut suffisant pour obtenir la fin désirée21 ».

  • 22 « Tam effusus in filium animus nisi quod in te jam simulachrum suum conspecit » (Archivo Histórico (...)
  • 23 « Es este príncipe, joven en los años, sagaz en los pensamientos, viejo en las resoluciones, […] a (...)

17Don Juan apparaît donc comme l’émanation du roi – le rayon du soleil – et sa synecdoque. Il est inspiré par son père – le ressort de son action est le bien commun incarné par le soleil – et il s’affirme comme son principe actif – une illumination qui éblouit et réconforte les sujets. À un stade ultime, la filiation se manifeste par la ressemblance voire le dédoublement. Une ode du frère Bonaventura s’ouvre sur un jeu de miroir entre le roi planète et son fils naturel : « L’esprit (du roi) a tellement imprégné son fils qu’il ne voit qu’en toi son reflet22. » Cela suffit à l’identifier comme digne du sang Habsbourg, sans mention de son origine bâtarde. Cette évidente fulgurance est objectivée par un ensemble de qualités : le comportement de don Juan révèle l’ethos et les attributs du bon gouvernant, authentique marque de fabrique Habsbourg : « Ce prince est jeune par les années, sagace dans sa réflexion, vieux dans ses résolutions, […] prudent dans ses paroles, prolixe en prières, prodigue dans ses aumônes, admirable par sa renommée et vénérable pour les hommes, digne vraiment d’un grand honneur, issu de la très auguste famille d’Autriche23. » Ce qui démontre que don Juan est un Habsbourg et qu’il représente son ascendance par synecdoque en concentrant l’excellence de la lignée.

  • 24 « Son père est mort et pourtant il n’est pas tout à fait mort » (Sermón que predicó Don Juan Benit (...)

18Ces caractéristiques perdurent toute sa vie. En 1678, Juan Benitez bâtit un sermon consacré à Philippe IV, mais dédié à don Juan, sur un parallèle entre les deux entités pour signifier que le bâtard royal est la réincarnation du roi défunt. Une formule latine martèle l’idée à intervalles réguliers du texte : « Mortuus pater ejus. Et quasi non est mortuus24. » La transmission de l’excellence par le sang explique la continuité du père à travers le fils dont la ressemblance physique et morale, traduite par un comportement royal, s’impose comme le signe.

  • 25 Sur ce point, Hermant H., « Du pouvoir subversif des images. Don Juan José de Austria en double du (...)
  • 26 Bennassar B., « Deux grandes carrières de bâtards royaux au temps des Habsbourg d’Espagne », C. Gr (...)
  • 27 Aznar D. et Sánchez-Marcos F., « Don Juan (José) de Austria, bastardo regio y Gran Prior. La conso (...)

19Cependant, le statut de don Juan demeure fragile et ambigu. Ambigu, parce que loin de se contenter d’être un instrument de la gloire de Philippe IV, unique pôle d’aimantation légitime des éloges, le bâtard royal adopte une posture royale et travaille à sa propre gloire. Ce qui le positionne en prolongement de son père et implicitement en héritier25. Les historiens ont débattu sur la question d’une éventuelle suppléance au trône. Pour Bennassar, le prince a pu paraître comme un recours. Entre la mort de Balthasar Carlos et la venue au monde d’un nouvel héritier, Philippe Prosper (1657) don Juan José incarne une alternative. En 1661, durant les quelques mois qui séparent la mort de Philippe Prosper et la naissance du futur Charles II, il est le seul en lice. N’est-ce pas au lendemain de la mort de Philippe Prosper que lui sont confiées des missions d’importance26 ? D’autres soutiennent que la reconnaissance de don Juan viserait d’abord à maintenir l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans l’orbite royal27.

La bâtardise au prisme de la polémique : une « monstruosité » politique ?

Don Juan José, héritier de Philippe IV ? La place introuvable

20En l’absence de codification, le statut des bâtards royaux est fragile et instable. Il dépend de la volonté du souverain, de ses successeurs et des aléas biologiques et monarchiques. Dans notre cas, la congruence d’intérêts familiaux et politiques se délite à la naissance de Charles II et plus encore à la mort de Philippe IV. L’instauration d’une régence soulève une série de problèmes qui rendent patents les obstacles opposés à l’intégration durable du fils illégitime dans la famille royale. Il importe donc surtout de voir, dans le temps, l’écart entre la place qui lui est assignée, celle qu’il revendique et celle occupée.

  • 28 Plus tard, il intrigue pour obtenir le trône de Pologne.
  • 29 « Parce que je déclare que don Juan José est mon fils, que j’ai eu, étant marié, et que je reconna (...)

21Au sein du groupe familial, la position de don Juan José apparaît ambiguë. Pour son père, il est à la fois une image du péché et un instrument de salut, comme on l’a vu. Le roi y voit peut-être un recours pour sa succession, mais cela reste implicite et à partir de 1661, la naissance de Charles II vide l’hypothèse de son sens. Par ailleurs, l’écart se creuse entre les aspirations de don Juan et les projets que son père conçoit pour lui. Ainsi, don Juan a plusieurs fois signifié au Habsbourg son intention d’obtenir une fonction digne de lui, voire une couronne. Au printemps 1665, il profite du séjour de la cour à Aranjuez pour montrer au roi une miniature de son crû figurant le dieu Saturne, ressemblant à s’y méprendre à Philippe IV, réjoui du spectacle des amours incestueux de Jupiter et de Junon, respectivement sous les traits de Juan José et de l’infante Marguerite. Originale manière de quémander la main de sa sœur et, peut-être, le trône d’Espagne. En effet, beaucoup pensaient que Charles, le chétif héritier, n’atteindrait jamais l’âge adulte. Outré, le roi rompt toute relation28. En septembre, don Juan se presse au chevet du souverain à l’agonie mais essuie une fin de non-recevoir. Le testament de Philippe reste flou sur son sort et ouvre un éventail de possibles29.

  • 30 « Como un lunar en su frente y un San Benito de la Infamía » (BnE, ms. 8344, fo 77v).

22Don Juan s’ingénie en vain à fléchir la reine, maintenant régente, afin de réintégrer symboliquement et physiquement le giron familial. Mariana considère don Juan comme une menace pour son pouvoir. Et en tant qu’épouse chrétienne, il est une insulte. Don Juan a beau jeu d’évoquer son bilan politique. Il s’offusque que son exil ternisse sa réputation « comme un grain de beauté sur son front ou un San Benito de l’infamie30 ».

  • 31 Hermant H., Guerres de plumes. Publicité et cultures politiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

23Durant la minorité de Charles II et le début de son règne, le bâtard royal ne poursuit plus le leurre d’une intégration harmonieuse dans la parentèle et la monarchie. Il a compris que la conception pragmatique de la bâtardise qui faisait des fils naturels du roi une variable d’ajustement au service de la parentèle jouait à son détriment. Il adopte alors une position essentialiste selon laquelle, en rapport direct avec leur sang et leurs mérites, il existe bien au sein de la famille royale une place sinon un statut pour les bâtards reconnus. Il cherche donc à s’imposer – à prendre cette place introuvable – en menant des guerres de plumes porteuses de courants d’opinion qui lui permettent de résister sans désobéir ouvertement31. Soutenu par un nombre croissant de malcontents de tout bord, don Juan obtient l’éloignement du favori, le jésuite Nithard et gagne la charge de capitaine général d’Aragon au terme de la première guerre de plumes (1668-1669). Au terme de la seconde (1675-1677), il devient le champion de la noblesse marginalisée du pouvoir, contraint la régente à renvoyer son favori Valenzuela, est nommé Premier ministre et fait exiler sa principale ennemie. Lors de cette conquête du pouvoir, des centaines de discours pour ou contre le prince déploient des imaginaires contradictoires centrés sur la bâtardise. La loi du sang joue en faveur ou au détriment du bâtard royal, selon que l’on considère l’hérédité par le père (glorieuse) ou la mère (infamante).

La bâtardise, désordre des familles et ruine de la monarchie

24Lors des guerres de plumes de la minorité de Charles II, les détracteurs de don Juan exploitent sa condition de bâtard pour briser son image du prince vertueux, discréditer sa prétention à être le prolongement du souverain et la synecdoque de la dynastie. Ils utilisent la loi du sang à contre-emploi pour renvoyer le prince du seul côté de la Calderona. Le procédé vise d’une part, à présenter le prince en particulier illégitime à statuer sur les affaires de la monarchie et de l’autre, à lui attribuer les tares supposées de son actrice de mère. Don Juan devient un « caractère » et sa bâtardise, la clef de voûte de sa complexion. La bâtardise est une essence monstrueuse traduite par une attitude invariante et donc prévisible, qui forge un personnage archétypique.

  • 32 « ¿Qué ha de tener de rey Juan Calderón ? » (BnE, ms. 22659, fo 56v).
  • 33 Anton Martín est un hôpital madrilène fondé en 1522 pour soigner les maladies vénériennes.
  • 34 Respectivement : BnE, ms. 9397, fo 119r-119v ; ms. 2034, fo 138r-139v ; ms. 6384, fo 58r-59v ; ms. (...)

25Afin d’assimiler de don Juan à un particulier, des scripteurs effacent sa royale ascendance en jouant sur les patronymes. Sous leur plume, le prince devient Juan Calderón, digne rejeton et réplique masculine de sa mère32. Dans la même optique, des lettres fictives adressées au prince, notamment celle du chirurgien d’Anton Martín33, que la Calderona aurait sollicité pour avorter, celle de sa nourrice, celle de sa mère et celle du roi, exploitent la polarité privé/public pour montrer l’impunité avec laquelle on peut insulter don Juan34. La familiarité non mutuellement consentie le prive de sa superbe et nie son statut de personnage public. Dans ces missives fictives, les proches du prince dénoncent son comportement indigne et disqualifiant. Son hybris justifie sa mise à l’écart comme l’affirme un Philippe IV revenu des tréfonds de l’Escorial :

  • 35 « Yo os engrandeci más que a ningún bastardo de España, prefiriendoos a otros que tuve mejores y m (...)

« Je vous ai élevé plus que n’importe quel bâtard d’Espagne, […] parce que jamais je n’aurais cru que vous perdriez votre respect pour la reine mon épouse et nièce, mère de votre roi. Si vous vous étiez contenté de votre grande fortune, les Espagnols vous aimeraient comme mon fils. […] Vous ne deviez pas aspirer à plus de ce que j’avais disposé pour vous. […] Ce ne sont pas là des coutumes d’un enfant à moi, c’est pourquoi vous méritez que je vous maudisse35. »

26Un autre biais consiste à insister sur transmission des caractères par la mère et à transformer la malheureuse en dépravée pour stigmatiser son rejeton, à l’instar du chirurgien d’Anton Martín :

  • 36 « Desde que me consultó tu madre su preñado a escote a la danza de galanes que traía alrededor, ju (...)

« Quand ta mère m’a consulté pour sa grossesse, le ventre si gros qu’il remontait jusqu’au décolleté, et entourée de sa ronde de galants, jouant à jeux de mains, jeux de vilains quand elle t’a conçu, j’ai dit à la Calderona avec mon peu de magie noire, qu’elle accoucherait d’un collier de clochettes36. »

  • 37 Deleito y Piñuela J., El rey, op. cit., p. 27.

27L’actrice était courtisée, mais on sait peu de choses sur sa vie privée en dehors de sa relation avec le duc de Medina de Las Torres puis avec le roi. Peu après la naissance de son fils, elle arrache à Philippe IV la permission de se retirer dans un couvent37. Peu importe à notre libelliste qui s’ingénie à montrer que les tares de la séductrice et de la comédienne, principaux apanages de la Calderona, structurent la personnalité de don Juan :

  • 38 « Dices aquello de dar por tu Rey toda la sangre de tus venas ; que esperas lograr tu justa intenc (...)

« Tu parles de donner tout le sang de tes veines au Roi : tu espères, dis-tu, réaliser ta juste intention jusqu’au dernier souffle de ta vie ; et ensuite tu supplies la reine, à genoux, en versant les larmes de ton sang […]. Petit, ces façons de parler s’apprennent sur les planches38. »

  • 39 Manifiesto de don Juan de Austria en que se finge y jacta por rey, BnE, ms. 8346, fo 243v-248r. Su (...)

28Telle mère, tel fils. Fieffé menteur, simulateur dépravé et ambitieux, don Juan cherche à rejoindre les hautes sphères comme la comédienne usant de ses charmes pour séduire le roi. En le rendant crédible, son ascendance royale fournit le socle de son action de sorte que la rouerie constitue le revers de l’ambition. La bâtardise de don Juan explique ses procédés et sa psychologie : il est un caractère, « l’ambitieux », que ses adversaires combattent en décryptant ses gestes et propos39.

  • 40 Afectos de un buen Español, BnE, ms. 8346, fo 269r-271v ; Elegante y erudito papel que escribió ci (...)
  • 41 L’autorité de Pierre le Cruel est contestée et les opposants se groupent autour du comte de Trasta (...)

29Cette théorie renforce la conviction que don Juan ne s’embarrassera pas de sa fraternité avec Charles II pour le supprimer. Dans ce schéma, la transmission des caractères ne suit que la voie maternelle et le sang Habsbourg mêlé à un sang « ignoble » ne crée aucun sens de la famille. Plusieurs libelles dressent un inventaire des fratricides et parricides de la Bible, de l’Antiquité et de l’histoire. Dans cette galerie de monstres politiques, les assassins ne sont pas tous des bâtards, pourvu qu’ils éveillent un imaginaire tératologique40. Caïn, Absalon, Œdipe, Romulus, Henri Trastamare, bâtard d’Alphonse d’Aragon41 et Guillaume d’Orange comptabilisent les plus fortes occurrences.

Du difforme à l’informe : la bâtardise érigée en catégorie politique

  • 42 Le sang Habsbourg de don Juan est alors tenu pour quantité négligeable, comme s’il était corrompu (...)

30Dans les discours glorifiant ou conspuant don Juan José, la bâtardise ne fait pas l’objet d’une réflexion en soi. Les auteurs l’assimilent implicitement à la transmission du sang et des caractères par le père dans le premier cas et par la mère dans le second. Soit don Juan est le fils de Philippe IV, soit il est celui de la Calderona42. Mais à un plus haut degré de généralité, une pensée de la bâtardise royale en termes d’hybridité, émancipée d’a priori négatifs ou positifs apparaît. La bâtardise se trouve alors à associée non au difforme mais à l’informe et l’indéfinissable. En tant que monstrum – digne d’admiration – la bâtardise peut apporter une solution hors-norme aux situations hors-norme que sont les stasis.

31Au-delà de la polémique, le chroniqueur Juan Idiáquez, apparente le bâtard de Philippe IV à un monstre politique, conformément à l’étymologie latine :

  • 43 « Don Juan, nacido como el alba de los esplendores del sol y de las sombras de la noche, volvió a (...)

« Don Juan est né comme l’aube, des splendeurs du soleil et des ombres de la nuit. Il est né une seconde fois à treize ans, quand son père lui a donné une maison et un statut royal ; et même si nous ne qualifions pas cette seconde naissance de monstruosité politique, nous pouvons penser qu’il est né avec une nouvelle nature indéfinissable car il n’est né ni roi, ni prince, ni infant, ni apparemment sujet, mais est d’une condition hors normes, bien qu’il incline davantage à s’élever au statut de roi qu’à s’abaisser à celui de sujet43. »

  • 44 « Mal hallados entre las apariencias de rey o vasallo » (ibid.). Idiáquez tente de réduire, sans s (...)
  • 45 On retrouve cette idée dans une satire populaire de l’époque forgée sur des « titres de comedias » (...)
  • 46 Fils de l’union de l’infant Luis de Portugal avec une nouvelle chrétienne et petit-fils de Manuel (...)
  • 47 Tunis, la Morée, voire la France ou l’Angleterre, Bennassar B., Don Juan de Austria, op. cit., p.  (...)
  • 48 Il est son Excellence don Juan de Austria, n’a pas le droit d’assister aux offices à la chapelle r (...)
  • 49 Ibid., p. 55-56.
  • 50 Alonso de Aragon (1417-1485), fils bâtard de Jean II d’Aragon et de Navarre, nommé premier duc de (...)

32Idiáquez conçoit les bâtards royaux, « empêtrés dans leur double apparence de roi et de sujet44 », comme fauteurs de trouble45. Leur hybridité induit une souffrance sur le plan personnel et une instabilité sur le plan politique. La révélation de leur ascendance royale, leur rencontre avec leur géniteur et leur reconnaissance publique constituent une « seconde naissance ». Dès lors, si leur père ne les gratifie pas d’une couronne, à l’instar d’Alphonse V d’Aragon et de Sicile donnant le royaume de Naples à son bâtard Ferdinand en 1458, alors il faut s’attendre à ce qu’ils s’en emparent, comme Henri de Trastamare ou le prieur d’Avis au Portugal46. Et l’auteur de reprocher à Philippe IV de ne pas avoir tiré les leçons du cas du premier don Juan, suspecté d’aspirer à une couronne47 alors qu’il était gouverneur des Pays-Bas, mais mort trop tôt pour que son ambition ne dégénère. Car don Juan n’avait reçu ni titre, ni terre, ni le prédicat d’Altesse, ce qui le ravalait davantage au rang de Grand d’Espagne que d’infant48. Le triomphe de Lépante lui inspire des projets mégalomanes comme celui d’une vaste extension territoriale en Méditerranée ou d’une invasion de l’Angleterre pour y placer une reine catholique. Il commence à revendiquer le titre d’Infant avec traitement d’Altesse et trempe dans des affaires louches. Philippe II l’envoie probablement aux Pays-Bas révoltés pour calmer ses ardeurs. Idiáquez ne transforme pas pour autant les bâtards royaux en nuisibles. Il reconnaît leurs qualités militaires et leur noble apparence. Concernant don Juan José, il souligne que pendant ses luttes contre les validos il a tempéré les ardeurs du peuple soulevé en sa faveur et qu’une fois Premier ministre, il a fidèlement servi son frère, en restant à sa place49. Idiáquez estime que sans le brouillage délétère entraîné par l’octroi d’un décorum princier, don Juan José aurait pu être un nouveau don Alonso de Aragon, c’est-à-dire le premier des Grands d’Espagne50.

  • 51 Hespanha A. M., « Las estrúcturas del imaginario de la movilidad social en la España del Antiguo R (...)
  • 52 Don Juan est enterré dans le panthéon de l’Escorial mais dans une crypte séparée de la salle des t (...)

33L’instabilité des bâtards royaux est une puissance d’agir, positive ou négative selon qu’ils parviennent ou non à trouver leur place dans un monde rivé à la pureté des catégories et indexé à un idéal fixiste qui n’a rien prévu pour eux51. Plus que des caractères, ils incarnent une virtualité qui s’actualise en se modelant dans un contexte. Les bâtards royaux sont ainsi des « monstres politiques » dont il ne faut pas penser l’essence en termes de transmission exclusive des caractères du père ou de la mère, selon une dynamique verticale, mais qu’il convient plutôt d’appréhender en termes de mélange social et politique, selon une dynamique horizontale. Ces inclassables, ni rois ni sujets, tendent à se rapprocher asymptotiquement de la royauté52.

  • 53 Les titans sont des divinités primordiales antérieures aux dieux de l’Olympe. Dans la pièce, Promé (...)
  • 54 AGS, CSR, leg. 220.
  • 55 Los dos genios, BnE, ms. 5588, fo 158v-169v.
  • 56 Hermant H., « L’impossible incarnation d’une monarchie. Une crise de la régence de Charles II », R (...)

34En tirant le fil, on peut chercher dans cette nature particulière un potentiel d’intermédiation entre le roi et les sujets, capable de cimenter le corps sociopolitique en temps de crise. Les partisans de don Juan s’y sont essayés à travers une relecture de la figure de Prométhée53. La pièce de Calderón de la Barca, la Statue de Prométhée, est ainsi programmée à la cour de Saragosse, fief de don Juan, en la présence du maître des lieux, alors que la lutte contre Nithard fait rage54. Le contexte de représentation d’une œuvre par ailleurs polysémique, conditionne le sens que les partisans du prince lui donnent. Il propulse une herméneutique où Prométhée incarne don Juan, dans un contexte tragique inédit dans le théâtre espagnol, qui traduit l’exceptionnel de la crise de la régence. En effet, le ressort dramaturgique n’est pas, comme à l’ordinaire, la dégénérescence du pouvoir en tyrannie, mais l’absence de la figure du souverain. Ici, le roi des Dieux, Jupiter, n’apparaît jamais sur scène, ce qui plonge le monde dans l’obscurité. Or, les libelles juanistes ne cessent de déplorer les ténèbres dans lesquelles la mort-éclipse du roi Planète a plongé l’Espagne55 pour la confier à une régente en manque d’autorité et laisser la monarchie momentanément désincarnée56. La pièce figure ainsi de façon originale la lutte du bâtard royal contre la régente et son valido, en mettant en scène, dans l’apothéose finale, la clémence d’un Jupiter pardonnant la transgression et la révolte du demi-dieu qui a voulu « apporter la lumière » aux hommes grâce à un « rayon volé ». Dans un climat de guerre civile, Apollon, Minerve et Jupiter pardonnent à Prométhée son geste sacrilège parce que la sagesse, la générosité, la piété de ce dernier l’autorisent à commettre un larcin pensé comme un don aux hommes en vue du bien commun.

  • 57 Représentée dans la pièce par le statut de demi-dieu de Prométhée qui renvoie au « ni sujet, ni ro (...)

35Renvoyée à un au-delà des normes, la bâtardise se meut en virtualité salvatrice des temps de crise57. Dans des conjonctures exceptionnelles, cette incarnation de la transgression des normes sociales et culturelles tend à produire une transgression exceptionnelle des normes politiques qui permet de les dépasser pour les refonder. Nous proposons donc de voir comment la bâtardise de don Juan a établi un nouveau consensus entre les élites du royaume et le pouvoir souverain, à la base d’une monarchie nobiliaire.

La bâtardise comme force d’intermédiation pour reconstruire l’ordre familial, social et politique : de la transgression à la refondation de la norme

Au-delà des normes, le bâtard royal en héros gardien de l’ordre et de la lignée

36Le travail entrepris par don Juan autour de son image, de la révolte de Naples à sa nomination comme Premier ministre en 1677 offre le matériau pour penser la bâtardise à la fois en termes de parenté et de catégorie politique.

37Dès 1647, don Juan a voulu marquer sa place au sein des Habsbourg en dépassant symboliquement son rapport de filiation avec Philippe IV. Afin d’occuper une position incontournable, il tisse des analogies ou même amalgame sa figure avec d’autres du groupe familial chronologiquement antérieures au roi Planète.

  • 58 Francesco Amai, Il Glorioso Triunfante Ritorno dal’Elba nelle cità felicissima di Palermo, 1650.

38Il cultive ainsi un parallèle avec un autre bâtard illustre, le don Juan de Lépante. Leurs trajectoires similaires s’y prêtent bien : leur place au sein du groupe familial, leur prestance, la précocité et le nombre de leurs interventions militaires, leurs victoires prestigieuses et leur rôle de défenseur de la foi coïncident. Les panégyristes ont donc souvent assimilé les deux bâtards royaux comme Francesco Amai qui le nomme « don Juan II58 » ou le juriste valencien Llorenç Mattheu y Sanz qui écrit :

  • 59 « Entre los príncipes austriacos el señor don Juan de Austria, hijo del invencible Emperador Carlo (...)

« Parmi les princes de la maison d’Autriche, le Sérénissime don Juan d’Autriche, fils de l’invincible Empereur Charles Quint fut le rayon qui jeta le Très-Haut contre le Turc de Lépante, contre le perfide Morisque des Alpujarras, contre le rebelle des Pays-Bas. Votre Altesse, augmentant les raisons de louer ce nom si excellent, a étrenné le valeureux bâton de commandement que vous veniez de recevoir, en rabattant les furieuses vagues des tumultes de Naples59. »

  • 60 « Nunca en los reynos de España faltara un don Juan, que venza al moro, que al christiano ampare, (...)
  • 61 « Sérénissime prince Jean d’Autriche, appelé par la voix des ancêtres, par les applaudissements du (...)

39Don Juan José entretient une parenté privilégiée avec son homologue et homonyme. Il en est un double qui prolonge son œuvre. Les pouvoirs de l’analogie, enrichis d’une onomastique naturaliste, autorisent un libelliste à ériger les don Juan en membres éminents de la dynastie dont un avatar défendrait à chaque génération les intérêts : « Jamais dans les Royaumes d’Espagne, il n’a manqué un don Juan qui vainque le Maure, qui protège le chrétien, qui assujettisse le rebelle, jusqu’à ce que ceux qui avaient pris les armes contre son père les aient rendues60. » Occupant une place d’honneur attitrée à chaque génération, les bâtards deviennent des héros garants de l’ordre et de la lignée61. Le statut de héros traduit leur caractère exceptionnel et leur place à part au sein de la parentèle : la bâtardise se trouve ainsi retranscrite mais sans nuance négative.

  • 62 AHN, Consejos suprimidos, leg. 47234. Consulte du 18 décembre 1668. L’anecdote est rapportée dans  (...)
  • 63 Les mois de décembre 1668 et janvier 1669 avaient été très tendus à Grenade. Un pasquin affiché su (...)

40L’assimilation fréquente entre les deux don Juan était un topos partagé par l’ensemble de la population. Ainsi, fin 1668, le corregidor Luís Ramírez de Guzmán rapporte au Conseil de Castille l’agitation suscitée à Grenade par la représentation de la comedia Origen de nuestra señora de las Angustias y rebelión de los moriscos, pièce qui évoquait la victoire remportée par le bâtard de Charles Quint sur les morisques insurgés62. Dans le contexte troublé de la lutte contre Nithard, le corregidor craignait que les vivats appuyés saluant les apparitions de l’acteur incarnant don Juan soient une manifestation du soutien à don Juan José, à la faveur de l’homonymie63.

  • 64 Milhou A., « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », id., Pouvoir royal et absolutis (...)
  • 65 Dans le panégyrique qu’il adresse à don Juan José pour l’ensemble de son parcours au service de la (...)

41Ce parallèle qui capte au profit du fils de Philippe IV l’imaginaire de croisade liée à Lépante et à l’expulsion des morisques propulse des mythes fondateurs de l’identité et de la souveraineté espagnole au-delà des Habsbourg. Le syntagme récurrent « la croix de l’épée » et ses variantes renvoient à l’idée de bras armé du Christ et à la dialectique Destruction/Restauration, née de la Reconquista et réactivée par le marasme politique de la régence64. Don Juan José porte le mouvement cyclique de l’histoire qui renforce l’Espagne à chaque épreuve et dont chaque victoire correspond à un rachat sur le plan spirituel65. La pulsion sacrificielle – christique – du bâtard royal le pousserait à expulser les validos de Mariana au nom du bien commun. Pour le trinitaire Manuel Guerra y Ribera, peu après l’exil de Nithard :

  • 66 « Quando consiguió el laurel tan immortal fue tiempo de su Pasión. En ella como fiel hijo de su et (...)

« Il obtint l’immortel laurier du temps de la Passion. À ce moment en tant que fils fidèle de son père éternel, il lui rendit son empire nettoyé de ses fautes […] ; le trône de sa croix fut l’épée de la restauration66. »

  • 67 Ibid., fo 6r-6v.
  • 68 BnE, VE 127-150.

42Portée à son terme, ce type de rhétorique assimile don Juan José aux entités tutélaires de l’Espagne et l’érige en figure matricielle contenant toute la descendance. Ainsi en va-t-il d’Hercule, demi-dieu et ancêtre proclamé des rois goths, dont les souverains Habsbourg se revendiquent. L’auteur de la Naples consolée rapporte explicitement la prouesse du retour à l’ordre d’un « peuple-hydre » aux travaux d’Hercule et, en l’espèce, à son triomphe contre l’hydre de Lerne67. Quant au chroniqueur José Pellicer d’Ossau, il écrit un Anagramme au nom royal de son Altesse don Juan José de Austria, construit sur un dédoublement des deux figures, « ¿a donde sin trabajo ?68 ».

  • 69 Juan Antonio de Sandoval, Oración panegírica en acción de gracias al Espíritu santo, Barcelone, 16 (...)

43Dans une même veine, des clercs présentent don Juan sous les traits de saint Ferdinand, roi et guerrier, héros de la Reconquista, canonisé en 1671 et patron des Habsbourg69. Don Juan n’incarne alors plus la lignée royale par synecdoque, en bout de chaîne. Il en est la quintessence et la matrice, en position surplombante. Le respect et l’obéissance active qu’il inspire et qui sont l’apanage exclusif des rois – et non de tous les membres de la parentèle – le manifestent.

44Ce positionnement pivotal au sein des Habsbourg immunise don Juan au grand dam de ses détracteurs. Le prince ne peut être ravalé au rang de particulier, ni être rejeté arbitrairement de la famille et du pouvoir. Il devient la matrice d’une refondation multiscalaire du corps de la monarchie, dans le microcosme de la famille royale et le macrocosme du royaume.

Le bâtard royal, un instrument providentiel en temps de crise : le paradigme de la Sainte Famille

45Les alliés de don Juan s’appuient sur la condition de bâtard royal pour invoquer la loi du sang et le dépeindre en restaurateur de l’ordre au sein de la famille Habsbourg, préalable à la régénération du corps sociopolitique. Plus que l’idée d’une transmission – verticale – du sang royal qui magnifierait le prince, c’est sa consanguinité – horizontale – avec Charles II qui importe ici.

  • 70 Carta secreta de un religioso al Inquisidor General, BnE, ms. 8347, fo 231r-238r.
  • 71 Cumple los años el Rey, BnE, ms. 3479, fo 47r-49r.
  • 72 Libro Nuevo de la Perdida de España por Mariana, AHN, Estado, Libro 880.

46Pour faire de don Juan le ciment de la famille royale, il faut d’abord présenter la reine comme une marâtre dénaturée, bafouant la loi du sang. Mariana détruit la famille en salissant la mémoire de Philippe IV par sa relation avec Nithard puis Valenzuela. Des analogies avec Anne d’Autriche et Mazarin insinuent que la privanza cache une liaison scandaleuse70. La reine détruit aussi la famille parce qu’imbue de pouvoir, elle ne prépare pas Charles à sa fonction de roi et le tyrannise71. Cette nouvelle Agrippine conspire afin d’accaparer le commandement – dont elle n’est que la dépositaire momentanée et dont Charles reste le propriétaire – pour elle ou son favori72.

  • 73 Discurso jurídico, histórico, político, BnE, ms. 8344, fo 136r.
  • 74 « Finissimo vasallo del rey mi señor por quien daré siempre toda la sangre de mis venas »(BnE, ms. (...)

47Une fois la marâtre évincée et en l’absence du défunt roi, le noyau familial se reconstituera spontanément autour Charles et don Juan. Selon les libellistes, don Juan ne peut qu’aspirer au meilleur pour son frère en raison de l’excellence du sang qui les unit d’un indéfectible lien. En tant que digne descendant de la lignée des Habsbourg, don Juan est animé par le bien et ne saurait porter préjudice à Charles sans se nuire à lui-même. Medina de las Torres affirme ainsi à Mariana : « Pour le poste de Premier ministre, Sa Majesté ne trouverait personne parmi tous ses ministres et ses vassaux qui puisse, par le lien du sang et d’autres très pertinentes raisons, se prévaloir d’être absolument parfait pour devenir valido, sinon lui73 » ; dans toutes ses lettres ouvertes, don Juan agite cet impératif traduit en pulsion sacrificielle pour exprimer son désir d’œuvrer au bien du roi et du royaume. Il est « le plus dévoué des sujets du roi pour qui je verserai toujours tout le sang de mes veines74 ».

  • 75 Des libelles assimilent Mariana à l’Ève biblique : Soneto del apasionado, RAH, 9/5314, fo 57r-57v.
  • 76 Dans ce système, Philippe IV est Dieu le Père.
  • 77 Sa bâtardise lui permet d’être frère, père et tuteur à la fois, sans quoi il serait juste roi, éta (...)
  • 78 Avec l’arrivée de don Juan au gouvernement, Carlos est transfiguré en « Car-Sol » : Gazeta andante (...)
  • 79 Hermant H., « Du pouvoir subversif des images », art. cit.
  • 80 Pedro Martir, El Sol y la Luna. Oración panegírica en acción de gracias a Dios la elección del […](...)

48Restaurateur de l’ordre dans la parentèle et le royaume, don Juan est le ciment de la famille et de la monarchie. Les libellistes s’appuient sur le paradigme de la Sainte Famille pour décrire le lien unique noué entre Charles et le bâtard royal75. Du second nom, José-Joseph, ils déduisent que don Juan est le « père » du Christ-Charles, qu’il l’éduquera et l’amènera à gouverner par lui-même76. Don Juan apparaît donc comme le frère, mais aussi le père du Habsbourg77. De libelle en libelle, une théorie des trois corps du roi émerge, selon laquelle le corps immortel de la royauté n’adviendra que si les deux corps physiques – mortels – de Charles et de don Juan se trouvent réunis à la tête de la monarchie. Charles deviendra roi et se nimbera de « majesté78 » à l’unique condition que son frère et père, qui est aussi un autre lui-même, l’assiste79. Des images et des écrits opèrent une étrange fusion des corps de ces jumeaux devenus siamois, tandis que pronostics et sermons chantent le retour de l’ordre grâce à cette miraculeuse réunion80.

La bâtardise de don Juan comme condition de réinvention des normes du jeu politique

49À une époque où les sphères publique et privée s’interpénètrent, la loi du sang tend à se projeter au-delà de l’horizon parentélaire. Le paradigme de l’économie domestique donne la clef du bon gouvernement et indexe l’harmonie du royaume à celle de la famille. Le rapport n’est pas de pure analogie mais aussi d’inclusion. À partir du roi, les liens de famille se prolongent en liens de clientèle et finissent par embrasser le royaume en un continuum. L’adage « le roi est le père de ses sujets » rapporte implicitement la force de cohésion du royaume à la loi du sang. La formule rend ainsi compte de l’homogénéité et de la densité de la trame réticulaire centrée sur le Habsbourg. Présenter les Grands d’Espagne comme les « cousins du roi » prend ici tout son sens. Grâce à la loi du sang, les discours articulent donc aisément les intérêts de Charles, de la monarchie et de don Juan et orchestrent une négociation musclée faisant l’économie d’une stasis.

  • 81 Exortación cristiana y política al señor don Juan de Austria, BnE, ms. 2034, fo 199r-213v.
  • 82 Pour soutenir João Ier, le peuple combat Juan Ier de Castille qui avait envahi le Portugal.

50Mais reste l’ambiguïté du statut du prince, double et substitut potentiel du roi. Comment ne pas penser avec les anti don Juan qu’il réduira son frère à l’état de fantoche ? La question de la nature de la monarchie hante la période. Sans renier le principe dynastique, des scripteurs conçoivent les bâtards royaux comme un recours aux impasses politiques, indépendamment de l’ordre lignager. Selon l’Exhortation chrétienne à don Juan, dans les crises de succession la souveraineté du défunt roi expire avec son corps mortel et n’oblige plus le royaume81. Ce qui autorise les Cortes à désigner l’entité qui l’incarnera au mieux, c’est-à-dire à choisir leur souverain au sein de la parentèle, bâtards compris. L’antienne de l’antécédence du royaume sur le roi à qui la souveraineté écherrait a Deo per populum ressurgit ici avec vigueur. Les auteurs renvoient au juriste João Das Regras qui, à la mort de Ferdinand Ier de Portugal en 1383, soutient le futur João Ier, bâtard de Pierre Ier et grand maître de l’ordre d’Avis, au détriment les autres candidats : Béatrice, fille du défunt, dont Das Regras conteste la paternité et de surcroît mariée au roi de Castille Juan Ier, qualifié pour sa part d’hérétique sectateur de l’antipape Clément VII ainsi que deux autres bâtards discrédités pour avoir défendu la Castille contre le Portugal. Lorsque les lois de succession ne désignent pas univoquement un héritier ou lorsque le successeur ne travaille pas au bien commun, véritable impératif catégorique, le royaume doit donc choisir le candidat le plus apte. La prévalence de cette dernière caractéristique intronise João. Plus que les doutes de Das Regras sur la paternité de Béatrice, c’est le refus de la dissolution du Portugal dans la Castille qui perce ici82. La logique vaut pour la candidature des autres bâtards, rejetée en raison de leur supposée traîtrise. La virtualité d’une monarchie élective, ouverte aux bâtards royaux, n’est cependant ni explicitée ni objectivée car inutile à la résolution de la crise. Il suffit que la loi du sang sauve les apparences de l’obéissance. Forts de la théorie des trois corps du roi, les malcontents peuvent résister sans désobéir ouvertement.

  • 83 Le gouvernement atypique de Mariana, où un individu obscur et sans clientèle détient l’effectivité (...)

51La loi du sang intervient de façon d’autant plus déterminante que don Juan, un bâtard donc, en est le principe actif et le garant. Ainsi incarnée et infléchie, la loi du sang fournit un socle idéologique propre à greffer les intérêts de la noblesse sur les intérêts du roi, de son demi-frère et du bien public. En soutenant don Juan, les Grands promeuvent un idéal de monarchie nobiliaire conforme à leur éthos83.

  • 84 « Il n’y a pas davantage de nuances dans la pourpre que dans son propre sang : si la bonté y est i (...)
  • 85 Manifiesto de la grandeza, BL, Ad. 17.518, fo 189r-189v. Dans une perspective apolitique, le rappro (...)
  • 86 « Con eso, son todos los Excelentissimos Señores Grandes de España, Validos » (Costa R., Oración p (...)
  • 87 Sur la construction de la figure du Premier ministre et la façon dont elle œuvre au retour sur le (...)
  • 88 BnE, ms. 11051, fo 75r. Le roi devra désormais choisir le Premier ministre parmi la noblesse. L’ar (...)
  • 89 Villanueva J., El concepto de soberanía en las polémicas previas a la revuelta catalana de 1640, t (...)
  • 90 Sur la représentation à l’époque moderne : Dedieu J.-P., Après le roi. Essai sur la réflexion sur (...)
  • 91 Exortación cristiana, BnE, ms. 8180, fo 196r ; Libro Nuevo de la Perdida de España, op. cit.
  • 92 Diario de todo lo que ha sucedido en Madrid, CODOIN, t. 67, p. 86.

52D’un côté, le motif du sang royal autorise les libellistes à transformer don Juan en double du roi, ce qui légitime l’action des mécontents et conjure le spectre de la guerre civile. Mais d’un autre, la bâtardise de don Juan le condamne à sans cesse osciller de la condition de roi à celle de sujet. Les nobles marginalisés s’emparent de cette indétermination opportune. Ils convertissent cette ambivalence ontologique en force d’intermédiation et don Juan en primus inter pares. Le bâtard royal est le premier des Grands, le meilleur d’entre eux parce qu’il en incarne la quintessence84. En forçant l’intégration symbolique de don Juan à leur groupe, les malcontents revendiquent un statut à part dans le corps de la monarchie85. Le clerc Raimundo Costa n’affirme-t-il pas que don Juan Premier ministre, « tous les excellentissimes messieurs les Grands d’Espagne sont validos86 » ? L’assimilation subreptice « don Juan »/» Grands »/» roi » fonde un nouveau partage de la souveraineté87. De fait, don Juan remplace le valimiento, nouvelle manière imposée par la régente par la figure institutionnelle du Premier ministre dont le décret des « mérites hérités » précise les contours. Ces mesures instituent un partage de la souveraineté entre le roi et la noblesse, qui signe son retour dans les arcana imperii88. Dans cet imaginaire féodal revivifié, le roi n’est pas antécédent au royaume, ni même hors de lui en position surplombante89. Le royaume est incarné par les Grands, selon le principe de représentation propre aux monarchies corporatistes90. À son sommet, le roi-juge, entouré d’une curia regis nobilaire, ne décide que collégialement91. On saisit donc une communauté en cours de refondation politique. La procession du Corpus Christi du 17 juin 1677 à Madrid le confirme. Précédé par don Juan, Charles II apparaît accompagné des Grands présents dans la capitale, pour manifester la nouvelle articulation du corps sociopolitique, image terrestre du corps mystique92. Facteur d’instabilité de l’économie domestique et du corps monarchique, mais doté de pouvoirs d’intermédiation particuliers en raison de leur double nature de roi et de sujet, les bâtards royaux peuvent donc offrir lors des situations extraordinaires que sont les crises une solution providentielle pour refonder les normes du jeu politique.

Anhänge

ANNEXE. Carta de Phelipe Quarto a Su Alteza dicho señor don Juan93

« Si en la gloria cupiera pena, la rezibiera grande por vuestra desatencion94. Yo os engrandezi mas que a ningun bastardo de España, prefiriendoos a otros que tuve mejores y mas ciertos que a vos, porque nunca pense que aviais de perder el respecto a la Reyna mi espossa y mi sobrina, y madre de vuestro rey. Si os contentarais con vuestra gran fortuna os amaran los Españoles como a prenda mía, mas si nombrandome buestro padre os perdi el cariño, por los sinbolos de aquella pintura en que manifestasteis vuestra ambicion, no es mucho que os abominen los vasallos. Y os excluy de las armas y del gobierno por justas causas. Y no debia de anelar a mas de la que yo dispuse. Yo venere tanto a los sacerdotes que a ninguno me atrevi a darle a vesar la mano. Y vos os la tomais para darla muerte a una persona tan sagrada como el confesor de vuestra reyna, maestro del emperador, ynquisidor general de la monarchia catholica. No son estas costumbres de hijo mio, pues por ellas merezeis mi maldicion. Dios os de verdadera penitencia. »

Traduction : Lettre de Philippe IV à Son Altesse dite monseigneur don Juan

« Si la majesté pouvait concevoir de la peine, votre grossièreté m’affligerait au plus haut point. Je vous ai élevé plus que n’importe quel bâtard d’Espagne, vous préférant à d’autres pourtant meilleurs et dont la paternité posait moins de doute95, parce que jamais je n’aurais cru que vous perdriez votre respect pour la reine mon épouse et nièce, mère de votre roi. Si vous vous étiez contenté de votre grande fortune, les Espagnols vous aimeraient comme mon fils, mais si, lorsque vous m’avez appelé votre père, je vous ai ôté mon affection en raison des symboles de cette peinture où vous avez manifesté votre ambition, c’est bien peu que mes sujets vous haïssent96. Je vous ai exclu des armes et du gouvernement pour de justes raisons. Vous ne deviez pas aspirer à plus de ce que j’avais disposé pour vous. J’ai tant vénéré les prêtres que jamais je n’ai osé leur donner ma main à baiser. Et vous, vous la prenez pour donner la mort à une personne aussi sacrée que le confesseur de votre reine, jadis précepteur de l’Empereur, aujourd’hui Inquisiteur Général de la monarchie catholique97. Ce ne sont pas là les coutumes d’un enfant à moi, c’est pourquoi vous méritez que je vous maudisse. Que Dieu vous donne une véritable pénitence. »

Anmerkungen

1 D’après Antonio Risco, il aurait vingt-trois enfants naturels. Josefina Castilla Soto en dénombre une trentaine et José Manuel González Cremona, trente-quatre : Risco A., Don Juan de Austria, hijo de Felipe IV. Juan de la Tierra, Madrid, 1918 ; CastillaSoto J., Don Juan José de Austria (hijo bastardo de Felipe IV) : su labor político y militar, Madrid, UNED, 1992 ; González Cremona J. M., Bastardos reales, Barcelone, Plaza & Janés, 2000.

2 Il avait rédigé un codicille à cet effet, en 1554. En 1556, Charles reçoit pour la première fois son fils à Yuste où il s’est retiré après avoir abdiqué et lui révèle qu’il est son père.

3 On lui octroie le palais des comtes de Ribadavia à Valladolid. Il reçoit bien plus que les 30 000 ducats de rentes prévues par Charles Quint : Bennassar B., Don Juan de Austria : un héroe para un imperio, Madrid, Temas de hoy, 2000, p. 53 et p. 230.

4 Parmi les nombreuses études consacrées au personnage, on pourra consulter Maura G., Carlos II y su corte, 2 vol., Madrid, 1911-1915 ; Kalnein A., Juan José de Austria en la regencia de Carlos II, Lérida, Milenio, 2002 ; Ruiz Rodríguez I., Juan José de Austria, entre la política, el poder y las intrigas en la corte, Madrid, Dykinson, 2007.

5 Il a pour parrain don Melchor de Veras, ayuda de Cámara de Su Magestad, et pour marraine don Luisa María de Ayala.

6 Il fut titulaire de la chaire de mathématiques du Collège impérial de Madrid créé en 1625.

7 Il ne faut pas confondre reconnaissance et légitimation. N’étant pas légitimé, don Juan ne peut avoir le titre d’infant. Il reçoit celui de prince.

8 Deleito y Piñuela J., El rey se divierte, Madrid, Espasa Calpe, 1935, p. 86.

9 Archivo General de Simancas (AGS), « Casas y sitios reales », leg. 181-246. Pour une présentation de sa maison (personnel et traitements), Castilla Soto J., Don Juan José de Austria, op. cit., p. 36-46.

10 Il l’avait été secrètement dès 1636.

11 La demande d’une dispense auprès du pape constituait un moyen courant de pouvoir contourner les interdictions le cas échéant.

12 Hugon A., Naples insurgée (1647-1648). De l’événement à la mémoire, Rennes, PUR, 2011.

13 Il reconquiert Barcelone en 1652. Pour les rapports de don Juan José avec la Catalogne, Sánchez Marcos F., Cataluña y el gobierno central tras la Guerra de los Segadores, Barcelone, université de Barcelone, 1983.

14 Don Juan aurait lui-même répandu la légende selon laquelle il serait le fils légitime de Philippe IV. Lui et Baltasar Carlos auraient été secrètement intervertis à la naissance pour faire passer le nourrisson le plus vigoureux pour l’héritier du trône. À l’inverse, ses détracteurs soulignent sa ressemblance avec le duc de Medina de las Torres pour suggérer que ce dernier, également amant de la Calderona, serait le père de don Juan José et non le roi (Deleito y Piñuela J., El rey, op. cit., p. 25.

15 Lison Tolosana C., La imágen del Rey, Madrid, Espasa Calpe, 1992.

16 Au terme du soulèvement de Naples, il écrit à son fils naturel : « J’ai commandé que tous comprennent bien que l’heureuse issue du 6 avril et de tout ce qui a précédé et succédé pour la parfaite quiétude et le bonheur du peuple et du royaume de Naples est l’œuvre de votre main » (« También he mandado prevenir que todos entiendan que el buen suceso del día seis de abril, y todo lo demás antecedente y subsequente para la perfección de la quietud y sosiego del Pueblo y reino de Nápoles es obra por vuestra mano y que os debe la gloria de aquel trabajo », Biblioteca Nacional de España [BnE], ms. 2379, fo 90v-91r).

17 Sur la figure de roi sensuel, Deleito y Piñuela J., El rey, op. cit., p. 13-27.

18 Asenjo E., Don Juan José de Austria y las artes, Madrid, Fundación de Apoyo a la historia del Arte, 2005.

19 « Resplandor […], hijo del Gran monarca hispano, que en su dilata monarquía no conoce Ocaso, don Juan de Austria, príncipe tan grande cuanto la antigua Roma, en comparación del invicto Scipion le alista » (Nápoles consolada en su alboroto y sosiego gobernando la Alteza Serenissima de don Juan de Austria plenipotenciario de Su Magestad, triunfador en aquel reyno, Saragosse, 1648, BnE, Varios Especiales [VE], 165-5, fo 7r).

20 « Hijo de aquella Aquila austriaca, que quando mas estiende el Sol sus rayos, tanto más con los ojos del entendimiento, fijándolos en el bien público, y en la consecución del fin deseado » (ibid., fo 9v).

21 « Este rayo dorado que, a modo de celestial luz, no sólo hizo amanecer el día del consuelo sino infundió en los corazones aquel amor que fue bastante para conseguir el fin deseado » (ibid., fo 7r).

22 « Tam effusus in filium animus nisi quod in te jam simulachrum suum conspecit » (Archivo Histórico Nacional [AHN], Estado, libro 912, fo 8v).

23 « Es este príncipe, joven en los años, sagaz en los pensamientos, viejo en las resoluciones, […] atento en el hablar, prolijo en el orar, pródigo en las lismosnas, admirable en la fama, y venerable a los hombres, digno verdaderamente de grande, honor, originado de la augustissima familla de Austria » (Nápoles consolada, BnE, VE 165-5, fo 7r).

24 « Son père est mort et pourtant il n’est pas tout à fait mort » (Sermón que predicó Don Juan Benitez Montero […] en las honras del Señor rey Don Felipe IV el Grande, 1678).

25 Sur ce point, Hermant H., « Du pouvoir subversif des images. Don Juan José de Austria en double du roi ? », M. Couton, C. Jérémie et M. Venuat (dir.), Pouvoir(s) de l’image au XVe, XVIe, XVIIe siècles, Clermont-Ferrand, Presses Blaise Pascal, 2009, p. 122-144.

26 Bennassar B., « Deux grandes carrières de bâtards royaux au temps des Habsbourg d’Espagne », C. Grell et B. Pellistrandi (dir.), Les cours d’Espagne et de France au XVIIe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 20, p. 77-85.

27 Aznar D. et Sánchez-Marcos F., « Don Juan (José) de Austria, bastardo regio y Gran Prior. La consolidación del poder real sobre la Orden de San Juan en la época de Felipe IV », M. Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana. La Orden de San Juan, vol. 2, Madrid, Polífemo, 2009, p. 1555-1581.

28 Plus tard, il intrigue pour obtenir le trône de Pologne.

29 « Parce que je déclare que don Juan José est mon fils, que j’ai eu, étant marié, et que je reconnais comme tel, je supplie et charge mon successeur et la Majesté de la reine de le protéger, de le favoriser et de se servir de lui comme d’une chose mienne, en lui assurant ses finances, de sorte qu’il puisse vivre conformément à sa qualité » (« Porque yo tengo declarado por mi hijo a don Juan José de Austria que lo huve siendo casado y lo reconozco por tal, ruego y encargo a mi sucesor y a la Magestad de la Reyna le amparen y favorezcan y se sirvan de él como de cosa mía, procurando acomodarle de hacienda, de manera que pueda vivir conforme a su calidad », Testamento de los reyes de la Casa de Austria, éd. A. Dominguez Ortiz, Madrid, 1982).

30 « Como un lunar en su frente y un San Benito de la Infamía » (BnE, ms. 8344, fo 77v).

31 Hermant H., Guerres de plumes. Publicité et cultures politiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

32 « ¿Qué ha de tener de rey Juan Calderón ? » (BnE, ms. 22659, fo 56v).

33 Anton Martín est un hôpital madrilène fondé en 1522 pour soigner les maladies vénériennes.

34 Respectivement : BnE, ms. 9397, fo 119r-119v ; ms. 2034, fo 138r-139v ; ms. 6384, fo 58r-59v ; ms. 2034, fo 36r-36v.

35 « Yo os engrandeci más que a ningún bastardo de España, prefiriendoos a otros que tuve mejores y más ciertos que a vos, porque nunca pense que havía de perder el respecto a la Reyna mi esposa y mi sobrina y madre de vuestro rey. Si os contentaraís con vuestra gran fortuna, os amaran los Españoles como a prenda mía […]. Y no debía de anhelar a más e la que yo dispuse. […] No son estas costumbres de hijo mío, pues por ellas merecéis mi maldición » (BnE, ms. 2034, fo 36v-37r).

36 « Desde que me consultó tu madre su preñado a escote a la danza de galanes que traía alrededor, jugando a saca ruín y mete bueno, cuando te concibió, luego le dije con mi poca nigromancia a la Calderona que había de parir un sartal de cascabel » (ibid., fo 41r).

37 Deleito y Piñuela J., El rey, op. cit., p. 27.

38 « Dices aquello de dar por tu Rey toda la sangre de tus venas ; que esperas lograr tu justa intención hasta dar el último aliento de tu vida ; y luego suplicaís a la Reina de rodillas y con lágrimas de corazón […]. Hijo, estos modos de hablar se aprenden en las tablas » (Carta de Maese Nicolas, BnE, ms. 9397, fo 119v).

39 Manifiesto de don Juan de Austria en que se finge y jacta por rey, BnE, ms. 8346, fo 243v-248r. Sur la traque du mensonge, Hermant H., « La publicité au service de la dissimulation. Don Juan José de Austria en Machiavel ? », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-1, 2008, p. 219-240.

40 Afectos de un buen Español, BnE, ms. 8346, fo 269r-271v ; Elegante y erudito papel que escribió cierto cortesano, BnE, ms. 8346, fo 80r-89v ; La ambición, BnE, ms. 8346, fo 224v-233v.

41 L’autorité de Pierre le Cruel est contestée et les opposants se groupent autour du comte de Trastamare, Henri, en 1366. En 1367, les Cortes de Burgos déclarent que Pierre est un tyran qui s’est autoproclamé roi. Elles reconnaissent son demi-frère Henri comme souverain légitime. Dans le cadre de la guerre de Cent Ans, Pierre Ier s’allie au prince de Galles et Henri à la France. Du Guesclin aide Henri qui prend le dessus et assassine son frère. Le Trastamare devient alors Henri II de Castille.

42 Le sang Habsbourg de don Juan est alors tenu pour quantité négligeable, comme s’il était corrompu par l’ascendance maternelle ignoble et inhibant tout comportement vertueux.

43 « Don Juan, nacido como el alba de los esplendores del sol y de las sombras de la noche, volvió a nacer segunda vez a la edad de trece años en la declaración de su padre con casa y circunstancias reales todas y cuando no llamemos este segundo nacimiento monstruosidad política, podemos por lo menos juzgarle nacido con una nueva naturaleza indefinible, pues […] ni nació Rey, ni Príncipe, ni Infante, ni al parecer vasallo, sino en una posición sobrextraña, antes se inclinase a ascender a Rey que bajar a vasallo » (Colección de documentos inéditos para la Historia de España [CODOIN], vol. 67, p. 426).

44 « Mal hallados entre las apariencias de rey o vasallo » (ibid.). Idiáquez tente de réduire, sans succès, cette singularité, en comparant les bâtards royaux reconnus avec les princes du sang de France (les ducs d’Angoulême notamment) qui peuvent parvenir sur le trône, à l’instar de François Ier.

45 On retrouve cette idée dans une satire populaire de l’époque forgée sur des « titres de comedias » et qui associe à chacun des protagonistes de la crise de la régence plusieurs titres de comedias célèbres sensées le caractériser. Don Juan est ainsi « Le prince persécuté » (El Príncipe perseguido), « Le médecin de son honneur » (El médico de su honra) mais aussi « Roi et sujet à la fois » (A un tiempo rey y vasallo) : Desvelo de Juan Rana en acomodar títulos de comedias a los sujetos que representan hoy en España, BnE, ms. 6384, fo 17v-18r.

46 Fils de l’union de l’infant Luis de Portugal avec une nouvelle chrétienne et petit-fils de Manuel Ier, Antoine d’Avis est prieur de Crato, appartenant à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il règne sur le Portugal du 24 juillet au 25 août 1580 pour s’effacer devant l’armée de Philippe II. Par la suite, il tente de s’emparer des Açores (1582 et 1583) et en 1589, une flotte échoue à le replacer sur le trône. Il meurt à Paris en 1595.

47 Tunis, la Morée, voire la France ou l’Angleterre, Bennassar B., Don Juan de Austria, op. cit., p. 232.

48 Il est son Excellence don Juan de Austria, n’a pas le droit d’assister aux offices à la chapelle royale depuis la tribune réservée à Philippe II et sa famille : ibid., p. 54.

49 Ibid., p. 55-56.

50 Alonso de Aragon (1417-1485), fils bâtard de Jean II d’Aragon et de Navarre, nommé premier duc de Villahermosa pour récompenser sa loyauté militaire et familiale.

51 Hespanha A. M., « Las estrúcturas del imaginario de la movilidad social en la España del Antiguo Régimen », F. Chacón Jiménez et N. Gonzalo Monteiro (dir.), Poder y movilidad social, Murcie, CSIC, 2006, p. 21-42.

52 Don Juan est enterré dans le panthéon de l’Escorial mais dans une crypte séparée de la salle des tombeaux des souverains et de celle des Infants. Don Juan José, lui, demande à être enterré au Pilar, la cathédrale de Saragosse pour honorer ses liens avec les Aragonais. Il lègue ses biens à Charles II.

53 Les titans sont des divinités primordiales antérieures aux dieux de l’Olympe. Dans la pièce, Prométhée appartient à la race des demi-dieux.

54 AGS, CSR, leg. 220.

55 Los dos genios, BnE, ms. 5588, fo 158v-169v.

56 Hermant H., « L’impossible incarnation d’une monarchie. Une crise de la régence de Charles II », Revue de synthèse, 134-2, 2013, p. 185-220.

57 Représentée dans la pièce par le statut de demi-dieu de Prométhée qui renvoie au « ni sujet, ni roi » d’Idiáquez ou encore au syntagme de « lumière céleste » souvent associé à don Juan dans les poésies encomiastiques qui lui sont dédiées, comme nous l’avons vu dans la Naples consolée (voir note supra).

58 Francesco Amai, Il Glorioso Triunfante Ritorno dal’Elba nelle cità felicissima di Palermo, 1650.

59 « Entre los príncipes austriacos el señor don Juan de Austria, hijo del invencible Emperador Carlos Quinto, fue rayo que arrojo el Altissimo contra el Turco en Lepanto, contra el perfido morisco en las Alpujarras, contra el rebelde en los Países Bajos. Vuestra Alteza ampliando lo celebrado de tan excelso nombre, estreno el bastón valeroso que acababa de recibir, aplacando las furiosas olas de los tumultos de Nápoles » (Llorenç Matheu y Sanz, Tratado de la celebración de Cortes generales del reino de Valencia, Madrid, 1677, p. 4 du prologue non paginé).

60 « Nunca en los reynos de España faltara un don Juan, que venza al moro, que al christiano ampare, que al rebelde sujete, antes bien rendidas las armas los que contra su padre las tomaron » (Misteriosa carta de Quevedo a don Juan de Austria, BnE, ms. 7787, fo 31r).

61 « Sérénissime prince Jean d’Autriche, appelé par la voix des ancêtres, par les applaudissements du peuple, par les votes qui ont dû se prononcer […] / Si méritant des provinces de ton père, de tes aïeux et de tout le genre humain / L’Aragon t’apporte les bouquets de laurier, en gage de gratitude » (« Serenissimo principi Ioannu Austriaco, / Procerum voce, plausu populi, sollicitis votis, expectato […]./ De paterna, avitaque provincia, omni hominum genere meretissimo./Lauros fasces, obsequium, Aragonia offert », AHN, Estado, Libro 912, fo 11r).

62 AHN, Consejos suprimidos, leg. 47234. Consulte du 18 décembre 1668. L’anecdote est rapportée dans : Bouza F., « Decir y oír decir – en el Siglo de Oro. Comunicación política de las casas de conversaciones a la répública de las letras », M. Peña Diaz (dir.), La vida cotidiana en el mundo hispánico, Madrid, Abada, 2012, p. 341-342. Je remercie l’auteur de m’avoir fait parvenir ce bel article.

63 Les mois de décembre 1668 et janvier 1669 avaient été très tendus à Grenade. Un pasquin affiché sur la porte de la cathédrale avait menacé d’un soulèvement à la faveur de don Juan José : AHN, Consejos suprimidos, leg. 7179, no 11.

64 Milhou A., « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », id., Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du XVIe siècle, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, p. 13-29.

65 Dans le panégyrique qu’il adresse à don Juan José pour l’ensemble de son parcours au service de la monarchie, le poète Matos Fragoso opère un intéressant glissement lorsqu’il interpelle don Juan José en affirmant : « Vive l’aigle d’Autriche, vive l’Espagne » (« Viva el águila de Austria, viva España ») : Elogio lírico al Serenissimo señor don Juan dedicado al Rey nuestro Señor, Madrid, 1660, BnE, VE 154-29, LXXXIX.

66 « Quando consiguió el laurel tan immortal fue tiempo de su Pasión. En ella como fiel hijo de su eterno padre le dio limpio de culpas su imperio […] ; el trono de su cruz fue la espada de la restauración » (Guerra M., Sermones que se predicaron al serenissimo señor Juan de Austria, Saragosse, 1671, BnE, ms. 18443, fo 163r-196r).

67 Ibid., fo 6r-6v.

68 BnE, VE 127-150.

69 Juan Antonio de Sandoval, Oración panegírica en acción de gracias al Espíritu santo, Barcelone, 1677, BC, FB no 8342, p. 19. Il s’agit de Ferdinand III de Castille qui unit durablement la Castille et le Léon en 1230 et qui fut un acteur majeur de la Reconquista au sud de la péninsule en reprenant notamment les villes de Cordoue et Séville.

70 Carta secreta de un religioso al Inquisidor General, BnE, ms. 8347, fo 231r-238r.

71 Cumple los años el Rey, BnE, ms. 3479, fo 47r-49r.

72 Libro Nuevo de la Perdida de España por Mariana, AHN, Estado, Libro 880.

73 Discurso jurídico, histórico, político, BnE, ms. 8344, fo 136r.

74 « Finissimo vasallo del rey mi señor por quien daré siempre toda la sangre de mis venas »(BnE, ms. 2033, fo 1v).

75 Des libelles assimilent Mariana à l’Ève biblique : Soneto del apasionado, RAH, 9/5314, fo 57r-57v.

76 Dans ce système, Philippe IV est Dieu le Père.

77 Sa bâtardise lui permet d’être frère, père et tuteur à la fois, sans quoi il serait juste roi, étant l’aîné.

78 Avec l’arrivée de don Juan au gouvernement, Carlos est transfiguré en « Car-Sol » : Gazeta andante, BnE, ms. 2034, fo 22r-22v.

79 Hermant H., « Du pouvoir subversif des images », art. cit.

80 Pedro Martir, El Sol y la Luna. Oración panegírica en acción de gracias a Dios la elección del […] rey y señor Carlos II en don Juan de Austria en primer ministro de su dilatada corona, Barcelone, Antonio Ferrer, 1677, BC, FB, no 7635.

81 Exortación cristiana y política al señor don Juan de Austria, BnE, ms. 2034, fo 199r-213v.

82 Pour soutenir João Ier, le peuple combat Juan Ier de Castille qui avait envahi le Portugal.

83 Le gouvernement atypique de Mariana, où un individu obscur et sans clientèle détient l’effectivité du pouvoir, inquiète autant don Juan que les grands. Ceux-ci s’offusquent d’outsiders dont le cumul des fonctions altère la logique institutionnelle et entrave un partage des pouvoirs par la dynamique clientélaire.

84 « Il n’y a pas davantage de nuances dans la pourpre que dans son propre sang : si la bonté y est inscrite, qui est meilleur que lui qui a reçu le sang des veines de Philippe IV ? Ce constat le distinguera parmi tous les autres » (« No hay más matiz en una púrpura que el de su propia sangre : que si en elle se inscribe la bontad, ¿ quién más bueno que el que la tiene de las venas de Felipe IV ? Esta estimación lo hizo singular entre todos », Joseph de Sola, Bosquejo y breve epítome de las glorias consagradasa la magestad del católico monarca Carlos Segundo por haber llamado al peso de su gobierno al serenissimo señor don Juan de Austria su hermano, Barcelone, 1677, BC, FB, no 226, fo 3r).

85 Manifiesto de la grandeza, BL, Ad. 17.518, fo 189r-189v. Dans une perspective apolitique, le rapprochement avait été tenté par Idiáquez comme on l’a vu.

86 « Con eso, son todos los Excelentissimos Señores Grandes de España, Validos » (Costa R., Oración panegírica, Barcelone, 1677, BC, F Bons, no 229, p. 66).

87 Sur la construction de la figure du Premier ministre et la façon dont elle œuvre au retour sur le devant de la scène des Grands, autour du triptyque « valido por merecimiento », « valido retrato del rey » et « valido primus inter pares » de la grandeza, Hermant H., « Du “valido” au “Premier ministre” : restauration, transgression ou réinvention de la norme ? », L. Braguier et F. Piat (dir.), Normes et transgression dans l’Europe de la première modernité, Rennes, PUR, 2013, p. 143-159.

88 BnE, ms. 11051, fo 75r. Le roi devra désormais choisir le Premier ministre parmi la noblesse. L’arbitraire de la privanza est ainsi ligoté.

89 Villanueva J., El concepto de soberanía en las polémicas previas a la revuelta catalana de 1640, thèse de l’université autonome de Barcelone sous la direction de Antoni Simon i Tarrés, 2002.

90 Sur la représentation à l’époque moderne : Dedieu J.-P., Après le roi. Essai sur la réflexion sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2010, p. 114.

91 Exortación cristiana, BnE, ms. 8180, fo 196r ; Libro Nuevo de la Perdida de España, op. cit.

92 Diario de todo lo que ha sucedido en Madrid, CODOIN, t. 67, p. 86.

93 BnE, ms. 2034, fo 36v-37r.

94 Dans cette retranscription, l’orthographe n’a pas été modernisée. Il s’agit bien sûr d’une lettre fictive rédigée par des nithardistes au mois de décembre 1668. Ce texte appartient à un ensemble de lettres des morts aux vivants combattant don Juan pour défendre le valido de Mariana et plusieurs fois éditées. Parmi les plus hautes en couleur, on retiendra une lettre de Machiavel au bâtard royal et deux de Mazarin et de Cisneros à Nithard : Cartas de los difuntos a los vivos, halladas dentro del túmulo de la Encarnación Real el día de los difuntos (kalendes de deciembre de 1668) : AHN, Estado, Libro 1009, fo 312r-315v ; BL, Eg. 327, fo 55r-57v ; BnE, ms. 2034, fo 35r-36v ; ms. 5588, fo 153r-155v ; ms. 6384, fo 56r-57v ; ms. 6590, fo 120r-122v ; ms. 8359, fo 28r-32v ; ms.o 8361, fo 489r-492r ; ms.o 10.129 ; fo 241r-244r ; ms.o 18.740, no 29, fo 10r-11v, RAH, 9/3658, n.o 65.

95 On a parfois attribué la paternité de don Juan à Medina de las Torres.

96 Au printemps 1665, don Juan avait profité du séjour annuel de la cour à Aranjuez pour rencontrer le roi. Là, il lui avait montré une miniature qu’il avait lui-même réalisée car il avait de réels talents de peintre et représentant le Dieu Saturne réjoui du spectacle des amours incestueux de Jupiter et Junon. Les figures mythologiques avaient respectivement les traits de Philippe, don Juan José et de l’infante Marguerite. Le bâtard royal, quémandait ainsi la main de sa sœur pour obtenir, peut-être, le trône d’Espagne. Dans l’hypothèse, probable, où le jeune Charles mourrait jeune, le trône reviendrait à sa sœur Marguerite. Le souverain outré avait renvoyé don Juan à Consuegra, interrompant brutalement des relations jusqu’alors cordiales.

97 Nithard.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540