Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Seconde section. Les bâtard(e)s de la noblesse : des acteurs du jeu politique et dynastique ?

Jean de Lescun (v. 1405-1473)

Destinée politique d’un vrai bâtard, pseudo-Armagnac, au service du roi

Jean of Lescun (by 1405-1473)

Emmanuel Johans

Résumé

À la fin du Moyen Âge, les mentions de bâtards dans les familles princières se multiplient. Quand ils apparaissent dans les textes, c’est pour occuper un rôle auprès de leur père ou de sa descendance légitime. Dans la maison d’Armagnac, plusieurs fils illégitimes assurent une fonction militaire ou reçoivent un bénéfice ecclésiastique majeur. Dans les années 1430-1440, le bâtard d’Armagnac qui passe pour un demi-frère du comte Jean IV d’Armagnac est un de ses principaux capitaines de guerre. À l’occasion de la confiscation de la principauté par la monarchie, il devient le serviteur du Dauphin Louis. Dans les années 1450, il renoue les liens avec la famille comtale, d’autant que le futur Louis XI et Jean V d’Armagnac s’opposent tous deux à Charles VII. L’accès au trône de son protecteur permet au bâtard d’Armagnac d’obtenir du souverain de multiples faveurs qui en font un Grand du royaume : maréchalat, ordre de saint Michel, lieutenance générale en Guyenne, comté de Comminges… Or, l’acte de légitimation que lui octroie Louis XI atteste officiellement d’une filiation non pas d’un comte d’Armagnac mais d’un autre seigneur gascon, Arnaud-Guilhem de Lescun. Il semblerait donc que le titre de « bâtard d’Armagnac » puisse être attribué sans lien charnel direct. La maison d’Armagnac paraît ici se servir de ce titre pour associer à son service un homme initialement sans attache mais qui se révèle talentueux. Le parcours de Jean de Lescun montre combien la condition d’illégitime peut paradoxalement autoriser une ascension sociale dans la proximité du prince ou du roi.

At the end of the Middle Ages, illegitimate children’s mentions in the noble families multiply. When they appear in texts, it’s to occupy a role with their father or with his legitimate descent. In the house of Armagnac, several illegitimate sons assure a military function or receive a major ecclesiastical office. In the years 1430-1440, the bastard of Armagnac who is thought of as a half brother of count Jean IV of Armagnac is one of his main war captains. On the occasion of the seizure of the principality by the monarchy, he becomes the servant of the Dauphin Louis. In the 1450s, he takes up again with the comtale family, especially as the future Louis XI and Jean V of Armagnac oppose both Charles VII. The access to the throne of his protector allows the bastard of Armagnac to obtain from the sovereign of several favors which make him a Great lord of the kingdom: rank of marshal, saint Michel’s order, general lieutenancy in Guyenne, county of Comminges… But the act of legitimization which Louis grants him gives evidence officially of a filiation not of a count of Armagnac but another gascon lord, Arnaud-Guilhem of Lescun. It would seem that the title of “bastard of Armagnac” can be awarded without direct blood tie. The house of Armagnac uses this title to associate with its service a man initially without tie but which shows himself talented. The career of Jean of Lescun shows how much the condition of illegitimate can paradoxically authorize an upward social mobility close to the prince or the king.

Texte intégral

  • 1 Harsgor M., « L’essor des bâtards nobles au XVe siècle », Revue historique, no 253, 1975, p. 319-3 (...)
  • 2 En 1380, Johannes bastardus de Armanhaco est témoin d’une reconnaissance féodale à Rodez auprès de (...)
  • 3 À l’été 1376, le bâtard d’Armagnac, fils de Jean Ier (1319-1373), commande les compagnies qui lutt (...)
  • 4 Histoire générale de Languedoc, éd. Dom de Vic et dom Vaissete, t. 8, Toulouse, 1844, p. 60 et 102 (...)

1Au XIVe siècle, à chaque génération ou presque, les comtes d’Armagnac reconnaissent un ou plusieurs enfants illégitimes. Cette pratique qui prend de l’ampleur au siècle suivant, est commune à bon nombre de dynasties princières1. Ces enfants illégitimes reçoivent le nom de bâtard d’Armagnac, sans bénéficier d’aucun acte de légitimation connu2. Ils s’illustrent le plus souvent dans le métier des armes3. À partir des années 1430, l’appellation de bâtard d’Armagnac désigne une seule et même personne dont le destin est tout à fait singulier, Jean de Lescun. Les sources du temps l’identifient comme « bâtard d’Armagnac4 ». Mais, lorsqu’en 1463 celui-ci sollicite sa légitimation auprès du roi, l’ascendance qui lui est prêtée se révèle plus obscure. Vraisemblablement fils d’un évêque et de mère armagnacaise, il semble cependant ne pas avoir de lien direct avec la branche princière d’Armagnac.

Affidé des Armagnacs et homme de confiance du Dauphin

Un parcours militaire au service de la maison comtale

  • 5 Samaran C., La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Mid (...)
  • 6 Autrefois, Bernard VII (1391-1418) avait assumé la même responsabilité avant de succéder au princi (...)
  • 7 Pasquier F., Louis Dauphin fils de Charles VII et les routiers en Languedoc de 1439 à 1444, Foix, (...)

2Né vers 1405-1410, le bâtard d’Armagnac qui apparaît dans les chroniques et actes des années 1430 à 1450, est un capitaine de guerre dont la réputation va grandissant5. Son nom et sa fonction combattante donnent à penser qu’il est un fils illégitime du connétable Bernard VII assassiné à Paris en 1418. Mais aucune lettre de légitimation ne vient jamais conforter cette hypothèse. En 1430, le bâtard porte le grade de chevalier. Il combat en Aquitaine contre les Anglais pour celui qui semble être son demi-frère, le comte Jean IV d’Armagnac (1418-1450). En 1438, on le retrouve en lutte contre Foix, l’ennemi héréditaire de la maison armagnacaise, dans la région de Carcassonne puis à Cintegabelle. De 1440 à 1442, sous la direction du roi Charles VII et avec Jean d’Armagnac, vicomte de Lomagne, fils de Jean IV et futur Jean V, il participe à la campagne de Guyenne. En 1443, lorsque la principauté d’Armagnac est envahie par les troupes royales commandées par le Dauphin Louis et que Jean IV et sa famille sont capturés à L’Isle-Jourdain, le bâtard a la responsabilité spécifique de la défense du comté de Rodez, second pilier territorial de la principauté, avec six cents lances6. Assiégé en 1444 par l’armée royale à Sévérac-le-Château, il capitule, alors que Rodez est déjà prise et que la situation est désespérée. Mais cette capitulation facilite la conquête complète du comté ruthénois par le Dauphin. Or, on sait que Louis est accompagné du frère de Jean IV, Bernard comte de Pardiac, qui a été gouverneur de la maison du Dauphin à partir de 14367. Il est probable que Bernard de Pardiac a poussé le bâtard, son possible demi-frère, à rejoindre le camp delphinal. Ce qui s’assimile à une trahison montre paradoxalement ses liens étroits avec la famille comtale.

L’ascension d’un familier du Dauphin

  • 8 Murray Kendall P., Louis XI, Paris, Fayard, 1974, p. 83.
  • 9 Lettres de Louis XI roi de France, t. 1 (1438-1461), éd. J. Vaesen et E. Charavay, Paris, Renouard (...)

3L’épisode de la capitulation de Sévérac-le-Château marque le début de son ascension auprès du futur Louis XI. Dès la fin de l’année 1444, celui-ci l’engage comme capitaine d’une compagnie d’ordonnance dans son expédition en Alsace. Ses bons services sont rétribués par l’attribution des seigneuries de Tournon-d’Agenais et de Gourdon en Quercy prises sur la principauté armagnacaise. Le bâtard d’Armagnac devient un des intimes du Dauphin. Dès 1446, lors de l’échappée de ce dernier à Grenoble, il intègre le Conseil delphinal en tant que chambellan. À partir de 1450, il assume la mise en défense du Dauphiné, dont il est gouverneur et maréchal, afin de prévenir une attaque des armées de Charles VII. Il est également sénéchal de Valentinois8. En 1459, Louis paie à « Messire Jehan bastard d’Armainhac chevalier seigneur de Tournon, conseillier et chambellan de monseigneur le daulphin et mareschal du Daulphiné » un cheval grison de 240 écus9.

  • 10 Mais, par la suite, le château de Langoiran a été rendu par Louis XI aux Montferrand à qui il avai (...)
  • 11 Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. 15, éd. Pastoret, Paris, 1811, p. 360-36 (...)
  • 12 Ibid., p. 360-362.

4En 1456, Jean bâtard d’Armagnac suit le Dauphin dans sa fuite dans les États bourguignons, à Genappe. En 1461, quand Louis XI monte sur le trône, il est nommé Conseiller du roi, premier chambellan et maréchal de France. En outre, il obtient la jouissance du comté de Comminges, de la vicomté de Serrère et de la seigneurie de Langoiran en Bordelais10, ainsi que la seigneurie de Sauveterre-de-Comminges : « en considération de ce que dans la grande nécessité du roi, durant le temps de quinze ans ou environ […] il l’a servy bien et loyaument […] a laissé et habandonné ses parens et amiz et tous et chascun ses biens et héritages qu’il avoit en Gascogne pour le suivre et l’accompagner11 ». Le roi l’appelle son « très chier et féal cousin12 », formule qui est reprise dans l’acte de légitimation en latin de 1463 : « dilectus et fidelis consanguineus noster ».

  • 13 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 107 et 125.
  • 14 Ordonnances, op. cit., vol. 15, p. 360-362.

5Le comté commingeois est revendiqué par les Armagnacs depuis le mariage du frère aîné de Bernard VII, Jean III, avec son héritière Marguerite de Comminges en 1378. Mais cet héritage est disputé par les Foix-Béarn. Au décès de Marguerite en 1443, Jean IV le fait occuper par la force, ce qui provoque la confiscation royale de toute la principauté. En 1453, le Comminges est versé dans le Domaine, ce qui irrite particulièrement Jean V et cause un nouveau conflit avec la monarchie13. C’est dire si l’allocation du Comminges au bâtard d’Armagnac est symbolique. Elle peut être vue comme une récompense octroyée par Louis XI au clan qui l’a soutenu contre son père Charles VII. D’ailleurs, dans les mobiles de la donation, il est assez nettement fait allusion aux origines de Jean : « considerans aussi la maison dont il est escheu14 ». On pourrait mettre en perspective la paternité potentielle du bâtard et le fait que le premier projet de mariage pour Marguerite de Comminges en 1376 concernait initialement Bernard VII et que ce dernier a eu pour souci constant de contrôler ce comté. Néanmoins, cette attribution peut aussi être interprétée comme une distinction accordée à un homme qui est certes issu de la famille armagnacaise mais qui est surtout devenu l’homme du roi.

Réconciliation et collaboration avec les Armagnacs

6La situation du bâtard est de fait ambiguë durant cette période. Depuis la mort de Jean IV en 1450, il a renoué avec sa maison. Il joue même le rôle de représentant des Armagnacs auprès de Louis. Il soutient Charles vicomte de Fézensaguet, frère de Jean V, qui de 1450 à 1455 vit à la cour du duc de Savoie, beau-père du Dauphin. En 1451, Jean V le remercie de son entregent par la cession de la baronnie de Mauléon-d’Armagnac et de Cazaubon qui a été un bien personnel de son grand-père Bernard VII, père putatif du bâtard, et qui est le premier fief de dignité dont celui-ci peut disposer avant la remise du Comminges en 1461. Le bâtard en vient donc à prêter hommage au comte d’Armagnac pour Mauléon, ce qui peut être une manière de retisser les liens distendus par la traîtrise de Sévérac-le-Château en 1444. On pourrait aussi envisager que ce don soit une façon de reconnaître le bâtard comme héritier au moins symbolique du connétable.

  • 15 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges béarnais au XVe siècle : Jean de Lescun bâtard d’Armagnac (...)

7En 1454, le comte Jean V et le Dauphin appuient conjointement le frère du bâtard, protonotaire apostolique, qui se prénomme également Jean, comme prétendant à l’archevêché d’Auch qui est déclaré vacant, contre le candidat du roi Philippe de Lévis15. Cette première tentative est un échec. Mais le choix du frère du bâtard comme impétrant à la fois delphinal et armagnacais est significatif du fait que le bâtard soit à l’interface de ces deux puissances. De plus, l’affaire de l’archevêché d’Auch est un des éléments déclencheurs d’une nouvelle intervention royale dans la principauté. Entre 1454 et 1455, le bâtard entretient une correspondance avec Jean V en lutte contre Charles VII, donc allié objectif du Dauphin. En 1458, il est vraisemblablement l’organisateur de la rencontre entre les deux fuyards, Louis et Jean V, à Genappe.

  • 16 Ordonnances, op. cit., vol. 15, p. 468. Il est vrai que la Cour des aides est dissoute dans les six (...)
  • 17 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 136.

8Après le sacre de Louis XI, le bâtard continue à être l’entremetteur attitré entre le comte d’Armagnac et le roi. Le 24 février 1462, Louis XI lui confie la lieutenance générale de Guyenne. Le poste est d’importance pour une province qui était anglaise moins de dix ans auparavant et où les Armagnacs ont des intérêts majeurs. La même année, le roi adoube chevalier Charles de Fézensaguet. Il investit Jean frère du bâtard comme archevêque d’Auch, après l’avoir nommé président de la Cour des aides dès son avènement16. En 1463, les relations entre Jean V et Louis XI se détériorent. Mais le bâtard obtient tout de même le pardon royal pour le comte à Figeac. La position du bâtard d’Armagnac, à la fois favori du roi et associé à la maison comtale, l’amène à être au cœur des grandes affaires politiques du temps. D’ailleurs, en 1464, George Neville délégué auprès de Louis XI par son frère le comte de Warwick, principal conseiller du roi Édouard IV d’York, écrit que « le comte d’Armagnac n’oserait rien faire sans la permission [du bâtard d’Armagnac], pas même pisser17 ».

Un Grand du royaume conforté par la légitimation monarchique ?

  • 18 Transcription des lettres de légitimation en annexe.

9Les lettres de légitimation de 1463 sont fondamentales pour le bâtard d’Armagnac18. Elles renforcent sa place auprès du roi comme grand officier et grand feudataire. Il peut plus sûrement envisager de fonder sa propre lignée.

Un acte royal indispensable mais révélant une ascendance singulière

  • 19 Si un comte était le père, on pourrait penser que le cousinage avec la mère rajoute un interdit de (...)

10Le document issu d’un registre du Trésor des chartes dédié aux lettres de légitimation est un formulaire qui reprend les stéréotypes suivis par la chancellerie royale. La « gracia specialis » est octroyée par le roi à la demande du bâtard. Il s’agit d’effacer l’opprobre qui frappe la naissance illégitime, « macula geniture, pudicitia uteri, pudor originis ». Or, si Jean comte de Comminges porte bien le nom d’Armagnac, la filiation ici révélée n’est pas celle à laquelle on pourrait s’attendre, au regard de son surnom de bâtard d’Armagnac qui n’est d’ailleurs pas ici repris. La bâtardise n’est pas princière, aucun comte d’Armagnac ou homme de cette lignée n’étant désigné comme le père. Jean est dit fils naturel d’Arnaud-Guillaume de Lescun et d’Annette d’Armagnac de Termes. Cette absence de rattachement au patrilignage Armagnac n’est toutefois pas si surprenante. Aucun acte du comte Bernard VII, ni du comte Jean IV avant leur mort, respectivement en 1418 et en 1450, n’apporte un quelconque élément de reconnaissance de paternité19. En 1456, le roi Charles VII qui a eu le bâtard d’Armagnac sous ses ordres dans les années 1440, est déçu que celui-ci soit un des plus proches partisans de son fils Louis dans sa rébellion. Il insinue que « le bâtard d’Armagnac n’est pas Armagnac mais anglais et antique ennemi de la France ». Cette assertion est partiale et vise à ruiner la réputation d’un homme de guerre qui a pourtant fait ses preuves dans le camp français. Mais, tout en insistant sur le caractère félon du bâtard, elle étaye le fait qu’en ligne paternelle Jean descend de la famille béarnaise de Lescun qui est vassale des ducs anglais de Guyenne.

11On peut se demander si ces éléments n’ont pas pesé dans les choix ultérieurs de Louis XI. Les déclarations de son père lèvent l’ambiguïté. Les Armagnacs n’ont jamais officiellement reconnu le bâtard comme un des leurs. Louis ne peut que tenir compte de tout cela pour fixer la parenté du bâtard.

  • 20 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges, op. cit., p. 33-69. Les Lescun sont issus d’une branche (...)

12Arnaud-Guillaume de Lescun est manifestement l’ecclésiastique, né vers 1371 et mort vers 1432, qui est élu évêque d’Aire-sur-Adour en 1392 et désigné abbé commendataire de Saint-Girons en 1401. C’est un prélat d’obédience urbaniste qui soutient la politique du roi d’Angleterre20. Il n’a apparemment pas fait le choix de légitimer lui-même son fils, alors que la mère est célibataire, « fille seule », et même pas de basse extraction. L’expression d’« illicita copula » dans la légitimation royale prendrait dans ce cas un relief précis, celui de la bâtardise ecclésiastique. Sans que cela n’apporte une preuve définitive, il est à noter qu’est aussi employée la qualification de « deffectus natalium » qui provient du droit canon.

13C’est donc du côté maternel que Jean peut être rattaché à la maison d’Armagnac, mais par une branche cadette. À la fin du XIIIe siècle, les Armagnac de Termes ont reçu en fief de la tige aînée une des baronnies du comté d’Armagnac. Ils sont donc de grands seigneurs gascons de parenté comtale mais éloignée. Nous n’avons aucune autre information sûre sur Annette d’Armagnac dite de Termes. Elle est dite célibataire, « tunc soluta », au moment de la naissance de son fils. On peut penser que par la suite elle s’est mariée, ce qui a pu rendre complexe une éventuelle reconnaissance en paternité. Annette d’Armagnac de Termes pourrait être apparentée au chevalier Thibault d’Armagnac de Termes (1405-1457), compagnon d’armes de Jeanne d’Arc et fils cadet de Jean sire haut-justicier de Termes. Le bâtard serait ainsi cousin au sixième degré du comte Jean IV d’Armagnac et non son demi-frère.

Confirmation des titres et des charges

  • 21 Delbez L., De la légitimation par « lettres royaux », étude d’ancien droit français, Montpellier, (...)
  • 22 Des explications similaires sont produites pour les légitimations dans le milieu parlementaire à P (...)

14Louis XI confirme Jean de Lescun dans son statut de grand seigneur du royaume. Mais il rappelle aussi par là même combien il lui doit tout, comme pour bon nombre d’« illegitime genitos21 ». Les raisons invoquées pour légitimer le bâtard, quoique classiques, « virtutum donis et morum venustate », rappellent combien celui-ci doit son élévation au fait d’être un serviteur zélé de la monarchie et rien d’autre. Les lettres exonèrent d’ailleurs Jean de Lescun du paiement de la « finance » (« financiam »), la taxe usuellement d’un montant de cinquante écus, qui doit être acquittée dans ce cas-là. Les motifs avancés sont les services rendus au roi et à l’État, notamment à la guerre : « Consideratione magnorum et utilium serviciorum per eum nobis et rei publice regni nostri in guerris et aliter multimode impositarum22. »

  • 23 Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, t. 7, Paris, 1 (...)
  • 24 Depuis 1343, par la charte des Escartons, les communautés du Briançonnais versent une rente annuel (...)

15Un des buts principaux de la légitimation, comme il est dit dans le manuscrit, est de confirmer les « honores et officia » du bâtard d’Armagnac, « ac si esset de legitimo matrimonio procreatus ». En termes d’offices, Jean de Lescun est un grand officier de la Couronne : maréchalat, hôtel du roi, lieutenance-générale de Guyenne, gouvernement du Dauphiné. L’enjeu est encore plus important en termes d’honneurs et de dignités. Le comté de Comminges lui est ainsi acquis et de manière héréditaire à condition d’avoir un héritier mâle légitime23. Les lettres de légitimation sont d’ailleurs signées par Louis XI à Muret, capitale du Comminges. En 1464, le roi le pourvoit du comté alpin de Briançonnais dépendant du Dauphiné et qui comprend la ville de Gap, pour lequel il touche une pension de 3 700 ducats24.

  • 25 Les armoiries de Jean de Lescun nous sont fournies par quatre sceaux en juillet et août 1468, 1469 (...)

16Alors que l’acte de légitimation écarte toute filiation princière et que l’armoirie des Armagnac de Termes, bien que nous n’en ayons pas d’attestation, ne peut comprendre celle de Rodez, Jean se pare, dès 1468, d’armoiries écartelées aux armes de Comminges mais aussi aux armes d’Armagnac-Rodez qui sont celles de la dynastie princière depuis 130425. Ce blason comporte une brisure sous la forme d’une cotice mise en barre brochant sur le tout, marque claire de la bâtardise. Il faudrait voir dans cette affirmation héraldique, comme dans le maintien de l’appellation de bâtard d’Armagnac, une revendication d’héritage sur la principauté ou du moins une part. Le texte de la légitimation royale y fait peut-être allusion par la possibilité de « successio ceterorum parentum, amicorum carnalium suorum et aliorum quorumlibet ». Il est vrai qu’en 1463 Jean de Lescun détient des terres qui ont toutes appartenu aux domaines armagnacais : Comminges, Tournon, Fumel, Gourdon, Mauléon, Cazaubon. Ses possessions ressemblent à s’y méprendre à celles d’un cadet de la dynastie. Au moment où les relations entre la monarchie et les princes d’Armagnac se distendent, le bâtard pourrait éventuellement être présenté comme une solution alternative à la tête de la principauté et donc un atout politique entre les mains du roi.

  • 26 Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. 17, éd. Pastoret, Paris, 1820, p. 238 : (...)

17La légitimation détermine également l’ascendance noble bilatérale du bâtard. Cet élément n’est pas négligeable. Le 1er août 1469, Jean fait ainsi partie de la première promotion de quinze chevaliers de l’ordre de Saint Michel créé par Louis XI. Or les statuts du nouvel ordre précisent la nécessité d’être gentilhomme pour en être membre. Il est appelé « Jehan d’Armaignac, comte de Cominge, mareschal de France, gouverneur du Daulphiné26 ».

Essai de constitution d’un lignage

  • 27 De 1454 à 1459, le versement du Comminges au Domaine avait été effectué sous la direction du Parle (...)

18La légitimation du bâtard d’Armagnac entraîne une autre conséquence. En droit royal, la succession d’un bâtard est frappée d’un droit de bâtardise. L’acte de légitimation par le roi permet à Jean de Lescun de transmettre ses biens à sa descendance légitime de plein droit sans obligation de recours à un testament toujours contestable27 : « Quoque etiam sui liberi, si quos in futurum habeat, totaque eius posteritas de legitimo matrimonio procreanda in suis bonis quibuscumque eidem jure hereditario succedant et succedere valeant. » Par cette garantie successorale de haut niveau, il se retrouve donc en mesure d’aspirer à une union dans la grande noblesse, à laquelle il est ainsi d’autant plus agrégé.

  • 28 Heers J., Louis XI le métier de roi, Paris, Perrin, 1999, p. 225.

19De fait, en 1465, il se marie avec Marguerite, fille du marquis Ludovic Ier de Saluces gouverneur de Provence. L’union de haut rang des deux côtés peut être considérée comme isogamique et son caractère légitime autorise une transmission patrimoniale. En revanche, Jean de Lescun n’a pas eu de fils de Marguerite de Saluces, ce qui interdit la dévolution du comté de Comminges. Dans les dernières années avant sa mort en 1473, il n’a plus le même poids auprès du roi. Même s’il est resté strictement fidèle à Louis XI, la révolte dès 1465 du comte Jean V d’Armagnac qui est tué à Lectoure en 1473, a miné ses relations avec le souverain28.

  • 29 Framond M. de, « Les armoiries de la maison d’Armagnac », Revue française d’héraldique et de sigil (...)
  • 30 En 1473, il devient abbé commendataire de La Chaise-Dieu en Auvergne, en compensation du pillage d (...)
  • 31 Heers J., Louis XI, op. cit., p. 247. Il est toutefois rétabli à l’archevêché d’Auch en 1480 avant (...)

20Le décès du bâtard d’Armagnac s’accompagne d’une mise à l’écart de ses proches. Son frère Jean, cardinal-archevêque d’Auch, est son exécuteur testamentaire et tuteur de ses enfants. Il arbore d’ailleurs des armoiries jumelles, analogues à celles de son frère, ce qui souligne qu’il revendique des origines identiques et l’hérédité d’un patrimoine dynastique autour du Comminges29. Mais le cardinal de Lescun est obligé de se réfugier en Avignon et est évincé du siège auscitain. Il est remplacé en 1476 par le cardinal Pierre de Foix le jeune, ce qui n’est pas sans rappeler la vieille querelle entre Foix et Armagnac30. La même année, convoqué à Paris comme témoin au procès de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, fils de Bernard de Pardiac, il prétexte la maladie pour éviter le déplacement31.

  • 32 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges, op. cit., p. 33-69. Si l’on considère que la concession (...)

21En 1478, la veuve du bâtard, Marguerite de Saluces, installée à Sauveterre-de-Comminges, s’inquiète ouvertement du mauvais traitement successoral de sa descendance, avant de mourir peu après. Une de leur fille Madeleine obtient Sauveterre, le seul fief reçu en propriété du roi. La seconde Catherine reçoit les seigneuries de Tournon, Fumel en Agenais et Gourdon, provenant de domaines armagnacais donnés par le monarque. Le comté de Comminges quant à lui est récupéré par Louis XI qui dès avant le décès du bâtard l’avait affecté en novembre 1472 au béarnais Odet d’Aydie, héritier par son épouse du rameau aîné des Lescun32.

  • 33 AD, Tarn-et-Garonne, Montauban, A 49, no 5, 1502.
  • 34 AN, J 859, no 1, 1500.
  • 35 Samaran C., La maison d’Armagnac au XVe siècle, op. cit., p. 358-361.

22Il n’est pas exclu que la généalogie de Jean de Lescun ait subi quelques manipulations mémorielles visant à imposer l’idée plus prestigieuse qu’il est le fils du connétable Bernard d’Armagnac. Une de ses filles, Catherine de Lescun, épouse celui qui devait être son cousin le baron Jean d’Armagnac de Termes, leur fille Madeleine étant unie à Pierre d’Armagnac baron de Caussade, bâtard légitimé du dernier comte armagnacais Charles mort en 149733. L’autre fille de Jean de Lescun, Madeleine de Lescun, est mariée en 1480 à Hugues d’Amboise baron d’Aubijoux, gouverneur des terres d’Armagnac après 149734. Ces seigneurs qui essaient de capter quelques lambeaux de la principauté, au moment de son démantèlement, ne sont pas insensibles à une union avec une descendante du bâtard d’Armagnac35.

  • 36 BnF, ms. fr. 4834, inventaire des lettres d’anoblissement, de légitimation et de naturalité, enreg (...)
  • 37 Ibid., fo 177v.

23La légitimation n’a qu’un résultat mitigé sur la succession au principal, en raison notamment de la conjoncture politique. En revanche, elle permet aussi de faciliter la transmission de biens à des enfants illégitimes, à partir du moment où eux-mêmes sont légitimés. Depuis 1456 et son installation à Genappe auprès du Dauphin, le bâtard d’Armagnac entretient une concubine brabançonne Marie Schoter, Solier en français. Celle-ci l’accompagne à Paris en 1461. En 1465, elle bénéficie d’ailleurs de lettres royales de naturalité, alors que l’acte indique qu’elle a été mariée à un notairesecrétaire de l’hôtel du roi : « Marie Solier femme de Me. Jean Prieur notaire et secrétaire du Roy, controlleur de la Recepte générale de toutes les finances sur et deça les rivières de Seine et d’Yonne, native de Brabant. Donné à Montargis au mois de septembre 1465. Par le Roy, l’évesque de Langres, les sires de Beuil et de La Forest et autres présens. De La Loere36. » Cette naturalisation confirme l’installation de Marie Schoter en France. L’année suivante, une légitimation royale est accordée à deux filles de Jean de Lescun et de Marie Schoter, Catherine et Jeanne, qui pourront par la suite être dotées : « De legitimatione Catharine scilicet et Joanne quas dominus Joannes Convenarum consaguineus Regis comes, Francie marescallus, generavit ex Maria filia Joannis Solier loci de Genepe in patria Brabantie habitatoris, tunc soluta. Datum Aurelianis mense aprilis37. »

*

24L’assemblage de biens et de dignités échafaudé par le bâtard d’Armagnac est toutà-fait symptomatique de la place qu’il a acquise dans la société politique de son temps. Alors que son extraction est obscure mais ses talents militaires manifestement appréciés, les comtes armagnacais lui laissent porter le nom de bâtard d’Armagnac, ce qui laisse entendre qu’il est bâtard princier. Cette confusion entretenue permet de l’associer de manière étroite à la maison comtale. Ensuite, la proximité du souverain lui procure une position influente au sein du pouvoir, un statut juridique légitime et un accès à la couche supérieure de l’aristocratie, celle des Grands du royaume.

  • 38 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 176, 179 et 183.
  • 39 Père Anselme, Histoire généalogique, op. cit., t. 7, p 94-95.

25Mais cette place est singulièrement fragile. Sa légitimation ne dépend que du bon vouloir du roi, d’autant qu’elle contredit toute idée de filiation princière directe. Son crédit décroît au fur et à mesure de l’accentuation de la rébellion de la famille d’Armagnac. Le caractère usufruitier de la possession du Comminges amène à une remise en cause de sa détention par le bâtard, avant même son décès. En 1465, l’annonce prématurée de sa mort provoque une réclamation du Comminges par le comte de Foix38. L’absence de descendance masculine entraîne l’attribution du comté à Odet d’Aydie un an avant son décès effectif le 9 juin 1473. À cette date, son frère archevêque qui devrait gérer les intérêts de ses enfants, se retrouve disgracié et dans l’incapacité d’exercer ses prérogatives. La carrière hors-norme de Jean de Lescun ne lui a pas pour autant permis de fonder un lignage durable. Mais il demeure fidèle au roi jusqu’à sa mort et ses derniers choix montrent son attachement à cette ancienne fidélité. Décédé en Dauphiné, il élit sa sépulture dans la collégiale Saint-Pierre de Valence où il a été sénéchal au nom du Dauphin39.

Annexes

ANNEXE. Lettre de légitimation de Jean d’Armagnac, comte de Comminges, fils d’Arnaud-Guilhem de Lescun et d’Annette d’Armagnac de Termes, par Louis XI à Muret le 26 mai 146340

« IIICXLI

Legitimatio pro Johanne de Armaniaco Convenarum comite

Ludovicus Dei gratia Francorum rex. Illegitime genitos quos vice decorat honestos nature, virtuosos nature decolorat, nam decor virtutis abscondit in ovile maculam geniture et pudicitia uteri, pudor originis abolentur. Notum igitur facimus universis, presentibus et futuris, quod licet dilectus et fidelis consanguineus noster Johannes de Armignaco comes Convenarum, filius naturalis Arnaldi Guillermi de Lescunio et Annete de Armignaco dicte de Termes tunc solute, ex illicita copula traxerit originem, casibus virtutum donis et morum venustate insignitur, que in ipso supplent merita et virtutes id quod ortus adversus abierit adeoque super deffectu natalium. Quam per eas gratiam quam nobis humiliter postulavit merito debet obtinere. Huic est quod nobis hiis actenus predictum Johannem de Armignaco consanguineum nostrum, de nostre regie potestatis plenitudine, auctoritateque regia et gracia speciali, legitimavimus et legitimacionis titulo decoramus, per presentes volumus ut ipse a modo in judicio et extra pro legitimo habeatur et teneatur. Ac eidem concedentes cum eo dispensantesque, quanquam ipse de cohitu predicto traxerit originem, bona mobilia quecumque acquirere et jam acquisita retinere et pacifice possidere valeat, ac de eis disponere inter vivos cum testamento vel aliter, ad sue libitum voluntatis, ad successionemque dictorum patris et matris ceterorumque parentum, amicorum carnalium suorum et aliorum quorumlibet, ex testamento vel ab intestato, dummodo de eorum processerit voluntate et consensu et nisi alteri jam foret jus quesitum ; et ad quoscunque honores, [fo 205r] officia et alios actus legitimos admittatur, ac si esset de legitimo matrimonio procreatus. Quoque etiam sui liberi, si quos in futurum habeat, totaque eius posteritas de legitimo matrimonio procreanda in suis bonis quibuscunque eidem jure hereditario succedant et succedere valeant, nisi aliud quam deffectus hujus natalium repugnet, predicto deffectu quem prorsus abolemus, jure, constitutione, statuto, edito, consuetudine, usu generali vel locali regni nostri, ad hoc contrariis, nonobstantibus quibuscunque, absque eo quod propter hoc aliquam financiam nobis aut successoribus nostris solvere teneatur. Quam financiam nos, consideratione magnorum et utilium serviciorum per eum nobis et rei publice regni nostri in guerris et aliter multimode impositarum, dedimus et quittavimus, damusque et quittamus de gratia speciali, per presentes, ordinationibus ad hoc contrariis nonobstantibus quibuscunque. Quocirca dilectis et fidelibus gentibus compotorum nostrorum et thesaurariis senescallie Tholose ceterisque justiciariis et officiariis nostris aut eorum locatenentibus, presentibus et futuris, et eorum cuilibet, prout ad eum pertinuerit, tenore presentium, mandamus quatinus prefatum Johannem de Armignaco consanguineum nostrum et eius posteros nostris presentibus legitimacione, concessione, dono et gracia uti et gaudere paciffice facient et permittent, absque quovis inpedimento, quod, illacum foret, id reparent et ad statum pristinum et debitum reducant seu reduci faciant indilate. Visis presentibus quibus perpetue stabilitatis robur obtineant presentes manu nostra signavimus et eisdem sigillum nostrum daremus apponendum ; salvo in ceteris jure nostro et in omnibus quolibet alieno. Datum apud Muretum prope Tholosam, vicesima sexta die Maii anno Domini millesimo CCCCo LXIIIo, et regni nostri secondo. Sic signatum per Regem, dominis du Lau, de Bellovisu et de Roseria et aliis presentibus. De Laloere. Visa. »

Notes

1 Harsgor M., « L’essor des bâtards nobles au XVe siècle », Revue historique, no 253, 1975, p. 319-354.

2 En 1380, Johannes bastardus de Armanhaco est témoin d’une reconnaissance féodale à Rodez auprès de son père Jean II comte de 1373 à 1384 (AD, Tarn-et-Garonne, Montauban, A 77, fo 40r, 7 janvier 1380 n. s.). Le 13 juillet 1384, alors que son demi-frère Jean III (1384-1391) vient de succéder à leur père, il assiste aux hommages du seigneur de Gozon et du baron de Sévérac dans le château comtal de Gages en Rouergue (AD, Tarn-et-Garonne, A 0, fo 26v-27r). Jean bâtard d’Armagnac devient évêque de Mende en 1387 puis cardinal et archevêque d’Auch en 1390.

3 À l’été 1376, le bâtard d’Armagnac, fils de Jean Ier (1319-1373), commande les compagnies qui luttent contre Gaston Fébus dans la vallée de la Garonne (Higounet C., Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la couronne, Toulouse/Paris, 1949, p. 552).

4 Histoire générale de Languedoc, éd. Dom de Vic et dom Vaissete, t. 8, Toulouse, 1844, p. 60 et 102-105.

5 Samaran C., La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, Paris, Picard, 1907, p. 12 et 116.

6 Autrefois, Bernard VII (1391-1418) avait assumé la même responsabilité avant de succéder au principat à son frère aîné Jean III (1384-1391).

7 Pasquier F., Louis Dauphin fils de Charles VII et les routiers en Languedoc de 1439 à 1444, Foix, 1895, p. 15-23.

8 Murray Kendall P., Louis XI, Paris, Fayard, 1974, p. 83.

9 Lettres de Louis XI roi de France, t. 1 (1438-1461), éd. J. Vaesen et E. Charavay, Paris, Renouard, Société de l’histoire de France, 1883, p. 290-291, p. j. LXXIX : ordre du 19 novembre 1459 et quittance du 13 mai 1460.

10 Mais, par la suite, le château de Langoiran a été rendu par Louis XI aux Montferrand à qui il avait été confisqué en 1453.

11 Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. 15, éd. Pastoret, Paris, 1811, p. 360-362. Pour le Comminges, Serrère et Langoiran qui sont délivrés en jouissance le 3 août 1461, une pension de 25 000 écus est fixée. Sauveterre est donnée en complément le 24 février 1462 (ns). En juillet 1463, en dédommagement des 6 000 livres tournois dues pour sa participation à la guerre en Catalogne, le maréchal de Lescun est également gratifié de la ville et seigneurie commingeoise de Saint-Béat.

12 Ibid., p. 360-362.

13 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 107 et 125.

14 Ordonnances, op. cit., vol. 15, p. 360-362.

15 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges béarnais au XVe siècle : Jean de Lescun bâtard d’Armagnac et Odet d’Aydie seigneur de Lescun, Paris, Champion, 1919, p. 27-33. Ce frère serait né vers 1412.

16 Ordonnances, op. cit., vol. 15, p. 468. Il est vrai que la Cour des aides est dissoute dans les six mois qui suivent. Jean archevêque d’Auch est également épaulé par le roi lorsqu’il postule à la légature pontificale d’Avignon et du comtat Venaissin, mais sans succès.

17 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 136.

18 Transcription des lettres de légitimation en annexe.

19 Si un comte était le père, on pourrait penser que le cousinage avec la mère rajoute un interdit de type incestueux qui rende malaisée une légitimation. Pourtant, plus tard, les enfants du comte Jean V et de sa sœur Isabelle ont été reconnus (Samaran C., Isabelle d’Armagnac, dame des Quatre-Vallées, Tarbes, 1907, p. 30).

20 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges, op. cit., p. 33-69. Les Lescun sont issus d’une branche bâtarde des vicomtes de Béarn.

21 Delbez L., De la légitimation par « lettres royaux », étude d’ancien droit français, Montpellier, 1923.

22 Des explications similaires sont produites pour les légitimations dans le milieu parlementaire à Paris (Autrand F., « Naissance illégitime et service de l’État : les enfants naturels dans le milieu de robe parisien, XIVe-XVe s. », Revue historique, no 237, 1982, p. 289-303).

23 Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, t. 7, Paris, 1726-1733, p. 94-95.

24 Depuis 1343, par la charte des Escartons, les communautés du Briançonnais versent une rente annuelle de 4 000 ducats au Dauphin (Lemonde A., « De la révolte aux libertés. L’intégration politique modèle d’un bailliage montagnard : le Briançonnais au XIVe siècle », Montagnes médiévales, XXIVe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public [Chambéry, 23-25 mai 2003], Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 137-149).

25 Les armoiries de Jean de Lescun nous sont fournies par quatre sceaux en juillet et août 1468, 1469 et 1472 (Framond M. de, « Les armoiries de la maison d’Armagnac », Revue française d’héraldique et de sigillographie, no 64, 1994, p. 79 et fig. 10), dont le blasonnement est confirmé au XVIe s. : « d’argent au lyon de gueulles, contr’escartellé de gueulles au lyon léopardé d’or, escartellé de gueulles à quatre ottelles d’argent passez en saulteur, à la cotice de sable périe et mise en » (J. Le Féron, Catalogue des maréchaux de France, Paris, Vascosan, 1555, fo 17r, armoirie 54). Le Père Anselme précise que ce sont les armes d’Armagnac et de Comminges brisées (Père Anselme, Histoire généalogique, op. cit., t. 7, p. 94-95). La tête du lion léopardé de Rodez est vue de face. Les otelles en sautoir de Comminges sont un meuble héraldique qui pourrait figurer des amandes, des fers de pique, des larmes ou plus probablement l’espace laissé libre sur le champ de l’écu entre les branches d’une croix pattée qui sont les armes commingeoises originelles.

26 Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. 17, éd. Pastoret, Paris, 1820, p. 238 : « Institution et statuts de l’ordre de Saint-Michel ».

27 De 1454 à 1459, le versement du Comminges au Domaine avait été effectué sous la direction du Parlement de Toulouse. Ce dernier désavoue vigoureusement la remise du comté au bâtard d’Armagnac, au nom de l’inaliénabilité du domaine royal, par exemple encore le 4 septembre 1465 (Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 617-618).

28 Heers J., Louis XI le métier de roi, Paris, Perrin, 1999, p. 225.

29 Framond M. de, « Les armoiries de la maison d’Armagnac », Revue française d’héraldique et de sigillographie, no 64, 1994, p. 79-80. Elles sont visibles dans la cathédrale d’Auch, chapelle 19, « De la Compassion », vitrail consacré à Saint Matthieu et la sybille tiburtine, au centre de la composition, au sommet d’une lancette. La barre indiquant la bâtardise est d’argent.

30 En 1473, il devient abbé commendataire de La Chaise-Dieu en Auvergne, en compensation du pillage d’Auch par les mercenaires royaux (Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges, op. cit., p. 27-33).

31 Heers J., Louis XI, op. cit., p. 247. Il est toutefois rétabli à l’archevêché d’Auch en 1480 avant de mourir en 1483. Sa plaque tombale dans la cathédrale indique le nom de Johannes de Armanhaco, ce qui entretient une méprise avec son prédécesseur de 1390-1408 qui était le bâtard du comte Jean II vu plus haut (Samaran C., Le clergé et les habitants d’Auch implorent le pape Sixte IV, en faveur de Jean de Lescun, leur archevêque, Rome, 1957, p. 1-5).

32 Jaurgain J. de, Deux comtes de Comminges, op. cit., p. 33-69. Si l’on considère que la concession de la succession du Comminges de 1472 à Odet d’Aydie sire de Lescun, est déjà prévue par Louis XI en 1461 lorsque le comté est conféré à un bâtard vieillissant et sans descendance légitime, on pourrait en déduire que la paternité de Lescun établie pour le bâtard dans sa légitimation de 1463 vise à conforter les droits futurs d’Odet d’Aydie. Mais, ce dernier, confident de Charles de France frère du roi, est plutôt classé dans un clan opposé à Louis XI.

33 AD, Tarn-et-Garonne, Montauban, A 49, no 5, 1502.

34 AN, J 859, no 1, 1500.

35 Samaran C., La maison d’Armagnac au XVe siècle, op. cit., p. 358-361.

36 BnF, ms. fr. 4834, inventaire des lettres d’anoblissement, de légitimation et de naturalité, enregistrées à la Chambre des comptes de 1349 à 1655, fo 178v. Le sire de Beuil qui assiste à cette naturalisation est peut-être Jean V de Bueil comte de Sancerre, ancien compagnon d’armes de Jean de Lescun en Alsace et oncle maternel d’Hugues d’Amboise seigneur d’Aubijoux, futur époux de Madeleine de Lescun.

37 Ibid., fo 177v.

38 Murray Kendall P., Louis XI, op. cit., p. 176, 179 et 183.

39 Père Anselme, Histoire généalogique, op. cit., t. 7, p 94-95.

40 AN, registre du Trésor des chartes, JJ 199, no 341, fo 204v-205r.

Auteur

Maître de conférences en histoire médiévale – université du Mans, CERHIO-UMR 6258

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540