Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Seconde section. Les bâtard(e)s de la noblesse : des acteurs du jeu politique et dynastique ?

L’héraldique au service de l’histoire

Les armoiries des bâtards à la fin du Moyen Âge, études de cas

Heraldry in the Service of History

Laurent Hablot

Résumé

À la fin du Moyen Âge, le blason théorique et pratique développe une héraldique spécifique pour distinguer les bâtards princiers. Ces signes, en invitant les enfants naturels à partager les armes du lignage mais aussi en les distinguant relativement clairement de la descendance légitime, au moyen du franc-quartier, des armoiries sur pièce ou de la barre, produisent un effet paradoxal qui reflète assez justement la situation de ces personnages à cette période : à la fois faire-valoir et parents pauvres de la dynastie. L’étude spécifique de quelques dossiers permet de mieux cerner les règles de fonctionnement et de hiérarchie de ce blason de la bâtardise et de soumettre à ce système les cas litigieux des armes de Thomas de la Marche et des frères « de Bourbon ».

At the end of the Middle Ages, both theory and practice develops a specific heraldic blazon to distinguish the royal bastards. These signs invite illegitimates children to share the lineage’s arms but also distinguishe them relatively clearly of the legitimate offspring, by the quarter, father’s arms on heraldic pieces or using the barre. This produces a paradoxical effect that reflects quite accurately the situation of these people at this time: both valued and sidelined by the dynasty. The specific study of some cases helps to identify the operating rules and hierarchy of this blazon of bastardy and allowes to submit to this system the contentious cases of Thomas de la Marche and brothers “Bourbon”’s coat of arms.

Texte intégral

1À partir du second tiers du XIVe siècle, textes et images nous livrent de précieuses informations sur les signes héraldiques portés par les enfants naturels issus de la noblesse. Ces sources révèlent que ces bâtards sont alors admis, sous certaines conditions et formes, à porter les armes familiales. Mais ce partage héraldique, pour être saisi avec pertinence, doit être comparé aux autres systèmes de délégation d’armoiries dans le cadre de la famille, des offices ou de la clientèle. À l’évidence, entre le début du XIIIe siècle et la fin du Moyen Âge se développe une forme spécifique d’héraldique propre à ce groupe et qui contribue à la fois à le valoriser en l’intégrant au lignage tout en le maintenant à l’écart. La question reste de savoir comment sont perçus ces signes à la fin du Moyen Âge et si l’on est alors capable de distinguer les armes des bâtards de celles de leurs parents légitimes. Deux exemples, ayant retenu l’attention des historiens, illustrent bien cette problématique : les armes portées par Thomas de la Marche, bâtard de France, vers 1350 et la « reconnaissance » héraldique de deux frères « de Bourbon » par le duc Louis Ier de Bourbon en 1334.

Les armoiries des bâtards1

  • 1 Sur les brisures de bâtardise, voir en dernier lieu Les combinaisons d’armoiries par les personnes (...)

2La question des armoiries portées par les enfants naturels de la noblesse médiévale distingue clairement, comme souvent au Moyen Âge, un discours théorique et des pratiques effectives. Ces deux courants d’information ne coïncident pas toujours même s’ils semblent s’élaborer presque simultanément et produisent, in fine, une véritable héraldique de la bâtardise, théorique et pratique.

Théories et pratiques : XIIIe-XVIe siècle

  • 2 Jones E. J., Medieval Heraldry, Cardiff, W. Lewis, 1943; Cavallar O. et al., A grammar of signs: B (...)
  • 3 « Ex hoc posset queri, an bastardi vel spurii possunt uti illis signis. Et videtur quod non, quia (...)

3La question des armoiries portées par les bâtards nobles n’apparaît dans les textes qu’au milieu du XIVe siècle, au moment même où s’écrivent les premiers traités juridiques et techniques sur l’héraldique et où le statut des bâtards connaît une évolution notable : deux motivations suffisantes pour justifier cet intérêt. La première position exprimée est celle du juriste Bartolo da Sassoferrato dans son De insignis et armis rédigé vers 13552. Partant du principe qu’il est impossible pour un bâtard de porter le nom et les armes de son père, il dénonce les pratiques toscanes qui permettent un usage « abusif » et théoriquement impensable des armes paternelles, portées sans brisures par les bâtards de la noblesse locale3.

4Une vingtaine d’années plus tard, vers 1376, le Breton Evrart de Tremaugon dans son Songe du Vergier, pourtant en partie inspiré par Bartolo da Sassoferrato, se montre déjà plus tolérant et n’applique la restriction en particulier qu’à un bâtard de sang royal : il précise au chapitre 148 :

  • 4 Évrart de Tremaugon, Le Songe du Vergier, t. 1, éd. M. Schnerb-Lievre, Paris, CNRS Éditions, 1982, (...)

« Et aussi veulent aulcuns dire que les bastars ne peuvent pas porter les armes de la lignée […] Jaçoit ce que en aulcun pays les bastars portent les armes du lignaige duquel ils descendent avec aulcune difference, laquelle coustume est assez raisonnable mais l’on pourroit dire que laditte coustume ne seroit pas raisonnable en un hostel royal, comme seroit en l’hostel de France, car nul bastard ne devroit porter les armes de France ne a difference ne aultrement, ne si ne se devroit pas nommer de celui hostel, car ainsi comme dit une loy, c’est une chose si detestable a qui est tresnoble soit homme soit femme de estre incontenant et luxureux et de procurer enfans hors mariage, que n’est à ung aultre homme de simple estat4. »

5Les propos de ces deux auteurs seront constamment repris entre le XVe et le XVIIIe siècle par un grand nombre de traités et de législations à l’instar des Decreta Sabaudiae d’Amédée VIII de Savoie édictées en 1430 et qui précisent :

  • 5 Archivio di Stato di Torino, Museo storico, Decreta sabaudiae, ms. (xv sec.), liber V, fo 93r. Je (...)

« Filii legitimi bastardorum nobilium non debent deferre cognomen et arma ipsorum nobilium nisi de licencia capiti illius generis 5. »

  • 6 Diego de Valera, Traité de noblesse, trad. Hugues de Salve, Lyon, BM, ms. 925, fo 26v. Cité par Bo (...)

6Au XVe siècle certains ouvrages introduisent toutefois d’importantes nuances sur les qualités des bâtards tel le Traité de noblesse de Diego de Valera qui distingue les fils naturels des princes ayant la puissance d’anoblir, lavés de la tache originelle par le pouvoir paternel, des « spurios » ou « vulgo quaesiti » nés d’une union passagère, des adultérins et incestueux qui n’auront pas droit à la qualité et aux armes de leur géniteur, sauf à être légitimés par le prince et enfin les « bâtards naturels » engendrés de père et de mère libres qui peuvent bénéficier de la reconnaissance paternelle6. La responsabilité du partage héraldique et/ou patronymique avec les bâtards est donc clairement abandonnée au géniteur ou, plus exactement, au chef de nom et d’armes, nous y reviendrons.

  • 7 C’est par exemple le cas de l’article de Visart de Bocarmé A., « Les brisures de bâtardise dans le (...)

7Il semble évident que ces discours théoriques reflètent assez mal la réalité des pratiques héraldiques même s’il convient de souligner que celles-ci évoluent avec le temps pour élaborer progressivement un véritable blason de la bâtardise. Cette lecture chronologique, trop souvent ignorée par les auteurs qui se contentent d’une approche diachronique du phénomène7, est pourtant essentielle pour saisir l’évolution à la fois du statut des bâtards et celle des fonctionnalités de l’héraldique dans la société médiévale.

  • 8 La brisure est un élément distinctif modifiant les armes dites pleines, prototype héraldique du li (...)
  • 9 Le lambel est une bande horizontale à plusieurs pendants posée sur l’écu.
  • 10 Pastoureau M., Traité d’Héraldique, Paris, Picard, 1993, p. 186 et notes.
  • 11 Dès la fin du XIIIe siècle sont attestés des cas de partages d’armoiries entre le parrain en cheva (...)

8La question de l’héraldique des bâtards ne semble pas vraiment se poser avant le début du XIVe siècle, période qui voit se préciser à la fois le statut juridique des bâtards et celui des armoiries. On peut toutefois noter, pour illustrer cette question, que la première brisure8 connue dans l’héraldique capétienne est précisément le lambel9 apposé sur les armes de Philippe Hurepel (†1234), « fils naturel » de Philippe Auguste et d’Agnès de Méranie. Cette brisure marque clairement la volonté de distinguer ce prince de l’héritier légitime, le futur Louis VIII, qui porte encore à cette date les pleines armes de son père. Excepté ce cas un peu particulier, il semble que la plupart des bâtards reconnus partagent l’identité emblématique de leur géniteur10. Le constat que Bartolo da Sassoferrato applique à la Toscane est en réalité une pratique plus ou moins générale à l’Europe médiévale et, comme nous venons de le voir, son continuateur Evrart de Tremaugon la considère finalement « assez raisonnable » au motif que la faute n’est pas du bâtard mais de ses parents. Dans bien des familles, y compris princières et souveraines, les fils bâtards, à partir du moment où ils sont reconnus, sont donc associés à leur père par un partage héraldique, au même titre que les enfants légitimes et que certains familiers bénéficiant de concessions d’armoiries11.

  • 12 L’épouse, les filles et les parents choisis et familiers distingués par une concession d’armoiries (...)
  • 13 Loutsch J.-C., « Le franc-quartier, pièce honorable ou brisure ? », Brisures, augmentations et cha (...)
  • 14 Le franc-quartier occupe le quart supérieur gauche de l’écu qui est aussi la place la plus honorab (...)
  • 15 Dont le champ est d’une seule couleur, sans figure.
  • 16 Ce constat a déjà été établi par Raadt J.-T. de, Sceaux armoriés des Pays-Bas et des pays avoisina (...)
  • 17 Ses frères portent, pour Yvain, un écu de gueules au franc-quartier de Flandre, Robert, d’argent s (...)
  • 18 Voir cahier d’illustrations, fig. 1. Hommages du comté de Clermont-en-Beauvaisis, Paris, BnF, ms. (...)

9À partir du moment où le système de la brisure se développe, dans le courant du XIIIe siècle, la plupart des bâtards reçoivent, comme les fils légitimes, les armoiries paternelles brisées, dans des compositions qui, à cette époque encore, ne distinguent pas toujours nettement le sang légitime12. Dans la première moitié du XIVe siècle en revanche, les brisures des bâtards sont plus systématiquement limitées à quelques mises en formes spécifiques, mais qui ne semblent pas encore exclusives13. Ainsi les armes paternelles, très rarement les armes maternelles, sont fréquemment placées dans une pièce honorable (franc-quartier, bande, pal ou chevron)14 d’un écu plain15, souvent de métal (or ou argent), le plus souvent un franc-quartier16. Cette mise en forme se retrouve par exemple dans les armes du bâtard de Louis de Male, comte de Flandre, Louis de Haeze ou le Haze (†1396), qui porte d’argent au franc quartier d’or chargé d’un lion de sable17 ou encore dans celles du fils naturel de Louis Ier de Bourbon, Jean de Rochefort (†1375), qui porte quant à lui d’argent au franc quartier de Bourbon. Ses armes seront reprises par Hector de Bourbon, bâtard du duc Louis, représenté sur la célèbre scène des Hommages du comté de Clermont (fig. 118) où l’on distingue bien cette brisure de bâtardise des autres formes de brisures de cadets portées par presque tous les personnages présents, par ajout de figure sur les armes familiales : lambel, bordure, bande.

  • 19 Ces écus plains sont très rares dans la réalité des pratiques héraldiques, mais relativement fréqu (...)

10Cette mise en forme de l’écu plain au franc-quartier des bâtards appelle quelques commentaires. Il semble en réalité que l’usage de l’écu plain hérite directement d’un motif littéraire. Adopté par les héros des romans de chevalerie qui souhaitent conserver l’anonymat ou par les jeunes bacheliers en quête d’aventure, cet écu vierge, parfois qualifié de « table d’attente », est destiné à être couvert par les emblèmes que susciteront les exploits et les aventures du jeune chevalier19.

  • 20 Sur les brisures, voir Pastoureau M., Traité d’Héraldique, op. cit. p. 177-186, et sur l’usage du (...)
  • 21 Hablot L., « Aux origines de la dextre héraldique. Écu armorié et latéralisation au Moyen Âge », C (...)

11Le franc-quartier compte parmi les brisures relativement fréquentes dans les armoiries des cadets légitimes dans le courant du XIIIe siècle20. Il n’est donc pas en soi un signe de bâtardise. Il est alors coloré d’un motif plain, comme le gueules chez les Thouars ou l’hermine chez les Dreux, ou encore chargé des armes d’une famille alliée pour souligner un lien vassalique, généalogique et/ou patrimonial et se surimpose aux armes paternelles. La position de cette pièce est dans les deux cas valorisante puisqu’elle se trouve placée sur le quartier le plus honorable de l’écu21. Dans les armoiries des bâtards ce franc-quartier est le plus souvent chargé des armes du père, plus rarement de celles de la mère, et se surimpose au contraire à un écu vierge de figure ou plain.

  • 22 Voir sur cette question les nombreux travaux de Michel Pastoureau.
  • 23 Cette figure est notamment évoquée dans le traité de Jacques le Boucq (Paris, BnF, ms. Fr. 9491) a (...)

12La combinaison de ces deux éléments du blason est donc signifiante. Elle souligne par l’écu vierge la nature non accomplie du bâtard dont on attend, non sans un certain onirisme, que les actes justifient le statut. Elle place à l’honneur les armes de son géniteur. C’est un habile compromis entre la brisure et l’écu vide. L’écart héraldique entre le lignage légitime et les enfants naturels est donc essentiellement créé par un rapport de proportion et se comprend par le principe du feuilletage héraldique : quand les brisures du lignage légitime conservent les armoiries pleines et leur surimposent une brisure plus ou moins discrète, les brisures des bâtards, au contraire, surimposent à des armoiries vierges et anonymes une brisure aux armes paternelles. La représentation héraldique du lignage dans la composition est donc largement moindre dans les armoiries des bâtards. Cette nuance dans le mode de composition est pourtant essentielle du point de vue de mentalités médiévales et du rapport aux plans de l’image22. Dans le premier cas, – la descendance légitime –, c’est l’image pleine qui est surchargée, dans le second – les armes de bâtards –, c’est une surface vide qui est partiellement comblée par une parcelle d’information. Cette réalité est qualifiée, dans certaines sources de la fin du XVe siècle et du siècle suivant, de « faux-écu », proposé comme un synonyme de pièces aux armes posées sur un écu vierge ou d’écusson aux armes placé au centre d’un écu vide23. La qualification péjorative de ces faux-écus suffit à traduire l’idée dépréciative de ce type de composition au regard des armes pleines de l’aîné ou même brisées des cadets légitimes.

  • 24 Voir Hablot L., mémoire inédit d’habilitation, Affinités héraldiques, op. cit.

13Relativement diffusée chez les bâtards princiers au XIVe siècle, cette composition au quartier n’est pourtant pas exclusive. Elle est complétée par d’autres formules plus ou moins élaborées sur les mêmes principes de composition : des pièces chargées des armes du père et posées sur un champ plain d’or ou d’argent. Dans le cas de groupes cohérents de bâtards au sein d’une même famille, on constate que ces compositions permettent d’établir une véritable hiérarchie de valeur et de situation entre les armoiries des enfants naturels, graduées par la proportion accordée au prototype héraldique familial. La part de ce prototype concédée au bâtard est alors proportionnelle à son statut, à la condition de sa mère, à sa place dans la succession et/ou aux conditions de sa légitimation et aux nécessités politiques. Ce mode de composition « sur pièce » peut toutefois se confondre avec les augmentations d’armoiries accordées aux fidèles, à la différence près que dans ce dernier cas, comme pour les brisures d’armoiries familiales, la pièce chargée des armes du « patron » s’ajoute souvent à des armoiries préexistantes24.

14Quelques ensembles plus ou moins exhaustifs d’armoiries de bâtards issus d’un même lignage éclairent assez précisément ces pratiques à l’image des armes des bâtards de Navarre, de Bourgogne, de Bourbon ou de France.

  • 25 Sur les armes de bâtards de Navarre voir Ramos Aguirre M., « Cimeras, colores, divisas », Signos d (...)
  • 26 Le chef est une pièce qui occupe le tiers supérieur de l’écu. L’écartelé divise l’écu en quatre qu (...)
  • 27 Narbona Cárceles M., « Les bâtards royaux et la nouvelle noblesse de sang en Navarre (fin XIVe siè (...)
  • 28 La question des concessions d’armoiries est l’objet de mon mémoire inédit d’habilitation consacré (...)

15L’exemple des armoiries des bâtards de Navarre entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle est en effet instructif du point de vue des variétés d’usages en matière de brisure de bâtardise et des évolutions possibles des combinaisons avant l’avènement de la brisure de la barre25 : chef, franc-quartier, écartelé, figures26. Parmi les bâtards armoriés connus, dans l’ordre chronologique, Martin Enriquez de Laccara, fils de Juan Enriquez, lui-même fils naturel d’Henri de Champagne et d’une dame de Laccara, porte en 1349 un écartelé Navarre-Laccara. Ces armes sont partagées par son neveu Martin Enriquez, à partir de 1405, à la suite d’une concession du roi Charles III de Navarre stipulant qu’il souhaite que ceux du lignage royal puissent ainsi se reconnaître. Lionel de Navarre, fils naturel du roi Charles II, porte d’abord d’azur au chef de Navarre (1397) mais cette composition est elle aussi augmentée en 1407 par concession de Charles III de deux lions couronnés et du titre de vicomte de Muruzabal. Charles de Beaumont, fils naturel de l’infant Louis, porte en 1381 losangé d’or et d’azur (Beaumont) au franc-quartier de Navarre avant que ses armes ne deviennent en 1391, par concession royale, écartelé Navarre/Beaumont. Godefroi de Navarre, fils naturel de Charles III porte quant à lui écartelé au 1 et 4 de Navarre et 2 et 3 d’azur à 3 chevrons d’or (1412). Lancelot de Navarre, fils naturel de Charles III (1407-1414), vicaire général de l’évêché de Pampelune porte écartelé Navarre/de ? (azur) à trois bandes de (or) ? La composition en écartelé, progressivement généralisée pour les bâtards de la maison royale, assimile plus clairement ces enfants naturels au lignage et s’inscrit dans une politique de revalorisation du sang royal au profit de la couronne27. Ce mode de composition, attribué ici aux branches naturelles de la famille royale, connaît à l’époque d’autres applications, notamment dans le cadre des concessions d’armoiries et des armoiries d’alliances avec une héritière28.

  • 29 La devise est l’emblème personnel porté par le prince et dont la mode se diffuse entre 1350 et 155 (...)
  • 30 Jackson-Lipkin M. H., « The beaufort legitimation », The coat of arms, VI (1956-58), p. 113-114, 3 (...)

16Soulignons également, à cette même période, l’existence d’un autre type d’armoiries parfois attribuées aux bâtards : les armoiries à devise29. Ce mode de partage emblématique est notamment exploité en Angleterre où il conduit par exemple le bâtard d’Édouard, prince de Galles, Roger de Clarendon, à porter un écu d’or la bande de sable chargée de trois plumes d’autruche d’argent, devise de son père. Jean de Beaufort (†1410), fils de Jean de Gand et de Catherine Swynford, porte avant l’union légale de ses parents, des armes de bâtardise avec les armes paternelles sur pièce mais dans un écu parti d’argent et d’azur (couleurs de la livrée des Lancastre) à la bande aux armes d’Angleterre brisées d’un lambel d’azur à neuf fleurs de lis d’or (armes de Jean de Gand). Le mariage de ses parents en 1396 entraîne sa légitimation par le pape Boniface IX et par le Parlement en 139730. Jean de Beaufort change alors d’armoiries et adopte les armes pleines (écartelé de France et d’Angleterre) avec une brisure : une bordure componée d’argent et d’azur. Cette concession d’armoiries à la devise permet habilement la reconnaissance du géniteur sans nécessairement impliquer le lignage à travers le partage de ses armoiries. Là encore, la concession de devises, intégrées aux armoiries, peut concerner des individus de légitime naissance mais elles s’ajoutent dans ce cas à des armes déjà existantes.

  • 31 La barre est une pièce diagonale partant de l’angle supérieur droit vers le coin inférieur gauche. (...)
  • 32 Mathieu R., Le système héraldique français, Paris, J.-B. Janin, 1946, p. 121. L’auteur rapporte ce (...)

17Dans le courant du XVe siècle, un nouveau type de brisure, propre à la bâtardise, s’impose. À l’habituel franc-quartier aux armes succède la barre ou plutôt la cotice ou le filet en barre31, figure assez inhabituelle de l’héraldique et antithèse de la brisure assez commune de la bande portée par les puînés. Sans être exclusif lui non plus, ce motif s’impose pourtant progressivement dans la pratique et la théorie au sein desquelles, d’après Rémi Mathieu, le « système de la barre » tend à s’imposer comme distinction juridique comme le rappelle notamment l’édit d’Union de 1532 réglant l’héraldique des bâtards de la maison de Montfort ou encore les coutumes de Lorraine en 159432.

  • 33 Contamine P., « Jean, comte de Dunois et de Longueville (1403 ?-1468), ou l’honneur d’être bâtard  (...)
  • 34 Ce traité (BnF, ms. Lat. 6020, fo 29v-30) n’est pas le seul à préciser la couleur de la barre de b (...)
  • 35 Heures Dunois, BL, ms. Yates Thompson, fo 1, 22v, 32.
  • 36 On le constate par exemple sur une tapisserie aux armes de Louis, prince de Condé et de Françoise (...)

18En France, Jean de Dunois33, bâtard d’Orléans (v. 1403-1468) – il est le fils de Louis d’Orléans et de Mariette d’Enghien – est le premier bâtard de la maison capétienne à porter les pleines armes brisées par une barre et non plus par une simple pièce honorable aux lis. Les versions de ses armoiries varient d’ailleurs au fil du temps et des sources. Il porte d’abord France au lambel d’argent (Orléans), une barre du même brochant sur le tout. Cette barre est parfois lue de sable, peut-être en raison de l’oxydation de l’argent sur les miniatures ou en conformité avec les traités de Blason de la fin du XVe siècle, tel le Liber armorum de Bernard du Rosier (†1476), archevêque de Toulouse, qui précise que la barre transversale des bâtards doit être de couleur noire34. À mesure que l’importance politique du bâtard d’Orléans s’accroît – il est créé comte de Dunois en 1439 et de Longueville en 1443 –, cette barre est progressivement diminuée en cotice dans les représentations de ses armes. Déjà presque invisible sur les miniatures de ses Heures35, cette cotice y est devenue un filet – barre diminuée en largueur – qui se transforme chez ses descendants Longueville en bâton péri en barre progressivement mis en bande36.

  • 37 Voir une tapisserie des années 1470 passée à la vente Perier citée dans de Vaivre J.-B., « Les arm (...)
  • 38 Voir cahier d’illustrations, fig. 2. Ces armes se retrouvent, parties avec celles de Dammartin, su (...)

19Pour illustrer ce processus de dissimulation, il faudrait également citer l’exemple de Louis, bâtard de Bourbon, fils naturel du duc Charles Ier de Bourbon (†1487), amiral de France et comte de Roussillon, époux de Jeanne de France, fille naturelle de Louis XI, qui, pour signifier sa bâtardise avec une certaine dignité, porte sur ses armes en barre un véritable bâton écoté de gueules37. Sa fille aînée Suzanne, épouse de Jean de Chabannes, comte de Dammartin, recompose une brisure associant la barre écotée de gueules de son père et la barre d’argent de sa mère et la revalorise en bande pour porter de France à la bande écotée coupé d’argent et de gueules (fig. 238).

  • 39 Il s’agit de Corneille (v. 1420-1452), Antoine (v. 1427-1504), David (1427-1494), Anne (v. 1440-15 (...)
  • 40 À cette période encore certains bâtards de la maison de Bourbon adoptent toujours pour brisure une (...)
  • 41 Le coupé divise en deux parts égales, horizontalement, l’écu. Sur les armes de David le coupé peut (...)
  • 42 Bergen-Pantens C. van den, « Héraldique et bibliophilie : le cas d’Antoine, Grand Bâtard de Bourgo (...)
  • 43 La champagne est le quart inférieur de l’écu. Encore réduite elle prend le nom de terrasse.
  • 44 Pontifical de Thérouanne, Haarlem, Teylers Museum, ms. 77, fo 11 et chasuble conservée à Liège, Tré (...)

20Des évolutions analogues s’observent chez les bâtards bourguignons, notamment dans le groupe, assez cohérent chronologiquement, formé par les neufs bâtards de Philippe le Bon dont les armories sont connues39. Six de ces bâtards portent les armes de Bourgogne « sur pièce40 ». Mis à part Corneille qui porte les pleines armes de Bourgogne brisées d’un filet de gueules, Raphaël qui ne porte pas les armes de Bourgogne et Yolande qui les porte apparemment sans brisure, les autres bâtards ducaux portent, pour Antoine : d’argent à la bande (aux armes) de Bourgogne ; pour David : coupé de Bourgogne41 et d’argent au filet de gueules ; pour Anne : d’or à une fasce de Bourgogne ; pour Baudouin : d’or à la bande de Bourgogne ; pour Jean : d’or à une fasce de Bourgogne ; pour Philippe : d’argent au chevron de Bourgogne. On notera l’absence, dans ces concessions des années 1430-1440, du franc-quartier, résolument passé de mode, mais aussi la permanence du motif des armoiries paternelles sur pièce et la prééminence du filet en barre sur les autres compositions. Le grand intérêt de ce corpus réside en effet dans son évolution qui, à l’instar des armes des bâtards de Navarre précédemment citées, et des armes brisées dans la succession légitime de Bourgogne, élabore un véritable système, une assez claire hiérarchie du blason de la bâtardise. La version la plus « honorable » des armes de bâtardise dans ce groupe est sans conteste celle portée par Corneille, le « Grand bâtard de Bourgogne » : de Bourgogne au filet en barre de gueules. Après sa mort en 1452, son cadet dans le groupe des bâtards, Antoine, lui succède dans le titre de « grand bâtard » de Bourgogne et abandonne ses armes d’argent à la bande de Bourgogne, attestées entre 1446 et 145342, pour reprendre celles de Corneille. Après le changement d’armoiries d’Antoine, et devenu évêque d’Utrecht (1456), David abandonne son coupé de Bourgogne au filet en barre pour des armes de Bourgogne à la champagne d’or43 – très discrète champagne en l’occurrence comme l’illustrent le Pontifical de Thérouanne et sa chasuble conservée à Liège44. La même dévolution se produit, en cascade, chez les autres bâtards masculins. Baudouin hérite de l’écu à la bande d’Antoine. La fasce de Jean et le chevron de Philippe semblent prolonger cette hiérarchie des figures.

  • 45 Enté en pointe désigne un écu entaillé à la pointe par deux traits convexes formant un triangle plo (...)
  • 46 Sur l’héraldique et l’emblématique des bâtards de Bourgogne voir le mémoire de master 1 de Florian (...)

21Outre les évolutions de composition, on constate chez ces bâtards des évolutions de figurations qui révèlent elles aussi les hiérarchies héraldiques et les stratégies visuelles visant à élargir au maximum les pièces aux armes pour leur faire occuper le plus de champ possible – et dissimuler du même coup le champ vierge – ou encore d’amoindrir autant que faire se peut – jusqu’à l’oubli – le mince filet en barre qui stigmatise le bâtard. On l’a vu avec David devenu évêque. Anne ne change pas d’armoiries mais sa fasce aux armes s’élargit à mesure que son statut se consolide pour finir, à la fin du siècle, par occuper, comme chez son demi-frère Jean, la quasi-totalité du champ. Cette évolution se retrouve également dans les armes de Baudouin dont la bande aux armes, héritée du premier écu d’Antoine, tend à s’élargir pour occuper tout le champ. Philippe de Bourgogne transforme son chevron aux armes en Bourgogne enté en pointe d’or45. Quant à Antoine, son filet est parfois oublié. Ces marques dégradantes de la bâtardise sont gommées avec une certaine obstination par les générations suivantes, jusqu’à disparaître totalement des figurations héraldiques46. Notons encore que les nombreux bâtards des bâtards de Bourgogne ont eux aussi porté des armoiries qui ont encore enrichi ce système.

22Pour être exhaustive, cette approche de l’héraldique des bâtards princiers devrait se compléter d’une analyse de toute leur emblématique ainsi que de leur dénomination et titulature, ensemble de signes qui constituent l’identité dans sa globalité pour les hommes de ce temps. Sans insister ici notons seulement que l’octroi du nom « de Bourgogne » coïncide étroitement avec l’usage des armes – Raphaël de Mercatel ne porte ni le nom ni les armes de son père Philippe le Bon –, que le titre de « Grand bâtard » établit la hiérarchie du groupe et va de pair avec l’usage des pleines armes à la barre – pour Corneille puis pour Antoine –, et enfin que les éléments emblématiques comme les devises, ou para-héraldiques comme les cimiers et les supports, complètent subtilement le discours de l’identité. La plupart des bâtards de Philippe le Bon adoptent des devises sur le thème du feu, plus ou moins dérivées du fusil paternel, et tous les bâtards qui prennent un cimier utilisent la figure du grand-duc – claire allusion au titre de leur père –, même si à la suite de son allégeance à Charles VIII vers 1481, Antoine adopte le cimier au lis carré des Capétiens.

L’invention des armes de bâtardise, une question en suspens

23Si les principes et la pratique peuvent ainsi être cernés d’assez près, les conditions d’attribution de ces compositions restent encore mal connues. Qui décidait des armoiries portées par les bâtards ? Sur la base de quel savoir ? Avec quelle publicité ?

  • 47 Il existe quelques inventaires de ces lettres comme par exemple le manuscrit BnF, ms. fr. 4834.

24Les rares éléments d’information parvenus jusqu’à nous proviennent évidemment des lettres officielles de concession d’armoiries. Relativement peu nombreuses, ces lettres coïncident parfois, mais pas nécessairement avec les lettres de légitimation. Toutefois, dans de nombreux cas, ces documents ne nous ont pas été conservés ou bien les bâtards concernés n’ont pas bénéficié de telles concessions ou légitimations47.

  • 48 Durrieu P., « Les filles d’Agnès Sorel », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscription (...)
  • 49 La fille naturelle de Charles VI, Marguerite de Valois fut elle aussi légitimée par lettres donnée (...)
  • 50 « Et en signe de ce, afin qu’elle ait nom et titre honorable, avons voulu et octroyé et par ces pr (...)
  • 51 Copie du XVIIe siècle, BnF, ms. nouv. acq. fr., fo 187r, cité dans Mathieu R., Le système héraldiq (...)
  • 52 « Cum igitur virtutes et bene merita car et dilecta sororis nostris IOANNAE, domina du Fau, filia (...)
  • 53 Voir cahier d’illustrations, fig. 3. Cette composition donne la préséance aux armes brisées des Bo (...)

25Chez les rois de France, les trois filles de Charles VII et d’Agnès Sorel48, Marie de Valois (1444-1473), Charlotte de Valois, Jeanne de France bénéficient pour la première fois de lettres de légitimation qui spécifient leurs armoiries49. Marie est légitimée en 1458 avec le droit de porter le nom de Valois et les armes de France avec la « différence de la bande [sic], telle que enfants naturels doivent et ont accoutumé de porter50 ». En l’occurrence une barre comme permet de le comprendre la lettre de légitimation de Marie de France, fille naturelle de Louis XI, de juillet 1467, qui précise : « avons voulu et ordonné, voulons et ordonnons par ces présentes que ladite Marie, nostre fille naturelle, porte les armes de France, à la différence d’une bande commenceant au cote senestre, ainsy que les enfanz naturels ont acoustumé de faire51 ». Parmi les documents connus relatifs à cette question on peut encore citer la lettre de concession héraldique – sans discours de légitimation – accordée par Pierre II, duc de Bourbon, à sa demi sœur52, fille naturelle de Charles Ier, Jeanne du Fau : écartelé au 1 et 4 d’argent à la barre de France brisée d’un filet en barre de gueules et au 2 et 3 échiqueté d’or et de sable (fig. 353).

  • 54 Antoine de Bourgogne bénéficie d’une double légitimation, celle du pape Sixte IV le 25 mai 1475 (M (...)

26On constate donc pour les quelques documents cités, un réel investissement des chefs de famille, également chef de nom et d’armes, dans la mise en signe héraldique de leurs parents illégitimes, en conformité avec le discours des traités. Mais ces décisions semblent souvent pensées comme une conséquence de la reconnaissance et de la légitimation sans nécessiter de statuer spécifiquement et juridiquement sur la question. Dans le cas des bâtards de Bourgogne par exemple, il n’apparaît pas que les documents relatifs à la légitimation de tel ou tel, Antoine par exemple54, évoque la question de ses armes, sujet pourtant bien sensible comme le confirme son changement d’armoiries en 1453 ou le jeu de ses cimiers vers 1480.

27Qu’elle suscite ou non des concessions normatives, cette héraldisation des bâtards se fait apparemment selon des règles coutumières, propres à un lignage, ou selon des principes théoriques qui témoignent à leur tour d’une véritable culture héraldique des auteurs ou de leurs conseillers. Est-on pour autant capable de reconnaître à cette période les armes des bâtards ?

Les armoiries des bâtards, un stigmate ?

28Les auteurs contemporains des traités d’héraldique, à force de dénoncer les propos trop systématiques des textes normatifs au sujet des brisures de bâtardise que contredisent tant d’exceptions, finissent par nous faire penser qu’il reste finalement impossible de déterminer, du premier abord, si telles ou telles armoiries sont des armes de bâtardise.

  • 55 D’après le manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5014, fo 10r. Mélanges héraldiques du XV (...)
  • 56 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. J. Buchon, Paris, Panthéon, 1855, livre I, chap. 37, p. 524.

29Les sources manquent en effet souvent pour établir la culture visuelle des hommes du Moyen Âge en matière de sensibilité aux images en général, aux emblèmes en particulier. Toutefois, force est de constater que cette identité héraldique des bâtards existe bel et bien et qu’elle suscite d’ailleurs un certain nombre de réactions dont les sources textuelles ou visuelles se font l’écho. Les efforts pour dissimuler la bâtardise en sont déjà un clair reflet mais quelques textes viennent encore confirmer cette impression. Rémi Mathieu cite ainsi une assemblée des États à Paris en 1465 dont les membres auraient crié en faveur de Dunois « Barre à bas ! Barre à bas ! » invitant le roi à supprimer dans ses armes cette distinction de bâtardise55. Cette anecdote est sans doute apocryphe, du simple fait de son homophonie avec une autre harangue célèbre, mais elle illustre l’enjeu de ces mises en formes héraldiques dans l’esprit de son auteur. Visart de Bocarmé évoque quant à lui Olivier de la Marche qui rapporte que lorsque, en 1467, Antoine de Bourgogne fut, en Angleterre, l’hôte du roi Édouard IV et s’y mesura, dans un tournoi avec lord Scales, « il était paré d’une cotte d’armes de Bourgogne à une barre en travers pour montrer qu’il était un bâtard56 ».

30Nul doute donc qu’en cette fin du Moyen Âge, les armoiries des enfants naturels, pour autant qu’elles respectaient les coutumes qu’évoquent les lettres royales, étaient reconnues pour telles.

31L’historien peut-il aujourd’hui encore se fonder sur cette information héraldique pour établir la légitimité de la filiation ?

L’héraldique au secours de dossiers « épineux » : les armoiries de Thomas de la Marche et des frères de Bourbon

32Les généalogistes ont depuis longtemps déjà été interpellés par quelques personnages révélés par les sources et dont la filiation légitime reste complexe à établir, en partie du fait de leurs armoiries. La relecture de ces dossiers à la lumière des pratiques héraldiques de la fin du Moyen Âge peut apporter quelques lumières.

Thomas de la Marche

  • 57 Boudet M., « Mélanges et documents. Un aventurier de sang royal inconnu, Thomas de la Marche, bâta (...)
  • 58 Boudet M., « Charles le Bel et Thomas de la Marche », Le Moyen Âge, année 1901 et, id., « Nouveaux (...)
  • 59 Paris G., Journal des Savants, 1900, p. 694 sq.
  • 60 Langlois C.-V., Saint Louis – Philippe le Bel. Les derniers Capétiens directs (1226-1328), L’Histo (...)
  • 61 Moranvillé H., « De l’origine de Thomas de la Marche », BEC, vol. 66, 1905, p. 281-286.
  • 62 Tournemire Cdt de, Thomas de la Marche. Quelques éclaircissements sur l’origine et sur les aventur (...)
  • 63 Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit., p. 70-71 et pièces justificatives.
  • 64 Kerrebrouck P. van, Les Valois, op. cit., p. 92-93 et Contamine P., « Jean de Dunois », art. cit.
  • 65 Je remercie très vivement Elisabeth Brown de m’avoir communiqué ses notes sur ce dossier.

33Dans les premières années du XXe siècle, plusieurs numéros de la Bibilothèque de l’École des Chartes et d’autres célèbres revues de médiévistique ont servi de tribune à quelques virulents échanges entre érudits au sujet d’un certain Thomas de la Marche (v. 1315-apr. 1361) mis en lumière par une biographie consacrée à ce personnage par Marcellin Boudet en 1900, saluée par Henri Morainvillé dans cette collection57, puis complétée par l’auteur en 1901 et 190358. Cet aventurier du règne de Jean le Bon est reconnu par M. Boudet comme le fils bâtard de Philippe VI de Valois et de Blanche de Bourgogne, comtesse de la Marche et première femme de Charles IV le Bel. Cette lecture, en partie amendée par l’auteur, est contestée par Gaston Paris dans un article du Journal des Savants59, suivi par Charles-Victor Langlois60. Ces deux auteurs ne veulent voir en lui qu’un bâtard de Charles IV le Bel, sans lien avec Blanche de Bourgogne et l’affaire de la Tour de Nesle. Henri Morainvillé revient alors sur ses compliments de 1900 dans un article de la Bibliothèque de l’École des Chartes en 190561. Ce dernier propose une nouvelle piste en suggérant que Thomas de la Marche est bien le fils de Charles IV et de son épouse Blanche de Bourgogne dont la légitimité fut entachée par la liaison de sa mère avec le chevalier d’Aunoy au moment possible de sa conception. Ce dossier est repris dans les années 1940 par le Commandant de Tournemire qui fait état de nouvelles sources – notamment une supplique adressée au pape Clément VI en 1348 – dans lesquelles Thomas se déclare lui-même « bâtard de France », « Thomasus, dictus Albus, miles », né d’une « Béatrice La Berruère62 ». Comme les nombreux chroniqueurs anglais du milieu du XIVe siècle qui évoquent son duel à Westminster devant Édouard III en le qualifiant de « bâtard de France fils de Philippe63 », l’auteur en conclut qu’il est le fils de Philippe de Valois, alors comte du Maine, et de la dite Béatrice. Cette analyse est suivie par certains historiens actuels64, même si l’hypothèse d’un lien direct avec Charles IV demeure65.

  • 66 AN, JJ 80, no 135, cité dans Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit, pièce justificative no XII. (...)
  • 67 Voir cahier d’illustrations, fig. 4. Sceau PO, tome 1839, dossier 42512, pièce 2. Les armes sont à (...)
  • 68 Voir cahier d’illustrations, fig. 5, archives municipales de Saint-Flour, acte du 26 juin 1360 rep (...)
  • 69 Ces mêmes armes se retrouvent sur un armorial du milieu du XVe siècle signalé par Henri Moranvillé (...)

34Les armes portées par ce Thomas de la Marche ont largement contribué à épaissir le brouillard qui entoure son identité. En novembre 1350 en effet, est enregistré dans le registre de la Chancellerie un acte par lequel Jean le Bon accorde à Thomas, qu’il nomme « de la Marche », le droit de porter les armes de ce comté : un burelé d’argent et d’azur66 (document et texte en annexe 1). Sur les deux empreintes connues des sceaux de Thomas de la Marche, celle du 19 août 1351 (fig. 467) et celle du 26 juin 1360 (fig. 568), ces armes des Lusignan, comtes de la Marche, sont augmentées d’un francquartier de France et ont depuis fait couler beaucoup d’encre69. M. Boudet établit à partir de ces sceaux deux présupposés : le lien de sang entre Thomas et un comte ou une comtesse de la Marche, le lien entre Thomas de la Marche et le roi de France. Il estime que les armes de France ne sont pas mentionnées dans la concession de 1350, qui ne parle que des armes de la Marche, pour la simple raison que Thomas les portait déjà comme l’implique, selon lui, son qualificatif de « bâtard de France ». Ce lien entre Thomas et la famille royale est d’ailleurs confirmé, comme l’ont montré les auteurs, par les mentions diplomatiques qui font désigner le bâtard par « nobis » de la part d’Édouard III, « notre amé cousin » par Jeanne de Penthièvre, etc.

  • 70 Beaune C., « Identité royale et joutes : Charles VII aux fêtes de Nancy (février 1445) », Lettres, (...)
  • 71 Voir par exemple les circonstances probables dans lesquelles les Albret adoptent leurs armoiries :(...)
  • 72 À compter de cette date son sceau figure pour cimier le heaume coiffé du chapeau au lion passant d (...)
  • 73 Les dons d’emblèmes, en cette période de naissance des premiers ordres de chevalerie, sont une pra (...)
  • 74 Voir son signet utilisé durant sa captivité en Angleterre : Dalas M., Les sceaux des rois et de ré (...)

35Que permettent de dire les armoiries ? Les éléments objectifs qui établissent l’origine de Thomas de la Marche et son lien avec un roi de France suffisent en soi à expliquer l’usage d’un franc-quartier aux armes de son géniteur. Cette composition est bien conforme à l’usage en cours à cette période en France comme en témoignent par exemple les armes de Jean de Rochefort (†1375), bâtard de Bourbon, qui porte d’argent au franc-quartier de Bourbon comme nous l’avons vu. L’usage et la concession des armes et du nom de La Marche pour un bâtard de France est en revanche plus énigmatique. Le présupposé des historiens qui consiste à y voir une indication sur l’identité de la mère du bâtard – des cas héraldiques analogues existent –, est donc légitime mais contraint un peu nos auteurs à forcer les faits et les sources. Plutôt que le renvoi explicite à un titre porté par son père ou sa mère, comme on a voulu le croire jusqu’ici, ne faut-il pas plutôt voir dans ce « surnom », une allusion aux origines géographiques de Thomas, née d’une berruyère (aux portes de la Marche) et peut-être surnommé « le Blanc » en lien avec son lieu d’origine ? À compter de l’extinction en ligne directe des Lusignan, comtes de la Marche, les pleines armes de cette famille tombent en quelque sorte dans le patrimoine héraldique royal et provincial, riches du légendaire attaché à cette maison autour de la figure mythique de Mélusine. Ce légendaire sera d’ailleurs très directement réinvesti par Jean de Berry ou Charles VII70. La concession du nom et des armes d’un personnage mythique comme le sire de Lusignan – Hugues III était également surnommé « le Blanc » – peut suffire à motiver la concession des armoiries de Thomas dans l’univers chevaleresque qui est celui des cours d’Europe au milieu du XIVe siècle71. Ce même Thomas semble d’ailleurs avoir bénéficié d’une concession de cimier de la part d’Édouard III, peut-être à l’issue d’un jugement d’armes qui l’opposait à Jean Visconti à Westminster en octobre 135072. Il porte en tous cas, sur son sceau de 1360, un nouveau cimier tout à fait identique à celui du roi d’Angleterre. Il est important de souligner que la concession héraldique de Jean le Bon intervient précisément à peine un mois après ce duel. Cette concession héraldique des armes de la Marche serait une sorte de surenchère au don fait par son cousin et rival Édouard III dans un contexte bien connu de compétition entre ces deux princes pour fidéliser les seigneurs de leurs cours ?73 Pourquoi cette concession d’armoiries intervient-elle si tard – Thomas de la Marche a près de 35 ans et sert de longue date les rois de France ? Quelles armes portait jusqu’alors Thomas, « bâtard de France », apparemment déjà qualifié de « de la Marche » depuis longtemps ? Le sceau du 19 août 1350 figure déjà les lis et le burelé et utilise également le daim comme support héraldique, une figure que partage également Jean le Bon quelques années plus tard74. Il est probable que ces emblèmes, lis et daim, sont ceux que lui a reconnus, au moins tacitement, Philippe VI qui meurt précisément le 22 août 1350, quelques jours après la production de cette empreinte. Le document de novembre 1350, établi par Jean le Bon, semble donc revenir sur cette emblématique. Le texte ne mentionne ni la prétendue origine de Thomas de la Marche, ni le quartier au lis. Cette concession n’a-t-elle pas pour but d’organiser de façon plus claire les armes de ce « bâtard de France » pour les substituer à des armes qui laissaient jusqu’alors planer une certaine ambiguïté sur la condition et les droits de Thomas ?

  • 75 AN, JJ 80, no 35. Annexe.
  • 76 Thomas de la Marche est notamment allé solennellement offrir ses armes à saint Georges en sa chape (...)

36La réaction de Jean le Bon, très récemment monté sur le trône après la mort de Philippe VI en août 1350, au retour de Thomas de la Marche sur le continent est inversement proportionnelle aux honneurs qui lui ont été faits outre-Manche. Le roi et son conseil lui reprochent en effet d’avoir, sans bénéficier du sauf-conduit royal, préféré en matière d’honneur chevaleresque le jugement du roi d’Angleterre à celui de son légitime souverain et probable demi-frère. L’état d’esprit de Jean le Bon à cette période est cruellement révélé par la décapitation de Raoul d’Eu le 19 novembre 1350, accusé d’avoir mis à profit sa captivité de quatre années en Angleterre pour se lier au souverain anglais. Curieusement et paradoxalement, Jean le Bon semble donc « sanctionner » ces faveurs d’Édouard III et du prince de Galles à l’égard de Thomas de la Marche par une concession d’armoiries qui lui permet désormais d’assumer son surnom et de porter, lui et ses descendants, les armes des comtes de la Marche75. Mais ne faut-il pas penser, comme Marcellin Boudet, que cette concession est de facto privative dans la mesure où elle ne mentionne ni le titre de « bâtard de France », pourtant unanimement reconnu à Thomas de la Marche par les cours étrangères, ni l’usage des armes royales pourtant attestées sur le sceau précédent ? N’est-ce pas une façon pour le souverain de clarifier la position de son demi-frère – qui est alors fait « chevalier de l’hôtel » – et de l’empêcher d’user impunément des lis comme il peut l’avoir fait quelques semaines plus tôt à Westminster et à Saint-Paul76 ? Des lis dont Édouard III s’est lui aussi attribué l’usage depuis janvier 1340.

  • 77 Ces armes sont attribuées à Charles de la Cerda dans l’Armorial du héraut Gelre. Voir Popoff M., A (...)

37Il est encore possible que l’emploi par le favori, et cette fois légitime, parent du roi, Charles de la Cerda ou Charles d’Espagne (†1354), des armes écartelées de Castille et Léon avec le premier quartier au lis, ait conduit Jean le Bon à interdire l’usage de cette même composition au bâtard de son père pour ne pas créer de confusion de statuts77.

  • 78 On ne connaît pas la date de la première empreinte de cette nouvelle matrice mais la présence poss (...)
  • 79 Kerrebrouck P. van (Les Valois, op. cit., p. 92-93) mentionne une lettre de légitimation en 1359 m (...)

38Après la concession restrictive de 1350, la (ré)apparition du franc-quartier aux lis sur le sceau de 1360 de Thomas de la Marche78 peut résulter de plusieurs causes : la disparition, sans succession, de Charles d’Espagne en 1354, qui met un terme à l’ambiguïté des armes au franc-quartier de France portées par Thomas ; le refus d’obtempérer aux décisions royales en matière d’armoiries et de tenir compte de la concession restrictive de 1350 ; la nécessité de briser les armes des Lusignan, famille encore représentée dans ses branches cadettes qui auraient pu se plaindre de cet usage indu des pleines armes de leur maison, à commencer par les rois de Chypre qui connaissent d’ailleurs très bien Thomas de la Marche un temps actif dans ce royaume ; la revalorisation du statut de ce bâtard royal qui reste, jusqu’à sa mort en 1361, un indéfectible soutien de son demi-frère79.

  • 80 Voir Hablot L., « Le don des armes. Les échanges de cimiers, une pratique chevaleresque à la fin d (...)

39Si l’héraldique ne permet pas ici de trancher indubitablement, elle invite toutefois à relativiser les conclusions un peu hâtives des historiens. En ce milieu du XIVe siècle, l’usage des armes et du nom ne se limite pas toujours au lignage mais peut servir à « adopter » un familier, à l’honorer, de la même façon que le partage du cimier crée une parenté chevaleresque très forte qui donne aux protagonistes du partage le même visage chevaleresque80. La seule certitude qu’apporte ici l’héraldique est la parfaite conformité entre le titre utilisé par Thomas de la Marche « bâtard de France » et les armoiries de bâtard de France qu’il arbore. La question reste de savoir s’il a d’abord été désigné sous le nom et les armes de la Marche – ce qui rend d’autant plus étonnante la concession de 1350 – ou sous le nom et les armes de bâtard de France, ce qui n’explique par le nom et les armes de la Marche.

Les frères de Bourbon

  • 81 La concession d’armoiries consiste plus spécifiquement en l’octroi de nouvelles armoiries, soit qu (...)
  • 82 En dernier lieu et pour une synthèse sur les travaux à ce sujet, voir M.-L. Fieyre, auteur d’une t (...)
  • 83 AN, P 1376/2, cote 2711. Document en ligne http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/caran_fr, con (...)

40Le cas des deux frères Jean et Guy « de Bourbon », bénéficiaires en 1334 de l’anoblissement, d’une concession de biens et d’armoiries – plus exactement d’une augmentation d’armoiries81 – par Louis Ier, duc de Bourbonnais, est bien connu des historiens de cette maison82. Il présente lui aussi de nombreuses incertitudes que l’héraldique peut permettre d’éclairer, sans prétendre apporter de solution définitive, hélas ! Cette double concession nous est connue par un acte produit le 22 février 1334 à Bourbonl’Archambault et conservé aux Archives nationales (voir la transcription en annexes)83. Ce texte soulève de nombreuses questions et délivre de multiples informations, tant du point de vue du statut de ces deux personnages que de celui des pratiques héraldiques de ce début de XIVe siècle.

  • 84 Pour une synthèse des débats voir Fieyre M.-L., Bastard ! Bastarde ! Les enfants naturels des ducs (...)
  • 85 Voir cahier d’illustrations, fig. 6 et 7. En 1332 le duc de Bretagne Jean III accorde au sire de D (...)
  • 86 Les Bourbon (Dampierre) portent d’or au lion de gueules à l’orle de coquilles d’azur. Sur l’hérald (...)

41Jusqu’à présent les auteurs qui se sont penchés sur ce dossier ont identifié ces frères soit comme des bâtards du duc Louis Ier soit comme les fils légitimes d’un cadet de la maison seigneuriale de Bourbon84. Bien que l’acte qualifie Jean et Guy de « nobles hommes, messeigneurs Jehan et Guy de Bourbon, frères, chevaliers », le duc éprouve la nécessité de les anoblir par ces lettres « pour ce que le dit seurnom des diz chevaliers sacordast au fait et à la propre chose pour tistre de honneur des armes enciennes du seigneur jadis de la baronie de Bourbon dont lescu est dor a un lion rampant de guelles et a un orle de coquilles dasur ». L’usage du nom et des armes de la seigneurie de Bourbon par les deux frères semble antérieur à l’acte et garantit, tout autant que leur qualité chevaleresque, leur noblesse de facto. À quoi correspond donc ce renouvellement d’anoblissement ? S’agit-il de confirmer un statut mis en doute ? De reconnaître une parenté illégitime ? D’honorer les deux frères en faisant procéder leur noblesse non plus d’une réputation mais directement de la volonté d’un Capétien, descendant de saint Louis ? Cet anoblissement est complété d’une augmentation d’armoiries (fig. 6 et 7), une des premières connue pour avoir été attestée en acte dans le royaume85. L’aîné Jean reçoit le droit d’ajouter sur la plus haute coquille d’azur des armes des seigneurs de Bourbon (Dampierre)86 une fleur de lis d’or barrée de gueules (synthèse des armes des Bourbon qui sont d’azur semé de fleurs de lis d’or à la bande de gueules) tandis que Guy peut apposer sur son lion de gueules un écusson aux armes de Bourbon. Ce don est fait, comme le précise l’acte, de la « purre grace » du duc qui « li donna de ses propres armes estraites de la couronne de France ». Anoblissement et concessions héraldiques sont soulignés par le don d’une rente annuelle de 80 livres tournois et de 100 livres tournois en deniers. Il est clairement établi dans l’acte même que, pour le duc, le but de ces donations est avant tout de fidéliser deux chevaliers de son fief pour étoffer ses troupes à la veille d’un projet de croisade et leur donner les moyens d’y participer dignement tant sur le plan militaire que nobiliaire.

  • 87 Notons d’ailleurs que la mère de celui-ci serait précisément d’un rameau de la première maison de (...)
  • 88 Je remercie vivement Emmanuel de Boos de m’avoir épaulé dans ce dossier et de m’avoir fait partage (...)
  • 89 On verra ainsi Charles VII anoblir Gilles de Rais dans l’acte par lequel, en 1429, il lui concède (...)

42Que révèle précisément ce partage héraldique et permet-il de trancher sur la question de la potentielle bâtardise des frères de Bourbon ? Il est patent que les compositions héraldiques produites ne ressemblent en rien aux formules « accoutumées » des armes de bâtardise : le franc-quartier en l’occurrence pour ce début du XIVe siècle. Jean de Rochefort, bâtard de Louis Ier, porte précisément des armes de ce type87 et les autres bâtards de Bourbon des XIVe et XVe siècle briseront avec la barre ou les pièces aux armes. Les ajouts accordés aux armes de Jean et Guy s’apparentent bien plus clairement à des brisures du même type que celles portées par les autres « petits Bourbon88 ». À l’évidence, il s’agit ici pour le duc de Bourbon de mettre en ordre l’héraldique de sa famille et de contrôler le port des armes de Bourbon ancien dont il est désormais chef de nom et d’armes, évitant du même coup les usages abusifs des armes pleines. La concession de pièces aux armes des comtes de Clermont, duc de Bourbonnais, issus des Capétiens, produit par ailleurs un véritable partage héraldique – le texte de l’acte ne dit pas autre chose – destiné à mettre à l’honneur, « pour contemplacion », les bénéficiaires. On notera encore que, comme dans de nombreux autres cas de concessions d’armoiries, y compris pour des nobles d’ancienne extraction, le renouvellement de l’anoblissement correspond en réalité à un ennoblissement qui entérine juridiquement un statut jusqu’alors établi par la seule renommée. Cet anoblissement fait désormais procéder cette noblesse du prince, lui garantissant le contrôle symbolique et pratique de cette qualité et faisant bénéficier son fidèle de l’aura de son bienfaiteur89. Par ailleurs, ce don héraldique s’accompagne, ici comme souvent ailleurs, d’une cession de fiefs qui font entrer les concessionnaires dans la vassalité directe du donateur, multipliant les liens que le lient à lui : parents, fidèles, clients et vassaux, membre de la familia héraldique, en même temps qu’ils doivent garantir la promotion et la renommée du donateur.

Le blason de la bâtardise : quelques pistes de réflexion

43Cette étude des brisures de bâtardise, en proposant un point historique, n’a pas la prétention d’avoir fait le tour du sujet. Comme souvent au Moyen Âge, les exceptions sont nombreuses et chaque cas, spécifique. Il n’empêche que de grandes tendances peuvent être soulignées et qu’elles révèlent à la fois la position que la société du temps à bien voulu accorder à ces individus et les informations que l’historien pourra espérer tirer de l’héraldique dans ce domaine particulier. De cette analyse doublée d’études de cas ressort la nécessité de contextualiser avec soin toute lecture scientifique. En un siècle l’armoirie type du bâtard se modifie et ne se comprend qu’en regard des pratiques et des sensibilités contemporaines. L’image produite n’en est pas moins efficace, à nos yeux d’historiens du XXIe siècle comme aux yeux de ceux qui ont côtoyé ces personnages. Que l’on ne s’y trompe donc pas, il existe bien un système héraldique pour marquer les bâtards et les hommes du Moyen Âge finissant y sont accoutumés.

44S’agit-il d’honorer ou de stigmatiser ? D’intégrer ou de tenir à l’écart ? Le « durcissement » du blason de la bâtardise évoluant de la brisure commune vers des brisures spécifiques à l’état de bâtard, même s’il est en partie dû à un effet documentaire – le discours des traités – est aussi une réalité de la pratique héraldique de la seconde moitié du XVe siècle. C’est une évolution qui n’est pas dénuée de sens. Si le bâtard princier peut trouver sa place au sein du lignage à cette période, comme tend à le prouver le nouveau mode de partage des pleines armes brisées d’une barre et non plus d’une simple pièce honorable sur des armes anonymes, il convient également de l’isoler du reste des parents légitimes et de le tenir à l’écart d’une possible succession. Il ne faut toutefois pas s’y tromper ! C’est sans doute précisément parce que les bâtards peuvent désormais être étroitement associés au lignage qu’il convient de leur délimiter une place exacte, le cas de Thomas de la Marche est de ce point de vue significatif.

  • 90 Voir par exemple Salet F., « Histoire et héraldique. La succession de Bourgogne de 1361 », Mélange (...)

45Or il est connu que l’argument héraldique pèse juridiquement dans l’expression des droits comme en témoignent les nombreux cas d’exhérédation de notre période, d’Édouard III à Marie de Bourgogne en passant par Charles VII90. Le partage des emblèmes offre donc souvent un précieux complément à ce discours de la continuité et de la filiation, plus encore dans les successions illégitimes comme le prouvent l’emblématiques des Sforza en Italie, des Avis au Portugal, de Ferdinand d’Aragon en Sicile. Dans ces cas encore le droit semble rattraper la pratique et la lettre de légitimation suivre les signes objectifs de la reconnaissance : le partage du nom et des armes.

Annexes

ANNEXES

1. Autorisation de porter les armes du comté de la Marche, donnée par le roi Jean à Thomas de la Marche son chevalier et membre de son Conseil. Donné à Paris en novembre 135091.

« Gratia facta domino Thome de Marchia quod ipse possit deferre arma comitatus Marchie.

Johannes Dei gratia Francorum rex. Ex tradite nobis regie potestatis officio, illos libenter prosequimur favoribus graciosis quos ad id juvare noscuntur merita probitatis, ut et ipsi se gaudeant virtutibus vacavisse, dum propter hoc conserint [sic] commodatibus et honoribus se refectos, et alii eorum exemplo ad imitanda proborum vestigia fervencius animentur. Notum itaque facimus universis tam presentibus quam futuris quod nos, attentis bonis virtutibus et strenuis actibus quibus persona dilecti et fidelis militis nostri Thome de Marchia decoratur, prout per experienciam facti didicimus, motu riostro proprio, de plenitudine potestatis regie, et speciali gratia et ex certa scientia, eidem Thome et ejus posteritati nasciture de legitimo matrimonio, concedimus perpetuo, ut possint et valeant a modo arma comitatus Marchie ubique, palam et publice defferre [sic] et uti, proclamatione inde consueta, impune et absque reprehentione quacumque, sed potius libere, ex dono regio liberali. Et quod hoc sit firmum et stabile in futurum, presentibus litteris nostrum quo ante susceptum regni nostri reginem utabamur fecimus appendi et apponi sigillum, salvo in aliis jure nostro et in omnibus quolibet alieno.

Datum Parisius, anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo, mense novembris.

Per Dominum regem, ad relationem consilii, in quo vos eratis. Franco. »

2. Louis Ier, duc de Bourbonnais, comte de Clermont et de la Marche, chambrier de France (1310-1342), anoblit, avec concession d’armoiries, deux chevaliers (Jean et Guy, dits de Bourbon, chevaliers). Acte en français donné au château de Bourbon-l’Archambault le 22 février 1334 et portant la signature du notaire92.

« En nom de notre seigneur Amen. Sachent tuit présent et avenir que l’an de notre seigneur mil ccc trante quatre selon le style romain et trante trois selon le style françois, le xviie jour du mois de février la iie indiction le xviiie an du pontificat de notre saint pere monseigneur Jehan par la grace de Dieu pappe xxiie en la presence de moi notaire et des tesmoings ci dessous escrips a ce especialement appellez furent presens et assemblez pour ce personelment ou chastel de Bourbon de la diocès de Bourges. Le tres grant et puissant prince monseigneur loys duc de bourbon conte de clermont et de la marche et chambrier de France dune part et nobles homes messeigneurs Jehan et Guy de Bourbon freres chevaliers dautre part. le quel monseigneur le duc en monstrant la grant affection de bonne et vraie amour quil avoit envers lesdiz chevaliers pour contemplacion de leurs personnes et de leur dit seurnom de bourbon quil portoient de la pure et franche liberalite anobli les diz chevaliers pour ce que le dit seurnom des diz chevaliers sacordast au fait et à la propre chose pour tistre de honnour des armes enciennes du seigneur jadis de la baronie de Bourbon dont lescu est dor a un lion rampant de guelles et a un orle de coquilles dasur Et voulu et octroia ledit monseigneur le duc pour li ces hoirs et sussesseurs aus diz chevaliers que il et leurs hoirs sussesseurs maales dessendanz deulz par droite lingne aient pour le tistre dessus dit et portent des ores en avant les armes dessus dies en la maniere qui sensuit. Cest assavoir que ledit monseigneur Jehan ainsne frere aura et portera les dites armes par entier et avec ce sur le coquille qui est pardessus le teste du lion un flour de lis dor a un baston de guelles que le dit monseigneur le duc de sa purre grace li donna de ses propres armes estraites de la couronne de France Et le dit monseigneur Guy second frere aura et portera les dites armes anciennes de Bourbon en entier aussi et avec ce en lespaule du lion un escusson des armes du dit monseigneur le duc que il de sa pure grace li donna de ses propres armes estraites de la couronne de France et avec ce le dit monseigneur le duc en moustrant plus (entièrement ?) le signe et laffecion de la vraie amour dessus dite vueillant entremeller et assembler honour aprouffit et que prouffit respondesist a honour en cest cas faisant aus diz chevaliers plus grant grace especial donna et octroia pour tistre de paix et vraie donacon entremiz sans rappel aus diz chevaliers ensemble a tenir et posseder de eulz de leurs hoirs et sussesseurs dessendanz deulz par droite lingne Quatrevins livres tournois de terre annuelle a prendre et asseoir cest assavoir quarante livrees tournois de terre en deniers et les autres quarante livrees en autre terre ou rente certaine avalue de terre au lieu ou es lieus ou il plaira audit monseigneur le duc. Et encores avec ce leur octroia ensemblement six cens livres tournois en deniers et les leurs promist adonner pour aquerre et acheter terre et rente dedans le duchaume de Bourbonnais et les faire employer au plus proufitablement qu’il pourra pour les dits chevaliers en terre ou en rente si comme dessus est dit a tenir et posseder a perpetuite par eulz et leurs hoirs et sussesseurs dessandanz deulz par droite lingne si comme dessus est dit Et toutes ces choses leur donna et octroia le dit monseigneur le duc par tele condicon et maniere que leurs hoirs maales se il en ont ou auront ou se luy navoit hoir maale et lautre en avoit que iceluy hoir ou hoirs maales en dessendant de lun alauttre ait ou aient tiengnent et possède les dictes choses ainsi données aux diz chevaliers et que il ne leurs hoirs ou sussesseurs ne puissent vendre eschanger aliener ne mectre hors de leur main en nulle maniere les dites choses mais les rendront et possederont il des dits chevaliers ou de leurs hoirs et sussesseurs par la maniere dessus dite amoin… ? et tendront les dites choses en la maniere dessus dite sauf ce que les dites armes revendront audit monseigneur le duc ou ses hoirs et sussesseurs de son plein droit oitdit cas. Les quelz chevaliers et chascun deulz congnoissant la grant affecion damour et la grant grace que ledit monseigneur le duc leur avoit monstree et faite confessent et recognurent en ladite avoir prinses les dites armes en la manière di dessus devisee et tenir icelles armes avec les quatrevins livres de terre et lautre qui sera acquise et achatee du pris des dites six cens livres en fie et en homage lige du dit monseigneur le duc et de ses hoirs et sussesseurs dux de Bourbon(nais ?) par la manière dessus devisee lequel homage ledit monseigneur Jehan premierement et le dit monseigneur Guy tantost après incontinent en offrant les mains et la bouche furent au dit monseigneur le duc et il les reçu en la maniere qu’il a coutume à seavoir ses autres homages et avec les diz chevaliers et chascun deulz qui moult avoient grant desir daquerre et avoir salut a leurs ames perpetuelle supplierent audit monseigneur le duc quil li pleust a recevoir les diz chevaliers et quatre autres hommes darmes avec eulz et leur autre compaignie a ce convenable et apparetenant quant ledit monseigneur le duc ou Pierres son aisné filz se ledit monseigneur le duc ni aloit vouloir aller ou saint veage doultremer en sa compagnie lequel monseigneur le duc devant dit considerant et veant la bonne affecion que les diz chevaliers avoient afaire avec li et en sa compagnie ledit saint veage les reçus pour aller au dit saint veage a leurs despens en sa compagnie par la maniere dessus dite Et avec ce leur octroia et promist a donner en aide de leurs diz despens quatre cens livres tournois et toutes les dites choses et chascunes dicelles les diz chevaliers et chascun deulz promistrent et jurerent au saints de Dieu Evangiles a tenir et accomplir et garder sans enfreindre en la forme dessus dite et en obligent eulz et tous leurs biens meubles et non meubles present et avenir et de leurs hoirs en quelque part qu’ils puissent estre trouvez et sous paine de mil marc dargent a paier audit monseigneur le duc ou de ses hoirs ou sussesseurs dux ou seigneurs de Bourbon et submistrent et superposent soy leurs hoirs et leurs biens a la juridiction et contrainte de toute ceux deglise ou de siecle et especiallement du dit mons/le duc ou de ses hoirs et sussesseurs dux ou seigneurs de Bourbonn(ais) Et renoncerent en ce fait alei repon de toutes les dites choses non heues et non receues ou non baillies par la maniere dessus dite et de toute circoumencion et decevance et a ce quil puist estre dit que autrement fuste script quil neust este pourpallé et acerte a toutes autres aides raisons et deffenses de fait et de droit escript ou non escript par lesquelles il pourroient venir ou soi deffendre contre les choses dessus dites et audroit disant general renonciation non valoir faites furent les donations promesses confessions cognoissances homages obligacons superpositions et submissions et renonciations et toutes et toutes les autres choses dessus dites. Lan jour mois Indiction Pontificat et lieu dessus diz presesns honors et discrez homes maîstres nicolas de noisi Dxm de Gucon ( ?) de la diocèse de Roinges. Jehan de harmin chanoine de Cambrai et Philippe de Vitri archediacre de Brie en l’eglise de Soissons clerc le Roy de France et nobles hommes mess. Philippe de Champigny et aubert loup chevalier de diocèse de Clermont et pluseurs autres tesmoings appellez et priez a ceste chose. »

Notes

1 Sur les brisures de bâtardise, voir en dernier lieu Les combinaisons d’armoiries par les personnes privées. Les brisures de bâtardises, actes du VIIIe colloque de l’Académie internationale d’héraldique, C. Humphrey-Smith (dir.), Canterbury, 1995, notamment Boudreau C., « Théories et discours des anciens sur les brisures de Bâtardise (XIVe-XVIIIe siècles) », p. 81-96 et Loutsch J.-C., « Généralités sur les brisures des bâtards. Conceptions suivant les pays d’après la littérature héraldique », p. 7-14. Sur l’héraldique des bâtards voir aussi Davies T.-R., « The Glory of Being a Bastard », The Coat of Arms, 1978-1979, p. 93-100. Le présent article prolonge une communication publiée à l’occasion du colloque tenu à Liège en 2008, Hablot L., « L’emblématique des bâtards princiers au XVe siècle, outil d’un nouveau pouvoir ? », A. Marchandisse, É. Bousmar et B. Schnerb (dir.), La bâtardise et l’exercice du pouvoir, Revue du Nord, 31, 2015, p. 439-450.

2 Jones E. J., Medieval Heraldry, Cardiff, W. Lewis, 1943; Cavallar O. et al., A grammar of signs: Bartolo da Sassoferrato’s Tract on insignia and coats of arms, Berkeley, University of California at Berkeley, 1994; De Insigniis et Armis, éd. M. Cignoni, Florence, 1998.

3 « Ex hoc posset queri, an bastardi vel spurii possunt uti illis signis. Et videtur quod non, quia non sunt de familia seu agnatione, ut l. pronuntiatio, ffde verborurn significatione (Dig. 50. 16. 195). Contrarium tamen servatur in Tuscia de consuetudine, cui standum est. Quando tamen multiplicantur hii quibus competunt eadem arma, consuetum est per aliquos aliquid apponi ultra ut ab aliis decernantur, quod licet, sicut nomini adicitur pronomen » (Cavallar O., A grammar of signs, op. cit., 1994, p. 112-113).

4 Évrart de Tremaugon, Le Songe du Vergier, t. 1, éd. M. Schnerb-Lievre, Paris, CNRS Éditions, 1982, p. 292-293.

5 Archivio di Stato di Torino, Museo storico, Decreta sabaudiae, ms. (xv sec.), liber V, fo 93r. Je remercie Luisa Gentile, archiviste d’État à Turin, de m’avoir communiqué cet extrait.

6 Diego de Valera, Traité de noblesse, trad. Hugues de Salve, Lyon, BM, ms. 925, fo 26v. Cité par Boudreau C., « Théories et discours », art. cit., p. 83 et note 13.

7 C’est par exemple le cas de l’article de Visart de Bocarmé A., « Les brisures de bâtardise dans les armoiries », extrait de la Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art, 1938, 16 p.

8 La brisure est un élément distinctif modifiant les armes dites pleines, prototype héraldique du lignage porté par l’aîné ou « chef de nom et d’armes », pour distinguer les cadets.

9 Le lambel est une bande horizontale à plusieurs pendants posée sur l’écu.

10 Pastoureau M., Traité d’Héraldique, Paris, Picard, 1993, p. 186 et notes.

11 Dès la fin du XIIIe siècle sont attestés des cas de partages d’armoiries entre le parrain en chevalerie et le chevalier qu’il adoube, produisant le plus souvent un écu parti associant les deux armoiries des protagonistes. Cette question est l’objet de mon mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, Affinités héraldiques. Don des armes et augmentations d’armoiries en Europe 1200-1550.

12 L’épouse, les filles et les parents choisis et familiers distingués par une concession d’armoiries, sont en revanche associés au père au moyen des armes pleines mais souvent combinées à d’autres par des partis ou des écartelés.

13 Loutsch J.-C., « Le franc-quartier, pièce honorable ou brisure ? », Brisures, augmentations et changements d’armoiries, actes du Ve colloque d’Héraldique de Spolète, Bruxelles, 1988, p. 139-162 et spécialement p. 155-157.

14 Le franc-quartier occupe le quart supérieur gauche de l’écu qui est aussi la place la plus honorable. La bande est une pièce disposée en diagonale du coin supérieur gauche au coin inférieur droite. Le pal est une pièce verticale qui occupe environ un tiers de l’écu. Le chevron est une pièce en forme de V inversé.

15 Dont le champ est d’une seule couleur, sans figure.

16 Ce constat a déjà été établi par Raadt J.-T. de, Sceaux armoriés des Pays-Bas et des pays avoisinants, Recueil héraldique et historique, 4 vol., vol. 1, Bruxelles, 1898, p. 70.

17 Ses frères portent, pour Yvain, un écu de gueules au franc-quartier de Flandre, Robert, d’argent semé de croisettes recroisettées de sable au franc-quartier de Flandre, cité dans Loutsch J.-C., « Le franc-quartier », art. cit., p. 153 et autres exemples.

18 Voir cahier d’illustrations, fig. 1. Hommages du comté de Clermont-en-Beauvaisis, Paris, BnF, ms. Fr. 20082, fo 8.

19 Ces écus plains sont très rares dans la réalité des pratiques héraldiques, mais relativement fréquents dans la littérature arthurienne. Voir Brault G. J., « The Use of plains arms in Arthurian literature and the Origins of the Arms of Brittany », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, 18, 1966, p. 117 sq. Ce type d’écu est qualifié par les auteurs des traités de « Table d’attente », écu vide qui sera rempli à l’issue d’un exploit ou plus simplement de l’adoubement du chevalier. Voir aussi Pastoureau M., Armorial de la Table ronde, Paris, Éditions du Gui, 2006, « Introduction » ; Bouchet F., « Rhétorique de l’héraldique dans le roman arthurien tardif Le Meliador de Froissart et le Livre du Cuer d’Amours espris de René d’Anjou », Romania, 116, 1998, p. 239-255, ici p. 242-243. L’auteur note la fréquence des armes pleines dans le Méliador : « Cette pratique ancre le récit dans l’univers de la fiction littéraire, dans la mesure où rares furent les personnages historiques qui adoptèrent de telles armoiries, tandis que les exemples littéraires prestigieux abondent. » Elle mentionne les exceptions que sont les armes noires, vermeilles, puis blanches de Cligès.

20 Sur les brisures, voir Pastoureau M., Traité d’Héraldique, op. cit. p. 177-186, et sur l’usage du franc-quartier Loutsch J.-C., « Le franc-quartier », art. cit., qui note que selon Louis Bouly De Lesdain (« Les brisures d’après les sceaux », Archivum Heraldicum, 1896, réimp. Études héraldiques, Paris, Le léopard d’or, 1983), avant 1350 le franc-quartier représente la troisième brisure la plus utilisée (5,6 %) après le lambel (67 %) et la bande.

21 Hablot L., « Aux origines de la dextre héraldique. Écu armorié et latéralisation au Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale, 56e année, juillet-septembre 2013, p. 281-294.

22 Voir sur cette question les nombreux travaux de Michel Pastoureau.

23 Cette figure est notamment évoquée dans le traité de Jacques le Boucq (Paris, BnF, ms. Fr. 9491) au fo 33v : « Item que ung bastard ne poeult otter ladite traverse sans le congiet et license du chief des armes et de ceulx du lignaige, portans lesdites armes sy ce n’estoit qu’il le voulust mettre en ung faulx escu », et au folio 34v : « Item que les filz desdits bastardz netz et procréés en léal mariaige, sy leur mère estoit gentil femme, doivent porter leur armes escartelées de père et de mère, ayant tousjours la traverse au quartier du père. Sy aultrement les veullent porter sans traverse, les poevent porter touttes plains en ung faulx escut : aulcuns les portent en ung canton d’escu, sans ladite traverse et la reste de l’escut d’argent ou d’aultre métal ou couleur, aultres en face ou en chevron » (cité par Couhault P., « L’héraldique : un apport à la bâtardocratie », article en ligne sur son site Plus Oultre. Je remercie vivement Pierre Couhault pour ses informations à ce sujet).

24 Voir Hablot L., mémoire inédit d’habilitation, Affinités héraldiques, op. cit.

25 Sur les armes de bâtards de Navarre voir Ramos Aguirre M., « Cimeras, colores, divisas », Signos de identitad historica para Navarra, Pampelune, 1996, p. 361-374 ; id., « Ornamentos paraheraldicos de la casa real de Navarra : la cimera », Anales de la real academia matritense de Heraldica y genealogia III (1994-1995), Madrid, 1996, p. 116 sq.

26 Le chef est une pièce qui occupe le tiers supérieur de l’écu. L’écartelé divise l’écu en quatre quarts. Il est le plus souvent occupé par deux armoiries différentes qui se répètent en diagonale.

27 Narbona Cárceles M., « Les bâtards royaux et la nouvelle noblesse de sang en Navarre (fin XIVe siècle-début XVe siècle) », La bâtardise et l’exercice du pouvoir, op. cit., p. 421-438.

28 La question des concessions d’armoiries est l’objet de mon mémoire inédit d’habilitation consacré aux affinités héraldiques. Sur les écartelés portés par les conjoints voir Nassiet M., « Signes de parenté signes de seigneurie : un système idéologique », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 67, 1991, p. 175-232 ; « Alliance et filiation dans l’héraldique des XIVe et XVe siècles », Revue française d’héraldique et de sigillographie, no 64, 1994, p. 9-30 ; « La monographie familiale à la fin du Moyen Âge : quelques problématiques d’histoire de la parenté », Aurell. M (dir.), Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout, Brepols, 2004, p. 67-78.

29 La devise est l’emblème personnel porté par le prince et dont la mode se diffuse entre 1350 et 1550, Hablot L. : La devise : mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Poitiers, 2001 (thèse encore non publiée).

30 Jackson-Lipkin M. H., « The beaufort legitimation », The coat of arms, VI (1956-58), p. 113-114, 321-328.

31 La barre est une pièce diagonale partant de l’angle supérieur droit vers le coin inférieur gauche. La barre peut être diminuée en largeur devenant une cotice en barre, ou, plus fine encore une traverse ou filet en barre. Elle peut encore être diminuée en longueur et devenir un bâton péri. La barre de bâtardise est le plus souvent une cotice ou un filet en barre comme l’a souligné Visart de Bocarmé A., « Les brisures de bâtardise », art. cit.

32 Mathieu R., Le système héraldique français, Paris, J.-B. Janin, 1946, p. 121. L’auteur rapporte cette disposition de l’édit d’Union de 1532 qui stipule que les bâtards de la maison de Bretagne ont l’obligation de porter leurs armes avec une barre sous peine de confiscation du fief (d’après Dom Morice, Mémoires, t. 3, col. 997). Visart de Bocarmé cite encore l’édit de Philippe II, du 23 septembre 1595, qui dispose que « soit apposée et adjoustée aux armoyries des Batsardz et leurs descendants, une différence et marcque notable et spéciale, par quelque barre, ou aultre note éminente ; laquel par tel moyen, donne perpétuellement et a tousjours, à cognoistre telle bastardise, et défault de leur sang illégitime ». Cette prescription, très peu observée dans la pratique, est atténuée par l’édit des Archiducs du 14 décembre 1616 : « Pour ce que, par le nom, ny par les armes, on ne peut cognoistre aucune différence ou distinction, d’entre les légitimes et les descendants des bastards, nous voulons et commandons expressément qu’aux armes des bastards et illégitimes (ores qu’ils fuseent légitiméz par lettres de nous ou de nos prédécesseurs) et de leurs decendants, soit apposée différence et marcque notable et espécialle, à scavoir, aux armes des dits bastards ou illégitimes, une barre, et à celles de leurs descendants des légitimes [Cette disposition vise, évidemment, le lambel, brisure des cadets]. A peine de soixante florins d’amende pour chascune contravention » (« Les brisures de bâtardise dans les armoiries », art. cit, p. 10).

33 Contamine P., « Jean, comte de Dunois et de Longueville (1403 ?-1468), ou l’honneur d’être bâtard », La bâtardise et l’exercice du pouvoir, op. cit., p. 285-312. Id., « Le chef de guerre, l’homme de pouvoir, le prince : le bâtard d’Orléans », Art de l’enluminure, no 25, juin-juillet-août 2008, p. 2-11 et l’entrée « Dunois Jean, bâtard d’Orléans, comte de (v. 1402-1468) », dans P. Contamine, O. Bouzy et X. Hélary (dir.), Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2012, p. 674-676.

34 Ce traité (BnF, ms. Lat. 6020, fo 29v-30) n’est pas le seul à préciser la couleur de la barre de bâtardise. Il est suivi ici par Jérôme de Bara dans son Blason des armoiries (Lyon, 1581, p. 40). Corneille Gaillard dans Le Blason des Armes, publié en 1557 (éd. J. van Malderghem, Bruxelles, 1866, p. 29) proposait quant à lui un filet ordinairement de gueules ou d’azur ou de sinople pour les écus de gueules. Les traités anglais de la fin du XVe siècle précisent que les bâtards de roi portent des barres de métal (or ou argent) les autres (azur, gueules, sable, sinople) étant réservées aux bâtards plus communs. En réalité c’est bien souvent la règle de lisibilité qui prévaut. Philippe Contamine donne la barre de Dunois de gueules.

35 Heures Dunois, BL, ms. Yates Thompson, fo 1, 22v, 32.

36 On le constate par exemple sur une tapisserie aux armes de Louis, prince de Condé et de Françoise d’Orléans-Longueville relevée par Roger de Gaignières : Guibert J., Les dessins d’archéologie de Roger de Gaignières, 3 vol., Paris, 1912-1913, B 1743.

37 Voir une tapisserie des années 1470 passée à la vente Perier citée dans de Vaivre J.-B., « Les armoiries et devises des Rolin », La splendeur des Rolin, Paris, 1999, p. 57 et note 69. La barre écotée se confond avec une branche de l’arbre auquel est accroché l’écu.

38 Voir cahier d’illustrations, fig. 2. Ces armes se retrouvent, parties avec celles de Dammartin, sur plusieurs folios de l’Histoire des comtes de Dammartin de Nicolas Houssemaine, Angers, BM, ms. 2320.

39 Il s’agit de Corneille (v. 1420-1452), Antoine (v. 1427-1504), David (1427-1494), Anne (v. 1440-1508), Baudouin (1445-1508), Raphaëll (v. 1447-1508), Jean (†1499), Philippe (1465-1524), Yolande (†1470).

40 À cette période encore certains bâtards de la maison de Bourbon adoptent toujours pour brisure une pièce honorable chargée des armes paternelles comme les Bourbon-Malausse, issus du duc Jean II de Bourbon, qui portent une bande Bourbon et les Bourbon-Busset, descendants de son frère, Louis, évêque de Liège, qui emploient un pal Bourbon et chef de Jérusalem.

41 Le coupé divise en deux parts égales, horizontalement, l’écu. Sur les armes de David le coupé peut aussi être un chef, la complexité des armes de Bourgogne aux sept quartiers imposant une certaine surface de figuration qui conduit à confondre la pièce et la partition.

42 Bergen-Pantens C. van den, « Héraldique et bibliophilie : le cas d’Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne (1421-1504) », Mélanges Wittek, Louvain, 1993, p. 48 sq.

43 La champagne est le quart inférieur de l’écu. Encore réduite elle prend le nom de terrasse.

44 Pontifical de Thérouanne, Haarlem, Teylers Museum, ms. 77, fo 11 et chasuble conservée à Liège, Trésor de la cathédrale Saint-Paul ; Anticque, Bruxelles, K. B. R., ms. II 6617, fo 117 et 117v.

45 Enté en pointe désigne un écu entaillé à la pointe par deux traits convexes formant un triangle ployé.

46 Sur l’héraldique et l’emblématique des bâtards de Bourgogne voir le mémoire de master 1 de Florian Guilbaud soutenu à l’université de Poitiers sous la direction de Laurent Hablot, Les bâtards de Bourgogne au XVe siècle, Poitiers, 2011.

47 Il existe quelques inventaires de ces lettres comme par exemple le manuscrit BnF, ms. fr. 4834.

48 Durrieu P., « Les filles d’Agnès Sorel », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-Lettres, 66e année, no 3, 1922, p. 150-168 et Kerrebrouck P. van, Les Valois, Villeneuve-d’Ascq, Patrick Van Kerrebrouck, 1990, p. 133.

49 La fille naturelle de Charles VI, Marguerite de Valois fut elle aussi légitimée par lettres données par Charles VII à Montrichard, en janvier 1428 (Kerrebrouck P. van, ibid., p. 118) mais le document n’est, à ma connaissance, pas conservé. Elle porte de France à la barre d’or que son époux Jean III Harpedanne partitionne avec les armes de Belleville.

50 « Et en signe de ce, afin qu’elle ait nom et titre honorable, avons voulu et octroyé et par ces présentes voulons et octroyons, et nous plaît qu’elle porte le surnom de Valois ; qu’aussi elle et ses successeurs puissent porter nos armes à la différence de la bande, telle que enfants naturels doivent et ont accoutumé de porter » (cité par Mazières-Mauléon Vte de, « Les brisures de bâtardise », extrait de la Revue héraldique, Paris, 1905, t. 20, et Mathieu R., Le système héraldique, op. cit., p. 116-117. Ce dernier dit avoir cherché en vain l’acte extrait du chartrier de Thouars mentionné par Mazières-Mauléon).

51 Copie du XVIIe siècle, BnF, ms. nouv. acq. fr., fo 187r, cité dans Mathieu R., Le système héraldique, op. cit., p. 117. Ces lettres se trouvent dans le Cabinet de Louis XI, publié par Tristan l’Hermite de Soliers en 1661 : « Comme puis naguères nous avons traité et accordé le mariage de notre très chère et amée fille naturelle Marie avec notre très cher et féal cousin Aymar de Poictiers, sieur de Saint-Vallier. Parquoi seroit bien expédient d’ordonner les armes qu’il nous plaira que notredite fille porte. »

52 « Cum igitur virtutes et bene merita car et dilecta sororis nostris IOANNAE, domina du Fau, filia naturalis defuncti carissimi patris, anima cujus pare firmatur […] dedimus et concessimus, domusque per literas nostras de speciali gratia facultatem portandi talia armorum insignia, quem admodum eu-iusdem Armorum pictura, quam hic figurari decrevimus demonstrat, pro per eandem sororem nostram IOANNAM dominam du Fau potiri deferri ac designari unbicumque voluerit… » (BnF, ms. fr., 20176, fo 398. Je remercie Marie-Lise Fieyre pour cette information. Rémi Mathieu signale également cette lettre de concession dans une autre version, Paris, Bnf, nouv. acq. fr. 7243, fo 186-187.)

53 Voir cahier d’illustrations, fig. 3. Cette composition donne la préséance aux armes brisées des Bourbon sur les autres à l’échiqueté dont l’identification reste à faire (mère de la princesse ? armoiries de son fief ?).

54 Antoine de Bourgogne bénéficie d’une double légitimation, celle du pape Sixte IV le 25 mai 1475 (Marchandisse A. et Masson C., « Les tribulations du Grand Bâtard Antoine de Bourgogne en Italie [1475] », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, t. 49, Neufchâtel, 2009, p. 35) et celle de Charles VIII le 1er janvier 1486 (Bergen-Pantens C. van den, « Héraldique et bibliophilie », art. cit., p. 331).

55 D’après le manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5014, fo 10r. Mélanges héraldiques du XVIIe siècle cité par Mathieu R., Le système héraldique français, op. cit., p. 120.

56 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. J. Buchon, Paris, Panthéon, 1855, livre I, chap. 37, p. 524.

57 Boudet M., « Mélanges et documents. Un aventurier de sang royal inconnu, Thomas de la Marche, bâtard de France (1322-1361) », Revue historique, 59, 1895, p. 3670 puis, id., Documents inédits du XIVe siècle. Thomas de la Marche et ses aventures, Riom, 1900. Moranvillé H., « Marcellin Boudet », Documents historiques inédits du XIVe siècle. Thomas de la Marche, bâtard de France, et ses aventures (1318-1361), BEC, vol. 61, no 1, 1900, p. 527-528.

58 Boudet M., « Charles le Bel et Thomas de la Marche », Le Moyen Âge, année 1901 et, id., « Nouveaux documents sur Thomas de la Marche », Le Moyen Âge, année 1903.

59 Paris G., Journal des Savants, 1900, p. 694 sq.

60 Langlois C.-V., Saint Louis – Philippe le Bel. Les derniers Capétiens directs (1226-1328), L’Histoire de France illustrée, vol. 3, éd. E. Lavisse, Paris, Hachette, 1911, p. 215.

61 Moranvillé H., « De l’origine de Thomas de la Marche », BEC, vol. 66, 1905, p. 281-286.

62 Tournemire Cdt de, Thomas de la Marche. Quelques éclaircissements sur l’origine et sur les aventures d’un capitaine français du XIVe siècle, complément à l’ouvrage de M. Marcellin Boudet : « Thomas de la Marche, bâtard de France, 1318-1361 », 23, no IX, Rodez, P. Carrère, 1940, p. 35, 39.

63 Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit., p. 70-71 et pièces justificatives.

64 Kerrebrouck P. van, Les Valois, op. cit., p. 92-93 et Contamine P., « Jean de Dunois », art. cit.

65 Je remercie très vivement Elisabeth Brown de m’avoir communiqué ses notes sur ce dossier.

66 AN, JJ 80, no 135, cité dans Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit, pièce justificative no XII. Ce document est une des premières lettres d’armoiries royales connues. Voir sur le sujet Barret S. et Grévin B., « Regalis excellentia. Les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380) », Mémoires et documents de l’École des Chartes, 98, Paris, École des Chartes, 2014, p. 353.

67 Voir cahier d’illustrations, fig. 4. Sceau PO, tome 1839, dossier 42512, pièce 2. Les armes sont à l’écu penché timbré, le canton fleurdelisé sur le burelé y est bien lisible. L’écu est supporté par deux daims. Le cimier est illisible mais semble formé de boules. La légende est partielle « (THO)MAS LO… ». Je remercie vivement Solène de la Forest d’Armaillé, attachée de conservation à la BnF, d’avoir eu la gentillesse de prendre pour moi un cliché de ce sceau. Ce sceau est cité par Roman J., Inventaire des sceaux de la collection des pièces originales du cabinet des titres de la bibliothèque nationale, no 6949, Paris, 1909, qui le décrit de façon erronée : écu penché, écartelé, aux 1 et 2 de trois rocs d’échiquier, aux 1 et 4 d’un burelé de sept pièces timbré d’un heaume de profil, supporté par deux cerfs champ orné de rinceaux. Paris, le 19 août 1351, quittances au trésorier des guerres. Sceau rond de 25 mm en cire rouge sur simple queue de parchemin (je remercie Philippe Jacquet de m’avoir fourni cette information).

68 Voir cahier d’illustrations, fig. 5, archives municipales de Saint-Flour, acte du 26 juin 1360 reproduit dans Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit., p. 17. L’écu est bien lisible : burelé au franc-quartier fleurdelisé, accroché par sa guiche au cou d’un lévrier ou d’un lion coiffé d’un heaume cimé d’un quadrupède (lion), sur un fond d’arbre fleuri. La légende est illisible sauf DE MA.

69 Ces mêmes armes se retrouvent sur un armorial du milieu du XVe siècle signalé par Henri Moranvillé qui note : « Un texte presque contemporain non encore signalé, donne ainsi ses armoiries parmi celles des “Poitevins à baniere”, “T. de la Marche, aussi burlé à i quartier de France” » (voir le manuscrit http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9063217v/f53.image). Rémi Mathieu, s’intéressant à cette composition, adopte la version de Marcellin Boudet : un fils naturel de Philippe VI de Valois et de Blanche de Bourgogne (Le système héraldique, op. cit., p. 118-119).

70 Beaune C., « Identité royale et joutes : Charles VII aux fêtes de Nancy (février 1445) », Lettres, musique et société en Lorraine médiévale. Autour du tournoi de Chauvency, M. Chazan et N. F. Regalado (dir.), Genève, 2012, p. 319-336. Charles VII y monte un cheval houssé à ses couleurs mais arbore un cimier à la mélusine et un écu aux armes des Lusignan.

71 Voir par exemple les circonstances probables dans lesquelles les Albret adoptent leurs armoiries : Pastoureau M., « De gueules plain : Perceval et les origines héraldiques de la maison d’Albret », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 60-61, 1990-1991, p. 63-82.

72 À compter de cette date son sceau figure pour cimier le heaume coiffé du chapeau au lion passant des rois d’Angleterre. Sur cette pratique des concessions de cimier et le cas particulier du cimier de Thomas de la Marche, voir mon mémoire inédit d’habilitation Affinités héraldiques.

73 Les dons d’emblèmes, en cette période de naissance des premiers ordres de chevalerie, sont une pratique assez fréquente qui suscite régulièrement des jeux de dons multiples dont on trouve des exemples durant toute la fin du Moyen Âge, aussi bien dans les partages de devises, d’ordres de chevalerie que d’armoiries. Je me permets de renvoyer ici à mes différents travaux sur ces questions. Pour les rivalités chevaleresques entre les cours d’Édouard III et de Jean le Bon on renverra à Cazelles R., Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris, 1982.

74 Voir son signet utilisé durant sa captivité en Angleterre : Dalas M., Les sceaux des rois et de régence, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. 2, Paris, 1991, notice 127.

75 AN, JJ 80, no 35. Annexe.

76 Thomas de la Marche est notamment allé solennellement offrir ses armes à saint Georges en sa chapelle de la cathédrale Saint-Paul de Londres (Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit., p. 70-71).

77 Ces armes sont attribuées à Charles de la Cerda dans l’Armorial du héraut Gelre. Voir Popoff M., Armorial de Gelre, Paris, Le Léopard d’or, 2012, notice 1481. Depuis l’union de l’arrière-grand-père de Charles de la Cerda, l’infant Ferdinand, avec la fille de Louis IX, Blanche de France, la famille de la Cerda compose ses armes écartelées de Léon et Castille (brisure par inversion des quartiers) avec les lis de France sous différentes combinaisons. Notons que ce sont ici les hasards de la combinaison héraldique qui conduisent à cette composition de l’écartelé de Léon et Castille chargé au 1 des armes de France qui, de fait, ressemblent à s’y méprendre à des armes de bâtard.

78 On ne connaît pas la date de la première empreinte de cette nouvelle matrice mais la présence possible du cimier royal d’Angleterre et le style sigillaire, lui aussi anglais, pourraient permettre de dater sa facture de cette même année 1350.

79 Kerrebrouck P. van (Les Valois, op. cit., p. 92-93) mentionne une lettre de légitimation en 1359 mais il semble y avoir une confusion avec Jean de la Marche, parfois considéré comme le fils naturel de Thomas de la Marche, fils bâtard d’un certain Jean de la Marche, responsable des garennes du roi, légitimé par le dauphin Charles et Jean le Bon en 1359 (Paris, AN, JJ89, fo 337). Voir aussi Boudet M., Thomas de la Marche, op. cit., p. 236.

80 Voir Hablot L., « Le don des armes. Les échanges de cimiers, une pratique chevaleresque à la fin du Moyen Âge », Armes et Jeux militaires, C. Girbea (dir.), Paris, Classique Garnier, à paraître.

81 La concession d’armoiries consiste plus spécifiquement en l’octroi de nouvelles armoiries, soit que le bénéficiaire n’en possède pas encore, soit qu’il en reçoive de nouvelles. L’augmentation d’armoiries implique l’ajout dans des armoiries existantes d’un nouvel élément. Les concessions et les augmentations peuvent intégrer des figures héraldiques extraites des armes du donateur. Les auteurs utilisent dans ce cas le terme d’armoiries de patronage ou de privilège. Sur ce sujet, en attendant la parution de mon mémoire inédit d’habilitation Affinités héraldiques, voir notamment Brisures, augmentations et changements d’armoiries, actes du Ve colloque d’Héraldique de Spolète, Bruxelles, 1988.

82 En dernier lieu et pour une synthèse sur les travaux à ce sujet, voir M.-L. Fieyre, auteur d’une thèse en cours à l’université de Paris 7-Paris Diderot, Les bâtards et la bâtardise à la fin du Moyen Âge à travers la famille ducale de Bourbon, XIVe-XVIe siècle, sous la direction de Didier Lett. Je la remercie vivement de m’avoir fait partager ses connaissances.

83 AN, P 1376/2, cote 2711. Document en ligne http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/caran_fr, consulté le 10 octobre 2014.

84 Pour une synthèse des débats voir Fieyre M.-L., Bastard ! Bastarde ! Les enfants naturels des ducs de Bourbonnais du XIVe siècle au début du XVIe siècle, mémoire de master 2 recherche, sous la direction de Josiane Teyssot, université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand-2, 2009, chap. 2, p. 213-214.

85 Voir cahier d’illustrations, fig. 6 et 7. En 1332 le duc de Bretagne Jean III accorde au sire de Derval le droit d’écarteler avec les hermines de Bretagne (AN, JJ66 fo 419r, no 1000). Voir Nassiet M., « Un cas de manipulation de la parenté : la maison de Derval », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 131, 1996, p. 59-68.

86 Les Bourbon (Dampierre) portent d’or au lion de gueules à l’orle de coquilles d’azur. Sur l’héraldique de cette maison voir Vaivre J.-B. de, « Les tombeaux des sires de Bourbon (xiiie et première partie du xive) », Bulletin monumental, t. 138-4, 1980, p. 354-403.

87 Notons d’ailleurs que la mère de celui-ci serait précisément d’un rameau de la première maison de Bourbon : Jeanne de Bourbon-Lancy, dame de Clessy et que ce bâtard est reconnu et ne porte pas les armes de sa mère (les mêmes d’ailleurs que celles de Guy et Jean), mais seulement un écu plain au canton de Bourbon.

88 Je remercie vivement Emmanuel de Boos de m’avoir épaulé dans ce dossier et de m’avoir fait partager ses travaux sur les armoiries des « petits Bourbon » ainsi que Marie-Lise Fieyre qui est désormais une des meilleures spécialistes du sujet.

89 On verra ainsi Charles VII anoblir Gilles de Rais dans l’acte par lequel, en 1429, il lui concède le droit d’ajouter une orle aux armes de France sur les armes des sires de Retz. Sur la captation de la noblesse et de l’héraldique par les souverains, voir mon article « La captation royale de l’expression emblématique à la fin du Moyen Âge », actes de colloque, Le roi Fontaine de Justice, B. Ribémont (dir.), Orléans, 2012, p. 223-240.

90 Voir par exemple Salet F., « Histoire et héraldique. La succession de Bourgogne de 1361 », Mélanges offerts à René Crozet, Société d’études médiévales, Poitiers, 1966, p. 1307-1316.

91 AN, JJ 80, no 135. Publié par Marcellin Boudet, Thomas de la marche, op. cit., pièce justificative XII, p. 240.

92 AN, AE/II/343. Original en ligne, http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/caran_fr consulté le 14 octobre 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540