Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne

 | 
Carole Avignon

Première section. Naturel, adultérin ou sacrilège. Naître bâtard dans une société chrétienne

La bâtardise ecclésiastique au Grand Siècle

Entre assimilation impossible et faible réprobation sociale

Illegitimate Children among Members of the Clergy in the 17th century

Kevin Saule

Résumé

La bâtardise ecclésiastique, comme meilleure illustration de la licence des prêtres, est un lieu commun des écrits littéraires du siècle des Lumières. Pourtant, au-delà des clichés véhiculés par les penseurs libertins du XVIIIe siècle, qu’en est-il vraiment ? L’étude des procès instruits au XVIIe siècle contre des curés par l’officialité de Beauvais doit permettre d’appréhender ce thème. La bâtardise ecclésiastique est-elle un véritable phénomène ou repose-t-elle au contraire sur quelques cas marginaux ? Quel traitement les prêtres réservent-ils à leur enfant ? Grâce à l’étude d’une quarantaine de cas survenus à Beauvais au XVIIe siècle, il est possible de constater que, sans être insignifiante, la bâtardise ecclésiastique ne constitue qu’une petite facette de l’éventail des désordres commis par le clergé. Pour autant, cette question fait figure de faute particulièrement grave aux yeux de l’institution judiciaire ecclésiastique. Le taux de condamnation des prêtres est très élevé et les lourdes peines qui sont prononcées au terme des procès démontrent que l’official place cette faute au sommet de la hiérarchie des scandales. De leur côté, les prêtres ont tous mis au point des stratagèmes afin de dissimuler leur enfant naturel. Ce dernier ne semble jamais désiré et il n’y a pas la moindre preuve d’amour à son endroit.

Illegitimate childbirth sired by members of the clergy as best exemplifying priests’ licentiousness is a cliché in the literary works of the Age of Enlightenment. However, beyond the clichés conveyed by the 18 th century enlightened thinkers, what is the reality behind the situation? An examination of the trials conducted against clerics by the consistory of Beauvais should lead to a better understanding of this theme from the previous century. Are the illegitimate offspring of the clergy a real issue or, on the contrary, is it merely a question of a few marginal cases? What treatment did the priests have towards their children? Thanks to the study of some forty cases that occurred in Beauvais in the 17 th century, we’ll show that, without being insignificant, illegitimate children among members of the clergy are but a minor part of the range of offenses committed by the clergy. Despite this, the problem was seen as particularly serious in the eyes of the Church’s legal system. The rate of conviction among priests was very high and the harsh sentences handed down at the end of the trials show that judges considered this offense among the most serious of all transgressions. As far as they are concerned, priests all developed strategies in order to hide their illegitimate offspring. These children never seemed wanted and there is no evidence of love towards them.

Texte intégral

1En 1741, est publié en France un roman qui fait scandale : Le portier des chartreux. Histoire de Dom bougre écrite par lui-même. Attribué à l’avocat Gervaise de Latouche, ce roman érotique raconte l’histoire du jeune Saturnin, fruit de l’incontinence des pères Célestins d’une ville inconnue, qui est placé chez Ambroise et Toinette, petits jardiniers d’une maison détenue par ces religieux. L’enfant prend la place – à l’insu du jardinier – d’un fils mort-né afin de dissimuler le péché commis par les hommes d’Église avec Toinette. Ce roman érotique très suggestif raconte l’itinéraire sur le chemin des plaisirs de ce jeune homme, devenu portier des chartreux, de la découverte des pratiques sexuelles avec sa « sœur » Suzon jusqu’à son entrée dans le monastère, où il découvre, grâce à un organe surdimensionné, un milieu où règne la débauche : orgie, sodomie, pratiques homosexuelles… Ce roman en dit long sur les fantasmes de la société de l’époque – le Siècle des lumières – où le libertinage de la pensée côtoie, dans une certaine mesure, le libertinage des mœurs et surtout s’exprime à travers lui. Mais paradoxalement, ce courant trouve son épanouissement au moment même où le clergé français est enfin formé, discipliné, c’est-à-dire à l’heure où les enfants de prêtre ne courent plus les presbytères.

  • 1 Dans la fable Le curé et le mort, Jean de La Fontaine présente un curé âpre au gain nommé Jean Cho (...)
  • 2 Balavoine D., Des hommes et des bénéfices. Le système bénéficial du diocèse de Bayeux au temps de (...)
  • 3 Deregnaucourt G., « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridiona (...)
  • 4 Wenzel E., « Persistance des déviances dans le clergé paroissial bourguignon au XVIIIe siècle », G (...)
  • 5 On peut voir dernièrement : Taddia E., « Fratelli, preti e criminali : microconflitti e alleanze f (...)
  • 6 Stella A., Amours et désamours à Cadix aux XVIIe et XVIIIe siècles, Toulouse, Presses universitair (...)
  • 7 Stella A., Le prêtre et le sexe. Les révélations des procès de l’Inquisition, Bruxelles, André Ver (...)

2On ne sera pas surpris de constater que de pareils écrits n’existent pas au XVIIe siècle. Si quelques contes de Jean de La Fontaine évoquent bien la figure des ecclésiastiques scandaleux, ces textes ne vont pas bien loin1. Les sources judiciaires, c’est-à-dire les archives du désordre, prouvent pourtant que la bâtardise ecclésiastique existe bel et bien au cours du Grand Siècle. Des cas sont avérés dans les diocèses de Bayeux2, de Cambrai3 et dans les territoires de Bourgogne4. Même chose en dehors du royaume de France : l’Italie5, l’Espagne6 et le Nouveau Monde7 connaissent eux aussi des cas de paternité ecclésiastique.

3Pour aborder la question de la paternité ecclésiastique, nous avons choisi de mettre à profit la grande richesse des fonds de l’officialité diocésaine de Beauvais. Les archives départementales de l’Oise renferment en effet près de 400 dossiers criminels instruits contre des prêtres au cours des deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Les curés du XVIIe siècle sont au cœur de la majorité des poursuites car plus de 200 d’entre eux eurent affaire, de près ou de loin, à la justice de l’évêque pour des affaires de mœurs. Parmi eux, plusieurs dizaines sont accusés d’avoir fait un enfant. Ces situations soulèvent évidemment de nombreuses questions. On peut notamment se demander quelle attitude les curés eurent vis-à-vis de leurs enfants ; comment ces derniers furentils baptisés malgré leur filiation pour le moins problématique.

Les archives de l’officialité diocésaine de Beauvais

  • 8 Il s’agit des curés suivants : Jean Allart (AD, Oise, G 4161) ; Louis Benard (G 4173) ; Dominique (...)

4Au cours du XVIIe siècle, on dénombre 34 procès au cours desquels il est reproché à un curé d’avoir fait un enfant8. Ces procédures se répartissent de la façon suivante (voir ci-contre) :

Répartition dans le siècle des cas de paternité ecclésiastique (diocèse de Beauvais).

  • 9 Bonzon A., L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais. 1535-1650, Paris, (...)

5Durant les deux premières décennies du siècle, aucun cas n’est recensé. Le constat est le même dans les années 1670 et au cours des années 1690. Le nombre de cas de paternité instruits par l’officialité augmente nettement à partir des années 1630 et reste à un niveau relativement élevé jusqu’à la fin de la décennie 1660. C’est au cours des années 1650 que l’officialité poursuit le plus grand nombre de curés pères de famille (13 cas). Cette chronologie est peu surprenante dans la mesure où elle est parallèle en tous points aux rythmes d’activité de l’officialité dont la montée en régime progressive débute en 1630, à la suite de l’arrivée à sa tête du juge Guillaume Cardinal. L’absence de cas pendant les vingt premières années du siècle ne signifie pas – loin s’en faut – qu’aucun curé du diocèse n’a commis une telle faute au cours de la période considérée. L’inactivité du tribunal dont les juges se succèdent sans vraiment impulser des procédures, la présence à la tête du diocèse d’un évêque qualifié par Anne Bonzon « d’absent plein de bonnes intentions9 », ne permettent pas à l’administration diocésaine d’identifier les curés coupables d’avoir fait un enfant.

6Il faut souligner d’entrée que ces trente-quatre cas référencés – s’ils ont évidemment bien en deçà de la réalité que nous ne pourrons jamais totalement approcher – sont peu de choses au regard de la taille du diocèse. Composé de près de 400 paroisses, le diocèse de Beauvais a vu des centaines de curés défiler dans les paroisses pendant le XVIIe siècle. Trente-quatre cas, c’est donc peu. Mais ce n’est pas rien non plus au regard du nombre de curés poursuivis par l’officialité : plus de 15 % des curés confrontés à la justice ecclésiastique au XVIIe siècle ont été accusés d’avoir fait un enfant.

7Les femmes avec lesquelles les curés ont des relations sexuelles qui aboutissent à la naissance d’un enfant sont toutes, ou presque, leurs domestiques et dans une moindre mesure des paroissiennes célibataires. En revanche, les femmes mariées du village qui se retrouvent parfois dans le lit des curés ne sont pas mises enceintes à la suite de ces rapports sexuels car ces relations sont plus rares et beaucoup moins suivies. Malgré certains clichés qui ont la vie dure, les presbytères du XVIIe siècle ne sont pas peuplés d’enfants. Cela ne se rencontre pas dans le diocèse de Beauvais car les curés dissimulent leur progéniture, nous y reviendrons. De plus, la justice ecclésiastique ne laisse pas aux coupables le temps de mener pareille existence dans leur paroisse. Les curés dont il est question ici sont en effet identifiés très rapidement, c’est-à-dire quelques semaines ou, au plus tard, quelques mois après la naissance de l’enfant.

8Quelles furent malgré tout les stratégies de dissimulation déployées par les curés afin d’éviter le scandale ?

Les stratégies de dissimulation mises en œuvre par les curés

  • 10 AD, Oise, G 4173.

9Les stratagèmes mis en œuvre par les curés afin d’éviter que leur paternité ne s’ébruite sont multiples. Ils sont élaborés avant même que la grossesse ne soit avérée. Ainsi, s’il est un sentiment partagé par l’ensemble des curés, c’est bien la crainte de se retrouver père d’un enfant. Ainsi, certains prêtres n’hésitent pas à faire croire aux femmes qu’ils séduisent que l’absorption d’une poudre permet de leur éviter le risque de tomber enceinte en cas de rapport sexuel. Le curé Louis Benard déclare ainsi à sa domestique qu’il boit régulièrement des « médecines pour ne pas procréer10 ». Sans doute s’agit-il ici d’un argument utilisé par le curé afin d’écarter les craintes de la femme convoitée dans le but d’obtenir plus rapidement ce qu’il attend d’elle.

  • 11 AD, Oise, G 4416.
  • 12 AD, Oise, G 4519.
  • 13 AD, Oise, G 4587. Ce curé est soupçonné d’avoir fait un enfant, mais cela n’est pas prouvé au cour (...)

10Lorsque la maîtresse du curé tombe enceinte malgré tout, le prêtre n’est pas désemparé. Certains sont ainsi passés maîtres dans l’art de concocter des breuvages en vue de faciliter l’avortement. Les exemples abondent. Ainsi, Denis Lefebvre fait boire une boisson à la femme qu’il a violée pour « lui faire perdre son fruit11 ». Pierre Poulette aurait lui aussi donné une potion à sa maîtresse deux jours avant son accouchement à la suite de quoi celle-ci aurait perdu son fœtus12. Dans un autre procès, on reproche au curé d’Armancourt d’avoir acheté des drogues, notamment pour cinq sous de poudre d’orange, afin de préparer un breuvage à la femme qu’il mettait régulièrement dans son lit dans le but de la faire avorter13.

  • 14 AD, Oise, G 4371. Le curé Pierre Lemoine tente lui aussi de faire prendre un breuvage à sa maîtres (...)

11Au cours de son audition par l’official pendant le procès du curé Pierre Henoult, un apothicaire raconte que le prêtre était déjà venu dans sa boutique en disant avoir besoin qu’on lui fournisse quelques drogues et médicaments. Ce n’est que plus tard que l’apothicaire apprend que le curé cherchait en fait à précipiter une grossesse qu’on lui imputait14.

  • 15 AD, Oise, G 4416.
  • 16 AD, Oise, G 4416.

12Les inventaires effectués à la demande du juge ecclésiastique dans le presbytère des curés démontrent que certains d’entre eux possèdent toute une panoplie d’objets afin de fabriquer de telles potions. Ainsi, au cours d’une perquisition dans le logement de Denis Lefebvre, il est trouvé « plusieurs livres de mauvaise doctrine faisant mention […] de racines convenables pour faire sortir l’enfant du ventre de sa mère mort ou vif ». On relève également la présence de « plusieurs écrits de sa propre main pour faire avorter les femmes » et « plusieurs herbes et racines servant à ce sujet ». En outre, la perquisition révèle que le curé détient « un alambique en cloche, posé sur un fourneau à distiller [et] plusieurs drogues, graisses, poudres [et] bouteilles15 ». À l’issue de la perquisition, les livres découverts chez ce curé sont saisis et mis au greffe de l’officialité pour servir de pièces à conviction. Il s’agit d’une Histoire générale des plantes « annotée aux endroits faisant mention des plantes avec vertu de faire avorter les femmes16 », et de deux autres ouvrages intitulés Le médecin charitable et La propriété des plantes.

  • 17 AD, Oise, G 4445.

13En dehors de la préparation de breuvages abortifs, d’autres solutions existent et sont mises en œuvre par les curés pour éviter une grossesse. Antoine Leroux donne de multiples conseils à sa jeune maîtresse afin qu’elle avorte. Il l’incite à éteindre une chandelle de suif en avalant la fumée pour lui « faire périr son fruit dans son ventre17 ». Il lui suggère aussi, comme elle le racontera plus tard au doyen rural venu enquêter, « de se pendre par les bras, de se renverser, de tourmenter son corps pour faire perdre la vie à son fruit ».

  • 18 Sur cette question, voir Gélis J., « Une longue aberration : la saignée des femmes enceintes », Hi (...)
  • 19 AD, Oise, G 4358.
  • 20 AD, Oise, G 4179.
  • 21 À Angivillers, des paroissiens soupçonnent Adrien Tallon de faire de même avec sa nièce (AD, Oise, (...)

14De manière attendue, la saignée des femmes enceintes est également régulièrement pratiquée18. François Lethailleur fait appel à un chirurgien pour qu’il fasse une saignée du pied à sa maîtresse dans le but de lui faire perdre le fœtus qu’elle porte. Barthélemy Gérard fait de même avec la jeune paroissienne Anne la Caille19. Dominique Beudin demande quant à lui à un chirurgien de faire saigner du pied et du bras la femme avec qui il entretient une liaison car il la soupçonne d’être enceinte20. De tels exemples sont nombreux21, preuve que les ecclésiastiques connaissent bien les diverses solutions abortives qui existent dans la société de leur temps.

Quand l’enfant arrive : faire sortir de la paroisse la femme sur le point d’accoucher

  • 22 Les curés du diocèse de Reims procèdent de façon identique si l’on en juge par certains fonds cons (...)
  • 23 AD, Oise, G 4467.
  • 24 AD, Oise, G 4189.
  • 25 AD, Oise, G 4173, G 4440 et G 4354.
  • 26 AD, Oise, G 4173.

15Malgré ces différents stratagèmes, l’avortement n’est pas toujours provoqué, au grand dam des curés. Ces derniers trouvent alors une solution très simple qui consiste à éloigner de la paroisse la femme dont le ventre s’arrondit dangereusement. Il s’agit là d’un phénomène constant tout au long du siècle. Les curés orientent principalement leur maîtresse vers des grandes villes dans l’espoir que l’anonymat possible dans un milieu urbain lui permette d’accoucher en secret22. Ces femmes sont donc envoyées à Beauvais, à Monceaux Saint-Omer23, à Compiègne24 et surtout à Paris25. Quinze jours après avoir payé un chirurgien pour pratiquer une saignée sur sa domestique, le curé Louis Benard la fait sortir de son presbytère pour l’installer à Paris. Il lui demande de se rendre à une adresse précise, rue Saint-Denis, pour y accoucher et lui promet en contrepartie la somme confortable de cent écus à l’accouchement et quinze francs par mois jusqu’à ce qu’elle soit délivrée26.

  • 27 AD, Oise, G 4465.

16Des subterfuges parallèles et plus subtils sont parfois également mis en place par les curés afin d’éviter le scandale. Le premier consiste à obtenir que la future mère incrimine un inconnu afin d’innocenter le curé. On en connaît quelques exemples : le 24 octobre 1661, huit jours seulement après avoir mis au monde son enfant, la jeune Marie Père est interrogée par l’official au domicile de son oncle car de nombreux paroissiens soupçonnent le curé Mahault d’être le père de l’enfant. La jeune femme déclare être âgée de 21 ans et affirme vivre dans la paroisse depuis 16 années. Au sujet des rumeurs qui circulent dans la paroisse, elle rétorque sans ambages « que cela vient de méchants gens du village27 » et nie toute faute de la part du curé. Selon ses dires, sa grossesse serait le fruit d’un viol par un cavalier rencontré sur un chemin. L’enquête menée par l’officialité fait très vite apparaître qu’il s’agit en réalité d’un mensonge à l’initiative du curé de la paroisse. Il apparaît en effet qu’au cours de son accouchement, alors que la sage-femme venue la délivrer lui demandait « de qui elle était grosse, selon son devoir », la jeune femme avait une première fois affirmé que « cela lui était défendu ». Malgré les menaces faites par la sage-femme de l’abandonner en plein accouchement, elle refusa de dire qui était le père. Ce n’est que plus tard que la version incriminant un cavalier fait son apparition, sur pressions du curé.

  • 28 AD, Oise, G 4440.
  • 29 Ibid.

17Afin de se protéger, le curé Pierre Lemoine va plus loin encore que ce confrère. Après avoir pris plusieurs fois la « connaissance charnelle » d’une paroissienne venue assurer l’entretien du presbytère, ce prêtre répond à ses inquiétudes en lui disant « qu’elle ne deviendrait pas grosse de si peu de choses et que quand même elle en deviendrait grosse, qu’elle n’aurait qu’à dire que c’était du fait de son accordé28 ». Mais peu de temps après, la femme tombe enceinte. Malheureusement pour le curé, la grossesse de sa maîtresse débute avant même qu’elle ne soit mariée et le scandale ne manque pas de se répandre. Pendant leur audition par le juge ecclésiastique, les témoins déclarent, lucides, « que combien que ladite Masse ait été mariée qu’au début de juillet dernier, néanmoins elle fut grosse de huit à quinze jours après Chandeleur29 ». Les fiançailles avaient eu lieu quelques semaines auparavant, à la Saint Nicolas.

  • 30 Mauclair F., La justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de (...)

18En dépit de leurs efforts, les curés ne parviennent pas à dissimuler leur faute bien longtemps d’autant que la législation ne les y aide guère. En effet, l’édit du roi Henri II de février 1556 « sur le recel de grossesses encourage vivement les femmes célibataires et les veuves enceintes à déclarer leur état afin d’écarter tout soupçon d’infanticide dans l’hypothèse du décès de l’enfant30 ». Parce qu’elle mentionne souvent le nom du père, la déclaration de grossesse faite par la future mère peut donc, théoriquement, nuire au curé avant même l’arrivée de l’enfant. C’est évidemment le cas lorsque la parturiente signale volontairement que son état est imputable au curé, ce qui est exceptionnel à Beauvais au XVIIe siècle.

  • 31 AD, Oise, registres paroissiaux de Bonvillers, 1596-1709, p. 75. C’est nous qui soulignons.

19En raison de cette législation contraignante confirmée par Henri III en 1596 puis par Louis XIV en 1708, les curés et les sages-femmes sont appelés à être vigilants pour connaître l’identité du géniteur de l’enfant. Les sources de la pratique démontrent que ces injonctions ne restent pas lettres mortes. Cela est visible notamment dans les registres paroissiaux. En effet, l’étude de ces archives fait apparaître que nombre de curés du diocèse de Beauvais enquêtent au moment de la venue au monde d’un enfant dont la filiation est problématique. Ainsi, le 15 janvier 1678, le curé de Bonvillers écrit dans son registre qu’il a procédé au baptême de la jeune « Marie, fille de Marie Ranson qui était fille à marier de Charles Ranson et de Madeleine Chouquet, laquelle Marie Ranson mère ne nous a pas déclaré le père dudit enfant parce qu’elle est décédée incontinent après son accouchement sans que nous eussions pu l’en interroger31 ». Et le curé d’ajouter : « toutefois Adrienne Chouquet, tante de ladite défunte, nous a dit qu’elle avait dit qu’il était du fait d’un cavalier passant sur le grand chemin qui conduit de Paris à Amiens environ la ferme de Grand Mesnil qui est tout ce que nous en avons pu connaître ».

  • 32 AD, Oise, registres paroissiaux de Bresles, 1602-1697, p. 145.
  • 33 AD, Oise, registres paroissiaux de Lalandelle, 1654-1735, p. 28.

20On aurait tort de croire que seuls les curés tridentins soulèvent de pareils questionnements au sujet de l’identité du père d’un enfant né hors mariage. Certains ecclésiastiques confrontés à la justice de l’évêque furent eux aussi vigilants. Ainsi, en 1640, le curé de Bresles Augustin de Catheu, connu de l’administration judiciaire du diocèse en raison de comportements violents et pour ne pas porter les sacrements aux malades de sa paroisse, s’enquiert précisément du nom du père d’un enfant porté au baptême et l’inscrit noir sur blanc dans son registre paroissial32. Dans le village de Lalandelle, le curé Quentin Gouvion, lui-même poursuivi par l’officialité après avoir été surpris en flagrant délit, par l’évêque en personne, avec une femme dans son presbytère, enquête avant de procéder à l’enterrement d’un nouveau-né mort in utero et baptisé en urgence par la matrone33.

  • 34 Cette pratique n’est pas propre aux curés de Beauvais. Dans le diocèse de Grenoble également, les (...)
  • 35 AD, Oise, G 4179.
  • 36 Dans le diocèse de Bayeux, le promoteur de l’officialité découvre au cours d’une enquête que deux (...)
  • 37 AD, Oise, G 4400.

21En raison de la vigilance imposée par les autorités, les curés coupables d’avoir fait un enfant ne peuvent pas courir le moindre risque en acceptant que soit mentionné noir sur blanc dans un registre paroissial leur lien de parenté avec le nouveau-né baptisé. Plusieurs cas de figure existent. Dans la majorité des cas, le baptême a lieu sans que le nom du père de l’enfant ne soit inscrit dans le registre à l’issue de la cérémonie. De même, il n’est pas rare que le nom soit falsifié34. Lors du baptême de l’enfant du curé Dominique Beudin, le 1er juin 1696, les registres paroissiaux de Saint Léger indiquent que le curé du lieu a procédé au baptême d’un petit Antoine, « fils illégitime » de Marie le Bel. Cette femme de 27 ans affirme que le père de l’enfant est Jacques le Tanneur demeurant à Breteuil35 ». Dans tous les cas, les baptêmes ne sont pas directement administrés par le père de l’enfant mais par un curé ou un vicaire complice ou non de ses agissements36. Après la naissance de son fils, le curé Simon Langlois prend soin de faire appel à un prêtre jacobin membre de sa famille pour qu’il baptise son enfant sans s’enquérir du nom du père37.

  • 38 AD, Oise, G 4512.
  • 39 Dans son registre des baptêmes, le curé Jean Milet indique simplement les phrases suivantes : « Le (...)
  • 40 Ibid.

22Le fait qu’un curé accepte de baptiser l’enfant d’un confrère par amitié peut lui attirer des ennuis. Parce qu’il a procédé au baptême du fils du curé François Mahault, Eustache Pillon est poursuivi par la justice ecclésiastique qui lui reproche d’avoir différé l’écriture du baptême dans le registre paroissial. Au cours de son interrogatoire, l’official lui demande « pourquoi il s’est ingéré de venir de Rieux à Verneuil baptiser un enfant bâtard » et pour quelle raison il n’a pas « fait note sur le registre de l’église d’une chose si conséquente38 ». Ce curé reconnaît son erreur et déclare avoir agi ainsi par amitié pour ce confrère qui le lui avait explicitement demandé. Antoine Leroux fait quant à lui baptiser sa fille le 12 juin 1647 par un ami, curé du diocèse d’Amiens, nommé Jean Milet. Dans son registre, ce dernier avait dissimulé l’identité du père comme il l’expliquera au doyen de Montagne venu enquêter cinq ans plus tard39. Jean Milet tente de se justifier en déclarant avoir « voulu taire […] sa qualité de prêtre et de curé pour que son dit registre ne puisse tomber entre les mains et en la connaissance de quelques personnes qui en eussent été mal édifiées et pour le respect de sa robe et des ecclésiastiques40 ».

  • 41 AD, Oise, G 4451.

23Dans certains cas, les plus rares, l’identité précise et réelle du père est indiquée mais son statut est – logiquement – toujours gardé sous silence. Le 23 avril 1651, le curé de Saint-Germain de Presles célèbre le baptême de la petite Marie, fille d’un certain Pierre Lesot dont le nom est mentionné clairement. Or, ce Pierre Lesot n’est autre que le curé de Saint-Martin de Chambly. Dans son registre, le célébrant ne mentionne pas que le père porte la soutane mais indique seulement qu’il est marié à la mère de l’enfant, Marguerite41, ce qui est évidemment faux.

  • 42 Depuis leur numérisation, ces registres paroissiaux du diocèse de Beauvais sont accessibles en lig (...)
  • 43 AD, Oise, Registres paroissiaux de Cambronne-lès-Clermont, années 1617-1661, p. 21. Ce vicaire ne (...)
  • 44 AD, Oise, G 4422.

24Il est tout à fait exceptionnel que le statut ecclésiastique du père soit mentionné dans les registres. Au cours de nos recherches dans les registres paroissiaux du diocèse de Beauvais42, nous n’avons trouvé qu’un seul cas de paternité ecclésiastique inscrit noir sur blanc. Toutefois il ne s’agit pas d’un curé mais d’un prêtre au statut inférieur. Ainsi, le 31 décembre 1629, le curé Jacques Léger de la paroisse de Cambronne procède au baptême de la « fille bâtarde » Marie Ballain. Dans son registre paroissial, le célébrant n’hésite pas à faire mention du statut ecclésiastique du père, qualifié de « vénérable et discrète personne Antoine Ballin, prêtre vicaire de Saint-André de Beauvais43 ». Ce cas sort donc du commun. Étrangement, il n’existe aucune procédure judiciaire instruite par l’officialité à l’encontre de ce prêtre. En revanche, l’auteur de l’inscription dans le registre n’est pas un inconnu des archives. Après avoir pris possession de sa cure en 1628, ses ennuis judiciaires débutent en 163344. Il lui est reproché de boire excessivement, de fréquenter les tavernes et de mal se tenir en raison de son penchant pour l’alcool.

  • 45 AD, Oise, G 4465.

25Outre la dissimulation de l’identité du père et de son statut d’homme d’Église, on note aussi que ces baptêmes ne sont pas célébrés avec faste, bien au contraire. Ainsi, Simon Langlois fait baptiser son enfant en pleine nuit. François Mahault fait de même à Verneuil avec l’assistance d’Eustache Pillon, évoqué précédemment. Quelques années plus tard, au cours du procès de ce curé, la matrone qui avait assisté à la cérémonie raconte que le célébrant avait couru après les enfants à l’issue du baptême pour les empêcher de sonner les cloches de l’église afin de rester le plus discret possible45.

La paternité ecclésiastique condamnée

  • 46 AD, Oise, G 4202.
  • 47 AD, Oise, G 4389.

26De prime abord, l’officialité ne semble pas prêter une attention particulière aux dossiers dans lesquels un curé est accusé d’avoir fait un enfant. Lorsqu’il auditionne les témoins, le juge ecclésiastique ne pose jamais de questions relatives à la paternité du curé. De même, au cours des interrogatoires qui peuvent pourtant durer plusieurs journées et au cours desquels il n’est pas rare que l’official pose une centaine de questions, les interrogations portent peu sur l’enfant de l’accusé et les circonstances qui l’ont conduit à commettre ce péché. En outre, le contenu des sentences rendues contre ces prêtres peut de prime abord faire penser que cette question n’est pas primordiale. Bien que les verdicts soient toujours longs en raison de l’obligation faite aux juges ecclésiastiques de les motiver, ces derniers abordent très peu la thématique de la paternité ecclésiastique. Ainsi, dans le jugement rendu contre Charles Brouard, l’official indique subrepticement que le curé est « convaincu d’avoir abusé de ladite fille sa paroissienne qui de son fait serait tombée enceinte et accouchée46 ». Le juge ne développe pas plus la question. Au terme du procès de Jean Joyan, l’official le reconnaît coupable d’« avoir entretenu plusieurs années impudiquement la nommée Jeanne Duhamel sa paroissienne, grosse de son fait47 ».

  • 48 AD, Oise, G 4416.
  • 49 Nous avons eu l’occasion de développer cette question au cours d’un colloque dont les actes ont ét (...)

27Dans ses réquisitoires, le promoteur (c’est-à-dire l’accusateur de l’officialité) n’en dit pas plus. À l’encontre de Denis Lefebvre par exemple, il requiert une lourde condamnation mais note simplement au sujet de la femme qu’il a violée qu’« elle serait demeurée grosse d’enfant48 ». Est-ce à dire que la justice ecclésiastique se désintéresse de ces cas et ne leur reconnaît donc pas une importance particulière ? En réalité, la nature des poursuites qui frappent les curés et le contenu des verdicts finalement prononcés prouvent que c’est tout le contraire. Le tribunal d’Église de Beauvais fait preuve d’une célérité peu habituelle pour poursuivre les curés coupables d’avoir fait un enfant. Alors que l’officialité a pour politique de toujours privilégier les rappels à l’ordre et les admonestations en cas de transgression moins grave en matière de mœurs49 (ivrognerie, violence commise sur un paroissien…), cette tolérance n’est plus du tout de mise quand le prêtre est accusé d’avoir fait un enfant. S’agissant de ce grief, l’accusé s’expose au risque de devoir affronter immédiatement un procès en bonne et due forme.

28À partir des années 1640, c’est-à-dire au moment même où le tribunal poursuit le plus grand nombre d’ecclésiastiques pour ce méfait, les peines les plus fermes sont systématiquement prononcées à leur encontre. Outre le paiement d’aumônes destinées à diverses institutions charitables du diocèse, l’official condamne également les curés à résigner leur bénéfice. Il s’agit là de la sanction la plus sévère de l’arsenal répressif dont dispose le juge. Les curés se voient interdire le droit de détenir la cura animarum, c’est-à-dire la charge des âmes, dans l’étendue de leur doyenné et, de plus en plus, à mesure que les années s’écoulent, dans tout le diocèse de Beauvais. La sanction est donc sévère.

  • 50 En 1663, Louis Benard reconnaît ses fautes et supplie l’évêque de mettre un terme au procès. L’évê (...)
  • 51 AD, Oise, G 4371.
  • 52 AD, Oise, G 4389. Seul le réquisitoire du promoteur est conservé, la sentence ayant disparu des fo (...)

29L’étude des registres paroissiaux prouve que les quelques curés dont les procès ne vont pas à leur terme, c’est-à-dire ceux dont les poursuites s’interrompent en cours d’instruction, sont également contraints de quitter leur bénéfice très rapidement. Leur signature disparaît des registres très peu de temps après le début de leurs déboires judiciaires et un nouveau prêtre fait son apparition dans la paroisse. Même le curé qui plaide coupable en admettant sa faute doit quitter sa paroisse50. À ce titre, la politique suivie par l’officialité à l’encontre des curés qui ont eu un enfant est révélatrice du raidissement du tribunal en matière de répression de l’indiscipline ecclésiastique. Au cours des trois premières décennies du siècle, c’est-à-dire avant l’arrivée de l’official Guillaume Cardinal, un curé pouvait espérer s’en tirer à bon compte malgré sa paternité. Entre le début des années 1620 et la fin des années 1630, 5 curés sur 8 (auxquels il est fait ce reproche) parviennent en effet à conserver la direction de leur paroisse, et ce en dépit de leur condamnation. Les verdicts qui frappent ces cinq ecclésiastiques ne sont pas légers mais l’official leur épargne la mesure la plus sévère de son arsenal répressif, c’est-à-dire celle qui consiste à les priver de leur bénéfice. En 1632 par exemple, au terme de son procès, Pierre Henoult est sanctionné par deux mois de prison avec jeûne au pain et à l’eau chaque mercredi et vendredi. Il doit également payer trente-deux livres d’aumône. S’agissant de sa paternité, l’officialité lui adresse simplement des défenses « de hanter et fréquenter51 » la femme avec qui il a vécu quelque temps et lui « enjoint de mettre hors de sa maison, dans le temps de huitaine, les deux enfants à peine de suspension a divinis ». Pour les mêmes motifs, l’année suivante, Jean Joyan conserve lui aussi sa cure au terme de son procès et est condamné à quinze jours d’enfermement avec jeûne au pain et à l’eau les mercredis et vendredis, et à vingt-quatre livres parisis d’amende. Il lui est simplement interdit d’admettre dans son presbytère la femme qu’il fréquentait, sous peine de se voir privé de son bénéfice52.

  • 53 AD, Oise, G 4416.
  • 54 C’est le cas de Pierre Dufossé à Ravenel (AD, Oise, G 4296), d’Antoine Pillet à Ferrières (G 4511) (...)

30En matière de paternité, il faut des circonstances bien particulières pour que les prêtres soient frappés, dès les années 1630, de la sanction la plus sévère. En 1630, Denis Lefebvre doit résigner son bénéfice mais l’instruction démontre qu’il avait également incité à la débauche plusieurs paroissiennes lors de leur venue dans le confessionnal53. En 1634, Abraham Mahieu est visé par la même sanction mais son dossier révèle qu’il n’avait pas mis à profit les avertissements formulés une première fois par l’official. En tant que récidiviste, il est donc lourdement condamné, comme le seront plus tard, de manière systématique et sans le moindre avertissement, les curés poursuivis pour ces motifs. Après 1640, la mesure qui consiste à priver de leur cure les prêtres coupables d’avoir fait un enfant est toujours appliquée. Seuls les curés dont la culpabilité n’est pas parfaitement établie conservent la direction de leur paroisse54.

  • 55 AD, Oise, G 4562.
  • 56 AD, Oise, G 4357.
  • 57 Originaire du diocèse de Paris, le curé Heurtault a déjà un lourd passif judiciaire quand il fait (...)
  • 58 C’est le cas notamment d’Alexandre Hertier, en 1656. Guillaume Cardinal lui enjoint de se démettre (...)

31Parallèlement, les curés condamnés à quitter leur paroisse pour des motifs autres que la licence sexuelle le sont après de multiples procédures. Ce n’est qu’au terme d’un second procès pour ivrognerie et fréquentations des tavernes que Charles Talmas doit se défaire de sa cure le 26 novembre 166455. Dans la première sentence rendue contre lui onze ans plus tôt pour des faits similaires, le juge n’avait fait qu’agiter la menace de la privation de bénéfice. Le constat est le même pour Jean Groult56 ou Martin Heurtault57. En somme, il faut vraiment que les fautes commises par le prévenu soient particulièrement graves pour engendrer un châtiment sévère, dès le premier avertissement, pour des méfaits autres que la paternité58.

*

  • 59 Sur les 34 curés poursuivis pour avoir fait un enfant, deux seulement reconnaissent leur faute. Il (...)
  • 60 Notons toutefois que les curés de Beauvais ne recourent jamais à l’infanticide afin d’éviter le sc (...)
  • 61 Malheureusement, les sources consultées – essentiellement judiciaires – ne permettent pas de se fa (...)
  • 62 AD, Oise, G 4296.
  • 63 Il importe de souligner qu’au terme des procès, l’officialité n’impose pas aux prêtres de dédommag (...)

32En définitive, les curés ont tous – ou presque59 – mis au point des stratagèmes afin de dissimuler leur progéniture60. Cet enfant ne semble jamais désiré car il n’y a pas la moindre preuve d’amour du prêtre à son endroit. De son côté, la mère n’est pas plus encline à faire montre de sentiments. Sans doute est-ce en grande partie induit par les sources utilisées ici… Mais rien n’est moins sûr. Fruit d’un amour défendu ou d’un viol qui ruine sa vie, cet enfant à la filiation pour le moins problématique débute son existence sous les pires auspices61. Il est donc exceptionnel que ce bâtard réjouisse qui que ce soit. Cela arrive parfois mais pour des mauvaises raisons. À la matrone qui l’interroge sur le nom du père de son futur enfant, Barbe Toule, pauvre fille à marier, incrimine le curé Pierre Dufossé et déclare que « c’était une fortune qui lui est arrivée et qu’elle était bien marie62 »63.

  • 64 Le Gall J.-M., « Y a-t-il un honneur des clercs ? », art. cit., p. 293.
  • 65 Lemaître N., Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 164.
  • 66 Brunet S., « Le prêtre et sa famille : historiographie du recrutement. Le cas des Pyrénées centrale (...)

33La justice d’Église, de son côté, n’est pas obnubilée par le sujet de la bâtardise ecclésiastique. L’audition des témoins et les interrogatoires des prévenus ne tournent jamais exclusivement autour de ces questions. Celles-ci ne sont abordées que très rapidement comme si, par pudeur, l’official n’osait pas s’appesantir sur le sujet. Pour autant, la paternité ecclésiastique fait figure de faute particulièrement grave aux yeux de l’institution judiciaire ecclésiastique. Le taux de condamnation des prêtres est très élevé. Les peines lourdes qui sont prononcées au terme de ces procès démontrent que l’official place cette faute au sommet de la hiérarchie des scandales. Cela n’est guère surprenant car, « particulièrement soucieuse de lutter contre le concubinage des clercs, l’Église a [tenu à] écarter les bâtards incestueux, à savoir les fils de prêtres, afin d’éviter la constitution de famille sacerdotale64 » qui pourrait signifier, à terme, un risque de « disparition du temporel de l’Église65 ». Ainsi, l’Église ne fait pas que réprimer une transgression particulièrement scandaleuse. Elle veille également à défendre ses intérêts. Le problème de l’enfant de prêtre, « c’est en effet aussi celui de la captation, du détournement des biens de l’Église alors que la réforme grégorienne s’était attachée à récupérer les revenus d’églises détenus par les laïcs66 ».

Notes

1 Dans la fable Le curé et le mort, Jean de La Fontaine présente un curé âpre au gain nommé Jean Chouart, qui se réjouit intérieurement des revenus suscités par l’enterrement d’un paroissien. Dans un conte intitulé Le cas de conscience, ce n’est pas tant la richesse des mets et la profusion des vins à la table du curé « messire Thomas » qui sont raillés par Jean de La Fontaine que l’accès de rage du prêtre contre sa jeune paroissienne, Anne. Dans un autre conte (Le Psautier), l’auteur évoque un couvent dont l’une des nonnes nommée Isabelle ne reste pas insensible aux charmes d’un « jouvenceau friand » tandis que l’abbesse a dans son lit « messire Jean, curé du voisinage ». Mais c’est surtout dans La jument du compère Pierre que l’on retrouve le curé le plus intéressé par les fréquentations féminines. Messire Jean « qui prêchait peu sinon sur la vendange » est attiré par la femme du compère Pierre, nommé Magdeleine. Le curé profite de sa supériorité intellectuelle sur son paroissien bourru pour lui faire croire qu’il peut changer sa femme en jument le jour et lui redonner forme humaine le soir. Cette manipulation lui offre l’occasion de se livrer à des caresses bien déplacées sur cette jeune et jolie villageoise. En dehors des écrits de Jean de La Fontaine, on peut citer également comme textes mettant en scène la figure du prêtre délinquant La Vraie histoire comique de Francion écrite par Charles Sorel dont la première version date de 1623. Toutefois, il n’y est fait que de rares allusions aux comportements déviants des prêtres. C’est notamment le cas à travers un curé « qui aimait autant la compagnie d’une femme que celle de son bréviaire ». Dans Le roman comique de Paul Scarron, les prêtres sont moins présents encore. À peine Scarron ose-t-il faire jurer le nom de Dieu par un curé…

2 Balavoine D., Des hommes et des bénéfices. Le système bénéficial du diocèse de Bayeux au temps de Louis XIV, Paris, H. Champion, 2011, p. 320.

3 Deregnaucourt G., « Les déviances ecclésiastiques dans les anciens diocèses des Pays-Bas méridionaux aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : répression, ecclésiologie et pastorale », B. Garnot (dir.), Le clergé délinquant. XIIIe-XVIIIe siècles, Dijon, EUD, 1995, p. 65-95. Gilles Deregnaucourt démontre que le recul du concubinage fit presque disparaître, au XVIIIe siècle, les affres de la paternité illégitime. Alors que 46 % des partenaires des prêtres impliqués dans un délit de nature sexuelle au XVIIe siècle se trouvaient enceinte, au moins une fois, elles n’étaient plus que 18,5 % au XVIIIe siècle.

4 Wenzel E., « Persistance des déviances dans le clergé paroissial bourguignon au XVIIIe siècle », Garnot B. (dir.), Le clergé délinquant. XIIIe-XVIIIe siècles, Dijon, EUD, 1995, p. 97-115.

5 On peut voir dernièrement : Taddia E., « Fratelli, preti e criminali : microconflitti e alleanze famigliari nella Liguria dell’età moderna », Popolazione e Storia, vol. 15, 1/2014, p. 39-56.

6 Stella A., Amours et désamours à Cadix aux XVIIe et XVIIIe siècles, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008. Et Saez R., « La transgression de l’interdit amoureux : le prêtre, la femme et l’enfant dans l’Archevêché de Tolède (1565-1620) », A. Redondo (dir.), Amours légitimes, amours illégitimes en Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 93-100.

7 Stella A., Le prêtre et le sexe. Les révélations des procès de l’Inquisition, Bruxelles, André Versailles, 2009.

8 Il s’agit des curés suivants : Jean Allart (AD, Oise, G 4161) ; Louis Benard (G 4173) ; Dominique Beudin (G 4179) : Louis Bouchinet (G 4189) ; Charles Brouard (G 4202) ; Pierre Delacroix (G 4269) ; Jean Delannoy (G 4271) ; André Desruelle (G 4284) ; Barthélémy Gérard (G 4358) ; Pierre Dufossé (G 4296) ; Jean Gravelle (G 4354) ; Pierre Henoult (G 4371) ; Jacques Grenier (G 4356) ; Jean Joyan (G 4389) ; Simon Langlois (G 4400) ; François Ledoux (G 4413) ; Pierre Lemoine (G 4440) ; Antoine Leroux (G 4445) ; Denis Lefebvre (G 4416) ; François Lethailleur (G 4453) ; René Linel (G 4459) ; Guillaume Mahault (G 4466) ; Abraham Mahieu (G 4467) ; François Mahault (G 4465) ; Pierre Lesot (G 4451) ; Jacques de Matigny (G 4473) ; Claude Pille (G 4509) ; Antoine Pillet (G 4511) ; Pierre Poulette (G 4519) ; Jean Sabot (G 4546) ; Gabriel de Vuailly (G 4587) ; Jacques Vauquelin (G 4576) et Mathieu de Vic (G 4581). Le curé Adrien Tallon n’est pas reconnu coupable au terme de son procès (AD, Oise, G 4559).

9 Bonzon A., L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais. 1535-1650, Paris, Éd. du Cerf, 1999, p. 55.

10 AD, Oise, G 4173.

11 AD, Oise, G 4416.

12 AD, Oise, G 4519.

13 AD, Oise, G 4587. Ce curé est soupçonné d’avoir fait un enfant, mais cela n’est pas prouvé au cours du procès.

14 AD, Oise, G 4371. Le curé Pierre Lemoine tente lui aussi de faire prendre un breuvage à sa maîtresse enceinte (AD, Oise, G 4440).

15 AD, Oise, G 4416.

16 AD, Oise, G 4416.

17 AD, Oise, G 4445.

18 Sur cette question, voir Gélis J., « Une longue aberration : la saignée des femmes enceintes », Histoire des Sciences médicales, tome XXI, no 2, 1987, p. 57-61.

19 AD, Oise, G 4358.

20 AD, Oise, G 4179.

21 À Angivillers, des paroissiens soupçonnent Adrien Tallon de faire de même avec sa nièce (AD, Oise, G. 4559). Si de forts soupçons existent contre lui, l’officialité ne le juge pas coupable au terme de son procès.

22 Les curés du diocèse de Reims procèdent de façon identique si l’on en juge par certains fonds consultés aux archives départementales de la Marne. Voir notamment AD, Marne, 2 G 1919.

23 AD, Oise, G 4467.

24 AD, Oise, G 4189.

25 AD, Oise, G 4173, G 4440 et G 4354.

26 AD, Oise, G 4173.

27 AD, Oise, G 4465.

28 AD, Oise, G 4440.

29 Ibid.

30 Mauclair F., La justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière (1667-1790), Rennes, PUR, 2008, p. 186.

31 AD, Oise, registres paroissiaux de Bonvillers, 1596-1709, p. 75. C’est nous qui soulignons.

32 AD, Oise, registres paroissiaux de Bresles, 1602-1697, p. 145.

33 AD, Oise, registres paroissiaux de Lalandelle, 1654-1735, p. 28.

34 Cette pratique n’est pas propre aux curés de Beauvais. Dans le diocèse de Grenoble également, les prêtres recourent parfois à un « prête-nom commode » pour dissimuler leur enfant. Voir Sole J., « La crise morale du clergé du diocèse de Grenoble au début de l’épiscopat de Le Camus », Le cardinal des montagnes. Étienne Le Camus. Évêque de Grenoble (1671-1707), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1974, p. 87.

35 AD, Oise, G 4179.

36 Dans le diocèse de Bayeux, le promoteur de l’officialité découvre au cours d’une enquête que deux prêtres baptisaient mutuellement leurs propres enfants. Balavoine D., Des hommes et des bénéfices. Le système bénéficial du diocèse de Bayeux au temps de Louis XIV, Paris, H. Champion, 2011, p. 320.

37 AD, Oise, G 4400.

38 AD, Oise, G 4512.

39 Dans son registre des baptêmes, le curé Jean Milet indique simplement les phrases suivantes : « Le 12 juin 1647, j’ai baptisé Louise fille d’Antoine Leroux et de Louise Leroux sa mère. Le parrain Antoine Vasseur marraine Antoinette Desmoulin » (AD, Oise, G 4445).

40 Ibid.

41 AD, Oise, G 4451.

42 Depuis leur numérisation, ces registres paroissiaux du diocèse de Beauvais sont accessibles en ligne via le site internet des archives départementales de l’Oise. Aujourd’hui, cela concerne près de 95 % des fonds. Ils peuvent être consultés à l’adresse suivante : http://archives.oise.fr/archives-en-ligne/etat-civil/ (consulté le 10 octobre 2014).

43 AD, Oise, Registres paroissiaux de Cambronne-lès-Clermont, années 1617-1661, p. 21. Ce vicaire ne figure pas dans le dénombrement mentionné plus haut dans la mesure où, apparemment, l’officialité ne l’a pas poursuivi. On ne peut exclure que les pièces du procès aient disparu.

44 AD, Oise, G 4422.

45 AD, Oise, G 4465.

46 AD, Oise, G 4202.

47 AD, Oise, G 4389.

48 AD, Oise, G 4416.

49 Nous avons eu l’occasion de développer cette question au cours d’un colloque dont les actes ont été publiés. Saule K., « L’officialité diocésaine de Beauvais et les procès criminels inaboutis (XVIIe siècle) », B. Garnot. et B. Lemesle (dir.), Autour de la sentence judiciaire du Moyen-Âge à l’époque contemporaine, Dijon, EUD, 2012, p. 59-68.

50 En 1663, Louis Benard reconnaît ses fautes et supplie l’évêque de mettre un terme au procès. L’évêque accepte cette demande mais contraint le prêtre à résigner son bénéfice. De plus, il lui est fait interdiction de détenir la charge des âmes dans tout le diocèse de Beauvais. AD, Oise, G 4173.

51 AD, Oise, G 4371.

52 AD, Oise, G 4389. Seul le réquisitoire du promoteur est conservé, la sentence ayant disparu des fonds. On sait toutefois que l’official n’a pas pu condamner le curé plus lourdement que ne le demande le promoteur, les réquisitoires étant toujours plus sévères que les condamnations finalement prononcées. D’ailleurs, les registres paroissiaux de Saint-Pierre de Pontpoint prouvent que Pierre Henoult reste dans sa paroisse à l’issue des poursuites.

53 AD, Oise, G 4416.

54 C’est le cas de Pierre Dufossé à Ravenel (AD, Oise, G 4296), d’Antoine Pillet à Ferrières (G 4511) et de René Linel à Hodenc-en-Bray (G 4459).

55 AD, Oise, G 4562.

56 AD, Oise, G 4357.

57 Originaire du diocèse de Paris, le curé Heurtault a déjà un lourd passif judiciaire quand il fait son entrée dans la cure de Villers-Saint-Paul. Dans le passé, le prêtre avait été condamné par deux fois par l’officialité de Senlis. Aussi, l’official de Beauvais n’hésite pas à le priver de son bénéfice dès ses premiers déboires judiciaires, malgré des fautes qui ne sont pas particulièrement graves. AD, Oise, G 4377.

58 C’est le cas notamment d’Alexandre Hertier, en 1656. Guillaume Cardinal lui enjoint de se démettre de sa cure dans un délai de six mois et le déclare incapable « de tenir à l’avenir aucun bénéfice ayant charge d’âme sans que pendant ledit temps de six mois il puisse faire fonctions curiales en peine de suspens a divinis ipso facto ». Ce prêtre ne s’était pourtant pas faire connaître pour ses frasques scandaleuses. Mais le juge ne lui pardonne pas de s’être rendu à l’office « étant plein de vin » et d’avoir de ce fait « plusieurs fois pissé derrière le grand autel sur la montée qui sert pour accès au tabernacle » (AD, Oise, G 4374).

59 Sur les 34 curés poursuivis pour avoir fait un enfant, deux seulement reconnaissent leur faute. Il s’agit de Louis Benard (AD, Oise, G 4173) et de Guillaume Mahault (G 4466).

60 Notons toutefois que les curés de Beauvais ne recourent jamais à l’infanticide afin d’éviter le scandale. Cela arrive parfois à la même époque, notamment en Italie. Voir notamment Taddia E., L’infanticide à Gênes à l’époque moderne, thèse de doctorat sous la direction de Dominique de Courcelles soutenue le 23 novembre 2007 à l’École normale supérieure de Lyon (thèse dactylographiée).

61 Malheureusement, les sources consultées – essentiellement judiciaires – ne permettent pas de se faire une idée du devenir de ces enfants. On sait toutefois que ces « bâtards » se voient interdire l’accès au sacerdoce (Le Gall J.-M., « Y a-t-il un honneur des clercs ? », H. Drévillon et D. Venturino [dir.], Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2011, p. 293).

62 AD, Oise, G 4296.

63 Il importe de souligner qu’au terme des procès, l’officialité n’impose pas aux prêtres de dédommager la mère pour les frais liés à l’enfantement. Les femmes doivent donc se tourner vers d’autres juridictions pour obtenir une somme d’argent. Ainsi, dans la sentence qui frappe le curé Pierre Delacroix, l’official ne fait pas mention du moindre dédommagement accordé à la mère de son enfant. Cette dernière doit recourir à la justice laïque et obtient alors gain de cause. Après avoir déposé plainte contre ce curé auprès du « commissaire enquêteur examinateur » au Châtelet de Paris, un accord est conclu. Alors qu’elle avait demandé rien de moins que 500 livres de « provision alimentaire tant pour subvenir à ses besoins et à ceux dudit enfant que pour fournir au paiement de ce qui est dû », la jeune femme obtient 30 livres par mois pour les frais liés à la nourriture de l’enfant auxquels s’ajoutent 45 livres pour la couche. Le curé est également condamné à verser 620 livres de provision (AD, Oise, G 4269).

64 Le Gall J.-M., « Y a-t-il un honneur des clercs ? », art. cit., p. 293.

65 Lemaître N., Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 164.

66 Brunet S., « Le prêtre et sa famille : historiographie du recrutement. Le cas des Pyrénées centrales aux XVIIe et XVIIIe siècles », ADH, no 1, 2004, p. 174. Et cet historien d’ajouter : « dans la même logique qui vise à empêcher leur transmission au sein des lignages, [l’Église] niait la reconnaissance de l’union d’un prêtre avec une femme, ainsi que les droits accordés à leur descendance » (ibid.).

Table des illustrations

Légende Répartition dans le siècle des cas de paternité ecclésiastique (diocèse de Beauvais).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540