Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la Terreur

 | 
Michel Biard

Troisième partie. Institutions et politiques économiques, politiques sociales

Effort de guerre et « terreur avant la Terreur » dans l’Hérault

Nathalie Alzas

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque, le 27 avril 1793, Cambon lit à la Convention une proposition venant de l’Hérault, proposition selon laquelle serait organisé un comité spécial pour désigner les recrues de la levée de 300 000 hommes et prélevée une taxe sur les « riches » pour la financer, il emporte l’adhésion de l’Assemblée mais ouvre un débat sur les mesures extraordinaires prises au nom de la défense de la patrie1. L’initiative peut entrer en résonance avec les discours des « exagérés », notamment faire payer l’effort de guerre par les « riches ». Des révolutionnaires sont conscients du potentiel subversif de la décision héraultaise. Ils craignent qu’une taxation des plus aisés inquiète les modérés, et soit utilisée contre la Convention. Louant le zèle patriotique montpelliérain, Danton désire écarter « les soupçons » qui pourraient l’entacher2. Il rejette le spectre de la loi agraire, affirme que les riches seraient les principaux bénéficiaires d’un geste qui concourt à sauvegarder leurs propriétés (« ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540