Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Conclusion

Texte intégral

1Au cours ce travail de recherche, nous avons tenté, à partir de pièces éparses, de reconstituer les formes, les espaces et les fonctions du bain en al-Andalus. Une relecture des sources écrites arabes et les données archéologiques les plus récentes ont permis d’observer d’une manière nouvelle le ḥammām andalusī.

2Dans un premier temps, l’étude de la formation de cet édifice depuis l’Antiquité tardive jusqu’à la fin du VIIIe siècle, au moment où les bains commencent à être documentés en al-Andalus fait apparaître que les thermae et balnea de l’Hispanie romaine sont clairement abandonnés, d’un point de vue archéologique, à partir du IVe siècle même si l’on connaît des survivances jusqu’au VIe voire jusqu’au VIIe siècle. Les « anciens thermes » romains ne sont plus entretenus ni utilisés pas les hommes du haut Moyen Âge. En parallèle, dans le monde byzantin, il ne semble pas que l’on continue à occuper les vastes édifices balnéaires publics de l’Antiquité. On construit de nouveaux bains réduits à l’essentiel, adaptés à un nouveau contexte. Si le christianisme ne réprouve pas totalement les pratiques balnéaires à partir du moment où le bain peut devenir un instrument de purification liée à la religion, il limite strictement son usage à la réalisation de la toilette. Ce changement de finalité est fondamental pour déterminer l’existence du bain au début du Moyen Âge. En péninsule Ibérique, il reste cependant difficile d’en préciser les formes et d’affirmer que le bain nécessite une infrastructure particulière. Plusieurs objets témoignent d’un intérêt pour les soins du corps et la toilette mais on ignore si ces pratiques prennent place dans un espace particulier.

  • 1 En l’absence de recherches sur le ḥammām médiéval dans les pays du Maghreb, nous ignorons si ces b (...)

3En al-Andalus, les premiers vestiges de bains sont datés de la fin du VIIIe et du début du IXe siècle. À ce moment, le bain se présente sous différentes formes et apparaît comme le résultat de plusieurs influences. Il semble clair que son apparition et son développement sont liés à la culture islamique. D’un point de vue formelle, certains de ces premiers bains andalusī-s pourraient être assez proches du bain de Walīla (Volubilis, Maroc) daté de l’époque idrisside. Du point de vue technique, les matériaux mis en œuvre montrent l’emploi de solutions héritées de l’Antiquité tardive qui ont subsisté durant le haut Moyen Âge comme l’opus signinum, par exemple. En parallèle, l’utilisation d’un procédé comme le ṭābiya dès le IXe siècle pourrait davantage constituer un apport du Maghreb. Cet usage de la maçonnerie de mortier de chaux pour la construction de bains va connaître une grande postérité durant toute la période islamique en péninsule Ibérique et constitue une spécificité du bain andalusī1. L’emploi de la pierre de taille est plus rare et apparaît à partir du Xe siècle dans les bains omeyyades, davantage héritiers des complexes balnéaires du Proche-Orient. Les premiers bains d’al-Andalus tels Oreto-Zuqueca (Ciudad Real) et la Cárcel San Vicente (Valence) présentent, par ailleurs, une grande simplicité formelle. Ils sont constitués de nefs parallèles correspondant au vestiaire (la zone sèche) puis une salle froide, intermédiaire et chaude (zone humide). Ce schéma va perdurer jusqu’au XVe siècle en parallèle de modèles plus complexes.

4Il est donc erroné d’affirmer que le ḥammām andalusī est directement hérité des « anciens thermes » romains comme l’écrivent superficiellement de nombreux auteurs. L’influence antique est lointaine et se remarque davantage dans l’emploi de certains matériaux, par exemple les mortiers de chaux hydraulique. Ces derniers ont continué à être utilisé, probablement de manière déformée, entre la fin de l’Antiquité tardive et le début du Moyen Âge. Les mondes byzantin au Proche-Orient et wisigothique dans la péninsule Ibérique sont à considérer comme les « passeurs » de solutions techniques héritées de l’Antiquité qui ont, par la suite, évolué. Il est à noter, par ailleurs, qu’en al-Andalus, on ne connaît aucun cas, attesté par l’archéologie, de bain qui serait construit sur d’anciens thermes romains. L’élaboration du ḥammām andalusī apparaît donc bien plus complexe. Il existe bien une « rupture » dans le sens où les thermes antiques disparaissent progressivement. Les « continuités » sont présentes du point de vue technique mais il ne faut pas perdre de vue que celles-ci connaissent également une évolution et le souvenir de l’Antiquité finit par apparaître bien lointain.

5Cette étude de la formation du bain a conduit, dans un second temps, à s’intéresser au chantier de construction, aux artisans qui participent à l’édification du bain. Le ḥammām suppose l’intervention d’hommes au savoir-faire particulier notamment dans la mise en place de l’hypocauste et de la chaudière. À ce sujet, il resterait à connaître comment procèdent exactement ingénieurs, architectures ou maîtres d’œuvre car les plans de bain n’existent pas. Peut-on penser que les ḥammām-s sont construits de manière entièrement empirique ou qu’il existe certaines règles précisant, par exemple, les écarts maximum entre murs afin qu’une voûte ne s’écroule pas ? Dessine-t-on au sol la forme de l’édifice avant construction ? Autant de questions auxquelles nous ne pouvons apporter de réponses. La reconnaissance de différents modèles de bains nous incite à penser, néanmoins, qu’il existe des modèles locaux. Ils peuvent répondre à des règles de construction édictées éventuellement par le muḥtasib comme on le remarque à travers le manuel d’Ibn ʿAbdūn qui réglemente l’activité des briquetiers-tuiliers dans la Séville almoravide. Ces modèles sont peut-être aussi l’œuvre d’ateliers travaillant dans une ville ou une localité au sein desquels se transmettent des traditions constructives telles celles du ḥammām.

6La constitution d’un inventaire des différents modules du bain montre par ailleurs qu’il existe sans doute des échanges au sein du chantier de construction. L’origine des artisans est fondamentale quant à la compréhension du choix de telle ou telle technique et matériaux de construction : à Vascos, on emploie la pierre qui semble davantage liée à des pratiques omeyyades tandis que sur le site d’Oreto-Zuqueca, qui pourrait être occupé par une population berbère, le ṭābiya est préféré. D’un autre côté, on peut supposer que la transmission de savoirs au sein du chantier du ḥammām a mené à l’édification de bains sur le modèle andalusī en terre chrétienne comme cela est le cas à Valence avec bain de l’Almiral et à Tordesillas. Il est aussi possible que l’on fasse appel à des artisans musulmans. Dans l’un ou l’autre cas, il existe bien des échanges et des collaborations entre hommes des royaumes castillans et d’al-Andalus. Cette question mériterait des approfondissements en comparant, par exemple, les matériaux et les techniques constructives des deux côtés de la frontière. Une étude identique pourrait être menée avec le Maghreb, notamment pour la fin du Moyen Âge où les influences entre l’espace mérinide et nasride sont nettes.

7En ce qui concerne l’usage de l’édifice après sa construction, nous avons remarqué qu’il peut s’inscrire dans différents contextes : villes, villages, palais ou forteresses. Le bain est donc présent dans des espaces publics mais également privés. Dans le premier cas, il semble qu’il soit destiné à la ʿāmma et que son caractère profane comme populaire ne doit pas être oublié, tout comme sa fonction économique. Les juristes cherchent à contrôler un lieu qui n’est pas aussi évident à surveiller qu’un marché puisqu’il est clos et accueille des individus presque nus. Au-delà du caractère souvent religieux régulièrement associé au ḥammām, il faut simplement le considérer comme un établissement qui permet de réaliser la toilette et de bénéficier de soins du corps. Il n’est pas impossible que l’on vienne au bain pour effectuer un ġusl de propreté mais non pour la lotion générale comme on a coutume de le lire. La fonction sociale du bain dans la société d’al-Andalus est sans doute importante mais elle doit être également nuancée. S’il est encore difficile de connaître précisément le visage des usagers du bain, quelques indices nous amènent à considérer cet établissement comme un espace de différenciation sociale dans lequel sont finalement reproduites les distinctions entre individus. Les ḥammāmī-s d’un certain rang social peuvent disposer d’espaces individualisés et ne se mêlent pas aux autres groupes. Certains possèdent sans doute des bains privés et dans ce cas, ils n’ont pas à se rendre au bain public. La question se pose également pour les tributaires mais elle ne trouve guère de réponse. Si l’on pense le bain comme clanique, réservé à une famille ou à un clan, plusieurs de ces interrogations pourraient être résolues.

8Nous avons accordé une place importante au phénomène de « transition » entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge mais un travail similaire pourrait être envisagé au moment de la conquête chrétienne. Que deviennent, en effet, les anciens ḥammām-s ? De nombreux édifices sont interdits, abandonnés et détruits parfois violemment. Cependant, certains continuent à être utilisés comme à Tolède, Cordoue et Ronda, voire à être réutilisés après une brève période d’inactivité comme à Loulé ou dans la région du Marquesado del Cenete. D’autres sont même édifiés tel un bain à Baza qui semble construit à partir du remploi d’éléments du complexe de Marzuela. À Valence, les anciens ḥammām-s sont abandonnés et d’autres bains sur un modèle similaire sont édifiés dans la nouvelle ville chrétienne. Dans la région de Grenade, le bain de Cogollos de la Vega est élevé vers 1530. D’après une Ordonnance Royale, il serait destiné à la fois à des morisques et à des chrétiens. Il y a donc matière à observer précisément ce que représente le ḥammām en territoire chrétien entre condamnation pour les positions les plus radicales et fascination d’un autre côté. Celle-ci peut être illustrée par l’émerveillement du voyageur Jérôme Münzer qui décrit le bain de Comares à la fin du XVe siècle :

  • 2 Jerónimo Münzer par Ramón Alba, 2002 : 95.

«Un baño – ¡oh, qué maravilla! – abovedado, y fuera de él, las alcobas; tantas altísimas columnas de mármol, que no existe nada mejor […]. Había en el baño una bella pila de mármol, donde se bañaban desnudas las mujeres y concubinas. El rey, desde un lugar con celosías que había en la parte superior – y que nosotros vimos –, las contemplaba, y a la que más le agradaba, le arrojaba desde arriba una manzana, como señal de que aquella noche había de dormir con ella2.»

9Des bains sont construits sur le modèle du ḥammām andalusī et d’autres, à l’image du complexe de Comares, continuent à être en fonctionnement jusqu’à une époque avancée. La mention de bains dans la documentation chrétienne ainsi que l’existence de réglementations sur leur usage dans les fueros castillans invitent à entreprendre une nouvelle investigation sur les bains de la péninsule Ibérique, de l’autre côté de la frontière.

Notes

1 En l’absence de recherches sur le ḥammām médiéval dans les pays du Maghreb, nous ignorons si ces bains étaient également construits à partir de la méthode du ṭābiya. Ce procédé est, en revanche, utilisé pour d’autres types de construction.

2 Jerónimo Münzer par Ramón Alba, 2002 : 95.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540