Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Troisième partie. Pratiques et places du bain dans la société d'al-Andalus

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Le ḥammām apparaît ainsi comme un établissement nécessaire à un groupe humain que ce soit dans le monde urbain ou rural, public ou privé. Les complexes balnéaires de qarya-s, bien que plus modestes en superficie, formes et décoration, sont attestés en al-Andalus à partir du XIIIe siècle voire dès le XIe ou XIIe siècle. Ces ḥammām-s sont utilisés par les habitants d’un hameau et accueillent la garnison militaire d’une proche forteresse comme nous l’avons observé sur les sites de Benejí-Berja et Celín-Dalías. Contrairement à ce que laisserait entendre les géographes arabes du Moyen Âge, le bain n’est pas un bâtiment spécifiquement citadin. Il s’agit d’un élément de confort qui équipe différents espaces comme la ville, le palais, la citadelle ou encore la qarya. Il permet à ses usagers de bénéficier d’eau chaude et d’espaces chauffés pour réaliser une toilette de manière régulière.

  • 1 Jean-Léon l’Africain par Épaulard, 1980 (rééd.) : 189.

2Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’aspect commercial du ḥammām. Si plusieurs historiens et archéologues ont cherché à montrer la fonction religieuse du bain, la proximité avec une mosquée ne doit pas être interprétée uniquement de manière symbolique. En effet, le fait d’édifier un complexe balnéaire public à côté d’un lieu de culte permet d’accueillir régulièrement une clientèle qui, au-delà des ablutions rituelles, vient au bain pour réaliser un ġusl de propreté. Si l’on observe le contexte dans lequel prend place un bain, on remarque justement que la mosquée n’est pas le seul facteur d’implantation. Le ḥammām est installé dans des lieux fréquentés et cet emplacement assure une rentabilité économique certaine au ṣāḥib al-ḥammām qui doit, en plus de la location de l’établissement, rémunérer des employés indispensables au fonctionnement de l’édifice. Cet aspect commercial du bain n’est pas sans évoquer la coutume des ṭayyāb-s de Fès qui, au XVIe siècle, d’après Jean-Léon l’Africain, plaçaient un oignon dans un panier suspendu à l’entrée du ḥammām afin de garantir la prospérité de l’établissement1.

  • 2 Il ne faut d’ailleurs pas oublier que des légendes sont souvent associées au ḥammām à l’époque méd (...)

3Les usagers du bain ne se rendent pas uniquement dans cet espace collectif pour pratiquer la lotion majeure qui expliquerait, selon certains chercheurs, l’importance du ḥammām dans les villes du monde musulman. La position des juristes qui tentent de contrôler les pratiques en vigueur et d’instaurer une décence minimum dans le bain souligne son relatif caractère religieux. Le bain est un établissement profane qui permet de réaliser la toilette et des soins du corps. Il faut noter à ce sujet, le succès des ḥamma-s qui montre une attention particulière des hommes d’al-Andalus à l’enveloppe corporelle et à son bien-être. Le ḥammām est un lieu où l’on se retrouve et dont le caractère populaire2 est primordial même si les différences sociales ne s’estompent probablement pas à l’intérieur du complexe. Il n’est pas impossible que chacun conserve son identité en restant par groupe, en louant des alcôves et en utilisant des accessoires de toilette dont la qualité et l’aspect décoratif, voire les produits, utilisés varient d’une catégorie sociale à une autre.

Notes

1 Jean-Léon l’Africain par Épaulard, 1980 (rééd.) : 189.

2 Il ne faut d’ailleurs pas oublier que des légendes sont souvent associées au ḥammām à l’époque médiévale. C’est le cas, par exemple, d’une anecdote rapportée par Ibn al-Ǧawzī dans laquelle un personnage nommé ʿAbd Allāh al-Kāǧǧī al-Baṣrī aurait entendu des voix en se rendant à l’aube au bain (Hocine Benkheira, 2003 : 425). Le ḥammām des Teinturiers, daté du XIe siècle, situé à Tlemcen en Algérie, est également nommé le bain de « Sidi bel-Hasen », un saint qui apparaîtrait régulièrement selon la croyance populaire dans l’édifice sous la forme de génie (Marçais, 1950 : 39-40). Le ḥammām est par ailleurs le lieu de séjour privilégié des ǧinn-s.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540