Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la Terreur

 | 
Michel Biard

Deuxième partie. Violences et justice

Les acquittés de la Grande Terreur

Réflexions sur l’amitié dans la République

Anne Simonin

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un jour, j’étais dans le cabinet de Fouquier, on vint annoncer que l’audience qui tenait dans la salle ci-devant Saint-Louis était finie, et que plusieurs des personnes mises en jugement étaient acquittées. Fouquier en s’emportant, et en trépignant dit : « Qu’on me donne les noms de ces bougres-là (il voulait dire les jurés) ; on ne peut compter sur rien avec ces gens là ; voilà des affaires sûres qui nous pettent dans les mains : Fouquier a répété à différentes fois des propos semblables, lorsqu’il est arrivé que des citoyens ont été acquittés »1. Pourquoi un tel dépit de la part de l’accusateur public du Tribunal révolutionnaire ? Est-ce parce que Fouquier-Tinville a peur, devant fournir chaque soir au Comité de salut public, la « notice de tous les jugements » rendus2, donc des acquittements prononcés ?

Source de colères, de sanctions pour les jurés3, les acquittements du Tribunal révolutionnaire ont peu retenu l’attention des historiens : « Il est vrai qu’on oublie parfois trop f...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540