Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Troisième partie. Pratiques et places du bain dans la société d'al-Andalus

Pratiques et places du bain dans la société d'al-Andalus

Texte intégral

  • 1 Berges Roldán, 1989.
  • 2 Ibid. : 25-33.
  • 3 Ibid. : 35-43.
  • 4 Ibid. : 45-57.
  • 5 Grupo de Estudio « Urbanismo Musulmán », 1989.
  • 6 Ibid. : 11-24.
  • 7 Ibid. : 25-31.
  • 8 Pavón Maldonado, 1990.

1De nombreuses publications sur le bain ont vu le jour depuis la fin de années 1980. Les fouilles archéologiques menées ces vingt-cinq dernières années permettent de connaître une centaine d’édifices qui pour la plupart ont fait l’objet d’articles ou de monographies. Dès 1989, L. Berges Roldán publie un ouvrage consacré aux bains de Jaén1. L’auteur présente dans un premier temps de manière générale l’architecture du ḥammām, son lien avec la religion2, ses origines romaines3 et son mode de fonctionnement à partir de sources archéologiques et textuelles4. La même année, le Grupo de Estudio « Urbanismo Musulmán » dirigé par M. de Epalza et R. Azuar Ruiz fait paraître une étude sur les bains arabes de la région valencienne5. De manière similaire, les auteurs s’intéressent à la structure et à la fonction du bain6, ses racines romaines7 avant d’analyser plus précisément les archives et les données archéologiques des édifices de la province valencienne. Il s’agit des premières publications relatives aux bains d’al-Andalus mais elles ne constituent pas des synthèses à part entière. Elles généralisent des pratiques et des aspects architecturaux de manière assez superficielle. Une remarque identique pourrait être formulée à propos du chapitre sur les bains du Tratado de arquitectura hispanomusulmana de B. Pavón Maldonado publié en 19908. Au-delà de la remarquable compilation de données bibliographiques, l’architecte n’étudie pas en profondeur l’édifice et l’analyse se contente de répéter les mêmes lieux communs sur le bain.

  • 9 Delgado Valero, 1987 : 356-418.
  • 10 Acién Almansa et al., 1999.

2Régulièrement, des publications centrées sur une ville ou sur une région s’intéressent également au complexe balnéaire. En 1987, C. Delgado Valero consacre une partie de son ouvrage Toledo islámico, ciudad, arte e historia aux bains de la ville9. En 1999, le bain de Ronda fait l’objet de journées d’étude après sa fouille et sa restauration10. Les auteurs ne proposent cependant pas de nouvelles pistes de lecture et se contentent une nouvelle fois de reproduire les mêmes idées à propos de l’origine romaine du bain et son usage lié aux pratiques religieuses. En 2005, un congrès organisé à Tolède par le Consorcio de la Ciudad de Toledo sur les bains de la ville donne lieu à une publication intitulée Baños Árabes en Toledo. Centré sur les bains tolédans, cet ouvrage a pour ambition de faire le point sur les recherches archéologiques menées dans des édifices balnéaires tout en proposant une réflexion sur la conservation et la restauration des monuments mis au jour. Ces publications sont assez inégales d’un point de vue scientifique mais reflètent un état des connaissances sur l’ensemble des édifices découverts et des recherches en cours. En parallèle, grâce à un grand nombre d’articles publiés après la découverte et la fouille de bains, on connaît aujourd’hui plus de 90 édifices dans la péninsule Ibérique. Associées aux textes, ces données permettent de renouveler les problématiques autour du bain et de dépasser les lieux communs.

Notes

1 Berges Roldán, 1989.

2 Ibid. : 25-33.

3 Ibid. : 35-43.

4 Ibid. : 45-57.

5 Grupo de Estudio « Urbanismo Musulmán », 1989.

6 Ibid. : 11-24.

7 Ibid. : 25-31.

8 Pavón Maldonado, 1990.

9 Delgado Valero, 1987 : 356-418.

10 Acién Almansa et al., 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540