Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Deuxième partie. Construction et formes du bain en al-Andalus

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Pauty, 1944 : 217.

1Ainsi, la construction du bain requiert l’intervention d’une équipe d’artisans spécialisés dirigée par un maître-maçon qui doit maîtriser un savoir technique particulièrement précis. L’établissement balnéaire demande, en effet, des compétences spécifiques. C’est ce que précise encore dans la première moitié du XXe siècle E. Pauty à propos des bains de Rabat et Salé : « pour les salles chaudes et très particulièrement pour l’étuve et la chaufferie […] les muʿallim-s conservent jalousement leurs recettes traditionnelles1 ». La constitution de l’hypocauste, du four et du système de la chaudière semble l’une des opérations les plus délicates du chantier. On peut alors supposer l’existence de certaines règles de construction relatives aux édifices balnéaires – à l’image de ce que nous dit Ibn ʿAbdūn sur les briquetiers-tuiliers –, mais la transmission de ces savoirs techniques doit se faire de manière orale et par apprentissage lors d’un chantier. Retracer les étapes successives de l’édification du bain n’est pas forcément un exercice très aisé étant donné le peu de recherches à ce sujet. Il serait, à cet égard, intéressant de pouvoir mener des études systématiques sur le bâti d’édifices balnéaires et connaître ainsi plus précisément les « manières de construire » comme pour les édifices d’Alméria, d’Elche et de Churriana de la Vega.

  • 2 A. Bazzana note à ce sujet que : « ce problème des origines du tapial est sans doute insoluble, ta (...)
  • 3 Garcés Tarragona et Romano Salas, 2004 : 309.
  • 4 Izquierdo Benito, 2005 : 41.

2Il est en effet possible que les méthodes et techniques de construction soient locales ou spécifiques à un groupe. La préférence du ṭābiya n’est peutêtre pas forcément liée à la simplicité du procédé ou à l’absence de carrière de pierre. On connaît des bains édifiés selon la méthode en maçonnerie de mortier de chaux dont les sols sont revêtus de pierres d’origine locale taillées sous la forme de dalles comme à Alcalá de Guadaíra et à Baza. Cet emploi relèverait donc davantage d’un phénomène culturel. S’il est difficile de déterminer avec précision l’origine du ṭābiya2, on sait qu’il est utilisé assez tôt dans la construction de bains notamment à Oreto-Zuqueca dans la première moitié du IXe siècle. La population de cet espace serait possiblement d’origine berbère3. On pourrait, de manière hypothétique, associer ce mode constructif et ce groupe nord-africain. Parallèlement, nous avons constaté l’emploi de pierre dans les édifices balnéaires des villes omeyyades de Cordoue et de Madīnat al-Zahrā’. À la même époque, le bain de Vascos est construit avec une pierre exploitée localement. Selon R. Izquierdo Benito, cette ville pourrait être fondée au Xe siècle par les Omeyyades et serait liée au pouvoir cordouan. La position de Vascos est en effet stratégique. La ville surveille le Tage et assure la défense face aux chrétiens et aux rébellions berbères fréquentes dans la zone4. Il est possible que des constructeurs qui ont exercé dans la capitale omeyyade aient été envoyés afin de réaliser cette ville nouvelle et aient, par conséquent, « importer » d’autres manières de construire, en l’occurrence en pierre. Les possibilités d’approvisionnement local sont fondamentales mais ne constituent donc pas l’unique critère dans le choix des matériaux et leur mise en œuvre. Les traditions techniques des constructeurs sont également déterminantes.

3L’analyse de la morphologie des bains d’al-Andalus montre, par ailleurs, des parallèles probants avec les pays du Maghreb et plus particulièrement du Maroc. En l’absence de datation précise sur ces édifices, il convient de rester prudent quant à l’analyse des influences entre al-Andalus et le Maġrib al-Aqṣā. L’étude des bains nord-africains reste à réaliser pour permettre de préciser la nature des échanges entre les deux rives de la Méditerranée que ce soit du point de vue des formes et des matériaux employés que de leur mise en œuvre. Les différentes configurations de bains rencontrées ne sont pas particulièrement spécifiques à al-Andalus car l’on connaît des exemples similaires en Afrique du Nord. Ces remarques permettent de s’interroger sur l’origine des artisans qui interviennent dans l’édification du bain et des échanges qui se font au sein du chantier de construction.

Notes

1 Pauty, 1944 : 217.

2 A. Bazzana note à ce sujet que : « ce problème des origines du tapial est sans doute insoluble, tant en raison de l’ancienneté des techniques de mise en œuvre de la terre, dans l’ensemble des pays riverains de la Méditerranée, qu’en raison de la simplicité qui peut avoir entraîné une découverte des mêmes procédés dans diverses régions sans contact entre elles, ou une “redécouverte”, par contacts inter-régionaux (et ceux-ci sont particulièrement intenses au début de l’époque musulmane), au cours de diverses phases de l’histoire » (Bazzana, 1992 : tome I, 71).

3 Garcés Tarragona et Romano Salas, 2004 : 309.

4 Izquierdo Benito, 2005 : 41.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540