Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Deuxième partie. Construction et formes du bain en al-Andalus

Chapitre V. Différents modèles de ḥammām-s en al-Andalus

Texte intégral

  • 1 Gómez Moreno, 1951 : 257-260 ; Pavón Maldonado, 1990 : 302-305 ; Rivas Rivas, 1982 : 43 ; Grupo de (...)
  • 2 L’ensemble des dimensions des bains (vestiaire, salle froide, intermédiaire, chaude et zone de ser (...)
  • 3 Beaulaincourt et Saladin 1910 ; Marçais, 1926 : 340-344 ; Marçais, 1927 : 558-559 ; Secret, 1942 ;(...)
  • 4 Cette fouille est conduite par R. Messier (Vanderbilt University, Etats-Unis) et A. Fili (universi (...)

1Plusieurs auteurs, dans des articles ou des ouvrages sur des bains andalusī-s, tentent très souvent d’établir une typologie des bains d’al-Andalus. Ils proposent régulièrement des schémas diffusionnistes et considèrent le Bañuelo de Grenade daté du XIe siècle comme un point de référence1. Cependant, de nouvelles données archéologiques permettent de revoir ces hypothèses. Comme nous l’avons montré dans la première partie, on connaît désormais des bains de l’époque émirale qui se présentent sous des configurations distinctes. Seuls les bains d’Oreto-Zuqueca et de la Cárcel San Vicente au IXe siècle constituent les premiers exemples où l’on observe les caractéristiques du futur bain andalusī avec une zone sèche et une zone humide composée de trois salles avec gradation de la chaleur. Nous avons essayé de repérer les différents types de bains qui ont existé en péninsule Ibérique et nous avons établi une liste de modèles à partir de trois critères : la forme du plan du bain, la surface de la zone sèche par rapport à la zone humide et les rapports de surfaces entre les différentes salles du bain2. Cette analyse prend, par ailleurs, en considération les matériaux employés et les décorations mises en place. Enfin, elle compare les formes du bain andalusī aux édifices balnéaires du Proche-Orient et du Maghreb médiéval. Il faut cependant noter que ces derniers n’ont pas fait l’objet de synthèse. Les études sur les ḥammām-s maġribī-s ont pour la plupart été réalisées dans la première moitié du XXe siècle3 et peu de fouilles récentes, mis à part la découverte du bain d’Aġmāt dans les années 20004, permettent de renouveler les données sur ces édifices. Les datations proposées sont donc à prendre avec précaution.

2Huit modèles de ḥammām-s andalusī-s ont ainsi été déterminés (fig. 31). Certaines formes coexistent tout au long de la période islamique et certains plans semblent spécifiques à une ville ou à un espace lors d’une époque donnée. Ce phénomène apparaît clairement lorsque l’on étudie les bains de Cordoue (Xe-XIe siècle), Tolède (Xe-XIe siècle), Jaén (XIe siècle) ou encore de Murcie (XIIe-XIIIe siècle) et Grenade (XIIe-XVe siècle). N’est-ce pas Ibn Ḫaldūn qui précise dans sa Muqaddima au XIVe siècle que

  • 5 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1968 : tome 2, 828.

« chaque ville a son architecture particulière, qui dépend des connaissances et des compétences de ses habitants, de leur fortune et du climat. Tout cela diffère de ville en ville5 ».

3Il convient de remarquer que les bains relèvent d’espaces distincts. Ils sont soit publics et construits dans une ville (madīna) ou un village (qarya), soit privés quand ils sont élevés dans des palais. Au sein des forteresses, ils peuvent être également réservés à la troupe militaire ou à l’administration résidente. Il semble exister, par ailleurs, de petits édifices construits dans des maisons. Les formes diffèrent peu d’un bain privé à un bain public sauf si l’on observe les programmes décoratifs mis en place.

Le modèle de Madīnat al-Zahrā’ (milieu Xe siècle)

  • 6 Vallejo Triano, 2004 : 147.

4Le premier modèle est spécifique à la ville palatine de Madīnat al-Zahrā’ (modèle 1). Ordonnée par le calife ʿAbd al-Raḥmān III, la création ex nihilo de cette nouvelle ville débute en 936. Seuls deux bains ont été mis au jour : le plus grand est associé au Salón Rico, l’espace de réception du calife, tandis que le deuxième a été découvert dans une demeure privée sur la terrasse supérieure (fig. 32). Il serait partagé entre deux maisons dont l’une dite de Ǧaʿfar, personnage proche de ʿAbd al-Raḥmān III6. Ces deux édifices présentent de vastes vestiaires par rapport à la superficie des salles du bain. La zone sèche occupe en effet près des trois quarts de la surface totale dans laquelle évolue le baigneur. La zone humide est restreinte à deux pièces chauffées que l’on interprète comme la salle intermédiaire et la salle chaude. Cette dernière est, par ailleurs, légèrement plus étroite que la précédente. Les salles sont situées les unes à la suite des autres en enfilade. Le parcours du baigneur est donc linéaire et rétrograde.

Figure 31. – Les huit modèles de bains andalusī-s.

Figure 32. – Plans des bains découverts à Madīnat al-Zahrā’ (milieu Xe siècle).

  • 7 Almagro Gorbea, 2002 : 25.

5Par son importance, le bayt al-maslaḫ rappelle l’organisation de l’espace des bains byzantins et omeyyades du Proche-Orient. Si la disposition diffère quelque peu, on retrouve ici la prédominance d’un atrium observé dans les bains byzantins de Bràd (fig. 8) ou d’Halabiyya-Zenobia (fig. 9) suivi d’un complexe de salles parallèles chauffées par hypocauste. À Quṣayr ʿAmra (Jordanie, vers 721-715), Jabal Seis (Syrie, début du VIIIe siècle) ou à Ḥammām al-Saraḫ (Jordanie, première moitié du VIIIe siècle), une petite pièce froide réalise la transition entre un vaste vestiaire et deux salles chauffées par hypocauste (fig. 11). À Madīnat al-Zahrā’, si ce petit espace de transition est inexistant, on retrouve un important bayt al-maslaḫ et deux pièces chauffées par hypocauste. En termes de superficie, les rapports entre la zone sèche et la zone humide sont sensiblement identiques à ceux des bains proche-orientaux. Par ailleurs, d’un point de vue constructif, l’utilisation dans les bains de Madīnat al-Zahrā’de pierres de taille relativement régulières disposées par endroits en boutisse parpaing se rapproche de ce que l’on connaît au Proche-Orient, notamment dans la citadelle omeyyade d’Amman ou encore à Quṣayr ʿAmra (fig. XLI et XLII). En outre, la présence d’un programme décoratif composé de marbre et d’albâtre incisés rappelle les peintures et les stucs des bains proche-orientaux du VIIIe siècle. En revanche, on ne connaît pas de décors de mosaïque dans les bains de Madīnat al-Zahrā’. L’influence semble assez nettement orientale dans ces deux bains califaux7. Le ḥammām pourrait ainsi témoigner de l’orientalisation de la péninsule Ibérique au cours du Xe siècle. Cette prédominance de la zone sèche se retrouvera par la suite au XIVe siècle dans les bains palatins de l’Alhambra.

Le modèle de Cordoue (Xe-XIe siècles)

  • 8 Marfil Ruiz et Penco Valenzuela, 1997 : 96.

6Le second modèle est circonscrit à la ville de Cordoue aux Xe et XIe siècles (modèle 2). Il a pour point de référence le bain de l’alcázar omeyyade daté de l’époque d’al-Ḥakam II8 (961-976) (fig. 33). Un vestiaire représentant environ 40 % de la surface de l’édifice, hors zone de services, est placé perpendiculairement aux trois salles de la zone humide. Ces dernières se présentent sous la forme de nefs contiguës, parallèles les unes aux autres. Elles s’inscrivent dans un rectangle allongé et sont placées en enfilade. Elles s’organisent autour de la pièce intermédiaire qui est élargie et qui peut prendre une forme quasiment quadrangulaire occupant plus de 40 % de la superficie de la zone humide du bain. Le bayt al-wasṭī est construit selon le mode de la cour entourée de galeries latérales délimitées par des séries d’arcs outrepassés et de colonnes sans base. L’espace central est couvert par une voûte en berceau dans le cas de l’alcázar omeyyade de Cordoue.

  • 9 Marfil Ruiz, 1997a : 335-336.
  • 10 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.
  • 11 Marfil Ruiz, 2004 : 61.

7Le parcours proposé au baigneur est en coude et rétrograde. Cette organisation permet de garantir une certaine intimité dans les salles du bain et d’éviter un regard direct depuis le bayt al-maslaḫ. La position dominante de la salle intermédiaire se retrouve dans le bain de San Pedro daté du milieu du XIe siècle. Cette pièce se présente, en effet, sous la forme d’un espace quadrangulaire entouré de galeries latérales. Une voûte en pendentif repose sur une série de trois arcs outrepassés délimitant les galeries9. Le bain de Santa Maria (Xe-XIe siècles) a une organisation similaire avec une pièce intermédiaire quadrangulaire de 7,50 m de côté organisée autour d’un espace central et de galeries adjacentes délimitées par une série de trois arcs outrepassés reposant sur de massives colonnes en pierre10. La zone humide du bain est légèrement plus importante que la zone sèche dans ce type cordouan. Au sein de la zone humide, le bayt al-wasṭī prédomine. La disposition du bayt al-maslaḫ est similaire à celle observée dans le bain de la citadelle d’Amman (Jordanie) datée de l’époque omeyyade (fig. 34). En revanche, la place dominante de la salle intermédiaire apparaît comme une nouveauté dans le bain de l’alcázar. L’élargissement du bayt al-wasṭī permettrait de recevoir davantage de dignitaires invités lors des réceptions omeyyades11. En parallèle, ce modèle semble se diffuser dans l’espace urbain et public de la Cordoue califale.

Figure 33. – Plans des bains de Cordoue (Xe-XIe siècles).

Figure 34. – Plan du bain omeyyade de la citadelle d’Amman (Almagro Gorbea, 1999 : 105).

Le modèle de Tolède (Xe-XIe siècles)

8Un troisième modèle se rencontre dans la ville de Tolède et dans la région jusqu’Al-Balāṭ (modèle 3). Il est spécifique aux Xe et XIe siècles (fig. 35). Le bain se compose des quatre espaces traditionnels – vestiaire, salle froide, salle intermédiaire et salle chaude – inscrits dans une forme de rectangle. La zone sèche représente environ un quart de la surface dans laquelle évolue le baigneur. Le reste de l’espace est occupé par la zone humide divisée en trois modules de dimensions équivalentes. Le vestiaire est placé perpendiculairement aux autres pièces qui prennent la forme de nefs parallèles accolées les unes aux autres. La particularité de ces bains tolédans est la séparation par une cloison de la salle froide ou parfois de la salle intermédiaire. La création de ces deux espaces d’un rapport de 1/3-2/3 permet de bénéficier d’une petite pièce de transition entre le vestiaire et le reste de la zone humide du bain afin de préserver une certaine intimité. Le parcours du baigneur depuis le vestiaire se présente en coude et l’oblige à revenir sur ses pas.

Figure 35. – Plans des bains de Tolède (Xe-XIe siècles).

  • 12 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

9Cette disposition se remarque dans les bains de Yâix, San Sebastián de Suso, Caballel, Ángel et à Al-Balāṭ. Les édifices du Pozo Amargo et de San Sebastián de Yuso présentent la même compartimentation dans la salle intermédiaire. Le placement du vestiaire à la perpendiculaire de la zone humide du bain n’est pas sans rappeler la disposition observée dans l’édifice d’Oreto-Zuqueca daté de la première moitié du IXe siècle (fig. 12). Ce bain présente par ailleurs une salle froide composée d’un espace annexe au nord, malheureusement mal délimité où ont pu se pratiquer des soins du corps12. Si le bain d’Oreto-Zuqueca a été édifié selon la méthode du ṭābiya en maçonnerie de mortier de chaux, les bains de la ville de Tolède sont construits sur le mode de l’appareil tolédan. Les autres édifices balnéaires de la région sont élevés en pierre comme à Vascos et Al-Balāṭ.

Le modèle simple (XIe-XVe siècle)

10Il s’agit du plan le plus diffusé en al-Andalus du XIe au XVe siècle (modèle 4). Les quatre salles – vestiaire, salle froide, salle intermédiaire et salle chaude – prennent la forme de longues nefs parallèles contiguës inscrites dans un rectangle barlong (fig. 36). La zone sèche représente environ un quart de la surface dans laquelle évolue le baigneur ; le reste est occupé par la zone humide. L’axe de passage entre chacune des pièces peut être décalé afin de ne pas provoquer de courants d’air et de préserver une certaine intimité dans les salles de la zone humide du bain. Le parcours du baigneur est linéaire et rétrograde. Des alcôves séparées de l’espace central par des arcs et colonnes sont généralement aménagées aux extrémités des nefs afin également d’offrir de plus petits espaces pour la toilette du baigneur. Les vestiaires de ce type de bain ne sont pas toujours connus ; la forme et l’importance du bayt al-maslaḫ reste donc hypothétique.

  • 13 Fili, Capel et Messier, 2014 : 17.
  • 14 Rivas Rivas, 1982 : 41, 45, 47, 50, 53 et 56.

11Le premier exemple de ce type de configuration remonte au IXe siècle avec le bain de la Cárcel San Vicente (Valence). Bien que les salles soient parallèles dans cet édifice, elles ne sont pas équivalentes en dimensions du fait du réaménagement d’une chapelle wisigothique. Il est à noter qu’un bain similaire à ce modèle a été découvert à Aġmāt, dans l’ancienne capitale des Almohades (fig. XLIII). Daté du Xe siècle, cet édifice en pierre se présente sous la forme de trois nefs parallèles contiguës couvertes de voûtes en berceau auquel est accolé un vestiaire composé de banquettes en brique et d’un bassin central13. En al-Andalus, ce quatrième modèle est reconnu à partir du XIe siècle dans les bains de Segura de la Sierra et de la forteresse d’Alméria. Au XIIe siècle, les édifices d’Elche et de la forteresse d’Alcalá de Guadaíra sont élevés sur ce schéma. À partir du XIIIe siècle et durant toute l’époque nasride, ce plan connaît une faveur particulière, notamment dans la région de Grenade à Churriana de la Vega, probablement à Alfacar ainsi que dans l’ensemble de la zone du Marquesado del Cenete. Dans la province d’Alméria, le bain de Celín se présente sous cette configuration et les vestiges des édifices d’Oria appartiendraient également à cette catégorie. Une grande majorité de ces établissements balnéaires sont édifiés en maçonnerie de mortier de chaux selon le procédé du ṭābiya et leurs nefs sont couvertes par des voûtes en berceau en brique. Dans certaines régions, les constructeurs ont dû profiter de carrières de pierre locales comme dans le Marquesado del Cenete où les murs ont été élevés avec d’épaisses dalles d’ardoise mêlées à de la terre et où les voûtes sont réalisées en brique et dalles d’ardoise14. Ce quatrième modèle connaît une certaine postérité puisqu’au XVIe siècle, le bain morisque de Cogollos de la Vega est encore construit sous ce schéma.

Figure 36. – Plans de bains construits sur le « modèle simple » (XIe-XVe siècles).

Le modèle de Jaén (XIe siècle)

12Il existe, en parallèle, au XIe siècle, un plan élaboré à Jaén dont on retrouve quelques traces au XIIe siècle dans les édifices de Séville (modèle 5). Il s’agit de bains importants en superficie : le bain du Naranjo totalise près de 152 m2 et celui de Villardompardo plus de 270 m2. Ils figurent parmi les plus vastes édifices balnéaires publics d’al-Andalus (fig. 37). Ce type d’établissement présente un vestiaire équivalent à un sixième environ de la surface dans laquelle évolue le baigneur ; le reste est occupé par la zone humide. Cette dernière est composée des trois salles classiques : froide, intermédiaire et chaude. Elle est organisée autour d’un vaste bayt al-wasṭī de forme quadrangulaire qui occupe la moitié de la superficie du bain destinée aux usagers et qui est pourvue d’un hypocauste. Il s’agit de la pièce la plus importante du complexe balnéaire qui, comme dans le type de Cordoue, est ordonnée autour d’un espace central couvert d’une voûte et entouré de galeries latérales délimitées par des séries d’arcs et de colonnes. Les salles ne sont, en revanche, pas placées en enfilade. La dernière pièce est en effet perpendiculaire à celle précédent la salle intermédiaire. Ce type de configuration propose au baigneur un parcours rétrograde en coude. Bayt al-bārid et bayt al-saḫūn sont pourvus d’alcôves individualisées par des arcs aux extrémités des nefs. Par ailleurs, la salle chaude reçoit deux bassins.

  • 15 Marçais, 1950 : 39.
  • 16 Marçais, 1926 : 341.

13Les dimensions du bayt al-wasṭī laissent penser que les usagers doivent profiter de cet espace pour recevoir des soins du corps, le vestiaire et la salle froide étant plus étroits. Il n’existe pas réellement d’antécédent en péninsule Ibérique de ce type d’organisation. En revanche, au Maghreb, dans la ville de Tlemcen, on connaît un édifice daté du XIe siècle appelé « le bain des Teinturiers » ou « ḥammām de Sidi bel-Hasem15 » dont le plan s’organise également autour d’une vaste salle centrale de forme quadrangulaire de 5 m de côté à laquelle sont accolés de manière perpendiculaire bayt al-saḫūn et bayt al-bārid ou bayt al-maslaḫ (fig. 38). Cette pièce est également entourée de quatre galeries et surmontée d’une coupole à huit pans reposant sur des trompes en demi-voûte d’arête16. En al-Andalus, les bains almohades de la Reina Mora ainsi que de García Jofre ont pu être élevés sur ce modèle. Il en est de même, sous réserve, à Palma de Majorque.

Le modèle de Murcie (XIIe-XIIIe siècles)

14Le sixième modèle est particulier à Murcie et est daté des XIIe et XIIIe siècles (modèle 6). Plusieurs bains de cette ville sont apparus partiellement durant des fouilles archéologiques préventives. Seules les salles chaude et intermédiaire ont été mises au jour sans que l’on sache si ces édifices sont pourvus d’une salle froide ou d’un vestiaire ou de ces deux espaces. Nous avons donc établi un modèle de bain murcien d’après les exemples de Madre de Dios et du Trinquete (fig. 39). Ce type de bain s’inscrit dans un rectangle de forme barlong. Il est composé d’une cour-vestiaire quadrangulaire et de deux longues nefs qui correspondent aux salles chaude et intermédiaire. La zone sèche représente environ 45 % de la surface totale dans laquelle évolue le baigneur, l’espace restant est destiné à la zone humide du bain partagé en deux pièces d’environ 40 m2. Le passage entre ces salles peut être décalé et le parcours du baigneur est linéaire et rétrograde. Le vestiaire est organisé autour d’une cour entourée de galeries adjacentes délimitées par quatre piliers massifs. L’ensemble est couvert par des voûtes, la partie centrale a pu être surmontée d’une coupole ou d’une voûte en auge.

  • 17 Meunié et Allain, 1956 : 318.
  • 18 Beaulaincourt et Saladin, 1910 : 229-230 et Marçais, 1927 : 558-559. La mention de la construction (...)
  • 19 Pauty, 1944 : 209.
  • 20 Un bain daté de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle a récemment été mis au jour à Murcie. I (...)

15La configuration du vestiaire n’est pas s’en rappeler celle du bain almoravide de la forteresse de Zagora située au sud-est de Ouarzazate (fig. 38). Il est également composé d’une cour et de galeries délimitées par des piliers. Il est possible que la partie centrale soit dépourvue de couverture solide et que des palmes ou des branchages soient disposés au niveau de la terrasse afin de réguler l’entrée de l’air et de la lumière17. Un petit espace de transition permet d’accéder en coude à la zone humide du bain. On le reconnaît également dans le bain de Madre de Dios. Le vestiaire quadrangulaire à coupole centrale après lequel prennent place les salles humides du bain est observé à Oujda (fig. 40). Il s’agirait d’un bain du XIIIe siècle. Cet édifice est identifié par certains chercheurs au ḥammām évoqué par Ibn Abī Zarʿ dans son Rawḍ al-Qirtās dont la construction aurait été ordonnée par le mérinide Abū Yaʿqūb en 129618. Il existe également deux autres édifices à Salé – le ḥammām de Derb Nekhla et le ḥammām du sūq non datés – dont la disposition des zones sèche et humide est similaire à celle des bains complets de Murcie19. Mises à part ces comparaisons qu’il faudrait préciser en termes de chronologie, il ne semble pas que le type de Murcie connaisse de véritable postérité. Il reste spécifique à la ville et à la période almohade20.

Figure 37. – Plans des bains du « modèle de Jaén » (XIe siècle).

Figures 38. – Plans de bains du Maghreb (XIe-XIIe siècles).

Figure 39. – Plans des bains de Murcie (XIIe-XIIIe siècles).

Figure 40. – Plans de bains du Maghreb mérinide (XIIIe-XVe siècles).

Le modèle de Grenade (XIIe-XVe siècle)

16Le septième modèle de bain apparaît à Grenade à l’époque almohade (modèle 7) et perdure jusqu’au XVe siècle avec quelques variantes (modèle 7bis). Il connaît un développement particulier dans l’enceinte de l’Alhambra. Ce type n’est pas spécifique à la ville de Grenade et se retrouve dans le royaume nasride, de Ronda à Baza jusqu’à Gibraltar (fig. 41). Il s’agit d’un plan dans lequel le vestiaire et la salle intermédiaire sont les deux espaces les plus importants du bain comme s’ils constituaient deux pôles privilégiés. Si, dans certains cas, on ne connaît pas la zone sèche, le bayt al-wasṭī est toujours la pièce la plus large de la zone humide et occupe la moitié de cet espace. Elle est généralement compartimentée par des galeries sur deux, trois ou quatre côtés. Le bayt al-bārid ainsi que le bayt al-saḫūn, sous la forme de nefs, sont accolés à la salle intermédiaire soit en enfilade, soit à la perpendiculaire (7bis). Le parcours est donc linéaire ou en coude. Tout dépend peut-être de la configuration de la parcelle où est construit le bain. Ces pièces comportent par ailleurs à chacune de leurs extrémités des alcôves séparées de l’espace central par des arcs.

  • 21 Terrasse, 1950 : 311-312.
  • 22 Pauty, 1944 : 212.

17Cette disposition a été observée dans les bains des Mercedarias (XIIe-XIIIe siècle), de l’Albaicín (première moitié XIIIe siècle), d’Hernando de Zafra (fin XIIIe -début XIVe siècle ?), de Ronda (fin XIIIe siècle) et de Baza (fin XIIIe siècle). Quand elle existe, la zone sèche approche la forme quadrangulaire ou rectangulaire. Elle peut occuper près de 50 % de l’espace total dans lequel évolue le baigneur, par exemple dans le bain de Comares (début XIVe siècle). Comme dans le type de Murcie, le vestiaire prend la forme d’une cour entourée de galeries latérales surélevées dans lesquelles des banquettes peuvent être aménagées. Ce schéma apparaît dans le bain almohade du XIIe siècle de Qaṣr al-Ṣaġīr (fig. 38). Si la salle intermédiaire est légèrement plus large que les autres pièces de la zone humide, le vestiaire est de forme quadrangulaire et organisé autour d’une cour, de même que dans la forteresse de Zagora. À l’époque mérinide, on observe également des plans semblables à Rabat et Fès dans les bains de Chella, El-Alou et Al-Mokhfiya (fig. 40) datés du XIVe siècle21. On remarque en effet dans ces trois établissements une salle intermédiaire plus large que les autres pièces de la zone humide et un développement particulier du vestiaire qui est organisé autour d’une cour couverte d’une petite coupole centrale. Certains bayt-s al-maslaḫ des bains du Bañuelo, de Ronda et de Baza n’étaient peut-être pas entièrement couverts et l’espace au centre a pu recevoir dans ce cas, selon les saisons, palmes ou branchages au niveau de la terrasse supérieure comme dans le complexe balnéaire de la forteresse almoravide de Zagora. Le vestiaire à cour ouverte est, par ailleurs, attesté à Fès à l’époque mérinide22.

Figure 41. – Plans des bains de la ville et de la région de Grenade (XIIe-XVe siècle).

  • 23 Vallejo Triano, 1987 : 149.
  • 24 Vílchez Vílchez, 2001 : 57.
  • 25 Ibid. : 53.
  • 26 Terrrasse, 1950 : 317-318.

18Au milieu du XIVe siècle, la forme du bayt al-maslaḫ connaît un développement particulier au sein des palais de l’Alhambra (fig. 42). En effet, dans le bain de Comares, le vestiaire organisé comme une cour est complété par un second niveau et est surmonté d’une tour lanterne probablement sous le règne de Yūsuf Ier (1333-1354). L’ensemble de l’espace bénéficie d’une décoration foisonnante de yeserías, d’alicatados et de plafonds en bois sculpté. Une telle attention portée au bayt al-maslaḫ ainsi qu’à son décor rappelle les vastes vestiaires des bains de Madīnat al-Zahrā’et notamment celui du Salón Rico pourvu d’un escalier menant au Patio de los Relojes au niveau de la terrasse supérieure23. Cette nouveauté architecturale – ou réappropriation d’époque omeyyade ? – est rapidement imitée notamment dans le palais des Abencerrajes où le petit bain construit à la fin du XIIIe siècle est détruit pour laisser place à un vaste complexe pourvu d’un vestiaire sur le modèle de Comares24. Il en est de même dans l’établissement du Polinario qui connaît vers le milieu du XIVe siècle un réaménagement de son bayt al-maslaḫ alors équipé d’une tour lanterne25. Il est probable que les bains des palais de San Francisco et du dār al-ʿArūša soient organisés selon ce modèle. Il est à noter que le ḥammām d’Al-Mokhfiya de Fès daté du milieu du XIVe siècle présente comme le bain de Comares une riche décoration constituée de stucs et de plafonds en bois sculpté dans le bayt al-maslaḫ ainsi que de zelliges dans la zone humide26. Étant donné la proximité des techniques des décors rencontrés, il est possible que des échanges d’artisans et de savoir-faire aient lieu à cette époque entre les deux rives de la Méditerranée.

Les petits bains privés (IXe-XVe siècle)

  • 27 Golvin, 1965 : 62-63.

19Un dernier modèle, celui des bains privés, a été identifié de l’époque califale au XVe siècle (modèle 8). Ces édifices balnéaires réduits à l’essentiel commencent à être documentés (fig. 43). Ils sont composés d’un vestiaire et d’une salle chaude de moins de 6 m2. Le bayt al-saḫūn est pourvu d’un hypocauste relié à une étroite zone de services dont le four peut être surmonté d’une chaudière. Ce modèle se rencontre à partir de l’époque califale à Cordoue dans une maison privée du faubourg ouest puis au XIe siècle dans la forteresse d’Albarracín et enfin au XIIe siècle dans l’une des résidences de la forteresse almohade de Silves. Un type de bain assez semblable est connu au Maghreb dans la Qalʿā des banū Hammād au sein du Qaṣr al-Baḥr27 (début XIe siècle). Un édifice balnéaire est apparu composé d’une unique salle chaude sur hypocauste précédé d’un petit espace intermédiaire de transition et d’un vestiaire (fig. 38). En al-Andalus, ce modèle prend place au sein de demeures privées comme à Cordoue et dans la maison de Polo de Medina à Murcie au XIIIe siècle.

  • 28 Vílchez Vílchez, 2001 : 37.

20Il est probable que ce type de bain ait été construit dans les palais de l’Alhambra à l’époque nasride. Le premier petit complexe balnéaire des Abencerrajes (fin XIIIe siècle) a pu être ordonné selon ce schéma ainsi que l’édifice repéré au n ° 53 de la rue royale. Dans la partie forteresse de l’Alhambra, il subsisterait une petite pièce sur hypocauste associée à une cour pourvu d’un bassin central dans la demeure principale28. Elle évoque également ce modèle simple réservé à un nombre restreint de baigneurs.

  • 29 Ibid. : 61-62.
  • 30 Ibid. : 62-63.

21Dans la zone du Secano, à l’intérieur d’une résidence que l’on interprète comme celle du fonctionnaire en charge d’administrer les biens de l’émir, une salle chaude sur hypocauste pourvue de bassins aurait été reconnue29, de même que dans le Generalife30. Mis à part les exemples de la forteresse nasride, ce type de bain est encore mal connu en al-Andalus mais il ne doit pas être absent des demeures privées appartenant à de riches individus. Le lettré Ibn Saʿīd mentionne des bains lorsqu’il décrit des palais de notables almohades à Marrakech :

  • 31 Ce texte a été compilé au XIVe siècle par Al-ʿUmarī (Al-ʿUmarī par Gaudrefroy-Demombynes, 1927 : 1 (...)

« Chacun de ces palais (quṣūr) est indépendant […], il a ses habitations (diyār), ses jardins (basātīn) et son bain (ḥammām), ses écuries (iṣṭablāt), ses eaux (miyāh) etc., de sorte que le maître du logis ferme sa porte sur ses domestiques, sur ses proches et sur toute chose dont il a besoin31. »

Figure 42. – Plans des bains de l’Alhambra (XIIIe-XVe siècle).

Figure 43. – Plans des petits bains privés (IXe-XVe siècles).

  • 32 Clapés Salmoral, 2013 : 110-111.
  • 33 Fuertes Santos, 2007 : 58.

22Le ḥammām peut prendre place dans de vastes maisons particulières et atteste un niveau de confort. Le bain mis au jour dans une maison du faubourg occidental de Cordoue est la seule structure balnéaire reconnue dans cette zone résidentielle. Il a été construit lors de l’agrandissement de la maison à l’époque califale32. Les fouilles du quartier califal de Cercadilla ont mis au jour à l’est du secteur un ensemble de maisons dont l’une est équipée d’un petit bain composé d’une salle chaude sur hypocauste et d’un vestiaire33. Ces structures apparaissent sans doute dans les résidences de riches personnages et étant donné leurs dimensions restreintes, il ne semble pas qu’ils soient partagés.

*

23L’étude des différents types de bains andalusī-s révèle la diversité des modèles. Ils sont variables d’une région à une autre et peuvent coexister à une même période tout en connaissant de longues occupations. Les choix architecturaux envisagés semblent dans tous les cas converger vers la conservation d’une certaine intimité. Les parcours en coude et la présence de portes évitent les regards directs. Il existe également des alcôves aménagées aux extrémités des nefs qui offrent aux baigneurs de plus petits espaces pour réaliser la toilette. Dans les bains de Tolède, une pièce de transition dans la salle froide participe sans doute à la préservation de cette intimité. Les espaces balnéaires sont partiellement éclairés et la vapeur renforce cette atmosphère intimiste.

24L’analyse des plans des bains d’al-Andalus permet de définir les caractères architecturaux de chacune des salles. Chaque pièce du complexe dispose d’éléments spécifiques qui permettent de l’identifier. L’usage de l’hypocauste est réservé principalement au bayt al-saḫūn où l’on trouve un ou deux bassins. Dans cette salle, le baigneur sue intensément et peut s’asperger avec l’eau des vasques à sa disposition. Le bayt al-wasṭī prend place entre la salle froide et la salle chaude, d’où son appellation de salle intermédiaire. Quand il est de grandes dimensions, il peut être chauffé par un hypocauste à canaux comme le bayt al-saḫūn. Le bayt al-wasṭī comporte rarement des bassins et présente régulièrement des alcôves ou des galeries au sein desquelles les baigneurs peuvent se retirer. Des structures en bois ont pu être installées dans ces espaces afin que le personnel associé au bain comme les barbiers et les masseurs puissent exercer. La salle froide apparaît comme l’espace le plus difficile à caractériser dans le complexe balnéaire. Il s’agit de la première salle de la zone humide mais elle ne comporte pas d’élément remarquable mise à part une forme exclusive de nef. Des alcôves peuvent être aménagées aux extrémités de la pièce et on y trouve parfois des bancs maçonnés. Il semble que cette salle remplisse la fonction de transition pour le baigneur entre la zone sèche et la zone humide et qu’elle peut parfois être confondue avec le vestiaire quand le nombre de salles est inférieur à quatre. Le bayt al-maslaḫ est plus simple à identifier car il s’agit du premier espace du complexe balnéaire. Représentant la zone sèche, il comporte des bancs pour que les baigneurs puissent se dévêtir et se reposer après le bain. Une vasque centrale prend place dans les larges vestiaires de l’époque nasride. Dans les forteresses et palais, cet espace est complété par une installation sanitaire de type latrines.

25Par ailleurs, il est intéressant de remarquer qu’en parallèle de l’usage du modèle simple, il existe plusieurs types de bain dans lesquels le vestiaire ou la salle intermédiaire sont élaborés autour d’une cour disposant d’un espace central bordé de galeries qui peut être pourvu d’une vasque ou d’un bassin. Cette forme architecturale se retrouve dans toute l’architecture islamique de l’époque médiévale que ce soit dans la maison ou dans l’espace religieux. Elle est ici adaptée au bain et couverte en son centre par une voûte. Cette configuration utilisée dans les bayt al-maslaḫ et bayt al-wasṭī nous amène à penser que ces deux espaces sont particulièrement privilégiés dans les bains d’al-Andalus. L’un ou l’autre constitue le pôle de l’édifice, là où les baigneurs se retrouvent plus longuement et reçoivent des soins. À l’époque nasride, il se réalise une synthèse puisque bayt al-maslaḫ et bayt al-wasṭī sont les deux espaces les plus importants de l’édifice. Cet agrandissement n’est peut-être pas sans rapport avec l’arrivée massive de réfugiés chassés des terres chrétiennes. Dans les bains des palais de l’Alhambra, ces espaces reçoivent une décoration particulièrement riche et foisonnante. Elle n’est d’ailleurs pas sans rappeler la configuration des bains de la ville palatine de Madīnat al-Zahrā’ de l’époque omeyyade.

Notes

1 Gómez Moreno, 1951 : 257-260 ; Pavón Maldonado, 1990 : 302-305 ; Rivas Rivas, 1982 : 43 ; Grupo de Estudio « Urbanismo Musulmán », 1989 : 50 ; Vílchez Vílchez, 2001 : 28.

2 L’ensemble des dimensions des bains (vestiaire, salle froide, intermédiaire, chaude et zone de services) du corpus est relevé dans le tableau III. Précisons par ailleurs qu’il nous semble important de prendre en compte dans cette étude la zone sèche du bain car elle constitue un espace à part entière qui peut être mis en valeur. J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo exclut le vestiaire dans leur proposition typologique (Navarro Palazón et Jiménez Castillo, 2009 : 97). Celle-ci nous paraît donc partielle car malgré des données lacunaires, on connaît les zones sèches d’un grand nombre de bains.

3 Beaulaincourt et Saladin 1910 ; Marçais, 1926 : 340-344 ; Marçais, 1927 : 558-559 ; Secret, 1942 ; Pauty 1944 ; Marçais 1950 ; Terrasse 1950 ; Meunié et Allain 1956. Notons également les fouilles des années 1950 publiées plus tardivement : Golvin, 1965 ; Redman, Anzalone et Rubertone, 1977-1978 et Redman, 1986.

4 Cette fouille est conduite par R. Messier (Vanderbilt University, Etats-Unis) et A. Fili (université El-Jadida, Maroc) : Fili, Capel et Messier, 2014.

5 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1968 : tome 2, 828.

6 Vallejo Triano, 2004 : 147.

7 Almagro Gorbea, 2002 : 25.

8 Marfil Ruiz et Penco Valenzuela, 1997 : 96.

9 Marfil Ruiz, 1997a : 335-336.

10 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.

11 Marfil Ruiz, 2004 : 61.

12 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

13 Fili, Capel et Messier, 2014 : 17.

14 Rivas Rivas, 1982 : 41, 45, 47, 50, 53 et 56.

15 Marçais, 1950 : 39.

16 Marçais, 1926 : 341.

17 Meunié et Allain, 1956 : 318.

18 Beaulaincourt et Saladin, 1910 : 229-230 et Marçais, 1927 : 558-559. La mention de la construction du bain : Ibn Abī Zarʿ par Huici Miranda, 1964 : 704.

19 Pauty, 1944 : 209.

20 Un bain daté de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle a récemment été mis au jour à Murcie. Interprété comme mudéjar, cet édifice se présente sous la forme du modèle simple avec un vestiaire placé de manière perpendiculaire par rapport à la zone humide et ne correspond en rien au modèle de Murcie qui semble réellement d’époque almohade (Rubio Egea et Bellón Aguilera, 2013 : 269).

21 Terrasse, 1950 : 311-312.

22 Pauty, 1944 : 212.

23 Vallejo Triano, 1987 : 149.

24 Vílchez Vílchez, 2001 : 57.

25 Ibid. : 53.

26 Terrrasse, 1950 : 317-318.

27 Golvin, 1965 : 62-63.

28 Vílchez Vílchez, 2001 : 37.

29 Ibid. : 61-62.

30 Ibid. : 62-63.

31 Ce texte a été compilé au XIVe siècle par Al-ʿUmarī (Al-ʿUmarī par Gaudrefroy-Demombynes, 1927 : 179).

32 Clapés Salmoral, 2013 : 110-111.

33 Fuertes Santos, 2007 : 58.

Table des illustrations

Légende Figure 31. – Les huit modèles de bains andalusī-s.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Figure 32. – Plans des bains découverts à Madīnat al-Zahrā’ (milieu Xe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Figure 33. – Plans des bains de Cordoue (Xe-XIe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Figure 34. – Plan du bain omeyyade de la citadelle d’Amman (Almagro Gorbea, 1999 : 105).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Figure 35. – Plans des bains de Tolède (Xe-XIe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende Figure 36. – Plans de bains construits sur le « modèle simple » (XIe-XVe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 37. – Plans des bains du « modèle de Jaén » (XIe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Légende Figures 38. – Plans de bains du Maghreb (XIe-XIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Légende Figure 39. – Plans des bains de Murcie (XIIe-XIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Figure 40. – Plans de bains du Maghreb mérinide (XIIIe-XVe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Légende Figure 41. – Plans des bains de la ville et de la région de Grenade (XIIe-XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Figure 42. – Plans des bains de l’Alhambra (XIIIe-XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende Figure 43. – Plans des petits bains privés (IXe-XVe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44634/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540