Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Deuxième partie. Construction et formes du bain en al-Andalus

Chapitre IV. Les modules constructifs du bain

Texte intégral

1L’étude des modules constructifs du bain permet de comprendre l’organisation générale de l’édifice et peut aider à cerner les pratiques des constructeurs. En effet, ces derniers ont pu préférer employer certains matériaux ou mettre en place des formes architecturales différentes. Ces choix sont sans doute liés à des pratiques locales, à l’existence de carrières ou d’ateliers particuliers. Ils peuvent aussi être la conséquence de la volonté d’un riche commanditaire. Ce catalogue des éléments balnéaires a été réalisé à partir des données archéologiques publiées et d’observations in situ. Par ailleurs, afin de préciser le fonctionnement du système four-hypocauste et chaudière, nous avons examiné comment s’organisent aujourd’hui les zones de services de certains ḥammām-s marocains dans une perspective ethno-archéologique.

Les éléments « primaires »

2Cette première catégorie englobe la structure générale du bain : les murs porteurs, les supports de type colonnes et arcs ainsi que la couverture de l’édifice. Il s’agit du « gros-œuvre » de l’établissement balnéaire.

Murs et éléments de support

3Quatre types de construction de murs ont été déterminés : les murs en maçonnerie de mortier de chaux, les murs en pierre, les murs en brique et les murs en « appareil tolédan ».

Murs en maçonnerie de mortier de chaux

  • 1 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 569-575.

4Plus de la moitié des bains de notre inventaire présente des murs en maçonnerie de mortier de chaux. Ceux-ci sont édifiés selon la technique du ṭābiya nommée tapial en castillan. De la même manière que les murs en pisé, ils sont édifiés à partir d’un système de coffrage1. Ibn Ḫaldūn dans sa Muqaddima décrit le procédé du ṭābiya pour les murs en terre, identique aux maçonneries de chaux :

  • 2 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1978 : 829-830.

« On peut aussi construire […] en prenant un coffrage en bois, dont les dimensions varient selon les régions, mais sont en général de quatre coudées sur deux. On dresse ces planches sur les fondations, en les espaçant à une distance convenable. Elles sont reliées à des traverses en bois assujetties avec des cordes ; on ferme le tout avec deux autres petites planches. Puis, dans ce coffrage, on verse un mélange de terre et de chaux, spécialement préparé à cet effet. On en ajoute encore, jusqu’à ce que le vide soit tout à fait comblé. La terre et la chaux sont devenues comme une seule substance. Ensuite, on place deux autres planches de la même façon et l’on prépare le mélange de chaux et de terre. On dresse alors un nouveau coffrage vertical, jusqu’à ce que mur entier soit construit, comme s’il était d’une seule pièce. Ce procédé s’appelle le ṭābiya et le maçon qui l’applique se nomme ṭawwāb2. »

  • 3 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 569.
  • 4 Ibid. : 570.
  • 5 Aguilar Moya, 1999 : 140. Il serait à cet égard intéressant de réaliser des relevés systématiques (...)

5Le principe élémentaire du ṭābiya repose donc sur la mise en place d’un coffrage, nommé lūḥ dans l’Occident musulman3. Il est réalisé à partir de planches de bois et sert à mouler le mur (fig. 24). Les constructeurs choisissent de longues planches disposées verticalement accolées les unes aux autres jusqu’à une certaine hauteur et délimitent un caisson. Ils remplissent l’intérieur d’un mélange de matériaux qui se tasse au fur et à mesure. Une légère distance de l’ordre de 3 mm sépare les planches les unes des autres de façon à ce que l’eau contenue dans le mélange puisse s’évacuer naturellement et ne soit pas absorbée par les planches de bois4. Dès que cette partie de mur est sèche, le coffrage est démonté et est réutilisé. Le mur est ainsi constitué de plusieurs caissons qui s’empilent les uns sur les autres. On remarque souvent la trace des trous de boulins et la limite des coffrages employés. Les articles relatifs aux fouilles ne précisent pas toujours la largeur et la hauteur des caissons mais on peut imaginer qu’il existe des dimensions standards selon les régions comme le précise Ibn Ḫaldūn. À Jérez de la Frontera, les caissons de tapial présentent des mesures identiques à celles que l’on trouve dans d’autres édifices de la ville, de 2,60 m de long sur 0,85-0,90 de haut avec des trous de boulin de 0,16 m de diamètre5. Ces dimensions peuvent être prescrites par le muḥtasib comme le précise Ibn Ḫaldūn dans son traité de ḥisba au XIIe siècle :

  • 6 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 74.

« L’épaisseur de chaque pan de maçonnerie de la façade ne devra pas être inférieure à deux empans et demi. Les recommandations qui précèdent feront l’objet de prescriptions du cadi et du muhtasib auprès des maîtres d’œuvre et des maçons6. »

Figure 24. – Schéma idéal des éléments qui interviennent dans le procédé de construction des murs en ṭābiya(Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : fig. 1). A : planches ; B : maintien vertical ; C : maintien horizontal (traverses) ; D : tête du coffrage : E : cordes ; F : coffre de maçonnerie ; G : caisson achevé ; H : pierres de taille (fondations).

  • 7 Fuertes Santos et al., 2007 : 194.
  • 8 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206-207.
  • 9 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.
  • 10 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.
  • 11 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.
  • 12 Aranciaba Román, 2003 : 109.

6La construction de murs en maçonnerie de mortier de chaux dans les bains est une solution assez simple qui est largement employée pour les murs porteurs et les cloisons internes durant toute la période islamique dans la péninsule Ibérique. Les premiers exemples remontent au IXe siècle où l’on trouve des murs en maçonnerie de mortier de chaux construits sur des fondations en pierre dans les bains de Cercadilla à Cordoue7 et à Oreto-Zuqueca8. À l’époque nasride, ce matériau et ce procédé de mise en œuvre sont toujours utilisés à Baza9 et à Churriana de la Vega10 dans la région de Grenade. La maçonnerie de chaux est en effet particulièrement adaptée aux bains. Il s’agit d’un matériau très solide, dur et compact, résistant à de fortes amplitudes thermiques. L’épaisseur des murs permet d’isoler les différentes pièces et d’éviter les pertes de chaleur notamment dans le bayt al-saḫūn. Une ou deux couches d’enduit renforceront l’étanchéité de la pièce. En outre, il s’agit probablement d’un matériau peu coûteux et assez facile à élever. Il suffit de disposer de chaux, de sable et de petites pierres récupérées puis mélangés à de l’eau pour construire des murs. Ils sont parfois élevés directement sur la roche-mère comme dans le bain de la forteresse d’Alcalá de Guadaíra11 (XIIe siècle) ou s’appuient sur des fondations de pierres liées à du mortier comme à Celín (Alméria, XIIIe siècle). L’édifice nasride de Buenavista à Malaga présente des murs en maçonnerie de chaux élevés sur de solides fondations en pierre associées à des briques12.

  • 13 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 586-587.
  • 14 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 332 ; Castaño Blázquez et Jiménez Castillo, 2004 : 541 (...)
  • 15 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 586.
  • 16 Torres Balbás, 1952b : 437.
  • 17 Torres Balbás, 1945b : 404.
  • 18 Aguilar Moya, 1999 : 140.
  • 19 Azuar Ruiz et al., 1995 : 126.
  • 20 Aranciaba Román, 2003 : 108.
  • 21 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.
  • 22 Ibidem.
  • 23 Mileto et Vegas, 2003 : 214.

7P. Gurriarán Daza et Á. Saéz Rodríguez notent qu’il existe deux types de maçonnerie de chaux : l’une « gruesa » et l’autre « de grano fino13 ». Dans la première, une grande quantité de gravats, galets et parfois de pierres est ajoutée au mélange de base tandis que la seconde se compose uniquement de chaux, sable et petites inclusions. À Murcie dans les bains de San Lorenzo et de San Nicolás, en plus de la chaux, du sable et des petites pierres, des gravats ont été ajoutés dans le mortier14. Ils permettent d’élever des murs plus rapidement15. C’est également le cas dans le bain de Madre de Dios à Murcie où L. Torres Balbás a observé des murs composés de galets de rivière16. Il semble que le bain de la forteresse de Malaga (XIe siècle) soit élevé en murs de maçonnerie de chaux dans lesquels sont inclus des galets17 probablement récupérés dans les alentours. Il en va de même dans la forteresse de Jérez de la Frontera18 (XIIe siècle). À Elche, les murs porteurs du bain contiennent également des galets parfois de grandes dimensions mais aussi de la terre et le tout est revêtu par un enduit19. On trouve, en parallèle, des édifices élevés dans une maçonnerie de chaux « de grano fino » comme à Malaga dans le bain de Buenavista20, à Churriana de la Vega21 ou encore à Alméria dans le ḥammām de la Tropa et à Celín. Ces maçonneries sont parfois associées à d’autres matériaux comme la brique. Trois rangées de brique séparent, par exemple, les caissons de maçonnerie de chaux « de grano fino » à Churriana de la Vega22 et dans le bain d’Hernando de Zafra à Grenade (XIIe-XIIIe siècles). Des briques sont posées sur le dernier caisson et elles constituent le support de la couverture voûtée23.

Murs en brique

  • 24 Gallego Roca, 1986 : 26.
  • 25 On sait par Al-ʿUmarī (m. 1337) qu’il existe dans la ville de Grenade une porte des briquetiers ou(...)

8Un cinquième des bains dont nous connaissons la nature des élévations présente des murs en brique. Ces murs sont parfois associés à des maçonneries de mortier de chaux comme observé dans le Bañuelo de Grenade où les briques sont disposées en boutisse parpaigne. Dans le bain de la forteresse d’Almuñécar, de fines parois de brique constituent les cloisons qui sont collées contre les maçonneries de mortier de chaux. Les autres bains connus construits en brique sont édifiés à la fin du XIIIe siècle comme à Ronda et plus particulièrement aux XIVe et XVe siècles dans l’Alhambra où des complexes sont entièrement élevés en brique. Il s’agit des bains de l’alcazaba, du palais des Abencerrajes (fig. III), de San Francisco et du Polinario. Dans le palais des Abencerrajes, le ḥammām est édifié en brique disposée en carreau et boutisse (fig. IV). Selon les archéologues, la construction est assez médiocre24. L’ensemble des murs est, en effet, destiné à être revêtu d’alicatados et probablement d’un enduit décoratif dans les parties supérieures. Il n’est pas impossible que le bain de Comares soit partiellement édifié en brique, notamment dans la salle froide où l’alcôve orientale est dépourvue de décoration. Elle laisse entrevoir une structure de brique associée à une maçonnerie en mortier de chaux sur lequel est plaqué le revêtement céramique (fig. V). Les murs en brique semblent typiques de l’époque nasride mais cet usage est circonscrit à l’Alhambra. On connaît, en effet, des bains à la même époque élevés en maçonnerie de chaux comme à Baza ou à Churriana de la Vega. Des briquetiers ont donc dû œuvrer pour la forteresse et d’importants ateliers devaient exister dans la Grenade nasride25.

Murs en pierre

  • 26 Rosselló Bordoy, 1956 : 16.

9Moins de un cinquième des bains dont nous connaissons la nature des élévations présente une construction en pierre. Il faut distinguer les bains construits en pierre de taille appareillée et ceux élevés en maçonnerie de pierre plus rustique. Les informations relatives aux blocs employés ne sont pas toujours très précises quant à l’origine géologique des pierres utilisées. Les bains de l’époque califale de l’alcázar de Cordoue et de la ville de Madīnat al-Zahrā’sont édifiés en blocs de pierre relativement bien taillés et appareillés, disposés en assises horizontales, parfois en boutisse parpaing. Les murs sont ensuite enduits d’un revêtement décoratif ou d’un placage en marbre comme dans l’établissement balnéaire du Salón Rico (fig. VI). Le mode constructif se rapproche de ce que l’on connaît dans les bains omeyyades du Proche-Orient datés du VIIIe siècle comme à Quṣayr ʿAmra ou dans la forteresse d’Amman (fig. VII). Dans le cadre palatin omeyyade, la structure interne du bain fait l’objet d’une solide construction qui reçoit un placage décoratif. Dans le reste d’al-Andalus, on connaît relativement peu de bains construits en pierre mis à part à Vascos et à Palma de Majorque. Dans le premier cas, l’édifice est élevé avec la pierre locale taillée sous la forme de solides moellons de 0,30 à 0,40 m de longueur sur 0,30 m de hauteur qui alternent avec des assises de pierres de 0,20 m de côté liées les unes aux autres par du mortier. Les murs sont ensuite enduits d’un revêtement à base de chaux. Ce mode constructif est mis en œuvre par les constructeurs de la petite ville omeyyade dans le bain et dans d’autres constructions. À Palma de Majorque, l’unique salle du bain présente à l’extérieur un mur de pierres locales de grès blanc appelé marès26 relativement bien appareillé dans sa partie haute. Il repose sur un premier mur de tapial dont on retrouve les traces à l’intérieur du bain. Enfin, les bains du Marquesado del Cenete sont construits à partir de dalles d’ardoise et de terre ; certaines parties comme les angles et les arcs sont renforcées par un mortier composé de sable et de chaux.

L’appareil tolédan

  • 27 Passini et al., 1997 : 214.
  • 28 Delgado Valero, 1987 : 396.
  • 29 Passini, 2010 : 218.
  • 30 Passini, 1995 : 39.
  • 31 Barrio Aldea, 2006 : 92-98.

10Enfin, localisés dans la région de Tolède, des bains présentent un « appareil tolédan », c’est-à-dire un appareil mixte composé de moellons de pierres alternant avec une ou deux rangées de brique. Ils constituent seulement un dixième des édifices dont on connaît la nature des élévations. Ce type de mur a été repéré dans le bain de San Sebastián de Suso (fin Xe-début XIe siècle) au sud de Tolède (fig. VIII). Des assises de pierres calibrées de 0,15 à 0,20 m de côté sont encadrées par des rangées d’une ou deux briques disposées en boutisse. Il en est de même dans le bain voisin où des moellons de pierres de 0,30 m de haut alternent avec un niveau de brique27. Une disposition similaire est signalée dans le bain de Ángel28 (fin Xe-début XIe siècle), à l’intérieur des murailles de la ville de Tolède et dans le bain de bāb al-Mardūm29. Dans l’établissement balnéaire du Pozo Amargo (XIe siècle), cet appareillage mixte se retrouve avec des moellons de schiste dont l’épaisseur varie de 0,23 à 0,35 m de hauteur entre deux lits de brique30. Dans le bain de Yâix (fin Xe début XIe siècle), la même composition a été observée. Les briques y sont disposées en boutisse31.

Galeries, colonnes et chapiteaux

Figure 25. – Série d’arcs plein cintre légèrement outrepassés délimitant les galeries du bayt al-wasṭī du bain de Villardompardo (Jaén, XIe siècle).

  • 32 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.
  • 33 Torres Balbás, 1952b : 436-437.
  • 34 Vílchez Vílchez, 2001 : 35-36.
  • 35 Gómez González et Vílchez Vílchez, 1986 : 547-549.
  • 36 Aguayo et al., 1999 : 81-83.
  • 37 Torres Balbás, 1942 : 207.

11Colonnes, chapiteaux et arcs sont placés après l’élévation des murs porteurs s’ils soutiennent des voûtes dans les bayt-s al-maslaḫ ou bayt-s al-wasṭī. Il ne s’agit donc pas seulement d’éléments décoratifs mais également de supports internes à la structure du bain. Les galeries apparaissent dans les salles intermédiaires ou dans les vestiaires. Elles permettent de rythmer l’espace général de la pièce et d’agencer de petites zones. Ces galeries sont formées de séries d’arcs et de colonnes qui supportent la voûte centrale de la salle. L’arc outrepassé est majoritairement choisi dans les galeries des bains comportant de large vestiaire ou une large salle intermédiaire. Cette configuration est repérée dès le Xe siècle dans le bayt al-wasṭī du bain de l’alcázar de Cordoue et dans les établissements publics de Santa María32 et de San Pedro. Au XIe siècle, le bain de Villardompardo à Jaén présente une organisation similaire (fig. 25). À Palma de Majorque, les arcs outrepassés en brique des galeries reposent sur des chapiteaux et des colonnes en pierre et en marbre. Dans l’espace des galeries, des arcs-doubleaux de forme outrepassée soutiennent les voûtes en berceau latérales. Il en est de même dans le Bañuelo où des arcs surbaissés ont été repérés aux angles des galeries. L’ensemble de la salle intermédiaire est délimité sur trois côtés par des séries de trois arcs légèrement outrepassés en brique (fig. IX). Dans le bain de Madre de Dios, L. Torres Balbás signale un schéma identique au niveau du vestiaire33. La disposition est similaire dans les établissements de l’Albaicín34 (première moitié du XIIIe siècle) et de Mercedarias35 (XIIe -XIIIe siècle). L’usage de l’arc outrepassé dans les vestiaires et salles intermédiaires est continu à l’époque nasride dans les édifices publics de Ronda36, Gibraltar37 et de l’Alhambra. Le bain de Comares présente une salle intermédiaire avec deux séries d’arcs outrepassés légèrement brisés formant deux galeries de chaque côté de la pièce (fig. X).

  • 38 Ramírez de Arellano, 1983 : 132-133.
  • 39 Gómez Moreno González, 1982 (rééd.) : 415.
  • 40 Marfil Ruiz, 2004 : 61.
  • 41 Vallejo Triano, 2004 : 147.
  • 42 Vílchez Vílchez, 2001 : 34.
  • 43 Ibid. : 36.
  • 44 Ibid. : 34.

12La plupart des colonnes de galeries ou d’alcôves sont en pierre et en marbre. Les colonnes sont employées sans base mais sont toujours pourvues d’un chapiteau, élément essentiel qui permet de répartir la poussée des voûtes et des arcs. Les chapiteaux des bains d’al-Andalus proviennent parfois de remplois de l’époque romaine ou wisigothique voire de certaines périodes andalusī-es. L’établissement cordouan de Santa María (Xe-XIe siècle) présente un remploi byzantin38. Un chapiteau romain d’ordre corinthien a été observé dans le Bañuelo39 et un chapiteau composite du Ve siècle a été retrouvé dans le bain almohade d’Hernando de Zafra (fig. XI). Les chapiteaux d’époque califale en marbre sont utilisés dans les édifices de l’alcázar omeyyade de Cordoue40 et de la ville palatine de Madīnat al-Zahrā’41. Ils font également l’objet de remplois dans des établissements postérieurs comme dans le bain de Palma de Majorque (premier quart XIIe siècle), du Bañuelo (fig. XXI), des Mercedarias42, d’Hernando de Zafra et de l’Albaicín43. Des chapiteaux almohades ont été reconnus dans les bains des Mercedarías44 (fig. XII) et d’Hernando de Zafra à Grenade. Ils seraient contemporains de la construction de ces édifices. Dans les bains de Comares et du Polinario, des chapiteaux classiques de l’époque nasride ont été observés dans les zones sèche et humide (fig. X). Rares sont les édifices qui présentent des colonnes et des chapiteaux en brique comme le bain nasride de Ronda. Dans sa salle intermédiaire, des chapiteaux en brique sont installés sur des colonnes à six pans sur une base quadrangulaire. Elles sont associées à d’autres colonnes en pierre et probablement à des chapiteaux remployés (fig. XIII).

Les couvertures

  • 45 Izquierdo Benito, 1999 : 22-23.
  • 46 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 172.

13Les salles de la zone humide du bain reçoivent des voûtes de plusieurs types : berceau, arc-de-cloître, arêtes ou coupole. Un même espace peut d’ailleurs être couvert par différentes voûtes. C’est le cas des vastes salles intermédiaires dont le voûtement spécifique de l’espace central diffère de celui des galeries adjacentes et des alcôves. La documentation archéologique ne permet pas de connaître précisément la couverture des zones de services. Elles reçoivent sans doute une toiture de tuiles comme à Vascos45. À Baza, des traces de poutres ont été repérées dans la pièce du four. Elles laissent supposer l’existence d’une toiture46, mais il n’est pas exclu que certaines zones de services ont pu être en partie dépourvues de couverture.

Voûtes en berceau

  • 47 Delgado Valero, 1987 : 394-402.
  • 48 Passini et al., 1997 : 203-210.
  • 49 Ibid. : 190.
  • 50 Barrio Aldea, 2006 : 92-98.
  • 51 Marfil Ruiz, 2004 : 62.
  • 52 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.
  • 53 Marfil Ruiz, 1997a : 335.
  • 54 Passini, 1995 : 41-43.
  • 55 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 42-52 et Berges Roldán, 1989 : 77-108.
  • 56 Aguilar Moya, 1999 : 140-141.
  • 57 Valor Piechotta, 2008 : 156.
  • 58 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.
  • 59 Ibid. : 36.
  • 60 Ramírez Águila, 1990 : 104-105.
  • 61 Torres Balbás, 1952b : 436.
  • 62 Gómez Moreno, 1951 : 265.
  • 63 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 190.
  • 64 García Sauco Belendez et Santamaria Conde, 1984 : 391.
  • 65 Rivas Rivas, 1982 : 43.
  • 66 Rivas Rivas, 1982 : Ferreira : 47 ; Huéneja : 50 ; Jérez del Marquesado : 53.

14Les voûtes en berceau sont les plus employées dans les bains d’al-Andalus. Elles sont particulièrement adaptées à la circulation de la chaleur. Les premières traces de ce type de voûtement apparaissent dans la région de Tolède. Le bain omeyyade de Vascos conserve encore dans sa salle chaude une partie de la voûte en berceau en pierre (fig. XIV). Ce système se trouve également dans les bains de Tolède. Les édifices de Ángel47, San Sebastián de Suso48, San Sebastián de Yuso49 et de Yâix50 (fin Xe-début XIe siècle) reçoivent un voûtement en berceau dans chacune des salles de la zone humide du bain. Contrairement à l’exemple de Vascos, elles sont construites en brique. Au Xe siècle, à Cordoue, la salle chaude du bain de l’alcázar est voûtée en berceau51. Il est de même dans les complexes publics de Santa María52 et de San Pedro53 où les voûtes sont édifiées en pierre. La brique semble cependant l’élément le plus utilisé dans la construction de voûtes. La forme en berceau est la plus adaptée aux nefs et il s’agit d’ailleurs de la solution la plus employée entre le Xe et le XVe siècle. Dans le bain du Pozo Amargo à Tolède, les salles froide, intermédiaire et chaude sont revêtues d’une voûte en berceau de brique54. À Jaén, les vestiaires, salles froides et chaudes ainsi que les galeries latérales des salles intermédiaires des établissements du Naranjo et de Villardompardo présentent un voûtement en berceau de brique55. Il en est de même dans le ḥammām de la forteresse almohade de Jérez56, à Palma de Majorque, dans le bain almohade de la Reina Mora57 à Séville ainsi que dans le Bañuelo (fig. XV), le bain d’Hernando de Zafra58 et de l’Albaicín59 à Grenade. Les voûtes en berceau des salles intermédiaire et chaude des édifices de San Antonio60 et de Madre de Dios61 à Murcie sont également construites en brique. À l’époque nasride, ce type de voûtement en brique est utilisé dans le bain de Baza au niveau des salles froide et chaude62 comme à Churriana de la Vega63, à Chinchilla64, dans le bain d’Aldeire65 et à Ronda (fig. XVI). La brique est parfois associée à la pierre dans la construction de la voûte. C’est ce que l’on remarque dans les édifices de Celín et de Benejí dans la région d’Alméria. Enfin, dans le Marquesado del Cenete, les bains de Ferreira, Huéneja et Jérez reçoivent une couverture en berceau construite en dalles d’ardoise disposées de manière radiale66.

Voûtes en arc-de-cloître

  • 67 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.
  • 68 Ibid. : 82.
  • 69 Araguas, 2003 : 70.
  • 70 Valor Piechotta, 1994 : 166.
  • 71 Torres Balbás, 1942 : 207.

15La voûte en arc-de-cloître est employée dans les larges salles intermédiaires organisées autour d’un espace central entouré de galeries. Elle s’adapte, en effet, aux espaces quadrangulaires. Ce type de voûte est choisi pour surmonter la partie centrale d’une pièce comme dans le Bañuelo ainsi que dans le bain d’Hernando de Zafra67, à Baza68 ou encore dans le bain de Comares (fig. XVII). Il existe également des voûtes en auge. Il s’agit d’un type de voûte en arc-de-cloître réalisée sur un plan barlong69. Elles apparaissent dans les galeries adjacentes comme dans le bain de García Jofre70 à Séville au XIIe siècle et à Gibraltar71 au XIVe siècle. Ces voûtes sont construites en brique.

Voûtes d’arêtes

  • 72 Valor Piechotta, 1994 : 166.
  • 73 Marfil Ruiz, 2004 : 64.
  • 74 Barrio Aldea, 2006 : 92-96.
  • 75 Vílchez Vílchez, 2001 : 53.

16Cette solution de couvrement est peu utilisée dans les bains d’al-Andalus. Elle est généralement employée pour couvrir les alcôves des salles froide, intermédiaire et chaude ou à l’extrémité des galeries adjacentes des bayt-s al-wasṭī comme dans le bain de García Jofre72. La pièce intermédiaire du bain almohade de l’alcázar de Cordoue est composée de deux parties dont la plus occidentale reçoit une couverture en arêtes73. Dans le Bañuelo, bien qu’elles soient aujourd’hui reconstituées, il semble que les alcôves du bayt al-saḫūn présentaient les traces de départ de voûtes d’arêtes. La configuration du vestiaire du bain de Yâix apparaît assez unique dans l’ensemble des édifices balnéaires islamiques connus puisqu’il est couvert par deux voûtes d’arêtes collées l’une contre l’autre74. L’établissement du Polinario est également le seul à recevoir une couverture de ce type dans sa salle froide75.

Coupoles

  • 76 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 42-52.
  • 77 Berges Roldán, 1989 : 77-108.
  • 78 Gómez Moreno, 1947 : 155.
  • 79 Valor Piechotta, 1994 : 166.
  • 80 Torres Balbás, 1942 : 206.

17Cette catégorie rassemble les voûtes en pendentif, les coupoles sur trompes et les coupoles à pans. Cette solution architecturale est connue dans les bains depuis le XIe siècle jusqu’à l’époque nasride mais elle est peu fréquente. Les coupoles servent à couvrir des alcôves et les parties centrales de salles intermédiaires de plan carré. De petites voûtes en pendentif apparaissent à Jaén au XIe siècle dans les bains de Villardompardo76 et du Naranjo77 dans les alcôves des salles froides et aux extrémités des galeries des bayt-s al-wasṭī. Une disposition similaire est reconnue dans le bain nasride de Baza78. L’édifice de Villardompardo présente, par ailleurs, une salle intermédiaire couverte dans l’espace central d’une voûte en pendentif. C’est également le cas dans l’unique pièce connue du bain de Palma de Majorque. Deux exemples de coupoles à pans ont été localisés à Séville dans les bains de García Jofre ainsi qu’à Gibraltar dans les salles intermédiaires. Dans le premier cas, il s’agit d’une coupole à huit pans reposant sur quatre trompes79, dans le second d’une coupole à seize pans reposant sur huit trompes appareillées comme des voûtes d’arêtes80. Toutes ces coupoles ou voûtes en pendentif sont réalisées en brique.

Les éléments « secondaires »

18Cette seconde catégorie regroupe l’ensemble des éléments qui sont construits dans un deuxième temps à l’intérieur du bain : portes, arcs des alcôves qui supportent partiellement les voûtes, le système four-hypocaustechaudière, les réservoirs, les canalisations d’arrivée et d’évacuation des eaux ainsi que les aménagements sanitaires.

Portes

19Assez souvent, les ouvertures entre les salles du bain sont décalées les unes par rapport aux autres pour éviter les courants d’air. L’isolation peut être renforcée par des portes en bois. En outre, quelques exemples montrent que le bain est fermé depuis la rue.

Vantaux de bois

  • 81 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.
  • 82 Ibid. : 171.
  • 83 Gilotte, 2009b : 45.

20Dans les édifices encore en élévation, on remarque fréquemment la trace des embrasures de portes. Des vantaux en bois ont donc disparu mais ils permettaient d’isoler les salles du bain. Les fouilles du bain nasride de Ronda ont mis au jour l’entrée principale de l’édifice qui donne directement dans le vestiaire. Elle était délimitée par deux jambages de brique dont l’un conserve la trace du verrou de fermeture de la porte ainsi qu’une encoche supérieure qui permet de fermer le portail avec une barre métallique ou une poutre en bois (fig. 26). À Baza dans le bain de Marzuela (fin XIIIe siècle), deux massifs piliers de brique de 0,45 m de côté, collés contre la maçonnerie de chaux, marquent la porte d’entrée du bain qui est probablement surmontée d’un linteau en bois81. Ces piliers présentent les feuillures des vantaux et il est fort possible, étant donné la largeur entre ces deux jambages de 1,49 m, que la porte se compose de deux battants qui s’ouvrent sur l’intérieur. Côté oriental, un orifice circulaire de 0,13 m a été piqué dans la maçonnerie laissant penser qu’il s’agit d’une ouverture de surveillance pour le tenancier du bain82. Dans le bain de la Tropa à Alméria, des feuillures ont également été observées au niveau de la porte d’accès à la zone humide de chaque côté de l’embrasure. Un système de double porte a pu être mis en place afin de limiter les courants d’air et les pertes de chaleur. Cette embrasure ne présente pas d’arc décoratif, elle est simplement surmontée d’un linteau. La fouille récente du bain d’Al-Balāṭ atteste également la présence de portes de séparation entre chacune des salles du bain. Entre la salle intermédiaire et la salle chaude, l’ouverture de porte présente des crapaudines de forme et de tailles distinctes (fig. XVIII). Le vantail sans doute usagé a été changé de place83. Sur le dallage, le passage du panneau de bois a laissé des traces d’usure (fig. XIX). Une autre crapaudine a été observée dans le bain de Comares au niveau de la salle froide dans un passage qui conduit à une alcôve ainsi clairement individualisée (fig. XX).

Figure 26. – Jambage de brique à l’entrée du bain de Ronda (fin XIIIe siècle) dans lequel on remarque le verrou de fermeture de la porte ainsi qu’une encoche supérieure pour fermer cette dernière avec une barre métallique ou en bois.

Arcs et linteaux de portes

  • 84 Delgado Valero, 1987 : 383.
  • 85 Vílchez Vílchez, 2001 : 36.
  • 86 Rivas Rivas, 1982 : Aldeire : 42 ; Ferreira : 47 ; Huéneja : 51 ; Jérez del Marquesado : 53.
  • 87 Delgado Valero, 1987 : 394-402.
  • 88 Ibid. : 383-384.
  • 89 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.
  • 90 Ibid. : 366.
  • 91 Gómez Moreno, 1947 : 155.
  • 92 Torres Balbás, 1942 : 208.
  • 93 Berges Roldán, 1989 : 117-118.
  • 94 Passini et al., 1997 : 194.
  • 95 Vílchez Vílchez, 2001 : 70.

21À Alméria dans le bain de la Tropa, l’une des portes du bain est directement aménagée dans le massif de maçonnerie et elle est surmontée d’un linteau. Il en est de même dans l’édifice de Celín où l’on voit nettement que les linteaux en bois ou en pierre sont pris dans la maçonnerie de pierre chaînée aux murs de mortier de chaux au niveau des ouvertures de porte. Plus couramment, les portes présentent des jambages de pierre ou de brique chaînés à la maçonnerie générale et sont surmontées d’un arc décoratif comme dans le Bañuelo de Grenade où les ouvertures de porte sont construites en brique. Elles sont surmontées d’arcs surbaissés dans l’ensemble de la zone humide (fig. XXI). Ce type d’arc est employé de la fin du Xe siècle dans les bains de Tolède comme à Yâix84 jusque dans la première moitié du XIIIe siècle dans l’établissement de l’Albaicín entre la salle froide et la salle tiède85. Cette forme est essentiellement utilisée dans les bains nasrides du Marquesado del Cenete86, ainsi que dans le bain royal de Comares (fig. XXII). Plusieurs cas de portes surmontées d’arcs de type déprimé ont été repérés dans le bain d’Ángel87, de Yâix88, à Palomares del Río, dans l’édifice d’Hernando de Zafra89, à Alfacar90, à Baza91 et à Gibraltar92. Au XIe siècle, on entre dans le bain de Villardompardo par une ouverture surmontée d’un arc plein cintre93. On emploie cette forme d’ouverture à l’intérieur des zones humides des bains comme à San Sebastián de Yuso94 et à Churriana de la Vega95.

Alcôves

22Les alcôves sont délimitées et décorées par différents arcs reposant sur des colonnes ou des piliers-colonnes. Les arcs utilisés pour former les alcôves sont classés dans cette catégorie. Les alcôves se situent aux extrémités des nefs voûtées en berceau ou sont placées à la perpendiculaire d’une nef notamment dans les salles chaudes où elles abritent des bassins en connexion avec la zone de services. Dans la première configuration, les arcs qui séparent l’alcôve de l’espace central de la nef sont des arcs-doubleaux qui servent également à soutenir la voûte. Dans le second cas, il s’agit d’arcs formerets placés en parallèle de la voûte principale. Deux formes principales sont utilisées : l’arc outrepassé et l’arc plein-cintre.

Arcs outrepassés

  • 96 Sur les différences morphologiques des arcs outrepassés omeyyades, on pourra voir : Corzo Sánchez,(...)
  • 97 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 62.
  • 98 Marfil Ruiz, 2004 : 64.
  • 99 Delgado Valero, 1987 : 394-402.
  • 100 Passini, 1995 : 41.
  • 101 Delgado Valero, 1987 : 383-384.
  • 102 Berges Roldán, 1989 : 126.

23Ce type d’arc est particulièrement prisé dans l’architecture islamique et notamment dans les bains. La forme de l’arc outrepassé varie entre l’époque omeyyade où elle est très accentuée et la période nasride où elle est légèrement brisée96. Son utilisation dans les alcôves apparaît dès le Xe siècle dans l’alcázar omeyyade de Cordoue et dans la salle chaude du bain du Salón Rico à Madīnat al-Zahrā’où il est construit en pierre de taille. Dans la capitale omeyyade, l’établissement public de Santa María comporterait également une alcôve décorée d’un arc outrepassé97. À l’époque almohade, le nouveau bain édifié dans l’alcázar présente le même type d’arc double reposant sur une colonne centrale98. À la fin du Xe siècle et au XIe siècle, les bains de Tolède sont fréquemment pourvus d’alcôves délimitées par des arcs outrepassés en brique comme dans la salle froide du bain d’Ángel99, la salle tiède du Pozo Amargo100 et dans la salle chaude de l’édifice de Yâix101 pourvue de doubles arcs reposant sur une colonne centrale. Cet aménagement en brique a été observé dans le bayt al-saḫūn du bain de Villardompardo102 à Jaén et dans les bayt al-bārid et bayt al-saḫūn du Bañuelo. Des alcôves délimitées par des arcs outrepassés brisés en brique ont été réalisées dans les bains de l’Alhambra dans les complexes du Polinario et de Comares (fig. XXIII).

Arcs plein-cintre

  • 103 Passini et al., 1997 : 197.
  • 104 Ramírez Aguila, 1990 : 104.
  • 105 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 106-114.

24Cette seconde forme est utilisée entre la fin du Xe siècle et le XIIIe siècle. L’un des premiers exemples est celui de San Sebastián de Yuso où, dans la salle intermédiaire et la salle chaude, les alcôves sont individualisées du reste des pièces par un double arc plein-cintre reposant sur un pilier central en brique103. Il en est de même dans la salle intermédiaire du bain almohade de San Antonio104 à Murcie. Il existe parfois des niches dans les différents espaces du bain où les baigneurs déposent leur nécessaire de toilette. Elles sont surmontées d’arcs plein-cintre surbaissé comme dans le vestiaire et la salle chaude du bain de Yâix105 à Tolède. Dans le bain de Comares, la niche de la salle chaude est finement ajourée (fig. XXIV). Cette forme décorée d’arc surélevé est d’ailleurs utilisée dans les vestiaires des ḥammām-s du Polinario et de Comares. Ils délimitent des espaces pourvus de bancs de repos par paire reposant sur une colonne centrale.

Le système four-hypocauste

25Les emplacements du four et de l’hypocauste sont définis à l’avance. Il faut en effet laisser un espace libre suffisamment important pour installer les pilettes et les parois de l’hypocauste dans la salle chaude et prévoir la connexion avec le four de la zone de services. Le système est assez simple et inspiré de ce que l’on connaît dans les bains romains. La fumée et l’air chaud dégagés par un four alimentent un espace vide équipé de piliers sur lesquels repose le sol de la pièce. Cet air est évacué par des cheminées aménagées dans les parois de la salle chaude voire de la salle intermédiaire. Le four peut être surmonté par une chaudière qui chauffe l’eau dont la vapeur est dirigée dans la salle chaude. Les zones de services ont très souvent disparu. Elles sont donc assez mal connues de même que les systèmes de passage de vapeur dans la salle chaude. Les données archéologiques permettent d’envisager plusieurs configurations du four, du canal de chauffe et de l’hypocauste. L’observation de ḥammām-s contemporains dans les villes marocaines de Tétouan, Chefchaouen et Marrakech apporte un éclairage sur le fonctionnement de ces zones de services.

Four et canal de chauffe

26Trois types d’aménagements du four ont été déterminés. Dans le premier cas, le four se situe contre la paroi de séparation de la salle chauffée, le canal de chauffe est inexistant ou très court. Dans le second, le four est associé à un long canal de chauffe et dans le troisième cas, le canal de chauffe pénètre dans l’hypocauste (fig. 27). Les fours ne sont pas toujours pourvus d’une chaudière mais ils en conservent parfois la trace.

Figure 27. – Schémas des différentes configurations de fours rencontrées dans les bains d’al-Andalus.

  • 106 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 113.
  • 107 Izquierdo Benito, 1999 : 22.
  • 108 Claros Bastante et al., 2006 : 176.

27La première configuration est sans doute la plus simple à mettre en œuvre. Elle reste cependant assez rare. Ce principe a été mis en place dans les petits bains privés de la forteresse d’Albarracín du XIe siècle et de la maison de Polo de Medina (XIIIe siècle) à Murcie. Les bains publics peuvent également présenter cette configuration comme dans le bain de Yâix106 à Tolède. À Vascos, la base du four de l’établissement balnéaire a été conservée. Elle est délimitée par un ensemble de pierres irrégulièrement placées en cercle sur un diamètre variant de 0,70 à 0,90 m de diamètre et est installée contre le mur de la salle chaude107. Le canal de chauffe est très court et se résume à l’épaisseur de la paroi de séparation. Il en est de même dans l’édifice de Bolaños dont le four, creusé directement dans le substrat sur 2 m de diamètre108, communique avec l’hypocauste uniquement par la largeur de la paroi de séparation (fig. 28).

Figure 28. – Four, hypocauste et bassins creusés dans le substrat dans le bain de Bolaños (Xe-XIe siècles). Le four est collé contre la paroi de séparation entre la salle chaude et la zone de services(Claros Bastante et al., 2006 : 176).

  • 109 Gilotte, 2008 : 57.
  • 110 Gilotte, 2009b : 47.
  • 111 López López et al., 1993 : 162.
  • 112 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 173.
  • 113 Rosselló et Soriano, 1998 : 54.
  • 114 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 53.
  • 115 Aguayo et al., 1999 : 87.
  • 116 Arancibia Román, 2003 : 108-109.
  • 117 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.
  • 118 Marfil Ruiz, 2004 : 62.

28Le second cas est le plus fréquemment employé. Le four est associé à un long canal de chauffe construit en pierre ou en brique qui permet l’installation une chaudière. D’après les données disponibles, la longueur du canal de chauffe n’est pas inférieure à 1 m comme on le remarque dans le bain d’al-Muʿtaṣim et de la Tropa dans la forteresse d’Alméria109. Le canal de chauffe en pierre du bain d’Al-Balāṭ mesure 1,30 m de long sur 0,45 m de large110. Dans le bain nasride de San Agustín à Grenade111, le canal fait 1,57 m de long et 0,78 m de largeur, à Oreto-Zuqueca 1,60 m sur 0,40 m. Dans le bain de Baza, les dernières fouilles ont mis au jour un canal de chauffe important d’une longueur de 2,22 m sur 0,66 m de large et 1,28 m de hauteur112. Une grande partie des canaux de chauffe sont construits en brique. C’est le cas dans les bains de la Cárcel San Vicente113, à Jaén114, à Ronda115, dans l’établissement nasride de Buenavista116 à Malaga ou encore à Churriana de la Vega117. Le canal de chauffe du bain de l’alcázar omeyyade de Cordoue serait quant à lui réalisé avec des remplois de briques wisigothiques118. La longueur des canaux de chauffe est donc variable et comprise entre 1 m et plus de 2,20 m. Elle doit dépendre du volume à chauffer.

29Enfin, une dernière configuration est attestée dans les bains d’al-Andalus mais est peu courante. Il s’agit du canal de chauffe pénétrant dans l’hypocauste. Il semble que ce schéma ait été préféré dans les petits bains privés de forteresses comme à Alcalá de Guadaíra et dans le bain nasride d’Almuñécar. Il permet un chauffage différent de la salle, orienté directement vers le centre de la pièce et pourrait être plus intense que dans la seconde configuration où la chaleur est plus diffuse dès l’entrée dans l’hypocauste.

Chaudière

  • 119 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 114-115.
  • 120 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 173.
  • 121 Gilotte, 2009b : 47.
  • 122 Marfil Ruiz, 2004 : 62.
  • 123 Vallejo Triano, 1987 : 143.

30Cet élément indispensable au chauffage de l’eau mais également à la production de vapeur n’a jamais été découvert tel quel. En effet, les chaudières en métal ont systématiquement été récupérées afin d’être refondues ou réutilisées. Dans le bain de Comares, une chaudière serait toujours en place en 1730 d’après des documents conservés à l’Archivo de la Alhambra. Elle était nommée « la alhaja » et aurait été « de metal superfino119 ». Aujourd’hui, les seuls indices permettant d’attester la présence de chaudières dans les bains se limitent à la trace de leur emplacement au-dessus du four. Dans le bain de Baza, on remarque très nettement la marque semi-circulaire d’une chaudière d’environ 1,15 m de diamètre, qui devait s’encastrer en partie dans le mur de séparation de la salle chaude. Tout autour, des traces d’oxyde métallique ont été repérées, corroborant l’idée de la présence d’une chaudière en métal120. Au niveau de la zone de services du bain d’Al-Balāṭ, on observe l’empreinte d’une chaudière chauffée par le four sous-jacent121 (fig. XXV). Le système est identique dans les bains omeyyades de l’alcázar de Cordoue122 et dans le Salón Rico123. Dans le petit ḥammām princier de la forteresse d’Alméria, une chaudière est placée à côté du four principal. Des traces de chaudière ont été relevées dans les bains du Naranjo, du Bañuelo, de San Agustín et dans le petit bain privé de Polo de Medina à Murcie.

  • 124 Cette observation est similaire à la description d’un ḥammām de Salé par E. Pauty dans les années (...)
  • 125 Marçais, 1926 : 342.
  • 126 Vallejo Triano, 1987 : 142-143.
  • 127 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

31La chaudière permet le chauffage de l’eau dont la vapeur peut être envoyée dans la salle chaude. Le procédé n’est pas particulièrement bien connu et seuls des parallèles avec les ḥammām-s maghrébins encore en activité permettent d’esquisser des hypothèses. Dans un bain à Marrakech, la chaudière est prise dans un massif de maçonnerie124 (fig. XXVI). Le feu est entretenu toute la journée sans interruption même lors de la fermeture du bain (fig. XXVII). En al-Andalus, les traces de brique en haut de la paroi de séparation entre la zone de services et la salle chaude du bain de Baza correspondraient à cette superstructure qui abrite la chaudière à l’époque médiévale. Prise dans ce massif, la vapeur de la chaudière ne peut que s’échapper par une ouverture pratiquée dans le mur et se diriger dans le bayt al-saḫūn. Dans le bain des Teinturiers à Tlemcen en Algérie (XIe siècle), des trous sont percés dans le mur de séparation entre la salle chaude et la zone de services afin de permettre l’évacuation de la vapeur provenant d’une cuve d’eau chaude125. D’autres exemples permettent de penser que le bayt al-saḫūn et la zone de services sont en connexion au niveau de la chaudière et qu’une ouverture permet le passage de la vapeur (fig. 29). Ce système a été reconnu dans le bain du Salón Rico à Madīnat al-Zahrā’126. À Churrriana de la Vega, la présence d’un arc de décharge dans la paroi de séparation entre salle chaude et zone de services peut laisser supposer que la vapeur d’une chaudière s’échappe par cette ouverture127 ainsi que dans le bain récemment fouillé de la Zubia (fig. XXVIII). Dans le bain princier de la forteresse d’Alméria, il est possible que la vapeur de la chaudière ait été envoyée à travers un orifice dans la salle chaude ou par une ouverture dans laquelle peut s’encastrer un panneau perforé de type moucharabieh.

Figure 29. – Reconstitution du système de chauffe de l’hypocauste et de la production de vapeur dirigée dans la salle chaude du bain.

32L’état de la documentation ne permet pas d’attester réellement la présence d’une chaudière dans les autres édifices. L’idée que le bain est systématiquement pourvu de cet élément est largement admise par les auteurs mais nous n’en savons strictement rien. Il peut, en effet, exister une autre pratique pour créer de la vapeur, par exemple en jetant de l’eau sur le sol brûlant de la salle chaude. L’eau des bassins peut, par ailleurs, être chauffée et maintenue à une haute température par sa proximité avec l’hypocauste. Le fait d’avoir systématiquement des bassins dans le bayt al-saḫūn permet notamment d’entretenir cette vapeur. D’après les données dont nous disposons, il n’est donc pas certain que tous les ḥammām-s aient bénéficié d’une chaudière.

Hypocauste

33L’hypocauste est l’espace chauffé aménagé dans le sous-sol des salles chaudes et parfois dans les salles intermédiaires. Le sol de circulation repose sur cet élément indispensable qui se compose généralement de pilettes en brique ou plus rarement de canaux. La disposition des hypocaustes est assez variable. Il peut occuper toute une pièce ou bien être compartimenté comme dans le bain de la Tropa de la forteresse d’Alméria et dans les bains nasrides d’Almuñécar et de Chrurriana de la Vega. Des parois sont installées dans le sous-sol de ces salles afin d’isoler les alcôves qui reçoivent une moindre quantité d’air chaud. Les salles chaudes des bains de Murcie disposent d’un hypocauste dans la partie centrale et les alcôves ne sont pas chauffées (fig. 39).

  • 128 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 52.
  • 129 López Osorio y Torres Carbonell, 2008 : 197.
  • 130 Chacón Jiménez, 1980 : 79.
  • 131 López López et al., 1993 : 162.
  • 132 Arancibia Román, 2003 : 109-110.
  • 133 Aguilar Moya, 1999 : 142.
  • 134 Gallego Roca, 1986 : 36.

34Dans la plupart des cas, l’hypocauste est constitué de pilettes de forme quadrangulaire ou rectangulaire qui adoptent des dimensions très variables. Dans le bain du Naranjo à Jaén, il subsiste deux piliers de 1,50 m de long sur 0,40 m de large constitués de rangées de briques disposées en boutisse sur 0,60 à 0,70 m de hauteur128. À Churriana de la Vega, la hauteur de l’hypocauste s’élève à 1,65 m129, dans le bain du Trinquete à Murcie à 1,50 m130 et à San Agustín à 1,42 m131. Dans l’établissement de Buenavista à Malaga, les quatre piliers de 1,50 m x 0,60 m sur 1 m de hauteur ont été conservés intégralement132. Dans la forteresse almohade de Jérez de la Frontera, les piliers de l’hypocauste présentent une hauteur de 0,90 m133. Certains hypocaustes sont plus petits comme dans le bain du palais des Abencerrajes où il ne mesure que 0,46 m de hauteur tout en étant constitué de solides piliers de brique de 0,68 par 0,58 m134.

  • 135 Vallejo Triano, 1987 : 142-143 et Vallejo Triano, 2004 : 147.
  • 136 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 45-52.
  • 137 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 110-111.
  • 138 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.
  • 139 Azuar Ruiz et al., 1995 : 111-114.
  • 140 Ramírez Águila, 1990 : 105-106.
  • 141 Arancibia Román, 2003 : 109-110.
  • 142 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.
  • 143 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.
  • 144 Gallego Roca, 1986 : 36-37.
  • 145 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 190.
  • 146 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.
  • 147 Claros Bastante et al., 2006 : 176.
  • 148 Izquierdo Benito, 1999 : 21.

35Ces hypocaustes disposent parfois de parois en brique réfractaire qui sont collées contre les murs du bain. Cet aménagement a été repéré à Madīnat al-Zahrā’135, dans la forteresse d’Alméria, dans les établissements du Naranjo136, de Yâix137, d’Alcalá de Guadaíra138, d’Elche139 et de Murcie140 ou encore à l’époque nasride dans les édifices de Buenavista à Malaga141, d’Almuñécar142, de Churriana de la Vega143 et dans le bain du palais des Abencerrajes144. De même, les hypocaustes reçoivent parfois un sol en brique. Quelques cas montrent cependant que les pilettes peuvent être construites à même la roche mère ou sur de la terre battue. Il est à noter que quelques cas d’hypocauste en pierre ont été relevés comme à Albarracín où les piliers de 0,38 par 0,32 m sont constitués de pierres calcaires liées à du mortier, l’ensemble est entouré de murets de pierre de 0,16 m d’épaisseur145. À Alcalá de Guadaíra, bien que l’ensemble de l’hypocauste soit revêtu de brique, le massif pilier central est construit en pierre puis tapissé de brique réfractaire146. Le bain de Bolaños présente un hypocauste à canaux entièrement creusé dans le substrat et est partiellement revêtu de brique147. À Vascos, une partie des parois de l’hypocauste est aménagée dans la roche. Il est complété par des piliers de brique148. Il en est de même dans le bain nasride de Dólar.

  • 149 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 45-50.
  • 150 Berges Roldán, 1989 : 125.
  • 151 Salvatierra et al., 2001 : 292.
  • 152 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 113.

36À Jaén, le bain du Naranjo est chauffé dans la salle intermédiaire grâce à un système de canaux excavés dans la roche mère recouverts de brique149. Les bayt-s al-wasṭī sont parfois chauffés par un hypocauste relié à la salle précédente. Il se présente, en revanche, différemment et est constitué de manière générale par des canaux qui chauffent la salle moins intensément que dans le bayt al-saḫūn. Ce système est observé dans le bain de Villardompardo150, dans la forteresse de Segura de la Sierra151, dans l’établissement princier d’Al-Muʿtaṣim et dans le bain de Comares152. Ces canaux tout comme les pilettes des salles chaudes se terminent en forme de « fausses voûtes » scellées par une dalle de pierre (fig. XXIX). Les constructeurs nivellent ensuite la surface de la salle par des briques et posent la préparation de mortier de chaux sur laquelle sera installé le pavement.

Cheminées d’évacuation

  • 153 Pozo Martínez, 1991 : 82.
  • 154 Aguilar Moya, 1999 : 142.
  • 155 Izquierdo Benito, 1999 : 21.
  • 156 Martí et Pascual, 2000 : 510.
  • 157 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 188.

37Dernier élément indispensable au chauffage, il s’agit des cheminées qui permettent un tirage du four et d’évacuer les fumées de l’hypocauste. Contrairement aux bains romains, les ḥammām-s d’al-Andalus ne sont pas équipés de tubuli (parois chauffantes). De simples cheminées sont aménagées dans les murs des salles chauffées. Elles sont le plus souvent au nombre de quatre dans les bayt-s al-saḫūn, deux à proximité de l’entrée du canal de chauffe et deux autres dans la paroi opposée. Selon la dimension du bain, il peut n’exister qu’un seul conduit d’évacuation comme dans le petit établissement de Polo de Medina153. Peu d’informations permettent de connaître précisément ces cheminées ; il subsiste, en effet, très souvent un espace libre dans le mur interprété comme l’orifice d’évacuation sans savoir exactement s’il est pourvu d’un conduit. À Jérez de la Frontera, des tuyaux en terre cuite ont été encastrés dans le mur154. À Vascos, la mise au jour de fragments d’atanores laisse supposer que ces céramiques sont emboîtées les unes dans les autres de façon à former un conduit155. Cet aménagement de tuyaux en céramique a été repéré dans les murs du bain de la Cárcel San Vicente156. En revanche, il semble que dans le bain de la forteresse d’Albarracín, les cheminées de dimensions inégales ont été simplement perforées dans le mur et ont été revêtues de plâtre157.

  • 158 C’est le cas notamment dans le bain de Polo de Medina à Murcie où une couche de 0,15 à 0,20 m de c (...)
  • 159 Ce fait est d’autant plus remarquable qu’aucun des bains de notre corpus n’est connu pour avoir ét (...)

38Par ailleurs, pour obtenir un bon tirage, il faut créer un appel d’air au niveau du four obtenu en laissant la porte de la zone de services ouverte – ce qui est attesté dans plusieurs bains marocains (fig. XXX). Cet espace est peut-être partiellement à l’air libre facilitant ainsi le démarrage et l’entretien du feu. Une autre question est sans réponse quant au nettoyage du canal de chauffe et surtout de l’hypocauste. Il est fréquent que l’on retrouve lors de fouilles d’épaisses couches de cendre au niveau des conduits de cheminées et sur le sol des hypocaustes158 laissant supposer que cet espace ne fait pas l’objet d’un curage régulier. Peut-être que dans les bains plus importants, un homme peut se faufiler à travers les pilettes en passant par le canal de chauffe comme à Baza où, par exemple, il mesure 1,28 m de haut sur 0,66 m de large. Le chauffeur du bain évacue peut-être un minimum les cendres accumulées. Il existe sans doute un système aujourd’hui inconnu car sans nettoyage régulier, les pièces chauffées risquent de prendre feu159.

Réservoirs, canalisations, bassins et latrines

39Comme le four et l’hypocauste, les emplacements des réservoirs, canalisations d’adduction et d’évacuation des eaux ainsi que les bassins sont définis à l’avance. Les données archéologiques ne permettent pas à l’heure actuelle de connaître précisément les systèmes d’acheminement et d’évacuation de l’eau dans les bains ; seuls quelques exemples nous éclairent sur les solutions mises en place.

Réservoirs et citernes

  • 160 Gilotte, 2008 : 71.
  • 161 Ibid. : 63.
  • 162 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 53.
  • 163 Pozo Martínez, 1991 : 82.
  • 164 La citerne a une capacité de 4 212 litres. Elle est alimentée par une noria située à proximité (Ag (...)
  • 165 Torres Balbás, 1952b : 437.
  • 166 Aguayo et al., 1999 : 85.

40Plusieurs bains présentent des réservoirs d’eau. Dans la forteresse d’Alméria, le petit bain princier bénéficie dans sa zone de services d’un puits-réservoir qui a certainement été aménagé après l’édification des parois de l’établissement. Dans le bain de la Tropa, une petite citerne en brique enduite d’un revêtement imperméable fonctionne sans doute avec la zone de services. Aujourd’hui dépourvue de couverture, elle s’appuie au sud sur l’ancienne muraille califale. Il est possible qu’elle soit remplie comme les grandes citernes par les eaux de pluie ainsi que par un vaste réservoir de 40 000 litres situé à proximité160. Deux traces d’orifices ont été observées dans ce petit réservoir associé au bain. L’un communiquerait avec la salle chaude et remplirait un bassin. L’autre alimenterait directement une chaudière161. Les réservoirs équipent ainsi régulièrement les zones de services. À Jaén, dans le bain du Naranjo, une citerne est située à côté du four162. La même configuration a été remarquée dans le petit établissement privé de Polo de Medina163, dans la forteresse de Jérez de la Frontera164, ainsi que dans l’édifice public de Madre de Dios où un puits a été creusé au droit du four d’après L. Torres Balbás165. Le bain nasride de Ronda est également équipé d’un réservoir placé en dessous de l’escalier qui permet d’accéder à la zone de services166.

  • 167 Passini et al., 1997 : 209.
  • 168 Ibid. : 194-196.
  • 169 Barrio Aldea, 2006 : 102.
  • 170 Marfil Ruíz et Penco Valenzuela, 1997 : 98.
  • 171 Toro Moyano, 1987 : 140.
  • 172 Gallego Roca, 1986 : 33-34.

41À Tolède, dans le bain de San Sebastián de Suso, une citerne est disposée contre le mur de fermeture de la zone humide du bain et alimente un bassin probablement mobile dans la salle froide et un autre bassin fixe dans la salle chaude167. Des conduits en terre cuite, revêtus d’un enduit imperméable sont aménagés dans les murs et alimentent les bassins. Une autre citerne est attestée sur le site sans que l’on connaisse son exacte relation avec le bain. Dans ce quartier des Tanneries, l’établissement de San Sebastián de Yuso bénéficie d’une citerne extérieure mais la connexion entre cette dernière et le bain n’est pas précisément documentée168, tout comme dans l’édifice de Yâix169. Il en est de même dans le premier bain de l’alcázar de Cordoue où un réservoir revêtu d’un enduit imperméable a été découvert au nord-ouest du complexe balnéaire. Il date de l’époque califale170. Dans le bain almohade des Mercedarias à Grenade, une citerne a été construite contre la salle intermédiaire, on ignore cependant comment l’eau est distribuée dans l’édifice171. Les fouilles de l’édifice privé du palais des Abencerrajes ont mis au jour une citerne en brique au nord-est du bain contre le vestiaire et une seconde à quelques mètres de la zone de services. Cependant, les connexions entre ces réservoirs enduits de revêtements imperméables et l’espace balnéaire sont inconnues172.

  • 173 Pavón Maldonado, 1977 : fig. 12.
  • 174 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 174-175.

42Le bain peut également être alimenté directement par une citerne principale comme dans la forteresse de l’Alhambra173. Quelques cas révèlent des raccordements directs depuis des acequias comme cela est probable à Celín. Dans le bain de Baza, un petit canal en brique revêtu de pierres liées par un mortier de chaux est connecté à l’acequia de la rue adjacente. Il alimente l’édifice par le biais d’un bassin répartiteur qui distribue l’eau dans la zone de services et dans la salle froide174.

Canalisations et égouts collecteurs

  • 175 Delgado Valero, 1996 : 62.
  • 176 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.
  • 177 Barrio Aldea, 2006 : 95-96.
  • 178 Torres Balbás, 1942 : 209.
  • 179 Ibidem.
  • 180 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 334.
  • 181 Aguilar Moya, 1999 : 142.
  • 182 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 174-175.
  • 183 Izquierdo Benito, 1999 : 19.
  • 184 Torres Balbás, 1942 : 208-209.

43Brique, pierre et plomb sont utilisés pour la fabrication des canalisations. L’égout en brique lié à un épais mortier de chaux est le mieux documenté. Il peut être recouvert par des dalles de pierre notamment granitique dans le bain de Caballel175 et d’alcorizas (pierre locale) à Alcalá de Guadaíra176. Cet aménagement en brique a été observé dans le bain de Yâix177, à Alméria, à Gibraltar178 et à Almuñécar. Des tuyaux en plomb sont attestés comme dans le bain de la Tropa à Alméria où ils servent à vider l’eau du bassin nord-est de la salle chaude et à Gibraltar179. Des conduits en céramique ont été mis au jour dans le bain de San Nicolás à Murcie180 et de la forteresse de Jérez de la Frontera181. Il existe des bassins collecteurs soit pour distribuer l’eau dans le complexe balnéaire comme à Baza182 soit pour récupérer les eaux usées. Ce système a été découvert dans la salle froide du bain Vascos. Une fosse de 1,25 m de longueur sur 0,52 de large et 0,57 m de profondeur tapissée de dalles d’ardoise recueille les eaux usées183. On ignore où se jette l’eau, probablement au-delà du bain vers la rivière située en contrebas. À Gibraltar, un bassin en brique, peu profond et fermé par de larges dalles de pierre, a été observé dans le vestiaire de l’établissement balnéaire184. Il sert à collecter les eaux usées ensuite évacuées par un tuyau en plomb situé côté sud, derrière le bain.

Bassins

  • 185 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207-208.
  • 186 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 108-109.

44Les baigneurs prennent de l’eau dans les bassins pour se nettoyer et se rincer. Ces éléments se situent généralement dans les salles chaudes des bains, parfois dans les salles intermédiaires et plus rarement dans les salles froides. Les bayt-s al-saḫūn sont souvent équipés de deux bassins. Il est impossible de savoir si un bassin comportait de l’eau froide ou de l’eau chaude sauf traces de connexion avec la chaudière. Ils permettent notamment dans ce cas de maintenir la vapeur dans la salle chaude. Les dimensions des bassins sont assez réduites ; il ne s’agit pas de petites piscines ou de baignoires. Des marches sont parfois aménagées à l’intérieur des bassins afin que le baigneur puisse s’asseoir et être partiellement immergé. Ce type d’aménagement, assez rare, existe à l’époque émirale dans le bain de Mérida et à Oreto-Zuqueca. Dans ce dernier, la salle intermédiaire présente un bassin de 1,30 x 1 m sur 1 m de profondeur. Il est enduit d’un revêtement imperméable à base de mortier de chaux. Il en est de même dans la salle chaude dans laquelle deux cuves disposant de petites marches ont été mises au jour. Elles mesurent 1,25 x 1,20 m et 1,22 x 1,18 m sur 1 m de profondeur185. Dans le bain de Yâix, le bassin occidental de la salle chaude présente une cuve de 0,82 m de profondeur en brique revêtue d’un mortier de chaux hydraulique. Elle dispose sur deux côtés de marches de 0,38 m de large permettant au baigneur de s’asseoir et d’être partiellement immergé186. Dans le bain de la Tropa, l’alcôve nord-est abrite un bassin profond d’une trentaine de centimètres dans lequel est aménagé un rehaussement de brique au niveau du sol de circulation afin de s’asseoir.

  • 187 Mileto et Vegas, 2003 : 214.
  • 188 Azuar Ruiz et al., 1995 : 126.
  • 189 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.

45Dans la majorité des cas, les bains d’al-Andalus disposent de bassins de forme rectangulaire ou quadrangulaire. Ils peuvent être construits en brique comme dans le bain d’Hernando de Zafra187 et du Polinario. Des bassins sont également édifiés en maçonnerie de mortier de chaux comme à Al-Balāṭ (fig. XXXI), à Celín ou encore à Elche188. Ils sont parfois en pierre, à l’image du bassin central mis au jour dans la salle intermédiaire du bain de Villardompardo à Jaén (fig. 25) et plus rarement creusés dans la roche comme à Bolaños (fig. 28). Les bassins sont revêtus d’un enduit imperméable réalisé à base de chaux dans lequel on trouve parfois des traces d’oxyde de fer donnant une couleur rouge au mortier. Ce revêtement est attesté dans le bassin du bain nasride d’Almuñécar189.

  • 190 Arancibia Román, 2003 : 111.
  • 191 Vallejo Triano, 2004 : 145.
  • 192 Marfil Ruiz, 2004 : 60.
  • 193 Delgado Valero, 1996 : 62.
  • 194 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.
  • 195 Torres Balbás, 1948 : 193.

46Plus rarement, des cuves de forme circulaire ou absidiale ont été mises au jour. À Cordoue, l’édifice émiral de Cercadilla présente une large abside dotée probablement d’un bassin dans une salle interprétée comme un vestiaire (fig. 10). Le bain nasride de Buenavista à Malaga comporte une partie absidiale dans son bayt al-saḫūn. Elle est pourvue d’un bassin qui épouse la forme du mur190. Un bassin circulaire est utilisé dans le bain de l’Alberca à Madīnat al-Zahrā’191, dans l’édifice de Villardompardo à Jaén ainsi qu’à Celín. Des bassins de forme semi-circulaire ont été observés dans les édifices de San Sebastián de Suso à Tolède et de San Lorenzo à Murcie au XIIe siècle. Il existe par ailleurs des cuves qui ne sont pas prises dans le massif de construction. Des sarcophages romains en marbre ont, par exemple, été remployés dans les bains de l’alcázar de Cordoue192 et de Caballel193. Un lavabo semi-circulaire en pierre a été mis au jour dans le bain d’Elche194. Enfin, les vasques-fontaines ont été particulièrement utilisées à l’époque nasride dans les vestiaires des bains de l’Alhambra. Elles sont parfois décorées d’alicatados comme dans l’édifice de Comares. On conserve notamment la base de fontaine en marbre du vestiaire du bain du dār al-ʿArūša195 (fig. XXXII).

Latrines

  • 196 Marfil Ruiz, 2004 : 60 et 64.
  • 197 Vallejo Triano, 1987 : 148.
  • 198 Vallejo Triano, 2004 : 144.
  • 199 Varela Gomes, 2003 : 91-92.
  • 200 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.
  • 201 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.
  • 202 Clapés Salmoral, 2013 : 107.
  • 203 Rojas Rodríguez-Malo, 2006 : 1718.
  • 204 Herreros, 2002 : 85.
  • 205 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.
  • 206 Rojas Rodríguez-Malo et al., 2006 : 144.
  • 207 Luna Osona et Carmona Ávila, 2011 : 220.

47Plusieurs édifices présentent des latrines. Elles se situent le plus souvent dans des bains associés à des palais ou à des forteresses au niveau des vestiaires et plus rarement dans les salles froides, après une entrée en coude « baïonnette ». Il semble qu’il s’agisse d’une installation privilégiée car peu de bains publics sont pourvus de latrines. Cet équipement sanitaire a été repéré dans les complexes balnéaires de l’alcázar omeyyade et almohade de Cordoue196, à Madīnat al-Zahrā’dans les bains du Salón Rico197 et de la Alberca198, dans les forteresses almohades de Silves199 et d’Alcalá de Henares200, dans la forteresse nasride d’Almuñécar201 et de l’Alhambra ainsi que dans les palais de Comares, des Abencerrajes et dans le dār al-ʿArūša (fig. 42). À Cordoue, des latrines ont également été découvertes dans le petit bain d’une maison de l’époque califale202. Plus rarement, des latrines équipent des bains publics comme à San Sebastián de Suso203 et dans le bain de San Andrés à Valence204 ou encore à Ronda au niveau du vestiaire. Certaines restent supposées comme à Oreto-Zuqueca205 ou à Tolède dans l’édifice de Caballel206, à Jaén dans le bain du Naranjo et dans le vestiaire du bain almohade de la Puerta de Santa Ana à Priego de Córdoba207.

Finitions et éléments décoratifs

48Cette troisième catégorie regroupe les éléments fabriqués et posés dans un dernier temps dans un ordre qui doit sans doute varier d’une construction à une autre. Il s’agit des bancs, lucarnes, revêtements de sols et enduits ainsi que des décors.

Bancs

  • 208 Gilotte, 2009b : 44.
  • 209 Fuerte Santos et al., 2007 : 194.
  • 210 Rojas Rodríguez-Malo, 2006 : 18.
  • 211 Luna Osona et Carmona Ávila, 2011 : 212.

49Plusieurs bains possèdent des structures de repos appelées de manière générique « bancs ». Ces aménagements sont destinés au délassement après la toilette ou après le passage dans la salle chaude. Ils peuvent aussi servir aux masseurs et aux barbiers. Dans l’ensemble des édifices connus, peu de bains présentent des bancs en dur, ces structures doivent être le plus souvent en bois. Des bancs maçonnés sont cependant connus dans la salle froide du bain d’Al-Balāṭ208 ou même dès le IXe siècle dans le vestiaire de l’édifice de Cercadilla209. Dans le petit complexe de Vascos, des bancs ont été taillés à même la roche dans le vestiaire où les baigneurs peuvent poser leur affaire et se changer avant de pénétrer dans la zone humide. À Tolède, l’édifice de San Sebastián de Suso est pourvu d’un banc en pierre dans sa salle froide qui permet la détente après le passage dans les pièces chauffées210. À Priego de Córdoba, le bain de la Puerta de Santa Ana présente sur deux côtés de son vestiaire une structure de 0,40 cm de large située le long des murs. D’après les archéologues, il s’agit de bancs211.

  • 212 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.

50Dans les édifices nasrides, les bancs sont en brique comme dans le vestiaire du bain d’Almuñécar212. Il en est de même dans le bain de la forteresse de l’Alhambra et dans le complexe balnéaire du palais des Abencerrajes où un banc est situé dans une alcôve de la salle froide. Dans les édifices de Comares, du Polinario et de San Francisco, des banquettes sont installées dans les vestiaires à l’intérieur de petites alcôves ajourées et sont ornementées d’alicatados. Les bancs sont situés davantage dans les zones sèches ou dans les salles froides. Les baigneurs peuvent s’asseoir dans un premier temps pour appliquer du savon ou de l’argile sur la peau et les cheveux dans un espace à température ambiante. De retour de la salle chaude, ils ont la possibilité de récupérer après leur passage dans les espaces chauffés. Des éléments mobiles en bois ont dû être utilisés pour le service du bain. Ils conditionnent sans doute différentes pratiques balnéaires.

Lucarnes

  • 213 Azuar Ruiz et al., 1995 : 134-135.
  • 214 Vallejo Triano, 1987 : 142.
  • 215 Rivas Rivas, 1982 : 53.
  • 216 García Sánchez de Pedro, 2006 : 110.

51Les lucarnes permettent un éclairage et une ventilation des salles du bain. Leur réalisation intervient avant la pose de l’enduit. L’emplacement des lucarnes est prévu lors du montage des voûtes à moins qu’elles ne soient percées dans un dernier temps. À Elche, les lucarnes sont, selon les archéologues, disposées lors de la construction des voûtes. Des artisans spécialisés retaillent par la suite plus finement ces ouvertures et leur donnent une forme particulière puis elles sont recouvertes d’un enduit213. Les lucarnes peuvent aussi être en pierre. Elles sont encastrées lors de la phase de finition dans des emplacements définis au moment de la construction de la voûte. C’est le cas, par exemple, des lucarnes tronco-pyramidales en marbre retrouvées lors des fouilles du bain du Salón Rico à Madīnat al-Zahrā’214. Le nombre et la forme des lucarnes varient d’un édifice à une autre. On trouve, par exemple, vingt et une lucarnes dans chacune des pièces de la zone humide du bain de Jérez del Marquesado215 tandis que dans le complexe de Yâix, la salle chaude est éclairée avec seulement cinq lucarnes216. Tout dépend aussi de la taille des salles et de la surface à éclairer.

  • 217 Marfil Ruiz, 2004 : 60-62.
  • 218 Rojas Rodríguez-Malo et al., 2006 : 142.
  • 219 Vílchez Vílchez, 2001 : 36.
  • 220 García-Sauco Beléndez et Santamaría Conde, 1984 : 389.
  • 221 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.
  • 222 Pavón Maldonado, 1990 : 347.
  • 223 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 110.
  • 224 Rivas Rivas, 1982 : 41.
  • 225 Ibid. : 47.
  • 226 Ibid. : 53.
  • 227 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.
  • 228 Rivas Hernández, 1988 : 119.
  • 229 Delgado Valero, 1987 : 364.

52Il ne semble pas que des formes particulières aient été préférées à une époque ou à une autre. Différents types de lucarnes coexistent au même moment dans une même région. Un modèle semble cependant particulièrement apprécié depuis le Xe siècle jusqu’à la période nasride : il s’agit des ouvertures en forme d’étoile à huit pointes. Les premiers exemples apparaissent dans le bain omeyyade de l’alcázar de Cordoue217, à Tolède dans l’établissement de Caballel218 daté du XIe siècle puis dans le bain almohade de l’Albaicín219. À l’époque nasride, ce type de lucarne est utilisé dans les édifices de Palomares, de Chinchilla220 et à Churriana de la Vega221. Une autre forme plus complexe à quatre lobes alternant avec quatre pointes à angle droit a été observée dans le bain de Comares. Elle alterne avec des lucarnes étoilées à huit pointes ou en forme de goutte d’eau (fig. XVII). Les ouvertures peuvent être circulaires comme à Palma de Majorque et à Celín, quadrangulaires comme à Santa María222, dans le bain de Yâix223 et à Aldeire224 ou encore rectangulaires comme à Ferreira225 et Jérez del Marquesado226. Les lucarnes sont parfois réalisées en céramique vitrifiée comme à Churriana de la Vega227 ainsi que dans le bain de San Francisco dans l’Alhambra où des fragments de lucarnes tapissées d’alicatados ont été mis au jour. Elles ont une forme d’étoile polychrome à huit pointes de couleur verte, noire, bleue et blanche228. Ces ouvertures ne servent pas seulement à éclairer le bain mais également à ventiler l’édifice. Les lucarnes sont recouvertes de petites vitres que l’on peut ouvrir afin de réguler l’air229.

Revêtements de sols

53Le sol est posé une fois l’hypocauste réalisé et sans doute avant la pose de l’enduit mural qui recouvre les parois de l’édifice.

Revêtements hydrauliques

  • 230 Fuerte Santos et al., 2007 : 190.
  • 231 Ibid. : 200.
  • 232 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.
  • 233 Marfil Ruiz, 2004 : 64.
  • 234 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

54Les édifices de l’époque émirale présentent des revêtements hydrauliques étanches dans les zones humides. À Cordoue, la « salle des pavements hydrauliques » du bain de Cercadilla est constituée d’un sol composé de trois couches constituant un épais béton. Une couche colorée à base d’oxyde de fer230 est ajoutée à l’époque califale, alors que le revêtement est refait pour la troisième fois. Le bain découvert dans la munya de Fontanar de Cábanos présente également de solides sols de rudus231. À Oreto-Zuqueca, la salle intermédiaire du bain bénéficie d’un sol de type opus signinum. Il est composé d’une épaisse couche de mortier de chaux232. Dans le bain almohade de l’alcázar de Cordoue, la petite salle quadrangulaire associée à la pièce froide, à l’ouest, présente un sol réalisé en mortier à base d’almagra233, une poudre d’argile rougeâtre utilisée pour ses propriétés imperméabilisantes. À la même époque, le revêtement du vestiaire du petit établissement de la forteresse d’Alcalá de Guadaíra est composé d’un grossier mortier de chaux et de sable. Celui-ci est égalisé superficiellement par une mince couche de chaux pour garantir l’étanchéité à la pièce234.

Dalles de pierre

  • 235 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.
  • 236 Gilotte, 2009b : 44-46.
  • 237 Izquierdo Benito, 1999 : 18-21.
  • 238 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 109.
  • 239 Berges Roldán, 1989 : 126. Il faut, en effet, des pierres résistantes à de fortes amplitudes therm (...)

55Les dalles de pierre sont utilisées durant une grande partie de la période islamique. Le premier exemple connu est celui d’Oreto-Zuqueca qui présente dans sa salle froide un pavement en pierre de quartz posé sur un radier de mortier235. L’emploi de dalles de pierre est lié à l’existence de carrières locales. À Al-Balāṭ, les salles du bain sont revêtues d’un dallage en schiste236 dont les plaques ont sans doute été taillées directement sur place. Le substrat se présente dans la région sous la forme d’une roche métamorphique à texture lamellaire facilitant la réalisation de ces éléments (fig. XXXIII). Des dalles d’ardoise ont été également utilisées dans le vestiaire, la salle froide et la salle intermédiaire du bain de Vascos237. Ce type de roche est particulièrement adapté aux zones humides étant donné ses propriétés imperméables. Une dalle d’ardoise a été mise au jour dans la salle chaude du bain tolédan de Yâix238 et dans l’établissement de Villardompardo à Jaén. De grandes dalles calcaires résistantes à la chaleur et à l’eau froide sont utilisées pour le revêtement du sol du bayt al-saḫūn239.

  • 240 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 188.
  • 241 Castaño Blázquez et Jiménez Castillo, 2004 : 539 et Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 33 (...)
  • 242 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.
  • 243 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.
  • 244 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.
  • 245 Bertrand et al., 2003 : 603.

56Le sol du petit établissement d’Albarracín est recouvert de la pierre de rodeno240. Il s’agit d’un grès local, facile à tailler dont la teneur en fer donne une couleur rouge décorative. Les grès de la région de Murcie de couleur blanche et jaune sont utilisés dans les bains de San Lorenzo et de San Nicolás où les sols sont revêtus de grandes dalles de 0,40 par 0,80 m sur une couche de préparation de mortier de chaux241. Dans la forteresse d’Alcalá de Guadaíra, des empreintes de dalles de pierre ont été repérées sur le radier de chaux du sol de la salle froide242. Les niveaux entre les revêtements de sol des différentes salles du bain peuvent être légèrement décalés de manière à évacuer plus aisément les eaux usées. Dans le bain d’Elche, les dalles de calcaire mises au jour dans la salle froide se situent à une cote inférieure à celle de la salle chaude. L’inclinaison a été volontairement mise en place afin de conduire l’eau vers une bouche d’évacuation située dans le bayt al-bārid243. Une autre roche locale, la jabaluna, abondante dans la zone de Guadix et de Baza, est utilisée dans le bain de Marzuela. Cette pierre calcaire de couleur grise qui devient noire quand elle est mouillée, est taillée sous la forme de dalles de 0,60 m de côté. Ces dernières sont posées sur un mortier de chaux jaune comme revêtement de sol dans le vestiaire244 ainsi que dans la salle intermédiaire. Elles couvrent une couche de préparation formée par des nodules de plâtre liés à de la terre. Les dalles sont séparées les unes des autres par des galets de rivière245. Il n’est pas rare de trouver différents types de pavements au sein d’un même bain voire au sein d’une même salle comme dans l’établissement de Loulé qui mêle dalles de calcaire, d’ardoise et carreaux de terre cuite (fig. XXXIV). Ces revêtements distincts peuvent être des indices de réfections.

  • 246 Vallejo Triano, 1987 : 142.
  • 247 Vallejo Triano, 2004 : 147.
  • 248 Marfil Ruiz, 2004 : 60-62.
  • 249 Gilotte, 2008 : 22.
  • 250 Arias de Haro et Alcalá Lirio, s.d. : 13.
  • 251 Marfil Ruiz, 2004 : 64.
  • 252 Varela Gomes, 2003 : 87.
  • 253 Berges Roldán, 1989 : 118 et 125.
  • 254 Gómez González et Vílchez Vílchez, 1986 : 551.
  • 255 Arancibia Román, 2003 : 111.

57Les bains des complexes palatins présentent régulièrement des sols en marbre. Ces revêtements luxueux sont attestés dans les bains du Salón Rico au niveau du bayt al-maslaḫ et du bayt al-saḫūn246 ainsi que dans le bain privé de la Alberca à Madīnat al-Zahrā’247. Le premier complexe de l’alcázar de Cordoue présente un sol en marbre blanc dans les pièces froide et chaude248. Lors d’un deuxième état non daté, le sol en carreaux de terre cuite de la salle chaude du bain princier de la forteresse d’Alméria est recouvert par des dalles de marbre. Dans la seconde enceinte de la forteresse, deux fragments de marbre blanc ont été localisés dans la salle froide249 et chaude250 du bain de la Tropa. Au XIIe siècle, le nouvel établissement balnéaire de l’alcázar de Cordoue est pourvu d’un sol en marbre dans la partie la plus occidentale de la salle intermédiaire251. Le bain de la forteresse de Silves est partiellement recouvert de dalles en marbre et de pierre locale en grès rouge252. Par ailleurs, il est possible de trouver quelques pavements en marbre dans des bains publics sans condition géographique ou chronologique. Au XIe siècle, le complexe de Villardompardo bénéficie dans le vestiaire et dans la salle intermédiaire d’un sol en marbre blanc provenant des carrières de Macael. Ce sol est arraché à un moment indéterminé. Il est alors remplacé par un pavement en carreaux de terre cuite253. Un sol en marbre associé à des carreaux de terre cuite est également attesté dans le bain des Mercedarias254 et dans l’édifice nasride de Buenavista à Malaga255.

Carreaux de terre cuite

  • 256 Salvatierra Cuenca et al., 2001 : 292.
  • 257 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 50.
  • 258 Espinar Moreno, 1990 : 75

58Les carreaux de terre cuite sont employés dans les bains d’al-Andalus durant quasiment toute la période islamique. L’un des premiers exemples est localisé dans le complexe princier de la forteresse d’Alméria au début XIe siècle où un sol en carreaux de terre cuite a été mis au jour dans le bayt al-saḫūn. La salle chaude du bain de la forteresse d’Albarracín est également composée d’un dallage de terre cuite256. Dans l’édifice du Naranjo à Jaén, le bayt al-wasṭī serait revêtu d’un pavement en terre cuite apparu partiellement à l’ouest de la pièce257. À Grenade, les bains de l’Albaicín et du Bañuelo présenteraient des sols en terre cuite258 dans les salles intermédiaires voire dans les pièces froide et chaude pour le second.

  • 259 García López, 1990 : 38.
  • 260 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.
  • 261 López López et al., 1993 : 162.
  • 262 Pozo Martínez, 1991 : 81 ; lám. IX.
  • 263 Aguayo et al., 1999 : 83.
  • 264 Torres Balbás, 1942 : 208-209.
  • 265 Bertrand y Sánchez Viciana, 2006 : 171.
  • 266 López Osorio y Torres Carbonell, 2008 : 197.
  • 267 Gallego Roca, 1986 : 31 et 33
  • 268 Rivas Hernández, 1988 : 119.
  • 269 Torres Balbás, 1948 : 193.

59À l’époque nasride, ce type de pavement est particulièrement apprécié dans les bains publics comme dans les bains privés. Il est reconnu dans la salle intermédiaire du bain de Celín259, dans le vestiaire de la forteresse d’Almuñécar, où les carreaux sont disposés en arêtes de poisson260, ainsi que dans l’édifice de San Agustín261 à Grenade et dans le petit établissement privé de Polo de Medina à Murcie où il est posé sur un épais niveau de préparation de mortier de chaux262. La disposition en épi ou en arêtes de poisson apparaît également dans l’espace central du vestiaire du bain de Ronda263. Au niveau du vestiaire de l’édifice balnéaire de Gibraltar, un sol formé de carreaux de terre cuite est apparu partiellement au sud de la pièce. Ceux-ci sont placés alternativement en file, l’un dans le sens de la longueur, l’autre dans le sens de la largeur264. À Baza, le pavement du vestiaire du bain est composé de dalles de jabaluna côté ouest et d’un dallage de carreaux de terre cuite disposés en arêtes de poisson côté est265. La salle chaude de l’édifice de Churriana est revêtue d’un pavement de carreaux de terre cuite en forme de U inversé posé sur une épaisse couche de mortier de chaux266. Enfin, dans les bains nasrides de l’Alhambra, ce matériau a été très utilisé. Il est couramment associé à des alicatados de couleur verte, noire et blanche comme dans les établissements privés des palais des Abencerrajes267 ou de San Francisco268. Il peut même être vitrifié et disposé au sol avec les alicatados comme dans le bain du dār al-ʿArūša269.

Enduits

  • 270 Azuar Ruiz et al., 1995 : 134-135.

60L’enduit est sans doute réalisé après la pose du revêtement de sol. Dans le bain de la Tropa, des bourrelets d’enduit à la base des murs se situent au niveau du sol de circulation et attestent une pose postérieure au dallage. Il est toutefois possible qu’il s’agisse d’une réfection de l’enduit mural. À Elche, ces mêmes bourrelets se présentent posés contre les dalles du pavement270. Les artisans ont donc dans un premier temps installé le sol puis ils ont enduit les murs. Aucune analyse n’a été menée jusqu’ici sur les enduits des bains d’al-Andalus et les observations à l’œil nu constituent l’essentiel des informations.

Figure 30. – Schéma d’une maçonnerie enduite.
1 : couche préparatoire avec coups de truelle pour accroche ;
2 : couche de mortier épaisse et talochée ; 3 : couche fine recevant le décor peint.

  • 271 Aguilar Moya, 1999 : 141.
  • 272 Pozo Martínez, 1991 : 81.
  • 273 Passini et al., 1997 : 206.
  • 274 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.
  • 275 Ramírez Águila, 1990 : 104.
  • 276 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.

61L’ensemble du bain, et plus particulièrement la zone humide de l’édifice, reçoit une ou plusieurs couches d’enduit sur les parois internes des murs porteurs, cloisons et voûtes. La succession de ces différentes couches est reconstituée figure 30. L’enduit est conçu de manière à supporter une chaleur importante dans la salle chaude. Il doit résister à l’humidité, d’où l’emploi de chaux hydraulique. Il serait intéressant à cet égard de mener des études systématiques sur les enduits afin de connaître précisément leur composition et donc leur résistance à la chaleur et à l’humidité. En l’absence de donnée à ce sujet, nous pouvons seulement cerner les différentes étapes de la pose des enduits. Une première couche de mortier de chaux – qui peut être assez épaisse – recouvre la maçonnerie. Elle présente des empreintes réalisées à la truelle afin de faciliter l’accroche de la seconde couche. Ce niveau préparatoire a été observé dans le bain de Celín (fig. XXXV) et de manière très fragmentaire dans le complexe du Salón Rico à Madīnat al-Zahrā’(fig. XXXVI). Les plâtriers posent ensuite une couche plus fine qui peut constituer le revêtement final du bain ou un niveau intermédiaire sur lequel sera posée la couche de finition qui peut être décorée. Dans le bain de la forteresse de Jérez de la Frontera, une couche lisse de finition gris-ocre et d’aspect marmoréen a été repérée dans la salle froide et dans d’autres parties de l’édifice sur les murs et les voûtes271. Dans le petit établissement privé de Polo de Medina, un plâtre blanc achève la réalisation de l’unique pièce du bain272. Si l’on examine attentivement les enduits subsistant dans l’édifice balnéaire du Salón Rico, on remarque la finesse de la troisième couche d’enduit. Elle présente un liseré blanc sur un fond rouge (fig. XXXVI). Il n’est pas rare de rencontrer ce type de décoration dans les bains andalusī-s. Les soubassements sont recouverts d’un enduit rougeâtre, réalisé à base d’almagra ou d’oxyde de fer, surmonté de bandes blanches. Le reste de l’élévation est ensuite recouvert d’un lait de chaux. Ce décor est connu dans le bain omeyyade de l’alcázar à Cordoue, dans la salle chaude de l’établissement de San Sebastián de Suso273 à Tolède, dans la salle intermédiaire du bain de la forteresse de Segura de la Sierra ainsi que dans le vestiaire d’Alcalá de Guadaíra274. D’autres décors à base de motifs rouges sont connus dans le bain de Villardompardo à Jaén et dans le Bañuelo de Grenade. À Murcie, des traces de motifs décoratifs de couleur rouge sur fond blanc ont été découvertes dans les édifices de San Antonio et de Trinquete275. Enfin, dans le bain de Churriana de la Vega, le picage des murs lors de la campagne de fouilles a permis de mettre au jour un bandeau rouge de 0,90 m de hauteur repéré à plusieurs endroits de la salle chaude. Il est associé dans la partie supérieure des murs à un enduit de lait de chaux276.

Eléments décoratifs

62Plusieurs bains bénéficient de décors muraux qui peuvent être simplement composés de motifs géométriques rouges sur fond blanc ou inversement. Les bains les plus luxueux situés au sein des forteresses et des palais reçoivent de riches décorations en céramique vitrifiée, placages de marbre et stucs.

Placages de marbre, atauriques et yeserías

  • 277 Vallejo Triano, 1987 : 144-147.
  • 278 Salvatierra Cuenca et al., 2001 : 292.
  • 279 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.
  • 280 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 109.
  • 281 Ibid. : 109.

63Dès le Xe siècle, à Madīnat al-Zahrā’, les bains du Salón Rico et de la Alberca sont ornés d’atauriques, de placages de marbre et de pièces d’albâtre. Ces éléments représentent une décoration végétale typique de l’époque califale (fig. XXXVII). Des inscriptions en coufique complètent cette ornementation stylisée qui s’inscrit dans un programme décoratif particulier277. Des stucs peints polychromes ont également été mis au jour lors des fouilles des bains de la forteresse de Segura de la Sierra278 et d’Alcalá de Guadaíra279. On retrouvera, par la suite, d’autres placages en plâtre appelés yeserías dont les motifs sont moulés et incisés. Dans les bains de Comares et du Polinario à l’Alhambra (fig. XXXVIII), ils embellissent les parois des vestiaires pourvus de tours-lanternes. Dans le complexe de Comares, ils représentent à la fois un décor géométrique et des inscriptions en arabe. Ils sont associés à des moucharabiehs dans la partie supérieure de la tour-lanterne. Ces derniers ont été retirés et remplacés lors de la restauration des années 1838 et 1866280 (fig. XXXIX). Les plafonds en bois de la tour-lanterne ont été restaurés au XIXe siècle. Les restaurateurs ont posé de brillantes décorations en céramique281 mais on ignore sous quelle forme se présentait la décoration de ces couvertures en bois à l’époque islamique.

Alicatados et terre cuite vitrifiée

  • 282 Díez Jorge, 2007 : 27.
  • 283 On pourra consulter à ce sujet l’article de E. Díez Jorge qui montre l’ampleur des modifications d (...)
  • 284 Rivas Hernández, 1988 : 119.
  • 285 Díez Jorge, 2007 : 26.

64Les alicatados constituent un autre décor très en vogue dans l’Alhambra. Il s’agit d’une céramique vitrifiée qui sert de revêtement mural. Elle est parfois associée à des carreaux de terre cuite pour la décoration des sols. La production d’alicatados à l’époque nasride est représentée par quatre couleurs : bleu, vert, marron-pourpre et ocre-jaune. Leur fabrication peut prendre plusieurs formes. Les pièces peuvent être découpées dans des panneaux de céramique vitrifiée au moyen d’une pique et d’une massette. Il est également possible que l’argile soit coulée dans des petits moules en métal ou que les carreaux soient sectionnés dans des panneaux de terre cuite avant d’être vitrifiés282. Ils sont ensuite posés sur une couche de mortier de chaux pour recouvrir un sol ou un mur. Le bain de Comares est décoré d’alicatados mais certains ont été repositionnés à l’époque chrétienne ou ont été restaurés au XIXe siècle283 (fig. XL). D’autres bains de l’Alhambra présentent un décor d’alicatados comme le bain du Polinario et du palais de San Francisco284. On peut s’interroger sur l’origine et la provenance de la technique de la céramique vitrifiée utilisée comme revêtement décoratif. En effet, il semble exister un lien étroit entre les alicatados et les zelliges fabriqués au Maghreb et plus spécifiquement au Maġrib al-Aqṣā à l’époque almohade puisqu’on en trouve dès le XIIe siècle dans la Koutoubia de Marrakech285. La technique pourrait être importée d’Afrique du Nord et connaîtrait un développement particulièrement florissant dans l’Alhambra nasride.

*

  • 286 Gurriarán Daza et Sáez-Rodríguez, 2002 : 569. Les auteurs parlent en effet d’une technique qui ass (...)
  • 287 Graciani García, 2009 : 115.

65La description des différents modules constituant le bain permet de saisir l’organisation générale de l’édifice, les éléments indispensables à sa réalisation et les systèmes techniques mis en œuvre. L’observation des formes et matériaux utilisés révèle les différents choix des constructeurs. La maçonnerie en mortier de chaux élevée selon le principe du ṭābiya est particulièrement appréciée pour construire des bains durant toute la période islamique. Fait à partir de matériaux de récupération, il s’agit d’un procédé simple à mettre en œuvre286. Cette méthode est d’ailleurs employée dans de nombreuses constructions andalusī-es et elle n’est pas seulement réservée au ḥammām287. Elle permet d’édifier des murs épais qui résisteront, selon les mortiers utilisés, à la chaleur et à l’humidité. Qu’il s’agisse des murs porteurs ou des cloisons, les mêmes coffrages sont utilisés et la largeur des parois est standard au sein d’un même bain. Cette technique ne permet pas de créer des absides ou d’autres formes architecturales circulaires. L’emploi du ṭābiya conditionne donc la forme du bain.

66En parallèle, quelques bains sont construits en pierre de taille comme le complexe de l’alcázar omeyyade de Cordoue et de la ville de Madīnat al-Zahrā’. Ces édifices s’inscrivent ici dans des contextes palatins dans lesquels l’usage de la pierre est courant. Cette utilisation est sans doute liée à une tradition orientale. Dans la ville de Cordoue, aux Xe-XIe siècles, les bains de Santa María et de San Pedro sont élevés en pierre de taille. L’approvisionnement en pierre étant sans doute plus développé dans la capitale d’al-Andalus, la pierre ne serait pas ici réservée aux seuls espaces palatins. Dans d’autres cas, ce type de construction est à mettre en relation avec l’existence de carrières locales comme à Vascos ou Al-Balāṭ.

  • 288 Malgré son appellation, l’usage de cet appareil n’est pas limité à la région de Tolède et se recon (...)

67À la même époque, à Tolède, on préfère l’« appareil tolédan » mêlant moellons et assises de brique. Cet usage est circonscrit aux bains tolédans et ne connaît pas d’équivalent dans le reste d’al-Andalus288. Enfin, plusieurs édifices sont également construits en brique à l’époque nasride. Cette mode apparaît à la fin du XIIIe siècle dans le bain de Ronda et se développe dans les complexes balnéaires de l’Alhambra. Des ateliers et des artisans briquetiers doivent alors œuvrer pour la forteresse. En parallèle, des édifices sont toujours construits en maçonnerie de mortier de chaux comme à Celín ou encore en dalles d’ardoise dans les bains nasrides du Marquesado del Cenete. Il existe donc plusieurs solutions constructives, parfois contemporaines.

68La configuration du bain permet un usage de la voûte en berceau pleincintre ou de la voûte en auge dans les salles qui se présentent sous la forme de nefs. Elles sont le plus souvent construites en brique dès la fin du Xe siècle et plus rarement en pierre comme à Vascos. Cet usage est sans doute lié aux possibilités locales et certainement aux « traditions » constructives mises en œuvre par des artisans sur un site en particulier. Parfois, la voûte est constituée de briques et de dalles de pierre placées alternativement comme dans le bain nasride de Celín. Les voûtes en berceau ou en auge peuvent être choisies pour couvrir les galeries des salles intermédiaires. Elles sont associées à une voûte en arc-de-cloître ou en pendentif placée au centre de la pièce. Cette disposition apparaît au XIe siècle et est en usage jusqu’à l’époque nasride. Il n’existe pas de choix particuliers de couverture. Seule la tour-lanterne est à la mode à l’époque nasride dans l’Alhambra. Ce système est réservé aux vestiaires des bains des palais. Il apparaît, par exemple, dans le complexe balnéaire de Comares sous Yūsuf Ier (1333-1354). Notons que des configurations similaires existent dans des bains mérinides du Maghreb.

69L’arc outrepassé est un motif particulièrement prisé dans tous les bains andalusī-s que ce soit dans les galeries des bayt-s al-wasṭī ou dans les alcôves des bayt-s al-bārid et bayt-s al-saḫūn. Il participe à l’aspect décoratif et esthétique de l’édifice. À l’époque nasride et plus particulièrement dans les bains de l’Alhambra, l’usage de l’arc plein-cintre surélevé et ajouré est préféré dans les alcôves du bayt al-maslaḫ. Au sein de la zone humide des ḥammām-s, entre chacune des pièces, les portes sont surmontées soit de simples linteaux en pierre ou en bois, soit d’arcs en brique surbaissés, déprimés ou pleincintre. Au sein d’un même édifice, les constructeurs utilisent toujours le même type d’arc au niveau des embrasures de porte, ce qui confère une certaine unité à l’intérieur de l’édifice.

70De solides mortiers hydrauliques sont employés en revêtements de sols à l’époque émirale. Cet usage est rapidement abandonné au cours du Xe siècle pour laisse place à des pavements en pierre et en carreaux de terre cuite. Le marbre est utilisé dans les complexes princiers de l’alcázar de Cordoue et de Madīnat al-Zahrā’mais également dans les bains publics de Villardompardo (XIe siècle), des Mercedarias (XIIe siècle) ou dans l’édifice nasride de Buenavista à Malaga. L’emploi de dalles de pierre et notamment d’ardoise est attesté dès le Xe siècle à Vascos puis à Al-Balāṭ au XIe siècle où l’on utilise une roche locale. Il en est de même à Albarracín, Bolaños, Murcie et Baza où l’on profite de carrières de pierre situées à proximité. À l’époque nasride, des terres cuites vernissées associées à des alicatados colorés permettent de créer des motifs décoratifs au sol. Ce trait reste spécifique aux édifices de l’Alhambra. De manière générale, les constructeurs ne recherchent pas une certaine unité au niveau des sols puisque plusieurs types de revêtements peuvent être juxtaposés. Aucun type de pavement ne semble plus adapté à une salle ou une autre. On utilise indifféremment pierres ou carreaux de terre cuite au sein des différents espaces du bain. Il apparaît que l’on choisit davantage des matériaux disponibles localement, très souvent des pierres calcaires.

71Enfin, des traces de décors muraux sont attestées dans un certain nombre de bains andalusī-s, notamment au niveau des soubassements. Il s’agit généralement d’un bandeau de couleur rouge surmonté de motifs géométriques ou floraux blancs. Ces enduits rouges sont réalisés à base d’almagra, un pigment rouge constitué d’argile et d’oxyde de fer, utilisé non seulement pour son caractère esthétique mais également pour ses propriétés imperméabilisantes. Des programmes décoratifs sont mis en place dans les bains des palais et forteresses dès l’époque omeyyade. Des matériaux nobles comme le marbre ou l’albâtre sont, par exemple, utilisés dans le complexe balnéaire de Madīnat al-Zahrā’. À l’époque des Taifas, les constructions de complexes balnéaires font l’objet de décoration particulière dans les espaces palatins avec la présence de stucs peints comme à Alméria, Albarracín et Segura de la Sierra. Il en est de même sous les Almohades dans le monumental bain de Jérez de la Frontera et le plus modeste édifice d’Alcalá de Guadaíra. Une recherche esthétique se remarque dans les établissements balnéaires de l’Alhambra et notamment dans la zone sèche où se mêlent yeserías, alicatados, marbre et plafonds en bois sculpté. À l’époque nasride, le vestiaire devient un espace privilégié et il est aménagé comme un salon de réception.

Notes

1 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 569-575.

2 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1978 : 829-830.

3 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 569.

4 Ibid. : 570.

5 Aguilar Moya, 1999 : 140. Il serait à cet égard intéressant de réaliser des relevés systématiques des dimensions des caissons de tapial afin d’identifier éventuellement des spécificités locales ou chronologiques.

6 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 74.

7 Fuertes Santos et al., 2007 : 194.

8 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206-207.

9 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.

10 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

11 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

12 Aranciaba Román, 2003 : 109.

13 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 586-587.

14 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 332 ; Castaño Blázquez et Jiménez Castillo, 2004 : 541-542.

15 Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : 586.

16 Torres Balbás, 1952b : 437.

17 Torres Balbás, 1945b : 404.

18 Aguilar Moya, 1999 : 140.

19 Azuar Ruiz et al., 1995 : 126.

20 Aranciaba Román, 2003 : 108.

21 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

22 Ibidem.

23 Mileto et Vegas, 2003 : 214.

24 Gallego Roca, 1986 : 26.

25 On sait par Al-ʿUmarī (m. 1337) qu’il existe dans la ville de Grenade une porte des briquetiers ou bāb al-ṭawwābin (Al-ʿUmarī par Gaudefroy-Demombynes, 1927 : 230).

26 Rosselló Bordoy, 1956 : 16.

27 Passini et al., 1997 : 214.

28 Delgado Valero, 1987 : 396.

29 Passini, 2010 : 218.

30 Passini, 1995 : 39.

31 Barrio Aldea, 2006 : 92-98.

32 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.

33 Torres Balbás, 1952b : 436-437.

34 Vílchez Vílchez, 2001 : 35-36.

35 Gómez González et Vílchez Vílchez, 1986 : 547-549.

36 Aguayo et al., 1999 : 81-83.

37 Torres Balbás, 1942 : 207.

38 Ramírez de Arellano, 1983 : 132-133.

39 Gómez Moreno González, 1982 (rééd.) : 415.

40 Marfil Ruiz, 2004 : 61.

41 Vallejo Triano, 2004 : 147.

42 Vílchez Vílchez, 2001 : 34.

43 Ibid. : 36.

44 Ibid. : 34.

45 Izquierdo Benito, 1999 : 22-23.

46 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 172.

47 Delgado Valero, 1987 : 394-402.

48 Passini et al., 1997 : 203-210.

49 Ibid. : 190.

50 Barrio Aldea, 2006 : 92-98.

51 Marfil Ruiz, 2004 : 62.

52 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 61-62.

53 Marfil Ruiz, 1997a : 335.

54 Passini, 1995 : 41-43.

55 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 42-52 et Berges Roldán, 1989 : 77-108.

56 Aguilar Moya, 1999 : 140-141.

57 Valor Piechotta, 2008 : 156.

58 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.

59 Ibid. : 36.

60 Ramírez Águila, 1990 : 104-105.

61 Torres Balbás, 1952b : 436.

62 Gómez Moreno, 1951 : 265.

63 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 190.

64 García Sauco Belendez et Santamaria Conde, 1984 : 391.

65 Rivas Rivas, 1982 : 43.

66 Rivas Rivas, 1982 : Ferreira : 47 ; Huéneja : 50 ; Jérez del Marquesado : 53.

67 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.

68 Ibid. : 82.

69 Araguas, 2003 : 70.

70 Valor Piechotta, 1994 : 166.

71 Torres Balbás, 1942 : 207.

72 Valor Piechotta, 1994 : 166.

73 Marfil Ruiz, 2004 : 64.

74 Barrio Aldea, 2006 : 92-96.

75 Vílchez Vílchez, 2001 : 53.

76 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 42-52.

77 Berges Roldán, 1989 : 77-108.

78 Gómez Moreno, 1947 : 155.

79 Valor Piechotta, 1994 : 166.

80 Torres Balbás, 1942 : 206.

81 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.

82 Ibid. : 171.

83 Gilotte, 2009b : 45.

84 Delgado Valero, 1987 : 383.

85 Vílchez Vílchez, 2001 : 36.

86 Rivas Rivas, 1982 : Aldeire : 42 ; Ferreira : 47 ; Huéneja : 51 ; Jérez del Marquesado : 53.

87 Delgado Valero, 1987 : 394-402.

88 Ibid. : 383-384.

89 Vílchez Vílchez, 2001 : 32.

90 Ibid. : 366.

91 Gómez Moreno, 1947 : 155.

92 Torres Balbás, 1942 : 208.

93 Berges Roldán, 1989 : 117-118.

94 Passini et al., 1997 : 194.

95 Vílchez Vílchez, 2001 : 70.

96 Sur les différences morphologiques des arcs outrepassés omeyyades, on pourra voir : Corzo Sánchez, 1978. En ce qui concerne l’arc outrepassé brisé, G. Marçais précise que cette forme élaborée à l’époque almohade en Ifrīqiya aurait été importée en al-Andalus (Marçais, 1926 : 370). Il y aurait probablement matière aujourd’hui à revoir cette hypothèse.

97 Muñoz Vázquez, 1961-1962 : 62.

98 Marfil Ruiz, 2004 : 64.

99 Delgado Valero, 1987 : 394-402.

100 Passini, 1995 : 41.

101 Delgado Valero, 1987 : 383-384.

102 Berges Roldán, 1989 : 126.

103 Passini et al., 1997 : 197.

104 Ramírez Aguila, 1990 : 104.

105 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 106-114.

106 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 113.

107 Izquierdo Benito, 1999 : 22.

108 Claros Bastante et al., 2006 : 176.

109 Gilotte, 2008 : 57.

110 Gilotte, 2009b : 47.

111 López López et al., 1993 : 162.

112 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 173.

113 Rosselló et Soriano, 1998 : 54.

114 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 53.

115 Aguayo et al., 1999 : 87.

116 Arancibia Román, 2003 : 108-109.

117 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.

118 Marfil Ruiz, 2004 : 62.

119 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 114-115.

120 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 173.

121 Gilotte, 2009b : 47.

122 Marfil Ruiz, 2004 : 62.

123 Vallejo Triano, 1987 : 143.

124 Cette observation est similaire à la description d’un ḥammām de Salé par E. Pauty dans les années 1940 : « La chaufferie attire notre particulière attention. Voûtée à hauteur de l’étuve qui lui est contiguë et parallèle, son sol est de beaucoup surbaissé. Au hammam de Bab Sebta à Salé, il se situe à 3 mètres environ au-dessous du niveau de l’étuve. Un escalier étroit et rapide lui donne accès de l’extérieur. Un massif de maçonnerie de briques (fūrnašī) dans lequel s’ouvre le foyer (ʿafya) porte une chaudière (ṭanẓīr) complètement enrobée dans la brique. […] Le foyer, intérieurement cylindrique, est surmonté de la chaudière en cuivre rouge, ronde en son fond. Cette chaudière, libre dans sa carapace de maçonnerie de briques, est suspendue par son collier à la partie supérieure du massif. Les derniers rangs de briques sont indemnes de mortier de sel. » L’auteur ajoute en note que ces renseignements ont été pris à Salé auprès d’un muʿallim ayant construit des bains (Pauty, 1944 : 217 et 220).

125 Marçais, 1926 : 342.

126 Vallejo Triano, 1987 : 142-143.

127 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

128 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 52.

129 López Osorio y Torres Carbonell, 2008 : 197.

130 Chacón Jiménez, 1980 : 79.

131 López López et al., 1993 : 162.

132 Arancibia Román, 2003 : 109-110.

133 Aguilar Moya, 1999 : 142.

134 Gallego Roca, 1986 : 36.

135 Vallejo Triano, 1987 : 142-143 et Vallejo Triano, 2004 : 147.

136 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 45-52.

137 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 110-111.

138 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.

139 Azuar Ruiz et al., 1995 : 111-114.

140 Ramírez Águila, 1990 : 105-106.

141 Arancibia Román, 2003 : 109-110.

142 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.

143 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.

144 Gallego Roca, 1986 : 36-37.

145 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 190.

146 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.

147 Claros Bastante et al., 2006 : 176.

148 Izquierdo Benito, 1999 : 21.

149 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 45-50.

150 Berges Roldán, 1989 : 125.

151 Salvatierra et al., 2001 : 292.

152 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 113.

153 Pozo Martínez, 1991 : 82.

154 Aguilar Moya, 1999 : 142.

155 Izquierdo Benito, 1999 : 21.

156 Martí et Pascual, 2000 : 510.

157 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 188.

158 C’est le cas notamment dans le bain de Polo de Medina à Murcie où une couche de 0,15 à 0,20 m de cendres a été mise au jour au niveau du sol de l’hypocauste (Pozo Martínez, 1991 : 82).

159 Ce fait est d’autant plus remarquable qu’aucun des bains de notre corpus n’est connu pour avoir été abandonné suite à un incendie.

160 Gilotte, 2008 : 71.

161 Ibid. : 63.

162 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 53.

163 Pozo Martínez, 1991 : 82.

164 La citerne a une capacité de 4 212 litres. Elle est alimentée par une noria située à proximité (Aguilar Moya, 1999 : 142).

165 Torres Balbás, 1952b : 437.

166 Aguayo et al., 1999 : 85.

167 Passini et al., 1997 : 209.

168 Ibid. : 194-196.

169 Barrio Aldea, 2006 : 102.

170 Marfil Ruíz et Penco Valenzuela, 1997 : 98.

171 Toro Moyano, 1987 : 140.

172 Gallego Roca, 1986 : 33-34.

173 Pavón Maldonado, 1977 : fig. 12.

174 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 174-175.

175 Delgado Valero, 1996 : 62.

176 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

177 Barrio Aldea, 2006 : 95-96.

178 Torres Balbás, 1942 : 209.

179 Ibidem.

180 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 334.

181 Aguilar Moya, 1999 : 142.

182 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 174-175.

183 Izquierdo Benito, 1999 : 19.

184 Torres Balbás, 1942 : 208-209.

185 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207-208.

186 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 108-109.

187 Mileto et Vegas, 2003 : 214.

188 Azuar Ruiz et al., 1995 : 126.

189 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.

190 Arancibia Román, 2003 : 111.

191 Vallejo Triano, 2004 : 145.

192 Marfil Ruiz, 2004 : 60.

193 Delgado Valero, 1996 : 62.

194 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.

195 Torres Balbás, 1948 : 193.

196 Marfil Ruiz, 2004 : 60 et 64.

197 Vallejo Triano, 1987 : 148.

198 Vallejo Triano, 2004 : 144.

199 Varela Gomes, 2003 : 91-92.

200 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

201 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.

202 Clapés Salmoral, 2013 : 107.

203 Rojas Rodríguez-Malo, 2006 : 1718.

204 Herreros, 2002 : 85.

205 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.

206 Rojas Rodríguez-Malo et al., 2006 : 144.

207 Luna Osona et Carmona Ávila, 2011 : 220.

208 Gilotte, 2009b : 44.

209 Fuerte Santos et al., 2007 : 194.

210 Rojas Rodríguez-Malo, 2006 : 18.

211 Luna Osona et Carmona Ávila, 2011 : 212.

212 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.

213 Azuar Ruiz et al., 1995 : 134-135.

214 Vallejo Triano, 1987 : 142.

215 Rivas Rivas, 1982 : 53.

216 García Sánchez de Pedro, 2006 : 110.

217 Marfil Ruiz, 2004 : 60-62.

218 Rojas Rodríguez-Malo et al., 2006 : 142.

219 Vílchez Vílchez, 2001 : 36.

220 García-Sauco Beléndez et Santamaría Conde, 1984 : 389.

221 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

222 Pavón Maldonado, 1990 : 347.

223 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 110.

224 Rivas Rivas, 1982 : 41.

225 Ibid. : 47.

226 Ibid. : 53.

227 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 196.

228 Rivas Hernández, 1988 : 119.

229 Delgado Valero, 1987 : 364.

230 Fuerte Santos et al., 2007 : 190.

231 Ibid. : 200.

232 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

233 Marfil Ruiz, 2004 : 64.

234 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

235 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

236 Gilotte, 2009b : 44-46.

237 Izquierdo Benito, 1999 : 18-21.

238 García Sánchez de Pedro et al., 2006 : 109.

239 Berges Roldán, 1989 : 126. Il faut, en effet, des pierres résistantes à de fortes amplitudes thermiques dans la salle chaude.

240 Hernández Pardos et Franco Calvo, 2006 : 188.

241 Castaño Blázquez et Jiménez Castillo, 2004 : 539 et Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 333.

242 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

243 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.

244 Bertrand et Sánchez Viciana, 2006 : 171.

245 Bertrand et al., 2003 : 603.

246 Vallejo Triano, 1987 : 142.

247 Vallejo Triano, 2004 : 147.

248 Marfil Ruiz, 2004 : 60-62.

249 Gilotte, 2008 : 22.

250 Arias de Haro et Alcalá Lirio, s.d. : 13.

251 Marfil Ruiz, 2004 : 64.

252 Varela Gomes, 2003 : 87.

253 Berges Roldán, 1989 : 118 et 125.

254 Gómez González et Vílchez Vílchez, 1986 : 551.

255 Arancibia Román, 2003 : 111.

256 Salvatierra Cuenca et al., 2001 : 292.

257 Grupo de Arqueología y Patrimonio, 1993 : 50.

258 Espinar Moreno, 1990 : 75

259 García López, 1990 : 38.

260 Gómez Becerra, 1995-1996 : 99.

261 López López et al., 1993 : 162.

262 Pozo Martínez, 1991 : 81 ; lám. IX.

263 Aguayo et al., 1999 : 83.

264 Torres Balbás, 1942 : 208-209.

265 Bertrand y Sánchez Viciana, 2006 : 171.

266 López Osorio y Torres Carbonell, 2008 : 197.

267 Gallego Roca, 1986 : 31 et 33

268 Rivas Hernández, 1988 : 119.

269 Torres Balbás, 1948 : 193.

270 Azuar Ruiz et al., 1995 : 134-135.

271 Aguilar Moya, 1999 : 141.

272 Pozo Martínez, 1991 : 81.

273 Passini et al., 1997 : 206.

274 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1165.

275 Ramírez Águila, 1990 : 104.

276 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 197.

277 Vallejo Triano, 1987 : 144-147.

278 Salvatierra Cuenca et al., 2001 : 292.

279 Domínguez Berenjeno, 2003 : 1166.

280 Bermúdez Pareja, 1974-1975 : 109.

281 Ibid. : 109.

282 Díez Jorge, 2007 : 27.

283 On pourra consulter à ce sujet l’article de E. Díez Jorge qui montre l’ampleur des modifications des revêtements muraux du bain de Comares (Díez Jorge, 2007).

284 Rivas Hernández, 1988 : 119.

285 Díez Jorge, 2007 : 26.

286 Gurriarán Daza et Sáez-Rodríguez, 2002 : 569. Les auteurs parlent en effet d’une technique qui assure « las premisas básicas de recuperabilidad, fácil movilidad, sujeción y autoestabilidad durante los labores de apisonado ».

287 Graciani García, 2009 : 115.

288 Malgré son appellation, l’usage de cet appareil n’est pas limité à la région de Tolède et se reconnaît dans la submeseta norte comme en Andalousie (Araguas, 2003 : 59 et 396-397). Il a également été observé en Afrique du Nord dans les bains de Ceuta (Fournier, sous presse).

Table des illustrations

Légende Figure 24. – Schéma idéal des éléments qui interviennent dans le procédé de construction des murs en ṭābiya(Gurriarán Daza et Saéz Rodríguez, 2002 : fig. 1). A : planches ; B : maintien vertical ; C : maintien horizontal (traverses) ; D : tête du coffrage : E : cordes ; F : coffre de maçonnerie ; G : caisson achevé ; H : pierres de taille (fondations).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 25. – Série d’arcs plein cintre légèrement outrepassés délimitant les galeries du bayt al-wasṭī du bain de Villardompardo (Jaén, XIe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 26. – Jambage de brique à l’entrée du bain de Ronda (fin XIIIe siècle) dans lequel on remarque le verrou de fermeture de la porte ainsi qu’une encoche supérieure pour fermer cette dernière avec une barre métallique ou en bois.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 27. – Schémas des différentes configurations de fours rencontrées dans les bains d’al-Andalus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 28. – Four, hypocauste et bassins creusés dans le substrat dans le bain de Bolaños (Xe-XIe siècles). Le four est collé contre la paroi de séparation entre la salle chaude et la zone de services(Claros Bastante et al., 2006 : 176).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Figure 29. – Reconstitution du système de chauffe de l’hypocauste et de la production de vapeur dirigée dans la salle chaude du bain.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Figure 30. – Schéma d’une maçonnerie enduite.1 : couche préparatoire avec coups de truelle pour accroche ;2 : couche de mortier épaisse et talochée ; 3 : couche fine recevant le décor peint.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44633/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540