Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Deuxième partie. Construction et formes du bain en al-Andalus

Chapitre III. Le chantier du ḥammām

Texte intégral

1Les données archéologiques et plusieurs indices dans les textes permettent de reconstituer les différentes étapes de la mise en œuvre du bain. Les sources textuelles offrent en parallèle quelques données sur les commanditaires et les maîtres d’œuvre ainsi que sur les différents corps de métiers qui interviennent lors de la construction d’un ḥammām.

Commanditaires et choix du terrain

Les commanditaires

  • 1 Al-Anṣārī par Vallvé Bermejo, 1962 : 421.
  • 2 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88 (trad.) et 71 (texte arabe).

2Il n’est pas toujours aisé de préciser pourquoi on choisit de construire un bain à un moment donné. Cependant, il est certain que l’élévation de cet édifice dans l’espace public répond à un besoin en équipement collectif. À Cordoue, à l’époque émirale, des bains semblent avoir été construits autour de munya-s pour équiper ces quartiers en plein développement. L’autorité politique en place peut également prévoir l’édification de bains dans un souci de planification urbaine. Les gouverneurs peuvent être, en effet, les moteurs de la construction. À Badajoz et à Palma de Majorque, sous l’émirat de ʿAbd Allāh, al-Ǧilliqī et ʿIsām ordonnent chacun l’édification de ḥammām-s, de mosquées et de funduq-s dans leur ville. Al-Bakrī précise même que l’émir aurait envoyé une équipe de constructeurs à Badajoz. Au XVe siècle, à Ceuta, Al-Anṣārī note que le gouverneur Abū ʿAlī Nāṣiḥ, a commandité un bain qui porte son nom, le ḥammām al-Qāʿid1. Al-Ḥimyarī évoque à Jaén le ḥammām al-Ṯawr et le ḥammām al-Walad qui appartiennent au gouverneur2 (humā al-sulṭān). Il peut donc s’agir d’édifices construits ou commandités par l’autorité en place.

  • 3 Al-Anṣārī par Vallvé Bermejo, 1962 : 422.
  • 4 García Gómez, 1965 : 354.
  • 5 Arjona Castro, 1982 : 79.
  • 6 Guichard, 1998 : 41.

3Les bains sont d’ailleurs régulièrement désignés par des noms de personnes. À Ceuta, Al-Anṣārī mentionne d’autres établissements connus sous les dénominations de ḥammām al-Ǧānaštī, ḥammām ʿĪsā et ḥammām ʿAbbūd3. De même, Al-Ḥimyarī cite les ḥammām Ibn al-salīm, ḥammām Ibn Ṭarafa et le ḥammām Ibn Isḥāq à Jaén. ʿĪsā Rāzī dans ses Anales de Al-Ḥakam II parle également d’un quartier dans les faubourgs de Cordoue portant le nom de ḥammām al-Ilbīrī, autrement dit d’un individu originaire d’Elvira4. Ces noms peuvent faire référence au commanditaire et au propriétaire du bain. C’est ce que l’on apprend de Ibn Ǧulǧul qui évoque dans la Cordoue émirale un certain Ibn al-Satǧirī. Enrichi grâce à la médecine, cet individu aurait fait construire à côté de sa maison un bain portant son nom5. Selon l’hypothèse de P. Guichard, il est possible que les villes aient pu s’organiser dans un premier temps par clans formant des quartiers juxtaposés6. Le bain pourrait dans ce cas être clanique, commandité et réservé à la tribu. L’émir ziride ʿAbd Allāh révèle d’ailleurs à propos des habitants d’Elvira :

  • 7 ʿAbd Allāh par Tibi, 1986 : 46.

«The people of Elvira (Ilbīra) lived in a plain, and such was their dislike of one another that each would build by his home a mosque and a bath-house to escape any contact with ther neighbour7

4La dénomination d’un bain recouvre ainsi différentes réalités qui correspondent sans doute au contexte de la commande. La décision d’élever un ḥammām répond à plusieurs cas de figures. Dans le cadre palatin, le bain n’est pas seulement édifié pour des raisons sanitaires. Il peut aussi l’être pour des raisons ostentatoires. On connaît alors plus aisément les commanditaires. Dans le cadre public, les gouverneurs et administrateurs en place peuvent être à l’origine de certaines planifications urbaines dans lesquelles le bain est un élément indispensable au même titre que la mosquée, le funduq ou le sūq. Cependant, l’édification de cet établissement n’est pas du seul ressort du pouvoir en place. La construction du bain peut être décidée par des individus dont on ignore tout ou presque et pour lesquels la finalité n’était pas seulement hygiénique. Le ḥammām porte alors leur nom et les revenus de ce bain sont destinés soit au propriétaire, si l’édifice est un établissement de rapports, soit à une fondation pieuse, si le bain est un habou.

Contraintes et choix du terrain à bâtir

  • 8 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.

5L’une des premières contraintes est liée à la présence d’une source ou d’un réseau hydraulique qui permet d’approvisionner le bain en eau. Le choix du terrain est donc dicté par l’alimentation mais aussi par l’évacuation des eaux usées. Dans les forteresses comme à Almuñécar, les bains sont construits à proximité de l’enceinte et les eaux usées se déversent au-delà de la muraille. À Alméria, le bain de la Tropa a été inséré entre deux pans de muraille, entre l’ancienne enceinte califale et celle de l’époque des Taifas. Les eaux usagées ont pu être évacuées au niveau de la fortification du XIe siècle. Par ailleurs, les constructeurs ont ici choisi un espace qui leur a probablement permis de gagner du temps et des matériaux puisqu’une partie des murailles sert de supports au bain. De même, à Albarracín, Jérez de la Frontera, dans l’alcazaba de l’Alhambra et à Almuñécar, les eaux usées se jettent directement au-delà de l’enceinte fortifiée, le long de la colline8.

  • 9 Passini et al., 1997 : 187-219.
  • 10 Izquierdo Benito, 1996 : 159.
  • 11 Van Staëvel, 2008 : 32.

6Le bain est, par ailleurs, un édifice polluant car il comporte un four et il produit des fumées en continu. Comme les tanneries et les ateliers de potiers, il est gênant pour la communauté. Il peut ainsi être placé à l’extérieur de la ville ou d’un village. À Tolède, au sud de la ville fortifiée, les bains de San Sebastián sont édifiés dans le quartier artisanal des Tanneries qui comporte une mosquée9. De même, à Vascos, le bain est situé extra-muros, le long d’un ruisseau en aval duquel se trouve une tannerie10. À ce propos, l’un des premiers textes malékites relatifs au droit de la construction nous renseigne sur les nuisances du bain. Il s’agit du Kitāb al-Qaḍā’ d’Ibn al-Imām al-Tuṭīlī (m. 990 ou 996) qui exerça comme ṣāḥib al-ṣalāt dans sa ville natale, à Tudèle, après des études juridiques à Cordoue et à Kairouan11. À plusieurs reprises, il mentionne le problème que pose l’édification d’un bain pour le voisinage :

  • 12 Ibn al-Imām al-Tuṭīlī par Barbier, 1900 : 102.

« Saḥnūn rapporte avoir soumis le cas suivant à Ibn al-Qāsim : j’ai un terrain à côté d’une maison appartenant à plusieurs individus et je voudrais établir dans ce terrain un four, un ḥammām ou un moulin, mais mes voisins prétendent m’en empêcher, est-ce qu’ils en ont le droit, d’après Mālik ? »
– Oui, si l’établissement que tu veux installer doit leur nuire, soit par la fumée, soit par autre chose d’analogue, car Mālik a dit que personne n’a droit de nuire à son voisin ; par suite aucun établissement nuisible à celui-ci ne sera toléré12. »

7D’après la règle malékite, il est nécessaire d’éviter l’édification d’un ḥammām à proximité des maisons dans la mesure où les fumées indisposent le voisinage. Ibn Ḥabīb (m. 852) qui a notamment diffusé la doctrine malékite en al-Andalus, rapporte à ce sujet que selon ses maîtres médinois Muṭarrif (m. 835), Ibn al-Māǧišūn (m. 827) et le jurisconsulte égyptien Aṣbaġ (m. 839) :

  • 13 Ibid. : 102.

« Les fours et les bains, qui par leur fumée incommodent les voisins, ne peuvent être établis près de ceux-ci qu’avec leur autorisation et qu’on ne saurait les ranger parmi les ouvrages que chacun peut élever à volonté, sans aucun empêchement13. »

  • 14 Mazzoli-Guintard, 1996 : 66.
  • 15 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 330
  • 16 Robles Fernández et al., 1993. Selon ces auteurs, la proximité entre un bain et un cimetière serai (...)

8Il n’est pas à exclure que le bain soit placé en fonction des vents dominants afin que les fumées soient évacuées naturellement vers des espaces peu habités. Il est, à cet égard, intéressant de remarquer la présence de ḥammām-s à proximité de cimetières ce qui est attesté d’un point de vue archéologique à Murcie et par quelques mentions textuelles à Cordoue. Les maqbara-s sont dans une grande majorité des cas placées hors de l’enceinte urbaine14 et parfois intégrées dans l’espace intra-muros lors de l’agrandissement d’une muraille. Tel est le cas du cimetière San Nicolás constitué à partir des Xe-XIe siècles à Murcie, incorporé au milieu du XIIe siècle au sein de la ville fortifiée15. Un bain public est élevé à côté de ce cimetière non loin d’un atelier de potier et il n’est pas impossible que la fondation du complexe balnéaire soit antérieure à l’élargissement de la muraille par Ibn Mardanīš. Dans ce cas, le ḥammām est situé extra-muros et sa proximité avec une maqbara ne revêt sans doute pas un caractère symbolique comme le proposent certains auteurs16. Le bain est construit sur un terrain libre, dans un lieu où il ne risque pas de gêner le voisinage et dans un quartier dans lequel sont déjà installés des ateliers de potier.

  • 17 Mazzoli-Guintard, 2003 : 213.

9À Cordoue, Ibn Sahl évoque le problème des eaux usées d’un bain qui se déversent dans le cimetière de ʿAmīr, situé à l’ouest de la ville omeyyade, le long de la muraille17. Un ḥammām est placé à peu de distance d’une maqbara, extra-muros. L’évacuation de ses eaux n’est pas maîtrisée et il devient gênant pour le cimetière. Ce faubourg de la madīna connaît, par la suite, un certain développement. La présence du bain dans ce quartier a pu favoriser la croissance urbaine. Dans les villes ottomanes, A. Raymond remarque que :

  • 18 Raymond, 1974 : 187.

« Il conviendrait de vérifier si la construction de fontaines a entraîné un afflux de population dans certains quartiers ou bien si c’est la concentration de cette population qui a conduit les donateurs à y édifier les fontaines. Une recherche comparable pourrait être faite pour les bains18. »

10Il considère d’ailleurs le ḥammām comme l’un des

  • 19 Ibid. : 185-186.

« signes urbains susceptibles de donner des informations sur la structure et les dimensions de la ville aux différentes époques, sur les caractères des quartiers, sur leur population relative, etc.19. »

  • 20 Il est regrettable que les données archéologiques restent imprécises sur la date d’abandon des bai (...)

11Le bain pourrait donc être un « signe » marqueur de la croissance urbaine des villes d’al-Andalus. Il n’est en effet pas impossible que certains bains cessent de fonctionner dans les centres urbains tandis que d’autres établissements sont construits dans des zones moins gênantes20. Par exemple, l’observation de l’évolution de Jaén montre qu’au XIe siècle, les bains du Naranjo ont été édifiés intra-muros. Ils sont situés non loin de huertas ce qui n’est pas sans évoquer la description d’Al-Ḥimyarī :

  • 21 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88 (trad.) et 71 (texte arabe).

« À l’intérieur de Jaén même, il y a des sources et des eaux jaillissantes : c’est ainsi qu’on y voit une abondante source d’eau douce recouverte d’une voûte en maçonnerie qui date de l’Antiquité ; elle se déverse dans un grand bassin, dont l’eau servait à alimenter plusieurs thermes : le Ḥammām aṯ-Ṯawr (« Thermes du Taureau »), où se trouve une statue de taureau en marbre ; le Ḥammām al-Walad (celui-ci appartient au gouvernement) ; le Ḥammām Ibn as-Salīm ; le Ḥammām Ibn Ṭarafa ; le Ḥammām Ibn Isḥāq ; le surplus de cette eau sert à l’irrigation de vastes étendues de terrain. Parmi les sources de Jaén, on peut citer aussi celle nommée ʿAin al-Balāṭ, qui est couverte d’une salle voûtée de construction antique et dont le débit n’accuse jamais de diminution : elle alimente les thermes connus sous le nom de Ḥammām Ḥusain et va ensuite irriguer, elle aussi, une grande étendue de terrain21. »

  • 22 Riera Frau, 1993 : 310.

12Les bains sont donc placés à proximité de sources dont les eaux servent également à l’irrigation. Certains ḥammām-s se situent intra-muros mais dans des espaces périphériques ne gênant pas le voisinage. Au milieu du XIIIe siècle, la croissance de la ville conduit à la disparition des huertas. Leurs terrains sont alors utilisés pour construire de nouveaux bâtiments. La présence des bains dans ces espaces a pu être un facteur favorisant l’installation d’une nouvelle population. À Palma de Majorque, le bain daté du XIIe siècle est localisé non loin d’une mosquée, d’un cimetière, de huertas et de la muraille. Le complexe se situe intra-muros dans une zone périphérique du noyau urbain22 et il profite d’une acequia. Le choix du terrain répond donc à plusieurs contraintes et est élu en fonction d’aspects pratiques.

Les métiers de la construction

  • 23 À ce sujet, E. Pauty note dans son article sur les bains de Rabat-Salé qu’en Tunisie un muʿallim n (...)

13La construction d’un bain fait appel à différents corps de métiers qui interviennent au fur et à mesure du chantier. Certaines parties techniques comme la mise en place de l’hypocauste et de la chaudière doivent être réservées à des artisans spécialisés23.

Architectes, ingénieurs et maîtres maçons

  • 24 Seco de Lucena, 1947 : 212 ; Torres Balbás, 1945d : 418.
  • 25 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1978 : 829.
  • 26 Al-Bakrī par De Slane, 1965 : 283. Si Al-Bakrī n’a probablement pas visité cette ville en particul (...)
  • 27 Vallejo Triano, 1987 : 145.
  • 28 Ibid. : 150.

14Les sources ne nous renseignent guère sur le rôle d’un ingénieur ou d’un architecte qui travaillerait sur le plan de l’édifice. On peut néanmoins penser que la construction des bains publics est suivie par un architecte ou un maître maçon. Les archives de Grenade mentionnent le bain de šawṭār construit au début du XIIe siècle par un architecte appelé al-Maʿāfirī, à l’origine également de la réalisation d’autres édifices24. Ce bain se situerait à côté de la Grande Mosquée de Grenade. Le commanditaire a donc pu avoir recours à un architecte afin d’élever un bain public mais comme le souligne Ibn Ḫaldūn dans sa Muqaddima « les architectes sont plus ou moins capables25 ». Il n’est, en effet, pas impossible que certaines constructions de bains fussent de piètre qualité. Al-Bakrī précise à ce sujet que dans la ville de Sijilmassa (Maroc) : « les bains sont mal bâtis et d’un mauvais travail26 ». Les édifices balnéaires situés dans des palais font probablement l’objet d’une élaboration différente de celles des ḥammām-s publics. Le commanditaire doit faire appel à un maître d’œuvre reconnu. Dans la ville palatine de Madīnat al-Zahrā’, le fragment d’un petit arc découvert dans la salle chaude du bain du Salón Rico comporte une inscription incomplète où l’on peut lire : « Cette œuvre est de Šunayf27. » Ce personnage eut, en effet, la direction de l’aménagement du Salón Rico de ʿAbd al-Raḥmān III ainsi que des annexes et notamment du bain28. Dans la mesure où le projet est commandité par le calife, il s’agit probablement d’un artisan reconnu.

  • 29 Clément, 2006 : 121.

15D’après, les textes, un ṣāniʿ ou maître d’œuvre29 peut travailler sur un chantier. Il contrôle également le respect des normes établies dans les bains publics. Selon Ibn ʿAbdūn, dans la Séville almoravide, ce personnage veille plus particulièrement

  • 30 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 74.

« à tout ce qui a trait aux matériaux de construction. C’est ainsi qu’il faut s’assurer que l’épaisseur donnée aux murs est suffisante, que les grosses poutres maîtresses employées pour la bâtisse ne sont pas trop écartées les unes des autres, car ce sont elles qui supportent le poids de l’édifice et le soutiennent. L’épaisseur de chaque pan de maçonnerie de la façade ne devra pas être inférieure à deux empans et demi. Les recommandations qui précèdent feront l’objet de prescriptions du cadi et du muhtasib auprès des maîtres d’œuvre et des maçons ; on ne devra pas élever de mur appelé à supporter une charge suivant des dimensions moindres30. »

16Aussi existe-il des règles de construction et le ḥammām n’échappe sans doute pas ces normes. On peut d’autant plus insister sur cette remarque que la forme des bains reste souvent liée à une région en particulier. Les bains de Tolède datés des Xe et XIe siècles ont des plans similaires tandis que les bains de la Murcie des XIIe et XIIIe siècles se présentent sous une autre configuration, encore différente des bains ruraux de la région de Grenade et du Marquesado del Cenete à l’époque nasride.

Les artisans intervenant dans la construction du bain

  • 31 Clément, 2006 : 121. Les noms des artisans qui suivent proviennent du même article.
  • 32 Vallejo Triano, 1987 : 150.

17Un maître d’œuvre a donc la responsabilité d’un chantier où interviennent plusieurs artisans. Dans un premier temps, des terrassiers ou ḥaffār en arabe31 sont sollicités pour remblayer et niveler le terrain. Les tailleurs de pierre (qaṭṭāʿ), installés hors des enceintes des villes, fournissent des blocs de pierre utilisés par les maçons (bannā’). Les marchands de chaux (bā’iʿ al-ǧīr) livrent un matériau indispensable à la fabrication du mortier, notamment pour l’édification des murs selon la méthode du ṭābiya mise en œuvre par un piseur ou ṭawwāb. Il existe également des plâtriers (ǧabbāṣ) qui s’occupent plus particulièrement de l’enduit des parois du bain. La chaudière de la zone de services doit être commandée à un chaudronnier (nuḥāsī). Pour les finitions, des carreleurs assurent la pose du revêtement de sol. Des sculpteurs interviennent pour fabriquer les lucarnes. Dans la salle chaude du bain du Salón Rico, une inscription découverte sur une plaque de marbre mentionne le nom du tailleur : « Badr, el marmolista ». Ce personnage, d’après d’autres signatures, serait intervenu sur le décor de certains pilastres du Salón Rico et sur des frises décoratives du miḥrāb de la Grande Mosquée de Cordoue32.

18Le briquetier-tuilier, qui exerce en dehors de la ville, est également très sollicité dans la construction d’un bain puisque c’est le matériau principal, à de rares exceptions près, des hypocaustes, fours et éléments décoratifs. Son activité est fortement réglementée à Séville au début du XIIe siècle comme en témoigne le manuel de ḥisba d’Ibn ʿAbdūn :

  • 33 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 75.

« Les briques doivent être épaisses et de la dimension de la largeur du mur à construire. Une série de formes-types destinées à fixer l’épaisseur des briques, la surface des tuiles, la largeur et l’épaisseur des solives, l’épaisseur des poutres et celle des planches à parquets se trouveront chez le muhtasib ou seront suspendues dans la mosquée-cathédrale. Ces formes seront en bois dur, non susceptible d’être rongé (par les vers ou les insectes). Elles seront suspendues à des clos à la partie supérieure du mur de la mosquéecathédrale et conservées avec soin, de façon à ce qu’on puisse s’y reporter au cas où les matériaux correspondants seraient reconnus de dimensions inférieures ou supérieures. Les maîtres ouvriers auront d’autres exemplaires de ces formes-types pour leur travail. C’est là l’un des points les plus importants et essentiels sur lesquels doit s’exercer un contrôle33. »

19Ibn ʿAbdūn précise que :

  • 34 Ibid. : 76.

« Il sera prescrit aux briquetiers de fabriquer régulièrement les différentes sortes de briques, ainsi celles qu’on appelle « molaire et nuque » pour le revêtement des parois des puits, d’autres briques spéciales pour les pavements, d’autres qui peuvent résister à la chaleur des fours34. »

20Il en est de même pour les marchands de chaux contrôlés par le muḥtasib :

  • 35 Ibid. : 80-81.

« On ne vendra le plâtre qu’à la mesure ; de même, la cendre et la chaux. Le hafiz de chaux doit avoir une valeur de vingt-cinq kadah-s, à cause des cailloux et des déchets qu’elle contient ; on ne vendra la chaux que criblée ; de même, le plâtre et la cendre35. »

21Al-Ǧarsīfī, un juriste maghrébin établi en al-Andalus à la fin du Moyen Âge précise dans son traité de ḥisba que :

  • 36 Al-Ǧarsīfī par Arié, 1960 : 361.

« On défendra aux plâtriers de mélanger la terre et le plâtre lors de la cuisson et d’y introduire ce que l’on appelle qaṭā’if [traduction du mot indéterminée]. Il y a là une fraude. On ordonnera aux potiers de fondre leur glaise, de l’améliorer et d’y mettre un peu de sable. Il en sera de même pour le fabricant de briques et de tuiles ; on lui ordonnera de les épaissir, de faire un travail correct, de bien les cuire afin qu’elles ne soient ni fondues ni tordues, ni de faible épaisseur36. »

  • 37 Van Staëvel, 2008 : 26.

22L’activité des fournisseurs et fabricants de matériaux est soumise à des règles strictes qui conduisent à la production d’éléments de construction sans doute assez stéréotypés. On remarque d’ailleurs qu’il existe des briques spécifiques pour les fours. Afin d’éviter toute fraude, le muḥtasib peut faire appel à un maître-maçon qui contrôle l’activité des fournisseurs et des constructions. C’est le cas, par exemple, d’Ibn al-Rāmī qui œuvra comme expert judiciaire auprès du grand cadi à Tunis au XIVe siècle37.

Les différentes phases de l’édification du bain

23Grâce à de récentes études archéologiques, il est possible de reconstituer les différentes phases de construction du bain. Trois exemples de chronologie distincte permettent d’examiner la réalisation technique de l’édifice.

Le bain de la Tropa (Alméria, fin du XIe siècle)

  • 38 Gilotte, 2008 : 67-69.

24Ce bain s’adosse contre l’ancienne muraille d’époque califale et la nouvelle enceinte des Taifas sur un terrain présentant un fort dénivelé du sud vers le nord38. Contre les murailles, les parois de divisions de chacune des salles du bain sont élevées en solide maçonnerie de mortier de chaux selon la technique du ṭābiya. Le passage entre chaque pièce doit déjà être défini à ce stade de la construction. Les murs mesurent 0,73 m de largeur et la hauteur des caissons de tapial oscille entre 0,60 et 0,74 m. Les trous de boulins qui ont permis la pose de l’échafaudage et le montage des coffrages sont encore visibles (fig. 19).

Figure 19. – Plan du bain de la Tropa (Alméria, fin XIe siècle) d’après Arias de Haro et Alcalá Lirio, 2006 : pl. 1.

25Les nefs de chacune des trois salles humides du bain ont été compartimentées et remblayées par des niveaux de pierres et de terre compacte afin de compenser les différences de niveau de sols qui par endroits atteignent plus d’1 m. L’hypocauste de la salle chaude est sans doute réalisé à ce moment. Une fois les murs de séparation construits et les salles nivelées, des voûtes en brique – dont il ne subsiste que les départs sur des photographies anciennes (fig. 20) – sont montées. La pose des sols est réalisée par la suite, une fois l’hypocauste construit. Le vestiaire et la zone de services ont pu être recouverts par une charpente en bois et des tuiles.

Figure 20. – État du bain de la Tropa avant sa restauration dans les années 1970 (cl. Archivo del Conjunto Monumental de la Alcazaba de Almería, sans numéro).

Le bain d’Elche (Alicante, XIIe siècle)

26Dans un premier temps, la structure générale du bain est montée : les murs longitudinaux ont été élevés jusqu’à la hauteur du départ de voûte (fig. 21). Ils s’appuient sur une tranchée de fondation cimentée et sur un niveau maçonné puis ils sont montés en caissons selon le procédé du ṭābiya. Les murs sont constitués d’une maçonnerie de terre, gravier et chaux. À ce stade, tous les éléments secondaires du bain comme les portes, cheminées, hypocauste et four, canaux d’approvisionnement et d’évacuation des eaux usées sont déjà prévus. Ils viendront ensuite s’encastrer dans la structure générale (fig. 22). Durant cette phase, des ouvriers sont chargés de la réalisation des coffrages en bois pour élever les murs et les portes, les ouvertures entre la salle chaude et la zone de services ainsi que les cheminées d’évacuation de l’air. L’emplacement de l’hypocauste est défini et le terrain déjà creusé afin de créer par la suite le sol suspendu.

Figure 21. – Plan du bain d’Elche (milieu XIIe siècle) d’après Azuar Ruiz et al., 1995 : fig. 5.

27Les salles sont ensuite couvertes de voûtes en berceau ; des espaces correspondant aux lucarnes doivent être laissés libres. Les ouvriers finissent par la clé de voûte. Les extrémités de chacune des nefs sont fermées dans un dernier temps par des murs en maçonnerie de mortier de chaux. Viennent ensuite la réalisation de l’hypocauste et l’installation du four dans la zone de services. L’ensemble de cette structure est réalisé en brique sur 1 m de hauteur. Selon les archéologues, l’intérieur de l’hypocauste est tapissé de briques en terre crue séchées au soleil. Au centre, huit piliers en brique de 0,70 x 0,80 m sont disposés par groupe de quatre de chaque côté de l’axe de la bouche du four de façon à former un canal laissant passer l’air chaud. La connexion entre la salle chaude et la zone de services est à ce moment aménagée.

Figure 22. – Reconstitution des différentes phases de la construction du bain d’Elche (milieu XIIe siècle). A : Structure ; B : Couverture (Azuar Ruiz et al., 1995 : fig. 19).

  • 39 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.

28Ensuite, des artisans spécialisés interviennent pour revêtir le sol de dalles en pierre sur un niveau de préparation en mortier. Après la pose du sol, des arcs doubleaux plein-cintre délimitant les alcôves à chaque extrémité des nefs sont élevés en brique sur une base de pierre. Des plâtriers finissent par enduire avec un fin mortier de chaux les murs et les voûtes du bain. Il est possible que des sculpteurs encastrent et retaillent les lucarnes durant cette étape de finitions. Il existe donc des activités spécifiques qui répondent clairement à une spécialisation des taches et à des compétences particulières, preuve de la participation de plusieurs groupes d’artisans au sein du chantier39.

Le bain de Churriana de la Vega (Grenade, XIIIe siècle ?)

Figure 23. – Plan du bain de Churriana la Vega (XIIIe siècle ?) d’après López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : fig. 6.

  • 40 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 198.

29À Churriana de la Vega (fig. 23), le processus constructif se résume en quatre étapes40. Dans un premier temps, les murs porteurs de la zone humide du bain sont élevés selon un plan quadrangulaire. Ils sont montés en caissons de maçonnerie de 0,86 m de hauteur séparés par trois rangées de brique. Sur le dernier caisson, cinq rangées de brique ont été placées. Les angles sont façonnés en brique et forment des piliers chaînés à la maçonnerie de chaux. Les murs sont entièrement réalisés en maçonnerie de mortier de chaux et présentent une grande quantité de petits cailloux afin d’augmenter leur résistance. À ce moment, l’emplacement du four et de l’hypocauste est déjà défini.

30Une fois les murs extérieurs élevés, les murs de refends sont construits. Ils sont simplement collés contre les murs porteurs. Ces cloisons sont réalisées en maçonnerie et les portes sont encadrées de brique. La réalisation de l’hypocauste doit se situer à ce stade : le terrain est creusé pour aménager les piliers. Deux autres compartiments sont installés aux extrémités. Moins chauffés, ils sont en connexion avec la chaleur grâce aux deux ouvertures percées dans la paroi de séparation avec l’hypocauste. Une fois l’ensemble du sous-sol de la salle chaude établi, les revêtements de sol sont posés. Dans un troisième temps, les départs ainsi que les parois supportant les voûtes à leurs extrémités sont construits en briques. Enfin, le bain est entièrement couvert par des voûtes en berceau de brique percées de lucarnes.

*

31On remarque à travers ces trois exemples que les procédés de construction diffèrent d’une époque à une autre alors que le plan de base est identique : il est constitué de trois nefs parallèles contiguës pourvues d’un vestiaire et d’une zone de services. Les mêmes formes sont donc édifiées sur une longue période mais de manière distincte et avec différents matériaux. Ces derniers peuvent d’ailleurs être spécifiques à une région. Tout dépend également de la configuration du terrain disponible. Des structures existantes peuvent, par exemple, conditionner la forme du bain. Les données archéologiques ne permettent pas à l’heure actuelle de retracer les étapes de construction de chacun des bains de notre corpus. Mais une telle étude permettrait sans doute de livrer de nouveaux éléments sur les manières de construire en al-Andalus. Faute de pouvoir mener à bien cette investigation, il est possible dans un premier temps de réaliser un inventaire des différents modules qui composent le bain afin de cerner si des matériaux ou des formes ont été privilégiés et pour quelles raisons.

Notes

1 Al-Anṣārī par Vallvé Bermejo, 1962 : 421.

2 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88 (trad.) et 71 (texte arabe).

3 Al-Anṣārī par Vallvé Bermejo, 1962 : 422.

4 García Gómez, 1965 : 354.

5 Arjona Castro, 1982 : 79.

6 Guichard, 1998 : 41.

7 ʿAbd Allāh par Tibi, 1986 : 46.

8 Gómez Becerra, 1995-1996 : 100.

9 Passini et al., 1997 : 187-219.

10 Izquierdo Benito, 1996 : 159.

11 Van Staëvel, 2008 : 32.

12 Ibn al-Imām al-Tuṭīlī par Barbier, 1900 : 102.

13 Ibid. : 102.

14 Mazzoli-Guintard, 1996 : 66.

15 Navarro Palazón et Robles Fernández, 1990 : 330

16 Robles Fernández et al., 1993. Selon ces auteurs, la proximité entre un bain et un cimetière serait « symbolique » à savoir qu’il pourrait exister un rituel mortuaire dans lequel on se rend au bain pour réaliser l’ablution générale du défunt avant son inhumation. M. Fierro doute également de cette hypothèse (Fierro, 2000 : 171-172).

17 Mazzoli-Guintard, 2003 : 213.

18 Raymond, 1974 : 187.

19 Ibid. : 185-186.

20 Il est regrettable que les données archéologiques restent imprécises sur la date d’abandon des bains. L’arrêt d’utilisation des ḥammām-s en al-Andalus est souvent lié à la conquête chrétienne sans que cela soit toujours véritablement prouvé par le matériel mis au jour dans les niveaux d’abandon ou par l’étude de la documentation chrétienne postérieure.

21 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88 (trad.) et 71 (texte arabe).

22 Riera Frau, 1993 : 310.

23 À ce sujet, E. Pauty note dans son article sur les bains de Rabat-Salé qu’en Tunisie un muʿallim n’est « vraiment consacré que lorsqu’il a mené à bonne fin les quatre ouvrages suivants, jugés difficiles : le minaret, la koubba, le four à pain et le hammam » (Pauty, 1944 : 217).

24 Seco de Lucena, 1947 : 212 ; Torres Balbás, 1945d : 418.

25 Ibn Ḫaldūn par Monteil, 1978 : 829.

26 Al-Bakrī par De Slane, 1965 : 283. Si Al-Bakrī n’a probablement pas visité cette ville en particulier, il doit tenir ces informations de voyageurs ou d’archives.

27 Vallejo Triano, 1987 : 145.

28 Ibid. : 150.

29 Clément, 2006 : 121.

30 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 74.

31 Clément, 2006 : 121. Les noms des artisans qui suivent proviennent du même article.

32 Vallejo Triano, 1987 : 150.

33 Ibn ʿAbdūn par Lévi-Provençal, 1947 : 75.

34 Ibid. : 76.

35 Ibid. : 80-81.

36 Al-Ǧarsīfī par Arié, 1960 : 361.

37 Van Staëvel, 2008 : 26.

38 Gilotte, 2008 : 67-69.

39 Azuar Ruiz et al., 1995 : 130.

40 López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : 198.

Table des illustrations

Légende Figure 19. – Plan du bain de la Tropa (Alméria, fin XIe siècle) d’après Arias de Haro et Alcalá Lirio, 2006 : pl. 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Figure 20. – État du bain de la Tropa avant sa restauration dans les années 1970 (cl. Archivo del Conjunto Monumental de la Alcazaba de Almería, sans numéro).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 21. – Plan du bain d’Elche (milieu XIIe siècle) d’après Azuar Ruiz et al., 1995 : fig. 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Figure 22. – Reconstitution des différentes phases de la construction du bain d’Elche (milieu XIIe siècle). A : Structure ; B : Couverture (Azuar Ruiz et al., 1995 : fig. 19).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44632/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Figure 23. – Plan du bain de Churriana la Vega (XIIIe siècle ?) d’après López Osorio et Torres Carbonell, 2008 : fig. 6.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44632/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540