Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Deuxième partie. Construction et formes du bain en al-Andalus

Contruction et formes du bain en al-Andalus

Texte intégral

  • 1 Torres Balbás, 1952a : 181-182.
  • 2 González Palencia, 1928 : III, 330-332 (doc. no 987).
  • 3 Le mot wasṭī n’est pas enregistré dans les dictionnaires d’arabe classique mais apparaît dans le V (...)

1Peu de textes médiévaux nous renseignent sur le vocabulaire désignanteu les différents espaces du bain. On a coutume de lire que les salles sont nommées en arabe : maslaḫ ou vestiaire, bayt al-bārid, bayt al-wasṭānī et bayt al-saḫūn, soit respectivement pièce froide, pièce tiède et pièce chaude. Selon L. Torres Balbás, ces expressions étaient utilisées à Tétouan au milieu du XXe siècle1. Cependant, les auteurs andalusī-s n’emploient pas ou presque pas ces désignations. Elles apparaissent en effet dans un document chrétien postérieur à l’époque islamique rédigé en arabe à Tolède en 1255. Ce texte mentionne les termes de bayt al-maslaḫ, bayt al-bārid, bayt al-wasṭī et bayt al-saḫūn ainsi que buḥayra pour bassin et furnāǧ qui désigne le four ou l’espace de services2. Le maslaḫ est cité par Al-Anṣārī dans un texte daté du XVe siècle où il décrit les bains de Ceuta. Nous emploierons les expressions utilisées dans ces documents médiévaux qui correspondent sans doute au vocabulaire en usage en al-Andalus et nous traduirons le bayt al-wasṭī par la pièce intermédiaire3.

2Afin de ne pas se perdre dans l’organisation du bain, précisons que, de manière générale, le ḥammām andalusī s’organise autour de deux zones : la zone sèche qui correspond au vestiaire et la zone humide dans laquelle on trouve les salles du bain (froide, intermédiaire et chaude). Parfois, la salle froide peut faire office de vestiaire. Le ḥammām andalusī est un bain de vapeur dans lequel la chaleur et le taux d’humidité sont élevés afin de provoquer la sudation. Il ne s’agit donc pas d’un bain par immersion. Après avoir déposé ses affaires au vestiaire, le baigneur pénètre dans une salle froide où il avance progressivement jusqu’à la dernière pièce chaude puis il revient vers la zone sèche.

  • 4 Pavón Maldonado, 1990.

3Avant de décrire les principaux modèles de ḥammāms-s andalusī-s reconnus, nous observerons le chantier du bain et ses phases de construction. Des études récentes permettent de comprendre comment ces édifices ont été élevés. Quelques mentions dans les textes permettent d’approcher le chantier de construction comme les différents corps de métiers qui interviennent dans l’édification du bain depuis sa conception jusqu’à la touche finale. La construction du ḥammām peut être vue comme l’agencement de modules encastrés les uns avec les autres. Nous présenterons donc dans un second chapitre ces éléments et leur place dans le bain classés en éléments « primaires » (les supports du bain), « secondaires » et les « finitions et éléments décoratifs » qui sont installés dans un dernier temps. Cette partie descriptive sur les formes et les matériaux utilisés permet de comprendre comment le bain est édifié d’un point de vue technologique. Il n’existe pas à l’heure actuelle de catalogue de ce type si ce n’est celui réalisé par l’architecte B. Pavón Maldonado en 1990 mais désormais incomplet4. Il faudra examiner dans cet inventaire si des matériaux ou des éléments sont privilégiés à une époque ou dans une région en particulier afin de révéler certaines spécificités locales.

Notes

1 Torres Balbás, 1952a : 181-182.

2 González Palencia, 1928 : III, 330-332 (doc. no 987).

3 Le mot wasṭī n’est pas enregistré dans les dictionnaires d’arabe classique mais apparaît dans le Vocabulista in Arabico (seconde moitié XIIIe siècle) et est traduit en latin par « medius » soit « qui est au centre, au milieu, central » (Dictionnaire Latin-Français de F. Gaffiot). On peut ainsi penser que ce terme a dû être en usage en al-Andalus. Par ailleurs, la racine WSṬ signifie selon le dictionnaire de R. Dozy : « moyen, intermédiaire, au centre, tempéré » ; on peut donc traduire bayt al-wasṭī par « salle intermédiaire » (Dozy, 1967 : tome II, 809-810). Notons que dans la première moitié du XXe siècle, à Rabat et Salé, d’après E. Pauty, on utilise dans les ḥammām-s les expressions de wasṭ al-dār pour le « vestiaire-patio », bārid pour la « première pièce », wasṭī pour la « moyenne » et saḫūn pour « l’étuve ». E. Pauty précise, par ailleurs, très justement, que dans d’autres pays arabomusulmans, on n’emploie pas forcément les mêmes désignations (Pauty, 1944 : 203-204). Nous renvoyons à « l’index raisonné et multilingue des notions et termes techniques balnéaires » publié dans les premiers actes du colloque Balnéorient qui recense les expressions utilisées au Proche-Orient médiéval, moderne et contemporain qui diffèrent en effet du vocabulaire de l’Occident musulman (Boussac et al. [éd.], 2009 : 451-455).

4 Pavón Maldonado, 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540