Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Première partie. Recherche sur la formation du bain en al-Andalus

Chapitre II. Les premiers bains d’al-Andalus d’après les textes et l’archéologie (viiie-ixe siècles)

Texte intégral

  • 1 Hocine Benkheira, 2003 : 393-394.
  • 2 Une vingtaine d’établissements balnéaires d’époque omeyyade sont aujourd’hui connus au Proche-Orie (...)
  • 3 Hocine Benkheira, 2007 : 321-322.
  • 4 Alba et Feijoo, 2001 et Alba et Feijoo, 2003.
  • 5 En 2001, un « Plan General de Ordenación » a rendu obligatoire des fouilles archéologiques avant d (...)

1Aux premiers siècles de l’Islam, entre les VIIe et IXe siècles, le bain public semble susciter de fortes oppositions1 malgré un développement important dans les villes et les palais dès l’époque omeyyade2. Le bain collectif fait l’objet de vives critiques de la part des juristes3 et il en est de même dans l’Occident musulman. Le ḥammām apparaît en al-Andalus d’après les données archéologiques au début du IXe siècle voire dès la fin du VIIIe siècle. Les découvertes d’édifices de l’époque émirale ont été importantes ces dernières années grâce à une meilleure connaissance des objets céramiques comme à Mérida4 et grâce au développement sans précédent de fouilles dans les quartiers périphériques de Cordoue depuis 20015. Les bains récemment mis au jour ne s’inscrivent pas uniquement dans des palais mais également dans des espaces « urbains » comme cela est sans doute le cas à Oreto-Zuqueca et à Cordoue avec l’édifice de Cercadilla.

Le bain aux premiers temps de l’Islam d’après les sources textuelles

Aspects dogmatiques6

  • 6 Pour une approche détaillée de la perception du ḥammām par les juristes au Moyen Âge, dans le mond (...)
  • 7 Hocine Benkheira, 2003 : 391.
  • 8 Ibid. : 409.

2Assez régulièrement, la pratique du bain collectif est présentée comme caractéristique du monde arabo-musulman. Cependant, l’étude des premiers textes juridiques islamiques et plus particulièrement malékites montre une grande méfiance des juristes face au bain public. Il pose en effet la question du corps et de sa pureté. Le ḥammām est le lieu de la transgression, « la maison de Satan » comme le nomme très justement M. Hocine Benkheira7. Les juristes s’interrogent sur sa conformité ou non avec les activités cultuelles tout en craignant qu’il ne devienne ou qu’il ne soit un refuge de pratiques sexuelles divergentes8.

3Le bain semble tout d’abord un lieu en marge, difficile à contrôler par les juristes étant donné sa configuration et la promiscuité qui règne au sein de l’édifice. La position malékite est d’ailleurs très stricte à ce sujet même si elle n’interdit pas le ḥammām. Elle prône une fréquentation modérée du lieu voire le désapprouve entièrement pour les femmes. À la question :

  • 9 Hocine Benkheira, 2008 : 78-79.

« Un homme peut-il entrer au ḥammām vêtu d’un pagne alors qu’une partie des baigneurs n’en portent pas ? » Mālik qui ne serait jamais entré au bain, répondit : « Cela ne me plaît guère9. »

  • 10 Ibid. : 79.

4Concernant les femmes, Mālik condamne le bain collectif même pour les malades ou celles venant d’accoucher sauf si elles sont accompagnées dans ces deux derniers cas par une parente ou une servante qui pourra veiller et contrôler son comportement au bain10.

  • 11 Hocine Benkheira, 2007 : 324.

5La fréquentation des bains publics par les femmes soulève plusieurs problèmes. Les oulémas s’interrogent sur la chasteté des épouses pour qui la sortie au bain pourrait être une occasion d’adultère. D’autre part, elles pourraient rencontrer à l’intérieur de l’établissement des entremetteuses qui faciliteraient les rendez-vous entre femmes fautives et amants. Enfin, la nudité complète de certaines femmes, notamment dans les salles chaudes du ḥammām, serait une atteinte aux femmes les plus pudiques11. Bien qu’il s’agisse d’un problème complexe pour les juristes, le bain a été fréquenté par les hommes et par les femmes dès les premiers siècles de l’Islam. On ignore dans quelle mesure ces prescriptions juridiques étaient respectées et il est certain que ce lieu est devenu rapidement pour les juristes celui du désordre moral, d’autant plus qu’il n’est pas aussi aisé d’y intervenir que dans un marché, par exemple.

  • 12 Bousquet, 1950 : 58-60.
  • 13 Ibid. : 62.

6Une autre question sensible pour les juristes est celle de la pureté de l’eau utilisée dans le bain. Pour des raisons strictement religieuses, ils se demandent si l’eau du bain peut être suffisamment pure pour réaliser l’ablution majeure ou la lotion générale, c’est-à-dire le ġusl que l’on doit accomplir après des relations charnelles, après un accouchement et après la période de menstruation pour les femmes12. Ces états d’impureté majeure rendent invalide toute récitation coranique et prière à la mosquée. Pour remédier à cette pureté altérée, il semble que ce soit le lavage à l’eau qui soit le plus approprié13 même si, dans le Coran, le fidèle peut recourir à du sable dans une situation spécifique (sourate IV, verset 43) :

  • 14 Sourate IV, verset 43 : Le Coran par Masson, 1967 (rééd. 1986) : 100.

« Ô vous qui croyez !
N’approchez pas de la prière, alors que vous êtes ivres
– attendez de savoir ce que vous dites –
ou impurs – à moins que vous ne soyez en voyage –
– attendez de vous être lavés –
Si vous êtes malades, ou si vous voyagez,
Ou si l’un de vous revient du lieu caché,
Ou si vous avez touché des femmes
Et que vous ne trouviez pas d’eau,
Recourez à du bon sable
Que vous passerez sur le visage et sur les mains
– Dieu est celui qui efface les péchés et qui pardonne14. »

  • 15 Hocine Benkheira, 2003 : 415.

7Étant donné la promiscuité qui existe sans doute entre les baigneurs, on peut s’interroger sur la qualité de l’eau des bassins quand elle est utilisée par plusieurs individus. Le ḥammām est alors un espace ambigu car lieu de la toilette, il pourrait aussi être celui où l’on procède à l’ablution majeure avant de se rendre à la mosquée. Cette suspicion vis-à-vis de l’eau perdure tout au long de la période médiévale15. Aussi n’est-il peut-être pas si étonnant de trouver des petits bassins dans les ḥammām-s où l’on peut se servir individuellement, et non des piscines comme à l’époque romaine. Il est d’ailleurs recommandé de changer régulièrement l’eau des bassins.

  • 16 Marín et Aguadé, 2002 : 36.
  • 17 Au Maroc, encore à l’heure actuelle, la croyance populaire associe toujours les bains publics et l (...)
  • 18 Hocine Benkheira, 2003 : 428.

8Enfin, la méfiance des juristes vis-à-vis du ḥammām est aussi symbolique. Les bains font en effet partie des lieux de séjours particulièrement appréciés des ǧinn-s. Dans le monde terrestre, ces génies invisibles résident notamment dans les endroits où l’on trouve de l’eau et ils affectionnent plus spécialement la nuit et l’obscurité16. Le ḥammām est donc l’édifice par excellence où il est possible de rencontrer ces esprits surnaturels17. La tradition islamique fait d’ailleurs remonter l’invention du bain à Salomon qui aurait fait appel à des groupes de ǧinn-s pour sa construction18. D’autre part, le ḥammām en tant que source de chaleur est souvent associé aux Enfers. Comme les fièvres ou les canicules, il peut être d’origine infernale. Ce caractère diabolique du bain déplaît bien évidemment aux juristes. Cependant, malgré leurs réticences, le ḥammām s’est développé et diffusé dans l’ensemble des territoires conquis par les troupes arabes y compris en al-Andalus.

Le bain dans les textes arabes de l’Occident musulman

9L’une des premières mentions de ḥammām apparaît dans une fatwā d’Ibn Muzayn (m. 873 à Cordoue) compilée par le juriste maghrébin Al-Wanšarīsī au XVe siècle dans son Miʿyār. On y apprend la construction dans un lieu non identifié d’un ḥammām qui nécessite des matériaux :

  • 19 Al-Wanšarīsī par Lagardère, 1995 : 168 (no 246).

« Un individu s’empare d’un terrain (ġaṣaba buqʿa) et y construit un ḥammām dont les matériaux, pierres et chaux, proviennent de rapines (ǧaṣb). C’est le seul bain maure de l’endroit. Un homme scrupuleux (al-mutaḥarrī) veut y aller en donnant aux pauvres le prix de l’entrée et du salaire (uǧra) perçu par le propriétaire. Cette aumône peut-elle effacer le péché qu’il commet en se baignant dans cet établissement ? Réponse. Il doit s’abstenir19. »

10Une autre fatwā datée du IXe siècle mais relative à l’Ifrīqiya est également compilée dans le Miʿyār d’Al-Wanšarīsī. Son auteur, Yaḥyā Ibn ʿUmar (IXe siècle), originaire de Jaén, aurait grandi à Cordoue puis serait parti recevoir l’enseignement du cadi malékite Saḥnūn. Il nous livre, ici, des informations précises quant à la place des femmes dans le bain au IXe siècle ainsi que la tenue requise au sein de cet établissement public :

« Les femmes pénètrent dans un ḥammām sans être malades ni relever de couches.
Réponse. Le patron du bain ne sera pas inquiété, mais si après avoir été averti, il récidive, il sera puni à discrétion par l’imām.

  • 20 Al-Wanšarīsī par Lagardère, 1995 : 114 (no 4/o).

Question soumise à Abū l-ʿAbbās ʿAbd Allāh Ibn Abī Ṭālib par l’un de ces cadis au sujet d’un ḥammām de mauvaise réputation.
Réponse. Que le cadi convoque celui qui a affermé le bain (mutaqabbil) et lui ordonne d’en interdire l’accès aux femmes à l’exception des malades et de celles relevant de couches, et d’exiger que tout baigneur porte un caleçon (mi’zar).
Yaḥyā Ibn ʿUmar approuve ajoutant que le témoignage d’un homme étant entré au ḥammām sans caleçon est récusable et ne peut être reçu qu’après qu’on aura appris qu’il s’est repenti20. »

11En al-Andalus comme en Afrique du Nord, il semble que les femmes ne peuvent se rendre au bain qu’après avoir été malade ou après un accouchement. Dans tous les autres cas, la norme juridique leur interdit l’accès au bain. Cependant, l’existence de ces affaires montre des habitudes sans doute différentes dans la vie quotidienne. Il en est de même concernant le port du caleçon. L’insistance du juriste montre que dans la réalité, il doit en être autrement. Ces affaires témoignent du décalage qui existe entre la norme et les pratiques en vigueur, entre l’idéal juridique et les usages populaires.

  • 21 Al-Maqqarī par Dozy et Gayangos, 1855-1860 (rééd. 2002) : XLI. Al-Maqqarī doit faire référence à l (...)
  • 22 Al-Bakrī par Vidal Beltran, 1982 : 36.

12Des mentions de ḥammām-s qui auraient été construits aux premiers temps de l’Islam en péninsule Ibérique apparaissent également chez les géographes et historiens arabes. Ces informations nous sont livrées par des textes postérieurs aux VIIIe et IXe siècles. Ce sont en effet des lettrés d’al-Andalus qui, compilant ou s’inspirant de sources plus anciennes, nous offrent des données sur la place du ḥammām et la valeur que l’on accorde à ce bâtiment public dans la formation de la ville au cours de la seconde moitié du VIIIe siècle et tout au long du IXe siècle. Le Maghrébin al-Maqqarī qui a composé une histoire d’al-Andalus, le Nafḥ al-ṭīb au début du XVIIe siècle, décrit par exemple Cordoue. La ville comporterait sous l’émir ʿAbd al-Raḥmān Ier (756-788) plusieurs centaines de bains : « sous Abd-ar-Raḥmān Ier, Cordoue avait 490 mosquées, et 1600 sous Al-Mançour ; 700 bains, ou 300 suivant une autre version21 ». Le nombre de bains, qu’il soit de trois cents ou de sept cents, est conséquent et reflète l’importance accordée à l’édifice. Cette estimation est sans doute volontairement démesurée car elle a pour finalité de décrire la ville par excellence, la capitale des Omeyyades et du Califat. Elle montre la valeur et la place indéniable du bain au sein de la société islamique dès l’époque omeyyade. Il est intéressant d’ailleurs d’observer l’association entre le ḥammām et la mosquée. Le bain peut en effet être considéré comme un vecteur d’islamisation ou la marque monumentale d’une nouvelle culture en péninsule Ibérique. Bien qu’il soit dans une moindre mesure un facteur d’islamisation, il participe au façonnage d’un nouveau paysage et à la formation de la madīna. On trouve, par exemple, chez le géographe Al-Bakrī (XIe siècle) dans son ouvrage intitulé Kitāb al-masālik wa-l-mamālik une mention particulièrement significative de la place du ḥammām dans la ville. À Badajoz, le gouverneur Al-Ǧillīqī envoya une lettre à l’émir ʿAbd Allāh (888-912) pour se plaindre de l’absence de mosquée et de bains dans cette ville alors que ses troupes voulaient se sédentariser22. L’émir répond à ses souhaits et envoie une équipe pour construire ces deux édifices dans une ville qui peut ainsi prétendre au statut de capitale :

  • 23 Ibid. : 36 et Al-Bakrī par Ali El Hajji, 1968 : 122-123.

«Entonces [Al-Ǧillīqī] volvió a escribirle [a ʿAbd Allāh] diciendo que no tenía mezquita mayor donde proclamar públicamente el nombre del emir, ni ḥammām en que bañarse; en su mayoría carecían de emplazamiento fijo, aunque estaban sedentarizándose; le pidió que le enviase un equipo que le construyera la mezquita mayor y el baño, con lo cual la población tomaría el rango de las capitales. Y el emir accedió a sus deseos23

13Les deux édifices sont associés dans la formation de la ville et le bain semble constituer l’équipement de base du groupe qui souhaite s’installer. De la même manière, Ibn Ḫaldūn signale dans son Kitāb alʿibar que ʿIsām al-Ḫawlānī a conquis l’île de Majorque à la fin du IXe siècle :

  • 24 Riera Frau, 1993 : 27 (traduction de la version catalane en français par l’auteure). Référence du (...)

« ʿIsām va annoncer à l’émir ʿAbd Allāh la conquête de Mayorque et celui-ci lui accorde l’administration de l’île. Il va gouverner deux ans en y bâtissant une mosquée [masǧid], des caravansérails [fanādiq] et des bains [ḥammāmāt]24. »

14Le bain comme la mosquée, le funduq ou le sūq, fait partie des établissements élémentaires que l’on va retrouver dans les villes d’al-Andalus et qui progressivement forment un paysage monumental distinct.

Des bains dans des villes en formation au IXe siècle

15Des fouilles récentes ont mis au jour des bains datés de l’époque émirale qui se situent dans des espaces urbains et palatins. Ils ont été reconnus à Cordoue, Mérida, Oreto-Zuqueca et à Valence. L’état d’arasement des structures ne permet pas toujours de connaître en détail ces premiers édifices mais, d’après les dernières données archéologiques, il est certain que l’apparition du bain en al-Andalus remonte au moins à la première moitié du IXe siècle voire à la fin du VIIIe siècle. Parmi ces découvertes, une seule fait état d’un réaménagement d’un édifice wisigothique. Il s’agit en effet du bain de la Cárcel San Vicente à Valence qui est aménagé dans l’une des chapelles du groupe épiscopal. Les autres bains constituent de nouveaux éléments du paysage urbain et ils équipent des palais. Ils prennent place dans des sites qui ont connu une continuité d’occupation depuis l’époque romaine mais où le bain semble absent depuis le Ve siècle. Seuls deux cas de réoccupation des « anciens thermes » romains sont à noter à Jaén et à Lérida. Cependant, ces réutilisations d’édifices de l’Antiquité sont peu documentées et non pas été clairement vérifiées par l’archéologie.

  • 25 Salvatierra Cuenca et al., 1994 : 87.
  • 26 Ibid. : 88 et Boube, 1999 : 921.
  • 27 Salvatierra Cuenca et al., 1994 : 93-94.
  • 28 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88. Rien ne précise cependant l’origine antique de l (...)

16À Jaén, des thermes romains sont effet élevés au Ier siècle de notre ère à proximité de la source de la Magdalena25. Au VIIIe siècle et au début du IXe siècle, l’édifice le plus spectaculaire de la ville serait ce bain, produit de la reconversion des anciens thermes romains sans plus de précisions26. Ce complexe est localisé au nord de l’ancienne ville antique, à peu de distance du rempart et à proximité de l’aqueduc romain. Il est identifié par V. Salvatierra27 au Ḥammām al-Ṯawr ou Bain du Taureau mentionné par al-Ḥimyarī et dans lequel : « se trouve une statue de taureau en marbre28 ». En l’absence de fouilles archéologiques, il est difficile d’accorder beaucoup de crédit à cette continuité d’usage ou à cette réoccupation d’un édifice balnéaire entre l’époque romaine et musulmane. Nous ignorons par ailleurs si le bain en question était utilisé par les Wisigoths.

  • 29 Payà i Mercè, 2000 : 179.
  • 30 Ibid. : 179.

17À Lérida, d’après J. Paya y Mercé, les « anciens thermes » romains seraient en usage à l’époque islamique29. De minces indices archéologiques conduisent à considérer que ces bains sont partiellement réutilisés et que cet espace demeure public entre les IXe et XIIe siècles. Il est donc possible que l’on ait ici les bains qui sont mentionnés par la suite dans la documentation chrétienne (1171-1208)30 ; ils semblent alors toujours un élément de référence dans le paysage. Ces deux exemples assez anecdotiques montrent que les réoccupations restent très marginales au début de l’époque islamique. On ne peut parler de continuité puisque ce sont les « anciens thermes » romains qui sont utilisés et non des bains d’époque wisigothique. L’apparition du ḥammām en al-Andalus serait-elle alors une importation culturelle dont les origines ou les racines sont davantage à rechercher au Proche-Orient ou au Maghreb ?

Le bain du site de Cercadilla (Cordoue, époque émirale)

  • 31 Fuertes Santos et al., 2007 : 173-174.
  • 32 Ibid. : 180.

18Sur le site archéologique de Cercadilla, au nord de la ville de Cordoue, d’importantes structures hydrauliques ont été mises au jour. Elles sont interprétées comme un bain d’époque émirale (fig. 10). Cette zone connaît une intense occupation à l’époque romaine avec l’édification du palais de Maximien entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle. Au VIe siècle, l’espace est occupé par les Wisigoths qui reconvertissent une partie des structures de l’édifice en différents lieux de culte chrétien entourés par une vaste nécropole qui fonctionne du VIe siècle au début du VIIIe siècle. À un moment indéterminé de l’Émirat, la zone connaît un important réaménagement ; il semblerait que l’ancien palais romain ait quasiment disparu à cette époque. Plusieurs constructions hydrauliques sont alors élevées dont l’une appartiendrait à un complexe balnéaire31. Le plan que l’on connaît aujourd’hui est daté de l’époque califale mais sa date de construction remonterait selon les archéologues à l’époque émirale32. L’édifice a été spolié au cours du XIIe siècle et nombre de ses murs n’apparaissent qu’en négatif. La limite de fouille et le passage de la rue Antonio Gaudí côté occidental ne permettent pas de connaître les limites nord et ouest de cette construction.

Figure 10. – Plan du bain de Cercadilla (Cordoue, époque émirale) d’après Fuertes Santos et al., 2004 : fig. 12.

Trois espaces liés à l’utilisation de l’eau

  • 33 Ibid. : 189-194.

19Ce complexe présente trois espaces distincts nommés pour plus de commodité « cour d’entrée », « salle des pavements hydrauliques » et « salle en abside ». On entre dans le bâtiment à l’est par une « cour d’entrée ». Il s’agit d’une pièce de forme rectangulaire de 6 x 12 m soit 72 m2, dont seuls les murs est et sud ont été conservés. Une embrasure de porte est identifiée au sud-ouest et permet d’accéder à la « salle des pavements hydrauliques ». On ignore si l’on pouvait entrer au nord-est dans la « salle en abside33 ». Il est possible que durant la période émirale cette première zone de la cour ne fût pas couverte. Le grand nombre de tuiles mises au jour au moment de la fouille correspond au portique aménagé à l’époque califale. Dans ce cas, il pourrait s’agir de la salle d’entrée au bain qui se présentait sous la forme d’un jardin ou d’une cour permettant d’accéder à deux autres espaces : la « salle des pavements hydrauliques » et la « salle en abside ».

20La « salle des pavements hydrauliques » est une zone constituée de trois pavements de mortier hydraulique. Dans l’axe d’entrée, un premier pavement de forme rectangulaire a été repéré. Il est associé à deux autres types de revêtement identiques au sud. Le sol est réalisé en solide mortier de chaux installé sur un niveau de galets de rivière lui-même disposé sur une couche d’argile imperméable. À un moment indéterminé, trois autres sols en mortier sur galets et argile ont été construits ; le dernier d’époque califale présente un revêtement rouge. Au sud, deux autres espaces séparés par une cloison prennent place. Le premier, à l’est, est de forme quadrangulaire sur 3 m de côté et le second ne nous est pas connu dans son intégralité étant donné la limite ouest de fouille (3 m de large sur 3 m découverts). Ils présentent le même type de revêtements et de recharges postérieures. Il s’agit à la fois de niveaux de drainage et d’imperméabilisation, donc de structures liées à l’eau. Elles sont entourées par des éléments maçonnés qui pourraient être interprétés comme des bancs. Aucun des murs de cet espace n’a été conservé en élévation, les matériaux ayant été récupérés au cours du XIIe siècle. Il demeure uniquement la trace en négatif de ces différents parements. Cette « salle des pavements hydrauliques » pourrait être une pièce disposant de deux bassins au sud. Ils seraient pourvus de banquettes pour les baigneurs. La paroi qui sépare le pavement nord de ceux côté sud fonctionnerait alors comme une marche d’accès aux bassins. Dépourvue de système de chauffe, la « salle des pavements hydrauliques » est interprétée comme la salle froide par les archéologues.

21Le dernier espace mis au jour est la « salle en abside », située au nordouest de la zone fouillée. De forme rectangulaire, elle se termine côté sud en abside et occupe 36 m2. La salle est organisée en deux espaces distincts. La partie en abside présente un dénivelé de 0,20 m par rapport au reste de la pièce. Elle pourrait être destinée à contenir de l’eau. Cette limite est bien marquée par la présence d’une rangée de pierres alignées de couleur grisâtre. L’espace rectangulaire de 6,10 x 3,70 soit 22,60 m2, au nord, présente côté ouest des traces de cimentation d’une structure qui correspond sans doute à un banc. Le sol présente le même type de revêtement hydraulique repéré dans la « salle des pavements ». L’abside est également revêtue sur son parement interne et au sol par un mortier hydraulique. Il pourrait s’agir d’un vestiaire ou d’une salle de repos à laquelle on accède depuis la « cour d’entrée ». Aucune trace de communication avec la « salle des pavements » n’est attestée. Il semble qu’un autre espace aurait pris place à l’ouest de la « salle en abside » étant donné la trace d’un mur de direction est-ouest partant depuis l’abside. La fouille n’a livré aucun indice de structures de type hypocauste ou four. On ignore donc si cet édifice comportait des espaces chauffés. Ils pourraient se situer plus à l’ouest dans la partie non fouillée sous la rue Antonio Gaudí.

Des techniques constructives héritées de l’Antiquité tardive

  • 34 Fuertes Santos et al., 2007 : 194.
  • 35 Ibid. : 187.
  • 36 Ibid. : 194. Les murs construits en mortier ou opus caementicum apparaissent à l’époque romaine ma (...)

22Les murs encore en élévation, de 0,50 m de hauteur maximum, présentent une fondation en maçonnerie de pierres plus ou moins régulières sur laquelle sont disposées des pierres calcaires34. Il est intéressant de noter que la technique constructive est proche de ce que l’on connaît à l’époque tardo-antique. En effet, la fondation des murs est réalisée à partir d’un appareil régulier de pierres de moyen format qui peut rappeler l’opus vittatum utilisé dans la construction de l’ancien palais de Maximien. Il est ici exécuté avec une plus grande « maladresse » selon les archéologues35 mais il semble s’inspirer des techniques édilitaires de l’Antiquité tardive. Les constructeurs de ce complexe hydraulique se sont peut-être basés sur ce qui était encore visible sur place. Ils ont employé des pierres calcaires micritiques et des pierres de mine. Leur disposition est similaire à l’opus vitattum, l’appareil en petits moellons typique de l’Antiquité romaine. Les parois sont ensuite élevées en maçonnerie au moyen, semble-t-il, de la technique du ṭābiya36, c’est-à-dire des murs montés à l’aide d’un coffrage. L’ensemble des parements extérieurs comme intérieurs sont enduits par un mortier de chaux de couleur blanche qui permet d’unifier la surface des murs et les différents appareils mis en place. Les sols sont recouverts d’un solide mortier hydraulique fait de petites pierres et de calcite microcristallline. Cette composition n’est pas connue par la suite dans les bains d’al-Andalus mais elle est très proche du rudus d’époque romaine qui était utilisé dans l’architecture tardo-antique et notamment dans les espaces domestiques.

  • 37 Creswell, 1989 (rééd.) : 106.

23Par ailleurs, l’existence d’une salle qui se termine en forme d’abside est particulièrement remarquable. Elle permet de s’interroger sur la configuration du voûtement de cet espace. Ce type de structure absidiale est rare à l’époque omeyyade en al-Andalus. En revanche, si l’on observe les premiers bains omeyyades au Proche-Orient (fig. 11), l’emploi de cet élément d’architecture est très fréquent. À Quṣayr ʿAmra (Jordanie), le bain, édifié vers 712-715, présente un vaste vestiaire pourvu de deux alcôves se terminant en forme d’abside37. Il en est de même dans la salle chaude du bain, tout comme à Qaṣr al-Ḥayr al-Ġarbī (Syrie, vers 724-727) ou Ḥammām al-saraḫ (Jordanie, première moitié du VIIIe siècle). Le ḥammām du château de Jabal Seis (Syrie, début du VIIIe siècle) comporte également un long vestiaire qui présente une abside dans sa partie sud. Cette forme architecturale est démultipliée dans la monumentale salle froide des bains de Khirbat al-Mafjar (Palestine, vers 743-744).

  • 38 Bermúdez Cano, 2011 : 277-306.
  • 39 Ibid. : 200. J. M. Bermúdez Cano a déposé le rapport de fouilles en 2006 à la Consejería de Cultur (...)
  • 40 El Khayari, 1994 : 309.

24À Cercadilla, l’ancien palais de Maximien est composé d’une très large abside ainsi que de plusieurs espaces de ce type. Dans quelle mesure ces éléments sont-ils encore visibles pour les constructeurs de l’époque émirale ? Il subsiste au moins les structures réutilisées par les Wisigoths à partir du VIe siècle. En effet, dans la partie nord du site, ces derniers adaptent au moins trois espaces de l’ancien palatium au culte chrétien. Ils créent ainsi deux édifices à tête triconque et un autre de plan basilical se terminant en abside38. Il est possible que les constructeurs du complexe hydraulique se soient basés sur ces formes architecturales conservées par les Wisigoths. Cela est d’autant plus probable quand on constate les techniques employées qui s’inspirent directement de la construction romaine et sont éloignées de ce que l’on connaît au Proche-Orient. À Quṣayr ʿAmra ou dans le bain de la citadelle d’Amman, les édifices sont construits à partir de blocs de pierres taillées (fig. I et II). Peut-être que le matériau n’est simplement pas disponible sur place et dans ce cas, les constructeurs mettent en œuvre des solutions techniques différentes. La découverte d’un autre bain d’époque émirale sur le site de Fontanar de Cábanos dans une grande munya présenterait des caractéristiques architecturales très proches de l’édifice de Cercadilla39 notamment dans l’emploi du rudus ainsi que de l’opus africanum pour l’édification de ses murs. On constate également le même phénomène dans le bain idrisside de Walīla (Volubilis) au Maroc40. La forme et la construction du complexe « balnéaire » du site de Cercadilla semblent donc clairement influencées par les techniques romaines et plus particulièrement tardoantiques. On aurait ainsi un exemple d’élaboration de bain durant l’Émirat dont les origines sont davantage à rechercher du côté de l’Antiquité tardive. Cependant, ce plan singulier ne connaît, en l’état actuel des connaissances, aucune postérité en al-Andalus. Il est donc probable que l’architecture et les techniques de construction soient d’abord liées à l’histoire du site. Celui-ci a connu une importante occupation romaine dont il devait subsister des ruines in situ ainsi que des parties réutilisées par les Wisigoths. Ces formes, par conséquent, sont observables par les nouveaux constructeurs. Elles continuent peut-être également à être mises en œuvre par des artisans wisigothiques qui ont pu travailler pour des maîtres d’œuvre ou des commanditaires liés au pouvoir islamique.

Figure 11. – Plans des bains omeyyades du Proche-Orient.

  • 41 Fuertes Santos et al., 2007 : 187.
  • 42 Ibid. : 198-200.

25La datation de la construction de cet établissement hydraulique est difficile à préciser mais se situe selon les archéologues à l’époque émirale41. En effet, les techniques édilitaires ne sont pas caractéristiques de la période califale. Elles s’inspirent très clairement de l’Antiquité tardive mais ne seront pas utilisées telles quelles par la suite. Il est intéressant également de noter que durant la période wisigothique, une importante nécropole s’est développée autour des trois lieux de culte chrétiens. Le plus important devait sans doute abriter le martyr san Acisclo. Plus de 150 sépultures ont été mises au jour à proximité et attestent donc un phénomène d’inhumation ad sanctos. On pense également que l’ensemble des anciennes constructions romaines est alors occupé par une importante communauté chrétienne. La densité de population ne cesse d’augmenter jusqu’en 711, date d’arrivée des premières troupes arabo-musulmanes. À partir de cette époque, des chrétiens résident toujours sur le site de Cercadilla et l’église San Acisclo continue à exercer son influence dans ce quartier42. La présence de chrétiens est, par ailleurs, attestée par le Kitāb ṭabaqāt al-aṭibbā’wa-l-ḥukamā’du médecin cordouan Sulaymān ibn Ḥassān ibn Ǧulǧul (fin Xe siècle) dans lequel on apprend que

  • 43 Arjona Castro, 1982 : 79.

«durante el emirato de ‘Abd Allāh, un médico conocido como Jalib ibn Yazib ibn Ruman, el cristiano vivía cerca de la iglesia de San Acisclo y su casa era conocida como la “casa de Ibn al-SatyrĪ el poeta”. Gracias a la medicina adquirió riquezas y fincas y construyó, al lado de su casa, el baño que lleva su nombre43».

  • 44 Fuertes Santos et al., 2007 : 200.

26On ne sait précisément s’il s’agit de l’édifice mis au jour à Cercadilla mais si tel est le cas, il serait construit sous ‘ Abd Allāh, soit entre 888 et 912. D’autres fouilles dans le secteur ont révélé la présence d’un funduq, d’un sūq, d’une mosquée et d’une grande maison à proximité du « bain ». Celui-ci s’inscrit donc dans l’aménagement du quartier à l’époque émirale44. Il fait partie de l’équipement de base du groupe installé sur ce site.

Le bain d’Oreto-Zuqueca (Ciudad Real, première moitié du IXe siècle ?)

27Un autre bain d’époque émirale a été découvert dans la province de Ciudad Real, à Oreto-Zuqueca. Une population sans doute berbère s’installe sur ce site au début du IXe siècle et construit un ḥammām considéré comme public par les archéologues (fig. 12).

Figure 12. – Plan du bain d’Oreto-Zuqueca (Ciudad Real, première moitié IXe siècle ?) d’après Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 217.

Les différents espaces du bain

  • 45 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.

28Ce bain est de petites dimensions. La superficie totale de l’espace balnéaire, sans la zone de services, ne représente que 30 m2. Cet édifice est composé de quatre salles : vestiaire, salle froide, salle intermédiaire et une salle chaude sur hypocauste. Depuis un chemin ou une rue, on accède par un étroit passage à un vestiaire de plan rectangulaire de 4,20 x 1,40 m, soit 5,90 m2, pourvu de latrines45. Au nord, par une porte large de 0,50 m, on pénètre dans la salle froide d’une superficie de 8,40 m2. Au sud de cette salle, des restes d’un niveau de mortier et des dalles en quartz ont été mis au jour. Ce revêtement se poursuit plus au nord vers un espace mal délimité de 3,40 m de large sur une longueur inconnue. Cette pièce fonctionne sans doute avec la salle froide étant donné la présence d’une large ouverture de 1,10 m. Il pourrait s’agir d’une zone de soins complémentaires à la toilette, où officient masseurs et barbiers. À l’ouest, le baigneur poursuit son parcours dans la salle intermédiaire par une ouverture de 0,70 m. Elle se présente sous la forme d’une nef étroite de 3,50 x 1,20 m soit 4,20 m2. Au sud de cette salle, on trouve un petit bassin de 1,30 x 1 m de large sur 1 m de profondeur. Les parois sont enduites et imperméabilisées.

29Enfin, on entre dans la salle chaude. Le sol n’a pas été conservé dans cette pièce et laisse apparaître un hypocauste constitué de petits piliers en brique, de module plus ou moins carré. Aux angles sud-est et sud-ouest, des cheminées, de forme rectangulaire, ont été aménagées de façon à évacuer l’air chaud. On remarquera ici que contrairement aux thermes romains, on ne construit pas de parois chauffantes. De simples conduits sont installés afin d’évacuer la fumée. Au niveau de l’hypocauste, les maçonneries sont recouvertes de briques réfractaires pour éviter les pertes de chaleur. Des bassins ont été mis au jour au sud de cet espace. Ils mesurent respectivement 1,25 x 1,20 m et 1,22 x 1,18 m sur environ 1 m de profondeur. On peut accéder à ces bassins grâce à des petites marches. Le baigneur peut ainsi être immergé en position assise. Cette disposition demeure cependant assez rare dans les bains andalusī-s. Le dernier espace du bain est chauffé par un four situé dans une zone de services. Il communique avec le sous-sol de la salle chaude par un long canal de chauffe de 1,60 x 0,40 m. Le four ne présente aucune trace de chaudière. On peut donc se demander si les baigneurs bénéficient d’un système créant de la vapeur d’eau. L’absence de chaudière n’indique pas forcément l’absence de vapeur car celle-ci peut être provoquée en jetant de l’eau sur le sol de la pièce ou par l’eau des bassins chauffée grâce à la proximité de l’hypocauste.

L’influence de l’Antiquité tardive et des bains de l’Afrique du Nord

  • 46 El Khayari, 1994 : 312.
  • 47 Rebuffat, 1970 : 179.

30Le plan de ce bain est simple et propose au baigneur un parcours axial entre la salle froide et la salle chaude. L’entrée dans ces pièces se situe à la perpendiculaire du vestiaire afin que le regard ne porte pas directement dans les espaces dédiés à la toilette. Cette configuration est identique à celle du bain marocain de Walīla daté de l’époque idrisside46 (fig. 13). Dans la typologie des thermes romains tingitans, il s’agit de la catégorie des édifices à plan orthogonal : en arrivant de la salle froide, le baigneur doit tourner à gauche ou à droite pour retrouver l’axe des salles chaudes47. Par ailleurs, on peut noter que, comme dans l’édifice de Walīla, le bain d’Oreto-Zuqueca ne comporte qu’une salle chauffée par un hypocauste constitué de pilettes et de parois en brique réfractaire. Cet agencement rappelle les procédés de chauffage romain utilisés dans les salles tiède et chaude des bains byzantins et omeyyades du Proche-Orient. Mais, à Walīla et à Oreto-Zuqueca, seule une pièce est chauffée.

Figure 13. – Plan du bain de Walīla (Maroc, fin du VIIIe siècle) d’après El Khayari, 1994 : fig. 2.

  • 48 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.
  • 49 El Khayari, 1994 : 309.
  • 50 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.
  • 51 Ibid. : 215.
  • 52 Rebuffat, 1970 : 182.

31De plus, le bain d’Oreto-Zuqueca présente dans ses salles tiède et chaude des sols réalisés en mortier imperméable identique à l’opus signinum48 d’origine romaine composé d’un mélange de chaux, d’eau, de sable de rivière et de poudre de tuileau. On obtient ainsi un matériau solide parfaitement adapté aux sols mais également aux bassins et à toutes structures soumises à des conditions thermiques extrêmes. Il en est de même à Walīla où les sols et les fonds de bassins présentent un revêtement en mortier de type opus signinum49. Les murs du bain d’OretoZuqueca sont construits sur des fondations en pierres avec un soubassement d’environ 0,60 m de haut constitué de parements de pierres disposées en assises régulières avec blocage interne. Au-dessus, des parois de maçonnerie de mortier de chaux sont élevées selon la technique du coffrage50 ou ṭābiya. Selon les archéologues, la manière dont le bain est construit relève d’un certain « archaïsme51 ». Il est possible que comme sur le site de Cercadilla, les constructeurs s’inspirent de ce qu’ils voient in situ, c’est-à-dire des vestiges romains. Cependant, cette observation n’est pas suffisante car il est nécessaire de maîtriser un savoir-faire qui ne s’est pas forcément transmis de génération en génération. La copie des constructeurs ne peut alors qu’être, en un sens, maladroite et empirique dans un premier temps avant d’être perfectionnée par la répétition et l’expérience. D’autre part, il est intéressant de souligner que l’usage d’un mortier semblable à l’opus signinum est associé à la technique du ṭābiya qui semble davantage liée à la sphère arabo-musulmane occidentale. Le bain d’Oreto-Zuqueca montre ainsi à la fois une influence des anciens procédés constructifs romains et une facture plus typiquement islamique. L’héritage antique se manifeste en partie dans la mise en œuvre des matériaux en parallèle de nouvelles manières de construire. En ce qui concerne les formes de l’édifice, il est plus difficile de trancher. À l’image de ce que l’on remarque à Walīla, les salles du bain sont simples, de forme rectangulaire, et ne comportent aucune structure circulaire ou absidiale. Ce plan de bain réduit à son expression la plus élémentaire est courant dans les thermes de l’ancienne province romaine de Maurétanie Tingitane52 à l’inverse de ce que l’on connaît dans les thermae et balnea de l’Hispanie de l’Antiquité tardive. On pourrait donc voir à Oreto-Zuqueca un apport de formes balnéaires héritées de l’Afrique du Nord et plus particulièrement de l’ouest du Maghreb.

  • 53 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 217.
  • 54 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2004 : 317.
  • 55 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.
  • 56 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2004 : 308.
  • 57 Ibid. : 309.
  • 58 Ibidem.
  • 59 Ajbar Machmuâ par Lafuente et Alcántara, 1867 : 97.

32D’après les archéologues, ce bain est élevé dans la première moitié du IXe siècle et est utilisé jusqu’au milieu du Xe siècle53. S’il est encore difficile de cerner clairement les premières villes d’al-Andalus, Oreto-Zuqueca apparaît néanmoins comme un ensemble urbain avec structures d’habitation, magasins et rues54. Le bain a été construit dans la zone la plus basse du site afin de profiter du dénivellement du terrain et permettre un approvisionnement et une évacuation des eaux plus aisés55. La forme de la ville antique reste très peu définie. On sait par les textes qu’un théâtre et un cirque avaient été construits sur le site d’Oreto-Zuqueca mais ils n’ont pas encore été localisés56. Les époques tardo-antique et wisigothique sont documentées par la présence d’une pile baptismale ainsi que par l’apparition d’une nécropole et d’un ensemble d’édifices religieux57. On ignore la forme exacte des structures d’habitation associées à cette occupation. Oreto-Zuqueca semble être en phase de désintégration au moment de l’arrivée des troupes arabo-musulmanes au début du VIIIe siècle58 mais le site semble avoir été rapidement occupé par les nouveaux arrivants. Oreto ou Urit en arabe est d’ailleurs mentionné dans la première partie des Aḫbār Maǧmūaʿa59 relative à la conquête. On aurait donc au début du IXe siècle, l’installation d’un groupe qui ordonne un espace et qui construit un bain ex nihilo. Aucune structure antique ou wisigothique n’est en effet remployée. L’édifice semble être réalisé à partir d’anciens procédés romains et de nouvelles techniques typiques de l’Occident musulman. Le plan du bain est simple et réduit, sans abside. Il est assez similaire à ce que l’on peut connaître au Maroc durant l’Antiquité tardive mais également à la fin du VIIIe siècle. Contrairement à l’édifice de Cercadilla, le bain d’Oreto-Zuqueca présente un condensé des salles et des structures que l’on va retrouver par la suite jusqu’au XVe siècle en al-Andalus.

Des bains associés à des palais et des espaces privés à l’époque émirale

33À côté de ces bains que l’on peut qualifier d’urbains, plusieurs autres complexes balnéaires sont apparus dans des contextes palatins. Si l’état de conservation des vestiges ne permet pas toujours une analyse précise des structures mises au jour, la possibilité de reconnaître désormais des espaces dédiés à la toilette dans la sphère privée à une époque aussi précoce n’en reste pas moins exceptionnelle. Les bains découverts dans des munya-s à Cordoue et des petits palais à Mérida prennent place dans des villes aux statuts particuliers. L’une est capitale de l’émirat, l’autre est une alliée du pouvoir omeyyade. Il est évident qu’une architecture spécifique est née dans ces deux espaces où réside l’élite politique et administrative. En parallèle, le bain de la Cárcel San Vicente, aménagé dans l’alcázar omeyyade, se distingue des autres bains palatins car il est installé dans une chapelle de l’époque wisigothique qui appartenait au groupe épiscopal de Valence. Il s’agit du seul cas qui réutilise des structures du haut Moyen Âge en ḥammām au IXe siècle. Là encore, les réaménagements dont fait l’objet le groupe épiscopal wisigothique dans lesquels s’inscrit le bain sont symboliques. Ils marquent l’affirmation du pouvoir islamique sur un ancien espace chrétien.

Bains de munya-s et palais (Cordoue, Mérida)

Des traces de structures balnéaires à Cordoue

  • 60 On pourra consulter à ce sujet les études de Murillo, León Muñoz et al., 2010 ; Murillo, Castillo (...)
  • 61 Murillo, Castillo et al., 2010 : 570.
  • 62 López Cuevas, 2013 : 246.
  • 63 Murillo, Castillo et al., 2010 : 565
  • 64 Ibid. p. 607.
  • 65 Ajbar Machmuâ par Lafuente et Alcántara, 1867 : 105.
  • 66 Murillo, León Muñoz et al., 2010 : 543.

34D’après les chroniques historiques, il semble que de nombreuses munya-s se développent dans la périphérie de la capitale omeyyade dès la seconde moitié du VIIIe siècle. Ce fait est aujourd’hui largement attesté par l’archéologie60. Précisons que la munya est une grande propriété périurbaine. Il s’agit à fois d’une résidence, d’un lieu de plaisance mais aussi de représentation. Un prince ou un roi peut en effet occasionnellement y résider. Une autre des grandes fonctions de la munya est productive. Autrement dit, elle est au centre d’un domaine qui exploite des terrains agricoles61. La plus ancienne munya est sans nul doute celle de ʿAbd al-Raḥmān Ier qui fonda Al-Ruṣāfa au début de son règne, dans la seconde moitié du VIIIe siècle, au nord de Cordoue. Il nomma cette résidence Al-Ruṣāfa en souvenir de celle de son grand-père Hišām située en Syrie62. Cette munya est un lieu particulièrement apprécié de l’émir qui fit venir du Proche-Orient des plantes exotiques afin de créer un jardin similaire à ceux de son enfance63. Un important système hydraulique devait donc permettre d’alimenter ces jardins en eau ainsi que l’ensemble de la munya et des champs cultivés. Il n’est pas impossible d’ailleurs que la résidence ait pris place sur une ancienne propriété romaine qui disposait d’un réseau d’adduction en eau performant64. Bien que les bains n’aient pas encore été mis au jour par l’archéologie, on sait par les Aḫbār Maǧmūaʿa qu’un ḥammām est installé dans la résidence. En effet, un homme dénommé Àison chercha à assassiner l’émir de retour dans sa munya d’Al-Ruṣāfa. Le chef du bain, Yūsuf, qui avait une bûche de bois à la main pour entretenir le feu du ḥammām réussit à assommer Àison qui mourut sur le champ65. Cette anecdote révèle donc la présence d’une structure balnéaire dans la munya. Ce ḥammām semble équipé d’une salle chaude et d’un foyer alimenté par du bois. Une équipe est, par ailleurs, chargée de veiller au bon fonctionnement de l’édifice. Bien que l’on ignore la réalité de cette histoire, on peut penser que la munya d’Al-Ruṣāfa était pourvue de bains destinés à l’émir. Cette résidence est quasiment un alcázar périurbain66 et devait disposer d’éléments de confort.

  • 67 Murillo Redondo, Casal García et Castro del Río, 2004 : 267 et Murillo, León Muñoz et al., 2010 : (...)
  • 68 León Muñoz, 2006 : 409-438.
  • 69 Camacho Cruz et al., 2009 : 785.
  • 70 Camacho Cruz, 2010 : 179.
  • 71 Murillo, León Muñoz et al., 2010 : 539.

35Les récentes fouilles archéologiques qui ont mis au jour d’autres munya-s font état également de structures hydrauliques sans doute liées à des bains. C’est le cas notamment à Fontanar de Cábanos où selon les archéologues un grand édifice de type munya a été découvert. Organisée autour de grandes cours, cette résidence dispose de différents espaces privés et de représentation. Un secteur de services comprend un bain daté du IXe siècle67. On ne connaît malheureusement pas la configuration exacte de cet édifice balnéaire. Certains sols présentent des niveaux de type rudus et les murs sont élevés dans un appareil identique à l’opus africanum. Il semble également qu’il ait été revêtu de plaques de marbre68. Une disposition similaire a été observée dans la munya de Naranjal de Almagro lors des fouilles de la Ronda de Poniente. Dans la zone est, une grande citerne de 4,30 m de côté a été mise au jour contre un espace interprété comme un bain69. Il serait constitué de solides murs en pierres de taille disposées en carreaux et boutisses70. Si les archéologues qui ont fouillé sur le site proposent une datation de l’époque califale pour cet édifice, J. F. Murillo et d’autres chercheurs remettent en cause cette chronologie. Ils estiment d’après certains éléments que ces constructions remonteraient au milieu du IXe siècle71.

  • 72 Ibidem.
  • 73 Murillo Redondo, Casal García et Castro del Río, 2004 : 267.
  • 74 Murillo, Castillo et al., 2010 : 606.

36Il est intéressant de noter que des quartiers urbains disposant d’une mosquée, d’un bain et d’un cimetière vont se développer autour de ces munya-s. Ces faits sont attestés à Naranjal de Almagro où un ḥammām possédant un important hypocauste a été mis au jour72. Le même phénomène est observé sur le site de Fontanar de Cábanos73. Ces espaces subissent donc de profondes transformations et les terrains initialement occupés par des champs de culture laissent place à des zones déjà pleinement urbanisées au Xe siècle74. La munya serait donc au centre d’un secteur autour duquel s’agglomèrent progressivement habitats et équipements communautaires. Le bain participe à ce développement urbain et constitue alors un élément d’urbanisation voire d’islamisation dès l’époque émirale.

Des bains dans des « petits palais » à Mérida

  • 75 Alba et Feijoo, 2001 et Alba et Feijoo, 2003.
  • 76 Feijoo Martínez, 2000.

37À Mérida, dans des « petits palais » comme les nomment les archéologues, plusieurs structures de type balnéaire ont été mises au jour. Elles datent d’après les dernières études céramiques de l’époque émirale75. Ainsi en est-il du bain de la calle Nerja qui a été daté dans un premier temps de l’époque wisigothique et plus précisément du VIIe siècle76. Cet édifice appartiendrait à un palais situé dans un secteur extra-muros de la ville, à environ 2 km de l’ancienne muraille romaine. Il est installé sur une ancienne nécropole de l’époque antique. Le site est composé de trois espaces distincts. Le premier correspond à un bain avec four, hypocauste et bassins (fig. 14). Le second, au sud, présente une série de murs arasés qui seraient contemporains du palais. Enfin, le troisième espace est constitué d’une noria d’origine romaine qui continue à être utilisée à l’époque wisigothique puis islamique. Elle alimente sans doute le bain émiral.

Figure 14. – Plan du bain de la calle Nerja à Mérida d’après Feijoo Martínez, 2000 : lám. 2.

38Le plan du bain est incomplet. Une salle chaude et une zone de services ont été mises au jour mais il semble que l’édifice possédait au moins une pièce supplémentaire à l’est. La salle chaude est délimitée par des murs épais. Les fondations sont constituées de trois rangées de pierres en granit. Il s’agit de remplois. L’élévation est une maçonnerie de très bonne facture. Elle se compose de pierres de différentes tailles et de briques. Le tout est stabilisé par des petites pierres plates d’ardoise consolidées par un puissant mortier. Les murs sont recouverts d’un enduit à l’intérieur comme à l’extérieur du bain. Ce même revêtement a été repéré à plusieurs reprises dans l’hypocauste. Le pavement de ce dernier ainsi que des pilettes de brique, supportant un sol disparu, ont été conservés. La pièce mesure 4,90 x 4,35 m et sa superficie est d’environ 21,30 m2. Un accès à une autre salle a été localisé à l’est. Il pourrait s’agir d’une salle tiède. Cette dernière serait également chauffée par l’hypocauste. Trois ouvertures dans le mur côté est montrent que l’air chaud continue à circuler dans un autre espace. En revanche, on ignore par quel moyen il est évacué. Aucune cheminée n’a été mise au jour dans la salle chaude. Au sud de cette pièce, deux grandes ouvertures donnent accès à des bassins dans lesquels le baigneur peut descendre grâce à un escalier composé de quatre marches. À l’ouest, il mesure 1,83 x 1,04 m et à l’est 1,77 x 1,18 m. Ces bassins sont recouverts d’un mortier de type opus signinum. Les eaux usées se jettent dans le canal d’évacuation qui traverse le mur de fermeture extérieur. Celui-ci se déverse dans un égout couvert de grandes pierres plates. Selon les archéologues, cette salle pourrait être couverte d’une voûte qui prendrait appui sur les murs les plus larges au nord et au sud, l’espace des bassins agirait comme contrefort à cette couverture. Cette dernière serait donc transversale et recouvrirait également la pièce à l’est, à l’image de la proposition de restitution des archéologues pour le bain de Walīla (fig. 15) où une nef unique abrite les salles chaude et intermédiaire.

Figure 15. – Reconstitution du bain de Walīla par F. Palmieri (Fentress et Limane, 2014 : fig. 4).

39Côté ouest, la zone de services se caractérise, à l’inverse de la salle chaude, par la pauvreté des matériaux employés. Les murs sont maçonnés en terre compacte sans revêtement intérieur ou extérieur mais ils sont soigneusement élevés. Cet espace de forme rectangulaire de 7,30 x 3,55 m occupe une superficie de 25,90 m2. L’accès se réalise depuis une porte de 1,50 m de large au niveau du mur sud. Cette vaste ouverture doit permettre de faire rentrer le combustible pour le stocker à proximité du four. Plusieurs niveaux de cendre ont été découverts et correspondent à l’usage du four. Le sol à l’intérieur de l’espace de service est légèrement incliné vers le foyer qui communique avec l’hypocauste par une ouverture de 1,10 m. Celle-ci est marquée par deux pierres de taille, très érodées par l’action du feu. Côté nord, le sol de la zone de services est surélevé et forme une sorte de banc ou de console. On ignore la fonction précise de cette structure mais plusieurs couches de cendre ont été entassées contre elle. Elles sont toutes situées à l’intérieur de la zone de services sur une épaisseur de 0,10 à 0,15 m, mêlées à une terre orange pour les compacter. Elles ne contiennent aucun matériel céramique significatif et seuls sont apparus des os de gallinacés, peut-être des rebuts de repas des hommes travaillant dans cet espace.

40Plusieurs murs ont été identifiés au sud et seraient en relation directe avec le bain. Ils forment d’après les archéologues un plus vaste complexe palatin. Au sud de la noria, on trouve également un autre mur orienté nord-ouest/sud-est construit avec de gros blocs de pierre mêlés à de la terre. Ces murs ont une orientation différente de celle des bains et doivent appartenir à un autre espace non défini. Ils se situent, cependant, au même niveau stratigraphique et doivent donc être contemporains de l’établissement balnéaire. Par ailleurs, la technique constructive est proche de celle employée dans la zone de services confortant ainsi l’idée que cet ensemble architectural fonctionne à la même époque. Au sud du bain, une noria d’origine romaine continue à être utilisée durant la période wisigothique. Un réservoir d’eau s’y adosse et son appareil est identique à celui de la salle chaude du bain. Cette structure qui permet d’élever de l’eau semble en relation directe avec l’édifice balnéaire et facilite son approvisionnement. Malheureusement, les niveaux archéologiques entre la noria et le bain ont été détruits aux époques postérieures. On ignore précisément à quel moment le bain cesse de fonctionner, peut-être dès le IXe siècle. À l’époque califale, un nouvel habitat islamique s’installe sur les bains tandis que la noria reste en usage. Le sol de la salle chaude est détruit par une série de fosses qui vise en premier lieu à récupérer les briques des pilettes de l’hypocauste. Les bains ne fonctionnent plus et servent de carrière de pierres et de briques.

  • 77 Alba, Feijoo et Franco, 2009 : 207.
  • 78 Alba Calzado, 2009 : 407.
  • 79 Ibid. : 381.
  • 80 Ibid. : 382 et 384.
  • 81 Ibid. : 385.

41D’après les archéologues, il s’agit ici sans doute d’un bain appartenant à un palais de l’époque émirale77. Ce complexe balnéaire pourrait même remonter à la fin du VIIIe siècle78 d’après la céramique mise au jour. Le fait le plus étonnant dans ce bain est peut-être l’appareil utilisé dans la salle chaude. Les murs sont en effet composés de pierres de taille remployées systématiquement associées à des petites dalles d’ardoise. Ce type de configuration est bien documenté à Mérida notamment aux Ve et VIe siècles dans l’église Santa Eulalia et dans le xenodochium fondé par Masona. Il s’agirait donc d’un appareil typiquement wisigothique. Cependant, comme le note M. Alba Calzado, il est difficile de distinguer un style architectural émiral. Il existe clairement et notamment à Mérida, une continuité dans les techniques et les matériaux employés avec les périodes précédentes79. À partir d’une seule analyse des appareils mis en œuvre, il n’est pas possible d’identifier précisément des édifices de l’époque émirale d’autant que les systèmes constructifs semblent assez divers80. Les risques de confusion entre architecture wisigothique (voire tardo-antique) et émirale sont bien réels81. L’utilisation d’un appareil semblable à celui de l’époque wisigothique dans le bain de la calle Nerja montre justement cette continuité de techniques dans l’architecture émirale. Elle permet aussi de s’interroger à nouveau sur les artisans et maîtres d’œuvre qui interviennent dans la construction. À cette époque, il est possible que les commanditaires – arabes, berbères, mozarabes ou muladíes issus de l’élite locale ? – fassent appel à des ateliers qui continuent à mettre en œuvre des techniques employées durant l’époque wisigothique. La nouveauté dans le paysage monumental tiendrait donc davantage à la nature et la fonction des bâtiments édifiés.

  • 82 Alba Calzado, 2007 : 180.
  • 83 Alba Calzado, 2001 : 291.
  • 84 Alba Calzado, 2009 : 405-406.

42C’est le cas d’autres édifices découverts à Mérida dans le quartier de Morería, le long de l’ancienne muraille romaine, au bord du Guadiana. Un ensemble de grandes résidences aux solides fondations a été mis au jour. Ces demeures sont installées sur les niveaux de destruction d’anciennes maisons wisigothiques82. Les plans de ces petits palais montrent une certaine hétérogénéité et plusieurs systèmes constructifs sont employés. Certains sont clairement hérités de l’Antiquité romaine avec l’usage de l’opus africanum par exemple. L’ensemble du matériel provient quasi exclusivement de remplois que ce soit pour les pierres de taille ou les briques83. L’un de ces édifices, l’« Edificio D », présente une structure annexe particulière. Ce bâtiment d’une superficie de 300 m2 est organisé autour d’un grand salon central (fig. 16). Trois pièces sont accolées de chaque côté de cet espace. Deux portes d’entrée situées côté est permettent d’accéder à l’édifice. À travers une ouverture de 1,25 m, on pénètre ensuite dans le grand salon central de 16 x 6 m soit d’environ 100 m2. Côté nord-ouest, une petite dépendance de forme quadrangulaire de 2,95 x 2,70 m de côté a été ajoutée. Elle présente un sol pavé dans lequel est soigneusement aménagé un canal d’évacuation de 0,25 m de large. Selon les archéologues, il pourrait s’agir d’un espace destiné au bain dans lequel on aurait utilisé des baignoires mobiles. Les eaux usées seraient ainsi directement dirigées dans le canal d’évacuation qui se jette à l’extérieur. Contrairement à l’édifice construit à partir d’élévations en tapial, cette pièce devait sans doute être délimitée par des murs en pierres. De nombreux fragments ont en effet été retrouvés dans les niveaux de destruction. Ces murs seraient construits sur de solides fondations constituées de deux rangées de grandes pierres de taille84. Il n’existe aucun indice de chauffage de la pièce et l’on ignore si elle était recouverte d’une voûte.

Figure 16. – Plan de l’« Edificio D » et de sa pièce annexe interprétée comme espace balnéaire dans le quartier de la Morería à Mérida (Alba Calzado, 2009 : fig. 14).

  • 85 Alba et Feijoo, 2001 : 354 et 356.
  • 86 Alba Calzado, 2009 : 410.
  • 87 Ibid. : 411.

43Les seuls éléments permettant de penser qu’il s’agit d’un bain sont un sol dallé, un canal d’évacuation et une solide construction en pierre. Il est possible qu’il s’agisse d’un lieu dédié à la toilette. D’une surface de presque 8 m2, la salle peut par exemple recevoir un bassin en bois. L’espace pourrait d’ailleurs être chauffé par un brasero et l’eau dans un chaudron. D’autre part, notons que des pièces céramiques dédiées à la toilette ont été découvertes à Mérida. Il s’agit de grands récipients d’un diamètre d’au moins 0,40 m à base large (fig. 17) dont l’intérieur peut être revêtu d’une couche d’almagra. Deux exemples de ce type ont été mis au jour et ils datent de l’époque émirale85. L’interprétation de cet espace peut certes paraître incertaine puisqu’il est dépourvu d’un aménagement de chauffage. Cependant, on connaît assez mal des structures plus légères destinées à la toilette. Cette pièce annexe au grand bâtiment « Edificio D » peut être une petite salle de bain dans laquelle le baigneur utilise un matériel assez simple. Il s’agit du seul petit palais équipé d’un tel espace. Pour M. Alba Calzado, l’ensemble de ces édifices, de grandes dimensions, abritent très certainement des membres de l’élite qui participent à la constitution de l’état omeyyade. Ces espaces sont hiérarchisés entre de vastes salons destinés à réunir un nombre important de personnes et des pièces plus petites aux fonctions résidentielles. Dépourvus de cours et de portiques, ces palais ne semblent pas s’inspirer de modèles antiques ou wisigothiques. Il s’agirait donc pour l’archéologue de modèles architecturaux importés du Proche-Orient. Cependant, les techniques mises en œuvre dérivent elles de l’Antiquité tardive86. Ces petits palais seraient élevés entre la fin du VIIIe siècle et la première moitié du IXe siècle87.

Figure 17. – Pièces céramiques d’époque émirale liées à l’hygiène et à la toilette corporelle découvertes à Mérida (Alba Calzado et Feijoo, 2001 : fig. 7).

  • 88 Alba Calzado, 2004 : 435.
  • 89 Alba, Feijoo et Franco, 2009 : 211.
  • 90 Alba Calzado, 2004 : 435.
  • 91 Alba Calzado, 2001 : 284.
  • 92 Almagro Gorbea, 1999 : 100.
  • 93 Ibid. : 98.

44À Mérida, les seuls vestiges de structures balnéaires appartiennent donc à des espaces privés datés de l’époque émirale. On ignore dans quelle mesure la ville était pourvue de bains publics durant cette période. L’installation de ces équipements nécessite un approvisionnement en eau. Le système hydraulique antique a disparu depuis l’époque wisigothique : les canalisations d’alimentation en eau ont été colmatées et les tuyaux en plomb démantelés. Les puits, en revanche, continuent à servir et ils sont utilisés jusqu’à la période califale88. À l’époque émirale, on ignore si un nouveau réseau hydraulique est mis en place permettant entre autres l’alimentation de bains publics. Un barrage est construit et l’aqueduc de San Lázaro apporte de l’eau dans la ville89. La forteresse construite en 835 dispose en revanche d’une monumentale citerne. À proximité de celle-ci et à l’intérieur de l’enceinte, une structure d’hypocauste a été mise au jour. Cette salle chaude appartiendrait à des bains dont l’alimentation en eau se fait directement depuis le réservoir adjacent90. Cet édifice s’inscrit dans un ensemble de services destiné à la troupe : mosquée, résidences, greniers, cuisines et autres91. L’alcazaba est construite pour matérialiser et marquer la puissance de l’État omeyyade sur le territoire et elle est l’une des premières équipée d’un complexe balnéaire. Ce bâtiment ne serait pas seulement utilisé par le wālī mais également par la garnison étant donné sa situation. Aucun exemple similaire n’est connu à l’époque émirale. En revanche, en Jordanie, il existe un bain dans la citadelle omeyyade d’Amman datée du début du VIIIe siècle92. Cet édifice est situé à la périphérie du palais et est accolé à un grand vestibule qui donne accès à la zone palatine. Ce complexe balnéaire est pourvu de deux entrées, l’une permet d’accéder au bain depuis le palais, l’autre depuis la ville palatine. Il devait donc servir à l’administration et à la troupe au service du gouverneur qui résidaient à proximité du palais93. Il n’est pas exclu que des exemples omeyyades proche-orientaux aient ainsi servi de modèles à la configuration de l’alcazaba de Mérida. La présence de bains atteste alors un certain niveau de confort dans la forteresse.

Le bain de la Cárcel San Vicente (Valence, IXe siècle ?)

  • 94 Rosselló et Soriano, 1998 : 53-54.
  • 95 Olmo Enciso, 1998 : 112.
  • 96 Gutiérrez Lloret 1998 : 142.
  • 97 Ibid. : 142.
  • 98 Gutiérrez Lloret 1993 : 25.
  • 99 Ibid. : 25.
  • 100 Martí et Pascual, 2000 : 510.

45Un dernier bain, élevé au cours du IXe ou du Xe siècle, a été découvert dans alcázar de Valence94. Ce bâtiment est construit dans une ancienne chapelle wisigothique abandonnée au début du IXe siècle. L’ensemble des structures sont réutilisées pour aménager un bain. L’ancienne ville romaine de Valence a connu au cours du VIe siècle un certain dynamisme en matière de construction et reconstruction d’édifices notamment religieux95. Cette politique édilitaire a perduré jusqu’au VIIe siècle d’après les données épigraphiques. Les dernières fouilles archéologiques ont confirmé ce phénomène avec la mise au jour d’un vaste complexe épiscopal découvert sur l’ancien forum romain. L’espace est complètement remodelé et voit l’édification de nouveaux bâtiments chrétiens au début du Moyen Âge. Aux abords de cet ensemble épiscopal, deux chapelles de forme cruciforme ont été construites et modifiées à l’époque wisigothique sous l’épiscopat de Justiano et Anesio96. Elles étaient dédiées aux martyrs valenciens san Vicente et san Valero. Des nécropoles chrétiennes se sont développées et se maintiennent jusqu’au début de l’époque islamique tandis que le reste de la ville est composé d’habitats sommaires97. À partir du VIIIe siècle et jusqu’au début du IXe siècle, l’occupation musulmane ne semble pas très intense. Ce phénomène est probablement lié à la désintégration totale de la ville à la fin de la période wisigothique98. À partir de la seconde moitié du IXe siècle et plus sûrement au Xe siècle, la ville témoigne d’une nouvelle vigueur et l’on commence à récupérer des matériaux99. À ce moment, l’ancienne chapelle méridionale San Vicente est convertie en édifice balnéaire100 (fig. 18).

Figure 18. – Plan du bain de la Cárcel San Vicente (Valence, IXe siècle ?) d’après Rosselló et Soriano, 1998 : 110.

  • 101 Rosselló et Soriano, 1998 : 54.

46Il s’agit de l’unique ḥammām-s construit sur une structure aussi importante d’époque wisigothique. Ce bain se présente sous la forme de nefs parallèles accolées les unes aux autres. Son plan reste modeste en superficie puisqu’il n’occupe que 48 m2. Mais surtout, il s’adapte à la forme initiale du lieu. La tête de l’ancien édifice wisigothique est cassée afin d’y installer un four. Un sol reposant sur des parois de brique est aménagé dans le chevet de la chapelle101. Deux conduits en céramique ont été disposés dans la paroi ouest afin d’évacuer la fumée et assurer un tirage efficace du four. Des marches ont été installées à l’entrée de la salle chaude afin de compenser les différences de niveau créées par la construction d’un sol chauffé. Une longue salle tiède prend place dans le transept. Elle mesure 8,60 x 2,60 m soit une superficie de 22,40 m2. Deux autres pièces, une salle froide de 4,50 x 1,60 m soit 7,20 m2 et un vestiaire de 4,50 x 2 m soit 9 m2, sont établies au niveau de la nef. Des cloisons sont adossées contre les murs de l’ancien lieu de culte afin de délimiter les différents espaces créés. Certaines sont des remplois de plaques décoratives wisigothiques et d’autres sont montées en maçonnerie selon la technique du ṭābiya. Le bain conserve les voûtes en berceau de la chapelle. Celles-ci sont particulièrement adaptées à ce type de construction puisqu’elles permettent une bonne circulation de la chaleur. En l’absence de publication précise sur cette découverte réalisée en 1989, on ne connaît malheureusement rien de plus sur les techniques constructives employées dans ce complexe balnéaire. Le bain cesse de fonctionner à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle.

47Cet édifice s’inscrit dans l’ancien alcázar omeyyade de Valence situé dans la zone de l’Almoina, à l’endroit même où prenait place l’ancien forum romain puis le groupe épiscopal wisigothique – un lieu dédié au pouvoir politique et religieux. Le ḥammām fait ainsi partie des constructions de prestige où les chefs politiques reçoivent leurs invités et dignitaires au bain. À nouveau, le modèle est à chercher du côté du Proche-Orient où des bains sont installés dans les forteresses d’époque omeyyade et participent à un rituel de cour. C’est par exemple le cas du bain de la citadelle d’Amman. Comme nous l’avons déjà indiqué, ce dernier s’inscrit dans un complexe palatin et administratif dès l’époque omeyyade au Proche-Orient. Il en est probablement de même au IXe ou au Xe siècle à Valence. Le bain de la citadelle d’Amman présente d’ailleurs une composition similaire. Depuis le palais, par un petit passage aménagé dans l’épaisseur des murs du grand vestibule, on entre dans une cour qui précède l’espace balnéaire. Le plan de cet édifice est relativement simple composé d’un grand vestiaire pourvu de banquettes de 11 x 5,50 m soit 60,50 m2. Il est placé de manière perpendiculaire par rapport à la zone humide du bain. Les pièces qui composent cet espace sont de petites dimensions. La salle froide de 3,50 x 3 m occupe 10,50 m2, la salle tiède de 3,80 x 4 m représente 15,20 m2 et la salle chaude de 3,80 x 4 m présente une superficie de 15,20 m2. Le ḥammām fait partie de ces installations à la fois sanitaires et liés au pouvoir que l’on retrouve jusqu’au XVe siècle dans les forteresses et les espaces palatins d’al-Andalus. Dès la seconde moitié du Xe siècle, un bain est d’ailleurs installé dans l’alcázar omeyyade de Cordoue ainsi que dans la ville palatine de Madīnat al-Zahrā’.

*

48La découverte de ces édifices montre que le bain apparaît dans des espaces privés et dans des villes au cours de la période émirale. Cependant, il est difficile de caractériser précisément la forme de ces bains. Bien entendu, l’état de la documentation et des vestiges archéologiques ne permet pas toujours de déterminer la structure exacte des éléments mis au jour. Néanmoins, il semble que ces premiers bains andalusī-s se présentent sous des dispositions diverses : petite salle de bain dans un palais à Mérida, vastes espaces équipés de bassins et de salle en abside sur le site de Cercadilla, espaces chauffés dans des palais et munya-s à Mérida et à Cordoue et enfin des édifices plus complets disposant d’une zone sèche et d’une zone humide comme à Oreto-Zuqueca et à Valence. Les techniques constructives elles aussi apparaissent assez hétérogènes : emploi de techniques héritées de l’Antiquité tardive, remplois de pierre et de brique, mise en œuvre d’appareils directement hérités de l’époque wisigothique comme à Mérida et apparition de nouvelles solutions si l’on pense au ṭābiya d’origine arabo-berbère.

  • 102 Il serait, à cet égard, intéressant de pouvoir effectuer des prélèvements de mortier et d’en analy (...)

49Parmi ces exemples, on note une prédominance des procédés constructifs hérités de l’Antiquité tardive. Que ce soit à Cercadilla, Fontanar de Cábanos, Mérida et Oreto-Zuqueca, les techniques sont très proches de celles que l’on connaît à l’époque hispano-romaine notamment dans l’emploi du rudus, d’appareils de type opus africanum ou encore de mortiers semblables à l’opus signinum. Ces techniques ont continué à être mises en œuvre durant l’époque byzantine voire wisigothique102. Aucun de ces bains n’est élevé en pierre de taille à l’image des bains proche-orientaux. Seul le complexe de Mérida présente une maçonnerie de pierre dont l’appareil est similaire à des exemples wisigothiques. En al-Andalus, dès le IXe siècle, on emploie également la technique du ṭābiya pour construire des parois maçonnées à partir d’un mortier de chaux. Il s’agit d’un matériau solide et facile à réaliser. Le procédé du coffrage permet ensuite d’élever des murs plus simplement que si l’on employait des blocs de pierres taillées. L’utilisation d’un mortier qui a l’aspect du béton apparaît durant l’Antiquité romaine. Il est appelé opus caementicum et il était utilisé comme blocage entre deux parements de murs. Ici, il apparaît monté sur la base de caissons, sans parement. Cette technique pourrait provenir d’Afrique du Nord puisqu’il s’agit de la méthode de l’édification des murs en pisé. La construction des murs en ṭābiya (version maçonnerie de mortier de chaux) va connaître une grande postérité dans les bains d’al-Andalus et deviendra une technique spécifique à l’Occident musulman.

50Ces bains sont pour la plupart construit ex nihilo, c’est-à-dire qu’aucune structure balnéaire de l’époque antique ou wisigothique n’est réaménagée pour édifier ces complexes. Seul le bain de l’alcázar de Valence est installé dans un bâtiment wisigothique mais il s’agit d’une ancienne chapelle, non d’un établissement balnéaire. Il apparaît donc difficile d’après ces données de caractériser un bain de l’époque émirale mais également de le reconnaître. Des édifices les plus complets, à savoir du bain d’Oreto-Zuqueca qui se situe dans un espace urbain, à celui de l’alcázar de Valence dans un espace réservé, on peut néanmoins remarquer une organisation basique qui va demeurer tout au long de la période islamique. Le ḥammām andalusī est un établissement relativement simple composé de deux espaces principaux : la zone sèche constituée d’un vestiaire et la zone humide dans laquelle prennent place trois salles : froide, intermédiaire et chaude. Ce type de plan dans lequel le bain est réduit à l’essentiel est connu notamment en Afrique du Nord sur l’ancien site de Volubilis, Walīla, à la fin du VIIIe siècle.

  • 103 Fentress et Limane, 2014 : 110-111.

51Parallèlement, l’implantation de bains dans les espaces privés traduit certainement une influence importante du Proche-Orient. La présence de ḥammām dans des forteresses n’est pas sans évoquer le bain de la citadelle d’Amman en Jordanie et les bains des fameux « châteaux du désert ». Les techniques, en revanche, semblent distinctes de ce que l’on connaît en Syrie ou en Jordanie. À l’époque émirale, la fondation de bains semble particulièrement liée au pouvoir en place. Ils sont installés dans des petits palais ou des munya-s où résident des membres de l’élite omeyyade. À Mérida puis à Valence, les bains sont construits dans des forteresses et soulignent un certain niveau de confort voire de luxe. Par ailleurs, d’après les textes, il semble que le bain soit une installation collective nécessaire à une ville. À titre d’exemple, le bain de Walīla, construit à la fin VIIIe siècle au Maroc, fait partie d’un aménagement urbain remontant au règne d’Idris Ier. Ce quartier est créé à partir d’un schéma orthogonal et voit la construction d’un ḥammām associé à un grenier collectif et à un groupe d’habitat103. Il fait donc partie de l’équipement de la ville. Cette apparition du bain en al-Andalus paraît aujourd’hui une réelle importation orientale mais son édification repose davantage sur des techniques propres à l’ancienne Hispanie romaine et wisigothique. Cette analyse pose clairement la question des commanditaires, des maîtres d’œuvre et des artisans qui interviennent dans la construction de ce type d’édifices. L’importation de techniques semble moins essentielle que la présence du bain à la période émirale. En revanche, l’empreinte architecturale d’origine orientale paraît plus importante au moment du Califat, notamment avec l’édification de Madīnat al-Zahrā’.

52L’époque émirale apparaît donc comme un moment d’élaboration du plan du bain andalusī et de ses techniques de construction. Ses formes dérivent lointainement des bains byzantins et proche-orientaux. Il se réduit à leur plus simple expression, sans ornementation architecturale particulière, et se présente sous la forme de petits espaces. On pourrait ici penser que ses premiers constructeurs ont été influencés par la simplicité des bains islamiques d’Afrique du Nord mais les parallèles sont quasiment inexistants mis à part l’exemple de Walīla. Dans tous les cas, le bain andalusī n’a pas comme référent les « anciens thermes » romains de l’Hispanie comme nous avons coutume de le lire dans la littérature relative au ḥammām. Seules perdurent des méthodes de construction romaines qui au fur et à mesure évoluent : nous pensons ici à l’usage du mortier hydraulique, de la brique et de la maçonnerie en mortier de chaux. Cette dernière va, notamment, devenir le procédé par excellence de construction dans tout l’Occident musulman, que ce soit dans les bâtiments civils ou fortifiés.

Notes

1 Hocine Benkheira, 2003 : 393-394.

2 Une vingtaine d’établissements balnéaires d’époque omeyyade sont aujourd’hui connus au Proche-Orient parmi lesquels on peut citer ceux des « châteaux du désert » : Quṣayr ʿAmra (Jordanie), Ḥammām Al-saraẖ (Jordanie), Khirbat al-Majfar (Palestine), Al-Fudayn (Jordanie), Djebel Seis (Syrie), Qaṣr al-Hayr al-Ġarbī (Syrie) ou encore dans les établissements de fondation omeyyade comme à ʿAnǧar (Liban), Ruṣāfa (Syrie) Qaṣr al-Hayr al-Šarqī (Syrie) et dans la citadelle de la capitale omeyyade d’Amman (Jordanie). Ces édifices ont fait l’objet d’études assez inégales au cours des XIXe et XXe siècles. Seule la thèse de D. Genequand récemment publiée fait le point sur ces « châteaux du désert » (Genequand, 2012). On pourra également consulter la thèse de G. Charpentier qui s’intéresse à la transition entre bains byzantins et ḥammām-s (Charpentier, 1999) ainsi que les travaux de C. VibertGuigue et G. Bisheh sur les peintures des bains de Quṣayr ʿAmra (Vibert Guigue et Bisheh, 2007). P. Thibaud-Fournet a par ailleurs publié un bref inventaire des bains proche-orientaux des périodes byzantine et omeyyade dans les récents actes du colloque Balnéorient : Piraud Fournet, 2014.

3 Hocine Benkheira, 2007 : 321-322.

4 Alba et Feijoo, 2001 et Alba et Feijoo, 2003.

5 En 2001, un « Plan General de Ordenación » a rendu obligatoire des fouilles archéologiques avant de nouveaux aménagements dans la ville de Cordoue. En parallèle, des normes de protection du patrimoine ont été établies de façon à ce qu’avant tout projet d’urbanisme soient réalisées des études historiques et archéologiques dans les secteurs concernés. Ces travaux doivent ainsi permettre d’adapter au maximum les aménagements urbains et la conservation du patrimoine archéologique. Un grand nombre d’opérations préventives a donc vu le jour. Plusieurs munya-s ont été découvertes ainsi que des quartiers et des espaces artisanaux datant de la Cordoue émirale et califale (Murillo, Castillo et al., 2010 : 571).

6 Pour une approche détaillée de la perception du ḥammām par les juristes au Moyen Âge, dans le monde musulman, voir l’étude approfondie de M. Hocine Benkheira parue en trois parties dans la Revue de l’Histoire des Religions : Hocine Benkheira, 2003 ; 2007 ; 2008.

7 Hocine Benkheira, 2003 : 391.

8 Ibid. : 409.

9 Hocine Benkheira, 2008 : 78-79.

10 Ibid. : 79.

11 Hocine Benkheira, 2007 : 324.

12 Bousquet, 1950 : 58-60.

13 Ibid. : 62.

14 Sourate IV, verset 43 : Le Coran par Masson, 1967 (rééd. 1986) : 100.

15 Hocine Benkheira, 2003 : 415.

16 Marín et Aguadé, 2002 : 36.

17 Au Maroc, encore à l’heure actuelle, la croyance populaire associe toujours les bains publics et les ǧinn-s : à Casablanca, on dit qu’en entrant au bain le soir ou au petit matin – au moment où il fait encore nuit – qu’il est possible de rencontrer ces génies invisibles et de les reconnaître en entendant le bruit de leurs pas (Marín et Aguadé, 2002 : 40).

18 Hocine Benkheira, 2003 : 428.

19 Al-Wanšarīsī par Lagardère, 1995 : 168 (no 246).

20 Al-Wanšarīsī par Lagardère, 1995 : 114 (no 4/o).

21 Al-Maqqarī par Dozy et Gayangos, 1855-1860 (rééd. 2002) : XLI. Al-Maqqarī doit faire référence à la version de Ibn ʿIḏārī qui mentionne trois cents bains à Cordoue : Ibn ʿIḏārī par Fagnan, 1901-1904 : tome 1, 383 et Ibn ʿIḏārī par Dozy et Lévi-Provençal, 1951 : 243.

22 Al-Bakrī par Vidal Beltran, 1982 : 36.

23 Ibid. : 36 et Al-Bakrī par Ali El Hajji, 1968 : 122-123.

24 Riera Frau, 1993 : 27 (traduction de la version catalane en français par l’auteure). Référence du texte arabe : Ibn Ḫaldūn par Sahada, 1981-1983, IV : 210-211.

25 Salvatierra Cuenca et al., 1994 : 87.

26 Ibid. : 88 et Boube, 1999 : 921.

27 Salvatierra Cuenca et al., 1994 : 93-94.

28 Al-Ḥimyarī par Lévi-Provençal, 1993 (rééd.) : 88. Rien ne précise cependant l’origine antique de la sculpture. La figure du taureau n’est d’ailleurs pas propre à l’époque antique, elle existe déjà chez les Ibères. Symbole de fécondité, le taureau est fréquemment représenté sur des monnaies mais également sous la forme d’ex-voto ou de sculptures. De nombreux exemples sont conservés notamment au Museo Arqueológico Nacional à Madrid et au Museo Arqueológico y Etnológico de Cordoue. Les pierres sculptées représentant le taureau semblent même apparaître avant les Ibères. On pourra consulter à ce sujet l’intéressant article de T. Chapa Brunet et L. Emilio Vallejo sur le taureau orientalisant découvert à Porcuna dans la province de Jaén (Chapa Brunet et Vallejo, 2012). La réalisation en marbre conduit peut-être V. Salvatierra a interprété cette sculpture comme romaine.

29 Payà i Mercè, 2000 : 179.

30 Ibid. : 179.

31 Fuertes Santos et al., 2007 : 173-174.

32 Ibid. : 180.

33 Ibid. : 189-194.

34 Fuertes Santos et al., 2007 : 194.

35 Ibid. : 187.

36 Ibid. : 194. Les murs construits en mortier ou opus caementicum apparaissent à l’époque romaine mais ce matériau était davantage utilisé comme blocage entre deux parements de murs. Il semble que les constructeurs arabo-musulmans se soient appropriés l’opus caementicum pour élever selon la technique du coffrage ou ṭābiya des murs en maçonnerie de mortier. Ce système est également utilisé pour édifier des parois de terre crue.

37 Creswell, 1989 (rééd.) : 106.

38 Bermúdez Cano, 2011 : 277-306.

39 Ibid. : 200. J. M. Bermúdez Cano a déposé le rapport de fouilles en 2006 à la Consejería de Cultura de Córdoba sous le titre : Informe de resultados preliminares : I.A.U. Edifico de usos múltiples del área de infraestructuas del Ayuntamiento de Córdoba. El Fontanar. Parque de Cruz Conde (Córdoba). Julio 2004. Cette intervention archéologique n’a pas fait l’objet d’une publication ou d’une présentation lors de rencontres scientifiques.

40 El Khayari, 1994 : 309.

41 Fuertes Santos et al., 2007 : 187.

42 Ibid. : 198-200.

43 Arjona Castro, 1982 : 79.

44 Fuertes Santos et al., 2007 : 200.

45 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.

46 El Khayari, 1994 : 312.

47 Rebuffat, 1970 : 179.

48 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

49 El Khayari, 1994 : 309.

50 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 207.

51 Ibid. : 215.

52 Rebuffat, 1970 : 182.

53 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 217.

54 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2004 : 317.

55 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 206.

56 Garcés Tarragona et Romero Salas, 2004 : 308.

57 Ibid. : 309.

58 Ibidem.

59 Ajbar Machmuâ par Lafuente et Alcántara, 1867 : 97.

60 On pourra consulter à ce sujet les études de Murillo, León Muñoz et al., 2010 ; Murillo, Castillo et al., 2010 et la récente synthèse de G. D. Anderson : Anderson, 2013.

61 Murillo, Castillo et al., 2010 : 570.

62 López Cuevas, 2013 : 246.

63 Murillo, Castillo et al., 2010 : 565

64 Ibid. p. 607.

65 Ajbar Machmuâ par Lafuente et Alcántara, 1867 : 105.

66 Murillo, León Muñoz et al., 2010 : 543.

67 Murillo Redondo, Casal García et Castro del Río, 2004 : 267 et Murillo, León Muñoz et al., 2010 : 539.

68 León Muñoz, 2006 : 409-438.

69 Camacho Cruz et al., 2009 : 785.

70 Camacho Cruz, 2010 : 179.

71 Murillo, León Muñoz et al., 2010 : 539.

72 Ibidem.

73 Murillo Redondo, Casal García et Castro del Río, 2004 : 267.

74 Murillo, Castillo et al., 2010 : 606.

75 Alba et Feijoo, 2001 et Alba et Feijoo, 2003.

76 Feijoo Martínez, 2000.

77 Alba, Feijoo et Franco, 2009 : 207.

78 Alba Calzado, 2009 : 407.

79 Ibid. : 381.

80 Ibid. : 382 et 384.

81 Ibid. : 385.

82 Alba Calzado, 2007 : 180.

83 Alba Calzado, 2001 : 291.

84 Alba Calzado, 2009 : 405-406.

85 Alba et Feijoo, 2001 : 354 et 356.

86 Alba Calzado, 2009 : 410.

87 Ibid. : 411.

88 Alba Calzado, 2004 : 435.

89 Alba, Feijoo et Franco, 2009 : 211.

90 Alba Calzado, 2004 : 435.

91 Alba Calzado, 2001 : 284.

92 Almagro Gorbea, 1999 : 100.

93 Ibid. : 98.

94 Rosselló et Soriano, 1998 : 53-54.

95 Olmo Enciso, 1998 : 112.

96 Gutiérrez Lloret 1998 : 142.

97 Ibid. : 142.

98 Gutiérrez Lloret 1993 : 25.

99 Ibid. : 25.

100 Martí et Pascual, 2000 : 510.

101 Rosselló et Soriano, 1998 : 54.

102 Il serait, à cet égard, intéressant de pouvoir effectuer des prélèvements de mortier et d’en analyser la composition. Était-elle identique pour chacune des surfaces (sols, bassins et murs ?) et des bâtiments en question ? Quels matériaux précisément sont employés dans la fabrication de ces mortiers et dans quelle mesure sont-ils proches des mortiers romains ? Autant d’interrogations qui permettraient de déterminer cette proximité ou non avec les mortiers de l’Antiquité tardive et de l’époque wisigothique.

103 Fentress et Limane, 2014 : 110-111.

Table des illustrations

Légende Figure 10. – Plan du bain de Cercadilla (Cordoue, époque émirale) d’après Fuertes Santos et al., 2004 : fig. 12.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Figure 11. – Plans des bains omeyyades du Proche-Orient.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Légende Figure 12. – Plan du bain d’Oreto-Zuqueca (Ciudad Real, première moitié IXe siècle ?) d’après Garcés Tarragona et Romero Salas, 2006 : 217.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Figure 13. – Plan du bain de Walīla (Maroc, fin du VIIIe siècle) d’après El Khayari, 1994 : fig. 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 14. – Plan du bain de la calle Nerja à Mérida d’après Feijoo Martínez, 2000 : lám. 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Figure 15. – Reconstitution du bain de Walīla par F. Palmieri (Fentress et Limane, 2014 : fig. 4).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Figure 16. – Plan de l’« Edificio D » et de sa pièce annexe interprétée comme espace balnéaire dans le quartier de la Morería à Mérida (Alba Calzado, 2009 : fig. 14).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Figure 17. – Pièces céramiques d’époque émirale liées à l’hygiène et à la toilette corporelle découvertes à Mérida (Alba Calzado et Feijoo, 2001 : fig. 7).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 18. – Plan du bain de la Cárcel San Vicente (Valence, IXe siècle ?) d’après Rosselló et Soriano, 1998 : 110.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540