Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Première partie. Recherche sur la formation du bain en al-Andalus

Chapitre I. L’héritage romain et wisigothique

Texte intégral

  • 1 Il existe deux synthèses sur les thermes de la péninsule Ibérique : García Entero, 2005 et Pilar R (...)

1Afin d’examiner les continuités d’occupation des « anciens thermes » romains, il est nécessaire de suivre la trace de ces édifices depuis l’Antiquité tardive jusqu’à la conquête arabo-musulmane. Plusieurs études sur l’Antiquité tardive et plus spécialement sur les bains romains1 permettent de conduire une première analyse sur le devenir des « anciens thermes » romains durant le haut Moyen Âge. On peut ainsi voir dans quelle mesure une culture du bain persiste durant l’époque wisigothique. Le christianisme modifie en profondeur la pratique balnéaire mais quelques données textuelles et matérielles témoignent d’une attention à la toilette et aux soins du corps à cette période.

Le devenir des bains romains au début de l’époque médiévale (Ve-VIe siècles)

  • 2 Il s’agit du programme de recherche « Termas Romanas en Hispania » mené par le Departamento de Pre (...)
  • 3 Marrou, 1977 : 171.

2Si des programmes de recherches se sont mis en place depuis une quinzaine d’années pour étudier les thermes de l’Antiquité2, il n’est pas encore paru à ce jour de synthèse sur les bains tardifs. Nous avons donc réalisé un inventaire composé de cent trente et un édifices construits ou encore en fonctionnement entre le IIIe siècle et la fin de l’Antiquité tardive, aux alentours des Ve et VIe siècles3 (tabl. II). Les données sur les bains tardifs manquent parfois de précision quant à leur date d’abandon. Néanmoins, ce corpus permet d’observer des phénomènes remarquables sur le devenir des « anciens thermes » romains au début de la période médiévale.

Les bains tardifs de l’Antiquité

  • 4 Rebuffat, 1991 : 23.
  • 5 Yégül, 1992 : 108-109.

3Dans le monde romain, deux expressions sont utilisées pour désigner les établissements balnéaires : therma (-ae) et balneum (-a). Ces deux mots sont d’origine grecque. Le premier (θερμός) désigne des espaces chauffés tandis que le second (βαλανείον) signifie plus exactement « salle de bains » ou « bains publics ». Il semble qu’à l’époque romaine l’expression balneum soit la plus courante. La première sert à désigner des bains privés ou publics qui appartiennent à des particuliers. Thermae, employée au pluriel, a des nuances plus spécifiques4. Elle désigne de grands complexes impériaux, dont les parties chauffées sont plus importantes que dans les balnea. Cependant, dans les textes antiques, balneum et thermae paraissent interchangeables. Dans l’ensemble, on conserve cette distinction jusqu’à la fin de l’époque romaine où, par exemple, au IVe siècle un catalogue des bains de Rome mentionne dix ou onze thermae pour huit cent cinquantesix balnea5. Sur les cent trente et un édifices répertoriés dans notre corpus, quatre-vingt-dix-neuf sont des balnea, soit les trois quarts des établissements balnéaires encore en fonctionnement ou élevés durant l’Antiquité tardive. Seuls trente-deux sont des thermae, soit un quart des bains tardifs. Quatrevingt-huit balnea appartiennent à des villae rurales soit près des deux tiers des thermes de l’Antiquité tardive. On recense ensuite vingt-huit édifices publics localisés dans des capitales ou agglomérations secondaires, soit un cinquième des édifices de l’Antiquité tardive, et onze balnea appartenant à des domus urbaines. Quatre établissements équipent des vicus.

Les balnea

  • 6 García Entero, 2005 : 867.

4Dans l’Hispanie romaine, des balnea sont édifiés dans les villae dès le Haut Empire. Ils attestent l’adoption et la généralisation de la tradition romaine du bain, signe d’une romanisation des territoires ibériques6. Il s’agit de bains réservés à une élite qui manifeste son pouvoir à travers l’architecture et la décoration de ces espaces. Durant l’Antiquité tardive, ces bains domestiques continuent à être construits dans des grands complexes agro-pastoraux et dans des domus. Ils répondent à des schémas simples de fonctionnement qui présentent toujours trois espaces basiques : l’apodyterium (vestiaire) ou le frigidarium (salle froide) réunis ou non dans une même salle, le tepidarium (salle tiède) et le caldarium (salle chaude). Ces pièces sont toutes de forme rectangulaire ou quadrangulaire avec parfois l’ajout de petits espaces distincts de forme absidiale, octogonale ou trilobées qui abritent des piscines ou des bassins. Elles sont complétées par des sudationes (étuves sèches ou humides) aux formes variables, des unctoria (salles de soins) ou des latrines et plus rarement des destrictaria (pièce où le corps est enduit d’huile pour les exercices physiques). Les balnea sont toujours intégrés dans des complexes résidentiels. Elles forment généralement des unités indépendantes qui obéissent à des contraintes d’approvisionnement en eau et qui sont éventuellement orientées selon les préceptes de Vitruve. Les balnea se situent assez souvent à proximité d’une source d’eau. À défaut, de grandes citernes sont construites à proximité.

Figure 2. – Plan du balneum de la villa de Dehesa de la Cocosa (García Entero, 2005 : fig. 113).

  • 7 Ibid. : 332-338.

5Le bain de Dehesa de la Cocosa (Badajoz) situé dans l’ancienne province de Lusitanie constitue un exemple représentatif des balnea antiques. Selon l’interprétation de V. García Entero7 (fig. 2), on pénètre dans ce bain à partir d’un vestibule ouvert, de forme quadrangulaire, constitué d’un sol en opus signinum. Depuis cette salle, le baigneur entre dans un apodyterium de 31 m2. Cet espace, recouvert d’opus signinum, est pourvu d’une petite niche côté nord-est. Le baigneur accède ensuite au frigidarium, grande salle rectangulaire de 48 m2, décorée d’une mosaïque polychrome représentant des animaux marins. Une légère inclinaison du sol permet l’évacuation des eaux usées. Une grande piscine d’eau froide est installée au nord de la salle, elle mesure 3,68 x 4,75 m sur 1 m de profondeur. Trois marches sont aménagées afin que le baigneur accède à ce grand bassin. Le sol est également composé d’opus signinum. La salle est flanquée de deux baignoires de forme circulaire côté est. Celles-ci étaient sans doute remplies d’eau froide. Le baigneur peut, lors de son séjour dans la salle froide, se diriger vers un unctorium. Il poursuit ensuite son cheminement dans les salles chauffées : tepidarium puis caldarium. Le premier de ces espaces a une superficie de 14 m2. Il est pourvu d’un hypocauste constitué d’arcs en brique de 0,58 m de hauteur. À l’est, s’ouvre la bouche du praefurnium. Ce four permet le chauffage de la salle. Enfin, depuis le tepidarium, le baigneur se tourne vers le caldarium. Cet espace de 15 m2 est entouré de chaque côté par des alvei, c’est-à-dire des petites piscines d’eau chaude mesurant 1 x 1,40 m. Au sud, on trouve un grand praefurnium qui chauffe le caldarium et l’eau des alvei.

  • 8 Vitruve préconise, en effet, sur « les dispositions des bains et de leurs parties » qu’« il faut p (...)
  • 9 García Entero, 2005 : 337.
  • 10 Ibid. : 332.

6L’ensemble du complexe thermal de Dehesa de la Cocosa est alimenté en eau grâce à un petit aqueduc qui débouche directement sur le balneum. L’espace situé à l’extrême sud-est constituerait un réservoir à partir duquel se réalise l’ensemble de l’approvisionnement des parties chauffées. Au nord-est, une autre citerne de forme quadrangulaire alimente sans doute les piscines et la salle froide. L’installation balnéaire de Dehesa de la Cocosa adopte ainsi un plan linéaire, les trois salles principales ont en effet le même axe et obligent le baigneur à un parcours rétrograde. Le bain respecte des préceptes vitruviens : les salles non chauffées se situent au nord, les tepidarium et caldarium côté sud8. Le grand développement de la salle froide est caractéristique de la seconde moitié du IIIe siècle de notre ère et des bains tardifs de l’Antiquité romaine9. Au IVe siècle, cette salle est recouverte d’un nouveau pavement en mosaïque. L’occupation des lieux paraît se maintenir du IVe au VIe siècle10. À ce moment, une basilique chrétienne est construite et perdurera jusqu’au VIIIe siècle.

Figure 3. – Plan du balneum de la villa de la Olmeda (García Entero, 2005 : fig. 57).

  • 11 Ibid. : 171.
  • 12 Ibidem : 171.
  • 13 Nozal et al., 2000 : 313.
  • 14 Ibid. : 313.
  • 15 Ibid. : 316.

7Le balneum de la villa de la Olmeda à Pedrosa de la Vega (Palencia) constitue un autre exemple. Construit au milieu du IVe siècle, ce bain d’une superficie de 900 m2 se situe à l’ouest d’une vaste demeure romaine (fig. 3). Le bain est divisé en deux parties par un large espace. Ce vaste chemin d’accès depuis la villa est interprété par certains auteurs comme une palestre11. Au nord, se situent les espaces réservés à la toilette, au sud, le vestiaire et les salles de soins. Le parcours du baigneur est ainsi très nettement séparé. D’un côté, on trouve un apodyterium de forme quasi circulaire complété d’unctoria12. De l’autre côté, on accède à une vaste salle froide quadrangulaire aux angles semi-circulaires d’environ 100 m2. Ce frigidarium possède un petit bassin côté nord-ouest. Il est également équipé d’une annexe, sans doute un alveus ou une piscine de forme trilobée. Les parois de cette salle sont maçonnées et recouvertes de plusieurs couches d’enduit13. Le sol est constitué d’un sommaire opus signinum qui paraît avoir été posé sur un sol antérieur. Un canal d’évacuation a été mis au jour et l’analyse des enduits et des sols montre l’existence de revêtements antihumidité réalisés en opus signinum14. La piscine de 0,54 m de profondeur dispose de marches. D’une superficie de 17 m2, elle permet au baigneur une immersion en position assise. On accède ensuite à un vaste espace, large d’une dizaine de mètres dont on ignore l’étendue exacte. Celui-ci est chauffé par un praefurnium. Cette salle repose sur deux piliers et pourrait donc constituer le caldarium ou le tepidarium du bain. Comme la villa, ce complexe balnéaire fonctionne jusqu’au Ve siècle15.

  • 16 García Entero, 2005 : 870.

8Ces deux exemples révèlent une certaine diversité des modèles et des formes balnéaires durant l’Antiquité tardive. Il n’existe pas un type de bain domestique mais plusieurs solutions architecturales dont les dimensions et la décoration varient en fonction des lieux et du statut du propriétaire. Ces installations balnéaires ont souvent connu plusieurs réaménagements et peuvent avoir comme plan de base des modèles datant du Haut Empire. Des bains sont donc toujours utilisés et même construits au cours du IVe siècle et ils restent occupés durant une bonne partie du Ve siècle16.

Les thermae

  • 17 Fuentes Domínguez, 2000 : 140.
  • 18 García Marcos et Vidal Encinas, 1996 : 149-150.

9En parallèle, les thermae, bains monumentaux des villes, continuent à exister durant l’Antiquité tardive. Ces édifices adoptent des formes différentes ou des aménagements particuliers selon l’évolution du statut de la ville dans laquelle ils ont été érigés : capitale de province, chef-lieu de cité ou encore agglomération secondaire. Comme le souligne Á. Fuentes Domínguez, il convient de distinguer les thermes relevant des nouvelles capitales de provinces comme Tarraco, Corduba, Cartago Nova, Emerita et Braccara ainsi que les centres ayant des charges administratives importantes : Caesarugusta, Hispalis, Asturica, Barcino et Valentia. De l’autre côté, sont regroupées les anciennes villes moins importantes et en voie de ruralisation durant l’Antiquité tardive17. Dans le premier groupe, on constate un maintien des thermes publics jusqu’à la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle. Le cas des bains de la rue Padre Blanco y Santiago Crespo d’Astorga est, à ce sujet, intéressant. En effet, les fouilles ont révélé une occupation tardive du site. À l’image de l’ensemble urbanistique qui l’entoure, l’édifice bénéficie d’un programme de rénovation18. Ces réfections montrent l’entretien continu des systèmes hydrauliques.

  • 19 Rascón Marqués, 2000 : 238.
  • 20 Ibid. : 238.
  • 21 Ibid. : 241.

10À Cumplutum (Alcalá de Henares) les fouilles du forum ont mis au jour des aménagements tardifs et des thermes associés à cet espace public. Les premiers, construits au cours du Ier siècle de notre ère, sont abandonnés à la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle. Les structures balnéaires sont remployées et intégrées à la basilique adjacente dans un grand programme de réaménagement du forum19. Au même moment, les bains publics au nord cessent d’être utilisés avec la construction d’un grand édifice administratif20. En revanche, les thermes méridionaux du forum sont toujours en activité et pleinement intégrés à la réforme générale du IVe siècle. D’après le matériel mis au jour, ils sont abandonnés dans la première moitié du Ve siècle21.

Figure 4. – Plan et reconstitution tridimensionnelle du forum de Cumplutum à Alcalá de Henares (Rascón Marqués, 2000 : fig. 1 et 2) ; la première phase à gauche avec les thermes du nord (Ier-IIIe siècles) et la seconde phase, à droite, avec les thermes du sud (IVe-Ve siècles).

  • 22 Rascón Marqués, 2000 : 239-241.
  • 23 Vitruve précise que : « La grandeur des bains doit être en raison du nombre des habitants ; mais l (...)

11Ces bains s’inscrivent dans un espace de forme rectangulaire (fig. 4) inspirés du plan des thermes provinciaux : une succession stricte du nord au sud de trois salles (frigidarium, tepidarium et caldarium) avec un accès depuis le decumanus mineur situé au nord22. La superficie de l’édifice représente près de 190 m2. Le frigidarium, d’environ 110 m2, est le plus vaste espace du complexe balnéaire. Le tepidarium atteint une superficie de 32 m2 et le caldarium de 39 m2. La norme vitruvienne, qui préconise un rapport de deux tiers entre largeur et longueur dans la salle chaude, est quasiment respectée23. Le tepidarium et le caldarirum sont chauffés par un hypocauste. Les piles sont de forme carrée, constituées de briques probablement remployées des thermes du nord. Ce type de plan, linéaire avec un parcours rétrograde du baigneur, fait partie des modèles hérité du Haut Empire que l’on connaît durant l’Antiquité tardive. Le plan est adapté aux besoins de cette période dont la population accorde sans doute moins d’importance au bain dans la vie sociale.

  • 24 Ramallo Asencio, 1989-1990 : 162-165.

12Dans l’ancienne Carthago Nova (Carthagène), un complexe thermal public a été découvert à la fin des années 1960 et a été fouillé en 1982 sur la place Tres Reyes24. Le bain présente plusieurs salles, imposantes en taille, disposées selon un axe longitudinal (fig. 5). Au nord, un vaste frigidarium de 118 m2 est doté d’une piscine quadrangulaire de 2,30 m de côté. Celle-ci est recouverte de fines plaques de marbre et pourvue de deux marches d’accès. La salle est entièrement couverte de grandes dalles de marbre. La pièce suivante repose sur un hypocauste. Elle mesure 11,30 x 7,35 m (soit 83 m2) et elle communique avec le frigidarium par une porte de 1,75 m de large. Il s’agit du tepidarium qui est séparé de la salle précédente par des murs d’1 m d’épaisseur. La pièce devait sans doute être recouverte d’une voûte. L’espace suivant est le caldarium également pourvu d’un hypocauste. Cet espace mesure 11,50 x 10 m soit 115 m2. Un puissant praefurnium qui chauffe le caldarium et le tepidarium est situé au sud de la salle chaude dans une enceinte quadrangulaire délimitée par de grands blocs en opus quadratum. Un petit espace de 5,25 m de côté, à partir duquel on accède depuis la salle froide, pourrait être interprété comme un sudatio.

  • 25 Ibid. : 164.

13Ce vaste complexe thermal est complété par une palestre à l’est et par une grande piscine à l’ouest. Le parcours du baigneur est sans doute linéaire et rétrograde. Si le moment de construction de cet édifice est difficile à déterminer, on sait que son abandon doit se situer au cours du IVe siècle. Toutefois, il est possible que le site soit brièvement occupé à l’époque byzantine25.

Figure 5. – Plan des thermae de Carthago Nova de la place Tres Reyes (d’après Ramallo Asensio, 1989-1990 : fig. 2).

  • 26 Pour la Gaule romaine : Balmelle, 2001 : 178 et Bouet, 2004 : 342-345 ; en Afrique du Nord : Thébe (...)

14La pratique du bain est donc toujours en vigueur à la fin de l’Antiquité que ce soit dans les thermae ou les balnea. Le balneum appartient au domaine privé tandis que les thermae, plus vastes en superficie, sont publics. Ils disposent de natatio et de palestre pour les exercices physiques des usagers. Les bains connaissent des mutations importantes à partir du Ve siècle avec l’arrivée de nouvelles populations germaniques. Ce phénomène n’est pas unique à l’Hispanie car on constate des faits identiques avec de légères variantes chronologiques dans ses espaces voisins26.

Disparition de la fonction balnéaire des « anciens thermes » romains

15D’après l’inventaire établi sur les bains de l’Antiquité tardive (tabl. II), on constate deux grandes phases d’abandon, la première au IVe siècle et la seconde au Ve siècle. Quatorze thermae et soixante-quatorze balnea ne sont plus utilisés à la fin du Ve siècle, soit quatre-vingt-huit édifices. Dans un premier temps, les « anciens thermes » romains disparaissent et perdent leur fonction balnéaire. Certains sont purement et simplement détruits ; d’autres peuvent aussi être détournés de leur usage premier et servir à d’autres fins. Sur les cent trente et un édifices de notre corpus, plus des deux tiers des établissements balnéaires sont abandonnés sans que l’on connaisse leur exact devenir tandis qu’un tiers des bains sont transformés. Ils servent de support à l’édification d’un lieu de culte ou sont remplacés par des nécropoles. Ils peuvent encore être réaménagés en espaces domestiques et artisanaux.

16Ces différents phénomènes s’inscrivent dans un contexte historique particulier. Depuis le IIIe siècle, la péninsule Ibérique fait partie des provinces de l’Empire sujettes aux conquêtes de peuples d’origine germanique. Au début du Ve siècle, ces nouveaux conquérants finissent par contrôler les territoires acquis. Dès 416, les Wisigoths signent un foedus avec Rome et deviennent les soldats fédérés de l’Hispanie. Si l’on considère généralement les Ve et VIe siècles comme une période troublée, il semble cependant que les nouvelles populations se mêlent aux hispano-romains qui conservent certains aspects de leur mode de vie. Progressivement, les structures romaines disparaissent ou se transforment laissant place à de nouveaux modes d’organisation.

Abandon et destruction des « anciens thermes » romains

17Dans ce premier cas, les bains ne sont plus utilisés comme tels. Ce phénomène relève d’un processus naturel de construction et d’abandon. L’une des causes de ces destructions est bien entendu l’arrivée de nouveaux peuples. Il ne faut toutefois pas négliger l’influence du christianisme. Celui-ci modifie sans doute en profondeur les pratiques et les grands édifices publics, considérés comme hédonistes, passent alors de mode.

18Tout d’abord, les thermes peuvent être détruits de façon systématique et volontaire afin de récupérer les matériaux (pierres, briques et éléments décoratifs). Dans d’autres cas, les bains sont tout simplement abandonnés car ils ne correspondent plus aux usages en vigueur et ne sont plus entretenus. Notons que les données bibliographiques ne permettent pas toujours de connaître précisément les dates d’abandon. On ne sait pas forcément pourquoi les bains cessent d’être utilisés alors que parfois, notamment dans le monde rural, les villae sont toujours en activité.

  • 27 García Entero, 2005 : 609.
  • 28 Ibid. : 627.
  • 29 Ibid. : 650.
  • 30 Il serait intéressant à cet égard de pouvoir connaître le matériel associé à ces niveaux d’occupat (...)

19Tel est l’exemple du bain de la villa de Torreblanca del Sol (Fuengirola, Malaga) qui n’est plus utilisé à partir du IIIe siècle tandis que la demeure est occupée jusqu’au IVe siècle27. Il en est de même pour le bain d’El Faro (Torrox, Malaga) dont l’arrêt est daté du IIIe siècle alors que les résidents occupent le domaine pendant encore un siècle28. À Gilena, sur le site du Cortijo de Aparicio el Grande (Séville), le balneum est abandonné à la fin du IVe siècle et la villa seulement au cours du VIIe siècle29. Il est probable que les pratiques balnéaires connaissent des mutations liées à l’origine des maîtres de ces grands domaines, les nouveaux occupants ne voyant plus l’intérêt de conserver de telles installations30. Il est aussi possible que les moyens manquent pour faire fonctionner les bains et que plus tardivement, on transforme ces structures par souci d’économie.

  • 31 Pilar Reis, 2004 : 157.
  • 32 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 2001 : 23.

20Dans la villa d’El Saucedo (Talavera la Nueva, Tolède), le balneum est, par exemple, brutalement et entièrement détruit au VIe siècle par un grand incendie31 mais les structures de base sont réutilisées pour l’élévation d’une basilique paléochrétienne. À Castulo, les dernières fouilles archéologiques ont mis au jour une petite partie des thermes romains élevés à la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle. Selon les archéologues, au cours du Ve ou du VIe siècle, les thermes servent de carrière de pierre à un petit édifice construit à proximité des anciens bains32.

Installation de nécropoles

  • 33 García Entero, 2005 : 65.
  • 34 García Entero, 2005 : 646-649.
  • 35 Sanz Gamo, 1990 : 243249.

21En parallèle, des structures balnéaires perdurent mais sont utilisées à d’autres fins. Ces nouvelles occupations sont variées. Certains sites sont « envahis » par des nécropoles au haut Moyen Âge. On connaît, en effet, onze cas convertis en espaces funéraires. Il s’agit d’un phénomène particulièrement fréquent aux VIe et VIIe siècles dans l’ancienne Hispanie romaine. Sur le site de Monasteruelo (Velilla de los Oteros, León), une nécropole est installée sur un niveau d’abandon de la zone résidentielle de la villa et sur son balneum33 postérieur au IVe siècle. Le bain privé de la villa du Cortijo de Aparicio el Grande à Gilena (Séville) est abandonné à la fin du IVe siècle et voit, par la suite, l’apparition de sépultures34. Dans la demeure de Balazote (Albacete), plusieurs inhumations des VIe-VIIe siècles ont été mises au jour à côté du balneum inutilisé depuis plus d’un siècle35.

  • 36 García Entero, 2005 : 238-239.
  • 37 Ibid. : 703-704.
  • 38 Rascón Marqués et Polo, 1996 : 62-63.

22Dans les périphéries urbaines, on constate également des inhumations dans les niveaux d’abandon de bains comme à Tarragona, sur le site de la rue Francesc Bastos36, ou encore à Grenade, à partir du Ve siècle, dans l’ancien balneum de la villa de Los Vergeles, rue Primavera37. La Casa de Hippolytus de Cumplutum (Alcalá de Henares) connaît à la fin du Ve siècle et au début du VIe siècle l’implantation de sépultures au nord et à l’ouest de son balneum38. Il est étonnant de voir apparaître des cimetières dans de tels espaces dès le IVe siècle. La situation topographique des bains, à l’extérieur de la ville ou en périphérie, a peut-être favorisé ce phénomène. Il est d’ailleurs probable qu’au moment de ces « réoccupations », les bains soient à l’état de ruine avancé et qu’ils n’aient alors plus aucune utilité, voire plus de sens.

Transformation en habitat et en zones artisanales

  • 39 Van Ossel, 1992 : 100.
  • 40 Chavarría Arnau, 2004a : 80-81.
  • 41 Alba Calzado, 1998 : 387-418.

23Les infrastructures thermales peuvent aussi être réhabilitées et utilisées à des fins fonctionnelles. Quatorze « anciens thermes » sont transformés pour des activités artisanales et industrielles et onze en habitat. Les bains servent à l’agencement d’habitats sommaires dans lesquels sont installés des foyers. L’existence de trous de poteaux atteste la construction de structures en bois par des « squatters » comme les nomme P. Van Ossel39. Selon A. Chavarría Arnau, ces cas sont bien connus dans le centre de l’ancienne Hispanie à partir de la seconde moitié du Ve siècle sur les sites d’El Val (Alcalá de Henares), Dehesa de la Cocosa (Badajoz), Los Quintanares (Soria), ou encore à Las Tamujas (Tolède)40. À Mérida, dans le quartier de la Morería, la Casa de los Mármoles a fait l’objet de réaménagements à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle. Ces travaux incluent la construction d’un balneum, abandonné au début du Ve siècle. La domus est, quant à elle, réoccupée dans la seconde moitié du Ve siècle. Elle serait partagée entre sept familles. Dans la zone du bain, l’un de ces groupes s’installe et construit une cuisine sur les anciens fours. L’hypocauste des salles chauffées est entièrement remblayé de matériaux provenant de la destruction de la domus durant le Ve siècle. Les anciens tepidarium et caldarium servent alors de dortoirs. La piscine du frigidarium est transformée en espace de stockage41.

  • 42 García Entero, 2005 : 65.
  • 43 Ibid. : 26.
  • 44 Roig et Bolufer, 1990 : 43-46.

24Les anciennes structures balnéaires peuvent servir à des activités artisanales, pratique courante au cours des IVe et Ve siècles42. À Baños de la Reina (Calpe, Alicante), le balneum connaît une transformation à caractère industriel datée du IVe siècle. La structure originale est maintenue mais elle est adaptée à une nouvelle activité de salaison de poisson43. Le pavement et le revêtement des murs de l’ancien frigidarium sont recouverts d’une épaisse couche d’opus signinum. La piscine d’eau froide située au sud est également enduite de ce mortier qui obstrue l’évacuation d’eau tandis que le petit escalier d’accès est détruit pour former un bassin utile à l’activité mise en place. À l’est de l’ancienne salle froide, de nouveaux bassins sont créés à partir des structures balnéaires. Les parois et les sols sont alors revêtus d’un épais mortier hydraulique. Enfin, l’hypocauste des salles tiède et chaude est complètement démantelé et colmaté pour créer deux pièces en lien avec l’activité artisanale du lieu44.

  • 45 Chavarría Arnau, 1996 et Chavarría Arnau, 1998.
  • 46 García Entero, 2005 : 609.
  • 47 Ibid. : 101.
  • 48 Ibid. : 352 et 357.
  • 49 Ibid. : 450.

25Ces cas de transformations ont été étudiés par A. Chavarría Arnau dans la région nord-est de la province de Tarraconaise45 où des réutilisations à des fins productives sont connues à Can Farrerons (Premià de Mar, Barcelone), L’Aiguacuit (Tarrasa, Barcelone), Can Sans (Sant Andreu de Llavaneres, Barcelone), Barrugat (Bítem, Tarragone), Els Munts (Altafulla, Tarragone) ou encore à Mas dels Frares (Constanti, Tarragone). Ces transformations spatiales sont loin d’être localisées dans le nord-est de la péninsule Ibérique. Elles se pratiquent dans toute l’Hispanie. Des conversions semblables ont été observées dans le balneum de la villa de Torreblanca del Sol à Fuengirola (Malaga), réaménagé en fabrique de salaison dès le IIIe siècle46. Il en va de même dans la région levantine avec le bain du domaine de L’Horta Vella (Bétera, Valence), inutilisé à partir du milieu du Ve siècle47. Son frigidarium est agencé en lieu de stockage, des activités métallurgiques sont créées et un pressoir est aménagé dans le caldarium. Quelques cas de reconversion sont également attestés en Lusitanie, à Torre Águila (Badajoz) où le bain sert à partir du IVe siècle à des activités industrielles tandis que la villa sera occupée jusqu’à la fin du VIIe ou au début VIIIe siècle48. Dans la villa de Freiria (Cascais, Lisbonne), le complexe balnéaire sud devient une zone artisanale dans laquelle est élevé un moulin dans le courant du VIe siècle49.

  • 50 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 2001 : 25.
  • 51 Ibid. : 23.
  • 52 Ibid. : 21.

26Ces transformations n’affectent pas seulement les balnea des grandes demeures rurales ou suburbaines, les thermes publics des villes romaines sont également touchés par ces modifications. Les thermes de Campo Valdès (Gijón, Asturies), élevés à la fin du Ier ou au début du IIe siècle, perdurent jusqu’à un moment avancé du IVe siècle. Le bâtiment est alors partiellement occupé jusqu’au VIe siècle et la partie nord-est est transformée en atelier de métallurgie. La piscine de la salle froide sert, en parallèle, de dépotoir50. À Segobriga, les thermes monumentaux de Cabeza de Griego, construits sous l’époque flavienne, sont maintenus en fonction jusqu’à la fin du IVe siècle. Ils sont transformés au Moyen Âge en zone d’activité métallurgique51. L’un des grands thermae de la ville de Baetulo, le Clos de la Torre, connaît des modifications semblables au cours de l’Antiquité tardive. L’édifice, abandonné assez tôt à l’époque flavienne, fait l’objet d’une réoccupation partielle à la fin de l’Antiquité, attestée par la découverte d’une presse et d’un dépotoir dans le frigidarium52.

  • 53 Lancha, 2003 : 118.
  • 54 Matos, 1997b : 459-460.

27Au Cerro da Vila (Vilamoura, Algarve), les thermes romains sont abandonnés à la fin de l’Antiquité même si le site est occupé jusqu’à l’époque islamique53. L’espace est largement altéré au cours du haut Moyen Âge. Les thermes ne sont plus en usage et ont servi probablement de carrière de pierres. La villa n’est plus entretenue. Des indices d’occupation arabo-musulmane se notent par la présence de fours et silos à l’intérieur de l’ancienne villa romaine54. Il peut donc exister une continuité d’occupation humaine. Cependant, les anciens bâtiments romains ne sont plus utilisés comme tels. Ce changement de fonction marque une modification du point de vue culturel.

Édification de lieux de culte chrétiens

  • 55 Comme le note J. Vaes, en citant Cassiodore : « nova construere sed amplius vetusta servare » (Vae (...)

28Il existe un dernier phénomène de transformation des « anciens thermes » romains, celui de leur usage comme supports de lieux de culte. Seuls quatre cas de bains fonctionnant durant l’Antiquité tardive sont transformés en basilique ou en église. D’un point de vue technique, il est vrai que ce sont des bâtiments aux fondations solides et aux murs épais. Ces monuments étant soumis à de fortes amplitudes thermiques, il était nécessaire de réaliser des constructions robustes. Dans un contexte politique et économique particulier, réutiliser ces « anciens thermes » permet, en premier lieu, de gagner du temps afin d’élever plus rapidement une basilique ou une église et de réaliser un gain économique probablement non négligeable. On ajoute, ensuite, des éléments caractéristiques afin que l’édifice soit adapté au culte. Le paysage monumental de la fin de l’Antiquité devait se composer d’un certain nombre de bâtiments romains en ruine ou en cours de destruction faute d’entretien et d’approvisionnement en eau ou plus simplement à cause de leur éloignement des axes fréquentés. Il paraît presque logique de « faire avec ce que l’on a sur place », dans un esprit pratique55.

  • 56 Des parallèles existent en Afrique du Nord, à Madaure et à Mactar où d’« anciens thermes » romains (...)

29Dans la péninsule Ibérique, on connaît le cas du grand balneum de la villa d’El Saucedo (Talavera la Nueva, Tolède) réutilisé en partie pour la construction d’une basilique chrétienne. Ce grand domaine rural fut l’objet d’un vaste projet de monumentalisation à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle qui intègre un balneum. À la fin du Ve siècle et au début du VIe siècle, une basilique chrétienne et un baptistère sont édifiés à l’emplacement des bains. Ils impliquent un certain nombre de transformations et d’adaptations techniques. Le vaste apodyterium est réutilisé comme salle principale de la basilique en condamnant la piscine. Un chevet quadrangulaire est aménagé. Le baptistère est installé partiellement sur l’ancien sudatio, complété par un canal d’évacuation percé dans la grande mosaïque des anciens apodyterium et frigidarium. Cette dernière est restaurée sommairement avec des fragments de tesselles. La basilique sera en activité jusqu’à la fin du VIIe ou au début du VIIIe siècle56.

  • 57 Sidarius et Teichner, 1997 : 177.
  • 58 On trouve plusieurs variantes de ce terme dans les textes arabes du Moyen Âge : ḥamma, ḥāmma ou en (...)

30À Milreu (Faro, Algarve), les « anciens thermes » d’une villa sont transformés à l’époque wisigothique en un vaste espace de culte associant cimetière, baptistère et église. Le site continue à être occupé durant la période califale avec la mise au jour d’inscriptions funéraires arabes. Elles font référence à un groupe d’individus qui réside en ce lieu jusqu’au début du Xe siècle57. Cette découverte est d’autant plus intéressante que les hommes sont désignés par l’adjectif de relation al-ḥāmmī c’est-à-dire « celui qui est originaire al-ḥāmma ». Le mot arabe al-ḥāmma ou al-ḥamma signifie « source chaude58 » et peut être employé pour des bains thérapeutiques. Les « anciens thermes » ont donc pu servir de référence spatiale jusqu’au début du Xe siècle. Ils seraient à l’origine du toponyme donné à cette époque au site.

  • 59 Sidarius et Teichner, 1997 : 187.

31Cependant, si le souvenir des thermes romains perdure dans la désignation du lieu, ils ne sont plus, d’après les données archéologiques, en usage à l’époque wisigothique et encore moins durant les premiers temps de la présence islamique. Les colonnes ont été remployées de manière à servir de stèles funéraires. Sur l’ensemble du site, les informations relatives à l’époque islamique sont très partielles et ne permettent pas de définir très exactement la nature de l’occupation, d’autant plus que les premières campagnes de fouilles ont détruit ces niveaux. Il semble que l’on ait ici une réappropriation progressive d’une zone anciennement chrétienne par les conquérants arabo-musulmans. Cet espace à l’époque romaine est dédié à des bains curatifs. Il est possible qu’un culte des eaux ait existé à cet endroit précis qui évolue en un sanctuaire chrétien à l’époque wisigothique59. Il est intéressant de noter ici la continuité d’occupation entre l’Antiquité et le début de la période islamique. Il subsiste dans la mémoire ce caractère lié à des eaux chaudes et thérapeutiques. La source existe sans doute encore à l’époque islamique et peut-être qu’elle est utilisée d’une manière ou d’une autre.

Des cas d’occupations tardives au début du Moyen Âge

32Si, d’après notre inventaire, plus de la moitié des bains est abandonnée dès le IVe siècle, un certain nombre de complexes balnéaires témoignent d’une continuité d’occupation. Il existe des bains réaménagés au cours des Ve et VIe siècles et certains sont même nouvellement construits.

Les bains publics

  • 60 Gurt i Esparraguera et Sánchez Ramos, 2002 : 187.

33Les thermes de la place Amador de los Rios à Tolède sont parmi les derniers édifices publics à être construits sur le territoire de l’Hispanie romaine au cours du IVe siècle. Comparé aux bains privés, ce type d’établissement tend à disparaître plus rapidement ; c’est ce que l’on constate en étudiant notre inventaire des thermes publics. Ceux-ci sont quasiment tous à l’état d’abandon au Ve siècle. Ces grands édifices publics demandent des moyens importants en matière d’entretien et d’approvisionnement en eau qu’il n’est certainement plus possible de maintenir à la fin de l’Antiquité. Les systèmes liés à l’eau – aqueducs, citernes ou encore caniveaux – cessent en partie de fonctionner comme à Baetulo ou Emporiae60 et seuls de rares cas de continuité sont attestés.

  • 61 Ibid. : 187-188.
  • 62 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 1997 : 22.

34À Emerita (Mérida), une partie du réseau des aqueducs d’époque romaine est encore en fonction au VIe siècle et alimente les bains de la Casa del Anfiteatro61. À Carthago Nova, une fouille préventive a permis de localiser les vestiges d’une construction thermale qui aurait pu être élevée au cours du Ier siècle de notre ère. La stratigraphie révèle une occupation jusqu’au Ve voire VIe siècle62. Ces situations ne sont pas les plus fréquentes car il ne faut pas oublier que les thermes publics ont perdu leur fonction sociale. Par ailleurs, l’activité édilitaire est davantage liée à la construction de lieux de culte chrétiens aux Ve et VIe siècles.

  • 63 Il s’agit notamment des bains associés en Gaule à des basiliques comme à Loupian (Ve siècle), Mont (...)
  • 64 Beltrán de Heredia Bercero, 2002 : 277-278. Il n’existe pas de plan de cet édifice.
  • 65 Février, 1964 : 60.
  • 66 Benoît, 1977 : 143-144.
  • 67 Guyon, 1989 : 1439.

35Il existe cependant des bains qui sont élevés dans des groupes épiscopaux. Ces exemples, que l’on connaît également en Gaule et en Afrique du Nord, sont attestés en péninsule Ibérique63. Cette pratique n’est pas anodine mais elle est difficile à cerner car l’on ignore s’il s’agit de constructions à usage public ou réservées exclusivement aux ecclésiastiques. À Barcino (Barcelone), un balneum du Ve siècle a été mis au jour dans le groupe épiscopal, puis il semble qu’au VIe siècle soit construit un autre petit complexe thermal en usage jusqu’au VIIe siècle64. Ce type de bain présente des formes assez simples : un plan axial et une succession de salles strictement nécessaires à la toilette, généralement de petites dimensions. Ces constructions plutôt modestes restent un trait dominant de la période entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. L’influence grandissante du christianisme joue un rôle évident dans la topographie urbaine et les réaménagements des villes. Les thermes publics ne sont plus des éléments privilégiés. Cependant, on continue à construire des bains associés à des lieux de culte. Ces petits complexes ont-ils alors seulement une fonction hygiénique ? Selon P.-A. Février, ces petits thermes seraient purement utilitaires et serviraient, entre autres, à l’évêque résidant à proximité65. Mais il est aussi possible qu’on leur attribue une certaine valeur symbolique. F. Benoît opte pour une fonction liturgique, c’est-à-dire que les futurs fidèles seraient conviés au bain avant d’entrer dans le baptistère au moment de leur baptême66. J. Guyon préfère associer ces deux points de vue67.

Les bains privés

  • 68 García Entero, 2005 : 27.
  • 69 Ibid. : 36.
  • 70 García Entero, 2005 : 41.
  • 71 Ibid. : 43.
  • 72 Ibid. : 449-451.
  • 73 Ibid. : 616.
  • 74 Ibid. : 78 et Nozal et al., 2000 : 311-318.
  • 75 García Entero, 2005 : 82.
  • 76 Ibid. : 87.
  • 77 Ibid. : 101 et Arribas Domínguez et Torrecilla Aznar, 2000 : 327-334.
  • 78 García Entero, 2005 : 362.
  • 79 Ibid. : 57.
  • 80 Ibid. : 456-462.
  • 81 Ibid. : 455.
  • 82 Ibid. : 81.

36Si les thermes publics ne sont quasiment plus construits, les bains des demeures privées connaissent, en revanche, un autre sort. En effet, des balnea sont réaménagés au cours des Ve et VIe siècles. Une grande vague d’abandon a lieu au VIe siècle mais quelques cas attestent une continuité d’occupation jusqu’au VIIe siècle. Les bains de la villa rurale de Torre de la Cruz (Villajoyosa, Alicante) construits au IIIe siècle sont délaissés au VIe siècle68. Il en est de même dans les villae de Gran Vía69 (Premià del Mar, Barcelone), Can Sans70 (Sant Andreu de Llavaneresn Barcelone), L’Aiguacuit71 (Tarrasa, Barcelone), Freira72 (Cascais, Lisbonne), Cortijo Acevedo73 (Mijas, Malaga), La Olmeda74 (Pedroso de la Vega, Palencia), Barrugat75 (Bítem, Tarragone), Mas dels Frares76 (Constanti, Tarragone) ou El Saucedo77 (Talavera la Nueva, Tolède). À Carthagène, les bains d’une domus seraient inutilisés à partir du VIIe siècle, tout comme à San Francisco de Olivenza78 (Badajoz), Vilauba79 (Camós, Pla de l’Estany, Gérone), Torre de Palma80 (Monforte, Portalegre), Herdade da Terrugem81 (Elvas, Portalegre) et Els Munts82 (Altafulla, Tarragone).

  • 83 García Entero et Arribas Domínguez, 2000 : 83-96.
  • 84 García Entero, 2005 : 693-702 et Hidalgo Prieto, 1996 : 73-139.
  • 85 García Entero, 2005 : 332-339.
  • 86 Ibid. : 351-357.
  • 87 García Entero et Arribas Domínguez, 2000 : 92.
  • 88 García Entero, 2005 : 395-401 et Pilar Reis, 2004 : 99-101.

37Ces cas de continuité ne sont pas forcément exceptionnels dans le sens où, comme nous l’avons déjà souligné, l’ancienne société hispano-romaine connaît de nombreux bouleversements depuis le début du Ve siècle. Les modes de vie à la romaine s’éteignent progressivement jusqu’au VIIe siècle. Il ne faut pas oublier, également, que tout dépend de l’origine et du statut du propriétaire de ces grandes demeures rurales. Les balnea comme les villae dans lesquelles ils prennent place, connaissent aux IVe et Ve siècles un processus de monumentalisation qui les transforme en de véritables palais83. Ce phénomène est constaté dans le complexe de Cercadilla à Cordoue où un premier établissement datant du Haut Empire est entièrement remodelé au début du IVe siècle. Un ensemble palatial est créé à partir des matériaux de la première villa suburbaine. Il occupe près de 80 000 m2. Un vaste balneum de 448 m2 est inclus dans la résidence84. Il répond à un schéma axial, au parcours linéaire et rétrograde. Il comprend de nombreux espaces pour un bain privé : palestre, natatio, destrictarium, alvei et les traditionnels apodyterium, frigidarium, tepidarium, caldarium et sudatio. La construction du bain semble particulièrement soignée et s’intègre dans un cadre aulique. À partir du milieu du VIe siècle, le complexe est réutilisé à d’autres fins et transformé en lieu de culte chrétien. On remarque le même type de phénomène à Dehesa de la Cocosa85 (Badajoz) ou encore dans la villa de Torre de Águila86 (Badajoz) avec la construction au IVe siècle d’un grand balneum de près de 500 m2. Le bain de la villa de Pisões (Herdade de Algramaça, Beja), approximativement de 900 m2, suit un plan linéaire et bénéficie d’une vaste palestre avec piscine centrale87 soulignant le caractère monumental de ce nouvel édifice. À São Cucufate (Vila de Frades, Beja), une majestueuse villa est reconstruite au milieu du IVe siècle. Elle comprend de nombreux espaces de représentation et un important balneum. Ce vaste complexe cesse d’être occupé au milieu du Ve siècle. Il est alors converti en sanctuaire chrétien avant d’être réutilisé par un couvent au XIIIe siècle88. Ces nouvelles constructions d’une certaine ampleur ne sont donc pas si rares sur le territoire de l’Hispanie. Les bains équipent et complètent toujours de manière luxueuse les villae. Ils sont encore des espaces nécessaires à une forme de sociabilité à la romaine au début du Moyen Âge puis ils disparaissent au cours du VIe et du VIIe siècle.

Le bain du haut Moyen Âge (VIIe-VIIIe siècles)

La christianisation du bain

38Entre l’Antiquité tardive et le début du Moyen Âge, le christianisme transforme en profondeur la pratique balnéaire. De nouvelles conceptions du corps apparaissent, l’enveloppe corporelle n’est plus au centre de l’attention mais, pour autant, le bain continue en un sens à exister avec le baptême. Il est christianisé et de manière symbolique, il marque l’entrée dans la communauté chrétienne.

Le baptême et les bains de purification

39Au haut Moyen Âge, le baptême se réalise par immersion. Il suppose donc la construction de baptistères dans les ensembles cathédraux. Il s’agit d’un rite fondamental dans lequel les gestes, les mouvements et les paroles sont précisément codifiés. Cet acte, qui s’effectue dans l’eau, est considéré comme un bain sacré qui permet au futur fidèle d’être admis dans la communauté. L’immersion dans l’eau, symbole de vie et de fécondité, est un moment primordial dans la vie chrétienne. Le baptême est présenté comme un bain qui purifie, à l’image d’une nouvelle naissance ou d’une résurrection. L’action purificatrice du bain est notamment soulignée dans le Nouveau Testament :

« Mais lorsque se sont manifestés la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes, (5) il nous a sauvés non en vertu d’œuvres que nous aurions accomplies nous-mêmes dans la justice, mais en vertu de sa miséricorde, par le bain de la nouvelle naissance et de la rénovation que produit l’Esprit Saint » (Tite 3, 4-5).

40En outre, le corps nu ne semble pas forcément dénigré au début du Moyen Âge. Jusqu’au VIIIe siècle, le baptême se réalise avec hommes et femmes dénudés, séparés dans des piscines accolées aux cathédrales la nuit du Samedi Saint. Comme le souligne M. Rouche à ce propos :

  • 89 Rouche, 1999 : 457.

« Leur nudité était alors une affirmation de leur condition de créature bonne mais dépendante de Dieu, avant ou sans le péché. Le nu chrétien représente un être créé, le nu païen un être procréateur. La disparition du baptême par immersion à l’époque carolingienne fit donc le lit, c’est le cas de le dire, du symbolisme païen et donna à la nudité une signification sexuelle et génitale qu’elle n’avait pas89. »

41La perception du corps est donc particulière au début du Moyen Âge et le bain est étroitement lié à la vie du chrétien dès son entrée dans la communauté. L’enveloppe charnelle n’est pas refoulée ; elle est à la fois la matière créée par la main divine et, en même temps, il faut sans cesse la contraindre et la purifier. J. Le Goffdans son introduction à Une histoire du corps au Moyen Âge précise justement que

  • 90 Le Goff et Truong, 2006 : 13.

« le corps chrétien médiéval est de part en part traversé par cette tension, ce balancement, cette oscillation entre le refoulement et l’exaltation, l’humiliation et la vénération90 ».

42La vie du chrétien commence donc par un premier bain purificateur. À l’époque paléochrétienne, la pratique de la purification par la baignade est loin d’être anodine. L’acte de se baigner est symbolique puisque le lavage et la pureté du corps sous-tendent la pureté de l’âme et donc la beauté intérieure du chrétien. Le bain a une action sur le corps et par conséquent sur l’âme.

  • 91 Leclercq, 1910 : 86.
  • 92 Ibid. : 84-85.

43Les bains de purification semblent être courants à d’autres occasions, notamment avant l’Eucharistie et les fêtes chrétiennes91 voire après des relations charnelles au sein du mariage92. Dans le christianisme primitif, le fidèle doit être purifié avant de pénétrer dans une église pour prier et recevoir l’Eucharistie tout comme le prêtre avant les célébrations. Cette purification peut s’obtenir par le bain qui lave le corps et l’âme du fidèle comme un « petit baptême ». Le bain permet donc une purification régulière du corps avant toute pratique religieuse. Il naît à cette période une perception particulière de l’immersion dans l’eau. Le baptême est considéré comme un bain sacré. Dans ce cadre, le bain lié à la toilette a-t-il une quelconque réalité au début du Moyen Âge ?

L’espace de la toilette

44Des idées largement répandues font penser que le Moyen Âge est une période qui ne connut pas de bains aussi prestigieux que ceux de l’Antiquité et que, par conséquent, ses hommes étaient dépourvus d’un sens de l’hygiène. On n’oublie pas, à ce sujet, la célèbre phrase de Michelet :

  • 93 Michelet, 1853 : 116-117.

« On impute la lèpre aux croisades, à l’Asie. L’Europe l’avait en elle-même. La guerre que le Moyen-Âge déclara à la chair, et à la propreté, devait porter son fruit […]. Cette société subtile et raffinée […] craint toute purification comme une souillure. Nul bain pendant mille ans93. »

45Ce refus de la propreté serait le fruit du christianisme et de l’installation des peuples « barbares » dans l’ancien Empire romain d’Occident. D. Laty note de manière excessive qu’

  • 94 Laty, 1996 : 39.

« au VIIe siècle la tendance [la régression du bain] s’était accentuée. Les destructions des grandes exploitations, la désertion des campagnes et la barbarisation du terroir constituèrent le lourd héritage des invasions. […] Le maillot, qui comprimait le corps du nouveau-né, symbolisa ce carcan moral et cet ascétisme triomphant, cette volonté d’éduquer en disciplinant le corps, de former en forgeant. Caché, le corps fut oublié dans cet occident chrétien qui adopta une vêture flottante et une hygiène précaire94 ».

  • 95 Charpentier, 1995 : 222.
  • 96 Leclercq, 1910 : 81.
  • 97 Ibid. : 82.
  • 98 Ibid. : 87-90.
  • 99 Ontalba Ruipérez, 1995 : 803-804.

46Cependant, si l’on observe de plus près les sources, le bain n’est pas forcément rejeté par l’Église, bien au contraire. L’article « bains » du Dictionnaire d’Archéologie Chrétienne et de Liturgie de H. Leclerq nous renseigne précisément à ce sujet. Il existe des réglementations ecclésiastiques relatives au bain montrant l’existence de nouvelles pratiques destinées exclusivement aux besoins premiers du corps95. Le bain est dans un premier temps préconisé aux catéchumènes avant de recevoir le baptême96. Il peut, par ailleurs, être pris toute l’année par les fidèles, à condition qu’il soit nécessaire97. La pratique balnéaire doit donc être modérée. Les conceptions radicales liées au bain sont davantage issues du monachisme. Les ascètes excluent totalement de telles pratiques qui amolliraient le corps et l’esprit98. Mais ces idées demeurent marginales dans le monde chrétien. En Occident, les règles de Léandre et d’Isidore autorisent le bain dans les monastères suite à des maladies ou à des « pollutions nocturnes99 ». La position de l’Église ne semble donc pas si tranchée quant à l’usage du bain. Il doit cependant se limiter aux nécessités liées à la propreté du corps et la pratique hédoniste en vogue à l’époque romaine est à ce titre proscrite. Cet aspect marque une évolution importante dans la pratique du bain.

47Existe-il pour autant des lieux spécifiques dédiés à la toilette ? Les textes offrent à ce sujet plusieurs exemples où le bain, codifié par des gestes précis, se réalise dans des espaces particuliers. L’eau, symbole de purification, a une place à part entière. Venance Fortunat, auteur de la Vie de Radegonde, évoque la vie exemplaire de l’ancienne abbesse. À plusieurs reprises, le poète mentionne l’action purificatrice du bain dans un but religieux comme s’il s’agissait, en quelque sorte, d’un nouveau baptême :

  • 100 Venance Fortunat par Bloch, 1965 : 49.

« Quelles largesses elle répandait chaque jour, comme pour se racheter, cela seule le savait la femme qu’elle chargeait de distribuer ses aumônes à ceux qui imploraient son aide. Elle ne se contentait pas de recevoir chaque jour à sa table des pauvres dont elle tenait le registre ; deux fois par semaine, le mercredi et le samedi, elle faisait préparer un bain et, s’entourant d’un linge, lavait elle-même la tête des indigents, la frictionnant entièrement, sans ressentir le dégoût devant les croûtes, la gale, la teigne ou les plaies purulentes ; parfois elle retirait des vers et débarrassait la peau de ses pourritures ; après avoir lavé la tête aux malheureux, elle les peignait de sa main. Sur les plaies à vif que la peau ne protégeait plus ou que les ongles avaient envenimées, elle versait de l’huile, comme le Samaritain de l’Évangile, pour les adoucir et les empêcher de s’étendre. Quant aux femmes, elles les faisaient descendre dans le bain et les lavaient avec un savon de la tête aux pieds. Quand les pauvres gens sortaient de là, si elle voyait à l’un d’entre eux des vêtements vieux et usés, elle les lui ôtait pour en donner des neufs ; ainsi ces malheureux venus en haillons, étaient-ils propres et soignés quand elle les faisait venir à sa table100. »

48L’abbesse s’occupe des hommes et des femmes qui sont séparées dans le bain. Il semble qu’elle s’occupe plus particulièrement du lavage de la tête des hommes. Ses gestes se confondent d’ailleurs avec des pratiques liturgiques quand l’eau est remplacée par de l’huile. Les femmes en revanche sont conduites dans un espace où se trouvent sans doute des bassins ou des baignoires. Elles les lavent entièrement avec du savon. Ici la toilette et la purification du corps ne font qu’un. Elles ont lieu dans ce que l’on pourrait nommer une « salle de bains », deux fois par semaine. Un autre extrait de la Vie de Radegonde révèle le caractère miraculeux de l’eau et du bain :

  • 101 Ibid. : 54.

« Comme la malade était à bout de force, Radegonde fit préparer un bain tiède et ordonna de la transporter dans sa cellule où on la déposa dans l’eau. Alors elle renvoie tout le monde et reste seule avec la malade dont elle s’institue le médecin pendant près de deux heures. Elle palpe tout le corps, de la tête jusqu’aux pieds. Là où ses mains avaient touché, la douleur s’enfuyait et la malade, que deux sœurs avaient dû déposer dans le bain, en sortit d’elle-même en bonne santé101. »

49L’action de l’abbesse est proche de la médecine et Venance Fortunat souligne ici son pouvoir guérisseur. Ces miracles se réalisent au bain, dans une baignoire plus précisément d’eau tiède, donc préalablement chauffée. Même si au cours du haut Moyen Âge, le surnaturel se mêle souvent au naturel dans la littérature, il est possible qu’il existe des pièces ou des espaces plus ou moins élaborés réservés à la toilette. Baignoires, bacs en bois, usage du savon, gestes simples et pratiques légères pourraient constituer la forme du bain du haut Moyen Âge chrétien. Cette littérature hagiographique, bien que souvent fort imprécise et symbolique, reste essentielle pour comprendre la société et les mentalités de l’époque. Enfin, même si Venance Fortunat exagère sans doute le nombre des malades et l’intensité de leurs maux, il doit décrire des gestes et des objets qui dans une certaine mesure appartiennent à la réalité. À propos d’une religieuse malade, Venance rapporte que

  • 102 Ibid. : 56.

« pendant son sommeil la bienheureuse Radegonde lui apparut avec la vénérable abbesse et la fit descendre dans une baignoire sans eau ; puis la main de la sainte sembla verser de l’huile sur la tête de la malade et la revêtir d’une robe neuve. Quand, ces actes mystérieux accomplis, la malade s’éveilla de son sommeil, il ne restait plus rien de sa maladie102 ».

50Notons une nouvelle fois la mention d’une baignoire utilisée pour le service du bain. Certaines installations pourraient ainsi être semblables à des cuves en bois où seraient aménagées des marches afin de pénétrer dans l’eau. Ici, l’huile, plus que l’eau encore, est un moyen de guérison et de miracle. Ces quelques extraits de textes montrent l’importance du corps et de la propreté corporelle. Grâce au bain, le chrétien retrouve une santé physique et sans doute morale.

Des transformations architecturales

51Le bain perd sa fonction sociale en vogue dans l’Empire romain. Il est devenu une pratique de purification liée à la religion chrétienne. Cependant, l’espace balnéaire ne disparaît pas pour autant. Si le bain existe matériellement parlant, ses formes sont sans doute modifiées. Reste à savoir s’il perdure dans l’espace public ou s’il acquiert un caractère strictement privé pour toutes les questions liées à la toilette et à l’hygiène individuelle.

Les bains des ensembles cathédraux

  • 103 Beltrán de Heredia Bercero, 2005 : 153.
  • 104 Ibid. : 156.
  • 105 Ibid. : 159.
  • 106 Ibid. : 153.

52Dans ce contexte, on peut penser aux bains des ensembles cathédraux. Édifiés aux Ve et VIe siècles, ils peuvent, selon les dernières découvertes archéologiques, fonctionner jusqu’au VIIe siècle en péninsule Ibérique. À Barcino (Barcelone), un premier balneum a été découvert entre la résidence épiscopale et la salle de réception. On ne connaît pas l’organisation de ce bain qui date du Ve siècle103. Au moment de l’agrandissement du groupe épiscopal, au cours des VIe et VIIe siècles, un second complexe voit le jour, à l’écart de la résidence épiscopale, au-delà de l’église et de l’aire funéraire104. L’évêque, le nouvel évergète, est sans doute le promoteur de ces complexes balnéaires. S’agit-il dans le second cas d’un édifice public ou d’un édifice privé ? On peut imaginer que l’évêque ait pu disposer d’un bain privé que l’on trouve dès le Ve siècle à proximité de la résidence épiscopale. Un autre établissement est ensuite édifié et a pu être réservé au clergé rattaché au groupe épiscopal105. La nouvelle hiérarchie ecclésiastique est en partie formée au début de l’époque wisigothique par l’ancienne aristocratie hispano-romaine. Les évêques proviennent en général de familles importantes qui trouvent alors dans les charges épiscopales le moyen de perpétuer leurs privilèges et de conserver leur patrimoine106. Il n’est donc peut-être pas si étonnant de découvrir dans les résidences épiscopales des bains qui rappellent les balnea des anciennes domus ou villae romaines. Néanmoins, ces installations ne perdurent pas après le VIIe siècle.

  • 107 Rojas Rodríguez-Malo et Gómez Laguna, 2009 : 84.
  • 108 Thébert, 2003 : 421.

53Un phénomène semblable a été repéré sur le site de la Vega Baja à Tolède. Un complexe palatial lié au pouvoir religieux en place est équipé d’un petit bain daté de la seconde moitié du VIe siècle107. Les structures d’un praefurnium, d’un caldarium avec suspensura et les restes d’un bassin ainsi qu’un système d’évacuation des eaux ont été partiellement conservés. Les murs du bain sont construits à partir d’un appareil irrégulier de pierres consolidées par du mortier. Un opus signinum de qualité est employé pour tous les éléments hydrauliques. D’après les données archéologiques, le bain cesse de fonctionner au milieu du VIIe siècle. Cet édifice est clairement privé et il fonctionne avec le palais ecclésiastique découvert à proximité. Malheureusement, que ce soit à Barcelone ou à Tolède, on ne connaît pas précisément le plan de ces bains. Il faut se tourner vers l’Afrique du Nord pour préciser la forme de ces complexes balnéaires à partir des exemples de Sufetula (fin Ve siècle-début du VIe siècle ?), Cuicul (Ve siècle ?) et Tipasa (fin IVe siècle ?)108.

Figure 6. – Plans des bains d’ensembles cathédraux d’Afrique du Nord.

  • 109 Thébert, 2003 : 421.
  • 110 Ibid. : 425.
  • 111 Notons qu’il semble exister des bains liés à des résidences épiscopales en Orient. C’est l’hypothè (...)

54L’observation de l’ensemble de ces plans montre une certaine simplification (fig. 6). Il demeure, en effet, les espaces essentiels : apodyterium, frigidarium, tepidarium, caldarium voire sudatio. Systématiquement, la salle froide est maintenue avec une piscine d’immersion. Un groupe d’espaces chauffés pourvu d’alvei est accolé au frigidarium. Le chemin du baigneur est rétrograde avec un double coude à Sufetula, triple à Cuicul et Tipasa. Ces bâtiments sont équipés d’hypocaustes, un élément d’architecture typiquement romain, et ils bénéficient de plusieurs foyers. Des doubles cloisons sont aménagées afin d’obtenir un plus grand degré de chaleur109. Y. Thébert souligne que cette architecture thermale religieuse : « se manifeste comme un remarquable conservatoire des formules les plus classiques110 ». Nous ajouterons qu’elle conserve aussi les espaces strictement nécessaires à la pratique balnéaire. Il est important de noter la réduction spatiale opérée dans ces thermes en comparaison avec les anciens établissements antiques. En effet, à Sufetula, le groupe de salles chauffées occupe 25 m2 et le frigidarium 22,50 m2. À Cuicul, le bain est en connexion directe avec le baptistère et les quatre salles chaudes représentent 9 m2 tandis que la salle froide s’étend sur 15,20 m2. Enfin, à Tipasa, on trouve un apodyterium et une salle froide totalisant 11,20 m2 ainsi qu’un ensemble chauffé par un hypocauste de 15 m2. Comme à Cuicul, ces bains ont un accès direct au baptistère. Étant donné la superficie des salles chaudes et même des espaces froids, on peut douter de la possibilité d’accueillir un grand nombre de baigneurs dans un même lieu au même moment. Si l’on se baigne avant le baptême ou avant des fêtes religieuses – ce qui implique une foule importante de catéchumènes ou de fidèles – le bain doit alors être pris hâtivement ou bien il est réellement réservé à l’élite religieuse111, ce qui semble de plus en plus probable. En tout état de cause, on constate une certaine permanence des techniques d’origine romaine, que ce soit dans l’élévation des murs ou du système four-hypocauste. Des « anciens thermes » antiques, on conserve donc le système des espaces chauffés et une organisation autour de la gradation de chaleur depuis la salle froide jusqu’à la salle chaude.

Les bains byzantins

55Les VIe et VIIe siècles constituent une période riche en mutations où les bains continuent à exister dans le paysage méditerranéen mais sous d’autres formes. À ce sujet, il est intéressant d’observer les bains byzantins en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Ces édifices se situent justement à la charnière entre l’Antiquité romaine et la naissance de l’islam, au moment où le christianisme triomphant modifie l’usage et la forme des bains. L’origine des ḥammām-s est à situer, d’ailleurs, peut-être davantage dans le monde byzantin proche-oriental que romain. Comme dans les balnea liés aux complexes religieux, on constate une diminution sensible des superficies thermales et une stricte réduction des espaces balnéaires. Il s’agit désormais de bains de propreté qui sont encore pris collectivement.

  • 112 Les bains ont été fouillés dans les années 1960 par R. Goodchild qui est mort avant d’avoir publié (...)

56Dans l’ancienne Cyrénaïque, à Tocra, des bains sont édifiés à l’époque byzantine112. Ils sont composés d’un double apodyterium auquel on accède depuis un atrium (fig. 7). On pénètre ensuite directement dans le tepidarium puis le caldarium pourvu de bassins, sans passer par un frigidarium. Les deux salles, en forme de nefs parallèles, sont chauffées par un hypocauste. Cet espace chauffé représente environ 60 m2 et permet d’accueillir davantage de baigneurs que les bains des complexes religieux. Il reste cependant bien modeste par rapport aux dimensions des grands thermes romains de l’Antiquité. Curieusement, cet établissement ne possède pas de salle froide, juste un vestiaire pour se dévêtir. Le bain est donc réduit à sa plus simple expression. Le cas de Tocra est d’autant plus intéressant qu’il semble avoir été utilisé par des troupes arabes à partir de la seconde moitié du VIIe siècle. Les phases chronologiques sont malheureusement très mal documentées. La partie ouest de l’atrium est détruite et un nouvel accès est créé. Une inscription arabe en l’honneur d’Allāh a été découverte dans une structure architecturale nouvellement aménagée. Deux petites salles froides ou deux vestiaires flanquent alors l’entrée principale du bain. Des bancs sont aménagés dans l’ancien apodyterium qui devient une première salle froide précédant l’entrée dans les espaces chauffés.

  • 113 Charpentier, 1999.
  • 114 Charpentier, 1995 : 230-231.

57Ces cas de continuité ne sont pas si fréquents. Elles montrent que les populations arabo-musulmanes connaissent et maîtrisent des techniques d’origine antique encore employées dans le monde byzantin. On peut se référer, à ce sujet, aux travaux de G. Charpentier qui a étudié en Syrie du nord la transition entre les thermes et les ḥammām-s113. Parmi les bains étudiés, citons ceux de Bràd – des bains publics – dont l’auteur en question a dirigé les recherches archéologiques au début des années 1990 (fig. 8). Les parties chauffées de ce bain auraient été construites au milieu du IVe siècle et la partie froide dans la seconde moitié du Ve siècle114. Le plan du bâtiment est coudé et le parcours du baigneur rétrograde. L’espace chauffé regroupe quatre salles orientées du nord au sud sur une superficie d’environ 76 m2 ; la dernière présente des bassins d’eau chaude. Comme à Tocra, on ne connaît pas réellement de salle froide mais un vaste atrium et un espace de transition entre ce dernier et les salles chaudes. Il est pourvu de deux petits bassins froids à ses extrémités. Le sol est entièrement recouvert de mosaïque. Du point de vue constructif, la technique de chauffe et l’installation des hypocaustes sont élaborées selon le mode romain. Le bain possède encore son système de couverture composé de voûtes et de coupoles appareillées.

Figure 7. – Plan du bain de Tocra (époque byzantine) d’après Jones, 1984 : fig. 1.

Figure 8. – Plan du bain de Bràd (milieu IVe-milieu Ve siècle) d’après Charpentier, 1995 : fig. 9.

  • 115 Charpentier, 1995 : 231.

58Un plan similaire de bain public apparaît à Halabiyya-Zenobia en Syrie (fig. 9) au cours du VIe siècle115. Il comporte en effet le même nombre de salles chaudes sur une superficie de 97 m2, un atrium et une pièce de transition qui permet d’accéder à l’espace chauffé. Les dispositions intérieures sont identiques : bassins froids et chauds dans la dernière salle chaude, petites baignoires d’eau froide dans l’espace de transition. Le système de couverture n’est malheureusement pas connu. Les salles chaudes reposent toutes sur un hypocauste de facture typiquement romaine. La filiation est très étroite entre ces différents exemples et elle nous permet d’avancer dans la chronologie. Si le modèle technique est bien antique, le plan du bain évolue à l’époque byzantine. Il se réduit à l’essentiel et permet d’accueillir un nombre restreint de baigneurs. La pratique perdure mais elle est limitée à la seule toilette et à la propreté du corps. Les vastes espaces des anciens thermes romains ne sont plus adaptés aux usages de cette époque puisque l’Église, même si elle n’interdit pas le bain, en prône une utilisation modérée.

Figure 9. – Plan du bain d’Halabiyya-Zenobia (VIe siècle) d’après Charpentier, 1995 : fig. 10.

  • 116 Gutiérrez Lloret, 1996b : 323.
  • 117 Ramallo Asencio, Láiz Reverte et Berrocal Caparrós, 1998. Il n’existe malheureusement pas de plan (...)
  • 118 Boube, 1999 : 137.
  • 119 Vizcaíno Sánchez, 2008.

59Du côté occidental de la Méditerranée, il faut signaler l’existence du cas des bains de Carthagène qui dateraient de l’époque byzantine. D’après les données archéologiques, une période d’atonie semble toucher la ville aux IIIe et IVe siècles. À l’époque byzantine, elle connaît un nouveau dynamisme notamment dans la zone portuaire. Plusieurs espaces sont ainsi remodelés et des constructions sont élevées au cours du VIe siècle. Elles sont en usage jusqu’au moment de la prise de la ville par les Wisigoths116. N’oublions pas que Carthagène est nommée capitale de la province byzantine de Spania à partir du milieu du VIe siècle jusqu’en 622, date de la prise de la ville par le wisigoth Suintila. La Carthago Spartaria voit d’après S. Ramallo Asensio l’élévation de nouveaux thermes situés à l’angle nord-est du périmètre tardif117. Il ne s’agit pas selon l’archéologue d’une restauration mais bien d’une nouvelle édification. Ces bains seraient en service aux VIe et VIIe siècles118. L’ancien théâtre romain à proximité est d’ailleurs converti en quartier d’habitation au cours de la période byzantine. Il est intéressant de noter que, lors de la fouille de ces maisons, plusieurs éléments de parure et de soins du corps ont été découverts. Un flacon à onguent a notamment été mis au jour. Sa forme que l’on nomme l’Ephesian Early Byzantine amphoriskos est caractéristique des productions byzantines. Cette découverte témoigne d’échanges au long cours de ce type de produits qui servent entre autres à parfumer des bains119. Une attention aux soins du corps serait donc toujours vivace dans le monde byzantin et notamment dans ses marges occidentales. De même, si les données concernant le bain se révèlent justes en matière de datation, il existerait une permanence des pratiques balnéaires chez les Byzantins dans le sud-est péninsulaire au point d’édifier un nouvel établissement dans la ville de Carthagène.

Un bain wisigothique ?

60Pratiques et formes balnéaires connaissent ainsi de profonds changements au début du Moyen Âge. Nous avons constaté quelques cas de continuité d’occupation d’« anciens thermes » romains jusqu’au VIe et VIIe siècles. La construction de nouveaux complexes dans les groupes épiscopaux indique une certaine continuité. L’élite ecclésiastique, en partie issue de l’ancienne aristocratie hispano-romaine, maintient sans doute des modèles d’organisation héritée de l’époque romaine. Il n’est pas impossible par ailleurs que ces formes exercent une certaine fascination chez les Wisigoths qui ont construit des résidences et des palais épiscopaux à l’image des domus ou des villae de l’Antiquité tardive. Ces bains manifestent une survivance de structures antiques qui sont construites aux Ve et VIe siècles mais qui ne perdurent pas au-delà du VIIe siècle.

61Cette référence à l’Antiquité se note également dans les textes. C’est le cas des fameuses Etymoglogies d’Isidore de Séville où, dans le Livre 15 intitulé Les constructions et les terres, l’auteur décrit les différents éléments constitutifs d’une cité idéale inspirée de l’époque antique. Isidore, évêque d’Hispalis entre 601 et 636 a composé cette œuvre pour le roi Liuwa II. Dans le Livre 15, Isidore évoque une ville modèle dans laquelle il distingue les édifices publics, religieux et privés. Dans cette vision, Isidore tente de faire revivre une organisation romaine en intégrant des éléments du christianisme. Il présente d’abord les monuments indispensables selon le mode « horizontal » (forum, places, voies, gymnases, cirque, théâtre) puis « vertical » (tour, colonne, phare) dans lequel les bains apparaissent :

  • 120 Isidore de Séville par Guillaumin et Monat, 2004 : 12-13.

« (39) Les thermes tirent leur nom de leur chaleur ; car en grec, la chaleur se dit θερμόν. (40) Les bains tirent leur nom du fait qu’ils soulagent la tristesse ; car en grec, on disait βαλανείον, parce que cela supprime les inquiétudes de l’âme. On les appelle aussi des gymnases, parce que les athlètes s’y font oindre et masser avant leurs exercices ; car on dit γυμνάσιον en grec et exercitium en latin. (41) L’apodyterium, où les baigneurs laissent leurs vêtements, tire évidemment son nom de “se dévêtir” ; car cela se dit en grec άποδύειν (42). Propina est un mot grec que le latin déforme en popina ; c’est un endroit qui jouxte les bains publics et où, après le bain, on se remet de sa faim et de sa soif120 ».

62Isidore s’intéresse à l’étymologie du mot « thermae », c’est-à-dire – sans que cela ne soit exclusif – aux grands bains publics et il insiste sur l’aspect chaud de ces édifices. Cependant, en parlant de manière plus générale, il emploie le mot « balnea » pour préciser l’effet que ces derniers peuvent produire sur les humeurs. Il commence par décrire le vestiaire du bain et s’arrête à cet espace du complexe balnéaire. Il précise seulement l’existence des « popina » après le passage au bain.

  • 121 Crónicas Asturianas par Fernández et Moralejo, 1985 : 214. Texte latin : Crónica de Alfonso III pa (...)

63Cette description théorique de la ville montre l’attachement des élites wisigothiques à cet ordre classique. Les « anciens thermes » romains, d’après les sources archéologiques, ne semblent plus en usage au cours du VIIe siècle. Il s’agit donc ici d’une évocation en un sens nostalgique de la ville antique. La référence à l’Antiquité prime pour ce personnage issu de l’élite. Elle souligne sans doute une fascination pour l’ancien Empire romain. Aucune source textuelle ne nous renseigne par la suite sur la présence de bains en péninsule Ibérique. Ce n’est qu’au IXe siècle que l’on trouve une mention de bains dans la Chronique d’Alphonse III. Cet ouvrage décrit l’activité bâtisseuse du souverain des Asturies. Dans la version de Rotense, l’auteur précise que : « [Alfonso] por lo demás, también construyó y mandó equipar los regios palacios, los baños, almacenes y toda clase de servicios121. » Le contexte de la construction de ces palais est particulier puisque l’Émirat omeyyade est déjà bien installé dans une grande partie de la péninsule Ibérique.

64Entre l’œuvre d’Isidore au VIIe siècle et la Chronique d’Alphone III au IXe siècle, on ne trouve pas plus d’informations sur l’espace balnéaire. Quant à l’archéologie, elle demeure muette à ce sujet. On remarque, en effet, une absence d’infrastructures balnéaires sur des sites importants de « transition » entre l’époque romaine et islamique ainsi que dans certaines villes nouvellement construites par les Wisigoths. Aucune trace d’espaces balnéaires n’a été reconnue à Recópolis (Zorita de los Canes), Cumplutum (Alcalá de Henares) ou encore à Tolmo de Minateda (Hellín) dans le sud-est péninsulaire. Cette absence permet de s’interroger sur l’existence et sur la nature de pratiques liées à la toilette à l’époque wisigothique. Il n’existe pas toujours de bâtiments particuliers pour « prendre un bain ». La toilette se réalise peutêtre dans des espaces privés ou dans des structures balnéaires qui nous sont inconnues. Il peut s’agir de simples pièces dans lesquelles seraient installées des cuves en bois remplies par des seaux d’eau, sans système particulier d’alimentation ou d’évacuation en eau.

  • 122 Une pince à épiler en bronze de l’époque wisigothique est conservée au Museo Arqueológico Nacional (...)
  • 123 Une petite paire de ciseaux est conservée au Museo de San Idisro (no d’inventaire CE1974/124/56).
  • 124 Un peigne d’époque wisigothique est conservé sous le no d’inventaire 1955/51/1791 au Museo Arqueol (...)
  • 125 Un flacon en verre mis au jour dans une sépulture wisigothique est conservé au Museo de Zaragoza ( (...)
  • 126 Alba et Feijoo, 2003 : 496.

65On connaît, par ailleurs, un petit mobilier relatif à la toilette et aux soins du corps découverts en péninsule Ibérique. Pinces à épiler122, petits ciseaux de toilette123, peignes124 ou encore flacons à onguents125 soulignent la persistance des soins du corps. Bien que ces éléments proviennent généralement de contexte funéraire, il est admis qu’ils servent sans doute dans la vie quotidienne. Il existe également des pièces céramiques à des fins hygiéniques. Il s’agit de bassines d’un diamètre compris entre 0,40 et 0,70 m de large dont quelques fragments ont été mis au jour à Mérida126. Ces récipients remplis d’eau permettent de réaliser une toilette et les gestes d’hygiène élémentaires. De telles découvertes nous incitent à penser que l’absence de sources archéologiques relatives aux structures balnéaires ne manifeste pas forcément une négligence de la propreté corporelle et de l’apparence personnelle. Ces pratiques se font dans des lieux sans structure particulière. Les espaces de la toilette sont bien modestes en comparaison avec les bains de l’époque antique.

Notes

1 Il existe deux synthèses sur les thermes de la péninsule Ibérique : García Entero, 2005 et Pilar Reis, 2004.

2 Il s’agit du programme de recherche « Termas Romanas en Hispania » mené par le Departamento de Prehistoria y Arqueología de la Universidad Autónoma de Madrid (1993-2003) : Fernández Ochoa et al., 1997 et Fernández Ochoa et al., 2004. On pourra également voir l’article présentant succinctement un état de la recherche sur les thermes romains en péninsule Ibérique paru en 2014 dans les actes du colloque Balnéorient : Peréx et al., 2014.

3 Marrou, 1977 : 171.

4 Rebuffat, 1991 : 23.

5 Yégül, 1992 : 108-109.

6 García Entero, 2005 : 867.

7 Ibid. : 332-338.

8 Vitruve préconise, en effet, sur « les dispositions des bains et de leurs parties » qu’« il faut premièrement choisir la situation la plus chaude, c’est-à-dire qui ne soit point exposée au septentrion. Les étuves chaudes et tièdes doivent avoir leurs fenêtres au couchant d’hiver, et si l’on découvre quelques empêchements pour cela, il faut les tourner au midi, parce que le moment de se baigner va ordinairement depuis le midi jusqu’au soir » (Vitruve par Perrault, 1965 : 97).

9 García Entero, 2005 : 337.

10 Ibid. : 332.

11 Ibid. : 171.

12 Ibidem : 171.

13 Nozal et al., 2000 : 313.

14 Ibid. : 313.

15 Ibid. : 316.

16 García Entero, 2005 : 870.

17 Fuentes Domínguez, 2000 : 140.

18 García Marcos et Vidal Encinas, 1996 : 149-150.

19 Rascón Marqués, 2000 : 238.

20 Ibid. : 238.

21 Ibid. : 241.

22 Rascón Marqués, 2000 : 239-241.

23 Vitruve précise que : « La grandeur des bains doit être en raison du nombre des habitants ; mais leur proportion doit être telle qu’il leur faut de largeur un tiers de moins que de longueur, sans comprendre le promenoir qui est autour de la piscine, et le corridor » (Vitruve par Perrault, 1965 : 97-98).

24 Ramallo Asencio, 1989-1990 : 162-165.

25 Ibid. : 164.

26 Pour la Gaule romaine : Balmelle, 2001 : 178 et Bouet, 2004 : 342-345 ; en Afrique du Nord : Thébert, 2003 : 421-423.

27 García Entero, 2005 : 609.

28 Ibid. : 627.

29 Ibid. : 650.

30 Il serait intéressant à cet égard de pouvoir connaître le matériel associé à ces niveaux d’occupation notamment la céramique qui permettrait de préciser l’origine des résidents ou des nouveaux résidents.

31 Pilar Reis, 2004 : 157.

32 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 2001 : 23.

33 García Entero, 2005 : 65.

34 García Entero, 2005 : 646-649.

35 Sanz Gamo, 1990 : 243249.

36 García Entero, 2005 : 238-239.

37 Ibid. : 703-704.

38 Rascón Marqués et Polo, 1996 : 62-63.

39 Van Ossel, 1992 : 100.

40 Chavarría Arnau, 2004a : 80-81.

41 Alba Calzado, 1998 : 387-418.

42 García Entero, 2005 : 65.

43 Ibid. : 26.

44 Roig et Bolufer, 1990 : 43-46.

45 Chavarría Arnau, 1996 et Chavarría Arnau, 1998.

46 García Entero, 2005 : 609.

47 Ibid. : 101.

48 Ibid. : 352 et 357.

49 Ibid. : 450.

50 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 2001 : 25.

51 Ibid. : 23.

52 Ibid. : 21.

53 Lancha, 2003 : 118.

54 Matos, 1997b : 459-460.

55 Comme le note J. Vaes, en citant Cassiodore : « nova construere sed amplius vetusta servare » (Vaes, 1989 : 319).

56 Des parallèles existent en Afrique du Nord, à Madaure et à Mactar où d’« anciens thermes » romains ont été transformés en églises : Duval, 1973.

57 Sidarius et Teichner, 1997 : 177.

58 On trouve plusieurs variantes de ce terme dans les textes arabes du Moyen Âge : ḥamma, ḥāmma ou encore ḥāma (Cressier, 2006a : 149).

59 Sidarius et Teichner, 1997 : 187.

60 Gurt i Esparraguera et Sánchez Ramos, 2002 : 187.

61 Ibid. : 187-188.

62 Fernández Ochoa et Zarzalejos Prieto, 1997 : 22.

63 Il s’agit notamment des bains associés en Gaule à des basiliques comme à Loupian (Ve siècle), Montferrand (Ve siècle), Aix-en-Provence (début VIe siècle), Lucciana ou encore à Lyon (fin IVe-VIe siècle). En Afrique du Nord, on connaît les bains tardifs liés à des bâtiments chrétiens (Thébert, 2003 : 421).

64 Beltrán de Heredia Bercero, 2002 : 277-278. Il n’existe pas de plan de cet édifice.

65 Février, 1964 : 60.

66 Benoît, 1977 : 143-144.

67 Guyon, 1989 : 1439.

68 García Entero, 2005 : 27.

69 Ibid. : 36.

70 García Entero, 2005 : 41.

71 Ibid. : 43.

72 Ibid. : 449-451.

73 Ibid. : 616.

74 Ibid. : 78 et Nozal et al., 2000 : 311-318.

75 García Entero, 2005 : 82.

76 Ibid. : 87.

77 Ibid. : 101 et Arribas Domínguez et Torrecilla Aznar, 2000 : 327-334.

78 García Entero, 2005 : 362.

79 Ibid. : 57.

80 Ibid. : 456-462.

81 Ibid. : 455.

82 Ibid. : 81.

83 García Entero et Arribas Domínguez, 2000 : 83-96.

84 García Entero, 2005 : 693-702 et Hidalgo Prieto, 1996 : 73-139.

85 García Entero, 2005 : 332-339.

86 Ibid. : 351-357.

87 García Entero et Arribas Domínguez, 2000 : 92.

88 García Entero, 2005 : 395-401 et Pilar Reis, 2004 : 99-101.

89 Rouche, 1999 : 457.

90 Le Goff et Truong, 2006 : 13.

91 Leclercq, 1910 : 86.

92 Ibid. : 84-85.

93 Michelet, 1853 : 116-117.

94 Laty, 1996 : 39.

95 Charpentier, 1995 : 222.

96 Leclercq, 1910 : 81.

97 Ibid. : 82.

98 Ibid. : 87-90.

99 Ontalba Ruipérez, 1995 : 803-804.

100 Venance Fortunat par Bloch, 1965 : 49.

101 Ibid. : 54.

102 Ibid. : 56.

103 Beltrán de Heredia Bercero, 2005 : 153.

104 Ibid. : 156.

105 Ibid. : 159.

106 Ibid. : 153.

107 Rojas Rodríguez-Malo et Gómez Laguna, 2009 : 84.

108 Thébert, 2003 : 421.

109 Thébert, 2003 : 421.

110 Ibid. : 425.

111 Notons qu’il semble exister des bains liés à des résidences épiscopales en Orient. C’est l’hypothèse que propose P. Piraud-Fournet à propos des petits bains du palais de Trajan qui sont édifiés au VIe siècle à Bosra et qui sont utilisés jusqu’à l’époque omeyyade. Associé à une vaste salle de réception, cet édifice pourrait être utilisé par l’évêque et par ses invités. L’association entre triclinia et balnea a pu être courante dans les résidences épiscopales au début de l’époque médiévale en Orient. En effet, Palladios, moine puis évêque d’Hélénopolis condamne ces mauvais évêques qui entre Alexandrie et Constantinople : « dépensent le bien des pauvres en galeries surélevées, en fontaines d’eaux aériennes à trois niveaux, en thermes dissimulés pour accueillir honteusement les deux sexes » (Piraud-Fournet, 2010 : 296).

112 Les bains ont été fouillés dans les années 1960 par R. Goodchild qui est mort avant d’avoir publié ses résultats. Seuls les résumés de fouilles de G. D. B. Jones permettent de connaître ce complexe balnéaire : Jones, 1983 et Jones, 1984.

113 Charpentier, 1999.

114 Charpentier, 1995 : 230-231.

115 Charpentier, 1995 : 231.

116 Gutiérrez Lloret, 1996b : 323.

117 Ramallo Asencio, Láiz Reverte et Berrocal Caparrós, 1998. Il n’existe malheureusement pas de plan du bain.

118 Boube, 1999 : 137.

119 Vizcaíno Sánchez, 2008.

120 Isidore de Séville par Guillaumin et Monat, 2004 : 12-13.

121 Crónicas Asturianas par Fernández et Moralejo, 1985 : 214. Texte latin : Crónica de Alfonso III par Ubieto Arteta, 1961 : 48. Cette mention se retrouve dans la version d’Ovetense : « Más también los palacios reales, los baños, comedores y estancias y cuarteles, los construyó hermosos, y todos los servicios del reino los hizo de lo más bello » : Crónicas Asturianas par Fernández et Moralejo, 1985 : 215 ; en latin : Crónica de Alfonso III par Ubieto Arteta, 1961 : 49.

122 Une pince à épiler en bronze de l’époque wisigothique est conservée au Museo Arqueológico Nacional à Madrid sous le no d’inventaire 61552.

123 Une petite paire de ciseaux est conservée au Museo de San Idisro (no d’inventaire CE1974/124/56).

124 Un peigne d’époque wisigothique est conservé sous le no d’inventaire 1955/51/1791 au Museo Arqueológico Nacional à Madrid.

125 Un flacon en verre mis au jour dans une sépulture wisigothique est conservé au Museo de Zaragoza (no inventaire 07529).

126 Alba et Feijoo, 2003 : 496.

Table des illustrations

Légende Figure 2. – Plan du balneum de la villa de Dehesa de la Cocosa (García Entero, 2005 : fig. 113).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 3. – Plan du balneum de la villa de la Olmeda (García Entero, 2005 : fig. 57).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Figure 4. – Plan et reconstitution tridimensionnelle du forum de Cumplutum à Alcalá de Henares (Rascón Marqués, 2000 : fig. 1 et 2) ; la première phase à gauche avec les thermes du nord (Ier-IIIe siècles) et la seconde phase, à droite, avec les thermes du sud (IVe-Ve siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 5. – Plan des thermae de Carthago Nova de la place Tres Reyes (d’après Ramallo Asensio, 1989-1990 : fig. 2).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Figure 6. – Plans des bains d’ensembles cathédraux d’Afrique du Nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 7. – Plan du bain de Tocra (époque byzantine) d’après Jones, 1984 : fig. 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 8. – Plan du bain de Bràd (milieu IVe-milieu Ve siècle) d’après Charpentier, 1995 : fig. 9.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 9. – Plan du bain d’Halabiyya-Zenobia (VIe siècle) d’après Charpentier, 1995 : fig. 10.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/44627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540