Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les bains d'al-Andalus

 | 
Caroline Fournier

Préface

Christine Mazzoli-Guintard

Volltext

1Lorsque Caroline Fournier avait soutenu sa thèse de doctorat, j’avais exprimé ma plus grande satisfaction de voir abouties, de manière remarquable, cinq années de recherches sur les bains d’al-Andalus, qui avaient produit cinq volumes très soignés ; deux d’entre eux constituaient un imposant catalogue dont tous les plans avaient été redessinés, pourvus de légendes harmonisées et mis à la même échelle. À cette satisfaction s’ajoute désormais le plaisir de voir publié cet important travail de recherche, conformément au souhait exprimé par le jury réuni à Nantes en mai 2010. L’achèvement de la thèse, puis la publication de celle-ci, sont le fruit de la ténacité de Caroline Fournier, de son investissement dans la recherche historique et archéologique, de son intérêt jamais démenti pour al-Andalus : lorsqu’elle entama son travail de doctorat en octobre 2005, dans la foulée de l’obtention d’un DEA et d’un master professionnel des métiers de l’archéologie, elle s’était initiée, depuis la soutenance de son mémoire de maîtrise en 2004, aux sources et aux problématiques de l’histoire andalusí. Doctorante toujours discrète, mais efficace et passionnée, ce fut un vrai bonheur pour moi d’encadrer ses années de recherche consacrées aux bains d’al-Andalus, comme c’est un grand plaisir de préfacer l’ouvrage qui en est issu.

2Celui-ci vient combler une lacune de l’historiographie : curieusement en effet, alors que le ḥammām constitue un édifice emblématique des sociétés musulmanes au même titre que la mosquée, il n’existait jusqu’à présent aucune étude globale, à l’échelle de la péninsule Ibérique, sur cet élément essentiel du cadre de vie andalusí. Il existait, en revanche, une foule de publications dispersées dans des revues et des actes de colloques, des rapports de fouilles inédits, des mentions éparses dans les textes arabes, des opérations archéologiques en cours : tous ces éléments ont été patiemment réunis, puis analysés par l’auteure qui n’a jamais hésité à vérifier in situ des relevés, à participer aux fouilles des bains de Baza et de la citadelle d’Almería afin de formuler des hypothèses de réponse à certains de ses questionnements. La démarche, tant analytique que synthétique, s’inscrit dans la voie suivie par l’archéologue médiéviste, qui s’efforce de croiser sources textuelles et archives du sol afin de saisir les modes de fonctionnement des sociétés d’hier. L’ouvrage entend ainsi rendre à cet édifice emblématique des sociétés musulmanes, le ḥammām, le rôle fondamental qui fut le sien dans la société andalusí. Il se base sur un inventaire fort de 90 bains. La réflexion autour du bain en al-Andalus s’organise en trois temps : l’auteure pose d’abord la question de la formation du ḥammām en péninsule Ibérique, puis elle s’interroge sur la construction et les formes du bain andalusí, avant de montrer, enfin, quelles furent les pratiques et la place du bain dans la société andalusí.

3L’étude sur la formation du bain en al-Andalus, objet de la première partie, permet de poser véritablement la question de la transition entre le bain romain et le bain islamique : celle-ci n’avait en effet jamais été formulée et elle avait simplement été utilisée pour soutenir des vues contradictoires sur la nature de la transition qui s’opère au VIIIe siècle. L’auteure fait le point sur cette question, aussi délicate que polémique, et elle s’inscrit, avec d’habiles nuances, dans l’historiographie rupturiste, repoussant ainsi l’idée chère à l’École orientaliste d’un héritage de Rome par l’Islam ; avec d’habiles nuances, car si elle montre que le ḥammām est un fait culturel qui vient du Proche-Orient et du Maghreb, des influences de l’antique se notent dans les techniques. Trois mises au point successives, sur le devenir des bains romains aux Ve et VIe siècles, sur le bain des VIIe-VIIIe siècles, et sur les premiers édifices balnéaires d’al-Andalus aux VIIIe et IXe siècles, permettent de parvenir à une vision nuancée de cette question toujours débattue de la transition, abordée ici à travers l’apparition d’un édifice nouveau en péninsule Ibérique, le ḥammām, qu’il convient de considérer comme un marqueur de l’islamisation, au même titre que la mosquée.

4La deuxième partie réunit les données disponibles sur la construction et les formes du bain andalusí : un chapitre joliment intitulé « le chantier du ḥammām » évoque le commanditaire et le choix du terrain, les métiers de la construction, les étapes de l’édification. Tous les modules constructifs du bain sont ensuite passés en revue, éléments primaires – murs et couvertures –, éléments secondaires – portes, hypocaustes, réservoirs, etc. –, finitions et éléments décoratifs – revêtements de sol, enduits, placages, yeserías, alicatados, etc. Un troisième chapitre élabore une intéressante typologie des différents modèles de ḥammām-s présents en al-Andalus. La classification détermine un certain nombre de types locaux, ce qui permet de donner au bain toute sa place dans l’architecture andalusí : ainsi, Madīnat al-Zahrā’ constitue, on le sait bien, un laboratoire de formes ; rien d’étonnant à ce qu’il existe un bain type Madīnat al-Zahrā’. De la même manière, le bain de type Murcie d’époque almohade, sans postérité, fait penser aux formes si particulières des fortifications d’Ibn Mardanīš.

5La troisième partie de l’ouvrage, enfin, fait glisser de l’histoire de la construction à l’histoire sociale : elle examine, sur la longue durée des temps andalusíes, du IXe siècle au XVe siècle, la gestion du bain et les usagers de celui-ci, puis les pratiques et les fonctions du bain. Lieu de la toilette et des soins du corps, le bain n’est pas, comme un cliché tenace tend à le faire croire, le lieu d’un harmonieux vivre ensemble, toutes classes sociales confondues ; l’auteure montre en quoi, au contraire, le bain est plutôt un espace de différenciation. Tout comme elle fait tomber d’autres clichés, celui de l’existence de bains confessionnels, celui du binôme bain-mosquée : elle montre qu’il n’y a pas de proximité systématique entre les deux édifices et que cette proximité, quand elle existe, n’a pas de fondement religieux.

6En somme, Caroline Fournier a parfaitement atteint le but qu’elle s’était fixé, réaliser un ouvrage de synthèse sur les bains en al-Andalus. L’ouvrage fera date, pour trois raisons : il contient une magnifique base de données sur un édifice essentiel de l’architecture islamique de la péninsule Ibérique. Il constitue une belle mise au point sur un bain enfin dépouillé de toute une série de clichés qui dataient de l’École orientaliste. Enfin, centré sur un marqueur essentiel de l’islamisation, il représente un apport dont il conviendra de tenir compte sur la question de la nature d’al-Andalus, question toujours débattue comme en atteste la fièvre éditoriale qui, ces dernières années, s’est emparée de la célébration des 1300 ans de la conquête de 711.

7Saint-Mars-du-Désert, 21 avril 2015

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540