Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

Conclusions

Jean-Marie Moeglin

Texte intégral

  • 1 Ces développements sont inspirés par l’ensemble des communications rassemblées dans ce volume et, (...)

1Ces conclusions, au terme de deux riches journées, se greffent directement sur la problématique fort bien définie dans leur introduction par les deux maîtres d’œuvre, Stéphane Péquignot et Pierre Savy, de la rencontre : comment établir un pont entre la théorie qui paraît ignorer le concept d’annexion territoriale et la pratique qu’observe l’historien et qui lui montre de nombreux cas d’annexions ou en tout cas d’efforts d’annexion au cours du Moyen Âge1 ?

2Déplacer des frontières et annexer, cela implique préalablement que des frontières existent. Et, de fait, le Moyen Âge s’est constamment préoccupé de fixer limites et frontières. Contrairement à ce que l’on a souvent prétendu, le flou ne lui convient guère. Les efforts faits par exemple au cours du XIIIe siècle pour définir territorialement le « pays » Comtat Venaissin le présentent comme « un agrégat de castra » aux limites stables. À la fin du Moyen Âge, l’instrument cartographique de mieux en mieux maîtrisé sera mobilisé à cet effet.

  • 2 Keller H., « Démonstrations de puissance et diplomatie au Xe siècle : observations sur la formatio (...)

3La frontière proprement politique, celle qui nous intéresse, peut avoir été définie très tôt comme l’est la frontière des « quatre rivières », lointainement issue du traité de Verdun en 843 et que vient consacrer la naissance des royaumes comme entités étatiques indivisibles dans le premier quart du Xe siècle2. Elle va fixer pour longtemps la frontière entre le Regnum à l’ouest et l’Imperium à l’est. Elle peut aussi émerger lentement, comme la frontière qui se crée entre cette partie de la Couronne d’Aragon qu’est la Catalogne et le royaume de France dont elle sort sans bruit et sans éclat. Et c’est d’ailleurs le cas également pour les frontières internes à la Couronne d’Aragon ; elles n’achèvent de se fixer qu’au XIVe siècle lorsque le comté de Ribagorça est définitivement attribué au royaume d’Aragon tandis que le Val d’Aran rejoint la Catalogne et fait désormais frontière avec le comté de Comminges qui relève du royaume de France.

4La frontière politique est donc une réalité bien définie. Mais cette frontière « institutionnelle » n’affirme que lentement sa suprématie vis-à-vis d’autres frontières, administratives et féodales, ecclésiastiques, linguistiques. C’est à un écheveau de lignes enchevêtrées ou superposées, multiples et longtemps mal hiérarchisées que l’on a affaire. Ainsi, même lorsqu’elle existe depuis longtemps, la frontière politique « institutionnelle » court le risque d’être oubliée, de passer au second plan derrière d’autres frontières.

5La suprématie que la frontière politique va finalement revendiquer et imposer est en rapport avec l’affirmation des territoires comme « pays » dotés d’un nom, puis l’affirmation de la superioritas, la souveraineté que revendique un roi ou prince à l’intérieur des limites de « son » pays. Progressivement, la frontière politique va devenir « la » frontière ; les autres n’étant plus que des limites administratives voire culturelles.

6Si les royaumes existent depuis longtemps, ce n’est donc vraiment qu’à partir des XIIIe et XIVe siècles que le royaume de France par exemple est identifié comme un territoire cohérent et disposant de limites stables héritées du traité de Verdun. Et à un niveau institutionnel inférieur, des ensembles politiques aux frontières bien définies, à l’intérieur de la Couronne d’Aragon comme dans le royaume d’Arles – le Comtat Venaissin ou le Dauphiné par exemple –, ne se définissent vraiment qu’au XIIIe siècle. En même temps qu’ils acquièrent un nom, ils clarifient leurs frontières.

7Il serait cependant faux d’imaginer des pouvoirs « souverains » établissant souverainement leurs frontières. Il s’agit en réalité d’un processus dialectique entre les pouvoirs centraux et les forces locales. C’est évident lorsque cette frontière politique n’émerge que lentement comme c’est le cas avec la Couronne d’Aragon, à l’intérieur comme à l’extérieur vis-à-vis du royaume de France. La fixation de la frontière est indissociable de l’affirmation de fortes consciences identitaires régionales derrière lesquelles s’abritent les intérêts socio-économiques et politiques des élites du pays.

8Même lorsque la frontière est théoriquement fixée depuis longtemps et qu’elle est en principe intangible, comme devrait l’être la frontière des « quatre rivières », son maintien continue en fait à dépendre des forces locales, de la connaissance de son tracé exact qu’elles seules peuvent avoir et transmettre – ce n’est qu’à l’extrême fin du XIIIe siècle que l’administration pontificale met la main sur une enquête, remontant à l’époque d’Alphonse de Poitiers, qui lui permet de donner des frontières au territoire dont elle avait en principe hérité lors du traité de Meaux-Paris en 1229 –, de l’appui ou de l’absence de soutien qu’elles apportent aux pouvoirs centraux qui veulent faire reconnaître une frontière. D’où l’importance des enquêtes, il est vrai souvent manipulées et conduites en connivence avec les « enquêtés », par lesquelles se traduit cette transmission de connaissance et ce soutien.

9C’est la raison pour laquelle les conflits de frontières que l’on voit émerger en grand nombre à partir des dernières décennies du XIIIe siècle sont d’abord des conflits où les forces locales sont en première ligne, instrumentalisant les puissances centrales lointaines, sur l’étang de Leucate comme à Lyon, en Ostrevent ou à Valenciennes et en bien d’autres lieux encore.

  • 3 Barthélemy D., Nouvelle histoire des Capétiens (987-1214), Paris, Le Seuil, 2012.

10Plus généralement, se faire reconnaître la possession d’un territoire, en Dauphiné comme en Corse ou en Comtat Venaissin, oblige à obtenir l’assentiment de ceux qui sont concernés. Le comté de Ribagorça bascule du côté de l’Aragon parce que la noblesse du lieu l’a voulu et imposé. Sinon, l’on s’expose à une réaction violente, le moment opportun venu, de ceux qui s’estiment menacés ou lésés par une avancée territoriale qui remet en cause des équilibres anciens et investis d’une forte légitimité. Bien sûr, aucun prince ne refuserait volontiers un possible agrandissement de territoire s’il s’offre, mais l’on en sait la difficulté dans des systèmes politiques « visqueux » pour reprendre une expression de Dominique Barthélemy3.

11Lorsqu’ils voulaient définir et défendre leurs « frontières », les pouvoirs centraux ont certainement eu pendant très longtemps des préoccupations de « politique intérieure » si cette expression a un sens. Être « empereur en son royaume » ne voulait pas dire en premier lieu que l’on contestait le pouvoir impérial mais bien que l’on voulait être le seul souverain à l’intérieur de son royaume.

12Vient un moment toutefois où ces frontières étatiques s’affirment comme des frontières juridictionnelles et militaires. Elles se matérialisent par des forteresses voire des postes de douane. Elles deviennent la limite reconnue au-delà de laquelle les officiers du prince souverain ne peuvent pas intervenir. L’on assiste à une appropriation et une essentialisation de la frontière par les pouvoirs souverains. Les populations, d’un côté comme de l’autre de la frontière, doivent en tenir compte et s’arranger pour maintenir les liens ancestraux qu’elles avaient noués avec les populations de l’autre côté.

13La fixation de telles frontières répondait globalement à la volonté de pouvoirs centraux soucieux d’affirmer leur souveraineté. Mais en même temps, les princes sont pris à leur propre jeu : comment légitimer une acquisition extérieure à partir du moment où l’on a déclaré intangible la « frontière des quatre rivières » ?

14L’on cherche alors des moyens de relever ce défi sans risquer de remettre en cause les acquis du lent processus politique qu’a été la construction politique des frontières d’un état souverain. Déplacer une frontière, cela impose, on l’a dit, de disposer sur place d’appuis résolus. C’est possible grâce à la loi qui veut que l’on préfère un seigneur lointain à un seigneur proche. Mais cela impose aussi de légitimer de manière quelque peu convaincante ces annexions car, sinon, le déplacement reste affecté d’une fragilité qui tôt ou tard, en fonction de l’évolution des rapports de force politiques, risque fort de lui être fatale.

15À Lyon, le pouvoir royal joue sur l’appel des bourgeois locaux et sur l’incertitude de la position d’une ville située à cheval sur la frontière des quatre rivières. Mais l’on reste méfiant et somme toute fort peu sûr de soi dans les premiers temps. Il existe néanmoins une exceptionnelle conjonction de facteurs favorables : l’appel des bourgeois préférant un pouvoir lointain à celui, proche et tâtillon, de l’archevêque et plus encore du Chapitre cathédral ; la faiblesse « structurelle » d’un pouvoir ecclésiastique ; l’absence de pouvoir territorial dans les environs se considérant comme lésé ou menacé et donc résolu à s’opposer à cette « annexion » ; enfin le fait que Lyon se trouvait placé sur la frontière des quatre rivières. Tout cela fait que « l’annexion » de Lyon sera non seulement rondement menée mais durable. À Valenciennes en revanche où, au cours de ces mêmes années de la fin du XIIIe siècle, les bourgeois avaient également fait appel au roi de France contre leur seigneur immédiat, le comte de Hainaut, et avaient soutenu haut et fort qu’ils étaient du royaume, la royauté hésitera un peu sans doute, mais elle préfèrera très vite ne pas donner suite à ces appels pressants. Les puissances territoriales locales étaient trop puissantes et déterminées pour que l’annexion soit, sur la longue durée, une réussite durable.

16En Navarre et en Franche Comté, du XIIIe au XIVe siècle, nous n’avons pas affaire à des annexions ; ce sont des unions dynastiques qui aboutissent en fait à « caser » des branches cadettes de la famille royale. Cette union dynastique était à l’évidence la voie royale pour prendre le contrôle d’un nouveau territoire. C’est la carte en tout cas qu’a jouée avec obstination le roi d’Angleterre dans son effort pour devenir roi de France lors de la guerre dite de Cent ans : une union de deux royaumes gardant en principe leurs structures, droits et privilèges mais gouvernés par un même roi. Cela s’inscrivait dans le respect de l’« ordre dynastique » qui remplaçait peu à peu l’« ordre féodal ».

17Dans le Barrois devenu « mouvant », la royauté dispose à l’évidence de l’appui de certaines forces locales et surtout, cette partie du comté de Bar était incontestablement en deçà de la frontière des quatre rivières. Ce fait n’avait pas été oublié sur place. Au demeurant, le comte de Bar ne pouvait pas se permettre d’avoir un ennemi en quelque sorte « structurel » à l’est, le duché de Lorraine voisin, et un autre ennemi « structurel » à l’ouest, le royaume de France. Qu’une partie de son territoire à l’ouest de la Meuse soit reconnu comme étant du royaume de France, n’était pas si dramatique. Pour la petite région que constitue l’Ostrevent entre les rivières de l’Escaut, de la Scarpe et de la Sensée, elle aussi était incontestablement en deçà de la frontière issue de Verdun même si une nouvelle frontière « féodale » était venue faire oublier cette réalité. Mais le comte de Hainaut devait être ménagé ; alors l’on recourt au système de la « surséance » : le statut exact de cette terre, du Regnum ou de l’Imperium, demeure non fixé jusqu’à ce qu’une (improbable) enquête permette de tirer définitivement les choses au clair.

18En Dauphiné, l’on constitue un remarquable montage juridique, le « transport », c’est-à-dire une cession de droits, qui satisfait presque toutes les parties prenantes : le Dauphin d’abord qui paye ses dettes, assure l’avenir de son « pays » et peut se convertir, le roi de France évidemment qui fait plaisir à son encombrant fils premier-né déjà lui-même doté d’une nombreuse progéniture, mais aussi la noblesse du Dauphiné bénéficiaire des garanties du « statut delphinal », et l’empereur Charles IV qui ne voit que des avantages à ce que son neveu Charles stabilise politiquement le Dauphiné, de même que le pape qui n’avait pas voulu lui-même du Dauphiné et qui est de plus un ami du roi de France ; même les puissances voisines auxquelles l’on concède leur part du gâteau sont satisfaites. Voilà donc une annexion réussie mais qui se garde bien de se présenter comme une « annexion » : le Dauphiné reste d’Empire.

19Ailleurs, l’on invoque la « terre sans seigneur » qui serait en quelque sorte à qui s’en empare. Cela avait déjà été le cas avec le Barrois « mouvant » évoqué plus haut, mais il était à l’intérieur des frontières de Verdun et cela conférait donc à son « annexion » une indiscutable légitimité. C’est le cas aussi de la Corse mais, sans l’accord des Corses, hier comme aujourd’hui, rien n’est vraiment possible.

20Les frontières restent donc longtemps intangibles et les « annexions » impossibles. Vers la fin du XVe siècle néanmoins, l’on a le sentiment que certains princes et rois, à commencer par le roi de France, voudraient se débarrasser de ce carcan.

21Un timide et bref essai a lieu sous Charles VII, la double offensive de l’année 1444 au cours de laquelle à la fois Charles VII lui-même vient devant à Épinal et même devant Metz réclamer des terres qui seraient du royaume tandis que son fils, le futur Louis XI, fait de même devant Bâle. Mais le but essentiel était de se débarrasser des écorcheurs qui encombraient le royaume, tout particulièrement après les trêves de Tours. Et les rodomontades royale et delphinale effrayent certes ceux qui en sont les destinataires mais leur effet n’est pas durable, et il est d’ailleurs peu probable que leurs auteurs aient vraiment pensé qu’il le serait.

22En revanche il existe un « moment Louis XI ». Ce dernier, avec une étonnante ténacité et beaucoup de suite dans les idées, cherche à reculer les frontières de son royaume, dans toutes les directions. Avec le Roussillon, à Gênes, en Franche Comté, comme en Hainaut et à Cambrai, on le voit tenter de véritables annexions au royaume et à la couronne de France. Il s’agit pourtant de terres qui étaient de notoriété publique en dehors du royaume des quatre rivières. Qu’il s’agisse d’annexions est, au demeurant, à peine dissimulé de sa part. Faut-il alors penser que « l’annexion » est devenue possible ?

  • 4 Chroniques de Jean Molinet, G. Doutrepont et O. Jodogne (éd.), t. I, Bruxelles, Palais des Académi (...)

23En réalité, Louis XI non plus n’a pu faire complètement l’économie d’une légitimation de ses « annexions ». Et le fait qu’il n’y soit jamais véritablement parvenu a été un clair facteur de faiblesse de son action. Pour les justifier, il fait flèche de tout bois, sans craindre d’atteindre les limites du cynisme, mais c’est avec le même aplomb qu’il recule, quand les résistances sont trop fortes et que l’échec est devenu patent. Selon le récit de Jean Molinet, lorsqu’il doit se résigner à lâcher Cambrai, il aurait ordonné que l’on remette en place l’aigle impériale qu’il avait fait effacer et remplacer par les lis et il aurait écrit aux Cambraisiens : « Nous volons que vous soyez neutres et demourez d’otelle condition que vous solliez estre. Nous sommes viconte de vostre cité et vollons garder nostre juridiction et le droit que nous y avons. Et, au regard de nos armes, vous les osterez quelque soir et y logerez vostre oyseau et direz qu’il sera allé jouer une espasse de tempz et sera retourné en son lieu, ainsy que font les arondeles qui reviennent sus le printemps4. »

24Et de fait, l’échec est patent, dès son vivant (Cambrai), ou après sa mort. Le cas de Cambrai mais aussi celui non moins remarquable de Gênes montre bien qu’il est encore bien trop tôt pour ébranler vraiment l’idée que les quatre rivières sont et doivent rester les frontières intangibles du royaume de France. Comme le Sapeur Camembert l’a (prétendûment) dit de manière percutante : quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites…

  • 5 Taylor C., Debating the Hundred Years War: Pour ce que Plusieurs (La Loy Salicque) and a Declaraci (...)
  • 6 Cf. en dernier lieu l’article de synthèse de Bély L., « Réunions », dans Id. (dir.), Dictionnaire (...)

25Et malgré tout, c’est sans doute dans ces décennies qu’a été élaboré l’argument qui permettra plus tard de réaliser les « annexions » de l’époque moderne. C’est le concept de « réunion » au royaume de provinces qui lui avaient appartenu anciennement et qui en auraient été prétendûment retranchées de manière illégitime. C’est à la faveur de la guerre dite de Cent ans et de l’immense effort de réfutation des prétentions anglaises entrepris au XVe siècle qu’il a été élaboré. Sa première formulation explicite se trouve dans le traité, sans doute écrit par Guillaume Cousinot le jeune au début des années 1460, « Pour ce que plusieurs ». Il fallait « rejoindre et reunyr a la couronne » des provinces qui avaient fait partie historiquement de la couronne de France mais qui s’en étaient détachées5. La royauté saura à l’époque moderne tirer toutes les ressources juridiques possibles de ce concept de « réunion » pour réaliser de véritables annexions6.

Notes

1 Ces développements sont inspirés par l’ensemble des communications rassemblées dans ce volume et, accessoirement, par quelques travaux personnels dont je me permets de donner les références : Moeglin J.-M., « Französische Ausdehnungspolitik am Ende des Mittelalters : Mythos oder Wirklichkeit ? », F. Fuchs, P.-J. Heinig et J. Schwarz (éd.), König, Reich und Fürsten im 15. Jahrhundert, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2009, p. 349-374 ; Id., « La frontière introuvable : l’Ostrevant », A.-H. Allirot, M. Gaude-Ferragu, G. Lecuppre et alii (textes réunis par), Une histoire pour un royaume, XIIe-XVe siècle. Actes du Colloque Corpus regni, organisé en hommage à Colette Beaune (université de Paris 10-Nanterre, 20-22 septembre 2007), Paris, Picard, 2010, p. 467-483 ; Id., « La frontière comme enjeu politique à la fin du XIIIe siècle – Une description de la frontière du Regnum et de l’Imperium au début des années 1280 », N. Bock, G. Jostkleigrewe et B. Walter (dir.), Faktum und Konstrukt. Politische Grenzen im europäischen Mittelalter : Verdichtung – Symbolisierung – Reflexion, Münster, Rhema, 2011, p. 203-220 ; Id., L’empire et le royaume : entre indifférence et fascination 1214-1500, Lille, Presses du Septentrion, 2011 (Histoire franco-allemande, t. 2).

2 Keller H., « Démonstrations de puissance et diplomatie au Xe siècle : observations sur la formation des royaumes européens au Moyen Âge central », Les Relations diplomatiques au Moyen Âge – Formes et enjeux (Actes du 41e congrès de la Société des Médiévistes de l’enseignement supérieur – Lyon, 3-5 juin 2010), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 31-46.

3 Barthélemy D., Nouvelle histoire des Capétiens (987-1214), Paris, Le Seuil, 2012.

4 Chroniques de Jean Molinet, G. Doutrepont et O. Jodogne (éd.), t. I, Bruxelles, Palais des Académies, Académie royale de Belgique. Classe de lettres et des sciences morales et politiques, Collection des anciens auteurs belges, 1935-1937, p. 272 (Molinet suggère que le changement d’attitude de Louis XI pourrait avoir été dû à un soudain remords de conscience « aucuns dient qu’il eubt remort de conscience de ce qu’il occupoit les pays de l’empereur par armes et que le Saint Esperit avoit ouvré en lui » [ibid., p. 270]) ; un miracle survenu à Cambrai aurait achevé de le convaincre. Sur la tentative d’annexion de Cambrai par le roi de France, cf. Haye T., « Cambrai zwischen Frankreich, Burgund und dem Reich – ein unbekannter Dialog des Johannes de Luwere aus dem Jahre 1478 », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 122, 2014, p. 336-380.

5 Taylor C., Debating the Hundred Years War: Pour ce que Plusieurs (La Loy Salicque) and a Declaracion of the Trew and Dewe Title of Henry VIII, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Camden Fifth Series » (29), 2006. D’autres souverains avaient au demeurant développé des stratégies comparables, cf. le privilège du roi Casimir Jagellon par lequel il intègre en 1454 au royaume de Pologne les territoires prussiens de l’Ordre Allemand : « terraque et dominia predicta regno Polonie, reintegramus, reunimus, invisceramus et inkorporamus » (art. V), cité par Salmonowicz S., « Königliches Preußen und polnisch-litauischer Staat (1466-1772) », D. Willoweit et H. Lemberg (éd.), Reiche und Territorien in Ostmitteleuropa. Historische Beziehungen und politische Herrschaftslegitimation, Munich, Oldenbourg, coll. « Völker, Staaten und Kulturen in Ostmitteleuropa » (2), 2006, p. 81-91, ici p. 83.

6 Cf. en dernier lieu l’article de synthèse de Bély L., « Réunions », dans Id. (dir.), Dictionnaire Louis XIV, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 2015, p. 1151-1152.

Auteur

Professeur d’histoire culturelle du Moyen Âge à Paris-Sorbonne depuis 2010, directeur d’étude cumulant à l’École pratique des hautes études depuis 1995, est ancien élève de l’École normale supérieure et ancien membre de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire politique et culturelle du royaume de France et du Saint-Empire au Moyen Âge, sur l’histoire des rituels politiques et sur l’histoire de l’historiographie de l’époque médiévale à l’époque contemporaine. Il a notamment publié Les bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique (Albin Michel, 2002) et Histoire franco-allemande, t. 2 : L’Empire et le Royaume. Entre indifférence et fascination 1214-1500 (Presses du Septentrion, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540