Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

Sur l’érosion des droits impériaux en Italie du Nord : Gênes et la France, 1461-1463

Pierre Savy

Texte intégral

  • 1 Sur le concept de Lombardie, par exemple, voir Andenna G., « Il concetto geografico-politico di Lo (...)
  • 2 Cette domination des Sforza à Gênes cesse en 1478.
  • 3 En particulier, à l’Archivio di Stato di Milano (dorénavant ASMi) : Sforzesco, 416, 417 et 528 ; R (...)

1La question des frontières italiennes est une question ancienne, que l’on se posait déjà dans l’Antiquité, ne serait-ce que parce que Rome avait fait la conquête du reste de l’Europe. Elle concerne tant les frontières qui séparent l’Italie du reste de l’Europe que les nombreuses frontières intérieures italiennes, notamment celles des « régions » entre elles1. Au bas Moyen Âge, à la faveur du recul de l’influence des empereurs germaniques (entamé dès avant l’époque des Habsbourg) et de l’activité intense que les rois de France déploient de nouveau en Italie, la possibilité de déplacer ces frontières est envisagée, et la question de savoir qui exerce – ou peut exercer – la souveraineté sur l’Italie du Nord se pose avec une acuité nouvelle : en somme, une forme d’érosion semble affecter les droits de l’empereur germanique (qui, depuis l’époque carolingienne, exerçait sa souveraineté sur le Regnum Italicum). On voudrait saisir ici cette « érosion » à partir d’un cas modeste, voire d’apparence anecdotique, et qui, de surcroît, se solda par un échec ; un cas qui pourtant nous paraît parlant, dans le cadre d’une réflexion sur ce qui autorise le déplacement des frontières et l’annexion des territoires dans l’Occident du bas Moyen Âge. Il s’agit du détachement de la Ligurie de l’Empire et de son inclusion dans le royaume de France. Sur ce projet, jamais formulé aussi nettement que nous venons de le faire mais qui, s’il s’était inscrit dans la durée2, aurait pu être un « grand événement » (et qui, pour finir, peut faire presque figure de non-événement), il existe une série de documents dense et limitée dans le temps3.

France (Gaule), Italie, royaume, Empire : quelles limites ?

2Avant d’en venir à cette affaire, quelques mots à propos des limites entre France et Italie et entre Royaume et Empire sont nécessaires : pour que la Ligurie puisse être « détachée » de l’Italie et/ou de l’Empire, il faut bien qu’elle y soit incluse. Cela ne fait aucun doute. Mais les choses se compliquent un peu du fait que la frontière entre France et Empire et la frontière entre France et Italie ne sont pas une seule et même chose, et qu’elles évoluent.

  • 4 Voir Dauphant L., Le royaume des quatre rivières : l’espace politique français, 1380-1515, Seyssel (...)

3Si, historiquement, l’Empire va jusqu’au Rhône, dans les faits la théorie classique des « quatre rivières » a été singulièrement mise à mal du XIIIe au XVIe siècle4. Une extension française a eu lieu, qui s’est traduite par une sorte d’agrandissement vers l’est de la zone d’influence du roi de France. En outre, indépendamment même de ce fait, il est au-delà du Rhône un espace qui, pour être déjà Empire, n’est pas encore Italie.

  • 5 Que le Var sépare les deux espaces est bien connu. Voir sur ce point Jansen P., « Fines Italiae : (...)
  • 6 Lettre familière à Giovanni Colonna, citée par Jansen, « Fines… », art. cité, p. 212.
  • 7 Cité ibid., p. 214.
  • 8 Gilles Le Bouvier, dit le Héraut Berry, Le livre de la description des pays…, E.-T. Hamy (éd.), Pa (...)
  • 9 Ibid., p. 55 : « cellui païs du Daulphiné est à l’esné filz du roy de France. Et s’estant son païs (...)
  • 10 Voir notamment, dans une bibliographie extraordinairement riche, Guenée, « Des limites… », art. ci (...)

4L’Italie, elle, ne va en effet que jusqu’au Var, qui se jette dans la mer5 – certes à l’ouest de la frontière actuelle italienne (30 kilomètres à vol d’oiseau séparent aujourd’hui la frontière franco-italienne de Saint-Laurent-du-Var), mais encore bien plus loin à l’est du Rhône (près de 200 kilomètres séparent Port-Saint-Louis du même Saint-Laurent-du-Var). Le bassin du Var correspond grossièrement à la comté de Nice. Entre Var et Rhône, dans une zone théoriquement impériale, se trouve la Provence (même si les choses sont un peu plus complexes : en 1388, Nice quitte le comté de Provence et est rattachée à la Savoie avec la « Provence orientale », soit la rive gauche du Var, qui se constitue en « Nouvelles terres de Provence »). Diverses sources fameuses évoquent ce point. En 1343, Pétrarque décrit Nice (qui est en effet juste après l’embouchure du Var) comme la « première ville d’Italie depuis le couchant6 ». Boccace ne dit guère autre chose, qui voit dans le Var « une très vieille limite de l’Italie, qui sépare la Gaule transalpine de la cisalpine7 ». La question se trouve aussi dans les ouvrages de géographie : divers passages du Livre de la description des pays, du Héraut Berry8, présentent pour nous de l’intérêt. On y apprend que la ville de Suse fait office de frontière (le Dauphiné s’étend jusqu’à Suse ; « le païs des Itallies commence à une cité nommée Susse [sic] en Piémont et dure jusques à la pointe de Calabre9… »). Une ville et non une ligne comme frontière ? Voilà qui est malaisé à penser pour nous, sans doute, mais qui est bien conforme à ce que l’on sait des conceptions médiévales de la frontière10. Mais le Héraut Berry ne précise pas où sur le littoral passe la limite entre la Provence et le « païs de Jennes ».

  • 11 Flavio Biondo, Roma ristaurata, et Italia illustrata, Venise, M. Tramezzino, 1542 (édition consult (...)
  • 12 Biondo, Roma…, op. cit., f° 68 r° : « Hor dunque la Liguria si stende in lungo dal fiume Varo a la (...)
  • 13 Ibid., f° 69 r°.

5Quant à l’Italia illustrata, ouvrage de géographie composé en 1448-1458 par Flavio Biondo, elle contient la description de toute l’Italie, établie surtout à partir des voyages personnels de l’auteur ; selon les divisions antiques (quatorze ou dix-huit régions), sont retracées pour chaque province et pour chaque ville l’origine et les évolutions historiques majeures11. On y lit que le « Genoesato », ou « Liguria », région italienne, commence au Var12. Ce petit fleuve côtier semble s’être fait une spécialité des bizarreries géographiques : aujourd’hui connu des Français pour passer dans deux autres départements que celui auquel il donne son nom, il était donc à l’époque connu pour sa fonction de frontière – Flavio Biondo écrit que « [le Var] non è quasi per altro noto, se non perché divide la Franza da l’Italia13 ».

6Mais que s’agit-il de séparer ? L’Italie et la France, dit Biondo, qui mêle entité géographique historique (« Italie ») et espace politique (« France »). Il eût été plus clair, quoiqu’anachronique, de dire : l’Italie et la Gaule. C’est une séparation d’une autre nature que celle qui sépare France et Empire – car d’une autre période, évidemment. Il s’agit d’une description géographique, non d’un discours (politique) sur les frontières ; il expose où commencent et finissent les pays, et pas ce qui sépare les États. Les mots de Boccace, qui, lui, parle bien de « Gaule », sont éclairants sur ce point.

  • 14 Gilli P., Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante itali (...)
  • 15 La citation vient, semble-t-il, du codex Leicester de Léonard, aux fo 4 ro et 36 ro (voir Léonard (...)

7On observe donc un flottement voire un déplacement de la frontière sud-est de la France, qui fait reculer la vieille frontière d’Empire, et qui autorise même une pénétration en Italie. Si Dante, conforme à la théorie traditionnelle, juge que les Alpes sont sous contrôle impérial, Pétrarque, lui, conçoit les choses de manière différente : écrivant que l’Italie s’arrête à Montgenèvre (encore aujourd’hui le point où passe la frontière franco-italienne, loin à l’est du Rhône), il révèle que le contrôle impérial en deçà des Alpes n’est pas si pérenne que cela14 – sauf à considérer qu’on peut n’être plus en Italie sans pour autant être en France. Plus tard, ce déplacement de la frontière paraît acquis : Léonard de Vinci, pour parler du Mont Rose, n’évoque-t-il pas « Monboso, giogo dell’Alpi che divide la Francia dall’Italia15 » ? C’est bien la France qui vient alors jusqu’à l’Italie, dans les mots de Léonard, et non une sorte de zone grise qui serait impériale mais ni française ni italienne. Ces évolutions sont étroitement corrélées, on s’en doute, à la puissance politique et militaire des ensembles territoriaux : signalons ici la possibilité envisagée par l’empereur Frédéric II d’une annexion de la Sicile (un royaume héréditaire) à l’Empire. L’idée impériale permet à l’empereur d’imaginer ce rattachement d’un royaume situé hors de l’Empire germanique. Mais les temps ne sont plus à de tels projets : au bas Moyen Âge, on voit au contraire les puissances voisines, France au premier chef, profiter de l’affaiblissement de l’Empire.

  • 16 Merci à Henri Bresc de nous avoir signalé cet épisode instructif. Voir Mireur F., « Procession d’a (...)

8Il faut souligner la complexité de ce que peuvent recouvrir les idées d’indépendance ou d’inclusion dans un ensemble politique plus vaste : l’appartenance politique formelle d’une région ne coïncide en effet pas nécessairement avec les affinités, les proximités et les sentiments des habitants de cette région, qu’ils appartiennent aux groupes dirigeants ou au peuple. Un exemple vaut ici maints discours : que Brignoles, en Provence, ait organisé une procession d’actions de grâces au printemps 1429 pour remercier le Ciel des succès de Jeanne d’Arc (« dum venerunt nova illius Piuselle que erat in partibus Francie » – il s’agit premièrement de la levée du siège d’Orléans)16 montre de façon éclatante que la Provence, toute « non française » qu’elle était formellement, se pensait au moins comme étroitement associée au sort du royaume, au niveau des élites (Louis de Provence est le beau-frère de Charles VII), sans doute, mais aussi, d’une manière ou d’une autre, au niveau de la population de cette bourgade. Une inclusion, culturelle en tout cas, était bien en cours.

  • 17 Sur ces aspects, nous nous permettons de renvoyer à Savy P., « Pouvoir seigneurial et modèle monar (...)
  • 18 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ital. 1585. Le document est publié partiellement dans Bus (...)

9Ce glissement séculaire se double d’une activité politique, diplomatique et militaire française intense depuis le XIVe siècle. À compter du milieu du XVe siècle, les relations diplomatiques se font très denses entre le royaume de France et la péninsule italienne – et, dans celle-ci, pas seulement avec le pape, mais aussi avec de fortes puissances comme le duché de Milan, auquel divers liens familiaux et politiques rattachent la France. De nombreux indices permettent de parler d’un renforcement de l’attrait exercé par la puissance française, ou de l’inquiétude qu’elle suscite17. Une lettre anonyme mais fameuse adressée au duc de Milan le 12 septembre 1451 met ainsi en avant les risques que court Milan face aux Français. À en croire l’auteur, ces derniers veulent la Lombardie, l’Italie, le retour du pape à Avignon et la couronne impériale18 : il peut y avoir là quelque exagération, mais du moins le projet impérial paraît sérieux (nous reviendrons sur lui). L’année suivante, en août 1452, le duc de Milan Francesco Sforza écrit à son épouse, Bianca Maria :

  • 19 Cité dans Margaroli P., Diplomazia e stati rinascimentali. Le ambascerie sforzesche fino alla conc (...)

«considerato che questo stato de Lombardia non pò stare senza l’appogio overo del Imperatore o della prefata Maestà della corona di Franza, havimo deliberato fare fondamento in essa corona de França19».

  • 20 Les choses sont complexes : dans le même temps, le jeune roi veut affirmer son autorité à l’intéri (...)

10Un État qui ne pourrait « tenir sans l’appui soit de l’empereur, soit de la France » ; et la décision ducale de choisir celle-ci plutôt que celui-là. Voilà des propos extraordinaires, qui disent nettement combien pèse l’influence politique française jusqu’en Lombardie, pourtant formellement impériale. À l’arrière-plan de l’affaire génoise dont nous allons traiter, se trouve donc ce contexte changé depuis le milieu du siècle et, bientôt, la nouvelle politique mise en place par le jeune roi de France, Louis XI, qui monte sur le trône à l’été 146120.

Le projet de Louis XI

  • 21 On note parfois quelque flottement dans la date : mais c’est bien en en 1463 que les choses se pas (...)
  • 22 Il existe sur cette affaire, en plus de Sorbelli, Francesco…, op. cit., deux articles de valeur : (...)

11Sans être inconnue, la proposition faite par Louis XI de donner en fief Gênes et Savone au duc de Milan en 146321 est assez peu envisagée dans l’historiographie22 ; elle paraît surprenante, voire scandaleuse à qui concevrait en termes formels la souveraineté territoriale, détenue en l’occurrence par l’empereur. Le fait est pourtant qu’elle a eu lieu.

  • 23 Sur ce point, voir les observations de Shaw C., « Genoa », A. Gamberini et I. Lazzarini (dir.), Th (...)

12Gênes est surtout connue pour son empire commercial : c’est une république maritime extravertie – comme Amalfi avant elle, comme Venise au même moment –, un espace dont la pénétration est surtout commerciale et bancaire. Mais on aurait tort d’oublier qu’elle s’est aussi constitué un espace territorial continental23, il est vrai plus réduit que l’« État de Terre ferme » vénitien. C’est là que se trouve incluse Savone.

  • 24 Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, p. 329, fait le point clairement : de 1396 à 1409, de 1458 à 1 (...)
  • 25 Sur cette période, voir Shaw C., « Principles and Practice in the Civic Government of Fifteenth-Ce (...)
  • 26 Ilardi, « France… », art. cité, p. 433, souligne qu’en 1461 Louis XI a proposé à Sforza l’échange (...)
  • 27 Voir Dauvillier J., « L’union réelle de Gênes et du Royaume de France aux XIVe, XVe et XVIe siècle (...)

13On sent bien que, de cette république de Gênes instable, tantôt autonome, tantôt soumise à la domination française24 ou à celle des Milanais (à diverses reprises au XVe siècle), la possibilité de l’annexion est, pour ainsi dire, dans l’air ; en 1458 déjà avait eu lieu l’union réelle de Gênes et de la France, sans que mention fût faite alors du « roi des Romains ». Mais, le 9 mars 1461, les Français avaient été chassés par une révolte25. Louis XI propose alors à Francesco Sforza l’investiture en fief de Gênes et Savone et la concession de la pairie26. À terme, il s’agit bien pour le duc et la duchesse, Bianca Maria, de recevoir en fief la ville et les droits qu’a pris sur elle le roi, contre un hommage féodal27. Le 24 septembre, un ambassadeur français vient à Milan pour faire cette proposition au duc. C’est à ce dernier qu’incomberait la conquête. Sur ce projet de grande ampleur, accompagné d’une alliance matrimoniale croisée, Otto Del Carreto écrit fort explicitement au duc, de Tivoli, le 3 octobre 1461 :

  • 28 Cusin F., « Le relazioni tra l’impero e il ducato di Milano dalla pace di Lodi alla morte di Franc (...)

«poiché vostra Signoria fiat uno de paribus Francie, questo non è altro che levarsi da lo imperio e sottomettersi alla corona de Franza, la qual cosa non è da stimar poco per più rispetti28».

14Le serviteur ducal saisit bien l’énormité du projet, qu’il formule en des termes forts : il s’agit pour lui de « sortir de l’empire » (« levarsi da lo imperio »). On perçoit qu’il s’agit de déplacer une frontière pourtant séculaire et séparant de surcroît des espaces de souveraineté pensés parfois comme radicalement distincts (« le roi est empereur en son royaume »).

  • 29 Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, 1, B. de Mandrot et (...)

15Un peu plus d’un mois plus tard, le 12 novembre, le duc adresse au seigneur Jean de Croy une longue lettre bien argumentée : il commence par dire que, dans les faits, il ne commande pas à Gênes et ne peut y faire ce qu’il veut, contrairement à ce que semble croire le roi. La ville est intenable, violente, changeante – le duc procède même à un rappel historique évoquant, depuis le début du XIVe siècle, l’histoire troublée de Gênes et des diverses dominations, françaises notamment, sur la ville et le caractère instable de ses habitants (« la instabilità et varietà di quello populo et le sue grandissime passione et divisione et la spesa grande che bisogna per mantenerlo29 »). Il navigue en se gardant l’amitié du roi mais sans se brouiller avec Naples, et en maintenant l’idée d’une inclusion dans l’Empire. On le voit en difficulté. Puis, il aborde la question de la pairie et de l’inclusion dans le royaume de France :

  • 30 Ibid., p. 383-384. Voir aussi Cusin, « Le relazioni… », art. cité, p. 64.

«Quanto alla ultima parte de li pari de Franza, nuy rengratiamo grandissimamente la Serenissima Maestà del Re de Franza de tanto excellentissimo honore quanto per sua gratia ne proferisse. Et sempre seremo disposti ad ogni voglia et complacentia de la prefata Maestà. Ben è vero che ad nuy bisogna havere pur reguardo assay de non fare cosa per la quale paresse che nuy volessemo prejudicare al Imperio, chè seria con nostra graveza et con qualche carico appresso alli nostri populi. Ma ad questo se porrà pensare et prendre qualche bon mezo30.»

  • 31 Dépêches…, op. cit., 1, p. 108.

16Francesco Sforza, dont on connaît le besoin et le désir de reconnaissance, souhaite vivement être créé pair de France, sans doute ; mais il refuse de devenir vassal du roi de France, car ce serait, dit-il, « causer un préjudice » à l’Empire (« prejudicare al Imperio »), auquel il craint de nuire. Il reste donc dans ce dernier : c’est « une fin de non-recevoir courtoise, mais formelle », selon les mots des éditeurs des lettres31. Que penser du motif de ce refus ? Pour les mêmes éditeurs, ce n’est qu’un prétexte :

  • 32 Ibid.

« quant à l’offre qui lui était faite d’une pairie, Sforza la refusa, de crainte, dit-il, d’indisposer l’empereur. Prétextes mêlés à beaucoup de mensonges, avec, au fond, le sens très clairvoyant des périls que l’installation des Français en Lombardie et leur intervention dans les affaires italiennes feraient courir à la Péninsule32 ».

17Le travail diplomatique se poursuit, comme en témoignent les instructions remises par le duc à ses ambassadeurs le 15 novembre. Il écrit, avec encore beaucoup de prudence :

  • 33 À Tommaso Da Rieti, Pietro Pusterla et Lorenzo Da Pesaro, de Milan (ibid., p. 371).

«Circa la questione di Genova, considerino bene attentamente la riposta data a Monsignore Croy, e cerchino di indagare con cautela sulla questione, perchè è cosa di somma importanza, e bisogna in essa proceder d’accordo con le altre pratiche. Quanto all’esser fatto pari di Francia, il duca si rimetta alla risposta data a Monsignore Croy33.»

18La lettre de Tommaso Da Reti, Pietro Pusterla et Lorenzo Da Pesaro au duc de Milan, écrite à Tours le 27 décembre 1461, évoque une situation très tendue entre les ambassadeurs et le roi, qui profère des menaces de guerre et entre dans de violentes colères (ils écrivent qu’il parle « con spirito assay vehemente »). Les ambassadeurs rapportent que le roi de France est décidé à insister pour la pairie, malgré le refus formulé par Sforza :

  • 34 Ibid., p. 383-384 (et dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 110-111).

«A la parte che tocha de li pari de Franza, ne respoxe soa Maestà che l’haveva accepta la voluntà de vostra Signoria ma che se cercaria qualche bon mezo per via delo quale se poterebbe adimpire questo; e che ben sapeva soa Maestà che Milano è una de le tre corone del Imperio; e che non ricercava vostra Signoria de cosa che gli fosse veruna, ne danno, ne mancamento; et che quando l’havesse ben dato ad vostra Signoria la intrata de quaranta milia scudi, como ad homo de la casa de Franza, gli parereve havesse facta bona spexa; non che soa Maestà intenda ne voglia tore niente de vostra Signoria: et che ad questo se trovarà qualche bon mezo34.»

19L’insistance, la colère et la flatterie auront raison des résistances de Sforza.

Sforza accepte (1463)

20Les choses se débloquent en effet en 1463 ; et c’est, étonnamment, en raison d’inquiétudes du roi de France. Une lettre qu’Antonio De Noceto, ambassadeur du pape auprès de Louis XI, adresse au duc de Milan, de Vienne, le 10 mai 1463, évoque la crainte qu’éprouve le roi de voir Sforza faire amitié avec Philippe de Savoie, comte de Bresse, « lo quale è in mala gratia del re per li excessi facti in casa de lo Illustrissimo duca di Savoia suo patre… » Plus bas, on lit que le roi :

«ha deliberato di dare Savona a vostra illustrissima Signoria senza alcuno premio in caso che la intelligentia se fazi fra sua maiestà e vostra illustrissima Signoria. Vero è che quanto al facto de Savona tuto el consiglio se gli è opposto : nientedimeno a la partita mia lo re era fermo in questo proposito».

  • 35 La lettre de Noceto est dans Dépêches…, op. cit., 1, p. 269-273.
  • 36 Voir notamment Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 83.
  • 37 Ibid., p. 76 : « vorrebbe che egli si degnasse di concedergli Savona et inoltre permettergli di po (...)
  • 38 Ibid., p. 77. ASMi, Sforzesco, 271, cité dans Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 181.

21Noceto écrit à Francesco Sforza que le roi est prêt à lui donner Savone contre son alliance et contre sa renonciation de sa part à lui, Francesco Sforza, au soutien apporté à Philippe de Savoie35. Les 27 et 28 mai 1463, Francesco Sforza envoie en France Emanuele di Iacopo36. Ses instructions lui imposent de suggérer à Louis XI de donner Savone au duc de Milan37, puis Cosimo de’ Medici lui souffle de réclamer aussi Gênes38.

  • 39 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 84.
  • 40 Ibid., p. 85.

22À la mi-juillet, Emanuele rentre en Italie39, avec d’excellents résultats. On envisage même désormais d’obtenir Asti, à condition que l’on trouve un accord avec le duc d’Orléans (contre de l’argent, donc). Emanuele repart en France le 17 août40, puis, le 27 août, un autre ambassadeur le rejoint en France : Alberico Maletta. Tout cela semble trop beau pour être vrai : Maletta doit vérifier sur place si le roi est bien sérieux, « per fare prova se gli effetti corrispondono alle parole che ha dette il re, cioè circa la confermazione della lega e i patti di Savona e Genova ».

23On voit que le duc décide d’accepter la proposition royale. Le 26 août 1463, dans ses instructions à Alberico Maletta, son ambassadeur auprès du roi de France qui part le lendemain, la question est évoquée en des termes un peu changés :

  • 41 Voir Dépêches…, op. cit., 1, p. 420-421. La lettre d’instruction est publiée aussi dans Sorbelli, (...)

«Circa il fato de Genua et de Savona siamo contenti di aceptarli cum tuto el suo territorio et cum ogni suo dominio in feudo nobile et gentile per nuy et per li nostri desendenti [sic] et primogenito e como a vuy meglio parirà, obligandose nuy ad fare pace et guerra per tutto lo dicto stato, et per quello havere amici per amici et inimici per inimici, et fare quello che sia conveniente et condescente ad uno vero et fidele vassallo, exceptuando però sempre la liga de Italia per quanto siamo obligati ad quella, contro la quale obligatione non volerne essere ad fare, maxime per la dicta città de Genoa né per lo suo dominio41

24Il donne pour mission à l’ambassadeur de prêter le serment féodal au roi et de recevoir de lui le fief. Un intéressant post-scriptum rajouté dans cette lettre par Cicco Simonetta, le puissant secrétaire ducal, indique aussi que le duc souhaite en savoir davantage sur cette dignité remarquable, mais qu’il connaît si mal. Quelle est l’origine de la pairie, quelle est la considération dont ce titre permet de jouir, quelles sont les obligations qu’il entraîne ?

«Al facto de li pari de Franza vogliate bene et diligentemente intendere per quanto nuy saressimo obligati, acceptando nuy questa honoranza et dignità; et quello importa questa dignitade, et donde abbia origine; et in que grado, et que stima se ne fa al presente in nello regno de Franza et in la corte regale etc.»

  • 42 Nous devons ces remarques à Élodie Lecuppre-Desjardin, que nous remercions.

25Le duc fait bien de se renseigner : cette institution singulière, honorifique assurément, vaut aussi soumission au roi de France, dans une certaine mesure – ne sait-on pas que, à peu près à la même époque, le duc de Bretagne refusa d’être pair de France, tandis que le duc de Bourgogne, qui, lui, l’était indéniablement, se sentait comme prisonnier de ce statut, que lui rappelait volontiers la position dominante du roi42 ?

  • 43 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 96-97.
  • 44 Voir Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 176.

26Depuis l’été, ce projet de Louis XI et de Francesco Sforza est connu en France et en Italie. Il y suscite diverses rumeurs et des réactions contrastées – son avancée plaît en Savoie ; on sait aussi qu’elle cause la joie de Cosimo de’ Medici et des dirigeants de la république florentine, qui voient en elle une victoire de leur nouvel allié milanais et une bonne façon d’obtenir que le roi de France soit pacifique43. Mais le reste de l’Italie est mécontent. Papauté et Venise, en particulier, font savoir leur hostilité à ce dessein44.

27Tout s’éclaircit donc à l’automne 1463. Le 21 novembre, le duc écrit au roi :

  • 45 Dépêches…, op. cit., 1, p. 424. Voir aussi Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 220.

« Con grande apiaciere, christianissime Rex, ho recivato le littere della Maestà vostra et inteso quanto a bocha me ha dicto per parte dessa Emanuel de Jacob, mio famiglio, de tanta affectione, benignitate, liberalitate et clementia quala ha usata et usa verso de me in haverne concesso feudo et dominio de Zenoa et de Savona et de havere ordinate le littere et scripture opportune, etc.45. »

  • 46 Ibid., p. 96 : « La notizia della prossima cessione di Genova e Savona produsse un grande piacere (...)

28En décembre, un ambassadeur milanais, Diotisalvi, vient à Florence46. Quant à la liaison avec le roi, c’est Emanuele di Jacopo qui l’assure. Il est arrivé à Paris le 5 septembre. L’accord est prêt dès la mi-septembre, mais il n’est publié que fin décembre : ce délai de quatre mois tient aux oppositions à cet accord. Nous avons évoqué celle qu’il rencontre en Italie ; en France, Louis XI encourt le reproche selon lequel il serait en train d’abandonner les Angevins d’Italie et de faire renoncer les Orléans à Asti. Les ambassadeurs évoquent les très vives luttes à la cour pour faire échouer cet accord.

  • 47 Carteggio degli oratori mantovani alla Corte sforzesca (1450-1500), F. Leverotti (dir.), 5, 1463, (...)
  • 48 Voir Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, 1464-1465, M.-N. Covini (éd.), Rome, Ministero per i b (...)

29Il reste que les nouvelles vont vite : le 15 décembre déjà, l’ambassadeur des Gonzague en poste à Milan, Vincenzo Della Scalona, écrit à Barbara de Brandebourg que l’on commence à dire, en ville, que le duc va recevoir Gênes47. Mais la confirmation de ce qui se produit le 22 décembre n’arrivera à Milan qu’en janvier48.

  • 49 Dépêches…, op. cit., 1, p. 338.
  • 50 Maletta évoque la chose comme datant de la veille dans une lettre donnée à Abbeville le 22 (voir A (...)
  • 51 Voir le texte du traité dans Dispatches…, op. cit., 2, Athens, Ohio University Press, 1971, p. 455 (...)

30Le 20 décembre, d’Abbeville, Alberico Maletta écrit en des termes clairs : l’investiture féodale est désormais préparée, les documents (les « écritures ») sont rédigés, et l’événement est imminent49. Enfin, à Nouvion, le 21 ou plus certainement le 22 décembre 146350, Alberico Maletta, le diplomate déjà évoqué, reçoit bien du roi de France, Louis XI, l’investiture féodale de Gênes et Savone, en même temps qu’est renouvelée l’alliance militaire conclue par le traité de Genappe d’octobre 1460 entre Louis XI, qui n’était encore que dauphin, et le duc de Milan51. La concession en fief, effectuée au moyen d’une cérémonie féodale véritable, en présence d’une assistance nombreuse, nous est accessible par le récit qu’en fait un ambassadeur dans une lettre et par la charte d’investiture même. Voici la notification qu’adresse Maletta à son maître :

  • 52 Voir Dépêches…, op. cit., 1, p. 346-347 (simple notification de l’investiture). L’ensemble des piè (...)

«heri, circa el mezo dì, in la terra de Nivione diocesis Ambianensis, presso a le fine ultime de Picardia, el nostro serenissimo e christianissimo signore re de Franza a laude e gloria del excelso Dio e de la sua gloriosissima madre e a vostra grande letitia et exaltatione me investì iure feudi nobilis de la cità de Genua e de Savona e de tuti loro territorii e dominii terresti [sic] e maritimi in nome de la excellentia vostra e de la Illustrissima madona mia e de li vostri incliti e comuni figloli [sic]52».

  • 53 Dépêches…, op. cit., 1, p. 347-356, qui détaille le déroulement de la cérémonie, l’ambassadeur vou (...)

31L’investiture nous est accessible également par le récit que fait d’elle Maletta dans une autre lettre, plus détaillée53. Solennelle et rédigée comme de juste en latin, la charte nous permet d’imaginer le récipiendaire agenouillé, la main sur les évangiles :

  • 54 Le document est publié dans divers ouvrages, comme Corps universel diplomatique du droit des gens… (...)

«prefatos inclitos Franciscum Forciam Mediolani ducem et Blancham Mariam ducissa, ejus consortem, et eorum procuratoriis nominibus, clarissimum Juris iutriusque doctorem, comitem et militem, Albricum Malletam, ipsorum consiliarium et mandatarium […], predictis nominibus recipientem, jure feudi recti, gentilis, antiqui et paterni, per nos et successores nostros investimus, ita ut alter alteri succedat, et ipsis consortibus in feudum predictum damus et concedimus pro ipsis et eorum legitimis filiis et heredibus et successoribus suis ex eis legitime descendentibus [...], urbes nostras Janue et Savone, cum omnibus earum et quibuslibet earum juribus, jurisdictionibusque54».

  • 55 Simonetta G., Rerum gestarum Francisci Sfortiae Commentarii, G. Soranzo (éd.), Rerum Italicarum Sc (...)
  • 56 Corio B., Storia di Milano di Bernardino Corio, A. Morisi Guerra (éd.), 2, Turin, UTET, 1978, p. 1 (...)
  • 57 Giustiniani A., Castigatissimi annali, con la loro copiosa tavola, della eccelsa et illustrissima (...)

32Les sources narratives se font l’écho de cette investiture : on trouve chez Giovanni Simonetta une description, ramassée mais allant à l’essentiel (« Savona a rege ultro sit Francisco heredibusque suis dono concessa et quaecumque essent in Genuenses regi iura in eundem translata… »), ainsi que l’évocation des préparatifs et de l’envoi d’ambassadeurs, qui sont nommément désignés55. Bernardino Corio évoque l’événement, insistant lui aussi sur les tractations en amont et sur le soin mis par Sforza à sauvegarder les engagements contractés envers la Ligue italique, il est vrai mise à mal par un tel événement56. Côté génois, Agostino Giustiniani, pas plus critique que cela, évoque l’affaire de façon originale, insistant sur la dimension fiscale de la décision royale et parlant de droits déjà détenus par la France, sans remettre en cause leur légitimité ni évoquer le moins du monde ceux de l’empereur (le roi « volendo liberarsi da quella si rinconciliò col Duca Francesco, et donò a lui et a i suoi heredi Sauona, et transferì in lui tutte le ragioni che la corona di Francia haueua in Genoa et nel distretto57 »).

Conséquences et justifications de l’investiture

33Cette décision s’inscrit dans la durée – jusqu’aux années 1470 en tout cas. Il s’agit alors de publier et de faire accepter sans délai la concession ; et il s’agit pour nous ici de comprendre ce qui la motive et comment on la justifie.

34Précisons d’emblée que la concession, importante, ne sera toutefois pas suivie de celle d’Asti. De Nouvion, le 23 décembre, le roi écrit au duc de Milan pour lui dire qu’il ne peut lui céder le comté d’Asti en raison des droits du duc d’Orléans sur ce pays :

« se la chose se fust aussi bien en notre disposicion comme celle de Gennes et de Saonne, nous en eussions desja fait convenable conclusion. Mais, comme vous savez, elle est en main tierce, par quoy ne se peut pas prendre telle fin, ne si tost que bien le vouldrions ».

35Le lendemain, c’est à l’archevêque de Gênes que, d’Abbeville, il adresse une lettre, pour l’informer de la cession de Gênes. On sent son désir de marquer la légitimité de cette investiture, en prenant pour ainsi dire l’archevêque à témoin :

  • 58 Lettres de Louis XI, roi de France, 2, 1461-1465, J. Vaesen (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1885 (...)

«Non dubitamus vobis perspectum et notorium esse jamdudum urbem illam nostram Janue, cum universo ejus dominio et territorio, pleno et omnimodo jure, cum avito et paterno, tum ex universi illius populi suffragiis ac frequenti et expresso consensu, ad nos spectare et pertinere58

36L’objectif est de faire connaître l’investiture, sans doute, mais aussi d’en rendre indiscutable le caractère légal et légitime aux yeux des acteurs régionaux.

37Dans une lettre à Alberico Maletta écrite à Milan le 29 janvier 1464, le duc exprime encore sa gratitude pour la concession, la joie qu’elle lui cause, qui paraît réelle : il y assure qu’il est si heureux qu’il n’a pu écrire tout de suite (« veramente siamo occupati de tanta allegreza et jucundità et gaudio, che non se siamo saputo adaptare ad fare risposta fin al dì de hoggi ») et juge que c’est là assurément un cadeau du ciel :

«parendo ad ogniuno (como è il vero) questi essere doni et gratie dati da Dio per la perpetua et indissolubile unione nostro con quello serenissimo signore re et tranquillità et quiete et riposo et stabilimento de questo nostro stato et de nostri descendenti».

  • 59 Voir ASMi, Registri ducali, 4, f° 34 v° et 35 r°, et Dépêches…, op. cit., 1, p. 447 et 449. La con (...)
  • 60 Voir Sorbelli, Francesco…, p. 248-252 (ratification du fief) et p. 254-259 (ratification de l’acco (...)

38Il mentionne le fait que ce fief et cette alliance ont été ratifiés (« La ratificatione del dicto feudo et liga nuy l’havemo facta, et così la Illustrissima Madona Biancha59… »). On sait en effet que Francesco Sforza et Bianca Maria ont rédigé deux documents de ratification identiques pour l’investiture, le 25 janvier 1464 à Milan, et de la même manière deux documents identiques pour ratifier l’accord60. On voit que, pour Milan, la concession du fief et l’établissement d’une alliance vont de pair. Le duc exprime sa gratitude immense, et s’offre

«largamente nuy et nostro stato et figlioli et ogni nostra facultà ad ogni suo piacere et commando, de laquale essa Maestà ha et pò disponere como de quelle cose che sono più sue».

  • 61 Il est « riconosciuto come signore sovrano per via dell’infeudazione, nel 1464, di Genova e Savona(...)
  • 62 Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, écrit p. 334-335 que, « lors de la brouille momentanée entre L (...)
  • 63 Sur cette phase de l’histoire politique de la ville, voir Musso, « “El stato”… », art. cité.
  • 64 Voir Lettres de Louis XI…, op. cit., p. 159-161 et 166-177. La chose est évoquée par Catalano, « L (...)
  • 65 Voir par exemple ASMi, Registri ducali, f° 26-34.
  • 66 Voir Somaini F., « La ricerca della legittimità », dans Comuni e signorie nell’Italia settentriona (...)

39Le roi est ainsi reconnu comme seigneur souverain61, capable à l’occasion de punir son vassal62, tandis que s’ouvre à Gênes une nouvelle phase de domination des Sforza63. Une volée de lettres (en italien) données par Louis XI se charge aussitôt d’informer les puissances italiennes (Venise, Florence, les Este, etc.)64 ; de même, Francesco Sforza informe ses correspondants de ce fait glorieux65, lui qui, dans sa quête de légitimité, veut renforcer sa position par des reconnaissances « internationales66 ».

  • 67 Voir le récit très détaillé de l’ensemble de ces événements dans Giustiniani, Castigatissimi…, op. (...)
  • 68 Voir Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 188.
  • 69 La cérémonie a lieu à Abbeville : voir la lettre donnée à Abbeville, le 25 janvier 1467, par laque (...)
  • 70 Cronica gestorum in partibus Lombardie et reliquis Italiae 1476-1482, G. Bonazzi (éd.), Rerum Ital (...)
  • 71 Voir Fubini R., « I rapporti diplomatici tra Milano e Borgogna con particolare riguardo all’allean (...)

40Le doge de Gênes renacle. Mais, non sans montrer ses muscles, le camp sforzesque s’impose67 : Savone est occupée le 6 février 1464, avec 400 fantassins menés par Corrado Fogliano et Donato Da Milano68. Les « sforzesques » font leur entrée à Gênes le 13 avril 1464 et prennent la forteresse le 1er juin. Cette idée d’une seigneurie éminente française est maintenue durant quelques années ; quand meurt Francesco Sforza, en 1466, son fils Galeazzo Maria prête hommage et reçoit le fief (le 25 janvier 1467)69, et cette pratique se poursuit plus tard encore, en 1478, comme si véritablement ce qui est désigné par l’auteur de la Cronica gestorum in partibus Lombardie comme le « duché de Gênes et de Savone70 » appartenait désormais pleinement au roi de France, sinon au royaume de France. Au début de l’année 1476, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire projeta d’organiser une croisade et de se faire nommer par le pape empereur d’Orient. Pour remercier Galeazzo Maria Sforza de lui avoir accordé passage et escorte, il l’aurait fait roi de Lombardie et duc de Gênes71.

  • 72 Une lettre d’Alberico Maletta au duc, d’Abbeville, le 23 novembre 1463, révèle que Louis XI juge F (...)
  • 73 Voir à ce propos ibid., p. 404 : Ziliolo Oldoino écrit au duc le 28 juin 1463, et note incidemment (...)

41Ce projet de faire le duc de Milan roi est important : il fait écho à divers passages des lettres des ambassadeurs milanais évoquant la proposition faite par Louis XI de poser une couronne sur la tête du duc (Francesco en l’occurrence)72. Cela compte pour notre affaire : s’il s’agit de le couronner une fois que le roi lui-même, Louis XI, serait devenu empereur73, les choses rentrent dans l’ordre en termes de souveraineté spatiale formelle, et l’investiture de 1463, qui paraît à la limite de la légalité, peut être considérée comme une simple anticipation, comme l’instauration d’un état de fait, provisoire mais que légitimera bien vite l’accession du roi à la dignité impériale – qui, bien sûr, n’eut jamais lieu. D’ailleurs, une lettre de Ziuliolo Oldoino au duc de Milan, de Chambéry, le 30 juin 1463, révèle que Philippe de Savoie est lucide sur les projets de Louis XI. Il déclare en effet à Oldoino :

  • 74 Dépêches…, op. cit., 1, p. 412.

«Ve aviso che lo prefato re non intende ad altro s’el poterà cha farse imperatore et signorezare in Ytalia74.»

  • 75 Voir Musso, « Lo stato… », art. cité, p. 49.
  • 76 Sur l’inclusion dans l’Empire encore à une époque tardive, voir Schnettger M., « Libertà e imperia (...)
  • 77 Montagnini C. I. (Münsterer F. B. von), Mémoire touchant la supériorité impériale sur les villes d (...)

42Louis XI veut « se faire empereur et “seigneuriser” en Italie » : la formule paraît forte – et exacte. En 1482, le doge Battistino Fregoso est accusé de vouloir obtenir Gênes de l’empereur en fief, avec le titre de vicaire impérial75 : preuve qu’il en est encore pour croire que cet espace est tenu du roi ; preuve aussi que les droits impériaux ne sont nullement oubliés76. Ils ne le seront d’ailleurs jamais : contre une certaine historiographie tendant bien vite à considérer comme caduque la présence impériale en Italie du Nord, il faut préciser que, jusqu’à la fin de l’époque moderne, on trouve des auteurs pour défendre la pleine validité des droits impériaux sur Gênes. Dans son Mémoire touchant la supériorité impériale sur les villes de Gênes et de S. Remo, ainsi que sur toute la Ligurie – œuvre dont le seul titre montre qu’elle est d’un suppôt des droits impériaux –, l’auteur, qui qu’il soit (Carlo Ignazio Montagnini plus probablement que Franz Benno von Münsterer), écrit ainsi que, encore en 1507, quand le peuple de Gênes rejette la menace d’une domination française, « les Génois s’adressent à Maximilien I [sic] comme à leur Suprême Seigneur » ; et celui-ci fait valoir « que Gênes est terre de l’Empire77 » ; et il utilise ces arguments pour affirmer que la supériorité impériale est formellement intacte encore en 1768.

  • 78 Carteggio degli oratori…, op. cit., 5, lettre 305, p. 481 : « In Ast se dice publicamente ch’el re (...)

43Comment justifia-t-on l’investiture féodale, et quelles en étaient les motivations ? La réponse ne va pas de soi – Vincenzo Della Scalona, un contemporain, fin analyste des événements, avoue ainsi, le 22 décembre 1463 (le jour même de la concession, mais il ne le sait pas), qu’il comprend mal l’intérêt que prendrait le roi à une telle concession (il ne peut croire à la rumeur de la concession tant qu’il ne comprend pas « quel fruit en échange en retire le roi78 »). Il nous paraît pourtant clair que le roi y trouve son intérêt – nous allons dire comment. Quant au duc, c’est plus évident encore.

44Pour justifier son acceptation, ce dernier charge ses ambassadeurs de dire qu’on lui a imposé l’acceptation des villes, ou qu’il ne les a reçues que pour sauver la paix en Italie ; il écrit ainsi, dans les instructions à Giorgio Annoni qu’il envoie parler avec le doge à Gênes, le 19 janvier 1464 :

  • 79 Publié dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 240-241 et cité ici p. 186.

« lo havemo facto per lo bon stato, quiete et pace de Italia, per evitare li scandali, inonvenienti et perturbatione che sarebaro venute seguite se nuy non havessemo acceptato questo partito et che certamente non l’havimo facto per ambitione et ellacione [ = la superbe] né desyderio de dominio de Zenoa79 ».

  • 80 ASMi, Registri delle Missive, 67, f° 33 r°.

45Le duc écrit la même chose dans une lettre à Luigi Campofregoso, où il expose les raisons pour lesquelles il a accepté la concession par le roi de France : non pour accroître son dominio, car ce dernier est assez vaste, mais pour l’équilibre de son État, et celui de l’Italie, et pour le bien des Génois80. Ces protestations soigneusement exposées ne révèlent-elles pas qu’il s’agit là d’une décision dont il doit se justifier ? La lettre ducale commence par rappeler que Luigi Campofregoso prétend s’être réjoui de la concession par le roi. Puis elle assure que c’est à raison qu’il s’en réjouit, et que tous les Génois doivent s’en réjouir, et elle trouve des justifications « géopolitiques » à cette décision :

«perché quello habiamo facto nuy non l’havemo facto per desiderio, né per cupidità de dominio che per Dio gratia ne havemmo tanto ch’el ci bastaria ; ma l’havemo facto per dar riposso principalmente ad quella vostra patria zenovese ; et anche perch’el riposso d’essa patria ha pure ad essere el riposso pace et tranquillità de questo nostro stato de Lombardia ; et per consequente de tuta Italia. Sì che ne siamo mosti ad farlo per questo».

  • 81 Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, cit., lettre 52, p. 157-158 : Vincenzo Della Scalona écrit (...)

46On voit même affleurer l’idée que cette concession est bonne pour la croisade, la lutte contre « le Turc », objectif qui, quoiqu’il reste pour l’heure parfaitement imaginaire, est incroyablement présent dans toutes les missives diplomatiques de ce temps81.

  • 82 Nous devons l’expression à Jean-Marie Moeglin, que nous remercions.
  • 83 On ne peut évoquer ici les centaines de travaux s’inscrivant dans ce courant ; évoquons seulement (...)
  • 84 Dépêches…, op. cit., 1, p. 351. Dans cet ordre d’idées, on peut soutenir que la concession en fief (...)

47La vérité est bien sûr plus complexe ; si Sforza reçoit Gênes et Savone, c’est aussi parce que cela permet à Louis XI de ne pas devoir s’impliquer davantage en Italie en faveur de Jean d’Anjou. C’est donc (et le caractère pesant de la domination royale comparée à la domination impériale n’y change rien) une bonne opération pour le roi, qui trouve cette solution de fortune qu’est la concession en fief, qu’on pourrait presque qualifier d’acte de faiblesse82. Le roi réussit à faire son vassal de celui qui était le plus puissant prince de la péninsule : à un échelon et dans un contexte différent, cela n’est pas sans rappeler à l’historien de l’Italie ce qui est désormais bien établi à propos de la féodalité du bas Moyen Âge, à savoir, pour le dire vite, que le fief n’est pas une limite mais, au contraire, un moyen de l’« État de la Renaissance » qui, faute de pouvoir encore contrôler directement le territoire, développe cette forme médiée de contrôle83. Le roi donne en fief une chose qu’il n’avait pas, et c’est à celui qui l’a prise qu’il l’a donne (on songe à la phrase populaire, « on ne peut donner que ce que l’on a », que l’on trouve d’ailleurs à peu de choses près chez Thomas d’Aquin, qui écrit dans son commentaire des Sentences de Pierre Lombard : « Non enim dare possumus nisi quod in potestate habemus. ») La constitution d’un territoire frontalier soumis à son autorité présente donc un intérêt stratégique pour Louis XI, qui ne s’en cache d’ailleurs pas : dans une lettre du 25 décembre 1463, l’ambassadeur rapporte que le roi lui a dit « che’l voleva che’l vostro stato gli fusse uno revelino al regname di Franza84 » (« il voulait que votre État fût un rempart pour le royaume de France ») ! Voilà qui est clair.

  • 85 Publiée dans Dépêches…, op. cit., 2, p. 12-21.

48Quelques mots maintenant sur les bases juridiques de l’affaire. On voit qu’affleure la perception du caractère problématique sur le plan du droit, en raison de la souveraineté impériale. Une bribe de la lettre de Maletta du 16 février 1464, très chiffrée, éclaire ce point. L’ambassadeur milanais en France y évoque Asti comme « terra del imperio85 ». Il observe qu’une concession d’Asti au pape ne serait pas respectée par les Milanais : étant « terre d’Empire », l’Astesan ne peut être transféré à l’Eglise. Voilà qui importe pour nous, car cela est révélateur de conceptions au fond assez abouties de la souveraineté territoriale et de la possibilité ou non de transférer un territoire d’un espace à un autre. « On a plus d’estomac contre l’Église à Milan qu’en France », ajoute-t-il pour expliquer ce point de vue :

  • 86 Ibid., p. 16.

«Da poy, retrovandome a ragionare cum el re de Franza, me dise se io haveva scrito a la Vostra Signoria che scrivesti al papa del fato de Ast? Dise de sì. Respose che haveva fato bene, perché uno avisato vale doy, e tanto che monsignor de Orliens staga in questa speranza, non ne faria altro. Gli dise che quando ben el papa havesse quella cità, non gli haveresemo quello reguardo che havemo adeso per reverentia de la Maestà sua, essendo terra del Imperio, e stata de casa nostra, e la qualle debitamente non se pò trasnferire in la Ghesia. Dise che era vero, maxime perché nuy altri havemo meglior stomacho contra la Ghesia, che loro Francesi86

  • 87 En 1396, la ville est comme transférée au roi mais « on devait faire réserve des droits et honneur (...)
  • 88 Sur l’épisode, raconté notamment par Primat, voir Jones, Eclipse…, op. cit., p. 283-284. Le roi re (...)

49Cette affaire de Gênes peut être conçue comme une atteinte à la souveraineté impériale : sans doute la ville s’était-elle déjà donnée au roi de France, mais pas au point que celui-ci pût ensuite la donner en fief à qui bon lui semblait. De plus, en 1396, lors de la cession initiale consentie par le doge Antoniotto Adorno à Charles VI, les droits impériaux avaient été théoriquement maintenus87. Ils sont ici, sinon formellement abolis, du moins absents. Qu’une ville se donne à un seigneur arrive couramment : c’est la « dédition » – tout à fait de la même manière que Milan elle-même avait pu, au XIIIe siècle, s’offrir en seigneurie au roi de France Philippe III, qui, de retour de la croisade fatale à Louis IX, passait par là88. Mais les choses sont changées, puisque les événements des années 1460 font bien plutôt penser à une véritable inclusion de Gênes dans le royaume, tandis que Philippe III, s’il avait accepté, eût été roi de France et, par ailleurs, seigneur de Milan, sans que Milan devînt terre de France.

  • 89 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 185-192, Charles VII accepte le don par les Génois de leur vill (...)
  • 90 On trouve même une « reservatio » ad hoc, du 22 décembre 1463, dans Dépêches…, op. cit., 1, p. 443 (...)
  • 91 Sur ces aspects, voir Lévy, « Gênes au XVe siècle… », art. cité, p. 79.
  • 92 Dépêches…, op. cit., 2, p. 54.

50Mais, dira-t-on : si Gênes, s’étant « donnée » au roi, pouvait légitimement être par celui-ci concédée en fief à qui lui semble, au duc de Milan par exemple ? La donation à Charles VII n’est-elle pas bien récente, et bien connue89 ? Pourrait-on plaider que ce que tient le roi, il ne le tient qu’en souverain éminent, car il « ne tient de nullui, fors de Dieu et de lui » (Établissements de saint Louis), ou bien, dit autrement, parce qu’il « ne tient que de Dieu et de son épée » (Charles Loyseau) ? La réponse est non : Gênes n’est pas si libre qu’elle puisse s’arracher à l’Empire. Les autonomies obtenues de haute lutte, au XIIe siècle, préalables à l’épanouissement de la civilisation communale italienne, ne permettaient pas de se couper d’un espace pour s’inclure dans un autre, mais seulement, et c’était bien sûr considérable, de se ménager dans cet espace (impérial) une remarquable marge d’autonomie. Il y a donc là un fait nouveau. Et l’on doit se résoudre à observer que ce fait demeure dans le vague, sur le plan de la « réserve » des droits de l’empereur – tandis que la « réserve » des droits de la Ligue italique, elle, est l’objet des soins constants de Sforza90. Par opposition au temps lointain où Charles VI se disait « roi de France, seigneur de Gênes », le roi de France envisage désormais l’inclusion, du moins implicitement puisqu’il considère les Génois comme ses « sujets91 ». Mais, étrangement, on apprend d’une lettre adressée par Alberico Maletta au duc le 7 avril 1464 que Louis XI ne pense pas véritablement l’inclusion de la région dans son royaume comme abolissant toute différence : selon le monarque, en effet, il n’est plus convenable qu’un Français possède un domaine en Italie maintenant que le duc de Milan y tient (de lui, le roi) Gênes et Savone (« non se faceva per Francesi havere dominio in Italia, maxime al duc d’Orliens, havendo la Signoria Vostra Savona et Genua come l’haverà92 »). Cette idée qui renvoie à une forme de convenance et à la perception d’un espace culturel que serait l’Italie n’a peut-être pas une signification politique forte ; elle mérite toutefois d’être rappelée.

51On a évoqué plus haut les missives où s’exprimait une gêne face à cette décision inouïe de « sortir de l’empire » (Otto Del Carreto qui parlait de « levarsi da lo imperio », le duc craignant de « prejudicare al Imperio »). Une lettre plus tardive et écrite par un homme qui, agissant comme ambassadeur de son maître Ludovico Gonzaga auprès du duc de Milan, n’est pas partie prenante de l’affaire exprime les mêmes doutes. Le 11 mai 1464, Vincenzo Della Scalona, que nous avons déjà évoqué, évoque la question de la légalité de l’investiture française :

  • 93 Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, lettre 143, de Vincenzo Della Scalona à Ludovico Gonzaga, l (...)

« E da l’altra parte ho saputo essere posto a capo per li intelligenti disputandossi sopra la natura de questo capitulo, che cum sit che’l re de ragione non habia jurisdictione in Zenova, la quale immediate è sottoposta al Imperio, non è da fare poco caso che questo illustrissimo signore [le duc], ché è subdito dello Imperio per el stato che’l ha, debba consentire de obligare Zenova alla corona de Franza, et cussì preiudicare al drito del Imperio93. »

  • 94 Voir sur ce point Greppi E., « Il diritto internazionale di fronte alle scoperte di nuove terre ne (...)

52Ainsi donc les hommes « intelligents » discutent sur la nature de cette donation : on sait que le roi ne détient pas véritablement la juridiction sur Gênes, qui est « soumise immédiatement à l’Empire » ; de surcroît, en reconnaissant qu’il tient Gênes du roi, le duc, qui est sujet de l’empereur, lèse le droit impérial (« preiudicare al drito del Imperio » ici, à rapprocher bien sûr de « prejudicare al Imperio » qu’on a cité plus haut). Voilà qui est clair, et qui révèle des conceptions assez nettes, sinon partagées, de la souveraineté territoriale : signalons du reste que, à la même époque – et donc bien avant le droit international d’Hugo Grotius –, se forme une conception juridique nouvelle des territoires, à mesure qu’on envisage l’extension occidentale outremer94 : sans que l’on puisse assurer que des transferts ont lieu, la similitude observée paraît frappante.

  • 95 Cusin, « Le relazioni… », art. cité, p. 74, qui renvoie à une lettre d’Otto Del Carreto au duc, de (...)
  • 96 Ibid., p. 76-77 : « lo Sforza conosce il vantaggio di dichiararsi vassallo puramente nominale dell (...)
  • 97 Gilli, Au miroir… op. cit., p. 557, note 10.

53Présentons pour finir les conséquences et la portée de cette investiture. Les rumeurs les plus diverses courent, comme celle selon laquelle le roi va faire Sforza roi d’Italie95. L’empereur s’inquiète, et se met alors à considérer l’opportunité de concéder l’investiture ducale à Sforza et de nouer une alliance matrimoniale avec lui : voilà qui est nouveau, et qui invite à faire une interprétation plus complexe. Serait-ce une sorte d’habile chantage de la part de Sforza ? C’est du moins la preuve que le jeu monarchique français offre aux ducs de Milan la possibilité de proférer une menace contre l’empereur, comme un moyen de négocier avec ce référent dont ils ne s’éloignent en fait jamais beaucoup. En 1468, Galeazzo Maria Sforza épouse Bonne de Savoie, la belle-sœur du roi de France (en 1451, Louis XI avait épousé sa sœur Charlotte de Savoie). Mais Francesco Sforza ne se soumet pas féodalement au roi, dont il doit savoir que la domination serait autrement moins théorique que celle de l’empereur96. Un temps, Francesco Sforza pensa demander son investiture ducale (milanaise) au roi de France et non à l’empereur97, mais il n’en fit rien. C’est là une preuve de la marge de manœuvre importante dont disposent en fait les acteurs politiques, une preuve tout aussi importante que notre affaire génoise, mais hélas beaucoup moins documentée qu’elle. Sans aller jusqu’à parler d’un véritable chantage, défendons l’idée que l’invocation des intérêts de l’Empire est devenue une ressource rhétorique et argumentaire parmi d’autres, que l’on peut tantôt mobiliser (quand on veut refuser une remise en cause des frontières) et tantôt mettre de côté. Les acteurs politiques majeurs peuvent jouer la carte de la légitimité impériale ou au contraire la taire complètement quand cela leur convient.

Conclusion

  • 98 Ce qui renvoie à des situations politiques différentes : ainsi qu’on le lit dans Moeglin, L’empire (...)
  • 99 Jansen, « Fines… », art. cité, p. 217-218.

54On sait le respect des limites entre royaume et Empire plus fort dans le Nord (Saône, Meuse) que dans le Midi (Rhône)98 : voilà qui est confirmé. C’est particulièrement sensible en Ligurie, où diverses déditions et une tradition de présence française remontant au XIVe siècle légitiment, aux yeux mêmes des Italiens, un certain interventionnisme français. Il y a bien érosion, mais de façon voilée, sans « réforme » de la souveraineté. On a pu écrire que « la distinction traditionnelle entre le comté de Provence, terre d’Empire, et les terres du Royaume à l’ouest du Rhône devenait politiquement obsolète99 ». Ces cas nous permettent d’appréhender le fonctionnement de l’annexion au bas Moyen Âge et nous font toucher les limites de la fiction politique d’un ordre ancien (les « quatre rivières ») qui voudrait que le royaume de France s’arrête au Rhône.

  • 100 L’expression est dans une lettre écrite le 10 mai 1463 à Gênes par le Milanais Biagio Gradi (ASMi, (...)
  • 101 Le terme, passé dans l’usage pour le Dauphiné, est utilisé dans le vocabulaire français du temps ( (...)

55Sans doute devrait-on dire aussi que ce qui compte et continue de compter, c’est la situation locale, c’est l’état réel des forces : donner Gênes à qui l’on souhaite est une chose, l’autre versant de l’enquête devrait porter sur « ce qui s’est réellement passé », poser la question de savoir qui tient la ville, et quelle y est la puissance réelle des Français et de la « factione francesca100 ». Mais notre étude, portant sur les conceptions politiques de la souveraineté, se limite délibérément à la dimension formelle de la domination. On voit là peut-être un cas limite, un événement à la charnière entre l’ordre médiéval et la formation du « système des États ». Dans le bouillonnement de la formation de ce système où existent des entités politiques qui sont désormais définies territorialement, le bref passage de Gênes côté royaume fut imaginé et même effectué, mais il échoua, au sens où l’insertion dans la souveraineté royale ne dura pas et où l’investiture n’effectua pas le passage réel (le « transport101 ») de la Ligurie en France. Mais on note le chemin parcouru depuis les débuts du XIVe siècle et la fin de l’époque capétienne, où les progrès aux dépens de l’Empire ne visaient qu’à consolider le contrôle royal sur des territoires considérés comme français : Louis XI va plus loin. Le bas Moyen Âge est l’époque d’une érosion continue des frontières immémoriales ; elle n’alla pas jusqu’à Gênes, mais il s’en fallut de peu que ce « possible » de l’histoire ne prît consistance. La voie devait s’ouvrir à l’affranchissement, à l’époque moderne, à l’égard de l’ordre politique et des frontières du Moyen Âge.

Notes

1 Sur le concept de Lombardie, par exemple, voir Andenna G., « Il concetto geografico-politico di Lombardia nel Medioevo », Vita e pensiero, 79, 10, 1996, p. 653-668, repris dans Comuni e signorie nell’Italia settentrionale : la Lombardia (G. Galasso [dir.], Storia d’Italia, 6), Turin, UTET, 1998, p. 3-20 et dans Antonielli L. et Chittolini G. (dir.), Storia della Lombardia, 1, Dalle origini al Seicento, Rome/Bari, Laterza, 2003, p. 81-97. Sans doute cependant existe-t-il plus d’études sur les « confins » que sur les frontières « internationales ». Voir par exemple Guglielmotti P. (dir.), Distinguere, separare, condividere : confini nella campagne dell’Italia medievale, Reti Medievali – Rivista, 7, 2006, 1, http://fermi.univr.it/rm/rivista/2006-1.htm.

2 Cette domination des Sforza à Gênes cesse en 1478.

3 En particulier, à l’Archivio di Stato di Milano (dorénavant ASMi) : Sforzesco, 416, 417 et 528 ; Registri delle Missive, 64 et 67 ; et Registri ducali, 4. Diverses publications existent : voir en particulier les pièces contenues dans Sorbelli A., Francesco Sforza a Genova, 1458-1466. Saggio sulla politica italiana di Luigi XI, Bologne, N. Zanichelli, 1901 ; Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, B. de Mandrot et C. Samaran (éd.), Paris, H. Laurens, 1916-1923, 4 vol. ; et Dispatches with Related Documents of Milanese Ambassadors in France and Burgundy, 1450-1483, P.-M. Kendall et V. Ilardi (éd.), Athens, Ohio University Press, 1970-1971, et Dekalb, Northern Illinois University Press, 1981, 3 vol.

4 Voir Dauphant L., Le royaume des quatre rivières : l’espace politique français, 1380-1515, Seyssel, Champ Vallon, 2012. Sur la frontière française, voir notamment Guenée B., « Des limites féodales aux frontières politiques », P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, La Nation, 2, Paris, Gallimard, 1986, p. 11-33, particulièrement p. 18-19. Sur la frontière entre Regnum et Imperium, Moeglin J.-M., L’empire et le royaume : entre indifférence et fascination, 1214-1500, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, « 1. Deux pays, une frontière », p. 17-41. Concernant la volonté française de contrôler la partie de l’Empire sise entre Rhône et Alpes, voir encore Cognasso F., « L’influsso francese nello stato sabaudo durante la minorità di Amedeo VIII », Mélanges de l’École française de Rome, 35, 1915, p. 257-326. Voir aussi, sur l’effort séculaire des rois capétiens avant la guerre de Cent Ans pour s’étendre aux dépens de l’Empire, les observations nuancées de Jones C., Eclipse of Empire ? Perceptions of the Western Empire and its Rulers in Late-Medieval France, Turnhout, Brepols, 2007, notamment le chapitre vii, « Limits », qui souligne qu’il ne s’est jamais agi, pour les rois, que de consolider le contrôle royal sur des alleux et des fiefs considérés comme français. Il faut surtout renvoyer aux observations critiques à l’égard d’une conception « annexionniste » de la politique française formulées depuis quelques années dans des rencontres consacrées à ces questions (notamment à l’occasion du septième centenaire de la « réunion » de Lyon à la France en 1312). Il est question abondamment de ce courant historiographique dans le présent volume (voir notamment l’introduction, les contributions d’Anne Lemonde-Santamaria et de Georg Jostkleigrewe et les conclusions de Jean-Marie Moeglin). Voir aussi Moeglin J.-M., « Französische Ausdehnungspolitik am Ende des Mittelalters : Mythos oder Wirklichkeit », F. Fuchs, P.-J. Heinig et J. Schwarz (dir.), König, Fürsten und Reich im 15. Jahrhundert, Cologne/Weimar/Vienne, Böhlau, 2009, p. 349-374 ; et Id., « La frontière comme enjeu politique à la fin du XIIIe siècle. Une description de la frontière du Regnum et de l’Imperium au début des années 1280 », N. Bock, G. Jostkleigrewe et B. Walter (dir.), Faktum und Konstrukt. Politische Grenzziehungen im Mittelalter : Verdichtung – Symbolisierung – Reflexion, Münster, Rhema, 2011, p. 203-220.

5 Que le Var sépare les deux espaces est bien connu. Voir sur ce point Jansen P., « Fines Italiae : identification et appartenance des territoires frontaliers dans l’Italie du Nord-Ouest », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations (colloque de Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 209-228, et Nordman D., Frontières de France. De l’espace au territoire : XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 110 (qui renvoie à la Géographie ancienne de Jean-Baptiste D’Anville) ; mais, à la p. 112, l’auteur cite un autre auteur de l’époque moderne pour qui ce sont les Alpes.

6 Lettre familière à Giovanni Colonna, citée par Jansen, « Fines… », art. cité, p. 212.

7 Cité ibid., p. 214.

8 Gilles Le Bouvier, dit le Héraut Berry, Le livre de la description des pays…, E.-T. Hamy (éd.), Paris, E. Leroux, 1908.

9 Ibid., p. 55 : « cellui païs du Daulphiné est à l’esné filz du roy de France. Et s’estant son païs depuis Lion jusques près d’Avignon, qui est la largeur, et depuis Avignon jusque à Susse qui a cinq journées de long et trois de large » ; p. 56 : « le païs des Itallies commence à une cité nommée Susse [sic] en Piémont et dure jusques à la pointe de Calabre » ; enfin, p. 59 : « Puis y est au long de la mer le païs de Jennes, qui dure depuis Provence jusques à Pise, et a huit journées de long, et y a sept cités. »

10 Voir notamment, dans une bibliographie extraordinairement riche, Guenée, « Des limites… », art. cité., ou Berend N., « Preface », D. Abulafia et N. Berend (dir.), Medieval frontiers. Concepts and practices, Aldershot et Burlington, Ashgate, 2002, p. x-xv, p. xiii.

11 Flavio Biondo, Roma ristaurata, et Italia illustrata, Venise, M. Tramezzino, 1542 (édition consultée; mais il existe une édition récente: Italia illustrata, I, P. Pontari [éd.], Rome, Istituto storico italiano per il Medioevo, 2011).

12 Biondo, Roma…, op. cit., f° 68 r° : « Hor dunque la Liguria si stende in lungo dal fiume Varo a la foce del fiume Macra » ; pour Biondo, les Terres neuves ne seraient alors qu’une possession savoyarde prélevée sur la Ligurie historique.

13 Ibid., f° 69 r°.

14 Gilli P., Au miroir de l’humanisme. Les représentations de la France dans la culture savante italienne à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1997, p. 2-3.

15 La citation vient, semble-t-il, du codex Leicester de Léonard, aux fo 4 ro et 36 ro (voir Léonard de Vinci, Il codice di Leonardo da Vinci della biblioteca di lord Leicester in Holkham Hall, G. Calvi [éd.], Milan, L. F. Cogliati, 1909) ; elle est citée par l’éditeur d’Azario P., De statu Canapicii liber, F. Cognasso (éd.), Rerum Italicarum Scriptores, 2e édition, 16, 4, Bologne, N. Zanichelli, 1925-1939, p. 179-197, p. 184, note 5.

16 Merci à Henri Bresc de nous avoir signalé cet épisode instructif. Voir Mireur F., « Procession d’actions de grâces à Brignoles (Var) en l’honneur de la délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc (1429). Communication faite au congrès des sociétés savantes à la Sorbonne (avril 1893) », Bulletin historique et philologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1893, 2, p. 175-178 (publié isolément, Draguignan, impr. de C. et A. Latil, 1894), qui s’appuie sur les archives communales de Brignoles (CC, Comptes des trésoriers municipaux de 1419-1437, f° 128 v°) pour souligner justement « l’impression que les nouvelles extraordinaires de France causèrent en Provence ».

17 Sur ces aspects, nous nous permettons de renvoyer à Savy P., « Pouvoir seigneurial et modèle monarchique français (Milan, XIVe-XVe siècles) », A. Lemonde et I. Taddei (dir.), Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle) [colloque de Rome, 16-17 avril 2009], Rome, École française de Rome, 2013, p. 187-208 ; le présent texte poursuit et développe certains aspects présents dans ce texte publié en 2013, si bien qu’il y a un certain nombre de passages communs aux deux textes.

18 Paris, Bibliothèque nationale de France, Ital. 1585. Le document est publié partiellement dans Buser B., Die Beziehungen der Mediceer zu Frankreich wärhend der Jahre 1434-1494 in ihrem Zusammenhang mit den allgemeinen Verhältnissen Italiens, Leipzig, Duncker und Humblot, 1879, p. 372-374. « Havuta Italia li parerà meritare la corona del Imperio et la vorano o per uno modo o per un’altro et quella havuta non li parerà obstare cosa alcuna perché non habiano etiam il papato a loro comando et il transferiscano in Avinione. » Voir aussi Gilli, Au miroir…, op. cit., p. 241-242.

19 Cité dans Margaroli P., Diplomazia e stati rinascimentali. Le ambascerie sforzesche fino alla conclusione della Lega italica (1450-1455), Florence, La Nuova Italia, 1992, p. 249, et repris par Gilli, Au miroir…, op. cit., p. 237-243, p. 240.

20 Les choses sont complexes : dans le même temps, le jeune roi veut affirmer son autorité à l’intérieur du royaume, et doit donc se détacher un peu des projets de politique européenne (il renonce à la Catalogne ; voir Catalano F., « La nuova signoria : Francesco Sforza », dans L’Età sforzesca dal 1450 al 1500 [Storia di Milano, 7], Milan, Fondazione Treccani degli Alfieri, 1956, p. 1-224, p. 177-178 – signalons dès à présent, sur l’affaire dont il est question ici, les p. 182-183 de ce volume). Voir aussi, dans le présent volume, la contribution de Stéphane Péquignot. La littérature concernant les relations franco-milanaises est riche ; voir Mandrot B. de, « Introduction historique », dans Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, 2, B. de Mandrot (éd.), Paris, H. Laurens, 1919, p. ix-xxxiv ; Natale A. R., « La lega italica e gli inizii della lotta di Francesco Sforza contro l’egemonia di Luigi XI in Italia », Atti e memorie del primo congresso storico lombardo (colloque de Côme et Varese, 21-23 mai 1936), Milan, Cordani, 1937, p. 399-407 ; Ilardi V., « The Italian League, Francesco Sforza and Charles VII (1454-1461) », Studies in the Renaissance, 6, 1959, p. 129-166 ; Id., « France and Milan : the Uneasy Alliance, 1452-1466 », Gli Sforza a Milano e in Lombardia e i loro rapporti con gli Stati italiani ed europei (1450-1535) [colloque de Milan, 18-21 mai 1981], Milan, Cisalpino-Goliardica, 1982, p. 415-447 ; Fubini R., « The Italian League and the Policy of the Balance of Power at the Accession of Lorenzo de’ Medici », The Journal of Modern History, 67 (« The Origins of the State in Italy, 1300-1600 »), 1995, p. 166-199 ; Id., « Milano tra Francia e Impero. Situazione interna, dipendenze estere (secoli XIV-XVI) », L. Arcangeli (dir.), Milano e Luigi XII. Ricerche sul primo dominio francese in Lombardia (1499-1512), Milan, F. Angeli, 2002, p. 143-146. L’œuvre de référence sur ces questions demeure Sorbelli, Francesco…, op. cit., qui publie bien des lettres conservées dans le fonds « Sforzesco » des archives d’État (Archivio di Stato) de Milan et à la Bibliothèque nationale de France (ms. Ital. 1589). Sur le cadre général, voir Storia di Milano, 6, Il ducato visconteo e la Repubblica ambrosiana, 1392-1450, Milan, Fondazione Treccani degli Alfieri, 1955, p. 157-166.

21 On note parfois quelque flottement dans la date : mais c’est bien en en 1463 que les choses se passent. Lévy F., « “L’universelle araigne” : Louis XI, Gênes, Milan et la Savoie dans la crise de 1474-1476 », Études savoisiennes, 13-14, 2004-2005, p. 69-92, date ainsi l’investiture féodale du 22 décembre 1464.

22 Il existe sur cette affaire, en plus de Sorbelli, Francesco…, op. cit., deux articles de valeur : Musso R., « “El stato nostro de Zenoa”. Aspetti istituzionali della prima dominazione sforzesca su Genova (1464-1478) », Serta antiqua et mediaevalia, 5, Società e istituzioni del medioevo ligure, Rome, G. Bretschneider, 2001, p. 199-236 (voir aussi Id., « Lo stato “cappellazzo”. Genova tra Adorni e Fregosi [1436-1464] », Studi di storia medioevale e di diplomatica, 17, 1998, p. 223-288) ; et Lévy F., « Gênes, ville de France ? Aspects juridiques de la domination française à Gênes », Atti della società ligure di storia patria, 47, 2007, p. 329-356. Voir aussi Id., « Gênes au XVe siècle, dominations étrangères et esprit civique », M. Schnettger et C. Taviani (dir.), Libertà e dominio. Il sistema politico genovese : le relazioni esterne e il controllo del territorio, Rome, Viella, 2011, p. 55-88 ; et, récemment, Lévy F., La monarchie et la commune. Les relations entre Gênes et la France, 1396-1512, Rome, École française de Rome, 2014.

23 Sur ce point, voir les observations de Shaw C., « Genoa », A. Gamberini et I. Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 220-236. À la différence de villes comme Milan ou Venise, Gênes n’a pas « son » histoire massive, en plusieurs volumes. Voir Puncuh D. (dir.), Storia di Genova. Mediterraneo, Europa, Atlantico, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2003, et en français Graziani A.-M., Histoire de Gênes, Paris, Fayard, 2009 (particulièrement le chapitre xiv, « La “période la plus troublée de l’histoire génoise” », p. 281-298 ; p. 287-288 sur nos événements).

24 Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, p. 329, fait le point clairement : de 1396 à 1409, de 1458 à 1461, de 1499 à 1512, de 1515 à 1522, enfin en 1527-1528.

25 Sur cette période, voir Shaw C., « Principles and Practice in the Civic Government of Fifteenth-Century Genoa », Renaissance Quarterly, 58, 2005, p. 45-90 (qui porte sur la période 1435-1464), et Ead., « The French Signoria over Genoa, 1458-1461 », Schnettger et Taviani (dir.), Libertà…, op. cit., p. 39-44.

26 Ilardi, « France… », art. cité, p. 433, souligne qu’en 1461 Louis XI a proposé à Sforza l’échange « of the Duke’s status as vassal of the Empire for that of a peer of France ». Fubini, « Milano… », art. cité, évoque, p. 145, « la corte di Francia che non fa mistero della mira di sostituirsi all’Impero nell’alta sovranità feudale, fino a proporre agli Sforza (vincolati dal patto obliquo della concessione in feudo di Genova e Savona) lo status di pari di Francia ». Il est aussi question dans Id., « L’età delle congiure: i rapporti tra Firenze e Milano dal tempo di Piero a quello di Lorenzo de’ Medici (1464-1478) », S. Bertelli, N. Rubinstein et C.-H. Smyth (dir.), Florence and Milan: Comparisons and Relations, Florence, La Nuova Italia, 1989, 2, p. 189-216, repris dans Fubini R., Italia quattrocentesca. Politica e diplomazia nell’età di Lorenzo il Magnifico, Milan, F. Angeli, 1994, p. 220-252 [édition consultée], p. 235-236, d’« un importante documento del 1461 » qui « rivela la segreta intenzione di Luigi XI di elevare il duca di Milano a pari di Francia sottraendolo alla dipendenza imperiale: vale a dire farne un principato vassallo, non diversamente, poniamo, se pur a vario titolo, della Bretagna o della Savoia ».

27 Voir Dauvillier J., « L’union réelle de Gênes et du Royaume de France aux XIVe, XVe et XVIe siècles », Annales de la Faculté de Droit d’Aix, 43, 1950, p. 81-112, en particulier p. 107 : Louis XI cède la ville, ses droits sur elle et sur tout le territoire à Francesco Sforza. « Ce n’était pas une cession pure et simple : il conservait sur toutes ces terres le domaine direct et les concédait en fief au duc et à la duchesse Blanche Marie, ainsi qu’à leurs successeurs, à charge de foi et hommage. » Pour un superiorem non recognoscens comme le roi, on imagine que cette position est lourde de conflits et de complexités juridiques.

28 Cusin F., « Le relazioni tra l’impero e il ducato di Milano dalla pace di Lodi alla morte di Francesco Sforza », Archivio storico lombardo, 65, 1938, p. 3-110 et 63-64.

29 Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, 1, B. de Mandrot et C. Samaran (éd.), Paris, H. Laurens, 1916, p. 378.

30 Ibid., p. 383-384. Voir aussi Cusin, « Le relazioni… », art. cité, p. 64.

31 Dépêches…, op. cit., 1, p. 108.

32 Ibid.

33 À Tommaso Da Rieti, Pietro Pusterla et Lorenzo Da Pesaro, de Milan (ibid., p. 371).

34 Ibid., p. 383-384 (et dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 110-111).

35 La lettre de Noceto est dans Dépêches…, op. cit., 1, p. 269-273.

36 Voir notamment Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 83.

37 Ibid., p. 76 : « vorrebbe che egli si degnasse di concedergli Savona et inoltre permettergli di potere impadronirsi di Genova ». Voir les instructions à Emanuele Da Jacopo, le 27 mai 1463 (ibid., p. 206 ou Dépêches…, op. cit., 1, p. 390), où le duc signifie son accord pour la concession (« diray ala Maestà soa che sempre saremo apparechiati fare ogni intelligentia con essa soa Maestà che gli parerà et piacerà, et cossì acceptaremo Savona […]. Et possa ché soa Maestà se digna darci Savona cossì liberamente, havendola in soe mane et possenza como ha, se digni ancora essere contenta che, possendo nuy havere Zenoa per quale honesta via et voluntà de quelli che la tengano, la possiamo tore… ») Suit toutefois l’expression d’une ferme volonté de pouvoir respecter les engagements pris dans le cadre de la Ligue italique.

38 Ibid., p. 77. ASMi, Sforzesco, 271, cité dans Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 181.

39 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 84.

40 Ibid., p. 85.

41 Voir Dépêches…, op. cit., 1, p. 420-421. La lettre d’instruction est publiée aussi dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 209-213.

42 Nous devons ces remarques à Élodie Lecuppre-Desjardin, que nous remercions.

43 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 96-97.

44 Voir Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 176.

45 Dépêches…, op. cit., 1, p. 424. Voir aussi Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 220.

46 Ibid., p. 96 : « La notizia della prossima cessione di Genova e Savona produsse un grande piacere in Cosimo il quale disse che questa era la totale salvezza del duca di Milano e quindi di Firenze… »

47 Carteggio degli oratori mantovani alla Corte sforzesca (1450-1500), F. Leverotti (dir.), 5, 1463, M. Folin (éd.), Rome, Ministero per i beni e le attività culturali, 2003, lettre 296, p. 470 : « per questà cità [Milan] se comenza a dire che questo illustrissimo signore è per havere Zenova, [ch’el] re de Franza n’è contento et cussì lo arcivescovo ge la darà, et ch’el re darà etiam Ast per el parentado se fa – et non si parla que parentado el sia altramente ».

48 Voir Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, 1464-1465, M.-N. Covini (éd.), Rome, Ministero per i beni e le attività culturali, 2001, lettres 13-17. Dans la lettre 13 (de Milan, le 17 janvier 1464), Vincenzo Della Scalona informe son maître de ce qui s’est passé en France (voir p. 89) ; il tient les informations de la bouche de la duchesse elle-même, qu’il cite longuement. Voir surtout la lettre 16 (de Milan, le 19 janvier 1464), du même au même, qui repose sur les déclarations faites à l’ambassadeur par le duc de Milan (voir p. 94).

49 Dépêches…, op. cit., 1, p. 338.

50 Maletta évoque la chose comme datant de la veille dans une lettre donnée à Abbeville le 22 (voir ASMi, Registri ducali, 4, f° 14 v°). Mais la date du 22 est très souvent attestée.

51 Voir le texte du traité dans Dispatches…, op. cit., 2, Athens, Ohio University Press, 1971, p. 455-474. Sur ce traité, voir encore Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 183.

52 Voir Dépêches…, op. cit., 1, p. 346-347 (simple notification de l’investiture). L’ensemble des pièces est publié dans Sorbelli, Francesco…, op. cit. On lit dans Cusin, « Le relazioni… », art. cité, p. 72 : « Con quest’atto Francesco compie però una grave lesione del diritto imperiale. » Les mêmes mots à peu près p. 73. On voit que l’historiographie gibeline voit d’un mauvais œil cette « grave atteinte » au droit impérial. Voir aussi Storia di Milano, 6, op. cit., p. 182-183, et, sur l’investiture féodale française en particulier, les deux études détaillées citées supra : Musso, « “El stato”… », art. cité., qui envisage aussi, dans son premier point (1. « … est la dite ville de Gennes ung fief du Roy de France… »), la question qui nous intéresse ici, mais insiste sur le fait que, depuis 1396, « Genova era, giuridicamente, un possesso dei re di Francia, in virtù della cessione fatta in quel anno dal doge Antoniotto Adorno a Carlo VI di Valois » et laisse entièrement de côté la question de l’empereur et donc, au fond, celle de la possibilité d’une telle cession ; et Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, qui écrit p. 333 : « Louis XI abandonna la Ligurie au duc de Milan, non pas comme une simple renonciation, mais bien en tant que fief dont il restait le seigneur imminent [sic]. Les termes du traité du 22 décembre 1463 étaient clairs. Le roi, pour l’affection qu’il portait au duc et à la duchesse de Milan et afin de conserver la paix en Italie, accordait le fief de Gênes et de Savone ainsi que toutes leurs juridictions à Francesco Sforza et Bianca Maria Visconti, ainsi qu’à leurs successeurs et héritiers. En tant que seigneur, il gardait cependant la haute main sur le fief concédé et se réservait le droit d’y intervenir directement. »

53 Dépêches…, op. cit., 1, p. 347-356, qui détaille le déroulement de la cérémonie, l’ambassadeur voulant s’agenouiller tête nue mais le roi refusant, lui disant de se lever et de se couvrir la tête, lui tenant ensuite les mains, etc.

54 Le document est publié dans divers ouvrages, comme Corps universel diplomatique du droit des gens…, J. Dumont (éd.), Amsterdam, P. Brunel, R. et G. Wetstein, les Janssons Waesberge, et L’Honoré et Châtelain, et La Haye, chez P. Husson et Charles Levier, 1726, p. 293-296, ou Ordonnances des rois de France de la troisième race…, 16, Contenant les ordonnances rendues depuis le mois de juin 1463 jusqu’au mois de juin 1467, E. de Pastoret (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1814, p. 146-149. Voir aussi Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 228-235.

55 Simonetta G., Rerum gestarum Francisci Sfortiae Commentarii, G. Soranzo (éd.), Rerum Italicarum Scriptores, 2e édition, 21, 2, Bologne, N. Zanichelli, 1934, p. 468-469. Voir aussi p. 512 dans le « Compendio » en italien.

56 Corio B., Storia di Milano di Bernardino Corio, A. Morisi Guerra (éd.), 2, Turin, UTET, 1978, p. 1366-1367. Sur la Ligue, et sur les conséquences néfastes de l’investiture de 1463 sur elle, voir Ilardi, « The Italian… », art. cité, et Fubini, « The Italian… », art. cité.

57 Giustiniani A., Castigatissimi annali, con la loro copiosa tavola, della eccelsa et illustrissima Republi. di Genoa…, Gênes, per A. Bellon, 1537, livre 5, c. CCXVIII, G-H.

58 Lettres de Louis XI, roi de France, 2, 1461-1465, J. Vaesen (éd.), Paris, Librairie Renouard, 1885, p. 170 et 173-174.

59 Voir ASMi, Registri ducali, 4, f° 34 v° et 35 r°, et Dépêches…, op. cit., 1, p. 447 et 449. La confirmation de l’alliance entre la France et Milan, le 22 décembre 1463, est aux p. 440-443.

60 Voir Sorbelli, Francesco…, p. 248-252 (ratification du fief) et p. 254-259 (ratification de l’accord).

61 Il est « riconosciuto come signore sovrano per via dell’infeudazione, nel 1464, di Genova e Savona » (Fubini R., « La congiura dei Pazzi : radici politico-sociali e ragioni di un fallimento », B. Toscani [dir.], Lorenzo de’ Medici. New perspectives [colloque de New York, 30 avril-2 mai 1992], New York, P. Lang, 1993, p. 219-247, repris dans Fubini, Italia…, op. cit., p. 87-106, particulièrement p. 102). Voir aussi Id., « Lega Italica e “politica dell’equilibrio” all’avento di Lorenzo de’ Medici al potere », G. Chittolini, A. Molho et P. Schiera (dir.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, Il Mulino, 1994, p. 51-96, repris dans Fubini, Italia…, op. cit., p. 185-219, particulièrement p. 208.

62 Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, écrit p. 334-335 que, « lors de la brouille momentanée entre Louis XI et Galeazzo Maria Sforza entre 1474 et 1476, le roi de France n’hésita pas ainsi à relever le duc de Milan de son fief, et encourager la sédition à Gênes en rappelant que les Génois étaient “suoi boni et amati subiecti” ».

63 Sur cette phase de l’histoire politique de la ville, voir Musso, « “El stato”… », art. cité.

64 Voir Lettres de Louis XI…, op. cit., p. 159-161 et 166-177. La chose est évoquée par Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 183 (voir les renvois bibliographiques).

65 Voir par exemple ASMi, Registri ducali, f° 26-34.

66 Voir Somaini F., « La ricerca della legittimità », dans Comuni e signorie nell’Italia settentrionale : la Lombardia, Turin, UTET, 1998 (G. Galasso [dir.], Storia d’Italia, 6), p. 710-728 et 727, qui évoque « dei riconoscimenti “internazionali” ». Sur la question de la légitimité, voir en outre Cusin F., « I rapporti tra la Lombardia e l’Impero dalla morte di Francesco Sforza all’avvento di Lodovico il Moro (1466-1480) », Annali della Regia Università degli studi economici e commerciali di Trieste, 6, 1934, p. 213-322 ; Id., « L’impero e la successione degli Sforza ai Visconti », Archivio storico lombardo, 63, 1936, p. 3-116 ; Bueno de Mesquita D.-M., « The Sforza Prince and his State », P. Denley et C. Elam (dir.), Florence and Italy. Renaissance Studies in Honour of Nicolai Rubinstein, Londres, Westfield College, 1988, p. 161-172 et 162-163 ; et Savy P., « Remarques sur le pouvoir et la société politique dans le duché de Milan au XVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 115, 2, 2003, p. 987-1019, particulièrement p. 994 et 998-999.

67 Voir le récit très détaillé de l’ensemble de ces événements dans Giustiniani, Castigatissimi…, op. cit., c. CCXVIII-CCXXII. Comme nous l’avons dit supra, l’auteur porte sur la domination sforzesque un regard très favorable – mais on note, dans son texte même et dans les discours qu’il transcrit (ceux des ambassadeurs génois et du duc de Milan), l’absence de référence aux droits de l’Empire et même à la présence française.

68 Voir Catalano, « La nuova… », art. cité, p. 188.

69 La cérémonie a lieu à Abbeville : voir la lettre donnée à Abbeville, le 25 janvier 1467, par laquelle Louis XI confirme le fief à Galeazzo Maria Sforza (dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 308-310), et la lettre donnée à Chartres le 5 novembre 1467 où Louis XI déclare que le fief doit aller à Galeazzo Maria Sforza avec sa mère Bianca Maria (ibid., p. 310-313). Dans Lévy, « “L’universelle”… », art. cité, on lit que le roi « restait le seigneur éminent [de Gênes], et les ducs de Milan lui devaient faire hommage à chaque changement de souveraineté ».

70 Cronica gestorum in partibus Lombardie et reliquis Italiae 1476-1482, G. Bonazzi (éd.), Rerum Italicarum Scriptores, 2e édition, 22, 3, Città di Castello, S. Lapi, 1904-1910, p. 30 : « Postea de mense septembris dicti anni 1478 serenissimus rex Francie confirmavit illustrissimum dominum ducem Mediolani in ducatu Janue et Savone, quas ab eo tenebat in feudo, ac denuo confirmavit ligam com [sic] statu Mediolani. »

71 Voir Fubini R., « I rapporti diplomatici tra Milano e Borgogna con particolare riguardo all’alleanza del 1475-1476 », Milano e Borgogna. Due stati principeschi tra Medioevo e Rinascimento (colloque de Milan, 1er-3 octobre 1987), Rome, M. Bulzoni, 1990, p. 95-114 (publié aussi dans Nuova rivista storica, 72, 1988, p. 23-46), repris dans Fubini, Italia…, op. cit., p. 327-350 [édition consultée], p. 345.

72 Une lettre d’Alberico Maletta au duc, d’Abbeville, le 23 novembre 1463, révèle que Louis XI juge Francesco Sforza digne de porter la couronne et l’appelle « seigneur sérénissime ». On lit dans Dépêches…, op. cit., 1, p. 324 : « E poy intra in grandissime commendatione de la S. V., dicendo che da ducento anni in qua non fu signore che meritase meglio corona de vuy. » Un mois plus tard, le 21 décembre, le même Alberico Maletta et Emanuele Da Jacopo écrivent au duc, d’Abbeville, et relatent que Louis XI parle encore de couronner Francesco Sforza (ibid., p. 341-342 : « ancora ve meteria una corona in testa »).

73 Voir à ce propos ibid., p. 404 : Ziliolo Oldoino écrit au duc le 28 juin 1463, et note incidemment « cercha etiamdio più oltra, cioè de volerse fare Imperatore se lo puoterà ».

74 Dépêches…, op. cit., 1, p. 412.

75 Voir Musso, « Lo stato… », art. cité, p. 49.

76 Sur l’inclusion dans l’Empire encore à une époque tardive, voir Schnettger M., « Libertà e imperialità. La Repubblica di Genova e il Sacro Romano Impero nel tardo Cinquecento », Schnettger et Taviani (dir.), Libertà…, op. cit., p. 130-144 (particulièrement les p. 131-133 sur le bas Moyen Âge).

77 Montagnini C. I. (Münsterer F. B. von), Mémoire touchant la supériorité impériale sur les villes de Gênes et de S. Remo, ainsi que sur toute la Ligurie, 1, Ratisbonne, s. n., 1768, p. 166-169 (et, sur l’affaire de 1463-1464, voir les p. 146-147) ; les italiques ne sont pas de nous. L’œuvre fut traduite en italien l’année suivante. Sur cet auteur, voir Tigrino V., « Montagnini, Carlo Ignazio », Dizionario biografico degli Italiani, 75, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2011, p. 747-753, consultable sur www.treccani.it/enciclopedia/carlo-ignazio-montagnini_(Dizionario-Biografico)/. Sur les événements de 1507, voir aussi Giustiniani, Castigatissimi…, op. cit., livre 6, CCLX, et la lettre no 340 de Pierre Martyr d’Anguiera, dans Id. et Fernando del Pulgar, Opus epistolarum Petri Martyris…, Amsterdam, typis Elzevirianis, 1670, du 9 mai 1507, p. 189, où, à propos des Génois qui, pour finir, se sont soumis au roi, l’on lit : « Ita jugo Gallico subdiderunt colla Genuenses, non minus jam coronae Gallicae subjecti, quam Parisius aut Lugdunum. »

78 Carteggio degli oratori…, op. cit., 5, lettre 305, p. 481 : « In Ast se dice publicamente ch’el re de Franza dà quella terra in guberno a questo signore [ le duc de Milan], Savona et cavalli IIIm et fanti per tuore Zenova, se per altro modo non si poterà havere : non li posso prestare fede fin tanto non intenda que contracambio de fructo ne sia per havere il re. »

79 Publié dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 240-241 et cité ici p. 186.

80 ASMi, Registri delle Missive, 67, f° 33 r°.

81 Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, cit., lettre 52, p. 157-158 : Vincenzo Della Scalona écrit à Ludovico Gonzaga, de Milan, le l8 février 1464. Il lui expose « li rispecti perché sua signoria se era mossa, como desideroso de removere ogni umbra et obiecto per lo quale non potesse liberamente extendersi alla imprexa contro il Turco che saria potuto seguire quando non se fusse ben integrato cum la maestà del re de Franza, laudando questa dispositione de sua excellentia di volere assistere alla dicta imprexa ».

82 Nous devons l’expression à Jean-Marie Moeglin, que nous remercions.

83 On ne peut évoquer ici les centaines de travaux s’inscrivant dans ce courant ; évoquons seulement deux recueils d’articles d’une importance fondamentale, Chittolini G., La formazione dello Stato regionale e le istituzioni del contado. Secoli XIV e XV, Turin, G. Einaudi, 1979, rééd. Milan, Unicopli, 2005, et Id., Città, comunità e feudi negli stati dell’Italia centro-settentrionale (secoli XIV-XVI), Milan, Unicopli, 1996.

84 Dépêches…, op. cit., 1, p. 351. Dans cet ordre d’idées, on peut soutenir que la concession en fief permettait aux yeux du roi de sécuriser toute la région alpine, voire d’envisager de s’y étendre (on lit dans Fubini, « The Italian… », art. cité, p. 188, que « the acquisition of Genoa was a kind of pledge through wich the duke of Milan would guarantee the loyalty of the dukes of Savoy to the king of France »).

85 Publiée dans Dépêches…, op. cit., 2, p. 12-21.

86 Ibid., p. 16.

87 En 1396, la ville est comme transférée au roi mais « on devait faire réserve des droits et honneur du roi des Romains » ; Gênes reste « malgré tout ville d’Empire, fiction pratique qui masquait le désir d’autonomie des Génois » (Lévy, « Gênes, ville… », art. cité, p. 331).

88 Sur l’épisode, raconté notamment par Primat, voir Jones, Eclipse…, op. cit., p. 283-284. Le roi refusa pour ne pas importuner Charles d’Anjou, parce qu’il n’aurait pu contrôler vraiment cette région, et aussi parce qu’il savait « that the ultimate lordship of Milan lay with someone else, the emperor » (p. 284).

89 Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 185-192, Charles VII accepte le don par les Génois de leur ville le 25 juin 1458.

90 On trouve même une « reservatio » ad hoc, du 22 décembre 1463, dans Dépêches…, op. cit., 1, p. 443-446.

91 Sur ces aspects, voir Lévy, « Gênes au XVe siècle… », art. cité, p. 79.

92 Dépêches…, op. cit., 2, p. 54.

93 Carteggio degli oratori…, op. cit., 6, lettre 143, de Vincenzo Della Scalona à Ludovico Gonzaga, le 11 mai 1464, de Milan, p. 278.

94 Voir sur ce point Greppi E., « Il diritto internazionale di fronte alle scoperte di nuove terre nel XV secolo e ai problemi di sovranità », P. Canepa, G. Casartelli Colombo di Cuccaro et G. Ribaldone (dir.), Congresso internazionale colombiano Cristoforo Colombo. Il Piemonte e la scoperta del Venezuela (colloque de Turin, 27 mars 1999, et Cuccaro Monferrato, 28 mars 1999), Cuccaro Monferrato, Centro studi colombiani monferrini, 2001, p. 7-10.

95 Cusin, « Le relazioni… », art. cité, p. 74, qui renvoie à une lettre d’Otto Del Carreto au duc, de Rome, le 17 juin 1464.

96 Ibid., p. 76-77 : « lo Sforza conosce il vantaggio di dichiararsi vassallo puramente nominale dell’impotente imperatore, mentre, a ragione, teme una sudditanza che potrebbe divenire gravosa ». Dans une lettre au duc du 12 février 1466, Giorgio Annoni écrit qu’il pourrait élargir ses frontières grâce à l’aide de Ferdinand de Naples.

97 Gilli, Au miroir… op. cit., p. 557, note 10.

98 Ce qui renvoie à des situations politiques différentes : ainsi qu’on le lit dans Moeglin, L’empire…, op. cit., p. 25 : « Il faut distinguer la frontière entre le royaume de France et le royaume d’Allemagne », configuration politique consistante, « et la frontière entre le royaume de France et l’ancien royaume de Bourgogne-Provence où le roi de France était là le voisin d’une configuration politique qui n’avait plus, dès le XIIIe siècle, aucune consistance réelle et qui n’était désormais qu’un nom, même si ce nom a continué pendant quelque temps encore à signifier quelque chose ».

99 Jansen, « Fines… », art. cité, p. 217-218.

100 L’expression est dans une lettre écrite le 10 mai 1463 à Gênes par le Milanais Biagio Gradi (ASMi, Sforzesco, 416).

101 Le terme, passé dans l’usage pour le Dauphiné, est utilisé dans le vocabulaire français du temps (il est question dans Sorbelli, Francesco…, op. cit., p. 311 de « lectres de don et transport »). Voir dans le présent volume la contribution d’Anne Lemonde-Santamaria.

Auteur

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP, EA 3350). Il a notamment publié Seigneurs et condottières : les Dal Verme. Appartenances sociales, constructions étatiques et pratiques politiques dans l’Italie de la Renaissance (École française de Rome, 2013), et, avec Marco Gentile, Noblesse et États princiers en Italie et en France au XVe siècle (École française de Rome, 2009). Ses recherches portent principalement sur l’Italie du Nord à la fin du Moyen Âge (société politique, États, communautés juives).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540