Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

Annexions, conquêtes, héritages : réflexions sur la perception du complexe territorial bourguignon (xive-xve siècle)

Élodie Lecuppre-Desjardin

Texte intégral

  • 1 Calmet A., Histoire de Lorraine, t. VII, Nancy, Imp. de A. Lescure, 1757, Preuves, col. LXXXIII, n(...)

« … à l’aide de Dieu céans une notable maison ferez, aussi la ville ferez ragrandir, jusquez au guet de Tombelaine, j’ay volonté d’icy demeurer, et mes jours y parfiner. C’est le pays que plus desirois, je suis maintenant enmy mes pays, pour aller et pour venir ; icy tiendrai mon estat, car j’ay intencion que tous mes pays de Bourgongne, Brabant, Lembourg, Luxembourg, contez de Flandre, Hollande, Zellande, Namur, Arthois, Henau, de tous mesdis pays ferai tous mes officiers venir icy rendre comptes, et plusieurs de mes affaires en ce lieu ici ferai tous venir ; je vous admoneste que vous me soyez bons sujets et que de moi vous reprenez ; croyez au vrai que bon prince me trouverez, vous sçavez que je suis redoubté, j’ai la puissance de vous bien garder, car maintenant je suis entre Allemagne et France plus fort que devant, tous me craindront, ils cognoissent que je suis puissant1… »

  • 2 Voir la Chronique ou dialogue entre Joannes Lud et Chrétien, secrétaires de René II, duc de Lorrai (...)
  • 3 Commynes P. de, Mémoires, J. Blanchard (éd.), Genève, Droz, 2007, 2 vol. , t. I, livre IV, chap. x (...)
  • 4 Sur la construction idéologique bourguignonne, et la notion de Grande principauté, voir Lecuppre-D (...)

1C’est en ces termes que Charles le Téméraire s’adresse, le 18 décembre 1475, aux représentants des états de Lorraine, après avoir pris Nancy. Dans cette déclaration, on peut noter d’emblée, pour ce prince avide de conquêtes, le plaisir non dissimulé d’avoir enfin résolu le problème de l’éclatement d’un territoire2. Le duc, par l’expression de sa réussite, témoigne de sa satisfaction d’avoir surmonté une difficulté et atteste par là même le handicap que constitue en effet la fragmentation de son dominium. Chez lui, la perception géostratégique ne fait aucun doute et ce discours du prince confirme l’opinion de Commynes pour qui « l’emprise de Lorrayne » représentait aux yeux du duc de Bourgogne le seul moyen d’établir un « passage de Luxembourg en Bourgongne », afin que « toutes ses seigneuries joignissent ensemble3 ». Charles semble réfléchir comme s’il avait des cartes entre les mains et cet extrait du discours de Nancy introduit parfaitement la question de la mesure de l’espace et de la prise de conscience géopolitique dans cette Grande principauté bourguignonne, plus ou moins strictement bornée, en constante évolution, et difficilement rassemblée sous une même dénomination, une même symbolique, une même gouvernance4.

2Il est vrai que les tentatives d’ubiquité se heurtent inlassablement à cet éclatement de la principauté, à sa multipolarité, à cette accumulation de terres et de pays dont la liste impressionne autant qu’elle condamne à un éparpillement difficilement surmontable. En prenant la mesure de ce complexe territorial telle qu’elle est apparue dans la conscience des hommes de cette époque, je tenterai de montrer combien a prédominé la vision lignagère d’un espace de conquêtes sur celle d’un espace appréhendé comme le socle d’une communauté à rassembler. Avant d’aller plus loin, rappelons que le complexe territorial bourguignon, qualifié d’État par certains et que je préfère quant à moi dénommer « Grande principauté », n’a cessé de s’amplifier depuis le mariage de Philippe le Hardi avec Marguerite de Male en 1369 jusqu’à la mort du Téméraire en 1477. On pourrait citer dans le détail toutes les dates d’annexions et de conquêtes, cela ne semble pas très utile. Soulignons simplement que cette extension se fait par héritages, par achats, ou par conquêtes. L’enregistrement de cette montée en puissance et de cette expansion du territoire apparaît dans la titulature des ducs qui aboutit à une liste interminable souvent abrégée d’un etc. salvateur dans les documents officiels. La titulature la plus ample est celle avancée par Marie de Bourgogne dans le Grand Privilège accordée aux états révoltés au printemps 1477, à la suite de la mort du Téméraire :

«Marie, bi der gracie Gods hertoghinne van Bourgoignen, van Lothringen, van Brabant, van Lymborch, van Lucemborch ende van Gheldere, graefende van Vlaenderen, van Artois, van Bourgoignen palatine, van Henegauwe, van Hollant, van Zeelant, van Namen ende van Zuytphen, marcgraefende des Helichs Riicx, vrauwe van Vieslant, van Salins ende van Mechelen.»

« Marie, par la grâce de Dieu duchesse de Bourgogne, de Lotharingie, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre, comtesse de Flandre, d’Artois, comtesse palatine de Bourgogne, comtesse de Hainaut, de Hollande et de Zélande, de Namur et de Zutphen, margravine du Saint Empire, seigneur de Frise, de Salins et de Malines. »

3On remarquera que la titulature de la duchesse, héritée de son père ne fait pas écho à une réalité géographique, mais bien à une accumulation de dignités. Cette perception de l’espace exprime davantage un réflexe féodal qu’une culture géographique.

4La question qui se pose alors est de savoir quelles connaissances les ducs de Bourgogne et leurs sujets avaient-ils de leur espace de pouvoir et de vie, dans le cadre d’une dynamique territoriale qui, sur près d’un siècle, n’a cessé, au gré de toutes ses annexions et de toutes ses conquêtes de faire bouger les frontières. Si la dimension symbolique et la représentation idéelle de l’espace d’autorité des ducs de Bourgogne ne doivent pas être négligées pour aborder ces problématiques, je privilégierai cependant, dans le cadre de cette étude, l’appréhension de l’espace réel en traquant les mots, en isolant des situations caractéristiques, puis en repérant quelques représentations figurées qui permettent de mieux saisir cette perception de l’espace dans son contexte d’énonciation.

Des mots pour délimiter

5Que nous dit, en premier lieu, le vocabulaire des sources ? De nombreux exemples piochés dans les documents de la pratique montrent que la notion de limite était loin d’être floue dans l’esprit des contemporains. En voici quelques-uns qui permettent de se plonger dans la réalité perçue par ces hommes et ces femmes du XVe siècle.

  • 5 Anecdote extraite de Richard J., « Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la (...)
  • 6 AD Nord, B 1191/15862, p. 11 repris dans Cauchies J.-M., « Hola ! N’allons plus avant ! Cy fault l (...)
  • 7 Derville A., Enquêtes fiscales de la Flandre wallonne (1449-1559), t. I, Lille, Commission histori (...)
  • 8 Plancher U., Histoire générale et particulière de la Bourgogne, t. IV (Preuves), Dijon, A. de Fay, (...)

6Henriote de Vergey, dame de Fontaine-Française morte en 1427, d’après un témoin interrogé en 1452, s’exprimait de cette manière lorsqu’elle s’asseyait sous l’orme devant l’hôtel du maire de Galardon « oudit Fontaine5 » : « Je suis assise ou royaume, et quant je me dresse et metz mes pieds à terre, je suis ou conté de Bourgogne. » Un sergent royal français sur les bords de la Sensée entre pays d’Artois et Ostrevent en 1448, s’exclame : « Hola ! N’allons plus avant ! Cy fault le royaulme6 ! » Lors de l’enquête fiscale menée en Flandre Wallonne en 1449, un habitant d’Attiches se plaint que dans la paroisse un certain « Mahieu le Terrier qui est un homme riche a sa maison et demeure en l’empire et par ce ne voelt paier taille, combien que cellui qui y demouroit auparavant paioit taille7 ». En 1431, Philippe le Bon estime à « huit vingt lieues », soit 160 lieues, la bordure de ses pays de Bourgogne et de Charolais menacés par les soldats français8.

7On pourrait continuer longuement la liste des doléances, témoignages, réclamations, enquêtes qui, directement ou indirectement, livrent des indications sur les limites d’un territoire où « le pointillisme » domine. Entre énumération de titres, vue d’ensemble étirée de la Frise brumeuse jusqu’au Mâconnais inlassablement disputé, tâchons de saisir l’espace perçu du complexe territorial bourguignon.

  • 9 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. IV, Instruction pour (...)
  • 10 Ibid., p. lxx.

8La conséquence de l’appétit de terres et de seigneuries de la part des ducs de Bourgogne est une frontière extrêmement mouvante, ou plutôt l’existence d’un faisceau de frontières bien établies ou à défendre en fonction de la trame événementielle de la période. Le premier réflexe est d’aller voir du côté des textes officiels qui entérinent ces gains de territoires. Or, il faut admettre d’emblée que ces documents (chartes, ordonnances, lettres, mandements, etc.), ne donnent que peu de détails quant à la structure concrète des pays des ducs de Bourgogne. La terminologie n’est d’ailleurs pas fermement établie. Tantôt, il est question de « marches », comme dans les instructions données aux envoyés bourguignons en Angleterre qui doivent se plaindre des pertes subies par les sujets ducaux « tant es marches de Bourgogne que de Picardie9. » Tantôt, on parle de « frontières », quand, dans le même texte, on déplore la présence de milliers d’adversaires « en divers lieux sur les frontières d’iceulx pays de Bourgogne et de Charolais ». Tantôt, on évoque des « limites », dans la journée du même nom prévue entre les représentants des ducs de Savoie et de Bourgogne en septembre 142710.

  • 11 Molinet J., Chroniques, O. Jodogne (éd.), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1935-1037, 3 vol (...)

9Il faut se faire une raison, la démarcation est plus nébuleuse que linéaire, elle s’adapte aux mouvances, aux ressorts, et aux ambitions qui s’y déploient. Les pertes bourguignonnes à déplorer pour espérer une quelconque compensation entament une large bande de terre assimilable à une marche. La soldatesque menaçante s’égrène le long d’une ligne de front qui met en péril l’intégrité d’un pays, protégé par sa frontière. Et les efforts de pacification entre la Savoie et la Bourgogne passent par la fixation d’une limite qui permettra de déterminer les droits et les profits. Remarquons d’ailleurs au passage que le mot « frontière » apparaît rarement dans les chroniques, si ce n’est dans celle de Jean Molinet qui, pendant les guerres de Maximilien, évoque la frontière à défendre, à garder et fait de Saint-Omer, Aire-sur-la-Lys, Lille, Douai et Valencienne les « cinq villes sur frontière, de grande recommandation, en qui la lumière de fidélité ne fut jamais estaincte11. » Dans les traités qui établissent de nouveaux droits et des transports de territoires, la même inconsistance géographique domine. À l’occasion de l’union de Marguerite de Male et de Philippe le Hardi, la corbeille de mariage comprend le retour à la Flandre des châtellenies de Lille, Douai et Orchies. Le texte de Charles V évoque simplement la donation suivante :

  • 12 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. III, p. xxv-xxviii. L (...)

« Nous voeullans faire raison à nostredit cousin de sadite demande et nous acquitter en ce, avons baillé et donné, baillons et donnons pour lesdites dix mille livres de terres par la teneur de ces lettres en heritage perpetuel à nostredit cousin et à ses hoirs […] les villes, chasteaulx, chastellenies, appartenances et appendances de Lille, Douay et d’Orchies, avec les baillies, patronnages, hommaiges, seigneuries, noblesses, toutes justices, ventes, revenues, yssues, prouffits, emoluments, droictures12. »

10Lorsqu’il précise un éventuel retour des terres en l’absence d’héritiers mâles, une mention de type géographique apparaît :

« c’est assavoir les cinq milles livres de rente dedans nostre royaulme, entre la riviere de Somme et la comté de Flandres, en descendant jusques à la mer, et les autres dictes cinq mille livres de terre prez les comtez de Nevers ou de Retel ».

11Quand Jacqueline de Bavière doit se résoudre à céder ses terres à Philippe le Bon en 1433, le traité a recours à la synthèse :

  • 13 Traité conclu entre Philippe le Bon et Jacqueline de Bavière, par lequel cette princesse cède au d (...)

« donnons, cédons et transportons par don irrevocable fait entre vifz nuement, plainement et entierement a nostre avantdit frere le duc Phelippe de Bourgoingne et a ses hoirs legitimes procreéz de son corps toutes les seignouiries haultes, moyennes et basses, pays, bonnes villes, forteresses, offices et subgéz de noz contéz et pays de Haynnau, Hollande, Zeelande et de Frise, ensemble tous hommages, feaultéz, justices, franchises, libertéz13 ».

  • 14 Ibid., p. 92-93. Il est question entre autres du Pays de Voirne, de Reymerswale, des tonlieux de G (...)

12En revanche, la suite de l’ordonnance, dans laquelle Philippe donne en retour à la duchesse des terres pour subvenir à ses besoins, témoigne d’une bonne connaissance des différentes seigneuries qui composent les comtés cédés et donc de documents secondaires qui permettent d’étayer ces traités (il est question des pays de Voirne, de Gorinchem, de Reymerswale, des villes et forteresses de Leyderdam, etc.)14. Mais de nouveau, dans la foulée de cette nouvelle acquisition, le duc rétrocède à Jean, seigneur de Roubaix, la terre et la seigneurie d’Escaudœuvres (commune du Nord, près de Cambrai), sans que des lieux précis ne soient énumérés pour saisir les limites du territoire donné. Ce ne sont pas les éléments concrets qui font défaut, mais ces derniers dessinent davantage un paysage synonyme de droits et de profits qu’une entité géographique maîtrisée :

  • 15 Ibid., Don à Jean, seigneur de Roubaix, de la terre et seigneurie d’Escaudeuvres (Arras, 13 juin 1 (...)

« donnons, cédons et transportons a tenir en feaulté et hommaige les chastel ; forterece, villaige, terre, justice, haulteur, seignourie, appartenances et appendences d’Escauduevre ainsi que la chose se extend et peut comprendre, tant en fiefz, hommaiges, justice, bois, haies, buissons, sauchois, prèz, pastures, terres ahanables et autres, yaues, viviers, rivieres, avaines, chappons, cens, rentes, revenues, lois, droitures, amendes, explois, forfaitures, mortesmains, droiz seigneuriaulx15 ».

  • 16 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. IV, p. vi-vii.

13Le territoire s’affiche comme une somme de droits et lorsque le roi de France donne Roye et Montdidier au duc Philippe le 6 mai 1420, ce sont d’identiques mentions de privilèges et de bénéfices qui apparaissent16.

  • 17 Ibid., Partage daté du 24 juillet 1422, p. xxiii-xxiv.
  • 18 Ibid. Ordonnance pour la confection du terrier de Charolois (12 août 1427), p. lxxj.
  • 19 Voir les commentaires des modalités des cherches de feux bourguignonnes par Beck P., Archéologie d (...)
  • 20 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., Trêve du 8 septembre 143 (...)
  • 21 Ibid., p. cxliv.

14Par ailleurs, la lecture attentive des preuves collationnées par Urbain Plancher dans son Histoire particulière et générale de la Bourgogne laisse apparaître un espace qui ne prend forme concrète que lorsque des intérêts sont à défendre. Quand Philippe le Bon, en 1422, estime que, pour rendre une bonne justice aux habitants du bailliage d’Aval, il est nécessaire de le diviser en deux, il fait énumérer toutes les villes et châtellenies qui désormais relèvent du « bailliage d’Aval en nostredit conté de Bourgogne » et toutes celles qui appartiendront au bailliage de Dole nouvellement créé17. Au moment de revoir l’assiette de l’impôt en raison des guerres dans le conté de Charolais, l’enquête se doit d’être précise et Philippe le Bon exige en 1427 que tous « les tenementiers » déclarent bien au long « toutes les forests, bois, garennes, étangs, rivières, prez, hales, fours, moulins, bateurs, justices, fiefs, rières-fiefs et toutes autres heritages quelxconques qui lui compettent et appartien18 ». Mais le travail des enquêteurs qui, certes, se déplacent sur les lieux de leurs investigations, semble se limiter à un interrogatoire des contribuables, et non à une estimation de visu. Dans les cherches de feux bourguignonnes, comme dans l’enquête fiscale de 1449 en Flandre wallonne, les commissaires se sont « transportez en […] personnes en et par toutes les villes, ou en la plus grand partie d’icelle », menant l’enquête « d’huis en huis en tous lieux et hôtels dudit siège » ou fondant leur déclaration sur le serment « des plus notables personnes d’icelles villes19 ». Mais peu d’informations sont livrées sur les limites des circonscriptions. Dans un tout autre registre, les traités de trêves et d’abstinences de guerre entre le duc de Bourgogne et le roi de France dressent la liste des seigneuries et forteresses à épargner, sans toutefois en préciser les contours ou les assises20. Parfois, l’imaginaire géographique quitte les brumes de ces descriptions dénuées de tout repère pour s’attacher à un élément naturel qui permettra de stabiliser les limites, ou au contraire de les contester. Ainsi en est-il des rivières, éléments du paysage plus pérennes que les haies d’épines, les fossés ou les taillis. La Somme, lors de la journée de Nevers de février 1434, permet au roi de France de transporter et délaisser au duc de Bourgogne « toutes les cités, villes, terres et seigneuries appartenantes à la Couronne de France, et sur la rivière de Somme, d’un côté et d’autre21 ». La rivière ne sert pas de frontière entre le royaume et les terres ducales mais de liaison entre le comté de Ponthieu, Montreuil-sur-Mer, Doullens et Saint-Riquier. En revanche, la Saône est une zone de dispute permanente qui conduit, comme on le verra bientôt, les enquêteurs du prince et du roi à multiplier les visites sur place pour attester le bon droit de leur maître.

  • 22 Demotz B., « La frontière au Moyen Âge d’après l’exemple du comté de Savoie (déb. XIIIe-déb. XVe s (...)

15Cette courte réflexion, qu’il est inutile de nourrir d’exemples strictement répétitifs, corrobore les observations de Bernard Demotz qui, à propos des frontières de la Savoie, constatait lui aussi que « la source de renseignements la plus sûre est représentée par les documents financiers qui, bien plus que les traités plus ou moins exécutés, montrent de façon incontestable où s’arrête l’autorité du prince22 ».

  • 23 Réflexions issues de Bonenfant P., « À propos des limites médiévales », Hommage à Lucien Febvre. É (...)
  • 24 On en trouve la trace à Douai, Ypres, Bruges, Gand, etc. Voir de Smet A., « De l’utilité de recuei (...)
  • 25 On retrouvera ces exemples dans Bonenfant P., « À propos des limites médiévales », art. cité, p. 7 (...)
  • 26 Des exemples de cette bonne connaissance des lieux et des limites dans Buylaert F., « Les anciens (...)
  • 27 Guenée B., « Des limites féodales aux frontières politiques », P. Nora (dir.), Les lieux de mémoir (...)
  • 28 On retrouvera ces exemples dans l’enquête fiscale de 1449 éditée par A. Derville, p. 62-63 et p. 1 (...)

16Pour ma part, il me semble surtout que la contestation, l’infraction, la menace proposent des temps de crise où la mesure du territoire s’impose. Pour la période qui nous occupe, le comté de Flandre, par exemple, appartient aux ducs de Bourgogne. Les droits des différentes châtellenies qui en constituent l’étendue administrative leur sont acquis et les prélèvements fiscaux prennent régulièrement le chemin des caisses des receveurs. En général, comme le faisait remarquer Paul Bonenfant, « dans les pays de population dense, la frontière a dû être déterminée plus tôt et avec plus de précision ». Plantations d’arbres, de haies, de bâtons coiffés de paille appelés « escouves », creusements de fossés, placements de bornes, édifications de croix de pierre constituaient autant de moyens pour marquer le cadre d’un territoire. Ce qui, selon lui, expliquerait le peu de problèmes quant aux limites de juridiction dans cet espace23. Les ducs héritent donc au Nord de territoires qui, avant leur arrivée, firent l’objet de délimitations précoces grâce notamment aux mesureurs publics présents dans les campagnes comme en ville24. Ainsi, en 1385, on avait relevé les bornes qui « départoient les marches entre le comté de Namur et le Brabant » et en 1430, le duc de Brabant, Philippe de Saint-Pol, avait fait placer des « poteaux-frontières » munis d’inscriptions en latin, français et allemand, pour faire respecter la neutralité de son duché dans la guerre qui opposait les Liégeois aux Bourguignons25. Des études récentes sur la noblesse en Flandre, autochtone et allogène, ont montré également que les frontières étaient beaucoup plus strictes qu’on ne l’imagine26. Toutefois un resserrement de la focale fait apparaître quelques points litigieux. L’enquête fiscale de 1449, menée en Flandre wallonne, souligne combien les limites d’une châtellenie ou d’un bailliage acquièrent une dimension très concrète dans le vécu des habitants qui connaissent parfaitement les failles de leur domaine-ressort. Pour Bernard Guenée, « les habitants des marches profitaient de l’incertitude pour plaider où ils voulaient, pour payer des impôts à qui ils voulaient, ou mieux encore, pour n’en pas payer du tout27 ». Incertitude ou, au contraire, maîtrise parfaite des enclaves, des fractures et des lézardes dans la frontière ? La châtellenie de Lille ressemble de ce point-de-vue à un véritable gruyère troué de franches terres, d’enclaves royales ou impériales. Transportons-nous – non sans malice – à Néchin en 1449, où Perceval de le Court déclare n’avoir dans la châtellenie de Lille que son lieu [i. e. habitation] « contenant ung bonnier de terre et le sourplus est ou royaulme ». Ici, le manant en question profite assurément de sa situation de frontalier pour fuir l’impôt, ou n’en payer que le moins possible, en dissociant son lieu d’habitation et ses terres rentables. Inversement, à Camphin-en-Pevèle, les douze « maisnages » situés « soubz le royaume [i. e. en Tournaisis] sont des plus rices lesquelx ont grant nombre de heritage sur Flandres et leurs demeures seulement sur le royaume28 ». Ces jeux de frontières constituaient une vraie plaie pour les enquêteurs fiscaux de 1449, à moins que la tension palpable dans ces textes ne soit due à la pression qu’exerçait le roi de France sur les terres ducales.

Les attaques royales sur les enclaves

  • 29 Voir le texte de ces griefs dans Plancher U., Histoire particulière et générale, op. cit., t. IV, (...)

17Il ne faut pas se montrer dupe : ce n’est pas parce que les textes officiels sont particulièrement arides et ne livrent que très peu de détails quant aux délimitations des territoires bourguignons que ces délimitations n’étaient pas maîtrisées sur le terrain. C’est d’ailleurs peut-être parce que les pays relevant de l’autorité du duc de Bourgogne étaient somme toute assez bien circonscrits que les attaques sur les frontières se cristallisèrent en des endroits précis, réputés poser problème depuis longtemps et pour longtemps. Les événements sur lesquels s’appuient ces remarques sont parfaitement connus indépendamment les uns des autres, mais n’ont jamais, à ma connaissance, fait l’objet d’une lecture synthétique, même si certains d’entre eux figurent rassemblés dans la liste des récriminations dressée par Philippe le Bon à la veille des rencontres de Reims et de Chalons entre mars et mai 144529.

  • 30 On pourra consulter avec profit tout le dossier composé par J. Richard à propos de ces enclaves ro (...)
  • 31 Voir la déclaration de Louis XI du 14 mars 1477, dans Plancher U., Histoire générale et particuliè (...)
  • 32 Sur le rassemblement des documents et la constitution de véritables dossiers pour soutenir les arg (...)

18Jean Richard a détaillé et expliqué les menaces royales qui pesèrent de plus en plus lourdement sur les terres enclavées à l’ouest de la Saône. Les terres en question formaient des îlots qui, relevant du « pays de Bourgogne » et donc de la coutume de Bourgogne, ne reconnaissaient pas l’autorité ducale. De l’historique de ces territoires retracé par Jean Richard, nous ferons du traité d’Arras de 1435 le terminus a quo de cette affaire au long cours. À cette date, le roi avait gardé ses enclaves tout en permettant à Philippe le Bon et à ses successeurs de nommer les officiers de ces élections et d’en percevoir les aides et gabelles30. Mais le 17 mars 1442, l’administration royale se montra plus belliqueuse et interdit aux gens du duc de lever des aides dans les châtellenies de Bèze et Tilchâtel. Les enquêtes sur le terrain commencèrent, mais la rencontre de Châlons au printemps 1445 ne fit pas progresser l’affaire, pas plus que celle qui eut lieu le 26 octobre 1448 à Paris. En 1451, l’administration royale revenait même sur le traité d’Arras ; en 1468, après Péronne, Charles le Téméraire incorporait les enclaves au duché et en 1477, Louis XI rétablissait les droits des enclaves royales désormais sises au milieu de bailliages… royaux31. Il faut en réalité attendre le traité du Cateau-Cambrésis en 1559 pour que l’affaire soit résolue et la carte simplifiée. Dans cette dispute continue entre Charles VII et Philippe le Bon, deux discours et deux attitudes s’opposent. D’un côté, les commissaires royaux usent souvent de procédés dilatoires en esquivant les entrevues, « en jouant la montre » et en s’abritant derrière un discours qui limite la définition de l’enclave à un îlot royal en territoire bourguignon. De l’autre, de nombreux moyens sont rassemblés pour prouver le bon droit ducal32. Des témoignages et des preuves sont collectés, constituant deux gros registres compilés en 1446-1447. Des cartes sont dressées, à l’instar de celle réalisée par Arnaud de Zwolle qui reçut dix livres en 1444 pour :

  • 33 Extrait de Richard J., « Problèmes de circonscriptions et de ressorts », art. cité, p. 101.

« avoir fait […] les figures et distances des lieux et limites d’aucunes marches et parties des duchiés et conté de Bourgoigne, mesmement des villes qui sont enclavées oudit duchié, dez la ville et cité de Langres tirant contre Gray et jusques à Trichastel, et dez ledit Trichastel tirant vers Beze, Fontaines-Françoises, Champnite et ailleurs illecques environ, afin de clerement veoir les villes et villaiges qui sont enclavées en icellui duchié, et aussi celles qui sont ou reiaume, lesquelles figures ont esté envoyées à mondit seigneur en ses païs de Flandres afin de obvier et pourveoir aux entreprises que journelment se perforcent fere les gens et officiers du roy nostre sire en plusieurs villes enclavées33 ».

19Enfin, pour éclairer la situation et faire le point sur le vocabulaire employé, les commissaires ducaux en appelèrent à un professionnel qui leur confirma qu’une enclave était bel et bien une terre « formant saillant » dans les domaines du duc :

  • 34 Ibid., p. 109.

« dit qu’il est charpentier et qu’il scet bien que c’est à dire que enclaver, et que enclaver est quand une chouse est boutée de l’ung des bous dedans l’autre, suppousé qu’elle n’y soit pas du tout encloses34 ».

  • 35 « Et n’est pas chose estrange et nouvelle que ledict conte de Bourgogne ait seignourie souverainne (...)

20D’une part, les fonctionnaires royaux souhaitaient s’en tenir à la défense de la souveraineté royale. De l’autre, les Bourguignons gageaient la raison de leur cause sur la réalité du terrain, le vécu des habitants de ces terres et l’histoire. En effet, tandis que les Royaux avancèrent simplement en 1452 que « la rivière de la Saône sépare et limite le royaume de France et conté de Bourgogne », les partisans du duc élaborèrent un discours savant sur une perspective historique rappelant l’existence et l’ancienneté du royaume de Bourgogne35.

  • 36 Herseaux est aujourd’hui une section de la ville de Mouscron (Belgique wallonne, province du Haina (...)

21Mais le grignotage royal ne se limitait pas à cette frontière controversée de la haute Saône. Plus modestement, mais toujours dans un même état d’esprit, l’ordonnance d’enquête délivrée par Charles VII le 28 janvier 1449, pour déterminer le ressort des seigneuries du Val à Mouscron et de la Rousselerie à Herseaux, témoigne a posteriori des agissements des officiers royaux dans cette terre oscillant entre Tournaisis royal et comté de Flandre36. En effet, à la faveur d’un mouvement de détente entre Charles VII et Philippe le Bon, le roi fit bonne figure en exigeant que quatre commissaires issus des deux parties soient dépêchés pour « eulx informer, vacquer et entendre sur certains poins touchans notre souveraineté et ressort audit pais de Flandres ». Dans ce texte on apprend que :

« Les subgetz, manans et habitans desdits seigneurs, soubz umbre de ce que icelles seigneuries sont tenues en [arrière] fief de notre chastel et court de Maire lez Tournay, ont esté executez et travaillez et les aucuns prins et detenuz prisonniers par longue espace de temps audit lieu de Maire… »

22Ce sont assurément les plaintes des sujets taxés deux fois, dans le cadre de la châtellenie de Courtrai et dans celui du bailliage de Tournai, qui ont alerté le duc sur les agissements des officiers royaux. Cela se passait en un temps où Philippe le Bon reprochait en 1445 à Charles VII d’avoir mis en doute sa seigneurie dans les châtellenies de Lille, Douai et Orchies. On constate que sur le terrain, en s’emparant de ces problèmes d’appartenance féodale controversée, on passait du verbe à l’acte.

  • 37 Sur les raisons de l’intervention de Philippe le Bel et le rôle des moines de l’abbaye d’Anchin da (...)
  • 38 On retrouvera le détail de cette querelle dans Cauchies J.-M., « Hola ! N’allons plus avant ! », a (...)
  • 39 Memoires et advertissemens… touchans a la deffence de non devoir faire hommage au roy de France po (...)
  • 40 Delcambre É., « Les relations de la France avec le Hainaut depuis l’avènement de Jean II d’Avesnes (...)
  • 41 Moeglin J.-M., « La frontière introuvable », art. cité, p. 386-387.

23Le dernier exemple choisi nous emmène à quelques lieues du Tournaisis, aux limites de l’Ostrevent. Dans ce territoire, l’ancien pagus franc, borné par l’Escaut, la Scarpe, la Sensée et la Tringuige, fit l’objet d’une longue controverse que Saint Louis trancha en 1257 par le Dit de Péronne, en l’attribuant au Hainaut et donc à l’Empire, tandis que Philippe le Bel à la fin du XIIIe siècle en revendiquait de nouveau la suzeraineté37. Dans cette bataille, deux logiques s’affrontaient, les mêmes que dans la querelle de la haute Saône. Tout comme la Saône servait de frontière dans l’esprit des commissaires royaux pour délimiter la France et la comté de Bourgogne, l’Escaut séparait Empire et royaume en terre d’Ostrevent. Pour les officiers ducaux, le droit féodal récent primait, à savoir l’inféodation de la seigneurie de Bouchain au Hainaut, reportant la limite sur la Scarpe et la Sensée38. Le débat fut continu, et entre 1445 et 1448, Philippe le Bon établissait la liste de ses prérogatives en faisant compiler de nombreux documents d’archives, exhumés notamment du château du Quesnoy, mais faisait aussi appel aux témoignages directs des habitants qui détaillèrent leurs us et coutumes, à qui ils payaient leurs taxes, où se dirigeaient les bannis, quels officiers les visitaient… sans oublier de préciser qu’il existe à Douai près d’un pont sur la Scarpe une borne de cuivre marquant la limite entre Empire et France… La conclusion des Bourguignons est sans appel : « Et oncques aprinse ne enqueste ne fu faitte ne trouvé que dudit Ostrevant fuist riens ne aucune chose tenu dudit royaume39. » Pour Étienne Delcambre, ce nouvel épisode de la querelle d’Ostrevent n’était qu’une redite insipide des arguments déjà avancés au temps des Avesnes40. Et il est vrai que la théorie des quatre fleuves ceinturant le royaume opposée à celle de l’allégeance féodale avait déjà été largement exploitée par les princes tout au long des XIIIe et XIVe siècle41. Pour Jean-Marie Cauchies, c’est là la preuve de la quête de souveraineté de Philippe le Bon. Cette dernière hypothèse n’est pas à écarter, mais il faut ajouter, au regard des différents épisodes mentionnés précédemment, que l’attitude du duc vient en réaction à une attaque royale tous azimuts, visant les ressorts des territoires contestables qui fragilisent les frontières du royaume. Dans les lettres de Louis XI accordant, le 3 octobre 1464, surséance de douze ans pour les procès en cours à propos des frontières, le récapitulatif révèle l’action systématique de Charles VII pour affermir les limites de son royaume. Louis XI y sursoit les débats entre son autorité et celle de Philippe le Bon :

  • 42 Plancher U., Histoire particulière et générale, op. cit., t. IV, p. cccviii.

« tant pour occasion des limites d’entre nostre Royaume et les pays de l’Empire, le comte d’Alost, Waize, Teuremonde, Hainaut, Ostrevant et autres lieux circonvoisins, tant deçà que delà l’estant, aussi des limites d’entre nostred. Royaulme, la comté de Bourgogne appartenant a nostred. Royaulme, la conté de Bourgogne appartenant a nostred. oncle, et d’aulcuns villages estans des limites d’entre nostred. Royaulme et led. Comté de Bourgogne plus a plains déclarez es procez qui ont esté meuz à cause desd. limites42 ».

  • 43 Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, op. cit., p. 148 (AD Nord, B 1972 (...)
  • 44 Sur ce conflit politico-juridique, voir Dauchy S., « Deça l’Escault estoit l’Empire. La compétence (...)

24Dans cet extrait, il est question également des pays d’Alost et de Waas. Le différend qui opposait le roi à Philippe le Bon dans ces territoires et les arguments qui furent formulés soulignent l’aspect essentiellement juridique du problème. En effet, ces deux comtés, situés à l’ouest de l’Escaut, relevaient de la Flandre impériale. Le positionnement géographique est difficilement contestable, mais à l’occasion de plusieurs procès lésant des habitants ayant décidé de faire appel auprès du Parlement de Paris, Philippe le Bon eut à défendre ses intérêts, preuves à l’appui. En 1458, le duc envoya Jean Marlette, trésorier et receveur des mains mortes en Hainaut pour extraire du trésor des chartes un vidimus de la lettre de l’empereur à ce sujet et en faire une copie43. En 1462, une autre affaire avait de nouveau opposé le droit ducal au droit royal, ou les partisans et les opposants de la distinction entre ressort judiciaire et réalité féodo-vassalique. Ce contentieux ne fut lui aussi tranché que par le traité de Madrid en 1526, qui soustrayait définitivement la Flandre et l’Artois du ressort du Parlement de Paris44. La question des limites de territoires n’était cependant pas à l’ordre du jour et seul importait le droit du duc qui prédomine d’ailleurs dans toutes ces contestations où Philippe le Bon a à cœur la « défense de son honneur et de son droit ».

  • 45 Voir Dauphant L., Le royaume des Quatre Rivières. L’espace politique français (1380-1515), Seyssel (...)
  • 46 Dauphant L., « Matthieu Thomassin et l’espace dauphinois (1436-v. 1456) : naissance d’un humanisme (...)

25Tous ces exemples et les récentes études sur les frontières battent en brèche l’idée reçue selon laquelle la préoccupation des délimitations précises des territoires n’existait pas. Néanmoins, il faut souligner – et cela n’est ni propre aux ducs de Bourgogne, ni à la période – que la prise de terres, les occasions d’expansion précédèrent sans aucun doute les théories sur la conscience du territoire et la nécessité de sa cohérence. Cela ne veut pas dire que l’idéologie, bien que balbutiante, n’existait pas. En France, l’argumentaire s’adapte à la multiplicité des pays, la déconcentration soutient l’expansion de la potestas dans un royaume qui se renforce à la fontaine de sa diversité45. Alors qu’en Bourgogne ducale, les allusions à l’ancien royaume des Burgondes servent à plaider ponctuellement la pleine souveraineté ducale sur ces terres, en Dauphiné celui-ci permet à Matthieu Thomassin de rappeler que Vienne demeure la nécropole des rois de Bourgogne et de faire de la région un pendant naturel du royaume de France46. L’histoire se contorsionne encore une fois pour soutenir l’établissement de l’autorité et dans la foulée la fixation des limites. C’est d’ailleurs ce même sens des priorités (prouver son bon droit, puis rétablir des limites contestées) qui guide l’activité cartographique commandée par les ducs.

La preuve par la carte

  • 47 On lira toujours avec beaucoup d’intérêt les travaux de Harvey D.-A., The History of Topographical (...)
  • 48 Dainville F. de, La cartographie reflet de l’histoire. Recueil d’articles présentés par Michel Mol (...)
  • 49 Moal L., « Dans le royaume ou en marge ? Les frontières des principautés (XIIIe-XVe siècle) », Ann (...)

26La période médiévale n’est pas particulièrement réputée pour son abondance de cartes. Et il faut souvent attendre le XVIe siècle pour bénéficier de plans généraux pour tel ou tel espace de l’Europe occidentale47. Toutefois, les travaux menés depuis l’article toujours aussi utile de F. de Dainville ont réservé quelques belles pages à ces tentatives de figuration de l’espace géographique48. Le complexe territorial bourguignon s’est vu, lui aussi, en quelques moments clefs et dans une dimension restreinte couché sur le papier ou le parchemin. Les exemples ne sont pas nombreux mais ils existent. Surtout, ils viennent renforcer l’idée que la volonté de cartographier soutient une action précise d’ordre militaire, économique ou juridique. Bref, comme l’écrit Laurence Moal, « les cartes servent de préalables, non d’aboutissement49 ».

  • 50 Contamine P., « L’art de la guerre à la fin du Moyen Âge », art. cité, passim.
  • 51 On trouvera ces exemples dans Paviot J., « Les cartes et leur utilisation à la fin du Moyen Âge : (...)
  • 52 Voir Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vision idéale et représentation du vécu. Nouveaux (...)
  • 53 Sur ces vues topographiques à Saint-Omer voir Gil M. et Nys L., Saint-Omer gothique, Valenciennes, (...)
  • 54 Dumasy-Rabineau J. « La vue, la preuve et le droit : les vues figurées de la fin du Moyen Âge », R (...)
  • 55 AD Côte-d’Or, G 880, cité et figuré dans Dainville F. de, La cartographie reflet de l’histoire, op (...)
  • 56 On trouvera également d’autres exemples de cartes annexées à des procès dans les archives du Grand (...)
  • 57 Des précisions et une reproduction de la carte dans Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vis (...)

27Philippe Contamine a ainsi saisi quelques épisodes qui, dans l’histoire militaire bourguignonne, conduisirent à la fixation de repères stratégiques au service de la défense comme de l’attaque50. Les expéditions envisagées en Terre Sainte conduisirent Ghillebert de Lannoy en 1422-1423 à accompagner son récit de cinq cartes du nouveau port d’Alexandrie, des ports d’Acre, de Saïda, etc. Sur le territoire ducal, pour préparer le siège de Calais, Philippe le Bon fit commander « un patron de la scituation » de la ville réalisé par deux peintres, Jean de Husteneuve et Colin des Prez. Et Charles le Téméraire demanda, lors du siège de Neuss en 1474, une carte avec plan de la ville et situation des forces bourguignonnes à chaque porte51. Les princes n’étaient pas, loin s’en faut, exclusivement à l’origine de ce genre d’initiative et en 1436, dans cette guerre éclair des Bourguignons contre les Anglais, la ville de Saint-Omer s’adressa au peintre Yvain du Molin pour repérer la position de l’ennemi dans les alentours52. À Saint-Omer encore, le célèbre rouleau topographique daté des environs de 1470, représente sur plus de 3 mètres de long le cours de l’Aa depuis l’abbaye de Saint-Bertin jusqu’à Blendecques dans le cadre d’un procès concernant les moulins de la rivière53. Ici, la dimension juridique de ces commandes prend le relais et les range dans le registre des « tibériades », ces vues destinées à renforcer l’argumentation dans un procès et définies par Bartolo de Sassoferrato dans son De Fluminibus seu Tiberiadis en 1355, même si les vues figurées destinées à soutenir les argumentaires juridiques n’ont pas attendu Sassoferrato pour exister54. Les terres ducales en comptent quelques beaux exemples comme celle de Tillenay réalisée en 1467, « pour le droit de justice et de vain pasturage contesté par les mayeurs et échevins d’Auxonne au chapitre d’Autun55 ». Mais, si le père de Dainville a très bien expliqué ce goût particulier du parlement de Bourgogne pour ce qu’il nomme « tibériade » ès 1460 et jusqu’en 1789, par le cursus des juristes bourguignons passés par Bologne, force est de constater que l’on trouve également des tibériades à Amiens, Douai ou Anvers56. La tibériade anversoise est certes spectaculaire avec ses 5,20 mètres de long. Pourtant, la vue de l’Escaut réalisée par la ville dans le cadre d’une confrontation avec Charles le Téméraire en 1468, ayant donné lieu par la suite à une version colorisée moins précise mais plus esthétique, répondait à un même objectif : la défense des droits de la ville sur les péages du fleuve57.

28Dans le cadre des contestations de frontières, des figures pouvaient être commandées, comme celle réalisée par Arnaud de Zwolle, évoquée plus haut. On trouve ainsi plusieurs types d’initiatives donnant lieu à diverses formes de représentations du territoire. Dans le style « instantané photographique », Jean le Peintre, en 1445, est rémunéré :

  • 58 Extrait d’un recueil de pièces comptables (1445-1458). AD Côte-d’Or B 11941, f° 13. Édité dans Spi (...)

« pour avoir paint en une peaul de parchemin la figure de l’une des trois bornes appellée la belle borne qui font separation des terres royaulx es contez de Bourgogne, pour la porter a la journee prinse a Raims entre le roy et mondit seigneur le duc58 ».

  • 59 AD Côte-d’Or, B 263, reproduite en partie dans Dainville F. de, La cartographie, reflet de l’histo (...)
  • 60 Des détails sur cette carte dans Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vision idéale et repré (...)
  • 61 AD Côte-d’Or, B 277, reproduite dans Dainville F. de, La cartographie, reflet de l’histoire, op. c (...)
  • 62 Paviot J., « Les cartes et leurs utilisations », art. cité, p. 213. Le paiement rétribue des offic (...)

29Ici, dans la collecte des preuves rassemblées pour les journées de Châlons et de Reims, le peintre est allé jusqu’à représenter une de ces bornes dont l’existence est souvent mise en doute. Le même style photographique s’applique à la vue de 1460, réalisée également pour résoudre des problèmes de limites entre Talmay et Heuilley aux confins du duché, de la comté et de la Champagne, qui, sur un parchemin de 62 × 56 cm, de manière bucolique, avec de jolies couleurs, expose le paysage entre Maxilly et Talmay, tandis que de façon naïve le peintre a représenté les éléments opposés à l’envers59. Cette façon de représenter les lieux en fonction du sens de la marche, se retrouve dans la première carte de Flandre, datée de 1452, insérée dans une version italienne de la chronique de Flandre et suivant le parcours d’un marchand étranger débarquant dans le Zwin pour partir à la conquête des marchés de l’hinterland60. La démarche cartographique s’affine et prend une dimension plus rationnelle dans la carta figurata qui accompagne le dossier élaboré en 1460 à l’occasion d’un nouveau problème frontalier avec la Savoie61. Sur cette carte, dressée pour distinguer l’étendue de certains lieux à la limite de la Bresse, de la Dombes et du Beaujolais, l’auteur a créé toute une série de pictogrammes et de symboles pour marquer les villes, les châteaux, les rivières, mais aussi les arbres, tels que les ormes et les cerisiers, les bornes limitatives, pour favoriser le passage du réel à l’idéel, sans soucis d’échelles ou de respect des distances. On sait également que Charles le Téméraire dans ses nombreux conflits avec le pays liégeois fit réaliser des figures aidant à la détermination des frontières entre le duché de Limbourg, les terres d’Outre-Meuse et l’évêché de Liège62. Toutefois, la progression dans la précision et le degré d’abstraction n’est pas continue et linéaire.

  • 63 Soulignons que ce choix de la carte ronde n’est pas un archaïsme et que la carte d’Allemagne de Se (...)
  • 64 Les oppida Brabantie comptent environ 750 noms de localités. Voir le détail de cette démonstration (...)
  • 65 En denier lieu, lire les réflexions de Lilley K., City and Cosmos: The Medieval World in Urban For (...)

30Évoquons ce dernier exemple pour souligner combien la représentation de l’espace reste attachée à un idéal culturel. Peu avant 1538, date de sa mort, Gilles van der Hecken, membre du prieuré des Sept-Fontaines, réalise sur papier ce que l’on considère comme la première carte du duché de Brabant, inscrite dans un double cercle de 14 cm de diamètre. Un code couleur permet de distinguer les cours d’eau en gris, la terre ferme en vert et les noms de villes apparaissent dans des encarts de couleur grise, jaune ou orange pour marquer la hiérarchie des sites. Dans l’anneau intérieur sont mentionnés les principautés limitrophes, dans l’anneau extérieur les points cardinaux et les villes les plus importantes dans ces directions. Il va de soi que dans cette carte ronde de type mappa mundi, les frontières du duché n’apparaissent pas63. Sergio Boffa a bien relié la réalisation de cette carte avec la liste des villes et franchises du duché qu’elle accompagne, puisque la peinture est placée au début de l’Oppida Brabantie cum villis liberis atque pagis seriatim descripta64. Il faut aussi rappeler cette obsession de la rotondité dans la pensée cosmologique qui permet à l’ecclésiastique de mettre en connexion le duché, la terre et le Ciel65. Rapprocher cette carte ronde des travaux de Deventer menés à la même époque doit nous rappeler encore et toujours la faillite de la concordance des temps en Histoire et la difficulté à bâtir des modèles. La réalité et la figuration de cette réalité adoptent deux voies différentes chez des hommes qui, la même année ou presque, livrent leur idée du duché de Brabant. Pour l’un, l’harmonie cosmologique et l’honneur de la terre brabançonne gagé sur l’excellence de ses proportions imaginées dominent, pour l’autre, la qualité d’une carte se doit de figurer un territoire avec le plus d’exactitude possible à force de relevés de terrain. De la même manière, les frontières sont vécues différemment en fonction que l’on est prince à la tête de troupes armées ou simple manant souhaitant échapper à la plus lourde fiscalité. La fixation de ces frontières sur une carte dépend sans aucun doute de l’idéal politique que l’on poursuit.

Notes

1 Calmet A., Histoire de Lorraine, t. VII, Nancy, Imp. de A. Lescure, 1757, Preuves, col. LXXXIII, no CXXV.

2 Voir la Chronique ou dialogue entre Joannes Lud et Chrétien, secrétaires de René II, duc de Lorraine, sur la défaite de Charles le Téméraire devant Nancy, 5 janvier 1477, publiée pour la première fois avec des annotations et des éclaircissements historiques nouveaux par Jean Cayon, Nancy, Cayon-Liébault, 1844, p. 23.

3 Commynes P. de, Mémoires, J. Blanchard (éd.), Genève, Droz, 2007, 2 vol. , t. I, livre IV, chap. xii, p. 309.

4 Sur la construction idéologique bourguignonne, et la notion de Grande principauté, voir Lecuppre-Desjardin É., Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne, Paris, Belin, 2016.

5 Anecdote extraite de Richard J., « Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la frontière du royaume à l’ouest de la Saône : l’enquête de 1452 », Bulletin philologique et historique du comité des travaux historiques et scientifiques, année 1964, 89e congrès, Paris, 1967, p. 113-132. Fontaine-Française (Côte-d’Or).

6 AD Nord, B 1191/15862, p. 11 repris dans Cauchies J.-M., « Hola ! N’allons plus avant ! Cy fault le royaulme ! ou l’Ostrevant entre France et Empire au XVe siècle », S. Curveiller (dir.), Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord Ouest des origines à la fin du Ier Empire, Calais, Colloque historique de Calais, 1994, p. 91-100.

7 Derville A., Enquêtes fiscales de la Flandre wallonne (1449-1559), t. I, Lille, Commission historique du Nord, 1983, p. 49. Attiches, commune du Nord située près de Pont-à-Marcq.

8 Plancher U., Histoire générale et particulière de la Bourgogne, t. IV (Preuves), Dijon, A. de Fay, 1781, p. lxxxv. Cité également dans Contamine P., « L’art de la guerre à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance : maîtrise et représentation de l’espace », H. Duchhardt et P. Veit (dir.), Krieg und Frieden im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit / Guerre et Paix du Moyen Âge aux Temps Modernes, Mayence, P. Von Zabem, 2000, p. 35-52, note 23, p. 43.

9 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. IV, Instruction pour Quentin Menard et Christian Hautain, envoyés en Angleterre (17 avril 1431), p. lxxxiv.

10 Ibid., p. lxx.

11 Molinet J., Chroniques, O. Jodogne (éd.), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1935-1037, 3 vol, t. II, p. 71. I. Guyot-Bachy a fait remarquer pour les XIIIe et XIVe siècles que la notion de frontière apparaissait plus précocement dans les sources flamandes et hennuyères où la frontière construit l’identité, alors que dans les sources françaises de la même époque, elle ne renvoie qu’à une limite féodale. On peut supposer que, durant la période houleuse qui suivit la mort du Téméraire, la frontière menacée prit davantage forme. Voir Guyot-Bachy I., « Eine Grenzezwei Betrachtungsweisen. Die Grenze zwischen Frankreich und Flandern in der französischen und flämischen Historiographie », N. Bock, G. Jostkleigrewe et B. Walter (dir.), Faktum und Konstrukt. Politische Grenzziehungen im Mittelalter : Verdichtung, Symbolisierung, Reflexion, Münster, Rhema, 2011, p. 187-202.

12 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. III, p. xxv-xxviii. Lorsqu’il précise un éventuel retour de terres en cas d’absence d’héritiers mâles, une mention de type géographique apparaît : « C’est assavoir les cinq mille livres de rente dedans nostre royaulme, entre la rivière de Somme et la comté de Flandres, en descendant jusques à la mer, et les autres dictes cinq milles livres de terre prez les comtez de Nevers et de Rethel. »

13 Traité conclu entre Philippe le Bon et Jacqueline de Bavière, par lequel cette princesse cède au duc les comtés de Hainaut, Hollande, Zélande et la seigneurie de Frise (La Haye, 12 avril 1433), J.-M. Cauchies (éd.), Ordonnances de Philippe le Bon pour le comté de Hainaut (1425-1467), [Recueil des ordonnances des Pays-Bas], 1re série, 2e section, t. III, Bruxelles, Service public fédéral Justice, 2010, no 55, p. 90-95.

14 Ibid., p. 92-93. Il est question entre autres du Pays de Voirne, de Reymerswale, des tonlieux de Gorinchem, etc.

15 Ibid., Don à Jean, seigneur de Roubaix, de la terre et seigneurie d’Escaudeuvres (Arras, 13 juin 1433), no 63, p. 109-110. Escaudœuvres (commune du Nord, à proximité de Cambrai).

16 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., t. IV, p. vi-vii.

17 Ibid., Partage daté du 24 juillet 1422, p. xxiii-xxiv.

18 Ibid. Ordonnance pour la confection du terrier de Charolois (12 août 1427), p. lxxj.

19 Voir les commentaires des modalités des cherches de feux bourguignonnes par Beck P., Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Paris, École des Chartes, 2006, p. 132 sq. D’après lui, « au temps des ducs, les commis se rendent sur place, mais d’une année sur l’autre et d’un bailliage à l’autre les conditions ne sont visiblement pas égales ». « Aux temps royaux, le dispositif change et l’enquête directe est abandonnée », p. 132. Dans l’enquête de la Flandre wallonne, les enquêteurs se rendent sur les lieux et font venir devant eux autant de personnes fiables qu’il leur conviendra pour assurer leurs informations, voir Derville A., Enquêtes fiscales, op. cit., p. 22.

20 Plancher U., Histoire particulière et générale de la Bourgogne, op. cit., Trêve du 8 septembre 1431, p. lxxxix-xcii.

21 Ibid., p. cxliv.

22 Demotz B., « La frontière au Moyen Âge d’après l’exemple du comté de Savoie (déb. XIIIe-déb. XVe siècle) », Les principautés au Moyen Âge. Actes de la SHMESP, 1973, vol. 4, p. 95-116.

23 Réflexions issues de Bonenfant P., « À propos des limites médiévales », Hommage à Lucien Febvre. Éventail de l’histoire vivante, t. II, Paris, A. Colin, 1953, p. 73-79. Ce dernier cite par exemple le cas du Brabant, dont la frontière ne pose que quelques problèmes ponctuels lorsqu’elle regarde du côté de Namur et du Hainaut. On retrouvera également les signes de cette bonne connaissance physique des limites entre la Hollande et le Brabant dans Avonds P., « De Brabantse-Hollandse grens tijdens de late middeleeuwen », Holland. Regional-historisch Tijdschrift, 14, 1982, p. 128-132.

24 On en trouve la trace à Douai, Ypres, Bruges, Gand, etc. Voir de Smet A., « De l’utilité de recueillir les mentions d’arpenteurs cités dans les documents d’archives du Moyen Âge », Fédération archéologique et historique de Belgique, Annales du XXXIIIe congrès, t. III, Tournai, 1951, p. 782-795.

25 On retrouvera ces exemples dans Bonenfant P., « À propos des limites médiévales », art. cité, p. 79.

26 Des exemples de cette bonne connaissance des lieux et des limites dans Buylaert F., « Les anciens Pays-Bas : nouvelles approches. La noblesse et l’unification des Pays-Bas. Naissance d’une noblesse bourguignonne à la fin du Moyen Âge ? » Revue historique, 2010/1, no 653, p. 3-25.

27 Guenée B., « Des limites féodales aux frontières politiques », P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. II : La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 11-33, rééd. 1997, p. 1103-1124, p. 1113.

28 On retrouvera ces exemples dans l’enquête fiscale de 1449 éditée par A. Derville, p. 62-63 et p. 166-167. Pour une réflexion sur la fuite devant l’impôt facilitée par la porosité de la frontière entre la Flandre Wallonne et le Tournaisis, voir Depauw C., « La fuite devant la taille ducale en Flandre wallonne en 1449 », C. Billen, J.-M. Duvosquel et A. Vanrie (dir.), Hainaut et Tournaisis. Regards sur dix siècles d’histoire. Recueil d’études dédiées à la mémoire de Jacques Nazet (1944-1996), Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 2000, p. 247-270.

29 Voir le texte de ces griefs dans Plancher U., Histoire particulière et générale, op. cit., t. IV, no 138 et 139 et les commentaires de Vaughan R., Philip the Good, The apogee of Burgundy, Londres, Longman, 1970, nouvelle édition 2002, Woodbridge, Boydell, p. 116 sq.

30 On pourra consulter avec profit tout le dossier composé par J. Richard à propos de ces enclaves royales dans Richard J., « Problèmes de circonscriptions et de ressorts. “Enclaves” royales et limites des provinces. Les élections bourguignonnes », Annales de Bourgogne, 20, 1948, p. 89-113 ; Id., « Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la frontière du royaume à l’ouest de la Saône : l’enquête de 1452 », Bulletin philologique et historique du CTHS, année 1964, Actes du 89e congrès de Lyon, Paris, 1967, p. 113-132 ; Id., « Problèmes de ressort au XVe siècle : l’enquête 1451-1452 sur la situation de Fontaine-Française », Mémoires de la société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 26, 1965, p. 217-227.

31 Voir la déclaration de Louis XI du 14 mars 1477, dans Plancher U., Histoire générale et particulière de la Bourgogne, op. cit., t. IV, p. ccclxxix-ccclxxxi.

32 Sur le rassemblement des documents et la constitution de véritables dossiers pour soutenir les arguments de délégués bourguignons, voir Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc Valois de Bourgogne (1419-1467), [Burgundica, no 21], Turnhout, Brepols, 2013 (consulté sous la forme de la thèse dactylographiée, p. 140-151).

33 Extrait de Richard J., « Problèmes de circonscriptions et de ressorts », art. cité, p. 101.

34 Ibid., p. 109.

35 « Et n’est pas chose estrange et nouvelle que ledict conte de Bourgogne ait seignourie souverainne… car le pays et nacion de Bourgongne a eu de grande ancienneté royaume qui contenoit et s’extendoit en long dès la rivière du Rhin, qu’est es parties d’Allemainne, jusques à Arles le Blanc, qui est es parties de la mer devers Marseilles… » (ADC, B262), cité par Richard J., « Les débats entre le roi de France », art. cité, p. 120.

36 Herseaux est aujourd’hui une section de la ville de Mouscron (Belgique wallonne, province du Hainaut). On trouvera le texte de cette ordonnance (BNF, Mélanges Colbert, 356, no 219) dont sont issus les extrait cités dans Depauw C., « Les seigneuries de Le Val et de la Rousselerie à Mouscron et Herseaux au XVe siècle », Mémoires de la Société d’Histoire de Mouscron et de la Région, t. VIII, 1986, p. 15-40. Je remercie Claude Depauw pour l’échange que nous avons eu à ce sujet.

37 Sur les raisons de l’intervention de Philippe le Bel et le rôle des moines de l’abbaye d’Anchin dans cette contestation, voir Moeglin J.-M., « La frontière introuvable : l’Ostrevant », A.-H. Allirot, M. Gaude-Ferragu, G. Lecuppre et al. (dir.), Une histoire pour un royaume (XIIe-XVe siècle), Paris, Perrin, 2010, p. 381-392 et p. 557-561.

38 On retrouvera le détail de cette querelle dans Cauchies J.-M., « Hola ! N’allons plus avant ! », art. cité.

39 Memoires et advertissemens… touchans a la deffence de non devoir faire hommage au roy de France pour la terre d’Ostrevant (AD Nord, cumulus 14025/1, p. 19), cité ibid.

40 Delcambre É., « Les relations de la France avec le Hainaut depuis l’avènement de Jean II d’Avesnes, comte de Hainaut, jusqu’à la conclusion de l’alliance franco-hennuyère (1280-1297) », Annales du cercle archéologique de Mons, t. LI-LII, 1930-1932 (non consulté).

41 Moeglin J.-M., « La frontière introuvable », art. cité, p. 386-387.

42 Plancher U., Histoire particulière et générale, op. cit., t. IV, p. cccviii.

43 Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, op. cit., p. 148 (AD Nord, B 1972, f° 75 v°).

44 Sur ce conflit politico-juridique, voir Dauchy S., « Deça l’Escault estoit l’Empire. La compétence du Parlement de Paris en Flandre impériale », Publications du Centre européen d’études bourguignonnes, no 42, 2002, p. 75-84.

45 Voir Dauphant L., Le royaume des Quatre Rivières. L’espace politique français (1380-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2012.

46 Dauphant L., « Matthieu Thomassin et l’espace dauphinois (1436-v. 1456) : naissance d’un humanisme géopolitique », Journal des Savants, 2008, p. 57-105.

47 On lira toujours avec beaucoup d’intérêt les travaux de Harvey D.-A., The History of Topographical Maps. Symbols, Pictures and Surveys, Londres, Thames and Hudson, 1980 et J.-B. Harley et D. Woodward (dir.), The History of Cartography, vol. 1, Cartography in Prehistoric, Ancient and Medieval Europe and the Mediterranean, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 1987. Pour une mise au point bibliographique et une réflexion sur l’évolution des méthodes de la géographie historique, voir Lilley K., « Geography’s medieval history : a neglected enterprise ? », Dialogues in Human Geography, 2011/1, p. 147-162 (en ligne http://dhg.sagepub.com/content/1/2/147).

48 Dainville F. de, La cartographie reflet de l’histoire. Recueil d’articles présentés par Michel Mollat du Jourdin, avec le concours de Lucie Lagarde, Marie-Antoinette Vannereau et Numa Broc, Genève, Slatkine 1986.

49 Moal L., « Dans le royaume ou en marge ? Les frontières des principautés (XIIIe-XVe siècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2, 2014, p. 47-81. Je remercie Laurence Moal pour m’avoir confié son article avant sa parution.

50 Contamine P., « L’art de la guerre à la fin du Moyen Âge », art. cité, passim.

51 On trouvera ces exemples dans Paviot J., « Les cartes et leur utilisation à la fin du Moyen Âge : l’exemple des principautés bourguignonnes et angevines », Itineraria, 2003, p. 201-228, précisément p. 209-210.

52 Voir Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vision idéale et représentation du vécu. Nouveaux aperçus sur la conscience urbaine dans les Pays-Bas », P. Johanek (dir.), Bild und Wahrnehmung der Stadt, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau Verlag, 2012, p. 79-97, p. 92.

53 Sur ces vues topographiques à Saint-Omer voir Gil M. et Nys L., Saint-Omer gothique, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2004, p. 112-115.

54 Dumasy-Rabineau J. « La vue, la preuve et le droit : les vues figurées de la fin du Moyen Âge », Revue historique, 668, 2013, p. 805-831.

55 AD Côte-d’Or, G 880, cité et figuré dans Dainville F. de, La cartographie reflet de l’histoire, op. cit., p. 190-191.

56 On trouvera également d’autres exemples de cartes annexées à des procès dans les archives du Grand Conseil de Malines pour l’extrême fin du XVe et le XVIe siècles dans Huusen A.-H., Jurisprudentie en kartografie in de xve en xvie eeuw, [Algemeen rijksarchief en rijksarchief in de provincien, Miscellanea Archivistica V], Bruxelles, Algemeen Rijksarchief, 1974.

57 Des précisions et une reproduction de la carte dans Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vision idéale et représentation du vécu », art. cité.

58 Extrait d’un recueil de pièces comptables (1445-1458). AD Côte-d’Or B 11941, f° 13. Édité dans Spitzbarth A.-B., Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, op. cit., p. 784.

59 AD Côte-d’Or, B 263, reproduite en partie dans Dainville F. de, La cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 190. Sur le site des archives départementales de la Côte-d’Or, l’exposition « La Côte-d’Or vue du ciel » donne des éléments d’identifications supplémentaires. Il s’agirait plus sûrement d’une carte réalisée en 1474 dans le cadre du parlement de Beaune-St-Laurent pour trancher un litige entre le seigneur de Talmay et les habitants de Heuilley à propos de l’usage des bois compris entre les cours d’eau. Voir la reproduction de l’œuvre dans le présent volume (cahier couleur, pl. VI).

60 Des détails sur cette carte dans Boone M. et Lecuppre-Desjardin É., « Entre vision idéale et représentation du vécu », art. cité, p. 88. Voir la reproduction de l’œuvre dans le présent volume (cahier couleur, pl. VII).

61 AD Côte-d’Or, B 277, reproduite dans Dainville F. de, La cartographie, reflet de l’histoire, op. cit., p. 189.

62 Paviot J., « Les cartes et leurs utilisations », art. cité, p. 213. Le paiement rétribue des officiers du prince « pour estre alé a diverses fois veoir a l’eul les limites des pays de Lembourg et terres oultre Meuse et iceulx avoir fait et mis en pourtraicture pour veoir les separacions d’iceulx pays a l’encontre des pays de Liege, Franchimont et autres voisins » (Bruxelles, Archives générales du Royaume, CC1925, f° 338 r°-v°).

63 Soulignons que ce choix de la carte ronde n’est pas un archaïsme et que la carte d’Allemagne de Sebastian Münster de 1525 ou la Lanndtafel des Teutschen Lannds mit seinen fürnembsten Stete und Waffern de Franz Örtel (1570) ont adopté cette forme également. De même, quasiment à la même époque, en 1536, Jacob van Deventer dresse une carte du duché, dont il ne reste aujourd’hui qu’une copie, et qui inspire pour longtemps les cartographes par sa rigueur et sa rationalité. On trouvera un fac-similé de ce document dans Van’t Hoff B., De kaarten van de Nederlandsche Proviniciën in de zestiende eeuw door Jacob van Deventer, ’s-Gravenhage, Martinus Nijhoff, 1941.

64 Les oppida Brabantie comptent environ 750 noms de localités. Voir le détail de cette démonstration dans Boffa S., « La première carte manuscrite du duché de Brabant (c. 1535) », A. Dierkens et al. (dir.), Villes et villages. Organisation et représentation de l’espace. Mélanges offerts à J.-M. Duvosquel, Revue belge de philologie et d’histoire, 89, 2011, p. 95-109.

65 En denier lieu, lire les réflexions de Lilley K., City and Cosmos: The Medieval World in Urban Form, Chicago/Londres, Reaktion Books, 2009.

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’université de Lille et membre du laboratoire IRHiS (UMR 8529). Elle est spécialiste d’histoire urbaine dans les anciens Pays-Bas bourguignons et d’histoire politique et culturelle de la fin du Moyen Âge. Elle est l’auteur de La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les villes des anciens Pays-Bas bourguignons (Brepols, 2004) et vient de publier Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (Belin, 2016). Elle a coédité de nombreux ouvrages, dont, en collaboration avec Anne-Laure Van Bruaene, De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City, 13th-16th c. (Brepols, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540