Version classiqueVersion mobile

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

Quelles limites pour un Comtat Venaissin pontifical ?

Valérie Theis

Texte intégral

  • 1 Le terme d’annexion, qui était suggéré par le titre de la rencontre, ne doit pas surprendre ici. E (...)
  • 2 Aurell M., Boyer J.-P. et Coulet N., La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’ (...)
  • 3 Butaud G., « Le Comtat Venaissin : cartographie d’un territoire pontifical (XIIIe-XIVe siècle), G.(...)
  • 4 Devic C., Vaissette J. et Du Mège A., Histoire générale de Languedoc : avec des notes et les pièce (...)

1Le rattachement ou l’annexion du Comtat Venaissin aux États pontificaux est en général une question considérée comme bien connue et qui est très peu interrogée du point de vue de la question des frontières de ce territoire1. Beaucoup d’ouvrages se contentent de présenter cet épisode comme le transfert d’un territoire présenté comme stable et en général qualifié dans la bibliographie de « marquisat de Provence », en faisant comme si les limites de ce marquisat ne posaient pas problème, comme si elles n’avaient connu aucune transformation au gré des changements de domination de ce territoire2. Dans son article issu du colloque sur l’Europe avignonnaise de 2005, Germain Butaud rappelle que cette appellation de marquisat n’était pas la plus utilisée par les contemporains et qu’elle désignait dès avant l’époque pontificale un territoire beaucoup moins nettement défini qu’on ne l’imagine généralement3. Dans son ampleur maximale, au XIIe siècle, ainsi que cela est rappelé dans un acte de 1195 passé entre Raymond VI, comte de Toulouse, et Guillaume IV, comte de Forcalquier, il couvrait une zone qui allait de la Durance jusqu’à l’Isère, et du Rhône jusqu’au Mont Alvernico (Mont de Vernègues), à côté de Cavaillon4.

  • 5 Aurell M., Boyer J.-P. et Coulet N., La Provence au Moyen Âge, op. cit., p. 123, 150-151, 190-191  (...)

2Notre objet n’est pas de reconstituer les évolutions de frontière de ce vieux marquisat, mais simplement de souligner d’emblée à quel point il est problématique d’avoir voulu identifier le Comtat Venaissin, dans les formes qu’on put lui connaître aux XIIIe et XIVe siècles, au marquisat de Provence ou même à un territoire aux limites fixes et connues de tous, quel que soit le nom qu’on ait pu lui donner. La construction du Comtat Venaissin pontifical ne résulta pas du simple transfert d’un bloc territorial dont la souveraineté revenait en théorie à l’empereur, des mains du comte de Toulouse à celles d’Alphonse de Poitiers, puis à celles des papes. La cohésion et la stabilité territoriale étaient d’autant moins envisageables que cette région connut de longues phases de conflit au XIIIe siècle5. Les frontières du Venaissin telles qu’on les connaît pour la fin du Moyen Âge furent à la fois le résultat direct de ces conflits armés mais aussi, et c’est ce sur quoi on voudrait s’arrêter plus particulièrement ici, leur résultat indirect, par l’effet de brouillage qu’ils purent avoir sur la mémoire et sur la conservation des archives susceptibles de servir à connaître et à faire la preuve de l’extension des terres sur lesquelles la papauté estimait s’être vue reconnaître sa domination en vertu du traité de Meaux-Paris de 1229. Conflits et transferts de domination favorisèrent en effet un certain flou documentaire qui posait nettement problème à la papauté à une époque où une telle institution considérait qu’il était indispensable que ses droits pussent s’appuyer sur des preuves écrites (même si elles étaient elles-mêmes le résultat de la mise par écrit de témoignages oraux). En même temps, dans le Venaissin, c’est la situation particulière des changements de domination successifs qui fournit à l’historien l’occasion d’avoir accès à des sources permettant d’en connaître les limites. Le transfert de domination s’affirme donc comme un moment particulier, qui fait apparaître des manières de décrire et de délimiter le territoire qui resteraient autrement inconnues, car elles n’auraient pas forcément donné lieu à une réflexion et/ou à une mise par écrit de ce qu’était le territoire.

  • 6 Statuts du Venaissin de 1275, AC/Cavaillon, AA1, no 13. Vidimus du 14 novembre 1321 : « Item statu (...)

3Ce moment particulier de l’annexion qui, dans la conjoncture de la fin du XIIIe siècle, joue autant un rôle de révélation que de construction du territoire, permet de faire apparaître un certain nombre de constantes qui me semblent d’emblée très intéressantes pour la manière de concevoir et de représenter les territoires médiévaux. La première d’entre elle est que les sources de cette époque montrent que la notion de limite ou de frontière ne permet pas véritablement de rendre compte de la manière dont l’institution pontificale, et sans doute beaucoup de ses contemporaines, se représentaient le territoire. Si la notion de limite était utilisée très couramment pour les délimitations locales – lors des entreprises de bornage de territoires entre deux castra – elle n’était en effet que peu mobilisée pour penser le territoire d’une principauté. Dès les statuts du Venaissin de 1275, il était devenu obligatoire de procéder au bornage des territoires des différents castra du Venaissin (beaucoup de bornages étant par ailleurs antérieurs), mais s’il importait que les limites territoriales des castra fussent fixées avec autant de précision, c’est parce qu’à l’échelon supérieur, celui de la principauté, le territoire était d’abord pensé comme un agrégat de castra, entendus comme la ville ou le village dominant un territoire précis, borné, connu de tous, si bien qu’il suffisait de mobiliser le nom de ce castrum pour sous-entendre qu’on faisait allusion au lieu et à « son » territoire6.

4On touche ici à la seconde constante qui apparaît dans les sources au tournant des XIIIe et XIVe siècles : si de vagues limites géographiques, parfois appuyées sur des éléments naturels, pouvaient servir à situer de manière générale le territoire du Venaissin, en revanche, de l’époque d’Alphonse de Poitiers à l’époque de la domination pontificale, lorsqu’il s’agissait d’en fixer les limites avec précision, on avait d’abord recours à l’énumération de castra, et c’est la somme de ces castra et de leurs territoires qui constituait, pour les auteurs de ces documents, le territoire sous domination pontificale. Certaines sources permettaient en outre de distinguer nettement ce qui était placé, au moins en partie, sous le dominium direct du comte de ce qui était tenu en fief de lui, quand d’autres au contraire se contentaient d’assembler de manière indifférenciée les fiefs tenus du comte et les castra placés en totalité ou en partie sous son dominium direct. Ces deux grands types de sources fournissent donc des informations de nature différente, ce qui rend difficile certaines comparaisons. Mais, dans la mesure où le territoire comtadin était toujours présenté comme l’ensemble des castra qui étaient, au moins en partie, sous le dominium direct du comte du Venaissin, auxquels s’ajoutaient tous les fiefs tenus du comte, elles permettent toutes au minimum de faire apparaître l’ensemble territorial que constituait le Comtat Venaissin.

5Les territoires comtadins que les sources conservées permettent de reconstituer au tournant des XIIIe et XIVe siècle présentent entre eux des différences notables. Celles-ci tiennent bien entendu, on le verra, aux conditions particulières dans lesquelles ces sources furent produites, et aux objectifs différents qui leur avaient été assignés par leurs auteurs. Mais, au-delà de ces effets documentaires, elles permettent aussi de prendre conscience de la difficulté que pouvait représenter pour un souverain du Moyen Âge, dans le contexte particulier d’une annexion, le fait de prendre connaissance du territoire nouvellement placé sous sa domination. Même si elles ne donnaient qu’une image partiale et partielle du territoire, les souverains médiévaux n’avaient, comme nous aujourd’hui, d’autre choix que de s’appuyer sur ces sources. C’est donc en les étudiant en détail que l’on peut espérer comprendre comment elles furent utilisées par les souverains autant comme des instruments de connaissance du territoire annexé que comme des outils leur permettant de profiter de l’annexion pour construire un nouveau territoire.

Le territoire de la contestation

6Pour mieux saisir la relative instabilité des limites du Venaissin telles qu’elles sont présentées dans les différents types de sources conservées, il convient de repartir de la situation politique troublée que connut le Venaissin au XIIIe siècle. Elle seule peut en effet permettre de comprendre dans quelles conditions très particulières les premiers documents susceptibles d’aider la papauté, mais aussi les historiens, à connaître l’extension territoriale du Venaissin pontifical furent élaborés.

  • 7 Teulet A., Layettes du trésor des Chartes, t. II, 1866, Paris, no 1992, p. 150 : « Terram autem qu (...)
  • 8 Ibid., p. 165 : « Notum facimus omnibus presentem paginam inspecturis quod jus et terram, que habe (...)
  • 9 Berger E., Histoire de Blanche de Castille, reine de France, thèse pour le doctorat, présentée à l (...)
  • 10 Fornery J., Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, 3 vol., t. II, Avignon, F. Segui (...)
  • 11 Huillard-Bréholles J.-L.-A., Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, H. Plon, 1854, t. IV, (...)

7La prise de possession du Comtat Venaissin par la papauté ne s’est pas faite sans difficultés. Elle trouve son origine dans le traité de Meaux-Paris de 1229 qui léguait toutes les terres et tous les droits que Raymond de Toulouse tenait de l’empereur outre Rhône à l’Église romaine : « Quant à la terre qui est en empire et tout le droit qui en dépend ou pourrait en dépendre, nous les cédons précisément et absolument audit légat, au nom de l’Église, à perpétuité7. » On voit ici que la définition du territoire reste on ne peut plus vague, ce qui sous-entend en fait que chacun connaissait très bien les limites des domaines du comte de Toulouse de l’autre côté du Rhône. À cette époque, la papauté ne jugea pas essentiel de prendre en charge la gestion de ces territoires et, tout en prétendant bien les dominer, elle en laissa la garde au roi de France (c’est-à-dire en réalité, à ce moment-là, à Blanche de Castille)8. Dès 1232, la monarchie française tenta de convaincre le pape de rendre ces terres au comte de Toulouse, mais en vain9. En mars 1234, comme le prévoyait l’accord entre le pape et le roi de France, ce dernier décida de renoncer à la garde de ces terres, laissant ainsi le champ libre aux entreprises de reconquête du comte de Toulouse Raymond VII10. Dès septembre de la même année, l’empereur réinvestissait Raymond de ces terres, qui dans l’acte impérial étaient qualifiées de terra Venesini, montrant ainsi que du côté impérial, l’ensemble territorial dominé par les Toulouse dans l’empire avait déjà une identité particulière, indépendante de celle du « marquisat de Provence11 ».

  • 12 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 116-120
  • 13 Boutaric E., Saint-Louis et Alphonse de Poitiers. Étude sur la réunion des provinces du Midi et de (...)
  • 14 Gap L., « Rôle original des hommages rendus en mai 1251 à Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse (...)
  • 15 Guiraud J., Les Registres de Grégoire X (1272-1276). Recueil des bulles de ce pape publiées ou ana (...)

8Faute d’une intervention militaire de la papauté, qui se contenta de confier la garde du Venaissin à l’archevêque d’Arles et à l’évêque de Carpentras, le nonce impérial Torello de Strada et Raymond de Toulouse n’eurent sans doute guère de mal à reprendre en main l’essentiel de ce territoire12. À la mort de Raymond de Toulouse, il ne faisait pas de doute pour la monarchie française que les terres devaient revenir à sa fille, Jeanne, mariée au frère du roi de France, Alphonse de Poitiers, alors parti en croisade. Il revint donc encore une fois à Blanche de Castille et à ses commissaires de manœuvrer pour empêcher l’envoyé du pape, Pierre de Colmieu, cardinal évêque d’Albano, de réclamer le Venaissin au nom du pape. Raymond Gaucelme, sire de Lunel, se chargea de l’essentiel de l’application de cette politique sur le terrain13, avant de devenir le premier sénéchal du Venaissin pour Alphonse de Poitiers et de recevoir en son nom l’hommage de ses vassaux en mai 125114. Ce n’est qu’en 1273, deux ans après la mort d’Alphonse de Poitiers, que le pape demanda officiellement au roi de France Philippe III de lui remettre le Venaissin, ce que ce dernier accepta, donnant lieu au premier repérage du terrain par des commissaires pontificaux15. En effet, lorsque le pape récupéra ce qu’il estimait être son territoire, celui-ci avait connu près d’une cinquantaine d’années de conflits et si les signes d’une certaine continuité entre l’époque du gouvernement de Raymond VII et celle d’Alphonse de Poitiers ne manquent pas, rien n’indique en revanche que Grégoire X pût compter, lors de sa prise de contrôle sur le Venaissin, sur une grande diligence de ceux qui l’avaient précédé pour lui faire connaître l’ampleur de ses droits.

  • 16 Archivio Segreto Vaticano, Archivum Arcis, Armarium C, no 263, 9 novembre 1274.
  • 17 Les dépositions de Cécile de Baux sont éditées dans Faure C., Étude sur l’administration et l’hist (...)
  • 18 Archivio Segreto Vaticano, Archivum Arcis, Armarium C, 264
  • 19 Ibid. : « Super omni eo quod dominus papa et ecclesia romana tenent et possident in Cavallicensem, (...)

9Dans ce contexte particulier, les officiers pontificaux se retrouvèrent confrontés à la nécessité de reconstituer par eux-mêmes ce que pouvait être le territoire qui était censé avoir été attribué au pape en 1229. Celle-ci se fit d’autant plus pressante en 1274 que l’annonce de la restitution du Venaissin au pape donna le coup d’envoi d’une série de réclamations sur tout ou partie de ce territoire, devant lesquelles la papauté se trouva d’abord prise au dépourvu. On a en effet conservé la trace de l’envoi, en 1274, par le premier recteur du Comtat pontifical, Guillaume de Villaret, et par les évêques de Carpentras et de Cavaillon, d’une enquête réalisée à la demande du pape sur les droits de l’Église romaine dans le Venaissin, ce qui indique que celle-ci en était alors fort ignorante16. De cette enquête, ne sont restés que quelques fragments de témoignages, ainsi qu’une liste des revendications qu’il s’agissait alors de faire taire. La plus importante et la plus connue est celle de Cécile de Baux, fille de Barral de Baux, à qui Raymond VII, le 24 février 1241, avait légué le Comtat en cas d’absence d’héritier mâle. La volonté de Cécile de faire valoir ses droits donna lieu à une déposition éditée par Claude Faure en 190917. Une bandelette de papier en mauvais état conservée aux Archives vaticanes nous apprend cependant que cette réclamation n’était pas isolée18. À la même époque, le seigneur d’Apt contestait les droits du pape sur Bonnieux et Dragonnet de Montauban faisait de même pour Valréas. C’est dans ce document récapitulatif sur l’état de ces contestations que l’on trouve la première description de l’étendue du Venaissin tel qu’on le concevait du côté pontifical en 1274. Le document pontifical demandait en effet à un nonce de s’informer « sur tout ce que le seigneur pape et l’Église romaine tiennent et possèdent dans les villes et diocèses de Cavaillon, Carpentras, Vaison, Orange, Avignon, Digne et leurs environs ou ailleurs dans les régions susdites et les lieux environnants desquelles choses les limites (confinia) sont le Rhône d’un côté, d’un autre la Durance, d’un autre le castrum de Sault ou son territoire du côté de Mormoiron, et d’un autre le castrum de Visan ou son territoire du côté de Malaucène19 ».

  • 20 Gautier Dalché P., « Limite, frontière et organisation de l’espace dans la géographie et la cartog (...)

10On voit donc qu’à cette époque, les limites du Comtat étaient définies de manière encore assez vague, mais ce qui est tout aussi intéressant est la manière dont ces limites avaient été imaginées. Elles présentaient le Comtat comme un territoire délimité sur deux côtés par des éléments naturels érigés en frontières, les fleuves, donc par des lignes frontières. Sur les deux autres côtés, un double système de limites, beaucoup moins précis, avait été imaginé. Il s’appuyait sur des lieux ponctuels marquant la limite extérieure maximale, le castrum de Sault à l’Est, et le castrum de Visan au Nord, et sur des territoires castraux, celui de Mormoiron à l’Est, et celui de Malaucène au nord. Cette manière de décrire les limites, rendue déjà problématique par la différence de représentation entre les frontières ouest et sud d’un côté, et les frontières nord et est de l’autre, apparaît comme plus singulière encore si l’on considère la distance très grande qui sépare le castrum de Visan de celui de Malaucène, et le castrum de Sault de celui de Mormoiron, ce qui laissait une grande marge d’interprétation possible sur ces deux côtés du Venaissin. Cette singularité apparente diminue cependant si l’on se rappelle qu’on retrouve ce double système de lignes et de points dans d’autres sources médiévales et si l’on ajoute qu’un tel document était aussi destiné à inciter les enquêteurs à envisager le Venaissin pontifical dans l’extension maximale qu’il serait possible de lui donner20. Il pouvait ainsi coexister à la même époque d’autres manières de décrire le territoire, elles-mêmes liées à d’autres objectifs.

  • 21 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (122 (...)

11Par exemple, dans le cadre de la protestation qu’elle essayait de porter, il était de l’intérêt de Cécile de Baux d’essayer au contraire de se montrer plus précise dans sa définition de ce qu’était selon elle le territoire dont elle aurait dû hériter. Dans la déposition conservée, elle donna effectivement sa propre définition du Venaissin21. Elle le décrivait comme composé d’un ensemble de castra que l’on peut représenter sur une carte (voir cahier couleur, pl. I).

  • 22 On peut les connaître grâce à l’enquête domaniale commandée par Alphonse de Poitiers et réalisée e (...)

12Certains parmi ces castra étaient en outre signalés comme étant sous le majus dominium du comte ou de la comtesse du Venaissin, et ce sont eux qui sont représentés sur la carte en couleur plus claire. Ce choix de castra censés constituer l’ensemble où Cécile disposait du majus dominium, donc du mère empire, est particulièrement étonnant, car il ne s’agissait pas des endroits où le comte du Venaissin avait le mère empire à l’époque d’Alphonse de Poitiers. Comme on le voit sur la carte suivante du Venaissin en 1253-1253, les castra inféodés du comte étaient nettement plus nombreux22 (voir cahier couleur, pl. II).

  • 23 Ibid., f° 33 v°-35.
  • 24 Ibid., f° 33 v°-34.
  • 25 Labande L.-H., Avignon au XIIIe siècle. L’évêque Zoen Tencarari et les Avignonnais, Paris, A. Pica (...)

13Mais si on cherche à comprendre ce qui unissait cet ensemble de castra où Cécile revendiquait le majus dominium, on s’aperçoit qu’ils faisaient partie des fiefs que Barral de Baux, le père de Cécile, tenait déjà du comte Alphonse de Poitiers et qu’on appelait à cette époque les « terres de Barral23 ». Les cinq castra cités comme étant ceux où elle disposait du majus dominium sont en effet Monteux, Loriol, Bédoin, Caromb et Entraigues, qui étaient les principaux fiefs détenus par son père. Cela n’avait donc rien à voir avec ce qu’avait été l’ensemble des castra où le comte ne détenait que le majus dominium sous Alphonse de Poitiers. Il ne s’agissait cependant pas non plus de l’ensemble des fiefs connus pour avoir été, à l’époque d’Alphonse de Poitiers, des fiefs tenus par Barral de Baux. Il manque en effet Bédarrides, Frontignan, Flassan, Savoillan, Brantes, Aulan, Saint-Saturnin et Saint Léger, et la liste ne correspond pas non plus à ceux des castra dans lesquels Barral précisait qu’il détenait l’exercice de toute la juridiction (Loriol, Caromb, Bédoin et Saint-Léger)24. Cependant, si l’on veut essayer de trouver une cohérence à cet ensemble de castra, on peut revenir au début de son texte où elle explicite sa conception du majus dominium, qui renvoie à ce qu’elle serait censée tenir post imperatorem, donc directement de l’empereur. En partant de cette insistance sur l’empereur, on peut alors se souvenir que le 21 août 1240, Barral de Baux avait reçu de Raymond de Baux, qui les tenait directement de l’empereur après sa réinvestiture de 1234, les fiefs de Monteux, Sarrians, Loriol, Caromb, Bédoin et Entraigues25. Même si, entre temps, Sarrians avait visiblement été oublié, la proximité de cette liste avec celle des castra ad majus dominium est frappante. À l’époque de Barral, ces fiefs n’étaient pas tenus directement de l’empereur, mais du comte du Venaissin reconnu par l’empereur, Raymond de Toulouse. Cependant, à partir du moment où Cécile serait elle-même devenue comtesse du Venaissin, elle aurait cette fois tenu directement ces fiefs de l’empereur. Il n’en reste pas moins que, même en essayant de restituer la logique qui pouvait l’avoir poussée à isoler ces castra afin de mettre nettement en valeur les vieux fiefs familiaux tenus de l’empereur, elle témoigne d’une assez grande confusion dans l’esprit de Cécile de Baux ou de ses conseillers car, à partir du moment où elle aurait été reconnue comme comtesse du Venaissin, c’est l’ensemble des castra de cette région qu’elle aurait été censée tenir de l’empereur.

14En plus de cette description à la fois précise et confuse, Cécile de Baux avait livré dans sa déposition une description plus générale des limites du Venaissin. Selon elle, le Comtat s’étendait d’un côté jusqu’à la Durance, de l’autre jusqu’au Rhône, de l’autre au territoire d’Ozolanum (Navesani ayant été d’abord écrit puis barré), et enfin de l’autre jusqu’à Sault. Le scribe avait hésité sur la graphie du lieu qui devait marquer le point limite au Nord : « territorium Navesani » pouvait renvoyer aussi bien à Noveysan (Noveysanum dans le Nord, à l’est de Saint-Pantaléon et de Rousset) qu’à Visan (Avisanum), alors que « castrum Ozolani » ne renvoyait à rien du tout, mais traduisait sans doute la méconnaissance du scribe à qui on avait demandé de faire une correction sur des lieux qui ne lui disaient manifestement rien. Cette description synthétique n’est pas sans rappeler la première de celles que nous avons citées, qui venait des officiers pontificaux, justement au sein d’un paragraphe où ils évoquaient les revendications de Cécile de Baux, ce qui pourrait expliquer la grande proximité entre les deux textes. Il n’est pas impossible que, dans l’état de grande incertitude où se trouvaient alors les envoyés du pape, ils aient choisi de prendre comme point de départ de leurs enquêtes la description synthétique que leur principale rivale leur avait fournie dans sa déposition. Ainsi, le territoire aurait commencé par être repéré par le biais des informations que délivrèrent à la papauté ceux qui, justement, entendaient l’empêcher de prendre possession de ce territoire.

  • 26 Archivio Segreto Vaticano, Armadio, XXXV, 21.

15Il existe enfin un troisième document qui permet d’avoir encore une autre vision de ce territoire en 1274. Ce document est un registre, aujourd’hui conservé aux Archives vaticanes, dans lequel fut fixée par écrit la mémoire du déroulement des cérémonies de passation de pouvoir entre le roi de France et les représentants du pape qui se déroulèrent entre le 27 janvier et le 16 février 127426. À cette occasion, les deux commissaires du pape, Bernard de Languissel, archevêque d’Arles, et Guillaume de Saint-Laurent, camérier du pape, exigèrent de tous les hommes placés sous la juridiction du pape de se présenter pour prêter serment de fidélité au pape et à l’Église romaine et, de tous ses vassaux, de prêter hommage pour les fiefs qu’ils tiendraient désormais du pape. Les noms de tous les hommes qui se présentèrent pour prêter serment de fidélité furent enregistrés dans ce document. Pour les principaux vassaux du pape, on précisa en outre les noms des castra qu’ils reconnaissaient tenir en fief du pape. Les informations contenues dans ce registre représentent donc un premier état de ce que la papauté pouvait savoir, en 1274, de l’ampleur de sa domination sur ce que les commissaires appelaient les terre Venessini.

16On peut les représenter synthétiquement sur une carte, les castra en jaune étant ceux pour lesquels les commissaires du pape reçurent un ou plusieurs hommages de leurs vassaux et les territoires en bleu, ceux dont une partie au moins des habitants prêta serment de fidélité au pape (sans exclure que des vassaux aient pu aussi prêter hommage pour une partie du dominium de ces castra). Le principal intérêt d’une telle représentation, toute schématique qu’elle soit, est qu’elle permet de comparer ce Venaissin des serments de fidélité avec ce qu’on pouvait savoir de l’étendue des pouvoirs du comte sous Alphonse de Poitiers et avec les réclamations de Cécile de Baux. On s’aperçoit alors que chaque document propose une ampleur territoriale sensiblement différente pour le Venaissin. Au-delà des effets de source, cela laisse penser que l’annexion de ces domaines par la papauté en 1274 se fit dans des conditions telles qu’aucun des acteurs intéressés par cette question ne disposait des mêmes informations sur ce qu’avait pu être autrefois l’extension de ce territoire et sur l’ampleur de la juridiction comtale à l’intérieur de celui-ci.

  • 27 Bibliothèque municipale de Carpentras (Bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 99 v° pour Lagnes (...)
  • 28 Ibid., f° 141 v°-145.
  • 29 Archivio Segreto Vaticano, Armadio XXXV, 21, f° 35 v°.
  • 30 Cette hypothèse n’est cependant pas la seule à prendre en compte, car elle impliquerait un assez g (...)

17Le Venaissin de Cécile de Baux était de loin le plus modeste, puisqu’il lui manquait par rapport à celui d’Alphonse de Poitiers toute une série de castra dans l’est et dans le nord du territoire. Celui que l’on peut reconstituer par le biais des serments de fidélité et des hommages aux représentants du pape était lui aussi de taille plus réduite : on ne peut qu’être frappé par l’absence de toute une série de castra dans le Sud-Est comme Lagnes ou Saumane, qui étaient pourtant sous le dominium direct du comte à l’époque d’Alphonse de Poitiers en ce qui concerne Saumane et où le comte tenait la moitié de la juridiction dans le cas de Lagnes27. L’autre différence majeure est bien entendu le statut d’Avignon. À l’époque d’Alphonse de Poitiers, la juridiction sur la ville était partagée entre le comte de Provence Charles d’Anjou et Alphonse de Poitiers28. Les émissaires du pape de 1274 ne l’ignoraient pas, car le registre des serments se termine mi-février par un acte dans lesquels ils firent part d’un certain nombre de réclamations concernant certains lieux qu’ils estimaient devoir revenir au pape. Ils réclamèrent ainsi la moitié de la juridiction sur Avignon, ainsi que l’hommage pour un certain nombre de fiefs tenus par Lambert, seigneur de Montélimar : cet hommage devait concerner selon eux le castrum de La Garde-Adhémar (près de Pierrelatte), une part de Savasse (au nord de Montélimar), Châteauneuf-de-Mazenc (à l’ouest de Montélimar, donc beaucoup plus au nord), Rac et Montpangier (aujourd’hui disparus)29. À ces demandes, les représentants du roi de France répondirent qu’ils ne restitueraient rien, sauf si le roi lui-même ou le sénéchal de Beaucaire leur en faisaient la demande expresse, ce qui, bien entendu, ne fut jamais le cas. L’acte était en revanche suivi d’un serment de bien exercer son office pour un notaire dans les lieux de Saumane, Lagnes, Beaumette et Oppède, ce qui montre que ces territoires étaient bien reconnus comme faisant partie du Venaissin. Cela fut de courte durée pour Beaumette, qui par la suite n’apparaît plus dans les sources d’époque pontificale, mais en revanche, cela montre qu’il convient toujours d’être attentif aux effets de sources qui, en fonction des objectifs qui avaient prévalu lors de leur constitution, n’accordaient pas forcément d’attention à des éléments qui nous semblent signifiants. Il n’est en effet pas impossible que parmi les hommes qui vinrent prêter serment de fidélité à l’Isle-sur-la-Sorgue ou à Oppède, se soient en réalité aussi trouvés des hommes originaires des castra proches, qui furent enregistrés sans tenir compte de leur véritable lieu de résidence30. Cependant, même si on admettait cette explication et qu’on l’étendait aux autres castra qui n’apparaissent pas sur la carte de 1274 alors que le comte y disposait autrefois d’une part ou de la totalité de la juridiction, il n’en resterait pas moins que cela témoignerait au minimum d’un grand manque de familiarité des envoyés du pape avec le territoire dont ils furent chargés de prendre possession. Il n’est pas impossible non plus que certains habitants du Comtat Venaissin aient été plus rétifs que d’autres à venir prêter serment de fidélité aux commissaires en profitant du fait que ceux-ci ne s’étaient pas rendus dans leur lieu de résidence (voir cahier couleur, pl. III).

18Ces quelques comparaisons indiquent à quel point il est difficile de disposer de sources complètes et comparables pour cette époque dans cette région. Il est certain qu’un registre comme le registre 21 de l’Armadio XXXV, dont on voit qu’il ne permettait même pas d’obtenir une liste de tous les lieux où le pape pouvait revendiquer l’exercice d’une part de la juridiction, ne pouvait constituer le document de référence permettant à la papauté d’établir quelles étaient les limites exactes du territoire qu’elle était parvenue à annexer.

Vers un Comtat Venaissin pontifical : du retour aux sources à l’expansion

  • 31 ASV, Archivum Arcis, Amarium C, 263.
  • 32 Ibid., 246.

19La papauté s’en préoccupa-t-elle et quand ? En 1274, on a vu que les réclamations de divers seigneurs avaient suscité une réaction de sa part avec l’ordre, donné par Grégoire X au recteur et aux évêques de Cavaillon et Carpentras, d’enquêter sur la solidité de ces allégations31. On n’a conservé du résultat de ces interrogatoires que peu de choses, parmi lesquelles se trouve un fragment du procès-verbal tiré du témoignage de deux chanoines de Carpentras, qui porte moins sur la question des limites du territoire que sur la reconstitution des événements qui se déroulèrent dans le Venaissin entre 1229 et 127432. On ne sait donc pas quel fut le résultat de ces interrogatoires, mais ce qui compte est de voir que la papauté fut, en 1274, forcée d’avancer dans un brouillard relativement épais, alors même qu’existait à l’époque une source de référence permettant de connaître avec beaucoup plus de précision le territoire et les droits dont les papes pouvaient prétendre se rendre maître, source qui a permis d’établir la carte du Comtat en 1253-1254 présentée plus haut.

  • 33 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 1 : « Domino comit (...)
  • 34 Paris, Archives nationales, J 319, 52 folios et JJ 11, f° 158-210.
  • 35 Paris, BNF, Nouv. Acq. Lat., 1751 et Londres, British Library, Add MS 17309.

20Pour l’époque d’Alphonse de Poitiers, qui précéda directement la prise de possession du Venaissin par la papauté, on dispose en effet d’un long texte, extrêmement précis et intéressant pour notre propos, souvent désigné sous le nom de « Livre rouge du comte de Toulouse » ou de « Polyptyque » ou « Terrier du Venaissin », ces deux dernières dénominations étant particulièrement inadaptées. Il s’agit en fait des résultats d’une enquête domaniale, qui fut menée à la demande d’Alphonse de Poitiers entre le 27 octobre 1253 et le 23 janvier 1254. Le responsable de l’enquête était l’évêque de Carpentras qui commit son notaire, Guillaume Bermundi, avec le conseil de Gui Foulcois, alors juriste de renom (avant de devenir le pape Clément IV), à la mise en œuvre de celle-ci avant d’en transmettre les résultats au comte33. Il s’agissait d’enregistrer dans un même document tous les éléments permettant de connaître l’ampleur de la juridiction du comte dans les divers lieux de son comté, les redevances banales et foncières qu’il était en droit de réclamer, les biens qu’il possédait en propre et la nature des obligations des vassaux qui tenaient des fiefs de lui dans le Venaissin. L’enquête mise au propre est constituée d’une part d’un ensemble que les historiens ont souvent appelé le « procès-verbal » de l’enquête, mais qui constitue déjà une version mise en ordre de celle-ci (ne serait-ce que parce que l’enregistrement des données n’est pas chronologique) et, d’autre part, d’une synthèse des résultats. Aux Archives nationales sont conservées la synthèse originale et une copie de cette synthèse34. On a en outre conservé plusieurs copies de cette enquête35. Parmi elles, la copie qui est aujourd’hui conservée à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, le manuscrit 557, couvert de cuir rouge, est celui qui a donné son surnom de « Livre rouge » à l’enquête.

21Si l’on essaie de représenter sur une carte les fiefs tenus d’Alphonse de Poitiers et les lieux où il exerçait directement au moins une part de la juridiction, on obtient la carte de ce qu’était le Venaissin en 1253-1254, carte qui a été utilisée pour la confronter aux allégations de Cécile de Baux (voir cahier couleur, pl. II). On ne peut alors qu’être frappé par l’écart qui existait entre ce Venaissin alphonsin, celui qui était, quelques années plus tard, décrit par Cécile de Baux et celui qui peut en partie être connu par la mission des commissaires pontificaux de 1274. Si cet écart avait été en faveur des revendications des différents acteurs, on aurait pu penser que le « Livre rouge » avait alors été mis de côté à dessein. Cependant, dans la mesure où, au contraire, les territoires concurremment présentés comme étant « le Venaissin » en 1274 étaient tous plus réduits que celui d’Alphonse de Poitiers, cela indique plutôt qu’aucun des acteurs de 1274 ne disposait de cette enquête et donc qu’ils en savaient probablement moins que nous, et que d’autres acteurs locaux médiévaux, sur les limites du Comtat Venaissin à cette époque.

  • 36 Ehrle F., « Zur Geschichte des Schatzes, der Bibliothek und des Archivs der Päpste im vierzehnten (...)
  • 37 Id., Historia Bibliothecae Romanorum Pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis, I, Rome, typis (...)
  • 38 Il faut noter que cette erreur ne se retrouve pas dans la version du texte conservée à la Biblioth (...)

22Quand les papes réussirent-ils à combler cette lacune dans leur connaissance du territoire qu’ils étaient en droit de revendiquer ? Ce n’est qu’à partir des années 1290, lorsqu’on dispose d’un peu plus de sources, que nous avons la possibilité de le savoir. Les inventaires de la bibliothèque et des archives pontificales indiquent en effet que, dès 1295, la papauté disposait d’un Liber de juribus Comitatus Venaissini36. Plus tard, en 1311, alors que Clément V était installé à Avignon depuis deux ans, on trouve une autre mention encore plus précise, concernant probablement le même ouvrage dans un inventaire des archives pontificales qui étaient restées à Pérouse, donc qui étaient celles appartenant à la papauté avant l’élection de Clément V en 1305. L’inventaire indique la mention suivante : « Item unum librum scriptum de bona nota in cartis edinis in quo continentur omnes terres possessiones et jura totius comitatus Venaissini et feuda et homagia et redditus qui incipit in secundo folio : de spenta undecim enim., et finit in penultimo : alio locali II solidos turonensium. Item et est in tabulis cohopertis de corio rubeo cum duobus clausoriis de corio rubeo37. » L’indication d’une couverture en cuir rouge peut d’emblée permettre de deviner de quel manuscrit il s’agit, mais c’est surtout la précision des premiers mots du 2e folio et de l’avant-dernier qui permet de confirmer cette intuition puisque les mots correspondent (à un détail près, une petite faute de copie entre enim. et emin.) à ceux qu’on trouve en ces endroits dans le manuscrit de l’enquête d’Alphonse de Poitiers conservé à Carpentras, qui était donc le livre de référence des papes concernant ses droits dans le Venaissin. L’identification du manuscrit grâce à cette mention d’inventaire est d’autant plus certaine que, parmi les copies de l’enquête dont on dispose, celle de Carpentras présente une particularité due à une erreur du copiste. Celui-ci avait en effet d’abord oublié quelques pages concernant Avignon38. La copie de ces pages fut donc rajoutée en fin de manuscrit, et c’est leur contenu qui sert de point de repère dans l’inventaire de Clément V pour les ultimes mots du pénultième folio (ces mots ne se trouvant pas à cet endroit dans les autres versions). Sur la base de ces deux mentions d’inventaire, on pourrait avoir tendance à imaginer un peu rapidement que, dès les années qui suivirent la cession du Venaissin, la papauté se procura une copie de l’enquête d’Alphonse de Poitiers qui devint sa référence pour connaître l’ampleur du territoire qu’elle avait annexé. Mais cette conclusion serait trop hâtive et ne résiste pas à l’examen du manuscrit aujourd’hui conservé à Carpentras.

  • 39 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 146.
  • 40 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (122 (...)
  • 41 Édition dans Falque M., Le procès du Rhône et les contestations sur la propriété d’Avignon (1302-1 (...)
  • 42 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 147 : « si autem i (...)
  • 43 Fournier P., Le royaume d’Arles et de Vienne. Étude sur la formation territoriale de la France dan (...)
  • 44 Chevalier C.-U.-J., Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Montélimar, impr. de Bourron, (...)

23Le contenu de ce manuscrit, comme celui de la Bibliothèque nationale de France, prouve qu’ils furent établis plusieurs années après 1274. En effet, le texte de ces manuscrits de l’enquête se caractérise par le fait qu’après la synthèse faite du temps d’Alphonse de Poitiers, fut rajouté un chapitre concernant les ajouts qui furent faits au Venaissin après la réalisation du premier « Livre rouge ». Ce chapitre avait été intitulé : Acquisitiones facte post factam editionem huius libri39. On y trouve une série de dix mentions qui font référence à des confiscations, accords ou achats, qui ne sont jamais datés, mais qu’on peut en partie dater. Les mentions les plus tardives renvoient à une série d’actes faits du temps d’un certain « Philippe », qu’on peut identifier comme étant Philippe de Bernizon (ou Filippo de Bernizono), recteur pontifical du Venaissin entre 1290 et 129540. La dernière mention du texte est la mention de la donation du roi de France au roi de Naples, Charles d’Anjou (d’ailleurs appelé roi de Sicile, péninsulaire bien sûr…), de son dominium sur la moitié de la ville d’Avignon en 129041. On ne peut douter des raisons qui ont poussé à terminer par cette mention : c’était le point qui posait le plus problème à l’Église romaine depuis 1274. En plaçant cette mention en dernier, le « Livre rouge » finissait ainsi : « si dans ladite cité, l’Église romaine peut revendiquer des droits, le collecteur et compilateur l’ignore42 ». À part si on émet l’hypothèse que cette mention de donation ferait référence à la confirmation de la donation, qui eut lieu en février 129143, ce don n’est pas, d’un point de vue chronologique, la dernière mention ajoutée dans l’enquête. En effet, la 7e mention de ce chapitre fait état d’un accord avec Hugonet Adhémar et Adhémar de Poitiers, conclu à Tarascon, par lequel les deux hommes acceptèrent de faire hommage au pape pour onze castra et une partie de la juridiction de castra plus importants comme Montélimar et Pierrelatte, acte qui eut lieu le 22 janvier 129144. On a donc vraisemblablement choisi de finir l’ouvrage par l’événement le plus important en termes de portée, et non par celui qui était le dernier dans l’ordre chronologique.

  • 45 Hayez M., « Valréas et ses seigneurs au XIVe siècle », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1967, p (...)
  • 46 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 38-40.
  • 47 Langlois E., Les Registres de Nicolas IV. Recueil des bulles de ce pape, publiées et analysées d’a (...)

24Le plus important est que ces mentions prouvent que les versions complètes de l’enquête d’Alphonse de Poitiers, comme celles de la bibliothèque municipale de Carpentras et de la Bibliothèque nationale, furent réalisées à l’époque du gouvernement pontifical et largement après 1274. Comme on a vu que la première mention du « Livre rouge » dans les archives de la papauté datait de 1295, dans un inventaire dont Boniface VIII avait lui-même ordonné la réalisation, on peut se demander si ce pape ne fut pas le commanditaire de cette mise à jour de l’enquête d’Alphonse de Poitiers. Plusieurs éléments ne semblent pas permettre de soutenir cette thèse, parmi lesquels on peut d’abord penser au délai très court entre l’élection du pape et l’établissement de ce premier inventaire. Sachant que Boniface VIII a commandé l’inventaire de ses livres et archives juste après son élection, s’il avait été aussi le commanditaire de remise à jour de l’enquête d’Alphonse de Poitiers, il aurait fallu que celle-ci lui soit envoyée très rapidement pour être déjà intégrée à l’inventaire de 1295. D’autre part, en juillet 1294, le dauphin de Viennois fit l’acquisition de Valréas pour 12 000 livres, en profitant de la vacance du pouvoir pontifical, et en fit ensuite hommage au pape, par le biais de son recteur45. On pourrait ainsi s’étonner qu’un tel événement n’ait pas été ajouté à la liste de ceux qu’on a déjà cités si la compilation avait été réalisée après 1294. En dehors de Boniface VIII, un autre pape pourrait avoir commandé un tel recueil si on considère le reste de ses actions : il s’agit de Nicolas IV, qui fut pape entre 1288 et avril 1292. Sous son pontificat, on dispose pour la première fois d’une série relativement nombreuse de lettres concernant le Venaissin, une vingtaine de lettres, ce qui n’était jamais arrivé sous les papes précédents46. Ces lettres permettent de voir que le pape demanda notamment à son recteur d’exiger l’hommage de certains seigneurs qui s’en étaient dispensés et de récupérer certains castra usurpés47. L’œuvre de remise en ordre et de récupération des domaines menée par ce pape concorderait donc bien avec la demande d’envoi en Italie d’un mémoire sur les droits du pape dans le Venaissin, ce qui permettrait de dater la réalisation du recueil composé des procès-verbaux et de la synthèse de l’enquête d’Alphonse d’entre février 1291 et avril 1292.

*

  • 48 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (122 (...)
  • 49 ASV, Camera Apostolica, Collectoriae 260, f° 118.
  • 50 ASV, Instr. Misc. 617.

25Ce n’est donc qu’à partir des années 1290 que la papauté se mit à disposer de textes de référence permettant de connaître les limites du territoire qui lui avait été cédé. Ces textes montrent que, dès cette époque, elle eut à cœur non seulement de faire valoir les droits qu’elle estimait être les siens depuis 1229, mais que ses agents furent dès lors chargés de mener une entreprise d’expansion territoriale dont on peut pour finir essayer de mettre en valeur la logique. C’est une autre annexion d’importance qui nous permet de savoir quels furent les résultats de cette politique entamée dans les années 1290. En 1317, la papauté obtint des Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui avaient hérité des biens des Templiers après la dissolution de l’ordre, que ceux-ci cédassent à la papauté tous les domaines proches du Venaissin qu’ils avaient reçu à cette occasion. L’acte de donation, qui a été édité par Claude Faure dès le début du siècle, permet de faire apparaître sur une carte les ajouts au Venaissin de la fin du XIIIe siècle48. À l’occasion de cette donation, la papauté envoya sur le terrain des officiers pour prendre possession officiellement des nouveaux droits du pape, et c’est lors de ces prises de possession que les officiers établirent une liste des castra qui appartenaient alors au Comtat Venaissin49. La même année, la papauté réussit aussi à acheter le castrum de Valréas qui lui avait une première fois échappé50 (voir cahier couleur, pl. IV).

  • 51 Édition dans Falque M., Le procès du Rhône et les contestations sur la propriété d’Avignon (1302-1 (...)
  • 52 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 200 et (...)
  • 53 Ibid., p. 181-182.

26Si on observe cette dernière carte, deux éléments peuvent être mis en avant afin d’éclairer la question dont nous sommes partis. Entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle, la papauté entreprit de consolider sa domination territoriale dans le Venaissin, et elle le fit d’abord en s’appuyant sur un horizon de représentation de ce qu’était le Venaissin qui lui était fourni par ce qu’il avait été à l’époque d’Alphonse de Poitiers. L’étape ultime de cette logique de « reconstitution » d’un territoire qui lui avait en partie échappé fut, bien entendu, l’achat de la ville d’Avignon en 134851. Mais cette logique ne fut pas la seule à être mise en œuvre. La carte de 1319 fait en effet apparaître une seconde logique, nouvelle cette fois, celle d’un renforcement progressif de la cohésion des territoires annexés, en particulier dans le nord de la région. En effet, toute la politique d’achats, de donations plus ou moins forcées et les accords visant à obtenir des hommages au début du XIVe siècle permirent aux papes de dominer un territoire qui, au final, offrait une cohésion plus grande que celle qu’avait autrefois le Venaissin alphonsin. Cette politique fut d’ailleurs encore poursuivie par la suite avec l’obtention de l’hommage des dauphins pour les castra qui séparaient l’enclave de Valréas du reste du Venaissin ou encore avec l’achat de Visan en 134452. Dans cette seconde perspective de renforcement de la cohésion du territoire, il ne s’agissait d’ailleurs pas seulement de s’étendre, mais aussi d’augmenter la part des territoires placés sous le dominium direct du pape, comme cela avait déjà été le cas avec Valréas en 1317, et comme cela fut le cas avec Carpentras en 1320, qui passa du dominium de l’évêque à celui du pape53.

27Dans l’esprit de la papauté, il ne fait donc guère de doute que la politique qui se plaçait dans la logique de l’annexion de 1274 se poursuivit jusqu’en 1348. À partir de 1317, la papauté amorça parallèlement une autre logique de construction du territoire, qui consistait à la fois à l’étendre et à en renforcer la continuité, mais l’analyse des quelques documents concernant la période 1274-1317 montre que, dans un premier temps, la ligne directrice de l’action territoriale des papes ne peut être comprise qu’en revenant sur les conditions de l’annexion de 1274. Vue de cette manière, il apparaît que l’annexion fut loin de se réduire à un moment ponctuel ou à un processus simple. À l’annexion immédiate d’un certain nombre de castra, qui représente cette part simple et ponctuelle de l’annexion à laquelle on limite souvent notre regard, il faut en effet adjoindre, si l’on veut avoir une compréhension globale du phénomène, la problématique de l’annexion des archives qui rendit possible sur le temps long non seulement l’annexion d’autres terres, mais aussi la construction imaginaire d’un territoire dont des générations successives d’officiers et de papes s’efforcèrent ensuite de faire une réalité.

Notes

1 Le terme d’annexion, qui était suggéré par le titre de la rencontre, ne doit pas surprendre ici. En effet, même si, comme on le verra dans cet article, le Comtat Venaissin était au XIIIe siècle encore placé sous la souveraineté de l’empereur, ce qui pourrait laisser penser que le passage de ces terres sous la domination pontificale consista seulement en un transfert de fief, il ne nous semble pas pertinent scientifiquement de considérer que cette souveraineté impériale se maintint dans la longue durée. En effet, l’histoire tumultueuse des rapports entre papauté et empire conduisit à ce que jamais le pape ne prêtât hommage à l’empereur pour le Venaissin. À partir du moment où le pape se vit remettre ces terres par le roi de France, en 1274, on ne vit plus jamais aucune intervention de l’empereur ou d’un de ses représentants dans cette région qui fut toujours traitée à égalité avec le reste des États pontificaux dans la documentation pontificale. Pour plus de détails sur ces questions, voir Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, Rome, École française de Rome, 2012.

2 Aurell M., Boyer J.-P. et Coulet N., La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2005, p. 150.

3 Butaud G., « Le Comtat Venaissin : cartographie d’un territoire pontifical (XIIIe-XIVe siècle), G. Lobrichon (dir.), L’Europe avignonnaise (XIIe-XVe siècle), Paris, Beauchesne, à paraître.

4 Devic C., Vaissette J. et Du Mège A., Histoire générale de Languedoc : avec des notes et les pièces justificatives, composée sur les auteurs et les titres originaux, vol. 5, Toulouse, J.-B. Paya, 1842, p. 547 : « comitatus tuus, extenditur et clauditur a Monte Alavernico juxta Cavaillonem usque ad Rhodanum et usque ad Durenciam, et fluvium Isarae, et sicut melius assignatum et determinatum habemus in veteribus instrumentis nostris, et medietatem Insulae et Avenionis ».

5 Aurell M., Boyer J.-P. et Coulet N., La Provence au Moyen Âge, op. cit., p. 123, 150-151, 190-191 ; Chiffoleau J., « Les Gibelins du royaume d’Arles. Notes sur les réalités impériales en Provence dans les deux premiers tiers du XIIIe siècle », P. Guichard, M.-T. Lorcin, J.-M. Poisson et M. Rubellin (dir.), Papauté, monachisme et théories politiques : études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 669-695 et Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 103-163.

6 Statuts du Venaissin de 1275, AC/Cavaillon, AA1, no 13. Vidimus du 14 novembre 1321 : « Item statuit et ordinavit causa tollendi discordias et discentiones ut fiant territoriorum de quorum finibus esset orta materia questionis terminationes et hoc per homines legales et suspicione carentes qui fuerint per curiam super hoc deputati. »

7 Teulet A., Layettes du trésor des Chartes, t. II, 1866, Paris, no 1992, p. 150 : « Terram autem que est in Imperio ultra Rodanum, et omne jus, si quod nobis competit vel competere possit in ea, precise et absolute quitavimus dicto legato, nomine Ecclesia, in perpetuum. »

8 Ibid., p. 165 : « Notum facimus omnibus presentem paginam inspecturis quod jus et terram, que habebat vel tenebat olim comes Tholosanus citra Rodanum, recommandavimus custodienda nomine ecclesie Romane dilectis nostris A. de Milliaco gerenti vice regis Francorum illustris et Peregrino, senescallo Bellicadri. »

9 Berger E., Histoire de Blanche de Castille, reine de France, thèse pour le doctorat, présentée à la faculté des Lettres de Paris, Paris, Thorin, 1895, p. 220-221.

10 Fornery J., Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, 3 vol., t. II, Avignon, F. Seguin, 1910, p. 391-392.

11 Huillard-Bréholles J.-L.-A., Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, H. Plon, 1854, t. IV, pars I., p. 485-487.

12 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 116-120.

13 Boutaric E., Saint-Louis et Alphonse de Poitiers. Étude sur la réunion des provinces du Midi et de l’Ouest à la couronne et sur les origines de la centralisation administrative d’après des documents inédits, Paris, Plon, 1870, p. 68-78.

14 Gap L., « Rôle original des hommages rendus en mai 1251 à Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse pour des fiefs du Venaissin », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, t. I, 1912, p. 129-135.

15 Guiraud J., Les Registres de Grégoire X (1272-1276). Recueil des bulles de ce pape publiées ou analysées d’après les manuscrits originaux des Archives du Vatican, Paris, Thorin, 1892, no 325.

16 Archivio Segreto Vaticano, Archivum Arcis, Armarium C, no 263, 9 novembre 1274.

17 Les dépositions de Cécile de Baux sont éditées dans Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (1229-1417), Paris, H. Champion, 1909, p. 197-198. Quant au testament de Raymond VII en faveur de Cécile, il est édité dans Tourtoulon C. de, Jacme Ier le Conquérant, roi d’Aragon, comte de Barcelone, seigneur de Montpellier d’après les chroniques et les documents inédits, t. II : 1238-1276, Montpellier, impr. de Gras, 1867, p. 547-54.

18 Archivio Segreto Vaticano, Archivum Arcis, Armarium C, 264

19 Ibid. : « Super omni eo quod dominus papa et ecclesia romana tenent et possident in Cavallicensem, Carpentoratensem, Vasionensem, Aurasicensem, Avinionensem, Diensem et circumstantes civitates et dioceses vel alibi in partibus supradictis vel locis circumstantibus quibus rebus confinia sunt Rodanus ab una parte, et ab alia Durencia, ab alia castrum de Saltu, sive territorium eius, versus Mormorinum, ab alia castrum de Avesano, seu territorium eius, versus Malaucenam, nobilis mulier domina Cecilia, comitissa Sabaudie, contra dominum papam et ecclesiam romanam libellum obtulerit et dominus papa seu procurator ipsius et ecclesie romane non sint instructi de hiis quod continentur in libello predicto et in positionibus datis ex parte dicte comitisse in causa predicta, quas dictus nuncius secum defert, fiat littera apostolica in qua mandetur episcopis dictarum civitatum seu aliquibus earumdem quod nuncium domini pape qui propter hoc destinatur ad eos super predictis libello et positionibus plene instruant et informent et nichilhominus per suas litteras domino papa rescribant plenarie veritatem. »

20 Gautier Dalché P., « Limite, frontière et organisation de l’espace dans la géographie et la cartographie de la fin du Moyen Âge », Grenzen und Raumvorstellungen (11.-20. jh). Frontières et conceptions de l’espace (XIe-XXe siècles), 1996, Zurich, Chronos, p. 93-122.

21 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (1229-1417), op. cit., p. 197-198 : « Item ponit quod tunc habebat, tenebat et possidebat quo ad majus dominium post imperatorem in generale omnia supradicta et specialiter infrascripta, quedam quo ad predictum majus dominium, quedam quo ad majus et minus et ad manum suam ea habendo, tenendo et possidendo ad majus et mixtum imperium et omnem jurisdictionem et alia habendo in eis que domini vel comites, vel marchiones seu barones, vel castellani, consueverunt habere, tenere et possidere in civitatibus, castris, villis et aliis locis et territoriis et tenimentis seu mandamentis eorum feudis, vassalis, hominibus et rebus aliis, juribus aliis si qua obmitteret oblivione vel ignorancia vel aliter, civitatem Cavallionis cum sua diocesi et specialiter in ea diocesi villa que appelatur Insula, Torum, Vellonice, Sanctum Saturninum, bastida Sancti Stephani, Cavimontes et Bastida domini Sabrani, Taillate, Robionum, Malbec, Opida, Menerba, Balmete, Cabrerie, Vellaronum, Vennasca, Paterne, Baucetum, Rupem, Mallamorte, Blausac, Serras, Serrianum, Susa, Lafara, Monsmiratus, Sabletum, Pile, Abolene, Podiolenum, Podio Carum, civitas Carpentorati, Montilium quo ad majus dominium, Auriolus quo ad majus dominium, Momoyrionem, Maasanum, Bedoinum quo ad majus dominium, Carumbum quo ad majus dominium, Albagna, Balmas, Bederrida, Interaquas quo ad majus dominium, Pons de Sorgua, Castrum Novum, Cadarossa, Mornacium, Monsdraconis, Paludis, Camaretum, Seguretum, Petralapta, Malaucena, Albarros, Cairana. Item ponit quod predicta terra extenditur ab una parte usque ad Durentiam et ab alia usque ad Rodanum, ab alia usque ad castrum seu territorium Ozolani (Navezani barré) ab alia usque ad castrum seu territorium de Saltu. »

22 On peut les connaître grâce à l’enquête domaniale commandée par Alphonse de Poitiers et réalisée entre octobre 1253 et janvier 1254, Bibliothèque municipale de Carpentras (Bibliothèque Inguimbertine), ms. 557.

23 Ibid., f° 33 v°-35.

24 Ibid., f° 33 v°-34.

25 Labande L.-H., Avignon au XIIIe siècle. L’évêque Zoen Tencarari et les Avignonnais, Paris, A. Picard et fils, 1908, p. 86, no 2.

26 Archivio Segreto Vaticano, Armadio, XXXV, 21.

27 Bibliothèque municipale de Carpentras (Bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 99 v° pour Lagnes et f° 100 pour Saumane.

28 Ibid., f° 141 v°-145.

29 Archivio Segreto Vaticano, Armadio XXXV, 21, f° 35 v°.

30 Cette hypothèse n’est cependant pas la seule à prendre en compte, car elle impliquerait un assez grand décalage numérique entre le nombre de chefs de familles qui furent répertoriés en 1269 à l’occasion de la levée d’un subside pour financer la croisade, qui donna lieu à l’établissement du seul relevé de feux que l’on a conservé pour l’époque d’Alphonse de Poitiers, et les chefs de famille qui prêtèrent serment de fidélité à l’Église romaine en 1274. En effet, en 1269 à l’Isle-sur-la-Sorgue avaient été comptés 600 feux (Fournier P.-F. et Guébin P., Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers, arrêts de son parlement tenu à Toulouse et textes annexes. 1249-1271, Paris, Imprimerie nationale, 1959, p. 283-285) et, en 1274, 565 chefs de famille se présentèrent (ASV, Armadio XXXV, 21, f° 7-9). Même si on connaît le peu de fiabilité des relevés de feux et même si ce lieu était le plus proche de Saumane et Lagnes, il est peu probable que des hommes extérieurs se soient ajoutés aux habitants de l’Isle en 1274. À Oppède en revanche, on comptait 168 feux en 1269 et 212 personnes se présentèrent devant les commissaires (ASV, Armadio XXXV, 21, f° 11 v°-12 v°). Il n’est donc pas à exclure que certains n’aient pas été originaires d’Oppède.

31 ASV, Archivum Arcis, Amarium C, 263.

32 Ibid., 246.

33 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 1 : « Domino comiti Tholosano, G., dei gratia etc., recepto dominiationis vestre mandato de proprietatibus vestris, feudis, iuribus et redditibus in senescalcia Venaissini fideliter inquirendis, nos in hiis et in aliis parati pro iuribus vestrum beneplacitum adimplere, aliqua personaliter inquisivimus, alia vero per dilectum et fidelem nostrum notarium, Guilielmum Bermundum, cui non committere vereremur, fecimus diligenter inquiri, data tamen eidem forma cum consilio dilecti filii Guidonis Fulcodii, per quem possimus ad veritatis indaginem planius et plenius pervenire. »

34 Paris, Archives nationales, J 319, 52 folios et JJ 11, f° 158-210.

35 Paris, BNF, Nouv. Acq. Lat., 1751 et Londres, British Library, Add MS 17309.

36 Ehrle F., « Zur Geschichte des Schatzes, der Bibliothek und des Archivs der Päpste im vierzehnten Jahrhundert », Archiv für Literatur-und Kirchengeschichte des Mittelalters, 1, 1885, no 334, p. 37 : « Item liber de juribus Comitatus Venessini. »

37 Id., Historia Bibliothecae Romanorum Pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis, I, Rome, typis Vaticanis, 1890, no 359.

38 Il faut noter que cette erreur ne se retrouve pas dans la version du texte conservée à la Bibliothèque nationale (Paris, BNF, Nouv. Acq. Lat., 1751) alors même que cette version est, comme celle de Carpentras, une version tardive de l’enquête avec des ajouts.

39 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 146.

40 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (1229-1417), op. cit., p. 175.

41 Édition dans Falque M., Le procès du Rhône et les contestations sur la propriété d’Avignon (1302-1818), Paris/Avignon, H. Champion, 1908 (Recherches historiques et documents sur Avignon, le Comtat Venaissin et la principauté d’Orange, 2), p. 111.

42 Bibliothèque municipale de Carpentras (bibliothèque Inguimbertine), ms. 557, f° 147 : « si autem in predicta civitate romana ecclesia quicquid iuris sibi vendicare postest horum collector et compilator ignorat ».

43 Fournier P., Le royaume d’Arles et de Vienne. Étude sur la formation territoriale de la France dans l’Est et le Sud-Est, Paris, A. Picard, 1891, p. 289.

44 Chevalier C.-U.-J., Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Montélimar, impr. de Bourron, 1871, no XXXII, p. 74-76.

45 Hayez M., « Valréas et ses seigneurs au XIVe siècle », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1967, p. 279.

46 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 38-40.

47 Langlois E., Les Registres de Nicolas IV. Recueil des bulles de ce pape, publiées et analysées d’après les manuscrits originaux des Archives du Vatican, 2 vol., Paris, Thorin, 1887-1905, no 7283-7284.

48 Faure C., Étude sur l’administration et l’histoire du Comtat-Venaissin du XIIIe au XVe siècle (1229-1417), op. cit., p. 204-207.

49 ASV, Camera Apostolica, Collectoriae 260, f° 118.

50 ASV, Instr. Misc. 617.

51 Édition dans Falque M., Le procès du Rhône et les contestations sur la propriété d’Avignon (1302-1818), op. cit., p. 121-125.

52 Theis V., Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, op. cit., p. 200 et p. 621-626.

53 Ibid., p. 181-182.

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP, EA 3350). Elle a consacré l’essentiel de ses recherches aux pratiques de gouvernement des papes d’Avignon, de l’étude du développement de nouvelles pratiques de l’écrit à celle des techniques qui permirent à cette institution de s’insérer dans le tissu économique et social de la région d’Avignon. Elle est notamment l’auteur de l’ouvrage intitulé : Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350 (École française de Rome, 2012). Elle travaille actuellement sur les pratiques archivistiques de la Chambre apostolique.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search