Version classiqueVersion mobile

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

À qui est la Corse ?

Antoine Franzini

Texte intégral

1Comment parler des frontières d’une île et de leurs déplacements ? Et l’idée d’annexion n’est-elle pas nécessairement corrélée avec l’idée de frontière ? Les mots qui s’appliquent aux îles peuvent-ils être autres que ceux de conquête, d’invasion ou de colonisation ? Je regarde l’histoire de la Corse entre XIIe et XVe siècle, je ne vois que tentatives avortées de prises de contrôles limitées, opérations militaires improbables, grandes assemblées populaires et chevauchées pour obtenir l’acclamation des peuples, et puis l’échec des entreprises dans la naissance des rivalités. Décidément, et le titre de mon exposé le souligne sans doute ironiquement, bien téméraire celui qui dirait « à qui est la Corse » à cette époque. À considérer les opérations sans moyens menées par les communes génoise et pisane, les initiatives aragonaises sans lendemain, les prétentions papales sans effet, les tentatives seigneuriales ou populaires toujours échouées alors que l’entrée même dans le monde de la féodalité est pour le moins mise en doute, comment parler de frontières ou d’annexion ?

2Pour autant, afin de s’inscrire dans le sujet proposé par ce colloque, peut-on envisager, même bien en deçà d’un contrôle plus ou moins exercé sur les hommes et le territoire qu’ils habitent, la souveraineté théorique, l’annexion de cette terre insulaire par telle ou telle puissance souveraine ? La qualité des protagonistes de cette histoire, et peut-être aussi le contexte insulaire, amènent à considérer cette question avec prudence. La territorialisation de la souveraineté y apparaît en effet toujours bien précaire, et le rapport que la population de l’île entretenait avec les puissances concernées, bien inconsistant.

3La formation d’un état territorial fait en effet problème dans l’histoire de la Commune de Gênes, vis-à-vis des Rivières elles-mêmes, et encore quand elle se sera constituée en République aristocratique, à partir du début du XVIe siècle. De plus, en matière commerciale et culturelle, ou en matière d’émigration économique, la Terre Ferme est et restera pour les Corses la Toscane ou le Latium ; l’émigration militaire même, en partie employée à Gênes, est autant dirigée vers Venise, Florence ou les États pontificaux. Certes, par petites touches, grignotant les territoires, s’alliant au parti populaire insulaire, profitant de la négligence aragonaise ou milanaise et des rivalités entre seigneurs, s’attachant tel ou tel de ces derniers dans une cascade sans fin de trahisons successives, Gênes progresse peu à peu au long de ces siècles médiévaux dans le projet de contrôle de l’île. Cependant, cette stratégie est aussi celle qu’elle aura menée dans la domination progressive des bourgs et des villes des Rivières du Levant comme du Ponant, au point qu’on a pu appeler la Corse la troisième Rivière. Et pour finir, la cité ligure n’entretient ni avec les unes, ni avec les autres un rapport moderne de territoire.

  • 1 Pour cette « route des îles », voir les travaux fondateurs de Salavert y Roca V., Cerdeña y la exp (...)

4Quant à la couronne d’Aragon (dans laquelle la riche et commerçante cité de Barcelone est si semblable à Gênes à bien des égards), l’établissement d’une « route des îles », des Baléares à la Sardaigne, de la Sicile à la Morée, donne à la question de ses territoires insulaires une place bien singulière1. Néanmoins la Corse, certes revendiquée comme royaume à partir de la fin du XIIIe siècle, reste toujours en marge de ses priorités et ne donne lieu à aucune entreprise soutenue.

5Les papes enfin, dans la tradition grégorienne, ou les ducs de Milan, tiendront quelques années (1444-1445 pour les uns, 1464-1483 pour les autres) le dominio diretto de l’île à la faveur de telle ou telle vacuité du politique dans la cité ligure. Cependant, le temps est passé pour la papauté de revendiquer sérieusement la Corse dans le Patrimoine de Saint-Pierre, et Milan, après quelques courtes années d’intérêt pour l’île, fera preuve bientôt d’une négligence fatale pour le maintien de son autorité. Alors comment pouvons-nous tenter de répondre à la question posée, sinon en empruntant modestement quelques voies de traverse ?

  • 2 Schmitt C., Le nomos de la Terre dans le droit des gens du jus publicum Europaeum [1988], Paris, P (...)

6Rien de tel par exemple que la réflexion menée par Carl Schmitt dans Le nomos de la Terre dans le droit des gens du jus publicum Europaeum pour interroger la notion de frontières, la place de l’espace dans l’organisation du politique. Reprenant Vico, Locke ou Kant, il pose en premier lieu qu’au commencement de l’histoire de tout peuple devenu sédentaire se trouve l’événement constitutif d’une prise de terres. Celle-ci contient l’ordre initial qui se déploie dans l’espace, l’origine de tout ordre ultérieur. Cela posé, la thèse principale du livre est que ce monde terrien fut modifié à l’époque des Grandes Découvertes et que naquit alors le premier nomos de la terre, de la terre tout entière2.

  • 3 Ibid., p. 58.

7Notre objet d’étude, les déplacements de frontières et les annexions entre XIIe et XVe siècle – peut-on dire avant les Grandes Découvertes ? –, est ainsi cantonné à ce qu’il nomme le « droit des gens pré-global », un droit des gens contenu dans le cadre d’une représentation non globale de l’espace3. Cette restriction n’efface pas cependant pour nous tout intérêt, loin de là, à la rencontre de ce livre. Carl Schmitt y soutient en effet d’abord que, certes, Empire et Église formaient une unité indissociable, que leur lutte n’était qu’une tension entre deux hiérarchies au sein d’une même unité. Mais ensuite, si rien ne disparaît vraiment de cela avant l’apparition de l’État territorial souverain du jus publicum Europaeum, dit-il, l’unité du monde chrétien va toutefois être ébranlée à partir du XIIIe siècle par le pluralisme des pays, des maisons princières et des villes.

  • 4 Ibid., p. 69.
  • 5 Foriers P., « L’organisation de la paix chez Grotius », A. Truyol y Serra, La conception de la pai (...)

8On imagine ainsi que ces siècles et spécialement la fin du Moyen Âge auront déjà été l’objet d’un croisement, d’un recouvrement de ces deux ordres. De cette façon, si d’importants vestiges de l’unité persistent au XIVe siècle dans la fonction impériale de gardien du droit et des libertés des cités indépendantes, la doctrine des juristes et des auteurs laïques de ce Moyen Âge tardif s’essaye à reconnaître la pluralité d’entités politiques soustraites à l’Imperium non seulement de fait, mais de droit, et à reléguer le Sacerdoce aux affaires purement spirituelles4. L’ordre territorial européen, souverain face à l’empereur et au pape, comme à tout voisin, commence de mettre fin à l’ordre médiéval. Une conception nouvelle s’organisait aux XIVe et XVe siècles : l’existence d’États souverains allait conduire à la société internationale, non plus des hommes ou des chrétiens, mais des États, des nations5. Ainsi, la frontière, lorsque le mot apparaît dans la langue française au début du XIIIe siècle (en 1213 selon Alain Rey), est une affaire d’armée. Faire front, pays de frontière, place forte même, en 1292, qui fait front à l’ennemi. En 1360, toujours selon Alain Rey, le mot désigne désormais la ligne qui sépare deux états.

  • 6 Schmitt C., Le nomos…, op. cit., p. 59.

9Tout cela dit, nous brûlons de demander à Carl Schmitt : « Et les îles ? N’appartenaient-elles pas à la terre comme à la mer ? Voyez la prétention des papes sur toutes les îles, Sicile, Sardaigne, Corse. » Non, répond-il, le droit féodal du Moyen Âge européen, était un droit terrien qui ignorait la mer. Et d’ajouter : la fameuse prétendue donation de Constantin qui fondait les prétentions des papes ne concevait aucune division du monde en terre et mer, comme ce sera le cas à l’époque moderne6.

La Corse, une île romaine ? Une terre de mission ?

10Alors que l’Italie centrale formait dans l’Antiquité tardive et pendant les premiers siècles du Moyen Âge une zone frontière entre les mondes grec et latin, une situation confortée par l’invasion lombarde, les prétentions du Saint-Siège sur la Corse, appuyées sur la donation de Constantin, forment ensuite une sorte de basse continue à partir des temps carolingiens, avant d’être puissamment ravivées au temps de la réforme grégorienne.

  • 7 Giannone P., Istoria civile del Regno di Napoli [1723], A. Marongiu (éd.), vol. 1, livre 1, chap. (...)
  • 8 Retenons Gregorii I papae registrum epistolarum, P. Ewald et L.-M. Hartmann (éd.), Monumenta Germa (...)
  • 9 Istria D. et Pergola P., « La Corse lombarde (VIIe-VIIIe siècle) », Histoire de la Corse, Ajaccio, (...)
  • 10 Georgii Cyprii Descriptio orbis romani. Accedit Leonis imperatoris Diatyposis genuina adhuc inedit (...)
  • 11 On ne connaît d’ailleurs que les textes de la chancellerie pontificale (Anastasio bibliotecario, d (...)
  • 12 Astronomus, Vita Hludowici imperatoris, E. Tremp (éd.), Hanovre, 1995 [MGH, SS. rer. Germ., 64]. A (...)

11Attachée d’abord avec la Sardaigne au vicariat de Rome dans la préfecture d’Italie7, passées toutes deux au milieu du VIe siècle dans l’exarchat d’Afrique8, la Corse entre au VIIe siècle dans l’aire d’influence lombarde, contrairement cette fois à sa grande voisine9. Les liens avec la Toscane maritime, avec Lucques, avec Pise et avec le diocèse de Luni s’imposent dès lors10, mais les papes obtiennent des rois francs aux VIIIe-IXe siècles de faire entrer la Corse dans le Patrimoine de Saint-Pierre sur le fondement de la pseudo-donation de Constantin11. Cette souveraineté très théorique du Saint-Siège se fera alors sous la protection des ducs de Lucques, bientôt marquis de Tuscia, et de fait, l’île est intégrée dans la marche de Tuscia dès 84612.

  • 13 Jusque vers 850, années au cours desquelles un grand nombre de Corses s’installent dans la cité de (...)

12La circonstance incontestable de la pression exercée sur l’île et ses habitants (comme sur le littoral italien) par les flottes maures et sarrasines dans la première moitié du IXe siècle13, pression qui justifia en effet la formation de cette marche, semble avoir formé ensuite le socle sur lequel appuyer la légitimité de la domination de l’île. C’est bien à propos de la reconquête des îles de Méditerranée sur les Maures ou les Sarrasins que va se poser le problème de la mission confiée par le Siège apostolique aux puissances temporelles, l’empire franc, mais surtout les cités de Pise ou de Gênes, pour les siècles qui nous concernent.

  • 14 Schmitt C., Le nomos…, op. cit., p. 62.

13Attention, dit Carl Schmitt, au sein de ce « droit des gens pré-global », le nomos (la mesure, le partage) de cette unité globale de la Respublica Christiana, formée par le couple pape-empereur, était déterminé par les divisions suivantes14. D’abord, le sol des peuples non chrétiens, païens, était une terre de mission chrétienne, qui pouvait être assigné à un prince chrétien par un mandat papal. Ensuite, il fallait compter avec la continuité entre l’empire romain et l’empire byzantin. Enfin, le sol des empires musulmans était un territoire ennemi propre à la conquête et à l’annexion lors des croisades.

  • 15 Ibid., p. 112-113.

14Ainsi, dès le Xe siècle, écrit-il, les empereurs ottoniens ont reçu du pape des mandats de mission pour les peuples slaves païens, et il en a été de même pour les mandats de croisade contre les musulmans. Un mandat de mission pontifical – et c’est encore le cas au tout début du XVIe siècle avec les Amériques – impliquait l’existence d’un droit des gens de la Respublica Christiana et non celui de la souveraineté territoriale d’États qui ne reconnaîtraient aucune autorité commune de nature spirituelle. Le droit de découverte que ces États invoquent comme titre juridique est par exemple encore rejeté au cœur du XVIe siècle par un théologien comme le dominicain Vitoria15.

  • 16 Archivio di Stato di Genova, 34, 598/2325, f° 208 : « Sono circa anni cinque cento che la nostra c (...)
  • 17 Pour Adhémar, Biondo Flavio da Forlì, Roma ristaurata, et Italia illustrata [vers 1447], trad. ita (...)
  • 18 Desimoni C., « Sui marchesi di Massa in Lunigiana e di Parodi nel Oltregiogo ligure nei secoli XII (...)

15Ainsi, les souvenirs reconstruits ont surtout permis aux Génois de tirer de la circonstance de la reconquête de l’île l’avantage d’une légitimité de gouvernement dans la fin du Moyen Âge. Une lettre du doge de Gênes au comte Gherardo de Aragonia de Appiano, rédigée le 21 juillet 1483, est par exemple éclairante de ce point de vue : « Il y a cinq cents ans environ que notre Commune a juridiction dans cette île16 », écrit-il pour contester l’action de ce prince en Corse, faisant référence à l’aventure du comte de Gênes Adhémar qui aurait, peu avant 935, date du sac de Gênes par les Maures (selon Liutprand de Crémone), libéré la Corse des Maures et l’aurait ainsi attachée à la cité ligure17. Cette aventure n’est en fait assurée que par les récits contradictoires des différents chroniqueurs qui, au fond, s’accordent sur cela, que les Carolingiens, empereur ou roi d’Italie, auraient confié entre VIIIe et Xe siècle la cité restaurée à un comte ou duc de Gênes. Or la Commune ligure voit midi à sa porte. La Corse resta au contraire unie à la marche toscane jusqu’à la réorganisation territoriale du nord de l’Italie au milieu du Xe siècle par Bérenger II. Elle passa alors sous l’autorité du marquis Oberto Ier, fondateur de la lignée des marquis Obertenghi, qui s’étendait sur les comtés de Tortona et de Gênes, ainsi que sur celui de Luni auquel l’île était peut-être attachée18.

  • 19 Istria D., « Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse du XIe au XIVe siècle : la formation (...)

16On retrouve d’ailleurs ces prétentions liées au droit de reconquête, mais cette fois simplement pour l’illustration des descendants des marquis Obertenghi dans l’époque moderne, avec l’exploitation du texte d’une inscription évoquant la lutte contre les Maures en 1016. Cette inscription en a ainsi longtemps imposé aux historiens pour affirmer leur participation à une expédition imaginaire menée à cette époque pour la libération de l’île, et donc leur domination directe à partir de cette date. Il y a peu d’années que le caractère tardif de cette inscription (XVIe siècle) a été reconnu19.

Le croisement des deux ordres : papes, communes et princes

  • 20 Jaffé, Monumenta gregoriana (Biblioteca rerum germanicarum, II, Berlin, 1865) et « Breve Gregorii (...)
  • 21 Vitale V., Documenti sul castello di Bonifacio nel secolo XIII, Gênes, 1936.
  • 22 « Bulla Bonifacii P. P. VIII… an. 1297 », Codex Italiae Diplomaticus… Lünig, IV, Francfort, 1735, (...)

17En fait, l’autorité des marquis Obertenghi trouva une nouvelle impulsion, mais commença aussi son déclin, dans l’élan de la réforme grégorienne, lorsque Grégoire VII, invoquant à nouveau la Donation de Constantin, affirma en 1077 sa souveraineté sur l’île et y nomma vicaire apostolique l’évêque de Pise20. Celui-ci s’appuya pour peu de temps sur le bras séculier des marquis. La Corse passa alors en quelques étapes sous le gouvernement pisan, mais ce dernier fut rapidement concurrencé dans le cours du XIIe siècle par la Commune de Gênes qui obtint en 1133 le partage des six évêchés insulaires et s’empara en 1195 du comptoir stratégique de Bonifacio21. Dès lors commence, dans le contexte instable de seigneuries insulaires nombreuses et difficiles à contrôler, cette lente et continue mise en œuvre du projet de domination génoise de la Corse que nous évoquions pour commencer. Elle se traduit d’abord par des tentatives avortées ou réussies d’implantations littorales et par de brèves campagnes militaires, mais à la toute fin du XIIIe siècle, alors que la concurrence pisane s’épuise, apparaît avec la couronne d’Aragon, portée par le Saint-Siège, un nouveau puissant rival pour la Commune de Gênes22.

18Dans le cadre de la rivalité commerciale entre Génois et Aragonais, la Corse apparaît sur le temps long comme un enjeu essentiel pour la commune ligure, médiocre pour la couronne d’Aragon. Ce dernier, qui installe, on l’a dit, avec la domination des Baléares, de la Sardaigne, de la Sicile et de la Morée une véritable « route des îles », semble surtout voir dans le soutien à la séditieuse noblesse corse l’occasion d’affaiblir ou de fixer les forces de son principal concurrent sur les routes commerciales de la Méditerranée occidentale. Pour Gênes au contraire, le contrôle de la Corse et spécialement de Bonifacio est absolument nécessaire, pour éviter d’être en quelque sorte écrasée sur son pré carré ligure. Et si les interventions aragonaises resteront en fin de compte le plus souvent anecdotiques tout au long des XIVe et XVe siècles, on ne peut nier que la Commune de Gênes, puis surtout à partir de 1453 l’Office de Saint-Georges (cet établissement financier génois qui avait renoncé aux affaires de la banque pour se consacrer à l’administration de la dette publique et à celle du domaine oriental et des confins ligures de la Commune), intervinrent en Corse avec constance et détermination.

  • 23 Valla L., La Donation…, op. cit. Il n’est pas question spécialement de la Corse dans le texte de V (...)
  • 24 La seule étude sur cet épisode, qui mériterait d’ailleurs une nouvelle lecture à l’aide des fonds (...)

19Quant à la souveraineté apostolique, elle apparaît de plus en plus formelle, bien qu’elle ait permis d’élever l’île à la dignité d’un regnum. En fait, à l’issue d’un extraordinaire renversement progressif, ce n’était plus Rome qui confiait le gouvernement de l’île à telle ou telle cité, mais la Commune de Gênes qui demandait au XVe siècle au pape de l’assister dans le gouvernement des mœurs insulaires. Ajoutons à ce propos que la réfutation de la Donation de Constantin au pape Sylvestre, écrite dans une langue d’une violence et d’une insolence stupéfiante et publiée en 1440 par l’humaniste Lorenzo Valla (1405-1457), alors secrétaire du roi d’Aragon Alphonse V, témoigne de l’ampleur du conflit qui s’était alors instauré entre Eugène IV et ce prince23. L’appel fait par les Corses au Siège apostolique et l’entreprise temporelle, politique et militaire, engagée en terre corse à partir de 1444 par Eugène IV, puis menée pendant environ trois années, s’inscrit dans le cadre de ce conflit. Le pape prononçait d’ailleurs à ce moment la déchéance des droits du souverain aragonais sur l’île, deux ans après l’accession d’Alphonse au trône de Naples24.

  • 25 Sur cet épisode, comme sur l’ensemble de la problématique, je me permets de renvoyer à ma Corse du (...)

20Ces tentatives et ces ambitions étrangères se disputant la souveraineté, le dominio diretto de la Corse, ne témoignent cependant que d’une couche assez superficielle de la réalité politique de l’île. La population insulaire, diverse et divisée, s’appuyait certes sur ces prétentions pour défendre ou soutenir une des deux voies qui se présentaient à elle entre XIVe et XVe siècles. Les uns combattaient pour donner l’île à un comte, puis à un prince, bref pour le gouvernement d’un seul, les autres rivalisaient d’efforts pour conserver au contraire l’île dans le monde communal. On reconnaît bien là les deux voies homologues, des partisans de la pax Italiae et de ceux de la libertas, dans la péninsule. Les appels au prince ou à la Commune de Gênes ne représentaient ainsi souvent que d’habiles tentatives d’arbitrage dans le jeu des factions insulaires. La voie du prince soutenait les revendications du roi d’Aragon ou du duc de Milan. La voie de la commune, ou « contre le prince », qui rassemblait tous ceux qui avaient en horreur la domination d’un seul, restait fidèle au modèle génois, farouchement anti-seigneurial, et s’appuyait sur la commune ligure. L’idée d’une principauté souveraine se faisait même jour dans les années 1460-1470 avec la tentative intéressante d’un jeune seigneur, génois et corse, Tommasino Fregoso, un bel exemple du prince renaissant, pour se constituer une principauté dans l’île25.

La mer est le miroir des îles : de la limite du rivage aux frontières intérieures

  • 26 Damisch H., Le messager des îles, Paris, Le Seuil, 2012.
  • 27 Vilatte S., L’insularité dans la pensée grecque, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

21C’est le destin de l’île d’être arrêtée à son rivage, et on a assez dit, Hubert Damisch en dernier lieu26, que l’île est sans frontière, toute bordée qu’elle est par la limite du rivage. Cette limite, à la différence de la frontière, qui distribue deux espaces homologues, consistants, sépare en effet un espace habité d’un espace inconnu. Pour cette raison, l’île est aussi depuis toujours un outil intellectuel pour penser la terre tout entière : elle est un tout bien délimité, elle offre à l’exercice de la pensée une figure de l’Un27. Avec les Grandes Découvertes, ne sera-t-elle pas utilisée par exemple, dans l’idée d’utopie, pour penser la question du territoire ?

22Ne peut-on craindre d’ailleurs que pour celui qui veut la dominer, la permanence des limites géographiques dessinées par la rive ne bâtisse un territoire plus imaginaire que réel ? Le dessin des rivages de l’île tiendrait lieu alors de seule réalité politique et la géographie deviendrait la grande maîtresse de territoires qui n’auraient de royaume que le nom. Et puis, dominer l’île à la fin du Moyen Âge, ce n’était pas encore dominer un territoire, c’était plutôt encore confier des bénéfices et des offices pour tenter de contrôler des groupes, des lignages, des parentèles, salarier des puissants pour s’assurer de leur clientèle. Sans compter que la Corse était, au milieu du XIIIe siècle, une bien grande île pour s’en faire, tout entière, le seigneur.

  • 28 Bibliothèque Mazarine, Paris, Tractatus decimarum pro presbyteris curatis omnium ecclesiarum Chris (...)

23Arrêtés au rivage, repoussés dans l’intérieur des terres, les insulaires élèvent certes des frontières intérieures que le relief montagneux leur impose, construisant et opposant les vallées dans l’incessant découpage des espaces par l’exubérance des reliefs, qui institue autant de bouts du monde. L’île reste ainsi (en sera-t-il jamais autrement ?) jusqu’à la fin du Moyen Âge une véritable mosaïque : six diocèses, une soixantaine de pievi, au moins cinq cents ville ou casali, pour 8 680 km2. Elle fourmille de lieux frontières, chargés pour nous de représentations archaïques. Ainsi les cols, conservant d’ailleurs pour certains jusqu’à aujourd’hui le nom de Mercure, dieu des frontières (Mercurius Terminorum), avec leurs chapelles, gardées selon l’expression d’un théologien du temps par quelque « ermite barbu28 », ainsi les ponts et leurs petits hôpitaux, et les bacs pour passer des cours d’eau aux lits changeants.

  • 29 Franzini A., « Les premières cartes chorographiques de la Corse à la fin du XVe siècle, un outil d (...)

24Surplombant toutefois ces découpages microscopiques que quelques rivières un peu conséquentes renforcent, la grande division de la Corse était (et reste) celle du Deçà et du Delà des Monts, grossièrement du nord-est et du sud-ouest de l’île. C’est la grande frontière intérieure, d’abord géographique, avec ces trois nœuds de montagnes aux carrefours des reliefs qui arment la dorsale insulaire et qu’illustrent les cartes de la fin du XVe siècle29. Cette division géographique va se constituer politiquement à la fin du XIVe siècle dans l’élan de la réaction seigneuriale dans le sud de l’île, après que les révoltes des populaires, appuyés par le gouvernement alors populaire de Gênes, avaient en 1357 renversé toutes les seigneuries du nord comme du sud.

25On distinguera ainsi dans l’île trois statuts différents après le succès limité de ces révoltes. Les terres conventionnées avec la Commune de Gênes rassemblaient les bourgs littoraux (tel Bonifacio) avec leurs bourgeois, borghesi, et leurs « étrangers », forestieri. Les terres propres de la Commune, soit l’ensemble du Deçà des Monts (sauf le Cap), étaient nées en 1358 avec la dédition à la Commune des homines Corsice, devenus sur le papier entre les premières négociations de 1357 et l’accord de 1358 le populus Corsice, expression propre à traduire l’avènement d’un nouveau corps politique. Les terres féodales, enfin, étaient tenues pour la Commune par les seigneurs « autochtones » du Delà des Monts ou par les seigneurs d’origine ligure du Cap Corse. De la fin du XIVe jusqu’au début du XVIe siècle, pour celui des seigneurs du Delà qui veut se faire comte, qui veut tenter de répondre au désir de domination des populations, il s’agit de franchir avec les Monts cette frontière naturelle et politique, de passer de l’espace seigneurial du Delà des Monts à l’espace communal du Deçà pour y rassembler ses adhérents, pour convaincre les peuples de choisir la voie du comte, et enfin s’y faire acclamer après y avoir chevauché.

26Cependant, si on oublie ces grandes ou petites frontières intérieures, n’est-ce pas le littoral seulement qui formerait l’espace frontière de l’île, semblable à la frontera ibérique, ou à la Frontière américaine, un espace toujours à prendre ou à reprendre, le lieu des échanges, des affrontements, des reconquêtes, un lieu in progress ? Peut-on imaginer par exemple comment les Romains repoussaient vers l’intérieur de l’île les populations indigènes aux temps antiques, ou comment les incursions musulmanes du IXe siècle repoussèrent les populations chrétiennes vers les hauteurs, ou encore combien fut difficile la rencontre entre les Corses et les Génois tandis que ces derniers fondaient et peuplaient les bourgs littoraux ? D’abord fermés aux populations de l’intérieur, – c’est le cas de Bonifacio et Calvi, isolées géographiquement des populations voisines, peuplées surtout depuis l’extérieur de l’île et tournées vers la mer –, ces bourgs littoraux s’ouvraient progressivement aux hommes de l’intérieur de l’île, avec la fondation entre 1440 et 1500 de Saint-Florent, l’Algajola, Bastia et Ajaccio.

27Ainsi, cet espace littoral, vide d’hommes, ce no man’s land, surplombé par la couronne des villages, perchés régulièrement autour de la ligne des 300 mètres, devint le lieu du mauvais air, du marécage, du danger venu de la mer, tout en étant aussi le lieu des meilleures terres et des parcours de pâture d’hiver. Pas de société sédentaire sur l’étendue de cette frontière, mais seulement les bergers transhumants ou les agriculteurs saisonniers, remontant dans leurs maisons d’altitude le soir venu. Le déplacement de frontières, serait-ce ce mouvement de va-et-vient des hommes sur la bande littorale, qui s’ornera encore de quelques dizaines de tours au XVIe siècle, face à la menace renouvelée des Barbaresques ?

La possibilité d’un territoire

28À qui est la Corse ? En deçà de cet espace frontière littoral, la population de cette unité territoriale avant la lettre, appuyée sur cette cohésion imaginaire née de la géographie, et sur les difficultés de son relief, ne résista-t-elle pas mieux qu’une autre à se transformer en société ? En deçà de cet espace frontière littoral, la Corse fut-elle jamais soumise à aucune domination intérieure ou extérieure jusqu’à la fin du Moyen Âge ? Certes, la Commune de Gênes, qui est incontestablement le prétendant le plus sérieux à la domination de l’île, semble s’attacher longtemps plutôt au contrôle de l’île qu’à sa souveraineté. Les liens anciens de la Corse avec le Patrimoine de Saint-Pierre, l’instabilité du Saint-Siège pour accorder sa préférence à la commune ligure ou à la couronne d’Aragon, en fonction d’objectifs stratégiques, au moment de concéder le dominio diretto de l’île, expliquent peut-être ces incertitudes autant, on l’a dit, que le rapport ambigu des Génois à la formation d’un état territorial.

29Et pourtant, une société s’est-elle jamais constituée avant le milieu du XVIe siècle, lorsque la domination génoise enfin assurée, aussi inconsistante et inconséquente qu’elle ait pu être, semble en avoir permis la cristallisation, appuyée sur l’expérience fondatrice de la ville de Bastia et du réseau de bourgs intermédiaires et de villages qui lui était désormais lié ? Alors que l’île était jusque-là restée une campagne sans ville, on assiste en effet, avec la fondation de Bastia en 1476 et sa formation progressive en ville ouverte, à la mise en réseau de chaque village dans un territoire unifié par la ville. Désormais, la naissance d’un territoire rendait possible l’invention d’une société.

Notes

1 Pour cette « route des îles », voir les travaux fondateurs de Salavert y Roca V., Cerdeña y la expansión mediterranea de la Corona de Aragón (1297-1314), Madrid, CSIC, 1956, puis de Del Treppo M., I mercanti catalani e l’espansione della corona aragonese nel secolo XV, Naples, Libreria scientifica editrice, 1967. Une vision de la « route des îles » d’ailleurs nuancée depuis par Coulon D., Barcelone et le grand commerce d’Orient. Un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca. 1330-ca. 1430), Madrid, Casa de Velázquez, 2004, ou Soldani M.-E., Uomini d’affari italiani a Barcellona, Barcelone, CSIC, 2010.

2 Schmitt C., Le nomos de la Terre dans le droit des gens du jus publicum Europaeum [1988], Paris, Presses universitaires de France, 2001 (édition employée : Quadrige, 2008), p. 53-54.

3 Ibid., p. 58.

4 Ibid., p. 69.

5 Foriers P., « L’organisation de la paix chez Grotius », A. Truyol y Serra, La conception de la paix chez Vitoria, Paris, J. Vrin, 1987, p. 275-376.

6 Schmitt C., Le nomos…, op. cit., p. 59.

7 Giannone P., Istoria civile del Regno di Napoli [1723], A. Marongiu (éd.), vol. 1, livre 1, chap. viii, Milan, Marzorati, 1970, p. 168-170.

8 Retenons Gregorii I papae registrum epistolarum, P. Ewald et L.-M. Hartmann (éd.), Monumenta Germaniae Historica, désormais MGH, 1891.

9 Istria D. et Pergola P., « La Corse lombarde (VIIe-VIIIe siècle) », Histoire de la Corse, Ajaccio, A. Piazzola, 2013, p. 234.

10 Georgii Cyprii Descriptio orbis romani. Accedit Leonis imperatoris Diatyposis genuina adhuc inedita, H. Gelzer (éd.), Leipzig, B. G. Teubner, 1890. On lira à ce sujet P.-M. Conti, « L’Italia bizantina nella Descriptio orbis romani di Giorgio Ciprio », Memorie dell’Accademia Lunigianese di Scienze Giovanni Capellini, 40, 1970, p. 1-137, puis Cosentino S., Prosopografia dell’Italia bizantina (493-804), Bologne, Lo Scarabeo, 1996-2000. Enfin, Solmi A., « La Corsica. Studio storico », Archivio storico di Corsica, I-1, 1925, p. 6-20.

11 On ne connaît d’ailleurs que les textes de la chancellerie pontificale (Anastasio bibliotecario, dans Stephan. II, 29, et Adrian. I, 42). Et aussi Leonis Marsicani et Petri Diaconi chronica monasterii Casinensis (Léon d’Ostie), MGH, script. VII, livre 1, chap. xii. La Donation (Constitutum Constantini) précisait d’abord que « pour l’entretien des luminaires, nous avons conféré des domaines de possessions, et nous les avons enrichies d’objets de toutes sortes ; et […] nous les avons dotées, tant en Orient qu’en Occident, et même au Nord et au Sud, c’est-à-dire […] et dans des îles diverses… », puis que, « afin que la suprématie pontificale ne s’avilisse pas […], nous livrons […] toutes les provinces, localités et cités de l’Italie ou des régions occidentales au très saint pontife… » (éditée dernièrement dans Valla L., La Donation de Constantin, trad. J.-B. Giard, préface C. Ginzburg, Paris, les Belles Lettres, 1993, p. 133-145). Également Patrologie latine, J.-P. Migne (éd.), t. XCVIII, col. 489 et 527-530, 1862, dans Conciliorum edit. Venet., t. IX, col. 164.

12 Astronomus, Vita Hludowici imperatoris, E. Tremp (éd.), Hanovre, 1995 [MGH, SS. rer. Germ., 64]. Avec son frère Berald, Bonifacius Comes ab imperatore Corsicae Praefectus Insulae, cum fratre Beraldo… Puis Desimoni C., « Sulle marche d’Italia e sulle loro diramazioni in marchesati », Atti della società ligure di storia patria, 28-1, 3e série, 1896, p. 193. On verra aussi Cenni G., Monumenta dominationis pontificiae sive Codex carolinus…, I, Rome, ex typographia Palladis, 1760, p. xxvii, qui donne : Adelvertus, comes vir strenuus, marcensis et tutor Corsicane insule, d’après la Vie de Serge II, selon lequel ce marquis tenait l’île pour le pape.

13 Jusque vers 850, années au cours desquelles un grand nombre de Corses s’installent dans la cité de Porto sous le pontificat de Léon IV (Liber pontificalis, II, L. Duchesne [éd.], Paris, E. de Boccard, 1981, p. 126-127).

14 Schmitt C., Le nomos…, op. cit., p. 62.

15 Ibid., p. 112-113.

16 Archivio di Stato di Genova, 34, 598/2325, f° 208 : « Sono circa anni cinque cento che la nostra comunità ha iuridictione in quella insula. »

17 Pour Adhémar, Biondo Flavio da Forlì, Roma ristaurata, et Italia illustrata [vers 1447], trad. italienne de L. Fauno, Venise, M. Tramezzino, 1548, p. 71. Le thème a inspiré plusieurs œuvres littéraires dans les siècles suivants.

18 Desimoni C., « Sui marchesi di Massa in Lunigiana e di Parodi nel Oltregiogo ligure nei secoli XII et XIII », Atti della Società ligure di storia patria, 28, 1896, p. 240. Oberto était comte de Luni (attesté de 945 à 948) quand il reçut le marquisat.

19 Istria D., « Les marquis Obertenghi dans le nord de la Corse du XIe au XIVe siècle : la formation d’un nouveau réseau de fortifications », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 112, 1, 2000, p. 225-258, particulièrement 229-230.

20 Jaffé, Monumenta gregoriana (Biblioteca rerum germanicarum, II, Berlin, 1865) et « Breve Gregorii P. P VII ad Corsos… an. 1079 », Codex Italiae Diplomaticus… Lünig, IV, Francfort, 1735, p. 1379.

21 Vitale V., Documenti sul castello di Bonifacio nel secolo XIII, Gênes, 1936.

22 « Bulla Bonifacii P. P. VIII… an. 1297 », Codex Italiae Diplomaticus… Lünig, IV, Francfort, 1735, p. 1379.

23 Valla L., La Donation…, op. cit. Il n’est pas question spécialement de la Corse dans le texte de Valla.

24 La seule étude sur cet épisode, qui mériterait d’ailleurs une nouvelle lecture à l’aide des fonds romains, reste Sandri L., « Il governo pontificio in Corsica all’epoca di Eugenio IV », Archivio storico di Corsica, 13, 1, 1937, p. 1-26.

25 Sur cet épisode, comme sur l’ensemble de la problématique, je me permets de renvoyer à ma Corse du XVe siècle (1433-1483). Politique et société, Ajaccio, A. Piazzola, 2005.

26 Damisch H., Le messager des îles, Paris, Le Seuil, 2012.

27 Vilatte S., L’insularité dans la pensée grecque, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

28 Bibliothèque Mazarine, Paris, Tractatus decimarum pro presbyteris curatis omnium ecclesiarum Christi fidelium in insula maris Corsice, per in theologia magistrum Andream Hyspanum [l’Espagnol Andrea de Escobar], ordinis Sancti Benedicti, pauperem episcopum Ayacensem, olim Civitatensem [Ciudad Rodrigo], predicandus populis diebus festivis…, ms. 1684, f° 97-116, XVe siècle (vers 1430).

29 Franzini A., « Les premières cartes chorographiques de la Corse à la fin du XVe siècle, un outil de gouvernement », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 122, 2, 2010, p. 347-377.

Auteur

Chercheur à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP, EA 3350), a orienté sa recherche sur l’histoire sociale et politique de la Corse médiévale et moderne dans l’ensemble italien. Il est l’auteur de La Corse du XVe siècle (1433-1483). Politique et société (Alain Piazzola, 2005).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search