Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annexer ?

 | 
Pierre Savy
, 
Stéphane Péquignot

Changement de frontières et perception de l’altérité en Catalogne (xiie- xive siècle)

Flocel Sabaté

Texte intégral

  • 1 Projet de recherche « Auctoritas. Iglesia, cultura y poder (siglos XII-XV) » (HAR-2012-31484). Abr (...)

1Délimiter des frontières, c’est définir un extérieur par rapport à un intérieur, ce qui renvoie à la gradation de la cohésion et à la perception de l’altérité. La frontière du bas Moyen Âge est ainsi une ligne qui fragmente l’espace. Ce faisant, elle impose différents degrés de porosité, tout en établissant plusieurs niveaux de relations juridictionnelle, économique ou culturelle. Le défi consiste, par conséquent, à rechercher quelle est la véritable segmentation provoquée sur la société et les évolutions correspondantes1.

Quelle Catalogne et quelles frontières au XIIe siècle ?

2S’interroger sur les déplacements de frontières et sur les annexions pour la période allant du XIIe au XVe siècle exige tout d’abord de commencer par préciser ce que l’on entend par « frontière » au XIIe siècle. Est-ce une ligne qui délimite une population partageant une même identité, ou simplement une ligne de séparation entre domaines seigneuriaux ? Les enjeux principaux concernent d’une part la perception et l’identité, de l’autre, la juridiction et le pouvoir. La Catalogne forme à ce titre un excellent laboratoire des évolutions au cours de ce siècle.

  • 2 Sabaté F., « Corona de Aragón », P.-A. Porras Arboledas, E. Ramírez Vaquero et F. Sabaté Curull, L (...)
  • 3 Barthélemy D., Nouvelle histoire des Capétiens 987-1214, Paris, Le Seuil, 2012, p. 28-46.
  • 4 Freedman P., « Symbolic implications of the events of 985-988 », F. Udina (dir.), Symposium intern (...)
  • 5 Marca P., Marca Hispanica sive limes hispanicus, hoc est geographica & historica descriptio Catalo (...)
  • 6 Sabaté F., « El nacimiento de Cataluña. Mito y realidad », Fundamentos medievales de los particula (...)
  • 7 Id., La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007, p. 49-72.
  • 8 Id., « Repoblación y prefeudalismo », V.-Á. áLvarez Palenzuela (dir.), Historia de España de la Ed (...)
  • 9 Vidal Alcover J., El Llibre de Mallorca (Liber Maiorichinus), Barcelone, Edicions de la Universida (...)

3Les comtés du nord-est de la péninsule Ibérique se sont détachés de la matrice carolingienne par défaillance du pouvoir royal lui-même, surtout après la mort de Charles le Chauve en 877. Dans le nord-est de la Péninsule, la dernière désignation de comte par un roi se produit en 878. Des successions héréditaires et une gestion autonome de chaque comté s’imposent ensuite. Les comtes agissent de façon indépendante, mais respectent le roi de France. Pour cette raison, ils lui rendent visite de façon répétée jusqu’en 952, et lui demandent des privilèges, très probablement jusqu’en 9862. L’année suivante, l’introduction de la dynastie capétienne3 ne s’accompagne de la reconnaissance d’aucune vassalité par les comtes de cette zone ; cela marque la séparation4. Chaque titulaire comtal assume désormais naturellement la capacité juridictionnelle et fiscale sur son territoire. Comme le comte Hugues d’Empúries le proclame en 1019 : « potestatem quam regis ibi pridem habuerit, iste Hugo comes ibi habebat5 ». Toutefois, au cours de ce même XIe siècle, entre la frontière musulmane hispanique au sud et, sans interruption, l’espace provençal et occitan au nord, une situation sociale, économique, politique et même culturelle très proche rapproche les différents territoires6. Des formes identiques d’articulation féodale y sont adoptées7, ce qui s’avère également utile pour graduer la prééminence du comte de Barcelone8. Rien d’étonnant donc à ce que, depuis l’extérieur, l’on ait à l’orée du XIIe siècle une perception commune de ces terres placées sous la protection du comte de Barcelone. Après 1114, le Liber Maiorichinus, rédigé à Pise, relate la campagne menée contre Majorque par plusieurs villes catalanes, provençales et italiennes sous la conduite du comte de Barcelone Raymond-Bérenger III en définissant ce dernier comme « dux catalanensis, rector catalaunicus, catalanicus heros9 ». Ainsi une perception conjointe de la Catalogne se produit-elle avant même l’unité du pays.

  • 10 Zimmermann M., « Aux origines de la nation catalane : affirmation politique et territoriale (IXe-X (...)
  • 11 Zimmermann M., « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », P. Sénac, Histo (...)
  • 12 Bisson T.-N., « L’essor de la Catalogne : identité, pouvoir et idéologie dans une société du XIIe (...)
  • 13 Bosc A., Sumari, índex o epítome dels admirables i nobilíssims títols d’honor de Catalunya, Rossel (...)

4Les limites de la Catalogne du XIIe siècle contiendraient donc un territoire uni par sa propre identité sociale, au-delà de la structuration politique10. Telle est l’interprétation de Michel Zimmerman : « C’est au milieu du XIIe siècle que se constitue vraiment la principauté catalane ; la liturgie politique cristallise un sentiment national ; à l’inverse des autres principautés nées au Xe siècle du démembrement du royaume franc, la principauté catalane s’est constituée de bas en haut : la conscience d’une identité y accompagne, y précède sans doute le regroupement territorial11. » À force de rapprocher des référents culturels et sociaux communs, la cohésion identitaire aurait éclos au XIIe siècle, ce qui aurait ensuite donné lieu à une définition institutionnelle. Comme l’ajoute Thomas N. Bisson, « les élans et progrès de la conscience catalane, loin d’être “achevés” en 1100 ou en 1137, connaissent alors l’ébauche d’une première expression ; ils devaient être profondément secoués et accélérés par les conquêtes et les fondations des premiers comtes-rois (c. 1148-1213)12 ». Selon cette interprétation, les limites de la Catalogne s’uniraient en fonction de sa propre identité culturelle. C’est ainsi que Josep Moran explique l’intégration volontaire du comté du Roussillon dans la maison de Barcelone, que le comte Girard II effectue par testament en 1172 après avoir écouté une assemblée formée des nobles et d’hommes des villes13 :

  • 14 Moran i Ocerinjauregui J., « La llengua catalana en els seus orígens i en relació amb les altres l (...)

«foren precisament els comtats carolingis de parla catalana els que s’agruparen progressivament fins a constituir una unitat política que comprenia també el comtat de Rosselló, també català, malgrat que geogràficament formava part de la Gàlŀ lia i que eclesiàsticament havia estat vinculat a Narbona. Aquesta unitat politicolingüística que fou presidida pel comte de la ciutat que n’esdevingué la capital, és a dir, pel de Barcelona, es denominà Catalunya, que és un mot derivat d’un nom ètnic o gentilici: català, que és també el nom d’aquesta llengua14».

  • 15 Guenée B., Occidente durante los siglos XIV y XV. Los Estados, Barcelone, Editorial Labor, 1973, p (...)
  • 16 Sabaté F, « Història Medieval », A. Balcells (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, L’Esfera de (...)
  • 17 Saarien J. et Sell J. L., « Environmental perception », Progress in human Geography, no 3, 1980, p (...)
  • 18 Villeneuve P.-Y., « Géographie de la perception et méthode dialectique », Cahiers de géographie du (...)

5Pouvons-nous assumer ces interprétations apportées par de remarquables historiens de la génération antérieure à la nôtre ? Tout d’abord, cette explication coïncide avec la dynamique générale observable dans l’Europe contemporaine. Au XIIe siècle en effet, l’on recherche la cohésion des peuples au travers de récits comme l’Historia regum Britanniae, l’Historia regum Francorum ou l’histoire danoise de Saxo Grammaticus. Cela contribue à ce que Bernard Guenée considérait comme une intersection entre nation et histoire ou, pour mieux dire, entre historiens et histoire nationale15. Cependant, une approche de la riche documentation catalane contemporaine révèle une société très dynamique, où l’articulation d’un espace féodal, le développement urbain et l’arrivée de nouveaux référents juridiques s’harmonisent tout en unissant le territoire d’un point de vue socio-économique16. À mon avis, il faut rechercher l’herméneutique appropriée à l’interprétation de ce contexte en empruntant à la géographie humaine des outils d’analyse, et appréhender la situation en usant du concept de perception. On pourra de la sorte saisir comment les hommes et les femmes vivant à cette époque perçoivent un environnement commun, partagent des valeurs communes au sein d’un espace à la fois physique et social17. C’est le territoire uni au moyen d’un ensemble de rapports entre les groupes sociaux18.

  • 19 Sabaté F., Història de Lleida. Alta edat mitjana, Lleida, Pagès editors, 2003, p. 355-366.
  • 20 Benito P., « L’expansió territorial ultrapirenenca de Barcelona i de la Corona d’Aragó : guerra, p (...)
  • 21 Reglà J., Francia, la Corona de Aragón y la frontera pirenaica. La lucha por el Valle de Arán (sig (...)
  • 22 Reynolds, S. « Medieval urban history and the history of political thought », Urban History Yearbo (...)

6Il y a donc des éléments de proximité culturelle, économique et sociale qui fournissent une perception commune, et qui permettent la cohésion politique. En fait, cela n’est ni téléologique ni accidentel. Dans une période marquée par un fort dynamisme, il est facile de constater l’existence de groupes de pouvoir affermissant de façon intéressée leur position au moyen de l’invocation de la représentativité collective. Après avoir été prise aux musulmans en 1149, la ville de Lleida s’engage immédiatement dans un développement socio-économique frénétique. D’origines variées, mais avec pour dénominateur commun l’accumulation d’une grande force d’investissement et l’accaparement de propriétés rurales et urbaines, des familles forment un groupe, qui impose dans la ville sa capacité de gestion et s’adresse au souverain en invoquant sa faculté à représenter l’ensemble des habitants de la cité19. Il se produit un phénomène similaire en Roussillon en 1172, lorsqu’une assemblée de notables nobles et bourgeois décide de se livrer à la seigneurie du roi d’Aragon et comte de Barcelone. Il s’agit alors d’une décision calculée afin de préserver au mieux leurs propres intérêts, en assumant aussi une prétendue représentativité aux côtés du comte roussillonnais20. Dans un autre espace pyrénéen, le val d’Aran, les tenants de l’explication traditionnelle n’éprouvent pour leur part aucune difficulté à imaginer que les représentants locaux auraient préféré s’unir aux domaines d’Alphonse le Chaste, avec lesquels ils ne partagent pourtant aucune communauté culturelle, car ils auraient interprété favorablement une telle décision en tenant compte du contexte politique21. Cette action des élites sociales représentant la collectivité est en accord avec ce qui se produit alors de façon contemporaine en Europe, comme le soulignait Susan Reynolds : « The richest and most established burgesses or citizens of a town, like the bishops and nobles of a kingdom, were those who were qualified to speak and judge on behalf of the community of which they were perceived as the most solid, respectable, and responsible members. Representation was not a matter of representing individuals (hence the frequent vagueness about who attended or had the right to attend meetings), but of representing communities22. »

  • 23 Michaud-Quantin P., Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen-Âge latin, P (...)
  • 24 Buc P., « “Principes gentium dominantur eorum”: Princely power between legitimacy and illegitimacy (...)
  • 25 Bisson T.-N., The crisis of the Twelth century. Power, lordship, and the origins of european gover (...)
  • 26 Fernández Viladrich J., « La corte condal : una limitación fáctica a los poderes de la autoridad c (...)
  • 27 Arnold B., « Instruments of power: The profile and profession of “Ministeriales” within German ari (...)
  • 28 Black A., El pensamiento politico en Europa, 1250-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 199 (...)
  • 29 Sabaté F., « Expressões da representatividade social na Catalunha tardomedieval », F. R. Fernandes(...)
  • 30 Bisson T. N., Medieval France and her Pyrenean neighbours: studies in early institutional history,(...)
  • 31 Graboïs A., « De la trêve de Dieu à la paix du roi. Étude sur les transformations du mouvement de (...)

7Le XIIe siècle fournira des outils juridiques, philosophiques et théologiques essentiels pour incorporer dans la pensée et la pratique sociale et politique cette représentativité23, qui justifie et stimule à la fois une cohésion collective croissante, basée sur la perception de traits communs concordants au sein du peuple : « exegetes endowed the people with constitutional rights and advocated popular duties with far-reaching – at least in theory – political consequences24 ». Dans ce contexte, le souverain doit exercer son gouvernement non pas de façon autocratique, mais en s’accordant avec ceux qui s’érigent comme groupe de pression25, bien que ce soit sous la formule de la concession de conseil et d’aide au seigneur26 ou d’assistance permanente au gouvernement27, tout en avançant vers de nouvelles formules de représentativité28. Par conséquent, et en tout cas, le pouvoir est au Moyen Âge l’aboutissement d’un accord, il est pacté29. En s’appuyant notamment sur les systèmes de double domination caractéristiques de la féodalité, les pactes permettent de déterminer au cas par cas de façon graduée un accès spécifique aux deux bases fondamentales du pouvoir, la juridiction et le droit d’exiger des impôts. L’évolution contemporaine des assemblées de paix et de trêve vers la paix du roi durant le règne d’Alphonse le Chaste, pendant le dernier tiers du XIIe siècle, en offre un bon témoignage30. Elles se transforment tout d’abord dans le sillage des processus d’affirmation royale dans les royaumes voisins, à commencer par la France, où la paix jurée par Louis VII en 1155 à Soissons est aussi jurée par les barons français31. Dorénavant toutefois, les assemblées de paix supposent aussi l’établissement d’un pacte entre le souverain et ceux qui détiennent une représentativité dans l’accès au pouvoir sur le territoire.

  • 32 Iglesia A., « Las Constituciones de Paz i Tregua de 1173 », Initium. Revista catalana d’història d (...)
  • 33 Gonzalvo G., « La Pau i Treva de l’any 1187 per al comtat d’Urgell i vescomtat d’Àger », Ilerda. H (...)
  • 34 Id., « El comtat d’Urgell i la Pau i Treva », F. Sabaté (dir.), El Comtat d’Urgell, Lleida, Univer (...)

8En ce sens, lorsqu’en 1173 « Ildefonsus, Dei gracia rex Aragonum, comes Barchinone et marchio Provincie » proclame les « constitutiones pacium et treugarum » pour l’un des territoires dont il est le seigneur, il souligne en premier lieu que l’espace catalan du XIIe siècle est plus facile à percevoir qu’à définir, à dénommer ou à délimiter. Effectivement, devant l’assemblée réunie à Fondarella, Alphonse le Chaste garantit les constitutions de paix et de trêve sur un espace qu’il ne dénomme pas, mais qu’il explicite : « in dicta terra mea, a Salsis usque ad Dertusam et Ilerdam cum suis confinibus32 ». Il y a entre ces extrêmes géographiques un espace doté de suffisamment de cohésion et de cohérence pour qu’Alphonse le Chaste prétende le conduire de manière singularisée et à part de ses autres domaines, qui ornent aussi son titre à côté de l’invocation comtale de Barcelone – le royaume d’Aragon, le marquisat de Provence. Cependant, le même territoire s’avère présenter une diversité juridictionnelle et fiscale telle qu’elle rend difficile la formulation d’un nom spécifique. Dans cet espace compris entre Salses et Lleida se situe en fait le comté d’Urgell, dont le titulaire proclame explicitement en 1187 ses propres constitutions de paix et de trêve33, avec l’intention de souligner sa pleine capacité juridictionnelle sur ses propres domaines, en guise, par conséquent, « d’acte de sobirania », en s’affirmant donc à l’extérieur de ce que le roi Alphonse a défini comme « terra mea » située entre les extrémités géographiques précisées ci-dessus34.

  • 35 Sabaté F., « Els primers temps : segle XII (1137-1213) », E. Belenguer (dir.), Història de la Coro (...)

9La perception de l’espace et l’invocation de la représentativité favorisent tout à la fois la cohésion sur un territoire concret et, de façon indissociable, démontrent l’équilibre des pouvoirs autour desquels s’articule la société. L’évolution vécue au XIIe siècle au nord-est de la péninsule Ibérique se produit dans un ensemble territorial où existent à la fois une perception de l’extérieur et la conscience interne de jouir d’une cohésion spécifique avec des caractéristiques sociales propres. C’est la raison pour laquelle est adopté un « coronyme » spécifique – Catalogne –, qui suppose une délimitation physique. Mais, significativement, cette conception régionale commune n’entraîne pas une unification des juridictions ou de l’impôt, si bien que le seigneur qui en invoque la souveraineté, le roi d’Aragon et comte de Barcelone qui octroie des Constitutions de paix et de trêve à l’ensemble, manque d’un titre de supériorité effectif sur une grande partie du territoire contenu dans ces limites. Par conséquent, ce n’est pas l’unité politique mais la cohésion sociale qui a rassemblé le territoire. Cela renforce la capacité des barons et des hommes des villes qui, forts de leur puissance, invoquent leur représentativité35. C’est ainsi qu’au XIIe siècle la Catalogne atteint sa cohésion, ce qui entraîne immédiatement la nécessité de dessiner de façon appropriée ses limites physiques.

Dessiner les frontières de la Catalogne avec Valence et l’Aragon

  • 36 Id., « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », M.-T. Ferrer (dir.), Ja (...)
  • 37 Alvira Cabrer M., 12 de Septiembre de 1213. El Jueves de Muret, Barcelone, Universitat de Barcelon (...)
  • 38 Cateura Benàsser, P., Mallorca en el segle XIII, Palma de Majorque, El Tall editorial, 1997, p. 15 (...)
  • 39 Furió Diego A., Història del País Valencià, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1995, p. 49-50.
  • 40 Santamaría Arández A., Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque, Ajuntament de Palma, 1 (...)
  • 41 Furió Diego A., El rei conqueridor. Jaume I : entre la història i la llengenda, Valence, Bromera, (...)
  • 42 García-Oliver F., Terra de feudals, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1991, p. 126-140.

10L’accord matrimonial de 1137 entre le comte de Barcelone et l’héritière du royaume d’Aragon favorise une unité qui se prolongera sous une forme simplement dynastique, non pas par décision explicite du souverain, mais par le constat évident que le processus d’expansion et de féodalisation a consolidé deux groupes dirigeants nobiliaires nettement séparés. Chacun tire ses soutiens de ses propres liens entre lignages et des justifications juridiques correspondantes, en affermissant, dans chaque cas, une proximité qui facilite les cohésions culturelle, linguistique et socio-économique respectives. De la sorte, le XIIe siècle voit l’accomplissement d’un processus d’expansion pour la consolidation de deux pays sous un même souverain : l’Aragon et la Catalogne. Il en résulte une vigueur sociale et économique portée par des nobles et des bourgeois. Cela laisse le monarque en proie à de graves difficultés lorsque, au-delà d’un discours basé sur des fondements royaux romanistes, il lui faut mettre en oeuvre effectivement des compétences juridiques et fiscales. La difficulté apparaît de façon manifeste durant les premières années du règne de Jacques Ier, au cours desquelles la capacité royale apparaît bien faible36. Par conséquent, au-delà des motifs pour lesquels Jacques Ier abandonne le nord et devient l’objet des reproches des troubadours occitans pour préférer combattre contre les faibles musulmans du sud plutôt que de défendre les domaines ultra-pyrénéens contre l’expansionnisme du roi de France37, en menant l’expansion sur les domaines musulmans de Majorque et, surtout, de Valence, le roi prétend canaliser les intérêts bourgeois et nobiliaires qui poussent dans cette direction38. Dans le même temps, et de façon distincte, le monarque veut obtenir son propre domaine, dépendant directement de lui39. Le souverain exige donc que les nouveaux territoires soient définis eux-mêmes comme des royaumes : il prend le titre « rex Maioricarium » en 1230, juste après la conquête de la capitale de l’île, adoptant les droits de l’ancien roi musulman40, et celui de « roi de Valence » après la prise de la ville en 123841. Le royaume de Valence, qui réunit les nouveaux territoires de l’Est péninsulaire, marque l’engagement dans un processus immédiat de cohésion institutionnelle, sociale et économique42.

  • 43 Mas i Solench J.-M., Les corts a la Corona catalano-aragonesa, Barcelone, Rafael Dalmau, 1995, p.  (...)

11Ainsi, et à la différence de ce qui se produit dans la partie occidentale de la Péninsule autour du monarque castillan, les domaines de la Couronne d’Aragon deviennent une juxtaposition d’espaces, chacun avec sa propre cohésion interne. Ils communiquent au moyen de la monarchie commune et des rares institutions conjointes que celle-ci est capable de générer et de perpétuer. La prise en charge par chaque territoire de sa propre identité entraîne une expression sociale, institutionnelle et physique spécifique. C’est pourquoi s’ouvre immédiatement un débat afin de délimiter de façon appropriée la Catalogne par rapport aux autres territoires de la même Couronne : Aragon et Valence. Au cours même du XIIIe siècle, la définition institutionnelle progressive de chaque territoire, avec des institutions représentatives de référence territoriale comme les parlements (corts) catalan, aragonais et, finalement, valencien43, oblige à une définition physique bien nette.

  • 44 Font Rius J.-M., Cartas de población y franquicia de Cataluña, vol. 1, Madrid/Barcelone, CSIC, 196 (...)
  • 45 Bayerri i Bartomeu E., “Llibre de Privilegis” de la vila d’Ulldecona, Tortosa, Imprenta Blanch, 19 (...)
  • 46 Sabaté F., « El veguer i la vegueria de Tortosa i Ribera d’Ebre al segle XIV », Recerca, no 2, 199 (...)
  • 47 ACBE, Castellania i Temple II, 6, f° 7 r° ; Tresorer, livre 1, f°7 r° ; livre 2, f° 16 r°.
  • 48 ACA C, Memorial 43, f° 14 r°.
  • 49 Guinot E., Els límits del Regne : el procès de formació territorial del País Valencià medieval (12 (...)
  • 50 Sánchez Adell J., « La Comunidad de Morella y sus aldeas durante la Baja Edad Media (Notas y Docum (...)
  • 51 ACBE, Paeria i Vegueria I, procès 68 ; Comú, I, 50 ; Clavari, livre 23, p. 107-127.
  • 52 Valls i Taberner F., « Establiments per als llocs del monestir de Benifazà », Revista Jurídica de (...)
  • 53 García H., « Real monasterio de Santa María de Benifazá », Boletín de la Sociedad Castellonense de (...)

12Depuis la Catalogne, celle-ci demeure stable dans le cas de Valence, où elle coïncide avec la limite du territoire général de Tortosa établie en 1149, l’année qui suit la conquête de Tortosa par le comte44. Cette délimitation située le long de la rivière Ulldecona ou Sènia est renforcée par la commanderie hospitalière d’Ulldecona45 et la viguerie royale de Tortosa qui y finissent46. La délimitation précise un espace centralisé de façon cohérente par Tortosa du point de vue social et économique, avec les disputes juridictionnelles corrolaires entre, d’une part, les hospitaliers et, de l’autre, la juridiction royale encouragée par la ville47. À l’intérieur, la délimitation gravit la zone montagneuse des Ports jusqu’au point de confluence avec l’Aragon : « Riu d’Uyldecona, so és a saber, a la mar, e per lo Riu amunt que puig entro al terma de Morella, e munt entro a les muntanyes altes qui són apellades de Tres Eres48. » Cela entraîne la délimitation des espaces d’influence de la ville catalane de Tortosa et de la ville valencienne de Morella, sans oublier les intérêts du monastère également valencien de Benifassà installé dans la zone. Son intégration initiale dans le territoire de Tortosa est corrigée en faveur de Morella49, puis stabilisée en 1233, avec l’invocation tardive du fait qu’il en allait ainsi pendant la période islamique50. Plutôt que de générer de la tension, ceci reflète cependant un espace absolument affranchi51, dans lequel on conservera un grand mélange et une grande circulation de personnes, d’intérêts et d’activités – surtout agraires et d’élevage52, d’où plusieurs conflits et des tensions juridictionnelles53.

  • 54 García Egea M. T., La visita pastoral a la diócesis de Tortosa del obispo Paholac, 1314, Castelló, (...)
  • 55 Almuni Balada V., « Tràfec de mestres d’obra, escultors i picapedrers dins de l’àmbit territorial (...)

13De manière différente, le diocèse axé autour de la ville catalane de Tortosa pénètre et occupe la partie septentrionale du nouveau royaume de Valence depuis le moment de sa conquête. Il gère naturellement cet espace54, sans que cela entraîne aucun type de trouble, hormis le fait qu’il coïncide avec l’influence claire et la prééminence évidente qu’exerce Tortosa sur la partie septentrionale de Valence. Partager un même diocèse entre les terres du sud de la Catalogne et du nord de Valence, clairement séparées par la rivière Ulldecona, devient un indicateur d’une relation humaine, très naturelle au sens économique et social, comme le mettent en évidence les « pintors i argenters que comparteixen obrador a una i altra banda del riu55 ». La capitalité de Tortosa contribue puissamment à diluer le partage frontalier sur ce versant.

  • 56 Galtier Martí F., Ribagorza, condado independiente, desde los orígenes hasta 1025, Saragosse, Libr (...)
  • 57 Laliena C., La formación del Estado feudal. Aragón y Navarra en la época de Pedro I, Huesca, Insti (...)
  • 58 Lema Pueyo J.-Á., Instituciones políticas del reinado de Alfonso I el Batallador, rey de Aragón y (...)
  • 59 ACA C, Pergamins de Jaume I, chemise 90, no 1347.
  • 60 Ubieto Arteta A. « Disputas entre los obispados de Huesca y Lérida en el siglo XII », Estudios de (...)
  • 61 ACA C 22, f° 101 r°.
  • 62 ACA C 42, f° 152 v° ; 49, f° 71 v°.
  • 63 ACA C, fragment d’un registre « Commune » de Jacques II entre les 115 et 106, f° 204 r°.
  • 64 ACA C 46, f° 8 v°.
  • 65 Romano Ventura D., « Los funcionarios judíos de Pedro el Grande de Aragón », Boletín de la Real Ac (...)

14L’emboîtement entre la Catalogne et l’Aragon s’avère en revanche plus difficile, notamment pour ajuster de façon appropriée les régions de Sobrarbe et, surtout, de la Ribagorça. Suivant ses voisins occidentaux56, ce comté de matrice carolingienne s’oriente en 1017 vers Pampelune et demeure depuis 1043 uni à l’Aragon57. Dans le premier tiers du XIIe siècle, il apparaît seulement de façon occasionnelle dans les titres du dernier roi d’Aragon et de Pampelune, Alphonse le Batailleur – Aragonensium et Pampilonensium et Ripacorcensium rex –, et il est plus fréquent qu’il soit sous-entendu dans la référence générique à l’Aragon, dans le titre le plus usuel rex Aragonensium et Pampilonensium58. Ceci concorde avec le fait que la perception singularisée de la Ribagorça est liée au manque d’un groupe nobiliaire dirigeant qui lui soit propre, car ils se sont mêlés à des nobles aragonais avec lesquels ils partageaient les mêmes intérêts lors de l’expansion frontalière. Suite à l’union dynastique de 1137, Raymond-Bérenger IV préfère traiter la Ribagorça séparément de l’Aragon, mais son fils et successeur depuis 1161, Alphonse le Chaste, la traite avec l’Aragon. La situation change de nouveau au XIIIe siècle. La Ribagorça est alors considérée comme le point extrême de la Catalogne, dorénavant définie à partir de la rivière qui délimite la Ribagorça à l’ouest : « usque fluvio Cinche usque ad Salsas59 ». Après qu’une longue dispute pour la délimitation orientale du diocèse de Huesca est conclue en 120360, la source du Cinca articule le Sobrarbe, région définie dans le diocèse catalan de Lleida. Cela ne remet pas en cause la définition aragonaise du Sobrarbe, qui sera pour cette raison doté d’officiers de district aragonais. En même temps, la capitale de la Ribagorça, Benavarri, exerce une centralité socioéconomique qui l’érige en ville royale principale de la zone, en incluant des espaces aragonais et catalans. De façon significative, le monarque y installe au XIIIe siècle un officier juridictionnel qui cumule trois charges territoriales, deux d’entre elles selon le modèle catalan et une qui suit le patron aragonais. Le même officier est de la sorte à la fois viguier de Ribagorça et de Pallars, et sobrejuntero du Sobrarbe61 (vicario Rippecurcie et de Payllars et supraiuntario de Sobrarbe62 ou vicario Rippecurcie et Palariense ac supraiuntario Subrarbii et Vallium63). Dans le même temps, c’est également à un seul et même bailli que revient la charge de s’occuper des revenus royaux dans les trois territoires. Il se présente comme bailli de Ribagorça, de Pallars et de Barbastro64. Selon cette même logique, les officiers chargés durant le règne de Pierre le Grand (1276-1285) de vérifier les comptes des officiers royaux de Catalogne intègrent aussi dans leur travail le contrôle du territoire aragonais de Sobrarbe65.

15La Ribagorça présente une situation charnière en raison de la dualité juridique à laquelle est soumise sa population, certains endroits étant peuplés et régis selon le droit catalan, d’autres conformément aux juridictions d’Aragon. C’est la raison pour laquelle en 1292, à l’occasion des états généraux catalans à Barcelone, le roi ordonne à son viguier de respecter dans chaque cas la législation correspondante :

  • 66 Cortes de Cataluña, vol. 1, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, p. 162.

«volumus, ordinamus et statuimus quod si vicarius de Ripacurcia ad querelas alicuius citabit aliquem, quod requisitus judicetur ad consuetudinem vel Usaticum Barchinone si est populatus in loco ubi currat usaticus Barchinone, et non forus; et si forsan est populatus in loco fori quod judicetur secundum forum66».

  • 67 Font Rius J.-M., Cartas de población, op. cit., p. 184-185, 191-192 et 228-230.
  • 68 Sabaté F., El territori de la Catalunya medieval : percepció de l’espai i divisió territorial al l (...)
  • 69 Sesma Muñoz J. Á., « Estado y nacionalismo en la baja edad media. La formación del sentimiento nac (...)

16Une dualité similaire se répète dans la basse vallée de l’Èbre, où de nombreuses terres, bien que situées dans des domaines assez orientaux, sont repeuplées au XIIe siècle selon la juridiction césaraugustaine, tandis que d’autres le sont selon les usages de Barcelone alors qu’elles se trouvent dans des zones occidentales (c’est le cas de Vallderoures ou de Beseit). Il existe même des villes, Batea ou Algars par exemple, dans lesquelles la population peut s’établir indifféremment sous un droit ou sous un autre droit67. Suite à ces mélanges, l’on débat pour savoir si ces localités doivent être situées en Catalogne ou en Aragon. La solution adoptée consiste en un découpage constamment négocié et précis pour aboutir finalement, au XIVe siècle, à la délimitation qui est demeurée jusqu’à nos jours, comme cela a déjà été minutieusement analysé68. La réflexion sur ces mouvements permet d’apprécier le croisement de plusieurs dynamiques, à commencer par les intérêts seigneuriaux aux mains de barons ou d’ecclésiastiques. Les Montcada souhaitent que leur ville de Fraga, assignée initialement à la viguerie catalane de Lleida, soit cédée à l’Aragon car ils pourront de cette manière augmenter leur influence au sein de la noblesse aragonaise. Leurs adversaires au sein de la noblesse s’y opposent pour la même raison : en invoquant le caractère aragonais de son domaine, Guillem Ramon de Montcada prétend participer aux états généraux aragonais de 1367, mais il est rejeté précisément parce qu’il est considéré comme catalan69.

  • 70 Virgili A., « La Seu de Tortosa al Matarranya (segles XII-XIII) », M.-A. Pradilla (dir.), Història (...)
  • 71 Laliena Corbera C., « Castillos y territorios castrales en el valle del Ebro en el siglo XII », J. (...)
  • 72 ACA C 284, f° 2 r°-v°.
  • 73 Bayerri i Bertomeu E., Historia de Tortosa y su comarca, vol. 7, Tortosa, Imprenta de Algueró y Ba (...)
  • 74 Serrano Daura J., Senyoriu i municipi a la Catalunya Nova (segles XII-XX) : comandes de Miravet, d (...)
  • 75 Sabaté F., El territori, op. cit., p. 285.

17Dans la seconde moitié du XIIe siècle, des intérêts seigneuriaux se mêlent aussi aux discussions territoriales entre le diocèse aragonais de Saragosse et le diocèse catalan de Tortosa. Les deux sièges participent à l’occupation féodale du territoire70 en entrant avec les lieutenants castraux dans le jeu des inféodations qui doivent permettre d’affermir leur domination respective71. Dans ce contexte, le choix de fixer la limite diocésaine en 1210 sur le cours de l’Algars contribue à établir cette borne comme la délimitation qui situe l’Aragon à l’ouest et la Catalogne à l’est, bien que certaines localités fondées selon le droit barcelonais se situent sur la rive gauche et que d’autres, placées sous juridiction aragonaise, se trouvent sur la rive droite72. Tout en acceptant cette définition, l’établissement contemporain des commanderies militaires s’effectue selon une autre perspective, celle de la cohésion interne des différentes commanderies73. Assurément, grâce à un accord passé avec Raymond-Bérenger IV, l’ensemble des domaines gagnés par les ordres militaires de Saint-Jean de Jérusalem et du Temple dans le cours inférieur de l’Èbre lors de sa conquête en 1148 dote l’espace d’une forte autonomie juridictionnelle à travers les commanderies74, et contribue à un traitement conjoint qui facilite l’orientation vers le côté catalan, en concordance avec l’attraction de la capitale de Tortosa – Jacques II le souligne en 130875.

  • 76 ACA C 1091, f° 128 r°.
  • 77 Ledesma Rubio M. L., Actas del proceso de cortes de Tamarite de 1375, Saragosse, Anubar, 1979, p.  (...)

18Dans la dispute pour la délimitation, la population elle-même peut prendre position, spécialement dans des villes avec une réelle capacité d’organisation. Elle met alors en mots des raisons calculées selon les circonstances et en général concordantes avec la position des seigneurs respectifs. Ainsi les représentants locaux de Fraga insistent-ils sur leur condition aragonaise immédiatement après que le roi a exigé d’eux en 1374 de contribuer aux impôts levés sur les Catalans76. Ils présentent ensuite en 1375 une plainte explicite devant les états généraux rassemblés à Tamarit, parce que Fraga est considérée comme catalane et non pas comme aragonaise77.

  • 78 Sabaté F., « Ejes vertebradores de la oligarquía urbana en Cataluña », Revista d’Història Medieval (...)
  • 79 Masià de ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña. Ribagorza y Fraga en tiempo (...)
  • 80 Benito Luna L., « Fraga en las relaciones comerciales entre Aragón y Cataluña a mediados del siglo (...)
  • 81 Casas Torres J.-M. et Floristan Samanés A., Mercados de Aragón, Saragosse, CSIC, 1946, p. 23-24.
  • 82 Vila P., Visions geogràfiques de Catalunya, Barcelone, Barcino, 1963, vol. 2, p. 229-279 ; Soldevi (...)

19Il faut souligner le poids des capitalités urbaines, qu’il s’agisse des grandes sphères d’influence dessinées par des centres comme Tortosa ou Lleida, ou bien d’autres centres moyens et plus petits, dûment enchâssés. D’emblée, la poussée urbaine s’est fondée sur la projection et l’investissement dans un environnement aux dimensions proportionnelles à la vigueur des villes78. C’est pour cette raison que le contrôle urbain finit par être prioritaire : dans l’importante ville de Lleida, la deuxième de Catalogne après Barcelone au XIIIe siècle, les propositions d’intégration dans l’Aragon ne sont pas négligées si l’ensemble de l’environnement est maintenu. Toutefois, le constat de la possible préservation de l’aire d’influence et de capitalité socio-économiques par-delà ce type de segmentations rend cette condition caduque. Ainsi, la contrée de la Llitera et les villes de Fraga et de Mequinença sont situées dans l’aire d’influence de la capitalité de Lleida initialement cohérente avec son assignation au sein de la viguerie de Lleida, mais elles en seront séparées pour être transférées à l’Aragon malgré le maintien de ce lien socio-économique. De manière semblable, à l’extrémité occidentale de la viguerie montagneuse de Pallars, les capitalités mineures d’Areny et de Montanyana seront en 1322 sectionnées et transférées à l’Aragon, dont la limite est ainsi portée sur le cours fluvial de la Noguera Ribagorçana79. L’imposition de ces segmentations empiètera sur la pratique quotidienne, qui en grande partie gardera les dynamiques socio-économiques précédentes. Le fait d’ôter à la Catalogne des secteurs occidentaux de la capitalité socio-économique de Lleida et de les faire passer à l’Aragon n’interrompt pas la relation entre ces terres et la ville catalane : Fraga exerce clairement sa capitalité80, mais reste placée sous l’influence supérieure de la ville catalane de Lleida, aussi bien quand elle fait partie de la Catalogne que quand elle s’intègre dans l’Aragon. Un phénomène similaire se produit aussi pendant des siècles avec les autres villes affectées par la nouvelle délimitation81. Les relations sociales et économiques se sont poursuivies de façon séculaire, soit autour de Lleida, soit dans la montagne, en maintenant l’unité de géographie humaine des régions où l’on avait procédé à une segmentation frontalière82.

  • 83 Ubieto Arteta A., « Disputas », art. cité, p. 187-237.
  • 84 Mansilla D., La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Rome, Instituto Español d (...)
  • 85 Risco M., España Sagrada, t. XII : Contiene las antigüedades civiles y eclesiásticas de las ciudad (...)
  • 86 Barrio Gozalo M., El clero en la España moderna, Cordoue, CSIC-CajaSur, 2010, p. 29-31.
  • 87 Fernández Regatillo E., El concordato español de 1953, Santander, Sal Terrae, 1961, p. 209-212 ; C (...)

20La conquête de Lleida en 1149 entraîna le déplacement de l’évêque de Roda de Ribagorça, et, de ce fait, des disputes sur la délimitation du diocèse à l’ouest avec le diocèse aragonais de Huesca. Ouvertes dans la seconde moitié du XIe siècle, ces disputes se prolongent malgré l’accord de 1080 et elles sont accentuées à la suite des nouvelles conquêtes du XIIe siècle, surtout celle de Barbastro. Le XIIe siècle se caractérise par de graves tensions83, jusqu’à ce qu’en 1203 le pape Innocent III fixe la limite à la rivière Cinca comme Huesca le prétendait, mais en réservant à Lleida d’importantes églises situées entre cette rivière et celle de l’Alcanadre, la borne proposée par Lleida84. Avec une telle stabilisation, les changements imposés au XIVe siècle situent une grande partie du diocèse de la ville catalane de Lleida en Aragon et, au sud, une grande partie du diocèse de Tortosa dans le territoire de Valence. En 1210 est établie la limite entre les diocèses aragonais de Saragosse et catalan de Tortosa le long de la rivière Algars, en respectant la volonté de Saragosse : la ville se retrouve à l’ouest, Tortosa à l’est, à l’exception toutefois de quelques paroisses qui reviennent à Tortosa en dépit du fait de leur situation du côté occidental85. De cette manière, les deux diocèses de la Catalogne occidentale conserveront tout naturellement leurs vastes domaines hors de Catalogne, tout en manifestant l’incidence nulle de la division diocésaine sur la délimitation des régions constitutives de la Couronne d’Aragon. En fait, hormis de légères retouches apportées en 1571 – une partie de l’extrémité du diocèse de Lleida étant alors cédée au nouveau diocèse de Barbastro86 –, cette division sera maintenue sans modifications jusqu’au XXe siècle87.

  • 88 ACA C 485, f° 252 r°-v°.
  • 89 ACA C 287, f° 169 r°.

21En revanche, les différents changements imposés au tracé limitrophe se sont parfois aussi traduits de façon institutionnelle par la recherche d’une homogénéité formelle capable de dépasser l’apparente fragmentation. Après avoir été extraite du domaine musulman peu avant le milieu du XIIe siècle et après avoir reçu la loi aragonaise des Fueros et en 1169 une charte de peuplement selon le droit césaraugustain, la ville de Tamarit se retrouve ainsi au siècle suivant située à l’extrémité inférieure de la viguerie de Ribagorça, tout en appartenant à l’aire d’influence de la capitalité socio-économique de Lleida, puis, en 1300, elle est cédée à l’Aragon avec toute la Ribagorça. Immédiatement après, l’aljama de Barbastro tente d’y faire assigner les juifs résidant à Tamarit. Elle s’oppose ainsi à l’aljama de Lleida, qui en invoque la possession en vertu de la tradition. C’est la raison pour laquelle, en 1332, le roi Alphonse le Bienveillant confirme à nouveau que « iudeos comorantes in loco Tamariti sunt de collecta aljama iudeorum civitatis Ilerde88 ». Cependant, le déploiement de modèles institutionnels correspondant à la région où sont définies les localités facilite l’appréhension de la nouvelle appartenance administrative, notamment lorsque l’action du viguier catalan est immédiatement remplacée par celle d’un officier oeuvrant selon le modèle aragonais : « iusticiado de Tamarite de Lithera89 ».

  • 90 Sabaté F., Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, sous presse.
  • 91 Valls Taberner F., « Les costums de la batllia de Miravet », Revista Jurídica de Catalunya, vol. 3 (...)
  • 92 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, vol. 1, Madrid, Re (...)
  • 93 Ibid., vol. 4 [1901], p. 189.

22Comme le montre clairement l’attraction exercée par Tortosa et par Lleida, ces changements institutionnels n’altèrent pas les liens socio-économiques avec les centres urbains désormais situés de l’autre côté de la ligne frontalière. Ils contribuent en revanche puissamment à rendre plus acceptable une cohésion fondée sur des éléments désormais assumés comme faisant partie inhérente de l’identité, une identité appréhendée également en fonction d’un modèle institutionnel et juridique déterminé. L’ajout, déjà évoqué, d’un représentant royal qui est à la fois sobrejuntero de Sobrarbe et viguier de Ribagorça et de Pallars, ne peut pas être maintenu au début du XIVe siècle, parce que le premier correspond à l’Aragon et le second à la Catalogne, deux niveaux de réalité qui ne peuvent pas être mêlés90. De même, le droit est invoqué dans le sens d’une identification revendicatrice : en 1319 les Coutumes de Miravet soulignent la catalanité de cette commanderie dans le bas-Èbre, parce qu’elles sont déterminées par le droit catalan (« les constitucions de Catalunya o en après al usatge de Barcelona91 ») ; lors des états généraux de 1350, les disputes pour savoir si Horta doit rester en Catalogne ou être considérée comme appartenant à l’Aragon se concentrent sur le droit qui s’y applique92 ; en 1379, les représentants de Fraga se présentent aux états généraux catalans afin qu’on reconnaisse définitivement que « iurati et probi homines ville Frage non debent vocari ad Curias Catalonie cum sint de Foro Aragonie93 ».

  • 94 ACA C 47, f° 52 r° ; 62, f° 16 v°.
  • 95 Masià de Ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña », art. cité, p. 176.
  • 96 Sabaté F., « États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge », F. Foronda et A.-I. Carrasco (...)
  • 97 Sabaté F., « La organización central de la Corona de Aragón cismarina », J. Á. Sesma Muñoz (dir.),(...)

23On cherche, de cette manière, des caractéristiques identificatrices valables pour l’ensemble régional. Ce sont des éléments qui émergent à mesure que s’affermit la prise en charge d’une représentativité collective d’identité territoriale. En 1283, les nobles aragonais considèrent la Ribagorça comme une terre aragonaise bien qu’elle soit traitée comme catalane d’un point de vue institutionnel94. Quelques années plus tard, Jacques II comprend clairement que l’étude minutieuse sur l’emplacement de la Ribagorça n’est ni une question locale ni une question de chancellerie royale, mais une problématique entre « los aragoneses et los cathalans95 ». Cette position s’accentue au XIVe siècle, quand le monarque, dont les bases sont faibles, voit s’accroître sa dépendance envers les aides des états. Non seulement ils obtiennent des contreparties et augmentent leur influence sur la direction du pays, mais ils le font avec une représentativité assumée de toute la « terre96 ». L’incapacité de la Couronne d’Aragon à parvenir à une cohésion propre entraîne de fortes consciences identitaires régionales, soutenues par des groupes dirigeants convaincus de représenter chaque terre face au roi. En conséquence, on se dirige vers une dispute entre l’Aragon, la Catalogne et Valence au sujet de la prééminence et du protocole. Cette dispute ne cessera de prendre de l’ampleur au gré des nouveaux défis politiques, qui seront précisément affrontés en invoquant des formes spécifiques de représentativité collective97.

  • 98 Sánchez Martínez M. et Ortí P., Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya : els capítols del dona (...)
  • 99 Masià de Ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña », art. cité, p. 176.
  • 100 Valls Taberner F., « Les costums de la batllia de Miravet », art. cité, p. 75.
  • 101 Manyà J.-B., « Lleida i la Catalunya transibèrica », Les terres de Lleida en la geografia, en l’ec (...)
  • 102 Ledesma Ramos M.-L., Cortes de Caspe y Alcañiz y Zaragoza, 1371-1372, Valence, Anubar, 1975, p. 16 (...)
  • 103 Sans Travé J.-M. (dir.), Cort general de Montsó 1382-1384, Barcelone, Departament de Justícia de l (...)

24Dans ce contexte, la question territoriale devient aussi un exercice de force et d’équilibres entre les différents collectifs d’identification territoriale. Lorsque la perception de la « sisa » est organisée en Catalogne lors des Corts catalanes de 1292, la Ribagorça y est naturellement incluse : « que la sisa sia mesa e levada generalment per tota Cathalunya, ço és a ssaber, de la aygua de Çincha tro al coll de Paniçars e dels ports tro a la mar e tro al riu de Ulldecona98 ». Mais, peu après, en 1300, la Ribagorça est cédée à l’Aragon suite à l’exigence formulée lors des états généraux aragonais, ce qui provoque la protestation – absolument vaine – des états généraux catalans en 130599. De même, après que les états généraux catalans de 1347 ont consolidé la condition catalane des commanderies hospitalières d’Ascó et de Miravet – à l’exception seulement de Nonasp, située de l’autre côté de l’Algars, la rivière prise comme borne100, les états généraux aragonais de 1348 donnent pour commission à quatre juristes de soutenir que la commanderie d’Horta doit appartenir à l’Aragon et non pas à la Catalogne101. En 1371, un grief sera présenté au monarque par les représentants de l’Aragon, parce que « los lugares de Orta e de Gandesa fuessen et sian dentro los límites del regno de Aragon et los del Principado de Catalunya non devidamen se haan apropiado los ditos lugares diziendo aquellos dentro sus limites seyer102 ». Très clairement, l’emplacement de Fraga devient la cause d’affrontements entre Aragonais et Catalans lors des états généraux de 1384 : alors que les représentants aragonais exigeaient ne pas mettre en question que « villam de Fraga esse de regno Aragonis », le syndic de Barcelone Pere Terreny « dixit ei pro parte brachii catalanorum quod ipsi intendebant villam predictam de Ffraga esse de Catalonie principatu103 ».

  • 104 Montagut i Estragués T. de, Les institucions fiscalitzadores de la Generalitat de Catalunya (Des d (...)
  • 105 Sabaté F., « Corona de Aragón », art. cité, p. 449-450.
  • 106 Sánchez Martínez M., El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic-Géron (...)
  • 107 Sesma Muñoz J. A., « La fijación de fronteras económicas entre los estados de la Corona de Aragón  (...)

25De la sorte, il existe une conscience régionale partagée, et les mêmes personnages qui réagissent pour la défense de l’intégrité de la région se présentent devant le roi en se revendiquant les possesseurs d’une représentatitivé sur le pays, sur la terra – l’action des états aux Corts laisse apparaître ce processus de façon manifeste104. La délimitation des frontières entre la Catalogne et l’Aragon à laquelle on parvient au XIVe siècle ne dépend donc pas de segmentations concrètes en termes juridictionnels ou diocésains, ou même encore de capitalités socio-économiques, qui par ailleurs se chevauchent facilement sur les lignes délimitant les deux territoires. La délimitation est de fait imbriquée de manière plus directe avec la cohésion interne et l’acceptation collective d’une identité régionale, que l’on imagine alors imbriquée dans des contenus juridiques, institutionnels et physiques. Par conséquent, la faiblesse de la monarchie et le renforcement corollaire des groupes des états qui assument la représentativité de chacun des territoires sont directement en rapport avec la définition du profil régional et avec l’exigence d’une délimitation territoriale précise105. La dépendance du monarque à l’égard des aides provenant des états s’achève lors des Corts generals rassemblées à Monzón en 1363, dans un contexte dramatique, où le roi doit recueillir l’aide économique nécessaire pour faire face à l’invasion castillane. L’aide est accordée, mais, depuis la perception des revenus jusqu’à la dépense, elle sera contrôlée par les Corts, qui établiront trois députations permanentes, pour l’Aragon, Valence et la Catalogne106. De là dérivent non seulement des institutions justifiées dans la représentativité de la terre face au roi qui ne feront que se consolider, mais aussi leur capacité de perception sur l’ensemble régional au nom d’un trésor public qui n’est pas entre les mains du roi mais des états. C’est pour cette raison que l’établissement de frontières intérieures s’impose et se consolide de fait en 1365. Ce sont des douanes fiscales au nom de la « terre » qui marquent et stabilisent le contenu physique et identitaire de l’Aragon, de Valence et de la Catalogne107.

  • 108 Duran i Grau E., Sobre la mitificació dels orígens històrics nacionals catalans, Barcelone, Instit (...)
  • 109 Ubieto Arteta A., Leyendas para una historia paralela del aragonés medieval, Saragosse, Institució (...)
  • 110 Giesey R. A., If not, not. The oath of the aragonese and the legendary laws of Sobrarbe, Princeton (...)
  • 111 Casas Torres J. M., « Lérida vista desde Aragón », Les terres de Lleida, op. cit., p. 298-299.

26La cohésion des différentes régions parvient à bannir le monarque. Au début du XVe siècle, on explique que la Catalogne comme l’Aragon vivaient en totale cohésion avant l’existence des rois, soit, dans le cas de la Catalogne, par l’action d’un mythique Otger Cataló qui aurait guidé les barons et pactisé avec la population108, soit, en Aragon, parce que le peuple aurait choisi un représentant du peuple, le « justicia » d’Aragon109, et ensuite seulement, choisi le roi110. Cette conscience d’appartenir à la « terre » justifie l’action de ceux qui disent la représenter, elle implique aussi une délimitation propre et revendicatrice. Il en résulte des conséquences fiscales, juridiques et institutionnelles. Cependant, comme s’il s’agissait de cercles à différents niveaux, ce domaine d’identité est compatible avec un degré d’influence inférieur, comme la capitalité socio-économique, qui chevauche naturellement les délimitations ailleurs revendiquées avec force : la partie occidentale de l’Aragon conserve le lien socio-économique et même culturel et linguistique avec la Catalogne, en respectant et en gardant le poids référentiel de Lleida111. De même, des limites identitaires peuvent se recouper avec des segmentations différentes, par exemple les divisions diocésaines dont il a été question ci-dessus.

27Cette dynamique a conduit à l’établissement au XIVe siècle d’une délimitation transformée par le découpage progressif des limites occidentales de la Catalogne en faveur de l’Aragon, compensée seulement par l’incorporation du Val d’Aran, assigné initialement à l’Aragon après l’avoir reçu en provenance, formellement, du comté de Comminges. C’est donc un territoire provenant de l’extérieur de la Couronne qui y est incorporé.

Un territoire qu’on incorpore : le Val d’Aran

28L’incorporation du Val d’Aran à la Catalogne a été expliquée de façon réitérée par l’historiographie et dans les ouvrages à destination du grand public comme un pacte dans lequel les habitants de la vallée optaient pour la maison barcelonaise surtout afin d’avoir recours à un souverain fort et éloigné. Une contextualisation plus précise s’avère toutefois nécessaire pour évaluer ce qui s’est réellement produit sur le terrain et, surtout, pour apprécier comment les changements juridictionnels ont pu affecter la population de la vallée pyrénéenne.

  • 112 López i Palomeque F. et Majoral Moliné R., La Vall d’Aran. Medi físic i transformació econòmica, B (...)
  • 113 Higounet C., Le comté de Comminges des origines à son annexion à la Couronne, Saint-Gaudens, L’Adr (...)
  • 114 Valls i Taberner F., « Els orígens dels comtats de Pallars i de Ribagorça », Estudis Universitaris (...)
  • 115 D’Abadal i de Vinyals R., Els comtats de Pallars i Ribagorça, vol. 1, Barcelone, Institut d’Estudi (...)
  • 116 Galtier Martí F., Ribagorza, op. cit., p. 196-198.
  • 117 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, Barcelone, Promociones y Publicac (...)

29Le Val d’Aran est doté d’une grande stabilité territoriale : quatre cinquièmes de son territoire correspondent au bassin où la Garonne trouve sa source avant de se jeter dans l’Atlantique, et il se situe dès l’origine à l’extrémité montagneuse du comté de Comminges112. La dissémination des domaines des héritiers en différents comtés et les liens établis avec les puissantes maisons voisines de Foix et de Toulouse affaiblissent le comté et estompent ses limites. C’est la raison pour laquelle le Val d’Aran échappe très tôt au comté de Comminges113. De ce fait, dès le Xe siècle, les comtes de Ribagorça essaient d’absorber la vallée114 et y revendiquent des droits. Le comte Guillaume de Ribagorça les réclame en se rendant dans la vallée en 1017, mais cela lui coûte la vie : « quem occiderunt homines in Aran eo quod terram illam vendicabat115 ». Bien que le comte de Pallars, Raymond III, soit sans doute impliqué – son épouse, Mayor de Castille, hérite de la Ribagorça –, le récit de l’assassinat souligne l’autonomie des hommes de la vallée116. En réalité, tout au long du XIe siècle, le comté de Pallars a établi des accords préférentiels avec les habitants du Val d’Aran117.

  • 118 Durán Gudiol A., Ramiro I de Aragón, Saragosse, Ibercaja, 1993, p. 33-37.
  • 119 Pladevall A., « L’etapa comtal », Catalunya Romànica, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, v (...)
  • 120 Laliena Corbera C., La formación del Estado feudal, op. cit., p. 203-205.
  • 121 Martínez Teixidó L., Les famílies nobles del Pallars en els segles XI i XII, Lleida, Pagès editors (...)
  • 122 Lacarra J.-M., Alfonso el Batallador, Saragosse, Guara, 1978, p. 31-32.
  • 123 Le futur comte Artaud III de Pallars Sobirà dut être racheté de sa captivité en échange d’une somm (...)
  • 124 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 38.
  • 125 Lema Pueyo J. Á., Alfonso I el Batallador, op. cit., p. 240-241.

30À partir de Ramire Ier, la reprise du royaume d’Aragon, qui intègre la Ribagorça, affermit au sud des Pyrénées un pouvoir fort, qui demeure toutefois très attentif au versant septentrional. En 1036, en se mariant avec Ramire, Ermessende, fille du comte de Foix et de Couserans et de la comtesse de Bigorre118, apporte en dot le Val d’Aran, bien qu’aucune intégration dans le domaine ribagorço-aragonais ne soit alors effectuée119. À la fin du siècle, quand Pierre Ier établit un domaine féodal fort en tant que roi de Pampelune et d’Aragon, il affronte le petit comté de Pallars Sobirà, déploie des efforts pour contrôler les passages montagnards des Pyrénées centrales, et ne néglige pas d’agir sur le Val d’Aran : à l’été 1104, le roi y pénètre et, en septembre, il y trépasse120. Son successeur Alphonse le Batailleur renforce sa domination sur le Val d’Aran en 1108. À cette époque le comte de Pallars, tout en conservant une entière autonomie sur son territoire121, fait partie de l’entourage du roi d’Aragon122, ce qui l’entraîne dans des actions militaires à ses côtés123 Il en va de même pour le comte de Comminges124. En mettant en exergue ses bonnes relations avec les comtes de Pallars – le Sobirà et le Jussà –, le roi pénètre en 1130 dans le Val d’Aran, et y reçoit la reconnaissance des barons de la vallée125.

  • 126 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 44-45.

31La crise successorale qui s’ouvre à la suite de la mort d’Alphonse le Batailleur en 1134 bouleverse l’ensemble du territoire qu’il avait dominé. Le comte Bernard Ier de Comminges cherche à en profiter pour s’approprier le Val d’Aran. Bien qu’il se heurte à la résistance du comte de Pallars, il ne manque pas en 1144 de se présenter comme « nobilissimo commite dominante in terra Convenarum, in Saves, in Coserans et in Aranno126 ».

  • 127 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 206.
  • 128 Boix Sin B., Artiés, una vila aranesa a l’antic règim, Lleida, Universitat de Lleida, 2007, p. 74.
  • 129 AGA CG Privilegis, 1.
  • 130 AGA CG Privilegis, 2.
  • 131 « Fou Alfons el Cast qui estengué un document de protecció que assegurava una autonomia als homes (...)

32Une fois la dynastie royale reconstruite en Aragon en tissant des liens dynastiques avec la maison comtale de Barcelone, Alphonse le Chaste, qui ceint depuis 1163 les couronnes royale d’Aragon et comtale de Barcelone, s’empresse d’affirmer sa domination sur la vallée en tentant d’imposer un accord par lequel la population lui serait liée fiscalement. C’est certainement vers 1175 qu’a été conclu l’accord que l’on appellera ensuite « emperança127 ». Il s’agit, à proprement parler, d’un pacte sur le modèle féodal, en consonance avec des accords similaires produits dans la zone gasconne, souvent de façon temporaire128, par lesquels sont surtout établis les liens relatifs aux droits de prélever les impôts, des liens par lesquels chaque maison de la vallée est tenue envers le souverain de la Couronne d’Aragon. Cette procédure est rappelée, surtout depuis le XIVe siècle, comme la base de la relation entre la vallée et la monarchie129 : sextariis frumenti vocati galinis apporté par chaque maison en échange d’un pacifice et libere séjour dans la vallée130, une pratique qui conserve au cours des siècles sa valeur symbolique. Ceci a dû contribuer à la divulgation magnifiée de cet accord, célébré de façon réitérée comme le point d’inclusion de la vallée dans la Couronne d’Aragon par volonté populaire131, en oubliant donc la forte présence que les souverains de Ribagorça et d’Aragon y avaient exercée tout au long du siècle.

  • 132 Reglà Campistol J., « El valle de Arán y la expansión ultrapirenaica de la Corona de Aragón », Ile (...)
  • 133 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 73-74.
  • 134 Macé L. « Viator rex. Sur les pas de Pierre II d’Aragon », e-Spania, 8, décembre 2009, http://e-sp (...)
  • 135 Benito i Monclús P., Sendra i Beltran P. et Vela i Aulesa C., « Corpus documental », M. T. Ferrer (...)

33En réalité, il y a pour le roi d’Aragon et comte de Barcelone un intérêt évident à exercer cette domination. Le Val d’Aran se situe dans l’axe de la communication entre les deux domaines dans lesquels, au moyen de liens féodaux, la couronne catalano-aragonaise est en train de pénétrer de manière résolue depuis le XIe siècle132. Il est tout à fait cohérent qu’Alphonse rattache ce territoire et qu’immédiatement après il l’introduise dans le jeu de relations avec le territoire occitan : en 1175 il cède en fief la vallée au vicomte de Bigorre133, mais manifeste en 1192 un intérêt spécifique pour retenir « mihi et meis et proprietati mee ac succesorum meorum totam vallem et terram que dicitur Arain », ce qui n’empêche pas Pierre le Catholique, après une visite de la vallée134, de l’inféoder au comte de Comminges en 1201135.

  • 136 Miret i Sans J., La expansión y dominación catalana en los pueblos de la Galia meridional, Barcelo (...)
  • 137 Lizop R., Histoire de deux cités gallo-romaines : les Convenae et les Consoranni, Toulouse, Privat (...)
  • 138 Rico C., Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J (...)
  • 139 Sabaté F., Història de Lleida, op. cit., p. 339-340.
  • 140 ACL, parchemins, tiroir 3, L-235 ; tiroir 110, no 2172 ; tiroir 8, L-582 ; tiroir 120, chemise 2, (...)
  • 141 Boix J. et Aran J., « Aspectes socio-econòmics », Catalunya Romànica, vol. 13, Barcelone, Fundació (...)
  • 142 Ventura Subirats J., « El catarismo en Cataluña », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de (...)
  • 143 Gascón Chopo C., « Un bisbe càtar a la Vall d’Aran », El Món medieval, no 12, 2010, p. 87-98.
  • 144 Id., « La carta de Niquinta y la “Ecclesia Aranensis” : una reflexión sobre los orígenes del catar (...)
  • 145 Id., « Sur la présence cathare en Val d’Aran », A. Brenon (dir.), 1209-2009, cathares : une histoi (...)

34La domination que la dynastie d’Aragon et Barcelone est en train d’affermir le long de la vallée de l’Èbre d’un côté, tout en entrelaçant des seigneuries entre le Béarn et la Provence de l’autre, transforme le Val d’Aran en un point central pour ses intérêts136. C’est une fonction axiale qui acquiert aussi un fort poids social et économique. La position centrale que l’historiographie avait imaginée pour une vallée à côté de la ville romaine de Lugdunum (Saint-Bertrand de Comminges)137, a dû être corrigée, étant donné qu’aucune route importante ne fut consolidée à l’époque romaine à travers le Val d’Aran138. En revanche, la même vallée devient au XIIe siècle un lieu déterminant au milieu d’un puissant axe socio-économique. Clairement, la conquête de la Lleida musulmane, en 1149, entraîne l’érection d’une nouvelle ville dans laquelle de nouvelles familles acquièrent un poids essentiel. Ces familles proviennent des capitales occitanes, notamment de Toulouse et de Carcassonne, des villes avec lesquelles existent d’intenses échanges commerciaux, essentiellement, dans la seconde moitié du XIIe siècle, de produits élaborés à partir du cuir et secondairement de produits textiles139. Dans cette relation, le point axial est le Val d’Aran, puisque c’est un des lieux de passage habituel de cet échange commercial. Il n’est donc guère surprenant que des personnages provenant de la vallée s’enracinent parmi les nouvelles familles de Lleida140 et que, de façon remarquable, cette même vallée ne se comporte pas comme un réduit montagnard clos, mais comme une enclave prospère regardant vers les deux côtés. Le commerce jouit d’une puissance manifeste dans les taxes qui le grèvent141, tandis que la circulation d’idées permet l’enracinement d’une communauté cathare bien articulée142, comprenant même une hiérarchie épiscopale143. Cette communauté recueille sans doute le malaise avec le siège épiscopal de Saint-Bertrand de Comminges, surtout à la suite de la réclamation épiscopale des dîmes laïques après la réforme grégorienne, avec toutes les conséquences que cela a entraînées, et elle concerne les principales familles de la vallée144. Les tensions qui en dérivent auraient facilité l’orientation locale vers le monarque de la dynastie catalano-aragonaise145.

  • 146 Reglà Campistol J., Francia, la Corona de Aragón, op. cit., vol. 1, p. 45.
  • 147 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 106-107.
  • 148 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. xiv.
  • 149 Huici Miranda A., Colección diplomática de Jaime I, el Conquistador, años 1217-1253, vol. 1, Valen (...)
  • 150 ACA C 42, f° 206 vº.
  • 151 Sabaté F., « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », F. Foronda, J (...)

35Les homines dicte vallis sont, précisément, ceux qui reconnaîtront l’autorité de Jacques Ier après le désastre de Muret, en faveur des intérêts catalano-aragonais, alors que la maison barcelonaise perd en 1214 tous les liens tissés au nord des Pyrénées pendant le siècle et demi précédent146. La vassalité due dans le Comminges perd de son effectivité après Muret147, et c’est Jacques Ier qui nomme des officiers dans la vallée en 1220148. Ainsi, avec les connexions méridionales orientées par les passages montagneux qui mènent vers le Pallars et la Ribagorça, toutes les deux considérées comme catalanes, la Catalogne est en 1251 explicitement définie « cum valle de Aran149 ». Le Val d’Aran est traité avec les affaires des vigueries de Pallars et de Ribagorça. En 1280, Pierre le Grand inclut ainsi les hommes de la vallée dans la convocation adressée à ces vigueries pour rassembler des gens armés150 lors de la crise contre une faction importante des nobles catalans151.

  • 152 Lauer P., « Une enquête au sujet de la frontière française dans le val d’Aran sous Philippe le Bel (...)
  • 153 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 163-166.
  • 154 Valls Taberner, F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 9.
  • 155 Sabaté F., « Jaume II i la demarcació i la delimitació de la Corona d’Aragó », À. Casals (dir.), L (...)
  • 156 Marcos Hierro E., Almogàvers. La història, Barcelone, L’Esfera dels llibres, 2005, p. 309-310.
  • 157 Riera Melis A., « Del tractat d’Argelers al de Poissy. El regne de Mallorca entre la corona catala (...)
  • 158 Pasquier F., « Cession définitive du Val d’Aran à l’Aragon, par Philippe le Bel. Étude d’après des (...)

36En 1283, lors de la croisade contre Pierre le Grand à la suite de la crise sicilienne, les troupes françaises occupent le Val d’Aran, et pénètrent grâce à cette action dans la « frontariam Aragoniae152 ». Le comte de Comminges, qui depuis 1226 rend hommage au roi de France, agit désormais selon les instructions royales, même s’il apparaît que l’on entre dans une nouvelle époque153. L’on aspire à clore au moment de la paix d’Anagni (1295) la crise entamée suite à l’absorption de la Sicile par la maison catalano-aragonaise, qui s’opposait aux prétentions de la papauté désireuse de concéder l’île à la maison française. Cependant, il n’est pas alors possible de résoudre la question de la souveraineté du Val d’Aran, car les uns et les autres font valoir des arguments différents sur son appartenance. En 1298, par le traité d’Argilers, le Val d’Aran est laissé sous la tutelle du roi de Majorque, également comte de Roussillon et de Cerdagne, jusqu’à ce que les deux parties, française et catalano-aragonaise, aboutissent à un accord. C’est la raison pour laquelle l’autorité la plus importante dans la vallée est le « procurator et tenens locum illustrisimi regis Majoricarum in valle Aranni154 ». L’étude des arguments mais aussi la stratégie politique globale jouent alors un rôle capital : Charles de Valois, dans ses aspirations au trône de Constantinople, ambitionnait d’obtenir à nouveau le soutien de la Compagnie catalane sur lequel il avait déjà compté en 1302 et, après avoir ajouté à ses aspirations le soutien du pape, qui a déclaré en 1306 une croisade contre l’empereur byzantin, il se prête en 1308 à intercéder devant son frère Philippe le Bel en faveur de la cession de la vallée à Jacques II d’Aragon. Ce dernier devait pour sa part faire pression sur les Almogavares afin qu’ils viennent en aide aux Français en Orient155. En réalité, le roi d’Aragon dispose alors d’une faible capacité d’influence sur la Compagnie Catalane156 qui, depuis 1310, se concentre sur la domination d’Athènes. Toutefois, la remise du Val d’Aran à la couronne aragonaise est négociée à Viella en 1312, et on finit ainsi par la faire figurer dans le traité de Poissy, signé en avril 1313157, dans lequel est acté le retour du Val d’Aran à la couronne aragonaise158.

  • 159 ACA C 234, f° 13 v°.
  • 160 ACA C 287, f° 219 v°.
  • 161 AGA CG Privilegis, 1.
  • 162 ACA C 506, f° 8 v°-53 r° ; 949, f° 5 r°-17 v° ; 966, fa40 v°, Varia 32, f° 2 r°.
  • 163 ACA C 2222, f° 126 v°-127 r°.

37Étant donné que la principale voie naturelle de la vallée vers le sud passe par la vallée de Barravès, et que celle-ci était depuis 1300 intégrée, comme le reste de la Ribagorça, à l’Aragon, le Val d’Aran est défini dans la sobrejunteria de Ribagorça. Le roi le notifie au sobrejuntero en juillet 1313159, et on commence à l’organiser institutionnellement de façon conforme au modèle aragonais, avec un justiciado de la Vall d’Aran160. En août de la même année 1313, la concession de la querimonia garantit à la vallée un traitement particulier et autonome, avec des officiers et une législation spécifiques161. En 1322, la vallée de Barravès est divisée en deux entre l’Aragon et la Catalogne, qui conserve la partie orientale. À l’instar des autres passages existant alors entre le Pallars et le Val d’Aran, l’accès par cette voie s’effectue par conséquent en traversant des terres catalanes. Dès lors, bien que le lien avec l’Aragon soit formellement maintenu – à la cour royale les documents du Val d’Aran continuent à être rangés avec les documents aragonais jusqu’au milieu du XIVe siècle162 et encore au-delà163 –, la vallée s’oriente vers la Catalogne. Les caractéristiques économiques, sociales et institutionnelles s’en ressentent.

38Ainsi donc, dans le Val d’Aran, entre l’affermissement de la Couronne d’Aragon au XIIe siècle et la stabilisation institutionnelle au XIVe siècle, on peut détacher une période comprise entre le dernier quart du XIIIe siècle et le premier quart du XIVe siècle, durant lequelle la vallée a été, successivement, catalane, française, majorquine, aragonaise et, à nouveau, catalane. Comment a-t-on vécu cette succession ? Est-ce que la population a vécu complètement à l’écart de cette évolution juridictionnelle ?

  • 164 Reglá, J., « El valle de Arán en la Edad Media. Contribución al estudio de su organización eclesiá (...)

39L’historiographie a de façon réitérée évoqué une attitude d’obstruction de la part des autorités françaises, personnalisées dans la sénéchaussée de Toulouse et comptant sur le soutien inconditionnel de l’évêque de Comminges : « proyectando la influencia francesa y ante la recuperación de Arán por Jaime II en 1313, dicho obispado hizo causa común con la general hostilidad que preside la conducta del condado de Comminges y de las [sic] senescalía de Tolosa hacia los araneses164 ». En fait, toutes les problématiques juridictionnelles usuelles et de gestion seigneuriale caractéristiques de l’époque ont été facilement interprétées comme une confrontation frontalière.

  • 165 Sabaté F., « L’Església secular catalana al segle XIV : la conflictiva relació social », Anuario d (...)
  • 166 Viader R., « L’irrationnelle possession des églises d’Andorre (XIe-XIIIe siècles) », P. Sénac (éd. (...)
  • 167 Id., L’Andorre du IXe au XIVe siècle, Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, Presses univer (...)
  • 168 Lladonosa Pujol J., Invasions i intents d’integració de la Vall d’Aran a França, Barcelone, Rafael (...)
  • 169 Moliné E., « Organitzacions eclesiàstiques autònomes al Pirineu català durant l’antic règim : les (...)
  • 170 Brunet S., Les prêtres de montagne. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Anc (...)
  • 171 Gascón Chopo B., « La carta de Niquinta », art. cité, p. 154.

40Il n’y a tout d’abord pas de doute sur le fait que les rapports avec le prélat aient été très tendus tout au long du XIVe siècle pour des raisons d’imposition et de juridiction, les difficultés se focalisant sur les questions fiscales et sur les agissements de l’officier épiscopal dans la vallée. Plus qu’un cas particulier d’animosité pour des raisons de sentiment national, il s’agit en réalité de la manifestation régionale de problématiques alors usuelles dans les rapports entre l’Église et les autres pouvoirs au sein de la société contemporaine165. La capacité organisationnelle de la vallée permet de faire front de façon articulée aux prétentions épiscopales dans le conflit sur les dîmes laïques, fortement enracinées dans les vallées pyrénéennes166 et ce, malgré la position de l’Église après la réforme grégorienne qui occasionne des tensions importantes dans des contrées voisines comme l’Andorre167, un phénomène qui dans le cas du Val d’Aran s’installera et perdurera. La cohésion organisationnelle des élites de la vallée leur permet non seulement de s’opposer aux prétentions épiscopales, mais aussi, en tirant parti de leur orientation politique favorable à la maison barcelonaise, d’obtenir que cette dernière s’implique pleinement et avec suffisamment de fermeté pour freiner en 1322 les exigences fiscales de la partie épiscopale168. La cohésion des hommes de la vallée et de son clergé limite les capacités de l’évêque de Comminges. On peut même limiter son droit de visite et tous les corollaires afférents, aussi bien normatifs qu’économiques. Depuis 1392, le prélat ne peut dans cette partie du diocèse effectuer plus d’une visite tous les sept ans169. En réalité, en acceptant des limitations à l’imposition de taxes170, l’Église reprend son contrôle sur la vallée aussi bien d’un point de vue territorial qu’idéologique, et cela permet de refouler des dissidences comme le mouvement cathare171.

  • 172 ADG, Ajuntament de Betren, 1 (609).
  • 173 ADG, Ajuntament de Berén, 2 (606).
  • 174 ACN, Fons municipal de Balaguer. Vall d’Aran, parchemin 1.
  • 175 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 141.
  • 176 ACA C 1912, f° 174 vº.
  • 177 AGA CG Privilegis, 30.
  • 178 AGA CG Privilegis, 31.
  • 179 Sabaté F., « Les factions dans la vie urbaine de la Catalogne du XIVe siècle », P. Sénac (éd.), Hi (...)
  • 180 AGA CG Privilegis, 13.

41Certes, il existe une forte cohésion interne qui permet de parler en assumant des représentativités collectives. Les différents noyaux de la vallée s’adaptent à des pratiques de participation sous des formules municipales, au moyen desquelles ils peuvent organiser la cohabitation dans leurs noyaux respectifs172 et négocier avec les communautés voisines des problèmes communs, surtout relatifs aux usages des ressources173. Au sommet figure le conseil général de la vallée, véritable organe de gouvernement régional, où l’on recourt aussi à des formules municipalistes174 permettant de réglementer la vallée et d’exercer la représentativité extérieure au nom de l’ensemble175, y compris pour le dialogue avec la Couronne176. De manière significative, le roi s’adresse dans la vallée à « castellano Casti Leonis vallis Arani, consulum et proborum hominem Vallis Arani177 ». Cet aspect participatif donne l’image d’une unité globale178, mais cache de graves tensions internes, qui tiennent à une distribution inégale de la richesse laissant deviner de véritables élites. Celles-ci nourrissent entre elles des relations de concurrence qui génèrent de véritables factions de solidarité et des tensions similaires à celles existantes dans le reste du pays179. En 1381, Jean Ier doit intervenir en raison des frequentis discordias qui fracturent le conseil général180.

  • 181 Valls i Taberner, F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 71-74 et 91-92.
  • 182 Lalinde J., « La “purga de taula” », Homenaje a Jaime Vicens Vives, vol. 1, Barcelone, Universidad (...)
  • 183 ACA C 953, f° 71 r°-v°.
  • 184 AGA CG Privilegis, 12, 17.
  • 185 AGA CG Privilegis, 2.
  • 186 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 95 et 112-122.
  • 187 ACA C 2029, f° 160 r°.
  • 188 Sabaté F., « Companyies estranyes d’armes qui eren entrades en lo Principat », (Catalogne, seconde (...)
  • 189 AGA CG Privilegis, 13.

42Les représentants de la vallée se préoccupent de faire valoir leur propre cohésion et leur propre identité régionale, en prenant des mesures spécifiques. Ils demandent ainsi en 1336181 qu’à l’instar des autres sièges territoriaux royaux182, soit instauré un tribunal de taula (littéralement « tribunal de table »), dont la fonction est d’examiner les officiers à la fin de leur mandat. L’on souhaite alors le faire dans la vallée même, concrètement dans la paroisse de Sainte-Marie Mig-Aran, ainsi que le rappelle un document de 1366183. La Couronne régit la vallée conformément au modèle institutionnel des baronnies catalanes, en attribuant le rôle principal au châtelain de Castell-Lleó184, la capitale administrative. Pierre le Cérémonieux le souligne en 1358 en s’adressant au « castellano, iudici, baiulo et aliis officialibus curie nostre Castrileonis185 ». Le même roi consolide en 1381 l’intégration en Catalogne en garantissant qu’il ne séparera pas la vallée « regno et corone ac principatui Cathalonie et comitatui Barchinone », comme le ratifie son fils, Jean Ier, en 1387186. À tous les niveaux organisationnels, le val d’Aran est dans cette phase considéré comme partie intégrante de la viguerie royale de Pallars187. La documentation témoigne du fonctionnement stable des officiers juridictionnels et fiscaux dans la vallée et, dans le même temps, de la relation permanente avec la cour royale. Tous les sujets qui s’y rendent depuis la vallée sont gérés comme des habitants de n’importe quel autre territoire royal. La crainte des routiers, des troupes désoeuvrées de la guerre de Cent Ans188, est un grand souci pour la vallée pendant la seconde moitié du XIVe siècle, étant donné qu’elle se trouve, selon les mots même de Pierre le Cérémonieux en 1381, « sita est in frontaria et in confinibus Regni nostri189 ».

  • 190 AGA CG Privilegis, 85.
  • 191 ACA C, 1913, f° 75 r°.
  • 192 ACA C, 2218, f° 153 r°.
  • 193 ACA C, 2220, f° 58 r°.
  • 194 ACA C, 363, f° 36 r° ; 370, f° 107 r°-v°.
  • 195 ACA C, 955, f° 8 r°-v°.
  • 196 Mateu y Llopis F., « Para el estudio del monedaje en Aragón, Tortosa y Lérida en el siglo XIV », M (...)
  • 197 AGA, Ajuntament de Betrén, pergamí 1 (609).
  • 198 AGA, Ajuntament Betrén, pergamí 1 (609), 2 (606).

43La relation avec Lleida, traditionnelle au moins depuis le XIIe siècle, se voit renforcée par ce lien institutionnel. L’élite de cette ville considère le fait qu’un même officier résidant dans la ville soit désormais viguier de Lleida et de Pallars comme une manifestation de la projection naturelle de l’aire d’influence de la cité sur cette région septentrionale. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’en 1328 les salaires des notaires dans le Val d’Aran soient établis en accord avec ceux de Lleida190. Le territoire compris entre Lleida et le Val d’Aran fait partie d’un même domaine de relations humaines et socio-économiques. Significativement, pendant cette période, de nombreux officiers royaux qui sont déplacés dans la vallée proviennent des domaines royaux situés dans le Pallars Jussà. Avant de le faire dans la vallée elle-même, tous les officiers doivent comme les officiers du Pallars jurer les garanties contre la corruption à Lleida. Les liens se resserrent surtout avec Tremp, la capitale du Pallars royal : en 1387 le juriste de Tremp Joan Figuerola devient juge de la vallée191. L’établissement du « jugement de table » mentionné ci-dessus impose dans la vallée la participation d’un juriste, souvent originaire des mêmes zones voisines. En 1405 Guillem de Salmons192 est le juriste de Tremp. En 1408, la charge revient à Pere Pescador193, juriste d’Areny, une localité excellemment reliée à la vallée par la route, en dépit de son transfert à l’Aragon depuis 1322. Tout au long du siècle se répètent non seulement des mouvements de produits mais aussi des commandes et des accords économiques entre des particuliers du Val d’Aran et de plusieurs localités de Catalogne, notamment dans sa partie occidentale qui comporte, outre les domaines nobiliaires et royaux du Pallars, le comté d’Urgell, en particulier la zone d’Àger194. L’emboîtement dans l’espace royal catalan concorde avec l’autorisation en 1328 de la monnaie barcelonaise par Alphonse le Bienveillant, qui établit la parité avec la monnaie jaquesa195, propre à l’Aragon et à Lleida, conformément au « cambium et existimationem quod erit Ilerde196 ». Néanmoins, cela ne déplace pas la prédominance comptable de la monnaie jaquesa197. D’un point de vue culturel, l’extension de la langue catalane dans la vallée présente la même orientation. Son usage apparaît dans des ordonnances, des accords et dans d’autres actes locaux198.

  • 199 AGA CG Privilegis, 6.
  • 200 ACA C, 1912, f° 174 v°.
  • 201 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 494.

44Cette orientation n’altère pas le maintien séculaire des relations avec Benasque et d’autres bourgs aragonais au moyen des passages qui y mènent199. De façon significative, quand, en 1387, le roi accorde à Arnau Baró le greffe de la capitale royale de la vallée, Castell-Lleó, il le notifie aux officiers royaux catalans et aragonais200. Dans le même temps, les habitants de la vallée tirent profit des divers marchés hebdomadaires qui ont lieu dans des bourgs proches du côté français, et participent entièrement à l’environnement économique du côté atlantique : « cette vallée, en effet, bien que politiquement tournée vers le Sud, se comportait de ce point de vue commercial comme un pays commingeois201 ».

  • 202 ACA C, 2222, f° 45 r°.
  • 203 ACA C, 1913, f° 7 r°, 19 r°.

45Un des indicateurs de la vigueur du Val d’Aran est le nombre croissant de juristes et de notaires qui y résident, ce qui est cohérent avec leur présence dans les diverses activités de conseil juridique pour les institutions et l’enregistrement de l’activité économique. Précisément, parmi les serviteurs de la couronne, surtout au XVe siècle, il est plus habituel que les juges soient des juristes de la vallée elle-même202, comme cela se produisait déjà au cours des décennies précédentes avec les greffes publics – des conflits répétés se produisirent au sujet de la concession et de la possession de cette charge attractive203.

  • 204 ADG, Ajuntament de Betrén, 2 (606).
  • 205 ADG, Ajuntament de Betrén, 1 (609)
  • 206 « La Vall d’Aran ha estat tradicionalmente, com la resta de les contrades del Pirineu, una comarca (...)
  • 207 Gómez Ferrer M.-P., Drets e privilègis dera Val d’Aran, Viella, Archiu Generau d’Aran, 2007, p. 21
  • 208 AGA CG Privilegis 49.
  • 209 Gómez Ferrer M.-P., Drets e privilègis dera Val d’Aran, op. cit., p. 22.
  • 210 Pasquier F, « Renouvellement d’un traité de lies et passeries pour le Val d’Aran et le comté de Co (...)
  • 211 Sapène B., « Les lies et passeries frontalières mal appliquées au XVIIIe siècle, sous Louis XV, da (...)
  • 212 Camiade Boyer M., « Els tractats de bon veïnatge i drets entre les Valls d’Andorra i les comunitat (...)
  • 213 Lafourcade M., « La frontière franco-espagnole, lieu de conflits interétatiques et de collaboratio (...)

46Cependant, la vie dans la vallée nécessite des régulations entre les habitants de chaque village et entre les différents noyaux de population afin de faciliter la cohabitation pour les activités agricoles204, pour l’usage des forêts, notamment pour obtenir du bois, et pour l’élevage205. Ces régulations demeureront inchangées pendant des siècles206. Ces mêmes activités marquent des deux côtés les relations extérieures, exprimées de façon collective : en 1400 les hommes de la vallée plaident contre le comte de Pallars « sobre les montañes del Port de Pallás de les obaques de Marimaña y Mongari, que dit Compte pretenie eren sues207 ». De même, les hommes de la vallée négocient la paix avec le Comminges et parviennent en 1381 à un accord « inter egregios viros comites Armaniaci et Convenarum et eorum vasallos ac subditos ex una parte et consules, prohomines et universitatem vallis Aranni, vasallos et subditos nostros ex altera » – selon les termes de l’approbation par Pierre le Cérémonieux208. Des siècles plus tard, cet accord sera remémoré comme une concession octroyée pour que les habitants de la vallée « pugan tenir pau y passeries ab los comptes de Armaniach y Comenge en temps de guerra209 ». De fait, les accords relatifs à l’élevage entre les hommes du Val d’Aran et ceux du Couserans, fixés dans un contrat en 1315, ratifiés en 1390210, puis prolongés les siècles suivants211, montrent un axe économique clef et, surtout, que les relations socio-économiques s’entrecroisent sans problème avec les fragmentations frontalières212. Ces accords sont établis directement avec les communautés voisines, comme dans d’autres contrées pyrénéennes où les vallées des deux versants établissent et renouvellent faceries, traités de lies et passeries213. Toutefois, dans le cas où on ne parviendrait pas à l’accord, la coupure juridictionnelle de la frontière permet l’impunité. Les conflits pour l’usage des pâturages entre le Val d’Aran et le Comminges se compliquent au début du XVe siècle avec l’impossibilité du franchissement juridictionnel, et conduisent à des invasions. En 1410 par exemple, comme on l’expliquera après dans le Val d’Aran :

  • 214 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos del Archivo General de la Corona de Ara (...)

«alguns fills de iniquitat de les parts del comtat de Comenge e d’altres lochs e terres de nació estranya ab propòsit de depredar e ocuparse viles e lochs et alias dampnificar los singulars de aquesta vall eren entrats ma armada en los termens de la dita vall e se. n havien aportats gran multituts de bestiars grosses e menuts tallades diverses ortalisses, cremats alguns lochs e amenats ab si alguns presoners de la dita vall214 .

  • 215 ACA C, 2221, f° 69 v°-70 r°.

47La question faisait déjà l’objet d’un traitement institutionnel de part et d’autre des limites du Val d’Aran. Ce n’est pas avec le roi de France, mais avec le comte ou la comtesse de Comminges que l’on négociait alors toutes les problématiques juridictionnelles. Cela est vécu de manière emblématique dans la première décennie du XVe siècle, à la suite de désaccords sur le bornage entre la vallée et le comté. Les disputes et les trêves sont négociées entre les représentants royaux catalans et ceux du Comminges, et cela aboutit à un accord définitif de bornage. Ainsi, en 1409, le roi Martin accorde au chevalier Guerau Alemany de Toralla, capitaine et châtelain du Val d’Aran, pleine faculté pour qu’avec le juge ordinaire, six notables et les hommes âgés de la vallée qu’il jugera utiles pour cette question, il borne les limites avec le procureur ou les officiers que la comtesse de Comminges désignera215.

  • 216 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre 1407-1435, Paris, Perrin, 2001, p (...)
  • 217 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 573-576
  • 218 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos, op. cit., vol. 2, p. 117.

48Toutefois, la situation politique vient s’en mêler : l’interrègne qui suit la mort du roi Martin, au moment même où la France est divisée entre Armagnacs et Bourguignons216, entraîne pour le Val d’Aran une situation très grave, avec des invasions depuis le Comminges et le Couserans. Bien que la comtesse Marguerite possède des liens familiaux avec l’un des candidats au trône, le comte d’Urgel217, elle prétend, en tentant de profiter de la faiblesse du pouvoir royal, reprendre la discussion sur les bornes. La gravité de l’invasion est directement liée à la prolongation de l’interrègne. De nombreuses négociations, des trêves, des dédommagements et d’autres procédures sont nécessaires pour éviter le « perill, dan e imminent destrucció de la vall d’Aran218 ». Le 21 avril 1411, le gouverneur du Val envoie une lettre assez dramatique, qui parvient le 30 avril au parlement catalan rassemblé à Barcelone. Une aide armée et économique est sollicitée, étant donné que

  • 219 Ibid.

«Siats certs que jamés no haguem tan gran necessitat com ara car la gent de la comtesa de Comenge entra dimarts data de la present en la vall que eren mil D de peu per pendre e establir los passos e DCC rossins e III mil homens de peu que deuen entrar après que a dues legues són d’ací e ja hic foren dies ha sinó per un poch de mal temps que ha feyt de neus. E sapiats que ha feyt fer gran aparell de viandes a dues legues d’ací e de cordams per fer gins axí que nosaltres stam mitg desesperats car no vehem paït vostres socors per moltes vegades que us hayam suplicats ni raquets axí com lo· ns devets. E si ara als obs no· ls nos fets quant siam afogats, destruhits e hajam perdut ço del nostre no· ns calrà fer e serem perduts per fauta de soccors219

  • 220 Sabaté F., « Perquè hi va haver un Compromís de Casp ? », R. Bellveser (coord.), Els valencians en (...)
  • 221 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos, op. cit., vol. 2., p. 19-25, 39-40 et (...)

49La population aranaise désigne comme responsables les territoires voisins – le Comminges, avec l’aide du Couserans –, et les autorités de la Catalogne, bien qu’assumant la défense de la vallée, se préoccupent surtout d’empêcher que la Couronne d’Aragon ne soit envahie par la France, étant donné que la monarchie française soutenait un des candidats au trône vide, l’Angevin Louis de Calabre220, celui-ci étant le seul point par lequel les ambassadeurs de France interviennent dans l’affaire. L’invasion, pour sa part, se prolonge. En novembre 1411, on parle d’une vallée envahie par la comtesse Marguerite de Comminges. C’est pourquoi, après avoir brûlé et dépeuplé de nombreuses localités, « apparellen les dites gents ab grossa gent d’armes e de peu de destruir totalment e conquerir e ocupar aquella ». Ce n’est pas la France qui est rendue responsable de l’agression, mais la comtesse, qui crée un danger qu’on prétend éviter en ayant recours à une aide recourant « a la subjecció de la corona real de la qual són súbdits e vassalls221 ».

  • 222 Riera Melis A., « L’aparició de la draperia urbana als Pirineus orientals », Annals de la Primera (...)
  • 223 Bigwood, G., « La politique de la laine en France sous les règnes de Philippe le Bel et de ses fil (...)
  • 224 Riera Melis A., « Del tractat d’Argelers al de Poissy », art. cité, p. 308-325.

50De toute façon, l’état de la relation entre les deux couronnes royales a des effets directs sur les territoires depuis le XIIIe siècle. Les ruptures diplomatiques et politiques inhérentes aux campagnes de pénétration française dans le Midi, menées avec l’excuse de combattre l’hérésie cathare et même la croisade de 1283 n’altérèrent pas, initialement, une relation économique étroite rendue manifeste par le partage dans les phases d’élaboration des tissus, notamment entre des villes occitanes et catalanes, particulièrement au tout début du XIVe siècle. Les conflits dans les Flandres obligent alors à remplacer les bons tissus flamands par des tissus languedociens qui reçoivent la teinture et les derniers apprêts dans les terres roussillonnaises222. Cependant, cela conduit à des pressions de la part des artisans français sur Philippe IV, qui interdit en 1305 l’exportation de toiles, de tissus semi-élaborés et de troupeaux ovins223, une mesure rigoureusement appliquée dans toutes les sénéchaussées et qui entraîne de graves troubles économiques non seulement dans le Val d’Aran mais dans toutes les villes appartenant alors au royaume de Majorque. Dans ce contexte économique, l’existence de dommages et de disputes sur la seigneurie de Montpellier et sur la domination du Val d’Aran explique les difficultés et le blocus lors du passage du XIIIe siècle au XIVe siècle, avec pour conséquences quelques situations de grave tension juridictionnelle, des processus de lettres de marque et des actions corsaires. Le traité de Poissy lui-même, qui rend le Val d’Aran à la couronne catalano-aragonaise, rétablit aussi la libre circulation des marchandises entre les deux Couronnes224.

  • 225 Black A., El pensamiento político en Europa, op. cit., p. 211-286.
  • 226 Boureau A., La religion de l’État. La construction de la République étatique dans le discours théo (...)
  • 227 Mertens D., Il pensiero politico medievale, Bologne, il Mulino, 1999, p. 126-129.
  • 228 AGA CG Privilegis, 6.

51En définitive, les conflits portant sur les droits de juridiction et d’imposition, ainsi que sur l’exploitation des ressources économiques apparus au bas Moyen Âge entre le Val d’Aran défini dans la Couronne d’Aragon et les voisins situés dans la Couronne française ne répondent pas à des tensions d’identité nationale, et s’alignent sur les mêmes pouvoirs régionaux de part et d’autre des Pyrénées. En même temps, l’imposition de juridictions supérieures progressivement identifiées à des États qui trouvent la définition dans la frontière finit par affecter la population, surtout en impliquant le développement et le blocus économiques. En se faisant l’écho de cette dualité, les discordances autour de la frontière du Val d’Aran finissent par refléter une nouvelle époque, où les souverains gouvernent en pactisant avec des groupes de pression225 qui peuvent leur transmettre des politiques protectionnistes, alors même que le soin pour la prospérité économique du pays fait désormais partie de l’image idéale d’un souverain226 qui cherche l’identification entre son pouvoir et une adhésion territoriale définie par la frontière227. De cette manière, l’évolution du pouvoir souverain a un retentissement réel parmi la population qui se trouve de part et d’autre de la frontière. Cette frontière finit ainsi par nuire aux habitants de la vallée d’Aran, parce que les souverains la ferment quand leurs propres intérêts politiques le réclament. La vie normale des Aranais en est empêchée, tandis que, de l’autre côté, leurs voisins dans la même Couronne, les habitants du Pallars et de la Ribagorça, spéculent afin de s’enrichir en tirant profit de leurs besoins. C’est pour cela que les syndics du Val d’Aran s’adressent en 1515 à la reine Germaine afin de lui exposer que « dita vall està en frontera de França y ab grans perills de guerra y moltes voltes per dita guerra no pot axí haver provisions ni vitualles de forments, vins e altres provisions necessàries de la vida de part de França, per hon seria y és moltes voltes passat dita vall en gran necessitat y stretura », raison pour laquelle « les lochs y valls circumvehins situats a Cathalunnia e Aragó » doivent être « forçats de vendre als de dita vall vitualles ab just preu228 ».

  • 229 Allinne J.-P., « Frontière négociée, frontière disputée. Une représentation coutumière des conflit (...)
  • 230 ACN, Fons municipal de Balaguer. Vall d’Aran, parchemin 3.
  • 231 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 52 et 356-357.
  • 232 De Montoya J., Vademecum Aranense. Antologia de tèxtes en aranès, gascon des nautes sorces dera Ga (...)

52Les difficultés produites par une frontière de plus en plus identitaire et qui obéit à des motivations politiques des monarques deviennent compatibles avec les relations entre les populations des deux côtés de la frontière, qui maintiennent les échanges commerciaux et les accords avec lesquels il est possible de régler les diverses questions suscitées par les activités économiques et sociales229. C’est une situation cohérente avec une relation économique et humaine dont témoignent assez le mélange séculaire de populations des deux origines dans la vallée230, les intérêts et les biens affermés dans la vallée par des institutions religieuses du côté français231 ou même, de part et d’autre de la frontière, des usages culturels partagés, comme la langue et les dévotions232.

Un territoire qu’on extrait : le Fenouillèdes

  • 233 Huici Miranda A. et Cabanes Pecourt M.-D., Documentos de Jaime I de Aragón, vol. 4, Saragosse, Anu (...)
  • 234 Ponsich P., « Le Comté de Razès, des temps Carolingiens au Traité de Corbeil (759-1258) », Études (...)
  • 235 Constant A., « Entre Elne et Gérone : essor des chapitres et stratégies vicomtales (IXe-XIe siècle (...)
  • 236 Blasi Solsona J., Els oblidats comtes de Cerdanya (798-1117), Sant Vicenç de Castellet, El Farell, (...)
  • 237 Sobrequés Vidal S., Els Grans Comtes de Barcelona, Barcelone, Editorial Vicens-Vives, 1980, p. 148
  • 238 Benito P., Sendra P. et Vela C, « Corpus documental », art. cité, p. 377-378 et 435.
  • 239 Puig C., « Inquisition et hérésie en Roussillon au XIIIe siècle », Études roussillonnaises, vol. 1 (...)
  • 240 Catafau A., « Les territoires des Comtés au temps de Jaume Ier d’Aragon le Conquérant », M.-T. Fer (...)
  • 241 Bayrou L., « Essai de datation du château de Quéribus », Études roussillonnaises, vol. 16, 1998, p (...)

53En 1258, le traité de Corbeil sanctionne la cession au roi de France du Fenouillèdes, avec le Perapertusès233, à l’extrémité orientale de l’ancien comté de Razès234. D’une part, ce n’est pas un découpage soudain, mais l’aboutissement de la pénétration de la couronne française. Il s’agit de territoires rattachés aux maisons comtales de Cerdagne et Besalú, au sud des Pyrénées, depuis le Xe siècle, et qui partagent au début du XIe siècle leur dynamique en générant des entités vicomtales, en adoptant eux-mêmes une définition vicomtale235. La vicomté de Fenouillèdes revient au comte de Barcelone après la mort du comte de Besalú en 1111, en conservant le lien féodal avec la Cerdagne jusqu’à l’incorporation de ce comté à la maison de Barcelone en 1117236. La domination supérieure barcelonaise sur le Fenouillèdes se complique, conformément aux stratégies féodales du XIIe siècle, par l’insertion des vicomtes de Narbonne dès 1112237 puis des comtes de Foix en 1193. Il s’agit alors de rechercher le soutien du comte de Barcelone contre celui de Toulouse238. Le déclenchement de la crise en raison de la croisade contre les cathares bouleverse la situation et, surtout, y implique plus la maison royale de France. Le comte de Roussillon et de Cerdagne rend hommage en 1226 à Louis VIII de France pour la vicomté de Fenouillèdes, tout en préservant l’obéissance au roi d’Aragon, et il fait de même en 1228 avec Louis IX. En 1229, le comte absorbe les droits du vicomte, après que celui-ci eut été dépossédé pour hérésie, sans pouvoir en récupérer la possession lorsqu’il y prétend en 1242. Il finit avec son cadavre brûlé en 1262 sous le stigmate de l’hérésie239. En 1239, le comte de Roussillon vend ses droits sur le Perapertusès au roi de France240, qui prend possession du château de Peyrepertuse en 1255241. À sa mort, en 1242, le comte Nunyó de Roussillon cède tous ses droits à son neveu Jacques Ier d’Aragon, y compris ceux sur le Fenouillèdes.

  • 242 « À Corbeil, Jacques Ier renonçait à un ensemble de territoires catalans effectifs : ceux du Fenou (...)
  • 243 Cazes J.-P., Maso D. et Portet N., « Les conséquences de la croisade sur les forteresses seigneuri (...)
  • 244 Alessandri P. et Bayrou L., « Sur quelques fortifications de la frontière de 1258 », P. Sénac (dir (...)

54On a interprété le traité de Corbeil comme une amputation des territoires catalans, par suite de la perte du Fenouillèdes242. Cependant, le traité de Corbeil marque en réalité l’entrée dans une nouvelle phase avec la perte des territoires où la domination se basait sur le jeu offert par les liens féodaux, et une évolution vers une stabilisation territoriale sous le contrôle des différents monarques. C’est pour cela que désormais, très clairement, le Roussillon et le Conflent – avec le Capcir – demeurent les extrémités des domaines catalans, le Fenouillèdes étant donc français. Le premier effet qui en résulte est la transformation des châteaux afin de les adapter à une nouvelle fonction, ils sont adaptés à une fonction de surveillance de la frontière243. Des châteaux emblématiques comme Puylaurens, Peyrepertuse ou Quéribus sont reçus par la couronne française et sont immédiatement façonnés comme les autres châteaux sur la rive droite de l’Agly pour faire office de défenses frontalières, précédées d’une ligne de petits châteaux et de villages entourés de remparts244, l’ensemble s’opposant aux forteresses de l’autre rive comme Force Réal et Tautavel. Il en découlerait une nouvelle physionomie :

  • 245 Ponsich P., « El vescomtat de la Fenolleda », A. Pladevall (dir.), Catalunya Romànica, Barcelone, (...)

«a partir de 1258, l’antic vescomtat de Fenollet, annexat al domini reial, es va unir a la senescalia de Carcassona i els seus castells principals foren enderrocats o degudament reforçats per l’administració reial, i constituïren durant molt de temps una poderosa línia fortificada al llarg de la frontera franco-catalana245».

  • 246 Delaunay J.-M., « L’histoire d’une frontière ancienne », Paris et Île-de-France. Mémoires, vol. 60 (...)
  • 247 Guilleré C., « Le traité de Corbeil (11 mai 1258) », Paris et Île de France. Mémoires, vol. 60, 20 (...)
  • 248 Guilleré C., « Le traité de Corbeil (11 mai 1258) », op. cit., p. 334-340.
  • 249 Guiter H., « La llengua del Fenollet abans del tractat de Corbeil », Boletín de Dialectología Espa (...)
  • 250 ADPO 1B-148, f° 1 r°.

55Au vu de cette réfection de la frontière, même si le traité de Corbeil ne parle pas de lignes mais de territoires246, il établit en réalité une frontière identifiée à une ligne, qui est non seulement tracée dans un espace mais à la fois la marque de temps nouveaux. C’est le passage de la pratique féodale des marches à ce qui sera une limite entre États : « dans cette zone de contact entre les deux royaumes, ou tout au moins entre le royaume de France et la confédération aragonaise, les lieux de contact prennent une tournure linéaire, balisée, au début de l’époque moderne, par de véritables bornes247 », avec des corollaires juridictionnels, militaires et fiscaux, mais aussi identitaires, comme la langue248, parce que les territoires qui deviennent français s’écartent de la langue catalane pour se rapprocher de l’occitan249. En ce sens, le Fenouillèdes du bas Moyen Âge fait partie de tout le contexte propre à la linge occitane250.

  • 251 ADPO 1B-357, f° 125 r°.
  • 252 Catafau A., « La “villa Perpiniani” : son territoire et ses limites (Xe-XIIIe siècles) », Assier A (...)
  • 253 Daileader P., De vrais citoyens. Violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Per (...)
  • 254 Riera A., « Perpiñán, 1025-1285. Crecimiento económico, diversificación social y expansión urbana  (...)
  • 255 Sabaté F., « Perpinyà, capital baix medieval dels comtats de Rosselló i Cerdanya », L. Assier Andr (...)

56En dépit de cette segmentation, entre le Conflent et les terres du Fenouillèdes, les échanges sont maintenus durant tout le Moyen Âge avec des « bestiaria et alias res et merses251 ». Pour sa part, l’émergence de Perpignan à partir du XIIe siècle252 conduit à une vitalité et à une cohésion urbaine253 favorisée par un fort développement textile. Cela rapprochera les Languedociens et les Roussillonnais pour l’acquisition de matières premières et de tissus semi-finis confectionnés par les puissants artisans de Perpignan254. Sur cette base, Perpignan se consolide au XIVe siècle comme la deuxième ville catalane, après Barcelone. C’est un réel centre commercial et, dans tous les sens du terme, une véritable capitale pour les comtés de Roussillon et de Cerdagne255, dont elle déborde même les limites. C’est pourquoi il faut se demander à quel point la nouvelle définition frontalière a pu altérer les liens économiques et humains entre des populations désormais affectées par la ligne qui sépare deux monarchies.

  • 256 Riera i Melis A., « La desvinculació d’Occitània de la corona catalanoaragonesa (1208-1349) », Cas (...)
  • 257 Id., « El comerç d’articles agropecuaris entre Catalunya i els districtes pirenencs del regne de M (...)

57De prime abord, les limitations imposées par la monarchie française à la circulation de produits textiles semi-finis au début du XIVe siècle révèlent les conséquences d’une nouvelle conception de la frontière fiscale. La nouvelle délimitation entre, d’une part, le Fenouillèdes français, et, de l’autre, le Conflent et le Roussillon catalans, s’intègre dans l’arrangement de la nouvelle articulation méridionale de la France, où « una ben ensenyada i voraç burocràcia septentrional arraconà la noblesa i les jerarquies eclesiàstiques locals, incrementà substancialment la pressió fiscal i sotmeté a setge aranzelari i comercial els enclavaments catalans del Llenguadoc256 ». L’intervention fiscale frontalière implique en fait le contrôle de la circulation des produits, raison pour laquelle, au même moment, les souverains se mettent d’accord sur les produits pouvant traverser les frontières et sur les charges spécifiques dont ils doivent être grevés257.

  • 258 ADPO 1B 148, f° 1 r°-2 r°.
  • 259 Verdon L., « Les revenus de la commanderie templière du Mas Déu (Roussillon) d’après le terrier de (...)
  • 260 ADPO 1B-120, f° 30 v°-31 r°.
  • 261 Alart B.-J., Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne, Par (...)

58À la même époque, le Fenouillèdes laisse apparaître au niveau interne une forte cohésion institutionnelle, sociale et économique. Les affermages de biens royaux périodiquement vendus aux enchères dans la capitale, Caudiès, sont acquis d’habitude par des investisseurs du Fenouillèdes : en 1387, par exemple, le damoiseau Arnaud de Vivier, le bailli de Fosse, et deux autres habitants du Vivier, Antoni Sunyer et Martí Albàs, s’associent pour affermer « quandam mata nemorum scita in forestis Regiis Fenolheni ». Toutefois, dans ce même cas, l’année suivante, le premier de ces amodiataires vend sa part à un investisseur de Perpignan, le juriste Guillem Jordà258. De même, la commanderie templière du Mas Déu, depuis son centre dans le Roussillon, gère des préceptorats situés dans le Fenouillèdes259. Cette relation sociale et humaine s’effectue tout à fait naturellement : en 1369 par exemple, un charpentier de Perpignan enregistre devant notaire aussi bien l’achat de bois qu’il fait à Prats de Balaguer (« Pratis de Balaguerio terre Confluentis ») que l’achat qu’il effectue à « Arnaldus Climents de Reboleto terre Fenoledi »260, en utilisant donc les référents régionaux et sans relever que le premier se trouve en terre catalane du roi d’Aragon et le second dans le royaume français. La normalité avec laquelle est vécue cette relation trouve aussi son expression dans les ordonnances municipales de Perpignan, qui concernent les régions sur lesquelles la ville continue à exercer son rôle de capitale socio-économique bien que désormais l’une d’entre elles, le Fenouillèdes, se situe dans un autre royaume. En 1309 par exemple, en réglant le loyer de montures, il est spécifié « que si hom donava comjat als ditz homes dins I mes ho al mes complit, que hom dega quitar, de Fonoledes e de Conflent e de Cerdanya per I die de tornar261 ».

  • 262 ACA MR, 1527, f° 305 r°.
  • 263 ACA MR, 1524, f° 342 r°.

59Dans le cadre de cette relation, les officiers ordinaires convoquent et citent en justice des habitants du Fenouillèdes. Le traitement est identique à celui mis en œuvre dans d’autres juridictions de Catalogne : le viguier du Roussillon envoie un sergent avec la requête correspondant à son homologue d’une autre démarcation. Dans ce cas, les sergents mettent d’habitude cinq jours pour aller et venir à pied de Perpignan à Caudiès, capitale et siège de la viguerie de Fenouillèdes. Il est procédé ainsi en 1389 lorsque le sergent Guillem Ventanach fait ce voyage « ab letra del dit veguer per requerir lo veguer del dit loch que remeses a la cort del dit veguer de Rosselló I hom que tenia per apellat Loys, delat d’una mort en persona d’alcun pastor perpetrada ». Pareillement, provenant du côté du Fenouillèdes, on reçoit à Perpignan, conformément aux pétitions, « una letra responsiva feta per los officials de Cauders al veguer de Rosselló262 ». Il s’agit de réquisitoires peu fréquents et qui révèlent les conflits entre juridictions. Comme dans toute la Catalogne, il est certainement inhabituel de transférer un accusé d’une juridiction à une autre, raison pour laquelle beaucoup de délinquants se réfugient dans le territoire voisin, cherchant une impunité pratique, tandis que là où ils sont convoqués en justice on procède à leur bannissement. De ce fait, le viguier du Roussillon ordonne par exemple en 1373 de proclamer à Perpignan le bannissement de huit hommes de plusieurs endroits « encolpats de diverses crims », parmi lesquels se trouve « en Mauran de Sent Paul de Fenoledes263 ». De manière semblable, en cas d’inaccomplissement des obligations contractées par la population du Fenouillèdes devant des notaires de Perpignan, l’officier correspondant où l’accord a été enregistré procède contre le coupable. Le comportement des habitants de la vegueria de Cauders i Fenolledes concorde sur ce point également avec celui observé dans les vigueries catalanes : les habitants acquièrent d’habitude un petit crédit de consommation dans leur propre territoire, et vont plus occasionnellement s’engager avec des obligations de natures diverses dans des capitales supérieures situées hors de leur juridiction, une fonction assumée ici en grande partie par Perpignan.

  • 264 Sabaté F., « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle XIV  (...)
  • 265 ACA MR, 1524, f° 354 r°.
  • 266 Sabaté F., « Gran, Merlí, Amadís, Faisà i altres cans », J. Mutgé i Vives, R. Salicrú i Lluch et C (...)

60L’étroite relation humaine entre deux frontières juridictionnelles accentue les problèmes contemporains dans toute la Catalogne autour des bannis : ceux qui sont poursuivis par la justice n’ont plus qu’à se réfugier dans une juridiction proche pour rester impunis264. La fragmentation juridictionnelle est toujours respectée. Les entrées en la terra francesa s’effectuent seulement pour mener des enquêtes auprès de la population sans aucune capacité juridictionnelle dans des cas très concrets, comme en août 1373 quand on envoya Jaume Fabre pour s’enquérir, pendant deux jours, de Faysà265, le chien du roi Pierre le Cérémonieux qui s’était perdu pendant une chasse et dont on craignait qu’il n’eût traversé la frontière266.

  • 267 ACA MR 1524, f° 351 v°.

61Étant donné que le problème des bannis est réciproque, afin de chercher des solutions, ce sont les deux viguiers qui négocient, le catalan du Roussillon et le français du Fenouillèdes. Ils parviennent même à se mettre d’accord sur des procédures conjointes et coordonnées, chacun de son côté de la frontière. De manière très emblématique, on convient le 14 août 1373 de procéder autour de la ville frontalière d’Estagel. « Lo veguer de Caulers e de Fonolledas del Rey de Ffrança » a averti son homologue du Roussillon « que bandegats del senyor Rey d’Aragó e de la terra ffrançesa anaven vers les parts d’Estagell (en Roussillon) e de la torra de Fonolledas del regne de Ffrança ». Tout de suite, le viguier part avec 20 hommes vers Estagel, vu que « lo vaguer de Fonolledas qui devia esser a la torra de Fonolledas per esquivar e pendre los dits bandegats en cascú regne », même si la stratégie échoue dans ce cas concret car, comme on l’explique du côté du Roussillon, « lo vaguer anà la e l’altre no y fo267 ».

  • 268 ACA MR 1522, f° 337 r°-338 r°.
  • 269 Sabaté F., « Companyies estranyes d’armes qui eren entrades en lo Principat » (Catalogne, seconde (...)
  • 270 Fowler K., Medieval mercenaries, vol. 1: The great companies, Oxford/Malden (Mass.), Blackwell Pub (...)

62Estagel est d’ordinaire toujours le point de la frontière où se déroulent les réunions conjointes entre officiers juridictionnels, soit entre le viguier du Roussillon et celui du Fenouillèdes ou, à un rang supérieur, entre le gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne et le sénéchal de Carcassonne. En juillet 1358, le gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne, accompagné du viguier du Roussillon et d’une suite de sergents (saigs) et de messagers, se déplace pour cette raison « al loch d’Estagell que hac vistes ab lo senescal de Carcassona e ab altres oficials del Rey de Ffranssa268 ». Ce sont des rencontres peu fréquentes, qui renvoient aux problèmes d’impossibilité à franchir les juridictions. Le gouverneur et le sénéchal se déplacent surtout pour des conflits endurés de part et d’autre du fait des invasions de troupes désoeuvrées de la guerre de Cent Ans, notamment des Armagnacs269. En 1361, dans un contexte où les régions proches sont touchées par les dévastations ou par les exigences économiques des routiers270, un très large accord est promu entre les municipalités du Roussillon et celles de la sénéchaussée de Carcassonne, pour lequel on requiert l’approbation du roi. Ce dernier exprime son mécontentement, mais, manquant d’autres recours, il l’accepte ponctuellement si aucune autre solution n’est prévue dans la zone frontalière :

  • 271 Gubern R., Epistolari de Pere III, Barcelone, Editorial Barcino, 1955, p. 171-172.

«Quant és a la liga moguda e demanada de fer entre·ls nostres oficials e les universitats de Rosseylló, ab les comunes de la senescalquia de Carcassona, vos responem que· ns fa dupte de fer la dita liga, e açò per tal com aquelles gents de la, axí com vós sabets són gent vençuda, flaca e desenegada, e fer liga o companyia ab aytal gent és cosa perillosa, car com hom cuyda ésser ab companyia, e com vénen los afronts dels afers, hom se troba menys de companya e pot-se’n seguir peryll e escàndel. Però si per rahó d’aquesta entrada qu. En Johan d’Armanyach vol fer, o· s diu que farà, per contrastar-li o per mylls defendre, veets que sia profitós de fer la dita defenssió ensemps, ço és, les nostres gents ab aquells de la dita senescalquia, plau-nos que·s faça. Però volem que. s faça ab acort e consell del inffant En Ramon Berenguer e del governador de Roseylló e d’En Jaspert de Tregurà e de II proòmens de Perpenyà, aquels que vegares serà a vosaltres. E si tots vosaltres o la major partida vos concordats de fer la dita liga o ésser ensemps a fer defenssió a la dita entrada, que·s faça, e que açò. s pach dels comdats de Roseylló e de Cerdanya […] E altra liga duradora més avant d’aquesta entrada, no·ns par que faça a fer, per la rahó desús dita. Emperò, si per tenir pagats los de les comunes de França, e per ço que mylls e pus volenterosament vinguessen a la defenssió d’aquesta entrada, vos era vegares que·s degués fer a major temps, féssets-la ab aytal condició: que una part e altra preséssets espay de III meses per haver ferma, ço és, vosaltres la nostra, e los altres, del rey de França; e si les formes de la I o de l’altre no s’avien, que la liga no valgués271

  • 272 ADPO 1B-357, f° 125 r°.
  • 273 Becat, J., « Una comarca original », Gran geografía Comarcal de Catalunya, vol. 14, Barcelone, Fun (...)

63L’importance de la coupure juridictionnelle, intensifiée par la délimitation fiscale, fait que la frontière, depuis le côté catalan, sépare de la terra Francie272. Dans le même temps, toutefois, un niveau régional de relation est maintenu, même dans des domaines institutionnels. C’est en réalité le fruit du maintien de la continuité des relations humaines. En fait, sans aucune délimitation naturelle de l’espace, les relations économiques, sociales et même familiales continuèrent pendant des siècles à mêler les gens de part et d’autre de la ligne. C’est la raison pour laquelle, dans le nouvel aménagement du territoire de la France de 1790, une grande partie du Fenouillèdes fut intégrée dans le même département que Perpignan273.

Conclusions

  • 274 Lauer P., « Une enquête au sujet de la frontière française », art. cité, p. 28-29.
  • 275 Gautier-Dalché P., « Représentations géographiques savantes, constructions et pratiques de l’espac (...)

64« Prout dicta flumina decurrunt versus Wasconiam est de regno Francie et prout decurrunt versus Yspaniam seu Cataloniam est de regnis Yspanorum, secundum Ysidorum et antiqua cronica concordant avec la séparation des eaux de mari Oceano usque ad mare Mediterraneum274. » Cet argument fut présenté au tournant du XIIIe au XIVe siècle par la Couronne française dans sa négociation avec la Couronne aragonaise pour le Val d’Aran. Il s’inscrivait dans un contexte d’incorporation de la géographie savante au service de la délimitation275, mais ne fut pas imposé quand en 1312 on mit fin à la discussion sur le positionnement du Val d’Aran. Toutefois, les rivières sont mentionnées de façon réitérée en tant que référents physiques pour délimiter les frontières orientales et méridionales de la Catalogne. On discute pour situer la ligne séparatrice dans l’Alcanadre, le Cinca, le Noguera Ribagorçana, le Matarranya, l’Algars et la Sènia. Les propositions ne prétendent donc pas respecter l’unité des vallées mais, en adoptant la rivière comme ligne de démarcation, visent à établir une limite qui ne tient pas compte de la relation socio-économique, laquelle, justement, demeurera superposée au nouveau territoire, aussi bien dans les grandes que dans les petites capitalités régionales et locales.

  • 276 Gonzalvo i Bou G., Sant Oleguer (1060-1137). Església i poder a la Catalunya naixent, Barcelone, R (...)
  • 277 AGA CG Acords, 88, 90.
  • 278 Regla Campistol J., « El valle de Arán en la Edad Media », art. cité, p. 35.

65Les démarcations diocésaines n’ont elles non plus pas eu d’influence. Quand en 1318 le siège épiscopal est créé autour de la ville française d’Alet, le Capcir, situé du côté catalan, y est inclus. Dans le même temps, tout le diocèse d’Elne demeure rattaché au siège archiépiscopal de Narbonne, à la différence des autres diocèses de la Couronne d’Aragon, réunis depuis le XIIe siècle dans l’archevêché de Tarragone276. Pour sa part, le Val d’Aran trouve avec le changement de frontière un appui dans son litige avec l’évêché de Comminges, mais il y demeure. Dès le XVIe siècle, la consolidation de la frontière entre États permet que, depuis la vallée, l’on s’efforce de favoriser un changement afin de transférer le Val à l’évêché d’Urgell277. Ces changements dans le tracé des frontières ne se concrétisent toutefois qu’en 1805278. De manière très claire, non seulement une grande partie du diocèse de Tortosa s’étendait sur le territoire valencien, mais la progressive définition comme aragonaises des terres situées à l’est du Cinca et à l’ouest du Noguera Pallaresa s’effectue au XIVe siècle sans interférer dans le fait que ces mêmes terres restent dans le diocèse catalan de Lleida.

  • 279 Sabaté, F. « La construcción ideológica del nacimiento unitario de Cataluña », M. I. del Val Valdi (...)

66Précisément, les disputes sur la délimitation entre la Catalogne et l’Aragon des XIVe et XVe siècles reflètent la réalisation progressive d’identités régionales invoquées par les groupes qui s’érigent en porteurs de leur représentativité. La combinaison d’une monarchie faible et d’états puissants mène à une cohésion sociale et institutionnelle qui s’identifie de façon revendicatrice à un territoire279. Le droit assumé comme étant propre à la Catalogne ou à l’Aragon est invoqué dans des discussions minutieuses sur l’appartenance des localités. Il n’est pas initialement déterminant, compte tenu du mélange dans les repeuplements qui suivent les fueros aragonais ou barcelonais le long de la Ribagorça, du bas Aragon et de toute la basse vallée de l’Èbre, mais devient un argument répété à l’envi en affermissant et en opposant les critères d’identité régionale. Les intérêts seigneuriaux dans le jeu des états s’harmonisent facilement : d’abord catalane, la ville de Fraga peut ensuite être réclamée par les représentants de l’Aragon en arguant de l’identité régionale et en invoquant l’existence d’un droit aragonais, mais le désir véhément de son seigneur de participer aux états généraux aragonais grâce à cette domination joue ici un rôle de premier ordre.

67Les revendications fondées sur des invocations régionales se chevauchent sans aucun problème avec les capitalités socio-économiques, comme cela apparaît clairement dans les cas de Tortosa, Perpignan ou, surtout, de Lleida, qui conservent des aires d’influence par-delà les fragmentations frontalières. Le maintien de relations sociales et économiques entre les populations de villes à qui on a imposé une nouvelle frontière relativise clairement la signification de cette dernière, d’autant plus que les autorités locales essaient de régler les conflits et que les problématiques juridictionnelles sont traitées entre les représentants juridictionnels régionaux, bien qu’elles se situent sous la souveraineté de monarques différents, comme on peut le constater entre le Val d’Aran et le Comminges ou entre le Roussillon et le Fenouillèdes.

  • 280 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 500-502.
  • 281 AGA, Privilegis, 6.
  • 282 Batlle C., « La ideología de la “Busca”. La crisis municipal de Barcelona en el siglo XV », Estudi (...)
  • 283 Sabaté F., « Els referents històrics de la societat : identitat i memòria », F. Sabaté (dir.), L’e (...)
  • 284 Id., « “Amar la nostra nació” », A. Cioppi (dir.), Sardegna e Catalogna, “officinae” di identità. (...)
  • 285 Haan B., « L’affirmation d’un sentiment national espagnol face à la France du début des guerres de (...)
  • 286 Ladero Quesada M.-Á., « Sobre la evolución de las fronteras medievales hispánicas (siglos XI a XIV (...)
  • 287 Poujade P. « Cap a la frontera política als Pirineus : Occitània i Catalunya (1258-1815) », J. Sob (...)
  • 288 En 1583 le seigneur d’Orlu (dans le comté de Foix) envoie deux hommes encaisser une dette à Puigce (...)

68Cette relation est cependant de plus en plus affectée par l’appropriation de la frontière par le pouvoir souverain, qui impose une radicalisation de la segmentation pour des raisons totalement étrangères au territoire. Le profil de défense du sud du Fenouillèdes ou l’adoption, justement aux XIVe et XVe siècles, d’un système complet de défense pour Saint-Béat, principale porte d’entrée en terre française du Val d’Aran280, dénotent des temps nouveaux où la tension armée se répète à l’égard de l’altérité définie par la ligne frontalière. C’est pour cela qu’aussi bien le Roussillon et le Conflent que le Val d’Aran se définissent à la fin du Moyen Âge comme étant la frontière de la France281, avec tout ce que cela implique de négatif dans une vie quotidienne rendue difficile en fonction de décisions adoptées par le pouvoir souverain et qui s’expriment au moyen de politiques fiscales adverses, de blocus pour la transaction des produits282, voire de guerres. Si le lien juridictionnel unit les ressortissants de chaque côté jusqu’au souverain respectif, comme Ramon Muntaner l’indiquait déjà283, dans le même temps, la perception du fait que les traits culturels et sociaux singularisent les uns et les autres se répand284. Nous nous trouvons dans la voie qui, dans les siècles immédiatement ultérieurs, fructifiera dans des cohésions identitaires supérieures285. Celles-ci mettent les ressortissants à la merci des monarques ou des États, de leurs relations et de leurs confrontations286, bien qu’en même temps les contacts régionaux se poursuivent toujours entre les deux côtés de la frontière, en raison des diverses activités économiques et sociales287 et au-delà des hautes justifications d’État288.

Notes

1 Projet de recherche « Auctoritas. Iglesia, cultura y poder (siglos XII-XV) » (HAR-2012-31484). Abréviations : ACA, Arxiu de la Corona d’Aragó ; ACA C, Arxiu de la Corona d’Aragó Cancelleria ; ACA MR, Arxiu de la Corona d’Aragó, Reial Patrimoni, Mestre Racional ; ACBE, Arxiu Comarcal del Baix Ebre ; ACL, Arxiu Capitular de Lleida ; ACN, Arxiu Comarcal de la Noguera ; ADPO, Archives départementales des Pyrénées-Orientales, AGA, Archiu Generau d’Aran ; AGA CG, Archiu Generau d’Aran, Conselh Generau dera Val d’Aran.

2 Sabaté F., « Corona de Aragón », P.-A. Porras Arboledas, E. Ramírez Vaquero et F. Sabaté Curull, La época medieval : administración y gobierno, Tres Cantos (Madrid), Istmo, coll. « Historia de España », t. VIII, 2003, p. 242-243.

3 Barthélemy D., Nouvelle histoire des Capétiens 987-1214, Paris, Le Seuil, 2012, p. 28-46.

4 Freedman P., « Symbolic implications of the events of 985-988 », F. Udina (dir.), Symposium internacional sobre els orígens de Catalunya (segles VIII-XI), vol. 1, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras, 1991, p. 117-123.

5 Marca P., Marca Hispanica sive limes hispanicus, hoc est geographica & historica descriptio Cataloniae, Ruscinonis & circumjacentium populorum, Barcelone, Editorial Base, 1998, col. 1014.

6 Sabaté F., « El nacimiento de Cataluña. Mito y realidad », Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos. IX Congreso de Estudios Medievales (2003), Ávila, Fundación Sánchez Albornoz, 2005, p. 237-243.

7 Id., La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007, p. 49-72.

8 Id., « Repoblación y prefeudalismo », V.-Á. áLvarez Palenzuela (dir.), Historia de España de la Edad Media, Barcelone, Ariel, 2002, p. 247-249.

9 Vidal Alcover J., El Llibre de Mallorca (Liber Maiorichinus), Barcelone, Edicions de la Universidad de Barcelona, 1979, p. 3-67.

10 Zimmermann M., « Aux origines de la nation catalane : affirmation politique et territoriale (IXe-XIIe siècle) », C. Serrano et M.-C. Zimmermann (dir.), Le discours sur la nation en Catalogne aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions Hispaniques, 1996, p. 17-28.

11 Zimmermann M., « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », P. Sénac, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, p. 80.

12 Bisson T.-N., « L’essor de la Catalogne : identité, pouvoir et idéologie dans une société du XIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés. Civilisations, 39/3, 1984, p. 455.

13 Bosc A., Sumari, índex o epítome dels admirables i nobilíssims títols d’honor de Catalunya, Rosselló i Cerdanya, Barcelone, Curial, 1974, p. 172-173.

14 Moran i Ocerinjauregui J., « La llengua catalana en els seus orígens i en relació amb les altres llengües de l’Europa carolíngia », Catalunya a l’època carolíngia. Art i cultura abans del romànic (segles IX i X), Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya, 1999, p. 130.

15 Guenée B., Occidente durante los siglos XIV y XV. Los Estados, Barcelone, Editorial Labor, 1973, p. 65.

16 Sabaté F, « Història Medieval », A. Balcells (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, L’Esfera dels Llibres, 2004, p. 205-213.

17 Saarien J. et Sell J. L., « Environmental perception », Progress in human Geography, no 3, 1980, p. 524-547 ; Tuan Y. F., « Environment, behaviour, and thought », F.-W. Boal et D.-N. Livingstone (éd.), The behavioural environment. Essays in Reflection, Application and Re-evaluation, Londres/New York, Routledge, 1989, p. 77-81.

18 Villeneuve P.-Y., « Géographie de la perception et méthode dialectique », Cahiers de géographie du Québec, no 29/77, 1985, p. 241-260.

19 Sabaté F., Història de Lleida. Alta edat mitjana, Lleida, Pagès editors, 2003, p. 355-366.

20 Benito P., « L’expansió territorial ultrapirenenca de Barcelona i de la Corona d’Aragó : guerra, política i diplomàcia (1067-1213) », M. T. Ferrer et M. Riu i Riu (dir.), Tractats i negociacions diplomàtiques de Catalunya i de la Corona catalanoaragonesa a l’edat mitjana, vol. I. 1 : Tractats i negociacions diplomàtiques amb Occitània, França i els estats italians 1067-1213, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 2009, p. 67-68.

21 Reglà J., Francia, la Corona de Aragón y la frontera pirenaica. La lucha por el Valle de Arán (siglos XIII-XIV), vol. 1, Madrid, CSIC, 1951, p. 37-39.

22 Reynolds, S. « Medieval urban history and the history of political thought », Urban History Yearbook, [9], 1982, p. 15.

23 Michaud-Quantin P., Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen-Âge latin, Paris, Librairie Philosophique J. Vrin, 1970, p. 11-245.

24 Buc P., « “Principes gentium dominantur eorum”: Princely power between legitimacy and illegitimacy in Twelfth-Century Exegesis », T.-N. Bisson (dir.), Cultures of Power. Lordship, status, and process in Twelfth-Century Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1995, p. 324-325.

25 Bisson T.-N., The crisis of the Twelth century. Power, lordship, and the origins of european government, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2009, p. 289-572.

26 Fernández Viladrich J., « La corte condal : una limitación fáctica a los poderes de la autoridad condal en la Cataluña de la Alta Edad Media », Revista Jurídica de Cataluña, no 81, 1982, p. 373-403.

27 Arnold B., « Instruments of power: The profile and profession of “Ministeriales” within German aristocratic society, 1050-1225 », T.-N. Bisson (dir.), Cultures of Power, op. cit., p. 36-55.

28 Black A., El pensamiento politico en Europa, 1250-1450, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 252-260.

29 Sabaté F., « Expressões da representatividade social na Catalunha tardomedieval », F. R. Fernandes (dir.), Identidades e Fronteiras no Medioevo Ibérico, Curitiba, Juruá Editora, 2013, p. 51-61.

30 Bisson T. N., Medieval France and her Pyrenean neighbours: studies in early institutional history, Londres, The Hambledon Press, 1989, p. 220-223.

31 Graboïs A., « De la trêve de Dieu à la paix du roi. Étude sur les transformations du mouvement de la paix au XIIe siècle », P. Gallais et Y.-J. Riou (dir.), Mélanges offerts à René Crozet, vol. 1, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, p. 484-496.

32 Iglesia A., « Las Constituciones de Paz i Tregua de 1173 », Initium. Revista catalana d’història del dret, 17, 2012, p. 76.

33 Gonzalvo G., « La Pau i Treva de l’any 1187 per al comtat d’Urgell i vescomtat d’Àger », Ilerda. Humanitats, no 48/2, 1990, p. 157-173.

34 Id., « El comtat d’Urgell i la Pau i Treva », F. Sabaté (dir.), El Comtat d’Urgell, Lleida, Universitat de Lleida et Institut d’Estudis Ilerdencs, 1995, p. 85.

35 Sabaté F., « Els primers temps : segle XII (1137-1213) », E. Belenguer (dir.), Història de la Corona d’Aragó, Barcelone, edicions 62, 2007, p. 41-65.

36 Id., « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », M.-T. Ferrer (dir.), Jaume I. Commemoració del vii centenari del naixement de Jaume I, vol. 1, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 2011, p. 62-80.

37 Alvira Cabrer M., 12 de Septiembre de 1213. El Jueves de Muret, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2002, p. 576-579.

38 Cateura Benàsser, P., Mallorca en el segle XIII, Palma de Majorque, El Tall editorial, 1997, p. 15-16.

39 Furió Diego A., Història del País Valencià, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1995, p. 49-50.

40 Santamaría Arández A., Ejecutoria del reino de Mallorca, Palma de Majorque, Ajuntament de Palma, 1990, p. 22-24.

41 Furió Diego A., El rei conqueridor. Jaume I : entre la història i la llengenda, Valence, Bromera, 2007, p. 11-13.

42 García-Oliver F., Terra de feudals, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1991, p. 126-140.

43 Mas i Solench J.-M., Les corts a la Corona catalano-aragonesa, Barcelone, Rafael Dalmau, 1995, p. 23-69.

44 Font Rius J.-M., Cartas de población y franquicia de Cataluña, vol. 1, Madrid/Barcelone, CSIC, 1969, p. 121-123.

45 Bayerri i Bartomeu E., “Llibre de Privilegis” de la vila d’Ulldecona, Tortosa, Imprenta Blanch, 1951, p. 20 et 137.

46 Sabaté F., « El veguer i la vegueria de Tortosa i Ribera d’Ebre al segle XIV », Recerca, no 2, 1997, p. 122-123.

47 ACBE, Castellania i Temple II, 6, f° 7 r° ; Tresorer, livre 1, f°7 r° ; livre 2, f° 16 r°.

48 ACA C, Memorial 43, f° 14 r°.

49 Guinot E., Els límits del Regne : el procès de formació territorial del País Valencià medieval (1238-1500), Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1995, p. 49-50.

50 Sánchez Adell J., « La Comunidad de Morella y sus aldeas durante la Baja Edad Media (Notas y Documentos) », Estudios Castellonenses, 1, 1983, p. 87.

51 ACBE, Paeria i Vegueria I, procès 68 ; Comú, I, 50 ; Clavari, livre 23, p. 107-127.

52 Valls i Taberner F., « Establiments per als llocs del monestir de Benifazà », Revista Jurídica de Catalunya, no 32, 1925, p. 172-174 ; García H., « Diplomacia y “mal de piedra” », Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura, vol. 27, 1951, p. 62-63.

53 García H., « Real monasterio de Santa María de Benifazá », Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura, vol. 26, 1950, p. 34.

54 García Egea M. T., La visita pastoral a la diócesis de Tortosa del obispo Paholac, 1314, Castelló, Diputació de Castelló, 1993, p. 45-46.

55 Almuni Balada V., « Tràfec de mestres d’obra, escultors i picapedrers dins de l’àmbit territorial de la diòcesi de Tortosa en la baixa edat mitjana (1340-1450). Aportacions de la documentació de l’arxiu capitular », M.-Á. Pradilla (dir.), Història i territori a les comarques de la diòcesi de Tortosa, Benicaló, Onada, 2004, p. 15-25.

56 Galtier Martí F., Ribagorza, condado independiente, desde los orígenes hasta 1025, Saragosse, Libros Pórtico, 1981, p. 61-97.

57 Laliena C., La formación del Estado feudal. Aragón y Navarra en la época de Pedro I, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1996, p. 53.

58 Lema Pueyo J.-Á., Instituciones políticas del reinado de Alfonso I el Batallador, rey de Aragón y Pamplona (1104-1134), Bilbao, Universidad del País Vasco, 1997, p. 40.

59 ACA C, Pergamins de Jaume I, chemise 90, no 1347.

60 Ubieto Arteta A. « Disputas entre los obispados de Huesca y Lérida en el siglo XII », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, vol. 5, 1952, p. 74-77.

61 ACA C 22, f° 101 r°.

62 ACA C 42, f° 152 v° ; 49, f° 71 v°.

63 ACA C, fragment d’un registre « Commune » de Jacques II entre les 115 et 106, f° 204 r°.

64 ACA C 46, f° 8 v°.

65 Romano Ventura D., « Los funcionarios judíos de Pedro el Grande de Aragón », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, no 33, 1969-1970, p. 15-16.

66 Cortes de Cataluña, vol. 1, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, p. 162.

67 Font Rius J.-M., Cartas de población, op. cit., p. 184-185, 191-192 et 228-230.

68 Sabaté F., El territori de la Catalunya medieval : percepció de l’espai i divisió territorial al llarg de l’Edat Mitjana, Barcelone, Fundació Salvador Vives Casajuana, 1997, p. 281-313.

69 Sesma Muñoz J. Á., « Estado y nacionalismo en la baja edad media. La formación del sentimiento nacionalista aragonés », Aragón en la edad media, vol. 7, 1987, p. 267 ; Id., « El sentimiento nacionalista en la Corona de Aragón y el nacimiento de la España moderna », A. Rucquoi (dir.), Realidad e imágenes del poder : España a fines de la Edad Media, Valladolid, Ámbito, 1988, p. 224.

70 Virgili A., « La Seu de Tortosa al Matarranya (segles XII-XIII) », M.-A. Pradilla (dir.), Història i territori, op. cit., p. 315-319.

71 Laliena Corbera C., « Castillos y territorios castrales en el valle del Ebro en el siglo XII », J. A. Barrio Barrio et J. V. Cabezuelo (dir.), La fortaleza medieval. Realidad y símbolo, Madrid-Alicante, Sociedad de Estudios Medievales – Ayuntamiento de Alicante – Universidad de Alicante – Fundación de Estudios Medievales Jaume II, 1998, p. 44-45.

72 ACA C 284, f° 2 r°-v°.

73 Bayerri i Bertomeu E., Historia de Tortosa y su comarca, vol. 7, Tortosa, Imprenta de Algueró y Baiges, 1957, p. 461.

74 Serrano Daura J., Senyoriu i municipi a la Catalunya Nova (segles XII-XX) : comandes de Miravet, d’Orta, d’Ascó i de Vilalba i baronies de Flix i d’Entença, vol. 1, Barcelone, Fundació Noguera, 2000, p. 35-137.

75 Sabaté F., El territori, op. cit., p. 285.

76 ACA C 1091, f° 128 r°.

77 Ledesma Rubio M. L., Actas del proceso de cortes de Tamarite de 1375, Saragosse, Anubar, 1979, p. 55-56.

78 Sabaté F., « Ejes vertebradores de la oligarquía urbana en Cataluña », Revista d’Història Medieval, vol. 9, 1998, p. 130-133.

79 Masià de ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña. Ribagorza y Fraga en tiempos de Jaime II », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, vol. 22, 1949, p. 176-177.

80 Benito Luna L., « Fraga en las relaciones comerciales entre Aragón y Cataluña a mediados del siglo », Argensola. Revista de Ciencias Sociales del Instituto de Estudios Altoaragoneses, vol. 102, 1989, p. 12-31.

81 Casas Torres J.-M. et Floristan Samanés A., Mercados de Aragón, Saragosse, CSIC, 1946, p. 23-24.

82 Vila P., Visions geogràfiques de Catalunya, Barcelone, Barcino, 1963, vol. 2, p. 229-279 ; Soldevila F., « El territori i la seva delimitació histórica », L. Solé i Sabarís (dir.), Geografia de Catalunya, vol. 1, Barcelone, Editorial Aedos, 1958, p. 641-642 ; Perrin R., « Segrià », Solé Sabarís L. (dir.), Geografia de Catalunya, vol. 2, Barcelone, Editorial Aedos, 1968, p. 38-44 ; Solé Sabarís L., « La regió natural, l’econòmica i la geográfica, aplicades a Catalunya », Les terres de Lleida en la geografia, l’economia i en la cultura catalanes, Barcelone, Centre Comarcal Lleidatà de Barcelona – Editorial Pórtico, 1971, p. 9-12 ; Lladonosa J., « Baix Cinca », M. Cahner (dir.), Gran Geografia Comarcal de Catalunya, vol. 10, Barcelone, Fundació Enciclopèdia catalana, 1983, p. 444-494 ; Boix J., Pladevall A. et De Bolòs O., « La Ribagorça », M. Cahner (dir.), Gran Geografia Comarcal de Catalunya, vol. 12, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1995, p. 270-382 ; Rebagliato J., De Bolòs O., Pladevall A., Campo J. L. et Boix J., « La Llitera », ibid., p. 384-434.

83 Ubieto Arteta A., « Disputas », art. cité, p. 187-237.

84 Mansilla D., La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Rome, Instituto Español de Estudios Eclesiásticos, coll. « Monumenta Hispaniae Vaticana. Sección registros », t. I, 1955, p. 292-300.

85 Risco M., España Sagrada, t. XII : Contiene las antigüedades civiles y eclesiásticas de las ciudades de Dertosa, Egara y Emporias, Madrid, Imprenta de la Viuda de Joaquín Ibarra, 1801, p. 322-324.

86 Barrio Gozalo M., El clero en la España moderna, Cordoue, CSIC-CajaSur, 2010, p. 29-31.

87 Fernández Regatillo E., El concordato español de 1953, Santander, Sal Terrae, 1961, p. 209-212 ; Canales M., « La segregació de les parròquies de Lleida per l’Opus Dei », A.-M. Mundó et alii, L’Opus Dei enfronta Catalunya amb l’Aragó. L’art sacre de Lleida en joc, Barcelone, Llibres de l’índex, 2006, p. 77-92 ; Casanova i Solans E., El complot. La trama en la segregació del bisbat de Lleida i el litigi de les obres d’art, Lleida, Pagès editors, 2008, p. 7.

88 ACA C 485, f° 252 r°-v°.

89 ACA C 287, f° 169 r°.

90 Sabaté F., Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, sous presse.

91 Valls Taberner F., « Les costums de la batllia de Miravet », Revista Jurídica de Catalunya, vol. 32, 1925, p. 75.

92 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, vol. 1, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, p. 421.

93 Ibid., vol. 4 [1901], p. 189.

94 ACA C 47, f° 52 r° ; 62, f° 16 v°.

95 Masià de Ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña », art. cité, p. 176.

96 Sabaté F., « États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge », F. Foronda et A.-I. Carrasco Manchado (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, Méridiennes, 2007, p. 325-355.

97 Sabaté F., « La organización central de la Corona de Aragón cismarina », J. Á. Sesma Muñoz (dir.), La Corona de Aragón en el centro de su historia 1208-1458. La Monarquía aragonesa y los reinos de la Corona, Saragosse, Gobierno de Aragón, Departamento de Educación, Cultura y Deporte – Grupo de Excelencia de Investigación C.E.M.A, 2010, p. 413-415.

98 Sánchez Martínez M. et Ortí P., Corts, parlaments i fiscalitat a Catalunya : els capítols del donatiu (1288-1384), Barcelone, Generalitat de Catalunya – Departament de Justícia, 1997, p. 19.

99 Masià de Ros A., « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña », art. cité, p. 176.

100 Valls Taberner F., « Les costums de la batllia de Miravet », art. cité, p. 75.

101 Manyà J.-B., « Lleida i la Catalunya transibèrica », Les terres de Lleida en la geografia, en l’economia i en la cultura catalana, Barcelone, Centre Comarcal Lleidatà de Barcelona – Editorial Pórtico, 1971, p. 243.

102 Ledesma Ramos M.-L., Cortes de Caspe y Alcañiz y Zaragoza, 1371-1372, Valence, Anubar, 1975, p. 163.

103 Sans Travé J.-M. (dir.), Cort general de Montsó 1382-1384, Barcelone, Departament de Justícia de la Generalitat de Catalunya, 1992, p. 201-202.

104 Montagut i Estragués T. de, Les institucions fiscalitzadores de la Generalitat de Catalunya (Des dels seus orígens fins a la reforma de 1413), Barcelone, Síndicatura de Comptes de Catalunya, 1996, p. 102-103.

105 Sabaté F., « Corona de Aragón », art. cité, p. 449-450.

106 Sánchez Martínez M., El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic-Gérone, Eumo Editorial – Universitat de Girona, 1995, p. 129-144.

107 Sesma Muñoz J. A., « La fijación de fronteras económicas entre los estados de la Corona de Aragón », Aragón en la Edad Media, vol. 5, 1983, p. 141-165.

108 Duran i Grau E., Sobre la mitificació dels orígens històrics nacionals catalans, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1991, p. 14-15.

109 Ubieto Arteta A., Leyendas para una historia paralela del aragonés medieval, Saragosse, Institución “Fernando el Católico”, 1998, p. 337.

110 Giesey R. A., If not, not. The oath of the aragonese and the legendary laws of Sobrarbe, Princeton, Princeton University Press, 1968, p. 70-74.

111 Casas Torres J. M., « Lérida vista desde Aragón », Les terres de Lleida, op. cit., p. 298-299.

112 López i Palomeque F. et Majoral Moliné R., La Vall d’Aran. Medi físic i transformació econòmica, Barcelone, Caixa d’Estalvis de Catalunya, 1982, p. 2.

113 Higounet C., Le comté de Comminges des origines à son annexion à la Couronne, Saint-Gaudens, L’Adret, 1984, p. 4-5 et 35-37.

114 Valls i Taberner F., « Els orígens dels comtats de Pallars i de Ribagorça », Estudis Universitaris Catalans, 9, 1913-1916, p. 22.

115 D’Abadal i de Vinyals R., Els comtats de Pallars i Ribagorça, vol. 1, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 1955, p. 17.

116 Galtier Martí F., Ribagorza, op. cit., p. 196-198.

117 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, Barcelone, Promociones y Publicaciones Universitarias, 1987, p. ix ; Liber Feudorum Maior, F. Miquel Rosell (éd.), vol. 1, Barcelone, CSIC, 1945, p. 131.

118 Durán Gudiol A., Ramiro I de Aragón, Saragosse, Ibercaja, 1993, p. 33-37.

119 Pladevall A., « L’etapa comtal », Catalunya Romànica, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, vol. 13, p. 318.

120 Laliena Corbera C., La formación del Estado feudal, op. cit., p. 203-205.

121 Martínez Teixidó L., Les famílies nobles del Pallars en els segles XI i XII, Lleida, Pagès editors, 1991, p. 27-29.

122 Lacarra J.-M., Alfonso el Batallador, Saragosse, Guara, 1978, p. 31-32.

123 Le futur comte Artaud III de Pallars Sobirà dut être racheté de sa captivité en échange d’une somme élevée versée à la ville musulmane de Saragosse en 1111, ce que Puig i Ferreté interprète comme une conséquence de la participation des habitants du Pallars aux côtés du comte de Barcelone à la suite des agressions Almoravides (Puig i Ferreté I. M., « El comte Artau III del Pallars Sobirà presoner a la ciutat de Saragossa [1111]. Notes sobre la datació de documents pels anys dels reis de França Felip I [1060-1109] i Lluís VI el Gros [1108-1137] a Catalunya », Jaime I y su época. X Congreso de Historia de la Corona de Aragón, vol. 4 : Comunicaciones, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1980, p. 471-478). Cependant, la chronologie incline à rattacher cette captivité aux campagnes entreprises par le roi d’Aragon en 1110 contre Saragosse (Lema Pueyo J. Á., Instituciones políticas, op. cit., p. 258). Parallèlement, Artaud III, déjà comte, fera par la suite partie de l’entourage du roi d’Aragon Alphonse le Batailleur (Id., Alfonso I el Batallador, rey de Aragón y Pamplona [1104-1134], Gijón, Ediciones Trea, 2008, p. 242).

124 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 38.

125 Lema Pueyo J. Á., Alfonso I el Batallador, op. cit., p. 240-241.

126 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 44-45.

127 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 206.

128 Boix Sin B., Artiés, una vila aranesa a l’antic règim, Lleida, Universitat de Lleida, 2007, p. 74.

129 AGA CG Privilegis, 1.

130 AGA CG Privilegis, 2.

131 « Fou Alfons el Cast qui estengué un document de protecció que assegurava una autonomia als homes de la Vall, però foren aquests els qui anaren a recaptar-lo, cansats, segurament de les diferents apetències que tenien sobre la Vall diversos senyors de la Gascunya-Llenguadoc i també dels comtes de Ribagorça i Pallars i del perjudici que els comportava passar d’un senyor a l’altre » (Pladevall A., « L’etapa comtal », op. cit., p. 318).

132 Reglà Campistol J., « El valle de Arán y la expansión ultrapirenaica de la Corona de Aragón », Ilerda, vol. 10-11 (1949), p. 40.

133 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 73-74.

134 Macé L. « Viator rex. Sur les pas de Pierre II d’Aragon », e-Spania, 8, décembre 2009, http://e-spania.revues.org/18649.

135 Benito i Monclús P., Sendra i Beltran P. et Vela i Aulesa C., « Corpus documental », M. T. Ferrer i Mallol et M. Riu i Riu (dir.), Tractats i negociacions diplomàtiques, op. cit., p. 377-378 et 435.

136 Miret i Sans J., La expansión y dominación catalana en los pueblos de la Galia meridional, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 1900, p. 47-48.

137 Lizop R., Histoire de deux cités gallo-romaines : les Convenae et les Consoranni, Toulouse, Privat, 1931, p. 215-269.

138 Rico C., Pyrénées romaines. Essai sur un pays de frontière (IIIe siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, 1997, p. 139-142.

139 Sabaté F., Història de Lleida, op. cit., p. 339-340.

140 ACL, parchemins, tiroir 3, L-235 ; tiroir 110, no 2172 ; tiroir 8, L-582 ; tiroir 120, chemise 2, no 2836 ; tiroir 22, L-1468 ; tiroir 189, chemise 1, parchemin 5.

141 Boix J. et Aran J., « Aspectes socio-econòmics », Catalunya Romànica, vol. 13, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1987, p. 331.

142 Ventura Subirats J., « El catarismo en Cataluña », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, vol. 28, 1959-1960, p. 78-79 ; Id., « La valdesía de Cataluña », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, vol. 29, 1961-1962, p. 290.

143 Gascón Chopo C., « Un bisbe càtar a la Vall d’Aran », El Món medieval, no 12, 2010, p. 87-98.

144 Id., « La carta de Niquinta y la “Ecclesia Aranensis” : una reflexión sobre los orígenes del catarismo en Cataluña », Espacio, Tiempo y Forma. Serie III. Historia Medieval, vol. 21, 2008, p. 151-155.

145 Id., « Sur la présence cathare en Val d’Aran », A. Brenon (dir.), 1209-2009, cathares : une histoire à pacifier ?, Portet-sur-Garonne, Nouvelles éditions Loubatières, 2010, p. 85-88.

146 Reglà Campistol J., Francia, la Corona de Aragón, op. cit., vol. 1, p. 45.

147 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 106-107.

148 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. xiv.

149 Huici Miranda A., Colección diplomática de Jaime I, el Conquistador, años 1217-1253, vol. 1, Valence, Hijos de Vives, 1916, p. 530.

150 ACA C 42, f° 206 vº.

151 Sabaté F., « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », F. Foronda, J.-P. Genet et J.-M. Nieto Soria (éd.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 484-498.

152 Lauer P., « Une enquête au sujet de la frontière française dans le val d’Aran sous Philippe le Bel », Comité des travaux historiques et scientifiques. Bulletin de la Section de Géographie, vol. 35, 1920, p. 27.

153 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 163-166.

154 Valls Taberner, F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 9.

155 Sabaté F., « Jaume II i la demarcació i la delimitació de la Corona d’Aragó », À. Casals (dir.), Les fronteres catalanes i el Tractat dels Pirineus, Cabrera de Mar, Galerada, 2009, p. 75.

156 Marcos Hierro E., Almogàvers. La història, Barcelone, L’Esfera dels llibres, 2005, p. 309-310.

157 Riera Melis A., « Del tractat d’Argelers al de Poissy. El regne de Mallorca entre la corona catalanoaragonesa i França (1298-1313) », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, vol. 29, 2008, p. 323-324.

158 Pasquier F., « Cession définitive du Val d’Aran à l’Aragon, par Philippe le Bel. Étude d’après des documents inédits », Revue de Comminges, vol. 7, 1892, p. 101-104.

159 ACA C 234, f° 13 v°.

160 ACA C 287, f° 219 v°.

161 AGA CG Privilegis, 1.

162 ACA C 506, f° 8 v°-53 r° ; 949, f° 5 r°-17 v° ; 966, fa40 v°, Varia 32, f° 2 r°.

163 ACA C 2222, f° 126 v°-127 r°.

164 Reglá, J., « El valle de Arán en la Edad Media. Contribución al estudio de su organización eclesiástica », Analecta Sacra Tarraconensia, vol. 21, 1948, p. 39-40.

165 Sabaté F., « L’Església secular catalana al segle XIV : la conflictiva relació social », Anuario de Estudios Medievales, vol. 28, 1998, p. 757-788.

166 Viader R., « L’irrationnelle possession des églises d’Andorre (XIe-XIIIe siècles) », P. Sénac (éd.), Histoire et archéologie, op. cit., p. 120-121.

167 Id., L’Andorre du IXe au XIVe siècle, Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, p. 186-187.

168 Lladonosa Pujol J., Invasions i intents d’integració de la Vall d’Aran a França, Barcelone, Rafael Dalmau, 1967, p. 24.

169 Moliné E., « Organitzacions eclesiàstiques autònomes al Pirineu català durant l’antic règim : les valls d’Àneu, de Boí i d’Aran », Urgellia, vol. 6, 1983, p. 419.

170 Brunet S., Les prêtres de montagne. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime, Aspet, PyréGraph, 2001, p. 86-88.

171 Gascón Chopo B., « La carta de Niquinta », art. cité, p. 154.

172 ADG, Ajuntament de Betren, 1 (609).

173 ADG, Ajuntament de Berén, 2 (606).

174 ACN, Fons municipal de Balaguer. Vall d’Aran, parchemin 1.

175 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 141.

176 ACA C 1912, f° 174 vº.

177 AGA CG Privilegis, 30.

178 AGA CG Privilegis, 31.

179 Sabaté F., « Les factions dans la vie urbaine de la Catalogne du XIVe siècle », P. Sénac (éd.), Histoire et archéologie, op. cit., p. 339-365.

180 AGA CG Privilegis, 13.

181 Valls i Taberner, F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 71-74 et 91-92.

182 Lalinde J., « La “purga de taula” », Homenaje a Jaime Vicens Vives, vol. 1, Barcelone, Universidad de Barcelona, 1965, p. 499-523.

183 ACA C 953, f° 71 r°-v°.

184 AGA CG Privilegis, 12, 17.

185 AGA CG Privilegis, 2.

186 Valls i Taberner F., Privilegis i Ordinacions de la Vall d’Aran, op. cit., p. 95 et 112-122.

187 ACA C 2029, f° 160 r°.

188 Sabaté F., « Companyies estranyes d’armes qui eren entrades en lo Principat », (Catalogne, seconde moitié du XIVe siècle), sous presse.

189 AGA CG Privilegis, 13.

190 AGA CG Privilegis, 85.

191 ACA C, 1913, f° 75 r°.

192 ACA C, 2218, f° 153 r°.

193 ACA C, 2220, f° 58 r°.

194 ACA C, 363, f° 36 r° ; 370, f° 107 r°-v°.

195 ACA C, 955, f° 8 r°-v°.

196 Mateu y Llopis F., « Para el estudio del monedaje en Aragón, Tortosa y Lérida en el siglo XIV », Martínez Ferrando archivero. Miscelánea de estudios dedicados a su memoria, Madrid, Asociación Nacional de Bibliotecarios, Archiveros y Arqueólogos, 1968, p. 321.

197 AGA, Ajuntament de Betrén, pergamí 1 (609).

198 AGA, Ajuntament Betrén, pergamí 1 (609), 2 (606).

199 AGA CG Privilegis, 6.

200 ACA C, 1912, f° 174 v°.

201 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 494.

202 ACA C, 2222, f° 45 r°.

203 ACA C, 1913, f° 7 r°, 19 r°.

204 ADG, Ajuntament de Betrén, 2 (606).

205 ADG, Ajuntament de Betrén, 1 (609)

206 « La Vall d’Aran ha estat tradicionalmente, com la resta de les contrades del Pirineu, una comarca eminentment ramadera » (Pabán Pedarrós M., « Una ramaderia entre fronteres : la Vall d’Aran [1850-1936] », Estudis d’Història Agrària, vol. 14, 2000-2001, p. 197).

207 Gómez Ferrer M.-P., Drets e privilègis dera Val d’Aran, Viella, Archiu Generau d’Aran, 2007, p. 21.

208 AGA CG Privilegis 49.

209 Gómez Ferrer M.-P., Drets e privilègis dera Val d’Aran, op. cit., p. 22.

210 Pasquier F, « Renouvellement d’un traité de lies et passeries pour le Val d’Aran et le comté de Comminges en 1390 », Revue de Comminges, vol. 37, 1923, p. 76-81.

211 Sapène B., « Les lies et passeries frontalières mal appliquées au XVIIIe siècle, sous Louis XV, dans la haute vallée de la Garonne », Revue de Comminges, vol. 71, 1958, p. 56-73.

212 Camiade Boyer M., « Els tractats de bon veïnatge i drets entre les Valls d’Andorra i les comunitats pastorals veïnes », Estudis d’Història Agrària, vol. 14, 2000, p. 124.

213 Lafourcade M., « La frontière franco-espagnole, lieu de conflits interétatiques et de collaboration interrégionale », M. Lafourcade (éd.), La frontière franco-espagnole, lieu de conflits interétatiques et de collaboration interrégionale, Bayonne/Bordeaux, Centre d’études basques de l’université de Pau et des Pays de l’Adour/Presses universitaires de Bordeaux, 1998, p. 10-15.

214 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos del Archivo General de la Corona de Aragón, vol. 2, Barcelone, D. José Eusebio Monfort, 1847, p. 9.

215 ACA C, 2221, f° 69 v°-70 r°.

216 Schnerb B., Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre 1407-1435, Paris, Perrin, 2001, p. 103-161

217 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 573-576

218 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos, op. cit., vol. 2, p. 117.

219 Ibid.

220 Sabaté F., « Perquè hi va haver un Compromís de Casp ? », R. Bellveser (coord.), Els valencians en el Compromís de casp i en el Cisma d’Occident, Valence, Institució Alfons el Magnànim, 2013, p. 45-119.

221 Bofarull y Mascaró P. de, Colección de documentos inéditos, op. cit., vol. 2., p. 19-25, 39-40 et 458-460.

222 Riera Melis A., « L’aparició de la draperia urbana als Pirineus orientals », Annals de la Primera Universitat d’estiu (Andorra 82), Andorre, Conselleria d’Educació i Cultura, 1983, p. 168-170.

223 Bigwood, G., « La politique de la laine en France sous les règnes de Philippe le Bel et de ses fils (1re partie) », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, vol. 15, 1936, p. 82-83.

224 Riera Melis A., « Del tractat d’Argelers al de Poissy », art. cité, p. 308-325.

225 Black A., El pensamiento político en Europa, op. cit., p. 211-286.

226 Boureau A., La religion de l’État. La construction de la République étatique dans le discours théologique de l’Occident médiéval (1250-1350), Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 260-265.

227 Mertens D., Il pensiero politico medievale, Bologne, il Mulino, 1999, p. 126-129.

228 AGA CG Privilegis, 6.

229 Allinne J.-P., « Frontière négociée, frontière disputée. Une représentation coutumière des conflits frontaliers dans les Pyrénées sous l’Ancien Régime », M. Lafourcade (éd.), La frontière franco-espagnole, op. cit., p. 33-48.

230 ACN, Fons municipal de Balaguer. Vall d’Aran, parchemin 3.

231 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 52 et 356-357.

232 De Montoya J., Vademecum Aranense. Antologia de tèxtes en aranès, gascon des nautes sorces dera Garona : sègles XII-XX, Viella, Conselh Generau d’Aran, 1999, p. 180-181.

233 Huici Miranda A. et Cabanes Pecourt M.-D., Documentos de Jaime I de Aragón, vol. 4, Saragosse, Anubar, 1982, p. 91-99.

234 Ponsich P., « Le Comté de Razès, des temps Carolingiens au Traité de Corbeil (759-1258) », Études Roussillonnaises, vol. 9, 1989, p. 40-51.

235 Constant A., « Entre Elne et Gérone : essor des chapitres et stratégies vicomtales (IXe-XIe siècles) », H. Débax (éd.), Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, p. 179-180.

236 Blasi Solsona J., Els oblidats comtes de Cerdanya (798-1117), Sant Vicenç de Castellet, El Farell, 1999, p. 238-239.

237 Sobrequés Vidal S., Els Grans Comtes de Barcelona, Barcelone, Editorial Vicens-Vives, 1980, p. 148.

238 Benito P., Sendra P. et Vela C, « Corpus documental », art. cité, p. 377-378 et 435.

239 Puig C., « Inquisition et hérésie en Roussillon au XIIIe siècle », Études roussillonnaises, vol. 16, 1998, p. 46-47.

240 Catafau A., « Les territoires des Comtés au temps de Jaume Ier d’Aragon le Conquérant », M.-T. Ferrer (dir.), Jaume I. Commemoració del viii centenari, op. cit., vol. 1, p. 74.

241 Bayrou L., « Essai de datation du château de Quéribus », Études roussillonnaises, vol. 16, 1998, p. 38-40.

242 « À Corbeil, Jacques Ier renonçait à un ensemble de territoires catalans effectifs : ceux du Fenouillèdes et du Perapertusés, avec la cession des châteaux frontières de Puylaurens, Fenouillet, Castel-fisel, Peyrepertuse et Quéribus. Or, cela impliquait que la frontière des territoires proprement catalans reculât dans cette zone jusqu’aux limites du Conflent » (Claramunt S., « Le traité de Corbeil [1258], fin de l’expansion vers le nord », Paris et Île-de-France. Mémoires, vol. 60, 2009, p. 377).

243 Cazes J.-P., Maso D. et Portet N., « Les conséquences de la croisade sur les forteresses seigneuriales, l’apport de l’archéologie : Termes, Fenouillet, Montaillou », M. Roquebert et M.-P. Gimenez (dir.), La Croisade Albigeoise. Actes du colloque du Centre d’Études Cathares (Carcassonne, 4-6 octobre 2002), Carcassonne, Centre d’études Cathares, 2004, p. 374.

244 Alessandri P. et Bayrou L., « Sur quelques fortifications de la frontière de 1258 », P. Sénac (dir.), Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Âge, Perpignan, université de Perpignan, 1992, p. 151-179.

245 Ponsich P., « El vescomtat de la Fenolleda », A. Pladevall (dir.), Catalunya Romànica, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, 1996, vol. 25, p. 290.

246 Delaunay J.-M., « L’histoire d’une frontière ancienne », Paris et Île-de-France. Mémoires, vol. 60, 2009, p. 381.

247 Guilleré C., « Le traité de Corbeil (11 mai 1258) », Paris et Île de France. Mémoires, vol. 60, 2009, p. 33. On peut ajouter que le « Château Musée de Préhistoire de Bélesta » conserve « une des bornes qui matérialisaient la frontière entre les royaumes de France et Aragon ».

248 Guilleré C., « Le traité de Corbeil (11 mai 1258) », op. cit., p. 334-340.

249 Guiter H., « La llengua del Fenollet abans del tractat de Corbeil », Boletín de Dialectología Española, vol. 52/2, 1972, p. 101-108 (repris dans G. Moinier et R. Lassalle [éd.], Actes du 5e Congrès international de langue et littérature d’Oc et d’études franco-provençales [Nice, 6-12 septembre 1967], Nice, Publications de la faculté des Lettres et sciences humaines de Nice, 1974, p. 31-39).

250 ADPO 1B-148, f° 1 r°.

251 ADPO 1B-357, f° 125 r°.

252 Catafau A., « La “villa Perpiniani” : son territoire et ses limites (Xe-XIIIe siècles) », Assier Andrieu L. et Sala R. (dir.), La ville et les pouvoirs. Actes du colloque du huitième centenaire de la charte de Perpignan, 23-25 octobre 1997, Perpignan, université de Perpignan – Institut Català de Recerques en Ciències Socials, 2000, p. 56-57.

253 Daileader P., De vrais citoyens. Violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Perpignan 1162-1397, Canet, Trabucaire, 2004, p. 27-220.

254 Riera A., « Perpiñán, 1025-1285. Crecimiento económico, diversificación social y expansión urbana », D. Abulafia et B. Garí (dir.), En las costas del Mediterráneo Occidental. Las ciudades de la Península Ibérica y del reino de Mallorca y el comercio mediterráneo en la Edad Media, Barcelone, Omega, 1997, p. 15-61.

255 Sabaté F., « Perpinyà, capital baix medieval dels comtats de Rosselló i Cerdanya », L. Assier Andrieu et R. Sala (dir.), La ville et les pouvoirs, op. cit., p. 157-200.

256 Riera i Melis A., « La desvinculació d’Occitània de la corona catalanoaragonesa (1208-1349) », Casals À. (dir.), Les fronteres catalanes, op. cit., p. 62.

257 Id., « El comerç d’articles agropecuaris entre Catalunya i els districtes pirenencs del regne de Mallorca durant la primera meitat del segle XIV », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, vol. 29, 2005, p. 373-374.

258 ADPO 1B 148, f° 1 r°-2 r°.

259 Verdon L., « Les revenus de la commanderie templière du Mas Déu (Roussillon) d’après le terrier de 1264 », Annales du Midi, vol. 107, 1995, p. 167-193.

260 ADPO 1B-120, f° 30 v°-31 r°.

261 Alart B.-J., Documents sur la langue catalane des anciens comtés de Roussillon et de Cerdagne, Paris, Maisonneuve et Cie, 1881, p. 196.

262 ACA MR, 1527, f° 305 r°.

263 ACA MR, 1524, f° 342 r°.

264 Sabaté F., « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle XIV », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, vol. 6, 1995, p. 153-159.

265 ACA MR, 1524, f° 354 r°.

266 Sabaté F., « Gran, Merlí, Amadís, Faisà i altres cans », J. Mutgé i Vives, R. Salicrú i Lluch et C. Vela i Aulesa (dir.), La Corona catalanoaragoesa, l’Islam i el món mediterrani. Estudis d’història medieval en homenatge a la doctora Maria Teresa Ferrer i Mallol, Barcelone, CSIC, 2013, p. 626.

267 ACA MR 1524, f° 351 v°.

268 ACA MR 1522, f° 337 r°-338 r°.

269 Sabaté F., « Companyies estranyes d’armes qui eren entrades en lo Principat » (Catalogne, seconde moitié du XIVe siècle), sous presse.

270 Fowler K., Medieval mercenaries, vol. 1: The great companies, Oxford/Malden (Mass.), Blackwell Publishers, 2001, p. 70-72.

271 Gubern R., Epistolari de Pere III, Barcelone, Editorial Barcino, 1955, p. 171-172.

272 ADPO 1B-357, f° 125 r°.

273 Becat, J., « Una comarca original », Gran geografía Comarcal de Catalunya, vol. 14, Barcelone, Fundació Enciclopèdia Catalana, 1985, p. 438 ; Pladevall A., « La historia », ibid., p. 451-452.

274 Lauer P., « Une enquête au sujet de la frontière française », art. cité, p. 28-29.

275 Gautier-Dalché P., « Représentations géographiques savantes, constructions et pratiques de l’espace », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations. XXXVIIe Congrès de la SHMESP (Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 20-23.

276 Gonzalvo i Bou G., Sant Oleguer (1060-1137). Església i poder a la Catalunya naixent, Barcelone, Rafael Dalmau, 1998, p. 31-37.

277 AGA CG Acords, 88, 90.

278 Regla Campistol J., « El valle de Arán en la Edad Media », art. cité, p. 35.

279 Sabaté, F. « La construcción ideológica del nacimiento unitario de Cataluña », M. I. del Val Valdivieso et P. Martínez Sopena (dir.) [avec la collaboration de D. Pelaz Flores], Castilla y el mundo feudal. Homenaje al Profesor Julio Valdeón, vol. 1, Valladolid, Junta de Castilla y León et Universidad de Valladolid, 2009, p. 100-106.

280 Higounet C., Le comté de Comminges, op. cit., p. 500-502.

281 AGA, Privilegis, 6.

282 Batlle C., « La ideología de la “Busca”. La crisis municipal de Barcelona en el siglo XV », Estudios de Historia Moderna, vol. 5, 1955, p. 193.

283 Sabaté F., « Els referents històrics de la societat : identitat i memòria », F. Sabaté (dir.), L’edat Mitjana. Món real i espai imaginat, Barcelone/Catarroja, Afers, 2012, p. 15-16.

284 Id., « “Amar la nostra nació” », A. Cioppi (dir.), Sardegna e Catalogna, “officinae” di identità. Riflessioni storiografiche e prospettive di ricerca, Cagliari, Consiglo Nazionale delle ricerche – Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea, 2013, p. 17-37.

285 Haan B., « L’affirmation d’un sentiment national espagnol face à la France du début des guerres de Religion », A. Tallon (dir.), Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux XVIe et XVIIe siècles, Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 51-55, p. 75-85.

286 Ladero Quesada M.-Á., « Sobre la evolución de las fronteras medievales hispánicas (siglos XI a XIV) », C. de Ayala Martínez, P. Buresi et P. Josserand (dir.), Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), Madrid, Casa de Velázquez, 2001, p. 48-49.

287 Poujade P. « Cap a la frontera política als Pirineus : Occitània i Catalunya (1258-1815) », J. Sobrequès (dir.), Càtars i trobadors. Occitània i Catalunya : renaixença i futur, Barcelone, Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura, 2003, p. 146-150.

288 En 1583 le seigneur d’Orlu (dans le comté de Foix) envoie deux hommes encaisser une dette à Puigcerdà, dans le comté de Cerdagne, mais, en terre cerdane, ils sont attaqués par des membres d’un parti contraire. Cela montre le mélange habituel entre affaires et solidarités des deux côtés de la frontière. Après ces faits, c’est le comte de Foix qui réclame justice. Il s’adresse au lieutenant et capitaine général du roi d’Espagne à Barcelone, et celui-ci lui répond positivement, en invoquant la fidélité au roi et la bonne relation entre les gens des deux côtés de la frontière : « convé al servey de sa magestat la conservació de la pau y concòrdia entre estos dos Regnes y més en les parts tant vehines y confederades e antigues de molt temps ensà » (ADPO 1B-375, f° 236 r°).

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’université de Lleida, chercheur à l’ICREA (équivalent catalan de l’Institut universitaire de France) et docteur honoris causa de l’Universidad Nacional de Cuyo (Argentine). Parmi ses livres sur l’espace et la société médiévale, on peut citer El territori de la Catalunya Medieval (R. Dalmau, 1997), La feudalización de la sociedad catalana (Universidad de Granada, 2007) et Fin del Mundo y Nuevo Mundo (Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540