Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines idéologiques de la Révolution

 | 
Roger Dupuy

Les Imitations de la Sentinelle

N° I. La Sentinelle de la Noblesse par un Plébéïen qui se fait gloire de l’être

Texte intégral

Si l’on voit une poignée de personnes et de riches, au faîte des grandeurs et de la fortune, tandis que la foule rampe dans l’obscurité et dans la misere, c’est que les premiers n’estiment les choses dont ils jouissent qu’autant que les autres en sont privés, et que sans changer d’état, ils cesseraient d’être heureux, si le peuple cessait d’être misérable...
J. J. Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes.

A DÉMOPHILOPOLIS

A la Noblesse Bretonne

1Mes Chers Camarades,

2EN vérité ces Plébéiens n’entendent point raison : c’est en vain que dans un écrit moëlleux et rempli du pathétique le plus affectueux, nous avons daigné oublier un instant qui nous sommes, pour leur inspirer des sentimens de paix ; au lieu de se rendre à nos tendres invitations, il semble qu’elles ne font que les animer davantage à la poursuite de leurs prétentions exorbitantes. Ils continuent toujours à répandre leurs écrits avec profusion ; ils ne cessent d’y faire valoir les droits imprescriptibles de l’homme, dans quelque classe de la Société que la nature l’ait placé ; ils prétendent prouver que ces droits ont été violés jusqu’à présent, et le sont encore à l’égard du peuple qui supporte à la fois deux fardeaux, celui des impositions excessives, et un autre plus accablant encore, celui du mépris.

3Voilà, disent ces Plébéiens audacieux, des injustices révoltantes contre lesquelles nous ne cesserons de réclamer.

4La Sentinelle qu’ils ont établie, continue de faire son office avec la plus exacte vigilance. Non-contente de griffonner de misérables pamphlets, elle se répand dans les différens Comités Roturiers, pour fournir aux Auteurs des matériaux contre la Noblesse. Vous en avez été instruits, chers Camarades ; vous vous êtes assemblés ; et malgré votre répugnance à imiter un Ordre aussi vil que le Tiers, vous avez arrêté par délibération verbale, que vous auriez aussi de votre côté une Sentinelle.

5C’est sur moi que vous avez bien voulu jetter les yeux pour remplir un poste aussi honorable. Je suis bien aise de vous rappeller à quelle condition je vous ai exposé sans déguisement qui j’étais.

6Au moment où j’écris, j’ai cent-deux ans sept mois et cinq jours de Noblesse. Le premier de mes ayeux connus était frippier ; son fils devint marchand d’étoffes. Le petit-fils parvint au grade de négociant ; c’était un homme d’un vrai mérite et à grandes spéculations. Il fit fortune, acheta des lettres de Noblesse, et voilà pourquoi et comment on me voit figurer aujourd’hui dans votre Corps Illustrissime. Monsieur *** et moi nous portons le même nom. Il a des Titres qui vont se perdre dans l’origine de la Constitution Bretonne... Il m a promis... Vous m’entendez... Et après cela, je serai Gentilhomme d’ancienne extraction. Je suis encore un peu modéré avec le Tiers ; mais quand une fois je serai aggrégé à cette famille distinguée, alors je ne garderai plus de mesures : je dirai, en parlant des Plébéiens, ces gens-là, ces drôles-là, ces manans-là ; quelquefois, pour donner plus de grace à mon style, je les menacerai de les jetter par les fenêtres ; je ne manquerai pas de leur rappeller qu’ils ont été autrefois nos serfs ; enfin j’affecterai tous les tons de hauteur et de mépris qui caractérisent essentiellement ceux de notre Ordre : mais sur-tout, mes chers Amis, faites ressouvenir Monsieur *** de la parole d’honneur qu’il m’a donnée ; c’est la condition sous laquelle j’ai accepté la fonction importante de Sentinelle de la Noblesse. Vous allez juger si je m’en suis bien acquitté.

7Inconnu à Rennes, ayant d’ailleurs un air assez commun, d’un nom assez peu illustre, il m’a été plus facile qu’à tout autre, de parvenir au but que nous nous proposons. J’ai donc déclaré tout nettement que j’étais Bourgeois, et qui pis est, un des plus ardens zélateurs du Tiers : à la faveur de cette feinte, j’ai trouvé accès dans différentes sociétés de la Roture. Mais il en est une sur-tout que j’ai fréquentée plus assiduement, parce qu’elle m’a paru réunir les gens d’élite du Tiers.

8Un soir, c’était, si je m’en souviens bien, le 5 Décembre de la présente année 1778, je me présentai chez Monsieur ***, Roturier distingué de cette Ville ; j’y trouvai un Bourgeois de Paris, un bel esprit Roturier, un politique aussi Roturier, et plusieurs autres Roturiers. La conversation commença : ce fut le Bourgeois de Paris qui débuta...

Le Bourgeois de Paris

9J’arrive de Paris. Les nouvelles, à mon départ, étaient très-favorables pour le Tiers ; on assurait qu’il obtiendrait enfin d’être représenté convenablement aux Etats-Généraux.

10Malgré les puissantes cabales qui se font à la Cour, le Roi, les Princes ses freres, et le Ministre humain et philosophe, que la France a eu le bonheur de recouvrer, montrent toujours la plus grande fermeté pour le bien. Le bonheur du Peuple est l’objet de tous leurs vœux et de tous leurs travaux ; Monsieur, Frere du Roi, a dit que jusqu’à présent il avait été regardé comme le premier Gentilhomme du Royaume de France ; mais que désormais il ne voulait plus en être que le premier Citoyen.

Le Maitre de la Maison

11Il serait à désirer que nos Gentilshommes Bretons entrassent dans des vues aussi nobles et aussi bienfaisantes. La source de la division qui existe entre nous, serait bientôt tarie ; mais il ne faut pas espérer que cela arrive ; le plus grand nombre d’entr’eux a des idées trop petites et trop rétrécies, pour jamais s’élever à ce dégré de hauteur nécessaire pour appercevoir dans son vrai point de vue la Noblesse, qui, selon eux, consiste à avoir dans leurs Archives quelques vieux Titres à payer moins que le peuple, et sur-tout à n’être point confondue avec lui.

Le Bourgeois de Paris

12Vos Gentilshommes sont donc ici d’une trempe bien singuliere ? Il paraît que vous leur laissez jouer un fort grand rôle dans votre Province. A Paris on n’entend parler que du Roi, des Princes, de quelques Grands de la Cour, des Ministres et des Gens à talens dans toute espece de professions ; mais de Gentilhomme, il n’en est jamais question ; c’est un être absolument confondu dans la foule, à moins que son mérite personnel ne l’en fasse sortir.

Le Bel Esprit

13Il en est ici tout autrement. Un Noble, en Bretagne, par sa seule qualité de Noble, est tout ; un Roturier n’est rien : ces Messieurs sont élevés sur le sommet de la montagne, le reste des Citoyens rampe obscurément dans la vallée. Les Nobles occupent toutes les places importantes dans la Magistrature et dans le Militaire ; plusieurs d’entr’eux se vouent à la vie champêtre, et exercent sur leurs vassaux un empire despotique : mais le vrai théâtre où la Noblesse de Bretagne brille dans tout son lustre, c’est l’Assemblée des Etats ; l’Eglise et le Tiers y viennent par Députés : au contraire, tout Noble âgé de 25 ans a le droit d’y assister personnellement, et d’y donner sa voix. Ce sont les Nobles qui font presque toujours la loi. Les honneurs, les pensions, les gratifications sont pour eux, les charges et les humiliations pour le Tiers.

14Cependant, quelque illustre que soit le corps de la Noblesse en Bretagne, tous les individus ne jouissent pas entr’eux du même degré de considération. On distingue trois especes de Gentilshommes, les Carossiers, les Cavaliers, et ce sont ceux qui n’ont que le moyen d’aller à cheval ; et les Fantassins, ou Epées de Fer. Les deux dernieres Classes sont ordinairement jalouses de la premiere ; ce qui cause assez souvent de la division ; mais s’agit-il de se mesurer avec le Tiers, l’intérêt commun les rapproche ; et ils débitent avec emphase à qui veut les entendre, qu’entre le dernier Gentilhomme de Bretagne et le Roi, il n’y a de différence que la Couronne, et qu’entre ce même Gentilhomme, Epée de Fer, homme rustique et sauvage, la plupart du tems, et le Citoyen du Tiers-Etat le plus distingué par son génie et par ses talens sublimes, il y a plus de distance qu’entre le chêne superbe qui menace les Cieux, et l’humble violette qui se cache sous le gazon. Tel est le systême fondamental de nos Gentilshommes Bretons.

La Sentinelle de la Noblesse

15Je ne suis pas plus partisan que vous, Monsieur, de la Noblesse ; j’avoue quelle a une morgue et une hauteur insupportable ; mais convenez avec moi que quand il s’agit de patriotisme, elle se montre avec bien de l’avantage. Qui est-ce qui vient de sauver la France et la Bretagne des funestes ravages que le despotisme se préparait à y exercer ? N’est-ce pas la Noblesse Bretonne ?

Le Bel Esprit

16Comment, Monsieur, vous êtes Citoyen du Tiers-Etat, et vous tenez un pareil langage ? Il faut que vous ne soyez pas bien instruit des faits. Avez-vous donc la simplicité de croire que lorsqu’il a été question de combattre les opérations ministérielles, c’ait été l’amour de la patrie qui a dirigé la Noblesse ?

17L’intérêt et la vanité, Monsieur, voilà les deux puissans ressorts qui l’ont mise en action. Ce qui concernait l’administration de la Justice, dans les Edits du mois de Mai, touchait fort peu les Nobles ; d’ailleurs la plupart n’y comprenaient rien. Mais à travers le systême inconstitutionel des anciens Ministres, ils ont cru entrevoir un dessein formé de mettre plus d’égalité entre les différens Ordres de l’Etat ; leur ame fiere en a été révoltée, et leur imagination s’est exaltée. Dédaignant alors les secours qui leur étaient offerts par le Tiers, seuls ils ont voulu conjurer l’orage. Voilà aussitôt 12 Ambassadeurs du Duché de Bretagne, à Paris, à la Cour, et puis en prison.

18La religion du Monarque, surprise, a été éclairée ; les projets destructeurs des Ministres ont été renversés ; le sanctuaire de la Justice, profané par la violence, a reçu de nouveau dans son sein ses Ministres essentiels ; les nobles, le croira-t-on, s’attribuent exclusivement la gloire d’être les libérateurs de la Patrie ; ils ont assez peu de pudeur pour le dire dans toutes les sociétés, pour l’écrire, et pour imprimer que le Tiers est resté spectateur tranquille de tous les événemens... Dites, dites plutôt que c’est le Tiers qui vous a sauvés de la constitution Bretonne, avec vous.

19Illustres ingrats ! si l’ordre du Tiers n’avait pas fait une contenance aussi ferme et capable d’en imposer aux exécuteurs des ordres arbitraires ; s’il n’eût point paru à la députation de la Commission Intermédiaire, ni à celle qui fut faite par Evêchés ; si les Officiers de Justice eussent accepté des places, ou milité dans les nouveaux Tribunaux ; c’en était fait ; les anciens Ministres seraient encore sur le pinacle, nos respectables Magistrats dans leurs Châteaux, et les douze valeureux Champions de la Noblesse sous les verroux de la Bastille.

L’Abbé

20Je ne pense pas que la Noblesse de Bretagne se soit abusée, au point de vouloir persuader au Public, que le Tiers, dans la grande révolution du mois de Mai dernier, est resté dans l’inaction ; les propos et les écrits inconsidérés dont vous venez de parler, sont échappés à quelques cerveaux nobles, mal organisés, et il ne faut pas faire au corps de la Noblesse l’injure de les lui attribuer.

Le Bel Esprit

21Que vous êtes indulgent, Monsieur l’Abbé ! Je veux bien croire avec vous que tous les Nobles n’ont pas donné dans les excès d’un certain Preux, et de ses compagnons d’armes ; qu’ils n’ont pas été d’avis de courir sur cette Canaille roturiere, comme on court sur des bêtes fauves, en Forez. Mais rapportez vous-en à mot, l’Abbé ; j’ai bien étudié les Nobles ; ils sont tous à-peu-près fondus dans le même moule : esprit de domination, d’amour immodéré, des distinctions ; voilà les deux traits principaux qui les caractérisent. Parle-t-on de soulager le Peuple ? leur cœur se ferme à la pitié. S’il était moins misérable, peut-être deviendrait-il insolent, et nous perdrions notre empire sur lui. Qu’il continue donc à être écrasé d’impôts ; notre vanité est trop intéressée à perpétuer son malheur, pour que nous songions à nous prêter aux vues bienfaisantes du Gouvernement et de la partie éclairée de la Nation.

22Ces Nobles que vous voulez excuser, quels efforts ne font-ils pas encore pour n’avoir rien de commun avec les Plébéiens ? Il leur faut des sociétés à part, des chambres de lecture à part, des maisons d’éducation à part, des chapitres à part, des maisons religieuses à part, une capitation encore à part. Bientôt, à l’exemple des Nobles de Callicut, peuple grossier et imbécille, ils se feront précéder par un valet qui dira au peuple : rangez-vous, vieux roturiers, de peur que mon maître ne se souille en approchant trop près de vous.

23Convenez, l’Abbé, que dans toutes ces têtes-là, il n’y a pas un grain de philosophie.

L’Abbé

24Ah ! Monsieur, si vous parlez philosophie, c’est là mon fort : je vais encore renchérir sur vous la Noblesse, aux yeux du sage, n’est qu’une brillante chimere. Peu importe que le sang de César ou celui de Ménalque coule dans les veines d’un individu quelconque ? Constitution saine et robuste, talens, vertu, humanité, amour de la patrie ; voilà l’homme social dans sa perfection. La qualité de Noble, tire sa source du droit positif, et non du droit naturel. La Noblesse n’est donc qu’un préjugé national ; il a existé et il existe encore des Peuples entiers qui n’ont jamais eu la moindre notion de cette institution ; d’autres l’ont connue, mais n’y ont pas attaché une grande importance. Par exemple, chez les Egyptiens, lorsqu’on faisait l’oraison funebre d’un citoyen, jamais il n’était question de sa naissance ; on louait ses qualités personnelles ; le reste paraissait étranger à son éloge.

25Mais supposons pour un instant que le sang dont on est issu doive entrer pour quelque chose dans la Noblesse. Ne sommes-nous pas tous également Nobles ? Sans nous embarrasser dans l’examen de tant de vieux titres illisibles, où chacun voit, et que sa vanité puérile a intérêt d’y découvrir, ne remontons-nous pas tous à un même pere ; et ce pere commun ne sort-il pas des mains de la Divinité ? Quelle origine plus illustre ? Devant, en ma qualité d’Abbé, croire à la Genese, c’est là le point auquel je me fixe. Voilà, Monsieur, ma profession de foi sur la Noblesse.

Le Bel Esprit

26Et moi, Monsieur l’Abbé, sans croire à la Genese, je suis sur la question que nous agitons absolument de votre avis ; il n’existe pour moi ni Noble ni Roturier, tous sont égaux. Je ne distingue les hommes que par leurs qualités physiques et morales. Combinées d’une maniere dans tel individu, et combinées d’une autre maniere dans tel autre individu, tout ce qu’on a ajouté à ces qualités primitives, est factice. Quant à notre origine, elle est la même ; c’est une chaîne dont on ne peut appercevoir le premier anneau, et qui va se perdre dans la nuit des siecles.

La Sentinelle de la Noblesse

27Voilà assurément des principes bien lumineux : cependant, Monsieur, permettez-moi de vous observer qu’il existe une différence entre un citoyen qui prouve par des titres authentiques que depuis quatre cens ans, par exemple, ses ancêtres ont toujours été des personnages nobles et illustres ; et un autre citoyen qui ne fait pas la même preuve.

Le Bel Esprit

28Oui, Monsieur, il existe une différence politique, mais aucune différence réelle : celui qui, suivant le préjugé vulgaire, n’est pas assez heureux pour produire ce que vous appeliez des titres, se trouverait peut-être, s’il avait pu en conserver, issu de Rois et de Princes ; tandis que l’autre, en remontant au-delà des quatre cens ans que vous supposez le premier terme de la Noblesse, ne pourrait peut-être compter parmi ses ancêtres que des artisans et des gens du Peuple.

29Quand j’entends un Noble me vanter son ancienne extraction, je ne puis m’empêcher de sourire de pitié : Le pauvre homme, me dis-je en moi-même, prend la chose à contre-sens ; sa Noblesse est d’autant plus douteuse, qu’elle lui paraît plus reculée. Croit-il dire bonnement que dans la suite des siecles qu’il étale devant moi avec tant de faste, il ne se soit trouvé dans sa famille que des Lucreces ? Pense-t-il que les femmes de qualité n’aient pas des passions et des intrigues comme les autres femmes, et que les baldaguins dorés et les sophas précieux, des gens du grand ton ne soient pas témoins d’autant d’infidélités, que les modestes lits des simples Bourgeois ?

Le Politique

30La Noblesse du sang, dans l’état de nature, n’est rien, et tous les hommes sont égaux. Cela est clair : mais en politique ce n’est plus la même chose ; quoiqu’elle ne soit fondée que sur des probabilités, elle a pourtant une certaine existence. Les titres, quelqu’authentiques qu’ils soient, ne prouvent pas démonstrativement, qu’on descende de tous les ancêtres qui s’y trouvent référés. Mais pour lever tous les doutes, la loi a établi une présomption qui tient lieu de certitude. Un citoyen a des titres, il porte le nom de la famille, il a toujours été reconnu comme parent par ceux qui la composent. Voilà qui suffit ; fût-il descendu du Plébéien le plus abject, il est censé Noble : il faut donc argumenter ici, non sur des réalités, mais sur les présomptions admises par la loi ; cela posé, je vois de toute antiquité dans la monarchie Française un corps de Noblesse existant et plus distingué que le reste des citoyens qui n’ont pas les mêmes titres à présenter. Ceux-ci doivent donc à la Noblesse qui a sur eux la primauté, des égards et des déférences. Quant à la soumission, elle n’est due qu’aux Souverains, et à ceux qui se représentent Nobles ou Roturiers. Je conviendrai encore que la Noblesse étant le premier ordre du Royaume [car je fais abstraction du Clergé qui se confond dans les deux autres ordres] elle doit jouir de certains priviléges ; mais il faut que ces priviléges soient purement honorifiques, et ne soient jamais de nature à grever le Peuple ; d’où il est aisé de conclure que la demande d’une répartition égale d’impôts, formée aujourd’hui par le Tiers, ne doit souffrir aucune difficulté.

L’Abbé

31Elle en souffrira beaucoup en Bretagne, Monsieur : nos Gentilshommes ne sont point du tout disposés à imiter la conduite noble et désintéressée de la Noblesse Dauphinoise ; ils tiennent encore à de petits préjugés que l’on aura beaucoup de peine à déraciner. Payer comme le peuple ! cette idée est révoltante.

Le Bel Esprit

32Il est un moyen de satisfaire leur amour-propre, c’est de leur faire payer plus que le Peuple : alors ils ne seront plus au même niveau, et auront en outre la gloire d’être plus utiles à l’Etat ; c’est ce que de bons citoyens comme eux doivent ambitionner. Si ces Messieurs sont des demi-dieux sur la terre, il doit leur suffire que l’encens fume devant leurs autels. Que leur importent de misérables exemptions pécuniaires ? S’ils ne sont que des hommes, alors il faut que comme les autres hommes leurs concitoyens, ils supportent également le fardeau de l’Etat. Et comment établirez-vous, Monsieur, cette répartition égale ? J’y vois un grand embarras : il faut d’abord commencer par démontrer la machine des Etats, qui est mal organisée, et ensuite la remonter tout à neuf. Cette opération rencontrera bien des obstacles.

33Le politique avait déjà repris la parole pour nous exposer sa maniere de voir sur sa nouvelle composition des Etats de Bretagne, sur celle des Etats-Généraux, sur les griefs du Peuple, sur l’admission du Tiers dans le Parlement de Bretagne, etc. etc. Lorsque le Maître de la Maison demanda qu’on lût en comité deux petites Brochures qui paraissaient déja depuis quelque tems dans le Public ; la premiere ayant pour titre ; à mes Compatriotes ; la seconde, la véritable Sentinelle du Peuple ; elles furent lues avec beaucoup d’attention. Chacun ne manqua pas de faire des réflexions qui n’étaient pas à l’avantage de notre Ordre ; mais le Maître de la Maison fut celui qui me parut le plus ardent à s’emporter contre nous.

34Admirez un peu ces Nobles, s’écria-t-il, dans les petits Livrets qu’ils débitent ; ils font d’éternelles jérémiades sur les malheurs que peut entraîner la désunion des Ordres ; ils croyent toujours voir les anciens Ministres derriere la scene, diriger les événemens actuels ; ils vont jusqu’à pronostiquer la Gabelle en Bretagne ; tandis que le dessein du Roi est de l’abolir dans des tems plus heureux par tout le Royaume... Si nous persistons à lutter les uns contre les autres, le glaive du despotisme va s’armer contre nous et nous exterminer ; et ensuite prenant le ton doucereux, ils nous offrent l’olive de la paix... Mais prenez-y bien garde, toujours attachés à leur phantôme de grandeur, et à de vils intérêts pécuniaires, ils n’ont pas encore fait la moindre démarche, pas dit, pas écrit un seul mot qui fît entrevoir qu’ils sont disposés à traiter désormais leurs Concitoyens avec moins de hauteur, et à supporter également avec le Peuple le fardeau des Impositions. Tremblez, disent-ils, pour le despostisme en Bretagne ; lisez, Messieurs, le troisieme Numéro de la Sentinelle du Peuple. Quel despostisme plus affreux et plus accablant que celui qui y existe déja !...

35Nobles d’Eglise, Nobles d’Epée, Nobles oisifs vivant dans vos Châteaux, nous lisons malgré toute votre politique, jusqu’au fond de vos ames. L’amour de la Patrie n’entre pour rien dans toutes les exhortations pompeuses que vous nous faites ; ce n’est point le Despostisme que vous craignez pour nous ; votre seule frayeur est que nous ne changions de Despotes, et qu’au lieu de deux mille qui pesent journellement et cruellement sur nos têtes, nous n’en ayons plus qu’un seul qui nous soit commun à tous.

36Vous ne cessez de nous crier que ce n’est pas à présent le moment de faire entendre nos réclamations : et quand viendra-t-il donc ce moment ? Faudra-t-il attendre que vous deveniez encore plus puissans, afin de nous opprimer plus à votre aise ? Point tant de doléances, point tant de sermons ; montrez-vous justes, humains et sensibles, et nous serons bientôt d’accord. Vous nous appeliez vos freres ! Eh bien ? traitez-nous en freres ; abolisez toutes ces distinctions odieuses auxquelles vous attachez tant de prix ; attendrissez-vous sur la misere du Peuple, et formez la généreuse résolution de prendre sur vous toutes les charges qu’il lui est impossible de supporter. Ce sera alors que vous serez véritablement nos freres, et que nous commencerons à croire que vous aimez sincérement votre Patrie... Dès ce moment, il n’y aura plus en Bretagne qu’un seul cri de guerre, pour résister à l’ennemi commun, au cas qu’il en existe ; et tous réunis ensemble, nous n’aurons plus à redouter la tyrannie, ni tous les autres malheurs, dont vous nous menacez. C’est vous seuls, oui, vous seuls, s’ils viennent à se réaliser ces malheurs, qui, par votre barbare opiniâtreté, les attirerez sur la Nation Bretonne. Réfléchissez-y bien. Ce n’est plus à un peuple imbécille que vous avez affaire. Ces Plébéiens éclairés et courageux, que vous accablez de votre mépris, sont déterminés à tout oser pour récouvrer les droits qui leur sont acquis, comme hommes et comme citoyens ; et si leurs vœux venaient à être trompés, n’allez pas en triompher ; votre succès pourrait vous coûter bien cher. Craignez leur désespoir.

37Un laquais vint avertir que le souper était servi. Les Interlocuteurs se promirent de se trouver le lendemain à la même heure chez Monsieur ***. Je saluai profondément la compagnie Bourgeoise, et repris le chemin de mon hôtel.

38Mes chers camarades, je vous rendrai un compte fidele de tout ce qui se sera passé à cette nouvelle séance, qui, sans doute, sera beaucoup plus intéressante que la premiere.

Fin

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540